Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

II. Évolution politique, sociale et économique

Le soutien de la Stasi au terrorisme d’extrême-gauche. Les retombées en RFA et en France

Tobias Wunschik
Traduction de Danielle Laforge

Texte intégral

La violence : une riposte politique dans l’Allemagne des années 1970 et 1980

  • 1 Cf. Par ex. Paul Wilkinson, Terrorism and the liberal state, Basingstoke, 1986, p. 103.

1Les sociétés libérales, telle celle de RFA par exemple, laissent tant volontairement qu’involontairement une certaine marge de manœuvre aux mouvements extrémistes et aux forces terroristes. A contrario, les dictatures, comme celle de RDA, sont peu exposées à une violence de nature politique dans la mesure où un contrôle préventif de l’opinion et une étroite surveillance par la police (secrète) ôtent largement aux acteurs potentiels la possibilité de disparaître dans la clandestinité, de fomenter les plans d’un attentat et encore moins de préparer un coup d’État. Cela a une raison, l’absence de scène qui mette les protagonistes, généralement très soucieux de leur impact sur l’opinion publique, sous les feux de l’actualité : sans la liberté des media, le charme de l’incarcération et de la répression atteint ses limites1.

  • 2 A titre d’exemple, citons le cas de cet homme qui en en mars 1980 endommagea au moyen d’une charge (...)
  • 3 Évaluation réalisée par la section principale VI (Hauptabteilung VI) concernant les attentats plan (...)

2En conséquence de quoi il n’y eut pratiquement pas d’explosion de violence d’origine politique2 en Allemagne de l’Est, si ce n’est entre 1962 et 1973 le détournement de quatorze avions – en général par des personnes désireuses de trouver refuge en République fédérale3. Toutefois, la violence induite par la politique restant à l’Est un phénomène marginal largement ignoré à l’Ouest, la République fédérale n’en fut pas particulièrement affectée. En revanche, au cours des années 1970 et 1980, la RFA fut confrontée à un défi de taille de la part des forces terroristes d’extrême-gauche.

  • 4 Cf. Michel Wieviorka, « 1968 und der Terrorismus », in : Ingrid Gilcher-Holtey (éd.), 1968. Vom Er (...)

3Le rejet de la Guerre du Vietnam ainsi qu’un certain nombre d’autres problèmes avaient donné naissance en RFA comme en France à ce qu’il est convenu d’appeler « les événements de 1968 ». Lorsque le courant protestataire reflua, une minorité radicale crut pouvoir continuer la lutte malgré tout et mobiliser une nouvelle fois ses partisans pour la violence. Cette évolution fut surtout sensible en RFA, la France restant épargnée par les actes de violence terroristes jusqu’en 1979 ; ils s’avérèrent alors beaucoup plus profondément enracinés dans un contexte international4. En revanche, de l’autre côté du Rhin surgirent dès les années 1970/72 des sortes de sous-produits radicalisés du mouvement contestataire connus sous le nom de « Mouvement du 2 Juin », « Cellules révolutionnaires » et bien sûr « Fraction Armée rouge » (RAF) ou, comme on disait au début, la « Bande à Baader ». À la suite de l’arrestation de leurs membres, c’est-à-dire dès 1972, leurs partisans donnèrent naissance à une seconde génération de terroristes d’extrême-gauche qui entendaient faire libérer les détenus par des prises d’otage. C’est ainsi que, durant « l’automne allemand » de 1977, le « capitaliste par excellence » de la République fédérale, Hanns Martin Schleyer, président de la fédération des organisations patronales, fut enlevé et assassiné après 43 jours de détention.

  • 5 Cf. Klaus Pflieger, Die Rote Armee Fraktion. 14.4.70 – 20.4.98, Baden-Baden, 2004, p. 11.
  • 6 Cf. Butz Peters, Tödlicher Irrtum. Die Geschichte der RAF, Berlin, 2004, p. 31.
  • 7 Cf. Alexander Strassner, Die dritte Generation der ›Roten Armee Fraktion‹. Entstehung, Struktur un (...)

4Bien que la RAF n’eût jamais compté plus de 20 membres, elle menaça la sécurité intérieure de la République fédérale comme aucune autre organisation terroriste avant elle. Au cours des 28 années de son existence, plus de 100 personnes ont été victimes de ses actes de violence, qu’il s’agisse de prises d’otages, d’enlèvements ou d’attaques de banques5. 34 personnes périrent sous ses coups de la RAF à l’occasion de meurtres ciblés, de suites d’enlèvement ou lors de l’échange de coups de feu avec la police au moment des arrestations. Dans ce dernier contexte, et à la faveur d’imprudences dans le maniement des explosifs, 27 personnes sont mortes dans le camp de la RAF. La détention à perpétuité fut requise à l’encontre de 25 de ses membres6, tous cependant – à une exception près, et qu’ils aient appartenu à la première ou à la deuxième génération – ont été entre-temps arrêtés et depuis relâchés. En revanche, la troisième génération de la RAF, qui a fait parler d’elle à partir des années 1984/85, n’est pas encore totalement identifiée et seule Birgit Hogefeld est incarcérée7.

Le régime communiste de RDA, la Stasi et la RAF

  • 8 Cf. Kristin Wesemann, Ulrike Meinhof. Kommunistin, Journalistin, Terroristin – eine politische Bio (...)
  • 9 Cf. RAF, Unveröffentlichtes Manuskript von Mai 1972 [Manuscrit non publié de mai 1972], cité dans  (...)
  • 10 Cf. Martin Jander, « Differenzen im antiimperialistischen Kampf. Zu den Verbindungen des Ministeri (...)
  • 11 Cf. Gert Schneider, Christof Wackernagel, Der Prozeß gegen Christof und Gert ist ein Prozeß gegen (...)
  • 12 On n’entama même pas de préparatifs, surtout après que la RAF eut fait part avec véhémence de son (...)

5Tout comme d’autres évolutions sociétales, le terrorisme d’extrême-gauche aurait théoriquement pu déborder, avec un décalage dans le temps ou de manière affaiblie, sur la RDA – c’est du moins ce que redoutait la direction du SED. Les détournements d’avion précédemment évoqués par exemple s’appuyaient de toute évidence sur des modèles internationaux ou palestiniens. En fait et contrairement aux craintes de Berlin-Est, les terroristes d’extrême-gauche de RFA n’ont jamais pris pour cible le deuxième État allemand, le considérant plutôt comme une base arrière garante de leur sécurité. L’une des têtes de file de la RAF, Ulrike Meinhof, membre du parti communiste interdit de RFA, le KPD, avait adopté bien avant de passer à la clandestinité, la langue de bois et les points de vue de Berlin-Est8. Dans la clandestinité également, le groupe Baader-Meinhof a partagé avec le régime SED de nombreuses manières de voir et compté sur son appui9. Il ne faut pas oublier que l’un comme l’autre avait tissé des liens avec certains mouvements de libération du Tiers-Monde et que chacun voyait dans les représentants de la République fédérale des ennemis10. S’il est vrai que la deuxième génération de la RAF s’est montrée plus critique envers Berlin-Est11, il n’est qu’une fois où un représentant officiel du bloc socialiste a couru de véritables risques, ce qui aurait pu en faire une victime du terrorisme, lorsque le groupe terroriste le plus important après la RAF, le « Mouvement du 2 Juin », né à Berlin-Ouest, ou plus exactement son prédécesseur, avait manifesté l’intention d’enlever simultanément les quatre commandants alliés de la ville (le Français, le Britannique, l’Américain et le Soviétique). La RAF s’y était opposée avec véhémence et le projet fut enterré12.

  • 13 Cf. liste du 13.10.1978 établie par la section XXII faisant état des contacts noués avec la RDA pa (...)
  • 14 Cf. Évaluation du potentiel de soutiens et sympathisants de la RAF politiquement actifs réalisée p (...)

6D’où l’on peut en conclure que Berlin-Est n’avait pratiquement aucune raison de s’inquiéter. Mais en raison de la psychose sécuritaire qui la caractérisait, la police secrète est-allemande restait sur le qui-vive, d’autant que les protagonistes agissaient dans l’ombre et semblaient imprévisibles. À titre d’exemple, un des dangers potentiels pour Berlin-Est résidait dans le fait que ces mêmes acteurs voyageaient à travers la RDA munis de faux passeports, donc parfois incognito, transitant en particulier par l’aéroport de Schönefeld. En outre, et comme c’était le cas pour nombre de citoyens ouest-allemands, certains terroristes avaient de la parentèle ou des amis en RDA. Et aussi bien avant qu’après leur période de clandestinité, des membres de la RAF sont entrés en RDA ou ont transité par la RDA, de sorte qu’il est tout à fait possible que des contacts aient été établis avec des citoyens de RDA13. Sans oublier que des « raisons touristiques » pouvaient à l’occasion amener des sympathisants de la RAF à se rendre en RDA14.

  • 15 [Extrait du discours d’un cadre dirigeant] s.d. ; BStU, MfS, Arbeitsbereich Neiber 1069, ff. 38 – (...)
  • 16 Cf. Expériences vécues par la section XXII au cours de l’organisation de la défense antiterroriste (...)

7À cela il faut ajouter la perception exacerbée qu’avait la police secrète est-allemande de la relation ami-ennemi, n’hésitant pas notamment à colporter le bruit que les services secrets ouest-allemands appliquaient des méthodes analogues à celles qui étaient en usage à l’Est. Acquise à la théorie du complot, la Stasi partait du principe que l’Ouest était mu par la volonté de détourner la violence terroriste des extrémistes de gauche en direction des pays socialistes et qu’il en avait les moyens. « Depuis longtemps, le fait que la communauté des États socialistes ait été jusqu’à présent largement épargnée par ce phénomène [du terrorisme] qui ébranle les États impérialistes en profondeur est une insulte permanente à leurs services secrets »15. En conséquence de quoi les services de la Stasi redoutaient pour de bon que l’action des groupes terroristes soient réorientés vers et contre la RDA16.

  • 17 Rappelons à titre d’exemple qu’un tel marchandage eut lieu peu de temps après la création du group (...)
  • 18 Peter Siebenmorgen, « Staatssicherheit » der DDR. Der Westen im Fadenkreuz der Stasi, Bonn, 1993, (...)
  • 19 Cf. Information concernant les activités d’un certain nombre de représentants de l’OLP (Organisati (...)
  • 20 D’après les déclarations d’un collaborateur de la section ›Terrorabwehr‹ (XXII) de la Stasi, Walte (...)
  • 21 Cf. BStU, MfS, HA XXII 673, ff. 65 – 66 ; BStU, MfS, HA XXII 407, vol. 1, ff. 11 – 15 ; BStU, MfS, (...)

8Afin d’étouffer dans l’œuf toute menace pour la RDA la Stasi s’est employée à identifier les terroristes d’extrême-gauche et à déjouer leurs complots, arrêtant par exemple des membres de la RAF lorsqu’ils franchissaient les frontières de la RDA pour se rendre au Proche-Orient et ne les relâchant que lorsqu’ils avaient avoué ce qu’ils savaient de leur propre organisation17. La Stasi ne tolérait les agissements des terroristes d’extrême-gauche que tant qu’ils ne s’en prenaient pas à la RDA. Une telle attitude avait pour but de limiter la menace terroriste visant l’État SED et d’accroître celle qui pesait sur la RFA, puisque les coupables officiellement recherchés à l’Ouest n’étaient pas remis aux autorités judiciaires mais régulièrement relâchés18. De même, si d’aventure des terroristes étaient arrêtés en Europe de l’Est, la Stasi veillait à ce qu’ils soient à leur tour relâchés19. Et l’organisation dirigée par Erich Mielke mettait tout en œuvre pour faire échouer des arrestations, même à l’Ouest : la Stasi vérifiait par exemple que les faux passeports utilisés par des terroristes de la RAF n’étaient pas déjà connus de la police ouest-allemande et dans l’affirmative, elle invitait les terroristes de ne pas continuer à utiliser ces mêmes pièces d’identité20. L’intention de la Stasi n’était en aucun cas de soutenir la RFA dans sa lutte contre le terrorisme, mais bien de la saboter21.

  • 22 Cf. BStU, MfS, HA XX AIG 496, ff. 17 – 19.

9La police secrète est-allemande n’en était pas pour autant prête à apporter ouvertement un soutien inconditionnel à la RAF. Ulrike Meinhof l’apprit à ses dépens dès août 1970 alors que, déjà recherchée par la police, elle avait demandé à Berlin-Est l’autorisation de préparer, depuis le territoire de la RDA, des attentats à l’Ouest. Elle fut dans un premier temps arrêtée, puis le lendemain, on ne l’autorisa pas à franchir la frontière22. Le terrorisme d’extrême-gauche était un sujet politiquement trop sensible à l’Ouest pour que l’organisation dirigée par Mielke courre le risque d’écorner son image.

10Lorsque la menace terroriste atteignit son point culminant en RFA avec l’« automne allemand » de 1977, la Stasi de Mielke ne se satisfit plus de voir quelques terroristes arrêtés plus ou moins par hasard à la frontière abattre ouvertement leurs cartes. Une chance d’accéder à plus d’informations et plus de mainmise s’offrit à la RDA à partir du moment où en 1979/80 la RAF se mit en quête d’un pays d’accueil pour plusieurs de ses membres usés par la lutte. La RAF avait songé à des États tels que l’Angola, le Mozambique ou les Îles du Cap Vert, là où des mouvements de libération révolutionnaires de gauche avaient pris le pouvoir et accepteraient volontiers de prendre en charge des camarades de combat. Pour mettre en place cette stratégie, la terroriste Inge Viett fut dépêchée à Berlin-Est, compte tenu du fait que la RDA entretenait les meilleures relations avec ces pays et que Inge Viett elle-même avait précédemment eu l’occasion de nouer des contacts avec la Stasi en sillonnant l’Europe de l’Est.

  • 23 Cf. Inge Viett, Nie war ich furchtloser. Autobiographie, Hambourg, 1997, p. 223.
  • 24 Commandant de réserve Y, « Wir wollten den Terror von der DDR fernhalten (Interview) », in : Rober (...)
  • 25 Cf. Tobias Wunschik, « Magdeburg statt Mosambique, Köthen statt Kap Verden. Die RAF-Aussteiger in (...)

11C’est alors la police secrète est-allemande proposa, pour les raisons qui viennent d’être exposées, non pas de faire transiter ces ex-terroristes vers ces pays, mais de les prendre en charge elle-même23. L’« asile » ainsi offert par l’Allemagne de l’Est aux anciens terroristes de la RAF devait « nous [la police d’État] permettre d’élargir le champ de notre connaissance du milieu terroriste » déclara par la suite l’un de ses cadres24. Car bien évidemment, une fois en RDA, les terroristes étaient contraints de révéler ce qu’ils savaient. Et par ailleurs, le système Mielke voulait tout mettre en œuvre pour empêcher les membres actifs de la RAF de se retourner contre la RDA25 – et à partir de là, les anciens de la RAF, placés dorénavant sous sa propre protection, représentaient le gage idéal.

La RAF en RDA

  • 26 Cf. « Stern II im Plattenbau », arte 1997.

12Pour leur participation à un grand nombre de crimes et délits (par exemple l’enlèvement de Schleyer en 1977), une peine d’emprisonnement à perpétuité aurait été infligée en RFA à la plupart des ex-terroristes. On comprendra dès lors qu’il était de leur intérêt de trouver un pays d’accueil présentant toutes les garanties. Cependant, compte tenu du climat de conspiration qui régnait, Inge Viett, la principale responsable, ne leur communiqua qu’à la toute dernière minute, vers la fin de l’été 1980, que leur destination ne serait pas un pays d’Afrique gouverné par la gauche révolutionnaire. C’était pourtant à la perspective de ce déplacement que Baptist Ralf Friedrich – pour ne citer que lui, membre de la RAF résidant alors illégalement en France – avait laissé à Paris son pardessus d’hiver acheté aux « Galeries Lafayette »26. Ainsi Baptist Ralf Friedrich, Silke Maier-Witt, Susanne Albrecht, Monika Helbing, Ekkehard von Seckendorff-Gudent, Werner Lotze, Christine Dümlein et Sigrid Sternebeck, tous membres de la RAF, apprirent-ils à leur grande surprise que la RDA serait en fait le but de leur voyage. Ils furent ensuite rejoints par Henning Beer et Inge Viett elle-même.

13Dans un premier temps, les anciens membres de la RAF furent entendus pendant plusieurs semaines par la police d’État qui les prépara à leur vie future en RDA. Sous l’égide de la police secrète, ils prirent de nouveaux noms inventés pour l’occasion et se confectionnèrent de nouvelles biographies, après quoi ils purent s’installer dans des villes de RDA. Friedrich passa par exemple de la métropole des bords de Seine à la petite ville industrielle de Schwedt, où il gagna sa vie comme conducteur de chariot élévateur :

« On commençait tous les jours à six heures et demie du matin et on avait tous les contacts qu’on pouvait souhaiter avec les masses laborieuses pour lesquelles, de l’autre côté du Mur, on avait voulu faire la révolution. Cela nous a fait redescendre sur terre ».

  • 27 Ralf Baptist Friedrich, « Ich bitte um Vergebung », in : Der Spiegel, 34 (1990), pp. 52 – 62, ici (...)
  • 28 Cf. Abteilung/Section XXII/8, Analyse der IM-Arbeit auf der Grundlage der 1988 erzielten Ergebniss (...)
  • 29 Cf. Cour d’appel de Coblence, 2e Chambre pénale, jugement prononcé contre Inge Viett du 26 août 19 (...)

14Ainsi décrit-il son retour aux réalités politiques et la fin de ses illusions27. Afin d’exercer sur ces ex-terroristes une surveillance sans faille, on ne recruta pas moins de vingt collaborateurs officieux (IM)28. Au début, ils furent même soumis à ce que l’on a nommé « opérations de contrôle des personnes (« Operative Personenkontrollen »/OPK) » – leur correspondance était surveillée et leur téléphone mis sur écoute. Et quelques-uns d’entre eux furent recrutés comme IM29, ce qui avait pour but de les fidéliser à la Stasi.

  • 30 Cf. Point de vue [de la section] XXII/8 du 5.3.1988 ; BStU, MfS, HA XXII 19481, ff. 18 – 19.
  • 31 Point de vue de la section XXII/8 à propos de ›Non Paper‹ de la RFA (BKA) du 4.1.1988 ; BStU, MfS, (...)
  • 32 Cf. Tobias Wunschik, « Denn es war ja Krieg. Der Prozeß gegen Silke Maier-Witt », in : Uwe Backes,(...)
  • 33 Cf. Point de vue de la section XXII/8 à propos de ›Non Paper‹ de la RFA (BKA) du 4.1.1988 ; BStU, (...)
  • 34 Cf. Note de la section XXII/8 du 5.3.1988 ; BStU, MfS, HA XXII 19481, p. 58 ; proposition de la se (...)
  • 35 Cf. Focus, 24 février 1997, p. 15.

15Le secret d’État lié aux dix ex-membres de la RAF résidant en RDA fit long feu, du moins pour trois d’entre eux. Ce fut par exemple le cas pour Silke Maier-Witt qui s’était installée à Erfurt où elle exerçait le métier d’aide-soignante – ce qu’apprirent les services de renseignements occidentaux en 198630. Silke Maier-Witt dut renoncer sur le champ à son mode de vie31 et se soumettre à une opération de chirurgie esthétique afin de ne pas courir le risque d’être une nouvelle fois reconnue32. À peine s’était-elle réinstallée sous une nouvelle identité à Neubrandenburg que la Direction fédérale de la Police judiciaire (« Bundeskriminalamt ») demanda de vérifier, en décembre 1987, dans un document dénommé « Non Paper », si le pseudonyme d’Erfurt ne pouvait pas dissimuler la terroriste recherchée33. En mars 1988, le gouvernement ouest-allemand voulut revenir sur l’aspect politique de l’affaire34, mais « il n’y eut jamais de réaction de la part de Berlin-Est », selon les propos du Président de la Direction fédérale de la Police judiciaire de l’époque, Ludwig Zachert35.

  • 36 Cf. Peters (note 6), p. 574.

16De même l’exil est-allemand de Inge Viett et de Susanne Albrecht se révéla-t-il moins sûr que prévu. Dans l’entourage de cette dernière, des bruits coururent à l’automne 1986 à propos de sa véritable identité ; mais comme elle était mariée à un citoyen de RDA qui ne se doutait de rien, elle ne pouvait se forger une nouvelle identité et elle et son mari durent changer par deux fois de domicile. Quant à Inge Viett, elle n’était passée en RDA qu’en avril 1983, après avoir grièvement blessé l’année précédente à Paris un policier français d’un coup de feu tiré à bout portant. Elle travaillait comme photographe à Dresde lorsqu’elle fut à son tour démasquée en 1986 par une connaissance qui, au cours d’un voyage à l’Ouest, l’avait reconnue sur un avis de recherche de la police. La Stasi se chargea de lui confectionner une nouvelle identité36.

  • 37 Cf. Inge Viett, « Wahr bleibt... », in : Konkret, 3 (1992), pp. 28 – 29, ici p. 29.
  • 38 D’après les déclarations ultérieures d’un responsable. Audition de témoins du 24.1.1991, f. 19 ; H (...)
  • 39 Cf. Michael Müller, Andreas Kanonenberg, Die RAF-Stasi-Connection, Berlin, 1992.

17Que la Stasi ait volé au secours en 1980 des membres actifs de la RAF en prenant en charge ses combattants usés par la lutte avait « éveillé l’intérêt politique et matériel » du groupe37. Dès lors, jusqu’en 1983, des membres actifs de la RAF se rendirent deux ou trois fois par an en RDA pour une remise en forme complète38. Sans doute pour gagner la confiance des terroristes, la Stasi organisa même, par deux fois au moins, un entraînement militaire à leur intention. Au cours des exercices de tir par exemple, un berger allemand attaché à l’intérieur d’une Mercedes était utilisé comme cible pour tester l’efficacité d’un bazooka sur des objectifs vivants ; après le tir, le chien agonisant recevait le coup de grâce39.

« Carlos » et l’attentat contre la « Maison de France »

  • 40 Cf. Magdalena KOPP, Die Terrorjahre. Mein Leben an der Seite von Carlos, Munich, 2007; Oliver Schr (...)
  • 41 Cf. Illich Ramirez Sánchez Carlos, L’islam révolutionnaire, texte et propos recueillis, rassemblés (...)
  • 42 Cf. Bernard Violet, Carlos. Les réseaux secrets du terrorisme international, Paris, 1996.
  • 43 Cf. Schmaldienst, Matschke (note 40), p. 91.
  • 44 BStU, MfS, HA XXII 5203, p. 52.
  • 45 Cf. entre autres Schmaldienst, Matschke (note 40), p. 51.

18L’attentat perpétré par le terroriste Johannes Weinrich contre l’institution culturelle française, la « Maison de France » à Berlin-Ouest, provoqua un changement radical dans la lutte de la Stasi contre le terrorisme40. Ce membre des « Cellules révolutionnaires », troisième groupe terroriste allemand d’importance à côté de la RAF et du « Mouvement du 2 Juin », avait rejoint avec Magdalena Kopp, Gerd Albartus et quelques autres Allemands la star du terrorisme international « Carlos ». « Carlos » se définissait lui-même comme « révolutionnaire professionnel » et comme « soldat » dans la tradition léniniste41. Au cours des années 1970 et 1980, il perpétra une série d’attentats en Europe occidentale, notamment en France42. Pour ne pas être importunés par les recherches lancées à leur encontre par les gouvernements occidentaux, les membres de son groupe ne quittaient guère l’Europe de l’Est, résidant principalement à Prague, Budapest et Berlin-Est. Il est probable que « Carlos » lui-même soit venu pour la dernière fois dans la capitale est-allemande en 198043 alors que ses compagnons de lutte allemands continuèrent à s’y rendre, étant donné que, compte tenu de leur nationalité, ils pouvaient passer inaperçus. Ils y rencontraient régulièrement des membres de la Stasi44, ce qui ne les empêchait pas de subir des interrogatoires45.

  • 46 Cf. Roland Jacquard, Dominique Nasplezes, Carlos. Le dossier secret, Paris, 1997, p. 150.
  • 47 Cf. http://www.terrorsadvocate.com [26.1.2009].
  • 48 Cf. Schröm (note 40), p. 235.
  • 49 Cf. BStU, MfS, HA XXII 19680, f. 500.

19Lorsqu’en février 1982 Magdalena Kopp fut arrêtée à Paris et condamnée à quatre ans de prison, « Carlos » entreprit pour ainsi dire un « raid de vengeur » contre la Ve République dans le but d’obtenir par voie de chantage la libération de sa complice (et compagne)46. Johannes Weinrich atterrit sans préavis sur l’aéroport de Schönefeld à Berlin-Est en mai de cette même année avec mission de mettre en œuvre cette stratégie. La Stasi saisit les 24 kg d’explosif qu’il avait sur lui, lui laissant toutefois son arme de tir. En décembre 1982, Jacques Vergès47, l’avocat français de Magdalena Kopp, fut chargé par « Carlos » de négocier secrètement avec les autorités françaises et se rendit à Berlin-Est pour rencontrer Weinrich48. Dans de telles circonstances, l’avocat avait l’habitude de déposer ses documents à la consigne automatique de la S-Bahn, au point de passage de la Friedrichstraße, un lieu qu’il imaginait à tort en dehors du champ d’action de la Stasi49.

  • 50 Cf. Kopp (note 40), p. 227.
  • 51 Johannes Weinrich fut condamné en 1995 à la prison à perpétuité pour cause de meurtre et de mise à (...)

20Albartus qui, tout comme Weinrich, informait à l’occasion la Stasi des agissements du groupe « Carlos »50, fit du repérage sur les lieux de la cible, la « Maison de France ». C’était en janvier 1983. Cependant, comme « Carlos » semblait momentanément renoncer aux attentats et espérait encore faire libérer Magdalena Kopp en négociant, la Stasi restitua l’explosif à Weinrich en août 1983 bien qu’elle eût connaissance de la cible de l’attentat. Weinrich promit de ne pas faire usage lui-même de l’explosif et le confia durant neuf jours à un diplomate syrien à Berlin-Est, à la suite de quoi il se le fit quand même remettre : ce même jour eut lieu l’explosion à la « Maison de France ». Un militant du mouvement pacifiste français qui se trouvait là par hasard fut tué et vingt-et-une autres personnes blessées, dont certaines grièvement51.

  • 52 Information fournie par la section XXII/8 à propos du groupe « Separat » du 27.11.1984 ; BStU, MfS (...)
  • 53 Cf. BStU, MfS, HA XXII 5203, f. 35.
  • 54 Compte rendu sur l’état de l’élaboration de l’OV [operativ Vorgang] « Separat » du 9.5.1985 ; BStU (...)
  • 55 Information fournie par la section XXII/8 à propos du groupe « Separat » du 27.11.1984 ; BStU, MfS (...)

21Les services de renseignement occidentaux n’ignoraient rien des incursions du groupe « Carlos » en RDA. Ainsi par exemple le Bureau régional de Protection de la Constitution (« Landesamt für den Verfassungsschutz ») de Berlin-Ouest fut-il informé dès novembre 1983 par une source palestinienne résidant en RDA que Weinrich faisait régulièrement des séjours en RDA52. Lorsqu’en avril 1984 la même source fit savoir – ce qui fut avéré53 – que la personne recherchée s’était rendue à Berlin-Est54, les représentants de la Chancellerie, du Ministère des Affaires étrangères, des Ministères fédéraux de l’Intérieur et de la Justice de même que de la Direction fédérale de la Police judiciaire décidèrent à Bonn que le Ministère public devrait établir un mandat d’arrêt aussitôt que la dite source signalerait la présence de Weinrich en Allemagne de l’Est. Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu : la source en question fut interdite de sortie du territoire par la Stasi qui avait découvert son identité et constaté que cette personne travaillait en même temps comme collaborateur officieux (IM) et que cette personne était donc un agent double55.

La Stasi change de stratégie

  • 56 Compte rendu de la section XXII/8 à propos des consultations avec des représentants des services d (...)

22Parce qu’il devenait de plus en plus difficile à la Stasi de dissimuler l’attitude pour le moins tolérante qui était la sienne vis-à-vis du terrorisme, ce qui menaçait son image, elle décida de se montrer beaucoup plus prudente. L’attentat contre la « Maison de France » avait, à l’Ouest, soulevé la question de savoir si les coupables étaient entrés par hasard en RFA par Berlin-Est ou s’ils s’y étaient réfugiés : après tout, Weinrich n’avait-il pas réussi, du moins en partie, à manipuler la police secrète est-allemande ? Par ailleurs la Stasi redoutait encore plus désormais que le groupe « Carlos » soit infiltré « par des services secrets impérialistes ». « En raison de la situation actuelle, il nous est impossible de vous accorder une extension de vos positions logistiques en RDA ». Ce changement radical d’attitude s’était traduit par la maxime : continuer à « autoriser le groupe à de brefs séjours et à des déplacements de transit, en veillant toutefois à réduire cette pratique au minimum. Bien évidemment, il faut que cette éviction progressive de RDA ait lieu par paliers, en tenant compte de la situation et en évitant toute forme de confrontation », ces précautions s’expliquant par la crainte de la Stasi de voir dans le cas contraire « Carlos » retourner sa colère contre la RDA56.

  • 57 Cf. BStU, MfS, HA XXII 19465, f. 136.
  • 58 Cf. Kopp (note 40), p. 185.
  • 59 Cf. Schröm (note 40), pp. 200, 210.
  • 60 Cf. BStU, MfS, HA XXII 19995, ff. 74, 134.
  • 61 Cf. Schröm (note 40), pp. 200, 210.
  • 62 Cf. Schröm (note 40), pp. 278s.

23Lorsqu’après avoir purgé sa peine dans des prisons françaises Magdalena Kopp fut libérée en mai 1985, elle se rendit (en compagnie de Vergès) au point de passage de la Friedrichstraße, et là, la Stasi l’accueillit encore cette fois avec un bouquet de fleurs en « signe de reconnaissance de son inébranlable fermeté », en clair de sa discrétion face aux investigations de la police française57. Elle-même et Weinrich poursuivirent leurs rencontres avec des membres de la Stasi58, mais ils sentaient que le climat avait changé si bien qu’ils se montraient de moins en moins bavards. Par la suite, la Stasi fit suivre Weinrich de manière si voyante qu’il se rendit compte que sa présence était dorénavant indésirable59. La Stasi finit par instaurer en septembre 1985 une interdiction d’entrée sur le territoire pour tous les membres du groupe « Carlos » – comme Albartus entre autres l’apprit à ses dépens lorsqu’il fut refoulé à la frontière deux mois plus tard60. Auparavant, « Carlos » en personne avait été désigné « persona non grata » par les services secrets des régimes communistes de Hongrie et de Tchécoslovaquie61. Le groupe prétendait à présent qu’Albartus l’avait trahi auprès de la Stasi : sur la base de cette allégation il fut exécuté en décembre 198762 (de toute évidence, il servit de bouc émissaire pour l’absence de protection par la Stasi) et paya pour la situation toujours plus précaire du groupe « Carlos ».

  • 63 Cf. Tobias Wunschik, « Die ›Bewegung 2. Juni‹ und ihre Protektion durch den Staatssicherheitsdiens (...)
  • 64 Cf. Helmut Pohl, « ›Für uns hatte es den Zweck, Fragen zur Spreng-und Schießtechnik zu klären‹ » i (...)
  • 65 Cf. Martin Jander, « Differenzen im antiimperialistischen Kampf. Zu den Verbindungen des Ministeri (...)
  • 66 Cf. Note du Ministre de la Sécurité de l’État [« Minister für Staatssicherheit »] du 6.3.1975 ; BS (...)

24Ce changement de cap de la Stasi fut également ressenti à la fois par le « Mouvement du 2 Juin » en voie de restructuration63 et par les terroristes militants de la RAF dont les séjours furent à partir de ce moment-là apparemment interdits64. Ajoutons que les raisons qui poussèrent la Stasi à modifier radicalement son attitude tiennent aussi au profond scepticisme, motivé par sa vision du monde, qu’elle affichait face au « terrorisme individuel » et aux hésitations de la RAF à cautionner la « coexistence pacifique » entérinée par l’Union soviétique65. Même si la Stasi et l’extrême-gauche terroriste continuaient à avoir les mêmes adversaires, les attentats perpétrés par les terroristes n’en déclenchaient pas moins régulièrement dans la pratique des enquêtes de police en chaîne, ce qui mettait tout aussi régulièrement en danger les correspondants et les agents que la Stasi entretenait à l’Ouest66.

  • 67 Cf. Information No 054/89 de la section principale (« Hauptabteilung ») XXII/8 ; BStU, MfS, HA XXI (...)
  • 68 Cf. note de service 1/81 à propos de l’enquête sur les attentats terroristes du 16.3.1981 ; BStU, (...)
  • 69 Cf. Analyse émanant de la Section principale (« Hauptabteilung ») XXII du 24.4.1987 ; BStU, MfS, H (...)
  • 70 Cf. taz, 5 janvier 1993, p. 1 ; taz, 12 février 1993, p. 2.
  • 71 Cf. Frankfurter Rundschau, 27 juin 1996, p. 3 ; rote Hilfe Info, 3/4 (1996) (http://www.rotehilfe. (...)
  • 72 Cf. Till MEYER, Staatsfeind. Erinnerungen, Hambourg, 1996, p. 452.
  • 73 Cour d’appel de Coblence, 2e Chambre pénale, jugement prononcé contre Inge Viett du 26.8.1992 (2 S (...)
  • 74 Cf. Wunschik (note 29), pp. 177 – 189.
  • 75 Cf. Compte rendu d’investigation de la Section principale (« Hauptabteilung ») XXII/8 du 30.11.198 (...)

25La Stasi agissait à présent avec une plus grande circonspection ce qui ne l’empêchait nullement de continuer à explorer la nébuleuse terroriste. Prenons le cas de parents de membres de la RAF incarcérés : s’il leur arrivait de transiter par l’aéroport de Schönefeld, la Stasi procédait à une copie des documents qu’ils avaient sur eux et tentait d’établir un contact67 , ce qui dans le meilleur des cas pouvait déboucher sur un recrutement en tant qu’« informateur officieux » (IM). Certes, la Stasi préférait dans la plupart des cas se passer des services de terroristes militants, mais elle n’en cherchait pas moins à recruter dans des milieux proches68, parmi les ex-terroristes par exemple, ou les membres de leur famille ou encore leurs avocats69. Ainsi, pour obtenir des informations sur la RAF, l’ancien avocat de celle-ci, Klaus Croissant, fut engagé comme « informateur officieux »70 (IM), de même que le furent les anciens terroristes Werner Hoppe71 et Till Meyer72 (pour la RFA) et les ex-membres de la RAF Inge Viett73 et Werner Lotze74 (pour la RDA). L’attitude fondamentalement plus prudente de la Stasi fit que le lien direct qui la reliait aux combattants clandestins était bel et bien rompu et, au milieu des années quatre-vingts, elle n’en savait guère plus sur le terrorisme d’extrême-gauche que l’appareil judiciaire ouest-allemand, si tant est que de telles conclusions soient autorisées compte tenu d’une transmission lacunaire des dossiers75.

Conclusion

  • 76 Cf. RAF, Unveröffentlichtes Manuskript von Mai 1972 (note 9) [Manuscrit non édité de mai 1972], ff (...)
  • 77 Cf. Präzisierung der operativen Verantwortlichkeiten (Arbeitsgegenstände) der Referate 1 und 3 der (...)

26Face à l’opinion publique mondiale, ni les terroristes ouest-allemands d’extrême-gauche ni les socialistes du SED d’Allemagne de l’Est n’ont voulu annoncer la couleur et avouer leur coopération. L’avant-garde révolutionnaire autoproclamée d’Allemagne de l’Ouest, la RAF, estimait que le régime sclérosé du parti unique SED n’était pas un allié présentable et voulait échapper au reproche d’allégeance politique. Alors qu’ils revendiquaient en permanence leurs liens avec des groupes palestiniens et autres « mouvements de libération », les terroristes d’extrême-gauche n’ont cessé de contester l’appui dont ils ont bénéficié de la part de Berlin-Est76. De manière analogue, l’organisation dirigée par Mielke a fait le maximum pour dissimuler le soutien qu’elle avait apporté au terrorisme77.

27On comprendra dès lors pourquoi la « RAF-Stasi-Connection » n’a été révélée au grand public qu’après la chute du régime communiste d’Allemagne de l’Est, quelques mois avant la réunification. On se doutait bien que le Proche-Orient avait donné asile à d’anciens terroristes d’extrême-gauche, mais on n’aurait jamais soupçonné l’autre Allemagne ! Et pourtant, durant l’été 1990, les dix ex-terroristes mentionnés plus haut furent arrêtés dans une RDA aux derniers jours de son existence. Il est probable que ce succès sans précédent n’aurait pas été possible sans le « programme pour les repentis du terrorisme » mis en place par la Stasi. Ajoutons que les dossiers transmis par les services de la Stasi ont permis en 2000 la condamnation à perpétuité de Johannes Weinrich pour l’attentat contre la « Maison de France », alors qu’en l’absence de ces documents sa culpabilité eût été bien plus difficile à prouver. La protection des coupables voulue par la Stasi s’était muée en son contraire au cours de l’Histoire.

  • 78 Cf. Berliner Zeitung, 17/18 août 1996, p. 6.
  • 79 Cf. Robert Allertz, Die RAF und das MfS. Fakten und Fiktionen, Berlin, 2008, p. 47.

28Partant de la constatation que la Stasi avait des années durant neutralisé les terroristes, un de ses avocats avait avancé l’idée que les collaborateurs de la police secrète auraient été aujourd’hui en droit de prétendre à la croix fédérale du mérite : c’était en 1996, lors du procès (sans suite) de quatre ex-membres de la Stasi impliqués dans la « RAF-Stasi-Connection »78. En ce sens, les responsables considèrent jusqu’à ce jour qu’en ayant récupéré un certain nombre d’ex-terroristes, ils ont contribué à désamorcer des situations conflictuelles dans la société occidentale79.

29Toutefois, en agissant de la sorte, la Stasi n’avait aucunement l’intention de contribuer à resocialiser les coupables, car son objectif consistait bien plutôt à calmer la colère des militants de la RAF. Pour ne pas se retrouver elle-même dans la ligne de mire des terroristes, elle les avait laissé agir à leur guise, voire soutenus le cas échéant – attitude qui augmentait les risques à l’Ouest. Berlin-Est avait eu beau clamer publiquement son attachement à la coexistence pacifique, c’est en fin de compte la rivalité entre les deux blocs qui l’avait emporté. On peut néanmoins constater qu’au cours de la seconde moitié des années quatre-vingts, la Stasi a tout de même moins soutenu le terrorisme international qu’elle ne l’avait fait auparavant, ne serait-ce que pour ne pas mettre en péril l’image du régime communiste de RDA. L’événement qui a motivé ce revirement est probablement l’attentat contre la « Maison de France » qui avait fait de la France la victime désignée de l’indulgence de Berlin-Est vis-à-vis du terrorisme d’extrême-gauche.

Notes

1 Cf. Par ex. Paul Wilkinson, Terrorism and the liberal state, Basingstoke, 1986, p. 103.

2 A titre d’exemple, citons le cas de cet homme qui en en mars 1980 endommagea au moyen d’une charge explosive un monument en l’honneur des chars soviétiques à Chemnitz pour protester contre l’invasion des troupes soviétiques en Afghanistan. Cf. Rüdiger Knechtel, Jürgen Fiedler (éd.), Stalins DDR. Berichte politisch Verfolgter, Leipzig, 1991, pp. 95 – 125.

3 Évaluation réalisée par la section principale VI (Hauptabteilung VI) concernant les attentats planifiés, fomentés et perpétrés contre l’aviation civile du 12.2.1973 ; chargés de mission fédéraux pour les documents de la Stasi (BStU), MfS, HA VI 1432, ff. 190 – 245, ici f. 190.

4 Cf. Michel Wieviorka, « 1968 und der Terrorismus », in : Ingrid Gilcher-Holtey (éd.), 1968. Vom Ereignis zum Mythos, Francfort/M., 2008, pp. 363 – 375, ici pp. 364, 367.

5 Cf. Klaus Pflieger, Die Rote Armee Fraktion. 14.4.70 – 20.4.98, Baden-Baden, 2004, p. 11.

6 Cf. Butz Peters, Tödlicher Irrtum. Die Geschichte der RAF, Berlin, 2004, p. 31.

7 Cf. Alexander Strassner, Die dritte Generation der ›Roten Armee Fraktion‹. Entstehung, Struktur und Zerfall einer terroristischen Organisation, Wiesbaden, 2003.

8 Cf. Kristin Wesemann, Ulrike Meinhof. Kommunistin, Journalistin, Terroristin – eine politische Biografie, Baden-Baden, 2007, pp. 205, 225, 320.

9 Cf. RAF, Unveröffentlichtes Manuskript von Mai 1972 [Manuscrit non publié de mai 1972], cité dans : Iring Fetscher, Günter Rohrmoser (éd.), Ideologien und Strategien (Analysen zum Terrorismus, vol. 1) Opladen, 1981, pp. 16 – 271, ici p. 217.

10 Cf. Martin Jander, « Differenzen im antiimperialistischen Kampf. Zu den Verbindungen des Ministeriums für Staatssicherheit mit der RAF und dem bundesdeutschen Linksterrorismus », in : Wolfgang Kraushaar (éd.), Die RAF und der linke Terrorismus, 2 vol., Hambourg, 2006, pp. 696 – 713, ici pp. 698, 705.

11 Cf. Gert Schneider, Christof Wackernagel, Der Prozeß gegen Christof und Gert ist ein Prozeß gegen die RAF. Dokumentation zum Düsseldorfer RAF-Prozeß gegen Gert Schneider und Christof Wackernagel (Teil III), Amsterdam, 1980, p. 19.

12 On n’entama même pas de préparatifs, surtout après que la RAF eut fait part avec véhémence de son opposition au projet. Cf. Volker Speitel, « Wir wollten alles und gleichzeitig nichts (Interview mit Speitel) », in : Der Spiegel, 31 (1980), pp. 36 – 49, ici p. 49.

13 Cf. liste du 13.10.1978 établie par la section XXII faisant état des contacts noués avec la RDA par des personnes particulièrement actives sur le terrain ; BStU, MfS, HA XXII 780, vol. 9, ff. 1 – 6.

14 Cf. Évaluation du potentiel de soutiens et sympathisants de la RAF politiquement actifs réalisée par la section XXII/8 du 8.4.1987 ; BStU, MfS, AP 17462/91, vol. 1, ff. 225 – 233.

15 [Extrait du discours d’un cadre dirigeant] s.d. ; BStU, MfS, Arbeitsbereich Neiber 1069, ff. 38 – 41.

16 Cf. Expériences vécues par la section XXII au cours de l’organisation de la défense antiterroriste préventive de mars 1988 ; BStU, MfS, HA XXII 5538, ff. 127 – 145, ici p. 140.

17 Rappelons à titre d’exemple qu’un tel marchandage eut lieu peu de temps après la création du groupe Baader-Meinhof avec un membre de leur organisation, Hans-Jürgen Bäcker. Compte rendu de la section principale (Hauptabteilung) IX/2 du 7.8.1970 ; BStU, MfS, HA XXII AP 73629/92, ff. 11-14.

18 Peter Siebenmorgen, « Staatssicherheit » der DDR. Der Westen im Fadenkreuz der Stasi, Bonn, 1993, p. 206.

19 Cf. Information concernant les activités d’un certain nombre de représentants de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) en relation avec des terroristes internationaux pour l’implication de la RDA dans la préparation d’actes de violence dans les pays de l’Europe de l’Ouest, datée du 3 mai 1979 ; BStU, MfS, HA XXII 18613, ff. 277 – 292.

20 D’après les déclarations d’un collaborateur de la section ›Terrorabwehr‹ (XXII) de la Stasi, Walter Lindner, au cours du procès d’Inge Viett. Cf. Süddeutsche Zeitung, 9 janvier 1992, p. 6 ; Wolfhard KLEIN, « Nix, oder wie’s war », in : Konkret, 10 (1992), pp. 32 – 33, ici p. 33.

21 Cf. BStU, MfS, HA XXII 673, ff. 65 – 66 ; BStU, MfS, HA XXII 407, vol. 1, ff. 11 – 15 ; BStU, MfS, HA XXII 5601, ff. 233 – 238.

22 Cf. BStU, MfS, HA XX AIG 496, ff. 17 – 19.

23 Cf. Inge Viett, Nie war ich furchtloser. Autobiographie, Hambourg, 1997, p. 223.

24 Commandant de réserve Y, « Wir wollten den Terror von der DDR fernhalten (Interview) », in : Robert Allertz (en collaboration avec Gerhard Neiber), Die RAF und das MfS. Fakten und Fiktionen, Berlin, 2008, pp. 21 – 40, ici p. 27.

25 Cf. Tobias Wunschik, « Magdeburg statt Mosambique, Köthen statt Kap Verden. Die RAF-Aussteiger in der DDR », in : « Klaus Biesenbach (éd.), Zur Vorstellung des Terror : Die RAF-Ausstellung, vol. 2, Göttingen, 2005, pp. 236 – 240.

26 Cf. « Stern II im Plattenbau », arte 1997.

27 Ralf Baptist Friedrich, « Ich bitte um Vergebung », in : Der Spiegel, 34 (1990), pp. 52 – 62, ici p. 59.

28 Cf. Abteilung/Section XXII/8, Analyse der IM-Arbeit auf der Grundlage der 1988 erzielten Ergebnisse bei der Qualifizierung und Erweiterung des IM-Bestandes vom 22.2.1989 [Analyse du travail des IM sur la base des résultats obtenus en 1988 en vue de la qualification et de l’augmentation des effectifs des IM du 22.2.1989] ; BStU, MfS, HA XXII 521.

29 Cf. Cour d’appel de Coblence, 2e Chambre pénale, jugement prononcé contre Inge Viett du 26 août 1992 (2 StE 3/91), p. 35 ; Tobias Wunschik, « Werner Lotze. Biographisches Porträt », in : Uwe Backes, Eckhard JESSE (éd.), Jahrbuch Extremismus & Demokratie, Bonn, 5 (1993), pp. 177 – 189, ici p. 182.

30 Cf. Point de vue [de la section] XXII/8 du 5.3.1988 ; BStU, MfS, HA XXII 19481, ff. 18 – 19.

31 Point de vue de la section XXII/8 à propos de ›Non Paper‹ de la RFA (BKA) du 4.1.1988 ; BStU, MfS, HA XXII 19481, ff. 55 – 56.

32 Cf. Tobias Wunschik, « Denn es war ja Krieg. Der Prozeß gegen Silke Maier-Witt », in : Uwe Backes, Eckhard Jesse (éd.), Jahrbuch Extremismus & Demokratie, Bonn, 4 (1992), pp. 146 – 156.

33 Cf. Point de vue de la section XXII/8 à propos de ›Non Paper‹ de la RFA (BKA) du 4.1.1988 ; BStU, MfS, HA XXII 19481, ff. 55 – 56.

34 Cf. Note de la section XXII/8 du 5.3.1988 ; BStU, MfS, HA XXII 19481, p. 58 ; proposition de la section XXII/8 de poursuivre la procédure du 10.3.1988 ; BStU, MfS, HA XXII 19481, ff. 59 – 61.

35 Cf. Focus, 24 février 1997, p. 15.

36 Cf. Peters (note 6), p. 574.

37 Cf. Inge Viett, « Wahr bleibt... », in : Konkret, 3 (1992), pp. 28 – 29, ici p. 29.

38 D’après les déclarations ultérieures d’un responsable. Audition de témoins du 24.1.1991, f. 19 ; Hamburger Institut für Sozialforschung, Archiv, We, J/115,009.

39 Cf. Michael Müller, Andreas Kanonenberg, Die RAF-Stasi-Connection, Berlin, 1992.

40 Cf. Magdalena KOPP, Die Terrorjahre. Mein Leben an der Seite von Carlos, Munich, 2007; Oliver Schröm, Im Schatten des Schakals. Carlos und die Wegbereiter des internationalen Terrorismus, Berlin, 2002; Fritz Schmaldienst, Klaus-Dieter Matschke, Carlos-Komplize Weinrich. Die internationale Karriere eines deutschen Top-Terroristen, Francfort/M., 1995; David A. Yallop, Die Verschwörung der Lügner, Munich, 1993.

41 Cf. Illich Ramirez Sánchez Carlos, L’islam révolutionnaire, texte et propos recueillis, rassemblés et présentés par Jean-Michel Vernochet, Monaco, 2003, p. 37.

42 Cf. Bernard Violet, Carlos. Les réseaux secrets du terrorisme international, Paris, 1996.

43 Cf. Schmaldienst, Matschke (note 40), p. 91.

44 BStU, MfS, HA XXII 5203, p. 52.

45 Cf. entre autres Schmaldienst, Matschke (note 40), p. 51.

46 Cf. Roland Jacquard, Dominique Nasplezes, Carlos. Le dossier secret, Paris, 1997, p. 150.

47 Cf. http://www.terrorsadvocate.com [26.1.2009].

48 Cf. Schröm (note 40), p. 235.

49 Cf. BStU, MfS, HA XXII 19680, f. 500.

50 Cf. Kopp (note 40), p. 227.

51 Johannes Weinrich fut condamné en 1995 à la prison à perpétuité pour cause de meurtre et de mise à feu d’engins explosifs. Cf. Tageszeitung (taz), 18 janvier 2000, p. 7.

52 Information fournie par la section XXII/8 à propos du groupe « Separat » du 27.11.1984 ; BStU, MfS, HA XXII 5203, ff. 23 – 59.

53 Cf. BStU, MfS, HA XXII 5203, f. 35.

54 Compte rendu sur l’état de l’élaboration de l’OV [operativ Vorgang] « Separat » du 9.5.1985 ; BStU, MfS, HA XXII 19465, ff. 121 – 136.

55 Information fournie par la section XXII/8 à propos du groupe « Separat » du 27.11.1984 ; BStU, MfS, HA XXII 5203, ff. 23 – 59.

56 Compte rendu de la section XXII/8 à propos des consultations avec des représentants des services de sécurité hongrois du 22.5.1985 ; BStU, MfS, HA XXII 19664, ff. 48 – 59.

57 Cf. BStU, MfS, HA XXII 19465, f. 136.

58 Cf. Kopp (note 40), p. 185.

59 Cf. Schröm (note 40), pp. 200, 210.

60 Cf. BStU, MfS, HA XXII 19995, ff. 74, 134.

61 Cf. Schröm (note 40), pp. 200, 210.

62 Cf. Schröm (note 40), pp. 278s.

63 Cf. Tobias Wunschik, « Die ›Bewegung 2. Juni‹ und ihre Protektion durch den Staatssicherheitsdienst der DDR », in : Deutschland Archiv, 40 (2007) 6, pp. 1014 – 1025.

64 Cf. Helmut Pohl, « ›Für uns hatte es den Zweck, Fragen zur Spreng-und Schießtechnik zu klären‹ » in : Frankfurter Rundschau, 2 juillet 1991, pp. 7 – 8, ici p. 8.

65 Cf. Martin Jander, « Differenzen im antiimperialistischen Kampf. Zu den Verbindungen des Ministeriums für Staatssicherheit mit der RAF und dem bundesdeutschen Linksterrorismus », in : Kraushaar (note 10), pp. 696 – 713, ici p. 705.

66 Cf. Note du Ministre de la Sécurité de l’État [« Minister für Staatssicherheit »] du 6.3.1975 ; BStU, MfS, MfS-BdL/Dok. 004734 ; note du Directeur de la Section principale VII (« Hauptabteilung VII ») du 11.3.1975 ; BStU, MfS, HA VII BdL 581 ; note du HV A/AG auprès du premier vice-ministre du 14.7.1972 [Schreiben der HV A/AG beim 1. Stellvertreter des Ministers vom 14.7.1972] ; BStU, MfS, HA XVIII 142, ff. 2 – 5.

67 Cf. Information No 054/89 de la section principale (« Hauptabteilung ») XXII/8 ; BStU, MfS, HA XXII 17640, ff. 3 – 4.

68 Cf. note de service 1/81 à propos de l’enquête sur les attentats terroristes du 16.3.1981 ; BStU, MfS, DSt 102735, p. 23 ; ébauche d’une note de service de 1977 à propos de mesures préventives à prendre pour empêcher, élucider et combattre les actes terroristes ; BStU, MfS, HA XXII 865.

69 Cf. Analyse émanant de la Section principale (« Hauptabteilung ») XXII du 24.4.1987 ; BStU, MfS, HA XXII 17846, ff. 12 – 29.

70 Cf. taz, 5 janvier 1993, p. 1 ; taz, 12 février 1993, p. 2.

71 Cf. Frankfurter Rundschau, 27 juin 1996, p. 3 ; rote Hilfe Info, 3/4 (1996) (http://www.rotehilfe. de/publikationen/die_rote_hilfe_zeitung/1996/3_4/monika_haas_trotz_entlastender_auss-agen_weitert_im_knast_bleiben (15.2.2009)).

72 Cf. Till MEYER, Staatsfeind. Erinnerungen, Hambourg, 1996, p. 452.

73 Cour d’appel de Coblence, 2e Chambre pénale, jugement prononcé contre Inge Viett du 26.8.1992 (2 StE 3/91), p. 35.

74 Cf. Wunschik (note 29), pp. 177 – 189.

75 Cf. Compte rendu d’investigation de la Section principale (« Hauptabteilung ») XXII/8 du 30.11.1989, in : BStU, MfS, HA XXII 5619, ff. 127 – 128.

76 Cf. RAF, Unveröffentlichtes Manuskript von Mai 1972 (note 9) [Manuscrit non édité de mai 1972], ff. 16 – 271, ici p. 217 ; Frankfurter Rundschau, 2 juillet 1991, p. 8 ; taz, 12 juin 1992, p. 2.

77 Cf. Präzisierung der operativen Verantwortlichkeiten (Arbeitsgegenstände) der Referate 1 und 3 der Abteilung XXII/8 vom 28.6.1988 (Entwurf) (Précisions apportées à propos des responsabilités de terrain incombant aux Départements 1 et 3 de la section XXII/8 du 28.6.1988 (Ébauche)) ; BStU, MfS, HA XXII 5479, ff. 1 – 8, ici p. 5.

78 Cf. Berliner Zeitung, 17/18 août 1996, p. 6.

79 Cf. Robert Allertz, Die RAF und das MfS. Fakten und Fiktionen, Berlin, 2008, p. 47.

Auteur

Né en 1967 ; Chercheur à la Behörde der Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR (BStU)

Danielle Laforge (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search