Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Décider en éducation

 | 
Véronique Castagnet-Lars
, 
Caroline Barrera

Partie 1. Décider selon la norme (XVe-XVIIIe siècle) ?

Chapitre 5. Vers une « laïcisation » de la décision dans l’Université ? Les scrutins universitaires à Toulouse du XVIe au XVIIIe siècle

Patrick Ferté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’université de Toulouse a été fortement marquée par ses origines religieuses dans le contexte de la croisade anticathare (1229), d’où le rôle prééminent de l’archevêque et de son official, chancelier de l’université, d’où le poids de sa faculté de théologie et des dominicains, maîtres de l’Inquisition, et ses nombreuses chaires conventuelles. Cette domination religieuse a encore été accrue par le fait que les canonistes étaient alors prépondérants dans la faculté de droit et que même les romanistes étaient alors, le plus souvent, des prêtres. Cette forte complexion ecclésiastique, qui est indéniable pour le Moyen Âge, a d’ailleurs été perpétuée par l’historiographie bien au-delà, jusqu’à fausser l’image de l’université englobée dans la réputation d’une ville fanatique.

Un phénomène occulté

On a ainsi extrapolé quelques faux-semblants : par exemple, l’expulsion des huguenots en 1562, la Saint-Barthélemy toulousaine de 1572, ensuite la Contre-Réforme où Toulouse va s’illustrer parfois ...

Auteur

Maître de conférences émérite d’histoire moderne, université de Toulouse (UT Jean Jaurès), Framespa (Studium), SFR AEF

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540