Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dérives et perspectives de la gestion

 | 
Anne Dietrich
, 
Frédérique Pigeyre
, 
Corinne Vercher-Chaptal

Partie 2. Quels cadres épistémologiques pour des sciences de gestion responsables ?

Chapitre 4. Faut-il encore parler de paradigmes en sciences de gestion ?

Didier Cazal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au-delà de débats parfois vifs1, les chercheurs en gestion s’accordent aujourd’hui assez largement sur l’intérêt d’une réflexion épistémologique.

Pendant longtemps, l’épistémologie des sciences de gestion a constitué un domaine controversé et risqué : champ de questionnements nécessitant une expérience significative, il semblait hors de question de l’aborder dans le cadre d’un doctorat. Qu’il nous soit ici permis de rapporter une anecdote personnelle et néanmoins révélatrice : lors de la préparation d’un concours d’agrégation en sciences de gestion, un collègue expérimenté nous a ainsi déclaré en substance que l’épistémologie des sciences de gestion était quelque chose que l’on abordait après cinquante-cinq ans, lorsqu’on n’avait plus rien à prouver…

Il semblait en aller de l’épistémologie comme de l’orientation politique : se déclarer apolitique, c’est le plus souvent admettre implicitement une adhésion aux idées conservatrices, toute autre orientation étant alors de nature idéologiq...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540