Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

IV. L'unité

Les partis gouvernementaux : du « tournant » ouest-allemand de 1982 à l’unification

Reiner Marcowitz
Traduction de Jean-Paul Cahn

Texte intégral

Ancrage à l’Ouest et/ou unification allemande

  • 1 Hans-Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der außenpolitischen (...)
  • 2 Ibid., pp. 483 – 564.
  • 3 Ibid., pp. 301 – 344.
  • 4 Id., Die Ära Adenauer. Gründerjahre der Republik 1949 – 1957, Stuttgart, Wiesbaden, 1981, pp. 273 (...)
  • 5 Günter Buchstab, Klaus Gotto, Hans Günter Hockerts, Rudolf Morsey, Hans-Peter Schwarz (éd.), Heinr (...)

1Quarante ans de République fédérale d’Allemagne, entre 1949 et 1989, correspondent aussi à quarante années de politique consacrée à la question allemande. Dès la création de la RFA, et nonobstant toutes leurs variantes, les diverses conceptions de la politique étrangère ouest-allemande ont traduit l’importance accordée à l’objectif de réunification de l’Allemagne. Cela était vrai du premier chancelier et premier président du parti chrétien-démocrate, Konrad Adenauer1. Avant ses opposants, le social-démocrate Kurt Schumacher, défenseur d’une primauté absolue de l’unité2, ou le chrétien-démocrate Jakob Kaiser, promoteur de l’idée bien trop optimiste de « pont » entre l’Est et l’Ouest3, il choisit d’intégrer clairement l’État partiel allemand à l’Occident. Il espérait qu’une adhésion sans compromis à l’Alliance occidentale apporterait au minimum à l’Allemagne de l’Ouest une certaine égalité en droit (Gleichberechtigung) dans le concert des nations. En outre elle devait conférer à la République fédérale cette attractivité et cette puissance qui conduiraient in fine l’Union soviétique elle-même à donner la liberté à la partie de l’Allemagne qu’elle occupait. Ces espérances allaient s’avérer excessives4 : la rivalité atomique qui se dessina dès le milieu des années 1950 entre les États-Unis et l’Union soviétique incita les puissances occidentales à accorder à un désarmement qui réduisait les menaces pesant sur elles la primauté sur des succès en politique allemande. La construction du Mur de Berlin, le 13 août 1961, fut pour la partie allemande l’« heure de la grande désillusion »5. Elle conduisit la République fédérale à la conviction qu’il lui faudrait encore supporter plusieurs années durant la division nationale, ce qui requerrait des idées nouvelles en matière de politique étrangère. Dès Adenauer cette prise de conscience fit que l’on envoya vers Moscou des signaux qui ne rencontrèrent cependant d’abord que peu d’écho.

  • 6 Klaus Hildebrand, Von Erhard zur Großen Koalition 1963 – 1969, Stuttgart, Wiesbaden, 1984, pp. 83 (...)
  • 7 Hildebrand (note 6), pp. 301 – 339 ; Dirk Kroegel, Einen Anfang finden ! Kurt Georg Kiesinger in d (...)
  • 8 Peter Bender, Die ›Neue Ostpolitik‹ und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munich, 419 (...)
  • 9 Werner Link, « Die außenpolitische Staatsräson der Bundesrepublik Deutschland. Überlegungen zur in (...)

2Les gouvernements qui lui succédèrent, ceux de Ludwig Erhard6 et de Kurt Georg Kiesinger7, se montrèrent plus souples, sans plus de succès. Erhard signa des accords commerciaux avec quelques États d’Europe de l’Est, la Pologne en mars 1963, la Hongrie en novembre, la Bulgarie en mars 1964. Cette disposition à assouplir l’exigence de représentativité exclusive qu’exprimait la « doctrine Hallstein », et la tentative simultanée d’introduire un coin dans l’unité du bloc de l’Est se heurtèrent au veto de l’Union soviétique et de la RDA qui exigeaient une reconnaissance complète de la partie orientale de l’Allemagne, que la CDU n’était pas disposée à accorder, pas même sous la Grande Coalition. Au moins le chancelier Kiesinger proposa-t-il, c’était une première, des entretiens directs à la RDA, mais sans se montrer disposé à faire autant de concessions que n’en prévoyait son partenaire social-démocrate, notamment sur la question de la frontière Oder-Neiße. Aussi fallut-il attendre 1969 et la coalition SPD/FDP sous Willy Brandt et son ministre libéral des Affaires étrangères Walter Scheel pour que se produisent des changements substantiels dans la politique germano-allemande8. Les accords avec l’Est, en 1970 avec l’URSS et la Pologne, en 1973 avec la Tchécoslovaquie, tout comme l’accord fondamental (« Grundlagenvertrag ») de 1973 avec la RDA, en furent la concrétisation. Cette politique d’« intégration à l’Ouest avec des liens à l’Est »9 allait devenir le moteur de la politique étrangère de Bonn et, après de fortes réticences des partis chrétiens-démocrates, elle fit consensus en RFA.

Continuité et rupture après 1982

  • 10 Potthoff (note 8), pp. 202 – 302 ; Karl-Rudolf Korte, Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Kanzlersc (...)
  • 11 Potthoff (note 8), pp. 121 – 201 ; Hartmut Soell, Helmut Schmidt, t. 2 : Macht und Verantwortung – (...)
  • 12 Hans-Dietrich Genscher, Erinnerungen, Berlin, 1995.

3La conséquence en fut qu’à partir d’octobre 1982 le gouvernement Helmut Kohl affirma simultanément son attachement inflexible à l’Ouest et le caractère ouvert de la question allemande10, de manière plus spectaculaire que son prédécesseur social-démocrate Helmut Schmidt11. C’était là un geste important au moment même où, face à l’escalade internationale, le SPD mettait en avant la communauté d’intérêts Est-et Ouest-allemands pour une détente et se montrait disposé à relativiser les différences idéologiques entre les deux États allemands. En même temps la nouvelle coalition, chrétienne-démocrate – libérale, ne se contenta pas de respecter les accords existants avec les États de l’Est, elle renforça le network contractuel. Il est vrai que les Affaires étrangères restaient aux mains de leur titulaire, le président du FDP Hans Dietrich Genscher, lequel se montrait soucieux pour des considérations électoralistes de renforcer l’image de son parti en tant qu’acteur de la détente12. La continuité en matière de politique allemande se traduisit par la décision du gouvernement Kohl, en mai 1983, de garantir un prêt d’un milliard de DM consenti à la RDA par un consortium de banques privées, en grande partie par l’entremise du président de la CSU Franz Josef Strauß. Un second devait suivre en 1984 dans des conditions identiques, ce qui améliora de manière notable le climat entre les deux Allemagnes.

  • 13 Korte (note 10), pp. 324 – 375 ; Wirsching (note 10), pp. 621 – 624.

4La conséquence en fut que le gouvernement est-allemand s’abstint de répondre par une crise interallemande aiguë à l’augmentation du potentiel militaire ouest-allemand, réponse à l’installation de fusées à moyenne portée par Moscou qui avait entraîné une dégradation des relations USA – URSS. Mieux : en 1983/84 des installations de tir à déclenchement automatique furent démontées le long de la frontière RDA – RFA, les visites facilitées et les entretiens d’experts multipliés. L’arrivée au pouvoir en URSS de Mikhaïl Gorbatchev et la détente progressive qui s’ensuivit rendit même possible un voyage officiel d’Erich Honecker en RFA entre le 7 et le 11 septembre 198713. Kohl en profita certes pour rappeler les divergences de vues entre les deux gouvernements à propos de la question allemande, mais il promit qu’elles n’empêcheraient pas des progrès en matière de coopération politique.

L’acceptation de la RFA par elle-même

  • 14 Voir Jean-Paul Cahn, « Les constitutions des deux Allemagnes », in : Id., Ulrich Pfeil (éd.), Alle (...)
  • 15 Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland, 23 mai 1949.
  • 16 Vierzig Jahre Bundeshauptstadt Bonn 1949 – 1989, édité par le Bundesminister für Raumordnung, Bauw (...)

5En marge de la rhétorique unitaire du gouvernement fédéral la visite de Honecker montrait à quel point les relations entre les deux capitales avaient changé depuis la naissance des deux États – et avec elles l’attitude des Allemands de l’Ouest, leurs partis compris. La République fédérale avait été expressément créée comme État provisoire en 1949. Elle ne se concevait pas comme État-nation (Nationalstaat), mais comme partie d’un ensemble national dont le rétablissement était sa mission la plus noble. C’est pourquoi sa constitution était provisoire14 (elle devait perdre sa validité avec l’entrée en vigueur d’une constitution « approuvée en toute liberté par le peuple allemand »15) tout comme l’était sa capitale16.

  • 17 Hans-Peter Schwarz, « Die Westdeutschen, die westliche Demokratie und die Westbindung im Licht von (...)
  • 18 Ludger Kühnhardt, « Wertgrundlagen der deutschen Außenpolitik », in : Karl Kaiser, Hanns W. Maull (...)
  • 19 Wilfried Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte, Munich, 1996, p. 231.
  • 20 Wirsching (note 10), pp. 624 – 628.

6Mais rien n’est autant promis à la durée que le provisoire. Ce constat valait également pour l’attitude de nombreux Allemands de l’Ouest face à leur État et à la question d’une éventuelle réunification. Si l’on en croit les sondages d’opinion de cette époque, dès le début des années 1980, ils plaçaient l’unification de l’Europe loin devant l’unité nationale17. On peut y voir une preuve de « réalisme »18 politique, d’autant plus que nombre d’entre eux continuaient à voir dans l’unification un objectif lointain, mais cela peut aussi s’interpréter comme le constat d’« une […] décomposition de la nation allemande »19. Quoi qu’il en fût, il était impossible de méconnaître qu’en sa quatrième décennie d’existence la situation provisoire s’était établie et plus d’un pensait pouvoir mettre au clou les oripeaux panallemands – quand bien même l’impératif d’unité nationale restait une valeur sacro-sainte. Mais dans tous les partis, CDU, CSU et FDP, on réfléchissait désormais à une formulation édulcorée des actes de foi nationale20.

  • 21 Karl Dietrich Bracher, Theodor Eschenburg, Joachim C. Fest et Eberhard Jäckel (éd.), Geschichte de (...)

7Par quelque biais que l’on aborde le problème, on ne pouvait méconnaître que les années 1980 virent s’affirmer l’acceptation de la République fédérale d’Allemagne par elle-même. Surtout parmi les plus jeunes l’État partiel ouest-allemand perdait de son caractère provisoire pour être de plus en plus perçu comme définitif. Une identité ouest-allemande se développait, on découvrait que la RFA avait une histoire, on pensait désormais vivre dans un État-nation ouest-allemand autonome. Parue entre 1981 et 1987, la « Geschichte der Bundesrepublik Deutschland »21 en cinq volumes en témoignait. Vivante, richement illustrée, ouverte à un large public, elle était reliée dans les couleurs noir-rouge-or de la nation. L’idée qui présidait à la publication était celle d’une histoire propre à la RFA, et les auteurs, chercheurs reconnus, ambitionnaient indubitablement de créer par leur travail une sensibilité historique allemande fédérale relativisant fortement l’idée de république provisoire.

  • 22 Edgar Wolfrum, Geschichtspolitik in der Bundesrepublik Deutschland. Der Weg zur bundesrepublikanis (...)

8Dans la même ligne le chancelier avait annoncé le 13 octobre 1982 la création d’un nouveau musée consacré à l’histoire Ouest-allemande depuis 194522. Dans ce « Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland » les questions touchant à l’Allemagne dans son ensemble ne devaient être évoquées que dans la mesure où elles expliquaient l’évolution de l’Allemagne de l’Ouest. Ce projet reposait sur l’idée que, « nonobstant la conscience nationale large [la République fédérale] s’est imposée comme fondement de la perception qu’ont d’eux-mêmes les hommes qui vivent ici », selon la formule d’un rapport sur ce projet. L’objectif de ce musée devait être, pouvait-on lire, « d’une part de consolider cette conscience historique, d’autre part de l’ancrer dans le cadre des rapports nationaux et internationaux dans lesquels la République fédérale est partie prenante et qui déterminent de façon majeure sa vie politique ».

  • 23 Wirsching (note 10), p. 477.

9Ce projet de musée suscita d’abord de vifs débats parmi les élites intellectuelles. Des historiens et des journalistes suspectaient le gouvernement Kohl de vouloir édifier un musée à sa propre gloire et d’imposer une perception conservatrice de l’histoire – une histoire de la République fédérale vantant les succès de la CDU/CSU et de surcroît amputée du passé national-socialiste. Les propos de Kohl sur « la bénédiction d’une naissance tardive », par lesquels il avait tenté en janvier 1984 de dire devant le Parlement israélien que, tout comme lui, de nombreux Allemands étaient désormais vierges de toute responsabilité directe dans les crimes du national-socialisme, nourrissaient la crainte d’une banalisation du passé23.

  • 24 Historikerstreit. Die Dokumentation der Kontroverse um die Einzigartigkeit der nationalsozialistis (...)
  • 25 Ibid., PP. 466 – 491.

10La querelle historique du milieu des années 1980 (« Historikerstreit »), à l’occasion de laquelle Jürgen Habermas et d’autres adressèrent à différents historiens conservateurs le reproche de relativiser les crimes du « Troisième Reich » en les historisant, allait dans ce même sens24. Rétrospectivement ces querelles apparaissent à bien des égards comme une tempête dans un verre d’eau. À tout prendre, qu’elle le voulût ou non, la RFA restait tiraillée entre la conscience de l’héritage national-socialiste et la fierté avec laquelle elle considérait la démocratie qu’elle avait créée à partir de 194925. L’année 1984 en témoigna. Tandis que les vainqueurs occidentaux fêtaient au début du mois de juin le quarantième anniversaire du débarquement de Normandie, oubliant de manière démonstrative les représentants de l’Allemagne de l’Ouest, Kohl et Mitterrand se donnaient la main en un geste symbolique dans un cimetière militaire proche de Verdun, concrétisant par ce geste spectaculaire la réconciliation franco-allemande de l’après-guerre. En mai 1985 un discours de Richard von Weizsäcker, président de la République fédérale, sur la fin de la guerre le 8 mai 1945 en tant que « jour de la libération » provoqua d’importants remous, surtout parmi les expulsés des anciens territoires allemands de l’Est où la fin du conflit avait fait de nombreuses victimes.

  • 26 Vierzig Jahre Bundeshauptstadt Bonn (note 16) ; Wirsching (note 10), pp. 492 – 498.

11Mais, en dépit de la complexité de leur rapport au passé, les élites et la population allemandes réfléchissaient avant tout à leur passé plus récent, en qualité d’Allemands de l’Ouest. Il s’ensuivait qu’ils considéraient de moins en moins leur État comme une partie d’un tout. On décida d’ailleurs une extension de la capitale, Bonn26. En 1949 ce choix avait correspondu à l’idée que ce ne serait là qu’un intermède auquel le déménagement à Berlin mettrait bientôt fin. L’aménagement se fit en conséquence. Les autorités fédérales se contentèrent d’abord de quelques bâtiments répondant à leurs besoins. On installa une partie des ministères dans des casernes désormais désaffectées. L’ancienne « Pädagogische Akademie » devint siège du Bundestag et des villas devinrent résidences du chancelier et du président de la République. Les seuls bâtiments neufs abritaient une salle pour séances plénières et des logements pour les députés et des hauts fonctionnaires. Plus tard on construisit un immeuble accolé au Bundestag, le « Lange Eugen », et la chancellerie. Quand de nouveaux locaux administratifs s’avérèrent indispensables, on en confia la construction à des investisseurs privés et on les occupa en location pour éviter à tout prix de susciter l’impression d’une installation définitive et donc d’un renoncement à l’unité nationale.

12Cela ne changea que dans les années 1980, quand le gouvernement Kohl se lança énergiquement dans l’aménagement de la capitale. À partir de 1987 on assista à la construction d’un bâtiment moderne pour le parlement, de nouveaux bureaux pour les députés, les fonctionnaires du parlement et de divers ministères. Au plan culturel, les autorités fédérales misèrent pour la première fois sur Bonn – notamment par la construction du « Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland » et d’une « Bundeskunsthalle ». On fit de l’ancien hôtel du Petersberg, qui avait été la résidence des Hauts-commissaires alliés, un lieu d’hébergement pour hôtes étrangers de marque. Ces travaux témoignaient que la République fédérale n’était plus vraiment provisoire. Elle n’était certes pas définitive, mais elle apparaissait pour le moins comme une transition inscrite dans la durée.

13Ces développements atteignirent leur apogée en 1989 avec les cérémonies officielles du quarantième anniversaire de la naissance de la RFA :

  • 27 Wolfrum (note 22), p. 343

« Les innombrables bilans et mises en scène pour les quarante ans de la république, en mai 1989, confirmèrent que la République fédérale était acceptée en tant que ›nation ‹. Cet État célébra son quarantième anniversaire avec la démesure qui sied à un événement séculaire. Des observateurs politiques comparèrent les festivités à celles qui avaient marqué les deux cents ans de la déclaration d’indépendance aux États-Unis ou au bicentenaire de la Révolution en France »27.

14Nul n’imaginait alors que la chute du Mur de Berlin ouvrirait six mois plus tard une perspective panallemande. Cette coïncidence de célébration de soi à l’Ouest et de patriotisme en RDA marqua avec ironie la fin des histoires séparées des deux Allemagnes, peu avant leur fusion.

Le « tournant » en RDA

  • 28 Potthoff (note 8), pp. 285 – 302 ; Korte (note 10), pp. 438 – 477 ; Wirsching (note 10), pp. 629 – (...)
  • 29 Une version imprimée du programme se trouve dans Volker Gransow, Konrad H. Jarausch (éd.), Die deu (...)

15La violence croissante dont usaient les autorités est-allemandes à la fin des années 1980 contre les groupes pacifiques et les opposants eut pour effet de détériorer les relations entre les deux États. Elle redistribua les cartes sur la scène politique de Bonn28. Face à la détérioration de la situation à la suite de l’occupation des ambassades et l’accroissement dramatique du nombre des réfugiés est-allemands en été et en automne 1989 le gouvernement fédéral s’en tint encore aux méthodes de gestion des crises interallemandes qui avaient fait leurs preuves durant les deux dernières décennies, depuis le début de la « nouvelle Ostpolitik ». Mais après les transformations que connut la RDA à la suite de la chute d’Erich Honecker à la mi-octobre et l’ouverture du Mur le 9 novembre le chancelier Kohl reprit ouvertement, avec son « programme en dix points » du 28 novembre, la thématique nationale. Il proposa même une sorte de mode d’emploi de l’unification29. Dans le cadre d’une consolidation des Communautés européennes et des dispositions d’Helsinki une communauté contractuelle RFA – RDA devait évoluer d’une structure confédérale vers une fédération pour aboutir à une Allemagne unifiée.

16Les chrétiens-démocrates et les libéraux retrouvaient ainsi pour le long terme une politique nationale possible. À court et moyen terme ils en restaient à la ligne des années passées, et donc à la « nouvelle Ostpolitik ». On espérait que la direction du SED conduirait des réformes sur le modèle de l’Union soviétique et d’autres États de l’Est et l’on était disposé à soutenir une telle démarche en développant les accords existants et l’aide économique. Les partis de la majorité gouvernementale tentaient de surcroît d’attribuer le mérite de l’évolution à l’Est à leur propre politique. Le FDP en particulier rappela son engagement de longue date en faveur d’une détente Est-Ouest et une amélioration des relations interallemandes. On en avait escompté l’amélioration des conditions de vie mais aussi des changements de la situation politique en RDA. Il était évident, affirmait-on également, que les espoirs que le ministre des Affaires étrangères Genscher avait placées dans la politique de Gorbatchev avaient été pertinents : les réformes du Premier soviétique avaient indubitablement encouragé, ajoutait-on, la contestation à l’Est et rendu possible la « Wende » pacifique.

  • 30 Reiner Marcowitz, Der schwierige Weg zur Einheit. Die Vereinigung der deutschen Liberalen 1989/90,(...)
  • 31 Wolfgang Jäger, Die Überwindung der Teilung. Der innerdeutsche Prozess der Vereinigung 1989/90, St (...)

17Parallèlement au niveau gouvernemental la politique évoluait au plan des partis. Des contacts étaient établis avec leurs pendants Est-allemands et avec certains groupes de défenseurs des droits civiques. Le FDP mit à profit les contacts qu’il avait eut des décennies durant avec la « Liberal-Demokratische Partei Deutschlands » (LDPD)30. Ces liens avaient été intensifiés dans les années 1980. Le FDP comptait dans ses rangs des leaders tels son président (Bundesvorsitzende) Hans-Dietrich Genscher, le président du groupe parlementaire (Vorsitzende der Bundestagsfraktion) Wolfgang Mischnick ou encore Gerhart Baum, qui étaient originaires d’Allemagne de l’Est. Certains, comme Mischnick, avaient même été membres, voire dirigeants, du parti est-allemand avant de se réfugier à l’Ouest. De son côté le LDPD appartenait depuis des décennies aux « Blockparteien » qui participaient aux gouvernements de RDA31. Au début des années 1950 il s’était progressivement adapté à l’État-SED et à ses méthodes autoritaires de gouvernement comme à son credo socialiste. Mais dans les années 1980 il avait attiré bien plus d’adhérents que les autres partis, surtout parmi les jeunes gens. Cela avait tenu à son président, Manfred Gerlach qui, encouragé par les réformes de Gorbatchev, avait critiqué de plus en plus ouvertement les dysfonctionnements et réclamé des réformes. Certes, il ne s’était agi pour lui que de « renouvellement », pas d’éradication du socialisme en RDA. Mais cela avait suffi à le distinguer aux plans personnel et politique des dirigeants des autres « Blockparteien », impopulaires et complaisants – y compris Gerald Götting de la CDU est-allemande. Le FDP pouvait ainsi miser pleinement dans un premier temps sur Gerlach. En octobre – novembre 1989 les libéraux Ouest-allemands pensèrent que le chef du LDPD avait joué un rôle de précurseur au bon moment et que les libéraux est-allemands avaient contribué à faire venir les changements en RDA. Ils estimaient donc que le LDPD resterait un facteur politique majeur : les milieux politiques de Bonn partaient encore de l’idée qu’en dépit des changements à la tête du SED la RDA continuerait à exister et qu’il ne fallait donc pas s’attendre à beaucoup plus que des transformations endogènes telles que les réclamait Gerlach.

  • 32 Le terme utilisé est celui de « Blockflöte » littéralement « flûte douce », jeu de mots sur « Bloc (...)
  • 33 Jäger (note 31), pp. 216 – 232.

18Face à l’image réformatrice (provisoire) du LDPD la CDU de l’Est faisait figure servile32 et il était désespérément discrédité. Il était impossible d’espérer faire de ce parti dans sa forme de l’époque ni de ses dirigeants en exercice un partenaire crédible33. Aussi les chrétiens-démocrates occidentaux poussaient-ils de toute leur influence croissante à l’Est à un renouvellement humain et idéologique de leur pendant oriental. Au début du mois de novembre Götting fut contraint à la démission et le 10 un homme sans casserole politique, Lothar de Maizière, lui succéda. Il ne tarda pas à élaborer un nouveau programme, par lequel son parti prenait ses distances par rapport au socialisme, demandait des élections à la Chambre du peuple et, pour la première fois dans les jours qui précédèrent le programme en dix points de Kohl, envisagea une confédération germano-allemande.

  • 34 Ibid., pp. 236 – 239 ; Marcowitz (note 30), pp. 35 – 64.
  • 35 Kowalczuk (note 28), pp. 453 – 520.

19Entre temps Gerlach et le FDP s’étaient laissés dépasser par l’événement34 : à mesure que l’ouverture du Mur, le « tournant dans le tournant » (« Wende in der Wende »), incitait un nombre croissant d’Allemands de l’Est à ne plus demander de simples réformes, mais l’unité des deux États allemands, contrairement à ce qui s’était passé en été et en automne, les libéraux n’apparaissaient plus comme le moteur de l’évolution, mais comme un frein au changement35. Ils ne s’adaptèrent aux perspectives nouvelles que bien trop tard, lors d’un congrès qui se tint à Dresde, en février 1990. En outre ils se déclarèrent prêts à collaborer avec les nouvelles forces libérales, la « Deutsche Forumpartei » et le FDP en RDA, qui s’étaient constitués en tant que force alternative au LDPD désormais discrédité.

  • 36 Jäger (note 31), pp. 405 – 429 ; Marcowitz (note 30), pp. 65 – 75 ; Roedder (note 28), pp. 216 – 2 (...)
  • 37 Horst Dieter Schlosser, « Ein nur scheinbar bundesdeutscher Wahlkampf », in : Deutschland Archiv, (...)
  • 38 Hans Modrow, Ich wollte ein neues Deutschlands, Berlin, 1998, p. 446 ; ici aussi la citation suiva (...)

20Depuis le début de l’année 1990 les partis de l’Ouest prenaient de plus en plus le pas sur leurs correspondants de l’Est, et la campagne qui préparait les élections du 18 mars s’annonçait sous de bons auspices pour eux36. La question était désormais : réunification, oui ou non ? La primauté des hommes politiques de l’Ouest était manifeste. Leurs visages apparaissaient sur les panneaux électoraux, leurs noms attiraient les auditeurs vers les réunions électorales. À l’évidence, « les usages électoraux de l’Ouest ont dominé ces dernières semaines [de l’avant-18 mars]. Des orateurs en vue des partis occidentaux attiraient les foules, les drapeaux, grands ou petits, des partis, les affiches, les slogans, les gadgets, suscitaient effectivement chez un observateur de l’Ouest l’impression que l’enjeu n’était pas d’élire la Chambre du peuple, mais le Bundestag »37. Le chef du gouvernement (Ministerpräsident) Hans Modrow percevait littéralement cette présence de l’Ouest comme « un téléguidage des élections »38 : « Les partis établis se préparaient sans s’en cacher à occuper le climat, l’espace et le temps ».

21En vain il tenta avec la « table ronde » d’empêcher le soutien des partis de l’Ouest. Cette entreprise devait toutefois moins servir les nobles intentions que les calculs de ceux qui, comme le PDS, l’ancien SED, n’avaient pas d’homologues importants en RFA. Les partis plus favorisés avaient été au moins au début très reconnaissants pour le soutien venu de l’Ouest. Ce constat valait autant pour les conservateurs de l’« Allianz für Deutschland » réunissant la CDU, « Demokratischer Aufbruch » (DA) et la « Deutsche Soziale Union » (DSU) que pour les libéraux du « Bund Freier Demokraten », « Liberal-Demokratische Partei (LDP), DFP et FDP en RDA. Leurs leaders respectifs, Lothar de Maizière pour la CDU et Rainer Ortleb pour le LDP/BFD, étaient plutôt fades et mal connus, ignorants des usages de campagnes électorales.

22Les élections du 18 mars firent sensation. Avec une participation de 93,5 % l’« Allianz für Deutschland » comptabilisa plus de 48 % des suffrages, presque la majorité absolue. En réalité la surprise était moindre qu’il n’y paraissait : les électeurs s’étaient prononcés pour l’alliance qui s’était engagée les plus vigoureusement en faveur d’une unification rapide et dont les partenaires occidentaux CDU et CSU détenaient les rênes avec le désormais très populaire chancelier Kohl. Les libéraux durent se contenter d’un petit 5,3 %, loin de leurs espérances. Ils en furent surpris : Genscher et Mischnick étaient appréciés à l’Est. Mais deux choses avaient entravé leur succès. D’une part le BFD n’y disposait pas d’une clientèle électorale de tradition libérale, les classes moyennes de la bourgeoisie. Et d’autre part l’alliance libérale n’avait pas réussi à mobiliser l’une ou l’autre opinion dominante en sa faveur, ni les opposants à l’unité, ni les partisans de l’unité. Le PDS avait su s’approprier les peurs de ceux qui craignaient un retour à l’unité, ce qui lui permit d’atteindre 16 % des voix. Par contre seule l’« Allianz für Deutschland » parvint à attirer ceux qui la souhaitaient parce qu’en faisant du chancelier la locomotive de sa campagne, elle put suggérer qu’elle détenait la solution pour un retour à l’unité rapide et sans heurts.

Vers l’unification allemande

  • 39 Dieter Grosser, Das Wagnis der Währungs-, Wirtschafts-und Sozialunion. Politische Zwänge im Konfli (...)
  • 40 Georges-Henri Soutou, L’alliance incertaine. Les rapports stratégiques franco-allemands 1954 – 199 (...)

23Dans la perspective des décisions importantes qui s’annonçaient « Allianz für Deutschland », le SPD et le BFD constituèrent une grande coalition autour du Ministerpräsident de Maizière. Celle-ci négocia l’unité des deux États allemands en deux grandes étapes. La première fut la mise sur pied d’une union monétaire, économique et sociale (« Währungs-, Wirtschaftsund Sozialunion ») au premier juillet 199039. La seconde, la réalisation de l’unité à la date du 3 octobre 1990, suivit, négociations directes des deux États et entretiens de leurs ministres des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher et Markus Meckel, avec leurs homologues américain, soviétique, britannique et français, ce que l’on a appelé les « entretiens 2 + 4 »40.

  • 41 Helmut Kohl, Ich wollte Deutschlands Einheit, Berlin, 1996.
  • 42 Edgar Wolfrum, Geschichte als Waffe. Vom Kaiserreich bis zur Wiedervereinigung, Göttingen, 2001, p (...)
  • 43 Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzlera (...)

24Des années plus tard Helmut Kohl a publié ses mémoires sous le titre programmatique « Je voulais l’unité allemande »41. Quelques conseillers et ministres ont fait de même. La tonalité était toujours la même : grâce à moi/à nous la chance de l’unification s’est présentée et grâce à moi/à nous elle a été saisie. En cela elles reflètent une querelle qui a opposé les partis de gouvernement, CDU en tête, au SPD surtout, et qui demeure latente42. En 1998 le gouvernement Kohl fit en outre publier des documents jusqu’alors secrets, des notes de conversations téléphoniques avec ses collègues de l’Est et de l’Ouest, entre l’automne 1989 et l’automne 1990, ainsi que de notes d’anciens collaborateurs de la chancellerie et de divers ministères43. La date n’avait pas été choisie par hasard. 1998 était une année d’élections fédérales. Se profiler comme le chancelier de l’unité, tout au service de cet objectif qu’avait entravé l’opposition sociale-démocrate, faisait alors sens.

Conclusion

  • 44 Ulrich Lappenküper, Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland 1949 bis 1990, Munich, 2008, p (...)
  • 45 Philip Zelikow, Condoleezza Rice, Germany unified and Europe transformed, Cambridge/Mass., 1995. L (...)
  • 46 Marcowitz (note 30), pp. 107 – 110 ; Frank Bösch, Macht und Machtverlust. Die Geschichte der CDU, (...)

25La recherche a désormais du rôle de Kohl une image beaucoup plus contrastée44. Elle rend hommage à l’à-propos et à l’énergie avec lesquels le chancelier a reconnu et exploité, « heure de gloire de la diplomatie », la chance qui se présentait de faire l’unité45. D’autre part elle souligne le contexte international qui a rendu possible cette démarche, les réformes en Union soviétique, la fin de la guerre froide, le soutien vigoureux des États-Unis à l’unité, sans oublier la pression permanente des manifestants et des réfugiés de RDA, qui provoquèrent la chute du régime et donnèrent corps à la revendication unitaire. Ni le chancelier lui-même, ni son gouvernement, n’ont d’abord vu la vitesse de l’évolution ; les dix points de Kohl reposaient encore sur une unité à long terme. En réalisant celle-ci, lui et ses ministres ont largement sous-estimé l’ampleur des problèmes économiques de la RDA et ses conséquences financières et sociales pour l’Allemagne unifiée. Les excellents résultats de la CDU et du FDP lors de diverses élections régionales (Landtagswahlen) à l’Est (octobre) et nationales (premier Bundestag allemand, décembre) étaient trompeurs46. En l’espace de peu d’années les désillusions de nombreux Allemands de l’Est et la situation disparate au sein des partis entre membres au passé servile et réformateurs fit que la CDU, qui s’était constituée comme parti allemand en octobre 1990, et davantage encore le FDP, qui s’était unifié dès août 1990, perdirent de nombreux adhérents. Ce processus perdure vingt ans plus tard. Il démontre qu’une politique allemande au sens d’un établissement de bonnes conditions de vie dans les deux parties de l’Allemagne, reste un problème soixante ans après la naissance de la RFA.

Notes

1 Hans-Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der außenpolitischen Konzeptionen in den Jahren der Besatzungsherrschaft 1945 – 1949, Stuttgart, 21980, pp. 425 – 479.

2 Ibid., pp. 483 – 564.

3 Ibid., pp. 301 – 344.

4 Id., Die Ära Adenauer. Gründerjahre der Republik 1949 – 1957, Stuttgart, Wiesbaden, 1981, pp. 273 – 282 ; ID., Die Ära Adenauer. Epochenwechsel 1957 – 1963, Stuttgart, Wiesbaden, 1983, pp. 19 – 152 ; Sven Olaf Berggötz, Ostpolitik in der Ära Adenauer, Düsseldorf, 1998.

5 Günter Buchstab, Klaus Gotto, Hans Günter Hockerts, Rudolf Morsey, Hans-Peter Schwarz (éd.), Heinrich Krone, Tagebücher, t. 1 : 1945 – 1961, Düsseldorf, 1995, p. 524 (18.8.1961).

6 Klaus Hildebrand, Von Erhard zur Großen Koalition 1963 – 1969, Stuttgart, Wiesbaden, 1984, pp. 83 – 99 ; Franz Eibel, Politik der Bewegung. Gerhard Schröder als Außenminister 1961 – 1966, Munich, 2001 ; Torsten Oppelland, Gerhard Schröder (1910 – 1989). Politik zwischen Staat, Partei und Konfession, Düsseldorf, 2002, pp. 545 – 684.

7 Hildebrand (note 6), pp. 301 – 339 ; Dirk Kroegel, Einen Anfang finden ! Kurt Georg Kiesinger in der Außen-und Deutschlandpolitik der Großen Koalition, Munich, 1997 ; Philipp Gassert, Kurt Georg Kiesinger 1904 – 1988 : Kanzler zwischen den Zeiten, Munich, 2006.

8 Peter Bender, Die ›Neue Ostpolitik‹ und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munich, 41996 ; Heinrich Potthoff, Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 – 1990, Berlin, 1999, pp. 73 – 120.

9 Werner Link, « Die außenpolitische Staatsräson der Bundesrepublik Deutschland. Überlegungen zur innerstaatlichen Struktur und Perzeption des internationalen Bedingungsfeldes », in : Manfred Funke (éd.), Demokratie und Diktatur. Geist und Gestalt politischer Herrschaft in Deutschland und Europa, Düsseldorf, 1987, pp. 400-416.

10 Potthoff (note 8), pp. 202 – 302 ; Karl-Rudolf Korte, Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Kanzlerschaft. Regierungsstil und Entscheidungen 1982 – 1989, Stuttgart, 1998 ; Andreas Wirsching, Abschied vom Provisorium 1982 – 1990, Munich, 2006, pp. 591 – 628.

11 Potthoff (note 8), pp. 121 – 201 ; Hartmut Soell, Helmut Schmidt, t. 2 : Macht und Verantwortung – 1969 bis heute, Munich, 2008.

12 Hans-Dietrich Genscher, Erinnerungen, Berlin, 1995.

13 Korte (note 10), pp. 324 – 375 ; Wirsching (note 10), pp. 621 – 624.

14 Voir Jean-Paul Cahn, « Les constitutions des deux Allemagnes », in : Id., Ulrich Pfeil (éd.), Allemagne 1961 – 1974. De la construction du Mur à l’Ostpolitik, Villeneuve d’Ascq, 2009, pp. 127 – 151.

15 Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland, 23 mai 1949.

16 Vierzig Jahre Bundeshauptstadt Bonn 1949 – 1989, édité par le Bundesminister für Raumordnung, Bauwesen und Städtebau, Karlsruhe, 1989.

17 Hans-Peter Schwarz, « Die Westdeutschen, die westliche Demokratie und die Westbindung im Licht von Meinungsumfragen », in : James A. Cooney (éd.), Die Bundesrepublik Deutschland und die Vereinigten Staaten von Amerika. Politische, soziale und wirtschaftliche Beziehungen im Wandel, Stuttgart, 1989, pp. 87 – 144, ici p. 109.

18 Ludger Kühnhardt, « Wertgrundlagen der deutschen Außenpolitik », in : Karl Kaiser, Hanns W. Maull (éd.), Deutschlands neue Außenpolitik, t. 1 : Grundlagen, Munich, 1994, pp. 99 – 127, ici p. 108.

19 Wilfried Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte, Munich, 1996, p. 231.

20 Wirsching (note 10), pp. 624 – 628.

21 Karl Dietrich Bracher, Theodor Eschenburg, Joachim C. Fest et Eberhard Jäckel (éd.), Geschichte der Bundesrepublik Deutschland in fünf Bänden, Stuttgart, Wiesbaden, 1981 – 1987.

22 Edgar Wolfrum, Geschichtspolitik in der Bundesrepublik Deutschland. Der Weg zur bundesrepublikanischen Erinnerung 1948 – 1990, Darmstadt, 1999, p. 337 ; cf. ici les deux citations suivantes.

23 Wirsching (note 10), p. 477.

24 Historikerstreit. Die Dokumentation der Kontroverse um die Einzigartigkeit der nationalsozialistischen Judenvernichtung, Munich, Zürich, 1987 ; Wirsching (note 10), pp. 488 – 492.

25 Ibid., PP. 466 – 491.

26 Vierzig Jahre Bundeshauptstadt Bonn (note 16) ; Wirsching (note 10), pp. 492 – 498.

27 Wolfrum (note 22), p. 343

28 Potthoff (note 8), pp. 285 – 302 ; Korte (note 10), pp. 438 – 477 ; Wirsching (note 10), pp. 629 – 655 ; Andreas Roedder, Deutschland einig Vaterland. Die Geschichte der Wiedervereinigung, Munich, 2009, pp. 15 – 117 ; Ilko-Sascha Kowalczuk, Endspiel. Die Revolution von 1989 in der DDR, Munich, 2009, pp. 301 – 446.

29 Une version imprimée du programme se trouve dans Volker Gransow, Konrad H. Jarausch (éd.), Die deutsche Vereinigung. Dokumente zu Bürgerbewegung, Annäherung und Beitritt, Cologne, 1991, pp. 101 – 104.

30 Reiner Marcowitz, Der schwierige Weg zur Einheit. Die Vereinigung der deutschen Liberalen 1989/90, Dresde, 2002, pp. 21 – 32.

31 Wolfgang Jäger, Die Überwindung der Teilung. Der innerdeutsche Prozess der Vereinigung 1989/90, Stuttgart, 1998, pp. 232 – 236 ; Marcowitz (note 30), pp. 11 – 21.

32 Le terme utilisé est celui de « Blockflöte » littéralement « flûte douce », jeu de mots sur « Blockparteien » qui marque la discrétion soumise du parti.

33 Jäger (note 31), pp. 216 – 232.

34 Ibid., pp. 236 – 239 ; Marcowitz (note 30), pp. 35 – 64.

35 Kowalczuk (note 28), pp. 453 – 520.

36 Jäger (note 31), pp. 405 – 429 ; Marcowitz (note 30), pp. 65 – 75 ; Roedder (note 28), pp. 216 – 225 ; Kowalczuk (note 28), pp. 520 – 536.

37 Horst Dieter Schlosser, « Ein nur scheinbar bundesdeutscher Wahlkampf », in : Deutschland Archiv, 23 (1990), pp. 520 – 524.

38 Hans Modrow, Ich wollte ein neues Deutschlands, Berlin, 1998, p. 446 ; ici aussi la citation suivante.

39 Dieter Grosser, Das Wagnis der Währungs-, Wirtschafts-und Sozialunion. Politische Zwänge im Konflikt mit ökonomischen Regeln, Stuttgart, 1998 ; Wirsching (note 10), pp. 674 – 683 ; Roedder (note 28), pp. 289 – 292.

40 Georges-Henri Soutou, L’alliance incertaine. Les rapports stratégiques franco-allemands 1954 – 1996, Paris, 1996, pp. 394 – 401 ; Id., La guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943 – 1990, Paris, 2001, pp. 695 – 732 ; Werner Weidenfeld, Außenpolitik für die deutsche Einheit. Die Entscheidungsjahre 1989/90, Stuttgart, 1998 ; Wirsching (note 11), pp. 689 – 694 ; Thilo Schabert, Mitterrand et la réunification allemande. Une histoire secrète (1981 – 1995), Paris, 2005 ; Maurice Vaïsse, Les relations internationales depuis 1945, Paris, 102007, pp. 174 – 176 ; Roedder (note 28), pp. 236 – 298.

41 Helmut Kohl, Ich wollte Deutschlands Einheit, Berlin, 1996.

42 Edgar Wolfrum, Geschichte als Waffe. Vom Kaiserreich bis zur Wiedervereinigung, Göttingen, 2001, pp. 131 – 139.

43 Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/90, édité par le Ministère de l’Intérieur en collaboration avec Hanns Jürgen Küsters et Daniel Hofmann, Munich, 1998.

44 Ulrich Lappenküper, Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland 1949 bis 1990, Munich, 2008, pp. 112 – 116 ; Roedder (note 28), pp. 366 – 379.

45 Philip Zelikow, Condoleezza Rice, Germany unified and Europe transformed, Cambridge/Mass., 1995. La traduction allemande est intitulée : Sternstunde der Diplomatie. Die deutsche Einheit und das Ende der Spaltung Europas, Berlin, 1997.

46 Marcowitz (note 30), pp. 107 – 110 ; Frank Bösch, Macht und Machtverlust. Die Geschichte der CDU, Stuttgart, 2002.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540