Version classiqueVersion mobile

Dérives et perspectives de la gestion

 | 
Anne Dietrich
, 
Frédérique Pigeyre
, 
Corinne Vercher-Chaptal

Partie 1. Diriger la thèse chemin faisant : entre compagnonnage et explicitation d’une vision du monde

Chapitre 3. L’encadrement doctoral ou le récit d’une aventure partagée

Géraldine Galindo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Débuter et mener à bien une thèse est souvent décrit comme un processus compliqué qui requiert de l’implication, du temps, de l’énergie et de l’émotion de la part des deux parties directement concernées que sont le doctorant et son directeur de thèse (Li et Seale, 2007). Ce mentorat inscrit sur plusieurs années (Long et McGinnis, 1985) est aussi l’occasion pour ces deux personnes de construire une relation humaine faite de dons-contre-dons, de sympathie de solidarité, de loyauté, d’obligations réciproques (Godechot et Louvet, 2010). Afin de mieux comprendre le processus singulier qu’est la thèse, une étude de cas unique nous est apparue éclairante. En effet, si plusieurs types de méthodologies sont envisageables en sciences de gestion, certaines sont centrées sur le « comment ? » et le « pourquoi ? ».

L’étude de cas, en tant qu’« étude empirique qui interroge un phénomène contemporain dans le contexte de la vie réelle » (Yin, 1984) permet justement de saisir la complexité de l’objet....

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search