Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

II. Évolution politique, sociale et économique

Vers l’Ouest : une histoire de la consommation germano-allemande à sens unique

Patrice G. Poutrus
Traduction de Jean-Paul Cahn

Texte intégral

  • 1 Henrik Bispinck, « ›Republikflucht‹. Flucht und Ausreise als Problem der DDR-Führung, in : Dierk H (...)
  • 2 Annette Kaminsky, Wohlstand, Schönheit, Glück. Kleine Konsumgeschichte der DDR, Munich, 2001.
  • 3 Wolfgang König, Kleine Geschichte der Konsumgesellschaft. Konsum als Lebensform der Moderne, Stutt (...)
  • 4 Id., « Die siebziger Jahre als konsumgeschichtliche Wende in der Bundesrepublik », in : Konrad H. J (...)

1Vingt ans après le naufrage de la RDA l’histoire germano-allemande de la consommation semble démontrer au moins aussi nettement la supériorité de l’Ouest, aux yeux des contemporains comme des historiens, que celle des libertés politiques : en République fédérale s’était constitué une société de consommation diversifiée tandis qu’à l’Est régnait une pénurie à laquelle de nombreux citoyens essayaient d’échapper d’une manière ou d’une autre1 et qui prit fin en même temps que l’État-SED2. Toutefois la difficulté d’appréhension de l’histoire récente de l’Allemagne n’apparaît pas avec la question de savoir si la RDA était ou non une société de consommation, mais en amont, avec la question « qu’est-ce qu’une société de consommation ? ». Pour Wolfgang König il ne suffit pas pour qu’il y ait « société de consommation » de démontrer qu’à un moment donné une société donnée a beaucoup consommé3. La consommation en tant qu’usage et utilisation du produit d’un travail humain a existé à toutes les époques de l’histoire. Il semble plus pertinent de ne parler de « société de consommation » que lorsqu’à une époque donnée la consommation constitue un fait social important, voire marquant4.

  • 5 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004.

2À l’aune de ce critère le système planifié de distribution et de répartition n’était pas en mesure aux plans industriel, agricole ou commercial, d’opposer au développement dynamique de l’économie de marché quelque chose qui fût d’égale force5.

Qu’était et que devait être la société RDA ?

  • 6 Voir le bilan d’étape que dresse Annette Kaminsky de la recherche en matière de consommation dans (...)
  • 7 Klaus Schroeder, Der SED-Staat. Partei, Staat und Gesellschaft 1949 – 1990, Munich, 1998, ici p. X (...)
  • 8 Eckhard Jesse, « War die DDR totalitär ? », in : Aus Politik und Zeitgeschichte [APuZ], B 40 (1994 (...)

3Bien que cette interprétation de l’histoire de la consommation en RDA eût à peine de quoi surprendre, la situation de la recherche dans ce domaine se caractérisait dans les années 1990 par un étonnant contraste. D’un côté on pouvait constater au début une retenue notable, voire un rejet, de tout ce qui, dans la recherche en histoire contemporaine, ne se préoccupait pas uniquement des structures et de la pratique de l’oppression ou de la persécution par la dictature communiste de la RDA6. L’énumération pure et simple d’éléments d’apparence paradoxale empruntés à la société Est-allemande dans le cadre de considérations au demeurant orientées uniquement vers l’État-SED conduisait à des constructions conceptuelles telles que « état totalitaire caractérisé par l’approvisionnement et la surveillance »7. Ces considérations devenaient à leur tour paradoxales étant donné qu’elles reprenaient la lecture dialectique de la réalité telle que la pratiquaient les idéologues du SED. On n’expliquait plus, on classifiait à partir de la nature et des apparences. De telles approches de l’histoire de la RDA s’accompagnaient toujours d’une exigence d’exclusivité qui renonçait consciemment à distinguer entre analyse historique et argument politique. Un exemple précoce nous est fourni par Eckard Jesse qualifiant la RDA de la période Honecker de « dictature autalitaire »8. De telles approches en disaient toutefois plus long sur les convictions politiques (et donc sur l’a priori) de leurs auteurs que sur la teneur scientifique de l’objet étudié.

  • 9 On doit l’interprétation la plus convaincante à ce jour à Marc Alan Howard, « Die Ostdeutschen als (...)
  • 10 Voir la synthèse du conflit méthodologique de l’historiographie allemande que propose Thomas Linde (...)
  • 11 Cf. Konrad H. Jarausch, Michael Geyer, Zerbrochener Spiegel, Deutsche Geschichten im 20. Jahrhunde (...)
  • 12 Hartmuth Kaelble (éd.), Der Boom 1948 – 1973. Gesellschaftliche und wirtschaftliche Folgen in der (...)
  • 13 Wolfgang König, Geschichte der Konsumgesellschaft, Stuttgart, 2000; Heinz-Gerhard Haupt, Konsum un (...)

4Les réticences que cela a suscité dans la recherche historique récente de l’Allemagne unifiée à faire des témoignages sur le quotidien en RDA l’objet et le point de départ d’études sur l’histoire de la consommation crée l’espace nécessaire pour des tentatives diverses et parfois obscures visant à faire de ce domaine historique d’apparence apolitique le fondement d’une (re) construction de l’identité des Allemands de l’Est – voire de la RDA9. Même si l’excitation qui a suivi immédiatement l’unification est retombée, le résultat tangible du débat reste que les lignes de front de l’historiographie des anciens Länder se sont reconstituées, opposition histoire culturelle – histoire sociale, histoire sociale – histoire politique10. Ainsi la consommation constituait-elle plutôt un espace vide dans l’historiographie de la République fédérale d’avant-1989, et elle ne s’est imposée que peu à peu face aux réticences importantes des historiens allemands11. Les travaux de Hartmut Kaelble en particulier ont permis à l’historiographie ouest-allemande d’interpréter les sociétés d’Allemagne et d’Europe occidentales comme des sociétés de consommation12. Depuis la recherche s’est développée au point que l’on trouve sur le marché des synthèses et des ouvrages destinés à l’enseignement supérieur13.

  • 14 Voir Alltagskultur der DDR. Begleitbuch zur Ausstellung Tempolinsen und PZ, édité par le Dokumen (...)
  • 15 Voir l’image que propose de la dicature du SED Ina Merkel, « Der aufhaltsame Aufbruch in die Konsu (...)

5On a même pu observer qu’au début l’histoire de la consommation en Allemagne de l’Est était essentiellement aux mains de la sociologie, de l’ethnologie et de l’histoire culturelle. De même la tendance était-elle à ne pas publier ces travaux dans l’espace scientifique, mais bien plutôt sous forme de catalogues ou de documentation pour des expositions – qui suscitaient parfois un large intérêt dans le public14. Cette attitude s’accompagnait du souci de ne pas mettre en avant que les crises et les impasses, mais la diversité des produits et des modes de vie en RDA. Les années 1960 et le début des années 1970 se trouvaient au cœur de ces études. Il s’agissait en quelque sorte de prendre en compte l’éveil de la société est-allemande à un mode de consommation propre, comme s’il s’agissait de confirmer les préjugés à l’encontre d’une histoire de la consommation en RDA que nous évoquions plus haut, et l’État-SED se trouvait ici largement relégué à l’arrière-plan15.

  • 16 Philip Heldmann, Herrschaft, Wirtschaft, Anoraks. Konsumpolitik in der DDR der Sechzigerjahre, Göt (...)
  • 17 Judd Stitziel, Fashioning socialism : clothing, politics, and consumer culture in East Germany, Ox (...)
  • 18 Cf. Stefan Wolle, « Herrschaft und Alltag, Die Zeitgeschichtsforschung auf der Suche nach der wahr (...)

6À partir de la fin des années 1990, prenant le contre-pied de ces positions, la génération suivante de chercheurs allemands et américains se consacra à l’histoire de la consommation en RDA. Leurs études, souvent inspirées par les questionnements de l’histoire économique, expliquent ouvertement l’évolution de la consommation à l’Est à partir de la domination et de la politique économique de l’État-SED16. Elles ont contribué à donner une reconnaissance à l’histoire de la consommation en RDA dans le cadre des sciences historiques. Notons toutefois que ces travaux, très objectifs, s’arrêtent souvent aux années 1960 et qu’ils réduisent les évolutions des années 1970 et suivantes aux conséquences de l’échec de la RDA17. L’absence de dynamiques dans la société des années 1970 a manifestement empêché aussi bien les romantiques utopiques que les froids analystes de percevoir les années Honecker comme un sujet de recherche intéressant. Seul Stefan Wolle, qui se situe à la marge de l’histoire contemporaine allemande, a cherché, dans un ouvrage très lu et très critiqué, « Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971 – 1989 » à donner une dimension concrète à l’État-SED, à la pratique de la consommation et à la vie quotidienne des Allemands de l’Est – en adoptant toutefois lui aussi cette posture de l’historien qui sait tout (rétrospectivement) et qui a vu depuis longtemps venir la décadence18.

Les années 1970 : la fin du boom de l’après-guerre, tournant de l’histoire de la consommation en République fédérale

  • 19 Cf. Kaminsky (note 2), pp. 116ss.
  • 20 Jens Hohensee, Der erste Ölpreisschock 1973/74. Die politischen und gesellschaftlichen Auswirkunge (...)
  • 21 Jürgen Habermas, Legitimationsprobleme im Spätkapitalismus, Francfort/M., 1973.
  • 22 Daniell Bell, Die nachindustrielle Gesellschaft, Francfort/M., 1975.

7Au début des années 1970 les contemporains avaient de la situation une vision beaucoup moins claire. Tandis qu’en RDA le départ du vieil Ulbricht donnait à espérer un redémarrage et une vie meilleure19, les développements de République fédérale induisaient la fin des certitudes. Après quelque vingt années de boom la société allemande occidentale entrait dans une période de crises économiques périodiques. L’augmentation en nombre et en durée du chômage fut interprétée comme le signe d’une transformation profonde marquée par la crise, changement renforcé et symbolisé plus tard par le « choc pétrolier »20. Là n’était pas la seule raison pour laquelle de nombreux intellectuels Ouest-allemands considérèrent que le « capitalisme tardif » était confronté à des problèmes de légitimité21 et à interpréter les signes évidents du changement comme le début d’une période post-industrielle22.

  • 23 Michael Wildt, Am Beginn der ›Konsumgesellschaft‹. Mangelerfahrung, Lebenshaltung, Wohlstandshoffn (...)
  • 24 Axel Schildt, Moderne Zeiten. Freizeit, Massenmedien und ›Zeitgeist‹ in der Bundesrepublik der 50e (...)
  • 25 Arne Andersen, Der Traum vom guten Leben. Alltags-und Konsumgeschichte vom Wirtschaftswunder bis h (...)

8La société ouest-allemande avait jusqu’alors connu une évolution exceptionnelle qui l’avait conduite de la catastrophe à un niveau de vie inconnu auparavant. À la faim de l’après-guerre avait d’abord succédé dans de larges couches de la société occidentale un confort relatif, beurre, rôti de porc et café en grains23. En une évolution qui contrastait visiblement avec les multiples crises de la guerre froide et les développements que connaissait la RDA, la République fédérale devint un havre de stabilité politique et sociale. Fondé sur une prospérité que nul n’avait prévue le « bien-être pour tous » ne fut pas seulement un modèle pour la société ouest-allemande, il fut pour tous les Allemands de l’Ouest une expérience essentielle24. Bien que l’évolution économique des années 1960 ne fût pas marquée par le même dynamisme, tant s’en faut, que la décennie précédente, ascension individuelle et bien-être social furent encore et toujours des facteurs d’intégration sociale25.

  • 26 Anselm Doering-MANTEUFFEL, Wie westlich sind die Deutschen? Amerikanisierung und Westernisierung i (...)
  • 27 Detlef Siegfried, Time Is on My Side. Konsum und Politik in der westdeutschen Jugendkultur der 60e (...)
  • 28 Axel Schildt, Ankunft im Westen. Ein Essay zur Erfolgsgeschichte der Bundesrepublik, Francfort/M., (...)

9À partir de la fin des années 1950 les radios, téléviseurs, tourne-disques firent de plus en plus partie de l’équipement des ménages Ouest-allemands. Ils propageaient des produits d’importation tels que le Rock’n’roll ou les films de Hollywood qui firent du life-style américain, diffusé sur papier glacé dans des revues, l’expression de la forme moderne du bien vivre. Les relations germano-américaines trouvaient ainsi une justification élargie à un domaine superficiel et apolitique26. La génération de l’après-guerre en particulier s’enthousiasma pour les produits de l’industrie anglo-saxonne du divertissement. Sur cette base se développa à partir des années 1960 une culture de la jeunesse tout entière orientée vers la production musicale d’outre-Atlantique27. À mesure que croissait la richesse des symboles de la consommation de masse, les téléphones, réfrigérateurs, lave-linge et automobiles gagnèrent la population ouest-allemande. Dans le domaine de la consommation de masse la République fédérale s’inscrivit pleinement, au plan pratique et quotidien, dans une intégration à l’Ouest dont témoignait déjà l’intégration politique28.

  • 29 Cf. Jennifer A. Loehlin, From Rugs to Riches: Housework, Consumption and Modernity in Germany, Oxf (...)
  • 30 Cf. Ralph Jessen, « Bewältigte Vergangenheit – blockierte Zukunft ? Ein prospektiver Blick auf die (...)
  • 31 Burkhard Lutz, Der kurze Traum von der immerwährenden Prosperität. Eine neue Interpretation indust (...)
  • 32 Christian Kleinschmidt, « Konsumgesellschaft, Verbraucherschutz und Soziale Marktwirtschaft. Verbr (...)
  • 33 Kai F. Hünemörder, « 1972 – Epochenschwelle der Umweltgeschichte ? », in : Franz-Josef Brüggemeier (...)
  • 34 Alfred Reckendrees, « Konsummuster im Wandel. Haushaltsbudgets in der Bundesrepublik Deutschland 1 (...)

10Le bien-être toucha toutes les classes, faisant pâlir les promesses du communisme utopique pour le futur29. Inversement la situation à la fin de la période du miracle économique n’incitait plus à l’optimisme pour l’avenir. Cette façon de voir les choses annonçait aussi que les références qui fondaient son développement social ne se concevaient plus à travers une distanciation par rapport à la dictature national-socialiste ni par comparaison avec les conséquences de la Deuxième Guerre mondiale. La société ouest allemande s’apprêtait à se détourner de la période de l’après-guerre30. Pourtant, ou précisément pour cette raison, le « rêve d’une prospérité éternelle » resta longtemps un modèle dominant31. Mais plus que par la peur de devoir renoncer au niveau de consommation qui avait été atteint, la nouvelle conception de la société fédérale fut marquée par la critique croissante et durable qui en fut faite. D’une part, après des années de démêlés, les associations de consommateurs et la politique consumériste devinrent à partir du milieu des années 1970 des composantes pérennes et importantes de la politique économique de la République fédérale32. D’autre part ce gain en souveraineté des consommateurs s’accompagna d’une critique massive de la consommation extensive et de la destruction irréversible de la nature et de l’environnement, ce en quoi la spécificité du mouvement ouest-allemand naissant consistait à critiquer la consommation de masse dans ses effets sur l’environnement et à lutter ainsi pour une préservation des ressources naturelles33. Le scepticisme quant à la capacité de la société de consommation fondée sur un système capitaliste de production semblait confirmé par la perspective statistique. Depuis les années 1970 la croissance des revenus réels se ralentissait, notamment sous l’effet d’augmentations des impôts et des prélèvements sociaux, au point que les revenus en vinrent à stagner. Désorientés, les consommateurs retinrent leurs achats et revinrent à l’épargne de précaution34.

  • 35 König (note 4), p. 91.

11Toutefois la tendance à consommer plus modérément s’explique également par le constat que l’acquisition de biens durables s’était faite dans les décennies précédentes. Il ne s’agissait plus désormais que de remplacer ou de moderniser l’équipement ménager. À partir du milieu des années 1970 l’offre d’articles ménagers se fit concurrence sur un marché limité par la stagnation des budgets familiaux. La conséquence en fut la baisse des prix sur ce segment et, finalement, une reprise dans le secteur de l’électronique à domicile35. Se dessinait ainsi une tendance qui ne remettait pas seulement en cause la fin de la société de consommation, mais qui caractérisait la forme de consommation de masse qui allait devenir dominante : la fragmentation par secteurs de prix et de qualité, bas, moyens et supérieurs.

  • 36 Karl Ditt, « Rationalisierung im Einzelhandel : Die Einführung und Entwicklung der Selbstbedienung (...)

12Cette évolution fut plus nette encore dans le secteur alimentaire que dans celui de la technologie. Il avait fallu attendre le milieu des années 1960 pour voir s’affirmer la suprématie des libres-services, appelés « supermarchés ». La conséquence de la concurrence renforcée due à partir du milieu des années 1970 aux budgets familiaux limités des consommateurs fut alors la progression dramatique de la vente discount. Le principe d’une offre limitée à prix bas, développé par la société « Aldi » depuis 1962, fut élargi par des marques telles que « Netto », « Penny » ou « Lidl », gagna du terrain dans la vente alimentaire de détail et devint finalement dominant36. Ces méthodes de vente s’étendirent ensuite aux secteurs des produits d’entretien, du vêtement et de l’électronique de loisir ou des articles ménagers. Ainsi la consommation de masse n’avait-elle pas pris fin dans les années 1970. Elle commençait à se différencier, selon que ceux qui y participaient étaient plus ou moins forts.

  • 37 Cf. Hartmuth Häussler, Walter Siebel, Soziologie des Wohnens. Eine Einführung in Wandel und Ausdif (...)

13À partir du milieu des années 1970 le nombre des familles monoparentales crut sensiblement, tandis que le taux d’occupation des logements de plusieurs pièces décrut. L’équipement des logements avait bien changé, avec en particulier des salles de bain et des moyens modernes de chauffage – qui devinrent la règle. Dans la mesure de leurs revenus les consommateurs ouest-allemands utilisèrent leur marge financière pour louer ou acheter des espaces d’habitat plus grands ou plus modernes, et pour les équiper. Le point fort du secteur de la construction se déplaça parallèlement de la maison de location à la maison individuelle, bien qu’en République fédérale une majorité de la population continue à habiter en location37.

  • 38 Dietmar Klenke, « Die deutsche Katastrophe und das Automobil. Zur ›Heils‹geschichte eines national (...)
  • 39 Wolfgang König, « Massentourismus. Seine Entstehung und Entwicklung in der Nachkriegszeit », in : (...)

14À côté de l’habitat la mobilité, avant tout l’automobile, fut le deuxième secteur expansif de dépenses des Allemands de l’Ouest. Les quatre dimanches sans voiture décidés pendant la crise pétrolière montrèrent quelle valeur symbolique les Allemands de l’Ouest accordaient à l’automobile. À partir de 1979 on put considérer que la société allemande de l’Ouest était totalement motorisée38. L’auto était passée dans la société du statut de bien d’investissement à celui de bien de consommation non seulement en raison de son omniprésence, mais par l’usage qui en était fait. À partir des années 1970 elle poursuivit sa mutation de moyen de transport professionnel ou commercial vers le transport de loisir ou de vacances. L’automobile et le tourisme des Allemands de l’Ouest dans lequel elle tenait une place prépondérante se renforcèrent mutuellement. Toutefois le début des années 1970 marqua son apogée. Le tourisme vers des destinations lointaines se substitua au voyage à l’étranger en automobile39. Mais pour les week-ends et les vacances de courte durée l’automobile restait le moyen de transport de prédilection.

  • 40 Gerhard Schulze, Die Erlebnisgesellschaft. Kultursoziologie der Gegenwart, Francfort/M., 1992.
  • 41 Ulrich Beck, Risikogesellschaft. Auf dem Weg in eine andere Moderne, Francfort/M., 1986.
  • 42 Karl-Michael Brunner, « Konsum und soziale Differenzierung. Distinktionsprozesse im Konsumverhalte (...)

15Vacances et surtout temps libre devinrent un segment important dans la société ouest-allemande, la stagnation des revenus accompagnant la réduction du temps de travail. Dès lors le travail et le temps libre furent appréciés différemment dans la société. Depuis le début des années 1970 les sondages révélaient que les Allemands de l’Ouest accordaient de manière évidente plus d’importance à la famille et aux loisirs qu’à l’activité salariée. Une attitude de cause à effet s’établit, que les sociologues devaient qualifier plus tard de société de l’événement40. Simultanément il devenait impossible de répartir clairement la consommation selon des catégories sociales. La consommation devint un élément constitutif de styles de vie qui se chevauchaient et se répartissaient différemment, mais qui n’offraient plus ni sécurité ni promesse de durée dans cette « société du risque » qui naissait41. De plus en plus, les consommateurs accordèrent davantage d’importance aux services qu’aux produits. La gastronomie, le sport en salles de remise en forme, la participation à des événements, le lieu de vacances ou la communication avec les connaissances et les amis tenaient désormais une place importante dans un mode de vie de plus en plus exclusif42.

  • 43 König (note 4), p. 94.
  • 44 Haupt (note 13), p. 159 ; cf. Mark Masower, Der dunkle Kontinent. Europa im 20. Jahrhundert, Berli (...)

16Nonobstant l’accentuation des différences entre les modes de consommation et l’inégalité croissante dans l’accès à la consommation une majorité d’Allemands considérait et considère encore la société de consommation comme un mode de vie qui va de soi. Longtemps le recours au crédit à la consommation a permis, même à des personnes en situation de risque, de préserver le niveau de vie auquel elles étaient habituées. Le surendettement des ménages allemands en fut et en est encore (et de plus en plus) la conséquence. Mais qu’une telle exigence de consommation soit considérée comme normale tient aussi à une sorte de garantie du niveau de vie des années 1970 que le monde politique n’a cessé de promettre. L’assurance que nul ne vivra moins bien dans l’avenir a eu et a toujours sur l’électorat et sur les candidats un effet contractuel et d’engagement. Ainsi la garantie de la consommation revêt-elle en République fédérale une importance qui n’était classiquement accordée qu’à la politique sociale43. Mais il ne s’agit pas là d’une spécificité allemande. Les sociétés de l’Europe entière ont pris l’habitude de mesurer leurs dirigeants politiques à l’aune du confort qu’ils leur garantissent. Ce new deal est une manifestation supplémentaire de la proximité spécifique de la société européenne par rapport au modèle américain de société capitaliste de consommation44.

Toujours à l’Ouest ! Hostilité et fascination pour la société de consommation en RFA pendant le déclin de la RDA

  • 45 Steiner (note 5), pp. 142 – 164.
  • 46 Peter Skyba, « Konsumpolitik in der DDR 1971 bis 1989. Verbraucherpreise als Konfliktgegenstand », (...)

17Les cadres dirigeants du SED avaient eux aussi reconnu l’importance de la consommation de masse pour la stabilité politique. La passation de pouvoir entre Walter Ulbricht et Erich Honecker, bénie par Moscou, peut s’interpréter comme la prise de conscience de cette nécessité pour la préservation de l’ordre établi. Le nouvel homme fort du régime affirma, contrairement à son prédécesseur, qu’un meilleur niveau de vie par l’augmentation générale des revenus du travail et des aides sociales tandis que les prix restaient stables, ne devait pas être reporté à un avenir lointain, mais réalisé dès que possible. Cela représentait un changement de cap remarquable dans la politique du parti communiste. Jusqu’alors on avait critiqué le modèle de consommation de l’Ouest, accusé de donner lieu à une répartition trop inégalitaire. Au vu des insuffisances quotidiennes dans l’approvisionnement de la population est-allemande, des privilèges dont bénéficiaient les cadres du parti et de la crise économique qui s’annonçait à la fin des années 1960 cette position devenait intenable même pour la direction du SED45. Moment privilégié d’accord entre la population est-allemande et le parti dirigeant, on ne voulait pas attendre le bien vivre du futur, mais enfin bien vivre au présent. À partir du VIIIe Congrès du SED, en 1971, l’« élévation du niveau de vie matériel et culturel du peuple » fut considéré comme étant au cœur de la politique de la RDA, jusqu’à sa fin46.

  • 47 Kleinschmidt (note 32), p. 181.
  • 48 Burghard Ciesla, « Eine sich selbstversorgende Konsumgesellschaft ? Industrieller Fischfang, Fisch (...)
  • 49 Patrice G. Poutrus, Die Erfindung des Goldbroilers. Herrschaftssicherung durch Konsumentwicklung i (...)
  • 50 Burghard Ciesla, Patrice G. Poutrus, « Food Supply in a Planned Economy : SED Nutrition Policy Bee (...)

18Mais bientôt les espérances et l’accord se muèrent en scepticisme et en prise de distances. L’état de dépendance des importations, les augmentations de prix sur les marchés internationaux de l’énergie, les déficits budgétaires et des insuffisances dans la production et l’innovation, tandis que les salaires et les prestations sociales augmentaient et que les produits étaient subventionnés, tout ceci réduisit à vue d’œil la marge de manœuvre effective pour le développement d’une consommation inspirée du modèle occidental47. En fin de compte l’approvisionnement en biens de consommation dans l’État-SED n’alla jamais au-delà d’une disponibilité suffisante de produits qui ne put être que très imparfaitement synchronisée avec les aspirations ni les besoins de la population. La direction du SED tenta de remédier au décalage croissant entre les besoins et l’offre en faisant entre autres appel aux moyens locaux48. Mais il s’avéra qu’à l’évidence cette stratégie devint bientôt insupportable. Dans la pratique on la contourna, ce qui donna lieu à une situation paradoxale : l’État disait et répétait qu’il fallait gagner son indépendance par rapport aux importations et aux influences occidentales, d’un autre côté il achetait, échangeait ou s’approvisionnait en know how à l’Ouest49. Mais dans l’intérêt de la stabilité du système il fallait agir pour mieux répondre aux attentes en matière d’approvisionnement, indépendamment de la capacité et des performances effectives de l’économie et des charges qui en résultaient50.

  • 51 János Kornai, Das sozialistische System. Die politische Ökonomie des Kommunismus (Schriftenreihe d (...)
  • 52 Kornai (note 51), pp. 263s.
  • 53 Kornai (note 51), pp. 257ss., pp. 295ss. et pp. 341ss.

19Ainsi se confirme au vu des quarante années d’existence de la RDA la théorie classique du système économique socialiste qui part de l’idée que la RDA était une économie de pénurie, un système donc, qui offrait peu d’espace à une dynamique de la consommation51. Les manifestations de la pénurie dominaient la vie quotidienne en RDA, elles étaient générales, fréquentes, intenses, chroniquement présentes. Mais dans l’histoire de la RDA pénurie ne signifiait ni faim ni rationnement général ; elle désignait plutôt la rareté durable de produits essentiels. La population éprouvait d’« innombrables frustrations du fait d’espérances d’achat déçues, des files d’attente, de substitutions non voulues, de la recherche de biens, du report d’achats au quotidien, en tant que consommateur et que producteur »52. L’écrasante majorité des consommateurs de RDA ne disposait pas de cette « souveraineté du consommateur » qu’offraient les économies de marché. Au lieu de cela la règle était : plus les perspectives d’obtenir les produits souhaités étaient incertaines, plus il fallait thésauriser, ce qui conduisait à son tour à renforcer les manifestations de la pénurie. La déconnexion des mécanismes du marché faisait que les deux moteurs essentiels de la séduction du consommateur, qualité accrue et développement de produits, ne jouaient pour ainsi dire aucun rôle. Aussi les questions de la consommation furent-elles toujours, en RDA, des questions dérivées. Elles n’étaient au cœur de l’action de l’État que quand la direction du SED estimait qu’il était nécessaire de réduire les difficultés d’approvisionnement, les goulots d’étranglement ou les situations de crise afin de maintenir la situation « dans les limites de ce qui est gérable »53.

  • 54 Peter Hübner, Konsens, Konflikt und Kompromiß. Soziale Arbeiterinteressen und Sozialpolitik in der (...)
  • 55 Peter Skyba, « Sozialpolitik als Herrschaftssicherung. Entscheidungsprozesse und Folgen in der DDR (...)
  • 56 Stephan Merl, « Sowjetisierung in der Welt des Konsums », in : Konrad H. Jarausch, Hannes Siegrist(...)

20Surtout, la vie quotidienne en RDA resta particulièrement pénible comparée à la République fédérale. Certes, l’histoire de la consommation peut être considérée comme exemplaire pour le passage de la violence à des arrangements avec l’État-SED54. Mais il ne s’agissait pas d’un processus de remplacement d’un mode de gouvernement par un autre. Toute marge de manœuvre n’était en fin de compte déterminée ou limitée que par la prétention à la domination. Mais simultanément ce cadre n’était pas systématiquement défini par l’idéologie marxiste-léniniste, il se fondait sur le sentiment de sécurité de la direction du SED55. En fin de compte il apparaissait clairement à la population comme au parti dominant que la véritable solution alternative à ces conditions de vie étroites dans l’« État ouvrier et paysan » se trouvait de l’autre côté du Mur et qu’avec le temps la concurrence précisément sur le terrain de la consommation ferait voler en éclats le système de planification économique que la RDA avait emprunté au modèle soviétique56.

  • 57 Jonathan R. Zatlin, « Polnische Wirtschaft, deutsche Ordnung ? Zum Umgang mit den Polen in der DDR (...)
  • 58 Kaminsky (note 2), p. 160.

21Impuissant face à l’omniprésence de la télévision ouest-allemande et à la supériorité économique de la République fédérale, le SED essaya de sauver la face en mettant en avant la comparaison avec les pays-frères et la supériorité de la RDA sur eux (Union soviétique mise à part, évidemment). En situation de crise en particulier, comme ce fut le cas au tournant des décennies 1970/1980, la direction communiste du parti n’hésita pas à recourir sans la moindre pudeur à des stéréotypes anti-polonais pour détourner l’attention des problèmes fondamentaux de l’économie planifiée57. Une telle politique du bouc émissaire, populiste et envieuse, inspirée du bon vieux modèle national-socialiste, montre aussi que, dix ans avant la perte totale de son pouvoir, le SED n’avait plus de marge de manœuvre en matière de politique de la consommation. Quand l’Union soviétique libéra la RDA de l’étau dans lequel elle l’avait jusqu’alors maintenue, il apparut que les élites de l’Allemagne de l’Est n’avaient plus aucune confiance dans leur système économique. Dès lors plus rien n’incitait à la retenue. Les Allemands de l’Est s’en prirent aussi au régime à cause de l’échec de sa politique économique. À côté de « Nous sommes le peuple » et plus tard « Nous sommes un peuple » ils scandaient aussi « À bas les Alu-Chips ! »58. Les conditions de vie dans la société est-allemande firent que les gens de RDA voulaient pour leur bon travail bon argent. Cet aspect ne devrait pas être moins mis en avant que l’exigence de libertés politiques ou d’unité nationale. Cela soulevait une question : les expériences allemandes du vingtième siècle n’ont-elles pas précisément montré qu’un bon niveau de vie, la liberté et l’unité ne peuvent constituer la base solide d’une société stable qu’à condition d’y être présentes toutes les trois ?

Notes

1 Henrik Bispinck, « ›Republikflucht‹. Flucht und Ausreise als Problem der DDR-Führung, in : Dierk Hoffmann, Michael Schwartz, Hermann Wentker (éd.), Vor dem Mauerbau. Politik und Gesellschaft der DDR der Fünfziger Jahre, Munich, 2003, pp. 285 – 309.

2 Annette Kaminsky, Wohlstand, Schönheit, Glück. Kleine Konsumgeschichte der DDR, Munich, 2001.

3 Wolfgang König, Kleine Geschichte der Konsumgesellschaft. Konsum als Lebensform der Moderne, Stuttgart 2008.

4 Id., « Die siebziger Jahre als konsumgeschichtliche Wende in der Bundesrepublik », in : Konrad H. Jarausch (éd.), Das Ende der Zuversicht ? Die siebziger Jahre als Geschichte, Göttingen, 2008, pp. 84 – 99.

5 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004.

6 Voir le bilan d’étape que dresse Annette Kaminsky de la recherche en matière de consommation dans « Alltagskultur und Konsumpolitik », in : Rainer Eppelmann et al. (éd.), Bilanz und Perspektiven der DDR-Forschung. Hermann Weber zum 75. Geburtstag, Paderborn, 2003, pp. 246 – 253 ; Id, « ›Dépasser sans rattraper‹. L’évolution de la consommation en RFA et RDA », in : Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éd.), Allemagne 1945 – 1961. De la catastrophe ‹ à la construction du Mur, Villeneuve d’Ascq, 2008, pp. 113 – 131.

7 Klaus Schroeder, Der SED-Staat. Partei, Staat und Gesellschaft 1949 – 1990, Munich, 1998, ici p. XV.

8 Eckhard Jesse, « War die DDR totalitär ? », in : Aus Politik und Zeitgeschichte [APuZ], B 40 (1994), pp. 12 – 23.

9 On doit l’interprétation la plus convaincante à ce jour à Marc Alan Howard, « Die Ostdeutschen als ethnische Gruppe ? Zum Verständnis der neuen Teilung im geeinten Deutschland », in : Berliner Debatte INITIAL, 6 (1995) 4/5, pp. 119 – 131.

10 Voir la synthèse du conflit méthodologique de l’historiographie allemande que propose Thomas Lindenberger, « Alltagsgeschichte und ihr möglicher Beitrag zu einer Gesellschaftsgeschichte der DDR », in : Richard Bessel, Ralph Jessen (éd.), Die Grenzen der Diktatur. Staat und Gesellschaft in der DDR, Göttingen, 1996, pp. 298 – 325.

11 Cf. Konrad H. Jarausch, Michael Geyer, Zerbrochener Spiegel, Deutsche Geschichten im 20. Jahrhundert, Munich, 2005, pp. 303s.

12 Hartmuth Kaelble (éd.), Der Boom 1948 – 1973. Gesellschaftliche und wirtschaftliche Folgen in der Bundesrepublik Deutschland und in Europa, Opladen, 1992; Hannes Siegrist, Hartmuth Kaelble, Jürgen Kocka (éd.), Europäische Konsumgeschichte. Zur Gesellschafts-und Kulturgeschichte des Konsums (18. bis 20. Jahrhundert), Francfort/M., 1997.

13 Wolfgang König, Geschichte der Konsumgesellschaft, Stuttgart, 2000; Heinz-Gerhard Haupt, Konsum und Handel. Europa im 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, 2003; Christian Klein-schmidt, Konsumgesellschaft. Grundkurs Neue Geschichte, Göttingen, 2008.

14 Voir Alltagskultur der DDR. Begleitbuch zur Ausstellung Tempolinsen und PZ, édité par le Dokumentationszentrum Alltagskultur der DDR e. V., Eisenhüttenstadt, 1996.

15 Voir l’image que propose de la dicature du SED Ina Merkel, « Der aufhaltsame Aufbruch in die Konsumgesellschaft », in : Wunderwirtschaft DDR-Konsumkultur in den 60er Jahren, édité par la Neue Gesellschaft für Bildende Kunst, Cologne, 1996, pp. 8 – 20. Cette exposition a été prolongée à plusieurs reprises, et le catalogue a connu jusqu’en 1998 quatre éditions de 3 000 exemplaires chacune.

16 Philip Heldmann, Herrschaft, Wirtschaft, Anoraks. Konsumpolitik in der DDR der Sechzigerjahre, Göttingen, 2004 ; ID., « Les jeunes et la mode dans les années soixante », in : Documents, 54 (1999) 1, pp. 74 – 78 ; Mark Landsman, Dictatorship and demand, the politics of consumerism in East Germany, Cambridge, Mass., 2005.

17 Judd Stitziel, Fashioning socialism : clothing, politics, and consumer culture in East Germany, Oxford, 2005.

18 Cf. Stefan Wolle, « Herrschaft und Alltag, Die Zeitgeschichtsforschung auf der Suche nach der wahren DDR », in : APuZ, B 26 (1997), pp. 30 – 38.

19 Cf. Kaminsky (note 2), pp. 116ss.

20 Jens Hohensee, Der erste Ölpreisschock 1973/74. Die politischen und gesellschaftlichen Auswirkungen der arabischen Erdölpolitik auf die Bundesrepublik Deutschland und Westeuropa, Stuttgart, 1996.

21 Jürgen Habermas, Legitimationsprobleme im Spätkapitalismus, Francfort/M., 1973.

22 Daniell Bell, Die nachindustrielle Gesellschaft, Francfort/M., 1975.

23 Michael Wildt, Am Beginn der ›Konsumgesellschaft‹. Mangelerfahrung, Lebenshaltung, Wohlstandshoffnung in Westdeutschland in den fünfziger Jahren, Hambourg, 1994.

24 Axel Schildt, Moderne Zeiten. Freizeit, Massenmedien und ›Zeitgeist‹ in der Bundesrepublik der 50er Jahre, Hamburg, 1995.

25 Arne Andersen, Der Traum vom guten Leben. Alltags-und Konsumgeschichte vom Wirtschaftswunder bis heute, Francfort/M., 1997.

26 Anselm Doering-MANTEUFFEL, Wie westlich sind die Deutschen? Amerikanisierung und Westernisierung im 20. Jahrhundert, Göttingen, 1999.

27 Detlef Siegfried, Time Is on My Side. Konsum und Politik in der westdeutschen Jugendkultur der 60er Jahre, Göttingen, 2006.

28 Axel Schildt, Ankunft im Westen. Ein Essay zur Erfolgsgeschichte der Bundesrepublik, Francfort/M., 1999; cf. Sabine Haustein, Vom Mangel zum Massenkonsum. Deutschland, Frankreich und Großbritannien im Vergleich 1945 – 1970, Francfort/M., 2007.

29 Cf. Jennifer A. Loehlin, From Rugs to Riches: Housework, Consumption and Modernity in Germany, Oxford, 1999.

30 Cf. Ralph Jessen, « Bewältigte Vergangenheit – blockierte Zukunft ? Ein prospektiver Blick auf die bundesdeutsche Gesellschaft am Ende der Nachkriegszeit », in : Jarausch (note 4), pp. 177 – 195.

31 Burkhard Lutz, Der kurze Traum von der immerwährenden Prosperität. Eine neue Interpretation industrieller wie kapitalistischer Entwicklungen im Europa des 20. Jahrhunderts, Francfort/M., 1984.

32 Christian Kleinschmidt, « Konsumgesellschaft, Verbraucherschutz und Soziale Marktwirtschaft. Verbraucherpolitische Aspekte des ›Modell Deutschland‹ (1947 – 1975) », in : Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte [JWG], 1 (2006), pp. 13 – 28.

33 Kai F. Hünemörder, « 1972 – Epochenschwelle der Umweltgeschichte ? », in : Franz-Josef Brüggemeier, Jens Ivo Engels (éd.), Konflikte, Konzepte, Kompetenzen. Beiträge zur Geschichte des Natur-und Umweltschutzes seit 1945, Francfort/M., 2005, pp. 124 – 144.

34 Alfred Reckendrees, « Konsummuster im Wandel. Haushaltsbudgets in der Bundesrepublik Deutschland 1952 – 1998 », in : JWG, 2 (2007), pp. 29 – 61.

35 König (note 4), p. 91.

36 Karl Ditt, « Rationalisierung im Einzelhandel : Die Einführung und Entwicklung der Selbstbedienung in der Bundesrepublik Deutschland », in : Michael Prinz (éd.), Der lange Weg in den Überfluss. Anfänge und Entwicklung der Konsumgesellschaft seit der Vormoderne, Paderborn, 2003, pp. 315 – 356.

37 Cf. Hartmuth Häussler, Walter Siebel, Soziologie des Wohnens. Eine Einführung in Wandel und Ausdifferenzierung des Wohnens, Weinheim, 2000.

38 Dietmar Klenke, « Die deutsche Katastrophe und das Automobil. Zur ›Heils‹geschichte eines nationalen Kultobjektes in den Jahren des Wiederaufstiegs », in : Michael Salewski, Ilona Stölken-fitschen (éd.), Moderne Zeiten, Technik und Zeitgeist im 20. Jahrhundert, Stuttgart, 1994, pp. 157 – 173.

39 Wolfgang König, « Massentourismus. Seine Entstehung und Entwicklung in der Nachkriegszeit », in : Technikgeschichte, 64 (1997), pp. 305 – 322 ; Hasso Spode, Wie die Deutschen ›Reiseweltmeister‹ wurden. Eine Einführung in die Tourismusgeschichte, Wiesbaden, 2009.

40 Gerhard Schulze, Die Erlebnisgesellschaft. Kultursoziologie der Gegenwart, Francfort/M., 1992.

41 Ulrich Beck, Risikogesellschaft. Auf dem Weg in eine andere Moderne, Francfort/M., 1986.

42 Karl-Michael Brunner, « Konsum und soziale Differenzierung. Distinktionsprozesse im Konsumverhalten », in : Reinhard Eisendle et al. (éd.), Maschinen im Alltag. Studien zur Technikintegration als soziokulturellem Prozess, Munich, 1993, pp. 233 – 285.

43 König (note 4), p. 94.

44 Haupt (note 13), p. 159 ; cf. Mark Masower, Der dunkle Kontinent. Europa im 20. Jahrhundert, Berlin, 2000, surtout les chapitres 9 et 11.

45 Steiner (note 5), pp. 142 – 164.

46 Peter Skyba, « Konsumpolitik in der DDR 1971 bis 1989. Verbraucherpreise als Konfliktgegenstand », in : Rolf Walter (éd.), Geschichte des Konsums, Stuttgart, 2004, pp. 343 – 350.

47 Kleinschmidt (note 32), p. 181.

48 Burghard Ciesla, « Eine sich selbstversorgende Konsumgesellschaft ? Industrieller Fischfang, Fischverarbeitung und Fischkonsum in der DDR », in : Thomas Lindenberger (éd.), Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR, Cologne, 1999, pp. 205 – 234.

49 Patrice G. Poutrus, Die Erfindung des Goldbroilers. Herrschaftssicherung durch Konsumentwicklung in der DDR, Cologne, 2002 ; ID., « Culture alimentaire en RDA. La cas Goldbroiler », in : Documents, 54 (1999) 1, pp. 79 – 84.

50 Burghard Ciesla, Patrice G. Poutrus, « Food Supply in a Planned Economy : SED Nutrition Policy Beetween Crisis Response and Popular Needs », in : Konrad H. Jarausch (éd.), Dictatorship as Experience. Towards a Socio-Cultural History of the GDR, New York, Oxford 1999, pp. 143 – 162.

51 János Kornai, Das sozialistische System. Die politische Ökonomie des Kommunismus (Schriftenreihe des Bundesinstituts für ostwissenschaftliche und internationale Studien, Köln, vol. 29), Baden-Baden, 1995, pp. 257ss.

52 Kornai (note 51), pp. 263s.

53 Kornai (note 51), pp. 257ss., pp. 295ss. et pp. 341ss.

54 Peter Hübner, Konsens, Konflikt und Kompromiß. Soziale Arbeiterinteressen und Sozialpolitik in der SBZ/DDR 1945 – 1970, Berlin, 1995.

55 Peter Skyba, « Sozialpolitik als Herrschaftssicherung. Entscheidungsprozesse und Folgen in der DDR der siebziger Jahre », in : Clemens Vollnhals, Jürgen Weber (éd.), Der Schein der Normalität. Alltag und Herrschaft in der SED-Diktatur, Munich, 2002, pp. 39 – 80.

56 Stephan Merl, « Sowjetisierung in der Welt des Konsums », in : Konrad H. Jarausch, Hannes Siegrist (éd.), Amerikanisierung und Sowjetisierung in Deutschland 1945 – 1970, Francfort/M., 1997, pp. 167 – 194.

57 Jonathan R. Zatlin, « Polnische Wirtschaft, deutsche Ordnung ? Zum Umgang mit den Polen in der DDR », in : Christian Th. Müller, Patrice G. Poutrus (éd.), Ankunft – Alltag – Ausreise. Migration und interkulturelle Begegnungen in der DDR-Gesellschaft, Cologne, 2005, pp. 295 – 316.

58 Kaminsky (note 2), p. 160.

Auteur

Né en 1961 ; Chercheur à l’Université de la Ruhr, Bochum

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search