Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Décider en éducation

 | 
Véronique Castagnet-Lars
, 
Caroline Barrera

Partie 3. Organiser, centraliser, piloter : des décisions venues « d’en haut » ?

Chapitre 14. Entre intégration dans l’institution et volonté de rupture : les mouvements étudiants lillois (1880-1974)

Jean-François Condette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si les premières universités, nées à partir du XIIIe siècle eu Europe se définissent comme des associations de maîtres et d’élèves qui se dotent de statuts et de franchises, se plaçant sous la protection du pape pour mieux échapper aux contrôles du prince et de l’évêque du lieu, les facultés qui réapparaissent par le décret napoléonien du 17 mars 1808, après la fermeture révolutionnaire de 1793, n’en sont pas les héritières au niveau de la gouvernance. L’un des traits des premières universités était leur :

commune appartenance au mouvement associatif particulièrement fort au début du XIIIe siècle. Partout maîtres et/ou étudiants se sont réunis pour constituer une « université » jurée ; ils se sont donnés des statuts, des représentants élus, ils se sont organisés pour assurer entre eux l’entraide mutuelle, garantir leur protection face aux menaces possibles de la population et des autorités locales et règlementer l’exercice autonome de l’activité qui était la raison d’être même de leu...

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine, COMUE Lille Nord-de-France, CREHS

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540