Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

IV. L'unité

L’effondrement de la RDA (mai 1989 – mars 1990)

Jérôme Vaillant

Texte intégral

  • 1 Pour une approche bibliographique du sujet, les ouvrages suivants sont particulièrement recommandé (...)

1En mai/juin 1989, deux événements font apparaître à quel point la situation intérieure et extérieure de la RDA a évolué dans le courant des années 1980 : les élections communales, événement en soi sans importance majeure, dénotent une évolution des mentalités tandis que le début du démantèlement du rideau de fer à la frontière austro-hongroise montre que, depuis l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev, l’environnement international de la RDA s’est, lui aussi, profondément modifié1.

Un réseau d’expression alternative en RDA

  • 2 BStU : http://bstu.bund.de>Mfs/DDR-Geschichte.

2Le dimanche 7 mai 1989, les élections communales ont eu lieu en RDA selon le mode de scrutin habituel : vote bloqué sur la seule liste proposée par le Front national de RDA, composé des partis démocratiques-antifascistes et des organisations de masse du régime ; quel que soit le résultat final, il tourne toujours, comme pour les élections à la Chambre du peuple, autour de 99 %, il est donc acquis d’avance. Pourtant, ce jour-là, des jeunes gens issus de diverses initiatives civiques recueillent, à la sortie de différents bureaux de vote, les voix de ceux qui ont voté non. Leur nombre est supérieur à celui qui est ensuite publié par les autorités. La plainte déposée pour falsification des résultats électoraux n’est pas enregistrée, mais à compter de ce jour, tous les 7 du mois, des jeunes gens se rassemblent sur l’Alexanderplatz à Berlin pour dénoncer ces fraudes électorales2. Que des jeunes gens affrontent ainsi directement le régime est nouveau, c’est le résultat d’une évolution qui s’est produite au cours des années, en particulier dans les grandes villes.

  • 3 Wilfried Loth, Helsinki, 1. August 1975. Entspannung und Abrüstung, Munich, 1998 ; Elisabeth du(...)
  • 4 BStU, MfS/DDR-Geschichte > August 1989/Fluchtwelle.
  • 5 Cf. Entre autres cahiers thématiques, « L’Allemagne dans tous ses états. De l’Allemagne de l’Est à (...)
  • 6 Voir sur la Stasi en général : Jens Gieseke, Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi 1945 – 1990,(...)
  • 7 Cf. Peter Jochen Winters, « Westkorrespondenten im Visier des Ministeriums für Staatssicherheit de (...)
  • 8 BStU, ZA, MfS BdL/Dok 008932, 18p.

3Depuis la signature des Accords d’Helsinki (1975)3, la RDA est confrontée à une vague de demandes de personnes qui souhaitent quitter légalement leur pays pour se rendre, après abandon de leur citoyenneté est-allemande, en RFA. Le départ est devenu pour ces personnes la seule solution pensable aux problèmes existentiels auxquels elles se trouvent confrontés. Leur nombre, tenu secret à l’époque, se montait pour le seul premier semestre 1989 à plus d’une centaine de milliers4. Les Églises protestantes leur accordaient soutien moral et spirituel. Par ailleurs, tout au cours des années 1980, se sont constitués, le plus souvent également sous le toit des Églises protestantes, des groupements politiques qui ont fait leurs premières armes en s’élevant contre l’introduction à l’école d’un enseignement militaire, en dénonçant l’absence des libertés les plus élémentaires ou en critiquant les méfaits d’une politique productiviste sur l’environnement. L’Initiative Paix et Droits de l’Homme (« Initiative Frieden und Menschenrechte », IFM) comprenant, entre autres, Ulrike Poppe et Bärbel Bohley, s’est constituée en 1985 à Berlin-Est. Au printemps 1987, la paroisse Saint-Barthélémy abrite une « Bibliothèque ce la Paix » tandis que l’Église de Sion, à Berlin-Est également, accueille une « Bibliothèque sur l’environnement ». Les liens avec les paroisses protestantes sont étroits, mais d’aucuns se plaignent aussi du contrôle exercé par les Églises qui, à leurs yeux, sont autant un facteur d’intégration que de protestation, au point d’affirmer leur indépendance en créant le mouvement « Église d’en bas ». Tout un réseau s’est ainsi mis en place, créant, dans les années 1980, un espace d’expression alternative qui permet à quelques minorités agissantes de surmonter la peur de la répression et d’affronter les autorités5. En mai 1989, la Stasi6 dénombre 160 groupes représentant environ 2 500 personnes, dont 600 sont perçues comme des cadres. 150 agissent sous le couvert des Églises protestantes : 35 s’engagent pour la paix, 39 pour la défense de l’environnement, 23 pour l’une et l’autre, 10 pour les droits civiques, 7 pour la défense des droits des femmes, etc… La plupart se sont constitués avant 1985. Pour la Stasi, il ne fait pas de doute que ces groupes participent « d’une opération d’affaiblissement, de désagrégation et de déstabilisation politique de la RDA » et visent, en symbiose « avec de nombreux correspondants de presse ouest-allemands » et d’officines diplomatiques occidentales, en particulier de RFA7, de Grande-Bretagne et des USA, à transformer les rapports de société en RDA. Il s’agit bien, à ses yeux, d’une vaste entreprise de désagrégation idéologique du monde communiste au profit des pays de l’OTAN8.

La RDA dans le contexte des évolutions du monde soviétique

  • 9 Mikhaïl Gorbatchev, Perestroika, version allemande: Michail Gorbatschow, Perestroika. Die zweite r (...)

4L’autre événement majeur est le démantèlement par la Hongrie du « rideau de fer » qui la sépare depuis le début de la Guerre froide de son voisin autrichien. Le 12 mars 1989, la Hongrie, en effet, a signé la Convention de l’ONU sur les réfugiés, qui entre officiellement en vigueur le 12 juin. Cette convention contredit les accords passés avec la RDA qui faisaient que jusqu’alors la Hongrie remettait les réfugiés est-allemands aux mains de la Stasi. Désormais, l’ouverture sur le monde occidental prime sur la solidarité due aux pays du camp soviétique. C’est là le résultat des transformations essentielles qu’a connues la politique étrangère de l’URSS depuis l’arrivée au pouvoir de M. Gorbatchev et l’abandon en 1987 de la doctrine Brejnev de la « souveraineté limitée des pays socialistes ». Ceux-ci sont désormais libres de choisir la voie la mieux adaptée à leur situation pour arriver à un socialisme revu et corrigé selon les principes de la « perestroika »9. C’est aussi la conséquence des évolutions provoquées en premier en Pologne par le syndicat Solidarność qui remporte massivement les élections de juin 1989 tandis qu’en Hongrie le régime communiste tolère de facto un parti d’opposition, le Forum démocratique hongrois, qui participe depuis 1987 à une « table ronde » pour tenter de régler les difficultés du pays.

Les fuites de l’été 89

  • 10 BStU, ZA, Zaig 5352, ff. 124 – 134
  • 11 L’affiche invitant au pique-nique paneuropéen de Sopron le 19 août 1989 à 15h « là où se trouve le (...)

5L’annonce du démantèlement du « rideau de fer » par la Hongrie fait sentir ses effets dès le mois de mai 1989. La Stasi s’inquiète, elle constate que pour le seul premier semestre 1989 autant de citoyens est-allemands ont cherché à quitter illégalement la RDA via la Hongrie que pendant toute l’année 1988, 618 contre 607 dont 35 % ont abouti. Le plus inquiétant est que les trois quarts de ces tentatives en 1989 se répartissent sur les mois de mai, juin et juillet et que pour 62 % d’entre elles, ces fuites ont été couronnées de succès10. Les pourparlers engagés par la RDA n’y feront rien, malgré de vives tensions entre le ministère de l’Intérieur et le ministère des Affaires étrangères à Budapest. La Hongrie a choisi sa voie et elle ne s’en départira plus. Le 19 août, un pique-nique organisé à Sopron, près de la frontière autrichienne, par les Unions paneuropéennes de Hongrie et d’Autriche, avec le soutien du Parti démocratique hongrois, fondé en 1988, est l’occasion pour quelques centaines d’Allemands de l’Est de passer en Autriche11. Dès lors, c’est par milliers que les Allemands de l’Est, beaucoup de retour de vacances, s’installent en Hongrie à proximité de la frontière autrichienne, en attendant l’ouverture définitive ; ils investissent également les ambassades ouest-allemandes de Budapest et de Prague – ou la Représentation permanente de la RFA à Berlin-Est qui a déjà été, dans le passé, mais à des degrés moindres, le théâtre de semblables mouvements – pour réclamer leur passage à l’Ouest. Le 11 septembre, la Hongrie ouvre définitivement ses frontières. En quelques jours, ce sont 15 000 Allemands de l’Est qui passent à l’Ouest. Dans la nuit du 4 au 5 octobre, le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, annonce aux quelque 7 000 personnes qui ont trouvé refuge dans l’enceinte de l’Ambassade ouest-allemande de Prague qu’elles vont pouvoir se rendre en RFA. Mais les trains plombés doivent passer par Dresde pour satisfaire une ultime exigence de souveraineté de la RDA. Des milliers d’habitants de Dresde tentent alors par tous les moyens, violence comprise, d’investir la gare centrale de la ville pour grimper dans les trains, provoquant une répression plus violente encore de la police, la désescalade n’intervenant qu’après une intervention du maire de Dresde, Wolfgang Berghofer, en l’absence du secrétaire de district, Hans Modrow. S’ils restaient encore infranchissables, il était désormais devenu possible de contourner le Mur de Berlin et la frontière interallemande.

Les motifs

  • 12 Cf. Neues Deutschland, 2 octobre 1989, Commentaire ADN, cité in Winkler (note 1), p. 503.
  • 13 BStU, Sekr. Mittig 27, ff. 120 – 130, rapport du 9 septembre 1989.

6Officiellement, le SED explique ce mouvement de fuite par l’influence des médias occidentaux, Erich Honecker lui-même fait insérer le 2 octobre un commentaire dans l’organe du SED, « Neues Deutschland », qui condamne ceux qui fuient la RDA : « Par leur comportement, ils ont foulé au pied nos valeurs morales et se sont exclus eux-mêmes de notre société. Ils ne méritent pas qu’on verse une larme sur eux »12. Pourtant la Stasi connaît parfaitement les raisons qui poussent les Allemands de l’Est à être candidats au départ légal ou à fuir. Les côtés positifs du socialisme ne sont pas niés tels la sécurité de l’emploi et le sentiment d’être pris en charge par l’État, mais l’attrait du mode de vie occidental est tel que c’est seule l’Allemagne de l’Ouest semble offrir une solution aux conditions de vie insuffisantes que propose la RDA. Trois questions sont mises en évidence : les problèmes d’approvisionnement, l’absence de libertés individuelles et l’impossibilité de voyager librement à l’Ouest. Et la Stasi d’ajouter d’autres raisons de mécontentement : l’insuffisance des services, les carences de l’encadrement médical, les conditions de travail et les inégalités face aux promotions, l’évolution des salaires, le comportement bureaucratique des cadres de l’État et des entreprises, la politique d’information pratiquée par la RDA13. Les fuites massives de l’été 1989 privent d’autant plus la société et l’économie est-allemandes de ses forces vives que ceux qui lui tournent le dos sont des jeunes gens de 25 à 40 ans qui n’ont connu de socialisation que par la RDA, elles induisent une crise de confiance généralisée.

7Lors d’une des premières manifestations qui se déroulent en septembre à Leipzig, le mot d’ordre est « Wir wollen raus » (« Nous voulons partir »), il est bientôt relayé par un autre qui le contredit : « Wir bleiben hier », nous restons en RDA pour nourrir la société est-allemande de nos revendications. Les Églises protestantes qui accueillaient les candidats au départ ne le cachaient d’ailleurs pas : tout départ était une perte pour la RDA, c’est en restant qu’il était possible de transformer l’État, l’économie, la société et la culture pour faire de la RDA un État authentiquement socialiste et démocratique, exprimant ainsi leur espoir en la possibilité de transformer le régime et de suivre une troisième voie entre capitalisme et communisme.

Les mouvements civiques de l’automne 1989 : La transformation comme alternative aux départs et aux fuites

  • 14 En allemand, l’appel est intitulé : Aufbruch 89 – Neues Forum. On retrouve dans les dénominations (...)
  • 15 Cf. Katja Havemann, Joachim Widmann, Robert Havemann oder : Wie die DDR sich erledigte, Munich, 20 (...)
  • 16 Angela Merkel s’inscrit alors au DA, ce qui l’orientera vers la CDU lorsque le DA s’en sera rappro (...)

8Les mouvements civiques de l’automne 1989 articulent ces revendications dans leurs déclarations. Dans son appel du 10 septembre, intitulé « Nouveau départ 89 », le « Nouveau Forum »14 constate l’absence de communication entre l’État et la société et demande à tous de « participer à la discussion sur les sujets vitaux de notre société et de notre pays », il veut être le forum dont la RDA a besoin pour surmonter ces difficultés : rien de révolutionnaire en soi, mais un appel clair à la transformation de la RDA pour en faire un État authentiquement socialiste et démocratique. Parmi les trente premiers signataires, bientôt suivis de milliers d’autres, Bärbel Bohley, artiste peintre, Katja Havemann, éducatrice de son métier mais bénéficiant de l’aura de son défunt mari, Robert Havemann15, physicien communiste qui fut une des figures de proue de l’opposition au régime SED, Rolf Henrich, juriste, et Jens Reich, spécialiste de biologie moléculaire. Deux jours plus tard, un autre mouvement se constitue autour de Wolfgang Ullmann, théologien, Konrad Weiss, réalisateur de films documentaires, et de Hans-Jürgen Fischbeck, physicien ; il réclame l’instauration de la « démocratie maintenant » : « Demokratie jetzt ». Il attaque un État au sein duquel le SED s’est érigé en guide absolu sans en avoir de mandat du peuple et décline toute une série de revendications : réforme du mode de scrutin, de l’école, de la politique d’information ; il réclame l’abandon du principe d’unité des pouvoirs et la création de syndicats libres, l’instauration d’une Cour constitutionnelle, l’autonomie pour toute vie culturelle, etc.. Son objectif affiché est de « poursuivre la révolution socialiste qui n’a pas dépassé [en RDA] le stade de l’étatisation [des moyens de production] » tout en concédant un fort pouvoir d’intervention à l’État comme régulateur et coordinateur d’un plan cadre. Deux autres formations suivent en octobre 1989. « Demokratischer Aufbruch » (DA) se prononce pour un renouveau démocratique qui soit en même temps social et écologique. Fondé à l’initiative des pasteurs Rainer Eppelmann et Friedrich Schorlemmer, il a pour président Wolfgang Schnur, bientôt dénoncé comme informateur inofficiel de la Stasi. Son programme s’inscrit également dans la perspective d’un socialisme démocratique16. Le 7 octobre au soir, dans le petit village de Schwante, situé au nord de Berlin, un nouveau parti social-démocrate se constitue (« Sozialdemokratische Partei ») : il choisit de le faire dans la clandestinité et sous le sigle de SDP – et non pas de SPD – pour ne pas irriter davantage le SED, au pouvoir depuis 1946 et issu de la fusion plus forcée que voulue en Zone d’occupation soviétique entre le KPD et le SPD. L’événement est considérable : la création du SDP est une façon de contester le droit du SED de représenter à lui seul la classe ouvrière et de s’arroger, à ce titre, le rôle de parti dirigeant en RDA. Il est donc conséquent pour lui de réclamer l’abandon du principe de l’unité des pouvoirs et la séparation entre État et parti. Il se prononce ouvertement pour le maintien de deux États concurrents en Allemagne, la RDA devant se transformer en État de démocratie sociale, fondé sur une économie régulée de marché.

Le régime SED en cause

  • 17 Walter Ulbricht (1893 – 1973). De retour de Moscou en Allemagne en 1945 à la tête du « Groupe Ulbr (...)
  • 18 « Den Sozialismus in seinem Lauf hält weder Ochs noch Esel auf ». Cette citation fait partie d’une (...)
  • 19 Cf. Statut du SED dans sa version de 1976 in : Grosser et al. (note 1).
  • 20 Jusqu’en 1968 était en vigueur en RDA la constitution de 1948, élaborée dans le sens d’un compromi (...)
  • 21 Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Administration militaire soviétique en Allemagne a aut (...)

9Pendant les mois de mai à décembre 1989, la direction du SED ne prend jamais réellement la mesure de la crise à laquelle elle est confrontée. Ses réactions apparaissent constamment déphasées par rapport aux événements. Cela est, dans un premier temps, lié aux préparatifs pour fêter le 40ème anniversaire de la RDA, mais cela à voir aussi avec la nature du régime et du parti à sa tête ainsi qu’avec l’âge de son secrétaire général, Erich Honecker. Né le 25 août 1912, celui-ci a 77 ans au moment des événements, il est au pouvoir en RDA depuis 18 ans, dans un pays qui n’aura connu, en tout et pour tout en 40 ans, que deux dirigeants. Gérontocratie et immobilisme vont de pair. Au sein du SED, les réformateurs attendent le congrès ordinaire du SED qui suivra, en mai 1990, les cérémonies du 40ème anniversaire pour prendre la succession d’Erich Honecker. Celui-ci, comme auparavant Walter Ulbricht17, assure en plus de sa fonction de secrétaire général du CC du SED celle de président du Conseil d’État et de Président du Conseil national de Défense, c’est un despote qui, appuyé au Bureau politique du SED par Günter Mittag à l’économie et Joachim Herrmann à l’agitation, règne sans partage sur le parti et l’État. Le Bureau politique, l’organe de direction du SED issu de son parlement intermédiaire qu’est le Comité central, est le véritable organe exécutif de la RDA, son gouvernement officiel n’en étant que la courroie de transmission. C’est que, selon la doctrine marxiste-léniniste, il appartient au parti de la classe ouvrière de réaliser la mission que l’histoire lui assigne, d’établir la dictature du prolétariat, puis le socialisme qui est l’avant-dernière étape sur la voie du communisme qui réalise, lui, une société sans classe. Pour le SED, convaincu du caractère scientifique des démonstrations de Marx, revues et corrigées par Lénine, l’avènement du communisme est historiquement inéluctable. Honecker le rappelait sur le mode imagé, quand il affirmait encore en août 1989 que « ni âne ni bœuf ne pouvaient entraver la marche vers le socialisme »18. C’est au titre de cette mission historique que le parti, qui se conçoit comme l’avant-garde de la classe ouvrière, se doit d’assumer la totalité des pouvoirs dans l’État et qu’il ne peut tolérer de fraction opposée en son sein19. C’est également à ce titre que dans son article premier, la constitution de 1968 définit la RDA comme « un État socialiste de nation allemande » compris comme « l’organisation politique des travailleurs de la ville et de la campagne qui réalisent ensemble le socialisme sous la direction de la classe ouvrière et de son parti marxisteléniniste »20. Les autres partis constitués en 1945 en bloc démocratique-antifasciste, ne sont que des satellites, expression à un moment donné de l’histoire des reliquats de la société bourgeoise passée21.

Révolution ou contre-révolution ?

  • 22 C’est après ses rencontres avec la direction du SED que M. Gorbatchev, au moment de rentrer à Mosc (...)
  • 23 Cf. « Aufruf an alle Leipziger » de Kurt Masur et autres in BStU, MfS, Neiber 617, f. 105.

10Les mouvements civiques ne s’y trompaient pas quand ils s’en prenaient, dans leurs premières déclarations, au principe de l’unité des pouvoirs qui est à l’opposé du principe cher à Montesquieu : « Que le pouvoir arrête le pouvoir ! ». Ils remettaient en cause le principe fondateur du régime communiste de la RDA comme de tout autre régime communiste dans le monde. Face à un tel monolithisme, la question se posait de savoir si le régime était réformable ? S’il ne l’était pas, toute réforme ne pouvait tôt ou tard que provoquer son effondrement. Aux manifestations régulières sur l’Alexanderplatz à Berlin-Est contre les fraudes électorales s’ajoutent bientôt, dans la tradition des « prières pour la paix » du début des années 1980, les manifestations du lundi, qui enflent d’une semaine à l’autre, en particulier à Leipzig, à la sortie des temples protestants Nicolaï et Thomas. C’est là que se décide le sort de « la révolution pacifique de l’automne 89 ». Les deux jours précédents, les cérémonies officielles commémorant le 40e anniversaire de la fondation de la RDA ont été l’occasion pour de nombreux jeunes-gens, dont des enfants de l’intelligentsia est-allemande, de clamer aux alentours du Palais de la République à Berlin-Est leurs revendications de changement et leur soutien à la politique de Mikhaïl Gorbatchev22. Comme à Dresde, la répression a été violente et le nombre d’arrestations, élevé, au point que pour la manifestation du lundi 9 octobre à Leipzig, les conditions semblent réunies pour une manifestation de force de la part du régime qui a, en plus des forces de police et de la Stasi, mobilisé dans les entreprises les « groupes de combat » qui se déclarent prêts à défendre, par la force, les conquêtes de la classe ouvrière. On se réfère alors volontiers à la répression des manifestants de la place Tian’anmen à Pékin le 4 juin précédent, répression sanglante à laquelle Egon Krenz a été, en son temps, chargé d’apporter personnellement son soutien, au nom du SED. Finalement, les manifestants s’en tiennent à leurs mots d’ordre de manifester pacifiquement pour ne donner à la police aucune raison d’intervenir et le responsable SED du district de Leipzig impose, de son côté, la retenue. Des interventions de citoyens auprès du SED ont également joué un rôle. Six personnalités ont appelé au calme et au dialogue dans un document commun : Kurt Masur, chef d’orchestre du « Gewandhaus », le pasteur Peter Zimmermann et le chansonnier Bernd-Lutz Lange ainsi que trois secrétaires de la direction de district du SED, Kurt Meyer, Jochen Pommert et Roland Woetzel23. Le 9 octobre à Leipzig, la direction locale du SED, à laquelle la centrale berlinoise n’a pas transmis de consignes, a estimé que le pays n’était pas confronté à une contre-révolution et qu’il convenait de se mettre à l’écoute du peuple qui s’exprimait dans la rue.

Quel « tournant » ?

11Le 9 octobre 1989 peut être considéré à ce titre comme un véritable tournant historique que le SED tente ensuite de revendiquer pour soi seul quand Egon Krenz utilise le terme de « Wende » (« tournant ») après la démission forcée à laquelle le Comité central du SED accule, le 18 octobre suivant, Erich Honecker et ses collaborateurs les plus proches, Günter Mittag et Joachim Herrmann. Mais le SED peut-il encore négocier ce « tournant » face à des manifestants qui scandent dans la rue que c’est eux qui représentent le peuple (« Wir sind das Volk ») ? Le régime s’en trouvait doublement délégitimé : non seulement il cessait d’être par définition le défenseur des intérêts du peuple, il renonçait encore au recours à la force qui lui donnait jusqu’alors l’autorité de gouverner.

  • 24 Cf. «Information über das Wirken antisozialistischer Sammlungsbewegungen und damit im Zusammenhang (...)

12Conscient que la question des voyages est fondamentale, le ministère de l’Intérieur planche dès le 19 octobre sur une nouvelle législation en la matière et décision est prise, le lendemain 20 octobre, d’accorder un droit au retour à tous ceux qui sont partis, une façon de prendre le contre-pied des positions défendues en août par Erich Honecker. Le 27 octobre, la frontière avec la Tchécoslovaquie est ouverte. Pourtant, Egon Krenz ne parvient pas à convaincre qu’il est capable de provoquer les transformations attendues. Cela tient à sa personnalité d’éternel second, sans grand charisme, cela tient aussi au fait qu’il appartient trop évidemment au passé : non seulement il a défendu à Pékin la répression de la Place Tian’anmen, il a encore présidé la commission chargée de vérifier les opérations électorales lors des municipales de mai. Il reste partagé quant au parti à prendre face aux mouvements civiques alors même que la Stasi relève qu’ils expriment les revendications de la majorité, en particulier le « Nouveau Forum » dont il est dit qu’il « continue d’avoir une large résonance au sein de la population et d’être désormais perçu en de nombreux endroits comme une force sociale réellement existante et efficace », les « nombreux endroits » en question n’étant plus seulement les Églises, mais « de façon croissante les entreprises, le système de santé, les universités, les établissements culturels et de recherche ainsi que le monde artisanal tant coopératif que privé »24.

  • 25 G. Schürer, G. Beil, A. Schalck-Golodkowski, E. Höfner et A. Donda, « Vorlage für das Politbüro de (...)

13Au même moment, E. Krenz apprend de ses experts en économie qu’en privilégiant la consommation au détriment de l’investissement productif, comme l’a fait E. Honecker pendant près de deux décennies, la RDA vit depuis des années au dessus de ses moyens et qu’elle s’est à ce point endettée à l’Ouest qu’elle est menacée d’incapacité de paiement. Les auteurs de l’étude, dont Gerhard Schürer, président de la commission du Plan, Gerhard Beil, ministre du Commerce extérieur, Ernst Höfner, ministre des Finances, proposent d’abandonner le modèle de planification centralisée et d’accorder une plus grande autonomie de décision aux entreprises et combinats. Ils recommandent de « donner un plus grand rôle à l’argent comme mesure de la performance économique ». Comme il n’est pas possible de mettre brutalement un terme à l’endettement du pays, ce qui induirait en 1990 une baisse du pouvoir d’achat en RDA de l’ordre de 25 à 30 %, ils recommandent de mettre tout en oeuvre pour éviter le contrôle du pays par le FMI et de solliciter des crédits supplémentaires de la part de la RFA. Cela ne les empêche pas de faire remarquer en même temps que selon des experts occidentaux, la RDA a subi, du temps où ses frontières étaient ouvertes, un dommage d’environ 100 milliards de marks25.

14Fin octobre, le SED au pouvoir en RDA est non seulement confronté à une crise de confiance et de légitimité mais encore à une crise économique et financière, susceptible de se transformer en crise d’approvisionnement et en crise sociale. Le nombre des manifestants à descendre dans la rue ne cesse de croître dans toutes les villes de RDA, l’exemple de Leipzig pouvant servir de repère : de 70 000 le 9 octobre, leur nombre passe à 120 000 une semaine plus tard, puis à plus de 200 000 le 23 et à 300 000 le 30 octobre. Le 6 novembre, Leipzig compte environ 500 000 manifestants, presque autant qu’à Berlin, le 4 novembre, quand artistes et intellectuels de RDA ont appelé à une grande manifestation sur l’Alexanderplatz, au pied de la Tour de télévision, un symbole du succès de la RDA. Il ne faut pas se méprendre : cette manifestation berlinoise est peu semblable à celle des autres villes est-allemandes ; tolérée, voire favorisée par la Stasi, elle est moins le fait du peuple que celui des réformateurs au sein du SED qui plaident d’autant plus pour une troisième voie qu’ils ont le souci de préserver la RDA comme État autonome.

Chute ou ouverture du Mur ?

  • 26 La description la plus détaillée des événements reste celle de Hertle (note 1), pp. 163 – 240.

15Le 7 novembre, le gouvernement de RDA démissionne en bloc, suivi, le lendemain, par le Bureau politique du SED. Le Comité central du parti confirme cependant E. Krenz dans ses fonctions de secrétaire général. Le pouvoir se délite. Lors de sa réunion du 9 novembre, le Comité central est frappé de résignation face à l’ampleur d’une crise dont il n’avait pas jusqu’alors pris l’entière mesure. Faute de pouvoir présenter un projet de loi sur les voyages et sur le droit de quitter la RDA, il rédige une ordonnance qui doit entrer immédiatement en vigueur. C’est le document dont la présentation mal maîtrisée par Günter Schabowski, en sa qualité nouvelle de porte parole du SED, le 9 novembre devant la presse internationale, va déclencher une série d’événements qui aboutiront à l’ouverture comme à la chute du Mur. Le document distingue entre « voyages de caractère privé » qui peuvent être rapidement autorisés sur simple demande et départs de RDA pour lesquels les visas nécessaires doivent être « accordés sans délai ». Ces mesures conçues pour être mises en œuvre les jours suivants sont présentées par G. Schabowski comme immédiatement applicables. L’information déclenche un afflux de Berlinois de l’Est à différents points de passage du Mur pour vérifier s’il est déjà possible de le franchir. C’est au point de passage de la Bornholmer Straße que l’attroupement est le plus fort. Après de nombreux appels téléphoniques qui ne lui apportent pas les ordres souhaités, l’officier de service, Harald Jäger, ne se voyant pas en mesure, avec ses hommes, de résister à la pression de la foule, prend finalement sur lui d’ouvrir le Mur. En même temps, du côté occidental, des manifestants investissent le Mur à la Porte de Brandebourg26. Le Mur a été ouvert par défaut sous la pression des Berlinois de l’Est et avec le soutien effectif des Berlinois de l’Ouest. C’est en ce sens que l’on peut aussi bien parler d’une chute que d’une ouverture. On pouvait déjà le contourner, via la Hongrie et la Tchécoslovaquie, il est désormais ouvert et cesse de faire peur. L’événement est mémorable et émouvant tant est grande la joie des retrouvailles entre Berlinois de l’Est et de l’Ouest et en même temps, à la frontière inter-allemande, entre Allemands de l’Est et de l’Ouest. La voiture standard est-allemande, la Trabant, devient le symbole de la liberté retrouvée. Dans les trois jours qui suivent, environ 4,3 millions d’Allemands de l’Est se rendent en visite à l’Ouest ; le week-end des 18/19 novembre, ils sont de 2 à 3 millions à prendre à nouveau la direction de l’Ouest.

16Mais l’ouverture du Mur confronte la RDA à des difficultés auxquelles elle ne s’était pas préparée : la valeur du mark est-allemand chute sur le marché noir. C’est seulement le 23 novembre que le gouvernement, constitué dix jours plus tôt sous la direction du réformateur Hans Modrow, prend des mesures pour tenter de limiter le marché noir et la spéculation et pour réserver aux seuls Allemands de l’Est les produits de consommation courante fortement subventionnés par l’État. Entre le 9 et le 23 novembre, la Banque centrale de RDA perd 3 milliards de marks, suite à des opérations illégales de change.

Vains efforts du gouvernement Modrow et congrès extraordinaire du SED

  • 27 Appell « Für unser Land », 26 novembre 1989. Cf. Grosser et al. (note 1), p. 349 et http://www.gla (...)
  • 28 Plan en dix points in : Grosser et al. (note 1), p. 354.

17Le 10 novembre, le Comité central du SED devait adopter le nouveau programme d’action qui permettrait au parti de reprendre l’initiative politique, la chute du Mur démontre son impuissance et son incapacité à prendre en compte les événements. Le premier gouvernement Modrow, encore entièrement dominé par le SED, veut croire qu’il peut être mieux qu’un simple gouvernement de transition, en fait, il sauvegarde du pouvoir ce qui ne lui a pas encore échappé. Soutenu en cela par l’Union soviétique, il promet un renouveau démocratique et refuse toute perspective d’unification, mais il ouvre la voie à des négociations avec la RFA pour obtenir de celle-ci une aide d’urgence, chiffrée à 10 milliards de DM, et engager avec elle des négociations sur une « communauté contractuelle ». Il dissout la Stasi pour la faire renaître aussitôt sous la forme d’un ministère de la Sécurité nationale. En matière économique, il est prêt à tenter l’expérience de joints venture mais pas d’ouvrir de façon significative le capital des entreprises est-allemandes à l’étranger. Fin novembre, des réformateurs du SED et des représentants des mouvements civiques lancent un appel solennel « pour notre pays », dans lequel ils font un bilan réaliste de la situation : ou bien la RDA parvient à préserver son autonomie pour suivre une troisième voie entre capitalisme et communisme, ou bien les contraintes économiques la feront absorber par la RFA. Mais le ton désabusé de cet appel semble déjà indiquer que l’histoire est en train de trancher en faveur de la deuxième solution27. Le « plan en dix points » que le chancelier Helmut Kohl présente le 28 novembre devant le Bundestag à Bonn « pour surmonter la division de l’Allemagne et de l’Europe » déclasse cet appel et prend date pour l’avenir. Répondant à H. Modrow, H. Kohl a cette phrase décisive dans laquelle il se déclare prêt à aller plus loin qu’une simple communauté contractuelle et propose à la RDA de développer entre les deux États « des structures confédérales, avec l’objectif de fonder en Allemagne une fédération, c’est-à-dire un ordre fédéral »28 ouvrant ainsi aux Allemands la perspective de l’unification du pays. La chute du Mur ouvrait cette perspective, elle ne paraissait cependant pas immédiatement opérationnelle tant il y avait encore de difficultés intérieures comme extérieures à surmonter. Les Allemands de l’Est vont, par leurs manifestations, puis leur vote, précipiter les choses.

18Dès la manifestation du lundi 13 novembre à Leipzig, des manifestants ont entonné le passage de l’hymne est-allemand qui célèbre « l’Allemagne, patrie unie » et le 20 novembre, alors que le « Nouveau Forum » se déclare hostile à toute unification, le nombre des manifestants favorables à l’unité croît : le 27 novembre, le slogan « Nous sommes un peuple » l’emporte sur le précédent « Nous sommes le peuple. » Début décembre, la RDA telle qu’elle avait existé quarante ans durant, cesse d’exister dans les faits : Le 1er décembre, la Chambre du peuple supprime de l’article 1er de la constitution « le rôle dirigeant du parti marxiste-léniniste de la classe ouvrière » ; le 3, Bureau politique et Comité central démissionnent en bloc.

19Les militants de base du parti ont au moins obtenu que les instances dirigeantes du SED aient convoqué un Congrès extraordinaire les 8 et 9 décembre, ils veulent que leurs dirigeants rendent des comptes et expliquent comment le parti et le pays ont pu ainsi partir à vau l’eau en aussi peu de temps. Depuis que les médias ont appris à user de leur nouvelle liberté d’expression et que les médias ouest-allemands leur donnent l’exemple, ils dénoncent les privilèges dont bénéficiaient les dignitaires du parti dans leur quartier résidentiel de Wandlitz et la corruption de ceux-là mêmes qui prêchaient au peuple la rigueur et l’austérité. Le pays connaît alors une véritable crise morale.

  • 29 Vereinigte Linke, SDP, Demokratie jetzt, Demokratischer Aufbruch, Neues Forum, Grüne Partei, Grüne (...)

20La débâcle du SED entraîne l’effondrement du bloc des partis démocratiques-antifascistes : la CDU de RDA le quitte le 4 décembre et place son congrès du 15 sous le signe du « renouveau et de l’avenir », le LDPD la suit le 5 décembre, etc.. De nouveaux partis se forment, tel le FDP qui a le soutien de son homologue libéral ouest-allemand. C’est seulement au terme d’une deuxième session convoquée les 15 et 16 décembre à Berlin que le SED se transforme, sous la houlette de son nouveau président, Gregor Gysi, en un parti postcommuniste organisé selon les principes sociaux-démocrates sous le nom de SED-PDS. Au même moment, le gouvernement Modrow affirme que lui seul peut prendre des décisions qui engagent le pays alors qu’il accepte de composer avec l’opposition dans le cadre d’une Table ronde. Instituée le 7 décembre, celle-ci réunit, du 18 décembre 1989 au 12 mars 1990, sous la présidence de « modérateurs » issus de l’Union des Églises protestantes, des représentants du gouvernement et des partis de gouvernement ainsi que des représentants des principaux mouvements civiques29. À aucun moment, la table ronde de la RDA n’a l’importance politique de la Table ronde polonaise qui a construit un compromis politique, il s’agit plutôt d’un assemblée de débat et de consultation. En se donnant pour objectif principal l’élaboration d’une nouvelle constitution, elle voit également trop loin et néglige l’événement immédiat. Elle fixe, lors de sa première séance, au 6 mai 1990 les premières élections libres de RDA.

Le raidissement « antifasciste » et la marche vers l’unification

  • 30 Cf. Appel du SED/PDS à une manifestation « antifasciste » le 3 janvier 1990 devant le Mémorial sov (...)
  • 31 Tout au cours des mois de novembre et de décembre, les bureaux de la Stasi, symbole même de l’oppr (...)

21Avant la trêve de Noël, H. Modrow et H. Kohl ouvrent ensemble, le 22 décembre, la Porte de Brandebourg : le geste est fort de symbole et signifie clairement que désormais le Mur ne pourra plus être refermé, option que les faucons du SED n’avaient pas exclue. En janvier 1990, pourtant, la situation se raidit quand le SED/PDS cherche à se donner une nouvelle autorité politique et une nouvelle légitimité historique, comme au temps de sa fondation en 1946, en arguant de la nécessité de faire front contre un renouveau du danger nationaliste et fasciste30. Le 15 janvier, la centrale de la Stasi, située dans la Normannenstraße, est prise d’assaut : acte d’abord probablement de provocation pour pourrir la situation, l’opération permet de préserver les dossiers actes de la Stasi qui sont en cours de destruction31. Mais la poursuite des départs d’Est en Ouest démontre chaque jour un peu plus que le gouvernement Modrow n’a pas de légitimité pour gouverner. Le 29 janvier, il reconnaît son impuissance, il inclut en son sein des représentants des mouvements civiques et demande à la Table ronde d’avancer les élections générales au 18 mars. Le « gouvernement de responsabilité nationale » qu’il constitue n’a plus d’autre fonction que d’assurer la transition jusqu’aux élections : à la menace de vide politique se substitue ainsi une nouvelle dynamique. Le 18 mars 1990, l’Alliance pour l’Allemagne, forgée dans l’urgence par le chancelier Kohl lui même pour contrer la montée supposée de la sociale-démocratie, remporte les élections et constitue un gouvernement de coalition avec le SPD et les Libéraux. Ce gouvernement n’a d’autre mission que d’instruire l’adhésion de la RDA au système politique, économique et social de la RFA.

Conclusion

22Dès le 1er décembre 1989, la RDA a cessé d’être l’État des ouvriers et paysans qu’elle affirmait être dans constitution, sous la direction du SED. Le régime que ce parti représente s’est effondré à la suite d’une crise générale qui a mis en cause sa capacité à s’adapter et sa légitimité à gouverner dans tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle. De l’été 1989 aux élections de mars 1990, le nombre de ses adhérents passe de 2,3 millions à moins de 700 000. Le phénomène est comparable à ce qui se passe alors dans les autres pays dits de démocratie populaire. La décomposition du régime est hâtée par le fait que la RDA ne s’est pas constituée en nation est-allemande autonome mais qu’elle est bien restée partie du tout qu’est l’Allemagne. Ses citoyens voyaient dans le mode de vie ouest-allemand, le succès de son modèle économique, symbolisé par la force du deutschmark (DM) et le modèle d’organisation politique de la RFA la solution à leurs problèmes. Le vide politique créé par l’effondrement du régime est-allemand ne pouvait être comblé que par la RFA, dès lors que l’Union soviétique de M. Gorbatchev en acceptait l’augure.

Notes

1 Pour une approche bibliographique du sujet, les ouvrages suivants sont particulièrement recommandés : Hannes Bahrmann, Christoph Links, Chronik der Wende (vol. 1 : Die DDR zwischen 7. Oktober und 18. Dezember 1989 ; vol. 2 : Stationen der Einheit. Die letzten Monate der DDR), Berlin, 1994/1995 ; Dieter Grosser, Stephan Bierling et Beate Neuss, Bundesrepublik und DDR 1969 – 1990 (Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung, vol. 11), Stuttgart, 1996 ; Hans-Hermann Hertle, Der Fall der Mauer. Die unbeabsichtigte Selbstauflösung des SED-Staates, Opladen, 1996 ; Günter Heydemann et al. (éd.), Evolution und Transformation in der DDR 1989/1990, Berlin, 1999 ; Ilko-Sascha Kowalczuk, Endspiel. Die Revolution von 1989 in der DDR, Munich, 2009 ; Ehrhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR, 1949 – 1989, Bonn, 1997 ; ID., Unsere Revolution. Die Geschichte der Jahre 1989/90, Munich, 2008 ; Michael Naumann (éd.), ›Die Geschichte der DDR ist offen‹. DDR 1990 : Hoffnung auf eine neue Republik, Reinbek, 1990 ; Ulrike Poppe et al. (éd), Zwischen Selbstbehauptung und Anpassung. Formen des Widerstandes und der Opposition in der DDR, Berlin, 1994 ; Andreas Rödder, Deutschland einig Vaterland. Die Geschichte der Wiedervereinigung, Munich, 2009 ; Anne Saint Sau-Veurhenn, Gérard Schneillin (éd.), La mise en œuvre de l’unification allemande 1989 – 1990, Paris, 1998 ; Jérôme Vaillant (éd.), « L’unification de l’Allemagne. Les années décisives : 1989/90 », in : Allemagne d’aujourd’hui, 146 (1998) ; Hermann Weber, Aufbau und Fall einer Diktatur. Kritische Beiträge zur Geschichte der DDR, Cologne, 1991 ; Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen, t. 2, Munich, 2000.

2 BStU : http://bstu.bund.de>Mfs/DDR-Geschichte.

3 Wilfried Loth, Helsinki, 1. August 1975. Entspannung und Abrüstung, Munich, 1998 ; Elisabeth du Réau et Christine Manigand (éd.), Vers la réunification de l’Europe. Apports et limites du processus d’Helsinki de 1975 à nos jours, Paris, 2005 ; Christian Domnitz, « Der Traum von Helsinki. Bürgerrechtler entwickeln Idee einer neuen europäischen Ordnung », in : Deutschland Archiv, 40 (2007) 1, pp. 76 – 86.

4 BStU, MfS/DDR-Geschichte > August 1989/Fluchtwelle.

5 Cf. Entre autres cahiers thématiques, « L’Allemagne dans tous ses états. De l’Allemagne de l’Est à l’Est de l’Allemagne », actes du colloque organisé par les ENS Ulm-Sèvres et Fontenay-Saint Cloud (1991) in : Allemagne d’aujourd’hui, 118 (oct. – déc. 1991) ; « L’unification de l’Allemagne : les années décisives : 1989/90 », numéro spécial Allemagne d’aujourd’hui, 146 (oct. – déc. 1998), plus particulièrement : Jacques Poumet, « Nouvelles formes d’opposition en RDA dans les années quatre-vingt : de la critique au rejet, pp. 148 – 164 ; « Pratiques et productions culturelles en RDA », un dossier publié sous la direction de Jacques Poumet, in : Allemagne d’aujourd’hui, 177 (juillet – septembre 2006).

6 Voir sur la Stasi en général : Jens Gieseke, Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi 1945 – 1990, Munich, 2006 ; ID. (éd.), Staatssicherheit und Gesellschaft. Studien zum Herrschaftsalltag in der DDR, Göttingen, 2007.

7 Cf. Peter Jochen Winters, « Westkorrespondenten im Visier des Ministeriums für Staatssicherheit der DDR », in : Deutschland Archiv, 32 (1999) 5, pp. 804 – 812.

8 BStU, ZA, MfS BdL/Dok 008932, 18p.

9 Mikhaïl Gorbatchev, Perestroika, version allemande: Michail Gorbatschow, Perestroika. Die zweite russische Revolution. Eine neue Politik für Europa und die Welt, Munich, 1987, voir également Id., Wie es war. Die deutsche Wiedervereinigung, Berlin, 1999.

10 BStU, ZA, Zaig 5352, ff. 124 – 134

11 L’affiche invitant au pique-nique paneuropéen de Sopron le 19 août 1989 à 15h « là où se trouve le rideau de fer » fait éclore une fleur sur un fil de fer barbelé, BStU, MfS BV Dresden, Abt. XX-10669.

12 Cf. Neues Deutschland, 2 octobre 1989, Commentaire ADN, cité in Winkler (note 1), p. 503.

13 BStU, Sekr. Mittig 27, ff. 120 – 130, rapport du 9 septembre 1989.

14 En allemand, l’appel est intitulé : Aufbruch 89 – Neues Forum. On retrouve dans les dénominations de la plupart des nouvelles formations l’idée de nouveau départ, de renouveau (Aufbruch) mais aussi d’immédiateté : la crise est trop grave pour qu’il puisse être sursis au renouveau démocratique dont le pays a besoin.

15 Cf. Katja Havemann, Joachim Widmann, Robert Havemann oder : Wie die DDR sich erledigte, Munich, 2003 ; Bernd Florath, « Das philosophische Argument als politischer Skandal. Die Herausforderung der SED durch Robert Havemann », in : Martin Sabrow (éd.), Skandal und Diktatur. Formen öffentlicher Empörung im NS-Staat und in der DDR, Göttingen, 2004, pp. 157 – 193 ; Werner Theuer, Arno Polzin, Aktenlandschaft Havemann. Nachlass und Archivbestände zu Robert Havemann in der Robert-Havemann-Gesellschaft und bei der Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik, Berlin, 2008.

16 Angela Merkel s’inscrit alors au DA, ce qui l’orientera vers la CDU lorsque le DA s’en sera rapprochée au sein de l’Alliance pour l’Allemagne, forgée par le chancelier Helmut Kohl, en vue des élections générales de mars 1990 (cf. infra).

17 Walter Ulbricht (1893 – 1973). De retour de Moscou en Allemagne en 1945 à la tête du « Groupe Ulbricht » du KPD en exil à Moscou, il est l’homme le plus influent du KPD, puis du SED. Il est secrétaire général du Comité central du SED (à partir de 1953, Premier secrétaire) de 1950 à 1971.

18 « Den Sozialismus in seinem Lauf hält weder Ochs noch Esel auf ». Cette citation fait partie d’une allocution prononcée le 14 août 1989 par Erich Honecker lors de la visite qu’il fit au Combinat de microélectronique d’Erfurt qui produisait des microprocesseurs. Cf. Kurt Pätzold, Manfred Weissbecker (éd.), Kleines Lexikon historischer Schlagwörter, Leipzig, 2002.

19 Cf. Statut du SED dans sa version de 1976 in : Grosser et al. (note 1).

20 Jusqu’en 1968 était en vigueur en RDA la constitution de 1948, élaborée dans le sens d’un compromis applicable à l’ensemble de l’Allemagne. Ce n’est qu’en 1968 que la RDA s’est dotée d’une constitution socialiste. Est cité ici l’art. 1 dans la version de 1968 qui comporte encore la référence à la nation allemande. Différents amendements, pour démarquer la RDA de l’Ostpolitik du gouvernement Brandt fondée sur l’idée du maintien d’une seule et même nation allemande divisée en deux États pour un temps de son histoire, suppriment cette référence dans la version de 1974 dont l’art. 1 définit la RDA comme « un État socialiste des ouvriers et des paysans » et « l’organisation politique des travailleurs de la ville et de la campagne sous la direction de la classe ouvrière et de son parti marxiste-léniniste. » La RDA est ainsi officiellement passée en quelques années du stade de la mise en œuvre du socialisme à son aboutissement. C’est à compter de ce moment que le SED parle de « socialisme réellement existant. » Cf. Klaus Sorgenicht et al. (éd.), Verfassung der Deutschen Demokratischen Republik. Dokumente. Kommentar, 2 vol., Berlin-Est, 1969.

21 Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Administration militaire soviétique en Allemagne a autorisé le KPD, puis le SPD à s’adresser au peuple allemand, ils sont suivis par la CDUD, chrétienne-démocrate, et le LDPD, libérale-démocrate. En 1946 est même fondé le parti NDPD, de tendance nationale-démocrate. Tous ces partis constituent ensemble, sous le contrôle soviétique, un « bloc démocratique-antifasciste » qui doit œuvrer à liquider les reliquats du national-socialisme. Lors de la fondation de la RDA, ces partis sont associés aux organisations de masse du régime (FDGB, FDJ, Kulturbund, etc…) pour fonder le Front national de RDA qui a la charge de mettre en place la liste électorale unique qui est présentée aux électeurs, la répartition des sièges entre les différentes formations se faisant selon une clé établie d’avance et garantissant au SED, via les organisations de masse la majorité (25,4 % pour le SED, 10,4 % pour les autres partis, 13,6 % puis 12,2 % pour le syndicat unique FDGB, etc…). En raison de leur appartenance au « bloc » démocratique-antifasciste, les partis autres que le SED étaient appelés en langage populaire « Blockflöten », la flûte à bec étant perçue ici comme un simple instrument d’accompagnement.

22 C’est après ses rencontres avec la direction du SED que M. Gorbatchev, au moment de rentrer à Moscou, prononce une phrase dont on a retenu la version comprimée : « La vie punit celui qui arrive trop tard ».

23 Cf. « Aufruf an alle Leipziger » de Kurt Masur et autres in BStU, MfS, Neiber 617, f. 105.

24 Cf. «Information über das Wirken antisozialistischer Sammlungsbewegungen und damit im Zusammenhang stehende beachtenswerte Probleme», BStU, MfS, ZAIG 3756, ff. 154 – 167.

25 G. Schürer, G. Beil, A. Schalck-Golodkowski, E. Höfner et A. Donda, « Vorlage für das Politbüro des ZK der SED. Analyse der ökonomischen Lage der DDR mit Schlussfolgerungen », Sapmo-Barch, DY 30/5195.

26 La description la plus détaillée des événements reste celle de Hertle (note 1), pp. 163 – 240.

27 Appell « Für unser Land », 26 novembre 1989. Cf. Grosser et al. (note 1), p. 349 et http://www.glasnost.de/hist/ddr/89appell.html.

28 Plan en dix points in : Grosser et al. (note 1), p. 354.

29 Vereinigte Linke, SDP, Demokratie jetzt, Demokratischer Aufbruch, Neues Forum, Grüne Partei, Grüne Liga, Initiative Frieden und Menschenrechte, Unabhängiger Frauenverband.

30 Cf. Appel du SED/PDS à une manifestation « antifasciste » le 3 janvier 1990 devant le Mémorial soviétique de Treptow, barbouillé la nuit précédente de slogans d’extrême droite, ce qui est généralement perçu comme une provocation organisée.

31 Tout au cours des mois de novembre et de décembre, les bureaux de la Stasi, symbole même de l’oppression, ont été l’objet de manifestations de la part des mouvementes civiques. Prudents, les manifestants n’y ont toutefois pénétré, après l’ouverture du Mur, qu’en présence de la télévision ouest-allemande.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search