Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

I. L'Allemagne dans les relations internationales

Entre concurrence, cohabitation et coopération. Les deux États allemands dans l’arène internationale

Hermann Wentker
Traduction de Ingrid Lacheny et Marc Lacheny

Texte intégral

1Au cours des deux premières décennies de leur existence, les deux États allemands donnèrent, sur la scène internationale, l’impression de deux frères en profond désaccord. Là où la République fédérale d’Allemagne était présente sur le plan diplomatique, elle n’admettait aucune représentation de la RDA ; là où la RDA était représentée, la République fédérale ne voulait engager aucune représentation diplomatique. La République fédérale revendiquait pour elle, et à bon droit, l’obtention d’une légitimité démocratique et qualifiait la RDA de dictature bénie par l’Union Soviétique ; la RDA, en revanche, se qualifiait elle-même d’État « antifasciste » ayant, d’après ses dires, éradiqué en son sein aussi bien le capitalisme que les racines du fascisme, ce qui n’était, à ses yeux, pas le cas en République fédérale. Les reproches des Allemands de l’Est visaient le fait que, à la différence de la RDA, d’anciens nationaux-socialistes continuaient, selon eux, à tenir les rênes du pouvoir en République fédérale.

  • 1 Sur le conflit interallemand au sujet de la reconnaissance et de la non-reconnaissance, voir en pa (...)
  • 2 C’est aussi ce que souligne Michael Lemke, « Die Außenbeziehungen der DDR (1949 – 1966). Prinzipie (...)

2À l’arrière-plan du conflit interallemand figuraient des positions différentes en matière de politique allemande. La République fédérale, État allemand ayant obtenu une légitimité démocratique, revendiquait le droit de parler au nom de tous les Allemands, ce qui excluait toute reconnaissance de la RDA comme second État allemand. C’est pourquoi, à partir de 1949, la République fédérale exigea que des États tiers n’entretinssent des relations diplomatiques qu’avec elle ou avec la RDA, et elle fut soutenue sur ce point par ses alliés occidentaux. Ce principe violé par l’établissement de relations diplomatiques entre la République fédérale et l’Union Soviétique, en 1955, Bonn se vit contrainte d’indiquer que la double représentation allemande à Moscou constituait un cas particulier qui ne changeait rien, disait-elle, à la politique de non-reconnaissance. Bonn fit savoir que la reconnaissance diplomatique de Berlin-Est par un État tiers serait considérée comme un acte inamical susceptible de conduire à la rupture des relations diplomatiques avec Bonn. La République fédérale, exploitant habilement l’accroissement de sa puissance économique, parvint à imposer sans trop de difficulté ce principe, appelé « doctrine Hallstein », sur la scène internationale jusqu’en 19721. La RDA, en revanche, avait opposé en 1949 son propre droit à une représentation exclusive à la République fédérale. À partir de 1955 toutefois, elle se concentra au plan mondial, sur sa propre reconnaissance en tant qu’État allemand autonome. Mais en dehors du bloc de l’Est elle ne pouvait pas grand-chose sans l’Union Soviétique et, au plan économique, elle était sensiblement plus faible que la République fédérale, si bien que, jusqu’en 1972, elle n’eut pas grand-chose à opposer à la « doctrine Hallstein ». Ses succès en termes de reconnaissance restèrent limités jusqu’à la signature du « traité fondamental », le 21 décembre 19722. Ce n’est qu’ensuite, lorsque la République fédérale elle-même reconnut la RDA comme État – mais pas en droit international – et ne fut plus en mesure d’empêcher les autres pays d’établir des relations diplomatiques avec la RDA, que cette dernière parvint à percer au niveau international. À partir de là deux ambassades allemandes coexistèrent dans la plupart des capitales. Mais cela signifiait-il que, dès lors, les deux frères allemands entretenaient des relations différentes dans l’arène internationale ? Les querelles du passé cédèrent-elles la place à une cohabitation harmonieuse ?

Conditions générales et priorités des politiques étrangères est-et ouest-allemandes

  • 3 Cité d’après Hans-Peter Schwarz, Adenauer. Der Staatsmann : 1952 – 1967, Stuttgart, 1991, p. 185.

3Avant de répondre à cette question, il convient de rappeler brièvement les conditions générales et les priorités des politiques étrangères est-et ouest-allemandes, en particulier pour déterminer l’importance que revêtait la concurrence interallemande pour les deux États allemands. Pour la République fédérale il s’agissait avant tout d’acquérir, entre 1949 et 1955, une large souveraineté étatique, ainsi que la protection extérieure de l’alliance occidentale. Le chancelier Konrad Adenauer réalisa ce double objectif en 1955 avec l’entrée dans l’OTAN. Par sa puissance économique, la République fédérale acquit dès lors une importance croissante au sein du camp occidental. Les liens avec l’Ouest avaient priorité sur le précepte de réunification qui était inscrit dans la constitution. Adenauer lui-même le dit en 1955 : « Nous avons annoncé au monde avec toujours plus de force que la réunification était le premier problème mondial. C’est faux. Le premier problème, est que nous demeurons dans la paix et la liberté, d’abord à 50 millions, les 18 millions suivront »3.

  • 4 Cf. Hermann Wentker, « Die Staatsräson der DDR », in : Günther Heydemann, Eckart Klein (éd.), Staa (...)

4Lors de sa fondation la RDA était tout aussi peu autonome que la République fédérale, mais elle ne put obtenir le même degré de souveraineté. Même si Moscou lui accorda en 1955 une souveraineté contractuelle, elle resta, au sens premier du terme, dépendante de l’Union Soviétique car Moscou garantissait militairement son existence. La dépendance vis-à-vis de l’est fut ainsi le principe structurel de la politique étrangère de Berlin-Est. En même temps, elle se voyait exposée à un effet constant d’aspiration par la République fédérale : jusqu’en 1961, quelque 2,5 millions de personnes émigrèrent en Allemagne de l’Ouest. C’est pourquoi la RDA dut se démarquer nettement de la RFA. À côté de sa dépendance vis-à-vis de l’Est, la démarcation par rapport à l’Ouest devint ainsi un élément central de la raison d’État en RDA4.

  • 5 Voir à ce sujet Werner Link, « Die Entstehung des Moskauer Vertrages im Lichte neuer Archivalien » (...)
  • 6 Cf. Mary Elise Sarotte, Dealing with the Devil. East Germany, Détente and Ostpolitik, 1969 – 1973,(...)

5Lorsque, après la construction du mur de Berlin et la crise de Cuba, les superpuissances misèrent de plus en plus sur la détente, les deux États allemands durent s’adapter. Étant donné que les puissances occidentales ne plaçaient plus la question allemande, mais le maintien de la paix au centre de leur politique, la République fédérale ne fut plus tenue de donner la préférence à la réunification, mais à la détente. À l’issue d’un processus d’adaptation qui dura jusqu’en 1969 Bonn admit la nécessité d’une reconnaissance étatique de Berlin-Est. Elle prit alors l’initiative d’organiser elle-même les relations avec l’Union Soviétique, les États d’Europe de l’Est et la RDA5. Elle y parvint en grande partie dans la mesure où elle avait acquis, entre-temps, un poids considérable à l’Ouest. Mais lorsque l’Union Soviétique décida en 1969 d’accepter l’offre de négociations de Bonn tout en cherchant à garder l’entier contrôle de l’ouverture à l’Ouest, la RDA fut soumise à un « micromanagement » de Moscou, et sa liberté d’action considérablement réduite. Jusqu’à la conclusion du Traité fondamental du 21 décembre 1972, Moscou tint Berlin-Est étroitement par la bride6.

  • 7 Cf. Hermann Wentker, Außenpolitik in engen Grenzen. Die DDR im internationalen System 1949 – 1989,(...)

6Plus la République fédérale s’ouvrait à l’Est, plus la RDA se sentait menacée : elle redoutait un « envahissement » par l’État ouest-allemand, en particulier à travers les « allégements humains » décidés depuis le milieu des années 1960, ce qui l’amena à renforcer ses efforts de démarcation. C’est pourquoi le gouvernement fédéral, qui avait une idée exacte de la dépendance de l’Allemagne de l’Est vis-à-vis de la superpuissance soviétique, passa par Moscou pour amener les dirigeants de RDA à faire des concessions. Après que Bonn eût accepté la reconnaissance étatique de la RDA, elle se trouva dans une position bien plus favorable que Berlin-Est et elle fut en mesure, contrairement à la RDA, d’imposer ses buts les plus importants dans les négociations. Elle n’abandonna donc pas, en reconnaissant la RDA, son objectif de réunification ; la RDA par contre n’avait pas réussi à faire des relations interallemandes des relations internationales. C’est pourquoi elle ne pouvait pas renoncer à se démarquer de la République fédérale ; elle dut même renforcer cette démarcation, la politique de détente l’exposant davantage encore aux influences de la République fédérale7.

  • 8 Matthias Peter, « Die Staatsräson der Bundesrepublik Deutschland 1949 – 1989 », in : Hey-Demann, K (...)
  • 9 Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, Berlin, 2 (...)
  • 10 Le couple de notions « liens avec l’Ouest » – « relations avec l’Est » est emprunté à Werner Link,(...)

7L’établissement d’un modus vivendi interallemand fut suivi d’une multilatéralisation de la politique à l’Est et de détente de Bonn, dans le cadre par exemple de l’ONU et de la CSCE. La République fédérale devint « un ›global player‹ certes modeste, mais fort eu égard à sa position de puissance mondiale au plan économique »8. Ce dernier point fut aussi d’une importance considérable pour l’économie mondiale qui traversait une période creuse depuis la crise pétrolière de 1973. La République fédérale assuma des responsabilités importantes dans ce domaine sous Helmut Schmidt, qui se manifestèrent par exemple clairement lors des sommets économiques mondiaux initiés par le président français, Valéry Giscard d’Estaing. Elle disposait aussi d’un poids important au sein de l’OTAN, mais sa position y était ambivalente : elle mettait certes à disposition « les forces armées les plus puissantes, qui étaient en outre parfaitement intégrées, elle abritait la majeure partie des forces européennes de l’Alliance, elle serait, en cas de guerre, le théâtre principal des hostilités – mais elle n’avait qu’une influence minime sur les décisions stratégiques nucléaires intercontinentales »9. Lorsque dans les années 1970 l’Union Soviétique augmenta notablement sa force de frappe en déployant des fusées de portée moyenne de type SS-20, l’OTAN formula en 1979, à l’initiative de Helmut Schmidt, la « double décision » afin de ne pas décrocher l’Europe de l’Ouest des USA dans les questions de sécurité nationale. En dépit des divergences entre l’Allemagne de l’Ouest et les États-Unis (les USA misaient surtout sur le renforcement du potentiel militaire, tandis que la RFA donnait la préférence aux négociations), les gouvernements fédéraux, sous Schmidt puis son successeur Helmut Kohl, se révélèrent être des partenaires fiables pour les USA. Cependant, tous deux s’appliquèrent à préserver dans la mesure du possible les relations interallemandes de la « nouvelle période de glaciation » qui se fit jour à la fin des années 1970 dans les relations Est – Ouest. Pour les deux chanceliers, il s’agissait de maintenir l’unité de la nation en préservant les contacts humains ; face à Erich Honecker, ils soulignèrent avant tout la responsabilité particulière qui incombait à la République fédérale portait comme la RDA dans le maintien de la paix au centre de l’Europe. C’est pourquoi tous deux cultivèrent les relations avec l’Est sans pour autant remettre en question le caractère inaliénable de l’intégration à l’Ouest10.

  • 11 Peter (note 8) parle à la page 140 de « nationalstaatliches Mängelwesen » à propos de la RFA.

8Dans les années 1970 la RDA parvint elle aussi accroître son poids en matière de politique étrangère et elle devint, par exemple, le junior partner de l’Union Soviétique en Afrique. À cela s’ajoutait qu’il n’était pas de son intérêt que les tensions mondiales accrues se répercutent sur ses relations avec la République fédérale. C’est pourquoi elle prit ses distances d’une manière tout à fait positive (du point de vue de l’Ouest) vis-à-vis de l’Union Soviétique. Le parallèle entre la RFA et la RDA n’était toutefois qu’apparent. D’une part l’État est-allemand ne pouvait exercer qu’une influence bien moins importante que l’État ouest-allemand sur le cours de la politique mondiale. D’autre part, son poids accru au sein de sa propre alliance ne reposait pas sur des bases aussi solides que celles de la République fédérale, étant donné que puissance économique et légitimité intérieure lui faisaient défaut. C’est pourquoi la RDA ne maintint pas les relations interallemandes pour elles-mêmes, mais parce qu’elle voulait continuer à profiter sur un plan économique de ses relations avec la République fédérale. Dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, cette considération gagna en importance dans la mesure où l’Union Soviétique était de moins en moins en mesure de subventionner la RDA, ce qui la rendait de plus en plus tributaire des crédits et des transferts octroyés par la République fédérale. Dans ces conditions, la démarcation par rapport à l’Ouest – à laquelle la RDA continuait à rester attachée par principe, comme le montrèrent les revendications formulées par Honecker à Gera en 1980 – était de plus en plus difficile à maintenir : dans les négociations avec Bonn, Berlin-Est s’écarta en partie, vers la fin de la décennie, des positions juridiques sur lesquelles elle avait longtemps campé. Certes, aussi bien la RFA que la RDA, qui présentaient des déficits en tant qu’États-nations11, se devaient plus que d’autres États, de s’adapter aux lignes de force de la politique internationale. Mais si la République fédérale était en mesure de gérer cette adaptation de manière active et consciente de ses responsabilités, la RDA était véritablement à la merci de ces tendances en raison de sa faiblesse intérieure. Cela devint patent en 1989, lorsqu’elle sombra sans tambour ni trompette dans les transformations internationales.

9Un examen superficiel permet de dégager bien des analogies dans le rôle que joua chacune des deux Allemagnes pour l’autre tout au long de ces quarante années de division. La réalité profonde fut tout autre. Pour la RDA, la République fédérale représentait, en raison de l’attrait qu’elle exerçait sur la population est-allemande, un facteur contre lequel il lui fallait sans cesse s’imposer. Comme elle ne fut jamais en mesure de faire naître le consensus intérieur qui lui aurait octroyé une stabilité durable, elle pratiqua d’une part une politique de démarcation vis-à-vis de l’Ouest, d’autre part, elle tenta de compenser le manque de légitimité intérieure par une légitimité extérieure, d’obtenir une reconnaissance internationale par les États non-socialistes, en particulier par la République fédérale. Cette dernière ne se sentit par contre véritablement menacée par la RDA qu’au cours des premières années de son existence.

10En renforçant son existence étatique et économique à partir du milieu des années 1950, la RDA ne fut plus importante pour la République fédérale qu’au regard de l’exigence de réunification inscrite dans la Loi fondamentale. Cet aspect était certes important, mais pas vital pour l’État ouest-allemand. À partir d’une position pour l’essentiel assurée, la politique de Bonn avait le dessein de maintenir ouverte la question allemande et vivante l’idée de l’unité de la nation. Au cours des années 1950, la conviction fut presque unanime qu’on les garantirait au mieux en refusant de reconnaître la RDA, ligne que traduisit « doctrine Hallstein » après l’établissement de relations diplomatiques avec Moscou. Au cours de la décennie suivante les voix favorables à une reconnaissance de la RDA se multiplièrent. Nombreuses étaient celles qui cachaient la crainte justifiée de voir la division s’accentuer avec la perpétuation de l’isolement. C’est pourquoi l’on entendait dire qu’il fallait aller au-devant des désirs de reconnaissance de la RDA afin de permettre des contacts entre Allemands de l’Est et Allemands de l’Ouest. Que le passage de la non-reconnaissance à un modus vivendi au prix d’une reconnaissance limitée ait été possible montre que cette question n’était pas existentielle pour la République fédérale.

Aspects de la concurrence interallemande dans l’arène internationale après 1973

  • 12 Cf. Olivia Griese, Auswärtige Kulturpolitik und Kalter Krieg. Die Konkurrenz von Bundesrepublik un (...)
  • 13 Cf. ibid., p. 199.
  • 14 Cité d’après Steffen R. Kathe, Kulturpolitik um jeden Preis. Die Geschichte des Goethe-Instituts v (...)

11En approuvant la reconnaissance internationale de la RDA, y compris son entrée aux Nations Unies, la République fédérale démontra que, malgré des positions toujours incompatibles sur l’unité de la nation, la question de la nationalité et l’aspiration à la réunification, elle était prête à accepter la RDA comme acteur international. Cette nouvelle orientation de Bonn ressort clairement de sa politique culturelle étrangère, en mutation depuis 1968. Ainsi avait-on décidé lors d’une « conférence scandinave » du ministère des Affaires étrangères, de mettre dorénavant l’accent sur la culture allemande dans son ensemble et de considérer celle de la RDA comme en faisant partie12. Du point de vue ouest-allemand la concurrence dans ce domaine diminuait. En 1973 enfin, le ministère des Affaires étrangères fixa définitivement une nouvelle ligne de conduite face à la présence de l’État est-allemand à l’étranger. Il fallait, disait-on, partir globalement de la présence de la RDA, égale en droits et aux activités de laquelle on ne pouvait s’opposer. Dans des situations de compétition que l’on ne pouvait exclure, « la République fédérale ne devait certes pas chercher la concurrence, mais elle ne devait pas non plus éviter la compétition »13. Du point de vue de l’Allemagne fédérale, une cohabitation apaisée se développait dans le domaine de la politique culturelle extérieure, au sein de laquelle Bonn restait attachée à l’idée de nation culturelle allemande commune. Le président de l’Institut Goethe, Klaus von Bismarck, n’en déduisit toutefois aucunement la nécessité de s’opposer à la RDA, mais souligna en 1978 : « Nous pouvons parfaitement résister à la tentation de nous laisser instrumentaliser au service d’un combat idéologique mené avec les moyens de la politique culturelle »14.

  • 15 Sur la concurrence entre le festival sur la Baltique de Rostock et le festival de Kiel, voir Alexa (...)
  • 16 Cf. Nils Abraham, Die politische Auslandsarbeit der DDR in Schweden. Zur public diplomacy der DDR (...)
  • 17 Cit. d’après Martin Praxenthaler, Die Sprachverbreitungspolitik der DDR. Die deutsche Sprache als (...)
  • 18 Ibid., passim ; Abraham (note 16), p. 195-248.
  • 19 Cf. Ulrich Pfeil, Die « anderen » deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949 – (...)

12En RDA aussi, la pression de la concurrence avec la République fédérale en matière de politique culturelle étrangère baissa d’intensité. Un indice en est fourni notamment par la suspension assez soudaine des semaines de la Baltique à Rostock, en 1975. Ce festival avait été organisé pour la première fois en été 1958 et il devait, entre autres, aider à la reconnaissance de l’Allemagne de l’Est. En République fédérale, on avait alors fait du festival de Kiel une manifestation concurrente ; en 1971, la détente se faisant plus sensible, le ministère fédéral des Relations interallemandes suspendit le paiement des subventions qui lui étaient allouées15. En 1975, la RDA en fit autant en mettant un terme au festival sur la Baltique de Rostock – décision dans laquelle des considérations d’ordre sans doute financier furent déterminantes16. Même si la République fédérale et la RDA limitèrent leurs investissements dans la politique culturelle étrangère dans les États neutres de l’Europe septentrionale, la Finlande et la Suède, dont les frontières firent l’objet de vives tensions jusqu’en 1972, cela ne signifiait évidemment pas que la RDA, qui avait l’œil sur son concurrent ouest-allemand, y faisait preuve de la même sérénité que ce dernier à son égard. Car le besoin de démarcation de la RDA par rapport à la République fédérale était bien plus grand que dans l’autre sens. Cela se répercuta aussi sur la politique culturelle étrangère de l’Allemagne de l’Est, qui avait pour mission de représenter la RDA comme l’État allemand socialiste pacifique et efficient aux plans économique et culturel, un État qui se caractérisait par son expérience de l’antifascisme et par l’intégration des éléments de son point de vue « positifs » de l’histoire allemande. Comme le montre une décision du secrétariat du Comité central du SED datée du 12 septembre 1973, il s’agissait en même temps pour la RDA de combattre « activement la politique de la RFA » et sa thèse « de la nation culturelle allemande unitaire »17. L’idée de concurrence de l’Allemagne de l’Est vis-à-vis de la République fédérale était particulièrement marquée dans le domaine de la politique de diffusion des langues, dont l’objet était entre autres d’employer des lecteurs est-allemands à l’étranger et de former des professeurs d’allemand et des germanistes étrangers en RDA18. En République fédérale, on se laissa certes parfois impressionner, comme lors de l’inauguration du centre culturel de RDA à Paris en décembre 1983, par une prétendue « offensive culturelle » est-allemande, mais en fin de compte, l’impulsion ouest-allemande restait supérieure à celle de l’Allemagne de l’Est en matière de politique culturelle étrangère. Car, tandis que cette dernière considérait la politique culturelle étrangère comme étant à sens unique, la République fédérale la concevait sous forme d’échanges et de coopération. C’est pourquoi, conscients de leur propre force, des médias ouest-allemands purent qualifier la présence culturelle de l’Allemagne de l’Est à l’étranger de « moment de concurrence stimulant » pour les institutions culturelles ouest-allemandes, tandis que la RDA ne cessa d’y voir une remise en question non souhaitée de sa propre image d’elle-même19.

  • 20 Comme le montre Hermann Schwiesau dans : « Diskussionsbeitrag », in : Siegfried Bock, Ingrid Muth (...)
  • 21 Ibid., pp. 97ss.
  • 22 Voir le résumé sur les visites officielles de Honecker dans : Wentker (note 7), pp. 546ss.
  • 23 Peter Weilemann, « Zusammenfassung : Die Westpolitik der DDR als Forschungsproblem », in : Hans-Jo (...)

13Au total, la RDA était donc soucieuse, même après la vague de reconnaissance, de consolider sa position internationale. Il semble que les dirigeants de Berlin-Est ont considéré comme nécessaire, même après 1973, de prouver que l’Allemagne de l’Est était bien devenue un État. Le but principal de la politique étrangère est-allemande ayant été, des décennies durant, d’« établir des relations fondées sur l’égalité de droits », le ministère des Affaires étrangères n’était guère capable de « penser en d’autres catégories »20. L’un des buts majeurs étant d’inviter les chefs d’État et de gouvernement de l’Occident et des pays neutres à effectuer des visites officielles en RDA. Hermann Schwiesau, ancien membre du ministère des Affaires étrangères de RDA, se souvient que, lors de sa prise de fonctions d’ambassadeur à Helsinki en 1976, on lui avait confié la « tâche décisive » de faire venir le président Urho Kekkonen en RDA dans les plus brefs délais. Cette opération réussie, en 1977, le ministère des Affaires étrangères tourna, toujours d’après Schwiesau, ses regards vers Vienne : désormais, le chancelier autrichien Bruno Kreisky devait aller rendre ses devoirs à l’État ouvrier et paysan, et c’est ce qu’il fit en 197821. Dans l’autre sens, Honecker attachait énormément d’importance à être officiellement invité dans les pays occidentaux et neutres, visites qui commencèrent après son passage à Vienne en 1980 et se multiplièrent à partir de 1985. Cela ne traduisait pas seulement de la vanité personnelle, mais aussi le besoin de redorer le blason de la RDA par la représentation : en raison de son manque chronique de légitimité, l’État est-allemand attendait des gestes de reconnaissance même après 197322. Rentraient également dans cette catégorie les efforts en vue d’« assurer ou plutôt renforcer au niveau gouvernemental » ses relations avec les États occidentaux « par un réseau, le plus complet possible, de traités, de conventions et de protocoles bilatéraux »23. Ces accords pouvaient concerner les domaines les plus divers, de la protection de l’environnement aux questions de circulation et de santé. Qu’il y eût ou non un besoin de réglementation, ce qui importait surtout, c’était de consolider la reconnaissance par des traités d’État ou des conventions gouvernementales.

  • 24 Cf. Jacco Pekelder, Die Niederlande und die DDR. Bildformung und Beziehungen 1949 – 1989, Münster, (...)
  • 25 Voir les propos du secrétaire d’État Gehlhoff à l’adresse de l’ambassadeur Grabert, Vienne, 4 déce (...)
  • 26 Entretien du ministre fédéral Genscher avec le ministre autrichien des Affaires étrangères Bielka- (...)

14La République fédérale, qui ne voyait plus la nécessité de la concurrence avec la RDA, ne se laissa guère décontenancer. À cela s’ajoutait que ses partenaires les plus proches dans l’OTAN prenaient parfaitement en considération ses intérêts. Ainsi Honecker ne fut-il pas convié à une « visite d’État » aux Pays-Bas, mais seulement à une « visite officielle ». Ce qui signifiait que la reine Béatrice ne ferait pas office d’hôte, mais le gouvernement néerlandais. Paris, pour sa part, ne voulut pas anticiper sur la visite de Honecker à Bonn, si bien que la visite du chef du parti et de l’État est-allemands sur les bords de la Seine ne put avoir lieu qu’en janvier 198824. Les contacts de la RDA avec des pays tiers ne devinrent problématiques pour la République fédérale qu’au moment où l’on toucha ainsi à des valeurs « essentielles », constitutives de l’idée que l’on avait de soi-même en RFA. La nationalité allemande unique, à laquelle la RDA opposa à partir de 1967 sa propre nationalité, en faisait partie. La conclusion d’accords consulaires réglementant entre autres la prise en charge des citoyens à l’étranger par des représentations de leur pays d’origine souleva la question de la nationalité qui faisait débat entre les deux États allemands. La RDA exigea auprès des États occidentaux la conclusion de tels accords, pour obtenir la reconnaissance internationale là où la République fédérale la lui refusait et pour ôter à ses citoyens vivant à l’étranger la possibilité de se faire délivrer un passeport par une représentation ouest-allemande. Sans surprise on vit le bureau des Affaires étrangères suivre de près les négociations relatives à l’Allemagne de l’Est avec des États tiers. Dans l’accord avec l’Autriche paraphé le 10 mai 1974, la RDA s’imposa en grande partie sur la question de la nationalité. Lorsque cela fut connu, en décembre, un vent protestations s’éleva des rangs du gouvernement fédéral25 qui ne se calma qu’avec une déclaration de Kreisky, le 21 janvier 1975, et une correspondance officielle le 9 juillet 1975, initiée à titre personnel par le ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher, d’après laquelle rien ne changerait dans la pratique adoptée jusqu’alors par l’Autriche : toute personne pourrait continuer à se tourner « vers n’importe quelle représentation consulaire »26. Malgré les divergences d’opinion qui subsistèrent sur cette question entre la République fédérale et les États avec lesquels elle entretenait des rapports amicaux, Bonn imposa que les citoyens de RDA pussent être pris en charge, dans les pays étrangers non socialistes, par des représentations de l’Allemagne fédérale. Néanmoins, la RDA considéra la formule imposée dans les accords consulaires avec l’Autriche et la Finlande, en laquelle elle entrevoyait une reconnaissance de la nationalité est-allemande, comme un succès de prestige.

  • 27 Andreotti prévint publiquement le 13 septembre 1984 du danger constitué par le « pangermanisme » e (...)
  • 28 Ce courrier est indirectement cité dans : Peter Probst, « Frankreichs Premier in Ost-Berlin. Erste (...)

15La RDA aspira jusqu’à la fin à une reconnaissance internationale symbolique : l’un des objectifs majeurs de Honecker fut, comme chacun sait, une visite officielle aux USA. La République fédérale était sûre de sa position malgré l’évocation par le ministère italien des Affaires étrangères Giulio Andreotti de deux États allemands27 et du soutien des États occidentaux concernant ses positions fondamentales en politique allemande. Elle procéda dans les années 1980 à une remarquable volte-face par rapport à la politique de non-reconnaissance qu’elle avait menée jusqu’en 1972. Au printemps 1985 Genscher, ministre des Affaires étrangères, invita expressément les alliés occidentaux à « améliorer leurs relations avec la RDA »28. L’intensification des relations entre les États occidentaux et la RDA fut par conséquent saluée, Bonn ne considérant pas les rapports interallemands isolément, mais voulant les voir inscrits dans l’ensemble des relations européennes : tant pour le maintien de la paix que dans l’intérêt des habitants de RDA Bonn voyait désormais aussi les relations interallemandes dans le cadre international non plus sous l’aspect de la confrontation, mais de la coopération. La puissance d’Europe centrale que constituait l’Allemagne de l’Ouest, forte économiquement et ayant acquis une légitimité démocratique, n’était pas, contrairement à la dictature est-allemande, construite sur des bases économiques faibles et elle ne craignait pas constamment pour sa légitimation intérieure, elle n’était donc pas obligée de se démarquer de son État voisin allemand.

  • 29 Tels furent les mots prononcés par Erich Honecker en face de Fidel Castro le 3 avril 1977, cités d (...)
  • 30 Voir par exemple Henning von Löwis of Menar, « Das politische und militärische Engagement der DDR (...)

16La concurrence interallemande ne diminua pas seulement en Europe, mais aussi en Afrique après la signature du traité fondamental. Mais elle persista sous une forme adoucie. Ce n’était plus l’opposition interallemande qui déterminait là-bas les rapports entre les deux États allemands depuis 1975, mais l’opposition entre l’Est et l’Ouest. Car, après l’abandon des colonies portugaises et l’effondrement du royaume d’Éthiopie avec la chute de Hailé Sélassié Ier en 1974, le bloc de l’Est entrevit l’occasion d’aider à faire triompher le « socialisme » dans ces territoires. Pour la RDA, qui s’engagea auprès de ces États dans la seconde moitié des années 1970, il ne s’agissait pas de rester en concurrence avec la République fédérale, mais d’« avancer de manière significative dans le processus mondial de révolution »29 et de s’imposer comme junior partner de l’Union Soviétique. La République fédérale, qui n’avait guère d’intérêts propres en Afrique, soutenait les USA dans cette zone de plus en plus centrale pour les conflits internationaux, tout en étant particulièrement attentive à l’approbation de sa politique par la Communauté européenne. En Afrique, les États allemands avaient par conséquent l’œil rivé moins sur leur rival allemand que sur la superpuissance adverse, bien qu’il y en eût encore quelques-uns dans les publications scientifiques ouest-allemandes pour regretter de voir la RDA y évincer désormais la République fédérale dans quelques pays30.

  • 31 Cf. Gareth M. Winrow, The Foreign Policy of the GDR in Africa, Cambridge, 1990, p. 112 ; Drahterla (...)
  • 32 Voir à ce sujet les propos de l’ambassadeur, le baron de Wechmar, à l’adresse du ministère des Aff (...)
  • 33 Notes du chef de section Lahn, le 19 août 1977, in : AAPD 1977, doc. 221, pp. 1105 – 1108, les cit (...)
  • 34 Entretien du ministre fédéral Genscher avec le ministre des Affaires étrangères libérien, Dennis, (...)

17Il importait toutefois aussi peu au gouvernement est-allemand qu’au gouvernement ouest-allemand de supplanter l’autre. On remarque évidemment sur bon nombre de points que l’opposition interallemande continuait à agir en Afrique. Ainsi l’expulsion d’Éthiopie, le 22 janvier 1978, de l’ambassadeur d’Allemagne fédérale Johann Christian Lankes ne s’était-elle sans doute pas produite sans un travail décisif de l’Allemagne de l’Est en coulisses31. En outre, la RDA participa à la propagande menée par le bloc de l’Est contre la coopération prétendue nucléaire et militaire entre la République fédérale et la République sud-africaine. La RFA, qui s’essaya dans sa politique à un grand écart entre la poursuite des échanges commerciaux avec la République sud-africaine et la condamnation simultanée du régime de l’apartheid, prêta ainsi le flanc au bloc de l’Est, flanc sur lequel ce dernier se rua justement lors de forums internationaux comme ceux organisés au sein des Nations Unies32. Comme il ressort d’une note datée du 19 août 1977 et prise pour le secrétaire d’État et le ministre des Affaires étrangères, le Service fédéral de renseignements avait établi que la RDA avait, dès avant l’entrée des deux États allemands aux Nations Unies le 13 septembre 1973, préparé une campagne contre la République fédérale « visant à mettre désormais à nu par des preuves irréfutables les multiples relations de cette dernière avec l’Afrique du Sud et à lui porter ainsi préjudice en matière de politique étrangère ». Les objections de Moscou concernant le danger que cela pouvait constituer pour la détente avaient été, disait-on, levées par Berlin-Est, qui avait indiqué que « des organisations non suspectes et non communistes » menaient déjà une campagne contre l’apartheid à l’Ouest. D’après le Service fédéral de renseignements, la stratégie de la RDA avait été couronnée de succès avant tout dans le cadre international : de nombreuses preuves en avaient été données. Dans ce domaine, le plus grand coup de la RDA avait été « une opération menée par le ministère de la Sûreté intérieure de l’État est-allemand contre l’ambassade d’Afrique du Sud à Bonn (en 1975), lors de laquelle de nombreuses pièces de dossier avaient été dérobées, pièces qui font depuis l’objet de publications successives »33. Face à une telle propagande, la République fédérale se montra relativement impuissante. Elle parvint à repousser les calomnies en les qualifiant d’infondées, mais elle eut du mal à « prouver quelque chose qui, de son point de vue, n’existait pas »34.

  • 35 Cf. Winrow (note 31), pp. 107 – 109 ; Rolf Hofmeier, « Bonner Entwicklungspolitik : Grundlinien un (...)
  • 36 Cf. Winrow (note 31), p. 110.
  • 37 Cf. ibid., p. 111 ; Rolf Hofmeier, « Möglichkeiten und Grenzen deutscher Entwicklungspolitik gegen (...)
  • 38 Cf. Winrow (note 31), p. 111.
  • 39 Cf. Ulf Engel, Die Afrikapolitik der Bundesrepublik Deutschland 1949 – 1999. Rollen und Identitäte (...)

18Mais l’aide aux pays en voie de développement est le secteur où l’on note l’opposition peut-être la plus lourde de conséquences entre Bonn et Berlin-Est en Afrique dans la seconde moitié des années 1970. Car la République fédérale insista pour que, dans des contrats ayant pour objet l’octroi d’aide aux pays en voie de développement, la clause de validité fût incluse même pour le Land de Berlin. La clause concernant Berlin fut pour Bonn une composante essentielle des traités aussi bien bilatéraux que multilatéraux sur l’aide aux pays en voie de développement. C’est pourquoi les accords signés en 1975 et 1979 à Lomé par la Communauté européenne avec ce que l’on appelle les États de l’ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) comportaient une telle clause. Le ministère des Affaires étrangères ne voulut pas recourir pour les pays du tiers monde – contrairement à ce qu’il fit pour les pays du bloc de l’Est – à la forme adoucie, que l’on appelle « formule Frank Falin », et il s’imposa face au ministère fédéral de la Coopération économique, qui était plus ouvert sur cette question35. À la suite de ces mises au point et en raison de l’influence temporaire prépondérante de la RDA en Guinée-Bissau, en Angola, au Mozambique, en Éthiopie, à Sâo Tomé et sur l’île du Prince, on put empêcher à ces États d’accepter l’aide de l’Allemagne fédérale ou, plus exactement, d’adhérer aux accords de Lomé. En ce qui concerne l’aide bilatérale, la Guinée-Bissau refusa en mai 1978 deux cargaisons de riz dont la population affamée avait grand besoin. Les bateaux étaient en route lorsque le président Luiz Cabral, sans doute en raison de l’opposition de l’ambassadeur de RDA, insista pour que la République fédérale s’écartât dans son contrat de livraison de la clause concernant Berlin. Comme il n’en fut pas ainsi, l’une des cargaisons fut débarquée en Gambie et l’autre déversée dans la mer à son arrivée en Guinée-Bissau36. Dans le cas du Mozambique, on débattait certes entre experts depuis le milieu de l’année 1977 de l’aide aux pays en voie de développement. Mais lorsqu’en février 1978 une délégation d’Allemagne fédérale se présenta pour signer les accords, d’après lesquels un soutien financier de 11 millions de dollars américains aurait tout de même été garanti, les représentants du Mozambique refusèrent de signer à cause de la clause de Berlin, et le ministre de la Planification déclara que cela se faisait par égard pour la RDA37. En outre, le Mozambique et l’Angola refusèrent de signer le deuxième accord de Lomé en 1979, bien qu’ils eussent dépêché des observateurs pour les négociations38. Tandis que la Guinée-Bissau avait adhéré à l’accord de Lomé dès 1976 en dépit des problèmes posés par l’aide bilatérale aux pays en voie de développement, le Mozambique ne suivit qu’en 1982, l’Angola qu’en 1983 et Sâo Tomé et l’île du Prince qu’en 198539.

  • 40 Sur les relations entre l’Union Soviétique et l’Allemagne de l’Est de 1985 à 1989, voir Wentker (n (...)
  • 41 « Aktennotiz über ein Gespräch Honeckers mit Bondarenko, 30.10.1988 », in : Detlef Nakath, Gerd-Rü (...)
  • 42 Le rapport écrit de l’entretien entre Honecker et Chevardnadze le 9 juin 1989 figure dans : Gerd-R (...)
  • 43 « Gemeinsame Erklärung von Kohl und Gorbatschow, 13.6.1989 », in : Außenpolitik der Bundesrepublik (...)

19Mais que ces pays aient fini par s’écarter de leur ligne, qui tenait compte des vues de la RDA, indique que Berlin-Est s’est progressivement retiré du tiers monde. Au cours des dix dernières années d’existence des deux États allemands, le tiers monde s’écarta de plus en plus nettement des intérêts de l’Allemagne de l’Est. Cela était avant tout dû au fait que la RDA était de plus en plus aux abois en Europe. La cause en était la politique soviétique de la fin des années 1980. À l’opposition entre l’Allemagne de l’Est et l’Union Soviétique sur la nécessité de réformes intérieures s’ajoutèrent des réserves importantes formulées par les dirigeants est-allemands sur la politique de l’Union Soviétique à l’égard de l’Allemagne40. Car, à partir du voyage à Moscou de Richard von Weizsäcker, président de la République fédérale, en juillet 1987, les relations entre l’Union Soviétique et la République fédérale s’améliorèrent. La visite de Helmut Kohl à Mikhaïl Gorbatchev en octobre 1988 marqua ensuite un tournant dans les relations entre l’Allemagne de l’Ouest et l’Union Soviétique. La République fédérale était dorénavant considérée par les dirigeants de l’Union Soviétique comme un facteur autonome dans la constellation des États occidentaux. Honecker considéra ainsi les deux États allemands comme étant en concurrence pour s’attirer les bonnes grâces de l’Union Soviétique. L’Union Soviétique continuant à garantir l’existence de la RDA, cette situation était beaucoup plus lourde de conséquences pour Berlin-Est que la concurrence interallemande passée. Ce sentiment de menace explique aussi le portrait extrêmement sombre – et à première vue incompréhensible, eu égard à l’apaisement fondamental des relations entre Bonn et Berlin-Est – qui fut évoqué devant des responsables soviétiques à propos d’éminents hommes politiques ouest-allemands comme Kohl. Face à Alexandre Bondarenko, du ministère des Affaires étrangères de l’Union Soviétique, qui informa du sommet entre l’Allemagne de l’Ouest et l’Union Soviétique d’octobre 1988, Honecker accusa ces « émissaires de la RFA […] d’encore et toujours partir de l’existence de l’empire allemand dans ses frontières de 1937. Ces gens continuaient d’aspirer à ériger au centre de l’Europe un grand empire allemand qui inclurait Kaliningrad ainsi que de grandes parties de la Pologne et de la République socialiste tchécoslovaque »41. Aussi bien avant qu’après la visite triomphale de Gorbatchev en République fédérale en juin 1989, il réitéra ces mises en garde contre le révisionnisme de Bonn, qui dépassait selon lui de beaucoup le territoire est-allemand42, face au ministre des Affaires étrangères Édouard Chevardnadze et même face à Gorbatchev en personne. Le but que Honecker poursuivait était clairement identifiable, empêcher l’établissement de relations trop étroites entre l’Union Soviétique et l’Allemagne de l’Ouest dans le cadre desquelles des arrangements pourraient être trouvés dans dos de la RDA. Il était tout aussi patent que non seulement la visite à Bonn en 1989 avait sensiblement renforcé les relations de confiance entre Kohl et Gorbatchev et que le gouvernement fédéral avait réussi par à contraindre le gouvernement soviétique à accepter la phrase suivante, dans une déclaration commune : « Le droit commun à tous les peuples et à tous les États de déterminer librement son destin et d’organiser avec souveraineté leurs relations mutuelles sur la base du droit international doit être assuré »43. Dès le 13 juin 1989 s’amorçait ainsi ce qui allait devenir évident le 9 novembre 1989 avec la chute du Mur de Berlin : la RDA, qui avait voulu concurrencer la République fédérale, avait perdu son combat.

Conclusion

20La concurrence interallemande ne subsista que de manière rudimentaire dans la politique internationale après 1973. Les domaines dans lesquels elle resta active révèlent trois aspects :

  1. Après avoir abandonné la « doctrine Hallstein », la République fédérale put faire preuve de beaucoup plus de sérénité vis-à-vis de la RDA qu’inversement. Bonn put même conseiller à ses alliés occidentaux de coopérer davantage avec la RDA ; pour Berlin-Est, des conseils similaires étaient inconcevables.
  2. Que la République fédérale n’évitât pas la concurrence avec la RDA, y compris après 1973, est imputable à la différence des positions fondamentales des deux États en matière de politique allemande. Sur ce point la politique de non-reconnaissance continua à agir, empêchant un voisinage et une cohabitation « normaux » entre les deux États allemands ; il faut toutefois avoir présent à l’esprit qu’un revirement de Bonn sur ces questions eût sensiblement compliqué la réunification.
  3. La RDA ne put nuire ou faire obstacle à la République fédérale que temporairement et dans des domaines plutôt secondaires. En raison du poids bien plus important de la République fédérale dans les relations internationales, Bonn avait de bien meilleures chances de s’imposer dans le conflit et, en fin de compte, d’en sortir gagnante.

Notes

1 Sur le conflit interallemand au sujet de la reconnaissance et de la non-reconnaissance, voir en particulier William Glenn Gray, Germany’s Cold War. The Global Campaign to Isolate East Germany, 1949 – 1969, Chapel Hill, Londres, 2003.

2 C’est aussi ce que souligne Michael Lemke, « Die Außenbeziehungen der DDR (1949 – 1966). Prinzipien, Grundlagen, Zäsuren und Handlungsspielräume », in : Ulrich Pfeil (éd.), Die DDR und der Westen. Transnationale Beziehungen 1949 – 1989, Berlin, 2001, pp. 63 – 80, ici p. 78.

3 Cité d’après Hans-Peter Schwarz, Adenauer. Der Staatsmann : 1952 – 1967, Stuttgart, 1991, p. 185.

4 Cf. Hermann Wentker, « Die Staatsräson der DDR », in : Günther Heydemann, Eckart Klein (éd.), Staatsräson in Deutschland, Berlin, 2003, pp. 153 – 157.

5 Voir à ce sujet Werner Link, « Die Entstehung des Moskauer Vertrages im Lichte neuer Archivalien », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 49 (2001), pp. 295 – 315, ici p. 297.

6 Cf. Mary Elise Sarotte, Dealing with the Devil. East Germany, Détente and Ostpolitik, 1969 – 1973, Chapel Hill, Londres, 2001, l’expression figure p. 161.

7 Cf. Hermann Wentker, Außenpolitik in engen Grenzen. Die DDR im internationalen System 1949 – 1989, Munich, 2007, pp. 410ss.

8 Matthias Peter, « Die Staatsräson der Bundesrepublik Deutschland 1949 – 1989 », in : Hey-Demann, Klein (note 4), pp. 105 – 141, ici p. 133.

9 Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, Berlin, 2000, p. 226.

10 Le couple de notions « liens avec l’Ouest » – « relations avec l’Est » est emprunté à Werner Link, « Die außenpolitische Staatsräson der Bundesrepublik Deutschland. Überlegungen zur innerstaatlichen Struktur und Perzeption des internationalen Bezugsfeldes », in : Manfred Funke et al. (éd.), Demokratie und Diktatur. Geist und Gestalt politischer Herrschaft in Deutschland und Europa, Bonn, 1987, pp. 413ss.

11 Peter (note 8) parle à la page 140 de « nationalstaatliches Mängelwesen » à propos de la RFA.

12 Cf. Olivia Griese, Auswärtige Kulturpolitik und Kalter Krieg. Die Konkurrenz von Bundesrepublik und DDR in Finnland 1949 – 1973, Wiesbaden, 2006, pp. 191ss.

13 Cf. ibid., p. 199.

14 Cité d’après Steffen R. Kathe, Kulturpolitik um jeden Preis. Die Geschichte des Goethe-Instituts von 1951 bis 1990, Munich, 2005, p. 314.

15 Sur la concurrence entre le festival sur la Baltique de Rostock et le festival de Kiel, voir Alexander Muschik, Die beiden deutschen Staaten und das neutrale Schweden. Eine Dreiecksbeziehung im Schatten der offenen Deutschlandfrage 1949 – 1972, Münster, 2005, pp. 231 – 244.

16 Cf. Nils Abraham, Die politische Auslandsarbeit der DDR in Schweden. Zur public diplomacy der DDR gegenüber Schweden nach der diplomatischen Anerkennung (1972 – 1989), Münster, 2007, pp. 370 – 372.

17 Cit. d’après Martin Praxenthaler, Die Sprachverbreitungspolitik der DDR. Die deutsche Sprache als Mittel sozialistischer auswärtiger Kulturpolitik, Francfort/M., 2002, pp. 128ss.

18 Ibid., passim ; Abraham (note 16), p. 195-248.

19 Cf. Ulrich Pfeil, Die « anderen » deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949 – 1990, Cologne, Weimar, Vienne, 2004, pp. 528 et 546.

20 Comme le montre Hermann Schwiesau dans : « Diskussionsbeitrag », in : Siegfried Bock, Ingrid Muth et Hermann Schwiesau (éd.), DDR-Außenpolitik im Rückspiegel. Diplomaten im Gespräch, Münster, 2004, p. 97.

21 Ibid., pp. 97ss.

22 Voir le résumé sur les visites officielles de Honecker dans : Wentker (note 7), pp. 546ss.

23 Peter Weilemann, « Zusammenfassung : Die Westpolitik der DDR als Forschungsproblem », in : Hans-Joachim Veen, Peter R. Weilemann (éd.), Die Westpolitik der DDR. Beziehungen der DDR zu ausgewählten westlichen Industriestaaten in den 70er und 80er Jahren, Melle, 1989, p. 319.

24 Cf. Jacco Pekelder, Die Niederlande und die DDR. Bildformung und Beziehungen 1949 – 1989, Münster, 2002, pp. 291 – 308, ici p. 286 ; Pfeil (note 19), p. 592.

25 Voir les propos du secrétaire d’État Gehlhoff à l’adresse de l’ambassadeur Grabert, Vienne, 4 décembre 1974, in : Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland (AAPD), 1974, doc. 352, pp. 1567 – 1570.

26 Entretien du ministre fédéral Genscher avec le ministre autrichien des Affaires étrangères Bielka-Karltreu à Vienne, le 6 février 1975, in : AAPD 1975, doc. 20, pp. 107 – 112 et note 6 ; notes du chef de section van Well datées du 11 juin 1975, ibid., doc. 152, pp. 715ss., note 8 (où figure la citation). Voir également à ce sujet Andrea Rögner-Franke, « Die Beziehungen zwischen der DDR und Österreich », in : Veen, Weilemann (note 23), pp. 140 – 142.

27 Andreotti prévint publiquement le 13 septembre 1984 du danger constitué par le « pangermanisme » et ajouta : « Cela doit être combattu ! Il existe deux États germaniques, et cela doit rester ainsi ! ». Cité d’après Dettmar Cramer, « Eine überflüssige Diskussion. Über den angeblichen Bonner Revisionismus », in : Deutschland Archiv, 17 (1984), p. 1273. Cramer souligne qu’Andreotti n’a, dans sa dernière phrase, pas employé le terme « tedesco » (= allemand), mais « germanico » (= germanique).

28 Ce courrier est indirectement cité dans : Peter Probst, « Frankreichs Premier in Ost-Berlin. Erster DDR-Besuch eines westalliierten Regierungschefs », in : Deutschland Archiv, 18 (1985), p. 680.

29 Tels furent les mots prononcés par Erich Honecker en face de Fidel Castro le 3 avril 1977, cités d’après Jochen Staadt, Auf höchster Stufe. Gespräche mit Erich Honecker, Berlin, 1995, p. 66.

30 Voir par exemple Henning von Löwis of Menar, « Das politische und militärische Engagement der DDR in Schwarzafrika 1953 – 1978 », in : Beiträge zur Konfliktforschung, 8 (1978), p. 10.

31 Cf. Gareth M. Winrow, The Foreign Policy of the GDR in Africa, Cambridge, 1990, p. 112 ; Drahterlaß des VLR Kremer, 25.1.1978, in : AAPD 1978, doc. 20, pp. 125-128, et note 6, p. 126.

32 Voir à ce sujet les propos de l’ambassadeur, le baron de Wechmar, à l’adresse du ministère des Affaires étrangères, le 26 octobre 1976, in : AAPD 1976, doc. 318, p. 1453.

33 Notes du chef de section Lahn, le 19 août 1977, in : AAPD 1977, doc. 221, pp. 1105 – 1108, les citations figurant pp. 1105ss.

34 Entretien du ministre fédéral Genscher avec le ministre des Affaires étrangères libérien, Dennis, les 29 et 30 août 1977, ibid., doc. 229, p. 1133.

35 Cf. Winrow (note 31), pp. 107 – 109 ; Rolf Hofmeier, « Bonner Entwicklungspolitik : Grundlinien und Rahmenbedingungen », in : Reiner Steinweg (éd.), Hilfe + Handel = Frieden ? Die Bundesrepublik Deutschland in der Dritten Welt, Francfort/M., 1982, p. 255.

36 Cf. Winrow (note 31), p. 110.

37 Cf. ibid., p. 111 ; Rolf Hofmeier, « Möglichkeiten und Grenzen deutscher Entwicklungspolitik gegenüber Afrika », in : Helmut Bley, Rainer Tetzlaff (éd.), Afrika und Bonn. Versäumnisse und Zwänge deutscher Afrika-Politik, Reinbek bei Hamburg, 1978, pp. 202ss.

38 Cf. Winrow (note 31), p. 111.

39 Cf. Ulf Engel, Die Afrikapolitik der Bundesrepublik Deutschland 1949 – 1999. Rollen und Identitäten, Münster, 2000, p. 65, note 147.

40 Sur les relations entre l’Union Soviétique et l’Allemagne de l’Est de 1985 à 1989, voir Wentker (note 7), pp. 486 – 500.

41 « Aktennotiz über ein Gespräch Honeckers mit Bondarenko, 30.10.1988 », in : Detlef Nakath, Gerd-Rüdiger Stephan (éd.), Countdown zur deutschen Einheit. Eine dokumentierte Geschichte der deutsch-deutschen Beziehungen 1987 – 1990, Berlin, 1996, pp. 140ss.

42 Le rapport écrit de l’entretien entre Honecker et Chevardnadze le 9 juin 1989 figure dans : Gerd-Rüdiger Stephan (éd.), « Vorwärts immer, rückwärts nimmer ! » Interne Dokumente zum Zerfall von SED und DDR 1988/89, Berlin, 1994, pp. 85ss. ; « Niederschrift des Arbeitstreffens von Honecker mit Gorbatschow, 28.6.1989 », in : Daniel Küchenmeister (éd.), Honecker-Gorbatschow. Vieraugengespräche, Berlin, 1993, p. 230.

43 « Gemeinsame Erklärung von Kohl und Gorbatschow, 13.6.1989 », in : Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland. Dokumente von 1949 bis 1994, éd. à l’occasion du 125e anniversaire du ministère des Affaires étrangères, Cologne, 1995, p. 587.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search