Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

III. Identité, mémoire et culture

Rapprochements entre les champs littéraires de la RDA et de la RFA dans les années 1970 – 1980

Carola Hähnel-Mesnard

Texte intégral

  • 1 Wolfgang Hilbig, Provisoire, Traduit de l’allemand par Brigitte Vergne-Cain et Gérard Rudent, Pari (...)
  • 2 Klaus Schlesinger, Fliegender Wechsel. Eine persönliche Chronik, Francfort/M., 1990, p. 51.

1Dans son roman « Das Provisorium » (2000), Wolfgang Hilbig, auteur est-allemand, décrit un personnage pour qui les gares deviennent le principal lieu d’existence : « Depuis un temps incertain, sa perception du monde se limitait strictement aux gares. Il se rendait d’une gare à une autre, s’interrompant rarement, il ne gardait à l’esprit que les images des gares, elles étaient devenues les seuls points de repère de sa conscience1 ». Le personnage C., auteur originaire de RDA, peut circuler entre la RDA et la RFA grâce à un visa de longue durée, mais peu à peu il s’aperçoit qu’il perd ses repères, ne se sent chez lui dans aucun des deux pays. La gare – lieu de transition, lieu de passage, lieu de rencontres éphémères – devient son seul point d’ancrage et le symbole d’une vie déchirée entre l’Est et l’Ouest. Les impressions de ce personnage romancé à teneur autobiographique – Hilbig avait un visa depuis 1985 – se recoupent avec les souvenirs de Klaus Schlesinger. Celui-ci parle de cet « état limite et d’indécidabilité » (« Grenz-und Schwebezustand ») qui fait qu’on n’est « pas encore parti, pas encore arrivé. Une personne au statut incertain, dans les deux pays tour à tour autochtone et étranger2 ».

  • 3 Cf. Karl Corino, « ›Transit‹ in beiden Richtungen. Ein Hörfunkmagazin und seine Wirkungen », in : (...)

2En raison d’une politique culturelle qui ne s’avère souple que dans les apparences et qui vise essentiellement à se débarrasser d’intellectuels dérangeants, ces deux écrivains « passe-frontière » se retrouvent à œuvrer dans deux champs littéraires différents. Ils ne sont que l’émanation la plus visible et paradoxale de la complexité des relations existant entre la RDA et la RFA dans le domaine culturel et littéraire. Autre paradoxe : Wolfgang Hilbig n’est « découvert » en RDA par Franz Fühmann qu’une fois publié à l’Ouest3. C’est cette complexité des relations entre les deux Allemagnes dans le domaine de la littérature que nous interrogerons pour la période des années 1970 – 1980, en présentant à la fois des événements marquants de la politique culturelle de la RDA, leurs répercussions sur la vie intellectuelle et les comportements et réactions des différents acteurs du champ intellectuel et littéraire à l’Est comme à l’Ouest.

Une ou deux littératures allemandes ? De l’intérêt du modèle du champ littéraire

  • 4 Pour un aperçu des débats sur l’existence d’une ou de deux littératures allemandes, voir Ursula He (...)
  • 5 Wolfgang Emmerich, Kleine Literaturgeschichte der DDR, édition revue et augmentée, Leipzig, 1996, (...)

3La question des relations des deux Allemagnes dans le domaine de la littérature est étroitement liée à celle de savoir combien il existe de littératures allemandes4. L’unité de la littérature allemande est d’abord prônée par Johannes R. Becher qui, dans les années 1940 et 1950, s’en sert comme d’un argument pour maintenir l’idée d’une possible réunification des deux Allemagnes. Ce n’est qu’en 1956, lors du 4e Congrès des écrivains, que Walter Ulbricht formule la thèse de l’existence de deux littératures5. Or, dans les années 1970 cette affirmation est devenue un véritable argument dans la politique de démarcation (Abgrenzung) face à la RFA.

  • 6 Cité d’après Lutz Volke, « Zwischen Entspannung und Abgrenzung. Literatur und Hörspiel der BRD im (...)
  • 7 Cf. Dietrich Staritz, Geschichte der DDR, édition revue et augmentée, Francfort/M., 1996, pp. 287 (...)

4En effet, avec l’arrivée au pouvoir d’Erich Honecker, on observe le début d’un processus de démarcation politique et idéologique qui a également des répercussions sur le domaine culturel. Ainsi, le ministre de la culture Klaus Gysi affirme lors du VIIIe Congrès du SED (juin 1971) que les artistes doivent contribuer à « développer une conscience nationale et socialiste », « en se démarquant clairement de la RFA impérialiste6 ». Cette politique de démarcation est étroitement liée à la phase de reconnaissance internationale de la RDA à la même époque. La signature du Traité fondamental en 1972, réglementant les relations entre les deux États allemands et garantissant une reconnaissance étatique de la RDA, est suivie d’une vague de reconnaissance de la part de nombreux États. En 1973, la RFA et la RDA deviennent membres de l’ONU ; en 1975, la RDA signe l’Acte final de la CSCE à Helsinki s’engageant, par là même, à respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales. En 1974, la RDA modifie une nouvelle fois sa constitution pour effacer toute référence à la nation allemande et devenir un « État socialiste des ouvriers et paysans »7.

  • 8 Elmar Faber, « Über die Unbilden und Glücksmomente deutsch-deutscher Zusammenarbeit », in : Esterm (...)

5Cette nouvelle conception de l’État est-allemand a des conséquences dans le domaine de la littérature dans la mesure où l’on considère désormais l’existence de deux littératures nettement distinctes : la littérature est-allemande en tant que « littérature nationale allemande socialiste » (« sozialistische deutsche Nationalliteratur ») et la littérature ouest-allemande qui devait être traitée comme une « littérature étrangère » par les maisons d’édition, ce qui n’était pas le cas auparavant8. Or, contrairement à cette volonté de démarcation, les années 1970 et 1980 sont la période où les deux littératures allemandes se rapprochent le plus.

  • 9 Cf. Jay Rowell, « Socio-Histoire der Herrschaft. Einführung » (pp. 26 – 34, ici p. 33) et Carola H (...)

6Afin de tenir compte des spécificités de l’une et de l’autre littérature, et sans exclure la possibilité des nombreux rapprochements tels qu’on les observe à la période qui nous intéresse, le recours au modèle bourdieusien du champ littéraire s’avère utile. Celui-ci permet d’appliquer à la situation spécifique de la RDA des moyens d’analyse éprouvés dans un contexte politique et social différent, occidental, et de proposer une « base méthodologique nouvelle pour la comparaison entre l’Est et l’Ouest9 », qui rendra l’étude des interactions et des interdépendances dans ce domaine plus efficace. Le modèle du champ littéraire apparaît comme un outil à la fois apte à tenir compte des préoccupations esthétiques des auteurs, de leur positionnement dans un champ qui se constitue à partir des interactions de ses différents acteurs, de leurs dispositions et prises de positions, ainsi que des contraintes extérieures (économiques, ou, dans le cas de la RDA, politiques) qui déterminent leurs choix et influent sur le degré d’autonomie du champ et de ses acteurs.

  • 10 Voir à ce sujet Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Par (...)
  • 11 Pour une application de la théorie du champ à la littérature de RDA voir Carola Hähnel-Mesnard, «  (...)

7Dans cette optique, il est nécessaire de partir de l’existence de deux champs littéraires différents. D’un côté la contrainte extérieure (l’influence hétéronome) vient du marché10, de l’autre, elle provient de l’emprise du pouvoir étatique sur toutes les institutions. De plus, le dirigisme culturel va jusqu’à imposer une esthétique particulière, le réalisme socialiste, et des sujets, comme le travail dans les usines, l’édification de la société socialiste, auxquels les auteurs sont censés se plier. Les conditions de production et de réception des deux littératures sont donc entièrement différentes, à quoi s’ajoute pour la RDA une certaine acceptation de l’influence hétéronome du pouvoir sur la littérature de la part des écrivains, notamment pendant les premières années de son existence11.

  • 12 Bourdieu (note 10), p. 94.

8Cependant, malgré l’état hétéronome de l’infrastructure du champ littéraire qui sera maintenu jusqu’à la fin de la RDA, on peut, pour toutes les périodes, observer une multiplicité de positions d’auteurs à l’intérieur du champ, positions qui varient au niveau des choix esthétiques et du rapport au pouvoir. Nombre d’auteurs de RDA sont ainsi « compatibles » avec les lois, le nomos12, du champ littéraire de la RFA, avec les canons qui y sont en place. On leur accorde une légitimité littéraire qui se traduit entre autres par la consécration sous forme de prix.

9Avec le constat de l’existence de deux champs littéraires essentiellement distincts au plan de l’infrastructure, mais avec, pour la RDA, une variété de positions d’auteurs à l’intérieur qui permettent une convergence vers le champ ouest-allemand, on peut considérer avec profit la période des années 1970-1980 où la volonté de démarcation politique et idéologique n’arrive plus à freiner le rapprochement entre les deux champs littéraires.

Entre démarcation politique et rapprochement culturel (1971 – 1976)

  • 13 Cf. Werner Mittenzwei, Die Intellektuellen. Literatur und Politik in Ostdeutschland 1945 – 2000, L (...)
  • 14 Cité dans Manfred Jäger, Kultur und Politik in der DDR (1945 – 1990), Cologne, 1995, p. 140.
  • 15 Cela étant, dès juillet 1972 (VIe Congrès du Comité central), Kurt Hager se distancie explicitemen (...)

10L’arrivée au pouvoir d’Erich Honecker en 1971 est d’abord vécue par les intellectuels comme une bouffée d’air. Au début, Honecker intervient moins dans le domaine artistique que Walter Ulbricht, d’aucuns témoignent d’une certaine écoute pour les intellectuels et artistes13. Lors du 4e congrès du Comité central du SED, en décembre 1971, Honecker fait cette déclaration désormais célèbre : « Si l’on part des positions fermes du socialisme, il ne peut, à mon avis, y avoir de tabous dans le domaine de l’art et de la littérature. Cela concerne aussi bien les questions de contenu que de style – bref : les questions de ce qu’on appelle la maîtrise artistique14 ». Bien que la « position ferme du socialisme » sous-entende l’exigence d’un positionnement de l’artiste en faveur de ce dernier, on reconnaît à l’art, sinon une véritable autonomie, du moins un fonctionnement selon des lois propres. Honecker parle de la richesse des écritures et des modes d’expression, d’ampleur et de diversité. La doctrine du réalisme socialiste ne semble plus être considérée comme la seule « norme » valable, on peut envisager un rapport décomplexé au modernisme, voire au « formalisme », même si les artistes et écrivains n’ont pas attendu ces propos de Honecker pour évoluer dans ce sens15.

11À cette apparente ouverture dans le domaine culturel, donnant aux artistes une liberté de création allant indubitablement dans le sens d’une réception des esthétiques « occidentales », se superpose, nous l’avons vu, la volonté politique de démarcation et de distanciation qui aurait aussi dû déterminer l’attitude des artistes envers la RFA. Or, la réalité culturelle est tout autre et montre que, malgré l’orientation politique et idéologique de la RDA, le rapprochement des intellectuels des deux pays et de leurs sujets de préoccupation évolue sensiblement dans les années 1970.

Le rôle des institutions de la RFA

  • 16 Ibid., p. 283 – 285. Voir aussi Simone Hain, « Schwebende über einer Grenze. Kulturelle Begegnungen (...)
  • 17 Cf. Paul Kaiser, Claudia Petzold, Boheme und Diktatur in der DDR. Gruppen, Konflikte, Quartiere 19 (...)
  • 18 Ibid., p. 94.

12Sur un premier plan, le Traité fondamental entre la RDA et la RFA renforce la collaboration des deux États dans de nombreux domaines et facilite in fine les contacts entre les deux pays. Tel est le cas des représentations diplomatiques implantées dans les deux pays. Celle de la RFA à Berlin-Est développe rapidement une politique de réception qui privilégie les rencontres entre intellectuels16. Sans être officiellement un centre culturel, la représentation diplomatique exerce cette fonction. Ses responsables organisent des expositions, des concerts et des lectures en les faisant passer pour des réceptions diplomatiques. Georg Girardet, attaché culturel, parle ironiquement d’une « fraude sur les étiquettes17 ». Pour les artistes et intellectuels de RDA, ce lieu devient rapidement un forum d’échanges et de rencontres, y compris avec des hauts fonctionnaires et responsables que, d’habitude, ils ne côtoient pas. Ils peuvent prendre connaissance des productions artistiques ouest-allemandes (expositions et projections de films) et, chose plus importante encore, entrer en contact avec des éditeurs ouest-allemands, avec des agences ou des collectionneurs d’art18.

  • 19 Mittenzwei (note 13), p. 291.
  • 20 Le ministre de la Culture tenta par ailleurs de le convaincre, y compris par des menaces, de ne pa (...)
  • 21 Ainsi, le recueil de nouvelles Die wunderbaren Jahre (1976), à l’origine de son expatriation, fut (...)

13Depuis le début des années 1970, on observe également une volonté croissante de distinguer des auteurs est-allemands par des prix littéraires et par leur affiliation à des institutions comme les Académies des Arts. Selon Werner Mittenzwei, depuis la signature de l’Acte final d’Helsinki, la RFA pointe autant que possible le non-respect des libertés fondamentales par la RDA et soutient les auteurs concernés en leur accordant une reconnaissance publique19. À titre d’exemple : Reiner Kunze, qui a reçu en 1973 le prix littéraire de l’Académie des Beaux Arts de Bavière, est pressenti comme membre de cette même académie en 197520. La même année, il devient membre de l’Académie des Arts de Berlin-Ouest, comme par ailleurs Stefan Hermlin en 1976. En 1977, l’année où Kunze quitte la RDA pour s’installer en RFA, on lui remet le prix Georg Büchner, la plus haute consécration littéraire de la RFA, une première pour un auteur de la RDA. Il reste à se demander dans quelle mesure cette première attribution du prix Büchner n’est pas aussi un acte symbolique en faveur d’un « dissident » qui vient de quitter la RDA, l’œuvre de Kunze étant à cette époque moins connue et consacrée que celle des lauréats qui le précédent21.

  • 22 Ibid., p. 697.
  • 23 Cf. Thomas Auerbach, Matthias Braun et al. (éd.), Hauptabteilung XX : Staatsapparat, Blockparteien (...)

14Les nouveaux rapports entre les deux États allemands au début des années 1970 ont donc des répercussions sur les échanges culturels, sans qu’un accord ne soit en vue dans ce domaine (le Kulturabkommen fut tardivement signé en 1986). Cette nouvelle constellation permet plus qu’auparavant le contournement des règles et le dépassement des limites que la RDA a fixées à ses intellectuels en imposant une infrastructure du champ culturel et littéraire fortement hétéronome. Les « failles » du système de contrôle s’agrandissent, ce qui pousse la RDA à réagir. Elle le fait par l’ajustement de son appareil de contrôle et un renforcement des mesures répressives. Encore bien avant le durcissement des mesures suite à l’affaire Biermann en 1976, la RDA renforce en 1975 les instances qui assurent la censure22. De même, le ministère pour la Sécurité de l’État augmente ses activités afin de mieux contrôler les conséquences de la période de dégel dans le domaine culturel et les échanges avec l’étranger prévus notamment après la signature de l’Acte de Helsinki. Dans le jargon de la Stasi, les écrivains et artistes constituent l’un des principaux « domaines d’attaque de l’ennemi de classe ». Par conséquent, il faut accroître la surveillance par des mesures qui ne soient toutefois pas trop visibles23. Au moment où les nouveaux rapports institutionnels entre les deux pays permettent une ouverture aux intellectuels et écrivains, et que ceux-ci commencent à être reconnus dans le champ littéraire ouest-allemand, le régime réagit en instaurant des mesures pour maintenir intact l’état hétéronome de ses institutions littéraires.

Le marché du livre et le transfert de la littérature

  • 24 Pour une analyse des différents rapports et échanges dans l’édition entre 1945 et 1970 voir Mark L (...)
  • 25 Cf. Dietrich Löffler, « Die Kulturpolitik der SED-Führung und der Literaturtransfer in die Bundesr (...)

15En ce qui concerne le marché du livre, des contacts institutionnels, notamment entre maisons d’édition, ont toujours existé entre les deux Allemagnes24. Avec la politique de rapprochement du chancelier Willy Brandt, le public de RFA s’intéresse de plus en plus aux auteurs est-allemands. Certains livres deviennent même rapidement des textes canoniques pour la lecture scolaire – c’est le cas des « Souffrances du jeune W. » (1972) d’Ulrich Plenzdorf – ou sont acquis par des bibliothèques25.

  • 26 Ibid., p. 147.

16À l’intérêt que la RFA manifeste pour la littéraire est-allemande, la RDA réagit avec méfiance. Les responsables de la culture du Comité central craignent l’influence néfaste de l’idéologie occidentale sur les auteurs de RDA, via les maisons d’édition. Par conséquent, ils tentent de mettre en place un système infaillible pour empêcher les auteurs d’entrer directement en contact avec les éditeurs de RFA. Mais les lois et les consignes mises en place ne sont généralement pas respectées par les auteurs les plus connus qui continuent à gérer individuellement leurs contrats. Un changement de cette pratique n’intervient qu’en 1979 avec un nouveau durcissement de la politique culturelle. De toute manière, les maisons d’édition est-allemandes sont elles-mêmes fortement intéressées à vendre des licences en RFA, car cela augmente les rentrées de devises qu’elles ont mission de recueillir. Globalement, le nombre de titres parus en RFA augmente sensiblement entre les années 1970 et 1980. Les grandes maisons occidentales reprennent presque automatiquement les textes des auteurs considérés comme importants pour la RDA, les auteurs est-allemands participent désormais à « l’espace de communication ouest-allemand26 ».

  • 27 Cf. Ursula Heukenkamp, « Haben wir uns richtig verstanden ? Die Literatur der Bundesrepublik – Eri (...)
  • 28 Cf. Martina Langermann, « Westdeutsche Literatur in der NDL. Literaturen in Konkurrenz », in : Leh (...)
  • 29 Cf. Simone Barck, Martina Langermann, Siegfried Lokatis,  » Jedes Buch ein Abenteuer«.Zensur-Syste (...)
  • 30 Cf. Dietrich Simon, « Steine des Anstoßes – Rückblicke », in : Simone Barck, Siegfried Lokatis (éd (...)

17Le transfert de la littérature en sens inverse, de la RFA vers la RDA, s’avère plus difficile. Le nombre de licences de titres achetés à des éditeurs de RFA est limité, on publie essentiellement des auteurs compatibles avec l’idéologie dominante27. En revanche, la revue « neue deutsche literatur », organe de l’Union des écrivains, joue un rôle important dans la diffusion de la littérature de RFA. Depuis les années 1950, elle publie régulièrement des extraits de textes et des critiques des dernières parutions28. Ainsi, elle réussit à donner une image relativement variée de la littérature de RFA. La situation change à la fin des années 1960 avec les débuts d’une politique de démarcation par rapport à la RFA et la volonté de donner moins de visibilité à cette littérature29. Dans les années 1970, la littérature de RFA, considérée désormais comme une littérature étrangère, trouve son entrée dans une maison comme « Volk & Welt » qui réussit, dans les années 1980, à éditer Günter Grass30.

  • 31 Voir à ce sujet les actes d’un colloque sur le « lecteur secret » organisé en 2007. Siegfried Loka (...)

18En dehors des voies officielles qui permettent de lire la littérature ouest-allemande, le lecteur développe nombre de stratégies pour se procurer les livres cherchés dans les bibliothèques, dans les foires de livres, etc. Des recherches récentes ont essayé de cerner ces nombreuses tentatives de se procurer des lectures non-autorisées, aspect que l’on ne peut négliger quand il est question de transferts de littérature31.

Contacts personnels entre écrivains

  • 32 Cf. Roland Berbig, « Allzeit Ost-Berlin im Auge. Günter Grass – deutsch-deutsches Literaturleben i (...)
  • 33 Ainsi le ressentait Hans Joachim Schädlich cité par Berbig (note 32), p. 233.
  • 34 Emmerich (note 5), p. 251.
  • 35 Berbig (note 32), p. 227.
  • 36 Ibid., p. 228ss.

19Un autre niveau d’échanges littéraires s’établit depuis 1974 grâce à des contacts personnels entre des auteurs de RDA et de RFA. À l’initiative du poète et lecteur Bernd Jentzsch et avec le soutien de Günter Grass, des auteurs des deux États allemands, mais aussi d’Autriche et de Suisse, se retrouvent régulièrement dans des appartements à Berlin-Est pour, comme le proposait Grass, « lire des textes les uns aux autres et les soumettre à la critique, à huit clos, sans les critiques32 ». L’important est de se rencontrer et de connaître, en dehors de la littérature, les conditions de travail et de vie des écrivains dans l’autre État33. Selon Wolfgang Emmerich, ces rencontres sont très stimulantes dans le sens où elles développent une meilleure compréhension de l’autre et de sa littérature, et peuvent créer un sentiment de cohésion qui s’est perdu dans les années auparavant34. Roland Berbig, à l’origine d’un impressionnant ouvrage sur les contacts non officiels entre écrivains de RDA et de RFA, parle même d’un « groupe 74 »35. Comme le note Günter Grass, ces rencontres littéraires ont vu naître un certain nombre de livres (entre autres de H. J. Schädlich, Nicolas Born, Klaus Schlesinger, Rainer Kirsch et Grass lui-même) dont les manuscrits ont tous fait l’objet de lectures et de critiques dans ce cercle et qui portent les traces d’un échange interallemand36.

  • 37 Cf. Günter Grass, « Die deutschen Literaturen. Vortrag auf der Südostasienreise » (1979), cité par (...)
  • 38 Ibid.

20Le cycle de rencontres entamé en 1974 se dissout peu à peu avec l’exode en RFA de nombre d’écrivains est-allemands qui avaient participé aux rencontres, après l’affaire Biermann. Günter Grass dresse toutefois un bilan positif de ces années qui ont montré que « la littérature doit se soustraire à la mainmise de l’idéologie, que la littérature ne se laisse lier à aucun État, que la littérature va au-delà des frontières37. » La « nation culturelle » qu’il vient de vivre concrètement devient pour lui le « pont au-dessus l’antagonisme de l’existence de deux États38 ».

L’affaire Biermann et l’exode des écrivains est-allemands après 1976

  • 39 Voir entre autres Roland Berbig et al. (éd.), In Sachen Biermann. Protokolle, Berichte und Briefe (...)

21En novembre 1976, les autorités est-allemandes profitent d’un concert de Wolf Biermann à Cologne pour le déchoir de sa nationalité est-allemande et lui interdire de revenir en RDA, action qu’elles avaient prévu depuis longtemps. Spontanément, des écrivains parmi les plus connus de RDA se rassemblent autour de Stefan Hermlin pour rédiger une pétition, demandant au gouvernement de revenir sur sa décision39. En quelques jours, plus de 70 artistes et intellectuels se solidarisent avec eux. C’est la première fois dans l’histoire de la RDA que des intellectuels, le plus souvent loyaux envers cet État, proteste publiquement contre une de ses mesures, déclenchant par là-même de violentes réactions contre eux. En effet, nombre de sanctions contre les artistes et intellectuels s’ensuivent : entre 1976 et 1978, Jürgen Fuchs, Rudolf Bahro et d’autres sont arrêtés et emprisonnés ; Robert Havemann est assigné à résidence ; nombre d’écrivains sont exclus du parti et du bureau de l’association des écrivains.

  • 40 Emmerich (note 5), p. 259.
  • 41 Cf. Petra Boden, « Strukturen der Lenkung von Literatur. Das Gesetz zum Schutz der Berufsbezeichnu (...)

22Ce durcissement de la politique culturelle se poursuit jusqu’en 1979. D’abord une loi sur les devises désormais appliquée à la lettre sanctionne les auteurs qui publient leurs livres en RFA sans l’accord explicite du « Bureau pour les droits d’auteur » (« Büro für Urheberrechte »). Avec la mise en place d’une nouvelle loi modifiant le droit pénal (« Drittes Strafrechtsänderungsgesetz »), permettant de pénaliser la provocation contre l’État, la prise de contact illégale avec des personnes venant du bloc occidental ainsi que la dégradation publique de la RDA, le cadre juridique justifiant des répressions se resserre40. En novembre 1981, un projet de « loi sur la protection de la catégorie professionnelle d’écrivain » (« Gesetz zum Schutz der Berufsbezeichnung Schriftsteller ») vise à réduire le nombre de personnes qui pouvent officiellement se réclamer du statut d’écrivain, mais cette loi n’est jamais votée41.

  • 42 Faber (note 8), p. 33.

23La conséquence la plus importante de « l’affaire Biermann » est l’exode d’une importante partie des intellectuels. En 1977 débute en effet une vague de départ vers la RFA ; nombreux sont les écrivains, artistes et intellectuels qui décident de quitter définitivement la RDA. À d’autres, l’État accorde des visas qui leur permettent de circuler entre les deux pays. En général, les auteurs n’ont pas le choix : s’ils ne quittent pas la RDA, ils risquent de ne plus pouvoir travailler en tant qu’écrivains ou d’être criminalisés en permanence. Elmar Faber voit dans cette « migration interallemande » une date clé du rapprochement des deux littératures – les auteurs de l’Est deviennent subitement des auteurs de l’Ouest –, mais c’est une « perte douloureuse » pour la RDA42.

  • 43 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 18.11.76. Cité par Mittenzwei (note 13), p. 292.
  • 44 Cf. Andrea Jäger, « ›In einer Fremde Die meine Sprache nicht spricht‹. Ausbürgerungen und Übersied (...)

24À partir de 1977, le nombre de livres d’auteurs est-allemands publiés en RFA augmente sensiblement, les maisons d’édition ouest-allemandes étant ouvertes à la production de ces auteurs venus de l’autre côté du Mur. Toutefois, leur accueil en République fédérale est mitigé. Dès la nouvelle de l’expatriation de Wolf Biermann, la presse conservatrice fait campagne contre ce « communiste » au sujet duquel Marcel Reich-Ranicki écrit dans la FAZ : « Désormais nous avons un ennemi de plus ici43 ». D’un côté, on propose aux auteurs de RDA de publier leurs textes, des Fondations les soutiennent avec des bourses. De l’autre, on attend d’eux des prises de positions claires et nettes contre la RDA, une prise de distance par rapport au « socialisme » et des déclarations en faveur du monde occidental44.

  • 45 Ibid., p. 134.
  • 46 Cité ibid.
  • 47 Voir Ian Wallace, « Ein Leben in der Fremde ? DDR-Schriftsteller im Westen, 1976 – 1989 », in : El (...)

25Or, comme le fait remarquer Andrea Jäger, nombre d’auteurs ayant quitté la RDA n’ont pas volontairement opté pour l’Ouest et ils ne sont pas anticommunistes. Pour eux, la RDA avait été une « alternative » au capitalisme, malgré leur désenchantement par rapport à la RDA, ils restent attachés à l’idée d’une autre société45. Ainsi, Jurek Becker a fait part d’un sentiment d’« intrus » quand il se « mêle » des affaires de la RFA : lorsqu’il critique la RDA, il se comporte comme on l’attend de lui, lorsqu’il critique la RFA, il n’a plus de tribune et on lui suggère de ne pas se mêler de choses qui ne le regardent pas46. Beaucoup d’auteurs ont par ailleurs témoigné de leurs difficultés à s’intégrer, à se sentir chez eux, malgré la langue allemande, la langue de leur écriture, qui n’a pas changé. Ils se sentent déracinés, en pays étranger, et restent souvent attachés à des thèmes liés à leurs expériences vécues en RDA ce qui, à long terme, ne facilite pas leur intégration professionnelle en tant qu’écrivains en RFA47.

  • 48 Schlesinger (note 2), pp. 129 et 292.

26Un problème non négligeable pour les auteurs est-allemands est également l’adaptation au marché occidental, à l’univers des médias, aux pratiques de commercialisation, à la critique littéraire. À cet égard, des commentaires très virulents se trouvent chez Klaus Schlesinger qui compare les pratiques occidentales du marché intellectuel à ses expériences avec le contrôle et la censure de la littérature en RDA. Ainsi, le pouvoir des responsables des pages littéraires dans la presse est mis au même niveau que celui du secrétaire pour la culture du comité central du SED48.

  • 49 Jäger (note 44), p. 130.

27Après l’affaire Biermann, le « transfert littéraire interallemand » se trouve donc « enrichi, comme le formule Andrea Jäger, d’une variante particulièrement macabre49 » : le transfert des auteurs. Ce transfert ne s’effectue pas sans problèmes. La plupart des auteurs émigrés en RFA sont sans cesse confrontés à leurs expériences de socialisation en RDA, auxquelles s’ajoutent les difficultés d’intégration dans un champ littéraire dont les institutions ont un fonctionnement entièrement différent et où l’influence hétéronome du marché est souvent ressentie comme équivalente du poids du politique et de l’idéologie en RDA.

Les années 1980 : convergence des sujets, reconnaissance en RFA et émergence d’une nouvelle littérature en RDA

Des préoccupations et des thématiques communes

  • 50 Emmerich (note 5), pp. 264s.

28Le début des années 1980 est marqué par une rencontre entre écrivains est-et ouest-allemands qui témoigne d’un rapprochement de leurs intérêts et de leurs préoccupations. En décembre 1981, Stephan Hermlin organise la « Rencontre berlinoise pour la paix » (« Berliner Begegnung zur Friedensförderung ») à l’occasion de laquelle des écrivains, artistes et scientifiques des deux pays se prononcent contre la course aux armements et la logique de confrontation entre les deux blocs, par suite de l’installation massive des SS20 par l’URSS en Europe de l’Est. Cette rencontre berlinoise est l’occasion de réunir des intellectuels des deux pays, y compris des auteurs ayant quitté la RDA après l’affaire Biermann et des auteurs est-allemands orthodoxes, et de critiquer ouvertement la responsabilité des deux blocs dans cette escalade menaçant la paix50.

  • 51 Jörg Magenau, Christa Wolf. Eine Biographie, Berlin, 2002, p. 296.
  • 52 Ibid., p. 391. Voir aussi Heinz Ludwig Arnold, Die westdeutsche Literatur 1945 bis 1990. Ein kriti (...)
  • 53 Volker Wehdeking, « Ungleichzeitigkeiten : Mentalitätswandel in der deutschen Literatur zur Einhei (...)
  • 54 Christoph Klessmann, « Spaltung und Verflechtung. Ein Konzept zur integrierten Nachkriegsgeschicht (...)

29À cette époque, les littératures des deux pays se rapprochent littéralement par le choix des sujets traités. D’un côté, des auteurs des deux pays livrent une critique de la civilisation occidentale, ils traitent des sujets importants pour la société comme précisément la course aux armements, la prise de conscience des menaces écologiques ou encore l’émancipation des femmes. Pour ce dernier sujet, le livre documentaire « Guten Morgen, du Schöne » (1977) de Maxie Wander, qui parut en 1979 en RFA avec une préface de Christa Wolf, est devenu un des textes les plus importants pour le Mouvement des femmes, aussi bien en RDA qu’en RFA. Comme le remarque Jörg Magenau, devant les problèmes spécifiques que les femmes rencontrent au quotidien, la différence entre les systèmes s’efface51. De l’autre côté, on observe, au niveau de la poésie est-allemande, par exemple chez Uwe Kolbe, l’écriture d’une « nouvelle subjectivité » exprimant un retrait dans la vie privée, qui ressemble à des courants qui se sont établis en RFA dans les années 197052. Certains voient dans ces thématiques communes les symptômes précurseurs de la fusion des deux « champs littéraires » dans les années 199053. À ce niveau-là, on peut effectivement constater avec Christoph Kleßmann que les « problématiques des sociétés industrielles avancées allant au-delà des systèmes54 » jouent un rôle important dans les champs littéraires de la RFA et de la RDA, et contribuent à leur rapprochement.

  • 55 Barner (note 21), p. 801.
  • 56 Ibid., p. 811.
  • 57 Magenau (note 51), p. 322 et 302.

30Quant à la littérature de RDA, elle a dans les années 1980 une place bien établie dans le champ littéraire ouest-allemand. En dehors des auteurs qui ont quitté la RDA après 1976, des noms comme Volker Braun, Franz Fühmann, Stephan Hermlin, Stefan Heym, Irmtraud Morgner, Heiner Müller, Maxie Wander et Christa Wolf font partie intégrante du marché littéraire55. Certains vont jusqu’à dire que l’intérêt pour la littérature de RDA – le tirage de « Cassandre » (1982) de Christa Wolf dépasse rapidement les 500 000 exemplaires – contrecarre une certaine lassitude envers la littérature qui s’est installée en RFA face à un marché littéraire qui déborde de publications, mais qui sont loin d’être signifiantes56. Lors de ses lectures publiques en RFA, Christa Wolf remplit facilement les salles, elle a un contact facile avec le public. Par ailleurs, l’auteure affirme ne plus avoir fait la différence entre un lecteur de l’Est et de l’Ouest, ou plutôt que la différence se situe désormais entre lectrices et lecteurs57. L’exemple de « Cassandre », la prédicatrice de l’apocalypse à l’heure de la course aux armements, avec sa critique implicite des structures patriarcales, est également représentatif de cette convergence des thématiques qui fédère des lecteurs dans les deux pays. L’exemple aussi d’une littérature qui, comme l’explique Christa Wolf, exprime des conflits liés à nos sociétés modernes au-delà des différences de systèmes :

  • 58 Christa Wolf, « Projektionsraum Romantik », cité dans Magenau (note 51), p. 303.

« Nous vivons dans des sociétés industrielles modernes, dans des sociétés patriarcales, hiérarchiquement structurées. Il y a donc des traits semblables. Sur cette base, la littérature doit aussi exprimer des conflits semblables, tout en tenant compte des différences que je ne nie pas et que, au contraire, je trouve intéressantes »58.

La consécration symbolique d’écrivains de RDA en RFA

  • 59 Barner (note 21), p. 801.
  • 60 Après avoir refusé deux prix au début des années 1970, Christa Wolf avait déjà accepté le prix lit (...)
  • 61 En 1978, Ulrich Plenzdorf avait déjà reçu le prix Bachmann.

31En dehors de leur présence sur le marché du livre, les auteurs est-allemands font partie intégrante de la vie intellectuelle en RFA. Ainsi, Stefan Heym se trouve être le premier orateur d’une série de conférences appelées « Reden über das eigene Land : Deutschland », organisée par l’éditeur Bertelsmann à Munich en novembre 198359. De même, les auteurs est-allemands reçoivent une reconnaissance dans le champ littéraire ouest-allemand par l’attribution de prix littéraires, dont le plus important, le prix Georg Büchner, est décerné en 1980 à Christa Wolf60 et en 1985 à Heiner Müller. Notons également que le prix Ingeborg Bachmann, décerné en Autriche à des jeunes auteurs moins connus, fut remporté quatre fois de suite par des auteurs est-allemands ou socialisés en RDA : en 1986 par Katja Lange-Müller (qui avait quitté la RDA en 1984), en 1987 par Uwe Saeger, en 1988 par Angela Krauß et en 1989 par Wolfgang Hilbig61. Ces distinctions montrent qu’une partie non négligeable de la littérature de RDA, globalement soupçonnée de rester sous l’emprise de la doctrine du réalisme socialiste, trouve sa juste reconnaissance dans le domaine esthétique. Celle-ci ne sera remise en question qu’après 1989 quand, lors de la « querelle littéraire », certains critiques reprochent à nombre d’auteurs de RDA, y compris les plus connus comme Christa Wolf, une « esthétique des opinions » (« Gesinnungsästhetik »).

  • 62 Lettre de Christa Wolf à Franz Fühmann (2.7.1980), in : Christa Wolf, Franz Fühmann, Monsieur – Wi (...)

32Pour les auteurs ainsi reconnus dans les deux champs littéraires, cette situation ne va pas toujours de soi, comme le montre la réaction de Christa Wolf. Félicitée par Franz Fühmann lors de l’annonce qu’elle sera lauréate du prix Büchner, elle lui répond : « je pense que, dans cette affaire qui, vu de l’extérieur, a l’air si jolie, j’aurai besoin d’aide et d’encouragements ; car il faudra que je prononce un discours, et du reste : combien de temps peut-on impunément danser sur la corde raide ?62 » D’un coté, Wolf est en train de prendre des distances par rapport à la RDA – un changement d’attitude qui commence après l’affaire Biermann – de l’autre, elle est encore suffisamment attachée à la RDA pour ne pas la quitter comme tant d’autres.

33Cependant, la consécration symbolique de certains auteurs critiques, mais néanmoins loyaux vis-à-vis de la RDA, par les milieux littéraires ouest-allemands ne manque pas d’être critiqué par des auteurs qui ont des positions moins confortables à l’intérieur du champ littéraire de la RDA. Ainsi, Wolfgang Hilbig, auteur tardivement découvert et à peine (re)connu en RDA, utilise le personnage de son roman autobiographique « Provisoire » pour témoigner de sa perplexité face au succès d’une certaine littérature est-allemande en RFA :

  • 63 Hilbig (note 1), pp. 105s.

« Il était une fois arrivé qu’un éditeur de la RDA ait déploré que C. fût totalement dépourvu de ce qu’on appelait une attitude de « solidarité critique ». Il y avait réfléchi, pour finalement s’avouer qu’en effet il n’arrivait pas à détecter en lui-même la moindre étincelle d’une conviction l’incitant à une solidarité critique envers l’État-RDA. Pourtant, c’était précisément cette attitude qu’affichaient les écrivains de la RDA appréciés par le public ouest-allemand. C’était avec leur solidarité critique, il fallait le dire ainsi, qu’ils avaient même constitué une sorte de nouvel establishment sur le marché du livre ouest-allemand, ils étaient devenus un phénomène à la mode, difficile à neutraliser. Il pouvait bien, se disait C., tomber à genoux devant le public des bourgeois cultivés de la République fédérale, sans solidarité, critique ou non, cela ne servirait à rien. […] Quand C. était arrivé en République fédérale, on continuait à raffoler d’une formule qui avait été le titre d’un livre célèbre en RDA : ‹ Bonjour, ma belle ›… lui, à cette époque, saluait depuis longtemps les gens en leur disant : ‹ Bonjour, merdouille › »63.

34Hilbig n’est pas le seul à s’insurger contre cette prédominance des auteurs ayant une attitude de « solidarité critique » envers la RDA. Une jeune génération d’écrivains qui voit le jour dans les années 1980 fait également la critique de leurs aînés, en même temps qu’ils remettent en questions les lois du champ littéraire de la RDA.

Le désenchantement d’une nouvelle génération d’auteurs

  • 64 Voir à ce sujet Carola Hähnel-Mesnard, La littérature autoéditée en RDA dans les années 1980. Un e (...)

35Le durcissement de la politique culturelle après l’affaire Biermann a des conséquences néfastes pour toute une jeune génération d’auteurs qui commence à écrire à cette époque. Cette génération des « Hineingeborenen », appelés ainsi d’après le titre d’un poème d’Uwe Kolbe, se rend rapidement compte que leurs tentatives de publier par les voies officielles doivent échouer à long terme. Poussés aux marges du champ littéraire, certains auteurs décident alors de concevoir leurs propres moyens d’existence littéraire. En s’associant à des artistes, ils créent des revues autoéditées, à très faible tirage, qui deviennent pour eux un espace d’expression littéraire et artistique indépendant où ils jouissent de la liberté de développer et d’expérimenter leur propre esthétique et leur propre rapport au monde64.

36La littérature de cette nouvelle génération d’auteurs est expérimentale et exprime un intérêt accru pour le jeu avec les matériaux du langage. Elle se réclame aussi bien des avant-gardes historiques que de la pensée post(structuraliste) des années 1970. Cette dernière les aide à théoriser leur rapport au langage et au monde, d’affirmer leur propre positionnement à l’intérieur du champ littéraire de la RDA. Plus que pour d’autres auteurs en RDA, les références intellectuelles de cette génération sont occidentales.

  • 65 Voir la polémique engagée par Volker Braun dans son essai sur Rimbaud. Cf. Carola Hähnel-Mesnard, (...)

37Détachés des institutions littéraires de RDA à un niveau matériel, ces jeunes auteurs sont également détachés de la RDA à un niveau référentiel dans la mesure où ils sont en rupture avec les discours dominants. Contrairement aux écrivains qui expriment une « solidarité critique », restant attachés aux idéaux d’une société socialiste, le milieu de l’autoédition se refuse à toute pensée utopique ou réformatrice. À ce titre, ils sont très tôt la cible des auteurs « réformateurs »65 qu’ils n’ont, à leur tour, pas manqué de critiquer.

38Ainsi, les textes et prises de positions publiés dans les revues autoéditées s’en prennent aux auteurs critiques pour leur attachement à l’utopie socialiste. Ils dévaluent les représentants d’une littérature protocolaire (« Protokoll-Literatur ») dans la mesure où celle-ci a en RDA une fonction substitutive de l’espace public et qu’elle renonce à une véritable littérarité. Et ils critiquent les discours réformateurs des dissidents, désormais installés en RFA, leur reprochant de rester fixés dans des contre-discours. On s’aperçoit que toutes les tendances littéraires qui, dans les années 1980, sont positivement accueillies, voire « consacrées » en République fédérale rencontrent un écho négatif dans les rangs de la jeune génération qui n’y détecte rien d’autre que des influences hétéronomes, des liens avec le discours du pouvoir.

  • 66 Cf. Egmont Hesse (éd.), Sprache & Antwort. Stimmen und Texte einer anderen Literatur aus der DDR, (...)

39De son côté, la littérature autoéditée est également remarquée en RFA. De nombreux contacts existent entre ces milieux parallèles, des éditeurs ouest-allemands et des universitaires qui contribuent à leur publicité en tant qu’« autre littérature de RDA66 » et les consacrent comme l’expression libre d’un « underground » est-allemand ayant conquis son entière autonomie face au pouvoir. Cette appréciation change après 1989. Toutefois, avec l’émergence de cette génération, les fondements matériels et idéologiques du champ littéraire de la RDA sont remis en question.

Conclusion

  • 67 Emmerich (note 5), p. 523.
  • 68 Pour une analyse du champ littéraire des années 1970/1980 dans l’optique de cette querelle littéra (...)

40Après 1989, le rapprochement des deux champs littéraires que nous avons rapidement retracé, cette convergence des littératures dans leurs aspects thématiques et esthétiques, s’arrête brusquement. Wolfgang Emmerich parle d’un véritable « choc » (Zusammenstoß) des deux littératures qui s’exprime dans les différentes phases de la « querelle littéraire interallemande » (deutsch-deutscher Literaturstreit)67. Les débats sur l’implication des intellectuels est-allemands dans le maintien du pouvoir et sur l’« esthétique des opinions » qui caractériserait leurs œuvres a autant contribué à discréditer la littérature de RDA que les révélations sur la collaboration de certains auteurs, y compris de l’underground, pour la Stasi. Que l’attaque contre les auteurs de RDA ne soit pas seulement menée par des journalistes de la presse occidentale, mais en grande partie par des auteurs dissidents, émigrés en RFA après l’affaire Biermann68, est un exemple de plus de la complexité des liens qui se sont construits entre les deux champs littéraires des années 1970 – 1980.

Notes

1 Wolfgang Hilbig, Provisoire, Traduit de l’allemand par Brigitte Vergne-Cain et Gérard Rudent, Paris, 2004, p. 97.

2 Klaus Schlesinger, Fliegender Wechsel. Eine persönliche Chronik, Francfort/M., 1990, p. 51.

3 Cf. Karl Corino, « ›Transit‹ in beiden Richtungen. Ein Hörfunkmagazin und seine Wirkungen », in : Monika Estermann, Edgar Lersch (éd.), Deutsch-deutscher Literaturaustausch in den 70er Jahren, Wiesbaden, 2006, pp. 9 – 21, ici p. 17.

4 Pour un aperçu des débats sur l’existence d’une ou de deux littératures allemandes, voir Ursula Heukenkamp, « Eine Geschichte oder viele Geschichten der deutschen Literatur seit 1945 ? Gründe und Gegengründe », in : Zeitschrift für Germanistik, 1 (1995), pp. 22 – 37.

5 Wolfgang Emmerich, Kleine Literaturgeschichte der DDR, édition revue et augmentée, Leipzig, 1996, p. 518.

6 Cité d’après Lutz Volke, « Zwischen Entspannung und Abgrenzung. Literatur und Hörspiel der BRD im Rundfunk der DDR », in : Estermann, Lersch (note 3), 120 – 129, ici p. 124.

7 Cf. Dietrich Staritz, Geschichte der DDR, édition revue et augmentée, Francfort/M., 1996, pp. 287 – 293.

8 Elmar Faber, « Über die Unbilden und Glücksmomente deutsch-deutscher Zusammenarbeit », in : Estermann, Lersch (note 3), pp. 22 – 33.

9 Cf. Jay Rowell, « Socio-Histoire der Herrschaft. Einführung » (pp. 26 – 34, ici p. 33) et Carola Hähnel-Mesnard, « Die selbst verlegte Literatur der 80er Jahre als Subfeld. Überlegungen zum literarischen Feld der DDR » (pp. 164 – 179), in : Sandrine Kott, Emmanuel Droit (éd.), Die ostdeutsche Gesellschaft. Eine transnationale Perspektive, Berlin, 2006.

10 Voir à ce sujet Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, 1992.

11 Pour une application de la théorie du champ à la littérature de RDA voir Carola Hähnel-Mesnard, « La littérature est-allemande entre hétéronomie et tentatives d’autonomie », in : Joseph Jurt (éd.), Champ littéraire et nation, Fribourg/Br., 2007, pp. 111 – 131.

12 Bourdieu (note 10), p. 94.

13 Cf. Werner Mittenzwei, Die Intellektuellen. Literatur und Politik in Ostdeutschland 1945 – 2000, Leipzig, 2001, pp. 272 – 282.

14 Cité dans Manfred Jäger, Kultur und Politik in der DDR (1945 – 1990), Cologne, 1995, p. 140.

15 Cela étant, dès juillet 1972 (VIe Congrès du Comité central), Kurt Hager se distancie explicitement du « modernisme » et réaffirme l’importance du « réalisme socialiste », doctrine à laquelle l’idéologie officielle reste attachée jusqu’à la fin de la RDA. Cf. Günter Erbe, Die verfemte Moderne. Die Auseinandersetzung mit dem › Modernismus‹ in Kulturpolitik, Literaturwissenschaft und Literatur der DDR, Opladen, 1993, p. 114.

16 Ibid., p. 283 – 285. Voir aussi Simone Hain, « Schwebende über einer Grenze. Kulturelle Begegnungen in der Ständigen Vertretung der Bundesrepublik », in : Bernd Lindner, Rainer Eckhart (éd.), Mauersprünge, pp. 71 – 81, in : Klopfzeichen. Kunst und Kultur der 80er Jahre in Deutschland, Begleitbuch zur Doppelausstellung Mauersprünge und Wahnzimmer, Leipzig, 2002.

17 Cf. Paul Kaiser, Claudia Petzold, Boheme und Diktatur in der DDR. Gruppen, Konflikte, Quartiere 1970 – 1989, Berlin, 1997, p. 89.

18 Ibid., p. 94.

19 Mittenzwei (note 13), p. 291.

20 Le ministre de la Culture tenta par ailleurs de le convaincre, y compris par des menaces, de ne pas accepter cette consécration. Cf. Deckname »Lyrik«. Eine Dokumentation von Reiner Kunze, Francfort/M., 1990, p. 48.

21 Ainsi, le recueil de nouvelles Die wunderbaren Jahre (1976), à l’origine de son expatriation, fut souvent considéré comme une « littérature informative » (« Auskunftsliteratur »). Cf. Wilfried Barner (éd.), Geschichte der deutschen Literatur von 1945 bis zur Gegenwart, Munich, 1994, p. 735.

22 Ibid., p. 697.

23 Cf. Thomas Auerbach, Matthias Braun et al. (éd.), Hauptabteilung XX : Staatsapparat, Blockparteien, Kirchen, Kultur, » politischer Untergrund« (Anatomie der Staatssicherheit. MfS-Handbuch), Berlin, 2008, pp. 128ss.

24 Pour une analyse des différents rapports et échanges dans l’édition entre 1945 et 1970 voir Mark Lehmstedt, Siegfried Lokatis (éd.), Das Loch in der Mauer. Der innerdeutsche Literaturaustausch, Wiesbaden, 1997.

25 Cf. Dietrich Löffler, « Die Kulturpolitik der SED-Führung und der Literaturtransfer in die Bundesrepublik », in : Estermann, Lersch (note 3), pp. 140 – 154. Les informations qui suivent sont empruntées à cet article.

26 Ibid., p. 147.

27 Cf. Ursula Heukenkamp, « Haben wir uns richtig verstanden ? Die Literatur der Bundesrepublik – Erinnerungen aus der DDR », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 13/14 (22 mars 1996), pp. 3 – 12.

28 Cf. Martina Langermann, « Westdeutsche Literatur in der NDL. Literaturen in Konkurrenz », in : Lehmstedt, Lokatis (note 24), pp. 279 – 287.

29 Cf. Simone Barck, Martina Langermann, Siegfried Lokatis,  » Jedes Buch ein Abenteuer«.Zensur-System und literarische Öffentlichkeit in der DDR bis Ende der sechziger Jahre, Berlin, 1997, pp. 376 – 386.

30 Cf. Dietrich Simon, « Steine des Anstoßes – Rückblicke », in : Simone Barck, Siegfried Lokatis (éd.), Fenster zur Welt. Eine Geschichte des DDR-Verlages Volk & Welt, Berlin, 2003, pp. 103 – 110.

31 Voir à ce sujet les actes d’un colloque sur le « lecteur secret » organisé en 2007. Siegfried Lokatis, Ingrid Sonntag (éd.), Heimliche Leser in der DDR. Kontrolle und Verbreitung unerlaubter Literatur, Berlin, 2008.

32 Cf. Roland Berbig, « Allzeit Ost-Berlin im Auge. Günter Grass – deutsch-deutsches Literaturleben intern », in : Id. (éd.), Stille Post. Inoffizielle Schriftstellerkontakte zwischen West und Ost, Berlin, 2005, pp. 218 – 237, ici p. 228.

33 Ainsi le ressentait Hans Joachim Schädlich cité par Berbig (note 32), p. 233.

34 Emmerich (note 5), p. 251.

35 Berbig (note 32), p. 227.

36 Ibid., p. 228ss.

37 Cf. Günter Grass, « Die deutschen Literaturen. Vortrag auf der Südostasienreise » (1979), cité par Berbig (note 32), p. 232.

38 Ibid.

39 Voir entre autres Roland Berbig et al. (éd.), In Sachen Biermann. Protokolle, Berichte und Briefe zu den Folgen einer Ausbürgerung, Berlin, 1994 ; Renate Chotjewitz-Häfner et al. (éd.), Die Biermann-Ausbürgerung und die deutschen Schriftsteller. Ein deutsch-deutscher Fall, Cologne, 1994.

40 Emmerich (note 5), p. 259.

41 Cf. Petra Boden, « Strukturen der Lenkung von Literatur. Das Gesetz zum Schutz der Berufsbezeichnung Schriftsteller », in : Peter Böthig, Klaus Michael (éd.), MachtSpiele. Literatur und Staatssicherheit im Fokus Prenzlauer Berg, Leipzig, 1993, pp. 224 – 227.

42 Faber (note 8), p. 33.

43 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 18.11.76. Cité par Mittenzwei (note 13), p. 292.

44 Cf. Andrea Jäger, « ›In einer Fremde Die meine Sprache nicht spricht‹. Ausbürgerungen und Übersiedlungen von Schriftstellern in den 70er Jahren », in : Estermann, Lersch (note 3), pp. 130 – 139, ici p. 132ss.

45 Ibid., p. 134.

46 Cité ibid.

47 Voir Ian Wallace, « Ein Leben in der Fremde ? DDR-Schriftsteller im Westen, 1976 – 1989 », in : Elrud Ibsch, Ferdinand van Ingen (éd.), Literatur und politische Aktualität, Amsterdam, 1993, pp. 179 – 192.

48 Schlesinger (note 2), pp. 129 et 292.

49 Jäger (note 44), p. 130.

50 Emmerich (note 5), pp. 264s.

51 Jörg Magenau, Christa Wolf. Eine Biographie, Berlin, 2002, p. 296.

52 Ibid., p. 391. Voir aussi Heinz Ludwig Arnold, Die westdeutsche Literatur 1945 bis 1990. Ein kritischer Überblick, Munich, 1995, pp. 102 – 106.

53 Volker Wehdeking, « Ungleichzeitigkeiten : Mentalitätswandel in der deutschen Literatur zur Einheit (1989 – 1999) », in : Germanica 25 (1999), pp. 15 – 26.

54 Christoph Klessmann, « Spaltung und Verflechtung. Ein Konzept zur integrierten Nachkriegsgeschichte 1945 bis 1990 », in : ID., Peter Lautzas (éd.), Teilung und Integration. Die doppelte deutsche Nachkriegsgeschichte als wissenschaftliches und didaktisches Problem, Bonn, 2005, pp. 20 – 37, ici p. 33.

55 Barner (note 21), p. 801.

56 Ibid., p. 811.

57 Magenau (note 51), p. 322 et 302.

58 Christa Wolf, « Projektionsraum Romantik », cité dans Magenau (note 51), p. 303.

59 Barner (note 21), p. 801.

60 Après avoir refusé deux prix au début des années 1970, Christa Wolf avait déjà accepté le prix littéraire de la ville de Brême pour « Kindheitsmuster » en 1977. Cf. Magenau (note 51), p. 304.

61 En 1978, Ulrich Plenzdorf avait déjà reçu le prix Bachmann.

62 Lettre de Christa Wolf à Franz Fühmann (2.7.1980), in : Christa Wolf, Franz Fühmann, Monsieur – Wir finden uns wieder. Briefe 1968 – 1984, Berlin, 1998, p. 111.

63 Hilbig (note 1), pp. 105s.

64 Voir à ce sujet Carola Hähnel-Mesnard, La littérature autoéditée en RDA dans les années 1980. Un espace hétérotopique, Paris, 2007.

65 Voir la polémique engagée par Volker Braun dans son essai sur Rimbaud. Cf. Carola Hähnel-Mesnard, « Limites d’une polémique : Volker Braun et les milieux littéraires parallèles des années 1980 en RDA », in : Valérie Robert (éd.), Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, Asnières, 2003, pp. 145 – 156.

66 Cf. Egmont Hesse (éd.), Sprache & Antwort. Stimmen und Texte einer anderen Literatur aus der DDR, Francfort/M., 1988; Hans Ludwig Arnold (éd.), Die andere Sprache. Neue DDR-Literatur der 80er Jahre, Munich, 1990.

67 Emmerich (note 5), p. 523.

68 Pour une analyse du champ littéraire des années 1970/1980 dans l’optique de cette querelle littéraire après 1989 voir la thèse soutenue par Sibylle Goepper, Polémiques de la « seconde dissidence ». Les prises de position d’un sous-champ d’auteurs de RDA émigrés en RFA lors de la « querelle littéraire interallemande » des années 1990, Université Lyon 2, 2008.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search