Version classiqueVersion mobile

Citoyens-combattants à Paris, 1848-1851

 | 
Louis Hincker

Liminaires

Texte intégral

« Après l’horrible et ténébreuse affaire du 24 juin 48, courbé, accablé de douleur, je dis à Béranger : ‘Oh ! qui saura parler au peuple ? lui faire les nouveaux évangiles ? Sans cela nous mourons.’ Cet esprit ferme et froid répondit : ‘Patience ! ce sont eux qui feront leurs livres.’
Dix-huit ans ont passé. Et ces livres, où sont-ils ? »
Jules Michelet, Nos fils, 1869

« Le piège téléologique concerne surtout le débat d’idées des élites, mais avec la Révolution, le silence de l’histoire s’interrompt et donne la parole au peuple, qui la prend à sa manière. C’est ce que Michelet avait bien compris de façon intuitive et globale, en faisant de cette prise de parole l’ouverture solennelle et émouvante de son Histoire de la Révolution. »
Roger Dupuy, La politique du peuple, 2002

« En substituant à l’écriture prolixe des savants de village ce tableau d’un peuple silencieux, Michelet invente une solution neuve à l’excès des mots, à la révolution paperassière. Il invente l’art de faire parler les pauvres en les faisant taire, de les faire parler comme muets. La vanité des humbles ‘acharnés à écrire, à se raconter, à parler des autres’ est ici soumise à une opération bien précise : l’historien les fait taire en les rendant visibles. »

Jacques Rancière, Les mots de l’histoire, 1992

« Je voulais la République Démocratique et Sociale. Je trouvais les ouvriers malheureux, je désirais l’amélioration de leur sort, ce sont là les motifs qui m’ont déterminé à pendre part à l’insurrection. »
Hubert Dubois, ouvrier en papier peint, interrogatoire du 17 juillet 1848

« M. le Ministre, jai vus sur le journal que les destenupolitique pourvoule fai savoir comme je me trouve dus nombre je me suis trouver a raiter an 48 cher moi je fu conduis a las praifaictur et de las aufor de sain denis et de las onnousan bar qua pour braiste sur le ponton las gairier de las a bellil que jumaliberter et an 52 je fus ancor araiter […] voilas monsieur le ministre tous monpasage monsieur vou jujerer selonvotre consÿance je vous sanserer reconaisant. »
Jean Claude Claudon, chiffonnier, lettre du 8 février 1882

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search