Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

IV. L'unité

Divisions et frustrations : le SPD face à l’unification allemande

Jean-Paul Cahn

Texte intégral

  • 1 Alfred Wahl, L’Allemagne de 1945 à nos jours, Paris, 2009, p. 295.
  • 2 Cit. in Jacques-Pierre Gougeon, « Le parti social-démocrate face à l’unification : tergiversations (...)

1En 1989 l’Allemagne était installée dans la division. Bonn et Berlin-Est géraient tant bien que mal en partenariat, plus intense à partir du relâchement de la tutelle soviétique1, une coexistence qui satisfaisait l’étranger. Nul ne s’attendait à une brutale accélération de l’histoire. En février 1989 Wolfgang Schäuble, chef de la chancellerie, déclarait : « Le régime de la RDA n’est pas à la veille d’un effondrement […]. Nous devons miser sur l’évolution, non sur la révolution »2.

  • 3 Un travail est fondamental pour notre sujet : Daniel Friedrich Sturm, Uneinig in die Einheit. Die (...)

2Le caractère soudain, rapide et pacifique de l’unification, l’évolution difficilement calculable de facteurs essentiels tels que l’opinion Est-allemande, le SED ou le Kremlin (dont les réponses différèrent des attentes), mirent les gouvernements et les partis en situation de gérer dans une large improvisation le retour à l’unité nationale. Le SPD, qui avait placé la nation au cœur de son action avant même la naissance des deux Allemagnes et qui avait sinon induit, du moins favorisé l’unification par l’Ostpolitik, aborda cette période non seulement en opposant, mais aussi avec cette propension qu’ont les partis socialistes à accentuer leurs divisions en période de crise ; il compliqua à plaisir la période qui marquait l’aboutissement de ses espoirs3.

3Nous verrons en la schématisant son attitude face aux débuts de la contestation ouverte en RDA, puis les divergences sociales-démocrates dans l’appréhension des événements, pour analyser finalement le SPD face à quelques situations révélatrices.

Les débuts de la contestation en RDA

  • 4 Wahl (note 1) p. 302.

4Durant l’été 1989 la contestation est-allemande devint crise. Ses exigences avaient déjà été affirmées par le passé dans le bloc soviétique – et étouffées, au besoin dans le sang. Berlin ne réagit pas outre mesure. Erich Mielke, chef de la Stasi, s’inquiéta surtout des progrès de la contestation au SED4. Le trucage des élections municipales du 7 mai 1989, dont la recherche a fait a posteriori l’anacrouse de la chute du SED, était pratique banale. Le pouvoir, fragilisé par la politique de Gorbatchev et la fin de la doctrine Brejnev, resta arcbouté sur son conservatisme autiste.

Les départs

  • 5 Concernant l’évolution des « pays frères », voir dans le présent ouvrage Pfeil, « Une ›fenêtre de (...)
  • 6 Westfälische Rundschau du 29 novembre 1989.
  • 7 Parlamentarisch-Politischer-Pressedienst du 28 novembre 1989.
  • 8 Anne-Marie Le Gloannec, La République fédérale d’Allemagne, Paris, 1994, p. 189.

5La première expression spectaculaire de la contestation fut le départ de nombreux Allemands de l’Est vers Prague ou Varsovie5, où ils trouvèrent refuge dans les ambassades Ouest-allemandes. En septembre l’ouverture de la frontière austro-hongroise par Budapest accéléra le phénomène. Wolfgang Schäuble, Oskar Lafontaine et d’autres appelèrent les citoyens de RDA à ne pas partir. Les capacités d’accueil de la RFA étaient limitées et on craignait que l’« autre Allemagne » ne devînt économiquement exsangue. Björn Engholm, Ministerpräsident du Schleswig-Holstein et président du Bundesrat, demanda la fin de toute incitation à l’entrée en République fédérale et une aide immédiate à Berlin permettant un redressement sensible de l’Est6, tandis que Wolfgang Roth, membre de la direction du parti, appela à engager la RDA dans un sens libéral sans faire du libéralisme un préalable à l’aide ouest-allemande7. Rien n’y fit, ni la fermeture des frontières, ni les appels. En janvier 1990 quelque 12 000 citoyens quittaient la RDA chaque semaine8.

  • 9 On pourra resituer ce problème des mouvements de population entre RDA et RFA dans sa perspective h (...)
  • 10 Sturm (note 3) pp. 230 – 237, ici p. 231.

6Ce problème des réfugiés est-allemands9 allait peser sur le SPD. Il y accompagna le débat sur la question nationale en novembre – décembre 1989, qui tourna autour du problème de la citoyenneté allemande des habitants de l’Allemagne de l’Est. Oskar Lafontaine monta en première ligne pour faire valoir des arguments sociaux contre les considérations nationales : le 6 novembre par exemple il jugea « nécessaire de limiter les arrivées par une réduction des aides et par des mesures administratives »10, exigences de caractère populiste qui le plaçaient en rupture avec une position fondamentale de son parti depuis Kurt Schumacher, en vertu de laquelle leur germanité conférait à tous les Allemands les mêmes droits et devoirs. Concevable dans un premier temps, quand l’opposition est-allemande limitait ses objectifs à une réforme de l’État dans le cadre de la coexistence, cette approche post-nationale devint en perdurant lourde de conséquences pour le SPD. Elle ne fut pas sans effet sur les critiques qui allaient être adressées au parti social-démocrate sur son peu d’empressement à accueillir les Allemands de l’Est dans une Allemagne unifiée, et à les faire participer à la prospérité de la RFA.

« Nous restons ! »

  • 11 Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 5 : Bundesrepublik und DDR, 1949 – 1990 (...)
  • 12 Wehler (note 11), p. 331.
  • 13 Voir notamment Wahl (note 1), pp. 302 – 303.
  • 14 Erhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949 – 1989, Berlin, 1997, p. 27.

7Les véritables opposants restèrent, leur action profita de l’écho médiatique des départs. À la fin de l’été les 325 groupes contestataires (souvent forts de moins de vingt personnes)11 que l’on dénombrait, entreprirent de se réunir. « Octobre fut pour le mouvement citoyen le ›véritable mois de l’émancipation‹ »12. À « Initiative Frieden und Menschenrechte », qui existait depuis 1986, s’ajoutèrent « Neues Forum » qui s’affichait anticapitaliste, « Demokratie jetzt », qui rejetait la « réunification-colonisation », « Demokratischer Aufbruch », qui réclamait des élections libres, etc.13. Contrairement aux contestataires tchécoslovaques ou polonais ces mouvements n’avaient pas tiré de l’expérience Dubcek la conclusion que le communisme était inaccessible aux réformes – ou plutôt, confiants dans l’expérience Gorbatchev, partiellement influencée par les idées de Prague 1968, ils envisageaient une telle possibilité. L’objectif était donc plus de liberté, respect des droits de l’homme14, socialisme à visage humain, pouvoir sous contrôle du peuple en lieu et place d’un pouvoir qui contrôlait le peuple… dans le cadre existant. Leurs demandes d’autorisation furent rejetées comme étant « hostiles à l’État ». En septembre les manifestations devinrent leur mode d’expression, mettant le pouvoir en difficulté. Pacifiques et relayées par les médias de l’Ouest, elles déniaient toute légitimité démocratique au pouvoir (« Nous sommes le peuple »), les exigences se radicalisant avec le nombre croissant des manifestants.

  • 15 Konrad Jarausch, « ›Die notwendige Demokratisierung unseres Landes‹. Die Rolle der SPD im Herbst 1 (...)
  • 16 Cité in Patrick von zur Mühlen, « Die SDP und der Sturz des SED-Systems », in : Faulen-Bach, Potth (...)
  • 17 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte vom ›Dritten Reich‹ bis zu (...)
  • 18 Cf. e.a. Rainer Eckert, « Sozialismusvorstellungen und Hoffnung auf Demokratie im Herbst 1989 », i (...)
  • 19 Cf. Jarausch (note 15), p. 60.

8En septembre 1989, alors que les autres rassemblements contestataires restaient des « mouvements », un groupe de sociaux-démocrates comprenant les pasteurs Markus Merkel et Martin Gutzeit, appela à la création d’un « parti socialiste » dans la tradition d’un socialisme qu’incarnait le SPD à l’Ouest. Pour la première fois depuis 1949 s’amorçait un pluralisme politique effectif. Inscrit dans la ligne du socialisme contestataire des années 197015, moins influencé par « Solidarnosc » ou la défense des droits civils autour de Vaclav Havel que par le protestantisme de gauche, en particulier dans ses propositions éthiques, ce parti mettait en avant une contestation pragmatique, un programme au lieu des discussions « interminables, mal structurées et partant souvent stériles »16 des mouvements existants. La revendication portait sur un « État clairement séparé de la société, un État de droit et une séparation nette des pouvoirs, une démocratie parlementaire et le pluralisme, une structuration confédérale, l’économie sociale de marché, une démocratisation de la vie économique, liberté pour les syndicats et droit de grève »17. Par sa création, le 7 octobre 1989 à Schwante, la « Sozialdemokratische Partei der DDR » (SDP) constituait une petite révolution. Elle remettait implicitement en cause le rôle dirigeant du SED18 et, par la seule perspective d’une démocratie parlementaire, elle contribua à le déstabiliser19.

9Si elle avait inscrit l’économie de marché à son programme, la « réunification » n’était pas sa priorité. Markus Meckel la jugea inappropriée et irréalisable, donnant à sa lecture de la situation des connotations éthiques :

  • 20 Cit. in Winkler (note 17), p. 519.

« Nous reconnaissons dans l’existence de deux États allemands la conséquence du passé coupable de notre peuple. Cela n’exclut pas des options futures dans le cadre d’un ordre européen de la paix, mais elles ne peuvent constituer actuellement des objectifs politiques dictant notre action »20.

  • 21 Cit. in Winkler (note 17), p. 520.

10Tactiquement ses positions n’étaient pas éloignées de celles du parti occidental, Hans-Jochen Vogel, président du SPD, déclarant le 8 novembre devant le Bundestag : « Pour nous la réunification n’est pas à l’ordre du jour car nous partons de l’existence de deux États […] Nous voulons des changements en RDA »21.

  • 22 Cit. in Timothy Garton ASH, Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich, 1993 (...)

11Dans un premier temps la question des liens avec le SPD resta en suspens. La direction, à Bonn, salua majoritairement sa création, Vogel plaida pour un soutien et Willy Brandt accepta la présidence d’honneur du SDP, mais d’autres, le premier magistrat de Berlin-Ouest Walter Momper par exemple, se montrèrent réservés : « Des créations de partis par des groupuscules de RDA ne pourront rien mettre en mouvement […]. Car le SED détient effectivement le pouvoir en RDA et il le gardera dans les temps à venir »22. Ces divergences n’étaient pas seulement tactiques. Elles révélaient une ligne de partage plus profonde : les uns voyaient dans l’appui au SDP une manière de prendre des distances par rapport au SED, raison pour laquelle les autres le rejetaient. De son côté le SDP ne voulait pas apparaître comme une succursale Est-allemande du SPD.

Approches sociales-démocrates divergentes

12Nous touchons ici à un point crucial. Alors que les chrétiens-démocrates et les libéraux soutinrent leurs dirigeants de façon homogène, le SPD ne parvint pas à dégager une lecture unique. Ses leaders tirèrent à hue et à dia tout au long de cette période. Le rapport à la nation pesait sur le parti depuis sa création. En 1875 le congrès fondateur de Gotha avait réuni l’eau et l’huile, les adeptes de Karl Marx et de l’internationalisme prolétarien, et les successeurs de Ferdinand Lassalle pour qui la nation était le cadre naturel de l’émancipation ouvrière. Les adversaires du socialisme firent du patriotisme un point sensible, l’approbation des crédits de guerre en 1914 en fit une plaie douloureuse. Depuis le dix-neuvième siècle le rapport à la nation ne cessa de peser sur le parti, y compris sur le débat entre réformateurs et révolutionnaires. Après la Deuxième Guerre mondiale la priorité nationale que préconisa Kurt Schumacher, et dont il fit l’aune de la discrimination allemande, raviva le conflit qui, apaisé par l’Ostpolitik, reprit à la fin des années 1980.

Les années 1980

  • 23 Au printemps 1989 une fronde au sein de la CDU, autour de Heiner Geissler, Ernst Albrecht, Lothar (...)

13Bien qu’elle ne fût pas exempte de responsabilité dans la chute de Helmut Schmidt en 1982, la social-démocratie vécut son retour dans l’opposition comme injuste et provisoire. Helmut Kohl gérait sans grand bonheur une image de balourd politique que le SPD alimentait, racontant par exemple que, lorsqu’il avait accueilli Ronald Reagan, il lui aurait dit aimablement « you can say you to me ». En 1987 le parti social-démocrate fit campagne sur le thème « L’Allemagne a besoin d’un chancelier en qui on peut avoir confiance »23.

  • 24 Parmi bien d’autres, ASH (note 22), p. 567, estime qu’elle fut un succès.

14Dans un premier temps Kohl n’apaisa pas les relations avec l’Est en général, celles avec Gorbatchev furent longtemps fraîches, notamment parce que, en pleine négociation États-Unis – Union soviétique sur la réduction de leurs potentiels militaires, et pour gêner celle-ci, Bonn avait comparé la maîtrise de la communication de Gorbatchev à « celle de Goebbels ». La shadow policy sociale-démocrate, appuyée sur les liens tissés en période de gouvernement, s’orienta vers l’Est : depuis Willy Brandt le SPD s’attribuait une compétence particulière dans ce domaine. L’Ostpolitik avait marqué une césure. Le changement par une reconnaissance de la RDA limitée au statu quo avait fait évoluer les rapports interallemands en les plaçant sur un plan contractuel et, si la politique à l’Est n’a pas entraîné directement l’unification, elle lui a ouvert la voie24. Helmut Schmidt l’avait poursuivi de manière plus technique et moins spectaculaire, en dépit de ses réserves. Dès les années 1970 l’appartenance commune des deux Allemagnes s’était muée en coexistence. On s’installa dans une relation sui generis entre deux États qui n’étaient ni un, ni étrangers.

  • 25 Au début des années 1980 leur progression se limita au plan régional, et en 1983 ils remportèrent (...)
  • 26 ASH (note 22), pp. 459 – 467.

15En 1980 Karsten Voigt réclama une « deuxième phase de l’Ostpolitik », fondée sur la sécurité. La guerre froide reprenant vigueur et les Verts commençant à percer en alliant sécurité et écologie25, cette idée rencontra un écho, notamment auprès d’Oskar Lafontaine ou d’Andreas von Bülow qui présidait le groupe de travail sur la sécurité (« Arbeitsgemeinschaft Sicherheit »). L’idée, fondée sur le refus de la ligne d’affrontement Est – Ouest de Ronald Reagan, était d’affirmer l’Europe face aux deux Grands : au congrès d’Essen, en 1984, on dit vouloir dépasser à terme les alliances et les blocs au profit d’un partenariat de sécurité. Les deux Allemagnes pouvaient avoir valeur d’exemple26 tout en servant la détente en Europe.

  • 27 Wehler (note 11), P. 325.
  • 28 Friedrich-Ebert-Stiftung (éd.), Die Ost-und Deutschlandpolitik der SPD in der Opposition, Reihe Ge (...)

16Les sociaux-démocrates entretinrent des contacts avec les partis communistes du bloc soviétique, le PCUS et le SED en particulier. Ils avaient noté avec satisfaction que Berlin-Est n’avait pas envenimé les relations interallemandes après l’affaire Pershing – Cruise Missile ; cela avait renforcé la position de ceux qui tablaient sur une communauté de confiance. Le SED, qui « continuait à planifier et à conduire les développements sociaux dans tous leurs aspects »27, s’imposait comme partenaire parce que nul ne pensait que la fin de son règne approchait et, comme le soulignera plus tard Hans-Jochen Vogel, parce que le gouvernement de RDA n’était qu’« une agence du Politbüro »28.

17Le SED répondit favorablement. Les rencontres avaient un caractère interétatique, preuve que Bonn s’installait durablement dans une configuration allemande à deux États. Comme le SPD considérait que la « résolution de démarcation », rédigée par Richard Löwenthal au moment de l’Ostpolitik afin de montrer que le réalisme du gouvernement fédéral ne rapprochait pas les partis, gardait sa validité, chacune des deux parties pouvait simultanément se démarquer de l’autre. On avait le beurre et l’argent du beurre.

  • 29 Pour plus ample informé, voir ASH (note 22), pp. 470 – 478.
  • 30 Voir sur ce point Sturm (note 3), p. 96.

18Aux contacts Herbert Wehner – Erich Honecker s’ajoutèrent en 1983 des entretiens Vogel – Honecker, des rencontres Karsten Voigt – Hermann Axen, puis des groupes de travail sur des questions de sécurité, élargis au nucléaire après que Brandt eut rencontré Honecker en 1985. L’aboutissement en fut en 1988 la proposition commune d’une « zone de confiance et de sécurité au centre de l’Europe »29. Mais le principal document, négocié par Erhard Eppler et Otto Reinhold, fut « La querelle des idéologies et la sécurité commune », connu sous le nom de « Streitpapier ». Dans ce document, la première déclaration commune qu’aient signée les deux partis depuis 1918, et qui faisait de la paix une mission commune de l’Est et de l’Ouest fondée sur un dialogue intersystémique, figuraient des recommandations telles que la nécessité de maintenir les rivalités entre les systèmes (libéral et communiste) dans un cadre pacifique, des références à l’« héritage humaniste de l’Europe », etc. Un passage en particulier fit polémique : « Aucune des parties n’est fondée à dénier à l’autre le droit à l’existence. Nous ne pouvons espérer que l’un des systèmes fera disparaître l’autre. Notre espoir est qu’ils seront tous deux à même de se réformer »30. Helmut Schmidt et Hans-Jürgen Wischnewski par exemple, s’interrogèrent sur l’opportunité de tels documents. Le SPD et le SED prirent leurs distances. Seule l’opposition Est-allemande l’accueillit avec quelque satisfaction : elle s’y référa pour demander (sans succès) que le débat idéologique, jugé nécessaire vers l’extérieur, concernât aussi la contestation en RDA.

  • 31 Dieter Groh, Peter Brandt, ›Vaterlandslose Gesellen‹. Sozialdemokratie und Nation 1860 – 1990, Mun (...)
  • 32 Cit. in Gougeon (note 2), p. 318.
  • 33 ASH (note 22), p. 496.

19Les concessions réciproques eurent des retombées sur le SPD. L’évolution du droit à l’autodétermination en fut une illustration. Sous Kurt Schumacher comme sous Erich Ollenhauer ce droit devait être la clé de l’unité nationale. Le programme de gouvernement de 1987 le reprit, mais en refusant d’anticiper l’usage qu’en feraient les Allemands de l’Est31. L’instrument privilégié de l’unité, à propos duquel Willy Brandt rappelait en septembre 1990 que « la tradition sociale-démocrate et l’autodétermination sont historiquement inséparables »32, devenait simple référence au droit international commun, la liberté de choix primant l’unité nationale. Cela explique que l’appel du Parteirat à des élections libres en RDA, le 31 octobre 1989, précisât que la décision serait acceptée quelle qu’elle fût. En clair, cet appel se situait dans l’hypothèse d’une réforme (et non d’une disparition) de la RDA, il se greffait sur le slogan « Nous sommes le peuple ». Cette démarche allait de pair avec le souci de la direction (Parteivorstand) d’améliorer les conditions de vie à l’Est, notamment par la libération d’opposants. Une note à Vogel soulignait en 1990 que 2 128 des 4 320 cas de contestataires est-allemands traités avaient trouvé une issue favorable33.

20Il y eut plus spectaculaire. En 1986, le SED fut représenté au Congrès de Nuremberg tandis que le SPD assistait au sien à Berlin-Est. Les sociaux-démocrates, qui n’auront jamais l’occasion d’être les interlocuteurs de Gorbatchev, faisaient ainsi un pas en direction d’un parti qui avait entrepris de combattre la politique du Kremlin.

  • 34 ASH (note 22), p. 494.

21Les préoccupations électoralistes n’étaient pas absentes. En août 1988 Oskar Lafontaine proposa à Erich Honecker qu’un accord entre leurs partis au sujet des vols à basse altitude fût intégré au programme électoral du SPD – ce que Timothy Garton Ash qualifie d’« opportunisme partisan dénué de principes »34.

  • 35 Cf. Sven Papcke, « Erneuerung der SPD ? Die Diskussion des Irseer Programmentwurfs », in : Gewerks (...)

22Les relations que le SPD entretint avec le SED dans les années 1980 prêtèrent le flanc à la critique à triple titre. Par leur caractère exclusif : le SPD n’imagina pas que des réformes pourraient venir d’ailleurs que du SED ; il négligea les contacts avec les mouvements contestataires, s’en tenant à la conception (des années 1960) de la « libéralisation par la stabilisation » ; l’expérience Solidarnosc en Pologne ne l’en détourna pas. Ensuite par l’incompréhension qu’elles suscitèrent – et qui crut avec le temps : si l’opinion accepte que des gouvernements soient contraints d’entretenir des relations avec des partenaires peu recommandables, elle ne l’admet pas des partis, a fortiori d’opposition. Et de fait, on discuta par exemple des déficits de démocratie de part et d’autre de la frontière, ce qui revint par un effet de perspective à banaliser les entraves du régime communiste aux droits de l’homme et à la démocratie. Le SPD suscita une polémique lorsqu’il affirma dans les propositions d’Irsee (« Irseer Entwurf », 1983) : « nous avons la liberté mais il nous manque l’égalité, à l’Est c’est le contraire »35. De telles concessions au SED offraient à la majorité l’occasion de critiques faciles. Volker Rühe, secrétaire général de la CDU, parlant en septembre 1989 de « changement par la lèche » (« Wandel durch Anbiederung », jeu de mots sur « Wandel durch Annäherung »), mit en mots (polémiques) le sentiment de nombreux Allemands. Le SPD sentit le danger : Norbert Gansel lança l’idée d’un « changement par la distance » (« Wandel durch Abstand ») et des contacts furent pris avec « Neues Forum » et les Églises protestantes.

  • 36 Wehler (note 11), p. 327.

23La dernière rencontre SPD – SED se tint en avril 1989. Celle qui avait été prévue pour mars 1990 n’eut pas lieu. Cependant, ces sept années marquèrent la période de la Wende. Elles imprégnèrent la lecture sociale-démocrate des événements, certains, Egon Bahr ou Oskar Lafontaine, éprouvant des difficultés à se dégager d’un schéma fondé sur une coexistence qui les avait convaincus de sa viabilité. Elles orientèrent aussi la lecture que fit l’opinion de l’attitude du SPD face aux changements : même les critiques pertinentes qu’il fit furent suspectées de viser à prolonger la division nationale afin de préserver le pouvoir du SED. Des maladresses, telle l’intervention d’Oskar Lafontaine, en 1988, pour que cesse le soutien ouest-allemand aux dissidents de RDA36, firent le reste. Les années 1983 – 1989 contribuèrent à intégrer à la grille de lecture populaire la conviction erronée d’une proximité « socialo-communiste » – que certains sociaux-démocrates, il est vrai, n’eurent gère à cœur de dissiper.

La ligne nationale

  • 37 Voir plus haut.

24En 1989 un ancien membre de la direction du Evangelischer Kirchentag, Erhard Eppler, fut chargé par le groupe social-démocrate de prononcer au Bundestag le discours commémorant le 17 juin 1953. Longtemps impliqué dans les entretiens des années 198037, il avait pris ses distances en raison des réticences du parti Est-allemand envers la ligne Gorbatchev. Il n’avait pas été le seul. Norbert Gansel, Erhart Körting ou Gert Weisskirchen avaient fait de même.

  • 38 En mars 1989, jugeant sévèrement l’attitude du SED face aux contestataires, la « Grund-wertekommis (...)
  • 39 Groh, Brandt (note 31), p. 328.
  • 40 À propos du discours d’Eppler, voir Sturm (note 3), pp. 111ss.

25Après avoir noté qu’appartenait à la nation qui se sentait lui appartenir, Eppler affirma qu’à bien des égards ce sentiment était plus fort en RDA qu’en RFA, et, ayant constaté que la République fédérale n’avait pas fait connaître ses intentions au cas où le rideau de fer rouillerait prématurément, il fit référence à l’attirance qu’exerçait la République de Bonn. Tout en soulignant que le droit à l’autodétermination ne pouvait être dénié aux Allemands, il dit que la paix en était la condition. Il exclut tout autant un Sonderweg qu’une neutralisation ou la fin des alliances, refusant la notion de « réunification » au nom des craintes qu’elle suscitait à l’étranger. Il demanda au contraire que l’on ne reconstruisît pas, mais que l’on construisît sur des bases nouvelles. Aux autorités de RDA il reprocha incapacité à se réformer et « aveuglement autiste et autosatisfait », ce en quoi il allait au-delà des analyses de son groupe38 et, s’il n’exclut pas la stabilisation d’une RDA réformée, c'est-à-dire libérée du pouvoir absolu du SED39, il fit allusion à ces Allemands de l’Est qui espéraient davantage en la fin de leur État qu’en des réformes40.

  • 41 Cit. in Winkler (note 17), p. 511.
  • 42 Ash (note 22), p. 483.
  • 43 Ash (note 22), p. 483.
  • 44 Cit. in Winkler (note 17), p. 496.

26Le 9 novembre, quand la nouvelle de l’ouverture du Mur fut connue, Hans-Jochen Vogel fit référence à Willy Brandt, « bourgmestre régnant de Berlin le 13 août 1961, le jour où a été construit cet édifice inhumain »41. Cette allusion à la responsabilité dont avaient fait preuve les sociaux-démocrates en des temps difficiles et, de manière plus perfide, ce rappel que le SPD n’était pas au pouvoir au moment de la construction du Mur, mais qu’il avait permis l’érosion du Mur par l’Ostpolitik, visaient à souligner l’étroitesse du lien qui unissait le parti à la question allemande tout au long de l’histoire de la RFA. Brandt et Vogel, se rendirent à Berlin. L’ancien chancelier, qui interpréta très tôt les événements comme une consécration de sa politique, y prononça la phrase célèbre « Désormais se rejoint ce qui est fait l’un pour l’autre », tissant un pont entre le début des années 1970 et la fin de la décennie 1980. À vrai dire, instruit par son expérience des Affaires, il avait senti dès le printemps 1989 « la possibilité non d’une réunification, mais d’une unité sous forme nouvelle, bien qu’il pensât ne pas en être le témoin »42, et en juin il annonça le temps « où il faudra déconstruire ce qui sépare arbitrairement les hommes, surtout les hommes d’un même peuple »43 ; début septembre enfin il déclara qu’arrivait à son terme une période « dans laquelle l’enjeu de nos relations avec l’autre État allemand était avant tout de contribuer à préserver par de multiples petits pas la cohérence des familles, et avec elle celle de la nation »44.

  • 45 Groh, Brandt (note 31), p. 330.
  • 46 Sturm (note 3), p. 460.

27La citation de Brandt (« Nun wächst zusammen […] ») eut certes un effet rassembleur au congrès du parti, à Berlin, en décembre ; soutenu par Vogel, Klaus von Dohnanyi, Karsten Voigt, ou Ingrid Matthäus-Maier, l’ancien chancelier tenta de rallier le SPD à l’idée de l’unité45. Mais l’opinion associa cette phrase à l’homme, non à son parti. Le SPD en tira d’autant moins de bénéfice que Lafontaine et d’autres « s’opposèrent aux aspirations unitaires à partir du constat de déficit de souveraineté allemande »46. Le congrès de Berlin fut l’occasion d’afficher des divergences plus qu’une unité autour de l’évolution de la question allemande.

  • 47 Sturm (note 3), p. 471.

28« Brandt fut en cette période une bénédiction pour le SPD » estimera Sturm47. Mais il avait un double handicap. En 1989 il était un stylite. Il vit son prestige augmenter dans l’opinion, mais la tendance nationale qu’il représentait était minoritaire dans les instances du SPD, ses opposants étaient forts. Il n’était pas isolé : des hommes en vue tels que Helmut Schmidt, Klaus von Dohnanyi ou Hans-Ulrich Klose, des protestants de gauche également, Johannes Rau ou Erhard Eppler, se prononcèrent pour une prise en compte des aspirations unitaires ; mais si Brandt apparaissait comme un has been auréolé du prestige de l’Ostpolitik par laquelle, on en était convaincu même si l’on n’en mesurait pas avec précision l’impact, il avait fait bouger les lignes, au présent il n’apparaissait pas comme le détenteur d’un pouvoir réel. Son prestige constitua un handicap pour son parti : ce vieux monsieur rappelait que l’engagement national du SPD se conjuguait au passé.

Lafontaine, les thèses post-nationales et le SED

  • 48 Cit. in Hélène Miard-Delacroix, « Une seule Allemagne ? Théorie et pratique du Alleinvertretungsan (...)
  • 49 Les Verts eurent une attitude plus réticente que le SPD. Le 16 novembre 1989 Joschka Fischer écriv (...)

29« Il n’existe pas d’État qui ait deux peuples ni de peuple qui ait deux États »48. Pour certains sociaux-démocrates des années 1980 cette phrase par laquelle Adolf Arndt avait justifié la politique allemande du parti était dépassée49.

  • 50 Ash (note 22), p. 482.
  • 51 Cf. Gougeon (note 2), p. 310.
  • 52 Winkler (note 17), p. 605. Louis Dupeux s’opposait à juste titre à ce que l’on traduisît le mot «  (...)

30La répartition ne se fit pas selon le seul critère générationnel. Egon Bahr, pensant que les citoyens de RDA n’accepteraient pas qu’on les « privât de leur état »50, avait proposé en 1988, dans « Zum europäischen Frieden. Eine Antwort auf Gorbatschow » la signature de traités de paix séparés avec les deux Allemagnes. Il ne comprit pas que les évolutions de 1989/90 impliquaient une rupture avec les années 1980. Mais la dimension générationnelle était présente : ceux que l’on appelait « les petits-enfants », les Enkel, Oskar Lafontaine, Gerhard Schröder, Rudolf Scharping ou Heidemarie Wieczorek-Zeul, solidaires et plus influents qu’Eppler ou Gansel, étaient marqués par les valeurs qui avaient accompagné leur maturation politique, celle en particulier de l’Europe garante d’équilibre et de paix dans le cadre du statu quo (ce qui faisait encore du SED un interlocuteur valable en 1989, et portait en même temps à considérer que les mutations de cette période pouvaient constituer une menace), ou encore la conviction que son passé faisait particulièrement obligation à l’Allemagne de ne plus se concevoir en termes de nation. La priorité de la paix ne faisait pas débat. Le lien entre Europe et sécurité n’était pas une première, après le « système de sécurité collective » de Carlo Schmid (1952), la zone dénucléarisée qu’avait préconisée Fritz Erler (1953) ou encore le « plan pour l’Allemagne » de Herbert Wehner (1959)51. Mais le rapport paix – unité avait changé : alors que dans les années 1950 la réunification était conçue comme condition de la paix, elle apparaissait désormais comme subordonnée à celle-ci ; là où Schumacher pensait (à partir du précédent de Weimar) que la discrimination que constituait la division de la nation allemande serait génératrice de nationalisme, la tendance post-nationale considérait que l’unification allemande pouvait engendrer de nouveaux appétits de puissance, et donc être une entrave à la paix. Cette méfiance viscérale envers la nation s’appuyait sur la perception qu’avaient les jeunes cadres de la République fédérale : le 17 septembre 1990, faisant probablement allusion au code de la nationalité, Oskar Lafontaine déplora que l’Allemagne de l’Ouest conservât une « conception völkisch »52 de la nation. À partir d’une telle lecture, que sous-tendait, avec l’allusion au Troisième Reich, l’idée d’une agressivité et d’une volonté de conquête germaniques génétiques, réunir le « peuple » allemand, au sens où l’entendait la Loi fondamentale, apparaissait comme un risque terrible. La conséquence en était toutefois en contradiction avec l’appréhension des Brandt et autres pour qui, dans la ligne de la constitution, la solidarité avec les Allemands de l’Est allait de soi.

  • 53 Frankfurter Rundschau du 24 février 1990.

31La figure de proue de la tendance post-nationale, réticente envers l’unité, fut le chef du gouvernement sarrois, considéré comme le meilleur concurrent de Kohl et qui devint le candidat social-démocrate à la chancellerie fin janvier 1990, Oskar Lafontaine. Né en 1943 (Brandt en 1913) il s’était illustré notamment par son engagement pacifiste contre Helmut Schmidt au moment de la discussion autour de la « double décision de l’OTAN ». Il n’était ni incontesté, ni incontestable. Mais il était influent auprès des militants et des médias, par son sens de la formule et depuis qu’il avait refusé en 1987 de succéder à Willy Brandt à la tête du parti. Dans « Deutsche Wahrheiten. Die nationale und die soziale Frage » qu’il publia en 1990 à Hambourg, il définissait l’État-nation comme historiquement pernicieux et inadapté aux années 1989/90. En février 1990, à Leipzig, il affirma que penser en catégories nationales était obsolète53. Pour cette raison il raisonnait en marge de la pensée nationale, fondant ses conceptions sur les régions et sur l’Europe, chacun de ces niveaux devant contribuer au développement de l’autre.

  • 54 Hans-Jochen Vogel, Meine Bonner und Berliner Jahre, Munich, 1996.

32Il coordonna la préparation du programme électoral que les sociaux-démocrates adoptèrent en décembre 1989. Les médias accordèrent un large écho à ses propos. Cependant, à mesure que l’évolution à l’Est prit un tour plus national l’ombre prestigieuse et tutélaire de Willy Brandt se fit plus pesante. Hans-Jochen Vogel54, président du parti et du groupe parlementaire, s’usa à préserver des bribes de collaboration et un semblant d’homogénéité.

  • 55 Cf. notamment Der Spiegel du 11 juin 1990. Cf. également la caricature empruntée à la « Tageszeitu (...)

33Son prénom, qui rappelait celui du héros du Tambour, le soutien que lui apportait Günter Grass et le rôle de trublion qu’il jouait volontiers valurent bientôt à Lafontaine le sobriquet de « Trommler ». La caricature en joua. Elle eut un rôle plus important encore en le présentant dans d’innombrables dessins comme l’homme du refus (« Nein ! » en gros caractères dans les bulles55).

34Daniel Friedrich Sturm accorde beaucoup d’importance à ses contacts des années 1980 avec la RDA. Lafontaine avait vu Honecker pour la première fois en 1982, il l’avait aussi accueilli à Sarrebruck en 1987, lors de son voyage officiel en RFA. En tout ils s’étaient vus neuf fois. Il reçut aussi Egon Krenz en Sarre en juin 1989, quelques jours seulement après que l’homme du SED eût applaudi à la répression de la place Tienanmen, au moment même où Johannes Rau conjurait son parti de prendre ses distances par rapport au SED en raison de cette approbation. Quand son parti fit sien l’objectif unitaire, Lafontaine donna l’impression de s’y résigner. Nombreux furent ceux qui, à l’Est, interprétèrent cette attitude comme leur étant hostile. Sturm fait ici une distinction entre ceux qui, comme Lafontaine, n’avaient eu que des contacts institutionnels avec Berlin-Est et ceux qui, comme Johannes Rau avaient eu des contacts hors de la sphère établie du SED, et qui se montrèrent plus favorables à l’unification.

À l’épreuve des faits

  • 56 Sturm (note 3), pp. 195 – 217.
  • 57 Cit. in Sturm (note 3), p. 213.

35La fuite massive de RDA ni les révélations de la presse sur les difficultés de la vie à l’Est n’avaient permis à ceux qui demandaient au parti de clarifier ses positions sur l’Allemagne d’obtenir satisfaction. Chacun campait sur ses positions. Le 10 novembre 1989 Brandt et Momper tinrent des propos contradictoires à Berlin56. En dépit du soutien de Vogel et de Dohnanyi Norbert Gansel, qui rédigea en urgence ce même jour un projet de résolution pour le Parteivorstand, se trouva à peu près isolé le lendemain. La déclaration du PV mît davantage en avant Momper que Brandt, et le ton fût donné par la formule d’Egon Bahr « Avec les bouleversements de l’Est et de RDA vient le temps de la sécurité commune et du désarmement »57.

Réactions sociales-démocrates aux dix points de Kohl

  • 58 Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenwart,(...)
  • 59 Voir Georges-Henri Soutou, La guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943 – 1990, Paris, (...)
  • 60 Soutou (note 59), p. 709.

36Telles étaient les conditions dans lesquelles le SPD accueillit fin novembre le « plan en dix points » de Kohl. Le 6 novembre les manifestants de Leipzig avaient scandé « Allemagne patrie unie », suscitant à l’étranger des inquiétudes que Genscher avait dû calmer58. Kohl et George Bush, préoccupés par les développements possibles en RDA, étaient convenus de se consulter fréquemment ; le 21 novembre Nikolai Portugalov, membre du Comité central du PCUS, avait dit à Horst Teltschik, conseiller du chancelier, que, contrairement au langage officiel, « une confédération entre les deux Allemagnes était envisageable »59. Pour permettre à Bonn de reprendre l’initiative, Kohl saisit le window of opportunity. À la veille du sommet Bush – Gorbatchev de Malte il proposa un programme partant d’une démocratisation de la RDA et aboutissant à l’unité nationale après une période confédérale encadrée par « un système européen fondé sur la CSCE »60.

  • 61 Cit. in Sturm (note 3) p. 219.
  • 62 Cit. in Sturm (note 3), p. 221.
  • 63 Cit. in Sturm (note 3), p. 222.
  • 64 Wehler (note 11), p. 337.

37L’idée d’une confédération n’était pas nouvelle, Krenz et Modrow l’avaient évoquée, de manière assez vague. La direction du SPD, Hans-Jürgen Vogel, Karsten Voigt ou encore l’ancien ministre Horst Ehmke approuvèrent les dix points car ils y retrouvaient des éléments que le parti avait énoncés ou soutenus, en particulier la transition par la case confédération. Après l’intervention de Kohl Voigt déclara : « Monsieur le chancelier, avec ces dix points que vous avez présentés ici vous vous êtes rapproché de nous à bien des égards. Dans la situation actuelle, face aux défis, les sociaux-démocrates n’hésiteront pas à se rapprocher de vous […]. C’est pourquoi nous approuvons en totalité les dix points »61, propos que certains de ses collègues du groupe parlementaire considérèrent comme un chèque en blanc. Les réactions de désapprobation se multiplièrent. Wolfgang Biermann, collaborateur de Bahr, demanda que le parti fît de la confédération « une chance pour une évolution autodéterminée de la RDA en étroite collaboration avec la République fédérale »62, en d’autres termes, son analyse excluait l’objectif d’unité nationale et elle faisait de la confédération de deux États un aboutissement ; Biermann excluait expressis verbis une « annexion à la RFA »63 (« Anschluss »). Oskar Lafontaine s’en prit à la fois au cavalier seul du chancelier, à qui il reprochait de ne pas avoir consulté les alliés, et à la perspective d’une intégration de l’Allemagne tout entière à l’OTAN. L’Alliance faisait sur lui et ses proches l’effet d’un chiffon rouge : Heidemarie Wieczorek-Zeul alla même jusqu’à proposer que l’Allemagne en sortît – idée qui fit rapidement long feu. Mais, quand Schäuble eut négocié le texte qui mettait en forme l’accord par lequel Bush – Gorbatchev (mai – juin 1990) laissaient à l’Allemagne le choix de ses alliances, le SPD « bloqua l’accord à la faveur de sa majorité au Bundesrat et à l’aveuglement de Lafontaine »64 avant de l’approuver finalement (le texte entra en vigueur le 12 septembre).

  • 65 Cit. in Werner Weidenfeld, Außenpolitik für die deutsche Einheit. Die Entscheidungsjahre 1989/1990 (...)
  • 66 La frontière Oder-Neiße avait fait par le passé l’objet de contestations, accentuées dans les anné (...)
  • 67 Winkler (note 17), p. 528.

38Lafontaine qualifia les dix points de « raté diplomatique »65, mettant en avant les réserves de l’étranger et l’absence d’un onzième point, la reconnaissance définitive de la frontière occidentale de la Pologne66. Il y avait là divergence fondamentale avec Vogel ou Voigt : pour Lafontaine la construction européenne avait priorité sur l’unité nationale allemande, concept dépassé et gros à ses yeux d’une résurgence d’idées nationalistes. Il préférait une confédération d’États allemands dans le cadre de progrès européens significatifs. Finalement une résolution sociale-démocrate approuva les propositions du chancelier, mais en omettant de mentionner le terme de « confédération » et en diluant l’accord du SPD dans une macédoine de revendications diverses (dénucléarisation, etc.). Et, après que le Bundestag eût approuvé à l’unanimité moins les voix des Verts les dix exigences du gouvernement, Lafontaine parvint à empêcher une déclaration commune chrétiens-démocrates – libéraux – sociaux-démocrates en faveur de laquelle Vogel, Brandt et Voigt avaient pourtant œuvré67.

L’union monétaire

  • 68 Ehrhard Eppler, cit. in Sturm (note 3), p. 240.

39Au vu des développements que connaissait l’Est la perspective de l’unité devenait moins improbable, et le nombre de ceux qui s’inquiétaient des conséquences d’une attitude négative du parti au moment où elle viendrait à se faire allait croissant. Le parti risquait de rester à l’écart de l’histoire. Il fallait arrêter une ligne claire, d’autant que se dessinait la perspective d’un congrès (qui se tint à Berlin du 18 au 20 décembre). Rau rappela que la coexistence étatique ne pouvait constituer un programme politique. Tandis qu’à Dresde des Allemands de l’Est acclamaient Kohl (« Nous sommes un peuple »), la discussion opposa une nouvelle fois les partisans du statu quo et ceux qui entendaient prendre en compte les évolutions et les aspirations, en particulier humaines, à l’Est : « Les gens d’en face [= RDA] prennent de plus en plus leur destin en main. Il faut le souligner positivement […]. Nous ignorons si les mouvements de RDA prendront en compte les réalités européennes. L’enjeu n’est pas uniquement ce qu’accorde le SED, il y va de ce que les hommes cherchent à obtenir »68. Le concept de nation, que beaucoup assimilaient à la droite, suscitait encore et toujours de la méfiance, plusieurs orateurs condamnèrent à Berlin le « pathos national » et l’assimilèrent à ses variantes nationalistes. Il en sortit un texte relativement édulcoré dans lequel, reprise de la formulation des années 1970, retour à l’unité dans le cadre d’une libre autodétermination et Europe étaient liés.

  • 69 Görtemaker (note 58), p. 739.

40Au moment où Wolfgang Schäuble, devenu ministre de l’Intérieur, invitait Kohl à proposer à Hans Modrow une « union économique et monétaire »69 le SPD s’enfonçait dans la perplexité. Cette proposition, d’abord jugée prématurée, tarda à prendre forme. Elle fut rendue publique dans des conditions qui ne l’exemptaient pas du soupçon d’électoralisme, moins de deux mois avant les élections en RDA, mais à un moment où la prise de conscience des réalités est-allemandes commandait d’agir. Le 13 mars, cinq jours avant les élections, Kohl annonça le taux de conversion, 1 pour 1, qui correspondait certes aux vœux des électeurs de l’Est, moins aux réalités économiques.

  • 70 Görtemaker (note 58), p. 742.

41Le SPD était donc sur la défensive, même s’il n’était pas directement impliqué dans les élections. Les clivages se renouvelèrent à propos de la question monétaire : Willy Brandt l’approuvait, pas évident vers l’unité, Vogel allait jusqu’à envisager un front parlementaire commun derrière le chancelier. Dohnanyi, Wischnewski, mais aussi des Enkel, Walter Momper et Wolfgang Roth, considéraient que l’importance du texte, à la négociation duquel les sociaux-démocrates de l’Est avaient été associés, justifiait que l’on passât outre ses faiblesses. Mais, soutenu une fois encore par Gerhard Schröder, Andreas von Bülow, Heidemarie Wieczorek-Zeul…, Oskar Lafontaine se distancia. Il s’appuya sur un expert reconnu, le directeur de la Bundesbank Karl Otto Pöhl, qui avait jugé l’union monétaire « inappropriée et impossible »70 dans les délais prévus par l’exécutif. Lafontaine estima qu’afin de préserver les débouchés de l’Allemagne de l’Est en Europe centrale et orientale et de permettre son adaptation il fallait mettre en place une monnaie-relais au taux de 1 pour 5. Mais la stratégie qu’il préconisait surprit : s’opposer au texte au Bundestag pour marquer sa désapprobation (le SPD étant minoritaire, cela ne tirait pas à conséquence), et ne pas s’y opposer au Bundesrat afin de ne pas endosser la responsabilité de l’échec. Le Parteivorstand refusa de le suivre. Le traité fut ratifié le 21 juin, le jour même où les deux chambres déclarèrent intangible la frontière Oder-Neiße.

La tentation électoraliste du gouvernement fédéral et les élections du 2 décembre

  • 71 Cit. Heinrich Potthoff, « West-SPD und DDR Sozialdemokraten. Zeitzeugengespräch », in : Faulenbach (...)

42Johannes Rau avait prévenu dès le 27 novembre 1989 : « Si le SPD manque le train de l’unité, il manquera aussi et pour des années la chance de gagner des élections et de revenir aux responsabilités gouvernementales »71.

43La stabilité politique voulue par la constitution de la RFA avait eu jusqu’alors pour conséquence le respect des échéances électorales. En quarante années d’existence un seul gouvernement fédéral avait été renversé, celui de Helmut Schmidt. Helmut Kohl avait gardé la présidence de son parti et la tentation fut forte de tirer un bénéfice électoral de la Wende, à la manière britannique. Cela eut deux conséquences déplorables : le chancelier organisa la chute de son gouvernement selon une procédure qui alimente encore le débat constitutionnel, et d’autre part la préparation des élections le poussa à des déclarations qui compliquèrent grandement la concrétisation de l’unité et les années qui suivirent. Mais il obtint la victoire électorale qu’il souhaitait.

  • 72 Pour la contextualisation de ces élections, voir Pfeil (note 5).

44De premières élections, limitées à la RDA (18 mars 199072) avaient donné une large victoire aux partis de l’unité, tandis que les sociaux-démocrates, baptisés « SPD der DDR » depuis janvier (ancien SDP), subirent un échec qui dépassa les prévisions (22 % des suffrages à peine). On invoqua diverses raisons, notamment l’inélégance avec laquelle les chrétiens-démocrates (à qui cela permit de glisser sous le tapis quelques unes de leurs propres casseroles) avaient mis l’accent sur les contacts passés du SPD avec le SED, les révélations par la presse du passé de délateur de l’un des leaders charismatiques du SPD-RDA, Ibrahim Böhme, ou encore la prise en main par la CDU-Ouest de son correspondant est-allemand, etc. Certes, face à l’« Alliance pour l’Allemagne » autour de la CDU et à la « Fédération des démocrates libéraux », l’appui logistique du SPD, celui, politique, de Willy Brandt (qui fit illusion en rassemblant des foules enthousiastes), n’avaient pas suffi. Il n’en demeurait pas moins que le vote du 18 mars fut d’abord un vote en faveur de l’unification. Néanmoins, le 27, le SPD avait fait d’Oskar Lafontaine son candidat à la chancellerie.

45Depuis le 3 octobre 1990 et l’adhésion des nouveaux Länder le débat politique était clos. Les structures et le mode de vie publique de la RFA étaient étendus au territoire de l’ancienne RDA, du plus haut niveau aux communes. Les élections par lesquelles les habitants de l’Est s’étaient donné des députés avaient été un succès pour la coalition chrétienne-démocrate – libérale qui avait obtenu la majorité dans quatre des cinq nouveaux Länder, seul le Brandebourg se donnant un Ministerpräsident social-démocrate, Manfred Stolpe. Le débat électoral porta donc sur les seuls domaines encore ouverts, l’adaptation du niveau social des nouveaux Länder à celui des anciens et la maîtrise du coût de l’unification. Lafontaine s’efforça de démystifier les promesses du chancelier, d’en révéler les excès et l’irréalisme : le marché ne pouvait absorber seul le prix de l’unification. Alors que Kohl rejetait par exemple l’idée d’augmentations d’impôts pour financer l’unité Lafontaine les jugeait incontournables sans pour autant pouvoir éviter que s’accentuent les inégalités sociales – langage que dans le contexte d’alors peu d’électeurs souhaitaient entendre.

  • 73 Sturm (note 3), p. 432.

46L’attentat dont il fut victime ne pesa guère dans la balance – sinon indirectement : pendant sa convalescence son parti s’était éloigné de lui. Le pari de Lafontaine, qui avait pensé que l’unité conduirait Kohl à la perte des élections fédérales73, s’avéra erroné. Que le gouvernement parvînt à masquer jusqu’au vote les effets économiques et fiscaux de l’unité, suscitant le sentiment qu’il avait été seul l’artisan d’un succès rapide et total, eut par contre un effet réel. Pour autant il ne faut pas nier la part du SPD dans son échec. Kohl n’avait pas fait dans la dentelle. Aux « paysages florissants » qu’il avait annoncés s’était ajoutée la promesse d’une unification sans douleur grâce aux privatisations et aux effets économiques de l’unité. L’absorption en cinq ans de l’Est était une promesse fondée sur la sous-estimation de l’état de délabrement de l’économie de l’ex-RDA et sur une surestimation des effets de l’économie de marché. Ce qui avait fonctionné dans les premières années de la République fédérale, dans un contexte de demande internationale supérieure à l’offre, avait peu de chances d’être efficace une fois cette relation inversée.

  • 74 Cit. in Winkler (note 17), p. 603.
  • 75 Cit. in Winkler (note 17), p. 604.
  • 76 Cit. in Winkler (note 17), p. 604.

47La sanction fut sans appel. Le 2 décembre 1990 le SPD n’atteignait que 33,5 % des suffrages, 24,3 % à l’Est, alors que la majorité gouvernementale dépassait 55 %, la seule CDU/CSU réunissant 43,8 % des voix. Le lendemain le Parteivorstand fit le bilan. Willy Brandt déplora que le parti ait donné l’impression « de voir dans l’unité et la liberté plus un fardeau qu’une chance »74, soutenu par Wolfgang Thierse, le dernier président de la SPD-Ost, qui souligna qu’à l’Est on n’avait pas compris le débat autour du coût de l’unification. Face à eux les plus jeunes s’efforcèrent de banaliser, Gerhard Schröder déclara ne pas penser « que la question nationale telle que Willy Brandt la [voyait, ait été] la cause du résultat des élections » et Heidemarie Wieczorek-Zeul estima le débat sur la question nationale « insignifiant »75. Brandt conclut en rappelant qu’il n’y avait pas hiatus entre Europe et nation, puisque « L’Europe c’est d’abord l’association de nations »76. Un point ne fut pas évoqué : Lafontaine avait depuis longtemps perdu l’essentiel de son crédit, l’Ouest étant loin d’être aussi hostile à l’unité qu’il ne le pensait et l’Est ayant ressenti ses divers plaidoyers comme de l’hostilité. Même ses objections pertinentes sur le coût et le financement de l’unité ne furent pas entendues. L’échec électoral en fut la conséquence visible immédiate. Il y en eut une autre, dans le long terme. À l’image de la CDU et du FDP nombreux furent dans le monde les partis de droite qui interprétèrent les événements de 1989/90 comme une victoire du libéralisme alors qu’ils n’étaient que l’implosion du communisme appliqué d’inspiration stalinienne, politiquement liberticide et économiquement sclérosé. Associée à la séduction qu’exerçait alors le thatchérisme, cette erreur de lecture idéologique dopa l’arrogance du capitalisme triomphant pendant près de deux décennies. Nous en payons aujourd’hui encore les pots cassés.

Conclusion

  • 77 Der Spiegel, 28 mai 1990.

48Un proverbe allemand veut que les paysans les plus bêtes récoltent les plus grosses pommes de terre. Il semble à même de résumer le sentiment qui domina les analyses rétrospectives du SPD. C’était aller vite en besogne, et négliger la part que le parti avait pris dans la gestion de la période des changements dont il admit finalement la maladresse. Les divisions qui l’avaient empêché de retrouver les responsabilités après 1982 face à une majorité dont les partis faisaient preuve d’homogénéité perdurèrent et s’amplifièrent pendant les événements en 1989/90, compliquant à plaisir une situation d’opposant par nature difficile en des périodes de mutations aussi profondes. « Il est des gens pour qui le terme d’unité ne désigne que l’unité étatique. Pour les sociaux-démocrates cela signifie aussi la mise en place de conditions de vie homogènes », avait déclaré Lafontaine77. En se faisant, avec des accents populistes, les défenseurs des acquis sociaux des petites gens de l’Ouest contre l’invasion de migrants de l’Est, puis en affichant un refus de partage et de solidarité, Oskar Lafontaine, Gerhard Schröder et d’autres portèrent préjudice à l’image d’un parti qui recrutait une partie de ses électeurs dans cette zone des moins privilégiés – y compris à l’Est. Si les comportements conquérants du gouvernement et des milieux d’affaires Ouest-allemands face à des Ossis souvent traités avec condescendance eurent des effets négatifs sur leur vécu de l’unification, l’attitude des sceptiques de l’unité ne fut pas moins ressentie comme une marque de mépris.

49Deux équations furent fatales à Lafontaine. La première : nation allemande = péril nationaliste = danger pour la paix. La seconde : stabilité = sécurité = renforcement de l’Europe, le conduisit à œuvrer à la pérennité de la division de l’Allemagne et, partant, au maintien au pouvoir d’un SED discrédité – son seul contact en RDA. À cela s’ajouta une sous-évaluation de trois facteurs : il mesura mal la précarité de la situation de Gorbatchev (tributaire de succès rapides, et donc d’aides extérieures) ; il ne comprit ni l’état de délabrement économique et social de la RDA ni l’incapacité du SED à évoluer, ce qui le rendait imperméable au changement auquel aspiraient les habitants de l’Est ; enfin il ne crut pas à la disposition des Allemands de l’Ouest à accepter l’unité. Il offrit une image conservatrice et pusillanime, il sembla subir l’unification au moment où Kohl agissait. En ne comprenant pas l’opinion il donna le sentiment de ne pas comprendre l’histoire.

50La méthode fut un autre point. Kohl avait agi en opportuniste : il avait saisi l’occasion et remis les comptes au lendemain ; ce faisant, selon l’expression consacrée, il avait donné l’impression de « raser gratis ». C’était exactement ce qu’attendait de lui une population Ouest-allemande qui souhaitait l’unité sans être disposée à en payer le prix. Bien que cela ne correspondît pas à son image, on est tenté de dire qu’Oskar Lafontaine se comporta en père de famille : ne parvenant pas à se détacher du schéma bi-étatique qui s’était imposé depuis quinze ans, il voulut gérer la richesse Ouest-allemande dans l’espoir d’aider la RDA à s’aider elle-même sans mettre par trop en péril le niveau de vie occidental.

51Là était aussi le problème du SPD. Lafontaine avait l’oreille des médias. Candidat in spe puis déclaré à la chancellerie, il fut perçu comme la voix du parti. Il éclipsa ceux qui, autour de Willy Brandt, Klaus von Dohnanyi etc., avaient mesuré l’étendue de ce qui se passait et trouvé une réponse en phase avec l’électorat. Les sociaux-démocrates firent dès lors étalage de leur désunion. La conséquence en fut que le SPD sembla parler hors de propos, passer à côté de l’opinion. N’étant pas en phase avec elle, il n’en fut pas entendu – même lorsque ses analyses étaient pertinentes.

52Deux hommes seulement, au SPD s’étaient fait un prénom, Brandt et Lafontaine. Malheureusement pour le parti, l’opinion honora Willy, mais elle entendit Oskar.

Notes

1 Alfred Wahl, L’Allemagne de 1945 à nos jours, Paris, 2009, p. 295.

2 Cit. in Jacques-Pierre Gougeon, « Le parti social-démocrate face à l’unification : tergiversations et engagement », in : Allemagne d’aujourd’hui, 146 (1998), p. 316.

3 Un travail est fondamental pour notre sujet : Daniel Friedrich Sturm, Uneinig in die Einheit. Die Sozialdemokratie und die Vereinigung Deutschlands 1989/1990 (Willy Brandt-Studien), Bonn, 2006. Quelques titres pour une bibliographie qui ne prétend pas à l’exhaustivité : Heinrich Potthoff, Suzanne Miller, Kleine Geschichte der SPD, Bonn, 2002 ; Dieter Dowe (éd.), Von der Bürgerbewegung zur Partei. Die Gründung der Sozialdemokratie in der DDR, Bonn, 1993 ; Erich Hahn, SED und SPD. Ein Dialog. Ideologie-Gespräche zwischen 1984 und 1989, Berlin, 2009 ; Bernd Faulenbach, Heinrich Potthoff (éd.), Die deutsche Sozialdemokratie und die Umwälzung 1989/90, Essen, 2001.

4 Wahl (note 1) p. 302.

5 Concernant l’évolution des « pays frères », voir dans le présent ouvrage Pfeil, « Une ›fenêtre de tir‹ unique. L’unification de l’Allemagne dans son cadre international ».

6 Westfälische Rundschau du 29 novembre 1989.

7 Parlamentarisch-Politischer-Pressedienst du 28 novembre 1989.

8 Anne-Marie Le Gloannec, La République fédérale d’Allemagne, Paris, 1994, p. 189.

9 On pourra resituer ce problème des mouvements de population entre RDA et RFA dans sa perspective historique en lisant Reiner Marcowitz, « Entre fuite et émigration autorisée : les mouvements de population entre la RDA et la RFA 1949 – 1989/90 », in : Jean-Paul Cahn, Bernard Poloni (éd.), Migrations et identités. L’exemple de l’Allemagne aux XIXe et XXe siècles, Villeneuve d’Ascq, 2009, pp. 155 – 165.

10 Sturm (note 3) pp. 230 – 237, ici p. 231.

11 Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 5 : Bundesrepublik und DDR, 1949 – 1990, Munich, 2008, p. 329.

12 Wehler (note 11), p. 331.

13 Voir notamment Wahl (note 1), pp. 302 – 303.

14 Erhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949 – 1989, Berlin, 1997, p. 27.

15 Konrad Jarausch, « ›Die notwendige Demokratisierung unseres Landes‹. Die Rolle der SPD im Herbst 1989 », in : Faulenbach, Potthoff (note 3), pp. 52 – 68, p. 54.

16 Cité in Patrick von zur Mühlen, « Die SDP und der Sturz des SED-Systems », in : Faulen-Bach, Potthoff (note 3), pp. 69 – 72, ici p. 70.

17 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte vom ›Dritten Reich‹ bis zur Wiedervereinigung, Munich, 52002, p. 493.

18 Cf. e.a. Rainer Eckert, « Sozialismusvorstellungen und Hoffnung auf Demokratie im Herbst 1989 », in : Dietrich Papenfuss, Wolfgang Schieder (éd.), Deutsche Umbrüche im 20. Jahrhundert, Cologne, 2000, pp. 567 – 583, ici p. 575.

19 Cf. Jarausch (note 15), p. 60.

20 Cit. in Winkler (note 17), p. 519.

21 Cit. in Winkler (note 17), p. 520.

22 Cit. in Timothy Garton ASH, Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich, 1993, p. 482.

23 Au printemps 1989 une fronde au sein de la CDU, autour de Heiner Geissler, Ernst Albrecht, Lothar Späth etc. visa à écarter Kohl, qui se maintint parce qu’il tenait son parti. D’autre part les divisions et le manque d’engagement de certains derrière Johannes Rau firent que, bien qu’elle entraînât pour la CDU un recul de 4,5 % des voix, la campagne anti-Kohl ne profita pas au SPD, mais au parti libéral qui dépassa 9 % des suffrages.

24 Parmi bien d’autres, ASH (note 22), p. 567, estime qu’elle fut un succès.

25 Au début des années 1980 leur progression se limita au plan régional, et en 1983 ils remportèrent leur premier succès fédéral avec l’entrée de 28 députés au Bundestag.

26 ASH (note 22), pp. 459 – 467.

27 Wehler (note 11), P. 325.

28 Friedrich-Ebert-Stiftung (éd.), Die Ost-und Deutschlandpolitik der SPD in der Opposition, Reihe Gesprächskreis Geschichte, 4 (1998), p. 42.

29 Pour plus ample informé, voir ASH (note 22), pp. 470 – 478.

30 Voir sur ce point Sturm (note 3), p. 96.

31 Dieter Groh, Peter Brandt, ›Vaterlandslose Gesellen‹. Sozialdemokratie und Nation 1860 – 1990, Munich, 1992, p. 323.

32 Cit. in Gougeon (note 2), p. 318.

33 ASH (note 22), p. 496.

34 ASH (note 22), p. 494.

35 Cf. Sven Papcke, « Erneuerung der SPD ? Die Diskussion des Irseer Programmentwurfs », in : Gewerkschaftliche Monatshefte, 6 (1987), p. 383.

36 Wehler (note 11), p. 327.

37 Voir plus haut.

38 En mars 1989, jugeant sévèrement l’attitude du SED face aux contestataires, la « Grund-wertekommission » avait vilipendé le déficit de démocratie en RDA. Mais elle n’avait rencontré qu’une approbation limitée dans le parti.

39 Groh, Brandt (note 31), p. 328.

40 À propos du discours d’Eppler, voir Sturm (note 3), pp. 111ss.

41 Cit. in Winkler (note 17), p. 511.

42 Ash (note 22), p. 483.

43 Ash (note 22), p. 483.

44 Cit. in Winkler (note 17), p. 496.

45 Groh, Brandt (note 31), p. 330.

46 Sturm (note 3), p. 460.

47 Sturm (note 3), p. 471.

48 Cit. in Hélène Miard-Delacroix, « Une seule Allemagne ? Théorie et pratique du Alleinvertretungsanspruch », in : Gilbert Krebs, Gérard Schneilin (éd.), L’Allemagne 1945 – 1955, Asnières, 1996, pp. 209 – 222, ici p. 211.

49 Les Verts eurent une attitude plus réticente que le SPD. Le 16 novembre 1989 Joschka Fischer écrivait : « L’État-nation allemand de Bismarck, le Reich allemand, avait par deux fois couvert le monde de guerres qui ont apporté des malheurs indicibles. L’organisation de l’Europe qui a été installée au lendemain du 8 mai 1945 a un objectif essentiel jusqu’à nos jours, éviter que les frissons fébriles de la violence nationaliste allemande emplissent jamais de peurs l’Europe, et c’est pourquoi il ne faudrait pas que l’Allemagne redevînt jamais une grande puissance belliqueuse […]. Réagir avec terreur à tout ce qui est national en Allemagne 45 ans après Auschwitz ne prête le flanc ni à la honte, ni à la critique, c’est un impératif démocratique indispensable à la survie pour au moins quarante-cinq années supplémentaires ». Cit. in Winkler (note 17), p. 521.

50 Ash (note 22), p. 482.

51 Cf. Gougeon (note 2), p. 310.

52 Winkler (note 17), p. 605. Louis Dupeux s’opposait à juste titre à ce que l’on traduisît le mot « völkisch », fondement de la dimension raciale que le national-socialisme donnait au terme « peuple ».

53 Frankfurter Rundschau du 24 février 1990.

54 Hans-Jochen Vogel, Meine Bonner und Berliner Jahre, Munich, 1996.

55 Cf. notamment Der Spiegel du 11 juin 1990. Cf. également la caricature empruntée à la « Tageszeitung » de Munich et publiée par le « Spiegel » du 29 mai 1990 qui représente Lafontaine couché en travers de la route et portant une pancarte sur laquelle on peut lire : « Vereinigungsraser STOP ! » (« Les chauffards de l’unité stop ! »).

56 Sturm (note 3), pp. 195 – 217.

57 Cit. in Sturm (note 3), p. 213.

58 Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenwart, Munich, 1999, p. 736.

59 Voir Georges-Henri Soutou, La guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943 – 1990, Paris, 2001, p. 708.

60 Soutou (note 59), p. 709.

61 Cit. in Sturm (note 3) p. 219.

62 Cit. in Sturm (note 3), p. 221.

63 Cit. in Sturm (note 3), p. 222.

64 Wehler (note 11), p. 337.

65 Cit. in Werner Weidenfeld, Außenpolitik für die deutsche Einheit. Die Entscheidungsjahre 1989/1990, vol. 4 de la série Geschichte der deutschen Einheit, Stuttgart, 1998, p. 111.

66 La frontière Oder-Neiße avait fait par le passé l’objet de contestations, accentuées dans les années 1960 par l’Ostpolitik, mais les divisions qu’elle suscitait encore firent qu’on la laissa mûrir. A côté de la question de principe on savait d’emblée qu’elle poserait problème au moment de l’unité ; c’est la raison pour laquelle Brandt avait évoqué « l’unité dans toute la mesure du possible » (cit. in Horst Ehmke, Mittendrin. Von der Großen Koalition zur Deutschen Einheit, Berlin, 1994, p. 403). Le SPD évolua plus rapidement que la CDU : en février 1959 ses instances avaient déjà constaté l’impossibilité de récupérer les territoires litigieux, mais cette position ne fut rendue publique qu’en 1968, quand Brandt parla de « respect voire reconnaissance » (cit. in Christoph Klessmann, Die Deutschlandpolitik der SPD, in : SPD (éd.), Materialien. Die deutsche Teilung und ihre Überwindung, non daté, p. 12) de la frontière. « Pour des raisons électorales, Kohl refusa longtemps de garantir la frontière Oder-Neiße, provoquant quelque irritation chez les Occidentaux et les Soviétiques, et une vive crainte chez les Polonais », note Raymond Poidevin à propos de 1990 (in : Raymond Poidevin, Sylvain Schirmann, Histoire de l’Allemagne, Paris, 1992, p. 450).

67 Winkler (note 17), p. 528.

68 Ehrhard Eppler, cit. in Sturm (note 3), p. 240.

69 Görtemaker (note 58), p. 739.

70 Görtemaker (note 58), p. 742.

71 Cit. Heinrich Potthoff, « West-SPD und DDR Sozialdemokraten. Zeitzeugengespräch », in : Faulenbach, Potthoff (note 3), pp. 88 – 89, ici p. 88.

72 Pour la contextualisation de ces élections, voir Pfeil (note 5).

73 Sturm (note 3), p. 432.

74 Cit. in Winkler (note 17), p. 603.

75 Cit. in Winkler (note 17), p. 604.

76 Cit. in Winkler (note 17), p. 604.

77 Der Spiegel, 28 mai 1990.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search