Version classiqueVersion mobile

Dérives et perspectives de la gestion

 | 
Anne Dietrich
, 
Frédérique Pigeyre
, 
Corinne Vercher-Chaptal

Partie 1. Diriger la thèse chemin faisant : entre compagnonnage et explicitation d’une vision du monde

Chapitre 1. Le fil de la thèse : l’importance du compagnonnage dans l’épreuve du doctorat

Denis Coëdel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Soutenir une thèse est une forme de point d’orgue, la consécration d’une épreuve parfois difficile, souvent solitaire, au cours de laquelle le doctorant se doit de s’élever au-delà de sa condition d’étudiant. Du statut d’usager du savoir, le doctorant se voit soudain propulsé au rang d’apprenti créateur. Le savoir n’est plus seulement une matière à travailler et à modeler, il devient aussi un objectif à atteindre. C’est un produit à construire selon un ou des processus obéissant à une méthode scientifique qu’il s’agit d’adopter, voire de définir en accord avec son directeur de thèse.

Le doctorat est aussi, et peut-être avant tout, un voyage dans l’univers de l’incertain. Par définition, l’objet de l’étude doit porter sur un champ inconnu ou, s’il s’avère déjà connu, c’est la perspective d’étude qui devra se révéler inexplorée. S’appuyant sur l’épais matelas de connaissances scientifiques accumulées, le doctorant n’en doit pas moins être capable de le remettre en cause, creusant sans ...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search