Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

II. Évolution politique, sociale et économique

« Mutations des valeurs » à l’Est et à l’Ouest ? Perspectives historiques et sociologiques

Jörg Neuheiser et Andreas Rödder
Traduction de Christine Aquatias

Texte intégral

  • 1 Friedrich Christian Delius, Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde, Reinbek, 1996, citations qui (...)

1Le 4 juillet 1954, un garçon de onze ans était assis tout contre le poste de radio du presbytère protestant d’un village du nord de la Hesse, un village que caractérisaient ses habitants endimanchés, l’agriculture et le petit commerce, les charrettes tirées par des chevaux et quelques très rares automobiles. Ainsi Friedrich Christian Delius raconte-t-il « le dimanche où je devins champion du monde »1. Au grand déplaisir de son père, un père sévère de quatre enfants, le garçon écoutait, captivé, la retransmission grésillante, en direct de Berne, du moment où Helmut Rahn, par un tir « depuis l’arrière », décida de la victoire par trois à deux contre les « fils de la Puszta » venus de Hongrie.

2Le 7 juillet 1974, lorsque, grâce à la simulation de Bernd Hölzenbein, l’Allemagne et ses footballeurs aux cheveux longs et favoris surdimensionnés remportèrent pour la deuxième fois le titre de champions du monde contre l’équipe orange hollandaise qui leur était supérieure, la vie avait changé aussi dans un presbytère protestant du nord de la Hesse. Statistiquement, un garçon de onze ans vivait dans une famille de deux enfants, dont le niveau de vie s’était considérablement amélioré durant les années précédentes, qui possédait une voiture et suivait la retransmission depuis Munich sur la première des trois chaînes que captait le poste de télévision familial.

3Le 8 juillet 1990, quelques heures avant le pénalty qu’Andreas Brehme envoya au fond des buts argentins (un tir aussi justifié que décisif pour la troisième victoire en coupe du monde), un garçon de onze ans se demandait sur quel téléviseur de la maison il pourrait bien regarder le match. Bien possible que sa sœur aînée eût réservé l’un des appareils pour regarder une émission sur une nouvelle chaîne privée en compagnie de son petit ami, qui avait passé la nuit avec elle – au cas où le garçon aurait eu une sœur, car le nombre d’enfants en Allemagne était en net recul. Que la famille de ce garçon possédât deux voitures dépendait pour l’essentiel de sa situation : couple avec un enfant, famille monoparentale ou famille recomposée. Alors que dans le village du nord de la Hesse aussi, l’agriculture n’imprégnait plus guère le paysage, ses habitants exerçaient fort probablement un métier de services et disposaient de nettement plus de revenus et de temps libre que leurs parents en 1954. Du reste, qu’ils eussent assisté à l’office divin le matin, avant le jeu, était beaucoup moins vraisemblable.

  • 2 Helmuth Klages catégorise ainsi la mutation des valeurs. Cf. Wertorientierungen im Wandel. Rückblic (...)

4Cette sociologie, certes un peu libre, des victoires de l’Allemagne fédérale en coupe du monde attire l’attention sur des changements culturels, économiques et sociaux fondamentaux que connut la République fédérale, derrière lesquels transparaît une profonde mutation des opinions et de la mentalité des Allemands de l’Ouest. Faisant référence au tableau que brosse Ronald Inglehart d’une « révolution silencieuse » et à la description que fait Helmuth Klages d’une « crise fulgurante de mutation des valeurs » dans les années comprises entre 1965 et 1975, les sociologues comme les historiens de la période parlent de « mutation des valeurs ». Il s’agit là, d’une part, de la dévaluation soudaine, constatée grâce à des sondages représentatifs, des « valeurs traditionnelles du devoir et de l’acceptation », telles que la discipline et la performance, ou l’ordre et l’accomplissement du devoir. D’autre part, les gens se tournent de manière sensible vers des « valeurs de développement personnel » par lesquelles il faut entendre des valeurs participatives telles que la liberté et le libre arbitre individuel, ou l’émancipation par rapport aux autorités, qui se combinent à des valeurs de tendance hédoniste comme le plaisir, l’accomplissement personnel, l’absence de liens et le goût du changement2.

  • 3 Pour un aperçu des recherches sociologiques concernant la mutation des valeurs, voir Karl-Heinz Hil (...)

5La thèse des sociologues est la suivante : en raison du développement massif des systèmes de protection sociale et de l’émergence de sociétés d’abondance avec leurs possibilités de consommation inimaginables seulement quelques années auparavant, les « conceptions du souhaitable » changèrent en Allemagne de l’Ouest comme partout dans le monde occidental autour de 1970, selon la définition souvent citée, que donne Clyde Kluckhohn de la valeur. En même temps que ces conceptions, les principes qui, pour la bonne entente sociale, donnent leur orientation fondamentale aux méthodes d’action, moyens et objectifs, et servent de légitimation génératrice de sens aux normes du droit et aux lois, changèrent3.

  • 4 Cf. Ronald Inglehart, Modernisierung und Postmodernisierung. Kultureller, wirtschaftlicher und poli (...)
  • 5 Cf. Ronald Inglehart, The Silent Revolution. Changing values and political styles among western pub (...)

6Mais comment les valeurs évoluèrent-elles dans cet État allemand dont l’équipe nationale, lors de sa seule participation à la coupe du monde en 1974, humilia tout d’abord les footballeurs ouest-allemands durant le match de qualification (par une victoire un à zéro sur un but de Jürgen Sparwasser), mais les aida indirectement à atteindre la finale en leur permettant de jouer contre des adversaires nettement plus faibles ? Les recherches des sciences sociales sur les valeurs restreignent presque obligatoirement leur champ à la mutation des valeurs en Allemagne de l’Ouest, ne serait-ce qu’en raison de l’absence d’enquêtes démoscopiques sur les opinions et les valeurs en RDA avant 1989. Or, on peut faire quelques parallèles entre les évolutions sociales à l’Est et à l’Ouest de l’Allemagne qui ne rendent pas improbable une mutation comparable des valeurs à l’Est de l’Allemagne aussi. Inglehart, par exemple, tient pour facteur déterminant dans la mutation des valeurs les conflits entre une génération plus jeune, qui avait grandi après la Seconde Guerre mondiale dans des sociétés d’abondance sans misère sociale, et celle des parents dont les valeurs étaient encore tout empreintes de l’effort pour atteindre une certaine sécurité sociale et assouvir les besoins les plus élémentaires pour survivre4. Il suppose que l’Allemagne connut une forte dose de mutation des valeurs, car les différences entre les générations d’avant et d’après-guerre ne se réduisent pas seulement ici à des termes économiques et sociaux – le changement d’un « passé brun » en une démocratie tout d’abord imposée fut la cause de ruptures particulières entre les générations et conduisit ainsi à un conflit de générations typiquement allemand après 19455.

7Mais cette complication tout allemande de la fracture entre la génération d’avant-guerre, marquée par le national-socialisme, et celle des enfants d’après-guerre, n’était pas un phénomène ouest-allemand, même si une exposition ouverte des conflits sous la forme de manifestations étudiantes n’était pas possible dans le cadre du « socialisme réel ». Les conditions socioéconomiques fondamentales, qu’on met en lien dans l’analyse sociologique avec la mutation occidentale des valeurs, changèrent également en RDA, sous des auspices de politique nationale complètement différents et dans une moindre mesure. L’extension des systèmes de protection sociale d’État et l’augmentation des possibilités de consommation sont avérées au même titre que l’importance croissante des services face à la production industrielle classique, l’élargissement des possibilités de formation, les évolutions fondamentales dans les relations entre les sexes et l’essor de l’accès à la radio et à la télévision.

8Ceci étant, la présente contribution s’interroge sur une mutation des valeurs à envisager dans l’ensemble de l’Allemagne et, après une description des résultats auxquels les sciences sociales sont arrivées dans le domaine de la mutation des valeurs en République fédérale (I), elle esquisse celle d’évolutions comparables en RDA (II). En outre, on envisagera la possibilité d’une analyse purement historique des processus de mutation des valeurs en Allemagne, dépassant la recherche sociologique et s’interrogeant tout particulièrement sur les limites auxquelles elle peut être confrontée dans le cadre d’enquêtes sur les valeurs en cours dans un monde immédiatement contemporain (III). Même si de telles réflexions dressent plutôt la liste de tâches futures de la recherche qu’elles ne présentent de résultats consolidés, elles permettent de faire quelques remarques sur l’importance des transformations qu’ont connues les valeurs en Allemagne de l’Est et de l’Ouest, dans une perspective prenant en compte l’ensemble de l’Allemagne et une période temporelle assez longue.

Liberté et développement personnels au lieu de devoir et acceptation : la « mutation des valeurs » en République fédérale depuis les années 1960

  • 6 Cf. Elisabeth Noelle-Neumann, Thomas Petersen, « Zeitenwende : Der Wertewandel 30 Jahre später », i (...)
  • 7 Ibid. ainsi que Helmuth Klages, « Werte und Wertewandel », in : Bernhard Schäfers, Wolfgang Zapf(...)

9Au-delà de sa description générale comme passage « des valeurs du devoir et de l’acceptation » aux « valeurs de la liberté et du développement personnel » faisant suite à la mutation structurelle de la société, la mutation des valeurs est particulièrement visible en République fédérale dans le changement fondamental des formes de la sphère privée. Ainsi, ce furent précisément les changements abrupts des positions sur la famille et l’éducation qui attirèrent l’attention des sociologues sur la mutation des valeurs au début des années 1970. En un rien de temps, les opinions concernant le mariage avaient changé du tout au tout : tandis qu’en 1967 encore, une grande majorité des jeunes femmes interrogées tenaient la vie commune avec un homme sans certificat de mariage pour immorale et mauvaise, 76 % d’entre elles la considéraient comme tout à fait acceptable dès le milieu des années 19706. En même temps certains objectifs traditionnels de l’éducation tels que l’assiduité au travail, l’adaptation à la société et l’amour de l’ordre étaient devenus impopulaires, et une relation distanciée à la vie professionnelle, qui correspondait à un recul de la disposition à s’investir, avait pris la place d’une éthique du travail forte. En 1970, de plus en plus d’Allemands de l’Ouest disaient rechercher le sens et l’accomplissement de leur vie non plus dans le travail productif, mais dans leur temps libre7.

  • 8 Pour plus de détails, voir Andreas Rödder, Wertewandel und Postmoderne. Gesellschaft und Kultur der (...)
  • 9 Cf. Oliver König, « Sexualität », in : Schäfers, Zapf (note 7), pp. 573 – 583 ; Ulrich Clement, Sex (...)
  • 10 Cf. Thomas Meyer, « Familienformen im Wandel », in : Rainer Geissler, Die Sozialstruktur Deutschlan (...)
  • 11 Cf. Michel Hubert, Deutschland im Wandel. Geschichte der deutschen Bevölkerung seit 1815, Stuttgart (...)

10À ces nouvelles valeurs correspondaient des changements dans les formes de vie et la pratique sociale, sans qu’on puisse dégager des rapports d’antériorité ou de causalité dans ce vaste réseau de mutations socioculturelles. Les analyses faites par les sciences sociales de l’évolution des valeurs et les descriptions que font les sociologues de la société font apparaître un dénominateur commun tout à fait plausible : le lien entre l’individualisation, la pluralité radicale et la perte du caractère normatif des valeurs8. Un regard sur les formes prises par la famille rend ce lien plus clair. À partir du noyau familial que représentait un couple marié avec des enfants (qui dans les années 1950 représentait tout autant la norme sociale que le cas général attesté par les statistiques) se constituèrent autour des années 1970, en l’espace de quelques années, rien moins que quatre modèles répandus, et considérés comme pleinement légitimes, de couples : des couples mariés ou non, avec des enfants ou non. Mais la conception changeante de la famille englobait aussi l’adulte élevant seul ses enfants ainsi que, à partir des années 1980s, essentiellement en raison d’une morale sexuelle plus permissive désappariant finalement la sexualité et le mariage9, des couples de plus en plus ouvertement homosexuels. Vivre seul dans le long terme, avec des liaisons changeantes, devint une forme de vie allant de soi10. Presque tous ces modèles familiaux étaient, en tant que phénomènes de masse dans la société, tout aussi nouveaux que le refus d’avoir des enfants qui, après 1970, devint le facteur déterminant dans le net recul du taux de naissance et l’évolution démographique de la République fédérale11.

11L’individualisation, au sens d’écart des profils de vie classiques, et la pluralité, entendue comme cohabitation à droits équivalents entre des formes d’organisation de la vie auparavant soit clairement saluées par la morale soit montrées du doigt, influencèrent aussi d’autres changements dans les formes que prit vie privée. La fin de la pérennité du mariage et la perte d’importance de la « famille bourgeoise normale » (des parents mariés avec des enfants à eux) allèrent de pair avec la désaffection du modèle de vie classique (père soutien de famille – mère au foyer) et avec un glissement fondamental dans les représentations idéales du rapport entre les sexes.

  • 12 Cf. Trutz von Trotha, « Zum Wandel der Familie », in : Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozial (...)
  • 13 Dans une perspective historique, voir Ute Frevert, Frauen-Geschichte. Zwischen bürgerlicher Verbess (...)
  • 14 Cf. Lothar Gall, « Vom Stand zur Klasse ? Zu Entstehung und Struktur der modernen Gesellschaft », i (...)

12L’« éloignement de la femme de la famille »12 s’accomplit sur fond de revendications en faveur de l’égalité des droits, plus exactement de l’émancipation de la femme au sens de dépassement d’un statut social défavorisé. Amené sur la scène politique dans les années 1970 tout d’abord par le « nouveau mouvement féministe », il fut renforcé en efficacité et en longévité par un glissement structurel, souvent invisible, de la culture politique qui se traduisit notamment dans la législation et l’institutionnalisation sociopolitique de la « question de la femme »13. Les chances grandissantes des femmes et des jeunes filles d’accéder à l’éducation et leur formation plus poussée, c’est-à-dire l’acquisition de diplômes dans le cadre de la réforme de l’éducation, furent le catalyseur le plus efficace de cette évolution et le potentiel central de l’émancipation. Que de plus en plus de femmes eussent une activité professionnelle fut un élément de cristallisation, même s’il faut ajouter que subsistèrent dans le domaine du travail des différences structurelles de même que des discriminations envers les femmes. Mais que l’exercice d’une activité professionnelle se substituât au travail sans rémunération dans le cadre familial en tant que modèle et indicateur de l’émancipation féminine confortait la tendance générale d’une société moderne performante à lier le statut social à la situation professionnelle14. Par cette tendance s’exprimait de plus cette transformation des valeurs qui était déjà apparu dans le domaine de la famille et dans la mutation des idéaux éducatifs.

  • 15 Cf. Statistisches Jahrbuch 1990 für die Bundesrepublik Deutschland, édité par le Statistisches Bund (...)
  • 16 Cf. Thomas Ellwein, « Die deutsche Gesellschaft und ihr Bildungswesen. Interessenartikulation und B (...)
  • 17 Cf. Wolfgang Jäger, « Die Innenpolitik der sozial-liberalen Koalition, 1969 – 1974 », in : Karl Die (...)
  • 18 Écoles de l’enseignement secondaire inférieur dispensant des programmes d’enseignement différents m (...)

13Cependant, l’expansion de l’éducation depuis les années 1960, dont il vient d’être question, ne se limitait pas aux femmes et aux jeunes filles. Entre 1970 et 1990, le pourcentage des élèves de treize ans se destinant au baccalauréat passa de 20 à 31 %. Si en 1970 encore, 11,4 % d’une classe d’âge quittaient l’école avec un diplôme permettant d’accéder à l’université ou à l’enseignement supérieur professionnel, en 1990, ils étaient 33 %, soit presque trois fois plus. Durant cette même période, le nombre des étudiants dans les universités, les instituts polytechniques, les instituts des beaux-arts et les instituts technologiques passa de 422 000 à 1 585 00015. Ce faisant, le consensus régnant dans les années 1960 sur l’« élévation du niveau général de formation » telle qu’en avait décidé la Conférence des ministres de l’Éducation en 196416, se transforma après 1969 en un « combat pour la culture mené par moment avec fanatisme »17. Car des objectifs de politique et de planification sociales visant à une émancipation égalitaire – tels qu’ils se manifestaient tout particulièrement en Hesse dans les « directives générales » pour les matières allemand et éducation civique, adoptées en 1972 et fort conflictuelles, ou bien dans le projet des Gesamtschulen18 – s’ajoutèrent alors clairement à l’élargissement du système éducatif, envisagé à l’origine sur un plan technique et quantitatif.

  • 19 Cf. Rainer Geissler, Die Sozialstruktur Deutschlands. Die gesellschaftliche Entwicklung vor und nac (...)
  • 20 Cf. Heinz-Herbert Noll, « Educational Attainment », in : Wolfgang Glatzer et al. (éd.), Recent Soci (...)

14Cependant, les conséquences sociales à long terme furent plus importantes que ces controverses. Ainsi, l’accès plus large à l’éducation et l’acquisition grandissante de diplômes conduisirent à une « qualification plus élevée de la population ». Parallèlement, l’extension des classes sociales aux niveaux d’éducation supérieur et moyen (les niveaux inférieurs d’éducation rétrécissant et les classes moyennes, essentiellement celles employées dans les services, s’élargissant) contribua à une réévaluation sociale vers le haut dans les structures professionnelle et salariale19. Cette mobilité sociale accrue permit une diminution des inégalités sociales (essentiellement entre les sexes, les régions et les confessions) qui profita en premier lieu aux classes moyennes employées dans les services. Les classes inférieures profitèrent certes des diplômes de niveau moyen, mais très peu en revanche des diplômes les plus élevés, de sorte que des inégalités liées typiquement à la classe furent en même temps perpétuées20. Mais de plus, l’éducation croissante encouragea particulièrement les tendances à l’individualisation et à la pluralité des valeurs, des formes de vie privée et des styles de vie.

  • 21 Cf. Stefan Hradil, Soziale Ungleichheit in der Bundesrepublik Deutschland, Opladen, 82001, p. 489.

15Les « styles de vie » devinrent une catégorie de plus en plus importante de l’analyse sociologique car la mutation économique, en premier lieu par la disparition des tâches manuelles simples standardisées et la demande croissante en services spécialisés, eut des conséquences durables sur la structure sociale. La « société industrielle tertiarisée » était caractérisée avant tout par un élargissement considérable des classes moyennes employées dans les services. La société de l’Allemagne fédérale des années 1970 et quatre-vingts fut définie dès lors comme « société d’abondance multidimensionnellement différenciée, à la classe moyenne dominante [sic] et aux groupes marginaux spécifiques », issue d’une société stratifiée21.

  • 22 Cf. Stefan Hradil, Sozialstrukturanalyse in einer fortgeschrittenen Gesellschaft. Von Klassen und S (...)
  • 23 Cf. Horst Nowak, Ulrich Becker, « Es kommt der ›neue‹ Konsument », in : Form. Zeitschrift für Gesta (...)

16En même temps, cette définition laisse entrevoir la relativisation, si ce n’est le rejet, par la sociologie des années 1980s, des modèles classiques de stratification sociale. Étant donné le haut niveau de vie des masses et la stabilité générale, de même que la disparition apparente de classes, plus exactement de frontières entre les classes clairement reconnaissables, déterminées par la situation professionnelle et le niveau de qualification, l’équipement en biens matériels et l’influence sociale, il fallut discuter d’autres critères de distinction sociale. L’« analyse de la structure sociale dans une société avancée » se déplaça « des classes et catégories vers les situations et les milieux », selon le titre prometteur choisi par Stefan Hradil22. Et cette première proposition de « milieux sociaux d’un nouveau genre », lancée notamment pour les enquêtes de marché d’une société de consommation prospère et médiatisée, visait des unités « subculturelles » à l’intérieur de la société, se différenciant par l’orientation de leurs valeurs, leur conception de la vie et leurs styles de vie23.

17Selon les sondeurs d’opinion, le processus de mutation des valeurs est à la base de toutes ces évolutions et se manifeste en même temps par elles. En tant que distorsion générale du système de principes directeurs de la société, il influença le spectre entier des mutations socioculturelles dans la République fédérale des années 1970 et quatre-vingts. La société ouest-allemande de ces décennies peut donc aussi être qualifiée de « société aux valeurs mutantes », dans laquelle tous les processus d’individualisation et de renforcement de la valeur attribuée au libre-arbitre et à la codécision (au lieu de l’acceptation sans réserve de normes extérieures) mènent à un abandon fondamental du caractère normatif, dans la mesure où la pluralité nouvelle des systèmes de valeurs ne s’est pas vraiment accompagnée de la mise en place de nouveaux schémas généraux d’orientation à la fiabilité comparable. Aux yeux des sociologues spécialistes des valeurs, les Allemands de l’Ouest aspiraient à plus de liberté et ils se préoccupèrent de moins en moins après 1970 de ces types de valeurs traditionnelles qui avaient marqué leurs ancêtres pendant des siècles.

La postmodernité de l’autre côté du Mur ? Processus de mutation des valeurs dans la RDA d’après 1960

  • 24 Voir à ce sujet Thomas Gensicke, Mentalitätsentwicklungen im Osten Deutschlands seit den 70er Jahre (...)

18Y eut-il en RDA, après 1960, une « crise de mutation des valeurs » comme à l’Ouest ? Cette question se posa aux spécialistes des valeurs ouest-allemands lorsqu’ils eurent pour la première fois en 1989, en plein milieu de la Révolution pacifique, l’occasion de mener des sondages de type occidental parmi les Allemands de l’Est. En RDA, il n’y avait pas eu d’enquêtes démoscopiques comparables. Avant 1989, l’État socialiste ne se préoccupait que très faiblement de manière scientifique des valeurs auxquelles tenaient réellement ses citoyens. Une discussion ouverte sur des valeurs en mutation ou des changements d’opinion d’une génération à l’autre était impossible sous le régime de la SED. Certes, il y avait quelques tentatives d’enquêtes d’opinion sociologiques à l’Institut central de recherches sur la jeunesse, basé à Leipzig, à l’Académie des sciences sociales et dans l’une ou l’autre étude faite par d’autres institutions. Cependant, les données relevées furent strictement confidentielles jusqu’au déclin de la RDA24.

  • 25 Cf. Kai Arzheimer, Markus Klein, « Gesellschaftspolitische Wertorientierungen und Staatszielvorstel (...)
  • 26 Ibidem en ce qui concerne les différentes interprétations de la mutation est-allemande des valeurs.

19Dès 1989, les sociologues ouest-allemands s’empressèrent donc, avec la curiosité qu’on imagine, de collecter de premières données sur les opinions et les valeurs des Allemands de l’Est. Les sondages effectués aux premiers jours de l’unification surprirent alors par des résultats qui montraient de grandes ressemblances avec les relevés faits à l’Ouest dans les années 1950. Malgré (ou justement à cause de ?) l’idéologie de l’État socialiste, la population est-allemande semblait avoir conservé des valeurs traditionnelles et se montrait, en comparaison avec les Allemands de l’Ouest, nettement plus autoritaire, plus traditionnelle, plus attachée au principe de performance et donc aux valeurs du devoir et de l’acceptation25. Toutefois, les opinions récoltées dans les sondages de 1989 et 1990 changèrent si vite que les premiers résultats concernant les valeurs est-allemandes semblent a posteriori peu exploitables. Depuis le début des années 1980-dix, un profil spécifiquement est-allemand a émergé, permettant d’émettre deux hypothèses principales au sujet de la mutation des valeurs en RDA avant 1989. D’une part, on peut supposer qu’il y a au fond en RDA la même forme de mutation des valeurs « du devoir et de l'acceptation » en valeurs du « développement personnel », telle que la décrit Helmut Klages pour la République fédérale, mais que celle-ci s’accomplit plus lentement qu’à l’Ouest. D’autre part, il semble évident de partir du principe d’une mutation des valeurs spécifiquement est-allemande, ayant eu lieu dans un cadre socialiste et ayant conduit, grâce à une socialisation particulière à la RDA, à des différences sensibles à longue échéance entre les valeurs des Allemands de l’Est et de l'Ouest26.

  • 27 Cf. Walter Friedrich, « Einige Reflexionen über geistig-kulturelle Prozesse in der DDR », Expertise (...)

20Que les valeurs auxquelles tenaient les gens en RDA eussent changé dans les années 1970 et quatre-vingts n’avait pas échappé aux sociologues est-allemands, même s’ils ne disposaient pas, avant 1989, des méthodes d’investigation de leurs collègues de l’Ouest. En 1988, Walter Friedrich, le directeur de l’Institut central de recherches sur la jeunesse (Leipzig), résumait ainsi, dans un rapport strictement confidentiel à Egon Krenz, les résultats d’une observation scientifique de plusieurs années par l’expression de « changement de mentalité », un changement qui se manifestait depuis les années 1970 chez les jeunes comme chez les adultes en RDA27. Il désignait par là une aspiration croissante à l’indépendance qui s’exprimait d’une part dans une revendication en faveur de la codécision au sein de la société, d’autre part, dans des comportements anti-autoritaires envers toutes les instances de l’État et de la société et jusque dans des émeutes de jeunes. De plus, il signalait aussi une aspiration individuelle à la joie de vivre et à la jouissance dans la sphère privée, qui allait de pair avec un fort taux de divorce, des conceptions féministes et une motivation décroissante pour l’engagement dans des objectifs de société. C’étaient dans l’ensemble, « des modifications profondes des structures de la personnalité » que Friedrich décrivait comme des « transformations de la conscience de soi de l’individu, tendant à une exploration plus poussée de l’identité propre, un libre-arbitre plus fort et l’épanouissement de soi », des transformations qui peuvent se comparer facilement à la mutation ouest-allemande des valeurs du devoir et de l’acceptation en valeurs de liberté et de développement personnel.

  • 28 Ibid., pp. 47ss. Voir aussi l’exposition faite par Friedrich des raisons expliquant la perte de vit (...)
  • 29 Ibid., p. 48.

21Dans la recherche des causes également, Friedrich en arriva aux mêmes conclusions que les ses collègues ouest-allemands. Il voyait dans des processus mondiaux comme la révolution scientifique et technique dans le domaine de la production industrielle, l’importance croissante de la bureaucratie et des services mais aussi la perception des destructions infligées à l’environnement et celle d’une menace nucléaire atteignant des proportions absurdes, les conditions encadrant le changement de mentalité en RDA depuis les années 197028. Certes, au-delà, il voyait des facteurs spécifiques à la RDA. Au nombre de ceux-ci, il fallait compter les contradictions évidentes entre d’une part, l’aptitude des élèves et des citoyens à la critique, officiellement affichée comme un objectif recherché par l’éducation, et d’autre part l’obligation de fait, dans le quotidien socialiste, d’un conformisme total. Il fallait compter également l’écart entre l’image donnée par l’État du socialisme réel et les conditions réelles d’approvisionnement en biens de consommation privés ou les difficultés de l’économie est-allemande que nul ne pouvait ignorer. De plus, le rôle des médias ouest-allemands semblait d’une importance considérable, sans que Friedrich supputât là une infiltration consciente de « l’ennemi de classe » – c’était plutôt que le flot d’information « tout à fait normal » traversant la frontière conduisait à l’adoption de la mode et des valeurs occidentales29.

  • 30 Voir loi de la RDA sur la jeunesse du 28 janvier 1974, § 1 point 2, cité d’après Yvonne Hammes, Wer (...)
  • 31 Concernant le rôle de la télévision occidentale en RDA en général, voir Hanno Huch-muth, « Feindbil (...)

22La particularité de la mutation est-allemande des valeurs se fait justement sentir dans les facteurs reconnus par Friedrich comme « spécifiques à la RDA ». À l’inverse de l’Ouest, en RDA, la mutation des valeurs dut s’accomplir dans le champ conflictuel qui existait entre les valeurs officielles affichées par l’État et les écarts individuels que se permettaient les citoyens, sans qu’une communication libre sur les positions effectivement répandues fût possible. Des catalogues complets de vertus (qui faisaient penser, au-delà des étiquettes socialistes, aux vertus traditionnelles prussiennes) étaient prescrits par la loi. Ainsi, la loi sur la jeunesse établit-elle en 1974 « la suprématie de valeurs morales et culturelles » en lien avec des qualités telles que « le sens de la responsabilité envers soi et les autres, la conscience collective et l’entraide, l’opiniâtreté et la détermination, l’honnêteté et la modestie, le courage et la fermeté, la persévérance et la discipline, le respect des anciens, de leurs réalisations et de leurs mérites, ainsi qu’un comportement responsable envers l’autre sexe »30. Au vu de telles prescriptions législatives, les radios ouest-allemandes d’abord, puis la télévision occidentale tout particulièrement finirent par devenir un ersatz de scène publique est-allemande où les Allemands de l’Est pouvaient, au moins de manière passive, suivre les discussions controversées autour des valeurs déviantes. Elles étaient en lien étroit avec le changement des conditions de vie dans les domaines du travail, de la famille et du temps libre et pouvaient tout à fait se transposer à la vie réelle en Allemagne de l’Est31.

  • 32 Cf. Martin Kohli, « Die DDR als Arbeitsgesellschaft ? Arbeit, Lebenslauf und soziale Differenzierun (...)

23Car comme à l’Ouest, depuis les années 1960, les formes de vie privée et l’importance accordée au travail dans la vie quotidienne changeaient en RDA aussi. Face à un temps de travail hebdomadaire en baisse, la proportion de temps libre croissait, même si grâce à la « politique sociale de l’entreprise », l’imbrication entre le lieu de travail et les prestations sociales, les possibilités de loisirs et de pratique du sport – phénomène typique à la RDA – rendait plus difficile une distanciation de l’individu envers son environnement professionnel32.

  • 33 Cf. Siegfried Baske, « Das Hochschulwesen », in : Christoph Führ, Karl-Ludwig Furck (éd.), Handbuch (...)
  • 34 Voir les contributions s’y rapportant dans Budde (note 13) ; Arnd Bauerkämper, Die Sozialgeschichte (...)
  • 35 Ibid., pp. 10, 20 ; Rose-Elisabeth Herden, Rainer Manz, « Bevölkerung », in : Schäfers, Zapf (note (...)
  • 36 Cf. Dietrich Mühlberg, « Sexuelle Orientierungen und Verhaltensweisen in der DDR », in : Sozialwiss (...)

24Comme en République fédérale, on constatait en RDA autour de 1970 une expansion flagrante de l’éducation, bien que cette évolution y eût commencé plus tôt, mais stagnât à nouveau, dès le milieu des années 1970, si l’on considère le nombre des étudiants par exemple. Mais dans l’ensemble, en Allemagne de l’Est, une partie plutôt plus importante de la population qu’à l’Ouest avait profité de l’essor de l’éducation, en raison des vagues de qualification lancées dès la fin de la guerre à destination des ouvriers et des classes paysannes33. En RDA aussi, ce furent les femmes qui en tirèrent un avantage particulier, même si leur travail y avait été fortement soutenu dès les années 1950 et y était considéré beaucoup plus qu’à l’Ouest – notamment en raison du manque notoire de main d’œuvre (n’empêchant pas le maintien de la discrimination) dans l’économie planifiée socialiste – comme allant de soi34. Le taux d’activité des femmes, à haut niveau constant, avait des effets comparables sur les représentations des relations entre les sexes et de la famille. Certes, également en raison des temps de formation plus courts et de l’incitation de l’État au mariage, on se mariait plus jeune et fondait tôt une famille plus souvent qu’en République fédérale. Mais dans l’ensemble, en Allemagne de l’Est aussi, des taux de naissance en baisse et des chiffres du divorce en hausse prouvaient l’ouverture du modèle familial classique35. La diffusion large de la pilule contraceptive et une tolérance (parfois suspecte aux yeux des bureaucrates socialistes) des Allemands de l’Est envers la nudité et la sexualité montrent que la permissivité grandissante dans le domaine de la morale sexuelle n’était pas une évolution spécifiquement occidentale36.

  • 37 Cf. Thomas Ahbe, « Zehn Jahre danach. Neue Befunde der empirischen Sozialwissenschaft zu unterschie (...)

25De tels parallèles dans la mutation socioculturelle montrent de manière plutôt exemplaire pourquoi les processus de mutation des valeurs s’orientèrent à l’Est et à l’Ouest de manière semblable et pourquoi les débats de l’Ouest sur les valeurs pouvaient avoir une influence à l’Est. En revanche, des aspects spécifiquement est-allemands de la mutation des valeurs viennent notamment du fait que les préceptes officiels de l’État ne restèrent pas sans conséquences. L’exemple de la politique socialiste de sécularisation et l’éloignement de la société est-allemande par rapport à la religion (beaucoup plus rapide qu’à l’Ouest, même si la tendance de fond était la même) montrent à eux seuls que, malgré les chiffres constamment élevés de fuite de la population et la nécessité évidente pour le régime de la surveiller, on ne peut pas conclure à un rejet en bloc des prescriptions officielles du parti par les Allemands de l’Est. Parce que les prescriptions morales socialistes se référaient souvent à des valeurs idéales traditionnelles, comme le montre la loi sur la jeunesse, il n’est pas surprenant que les quelques enquêtes est-allemandes faites sur les opinions et les valeurs chez les jeunes aient constaté, pour les années 1960 et soixante-dix en tout cas, une adhésion aux larges mesures de propagande concernant la motivation professionnelle ou les « vertus secondaires », comme l’insertion dans des groupes, la discipline et la persévérance, bien plus mises en avant dans le système éducatif de la RDA37.

  • 38 Ibid. ainsi que Barbara Bertram, « Forschungen zu Jugend und Arbeit », in : Friedrich et al. (note (...)

26Lorsque les performances économiques de l’État est-allemand décrurent, que le retard technologique par rapport à l’Ouest devint évident et que le décalage entre le niveau de consommation à l’Est et à l’Ouest de l’Allemagne s’amplifia dramatiquement, le processus de mutation des valeurs s’accéléra à l’Est. À partir des années 1970, le besoin d’« aventures », de « mode » et de « luxe » crut nettement ; les jeunes gens de RDA exprimaient de plus en plus le souhait de « changements », de « sociabilité » et de « voyages » et réclamaient des « postes de travail intéressants » et « des espaces professionnels de liberté ». La distance envers les organisations d’État et la réticence envers l’engagement social s’accrurent. Dans les années 1980 tout particulièrement, les jeunes et les jeunes adultes se replièrent sur leurs espaces de vie privée et l’importance du temps libre face au temps de travail grandit38. Les changements d’opinion mesurés chez les jeunes de RDA font donc figure d’un glissement, décalé dans le temps de 10 à 15 ans en comparaison avec l’Ouest, des « valeurs du devoir et de l’acceptation » vers « des valeurs de développement personnel ». Celles-ci conduisaient finalement à des dispositions semblables, l’objectif de « profiter de la vie », une orientation plus sensible du comportement en fonction de valeurs hédonistes sur le plan de la consommation et elles rendaient de l’importance à des objectifs participatifs tels que la liberté ou la codécision.

  • 39 Institut für Sozialdatenanalyse, « Sozialstruktur und Lebensqualität in beiden deutschen Staaten im (...)

27Ces changements peuvent aussi se décrire à l’aide du trio individualisation, pluralité, et abandon du caractère normatif des valeurs. Qu’il fût diamétralement opposé aux prescriptions rigides du parti d’État conduisit aux écarts propres à la société est-allemande qui, à la veille de la révolution allemande, se trouvait « dans l’ensemble entre deux modernités », selon la formulation de l’Institut est-allemand d’analyse des données sociales39. Sur le fond cependant, et déjà avant 1989, les Allemands de l’Ouest et de l’Est semblent avoir vécu des évolutions globalement parallèles de la mutation des valeurs, même si ce fut à des degrés différents.

Une « double révolution silencieuse » en Allemagne ? Les résultats de la recherche sociologique sur la mutation des valeurs envisagés dans une perspective historique

  • 40 Cf. particulièrement Kai Arzheimer, Kai und Markus Klein, « Gesellschaftspolitische Wertorientierun (...)

28En même temps, la constatation d’une mutation des valeurs semblable sur le fond pose d’une manière nouvelle la question des causes profondes des deux processus d’évolution. Car le modèle sociologique qui sert à expliquer la mutation des valeurs (décrit plus haut) ne se transfère pas si simplement de la République fédérale à la RDA. Ronald Inglehart et d’autres sociologues des valeurs voient dans l’expérience qui marqua la génération d’après-guerre (celle de grandir dans un État d’abondance saturé de consommation) la condition nécessaire à la « révolution silencieuse » dans les pays industriels occidentaux. Or, ce sont justement, en RDA, le manque de possibilités de consommation et l’écart croissant entre les idéaux propagés et la pratique du socialisme réel au quotidien qui semblent avoir conduit à une remise en question massive des visions officielles et avoir ainsi contribué en grande partie à l’émergence d’un type non étatique de valeurs40.

29Même si l’on concède que la génération est-allemande d’après-guerre, comme celle de l’Ouest, vécut d’abord elle aussi l’essor de l’État-providence et la victoire sur les menaces pour l’existence que constituaient le chômage, les restrictions alimentaires ou le manque de logements, on n’explique pas de cette manière pourquoi la mutation des valeurs démarra en RDA avec un léger décalage par rapport à la République fédérale et prit ensuite une direction semblable malgré un cadre économique différent. Au-delà de la simple opération qui consiste à établir une équivalence entre mutation économique structurelle et transformation des valeurs, il faut donc expliquer plus précisément pourquoi depuis le milieu des années 1960, les valeurs ont changé à l’Est et à l’Ouest de l’Allemagne et quelle relation établir entre les mutations sociales structurelles et les modifications d’opinions de la population.

  • 41 Voir à ce propos la critique venant des sociologues chez Georg W. Oesterdiekhoff, « Epilog. Theorie (...)
  • 42 Cf. Helmut Thome, « Wertewandel in Europa aus der Sicht der empirischen Sozialforschung », in : Han (...)

30Compte tenu de ceci, les résultats de l’enquête sociologique se transforment en source qu’il faut classer précisément et analyser plus avant. Trois aspects méritent alors une considération particulière. Premièrement la question se pose de savoir ce qu’autour des années 1970 les enquêtes de démoscopie sur les valeurs peuvent mesurer exactement. Il va de soi que la recherche par sondages se heurte nécessairement à ses limites lorsqu’elle cherche des explications à des changements sociaux sur le long terme qui remontent au-delà de l’espace temporel que recouvrent les sondages, celui du dernier tiers du vingtième siècle. Mais de plus, il lui manque aussi une dimension qualitative qui prenne en compte, en dehors du contexte d’un questionnaire abstrait, les comportements dans des situations concrètes et puisse ainsi amener à une définition plus précise des causes et du déroulement des processus de mutation des valeurs41. Des questions qui testent par exemple l’accord ou le désaccord avec certains jugements de valeur ou demandent d’établir des listes individuelles de préférences parmi les valeurs ne recensent pas au premier abord les valeurs sur le long terme : elles recensent au contraire les actualisations de certaines valeurs dans des situations historiques données dans lesquelles des principes directeurs fondamentaux, ancrés au plus profond des consciences, peuvent être moins présents sur le moment que d’autres violemment remis en cause dans l’actualité du jour. Mais de telles interactions entre le discours sur les valeurs et la portée effective des valeurs ne peuvent être recensées par les sondages eux-mêmes42.

  • 43 Lutz Raphael, Anselm Doering-Manteuffel, Perspektiven auf die deutsche Zeitgeschichte seit 1970, Gö (...)
  • 44 On évoquera non seulement le rôle des enquêtes Shell sur la jeunesse mais aussi toute une série d’a (...)

31Il est donc, deuxièmement, d’autant plus important d’envisager les résultats de la recherche sociologique dans leur contexte historique concret43. Ainsi, dès le début, la recherche sociologique sur les valeurs et les débats sur les valeurs interagissaient étroitement dans la vie publique ouest-allemande par exemple. Les résultats des enquêtes démoscopiques sur la mutation des valeurs reflétaient aux alentours de 1970 un vaste besoin d’obtenir des réponses aux questions concernant des changements évidents dans les points de vue. Parallèlement, de leur côté, les résultats et leur réception influençaient les débats sur les valeurs au-delà de la sphère scientifique et contribuaient à former l’opinion. Ce faisant, ils transformaient les processus de mutation eux-mêmes et suscitaient en même temps de nouvelles questions sur certains aspects de la mutation auxquelles il fallait répondre par d’autres enquêtes. De plus, les acteurs des débats sociaux intervenaient assez directement dans la recherche. Ainsi des entreprises, plus exactement des associations patronales, de même que des syndicats, commandèrent des études sur les attitudes face au travail et sur la motivation au travail. Ces études devaient analyser des aspects jusqu’alors manquants ou des conséquences pratiques de la mutation. Il n’est pas rare que de telles études et contributions proviennent d’instituts de recherche directement financés par ces groupes, par le biais de fondations ou de tutelles44. Cela ne réduit en rien la portée d’études méthodiquement irréprochables ; ce n’est cependant sûrement pas un hasard si les sociologues ont « découvert » la mutation des valeurs – rapidement interprétée par les conservateurs comme une « déliquescence » dramatique des valeurs – justement en 1975, à l’époque de débats politiques intenses sur les réactions à la crise du pétrole, le chômage grandissant et les « limites de la croissance » d’une part, l’augmentation de la dette de l’État, la cogestion et des restructurations sociales en profondeur d’autre part.

  • 45 Allant très explicitement dans ce sens, l’ouvrage d’Elisabeth Noelle-Neumann, Werden wir alle Prole (...)
  • 46 Cf. Manfred Hettling, Stefan-Ludwig Hoffmann, « Zur Historisierung bürgerlicher Werte. Einleitung » (...)

32Il en résulte, troisièmement, une nécessaire prudence envers les mises en avant exagérées du caractère dramatique et radical de la « révolution des valeurs » autour de 1970. Le passage souvent décrit de valeurs supposées « traditionnelles » à de nouvelles valeurs « (post-) modernes » ou « postmatérialistes » repose sur la conception de valeurs constantes sur le long terme, qui n’auraient pas du tout ou presque pas évolué durant de nombreuses décennies ou même siècles avant 196045. Un seul regard sur les conflits liés à l’émergence et la propagation au vingtième siècle des « valeurs bourgeoises » comme nouveaux principes faisant face à ceux plus anciens de la noblesse rend de telles suppositions invraisemblables46. Estimer au plus juste ce que fut réellement la mutation des valeurs depuis les années 1970 exige donc non seulement d’analyser de manière approfondie les processus de mutation avant le début du recensement des attitudes grâce aux sondages dans la première moitié du vingtième siècle, mais aussi de replacer les transformations indéniables dans les grandes tendances, sur le long terme, de la modernité européenne.

  • 47 Pour plus de détails, voir Rödder (note 8), pp. 24ss.

33L’individualisation, la pluralité et l’abandon du caractère normatif des valeurs en tant que dénominateurs communs de la mutation des valeurs dans l’ensemble de l’Allemagne ne sont pas, en fin de compte, une nouveauté du vingtième siècle finissant, mais la poursuite de tendances évolutives de l’histoire européenne existant déjà depuis la fin du dix-neuvième siècle47. Envisager à l’avenir la mutation des valeurs est-et ouest-allemande des années 1970 et quatre-vingts dans cette ligne évolutive pourrait donc être la clé pour élucider la question suivante : pourquoi constate-t-on après 1965 dans les deux États allemands, dans des cadres économiques et sociaux très différents, des changements de mentalité parallèles ? Une interprétation de la mutation des valeurs applicable à l’ensemble de l’Allemagne doit donc prendre en considération non seulement les liens et les transferts entre la République fédérale et la RDA au regard des transformations du dernier tiers du vingtième siècle, mais aussi l’intégration des deux États dans des structures durables, allemandes et en fin de compte européennes, de l’histoire des mentalités.

Notes

1 Friedrich Christian Delius, Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde, Reinbek, 1996, citations qui suivent aux pages 111 und 108.

2 Helmuth Klages catégorise ainsi la mutation des valeurs. Cf. Wertorientierungen im Wandel. Rückblick, Gegenwartsanalyse, Prognosen, Francfort/M., New York, 1984, pp. 17s. ; Ronald Inglehart, The Silent Revolution. Changing values and political styles among western publics, Princeton, 1977, décrit la mutation des valeurs comme passage de valeurs « matérialistes » à des valeurs « post-matérialistes », mais désigne au fond par là des transformations semblables à celles évoquées par Klages.

3 Pour un aperçu des recherches sociologiques concernant la mutation des valeurs, voir Karl-Heinz Hillmann, « Zur Wertewandelsforschung. Einführung, Überblick und Ausblick », in : Georg W. Oesterdiekhoff, Norbert Jegelka (éd.), Werte und Wertewandel in westlichen Gesellschaften. Resultate und Perspektiven der Sozialwissenschaften, Opladen, 2001, pp. 15 – 39 ; Helmut Thome, « Wertewandel in Europa aus der Sicht der empirischen Sozialforschung », in : Hans Joas, Klaus Wiegandt (éd.), Die kulturellen Werte Europas, Francfort/M., ² 2005, pp. 386 – 443. Concernant la definition de la valeur, voir Clyde Kluckshohn, « Values and value orientations in the theory of action. An exploration in definition and classification », in : Talcott Parsons, Edward A. Shils (éd.), Towards a general theory of action, Cambridge, Mass., 1951, pp. 388 – 433.

4 Cf. Ronald Inglehart, Modernisierung und Postmodernisierung. Kultureller, wirtschaftlicher und politischer Wandel in 43 Gesellschaften, Francfort/M., 1998.

5 Cf. Ronald Inglehart, The Silent Revolution. Changing values and political styles among western publics, Princeton, 1977, p. 33.

6 Cf. Elisabeth Noelle-Neumann, Thomas Petersen, « Zeitenwende : Der Wertewandel 30 Jahre später », in : Aus Politik und Zeitgeschichte [APuZ], 29 (2001), pp. 15 – 22, ici p. 16.

7 Ibid. ainsi que Helmuth Klages, « Werte und Wertewandel », in : Bernhard Schäfers, Wolfgang Zapf (éd.), Handwörterbuch zur Gesellschaft Deutschlands, Opladen, ²2000, p. 730. En ce qui concerne la mutation des valeurs dans l’éducation, voir aussi Helmut Fend, Sozialgeschichte des Aufwachsens. Bedingungen des Aufwachsens und Jugendgestalten im 20. Jahrhundert, Francfort/M., 1988, pp. 108 – 115.

8 Pour plus de détails, voir Andreas Rödder, Wertewandel und Postmoderne. Gesellschaft und Kultur der Bundesrepublik 1965 – 1990, Stuttgart, 2004.

9 Cf. Oliver König, « Sexualität », in : Schäfers, Zapf (note 7), pp. 573 – 583 ; Ulrich Clement, Sexualität im sozialen Wandel. Eine empirische Vergleichsstudie an Studenten 1966 und 1981, Stuttgart, 1986, ici pp. 77 und 80.

10 Cf. Thomas Meyer, « Familienformen im Wandel », in : Rainer Geissler, Die Sozialstruktur Deutschlands. Zur gesellschaftlichen Entwicklung mit einer Zwischenbilanz zur Vereinigung, Opladen, ²1996, pp. 306 – 332 ; Reinhard Sieder, Sozialgeschichte der Familie, Francfort/M., 1987, p. 271.

11 Cf. Michel Hubert, Deutschland im Wandel. Geschichte der deutschen Bevölkerung seit 1815, Stuttgart, 1998 ; Herwig Birg, Die demographische Zeitenwende. Der Bevölkerungsrückgang in Deutschland und Europa, Munich, 2001.

12 Cf. Trutz von Trotha, « Zum Wandel der Familie », in : Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie [KZfSS], 42 (1990), pp. 452 – 473, ici p. 459.

13 Dans une perspective historique, voir Ute Frevert, Frauen-Geschichte. Zwischen bürgerlicher Verbesserung und neuer Weiblichkeit, Francfort/M., 1986 ; Rosemarie Naveherz, Die Geschichte der Frauenbewegung in Deutschland, Hanovre, 1997, ici pp. 53 – 85 ; Gunilla-Friederike Budde (éd.), Frauen arbeiten. Weibliche Erwerbstätigkeit in Ost-und Westdeutschland nach 1945, Göttingen, 1997, ici p. 9 ; Kristina Schulz, Der lange Atem der Provokation. Die Frauenbewegung in der Bundesrepublik und in Frankreich 1968 – 1976, Francfort/M., 2002.

14 Cf. Lothar Gall, « Vom Stand zur Klasse ? Zu Entstehung und Struktur der modernen Gesellschaft », in : Historische Zeitschrift, 261 (1995), pp. 1 – 21, ici pp. 6 – 11.

15 Cf. Statistisches Jahrbuch 1990 für die Bundesrepublik Deutschland, édité par le Statistisches Bundesamt, Stuttgart, 1990, p. 28.

16 Cf. Thomas Ellwein, « Die deutsche Gesellschaft und ihr Bildungswesen. Interessenartikulation und Bildungsdiskussion », in : Christoph Führ, Karl-Ludwig Furck (éd.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, vol. VI : 1945 bis zur Gegenwart. Erster Teilband : Die Bundesrepublik, Munich, 1998, p. 92.

17 Cf. Wolfgang Jäger, « Die Innenpolitik der sozial-liberalen Koalition, 1969 – 1974 », in : Karl Dietrich Bracher, Wolfgang Jäger, Werner Link (éd.), Republik im Wandel 1969 – 1974. Die Ära Brandt. (= Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, vol. 5/I.), Stuttgart, 1986, pp. 15 – 160, particulièrement p. 137.

18 Écoles de l’enseignement secondaire inférieur dispensant des programmes d’enseignement différents menant à des qualifications différentes, selon le Secrétariat de la Conférence permanente des Ministres de l ´ Éducation et des Affaires culturelles des Länder, NdT.

19 Cf. Rainer Geissler, Die Sozialstruktur Deutschlands. Die gesellschaftliche Entwicklung vor und nach der Vereinigung, Wiesbaden, ³2002, pp. 333 – 359, citations des pp. 341 et 344.

20 Cf. Heinz-Herbert Noll, « Educational Attainment », in : Wolfgang Glatzer et al. (éd.), Recent Social Trends in West Germany 1960 – 1990, Francfort/M., 1992, pp. 463 – 475, ici p. 463 ; Geissler, (note 18), pp. 345 – 351.

21 Cf. Stefan Hradil, Soziale Ungleichheit in der Bundesrepublik Deutschland, Opladen, 82001, p. 489.

22 Cf. Stefan Hradil, Sozialstrukturanalyse in einer fortgeschrittenen Gesellschaft. Von Klassen und Schichten zu Lagen und Milieus, Opladen, 1987.

23 Cf. Horst Nowak, Ulrich Becker, « Es kommt der ›neue‹ Konsument », in : Form. Zeitschrift für Gestaltung, 111 (1985), p. 14, ainsi que, de manière générale, les recherches sur la sociovision (centrées sur le marché) de l’Institut Sinus de Heidelberg ; Hradil (note 20), pp. 425 – 436 ; Michael Vester et al., Soziale Milieus im gesellschaftlichen Strukturwandel. Zwischen Integration und Ausgrenzung, Cologne, 1993.

24 Voir à ce sujet Thomas Gensicke, Mentalitätsentwicklungen im Osten Deutschlands seit den 70er Jahren. Vorstellung und Erläuterung von Ergebnissen einiger empirischer Untersuchungen in der DDR und in den neuen Bundesländern von 1977 – 1991, Speyer, 1992, pp. 2ss. ; Walter Friedrich et al. (éd.), Das Zentralinstitut für Jugendforschung Leipzig 1966 – 1990. Geschichte, Methoden, Erkenntnisse, Berlin, 1999 ; Id., Hartmut Griese (éd.), Jugend und Jugendforschung in der DDR. Gesellschaftspolitische Situationen, Sozialisation und Mentalitätsentwicklung in den achtziger Jahren, Opladen, 1991.

25 Cf. Kai Arzheimer, Markus Klein, « Gesellschaftspolitische Wertorientierungen und Staatszielvorstellungen im Ost-West-Vergleich », in : Jürgen Falter et al. (éd.), Wirklich ein Volk ? Die politischen Orientierungen von Ost- und Westdeutschen im Vergleich, Opladen, 2000, pp. 363 – 402.

26 Ibidem en ce qui concerne les différentes interprétations de la mutation est-allemande des valeurs.

27 Cf. Walter Friedrich, « Einige Reflexionen über geistig-kulturelle Prozesse in der DDR », Expertise pour Egon Krenz du 21. November 1988, publiée dans : Gerd-Rüdiger Stephan (éd.), « Vorwärts immer, rückwärts nimmer ! » Interne Dokumente zum Zerfall von SED und DDR 1988/89, Berlin, 1994, pp. 39 – 53, citations suivantes pp. 43s.

28 Ibid., pp. 47ss. Voir aussi l’exposition faite par Friedrich des raisons expliquant la perte de vitesse d’une vision optimiste de l’avenir, pp. 42s.

29 Ibid., p. 48.

30 Voir loi de la RDA sur la jeunesse du 28 janvier 1974, § 1 point 2, cité d’après Yvonne Hammes, Wertewandel seit der Mitte des 20. Jahrhunderts in Deutschland. Auswirkungen des Wandels gesellschaftlicher und politischer Wertorientierungen auf die Demokratie, Frankfurt/M., 2002, p. 88.

31 Concernant le rôle de la télévision occidentale en RDA en général, voir Hanno Huch-muth, « Feindbild und Leitbild. Westfernsehen in der DDR », in : Martin Aust, Daniel Schönp-flug (éd.), Vom Gegner lernen. Feindschaften und Kulturtransfers in Europa des 19. und 20. Jahrhunderts, Francfort/M., New York, 2007, pp. 271 – 292.

32 Cf. Martin Kohli, « Die DDR als Arbeitsgesellschaft ? Arbeit, Lebenslauf und soziale Differenzierung », in : Hartmut Kaelble (éd.), Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart, 1994, pp. 31 – 61 ; Peter Hübner, « Die Zukunft war gestern. Soziale und mentale Trends in der DDR-Industriearbeiterschaft », in : ibid., pp. 171 – 187.

33 Cf. Siegfried Baske, « Das Hochschulwesen », in : Christoph Führ, Karl-Ludwig Furck (éd.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, vol. VI : 1945 bis zur Gegenwart. Zweiter Teilband : Die deutsche Demokratische Republik, Munich, 1998, pp. 208 – 228, particulièrement pp. 210s. et 216s. ; Peter Voigt, « Gesellschaft der DDR von 1949 – 1990 », in : Schäfers, ZAPF (note 7), pp. 247 – 259, ici p. 253.

34 Voir les contributions s’y rapportant dans Budde (note 13) ; Arnd Bauerkämper, Die Sozialgeschichte der DDR, Munich, 2005, pp. 12s et 71ss.

35 Ibid., pp. 10, 20 ; Rose-Elisabeth Herden, Rainer Manz, « Bevölkerung », in : Schäfers, Zapf (note 7), pp. 75 – 88, ici pp. 77ss.

36 Cf. Dietrich Mühlberg, « Sexuelle Orientierungen und Verhaltensweisen in der DDR », in : Sozialwissenschaftliche Informationen [ Sowi], 24 (1995), pp. 49 – 57 ; Josie Mclellan, « State Socialist Bodies : East German Nudism from Ban to Boom », in : Journal of Modern History [JMH], 79 (2007), pp. 48 – 79.

37 Cf. Thomas Ahbe, « Zehn Jahre danach. Neue Befunde der empirischen Sozialwissenschaft zu unterschiedlichen Werten und Einstellungen der Ostdeutschen und Westdeutschen », in : Comparativ, 10 (2000), pp. 182 – 193 ; Thomas Gensicke, Mentalitätsentwicklungen im Osten Deutschlands seit den 70er Jahren. Vorstellung und Erläuterung von Ergebnissen einiger empirischer Untersuchungen in der DDR und in den neuen Bundesländern von 1977 – 1991, Speyer, 1992.

38 Ibid. ainsi que Barbara Bertram, « Forschungen zu Jugend und Arbeit », in : Friedrich et al. (note 23), pp. 269 – 300 ; Hammes (note 29).

39 Institut für Sozialdatenanalyse, « Sozialstruktur und Lebensqualität in beiden deutschen Staaten im Prozeß ihrer Vereinigung » [fin mai 1990], Bundersarchiv Berlin DC 20, 6818, ff. 1 – 8, ici f. 3.

40 Cf. particulièrement Kai Arzheimer, Kai und Markus Klein, « Gesellschaftspolitische Wertorientierungen und Staatszielvorstellungen im Ost-West-Vergleich », in : Falter et al. (note 24), pp. 363 – 402 ; Jeannette Z. Madarász, Working in East Germany. Normality in a Socialist Dictatorship, 1961 – 1979, New York, 2006, pp. 171s.
40 Pour plus de détails : Rödder (note 8), pp. 24ss.

41 Voir à ce propos la critique venant des sociologues chez Georg W. Oesterdiekhoff, « Epilog. Theorie des Wertewandels als Theorie der Kulturgeschichte ? », in : Id., Jegelka (note 3), pp. 191 – 206, ici pp. 204 et 201 ; Barbara Stollberg-Rillinger, « Die Historiker und die Werte », in : Marie Luise Allemeyer et al. (éd.), Eule oder Nachtigall ? Tendenzen und Perspektiven kulturwissenschaftlicher Werteforschung, Göttingen, 2007, pp. 35 – 47, ici p. 44.

42 Cf. Helmut Thome, « Wertewandel in Europa aus der Sicht der empirischen Sozialforschung », in : Hans Joas, Klaus Wiegandt (éd.), Die kulturellen Werte Europas, Frankfurt/M., ²2005, pp. 386 – 443.

43 Lutz Raphael, Anselm Doering-Manteuffel, Perspektiven auf die deutsche Zeitgeschichte seit 1970, Göttingen, 2008, pp. 61 – 66.

44 On évoquera non seulement le rôle des enquêtes Shell sur la jeunesse mais aussi toute une série d’autres enquêtes dont les commanditaires sont issus de ministères, d’associations patronales, de syndicats ou d’institutions qui leur sont proches. Voir par exemple les compterendus de publications et de recherches du Centre d’information en sciences sociales : Informationszentrum Sozialwissenschaften, Michael Böckler et al. (éd.), Wertewandel und Werteforschung in den 80er Jahren. Forschungs-und Literaturdokumentation, Bonn, 1991 ; Gisela Ross-Strajhar, Welche Werte braucht Deutschland. Neuere Forschung zum Wertewandel, Bonn, 2004.

45 Allant très explicitement dans ce sens, l’ouvrage d’Elisabeth Noelle-Neumann, Werden wir alle Proletarier ? Wertewandel in unserer Gesellschaft, Zurich, ²1979, p. 15 ; mais aussi Inglehart (note 4), ainsi que, dans son ensemble, toute la recherche sur les valeurs prenant appui sur des sondages d’opinion.

46 Cf. Manfred Hettling, Stefan-Ludwig Hoffmann, « Zur Historisierung bürgerlicher Werte. Einleitung », in : Id. (éd.), Der bürgerliche Wertehimmel. Innenansichten des 19. Jahrhunderts, Göttingen, 2000, pp. 7 – 21 ; Ewald Frie, « Adel und bürgerliche Werte », in : Hans-Werner Hahn, Dieter Hein (éd.), Bürgerliche Werte um 1800. Entwurf – Vermittlung – Rezeption, Cologne, 2005, pp. 393 – 414.

47 Pour plus de détails, voir Rödder (note 8), pp. 24ss.

Auteurs

Né en 1974 ; Chercheur au département d’histoire de l’Université Johannes-Gutenberg, Mayence

Né en 1967 ; Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Johannes Gutenberg, Mayence

Christine Aquatias (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search