Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

II. Évolution politique, sociale et économique

Les économies : deux modèles à l’épreuve des réalités

Jean-François Eck

Texte intégral

  • 1 Slogan résumant la nouvelle ligne pratiquée par Erich Honecker depuis son arrivé au pouvoir en 197 (...)

1Tournant majeur dans la vie politique intérieure des deux États allemands et dans leurs relations réciproques, le début des années 1970 l’est également dans leur situation économique. Peu importe à cet égard le régime en vigueur, capitaliste ou socialiste. Dans l’ensemble du monde industrialisé, l’économie entre dans une ère d’incertitudes qui forment pour les pouvoirs en place autant de défis difficiles à affronter. Tentent-ils d’y parvenir en explorant de nouvelles voies ? Restent-ils fidèles aux formules qui ont fondé les modèles respectifs : économie sociale de marché d’une part, planification et édification du socialisme, autour de l’« unité entre la politique économique et la politique sociale »1 d’autre part ? Quels résultats obtiennent-ils à la fin de cette période qui s’ouvre en 1974 par l’arrivée d’Helmut Schmidt à la chancellerie d’Allemagne fédérale, précédée de peu, en Allemagne démocratique, par celle d’Erich Honecker au poste de premier secrétaire du SED, et qui s’achève en 1990 par la réunification, moins d’un an après la chute du Mur de Berlin ?

2Même s’il faut se garder d’une vision mécaniste qui ferait des succès économiques de la RFA et, inversement, des échecs de la RDA autant de facteurs explicatifs du dénouement final, même si celui-ci ressortit d’abord, à l’évidence, de la brusque déliquescence des régimes communistes dans l’ensemble de l’Europe, il reste que l’économie a tenu son rôle dans le processus. Sans doute celui-ci a-t-il été surtout indirect, formant une sorte de toile de fond devant laquelle s’agitent les principaux responsables. Il ne convient pas pour autant de l’ignorer, car ce sont bien la prospérité éclatante de l’Ouest, la médiocrité des performances de l’Est qui ont ancré, dans l’esprit de maints dirigeants et dans l’ensemble de l’opinion, la conviction qu’entre les deux ex-rivaux, les faits avaient tranché, sans appel possible, en faveur du premier, ne laissant comme issue au second que sa propre disparition.

  • 2 Comme par exemple Lothar Baar et Dietmar Petzina (éd.), Deutsch-deutsche Wirtschaft 1945 bis 1990. (...)
  • 3 C’est le cas par exemple de la nouvelle édition de l’ouvrage de Werner Abelshauser, Deutsche Wirts (...)

3Après avoir consacré d’importantes synthèses aux évolutions respectives des deux économies allemandes, les historiens se sont attachés aux études comparatives, parues en grand nombre depuis la réunification2. Certains ont envisagé l’espace germanique dans sa totalité, pour mieux dégager les traits de continuité avec l’évolution historique envisagée dans une perspective de long terme3. Il s’agira, dans cette brève présentation, de reprendre les apports de ces diverses présentations pour recenser, d’abord, les défis rencontrés par les deux économies à partir du début des années 1970, puis pour examiner les réponses qui y ont été apportées, qu’elles soient novatrices et pertinentes ou au contraire traditionnelles et inadaptées, enfin pour s’interroger sur le bilan de la période et l’ampleur des contrastes qui, à la veille de la réunification, les opposent l’une à l’autre.

Deux économies confrontées aux mêmes défis

4Les défis rencontrés par les deux économies, au début des années 1970, sont multiples. Présents dans tous les pays industrialisés développés, ils affectent les deux Allemagnes à des degrés divers, en fonction certes du régime auquel elles appartiennent, mais non sans présenter de larges similitudes. On retrouve ici, comme partout, les chocs énergétiques, le durcissement des tensions commerciales internationales, le ralentissement de la croissance qu’accompagnent des déséquilibres de plus en plus marqués.

  • 4 Le taux de dépendance énergétique, qui rapporte les importations nettes à la consommation intérieu (...)

5Les chocs énergétiques pèsent sur les deux économies. En RFA, l’extraction du charbon, de moins en moins rentable depuis le milieu des années 1960, poursuit le déclin relatif qui a conduit dès 1968 à la fondation de la « Ruhrkohle AG », société financée par les pouvoirs publics pour encadrer la production et restructurer les compagnies minières. Désormais la consommation d’énergie repose pour plus de moitié sur les importations, essentiellement de pétrole et de gaz naturel4. Dans de telles conditions, le quadruplement du prix du baril en 1973/74, puis son doublement en 1979/80, ponctionnent lourdement la demande intérieure. Ils n’affectent pourtant les équilibres extérieurs que de manière passagère. La balance commerciale demeure excédentaire, même à l’égard des pays producteurs de pétrole. Par contre, la balance des paiements courants, qui avait surmonté avec brio le premier choc pétrolier, connaît en 1979 – 1981 trois années consécutives de déficit, affaiblissant temporairement le deutsche Mark et obligeant même en 1980 à emprunter auprès des États-Unis et de l’Arabie saoudite les devises nécessaires à son soutien sur le marché des changes.

  • 5 Marie Lavigne, Économie internationale des pays socialistes, Paris, 1985.

6Contrairement à sa voisine, la RDA reste relativement protégée des chocs pétroliers grâce à l’existence du Comité d’assistance économique mutuelle (CAEM) qui regroupe depuis 1949 tous les pays socialistes. Elle n’en subit pas moins le contrecoup de la nouvelle politique des prix décidée par son principal fournisseur, l’URSS. Au lieu de vendre à ses partenaires son pétrole à des prix fixes, déterminés pour des périodes de cinq ans, celle-ci leur impose à partir de 1975 une révision annuelle, calculée à partir de la moyenne des cours mondiaux des cinq années précédentes (règle dite de Moscou). Certes elle ne répercute ainsi sur les « pays frères » qu’une partie de la hausse des prix mondiaux. Elle leur consent toujours un règlement à crédit, libellé en roubles transférables, unité de compte commune à l’intérieur du CAEM, et non au comptant, en devises fortes5. En 1981 toutefois, après avoir menacé la RDA de réduire de 19 à 17 millions de tonnes ses livraisons de pétrole brut, elle n’accepte de fournir les deux millions de tonnes manquantes que contre un paiement en devises convertibles. Tout incite donc les dirigeants est-allemands à revoir la politique qui, depuis le milieu des années 1960, misait sur le recours croissant aux hydrocarbures importés pour couvrir les besoins grandissants en énergie. Soucieux d’éviter le creusement de la dépendance énergétique, ils relancent l’extraction de la seule source primaire dont la RDA dispose en abondance, le lignite, malgré son faible pouvoir calorifique et ses dangers pour l’environnement. La production atteint à son maximum, en 1985, un niveau double de celui d’avant guerre (312 millions de tonnes). Elle emploie 134 000 salariés et confère à la RDA dans ce domaine, véritable repoussoir pour la modernisation, le premier rang mondial.

7Un autre défi pour les deux économies est représenté par la multiplication des tensions commerciales internationales, même si l’on parvient à éviter la spirale déflationniste des années 1930. Ces tensions n’épargnent pas la RFA. À la progression ininterrompue des exportations qui, depuis le début des années 1950, lui avait permis d’augmenter spectaculairement sa part dans le commerce mondial de marchandises, se substitue à partir de 1974 un coup d’arrêt, lié à la montée en puissance du Japon et des nouveaux pays industrialisés d’Asie orientale (Hong Kong, Taiwan, Singapour, Corée du Sud). Ceux-ci lui ravissent d’importantes parts de marché, dans des domaines comme les machines-outils, les appareils photographiques et optiques, l’électronique grand public.

  • 6 Gatt, Le commerce international, rapports annuels, Genève, 1951, 1961, 1974, 1984.

Tableau 1 : Part de la RFA dans les exportations mondiales de marchandises (%)6

1951

1961

1974

1984

RFA

4,5

10,7

11,3

8,9

États-Unis

19,7

17,7

12,3

11,4

Japon

1,8

3,6

7,0

8,9

8La RDA subit aussi, de manière indirecte, les contrecoups de ce durcissement du climat des relations commerciales internationales. Dans ses relations avec l’URSS, elle connaît une dégradation de ses termes d’échange, les prix auxquels elle exporte ses biens augmentant moins rapidement que ceux auxquels elle doit importer le pétrole soviétique, ainsi d’ailleurs que des produits bruts ou intermédiaires (cuivre, pâte de cellulose, produits sidérurgiques laminés). Sur les marchés des pays non socialistes, elle se heurte à une concurrence accrue. L’équilibre de ses échanges, théoriquement prévu par la planification, n’est plus assuré. Elle accumule ainsi une dette qui, à la différence de celle qui existe à l’égard du CAEM, est libellée en devises fortes. Encore minime au début des années 1970, elle est multipliée par douze au moment du deuxième choc pétrolier, représentant alors le triple du montant annuel des exportations.

  • 7 Chiffres dans Paul Bairoch, Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde, du XVI(...)

9Le ralentissement de la croissance sévit de part et d’autre de l’Elbe. En RFA, les années du « miracle » semblent désormais lointaines. Le taux de croissance annuel moyen du PIB demeure pendant douze ans inférieur à 3 % (2,6 % de 1973 à 1979, puis 1,3 % de 1979 à 1985). L’économie prolonge ainsi une tendance qui s’était manifestée de manière relativement précoce. Dès 1967, soit huit ans avant ses voisins, elle avait connu sa première récession depuis la fin de la guerre. Quant à la RDA dont le produit brut progresse de 1973 à 1985 au rythme annuel moyen de 4,7 % selon les chiffres officiels, de 2,5 % selon les estimations des experts occidentaux7, son économie paraît d’abord moins touchée par « la crise » que celle de la RFA, du fait de la répercussion différée des chocs pétroliers. Elle n’en connaît pas moins ensuite une quasi-stagnation qui aggrave la tendance au ralentissement amorcée dès les années 1960.

10Cette atonie, commune aux deux Allemagnes, forme la toile de fond aux multiples déséquilibres qui affectent, chacun à leur manière, les deux pays. Les uns sont inédits comme, en Allemagne fédérale, la coexistence de l’inflation et du chômage. Les autres sont récurrents, mais prennent un caractère de gravité accrue comme, en Allemagne démocratique, la multiplication des pénuries et l’insatisfaction des consommateurs.

11En RFA, l’inflation ouverte qui sévit à plusieurs reprises après 1974 représente un problème que l’on croyait disparu depuis le début des années 1950, un véritable défi, d’autant plus difficile à affronter que les pouvoirs publics en sont en partie responsables, ayant fréquemment recouru au déficit dans la gestion des finances publiques, tant fédérales que locales. Bien d’autres facteurs entretiennent les tensions inflationnistes, latentes depuis la fin des années 1960, et le renchérissement des prix de l’énergie, à cet égard, n’est qu’un élément supplémentaire parmi d’autres, communs à la plupart des pays industrialisés : augmentation des coûts salariaux, rendue inévitable du fait du vieillissement démographique ; montée des revendications syndicales ; progrès de la protection sociale accordée aux travailleurs ; développement excessif du crédit bancaire ; création fréquente de deutsche Mark par la Bundesbank pour soutenir le dollar lors des crises qui l’affectent sur le marché des changes. En moyenne, de 1974 à 1982, les prix de détail augmentent de 5 % par an, réalisant lors des chocs pétroliers deux pointes à un niveau supérieur (7 % en 1974, 6 % en 1981). La progression peut sembler modérée par rapport à celle des autres grands pays industrialisés. Elle pose néanmoins aux autorités fédérales un problème qu’elles ne parviendront véritablement à résoudre qu’à partir de 1982 et de l’arrivée au pouvoir, avec le chancelier Kohl, d’une nouvelle coalition formée par la CDU et le FDP.

  • 8 Les chiffres cités, pour l’inflation et le chômage, sont ceux du rapport annuel du Conseil des exp (...)

12Le chômage constitue un autre défi, tout aussi redoutable. Longtemps considéré comme incompatible avec l’inflation, il coexiste pourtant avec elle, en RFA comme ailleurs. Dès le premier choc pétrolier, il s’étend si rapidement qu’aux conventions internationales qui, depuis le milieu des années 1950, organisent l’accueil des travailleurs étrangers, succède dès 1973 l’interdiction par les autorités fédérales de toute nouvelle embauche d’immigrés, sauf en provenance du reste de la CEE. On assiste même, en 1974 – 1976, à l’apparition d’un solde migratoire négatif. Le taux de chômage reste cependant à 4,7 % des actifs en 1975. Il connaît ensuite une légère décrue (3,8 % en 1980), mais remonte au-dessus de 8, et même de 9 %, durant cinq années, de 1983 à 1987. En 1989, à la veille de la réunification, il atteint encore 7,9 % des actifs. La situation conjoncturelle reste donc peu favorable, tout au moins en ce qui concerne l’emploi car, depuis le milieu des années 1980, le risque inflationniste semble écarté et l’on assiste même parfois, comme en 1986 lors du contre-choc pétrolier, à un léger recul des prix de détail (-0,2 %)8.

13En RDA, les pénuries, phénomène récurrent depuis la fondation du nouvel État, affectent de plus en plus gravement la vie quotidienne de la population. Elles traduisent l’essoufflement de la situation économique. Déjà, pour de multiples denrées comme la viande, les matières grasses, le sucre, le lait, le rationnement n’avait pu être abrogé que très tardivement, en 1958. Désormais, la RDA qui manque des devises nécessaires pour importer du monde non communiste les denrées alimentaires, matières premières et produits manufacturés dont elle a besoin, subit de plein fouet le renchérissement des cours mondiaux, sans que ses dirigeants, par crainte du mécontentement populaire, le répercutent pleinement sur les consommateurs. Redoutant une explosion suscitée par une hausse des prix alimentaires, en un scénario dont l’exemple de la Pologne en 1970 a montré les risques, ils multiplient les subventions permettant aux ménages d’acheter des produits dont la quantité disponible et la qualité laissent de plus en plus à désirer. Les sommes incombant de ce fait au budget de l’État triplent en douze ans, de 1970 à 1982. Parallèlement, le gonflement des dépôts en caisses d’épargne traduit, comme dans les autres pays de l’Est, l’ampleur de la consommation insatisfaite. De même, on renonce à certaines mesures impopulaires comme par exemple, en 1977, le remplacement du café par un succédané qui serait seul autorisé dans les restaurants, cantines et lieux de restauration collective.

  • 9 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004, p. 218.

14Il est d’autres symptômes de la pénurie croissante, comme les longs délais d’attente imposés aux acheteurs potentiels de telle ou telle catégorie de biens. Le cas de l’automobile est ici symbolique : pour l’achat d’une automobile neuve, il faut, selon le modèle, patienter entre 12 et 17 ans. Cette situation provient moins de l’ampleur des besoins réels que de l’inscription sur les listes de candidats qui, en fait, n’ont pas véritablement besoin d’une automobile, mais prennent leurs précautions pour l’avenir, ou bien recherchent des pièces de rechange pour l’automobile qu’ils possèdent déjà ou encore se livrent au trafic lucratif qui consiste à revendre à d’autres candidats leur droit d’inscription sur la liste. L’écart entre la situation des Allemands de l’Ouest et de l’Est ne réside donc pas seulement dans les taux d’équipement respectifs ou la qualité des modèles proposés. Il se trouve aussi, plus profondément peut-être, dans le rapport entièrement faussé entre offre et demande qui résulte du mauvais fonctionnement de la planification car, « par suite du système des listes d’attente, personne n’était plus en mesure de dire à combien exactement se montaient les besoins en automobiles »9.

15Les défis auxquels sont confrontées les deux économies sont donc à la fois semblables et différents. En dépit de l’opposition des régimes en place et du profond contraste qui oppose une société d’abondance d’un coté, une société de pénurie de l’autre, on relève plusieurs traits communs : ralentissement précoce de la croissance, observable dès les années 1960, alors qu’elle connaît ses plus belles années dans les autres pays industrialisés ; sensibilité grandissante aux transformations du contexte économique international ; rigidité des structures internes, aboutissant à des déséquilibres de plus en plus profonds. La constatation est-elle analogue à propos des réponses qu’apportent les dirigeants à ces difficultés ?

Des solutions divergentes

16Dans ce domaine, il convient d’examiner la façon dont les pouvoirs en place font évoluer les « modèles » en vigueur, les choix qu’ils opèrent dans les grandes orientations de politique structurelle, enfin la place qu’ils accordent aux rapports entre leurs économies respectives et le reste du monde.

17La capacité d’évolution des « modèles » en vigueur au début des années 1970 diffère d’un pays à l’autre : rigidité croissante de l’économie de commandement de la RDA ; infléchissements progressifs de l’économie sociale de marché qui, en RFA, s’adapte à de nouvelles formules, parfois venues de l’étranger.

18En RDA, les difficultés économiques incitent les dirigeants à durcir l’emprise étatique. À partir de l’arrivée au pouvoir d’Erich Honecker, l’orthodoxie est vigoureusement réaffirmée. La propriété collective est généralisée. Dans l’industrie et l’artisanat, les dernières entreprises privées et coopératives subsistant encore qui, malgré leurs faibles dimensions, employaient 12 % de la main-d’œuvre, disparaissent à partir de 1972. La concentration progresse. Des combinats industriels géants sont mis en place tout au long des années 1970. Relevant directement des autorités centrales, ils regroupent en moyenne de 15 à 30 VEB (« Volkseigene Betriebe » ou « entreprises propriété du peuple »), formant ainsi des VVB (« Vereinigung Volkseigener Betriebe » ou « unions d’entreprises propriété du peuple »). Fondés sur une double logique d’intégration verticale ou horizontale destinée à la réalisation d’économies d’échelle et de gains de productivité, ils sont au nombre de 130 environ en 1980 et emploient 98 % de la main-d’œuvre de l’industrie. Parallèlement, dans l’agriculture, en application du plan Grüneberg, du nom du membre du Bureau politique du SED chargé des questions agricoles, les LPG (« Landwirtschaftliche Produktionsgenossenschaften ») de type III, mises en place depuis 1952, dans lesquelles tous les moyens de production sont mis en commun, atteignent des dimensions gigantesques : 4 500 hectares de superficie moyenne en 1989 et même, à leur extension maximale, en 1980, 4 700 hectares, contre 820 en 1960. Elles sont spécialisées, les unes dans les productions végétales, les autres dans l’élevage.

19La centralisation s’affirme. Supprimant les derniers vestiges du Nouveau système économique (NÖS) qui, depuis 1963, transposait en RDA certaines des réformes préconisées en URSS par l’économiste Evseï Liberman, le président de la Commission de l’économie au Bureau politique du SED, Günter Mittag, rétablit les méthodes traditionnelles de l’époque stalinienne. Le niveau de production remplace le profit comme indicateur fondamental de la réalisation du plan par les entreprises, complété par de nombreux indicateurs partiels censés améliorer leur efficacité. Les investissements sont à nouveau centralisés, les entreprises perdant la libre disposition d’une partie de leurs fonds de réserve. À tous les niveaux, le raidissement de la planification socialiste doit permettre de résoudre les difficultés de l’heure.

  • 10 « Les profits d’aujourd’hui forment les investissements de demain et les emplois d’après-demain ».
  • 11 Michel Hau, Histoire économique de l’Allemagne XIXe – XXe siècles, Paris, 1994, p. 194.

20En RFA au contraire, les dirigeants, tout en proclamant leur fidélité à l’économie sociale de marché, l’adaptent aux nouvelles conditions de l’évolution économique. Ils sont attentifs aux expériences étrangères, parfois même anticipent sur elles. Confronté à la montée des déficits publics, Helmut Schmidt, dès son arrivée au double poste de ministre fédéral des Finances et de l’Économie en 1972, s’éloigne du keynésianisme, avec lequel son prédécesseur Karl Schiller avait tenté de réaliser une synthèse. Devenu chancelier, il souligne, dans son célèbre « théorème »10, la nécessité de miser sur la profitabilité des entreprises pour maintenir à un haut niveau l’investissement et l’emploi. Cette « renonciation précoce à la politique de relance par la demande »11 annonce une politique de l’offre qui dépasse la simple recherche de la libre concurrence et de la stabilité monétaire et anticipe sur les orientations mises en œuvre dans les autres pays industrialisés durant les années 1980.

21De même, Helmut Kohl, à partir de 1982, puis des élections qui, l’année suivante, consolident sa majorité, déréglemente les activités, privatise de nombreuses entreprises publiques, parmi lesquelles VEBA, Volkswagen, Lufthansa, Salzgitter, Messerschmitt-Bölkow-Blohm, allège la pression fiscale. Il s’inspire ainsi directement du néolibéralisme anglo-saxon et infléchit les dogmes de l’économie sociale de marché, même si certaines mesures, comme la revente en bourse des entreprises possédées par l’État, peuvent se réclamer d’une large antériorité, les premières opérations de démocratisation du capital ayant eu lieu en RFA dès 1959/60. Parallèlement, en politique monétaire, la Bundesbank, alors dirigée par Karl Klasen, décide dès 1975 de fixer des objectifs annuels prévisionnels de progression de la masse monétaire et d’y adapter sa politique de taux d’intérêt. Elle témoigne ce faisant de sa sensibilité aux analyses monétaristes de l’inflation et anticipe sur le reste du monde industrialisé, puisque de telles orientations ne s’imposeront aux États-Unis que quatre années plus tard, lors de l’arrivée de Paul Volcker à la tête de la Réserve fédérale.

  • 12 Une vision très caractéristique de sa conception du rôle de l’État est fournie par son ouvrage Les (...)

22Certes il existe aussi des tendances inverses. Les ministres fédéraux de l’Économie, généralement membres de l’aile conservatrice du FDP, sont peu sensibles aux formules nouvelles. Leur hostilité à l’accroissement du rôle de l’État dans l’économie a des accents classiques. Tel est le cas du comte Otto von Lambsdorff, resté au gouvernement pendant six ans, de 1978 à 1984, qui joue un rôle essentiel lors du renversement de majorité de 1982, car son refus de la politique budgétaire menée par le gouvernement d’Helmut Schmidt l’amène à œuvrer à la formation d’une nouvelle coalition entre CDU et FDP. Tel est aussi le cas de son successeur Martin Bangemann qui quitte le gouvernement Kohl en 1988 pour devenir membre, puis vice-président de la Commission européenne, en charge de la politique de la concurrence12. En dépit de tels traits, on constate en RFA, contrairement à la RDA, une nette volonté des milieux dirigeants de renouveler le « modèle » en vigueur et d’éviter toute sclérose dans des formules dépassées.

  • 13 La RDA se présente, Dresde, 51973, pp. 114 et 120.
  • 14 Nous reprenons ici le titre d’ouvrages qui ont compté parmi ceux réalisés sur ces thèmes, en Allem (...)

23Les choix de politique structurelle opposent également les deux États. En RDA, on mise sur la croissance intensive et les gains de productivité pour réaliser des progrès dans la voie de l’avènement du socialisme. La propagande officielle le répète à l’envi, par exemple dans les brochures à destination de l’étranger : « L’augmentation du niveau de vie matérielle et du niveau culturel du peuple [se fera] grâce à l’accélération de la production socialiste, à la croissance de l’efficience du progrès scientifique et technique, ainsi qu’à la progression de la productivité du travail [car], par suite du degré de saturation dans l’utilisation des ressources, il n’est pratiquement plus possible d’envisager une croissance extensive des bases naturelles de la reproduction sociale »13. La recherche du progrès technique conduit à mettre en place de grands combinats autour des technologies avancées, tels « Carl Zeiss Jena », « Mikroelektronik Erfurt » ou « Robotron Dresden », à consacrer des sommes considérables à d’ambitieux programmes d’investissements. Les dirigeants n’entendent pas pour autant renoncer aux avancées sociales. De gros efforts sont faits en faveur du logement, avec 3 millions d’unités construites de 1975 à 1990, qui absorbe une part croissante des investissements bruts, de 7 % en 1970 à 12 % en 1982. Dans une perspective combinant progrès social et encouragements à la natalité, on réduit la durée du travail hebdomadaire des mères de famille et on allonge leurs congés annuels. On accorde aux jeunes ménages des prêts à taux d’intérêt réduits ou nuls. On multiplie les crèches et les jardins d’enfants. On relève les pensions de retraite au niveau jusque-là très modeste. Tout ceci fait de la RDA un pays où la dictature rencontre ses « limites » et où le communisme parvient, durant quarante années, à fonctionner « au quotidien », combinant de manière paradoxale l’adhésion et la mobilisation d’une minorité, mais aussi la passivité et le désenchantement du plus grand nombre14.

  • 15 En 1990, 25,9 % en France, 28,3 % au Danemark, 19,8 % au Royaume-Uni, 14,1 % aux États-Unis, selon (...)

24En RFA au contraire, la politique structurelle ne peut se développer, car les principes de l’économie sociale de marché interdisent aux pouvoirs publics de la pratiquer, tant au niveau fédéral que local. Les administrations de tutelle, telles que par exemple le ministère fédéral de la Recherche et de la Technologie ou celui de l’Économie et de l’Industrie, proposent aux entreprises des aides générales et indifférenciées qui ne privilégient en particulier aucune d’entre elles. Les participations publiques ne débouchent sur aucune immixtion dans la gestion des entreprises concernées. Certes les marchés publics permettent de favoriser telle ou telle firme et les subventions budgétaires sont nombreuses, ainsi que les dégrèvements fiscaux. Mais ces interventions se bornent à accompagner les mutations sectorielles et régionales, dans les mines, la sidérurgie, la construction navale, sans fausser pour autant le jeu de la libre concurrence, ce qu’elles ne sauraient d’ailleurs faire sans contrevenir aux règles suivies par l’Union européenne dans ce domaine, qui transposent les principes de l’économie sociale de marché. Ce sont donc les entreprises elles-mêmes, ou les fédérations professionnelles auxquelles elles appartiennent, qui élaborent et exécutent les principaux programmes suivis en matière de progrès technique, de formation professionnelle, de localisation des installations productives et qui, du même coup, modernisent les structures. Il reste aux pouvoirs publics ouest-allemands un champ d’action d’ampleur considérable : celui de la politique sociale. Le terme d’État-providence, peu utilisé en RFA pour ses connotations keynésiennes, n’empêche pas l’importance de l’effort consenti dans ce domaine. De 1970 à 1990, les dépenses sociales y passent de 19,5 à 23,8 % du PIB et culminent même à 26,2 % de celui-ci en 1982. De tels niveaux ne sont guère inférieurs à ceux de la France et de certains pays scandinaves et dépassent largement ceux de la Grande-Bretagne au sortir de l’ère de Margaret Thatcher ou des États-Unis d’après Ronald Reagan15.

25La place faite aux relations économiques extérieures est tout aussi révélatrice du contraste qui oppose les deux Allemagnes face à la nouvelle donne des années 1974-1990. Ces relations posent de graves problèmes aux autorités de RDA car, même si l’URSS fournit les hydrocarbures indispensables à des conditions relativement favorables, il n’en faut pas moins trouver les devises nécessaires au service de la dette extérieure et au règlement des importations en provenance des pays non socialistes, pour les matières premières et denrées alimentaires sans lesquelles le fonctionnement de l’économie serait impossible et l’approvisionnement de la population compromis. Or les exportations d’articles manufacturés, encadrées depuis 1966, au sein du ministère du Commerce extérieur, par le « Bereich Kommerzielle Koordinierung », se heurtent à une vive concurrence sur le marché mondial et rapportent de moins en moins de devises. Les dirigeants sont donc amenés à recourir progressivement à toutes sortes d’expédients : ventes d’armes et de produits pétroliers, obtenus à partir du raffinage des cargaisons de brut soviétique, si importants qu’ils finissent par occuper la première place dans les exportations ; vente de marchandises reçues en compensation dans les transactions avec les pays du Tiers Monde : vente de visas d’émigration vers l’Ouest accordés à des prisonniers politiques et des dissidents ; obligation de payer en deutsche Mark imposée aux Allemands de l’Ouest pour régler leurs frais de séjour et droits de circulation sur les autoroutes de liaison avec la RFA ; invitation aux touristes étrangers d’effectuer leurs achats en devises dans les chaînes de magasins « Exquisit » et « Delikat » où, à partir de 1974, les Allemands de l’Est peuvent également acquérir des produits étrangers, pourvu qu’ils les payent en monnaies occidentales.

26À ces difficultés, répond l’aisance avec laquelle, durant cette même période, la RFA consolide sa place dans l’économie mondiale. Elle demeure une très grande puissance exportatrice, accédant même temporairement au premier rang devant les États-Unis en 1986, du fait de l’affaiblissement du dollar lié à l’accord du Plaza signé l’année précédente entre les cinq premiers pays industrialisés, qui surenchérit la valeur des exportations libellées en deutsche Mark. Même si sa compétitivité est menacée par la lourdeur de ses prix de revient, elle parvient à reconvertir sa puissance sur de nouvelles bases, substituant au commerce extérieur la monnaie et les investissements à l’étranger. Elle est redevenue depuis 1975 exportatrice nette de capitaux à long terme, comme au début du XXe siècle. La force de sa monnaie permet aux grands groupes industriels et tertiaires de multiplier les rachats et implantations sur tous les continents. Le deutsche Mark est en effet désormais la deuxième monnaie de réserve du monde et la priorité qu’accordent les dirigeants de la Bundesbank au maintien de la stabilité monétaire lors de chaque poussée spéculative sur le marché des changes conduit à multiplier les réévaluations. Aux trois opérations déjà survenues de 1961 à 1971 s’en ajoutent dix autres, dont sept de 1979 à 1987. Le deutsche Mark domine les autres monnaies européennes, qu’elles participent avec lui à la fluctuation monétaire commune dans le cadre du serpent (1972), puis du Système monétaire européen (1979) ou qu’elles restent à l’écart comme la livre sterling. Quant à la valeur du dollar, elle est ramenée de 3,66 DM en 1971 à 1,62 DM en 1990, tout au long d’une période entrecoupée, il est vrai, par une phase de forte appréciation au début de la présidence de Ronald Reagan.

  • 16 Sabine M. Urban et Ernst-Moritz LIPP, L’Allemagne, une économie gagnante ?, Paris, 1988.
  • 17 Bernard Keyser, « Le modèle économique allemand. Mythes et réalités », in : Notes et études docume (...)

27Certes on peut s’interroger sur la possibilité pour la RFA de demeurer ainsi, à long terme, « une économie gagnante »16. Il reste que les « cercles vertueux » successifs mis en valeur par les économistes qui relient stabilité des prix et dynamisme exportateur, puis puissance monétaire et ralentissement de la croissance jouent en faveur du renforcement de sa puissance17. Sa situation s’oppose ainsi diamétralement à celle de la RDA. Il n’est d’ailleurs que de comparer les orientations contraires des courants d’échange pour constater l’intensification de ses rapports avec les pays industrialisés européens, tandis que la RDA pâtit de ne pouvoir échapper à l’orientation trop exclusive de ses échanges vers un bloc socialiste en perte de vitesse.

  • 18 Chiffres tirés de Statistisches Jahrbuch für die Bundesrepublik, années 1970 et 1989, cités par Ab (...)

Tableau 2 : Répartition du commerce extérieur des deux Allemagnes par directions géographiques (%)18

Tableau 2 : Répartition du commerce extérieur des deux Allemagnes par directions géographiques (%)18

28Dans les deux États allemands, les réponses apportées aux défis économiques des années 1974 – 1990 sont donc contrastées. Certaines similitudes, pourtant, rapprochent les situations de départ respectives, qu’il s’agisse du ralentissement de la croissance, du vieillissement démographique ou de la sensibilité aux crises énergétiques. L’écart n’en est pas moins flagrant. Il n’a rien d’étonnant. Les deux pays appartiennent à des camps différents et se posent, face à face, en éternels compétiteurs, incarnant des modèles rivaux depuis leur fondation. Dès lors, se pose la question du bilan des expériences respectives. Comment se présente-t-il dans chacun des deux États ?

Contrastes et oppositions des résultats

29Pour le dresser, on peut faire ressortir, tout d’abord, l’ampleur du contraste opposant la réussite et l’enrichissement d’un côté, l’échec et l’appauvrissement de l’autre. Mais il est également nécessaire d’examiner l’évolution des structures productives respectives. Enfin, la réunification qui prend l’aspect d’une absorption de l’une des deux économies par l’autre n’est-elle pas, malgré sa soudaineté, préparée par un long processus d’interdépendance dont on peut observer les progrès bien avant la chute du Mur de Berlin ?

  • 19 Andrée Michel, Siemens, trajectoire d’une entreprise mondiale, Paris, 1997 ; Hau (note 11), p. 201
  • 20 Magali Demotes-Mainard, L’économie de la RFA, Paris, 1989, p. 93.

30À la fin des années 1980, le contraste entre les situations des deux économies est évident. À cette date, on peut considérer que la RFA a surmonté une bonne part des difficultés rencontrées depuis 1974. Certes, le combat contre le chômage est loin d’être gagné. De grands groupes industriels optent pour la délocalisation partielle de leurs activités, tel Siemens qui fait passer la part de ses effectifs employés hors d’Allemagne de 24 à 38 % du total entre 1971 et 199019. Cependant, l’essentiel de la base productive reste solidement implanté en République fédérale. Les salaires ne se sont pas effondrés. L’ampleur des conflits sociaux, même s’ils inquiètent beaucoup l’opinion, doit être relativisée par rapport à la situation des pays voisins. Le consensus social, base traditionnelle du « modèle », se maintient, malgré les vives oppositions auxquelles s’est heurtée, dans les milieux patronaux, l’extension de la cogestion à toutes les entreprises de plus de 2 000 salariés décidée en 1976. La RFA continue à jouir, selon l’heureuse expression de Magali Demotes-Mainard, d’une « économie de métier »20. Le niveau de vie de sa population progresse, malgré le ralentissement de la croissance, et la consommation de masse se développe, formant avec la RDA un abrupt contraste, tandis que les inégalités sociales ne paraissent pas avoir significativement progressé par rapport à leur niveau du début des années 1970.

  • 21 Steiner (note 9), p. 212.

31La RDA par contre éprouve des difficultés grandissantes à concilier la modernisation de son appareil productif et la satisfaction des besoins de ses habitants. Au prix de très lourds efforts, certains des objectifs dans le domaine des techniques avancées sont atteints, mais dans des conditions économiquement aberrantes, liées en grande partie à l’isolement dans lequel se fait la recherche fondamentale et appliquée. Les puces électroniques par exemple, enfin mises au point en 1988, ont un coût de production qui équivaut à 200 fois leur prix d’achat sur le marché mondial. Le rattrapage du niveau technologique atteint par la RFA devient hors de portée. Au milieu des années 1980, le taux d’équipement en machines à commande numérique dans l’industrie du travail des métaux est de 300 pour 100 000 salariés mais de 2 600 en RFA21. La productivité est médiocre, atteignant, selon les estimations les plus répandues, seulement le tiers de son niveau dans le pays voisin. Les sommes englouties par les grands programmes de modernisation manquent pour assurer le remplacement des équipements et l’entretien des infrastructures de base. Sur 500 km d’itinéraires ferroviaires, la deuxième voie, démontée au lendemain de la guerre par les occupants soviétiques, reste toujours manquante et la moitié des autoroutes en service, qui remontent au IIIe Reich, sont tellement endommagées que le trafic y est fortement ralenti. Or, tandis que le volume des investissements productifs recule à partir de 1982, la consommation des ménages n’est que médiocrement assurée. Les taux d’équipement des ménages, à la veille de la réunification, le montrent à l’évidence. Ils n’atteignent qu’un niveau modeste, parfois même très faible, par rapport à ceux de la RFA.

  • 22 Chiffres du Deutsches Institut fur Wirtschaftsforschung à Berlin (West), cités par Hau (note 11), (...)

Tableau 3 : Taux d’équipement des ménages en 1989 (%)22

RFA

RDA

Rapport

Automobiles

83

48

1 à 1,7

Téléviseurs en couleur

86

39

1 à 2,2

Téléphones

92

7

1 à 13

  • 23 Interview recueillie dans Thomas Grimm (éd.), Was von den Träumen bleibt. Eine Bilanz der sozialis (...)

32Les pénuries subsistent, obligeant les salariés à s’absenter de leur poste de travail pour acquérir tel ou tel bien dont on signale l’arrivage soudain dans les magasins. La société, sans être misérable, se trouve encore loin de l’abondance. Point d’étonnement, dans ces conditions, à observer le découragement à tous les niveaux, y compris chez les intellectuels les plus fidèles au nouvel État construit depuis 1949. Interrogé peu après la réunification sur les raisons de son mutisme face aux problèmes dans lesquels s’enfonçait la RDA, l’historien du mouvement ouvrier Jürgen Kuczynski répond, non sans franchise : « D’abord, je ne souhaitais pas dénoncer publiquement les erreurs commises. Ensuite, je savais que mes critiques éventuelles ne seraient pas publiées. Enfin, je n’aurais jamais trouvé le temps nécessaire pour écrire mon histoire en quarante volumes de la situation des travailleurs sous le régime capitaliste si j’avais multiplié les prises de position sur l’économie de notre pays »23.

33Si l’on se tourne à présent du côté des structures productives, on constate que les deux Allemagnes, encore proches l’une de l’autre au début des années 1970, évoluent ensuite dans des sens de plus en plus divergents, reflétant ainsi les orientations des économies respectives.

34Parties d’une répartition sectorielle peu différente en 1970, la RFA et la RDA parviennent une vingtaine d’années plus tard à une situation opposée. La part des actifs employés dans le secteur secondaire (mines et énergie, industrie manufacturière, bâtiment et travaux publics), initialement identique, connaît en RFA un recul relatif rapide qui, joint au délestage du secteur primaire, fait des services le principal employeur à la veille de la réunification, même s’ils sont moins développés que dans d’autres pays industrialisés, notamment en France (65 % en 1990).

  • 24 Chiffres tirés de Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Auf (...)

Tableau 4 : Répartition sectorielle de la population active (%)24

Tableau 4 : Répartition sectorielle de la population active (%)24

35La RDA, par contre, ne connaît qu’un lent déclin relatif de ses secteurs primaire et secondaire, ce qui ne permet au secteur tertiaire que d’effectuer une médiocre progression. On pourrait préciser davantage, comparer, par exemple, la répartition de la main-d’œuvre dans les différentes branches de l’industrie ou de celle du secteur tertiaire entre services à usage collectif et services individuels, ou bien encore relever la date à laquelle la part relative du secteur secondaire atteint son point culminant dans la population active : 1965 en RFA (49 %), 1989 en RDA (50 %), l’année même de la chute du Mur, soit, entre les deux Allemagnes, un décalage de l’ordre d’un quart de siècle. Tout conduit donc au même constat : à la veille de la réunification, tandis que la RFA fait figure d’économie post-industrielle, la RDA demeure profondément marquée par le poids de l’industrie, avec les coûts et nuisances qui en résultent, la charge aussi qu’implique l’indispensable renouvellement de son appareil productif.

  • 25 Stefan Goch (éd.), Strukturwandel und Strukturpolitik in Nordrhein-Westfalen, Münster, 2004.

36Il en est de même au niveau régional. La RFA remporte d’appréciables succès face aux difficultés des régions en déclin. En Rhénanie du Nord-Westphalie par exemple, la politique active menée par les responsables, tant au niveau du Land que des municipalités, jointes aux efforts conjoints du patronat et des syndicats, permet l’accueil de nouvelles technologies, le renouvellement du tissu industriel, l’implantation d’activités tertiaires. Même si, parallèlement, de lourds problèmes subsistent au niveau de l’emploi, de l’environnement, de la cohésion sociale, on peut considérer que la reconversion est en bonne voie25. Dans l’ensemble du pays, un écart sensible oppose les régions en déclin (bassins charbonniers et sidérurgiques, foyers textiles, grands ports de la mer du Nord et de la Baltique) et les régions dynamiques situées dans les Länder d’Allemagne méridionale (Bade-Wurtemberg, Bavière, Hesse). Il n’est pas si creusé qu’il remette en cause l’homogénéité relative de la structure territoriale. La RDA se trouve dans une situation différente. Ne pouvant ou ne souhaitant pas revenir sur les choix antérieurs, les dirigeants maintiennent en activité les grands complexes d’industrie lourde édifiés durant les années 1950, comme par exemple « Schwarze Pumpe » qui exploite les ressources en lignite de Lusace. C’est du même coup nier l’héritage du passé de régions industrielles traditionnellement consacrées à des activités légères et diversifiées et suivre une politique d’aménagement de l’espace diamétralement opposée à celle d’autres grands pays industrialisés. De plus, l’importance de la capitale n’est pas comme en RFA contrebalancée par un dense tissu de foyers d’activité au poids équivalent. Le refus du fédéralisme contribue encore à figer les structures d’une manière qui s’éloigne profondément du pays voisin.

37Ainsi, à la veille de la réunification, les économies des deux Allemagnes sont devenues très différentes l’une de l’autre, tant par leur capacité productive que par le niveau de vie qu’elles procurent aux habitants ou le degré d’influence qu’elles possèdent sur la scène internationale. En dépit de ces contrastes, des symptômes d’interdépendance croissante peuvent être relevés. Quelle interprétation peut-on en donner ? Signifient-ils que, par le biais de l’économie, la RDA passe progressivement sous la domination de la RFA ? L’autonomie de décision de ses dirigeants ne reste-t-elle pas entière, démentant les espoirs de ceux qui, en RFA, croient pouvoir ainsi infléchir leur politique dans telle ou telle direction ? Sur ce point, les appréciations divergent, comme face à toute relation inégalitaire entre pays, où l’effet de domination est susceptible de jouer de manière ambivalente.

38Il existe par exemple une dépendance financière croissante de la RDA à l’égard des banques de RFA, et même du gouvernement fédéral. En 1983 – 1984, ce dernier se porte garant de prêts bancaires privés accordés à la RDA pour un total de 2 milliards de DM. En période de montée des cours et de conditions de plus en plus draconiennes mises par l’URSS à la livraison de son pétrole, la RDA évite ainsi la paralysie de son économie. Mais elle le fait au prix d’un endettement accru et de la soumission à une influence que certains hommes politiques, dont le ministre-président de Bavière, Franz Josef Strauß, qui a joué un rôle décisif dans la négociation, ne se cachent pas de vouloir exercer pour inciter les dirigeants est-allemands à la souplesse dans les relations de part et d’autre du rideau de fer.

39De même, on peut parler de dépendance commerciale de la RDA vis-à-vis de la RFA, son premier partenaire dans le monde non communiste qui, depuis la signature du traité de Rome, lui sert de moyen d’accès au marché communautaire où ses produits pénètrent en franchise de droits de douane, étant assimilés à des produits originaires d’Allemagne fédérale. Cette conséquence inattendue de la « doctrine Hallstein » représente certes un élément positif pour la RDA qui peut ainsi se procurer de précieuses devises et échapper à l’orientation trop exclusive de ses relations extérieures vers le monde socialiste. Mais n’est-elle pas dangereuse pour la RFA qui subit de ce fait une concurrence gênante pour ses entreprises dans des secteurs sensibles comme la sidérurgie, la chimie de base, les engrais, les machines-outils ?

  • 26 Steiner (note 9), pp. 210 – 211.

40Enfin, les symptômes de dépendance technologique sont indéniables. En 1983 un nouveau programme de développement de la construction automobile en RDA décide d’y équiper les modèles « Trabant » et « Wartburg » de moteurs plus économes en essence, produits à partir de pièces livrées par Volkswagen. Le groupe ouest-allemand sera réglé, non pas en devises, mais par compensation, sous forme de livraison d’une partie des moteurs produits. Là encore, l’interdépendance joue dans les deux sens : à l’avantage de la RDA qui espère mettre à niveau une importante branche de son économie et mieux satisfaire les besoins de sa population ; à celui de la RFA dont l’un des principaux groupes industriels reçoit des équipements produits à un coût moindre que s’ils l’étaient sur le territoire fédéral. En 1988, les premières automobiles « Wartburg » équipées de ces nouveaux moteurs sortent des chaînes de fabrication, trop tard cependant pour pouvoir exercer pleinement l’effet modernisateur escompté26.

En conclusion, un appel à de nouvelles recherches

41De 1974 à 1990, la comparaison de l’évolution économique des deux compétiteurs qu’ont représenté longtemps l’un pour l’autre la RFA et la RDA tourne de manière décisive à l’avantage de la première. Bien avant la chute du Mur, malgré la désinformation et le flou qu’entretient le régime est-allemand sur l’ampleur des taux de croissance, le niveau de la productivité ou le montant des réserves de change, il est clair que les réalités ont tranché. Malgré les difficiles problèmes qu’a subis la République fédérale durant cette période du fait des remous de l’économie mondiale, son économie extravertie fondée sur la libre concurrence l’a emporté. Par contre, l’économie de commandement isolée du reste du monde à laquelle est restée fidèle l’Allemagne démocratique s’est enfoncée dans une crise systémique que le régime en place s’avère incapable de résoudre.

42Les grandes lignes de l’évolution que nous avons tenté de retracer ici sont donc claires, sinon évidentes. Elles n’en laissent pas moins dans l’ombre de nombreux aspects. On n’a pas manqué de le remarquer : la configuration des acteurs, publics et privés, la manière dont ont été prises les décisions, l’histoire des secteurs et celle des entreprises, l’évolution des équilibres régionaux sont encore peu abordées, voire totalement méconnues. Bien des pans de la réalité peuvent ainsi donner lieu à des recherches qui, en histoire économique comme dans d’autres disciplines, restent, s’agissant de l’Allemagne contemporaine, largement ouvertes aux générations futures.

Notes

1 Slogan résumant la nouvelle ligne pratiquée par Erich Honecker depuis son arrivé au pouvoir en 1971, adopté officiellement lors du IXe congrès du SED en 1976.

2 Comme par exemple Lothar Baar et Dietmar Petzina (éd.), Deutsch-deutsche Wirtschaft 1945 bis 1990. Strukturveränderungen, Innovationen und regionaler Wandel. Ein Vergleich, Sankt Katharinen, 1999.

3 C’est le cas par exemple de la nouvelle édition de l’ouvrage de Werner Abelshauser, Deutsche Wirtschaftsgeschichte seit 1945, Munich, 2004, qui consacre tout un chapitre aux « aspects économiques de la question allemande » permettant d’étudier, à côté de l’évolution générale des deux économies, des aspects sectoriels comme la place de l’automobile ou la situation de l’industrie chimique, envisagés dans la globalité de l’espace germanique.

4 Le taux de dépendance énergétique, qui rapporte les importations nettes à la consommation intérieure d’énergie, atteint 56 % en 1973, chiffre plus élevé que dans d’autres pays européens comme le Royaume-Uni (50 %) ou les Pays-Bas (23 %), moindre cependant qu’en France (81 %) ou en Italie (85 %) (Annuaire statistique Eurostat, année 1973).

5 Marie Lavigne, Économie internationale des pays socialistes, Paris, 1985.

6 Gatt, Le commerce international, rapports annuels, Genève, 1951, 1961, 1974, 1984.

7 Chiffres dans Paul Bairoch, Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde, du XVIe siècle à nos jours, t. 2, Paris, 1997, pp. 312 – 313, ainsi que dans Xavier Richet, Les économies socialistes européennes : crise et transition, Paris, 1992 et Włodzimierz Brus, Histoire économique de l’Europe de l’Est 1945 – 1985, Paris, 1986.

8 Les chiffres cités, pour l’inflation et le chômage, sont ceux du rapport annuel du Conseil des experts, qui diffèrent parfois de ceux de l’OCDE ou d’Eurostat. Ils sont commodément rassemblés dans des manuels tels que celui de Gérard Schneilin et Horst Schumacher, Économie de l’Allemagne depuis 1945, Paris, 1992, p. 52, ou dans de brèves synthèses comme Alphonse Losser, L’économie de l’Allemagne, Paris (Que sais-je ?), remis à jour dans ses éditions successives.

9 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004, p. 218.

10 « Les profits d’aujourd’hui forment les investissements de demain et les emplois d’après-demain ».

11 Michel Hau, Histoire économique de l’Allemagne XIXe – XXe siècles, Paris, 1994, p. 194.

12 Une vision très caractéristique de sa conception du rôle de l’État est fournie par son ouvrage Les clés de la politique industrielle en Europe, préface Jacques Delors, Paris, 1992.

13 La RDA se présente, Dresde, 51973, pp. 114 et 120.

14 Nous reprenons ici le titre d’ouvrages qui ont compté parmi ceux réalisés sur ces thèmes, en Allemagne et en France, comme Richard Bessel et Ralf Jessen (éd.), Die Grenzen der Diktatur. Staat und Gesellschaft in der DDR, Göttingen, 1996 et Sandrine Kott, Le communisme au quotidien. Les entreprises d’État dans la société est-allemande, Paris, 2001.

15 En 1990, 25,9 % en France, 28,3 % au Danemark, 19,8 % au Royaume-Uni, 14,1 % aux États-Unis, selon les chiffres de l’OCDE cités par Bairoch (note 7), pp. 502 – 503.

16 Sabine M. Urban et Ernst-Moritz LIPP, L’Allemagne, une économie gagnante ?, Paris, 1988.

17 Bernard Keyser, « Le modèle économique allemand. Mythes et réalités », in : Notes et études documentaires, no 4549 – 4550, décembre 1979.

18 Chiffres tirés de Statistisches Jahrbuch für die Bundesrepublik, années 1970 et 1989, cités par Abelshauser (note 3), p. 368. Les totaux diffèrent de 100 %, les relations avec certains États n’ayant pas été prises en compte.

19 Andrée Michel, Siemens, trajectoire d’une entreprise mondiale, Paris, 1997 ; Hau (note 11), p. 201.

20 Magali Demotes-Mainard, L’économie de la RFA, Paris, 1989, p. 93.

21 Steiner (note 9), p. 212.

22 Chiffres du Deutsches Institut fur Wirtschaftsforschung à Berlin (West), cités par Hau (note 11), p. 210.

23 Interview recueillie dans Thomas Grimm (éd.), Was von den Träumen bleibt. Eine Bilanz der sozialistischen Utopie, Berlin, 1993, pp. 94 – 95.

24 Chiffres tirés de Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Auf dem Wege zur wirtschaftlichen Einheit Deutschlands, Stuttgart, 1990, cités par Losser (note 8), édition 1992, p. 72.

25 Stefan Goch (éd.), Strukturwandel und Strukturpolitik in Nordrhein-Westfalen, Münster, 2004.

26 Steiner (note 9), pp. 210 – 211.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Répartition du commerce extérieur des deux Allemagnes par directions géographiques (%)18
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/43811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 4 : Répartition sectorielle de la population active (%)24
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/43811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search