Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Décider en éducation

 | 
Véronique Castagnet-Lars
, 
Caroline Barrera

Partie 3. Organiser, centraliser, piloter : des décisions venues « d’en haut » ?

Chapitre 12. La révolution managériale oubliée d’Olivier Guichard (1969-1972)

Clémence Cardon-Quint

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’Éducation nationale est une entreprise produisant des services de diffusion de la connaissance à l’aide de ressources publiques1. » Cette définition figure dans un rapport de 1971 sur la direction par objectifs et le budget de programmes au ministère de l’Éducation nationale. Réinscrire l’éducation dans la sphère de l’économie, n’était-ce pas légitimer le transfert de savoirs managériaux vers ce secteur de l’action publique ? Tel est, en effet, l’objet de l’expérience initiée en 1969 par le ministre Olivier Guichard.

Quand ce dernier arrive rue de Grenelle le 22 juin 1969, le monde scolaire et universitaire subit encore le contrecoup de mai 68. Si ce mouvement a légitimé la rénovation pédagogique qu’Alain Peyrefitte s’apprêtait à promouvoir, il a, dans le même temps, fragilisé les réformateurs en politisant le débat pédagogique2. Les décisions en suspens – sur le baccalauréat, l’orientation, la formation des maîtres, la structure du premier cycle etc. – n’en sont que plus diffici...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540