Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

II. Évolution politique, sociale et économique

La politique économique et sociale sous le signe du choc pétrolier

Dierk Hoffmann
Traduction de Claire Aslangul

Texte intégral

  • 1 Neues Deutschland, 28.10.1973, p. 7.
  • 2 Protokoll der Verhandlungen des IX. Parteitages der SED (18. – 22.5.1976), Berlin-Est, 1976, vol.  (...)

1Le 28 octobre 1973, « Neues Deutschland », l’organe officiel du Comité central du parti socialiste unifié de RDA, le SED, fit paraître sur l’avant-dernière page une dépêche apparemment tout à fait insignifiante, mais pourtant capitale : « En signe de protestation contre la guerre d’agression israélienne et le soutien de celle-ci par les États-Unis et d’autres États capitalistes, les pays pétroliers arabes ont réduit leur production de brut de 20 % »1. Quelques semaines auparavant, l’organe de propagande est allemande avait évoqué la guerre du Kippour qui venait d’éclater, et il avait alors pris ouvertement parti contre Israël. Par la suite cependant un autre thème fut mis en avant, la crise économique du capitalisme occidental. Les pronostics du SED étaient enfin confirmés : depuis la fin des années 1940, le Politbüro avait prédit l’effondrement de l’ennemi de classe – il semblait désormais enfin imminent. Lors du 9e congrès du SED en 1976 encore, Erich Honecker soulignait la prétendue supériorité de l’économie planifiée, qui selon ses dires n’était pas affectée par la crise des prix du pétrole, contrairement à l’économie de marché, vulnérable aux crises2. La RDA, qui se trouvait à la frontière entre l’Est et l’Ouest pendant la guerre froide, semblait enfin pouvoir devenir la vitrine attrayante de l’Est.

  • 3 Statistische Übersichten zur Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945. Band West, édi (...)
  • 4 Manfred G. Schmidt, « Rahmenbedingungen », in : Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1 (...)
  • 5 Ibid., pp. 41s.

2À partir de la deuxième moitié des années 1970 la hausse du chômage en RFA sembla effectivement donner raison au début à la direction du SED. Ainsi que le taux de chômage grimpa-t-il au cours de la récession de 1974/75 de 2,6 à 4,7 %. Une autre poussée eut lieu avec la deuxième crise pétrolière à la fin des années 1970, lorsque le chômage passa de 3,8 % en 1980 à 5,5 % en 1981, pour atteindre l’année suivante 7,5 %. Le pourcentage de chômeurs continua à grimper irrésistiblement et atteignit 9,1 % en 19833. Cette évolution dramatique est encore plus criante lorsqu’on observe les chiffres absolus : de 1974 (582 000) à 1975 (1,074 million), le nombre de chômeurs fut presque multiplié par deux. Dans le même temps, le nombre des travailleurs à temps partiel passa de 292 000 en 1974 à 773 000 en 1975. Le chômage n’était plus seulement conjoncturel, mais structurel, avec le développement d’un écart indéniable entre les structures de l’offre d’emplois et celles de la demande4. En comparaison avec la majorité des pays de l’OCDE, la croissance économique de la RFA, considérablement ralentie, et l’inflation croissante sautaient particulièrement aux yeux. À la fin de la décennie, la « stagflation » (mot composé à partir de stagnation et inflation) était l’un des concepts les plus présents dans le débat public. Pour de nombreux citoyens ouest-allemands qui avaient vécu enfants ou adolescents les années turbulentes du début de la République de Weimar, le spectre de l’inflation refaisait son apparition pour la première fois depuis la grande réforme monétaire de 1948. L’année du choc pétrolier, les prix à la consommation augmentèrent en RFA de 6,9 %, et avec la rupture de conjoncture, le produit intérieur brut baissa en valeur réelle de 1,8 %5. Il était indéniable qu’on avait affaire aux signes d’une crise économique profonde en Allemagne de l’Ouest.

  • 6 Gerhard A. Ritter, Der Preis der deutschen Einheit. Die Wiedervereinigung und die Krise des Sozial (...)

3À première vue, la RDA ne fut quant à elle confrontée au problème du chômage que jusqu’au début des années 1950. Mais bien que le nombre des chômeurs comptabilisés fût rapidement devenu insignifiant, l’assurance chômage ne fut abolie qu’en 1977. Parmi les problèmes structurels du marché de l’emploi est-allemand dominait depuis le début un manque permanent de main d’œuvre, qui n’était pas dû au seul fait qu’il existait, jusqu’à la construction du Mur en 1961, un flux de départs vers l’Ouest. Le manque de disponibilité de la main d’œuvre et sa fluctuation étaient pour les instances économiques centrales de l’État et du Parti un casse-tête permanent. En particulier, la pénurie de main d’œuvre que l’on déplorait sous l’ère Honecker était souvent due au maintien dans les entreprises d’une main d’œuvre sous-utilisée. Ce phénomène peut à raison être décrit comme un chômage larvé, alors que le chômage n’existait pas officiellement en RDA et n’était pas non plus recensé de manière systématique. Selon les estimations d’instituts de recherche économique ouest-allemands, ce chômage atteignait environ 15 %. Dans un contexte d’économie de marché, on aurait eu affaire à un déficit d’environ trois millions d’emplois6.

  • 7 Andreas Rödder, Die Bundesrepublik Deutschland 1969 – 1990, Munich, 2004, p. 49.
  • 8 Karl Dietrich Bracher, Wolfgang Jäger, Werner Link, Republik im Wandel 1969 – 1974. Die Ära Brandt (...)
  • 9 Edgar Wolfrum, Die Bundesrepublik Deutschland 1949 – 1990, Stuttgart, 2005, p. 427.

4En matière économique, le choc pétrolier de 1973 fut pour les deux États allemands une profonde césure qui eut des conséquences sur les statistiques du marché de l’emploi et de la production, mais pas seulement. En effet, en RFA, comme en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, quelques principes fondamentaux commencèrent à vaciller. Parmi eux notamment la foi en une croissance économique continue et en un progrès technologique irrésistible. On commença à douter du pilotage keynésien global des années 1970 tel qu’il avait été mis en oeuvre dans la loi de stabilité et de croissance ouest-allemande de 1967, et en matière socioculturelle, on assista à la fin du consensus sur l’idéologie de la modernisation7. Tous ces dogmes étaient bouleversés en profondeur pour la première fois. Dès le début des années 1970 on constate en RFA un « changement dans l’esprit du temps »8. C’était lié d’une part à un débat qui s’amorçait globalement sur les limites et les risques de la croissance économique ; mais d’autre part, des formes de pensée spécifiquement allemandes, et un certain pessimisme culturel, ont joué un rôle non négligeable. Le rapport publié en 1972 par le Club de Rome a eu valeur de signal : le cercle gouvernemental élitiste dans lequel des spécialistes reconnus de l’économie étaient rassemblés s’interrogea en profondeur sur les « limites de la croissance ». Avec ce rapport, de nouveaux thèmes s’installèrent pour longtemps dans la conscience publique ; il en allait par exemple de la manière dont on pouvait contrer les dommages civilisationnels de la croissance, ou bien de la façon dont on devait gérer de manière responsable des ressources limitées. Et comme en RFA, eut également lieu en 1974 un changement de gouvernement (du visionnaire Willy Brandt au pragmatique Helmut Schmidt), on vit se répandre rapidement dans les médias ouest-allemands le concept de « changement de tendance » (« Tendenzwende », Karl Dietrich Bracher). L’euphorie réformatrice de l’ère Brandt s’était dissipée : la chancellerie de Schmidt était placée sous le signe de la « conservation » et de la « sécurisation »9 (bewahren und sichern). La société ouest-allemande était alors dans une phase de rupture et de réorientation.

  • 10 Ralf Ahrens, Gegenseitige Wirtschaftshilfe ? Die DDR im RGW. Strukturen und handelspolitische Stra (...)
  • 11 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004, p. 192.

5À la fin des années 1970, la RDA fut finalement elle aussi confrontée aux problèmes de la crise économique globale, car la hausse considérable des prix du pétrole sur le marché mondial la toucha désormais de plein fouet. L’URSS, elle-même en proie à d’énormes difficultés économiques, refusait désormais d’approvisionner la RDA en pétrole brut en dessous des prix mondiaux. Par ailleurs, elle s’opposa aux vœux du Politbüro est-allemand d’augmenter la quantité livrée. Tout cela mit fortement en danger un approvisionnement énergétique que la RDA croyait sécurisé. Dès la discussion du 20 août 1973 entre les présidents est-allemand Willi Stoph et soviétique Alexeï N. Kossyguine, les concessions russes en matière d’approvisionnement en pétrole étaient restées bien inférieures à ce que réclamait le SED10. La Commission nationale du plan proposa alors le retour au charbon comme solution de substitution. L’URSS réussit à obtenir à l’intérieur du COME-COM des augmentations de prix qui concernaient entre autres les matières premières comme le gaz et le pétrole, et elle transmit de la sorte à ses clients, c’est-à-dire aux pays frères socialistes, l’augmentation des prix mondiaux. Cette augmentation de prix ne rejoignait certes pas complètement la hausse mondiale, mais elle dégrada les termes de l’échange de la RDA vis-à-vis de la puissance hégémonique de l’Est. Alors que la RDA, jusqu’en 1976, devait débourser pour le pétrole importé d’Union soviétique environ 50 % du prix mondial, le chiffre grimpa à 80 % dès 197811.

  • 12 Rainer Karlsch, Raymond G. Stokes,Faktor Öl‹. Die Mineralölwirtschaft in Deutschland 1859 – 1974 (...)
  • 13 Ahrens (note 10), p. 333.
  • 14 Steiner (note 11), p. 195.
  • 15 André Steiner, « Zwischen Konsumversprechen und Innovationszwang. Zum wirtschaftlichen Niedergang (...)

6Les deux États allemands empruntèrent dans les années 1970 et 1980 des voies différentes en matière d’approvisionnement énergétique. Pour obtenir les devises dont elle avait urgemment besoin et pour mettre un frein à l’endettement galopant envers l’Ouest, la RDA commença à raffiner de plus en plus de pétrole soviétique et à l’exporter vers l’Ouest12. L’Union soviétique réduisant ses livraisons contractuelles de 19 à 17 millions de tonnes par an en 1981, la RDA ne pouvait plus ni satisfaire ses propres besoins, ni produire la quantité prévue pour l’exportation. Après des négociations supplémentaires, Moscou fut certes prêt à reprendre la livraison de la différence de deux millions de tonnes, mais ceci uniquement contre des devises convertibles13. La pénurie est-allemande de devises empira donc et l’endettement continua à croître, de deux milliards de marks-Ouest au début des années 1970 à 23,6 en 1980 et 25,1 en 198214. Ce cercle vicieux contraignit la RDA à changer finalement son fusil d’épaule pour l’énergie de chauffage et à passer du pétrole au charbon, ce qui entraîna d’impressionnants coûts financiers supplémentaires, et causa également d’importants dommages environnementaux. Les coûts d’investissements pour l’extraction de charbon augmentèrent de 71,4 % en passant de 7,7 (1980) à 13,20 marks (1988) par tonne. C’est pourquoi certains investissements dont la RDA avait un besoin urgent dans d’autres branches industrielles ne purent être réalisés15.

  • 16 Stephan Deutinger, « Eine ›Lebensfrage für die bayerische Industrie‹. Energiepolitik und regionale (...)
  • 17 Roedder (note 7), p. 51.
  • 18 Jens Hohensee, Der erste Ölpreisschock 1973/74. Die politischen und gesellschaftlichen Auswirkunge (...)

7À l’inverse, la RFA disposait déjà précocement d’un mixte de sources énergétiques (pétrole, charbon, atome). S’y ajoutaient le gaz et les énergies renouvelables (solaire, éolienne et hydraulique). Mais sur la question de l’usage pacifique de l’énergie nucléaire, le consensus ouest-allemand se brisa rapidement16. Face au pessimisme concernant l’avenir, l’énergie atomique tomba en effet sous les feux d’une « critique civilisationnelle » généralisée17. Dans l’opinion publique, les questions du retraitement des matières atomiques et de la sécurité des réacteurs furent l’objet d’âpres débats. L’approbation temporaire de l’énergie nucléaire, qu’on pouvait encore constater immédiatement après le choc pétrolier, s’estompa rapidement. Dans la deuxième moitié des années 1970, mais surtout dans les années 1980, les grands projets de technologie nucléaire (le surgénérateur à Kalkar sur le Rhin inférieur, l’unité de retraitement de Wackersdorf dans le Haut-Palatinat) ne rencontrèrent plus l’acceptation d’une large partie de la population. D’un autre côté, les programmes d’économies d’énergie du gouvernement fédéral, qui ne concernaient pas seulement les industries, mais aussi les consommateurs privés, gagnèrent en importance. Les dimanches sans voitures de la fin de 1973 furent un signe important de cette évolution, même si cette mesure ne pouvait être maintenue sur le long terme dans une société où dominaient le partage des tâches et une grande mobilité. À la fin de l’ère Schmidt, le concept d’économies d’énergie était devenu une nouvelle formule magique. L’utilisation de sources d’énergie renouvelables trouva de plus en plus de partisans. La crise du pétrole initia de la sorte en partie un tournant dans les approvisionnements énergétiques ouest-allemands. Les hommes politiques, mais aussi l’ensemble de la population, furent confrontés au fait que les matières premières fossiles de la planète n’étaient pas inépuisables. La prise de conscience eut cependant aussi ses limites, car la consommation d’essence et de diesel renoua avec une forte croissance après quelques temps18. Seul l’usage du pétrole pour le chauffage put être vraiment diminué grâce à l’isolation.

  • 19 Werner Abelshauser, Deutsche Wirtschaftsgeschichte seit 1945, Munich, 2004, p. 436.

8La crise économique mondiale eut aussi des effets différents sur les structures de la population active dans les deux États allemands. En raison de l’effondrement de l’ordre monétaire de Bretton Woods et de la valorisation du Deutsch Mark, les exportations ouest-allemandes se renchérirent, ce qui conduisit à de « graves bouleversements de la structure industrielle »19. On vit en effet que des branches centrales de la production industrielle ne pouvaient plus rester concurrentielles. La crise de l’emploi dans les mines de charbon ouest-allemandes, qui s’était déjà fait sentir dans les années 1960, fut suivie de crises dans l’industrie textile, l’industrie métallurgique et la construction navale. Les processus de récession et de concentration qui accompagnèrent ces crises entraînèrent la disparition irréversible de milliers d’emplois. Il est frappant de constater l’expansion continue du secteur tertiaire en RFA au moment même où le nombre d’actifs dans les secteurs primaire et secondaire reculait, selon une tendance observable également dans les autres pays d’Europe de l’Ouest. Cependant, la voie engagée vers la société de services avait un visage ambivalent : d’un côté, elle permit des adaptations structurelles aux défis de l’économie mondialisée, de l’autre la perte d’emplois ne put être compensée que de manière limitée. C’est pourquoi le socle de chômage incompressible continua à monter en RFA. À l’inverse, la RDA rata la transition vers la société de services. Les structures de commandement de l’économie planifiée entravèrent largement un développement abouti du secteur tertiaire. L’étatisation précoce des banques et des assurances excluait une augmentation des effectifs dans ces secteurs économiques. Tout ceci contribua bien entendu à faire perdurer un monde du travail largement marqué par les structures industrielles d’un modèle ancien.

  • 20 Ahrens (note 10), p. 347.
  • 21 Ibid., p. 270.

9La politique économique et sociale de chacun des deux États allemands fut fortement influencée par leur intégration dans le système économique de leurs blocs respectifs. Dans un premier temps, la déconnexion de la RDA des marchés internationaux tranquillisa la direction du SED, persuadée d’être à l’abri des crises de l’économie mondiale. Le COMECOM, auquel la RDA appartenait depuis 1950, était d’abord une institution politique de faible importance économique20. Dans la deuxième moitié des années 1950 furent certes entamées des discussions qui devaient renforcer les relations économiques entre les États membres du COMECON. Mais la tentative de faire évoluer le pacte économique vers une instance supranationale de planification se heurta en 1963 au veto de la Roumanie. Par la suite, la coopération entre les différents pays de l’Est dans la planification et la production de biens put certes être partiellement améliorée. On n’en vint cependant jamais à une libéralisation des échanges économiques. La tentative d’améliorer la répartition du travail et la capacité d’innovation à l’intérieur d’un système économique dominé par l’Union soviétique était vouée à l’échec. L’intégration inachevée du COME-CON fut l’une des causes des déficits de la balance commerciale de la RDA envers ses partenaires de l’Est21. Par ailleurs, la marge de manœuvre est-allemande dans son commerce avec l’Ouest se réduisit.

10À l’inverse, la réintégration de l’Allemagne de l’Ouest dans l’économie mondiale (Christoph Buchheim) eut lieu en différentes étapes, grâce à l’aide étrangère, à la réforme monétaire et surtout à la libéralisation des échanges économiques ouest-allemands avec l’extérieur dans le cadre d’accords économiques et d’institutions internationales (EZU, OEEC, GATT). Le retour de la RFA sur la scène internationale fut sans conteste l’un des facteurs décisifs dans l’accession de la République de Bonn au statut de « champion du monde des exportations », car la RFA profita sur le long terme de l’ouverture des relations commerciales à l’échelle globale et de l’accès à de nouveaux marchés. Cette orientation vers l’Ouest eut aussi des conséquences psychologiques pour la population ouest-allemande. Il n’est donc pas surprenant que la RFA, après la crise du pétrole de 1973, ait pris comme référence, quand elle se comparait aux autres, les pays industrialisés d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, et non les pays socialistes du bloc de l’Est.

  • 22 Armin Volze, « Zur Devisenverschuldung der DDR – Entstehung, Bewältigung und Folgen », in : Eberha (...)
  • 23 Cité d’après : Peter Skyba, « Sozialpolitik als Herrschaftssicherung. Entscheidungsprozesse und Fo (...)
  • 24 Neues Deutschland, 27.6.1975, p. 5.

11À l’inverse, d’un point de vue économique, la RDA garda toujours très fortement en ligne de mire la RFA, et c’était lié entre autres à l’importance croissante du commerce entre les deux Allemagne. Comme, en effet, les relations commerciales avec les voisins socialistes étaient compliquées et qu’il était difficile de les développer, le SED dut approfondir ses relations économiques avec la RFA. À cette occasion, Berlin-Est put entre autres profiter des avantages de la Communauté économique européenne (CEE). Mais à l’importation croissante de marchandises ne répondait pas dans les mêmes proportions l’exportation de biens de production, de sorte que la balance des paiements continua à se détériorer. Cette situation mena à un endettement croissant de la RDA. Dès la deuxième moitié des années 1970, le pays était pris, de manière chronique, dans le piège de la dette22. Erich Honecker décrivit en 1975 la situation de l’économie extérieure de la RDA en termes très sombres : « La RDA n’a jamais eu à faire face à un problème d’une telle ampleur. À dire vrai, nous devrions nous déclarer en faillite »23. Dans le journal « Neues Deutschland », le célèbre historien de l’économie Jürgen Kuczynski évoqua les conséquences, pour la RDA, de la révolution des prix sur le marché international des matières premières, et réclama une augmentation de l’exportation de biens manufacturés industriels24.

  • 25 Dietrich Staritz, Geschichte der DDR, édition augmentée, Francfort/M., 1996, p. 281.
  • 26 Cité d’après : Hans-Hermann Hertle, « Die Diskussion der ökonomischen Krisen in der Führungsspitze (...)

12Mais ce n’était pas si simple à réaliser, et les crédits étrangers devinrent finalement de plus en plus essentiels à la survie de la RDA. Seuls les crédits de la RFA, qui se chiffraient en milliards en 1983 et 1984, permirent que l’approvisionnement de la population est-allemande fût relativement garanti. La dépendance à l’égard des créanciers occidentaux ne pouvait plus être dissimulée. Dans le même temps, la direction du SED ne réussit plus à définir de nouveaux objectifs politiques qui auraient pu déployer un effet mobilisateur et légitimer le système auprès de la population de RDA. Le SED se cramponnait à une politique sociale orientée vers la consommation, une politique dont il avait érigé les piliers au début des années 1970 avec la formule magique « unité de la politique économique et de la politique sociale ». Ce socialisme de la consommation25 avait pu, à court terme, créer un climat de renouveau et d’enthousiasme, qui cependant, après quelques années déjà, avait cédé la place à une désillusion générale. Face à la crise économique en RDA, qu’on ne pouvait plus manquer de constater dès 1976, après le congrès du SED, la direction du parti se refusa cependant à engager les corrections fondamentales qui auraient été nécessaires. En mai 1989 encore, Egon Krenz répondit aux propositions correspondantes – qui auraient entraîné une baisse du niveau de vie de la population de RDA – avec ces mots : « pour moi, la question de savoir si l’unité de la politique économique et de la politique sociale doit être perpétuée ne se pose pas. Il faut continuer sur cette voie, car c’est ainsi qu’est le socialisme en RDA »26.

  • 27 Harold James, Rambouillet, 15. November 1975. Die Globalisierung der Wirtschaft, Munich, 1997, p.  (...)

13Le choc pétrolier de 1973 conduisit les pays industrialisés occidentaux – à l’inverse des États du COMECON – à poursuivre l’intensification des relations économiques. Comme les conséquences socioéconomiques touchaient en définitive l’ensemble des États, il paraissait évident qu’il fallait approfondir la coopération multilatérale dans le domaine de la politique financière et monétaire. Il n’était plus de mise de faire cavalier seul, et à cette occasion, c’est en particulier le chancelier Helmut Schmidt qui s’engagea pour une politique économique concertée à l’échelle internationale. D’abord parce que la politique monétaire faisait partie des intérêts de premier plan. Le système des taux de change stables, mis en œuvre en 1944 à Bretton Woods, avait déjà été de plus en plus remis en question au cours des années 1960 à cause des déficits de la balance des paiements américaine. La pression exercée sur le dollar US et la course à d’autres monnaies, en particulier au Deutsch Mark, avaient rendu incontournable une adaptation des monnaies. Tandis que par exemple le gouvernement allemand dut en mai 1971 provisoirement cesser d’accepter les échanges de dollars contre des marks pour prévenir la flambée inflationniste, l’administration américaine du président Richard Nixon suspendit tout simplement la convertibilité or du dollar en août 1971. Le système monétaire que l’on croyait stable s’effondra, puisqu’aucune solution commune n’avait pu être trouvée. Dans le même temps, les États-Unis continuèrent à mener une politique monétaire expansive et certains chefs de gouvernement de l’Europe de l’Ouest en vinrent de concert à laisser flotter leurs monnaies nationales par rapport au dollar, jusque-là monnaie de référence. La crise du dollar mettait en péril non seulement le système monétaire international, mais aussi la foi en une libéralisation généralisée du commerce mondial27. Un retour au protectionnisme commercial menaçait. Finalement, le système des cours fixes ne put être reconstruit. Les banques centrales occidentales renoncèrent par la suite à des interventions de grande ampleur sur le marché des devises. C’est avec cet arrière-plan que, sous l’égide du chancelier ouest-allemand et du président français Valéry Giscard d’Estaing, une nouvelle phase du processus d’unification européenne fut engagée : avec la création su Système monétaire européen (SME) en 1979, le Vieux continent faisait montre en définitive d’une indépendance partielle et de son autonomie face au Nouveau monde.

  • 28 Wolfrum (note 9), p. 438.

14La diplomatie de sortie de crise en matière de politique économique fut institutionnalisée en Occident à partir du milieu des années 1970. Le 15 novembre 1975 eut lieu à Paris le premier Sommet économique mondial, dont les pères fondateurs étaient de nouveau les chefs d’État et de gouvernement français et allemand. Cette rencontre peut à juste titre être décrite comme le signe d’une « économisation de la politique internationale » (Ökonomisierung der internationalen Politik)28. Mais là aussi, la RDA et l’Europe de l'Est restèrent en dehors, puisque les participants en étaient les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la République fédérale d'Allemagne, le Japon et l'Italie. Par la suite, ce sommet eut lieu régulièrement et à partir de 1977, le Président de la Commission européenne y participa lui aussi. Les sommets suivants, du point de vue du gouvernement fédéral, soulignèrent l'importance des relations économiques ouest-allemandes avec les autres pays industrialisés occidentaux. L'objectif commun des participants au Sommet était avant tout la stabilisation du système économique mondial. Les gouvernements occidentaux avaient tiré les conséquences de la crise de 1973 et ils étaient par conséquent préparés à la deuxième crise pétrolière de 1979. Les objectifs fixés lors des sommets n'ont cependant pu être remplis que partiellement. Ainsi, on réussit certes à bannir le risque d'inflation, et le système international monétaire fut ramené en eaux calmes. Mais un problème grave persista : le chômage structurel. Le gouvernement fédéral ouest-allemand dut reconnaître que les programmes engagés dans le cadre de sa politique économique et de l’emploi ne permettaient pas de faire baisser durablement le nombre de chômeurs. Parallèlement, les dépenses publiques engagées pour subventionner les emplois aidés augmentèrent considérablement.

  • 29 Martin H. Geyer, « Gesamtbetrachtung : Die Logik sozialpolitischer Reformen », in : Geschichte der (...)
  • 30 Ibid., pp. 890s.
  • 31 Andreas Wirsching, Abschied vom Provisorium. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1982 – 1990 (...)
  • 32 Manfred G. Schmidt, « Gesamtbetrachtung », in : Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1 (...)

15Dans les deux États allemands, la politique sociale n’était cependant pas juste un appendice de la politique économique. Ainsi, l’État social ouest allemand fonctionna certes dans la deuxième moitié des années 1970 et au début des années 1980 tout à fait sous le signe de la récession économique. Mais en même temps, les dépenses nominales augmentèrent dans presque toutes les branches majeures du système social allemand, ce que de nombreux contemporains interprétèrent comme un « progrès social ». Ceci ne put pourtant être réalisé qu’au prix d’une constante augmentation des cotisations pour les institutions de l’État providence29. Le bilan de la politique sociale de l’ère Schmidt est donc ambigu30 : d'un côté il y a des nouveautés et des améliorations sociales, telles que l’indexation sur les prix de l'allocation chômage et de l’assistance chômage (1974), ainsi que les indemnités versées aux salariés en cas de faillite. De l'autre côté, la loi structurelle budgétaire de 1975 a mené à d’importantes coupes dans le système social. Cela apparaît dans la procédure législative : 29 des 52 lois de politique sociale promulguées depuis 1975 incluent des restrictions de prestations. Au cours de cette période un sentiment largement répandu de crise de l’État social se développa dans l’opinion publique, qui contribua largement à ce qu’on appelé le tournant, c'est-à-dire le changement de coalition gouvernementale de la fin de 198231. Le nouveau gouvernement fédéral, conduit par Helmut Kohl, définit immédiatement une stricte ligne de consolidation du budget. Les mesures de rigueur qu’il engagea allèrent de la limitation, voire de la suppression de prestations sociales, jusqu’à la réduction du nombre de personnes touchant ces prestations, en passant par le renforcement des conditions requises pour les recevoir32. Bien que la part des cotisations sociales put être réduite dans les années 1980, le projet de faire baisser les contributions d’assurance sociale ne put aboutir. De la sorte, l’objectif d’une diminution notable des coûts du travail, que la coalition des chrétiens-démocrates et des libéraux s’était elle-même assigné, ne fut pas atteint. Le gouvernement fédéral réussit certes à mener des réformes de structure dans les domaines de la santé et des retraites, mais ces réformes eurent une ampleur limitée et en 1990, avec la réunification, elles étaient déjà presque obsolètes, puisque l’État se trouvait désormais confronté à des défis totalement nouveaux.

  • 33 Christoph Boyer, Klaus-Dietmar Henke, Peter Skyba, « Gesamtbetrachtung », in : Geschichte der Sozi (...)
  • 34 Ibid., p. 774.

16En RDA la politique sociale et de consommation devint au début des années 1970 l’un des piliers de stabilisation et de légitimation de la dictature du SED, parce que l'idéologie du marxisme-léninisme avait fortement perdu de sa capacité à fédérer les masses. Les années de l’euphorie planificatrice étaient définitivement dépassées et elles ne devaient plus revenir. En caricaturant un peu, on peut dire que la politique sociale devint l’une des marques de fabrique du socialisme réel. Les réformes engagées déjà timidement sous Walter Ulbricht comprenaient cependant d’abord le rétablissement du primat de la politique et la centralisation toujours plus aboutie de l’économie planifiée est-allemande. À cet égard, la stabilisation « douce » par des mesures de politique sociale doit se comprendre comme étroitement liée avec les stabilisants « durs » que sont en particulier le développement de l’appareil de surveillance et le contrôle préventif des prétendus opposants politiques par la police, la Stasi et la justice politique33. La sauvegarde de la stabilité des prix et un programme de construction de logements de grande envergure comptaient parmi les principaux objectifs de la politique sociale du SED, mais ce programme de logements s’avéra cependant à la fin des années 1970 irréalisable, car la RDA se consacrait de plus en plus à l’éradication à court derme des dettes accumulées. Ses ressources économiques ne suffisaient donc plus à couvrir les frais de sa propre politique sociale et de consommation34. Les promesses de prospérité de Honecker étaient difficiles à tenir, et elles menaient l’État est-allemand à s’enfoncer toujours davantage dans le piège de la dette. Dans la société ouvrière est allemande où tout tournait autour des entreprises, les retraités faisaient partie des grands perdants. N’étant généralement plus actifs, ils furent traités comme des citoyens de seconde catégorie. Jusqu’à l'effondrement de la dictature du SED, leur situation économique et sociale est restée largement insatisfaisante. Les quelques opérations d’augmentation des retraites ne purent éviter une baisse du niveau des pensions. Seuls les cadres de la Nomenklatura de l’appareil d’État, du Parti, de la Stasi et de l’armée étaient ici des exceptions : pour eux, des systèmes de prestations spécifiques entraient en jeu, qui versaient aux retraités des prestations complémentaires.

  • 35 Dierk Hoffmann, « 1973 – Ölpreisschock und Utopieverlust. Getrennte Krisenwahrnehmung und-bewältig (...)

17En conclusion, on retiendra que les deux États allemands ont emprunté des voies différentes dans leurs stratégies de sortie de crise35. En RDA, la déconnexion du marché mondial et la politique économique menée par le SED contribuèrent fortement à la conservation des vieilles structures industrielles est-allemandes, celles-là même qui, après la révolution pacifique de 1989 et l’unification de 1990, révélèrent leur manque de compétitivité à l’échelle internationale. En définitive, l’État est-allemand n’était pas préparé aux conséquences de la mondialisation de l’économie globale ; des défauts structurels fondamentaux du système de planification économique perdurèrent jusqu’en 1989. Le grand choc ne se produisit qu’avec l’effondrement du pouvoir communiste. Avec la transition de l’économie planifiée à l’économie de marché dans les « nouveaux Länder », le nombre d’actifs trouvant un emploi recula, les taux de chômage augmentèrent terriblement. Dans la compétition interallemande, c’est finalement le modèle ouest-allemand qui l’a emporté. D’un côté, la RFA avait certes réussi à faire baisser son taux d’inflation et, en concertation avec les autres pays d’Europe de l’Ouest ainsi qu’avec les États-Unis, à stabiliser le système financier et monétaire international. Mais d’un autre côté, la RFA n’avait pas remporté la victoire dans sa lutte contre le chômage de masse. Ici se manifestaient les limites des politiques interventionnistes des États, en Allemagne de l’Ouest comme ailleurs.

Notes

1 Neues Deutschland, 28.10.1973, p. 7.

2 Protokoll der Verhandlungen des IX. Parteitages der SED (18. – 22.5.1976), Berlin-Est, 1976, vol. 1, pp. 45s.

3 Statistische Übersichten zur Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945. Band West, édité par Hermann Berié, Bonn, 1999, p. 120.

4 Manfred G. Schmidt, « Rahmenbedingungen », in : Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945, vol. 7 : Bundesrepublik Deutschland 1982 – 1989. Finanzielle Konsolidierung und institutionelle Reform, édité par le Bundesministerium für Gesundheit und Soziale Sicherung und Bundesarchiv, responsable scientifique : Manfred G. Schmidt, Baden-Baden, 2005, pp. 3 – 60, ici pp. 42s.

5 Ibid., pp. 41s.

6 Gerhard A. Ritter, Der Preis der deutschen Einheit. Die Wiedervereinigung und die Krise des Sozialstaates, Munich, 2006, p. 427, note 27.

7 Andreas Rödder, Die Bundesrepublik Deutschland 1969 – 1990, Munich, 2004, p. 49.

8 Karl Dietrich Bracher, Wolfgang Jäger, Werner Link, Republik im Wandel 1969 – 1974. Die Ära Brandt, Stuttgart, Mannheim, 1986, p. 346.

9 Edgar Wolfrum, Die Bundesrepublik Deutschland 1949 – 1990, Stuttgart, 2005, p. 427.

10 Ralf Ahrens, Gegenseitige Wirtschaftshilfe ? Die DDR im RGW. Strukturen und handelspolitische Strategien 1963 – 1976, Cologne, 2000, p. 277.

11 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004, p. 192.

12 Rainer Karlsch, Raymond G. Stokes,Faktor Öl‹. Die Mineralölwirtschaft in Deutschland 1859 – 1974, Munich, 2003, p. 341.

13 Ahrens (note 10), p. 333.

14 Steiner (note 11), p. 195.

15 André Steiner, « Zwischen Konsumversprechen und Innovationszwang. Zum wirtschaftlichen Niedergang der DDR », in : Konrad H. Jarausch, Martin Sabrow (éd.), Weg in den Untergang. Der innere Zerfall der DDR, Göttingen, 1999, pp. 153 – 192, ici p. 180.

16 Stephan Deutinger, « Eine ›Lebensfrage für die bayerische Industrie‹. Energiepolitik und regionale Energieversorgung 1945 bis 1980 », in : Thomas Schlemmer, Hans Woller (éd.), Die Erschließung des Landes 1949 bis 1973, Munich, 2001, pp. 33 – 118, ici p. 115.

17 Roedder (note 7), p. 51.

18 Jens Hohensee, Der erste Ölpreisschock 1973/74. Die politischen und gesellschaftlichen Auswirkungen der arabischen Erdölpolitik auf die Bundesrepublik Deutschland, Stuttgart, 1996, p. 239.

19 Werner Abelshauser, Deutsche Wirtschaftsgeschichte seit 1945, Munich, 2004, p. 436.

20 Ahrens (note 10), p. 347.

21 Ibid., p. 270.

22 Armin Volze, « Zur Devisenverschuldung der DDR – Entstehung, Bewältigung und Folgen », in : Eberhard Kuhrt et al. (éd.), Die Endzeit der DDR-Wirtschaft – Analysen zur Wirtschafts-, Sozial-und Umweltpolitik, Opladen, 1999, pp. 151 – 183, ici p. 169.

23 Cité d’après : Peter Skyba, « Sozialpolitik als Herrschaftssicherung. Entscheidungsprozesse und Folgen in der DDR der siebziger Jahre », in : Clemens Vollnhals, Jürgen Weber (éd.), Der Schein der Normalität. Alltag und Herrschaft in der SED-Diktatur, Munich, 2002, pp. 39 – 80, ici p. 57.

24 Neues Deutschland, 27.6.1975, p. 5.

25 Dietrich Staritz, Geschichte der DDR, édition augmentée, Francfort/M., 1996, p. 281.

26 Cité d’après : Hans-Hermann Hertle, « Die Diskussion der ökonomischen Krisen in der Führungsspitze der SED », in : Theo Pirker et al. (éd.), Der Plan als Befehl und Fiktion. Wirtschaftsführung in der DDR. Gespräche und Analysen, Opladen, 1995, pp. 309 – 345, ici p. 344.

27 Harold James, Rambouillet, 15. November 1975. Die Globalisierung der Wirtschaft, Munich, 1997, p. 141.

28 Wolfrum (note 9), p. 438.

29 Martin H. Geyer, « Gesamtbetrachtung : Die Logik sozialpolitischer Reformen », in : Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945, vol. 6 : Bundesrepublik Deutschland 1974 – 1982. Neue Herausforderungen, wachsende Unsicherheit, édité par le Bundesministerium für Gesundheit und Soziale Sicherung und Bundesarchiv, responsable scientifique : Martin H. Geyer, Baden-Baden, 2008, pp. 887 – 916, ici p. 888.

30 Ibid., pp. 890s.

31 Andreas Wirsching, Abschied vom Provisorium. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1982 – 1990, Munich, 2006, p. 337.

32 Manfred G. Schmidt, « Gesamtbetrachtung », in : Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945, vol. 7 : Bundesrepublik Deutschland 1982 – 1989. Finanzielle Konsolidierung und institutionelle Reform, édité par le Bundesministerium für Gesundheit und Soziale Sicherung und Bundesarchiv, responsable scientifique : Manfred G. Schmidt, Baden-Baden, 2005, pp. 751 – 811, ici p. 771.

33 Christoph Boyer, Klaus-Dietmar Henke, Peter Skyba, « Gesamtbetrachtung », in : Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945, vol. 10 : Deutsche Demokratische Republik 1971 – 1989. Bewegung in der Sozialpolitik, Erstarrung und Niedergang, édité par le Bundesministerium für Gesundheit und Soziale Sicherung und Bundesarchiv, responsables scientifiques : Christoph Boyer, Klaus-Dietmar Henke et Peter Skyba, Baden-Baden, 2008, pp. 767 – 794, ici pp. 767s.

34 Ibid., p. 774.

35 Dierk Hoffmann, « 1973 – Ölpreisschock und Utopieverlust. Getrennte Krisenwahrnehmung und-bewältigung », in : Udo Wengst, Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, 2008, pp. 213 – 234.

Auteur

Né en 1963 ; Chercheur à l’Abteilung Berlin des Instituts für Zeit-geschichte

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search