Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

IV. L'unité

La France face à l’unification allemande

Frédéric Bozo

Texte intégral

1Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, l’unification allemande, vue de ce côté du Rhin, paraît définitivement entrée dans l’histoire. Les Français ne font plus guère de place à l’Allemagne divisée dans leur mémoire collective ; ils n’entretiennent aucune nostalgie apparente à l’égard de l’existence de deux Allemagne séparées et antagonistes, faisant ainsi mentir la formule célèbre – mais semble-t-il apocryphe – prêtée jadis à François Mauriac (« J’aime tellement l’Allemagne que je me réjouis qu’il y en ait deux »). La France, en d’autres termes, a absorbé le choc de l’unification allemande, au point que cet événement, pourtant l’un des plus importants du second vingtième siècle européen, pourrait presque faire figure de simple péripétie dans l’histoire longue des deux pays et de leurs relations.

  • 1 Nous renvoyons à notre ouvrage Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande. (...)

2Au vu de cette histoire, il aurait pu en aller autrement ; l’inimitié qui avait longtemps prévalu entre la France et l’Allemagne, le fait que leur réconciliation avait été facilitée par la division de l’Allemagne sur fond de Guerre froide et de conflit est-ouest, tout cela aurait pu rendre le retour de celle-ci à l’unité et à une pleine souveraineté, en 1989/90, beaucoup plus difficile à gérer. Certains pensent d’ailleurs encore aujourd’hui que les dirigeants français, François Mitterrand en tête, se sont montrés méfiants voire hostiles à l’unification allemande1. Cette lecture des événements peut s’expliquer par le jeu des perceptions mutuelles et des déformations de la mémoire, mais elle ne correspond pas à la réalité historique telle que l’on peut désormais la reconstituer. Car les documents montrent que la France de MItterrand n’a pas cherché à s’opposer à l’unification allemande, même si des frictions entre Paris et Bonn ont bien eu lieu durant l’automne et l’hiver 1989/90 sur certains aspects du processus, sa rapidité et ses modalités. La politique française aura en réalité consisté en un soutien de principe à l’unité allemande, pourvu qu’elle s’inscrive dans un cadre européen et international bien établi, et elle aura largement contribué au bon déroulement de ce processus. Mieux : la dimension franco-allemande et européenne en aura constitué une donnée aussi importante que la dimension germano-américaine et atlantique. N’était-ce pas là l’aboutissement logique de quatre décennies de réconciliation franco-allemande et de construction européenne ?

La France contre l’unité allemande ?

  • 2 Le mot est employé par Tilo Schabert, Wie Weltgeschichte gemacht wird. Frankreich und die deutsche (...)
  • 3 Le Monde, 14 octobre 1989.
  • 4 Cité dans TD Bonn 35, 6 janvier 1990, Ministère des Affaires étrangères (MAE), Archives diplomatiq (...)
  • 5 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990, in : Hanns Jürgen Küsters, Daniel Hofmann (éd.) (...)

3Avant d’en venir à ce que fut réellement l’attitude de la France face l’unification allemande, il faut retracer les étapes de la formation de la « légende » de l’opposition française à celle-ci2. Les choses remontent à loin : dès les événements eux-mêmes, apparaît, dans la presse, un schéma narratif défavorable à la politique de Mitterrand face à l’unification allemande. Avant même la chute du Mur, « Le Monde » dénonce la passivité présumée de l’Élysée face aux évolutions allemandes, qualifiée sous la plume de Claire Tréan de « politique de l’autruche »3. Mais c’est surtout dans la presse étrangère, et d’abord allemande, que ce récit prend forme. Le 4 janvier 1990, la « Frankfurter Allgemeine Zeitung », s’appuyant sur un rapport rédigé par l’ambassade d’Allemagne à Paris et « fuité » à la presse, pointe les « réserves » des dirigeants français à l’égard de l’unification, en reconnaissant toutefois que le président lui-même fait exception4. Recevant le même jour Helmut Kohl à Latché pour évoquer les événements en cours, Mitterrand déplorera du reste – ce ne sera pas la dernière fois – le mauvais traitement réservé par la presse allemande à la politique française5.

  • 6 Voir Libération, 25 octobre 1989.
  • 7 Voir ce qu’en dit Hubert Védrine, Les Mondes de François Mitterrand. À l’Élysée 1981 – 1995, Paris (...)
  • 8 TD Washington 775, 23 mars 1989, MAE, AD, série Affaires stratégiques et désarmement (ASD), 1985 – (...)
  • 9 Plus que tout événement, la rencontre Mitterrand-Gorbatchev le 6 décembre 1989 à Kiev aura ravivé (...)

4L’apparition de cette image négative peut s’expliquer par différents facteurs. En France même, les réactions de Mitterrand face aux bouleversements à l’Est (au-delà d’ailleurs de la seule RDA) font d’emblée l’objet de polémiques, l’opposition cherchant à se refaire une santé politique en dénonçant le soi-disant manque de vision du président français6. À l’étranger, la politique française est mal perçue pour des raisons qui tiennent en partie à certains aspects de cette politique elle-même : ainsi l’absence d’un « grand » discours ou d’un geste solennel de Mitterrand en faveur de l’unité allemande dans la période critique des dernières semaines de 1989 et des premières de 1990 (on y reviendra) aura-t-elle sans doute joué un rôle dans la mauvaise réputation de la politique mitterrandienne, souvent ressentie comme réticente7. Mais c’est surtout parce que cette politique n’est pas le simple décalque de celle de l’Allemagne, ou du moins de Kohl (une unification menée tambour battant et sans considération excessive, du moins dans un premier temps, pour son encadrement international) ou de celle des États-Unis (qui cherchent à imposer cette unification dans un cadre atlantique exclusif) qu’elle est critiquée sur le moment à Bonn ou à Washington. Plus tactiquement, certains ne se privent pas de déformer la politique française afin de mieux valoriser la leur : ainsi l’ambassadeur américain à Bonn, Vernon Walters, qui distille à la presse en mars 1990 que Paris « traînerait les pieds » face à l’unité allemande8. Et puis, il y a les habituels stéréotypes ou préjugés : une France prête à des compromis avec l’URSS sur le dos de l’Alliance atlantique (à Washington), ou disposée à s’entendre avec elle sur le dos des Allemands afin d’empêcher l’unité allemande (à Bonn)9.

  • 10 Daniel Vernet, La Renaissance allemande, Paris, 1992, pp. 187ss.
  • 11 Elizabeth Pond, Beyond the Wall : Germany’s Road to Unification, Washington, 1993, p. 57.
  • 12 Philip Zelikow, Condoleezza Rice, Germany Unified and Europe Transformed. A Study in Statecraft, C (...)
  • 13 Voir notamment Robert L. Hutchings, American Diplomacy and the End of the Cold War : An Insider’s (...)

5Très vite après les faits, on assiste à une rapide sédimentation de ce récit à la faveur des premiers ouvrages portant sur l’unification allemande et la fin de la Guerre froide. Œuvre le plus souvent de journalistes, ils reprennent naturellement, et contribuent à installer, l’image négative qui est apparue pendant les événements eux-mêmes. Dès 1992, le journaliste du « Monde », Daniel Vernet, peint le tableau d’une « France à contrepied » face à l’unification allemande en 1989/90 ; s’il ne fait pas le procès à Mitterrand d’avoir voulu s’y opposer, il pointe des « erreurs d’analyse » qui auraient engendré « hésitations » et « maladresses »10. Puis, l’année suivante, la journaliste américaine Elizabeth Pond donne sa sentence : face à la perspective de l’unification, la France, écrit-elle – sans avancer aucune preuve tangible de cette affirmation – aura été mue rien moins que par « la peur et l’objectif de garder l’Allemagne divisée tout en dominant sa partie occidentale »11. Une sentence qui prend les aspects d’une vérité établie dès lors qu’une seconde vague d’ouvrages, parés de toutes les vertus académiques, s’installe dans le paysage en reprenant cette antienne. Certes, le livre de Philip Zelikow et Condoleezza Rice, qui s’impose en 1995 comme ouvrage scientifique de référence du fait de l’accès aux archives dont il a bénéficié, évite la caricature d’une politique française d’obstruction à l’unité allemande ; mais il minore sa place dans les événements, affirmant que Paris n’aura eu qu’un rôle marginal et réactif12. Quant aux principaux ouvrages universitaires qui paraissent dans les années suivantes, que ce soit en France, aux États-Unis ou en Allemagne, ils font chacun à leur manière le procès de la politique mitterrandienne13.

  • 14 Voir Kristina Spohr, « German unification : between official history, academic scholarship, and po (...)
  • 15 Jacques Attali, Verbatim III, 1988 – 1991, Paris, 1995.
  • 16 Voir Bozo (note 1), pp. 12 et 380s.
  • 17 Helmut Kohl, Erinnerungen, vol. 2, 1982 – 1990, Munich, 2005 ; détails dans Bozo (note 2).

6Les raisons de la cristallisation d’un récit aussi critique, voire négatif, sont nombreuses. Elles tiennent d’abord à la prégnance du point de vue des autres grands acteurs de ces événements – les États-Unis et dans une moindre mesure l’Allemagne – dans la littérature sur le sujet. Il en résulte au mieux un défaut de prise en compte du point de vue français, souvent ignoré au profit des autres acteurs, au pire une déformation de ce même point de vue. Ces biais sont d’autant plus marqués que la littérature dominante ne présente pas, tant s’en faut, toute les garanties d’objectivité : le plus souvent, les ouvrages en vue se situent en effet dans une zone grise entre mémoires personnels, histoire officielle et démarche historienne14. Mais il faut ici également prendre en compte des raisons plus spécifiquement françaises, à commencer par ce qu’il faut bien appeler « l’effet Attali », la publication par l’ancien conseiller spécial de François Mitterrand du dernier volume de ses « Verbatim » pour les années 1988 – 199115. Car il est aujourd’hui établi que cet ouvrage, dans lequel nombre de documents et de notations contribuent à accréditer l’image des hésitations voire des angoisses mitterrandiennes face à l’unification allemande, est d’une fiabilité extrêmement réduite, pour ne pas dire plus16. Or « Verbatim » est très abondamment cité dans les ouvrages de référence sur l’unification allemande, bien entendu à l’appui de la thèse de la réticence voire de l’opposition française à celle-ci. Pire encore, on observe que cette source a contaminé non seulement la littérature secondaire, mais d’autres témoignages personnels : ainsi les récents mémoires de Kohl, peu obligeants pour son « ami François », sont-ils manifestement influencés par la lecture d’Attali, qui apparaît nettement en filigrane17.

  • 18 François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, Paris, 1996.
  • 19 Védrine (note 7).
  • 20 Schabert (note 2). Ce livre, paru en allemand en 2002, est sorti en traduction française sous le t (...)
  • 21 Voir par exemple la critique de Martin Mantzke dans Internationale Politik, 4 (2003), pp. 56 – 58  (...)

7Face à ce procès souvent instruit à charge, la « défense » sera longtemps restée peu crédible. La tentative de Mitterrand lui-même, dans son livre posthume sur le sujet, n’a guère porté : le livre relevait trop du plaidoyer pro domo pour emporter la conviction à un moment où dominait l’image crépusculaire d’une présidence finissante (scandales, maladie, Vichy)18. Le témoignage d’Hubert Védrine, quoiqu’honnête et fiable, n’aura pas non plus réussi à infléchir la tendance : sans doute venait-il trop tôt pour produire des effets19. Survint alors le livre de Tilo Schabert, dont l’ambition était d’en finir avec la « légende »20. Mais, appuyée sur un accès privilégié (donc jugé suspect) aux archives de l’Élysée, menée selon une manière peu conforme aux « canons » historiens, la démonstration n’a guère convaincu les spécialistes en France ou en Allemagne. Il est vrai que, malgré de réels apports, le livre péchait par excès : fallait-il, pour détruire la légende « noire », accréditer la légende « dorée » d’un Mitterrand qui aurait, dès 1981, agi dans la perspective de l’unification allemande21 ?

Pour en finir avec la légende

  • 22 Nous renvoyons sur ce point à Bozo (note 1), pp. 15 – 17 ; ID. (note 2).

8Vingt ans après la chute du Mur, il est enfin possible d’aborder le rôle de la France face à l’unification allemande selon une approche véritablement historienne. Deux facteurs le permettent. D’une part, le recul historique par rapport à l’événement et l’effacement progressif des enjeux politiques ou personnels associés à celui-ci font que l’on peut désormais parler d’une histoire « close » : l’« après-guerre froide », qui avait vu dans une large mesure se prolonger ces mêmes enjeux, est aujourd’hui terminée ; quant aux principaux acteurs, ils ont quitté la scène. D’autre part, les sources désormais disponibles : entre l’ouverture croissante des archives et les possibilités de l’histoire orale, on dispose à présent, pour étudier la politique française en 1989/90, d’une solide documentation. Une documentation qui se révèle même plus abondante que pour les autres grands protagonistes de l’unification allemande, pour lesquels l’accès aux sources demeure plus restreint que dans le cas français22.

  • 23 Rompant avec l’attitude de ses prédécesseurs, Valéry Giscard d’Estaing s’était montré prêt à s’acc (...)
  • 24 Entretien Mitterrand-Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, archives privées. (« Archives privées » dési (...)
  • 25 Entretien Mitterrand-Kohl, Bad Kreuznach, 30 octobre 1984, archives privées.
  • 26 Entretien accordé à la ZDF, 16 octobre 1987.
  • 27 Védrine (note 7), p. 406.
  • 28 Entretien Mitterrand-Bush, Kennebunkport, 21 mai 1989, archives privées.

9Il est évidemment impossible, dans ce court chapitre, de rendre compte de toute la complexité des événements. Mieux vaut tenter de répondre aux deux grandes questions restées ouvertes – et controversées – quant à la part que la France y a prise ou non. Première question : la France de Mitterrand a-t-elle été prise de court par l’unification allemande ? La réponse doit bien sûr tenir compte du contexte. Il faut distinguer entre les conceptions de la question allemande dans la longue durée et les réactions face à l’accélération des événements à partir de l’été 1989. Dès le début des années 1980, il existe bien chez François Mitterrand – plus, à coup sûr, que chez Valéry Giscard d’Estaing – une conscience du caractère toujours ouvert de la question allemande et de la nécessité d’une compréhension française vis-à-vis des aspirations allemandes à cet égard23. Rencontrant Helmut Schmidt en octobre 1981, le président français soutient devant un chancelier allemand sceptique que l’unité allemande est « inscrite dans l’histoire » et qu’elle est l’affaire « d’une génération »24. À Helmut Kohl, il déclare en 1984 : « Vous ne pouvez pas décréter la réunification, mais il faut partir du principe que tout ce qui n’est pas impossible est possible »25. Les changements en URSS après l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev en 1985 ne peuvent que le conforter dans cette opinion, tant il est vrai que la clé de la question allemande demeure à Moscou et que la nouvelle politique soviétique peut ouvrir de nouvelles perspectives : « J’estime que les Allemands doivent disposer du droit de disposer eux-mêmes de leur propre destin », déclare-t-il en octobre 198726. Reste qu’il ne faut pas exagérer la préscience mitterrandienne : si elles sont incontestablement marquées par l’idée que l’unité allemande est inéluctable, ces déclarations s’inscrivent dans une perspective de long terme. Comme le reconnaît Védrine, si Mitterrand, à la fin des années 1980, perçoit indiscutablement le « lent mouvement » dans lequel s’inscrit la question allemande, c’est « sans penser qu’il en verra l’aboutissement »27. En mai 1989 encore, rencontrant le président américain George Bush, il souligne une fois de plus la possibilité de l’unification allemande, mais il la situe toujours dans la longue durée28.

  • 29 Voir sur ce point Frédéric Bozo, « Mitterrand’s Vision and the End of the Cold War », contribution (...)
  • 30 MAE, le directeur d’Europe, Réflexions sur la question allemande, 10 octobre 1989, AD, Europe 1986 (...)
  • 31 MAE, le directeur d’Europe, Le réveil de l’histoire, 16 novembre 1989, Archives nationales (AN), 5 (...)
  • 32 Teltschik (note 9).
  • 33 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990.

10À la fin des années 1980, Mitterrand était donc intellectuellement préparé à la possibilité de l’unification allemande. Une unification qu’il concevait – conformément à la vision gaullienne qu’il avait fait sienne depuis longtemps, mais aussi aux canons de l’Ostpolitik de Willy Brandt – selon un processus à la fois progressif et indissociable des évolutions européennes d’ensemble et du dépassement de « Yalta »29. Mais, du même coup, il serait absurde de soutenir que la diplomatie française avait anticipé les événements à partir de l’été 1989 et surtout leur accélération à partir de l’automne. Comme le montre, à la toute fin du mois d’octobre, une importante note du directeur d’Europe du Quai d’Orsay, Jacques Blot, Paris envisage toujours le règlement de la question allemande dans la durée et ne prévoit une unification en bonne et due forme qu’à longue échéance, « sauf à tabler sur des évolutions dramatiques »30. Or de telles « évolutions dramatiques » allaient bel et bien se produire, bouleversant ainsi des anticipations françaises jusqu’alors inscrites dans le long terme : « l’accélération est prodigieuse », devait noter le même Blot quelques jours après la « chute » du Mur de Berlin dans la nuit du 9 au 10 novembre31. Or les choses ne faisaient que commencer. Le plan en dix points annoncé par Kohl au Bundestag le 28 novembre, le délitement rapide de la RDA courant janvier, l’annonce de l’union économique et monétaire entre les deux Allemagnes le 6 février, les élections en RDA le 18 mars : autant d’événements qui allaient encore accélérer les choses et, on le sait, conduire le 3 octobre 1990 à une unité allemande atteinte en tout juste 329 jours, selon le décompte de Horst Teltschik32. Face à ces enchaînements, les dirigeants français n’auront pas été moins surpris ou pris de court que les autres, y compris les Allemands : Kohl lui-même, au début de 1990, envisageait la réalisation de l’unité allemande non en termes de mois, mais comme l’affaire de plusieurs années33.

  • 34 TD Diplomatie 25193 – 4, 4 décembre 1989, AD, Europe 1986 – 1990, RFA, carton 6800.
  • 35 TD Washington 1172, 18 décembre 1989, AD, série Europe 1986 – 1990, Communisme et Eurocommunisme, (...)
  • 36 Entretien Mitterrand-Kohl-Delamuraz (président de la Confédération helvétique), 15 décembre 1989, (...)

11D’où une deuxième grande question : la diplomatie mitterrandienne a-t-elle, comme on l’a tant dit et écrit, cherché à freiner voire à empêcher le processus de l’unification allemande ? La réponse est clairement : non. Il est certes indéniable que le président français et son entourage, pendant les dernières semaines de 1989 et les premières semaines de 1990, auraient préféré que les événements allemands et la marche vers l’unité prennent un tour plus modéré et un rythme plus lent. Ils ne s’en cachaient d’ailleurs aucunement aux responsables allemands : il faut éviter de précipiter les événements, Roland Dumas devait-il déclarer deux jours après l’annonce du plan en dix points à son ami Hans-Dietrich Genscher (ce dernier, on le sait n’avait pas été informé au préalable de l’annonce du 28 novembre)34. Mitterrand lui-même ne dissimulait pas sa préférence pour un processus d’unification maîtrisé et étalé dans le temps : les voyages à Kiev et surtout en RDA, en décembre, s’inscrivaient manifestement dans cette logique et ce, il faut le rappeler, à un moment où le sort de l’Allemagne de l’Est n’apparaissait pas encore définitivement scellé. Mais il était loin d’être le seul : la diplomatie américaine, dans les dernières semaines de 1989, marquait également – quoique peut-être plus discrètement – sa préférence pour le maintien du processus d’unification « sous contrôle » ; « les Français sont plus bruyants et nous sommes plus diplomates », reconnaissait-on à Washington, « mais nous disons la même chose »35. Quant à Kohl lui-même, ne devait-il pas déclarer à Mitterrand, dans cette même période, qu’il voulait « tout faire pour que [le processus d’unification] n’aille pas trop vite », ajoutant même : « J’essaie de réduire la vitesse »36 ?

  • 37 La rencontre de Kiev est souvent citée en renfort de la thèse de l’obstruction mitterrandienne, ma (...)
  • 38 Entretien Mitterrand-Thatcher, 20 janvier 1990, archives privées. Les mémoires de Thatcher sont un (...)
  • 39 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990.

12Reste qu’à aucun moment, en 1989/90, la diplomatie mitterrandienne n’aura cherché à se placer en travers de l’unité allemande : parmi les documents retrouvés dans les centaines de cartons d’archives dont on dispose, pas un ne vient sérieusement corroborer l’existence d’une tentative de freiner ou d’interrompre le processus. Il n’y eut, en particulier, aucune volonté française de recréation d’une « alliance de revers » franco-soviétique pour empêcher l’unification allemande ; à Kiev, ce sont plutôt les Soviétiques qui ont espéré rallier les Français à une telle approche37. Quant à l’idée de ressusciter « l’entente cordiale » pour maintenir l’Allemagne divisée, elle n’aura pris corps que dans les rêves de Margaret Thatcher : « Je ne dis pas non à la réunification », Mitterrand lui dit-il en janvier 1990, « ce serait stupide et irréaliste » et ne pourrait conduire qu’à une réaction de « colère » des Allemands38. C’est sur ce même terrain qu’il s’était placé à Latché pour convaincre Kohl de ses bonnes intentions face à une unité allemande assimilée au « fleuve de l’histoire » à contre-courant duquel on ne pouvait « nager » : l’unification est pour moi une « réalité historique », avait-il dit, ajoutant que « si les deux parties de l’Allemagne se donnent des gouvernements qui veulent l’unité allemande, il serait stupide et injuste de s’y opposer »39.

Faire l’unité allemande « pacifiquement et démocratiquement »

  • 40 Entretien accordé à cinq journaux européens, 27 juillet 1989, in : La Politique étrangère de la Fr (...)
  • 41 Conférence de presse Mitterrand-Kohl, Bonn, 3 novembre 1989, PEF, novembre – décembre 1989, pp. 4 (...)

13Si l’attitude mitterrandienne en 1989/90 ne fut en aucun cas d’empêchement, comment la caractériser ? Le président français s’en était, en vérité, expliqué très tôt. Il avait même été le premier à prendre clairement position au plan international : l’unification allemande, déclarait-il dès le 27 juillet 1989, est « légitime » dès lors qu’elle se réaliserait à la fois « pacifiquement » et « démocratiquement »40. « Ce qui compte avant tout », devait-il encore souligner le 3 novembre à Bonn aux côtés de Kohl, « c’est la volonté et la détermination du peuple » allemand ; et Mitterrand de préciser qu’il n’avait « pas peur de la réunification » tout en rappelant à nouveau la nécessité d’un processus « démocratique » et « pacifique »41. La chute du Mur de Berlin, moins d’une semaine après, aurait pu changer la donne. Les mois qui suivirent devaient pourtant confirmer ce double registre, tant dans les déclarations publiques que dans les actes du président français, et ce quelle qu’ait été son évidente irritation à l’égard de la politique d’unification rapide de Helmut Kohl en décembre 1989 et janvier 1990 : rappel du principe même du droit des Allemands à l’unité d’une part, formulation des nécessaires conditions d’autre part.

  • 42 Haltung der drei Westalliierten und der Sowjetunion zur deutschen Frage und zur Entwicklung in der (...)
  • 43 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990 (cf. aussi le compte-rendu français, archives pr (...)
  • 44 Entretien Kohl-Mitterrand, Paris, 15 février 1990, in : Küsters, Hofmann (note 5), pp. 842 – 852.
  • 45 Message de Mitterrand à Kohl, 20 mars 1990, archives privées.

14S’agissant du premier registre (celui du rappel de la légitimité de l’unification allemande), l’attitude mitterrandienne pendant ces mois décisifs devait relever d’abord d’une sorte de nihil obstat : il s’agit moins d’un « soutien actif », note-t-on à Bonn quelques jours après la chute du Mur, que d’une attitude de « laissez-faire »42. S’il devait rappeler constamment, pendant l’automne et l’hiver, le principe de l’autodétermination du peuple allemand (comme d’ailleurs celui des ex-satellites est-européens de l’URSS), Mitterrand, on l’a dit, se sera gardé d’un grand discours ou d’un geste fort (comme aurait pu l’être sa participation à la cérémonie d’ouverture de la porte de Brandebourg fin décembre, un temps envisagée) en appui à l’unification. Il ne s’en cachait d’ailleurs pas : « Si j’étais allemand », avait-il dit à Kohl début janvier, « je serais pour une réunification aussi rapide que possible », mais « étant français, je n’y mets pas la même passion »43. Puis, en février : « On ne peut me demander de m’exprimer en patriote allemand », dit-il tout en déplorant les critiques de la presse outre-Rhin et en rappelant ses prises de position antérieures sur l’unité allemande : « je m’exprime en patriote français »44. Les choses changeront à partir du mois de mars : « bonne chance l’Allemagne », lancera alors Mitterrand au lendemain des élections en RDA, passant à un registre nettement plus positif, voire chaleureux45. Cette inflexion s’explique : pour Mitterrand, les conditions du bon déroulement du processus, en cette fin d’hiver, étaient désormais réunies, tant au plan interallemand qu’international, mettant fin à ses inquiétudes des semaines précédentes.

  • 46 Le voyage de Mitterrand en RDA – comme la rencontre de Kiev avec Gorbatchev deux semaines plus tôt (...)
  • 47 Il faut noter que Paris préférait nettement cette procédure à celle de l’article 146 (réunion d’un (...)

15Car le second registre de l’approche mitterrandienne de l’unification – la mise en avant du caractère « démocratique » et « pacifique » du processus – tempérait nécessairement le premier. Le caractère « démocratique » de l’unification, il est vrai, ne devait guère poser de problème : il fallait, comme Mitterrand l’avait martelé pendant sa visite en RDA fin décembre 1989, que la volonté des Allemands de l’Est s’exprime par des élections libres et que le processus interallemand se déroule selon des règles incontestables46. Or c’était chose faite à la fin de l’hiver puisque le scrutin du 18 mars en RDA avait conduit à la victoire d’une « Alliance pour l’Allemagne » acquise à une politique d’unification rapide, ce que devait confirmer le choix de l’article 23 de la Loi fondamentale (adhésion des nouveaux Länder)47.

  • 48 Entretien Kohl-Mitterrand, Paris, 15 février 1990.

16C’est donc le caractère « pacifique » du processus d’unification qui aura été la principale préoccupation mitterrandienne pendant ces mois cruciaux. Qu’entendait-il par là ? Tout simplement la nécessité de rendre l’unité allemande compatible avec le maintien des équilibres européens et internationaux. L’unification est « une décision allemande » dont les « conséquences nationales » relèvent du gouvernement allemand, soulignait-il encore devant Kohl le 15 février 1990, mais « ses conséquences internationales doivent être évoquées dans un autre cadre », en particulier s’agissant des « questions de sécurité » et de ses « effets sur la communauté européenne »48. Ce n’est, logiquement, que lorsqu’il devait estimer avoir obtenu satisfaction sur ces deux aspects – l’encadrement européen de l’unification allemande et son accompagnement international – que Mitterrand abandonnerait la relative retenue qui avait été la sienne pendant l’automne et l’hiver. C’était pour l’essentiel chose faite au début du printemps, non sans avoir, il est vrai, occasionné quelques frictions entre Paris et Bonn.

  • 49 Entretien Mitterrand-Roh Tae Woo (président sud-coréen), 30 novembre 1989, archives privées.
  • 50 Lettre de Kohl à Mitterrand, 27 novembre 1989, AN, 5AG4/6903.
  • 51 Entretien Mitterrand-Andreotti, 13 février 1990, archives privées.
  • 52 Entretien Mitterrand-Kohl, 25 avril 1990, archives privées.

17D’emblée, l’articulation entre l’unification allemande et l’unification européenne aura été, pour le président français, le principal sujet : « l’espérance d’unification de l’Allemagne ne doit pas aller en sens contraire de la construction et de l’unité de l’Europe », devait-il souligner au lendemain de l’annonce par Kohl de son plan en dix points49. D’où le bras de fer, dans les jours qui suivirent, à propos de l’union économique et monétaire (UEM) dont Mitterrand entendait bien obtenir le lancement avant la fin de la présidence française de la Communauté et à propos de laquelle il redoutait une dérobade de Kohl à l’approche des élections de 1990 et sur fond de retour de la question allemande aux devants de l’actualité. Ce dernier n’avait-il pas esquivé le sujet dans une lettre envoyée la veille de l’annonce des dix points – annonce dont le contenu européen laissait d’ailleurs à désirer vu de Paris50 ? Un bras de fer que devait remporter Mitterrand au Conseil européen de Strasbourg des 8 et 9 décembre avec l’acceptation par Kohl du lancement de l’UEM l’année suivante. Le succès de Strasbourg devait rassurer Mitterrand sur les intentions européennes de Kohl, mais la nouvelle accélération des événements allemands dans les premières semaines de 1990, sur fond d’effondrement de la RDA et de « oui » de Moscou à l’unité fin janvier, allait remettre à l’ordre du jour le problème du lien entre l’unité allemande et la construction européenne et leurs rythmes respectifs : la première avance comme un « train à cent à l’heure » et la seconde comme un « train de banlieue », déplorait encore le président français à la mi-février51. Ce n’est donc qu’une fois l’accord atteint, dans les semaines qui suivirent, entre la Chancellerie et l’Élysée sur les détails de la relance européenne engagée fin avril à Dublin que Mitterrand s’estimera conforté dans sa volonté de maintenir un lien fort entre unification allemande et construction européenne. « L’unité européenne et l’unité allemande se font ensemble, c’est le rêve européen de toujours », se réjouira Kohl lors du sommet franco-allemand le 25 avril, non sans ajouter : « il faut le faire ensemble ». Et Mitterrand : « Je suis disponible »52.

  • 53 Hubert Védrine, note pour le président de la République, 8 février 1990, archives privées.
  • 54 Voir sur ce point le témoignage de Michael Gorbatchev, Wie es War. Die deutsche Wiedervereinigung, (...)
  • 55 TD Bonn 1632 – 34, 21 juin 1990, MAE, AD, ASD, carton 17 ; sur cette affaire, Bozo (note 1), pp. 2 (...)
  • 56 Cf. le témoignage de Bertrand Dufourcq, « 2 + 4 ou la négociation atypique », in : Politique étran (...)

18S’agissant des autres conditions du caractère « pacifique » de l’unification (celles portant, au-delà de son encadrement européen stricto sensu, sur son accompagnement international), elles étaient tout aussi claires du point de vue de Paris : elles concernaient – dans la lignée de la doctrine exprimée naguère par le général de Gaulle dans ses conférences de presse du 25 mars 1959 et du 4 février 1965 – le statut de l’Allemagne unie au regard de l’arme nucléaire, la question des frontières et enfin son statut au regard des alliances militaires53. La question nucléaire devait être facilement traitée, Bonn acceptant sans barguigner que l’Allemagne unie reprenne les anciens engagements de la RFA en la matière. Le problème de son appartenance à l’Alliance atlantique était plus délicat du fait de l’opposition soviétique, mais elle ne devait pas soulever de difficultés du point de vue français, Paris étant acquis à la nécessité de préserver son ancrage atlantique moyennant des garanties accordées à Moscou concernant le statut militaire du territoire de l’ex-RDA ; Mitterrand devait d’ailleurs jouer un rôle certain au printemps 1990 pour persuader Gorbatchev qu’il n’existait pas d’alternative raisonnable au maintien dans l’OTAN de l’Allemagne unifiée54. La question des frontières devait, on le sait, soulever davantage de difficultés et provoquer de sérieuses tensions entre Kohl et Mitterrand, ce dernier demandant une confirmation de la ligne Oder-Neiße par l’Allemagne en préalable à l’unification – confirmation à laquelle Kohl cherchait à se dérober pour des raisons bien connues de politique intérieure (rôle des Vertriebene) jusqu’à ce qu’il se rende à l’évidence : « Ou bien nous confirmons la frontière existante, ou bien nous mettons en jeu notre chance de parvenir à l’unité allemande », devait-il déclarer au Bundestag en juin 199055. Loin de l’interprétation répandue de l’obstruction mitterrandienne, le rôle de la France dans la grande négociation internationale concernant l’unification de l’Allemagne, en 1990, et en particulier dans les pourparlers à « 2 + 4 » qui devaient aboutir au traité de Moscou du 13 septembre 1990 aura donc été non négligeable et, surtout, constructif56.

Les déterminants de la politique mitterrandienne face à l’unification allemande

19Un soutien fondamental et de principe à l’objectif de l’unification, quoique prudent si ce n’est réservé dans son expression publique ; un souci d’encadrer le retour à l’unité et à la pleine souveraineté de l’Allemagne dans des conditions européennes et internationales clairement définies : tels auront été les deux principaux aspects de la politique mitterrandienne en 1989/90. Il reste à en expliquer les déterminants.

  • 57 Conférence de presse du 25 mars 1959, dans Charles DE Gaulle, Discours et messages, vol. 3, « Avec (...)
  • 58 Entretien Mitterrand-Thatcher, 20 janvier 1990.
  • 59 Sur ces aspects, cf. Frédéric Bozo, « France, German unification and European integration », in : (...)
  • 60 Note d’Élisabeth Guigou pour le président de la République, Votre entretien-déjeuner avec Jacques (...)
  • 61 Cf. par exemple note de Marie-Ange Théobald pour Jean-Louis Bianco, 6 février 1990, « Sondages rel (...)
  • 62 Entretien Kohl-Mitterrand, Paris, 15 février 1990, in : Küsters, Hofmann (note 5), pp. 842 – 852 ; (...)
  • 63 Joachim Bitterlich, « Frankreichs (und Europas) Weg nach Maastricht im Jahr der deutschen Einheit  (...)

20Le premier aspect peut être abordé d’un point de vue contrefactuel : une attitude d’hostilité voire d’opposition française à l’unification allemande était-elle possible ou même imaginable ? Sans doute non, tant une telle politique aurait été illégitime et chimérique. Illégitime, parce que la France s’était, plus peut-être que les autres partenaires occidentaux de l’Allemagne, obligée à soutenir l’objectif de l’unification allemande : non seulement elle y était tenue juridiquement par les différents textes et traités internationaux signés à la fin de la guerre et surtout dans l’après-guerre, mais elle s’y était politiquement engagée depuis que le général de Gaulle avait solennellement réaffirmé, trente ans plus tôt, que la « réunification des deux fractions » de l’Allemagne constituait « le destin normal du peuple allemand »57. Chimérique, parce que Mitterrand mesurait parfaitement qu’il aurait été inutile et même contreproductif de dresser des obstacles politiques ou juridiques face à l’unification allemande, comme le suggérait Margaret Thatcher : « rien ne serait pire que d’élever des objections, de rappeler des traités, mais sans effet », le président français devait-il souligner face au Premier britannique en janvier 199058. Au-delà, comment ne pas voir combien une telle politique aurait inévitablement entraîné la remise en cause des deux orientations les plus fondamentales de la politique étrangère française depuis quatre décennies : la réconciliation franco-allemande et la construction européenne59 ? « Tous ceux qui veulent que la Communauté se renforce souscrivent d’emblée à votre position [de soutien à l’unité allemande] », devait ainsi souligner Élisabeth Guigou à l’intention de Mitterrand60. De fait, les Français, dans cette période critique, se montraient très majoritairement favorables à l’unité allemande (bien plus que les Britanniques et dans les mêmes proportions que les Américains) et à la poursuite de la construction européenne, perçues comme des processus parallèles et complémentaires61. Tout cela ne pouvait que conduire Mitterrand et Kohl à s’entendre sur la nécessité de préserver le « trésor » de l’amitié franco-allemande et d’avancer ensemble sur le « chemin difficile » de la construction européenne62. Il n’aura fallu, notera Joachim Bitterlich, le conseiller de Kohl, que « trois ou au maximum quatre mois » pour que le tandem franco-allemand s’adapte à la situation et « se retrouve dans sa commune responsabilité envers l’unification européenne »63.

  • 64 Védrine (note 7), p. 445.

21Pourquoi, dès lors, le soutien mitterrandien à l’unification allemande aura-t-il été prudent et, à certains égards, réservé dans son expression publique ? Pourquoi Mitterrand n’a-t-il pas tenu ce fameux « grand discours » sur l’unité allemande ? Pourquoi n’a-t-il pas participé à la cérémonie d’ouverture de la porte de Brandebourg à Berlin le 22 décembre 1989 ? Que cette attitude puisse trahir un reliquat de méfiance à l’égard du voisin allemand chez les décideurs français, y compris Mitterrand lui-même, n’est sans doute pas contestable : un Français né en 1916 – l’année de Verdun – et arrivé à l’âge d’homme sur fond de montée de la menace hitlérienne avant d’être emporté – de Vichy à la Résistance – dans le tourbillon de la guerre, pouvait-il se soustraire à sa propre histoire face à un événement aussi considérable que l’unification allemande ? Bien sûr que non. Mais ce même Mitterrand, après 1945, n’a-t-il pas aussi, et surtout, construit sa carrière politique sur fond de réconciliation franco-allemande et de construction européenne dont il aura été, tout au long du second vingtième siècle, l’un des grands protagonistes, comme devait l’illustrer la célèbre image de Verdun en 1984 ? Si, en 1989, les dirigeants français, Mitterrand en tête, ne pouvaient entièrement échapper à l’angoisse du « retour de l’histoire » – angoisse caricaturée dans certains ouvrages ou témoignages, comme ceux d’Attali – c’est en définitive bien plus leur capacité à surmonter cette angoisse qui frappe l’historien : « La pensée profonde d’un homme d’État, écrit justement Hubert Védrine, « ce sont ses actes »64.

  • 65 Pour une analyse comparée des diplomaties américaine et française face à l’unification allemande, (...)
  • 66 Védrine (note 7), p. 464.
  • 67 Sur tout ceci, Bozo (note 1), pp. 228 – 230.
  • 68 S’appuyant sur le déroulement de l’unification allemande pour laquelle les Allemands avaient, selo (...)

22Il faut donc chercher ailleurs la raison de la retenue mitterrandienne. Si le président se montre prudent, au cours de l’hiver 1989/90, dans l’expression du soutien français à l’unité allemande, c’est, on l’a dit, parce qu’il n’est pas encore assuré de l’encadrement international et européen du processus. La question devient, dès lors : pourquoi cette insistance mitterrandienne sur la nécessité d’un tel encadrement ? Il ne s’agit certes pas d’une exclusivité française : la diplomatie américaine se sera, dans cette période critique, tout autant prononcée en faveur d’un encadrement international et atlantique (plutôt qu’européen) du processus65. Reste qu’il y a bien à cet égard une spécificité française, que l’on peut expliquer à la fois par le poids du passé, par les réalités du présent et par les promesses de l’avenir. S’agissant du poids du passé, il est incontestable : Mitterrand est porté à « penser l’avenir à la lumière du passé », écrira Védrine66. Pour le président français en effet, la fin des blocs constitue une chance, mais aussi un risque : celui du retour à l’instabilité qui a conduit aux guerres – un risque qu’il évoque souvent dans cette période en parlant du retour à l’Europe de « 1913 », de « 1914 » ou encore de « 1919 », c’est-à-dire une Europe des nationalismes et des revendications territoriales. Or, l’unification allemande est centrale de ce point de vue, elle commande tout le reste. Pour Mitterrand comme naguère pour de Gaulle, « le problème allemand est, par excellence, le problème européen » : le caractère maîtrisé et multilatéral de l’unification allemande et le règlement définitif des questions restées ouvertes depuis 1945 (à commencer par celle de la frontière germano-polonaise) est la condition de la stabilité de la sortie de « Yalta » et, au-delà, de l’après-guerre froide en Europe67. Une analyse qui n’avait d’ailleurs rien d’aberrant comme allait dramatiquement le confirmer l’éclatement de la Yougoslavie qui – mutatis mutandis – devait également poser la question de la compatibilité entre droit à l’autodétermination et impératif de la stabilité68.

  • 69 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990.

23Quant aux réalités du présent, elles se résument en un nom : celui de Gorbatchev. Pour Mitterrand en effet, le bon déroulement de l’unification allemande est, au cours des dernières semaines de 1989 et des premières de 1990, la condition du maintien du numéro un soviétique et du succès de ses réformes, objectif décisif pour le président français pour qui Gorbatchev et la perestroïka sont, depuis 1985, à l’origine des changements qui ont permis la libération de l’Europe de l’Est, la fin de la Guerre froide et le retour de l’unité allemande. Or l’accomplissement de celle-ci « aux forceps » et sans considération pour les intérêts soviétiques serait, à ses yeux, porteur de l’échec probable d’un Gorbatchev désormais de plus en plus fragilisé face à ceux qui lui reprochent l’abandon de l’empire soviétique : « il ne faut pas que l’unité allemande se déroule de manière telle que les Russes réagissent par un durcissement ou des bruits de botte », souligne-t-il devant Kohl à Latché ; or, avertit-il en évoquant son entretien avec un Gorbatchev « très nerveux » à Kiev, « nous en sommes tout près »69. Certes, la suite des événements – à commencer par le feu vert de Gorbatchev à l’unification allemande donné à Hans Modrow le 30 janvier puis à Kohl et Genscher les 9 et 10 février – montrera que Mitterrand avait sans doute sous-estimé la capacité du numéro un soviétique à « absorber » le choc de l’unification moyennant des contreparties financières (le « paquet » d’aide économique à l’URSS offert par la RFA) et sécuritaires (transformation de l’OTAN, non-extension de son dispositif militaire au territoire de l’ex-RDA). Pourtant, le putsch manqué d’août 1991 à Moscou et la fin précipitée de l’URSS en à peine quelques semaines devaient confirmer combien la situation de Gorbatchev était effectivement devenue fragile, d’où la nécessité de gérer de manière aussi prudente que possible l’unification allemande – comme ce fut en définitive le cas.

  • 70 Voir sur ce point Frédéric Bozo, « The Failure of a Grand Design : Mitterrand’s European Confedera (...)
  • 71 Lettre de Kohl à Mitterrand (traduction de l’Élysée), 15 décembre 1991, archives privées.
  • 72 Interview accordée par François Mitterrand à TF1, 15 décembre 1991, PEF, nov. – déc. 1991, pp. 151 (...)

24Restent enfin les promesses de l’avenir, sans doute le facteur le plus déterminant pour comprendre l’attitude de François Mitterrand en 1989/90. Car si cette attitude aura d’abord et avant tout été caractérisée, comme on l’a vu, par une dialectique d’acceptation de l’unité allemande et d’exigence de l’unification européenne – au point que celle-ci ait pu apparaître comme la condition de celle-là – c’est parce que la poursuite de la construction de l’Europe et, par conséquent, de la coopération franco-allemande constituaient, pour le président français, non seulement un legs impératif de l’histoire, mais l’axe porteur de l’après-Yalta. Car, conformément à la vision gaullienne dont il était – qu’il le reconnût ou non – l’héritier, Mitterrand envisageait le Vieux Continent au-delà des blocs comme organisé autour d’une Communauté européenne dont la France et l’Allemagne devaient rester les pionniers et à qui il incombait de mener à bien la réunification du continent dans son ensemble, afin de constituer une Europe « européenne » enfin libérée de la domination des superpuissances70. Si, on l’a vu, le sommet européen de Strasbourg en décembre 1989 avait ainsi marqué une étape cruciale en confirmant l’engagement de l’Allemagne bientôt unifiée dans la construction européenne, les sommets de Dublin (28 avril et 25 – 26 juin 1990) furent donc encore plus décisifs, car tournés vers l’avenir : en lançant, sous impulsion franco-allemande et sur fond d’accélération de l’unification, le processus qui allait conduire, en moins de 18 mois, au traité de Maastricht et à la création de l’Union européenne, ils consacraient en effet la volonté française et franco-allemande de faire de la construction de cette dernière l’horizon indépassable de la politique européenne dans l’après-guerre froide. Maastricht, en ce sens, aura été la réponse franco-allemande à l’unification. « Je suis entièrement d’accord avec vous que notre coopération personnelle étroite et confiante a contribué de manière décisive au succès de Maastricht »71, écrivait Kohl au lendemain de l’accord des Douze en réponse à un message de Mitterrand. Une appréciation à laquelle ce dernier fera écho le même jour : « C’est l’un des événements les plus importants du dernier demi-siècle », déclarera-t-il le 15 décembre 1991, ajoutant : « C’est un moment qui prépare le siècle suivant »72. Vingt ans après, l’histoire, au-delà des péripéties de la relation franco-allemande, leur a donné raison.

Notes

1 Nous renvoyons à notre ouvrage Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande. De Yalta à Maastricht, Paris, 2005.

2 Le mot est employé par Tilo Schabert, Wie Weltgeschichte gemacht wird. Frankreich und die deutsche Einheit, Stuttgart, 2002, p. 11. Pour une analyse de la formation de cette « légende », cf. Frédéric Bozo, « Mitterrand’s France, the End of the Cold War, and German Unification : A Reappraisal », in : Cold War History, 7 (novembre 2007) 4, pp. 155 – 478.

3 Le Monde, 14 octobre 1989.

4 Cité dans TD Bonn 35, 6 janvier 1990, Ministère des Affaires étrangères (MAE), Archives diplomatiques (AD), Série Europe, Allemagne 1986 – 1990, carton 6124. Voir le témoignage de l’ambassadeur allemand, Franz Pfeffer, Ein Amt und eine Meinung. Botschafter in Polen und Frankreich, Francfort, 2006, pp. 328s.

5 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990, in : Hanns Jürgen Küsters, Daniel Hofmann (éd.), Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/1990, Munich, 1998, p. 685.

6 Voir Libération, 25 octobre 1989.

7 Voir ce qu’en dit Hubert Védrine, Les Mondes de François Mitterrand. À l’Élysée 1981 – 1995, Paris, 1996, pp. 455s.

8 TD Washington 775, 23 mars 1989, MAE, AD, série Affaires stratégiques et désarmement (ASD), 1985 – 1990, carton 16.

9 Plus que tout événement, la rencontre Mitterrand-Gorbatchev le 6 décembre 1989 à Kiev aura ravivé ce stéréotype : cf. le commentaire feutré mais éloquent de Horst Teltschik, 329 Tage. Innenansichten der Einigung, Berlin, 1991, p. 71.

10 Daniel Vernet, La Renaissance allemande, Paris, 1992, pp. 187ss.

11 Elizabeth Pond, Beyond the Wall : Germany’s Road to Unification, Washington, 1993, p. 57.

12 Philip Zelikow, Condoleezza Rice, Germany Unified and Europe Transformed. A Study in Statecraft, Cambridge, 1995.

13 Voir notamment Robert L. Hutchings, American Diplomacy and the End of the Cold War : An Insider’s Account of U. S. Policy in Europe, 1989 – 1992, Washington, 1997 ; Samy Cohen (éd.), Mitterrand et la sortie de la guerre froide, Paris, 1998 ; Werner Weidenfeld, Außenpolitik für die deutsche Einheit. Die Entscheidungsjahre 1989/1990, Stuttgart, 1998.

14 Voir Kristina Spohr, « German unification : between official history, academic scholarship, and political memoirs », in : The Historical Journal, 43 (2000) 3, pp. 869 – 888. Les ouvrages cités à la note précédente présentent ces caractéristiques ; dernier exemple en date d’une certaine confusion des genres : Andrei Grachev, Gorbachev’s Gamble : Soviet Foreign Policy and the End of the Cold War, Oxford, 2008.

15 Jacques Attali, Verbatim III, 1988 – 1991, Paris, 1995.

16 Voir Bozo (note 1), pp. 12 et 380s.

17 Helmut Kohl, Erinnerungen, vol. 2, 1982 – 1990, Munich, 2005 ; détails dans Bozo (note 2).

18 François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, Paris, 1996.

19 Védrine (note 7).

20 Schabert (note 2). Ce livre, paru en allemand en 2002, est sorti en traduction française sous le titre Mitterrand et la réunification allemande. Une histoire secrète (1981 – 1995), Paris, 2005 ; signe d’un changement de contexte dix ans après la fin de la présidence mitterrandienne, il s’est vu décerner le prix parlementaire franco-allemand.

21 Voir par exemple la critique de Martin Mantzke dans Internationale Politik, 4 (2003), pp. 56 – 58 ; et celle de Jacques Bariéty dans Politique étrangère, 2 (2004), pp. 441 – 445.

22 Nous renvoyons sur ce point à Bozo (note 1), pp. 15 – 17 ; ID. (note 2).

23 Rompant avec l’attitude de ses prédécesseurs, Valéry Giscard d’Estaing s’était montré prêt à s’accorder – du moins en privé – avec les Soviétiques sur le caractère souhaitable du maintien du statu quo allemand ; voir par exemple Georges-Henri Soutou, « Valéry Giscard d’Estaing and his vision of the end of the Cold War », in : Frédéric Bozo, Marie-Pierre Rey et al. (éd.), Overcoming the Iron Curtain : Visions of the End of the Cold War in Europe 1945 – 1990, Cxford, New York (à paraître en 2010).

24 Entretien Mitterrand-Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, archives privées. (« Archives privées » désigne ici des photocopies de documents originaux conservés par d’anciens collaborateurs de François Mitterrand et mis à la disposition de l’auteur.).

25 Entretien Mitterrand-Kohl, Bad Kreuznach, 30 octobre 1984, archives privées.

26 Entretien accordé à la ZDF, 16 octobre 1987.

27 Védrine (note 7), p. 406.

28 Entretien Mitterrand-Bush, Kennebunkport, 21 mai 1989, archives privées.

29 Voir sur ce point Frédéric Bozo, « Mitterrand’s Vision and the End of the Cold War », contribution au colloque Overcoming the Iron Curtain (note 23).

30 MAE, le directeur d’Europe, Réflexions sur la question allemande, 10 octobre 1989, AD, Europe 1986 – 1990, Allemagne, carton 6119.

31 MAE, le directeur d’Europe, Le réveil de l’histoire, 16 novembre 1989, Archives nationales (AN), 5AG4/7708.

32 Teltschik (note 9).

33 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990.

34 TD Diplomatie 25193 – 4, 4 décembre 1989, AD, Europe 1986 – 1990, RFA, carton 6800.

35 TD Washington 1172, 18 décembre 1989, AD, série Europe 1986 – 1990, Communisme et Eurocommunisme, carton 6097.

36 Entretien Mitterrand-Kohl-Delamuraz (président de la Confédération helvétique), 15 décembre 1989, archives privées.

37 La rencontre de Kiev est souvent citée en renfort de la thèse de l’obstruction mitterrandienne, mais sans pièce à conviction crédible ; nous renvoyons sur ce point à notre ouvrage (note 1), pp. 157 – 160.

38 Entretien Mitterrand-Thatcher, 20 janvier 1990, archives privées. Les mémoires de Thatcher sont un autre élément à charge fréquemment mis en avant ; s’affirmant certaine que Mitterrand partageait ses propres préventions face à l’unité allemande, elle y dira regretter que le président français n’ait pas su surmonter sa « tendance à la schizophrénie » et envisagé avec elle « d’utiliser tous les moyens disponibles pour ralentir la réunification » : cf. Margaret Thatcher, The Downing Street Years, New York, 1993, pp. 797 – 798. S’il est vrai que Mitterrand n’aimait pas, semble-t-il, contredire Thatcher lors de leurs tête-à-tête (ce qui peut expliquer la tendance de cette dernière à lui prêter rétrospectivement sa propre germanophobie), il ne partageait pas ses sentiments anti-allemands et encore moins antieuropéens. Le ministre des Affaires étrangères de Thatcher, Douglas Hurd, était plus lucide : jugeant que c’était par pur « jeu intellectuel » que Mitterrand ne contredisait que mollement les fréquentes diatribes de Thatcher concernant l’Allemagne dans cette période, il avait essayé, sans beaucoup de succès, de la persuader de l’inanité d’une entente franco-britannique à cet égard étant donné les orientations européennes et franco-allemandes qui, pensait-il, demeureraient quoiqu’il arrive des priorités pour Mitterrand : cf. Douglas Hurd, Memoirs, Londres, 2003, p. 383. La publication récente des documents diplomatiques britanniques confirme ce qui précède : cf. Foreign and Commonwealth Office, Documents on British Policy Overseas, series III, volume VII, Londres, 2009.

39 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990.

40 Entretien accordé à cinq journaux européens, 27 juillet 1989, in : La Politique étrangère de la France. Textes et documents (PEF), juillet – août 1989, pp. 72 – 82.

41 Conférence de presse Mitterrand-Kohl, Bonn, 3 novembre 1989, PEF, novembre – décembre 1989, pp. 4 – 6.

42 Haltung der drei Westalliierten und der Sowjetunion zur deutschen Frage und zur Entwicklung in der DDR, 17. November 1989, in : Küsters, Hofmann (note 5), pp. 546 – 547.

43 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990 (cf. aussi le compte-rendu français, archives privées).

44 Entretien Kohl-Mitterrand, Paris, 15 février 1990, in : Küsters, Hofmann (note 5), pp. 842 – 852.

45 Message de Mitterrand à Kohl, 20 mars 1990, archives privées.

46 Le voyage de Mitterrand en RDA – comme la rencontre de Kiev avec Gorbatchev deux semaines plus tôt – est souvent utilisé pour démontrer que le président français aurait cherché à ralentir l’unité allemande en essayant de prolonger l’existence de la RDA, avec laquelle nombre d’accords (par exemple sur les échanges de jeunes gens) avaient été signés à cette occasion. Il s’agit pourtant d’un mauvais procès, nourri par une lecture rétrospective des événements : au moment du voyage de Mitterrand les 20 – 22 décembre 1989, l’unité allemande n’est encore qu’une perspective de moyen ou long terme, Helmut Kohl lui-même estimant qu’il faudra des années pour y parvenir (ce n’est qu’après la mi-janvier que la faillite du régime communiste réformé apparaîtra inévitable et, avec elle, celle du pays lui-même) ; dans ces conditions, passer des accords avec elle n’avait rien d’aberrant et ne traduisait pas une prise de position hostile à l’unité allemande – d’ailleurs évoquée sans ambages par le président français pendant son voyage – même si Mitterrand envoyait aussi de la sorte un message à Kohl : l’unification allemande ne saurait se faire par le biais d’une pure et simple absorption par la RFA de la RDA, et celle-ci devait être respectée en tant que partenaire à part entière. Sur ce voyage et plus généralement les relations France – RDA, cf. Ulrich Pfeil, Die ›anderen‹ deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949 – 1990, Cologne, 2004.

47 Il faut noter que Paris préférait nettement cette procédure à celle de l’article 146 (réunion d’une assemblée constituante) jugée beaucoup plus incertaine dans son déroulement et surtout porteuse du risque d’une remise en cause des engagements internationaux et européens de la RFA : cf. Bozo (note 1), pp. 198 et 218ss.

48 Entretien Kohl-Mitterrand, Paris, 15 février 1990.

49 Entretien Mitterrand-Roh Tae Woo (président sud-coréen), 30 novembre 1989, archives privées.

50 Lettre de Kohl à Mitterrand, 27 novembre 1989, AN, 5AG4/6903.

51 Entretien Mitterrand-Andreotti, 13 février 1990, archives privées.

52 Entretien Mitterrand-Kohl, 25 avril 1990, archives privées.

53 Hubert Védrine, note pour le président de la République, 8 février 1990, archives privées.

54 Voir sur ce point le témoignage de Michael Gorbatchev, Wie es War. Die deutsche Wiedervereinigung, Munich, 2000, pp. 131ss. ; Bozo (note 1), pp. 264ss.

55 TD Bonn 1632 – 34, 21 juin 1990, MAE, AD, ASD, carton 17 ; sur cette affaire, Bozo (note 1), pp. 228ss.

56 Cf. le témoignage de Bertrand Dufourcq, « 2 + 4 ou la négociation atypique », in : Politique étrangère, 2 (2000), pp. 467 – 484.

57 Conférence de presse du 25 mars 1959, dans Charles DE Gaulle, Discours et messages, vol. 3, « Avec le Renouveau », Paris, 1970, pp. 84s. S’agissant des textes et accords internationaux, il est important de souligner que la diplomatie française a toujours considéré que les conventions de Bonn (mai 1952) et de Paris (octobre 1954) affirmant les « droits réservés » des puissances occidentales leur faisaient obligation de faire d’un règlement de paix et de l’unification allemande leur objectif : cf. MAE, direction des Affaires juridiques, note pour le cabinet du ministre d’État, « Droits réservés » alliés en Allemagne, 6 février 1990 ; et note pour le ministre d’État, Droits réservés des Alliés en Allemagne, 7 février 1990, AD, ASD 1985 – 1990, carton 15.

58 Entretien Mitterrand-Thatcher, 20 janvier 1990.

59 Sur ces aspects, cf. Frédéric Bozo, « France, German unification and European integration », in : Id., Marie-Pierre Rey, N. Piers Ludlow et Leopoldo Nuti (éd.), Europe and the End of the Cold War : A Reappraisal, Londres, 2008, pp. 148 – 160.

60 Note d’Élisabeth Guigou pour le président de la République, Votre entretien-déjeuner avec Jacques Delors, le 2 février à 13 heures, 2 février 1990, AN, 51G4/7010.

61 Cf. par exemple note de Marie-Ange Théobald pour Jean-Louis Bianco, 6 février 1990, « Sondages relatifs à la réunification allemande et à l’Europe de l’Est et de l’Ouest », AN, 5AG4/7010.

62 Entretien Kohl-Mitterrand, Paris, 15 février 1990, in : Küsters, Hofmann (note 5), pp. 842 – 852 ; cf. aussi le compte-rendu d’Élisabeth Guigou, archives privées.

63 Joachim Bitterlich, « Frankreichs (und Europas) Weg nach Maastricht im Jahr der deutschen Einheit », in : Werner Rouget, Schwierige Nachbarschaft am Rhein : Frankreich-Deutschland, Bonn, 1998, pp. 112 – 123.

64 Védrine (note 7), p. 445.

65 Pour une analyse comparée des diplomaties américaine et française face à l’unification allemande, cf. Frédéric Bozo, « ›Winners‹ and ›Losers‹ : France, the United States, and the End of the Cold War », in : Diplomatic History, à paraître en 2009.

66 Védrine (note 7), p. 464.

67 Sur tout ceci, Bozo (note 1), pp. 228 – 230.

68 S’appuyant sur le déroulement de l’unification allemande pour laquelle les Allemands avaient, selon les demandes de Mitterrand, accepté des conditions garantissant son caractère « démocratique et pacifique », Védrine devait proposer à Mitterrand de suggérer l’élaboration d’une « doctrine » applicable aux situations de « désunification » à la yougoslave : celles-ci seraient légitimes dès lors qu’elles interviendraient, elles aussi, « démocratiquement et pacifiquement » (non-recours à la force, respect des accords d’Helsinki, droit des minorités, règlement de la question des frontières) ; cf. note pour le président de la République, Votre dîner avec le chancelier Kohl-Yougoslavie, 3 décembre 1991, archives privées.

69 Entretien Kohl-Mitterrand, Latché, 4 janvier 1990.

70 Voir sur ce point Frédéric Bozo, « The Failure of a Grand Design : Mitterrand’s European Confederation (1989 – 1991) », in : Contemporary European History, 17 (2008) 3, pp. 391 – 412.

71 Lettre de Kohl à Mitterrand (traduction de l’Élysée), 15 décembre 1991, archives privées.

72 Interview accordée par François Mitterrand à TF1, 15 décembre 1991, PEF, nov. – déc. 1991, pp. 151 – 158.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search