Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

III. Identité, mémoire et culture

« La guerre des ondes ». La télévision : arme et miroir du conflit interallemand

Corine Defrance

Texte intégral

  • 1 Visite de la Gedenkstätte Berlin-Hohenschönhausen (ancienne prison de la Stasi, Berlin), le 17 fév (...)

1En 1987, Mario Röllig, jeune citoyen est-allemand alors âgé de 19 ans, est présenté pour un premier interrogatoire devant un officier de la Stasi à la prison de Hohenschönhausen, à Berlin-Est. Il vient d’être arrêté en Hongrie alors qu’il cherchait à passer la frontière avec la Yougoslavie pour se rendre à Belgrade à l’Ambassade de République fédérale d’Allemagne et passer à « l’Ouest ». Dès la première question, il déclare qu’il ne parlera pas sans la présence de son avocat. L’agent de la Stasi lui réplique alors qu’il a trop regardé la télévision ouest-allemande, mais qu’ici, à la prison de la Stasi, on n’applique pas les méthodes des séries policières « Tatort » ou « Derrick » – respectivement diffusées par ARD et ZDF depuis 1970 et 19741.

  • 2 Konrad H. Jarausch, « Deux fois l’Allemagne – une seule histoire ? Pour l’intégration des deux his (...)

2En 1987, la Stasi avait pleinement conscience de l’impact de la télévision ouest-allemande sur les mentalités et les comportements des citoyens est-allemands. Influence « néfaste », risquant à ses yeux de pervertir la jeunesse est-allemande et de la détourner des « vraies » valeurs du système socialiste. Le « mauvais » citoyen, qui avait tenté de fuir vers l’Ouest, aurait ainsi été la victime de l’impérialisme et de la propagande occidentale, propagés par les medias ouest-allemands. Il est incontestable que la télévision a joué un rôle majeur dans les perceptions réciproques, les stratégies d’influence et de contre-influence de part et d’autre de l’Elbe et qu’elle est devenue une arme de combat dans la guerre froide. Comme l’a relevé l’historien germano-américain Konrad H. Jarausch, « dans cette histoire des relations croisées entre les deux États […], l’analyse des relations sociales et culturelles entre l’Est et l’Ouest n’en est encore qu’à ses balbutiements. Cela s’avère en particulier pour les organisations transfrontalières telles que l’Église évangélique, pour la réception des media occidentaux et aussi l’impact des échanges commerciaux inter-allemands. D’où la piste prometteuse d’une histoire en miroir (« Spiegelgeschichte ») qui permettrait d’évaluer plus précisément et de manière empirique le degré de perception des problèmes et de leurs solutions dans le camp d’en face et, dans le droit-fil, les choix politiques qui en ont découlé »2. Cependant, si les interactions furent constantes, elles furent essentiellement asymétriques. C’est cette asymétrie, à tous les niveaux, que nous tenterons de mettre ici en relief : dans le rayon d’émission des chaînes, déterminant pour la réception technique de la télévision de l’un par l’autre, dans les taux d’écoute, dans l’intérêt pour le voisin et sa télévision, dans les images de soi et de l’autre. Cette asymétrie se reflète dans le questionnement principal, en termes d’influences des médias de l’un sur les évolutions politiques, sociales, culturelles de l’autre. Si l’on peut analyser la manière dont la télévision est-allemande a présenté la République de Bonn auprès de ses concitoyens pour consolider sa politique de « démarcation » (« Abgrenzung »), la véritable interrogation, porte, à sens unique, sur l’impact de la télévision ouest-allemande sur la désintégration politique de la société est allemande.

La place de la télévision dans les sociétés est et ouest-allemandes

Les nouvelles structures de la radiodiffusion mises en place après 1945

  • 3 Hans Bausch, « Rundfunkpolitik nach 1945 », in : Id. (éd.), Rundfunk in Deutschland, vol. 3, Munic (...)

3Dès l’été 1945, les quatre occupants avaient entrepris la reconstruction du paysage radiophonique allemand qu’ils comptaient mettre à contribution pour la mission de « rééducation » du peuple allemand. Pour les trois Occidentaux, il s’agissait d’engager la nouvelle Allemagne sur la voie de la démocratisation, de la libéralisation et de l’occidentalisation et, pour les Soviétiques, d’imposer en zone orientale un système largement calqué sur celui de l’Union soviétique, permettant d’établir un ordre « socialiste ». Aussi des structures profondément différentes furent-elles mises en place par les occupants3.

  • 4 Thomas Rölle, Der britische Einfluß auf den Aufbau des Nordwestdeutschen Rundfunks von 1945 bis 19 (...)
  • 5 Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin 1945 – 1955, Stra (...)
  • 6 Isabelle Bourgeois, Radio et télévision publiques en Allemagne. Un modèle à l’épreuve de la nouvel (...)

4À l’Ouest, les trois Occidentaux avaient établi dans leurs zones respectives des systèmes radiophoniques très différents – centralisés dans les zones britannique [avec le « Nordwestdeutscher Rundfunk « (NWDR) créé en 19454] et française [avec le « Südwestfunk » (SWF) fondé en 19465], décentralisé dans la zone américaine (une station par Land) –, si bien que la jeune République fédérale hérita en 1949 d’un « manteau d’Arlequin »6, qu’elle restructura au fil des années 1950 pour adapter l’organisation de la radiodiffusion au modèle fédéral décentralisé.

  • 7 Albrecht Hesse, Rundfunkrecht. Die Organisation des Rundfunks in der Bundesrepublik Deutschland, M (...)
  • 8 Axel Schildt, « Der Beginn des Fernsehzeitalters. Ein neues Massenmedium setzt sich durch », in : (...)
  • 9 Axel Schildt, Moderne Zeiten. Freizeit, Massenmedien und ›Zeitgeist‹ in der Bundesrepublik der 50e (...)
  • 10 Friedrich-Wilhelm von Sell (éd.), Verfassungsrecht und Rundfunk : Die sieben Entscheidungen des Bu (...)
  • 11 Klaus Weinmeier, Die Geschichte des ZDF, vol. 1 : Entstehung und Entwicklung 1961 – 1966, Mayence, (...)
  • 12 Konrad Dussel, « Vom Radio-zum Fernsehzeitalter. Medienumbrüche in sozialgeschichtlicher Perspekti (...)
  • 13 Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenwart,(...)
  • 14 Isabelle Bourgeois, Radios et télévisions privées en Allemagne. Entre la loi et le marché, Levallo (...)
  • 15 Hermann Glaser, Deutsche Kultur. Ein historischer Überblick von 1945 bis zur Gegenwart, Bonn, 1997 (...)

5En août 1950 fut fondé le premier établissement public de radiodiffusion, la « Arbeitsgemeinschaft der öffentlich-rechtlichen Rundfunkanstalten der Bundesrepublik Deutschland » (ARD), fédérant l’ensemble des stations régionales7. Il s’agissait alors de la radio (média dominant jusqu’à la fin des années 19508), mais dès le début des années 1950 eurent lieu des essais de télédiffusion. Le 26 décembre 1952, la NWDR, membre de l’ARD, émit ses premières émissions de télévision, notamment la « Tagesschau » (journal télévisé), mais c’est à partir du 1er novembre 1954 que l’ARD diffusa régulièrement son premier programme9. Une seconde chaîne de télévision publique, le « Zweites Deutsches Fernsehen » (ZDF) naquit en juin 1961, après des querelles très vives entre les Länder et le gouvernement fédéral10. Portée par l’ensemble des Länder, le ZDF commença à émettre le 1er avril 196311. Presque simultanément (de 1963 à 1969), les établissements membres de l’ARD créèrent leurs chaînes généralistes régionales, dites « dritte Programme » (troisièmes programmes)12, si bien que chaque Allemand de l’Ouest, à la fin des années 1960, avait accès par voie hertzienne à trois chaînes : deux chaînes à diffusion nationale et une chaîne à vocation régionale. À partir du milieu des années 1980, les premières chaînes de télévision privées furent autorisées à s’établir. Leur expansion fut permise par le développement de nouveaux vecteurs (le câble, à partir de 1984 ; les satellites à la fin des années 1980)13. Le 2 janvier 1984, la première chaîne privée « RTL Plus » émit en RFA. En 1994, on comptait une dizaine de chaînes privées en Allemagne. L’émergence de chaînes commerciales conduisit à définir le « duale Rundfunkordnung » (ordre dual de la télévision) établissant une charte de coexistence entre public et privé. Le principe fondamental était que la notion de service public devait rester à la base de l’édifice en apportant aux téléspectateurs « un menu audiovisuel riche et équilibré », tandis que les radios et télévisions privées devaient avoir un rôle complémentaire et pouvaient se contenter d’une offre thématique ou plus rudimentaire, tournées vers les attentes du marché14. Selon plusieurs observateurs, l’émergence de la télévision commerciale contribue à éloigner la télévision, dans son ensemble, de sa mission culturelle et formatrice au profit d’une « trivialisation » des programmes15.

6Dès le 13 mai 1945, les Soviétiques avaient installé une station radiophonique à Berlin, le « Berliner Rundfunk », dont les programmes étaient soumis à une double censure (a priori et a posteriori). Les stations mises en place par les Soviétiques furent bientôt transférées à des responsables est-allemands. Avec la suppression des Länder, la radiodiffusion fut centralisée et resta sous le contrôle politique du nouveau régime est-allemand.

  • 16 Ulrich Pfeil, « Von der Politisierung eines technischen Wettstreits in den deutschfranzösischen Be (...)
  • 17 Günther von Lojewski, « Elektronische Medien », in : Rainer Eppelmann, Horst Möller, Günter Nooke,(...)
  • 18 Stefan Wolle, Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971 – 1989, Bonn, 199 (...)
  • 19 Klaus Arnold, Christoph Classen (éd.), Zwischen Pop und Propaganda. Radio in der DDR, Berlin, 2004

7Comme à l’Ouest, c’est en 1952 que commença en RDA l’histoire de la télévision, avec la diffusion, le 21 décembre, jour de l’anniversaire de Staline, d’une première émission depuis le « Fernsehzentrum Berlin » (FZ). En janvier 1956, le FZ fut transformé en « Deutscher Fernsehfunk » (DFF), chaîne de télévision d’État en situation de monopole, qui diffusa son premier programme régulier. En 1969, à l’occasion des 20 ans de la naissance de la RDA, fut créé un second programme, le DFF 2. Ce furent aussi les débuts de la télévision en couleur selon la norme française SECAM, tandis que la télévision couleur avait été introduite deux ans plus tôt en RFA selon la norme PAL16. Aussi, à moins d’installations spécifiques, la télévision couleur ouest-allemande ne pouvait être reçue en RDA qu’en noir et blanc17. En 1972, dans le cadre de la politique de démarcation croissante à l’égard de la RFA et de l’affirmation d’une identité nationale – politique et sociologique – de la RDA, le nom de la société de radiodiffusion fut transformé de « Deutscher Fernsehfunk » en « Fernsehfunk der DDR » (et les deux programmes furent renommés DDR 1 et DDR 2)18. Ainsi, des années 1970 à la chute du Mur, le paysage est-allemand se composa de deux chaînes nationales et de cinq stations de radios, elles aussi centralisées et contrôlées par l’État19.

Des conceptions et de l’usage de la télévision dans les deux Allemagnes

  • 20 Grundgesetz, partie I, article 5 : Chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement son opini (...)
  • 21 Bourgeois (note 6), p. 25.
  • 22 Corine Defrance, « La reconstruction de la télévision en République fédérale d’Allemagne et la con (...)

8En 1949, les « pères fondateurs » de la République fédérale d’Allemagne avaient inscrit le principe de la liberté d’opinion, et celui de la liberté de la radiodiffusion, au rang des droits fondamentaux dans la Loi fondamentale20. Placer ainsi les médias sous la haute protection de la Constitution témoignait tout à la fois du traumatisme du passé – il fallait créer un « verrou anti-Goebbels »21 – et des espérances placées dans l’avenir. Sous de tels auspices, un modèle audiovisuel particulier fut mis en place dans l’Allemagne d’après-guerre, voulant œuvrer à la démocratisation et à l’enracinement du fédéralisme, protégé de l’immixtion de l’État (stricte séparation de l’État et des médias) et désireux d’être au service de la collectivité. Ce souci de la collectivité et de la démocratisation se traduisit en particulier dans la composition pluraliste du conseil de surveillance, où siégeaient non seulement des membres des différents partis (un tiers des membres), mais également des représentants des Églises, du patronat, des syndicats, des parents d’élèves, artistes et autres associations de la société civile (deux tiers des membres)22.

  • 23 Schildt (note 8), p. 478.
  • 24 Schildt (note 9), p. 205 ; Glaser (note 15), p. 461.
  • 25 Ibid., p. 268 ; Dussel (note 12), p. 683.
  • 26 Dussel (note 12), p. 679 ; Axel Schildt, Die Sozialgeschichte der Bundesrepublik Deutschland bis 1 (...)

9La télévision s’était popularisée au fil des années 1950. En 1953, 5 % des Allemands avaient déjà vu une émission de télévision, dans les bars ou les salons de télévision ; 45 % en 1954, 93 % en 1958. L’entrée des téléviseurs dans les foyers se fit progressivement à partir de 195423. En février 1956, le seuil des 100 000 foyers disposant d’un poste de télévision fut franchi, en octobre 1957, celui du million (7 % des foyers) ; à la fin des années 1950, plus de 3 millions (près du quart des foyers) avaient la télévision, et vers 1970, deux tiers des foyers. En 1975, on comptait plus de 19 millions de téléviseurs en RFA24. Depuis la fin des années 1950, la télévision était devenue – et reste – le passe-temps préféré des Allemands25, et le dénominateur commun de la communication sociale26.

  • 27 Gerhard Schäffner, « ›Das Fenster in die Welt‹. Fernsehen in den fünfziger Jahren », in : Werner F (...)
  • 28 Schildt (note 13), p. 481.
  • 29 Cité d’après Monika Elsner, Thomas Müller, Peter M. Spangenberg, « Zur Entstehung des Dispositivs (...)
  • 30 Knut Hickethier, « Die Bilder der Tagesschau. Die Mutter der deutschen Nachrichtensendungen », in  (...)
  • 31 Hickethier (note 29), p. 159 ; Schildt (note 8), pp. 486 – 490.
  • 32 Andreas Fickers, « Radio und Fernsehen als nationale Sozialisierungsinstanzen ? Der Rundfunk im Ra (...)
  • 33 Hickethier (note 29), p. 241 ; Dussel (note 12), p. 674.
  • 34 Fickers (note 32), p. 306.
  • 35 Hickethier (note 29), p. 202.
  • 36 Andreas Wirsching, « Massenkultur in der Demokratie. Zur Entwicklung von Kultur und Gesellschaft i (...)
  • 37 Karl Christian Führer, « Medien und Öffentlichkeit », in : Axel Schildt (éd.), Deutsche Geschichte (...)

10La télévision fut alors perçue comme un moyen de reforger une identité nationale dans un pays bouleversé et divisé27. Elle devait consolider le caractère démocratique de la société ouest-allemande28 en diffusant largement les nouvelles valeurs et en montrant à tous le fonctionnement du nouveau système politique (retransmission de la première séance de la nouvelle assemblée du Bundestag le 6 octobre 1953)29. Mais c’est sans doute la diffusion quotidienne des informations télévisées (la « Tagesschau »30) qui fut le plus puissant vecteur d’identification nationale, rassemblant à 20 heures une grande partie de la population allemande partageant le sentiment d’appartenir à « communauté nationale »31. Ce sentiment fut d’autant plus renforcé que, jusqu’en 1963, il n’y avait qu’un seul programme32, contribuant ainsi à homogénéiser les comportements, et à transcender les catégories sociales33. L’organisation fédérale de la radiodiffusion au sein de l’ARD contribua à ancrer l’identité fédérale allemande, en raison de la double structure des programmes – national et régionaux –, et aussi en raison de la part des émissions régionales dans le programme national34. Cependant, jusque dans les années 1960, la télévision ne prépara guère l’ouverture sur l’étranger35. À partir des années 1960 et 1970, et plus encore dans les années 1980 avec l’apparition des chaînes privées, on assiste à une démultiplication de l’offre, impliquant une individualisation des comportements et une nouvelle forme de segmentation dans la consommation télévisuelle de masse36. Parallèlement, le temps passé devant le téléviseur augmente considérablement (70 minutes par jour en 1984 ; deux heures en 1985 ; 135 minutes en 1990, trois heures en 2000). On constate ainsi une médiatisation croissante du quotidien et une « socialisation » croissante de la sphère privée37.

  • 38 Dussel (note 12), p. 692 ; Wolfgang Mühl-Benninghaus, « Medienpolitische Probleme in Deutschland z (...)
  • 39 Lojewski (note 17), pp. 240 – 243 ; Simone Barck, Christoph Classen, Thomas Heimann, « The Fettere (...)
  • 40 Gunter Holzweissig, Die schärfste Waffe der Partei. Eine Mediengeschichte der DDR, Cologne, 2002, (...)

11En RDA, suivant les conceptions communistes de la radiodiffusion et de la propagande développées dans l’entre-deux-guerres, les médias étaient considérés par le régime en place comme l’un des instruments les plus importants pour l’exercice du pouvoir, pour le « développement du socialisme », pour la « controverse avec l’ennemi de classe », pour l’« endoctrinement de la population », mais pas pour le divertissement, ce qui était pourtant l’attente première des téléspectateurs38. Aussi, la radio et la télévision furent-elles centralisées, afin d’être plus facilement surveillées par le parti et l’État, qui entendaient avoir le monopole de l’information pour la formation de l’opinion. Il s’agissait donc d’une double tutelle idéologique et administrative. C’est pourquoi fut créé en 1952, sur le modèle soviétique, le Comité national de la radiodiffusion après du Conseil des ministres de la RDA39. Étant donné l’évolution du poids respectif des deux médias audio-visuels, les autorités est-allemandes décidèrent à la fin des années 1960 de scinder ce comité en deux, d’une part celui de la télévision, d’autre part celui de la radio40.

  • 41 Dussel (note 12) ; Holzweissig (note 40), pp. 119, 130.
  • 42 Mary Fulbrook, Ein ganz normales Leben. Alltag und Gesellschaft in der DDR, Darmstadt, 2008, pp. 8 (...)
  • 43 Dussel (note 12), p. 690.
  • 44 Holzweissig (note 40), p. 129 ; Schildt (note 38), p. 59.

12Ce fut surtout dans les années 1960 que le téléviseur fit une percée spectaculaire dans les foyers est-allemands : en 1958 on ne comptait encore que 300 000 appareils ; 1,5 million en 1961 ; 4,5 millions en 1971, ce qui signifie que plus de 70 % des foyers étaient alors équipés ; ce taux s’élevait à 90 % en 198141. Au cours de cette décennie, le temps des loisirs augmenta progressivement, avec la réduction de la durée hebdomadaire du travail, décidée en 1967. Le temps passé à regarder la télévision augmenta proportionnellement, ce qui n’était pas sans inquiéter les autorités qui savaient ne pas pouvoir contrôler aussi strictement la sphère privée que la sphère publique. Or il s’avérait que les Allemands de l’Est préféraient toujours plus les loisirs individuels ou organisés de manière privée (en famille ou entre amis) aux activités mises sur pied par les organisations de masse du parti42. Certes, l’offre télévisuelle est-allemande restait sous contrôle : un programme unique, à caractère généraliste depuis 1956, puis un second programme plus culturel depuis 1969. Mais le problème principal pour le régime est-allemand était l’accès de ses concitoyens aux chaînes ouest-allemandes, véritable brèche dans le système de contrôle idéologique (voir infra). Comme l’a noté l’historien Konrad Dussel : « L’Ouest donnait la direction que l’Est reprenait en hésitant plus ou moins »43. Ce processus d’impulsions venues de l’Ouest, suivies de réactions à l’Est fut particulièrement marqué à partir de la deuxième moitié des années 1970. Car, comme Erich Honecker l’affirma lui-même, la signature des accords d’Helsinki, en 1975, avait encore renforcé la compétition entre les blocs idéologiquement rivaux et les deux Allemagnes. Aussi, la télévision est-allemande – « instrument de l’ordre socialiste et arme dans la confrontation avec l’impérialisme » – devait-elle lancer de nouveaux programmes plus attrayants et distrayants, susceptibles de rivaliser avec ceux de la télévision ouest-allemande, d’abord orientés vers le loisir44.

La télévision est-allemande et la RFA

La RFA : un défi pour la télévision est-allemande

  • 45 FF dabei, Berlin Ost, Nr. 16/1974.
  • 46 Hans Lindemann, Kurt Müller, Auswärtige Kulturpolitik der DDR, Bonn, Bad Godesberg, 1974, p. 16.

13« Nous sommes des frères d’armes. Vous, soldats, faites votre devoir sur terre, sur mer et dans les airs ; nous, hommes de télévision, le faisons dans l’éther ». C’est en ces termes que Karl-Eduard von Schnitzler, l’un des commentateurs de télévision les plus en vue, membre très actif du SED, définit sa mission dans un discours de mars 1974 qu’il prononça devant des soldats soviétiques45. On ne pouvait plus clairement définir la culture comme une forme du combat idéologique avec l’Occident46. Or la radio et la télévision, près d’un demi-siècle durant, furent le principal pont entre les Allemands séparés en deux États idéologiquement ennemis, de part et d’autre du rideau de fer.

14Lors de sa mise en place dans les années 1950, le « Deutscher Fernsehfunk », suivant les directives venues du bureau du SED, avait prétendu émettre sur l’ensemble du territoire allemand, République fédérale comprise, conformément à la doctrine politique alors en vigueur, selon laquelle le régime est-allemand représentait l’Allemagne dans son ensemble. Mais, malgré l’implantation d’émetteurs près de la frontière interallemande, le DFF n’y parvint jamais, en raison de problèmes techniques, et seule une partie du territoire ouest-allemand, proche de la frontière, pouvait capter la radio puis la télévision est-allemandes.

  • 47 Dussel (note 12), p. 674.

15Avec la construction du Mur, le 13 août 1961, la guerre des ondes s’aggrava, une partie des Allemands de l’Est cherchant à compenser la fermeture en se tournant vers les medias ouest-allemands (voir infra). Mais, en sens inverse, les médias de la RDA étaient officiellement déchargés de la mission de diffuser pour l’ensemble du territoire allemand. Ils pouvaient se concentrer sur la construction d’une société socialiste en RDA47. Il n’en reste pas moins que l’existence d’un espace commun – allemand (« gesamtdeutsch ») – de communication contrevenait à la nouvelle ligne politique du SED, établie dans les années 1970, affirmant une identité et une nation est-allemandes absolument différentes de l’identité ouest-allemande.

  • 48 Holzweissig (note 40), p. 60.
  • 49 D’après Barck et al. (note 39), p. 221.

16Il faut cependant préciser qu’il y eut au fil du temps quelques émissions est-allemandes de grande qualité, principalement de divertissement – en réponse aux émissions ouest-allemandes particulièrement populaires – ou de magazines d’actualités sportives, qui étaient prisées dans les régions frontalières de RFA où elles pouvaient être captées. Les plus connues d’entre elles furent l’émission pour enfants « Das Sandmännchen » (le marchand de sable) et la série policière est-allemande « Polizeiruf 110 », conçue dès 1971 en réplique à « Tatort »48). Cependant, la situation restait parfaitement dissymétrique, puisque, dans les 15 % de foyers ouest-allemands susceptibles, techniquement, de capter la télévision est-allemande, 16 % d’entre eux le firent, régulièrement ou occasionnellement49.

« Der Schwarze Kanal » et la dénonciation de « l’impérialisme » de la RFA

  • 50 Ilko-Sascha Kowalczuk, Endspiel. Die Revolution von 1989 in der DDR, Munich, 2009, pp. 446s.
  • 51 Renate Schlief-Ehrismann, « K wie Kalter Krieg », in : Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deut (...)

17Le 21 mars 1960, Karl-Eduard von Schnitzler (1918 – 2001), héraut du combat idéologique contre l’Occident et « soldat de l’éther », présenta pour la première fois une nouvelle émission politique, et même propagandiste, dont il était aussi le concepteur : « Der Schwarze Kanal » (le canal noir). Le Logo de l’émission représentait l’aigle noir de la République fédérale, arborant le drapeau impérial noir-blanc-rouge, perché sur l’antenne de la télévision est-allemande. Il s’agissait du montage (charcutage) d’extraits d’émissions ouest-allemandes, assortis d’un commentaire parfaitement dans la ligne du SED. L’objectif affiché était de démasquer le caractère mensonger et l’hypocrisie de la politique occidentale à l’exemple de la télévision ouest-allemande. Il y eut ainsi, jusqu’au 30 octobre 1989, date de la « dernière »50, 1 519 éditions, diffusées le lundi soir. L’émission visait un public de « multiplicateurs » – journalistes, enseignants et officiers de l’Armée nationale populaire (NVA) (les officiers avaient interdiction formelle de regarder la télévision ouest-allemande). Elle servait régulièrement de support à l’enseignement, notamment pour l’éducation politique des soldats de la NVA et des troupes de protection des frontières et fut aussi parfois utilisée dans les cours d’éducation civique des écoles51.

  • 52 Thilo Koch, « Westlicher Blick », in : Riedel (note 38), pp. 125 – 129.

18Cette émission s’inspirait, dans un jeu de miroirs inversés ou par transfert avec réadaptation par un système idéologique antagoniste, d’une émission ouest-allemande diffusée entre 1958 et 1960 sous le nom de « Die rote Optik » (l’optique rouge), au cours de laquelle le journaliste de RIAS, Thilo Koch (1920 – 2006), commentait et démontait la propagande télévisuelle de la RDA à l’aide d’extraits d’émissions est-allemandes52.

  • 53 Bernd-Rainer Barth « Schnitzler, Karl-Eduard von », in : Helmut Müller-Enbergs, Jan Wielgohs, Diet (...)

19Pour les Occidentaux, l’ironie de l’affaire résidait dans le fait que K.-E. von Schnitzler avait commencé sa carrière de commentateur dans la zone britannique d’occupation, où, dès 1945, il avait été recruté par le NWDR, tout juste mise en place à Cologne par les autorités britanniques. L’occupant avait eu une telle confiance dans cet ancien prisonnier de guerre allemand rééduqué dans les camps britanniques, formé au journalisme radiophonique à la rédaction de l’émission de la BBC « Hier sprechen deutsche Kriegsgefangene zur Heimat » (« Des prisonniers de guerre allemands parlent à la patrie »), qu’il l’avait nommé dès le 1er janvier 1946 intendant et chef du service politique du NWDR. Suite à des divergences graves d’opinion politique, il fut congédié en 1947 et passa alors au « Berliner Rundfunk » récemment fondé par les Soviétiques pour émettre dans leur zone d’occupation. Membre actif du SED depuis 1948, il devint dès 1952 chef du groupe des commentateurs du « Comité radiophonique d’État » puis ultérieurement commentateur en chef du « DDR-Fernsehen »53.

  • 54 Fulbrook (note 42), p. 93.
  • 55 Gunter Holzweissig, « Massenmedien », in : Eppelmann, Möller, Nooke, Wilms (no 17), pp. 543 – 545, (...)

20Mais l’émission polémique lassa une grande partie des téléspectateurs est-allemands, à ce point qu’ils affublèrent le présentateur de toutes sortes de surnoms peu amènes, dont celui de « Karl-Edouard von Sch », étant donné qu’ils avaient le temps de changer de chaîne avant que son nom n’ait été prononcé en entier54. Le taux d’écoute de l’émission fut en règle générale bien inférieur à 10 %55.

La télévision ouest-allemande et les Allemands de l’Est

La réception de la télévision ouest-allemande en RDA

  • 56 Holzweissig (note 40), p. 51 ; Karl Wilhelm Fricke, « Der Deutschlandfunk als Medium politischer G (...)
  • 57 Petra Galle, RIAS Berlin und Berliner Rundfunk 1945 – 1949. Die Entwicklung ihrer Profile in Progr (...)
  • 58 Holzweissig (note 40), pp. 113 – 114.
  • 59 Fulbrook (note 42), p. 78 ; Stefan Wolle, « Der Klassenfeind im Wohnzimmer. Westmedien in der DDR  (...)

21Au milieu des années 1960, la télévision ouest-allemande pouvait être captée par débordement hertzien par 85 % de la population est-allemande, répartie à peu près sur tout le territoire de la RDA, à l’exception des régions de Dresde et de Rostock, qualifiées de « Tal der Ahnungslosen » (vallées des innocents). Ces territoires étaient cependant couverts par la radio ouest-allemande, en particulier par le « Deutschlandfunk » (Cologne) qui orientait certaines de ses émissions de façon à répondre spécifiquement aux besoins d’information des Allemands de l’Est56 ! Dans les années 1950 et au début des années 1960, le régime du SED avait tenté d’empêcher l’accès de ses citoyens aux médias du voisin (notamment aux émissions radiophoniques de RIAS57 et à « Freies Berlin »), en installant des systèmes de brouillage et en organisant des opérations de démontages d’antennes (« Aktion Ochsenkopf » en septembre 196158). Devant l’inefficacité relative de toutes ces mesures, le SED finit par y renoncer dans les années 1970, ce qui fut perçu comme une forme de capitulation59.

  • 60 Fulbrook (note 42), p. 88.
  • 61 Schildt (note 38), p. 66.
  • 62 Michael Meyen, « Alltägliche Mediennutzung in der DDR. Rezeption und Wertschätzung der Ost-und Wes (...)
  • 63 Lojewski (note 17), p. 241.
  • 64 Meyen (note 62), pp. 257 – 258.

22L’intérêt pour la télévision ouest-allemande avait considérablement augmenté après la construction du Mur, de façon inversement proportionnelle à la volonté du régime d’isoler le pays. D’après une estimation officielle est-allemande, plus de 90 % des jeunes, en 1971, écoutaient la radio ou regardaient la télévision pendant leurs loisirs et seuls 7 % des 14 – 19 ans disaient ne jamais écouter les médias ouest-allemands60. Au fil des années 1970 et surtout 1980, l’écoute des émissions ouest-allemandes ne cessa de progresser à l’Est aux dépens des émissions nationales, si bien qu’Axel Schildt parle de deux États et d’une « nation télévisuelle »61. Dans les années 1970 et 1980, les jeunes est-allemands considéraient comme normal le fait de regarder la télévision ouest-allemande62. Dans les foyers, les émissions de l’Ouest étaient prisées, en particulier les émissions de divertissement – celles-ci étant à l’Ouest comme à l’Est ce que le téléspectateur recherchait en première instance –, mais aussi les émissions d’actualités et d’information. Dans les années 1980, 90 % des Allemands de l’Est s’informaient par le biais des medias ouest-allemands63. Le journal télévisé « Tagesschau » de l’ARD était préféré à son pendant est-allemand la « Aktuelle Kamera » (AK), censurée par le SED, reflétant exclusivement le point de vue officiel et jugée ennuyeuse. Même un grand nombre de membres de la SED reconnaissaient que la politique d’information du régime n’était absolument pas fiable64 !

  • 65 Peter Jochen Winters, « West-Korrespondenten im Visier des Ministeriums für Staatssicherheit der D (...)
  • 66 Lothar Loewe, Abends kommt der Klassenfeind. Eindrücke zwischen Elbe und Oder, Francfort/M., Berli (...)

23Hormis le fait qu’elles construisaient une vitrine assez alléchante de l’Ouest, les émissions ouest-allemandes permirent, des années durant, aux Allemands de l’Est de contourner la censure du SED et de savoir ce qui se passait dans leur propre pays, dans le bloc Est et sur la scène internationale, notamment de suivre les actions des opposants au régime comme le chanteur Wolf Biermann ou le chimiste Robert Havemann. Aussi les correspondants ouest-allemands – accrédités depuis 1973 suite au traité interallemand – furent-ils souvent soumis à de fortes pressions en RDA65. Fin 1976, le correspondant de l’ARD Lothar Loewe (né en 1929) se vit retirer son accréditation puis fut expulsé de République démocratique, quelques semaines après avoir rendu compte de l’immolation par le feu du pasteur Oskar Brüsewitz, figure de l’opposition au régime. Il insista sur le rôle qu’il avait joué avec ses collègues occidentaux en RDA pour combler le besoin d’information ressenti par les Allemands de l’Est : « Nous avons mis à jour des choses qui intéressaient nombre d’Allemands de l’Est au plus haut point, mais que ›Aktuelle Kamera‹ de la télévision est-allemande taisait sur injonction du SED »66.

  • 67 Schildt (note 38), p. 69.
  • 68 Meyen (note 62), pp. 259 – 260.
  • 69 Ibid., pp. 254 – 263.
  • 70 Holzweissig (note 40), p. 50.

24On peut dire que l’intérêt et la « connaissance » télévisuelle des Allemands de l’Est pour les Allemands de l’Ouest furent beaucoup plus grands que ceux des Allemands de l’Ouest pour les Allemands de l’Est. La RFA devenait un « modèle » de référence, même si ses problèmes politiques, économiques et sociaux (chômage ; émergence de mouvements politiques extrémistes…) étaient largement évoqués dans les médias ouest-allemands, ce qui plaidait plutôt pour leur fiabilité en comparaison des chaînes est-allemandes67. Cette connaissance – partielle et superficielle de l’autre – par télévision interposée explique en partie la volonté des citoyens de RDA, exprimée en 1990, de devenir au plus vite des citoyens d’une Allemagne réunifiée. Cependant, avant même la chute du Mur, s’était développée, au vu de la télévision ouest-allemande, une certaine critique de l’Allemagne de l’Ouest qui donnait le sentiment de ne pas s’intéresser et de ne pas comprendre la RDA et ses habitants68. Par ailleurs, les Allemands de l’Est, vivant dans un autre contexte, ne pouvaient guère tirer profit des émissions ouest-allemandes comme repère pour leurs choix de vie et leurs modes de consommation. Ainsi se serait développée, selon Michael Meyen, une certaine indifférence pour ce qui n’était pas transposable dans le monde du « socialisme réellement existant »69. D’autres experts, comme Gunter Holzweißig considèrent cependant ce recours aux médias ouest-allemands comme une forme « d’émigration intérieure »70.

  • 71 Meyen (note 62), p. 258.
  • 72 Holzweissig (note 40), p. 49.

25Meyen estime finalement que c’est surtout à l’été et à l’automne 1989, c’est-à-dire en un temps de crise qui, par définition, ne reflétait pas la normalité du quotidien en RDA, que les médias ouest-allemands furent massivement utilisés par les Allemands de l’Est comme source d’information, contribuant ainsi à créer une « opinion publique » dans ce pays, avant même la chute du Mur71. Il est indéniable qu’au moment de la « Révolution pacifique », le rôle des médias ouest-allemands fut crucial, d’autant plus que la banqueroute de la politique d’information du régime est-allemand apparaissait au grand jour. Même le Comité central du parti dut le reconnaître et déplora que les citoyens fussent contraints de passer par l’Ouest pour s’informer de ce qui se passait chez eux72 !

Les émissions ouest-allemandes « ZDF – Magazin » et « Kennzeichen D » et la RDA

26Alors que l’émission « Die Rote Optik » s’arrêta au moment ou « Der Schwarze Kanal » était lancé en RDA, il fallut attendre la fin des années 1960 et le début des années 1970 pour voir renaître des émissions politiques régulières consacrant une large place à la RDA. Le ZDF lança en 1969 un nouveau magazine bimensuel, « ZDF – Magazin », animé par le très anticommuniste Gerhard Löwenthal (1922 – 2002), considéré comme le pendant ouest-allemand et l’alter ego de Schnitzler. D’origine juive, Löwenthal fit partie des très rares survivants parmi ceux qui avaient passé la guerre à Berlin. Après avoir vécu l’arrivée de l’Armée rouge comme une libération, il assista à la nouvelle « mise au pas » par les Soviétiques et ne cessa dès lors de dénoncer les atteintes aux droits de l’homme dans les pays du bloc Est.

27L’émission, qui perdura jusqu’en 1988 (591 éditions, Bodo H. Hauser succéda à Löwenthal parti en retraite fin 1987), avait un caractère très conservateur, qui lui valut d’être largement critiquée dans la société ouest-allemande. Elle était connue pour sa critique acerbe des régimes communistes en Europe de l’Est, à commencer par celui de la RDA. Pouvant être captée de l’autre côté de la frontière et du Mur, elle entendait aussi être un forum pour les citoyens de RDA : au cours de la rubrique « Hilferufe von drüben » (« Appel à l’aide depuis l’autre côté »), étaient lus des courriers de téléspectateurs est-allemands exprimant plaintes et souhaits.

  • 73 Jean-Paul Cahn, « Les constitutions des deux Allemagnes », in : Id., Pfeil (note 2), pp. 123 – 147
  • 74 Holzweissig (note 40), p. 53 ; Kurt R. Hesse, Westmedien in der DDR. Nutzung, Image und Auswirkung (...)

28Dans un esprit différent, une seconde émission à caractère politique, également diffusée par la ZDF, fut lancée en septembre 1971 : « Kennzeichen D » (matricule D). La lettre D comme « Deutschland », inscrite dans un ovale, servait alors encore en RFA comme en RDA à indiquer l’immatriculation allemande des véhicules. L’émission se donnait pour mission d’informer objectivement sur la réalité des deux Allemagnes et d’entretenir les liens entre les deux pays. En recherchant un symbole commun, elle renvoyait à la conception de l’Allemagne comme deux États et une nation. Cette conception, officielle en RDA depuis 1955, était en train de s’imposer à l’Ouest dans le contexte de l’Ostpolitik (avant même le traité fondamental interallemand de décembre 1972), tandis que Berlin-Est l’abandonna officiellement en 1974 pour la thèse de deux États – deux nations, inscrite dans la nouvelle constitution73. Cette année-là, l’emblème national des véhicules fut modifié et le « D » fut abandonné à l’Est au profit de « DDR ». « Kennzeichen D », particulièrement prisée par les citoyens est-allemands, devait être diffusée bien au-delà de la réunification, jusqu’en mars 200174.

En guise de conclusion : Les controverses sur le rôle de la télévision allemande lors de la Chute du Mur et de la Réunification ?

  • 75 Glaser (note 15), pp. 469 – 470.
  • 76 Lojewski (note 17), p. 243.

29Alors que la censure du parti n’avait jamais faibli quarante ans durant, le SED tenta au moment même des événements de l’été et de l’automne 1989 de libéraliser son propre système médiatique. Dès le 1er septembre 1989 fut lancée par la télévision officielle une émission à destination des jeunes « Elf99 » (correspondant au code postal de la station de télévision) cherchant à regagner l’attention de la jeune génération qui s’était tournée vers les médias ouest-allemands. Alors que les passages massifs à l’Ouest par les pays frères et la vague croissante de protestation avaient d’abord été passés totalement sous silence, la situation changea après la démission de Erich Honecker. L’émission de propagande « Der schwarze Kanal » fut arrêtée et remplacée par « Klartext », dont le nom – « en clair », renvoyant à l’expression « Klartext reden » (s’expliquer) –, indiquait emblématiquement le changement de ton. Le 5 février 1990, la Chambre du peuple de la RDA proclama la liberté d’opinion, d’information, et l’indépendance des médias et elle établit les fondements juridiques du nouveau statut de la radio et de la télévision est-allemandes. Il s’agissait désormais d’institutions de droit public, indépendantes du pouvoir politique75. Mais il ne s’agit que d’une période transitoire. Selon l’article 36 du traité d’unification du 3 octobre 1990, le « Rundfunk der DDR » et le « Fernsehen der DDR » devaient être dissous avant le 31 décembre 1991 et transformés en stations de droit public relevant des Länder76. Au cours de ces quelques mois de l’année 1991, les journalistes « est-allemands » profitèrent de cette émancipation et de cette nouvelle liberté pour développer des médias de qualité. Le journaliste ouest-allemand, social-démocrate engagé et premier directeur de la Représentation permanente de la RFA en RDA (1974 – 1981) Günter Gaus écrivit au sujet de cette brève phase médiatique :

  • 77 Cité d’après Glaser (note 15), p. 470.

« Durant ces quelques mois, il y eut le meilleur journalisme de télévision et de radio que j’aie jamais entendu, qu’il s’agisse de l’Allemagne occupée, divisée puis réunifiée. En fait, je n’ai pas nourri très longtemps l’illusion que, même partiellement, quelque chose venu de l’Est pût avoir de l’influence à l’Ouest »77.

  • 78 Barck et al. (note 39), p. 220.
  • 79 Helmut Hanke, « Kommunikation in Aufruhr – Medien im Wandel », in : Rundfunk und Fernsehen, 38 (19 (...)
  • 80 Rainer Eppelmann, Fremd im eigenen Haus. Mein Leben im anderen Deutschland, Cologne, 1993, pp. 168 (...)
  • 81 Hans Mathias Kepplinger, « Wirkungen des Fernsehens in der Bundesrepublik », in : Hans-Peter Schwa (...)
  • 82 Holzweissig (note 40), p. 57.
  • 83 Meyen (note 62), p. 270.
  • 84 Schildt (note 38), p. 71.

30Le débat se poursuit pour apprécier l’impact de la télévision ouest-allemande sur l’effondrement du régime est-allemand. De nombreux experts estiment que le rôle des médias ouest-allemands en RDA fut considérable, en offrant aux Allemands de l’Est un second paysage médiatique qui mina le discours idéologique officiel. Ces médias constituèrent un défi permanent pour les autorités de Berlin-Est, placées en situation d’infériorité et sans cesse sur la défensive78. Le terme de « Medien(generierten) Revolution »79 – révolution engendrée par les médias – a même été utilisé à maintes reprises pour caractériser les événements de l’automne 1989. Hans Mathias Kepplinger présente les médias ouest-allemands comme acteurs de cette « révolution », car ils se sont fait les porte-parole des mouvements d’opposition (ce qu’atteste notamment l’un de ses leaders, Rainer Eppelmann, dans ses souvenirs80), incitant ainsi un nombre toujours plus grand de citoyens est-allemands à rejoindre le mouvement. Kepplinger avance même la thèse que « le mouvement de protestation en RDA n’aurait guère pu être un succès sans la couverture qu’en ont assuré les chaînes ouest-allemandes »81. Gunter Holzweißig répond aux tenants de ceux qui voient dans ces événements une « Medienrevolution » que « les médias occidentaux ne purent couvrir que des événements, qui avaient été provoqués par la politique de répression et la mauvaise gestion menées des années durant par le SED »82. Michael Meyen, va encore plus loin et estime que le rôle des médias ouest-allemands a été jusqu’à présent surévalué, le fait de consommer les médias ouest-allemands ne signifiant pas nécessairement la remise en cause du régime et des valeurs est-allemandes83. La position intermédiaire est représentée par Axel Schildt qui voit dans les événements de RDA en 1989 puis dans ceux d’Europe centrale et d’Union soviétique en 1990 un tournant historique mondial indépendant d’une influence directe des médias occidentaux, mais reconnaît l’importance de l’influence des programmes de l’ARD et du ZDF sur la formation de la conscience politique des Allemands de l’Est et par conséquent son rôle indirect dans la rapidité et le caractère pacifique des formes d’action de l’automne 1989. Selon lui l’existence d’une « Fernsehnation » a considérablement accéléré le passage du slogan « Wir sind das Volk » à « Wir sind ein Volk »84. Cette thèse est partagée par l’historien d’origine est-allemande Stefan Wolle qui insiste sur le rôle de la télévision ouest-allemande en RDA dans le processus de transition et de réunification :

  • 85 Stefan Wolle, « Der Klassenfeind im Wohnzimmer. Westmedien in der DDR », in : Stiftung Haus der Ge (...)

« Sans leur présence virtuelle dans les années précédentes et sans leur aide effective pendant les mois de la Révolution pacifique, il aurait été bien plus difficile, en matière politique, de reconstituer une opinion publique après des décennies de dictature »85.

Notes

1 Visite de la Gedenkstätte Berlin-Hohenschönhausen (ancienne prison de la Stasi, Berlin), le 17 février 2009, guidée par l’ancien détenu, victime de la Stasi, Mario Röllig.

2 Konrad H. Jarausch, « Deux fois l’Allemagne – une seule histoire ? Pour l’intégration des deux histoires allemandes d’après-guerre » in : Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éd.), Allemagne 1961 – 1974. De la construction du Mur à l’Ostpolitik, Villeneuve d’Ascq, 2009, pp. 373 – 389. Voir également Heinrich Potthoff, Die ›Koalition der Vernunft‹. Deutschlandpolitik in den 80er Jahren, Munich, 1995.

3 Hans Bausch, « Rundfunkpolitik nach 1945 », in : Id. (éd.), Rundfunk in Deutschland, vol. 3, Munich, 1980, pp. 13 – 160.

4 Thomas Rölle, Der britische Einfluß auf den Aufbau des Nordwestdeutschen Rundfunks von 1945 bis 1948, Aix-la-Chapelle, 1997 ; Florian Huber, Re-education durch Rundfunk : Die Umerziehungspolitik der britischen Besatzungsmacht in Deutschland am Beispiel des NWDR 1945 – 1948, Hambourg, 2006 ; Norbert Frei, « Hörfunk und Fernsehen », in : Wolfgang Benz (éd.), Die Bundesrepublik Deutschland. Geschichte in drei Bänden, vol. 3 : Kultur, Francfort/M., 1983, pp. 319 – 357, ici p. 321.

5 Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin 1945 – 1955, Strasbourg, 1994, pp. 132 – 135 ; Sabine Friedrich, Rundfunk und Besatzungsmacht : Organisation, Programm und Hörer des Südwestfunks 1945 – 1949, Baden-Baden, 1991.

6 Isabelle Bourgeois, Radio et télévision publiques en Allemagne. Un modèle à l’épreuve de la nouvelle Europe, Paris, 1993, p. 14.

7 Albrecht Hesse, Rundfunkrecht. Die Organisation des Rundfunks in der Bundesrepublik Deutschland, Munich, 1990, p. 12.

8 Axel Schildt, « Der Beginn des Fernsehzeitalters. Ein neues Massenmedium setzt sich durch », in : Id., Arnold Sywottek (éd.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft der fünfziger Jahre, Bonn, 1993, pp. 477 – 492.

9 Axel Schildt, Moderne Zeiten. Freizeit, Massenmedien und ›Zeitgeist‹ in der Bundesrepublik der 50er Jahre, Hambourg, 1995, p. 206.

10 Friedrich-Wilhelm von Sell (éd.), Verfassungsrecht und Rundfunk : Die sieben Entscheidungen des Bundesverfassungsgerichts 1961 – 1991, Berlin, 1992 ; Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, 2006, p. 209.

11 Klaus Weinmeier, Die Geschichte des ZDF, vol. 1 : Entstehung und Entwicklung 1961 – 1966, Mayence, 1979 ; Bausch (note 3).

12 Konrad Dussel, « Vom Radio-zum Fernsehzeitalter. Medienumbrüche in sozialgeschichtlicher Perspektive », in : Axel Schildt, Detlef Siegfried, Karl Christian Lammers (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, 2000, pp. 673 – 694, ici p. 677.

13 Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenwart, Munich, 1999, pp. 604 – 605.

14 Isabelle Bourgeois, Radios et télévisions privées en Allemagne. Entre la loi et le marché, Levallois-Perret, 1995, pp. 5 – 21.

15 Hermann Glaser, Deutsche Kultur. Ein historischer Überblick von 1945 bis zur Gegenwart, Bonn, 1997, pp. 465 – 466.

16 Ulrich Pfeil, « Von der Politisierung eines technischen Wettstreits in den deutschfranzösischen Beziehungen. Die Palsecam-Kontroverse », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 37 (2005) 1, pp. 45 – 64.

17 Günther von Lojewski, « Elektronische Medien », in : Rainer Eppelmann, Horst Möller, Günter Nooke, Dorothee Wilms (éd.), Lexikon des DDR-Sozialismus. Das Staats-und Gesellschaftssystem der Deutschen Demokratischen Republik, vol. 1, Paderborn, 1997, pp. 240 – 243, ici p. 242.

18 Stefan Wolle, Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971 – 1989, Bonn, 1999, p. 47.

19 Klaus Arnold, Christoph Classen (éd.), Zwischen Pop und Propaganda. Radio in der DDR, Berlin, 2004.

20 Grundgesetz, partie I, article 5 : Chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement son opinion par la parole, par l’écrit et par l’image, et de s’informer sans entraves aux sources qui sont accessibles à tous. La liberté de la presse et la liberté d’informer par la radio, la télévision et le cinéma sont garanties. Il n’y a pas de censure ; http://www.bundestag.de/parlament/funktion/gesetze/grundgesetz/gg_01.html.

21 Bourgeois (note 6), p. 25.

22 Corine Defrance, « La reconstruction de la télévision en République fédérale d’Allemagne et la consolidation de l’identité nationale », in : Marie-Françoise Lévy, Marie Noële Sicard (éd.), Les lucarnes de l’Europe. Télévisions, cultures, identités, 1945 – 2005, pp. 125 – 138, ici pp. 130 – 132.

23 Schildt (note 8), p. 478.

24 Schildt (note 9), p. 205 ; Glaser (note 15), p. 461.

25 Ibid., p. 268 ; Dussel (note 12), p. 683.

26 Dussel (note 12), p. 679 ; Axel Schildt, Die Sozialgeschichte der Bundesrepublik Deutschland bis 1989/90, Munich, 2007, p. 48.

27 Gerhard Schäffner, « ›Das Fenster in die Welt‹. Fernsehen in den fünfziger Jahren », in : Werner Faulstich (éd.), Die Kultur der 50er Jahre, Munich, 2002, p. 91.

28 Schildt (note 13), p. 481.

29 Cité d’après Monika Elsner, Thomas Müller, Peter M. Spangenberg, « Zur Entstehung des Dispositivs Fernsehens in der Bundesrepublik Deutschland der fünfziger Jahre », in : Knut Hickethier (éd.), Geschichte des Fernsehens in der Bundesrepublik Deutschland, vol. 1, Institutionen, Technik und Programm. Rahmenaspekte der Programmgeschichte des Fernsehens, Munich, 1993, p. 43.

30 Knut Hickethier, « Die Bilder der Tagesschau. Die Mutter der deutschen Nachrichtensendungen », in : Gerhard Paul (éd.), Das Jahrhundert der Bilder, vol. 2 : 1949 bis heute, Bonn, 2008, pp. 170 – 177.

31 Hickethier (note 29), p. 159 ; Schildt (note 8), pp. 486 – 490.

32 Andreas Fickers, « Radio und Fernsehen als nationale Sozialisierungsinstanzen ? Der Rundfunk im Rahmen der westdeutschen und französischen Wiederaudbaumodernisierung der 1950er Jahre », in : Hélène Miard-Delacroix, Reiner Hudemann (éd.) Wandel und Integration. Deutsch-französische Annäherungen der fünfziger Jahre/Mutations et intégration. Les rapprochements franco-allemands dans les années cinquante, Munich, 2005, pp. 291 – 307, ici p. 307.

33 Hickethier (note 29), p. 241 ; Dussel (note 12), p. 674.

34 Fickers (note 32), p. 306.

35 Hickethier (note 29), p. 202.

36 Andreas Wirsching, « Massenkultur in der Demokratie. Zur Entwicklung von Kultur und Gesellschaft in der Bundesrepublik und in Frankreich nach 1945 », in : Miard-Delacroix, Hudemann (note 32), pp. 379 – 396, ici, p. 382.

37 Karl Christian Führer, « Medien und Öffentlichkeit », in : Axel Schildt (éd.), Deutsche Geschichte im 20. Jahrhundert. Ein Lexikon, Munich, 2005, pp. 248 – 252 ; Glaser (note 15), p. 461.

38 Dussel (note 12), p. 692 ; Wolfgang Mühl-Benninghaus, « Medienpolitische Probleme in Deutschland zwischen 1945 und 1989 », in : Heide Riedel (éd.), Mit uns zieht die neue Zeit… 40 Jahre DDR-Medien, Berlin, 1994, p. 11 ; Axel Schildt, « Zwei Staaten – eine Hörfunk- und Fernsehnation. Überlegungen zur Bedeutung der elektronischen Massenmedien in der Geschichte der Kommunikation zwischen der Bundesrepublik und der DDR », in : Arnd Bauerkämper, Martin Sabrow, Bernd Stöver (éd.), Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche Beziehungen 1945 – 1990, Bonn, 1998, pp. 58 – 71, ici pp. 59 – 60.

39 Lojewski (note 17), pp. 240 – 243 ; Simone Barck, Christoph Classen, Thomas Heimann, « The Fettered Media. Controlling Public Debate », in : Konrad H. Jarausch (éd.), Dictatorship as Experience. Towards a Socio-Cultural History of the GDR, New York, 1999, pp. 213 – 239, ici p. 215.

40 Gunter Holzweissig, Die schärfste Waffe der Partei. Eine Mediengeschichte der DDR, Cologne, 2002, p. 119.

41 Dussel (note 12) ; Holzweissig (note 40), pp. 119, 130.

42 Mary Fulbrook, Ein ganz normales Leben. Alltag und Gesellschaft in der DDR, Darmstadt, 2008, pp. 87 – 88.

43 Dussel (note 12), p. 690.

44 Holzweissig (note 40), p. 129 ; Schildt (note 38), p. 59.

45 FF dabei, Berlin Ost, Nr. 16/1974.

46 Hans Lindemann, Kurt Müller, Auswärtige Kulturpolitik der DDR, Bonn, Bad Godesberg, 1974, p. 16.

47 Dussel (note 12), p. 674.

48 Holzweissig (note 40), p. 60.

49 D’après Barck et al. (note 39), p. 221.

50 Ilko-Sascha Kowalczuk, Endspiel. Die Revolution von 1989 in der DDR, Munich, 2009, pp. 446s.

51 Renate Schlief-Ehrismann, « K wie Kalter Krieg », in : Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (éd.), Bilder, die lügen. Begleitbuch zur Ausstellung der Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, Bonn 2003 (ouvrage dirigé par Hans Walter Hütter), pp. 50 – 51.

52 Thilo Koch, « Westlicher Blick », in : Riedel (note 38), pp. 125 – 129.

53 Bernd-Rainer Barth « Schnitzler, Karl-Eduard von », in : Helmut Müller-Enbergs, Jan Wielgohs, Dieter Hoffmann (éd.), Wer war wer in der DDR ? Ein biographisches Lexikon, Bonn, 2000, p. 757 ; Tilo Prase, Judith Kretzschmar, Propagandist und Heimatfilmer. Die Dokumentarfilme des Karl-Eduard von Schnitzler, Leipzig 2003 ; Glaser (note 15), p. 487 ; Karl-Eduard von Schnitzler, Meine Schlösser oder wie ich mein Vaterland fand, Berlin, 1989.

54 Fulbrook (note 42), p. 93.

55 Gunter Holzweissig, « Massenmedien », in : Eppelmann, Möller, Nooke, Wilms (no 17), pp. 543 – 545, ici p. 545.

56 Holzweissig (note 40), p. 51 ; Karl Wilhelm Fricke, « Der Deutschlandfunk als Medium politischer Gegnerschaft » et Gunter Holzweissig, « Der Deutschlandfunk. Informationsoder Interventionssender ? », in : Ehrhart NEUBERT, Bernd Eisenfeld (éd.), Macht, Ohnmacht, Gegenmacht. Grundfragen zur politischen Gegnerschaft in der DDR, Brème, 2001, pp. 189 – 204, ici p. 190 et pp. 205 – 212, ici p. 206.

57 Petra Galle, RIAS Berlin und Berliner Rundfunk 1945 – 1949. Die Entwicklung ihrer Profile in Programm, Personal und Organisation vor dem Hintergrund des beginnenden Kalten Krieges, Münster, 2003 ; Bernd Stöver, « Radio mit kalkuliertem Risiko. Der RIAS als US-Sender für die DDR 1946 – 1961 », in : Klaus Arnold (éd.), Zwischen Pop und Propaganda. Radio in der DDR, Berlin, 2004, pp. 209 – 228 ; Herbert Kundler, RIAS Berlin. Eine Radio-Station in einer geteilten Stadt ; Programme und Menschen ; Texte, Bilder, Dokumente, Berlin, 2002.

58 Holzweissig (note 40), pp. 113 – 114.

59 Fulbrook (note 42), p. 78 ; Stefan Wolle, « Der Klassenfeind im Wohnzimmer. Westmedien in der DDR », in : Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Zeitgeschichtliches Forum Leipzig (éd.), Drüben. Deutsche Blickwechsel, Leipzig, 2006, pp. 66 – 77, ici p. 73.

60 Fulbrook (note 42), p. 88.

61 Schildt (note 38), p. 66.

62 Michael Meyen, « Alltägliche Mediennutzung in der DDR. Rezeption und Wertschätzung der Ost-und West-Medien in unterschiedlichen Kohorten », in : Annegret Schüle, Thomas Ahbe, Rainer Gries (éd.), Die DDR aus generationengeschichtlicher Perspektive. Eine Inventur, Leipzig, 2006, pp. 247 – 270, ici pp. 247, 266.

63 Lojewski (note 17), p. 241.

64 Meyen (note 62), pp. 257 – 258.

65 Peter Jochen Winters, « West-Korrespondenten im Visier des Ministeriums für Staatssicherheit der DDR », in : Peter R. Weilemann, Hanns Jürgen Küsters, Günter Buchstab (éd.), Macht und Zeitkritik. Festschrift für Hans-Peter Schwarz zum 65. Geburtstag, Paderborn, 1999, pp. 281 – 292.

66 Lothar Loewe, Abends kommt der Klassenfeind. Eindrücke zwischen Elbe und Oder, Francfort/M., Berlin, Vienne 1977.

67 Schildt (note 38), p. 69.

68 Meyen (note 62), pp. 259 – 260.

69 Ibid., pp. 254 – 263.

70 Holzweissig (note 40), p. 50.

71 Meyen (note 62), p. 258.

72 Holzweissig (note 40), p. 49.

73 Jean-Paul Cahn, « Les constitutions des deux Allemagnes », in : Id., Pfeil (note 2), pp. 123 – 147.

74 Holzweissig (note 40), p. 53 ; Kurt R. Hesse, Westmedien in der DDR. Nutzung, Image und Auswirkungen bundesrepublikanischen Hörfunks und Fernsehens, Cologne, 1988, pp. 41s.

75 Glaser (note 15), pp. 469 – 470.

76 Lojewski (note 17), p. 243.

77 Cité d’après Glaser (note 15), p. 470.

78 Barck et al. (note 39), p. 220.

79 Helmut Hanke, « Kommunikation in Aufruhr – Medien im Wandel », in : Rundfunk und Fernsehen, 38 (1990), pp. 318 – 327.

80 Rainer Eppelmann, Fremd im eigenen Haus. Mein Leben im anderen Deutschland, Cologne, 1993, pp. 168s.

81 Hans Mathias Kepplinger, « Wirkungen des Fernsehens in der Bundesrepublik », in : Hans-Peter Schwarz (éd.), Die Bundesrepublik Deutschland. Eine Bilanz nach 60 Jahren, Cologne, 2008, pp. 333 – 351, ici p. 345.

82 Holzweissig (note 40), p. 57.

83 Meyen (note 62), p. 270.

84 Schildt (note 38), p. 71.

85 Stefan Wolle, « Der Klassenfeind im Wohnzimmer. Westmedien in der DDR », in : Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Zeitgeschichtliches Forum Leipzig (éd.), Drüben. Deutsche Blickwechsel, Leipzig, 2006, pp. 66 – 77, ici p. 77.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search