Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

III. Identité, mémoire et culture

Deux fois l’Allemagne – une seule histoire ? Pour l’intégration des deux histoires allemandes d’après-guerre

Konrad H. Jarausch
Traduction de Danielle Laforge

Texte intégral

  • 1 Werner Weidenfeld, Felix Ph. Lutz, « The divided Nation : Historical Consciousness in Post-Unifica (...)
  • 2 Günter Buchstab (éd.), Geschichte der DDR und deutsche Einheit. Analyse von Lehrplänen und Unterri (...)
  • 3 Peer Pasternack, Gelehrte DDR. Die DDR als Gegenstand der Lehre an deutschen Universitäten 1990 – (...)

1Vingt ans après l’Unification, le regard que l’Est et l’Ouest de l’Allemagne portent sur l’histoire de l’après-guerre est toujours de facto scindé en deux. Des sondages attestent que la population de l’Est comme de l’Ouest ne sait que peu de choses de l’évolution de son vis-à-vis et que seuls des événements majeurs tels que la construction du Mur ou la révolte des étudiants sont connus dans leurs grandes lignes1. Dans les manuels scolaires également le passé de la RDA est souvent présenté de manière vague et schématique, ce qui n’ouvre aux élèves à l’Ouest que peu de pistes pour une compréhension nuancée des phénomènes historiques tout en déclenchant à l’Est des réactions de rejet chez les professeurs plus âgés2. Les congrès et colloques qu’organisent les universités autour de la deuxième moitié du XXe siècle ne concernent en général que l’ancienne République fédérale, si bien que, lorsqu’elle est abordée, l’histoire de la RDA se limite la plupart du temps aux nouveaux Länder3.

  • 4 Wolfgang Thierse au Forum de l’Histoire, voir la documentation sur CD « Getrennte Vergangenheit – (...)
  • 5 Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenwart,(...)
  • 6 Ulrich Mählert (éd.), Vademecum DDR-Forschung. Ein Leitfaden zu Archiven, Forschungsinstituten, Bi (...)
  • 7 Axel Schildt, Ankunft im Westen. Ein Essay zur Erfolgsgeschichte der Bundesrepublik, Francfort/M., (...)
  • 8 Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, 1 (...)

2L’appel lancé par le vice-président du Bundestag, Wolfgang Thierse, invitant les uns et les autres, à l’Est comme à l’Ouest, à se raconter mutuellement leur propre histoire, ne semble pas avoir été suivi d’effet4. Si bien que des travaux pourtant de premier ordre se concentrent soit sur la RFA, soit sur la RDA, n’offrant jamais chaque fois qu’une « demi-histoire ». C’est ainsi que l’étiquette « Histoire de l’Allemagne après 1945 » ne signifie rien d’autre qu’une histoire de l’Allemagne de l’Ouest augmentée de quelques références à celle de l’Est ; à l’inverse, brosser le tableau de l’évolution de l’Allemagne de l’Est se résume en général à traiter de la RDA exclusivement5. S’il est vrai que l’accès aux archives a permis un essor extraordinaire de la recherche sur le régime unique de la RDA6, il n’en reste pas moins que le discours dithyrambique qui célèbre l’occidentalisation et de la démocratisation réussies de la République fédérale – discours qui au final fixe les standards des jugements de valeur – n’inclut dans son argumentation la RDA qu’à titre de repoussoir7. La remarquable synthèse de Peter Graf Kielmansegg elle-même n’aborde la dictature du SED que sous l’angle de son échec et non comme alternative possible8.

  • 9 Cf. Peter Bender, Episode oder Epoche ? Zur Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, 1996.
  • 10 Bender (note 9), citation p. 1.
  • 11 Christoph Klessmann, Hans Misselwitz, Günter Wichert (éd.), Deutsche Vergangenheiten – eine gemein (...)
  • 12 Udo Wengst, Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, 20 (...)

3Diverses tentatives invitant à dépasser cet horizon9 sont restées sans lendemain. Cela est sans doute dû au fait que leurs auteurs étaient en quête d’une formule magique capable de faire apparaître le dénominateur commun entre les phénomènes hétérogènes ayant caractérisé les évolutions à l’Est et à l’Ouest. Peter Bender, commentateur historique de l’Allemagne divisée, a tenté lui aussi de « surmonter la division de nos mémoires », ce qui ne manquait pas d’intérêt ; pour autant, ce ne fut pas une réussite totale, le récit segmenté par thèmes ne trouvant pas son principe fédérateur10. La formule proposée par Christoph Kleßmann, « une histoire parallèle interconnectée de façon asymétrique », qui a l’avantage de prendre à la fois en compte et la division de l’Allemagne et les relations inégales entre les deux États11, paraît plus prometteuse. Malgré cela, l’initiative toute récente d’Udo Wengst d’examiner en priorité, outre les modalités des échanges interallemands, des rivalités réciproques et des luttes d’influence croisées, « la question de la réception des changements survenus dans l’autre État allemand et de leurs conséquences », n’a pas encore donné lieu à une étude globale convaincante12.

  • 13 Axel Schildt, « Überlegungen zur Historisierung der Bundesrepublik », in : Konrad H. Jarausch, Mar (...)
  • 14 Jürgen Kocka, « Der Blick über den Tellerrand fehlt », in : Frankfurter Rundschau, 22 août 2003, p (...)

4L’absence d’écriture commune de l’histoire allemande depuis 1945 est bien la preuve qu’il existe des difficultés intrinsèques – sans parler de l’immobilisme scientifique. À l’inverse de ce que l’on constate à propos du concept de totalitarisme, valable aussi bien pour le nazisme que pour le communisme, des présupposés théoriques susceptibles de mettre en relation dictature et démocratie font défaut, si l’on exclut la comparaison désormais discréditée des systèmes. La question fondamentale est de savoir s’il est possible d’écrire une histoire intégrée de l’après-guerre ou si le passé et la mémoire de chacun des protagonistes sont trop différents pour pouvoir être ramenés à un dénominateur commun. Et dans l’affirmative, la « success-story » de l’Allemagne de l’Ouest doit-elle obligatoirement servir de fil directeur ? Et comment historiciser la République fédérale après son élargissement13 ? Quel rôle serait alors dévolu à l’histoire de la RDA – deviendrait-elle, pour citer librement Stefan Heym, une note en bas de page de l’histoire universelle, en constituerait-elle au moins un chapitre ou demeurerait-elle un texte autonome, irréductible à toute tentative d’intégration14 ? De la réponse à ces questions dépendent tout à la fois l’orientation de la recherche scientifique et l’orientation de la mémoire collective.

Approche unidimensionnelle

  • 15 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen, vol. 2 : Deutsche Geschichte vom ›Dritten Reic (...)
  • 16 Dans son ouvrage Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 5 : Bundesrepublik und DDR, 1949 – 1990, F (...)
  • 17 Armin Mitter, Stefan Wolle, Untergang auf Raten. Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich, 19 (...)

5Bien que les travaux de Heinrich August Winkler et Edgar Wolfrum constituent des synthèses de premier ordre, elles témoignent néanmoins d’une certaine étroitesse de vue dont les causes sont à rechercher dans la méconnaissance qu’ont les auteurs, formés en République fédérale, des changements intervenus en RDA15. Dans ces récits qui valorisent les succès enregistrés par l’Allemagne fédérale, certains facteurs jouent un rôle prépondérant : outre l’expérience propre des auteurs qui ont vécu à l’Ouest, la fierté légitime d’avoir su se réconcilier avec les ennemis d’hier, l’ancrage dans une démocratie stable et l’épanouissement d’une économie sociale de marché prospère. Il n’en reste pas moins qu’une telle écriture triomphaliste de l’histoire de l’Allemagne de l’Ouest passe totalement sous silence les combats douloureux qui ont jalonné ces conquêtes et en ignore du même coup les zones d’ombre comme par exemple, durant les premières années de la République fédérale, l’insuffisance du débat démocratique autour du passé nazi de l’Allemagne16. L’autre volet, négatif, en est une histoire entièrement défaitiste de l’Allemagne de l’Est, présentant la RDA comme une dictature d’emblée vouée à l’échec. On ne peut contester qu’une telle perspective historique, fondée sur les souvenirs douloureux des victimes du régime, ait pour elle l’évidence du « déclin à crédit » qui a frappé la RDA, elle n’en ignore pas moins les souvenirs positifs des Allemands de l’Est qui les expriment en une immense vague de nostalgie17.

  • 18 Peter Bender, Deutschlands Wiederkehr. Eine ungeteilte Nachkriegsgeschichte 1945 – 1990, Stuttgart (...)

6Une approche semble plus convaincante, celle qui consiste à présenter une histoire de la RDA et de la RFA en parallèle et par thèmes, prolongeant pour ainsi dire sur le plan historique la comparaison des systèmes politiques. Elle présente l’avantage de traiter de manière systématique des changements survenus dans les deux États allemands à l’intérieur de chapitres aux contenus clairement définis ; grâce à cette méthode, les changements observés en Allemagne de l’Est sont effectivement pris en compte et chaque fois confrontés aux événements qui dans le même temps ont marqué la République fédérale. C’est ainsi que Peter Bender analyse les divergences entre les façons d’assumer le passé à l’Est et à l’Ouest, l’émancipation de la politique étrangère ainsi que les conséquences de la division de l’Allemagne sur la politique intérieure18. La comparaison permet une prise de distance cognitive qui élimine les préjugés politiques négatifs tout en révélant les zones d’ombre à l’Ouest et les succès partiels à l’Est. Toutefois, procéder à une comparaison systématique n’est pas sans comporter certains dangers comme celui par exemple de se placer essentiellement au niveau de l’État au lieu de se situer sur le terrain plus ambivalent du quotidien, et de négliger par là même l’analyse des relations croisées entre les deux camps.

7Il n’en reste pas moins que les quelques approches que nous venons d’esquisser à grands traits donnent un certain nombre d’indications quant aux critères auxquels devrait satisfaire l’élaboration d’une histoire commune de l’après-guerre :

  • Au lieu de considérer la nation comme un concept donné par nature, il serait préférable d’analyser le processus qui a conduit à la division de l’Allemagne, de même que l’existence assez paradoxale d’un sentiment d’appartenance commune, qui a perduré dans les deux États allemands.
  • Sans ériger la « success-story » de la République fédérale en norme, il serait bon d’examiner les causes qui, dans cette partie de l’Allemagne, ont renforcé les circuits d’apprentissage de l’occidentalisation et de la démocratisation.
  • En se gardant d’escamoter l’échec de la RDA, on devrait en même temps s’interroger sur les arrière-plans tant matériels qu’idéels qui ont permis sa longue période de stabilité.

Une approche séquencée et plurielle

  • 19 Pour plus de détails, voir Konrad H. Jarausch, Michael Geyer, Shattered Past : Reconstructing Germ (...)

8Dans la mesure où une approche unidimensionnelle n’a pas la profondeur de champ nécessaire pour rendre compte des phénomènes contradictoires qui ont jalonné la période de l’après-guerre, il faut trouver un autre angle d’attaque, moins uniforme et répondant aux exigences de l’évolution des grands problèmes auxquels l’Allemagne a successivement été confrontée. Malgré un point de départ commun, les processus qui ont abouti à la division puis à la formation de deux États rivaux (mais interdépendants) et enfin au dépassement inattendu de cette situation sont des phénomènes trop complexes pour pouvoir figurer sous une seule et même étiquette. C’est la raison pour laquelle il semble plus judicieux de procéder chronologiquement et de commencer par faire la lumière sur un certain nombre de séquences importantes qui ont marqué l’évolution à l’Ouest comme à l’Est tout en suscitant à chaque fois des réactions différentes au sein des deux systèmes concurrents19.

  • 20 Klaus-Dietmar Henke, Die amerikanische Besatzung Deutschlands, Munich, 1995 ; Norman M. Naimark, D (...)
  • 21 Geoffrey Giles (éd.), Stunde Null. The End and the Beginning Fifty Years Ago, Washington, 1997.

9De toute évidence, l’origine commune de l’histoire des deux États allemands est à rechercher dans la défaite du Troisième Reich et dans l’abolition de la souveraineté qui a entraîné la fin de l’État national. En 1945, les forces d’occupation s’étaient fixé pour but de neutraliser l’Allemagne par la démilitarisation, la dénazification et la décartellisation20. Dans le langage populaire, l’effondrement s’est traduit par la formule désormais célèbre de « Stunde Null » ou « année zéro » qui, en réalité, n’en était pas une. L’absence d’État, une société que l’effondrement général avait brassée, un individualisme rendu encore plus farouche par la lutte pour la survie : tous ces éléments avaient contribué au nivellement des traditionnelles couches sociales pour laisser place à un nouveau sentiment d’appartenance à une même communauté de destin. Bien qu’à l’époque les catégories de « nation » et de « nationalisme » n’aient apparemment plus eu droit de cité, les Alliés ont tellement insisté sur la notion de « responsabilité collective » qu’ils ont prolongé chez les Allemands leur rapport à la nation, ex negativo. Du fait des débats qui ont vu s’affronter du côté de l’occupant des interprétations contradictoires du passé ainsi que des représentations divergentes de l’avenir, les vaincus acquirent finalement un sentiment nouveau d’appartenance communautaire et recommencèrent à formuler pour leur compte personnel des souhaits concernant leur propre avenir21.

  • 22 Werner Link, « Handlungsspielräume der USA in der Entstehung des Ost-West-Gegensatzes 1945 – 1950  (...)
  • 23 Hans-Hermann Hertle, Konrad H. Jarausch, Christoph Klessmann (éd.), Mauerbau und Mauerfall. Ursach (...)

10Un deuxième point à considérer est le fossé qui se creuse entre les deux Allemagnes, notamment du fait de la Guerre froide. On peut dire que l’affrontement idéologique, la formation de deux blocs antagonistes au niveau mondial et la polarisation à l’intérieur du pays même ont largement contribué à éloigner les unes des autres les diverses zones d’occupation. La politique étrangère devint le catalyseur de la politique intérieure et de ses options. Le conflit fondamental qui avait opposé depuis 1917 l’idéologie communiste à l’idéologie démocratique devint à partir de 1947/48 l’enjeu de la division de l’Allemagne22. Il ne faudrait cependant pas croire que la division se soit produite du jour au lendemain. Elle fut bien plutôt le résultat d’un long processus de démarcation auquel la RDA a contribué en priorité avec – pour prendre des exemples concrets – l’édification de la frontière interallemande et la construction du Mur en 1961, ce « rempart antifasciste » censé stopper l’hémorragie de main-d’œuvre vers l’Ouest23. Ce à quoi il faut ajouter les divergences toujours plus grandes entre les projets politiques des uns et des autres, l’incompatibilité des structures sociales et les contrastes dans les usages linguistiques qui furent autant de frontières invisibles avec la RFA. C’est ainsi que les dernières enclaves interallemandes, les sociétés scientifiques, les rencontres sportives ou encore les contacts avec l’EKD, l’Église évangélique d’Allemagne, disparurent peu à peu.

  • 24 Konrad H. Jarausch, Hannes Siegrist (éd.), Amerikanisierung und Sowjetisierung in Deutschland 1945 (...)

11Dans ce cadre de l’intégration de la double histoire de l’Allemagne après 1945, le troisième élément à prendre en compte est la dynamique centrifuge qui caractérise la division de l’Allemagne en deux États. À l’instar de la démocratie de Bonn qui fut au départ un cadeau des Alliés occidentaux, la dictature en RDA fut initialement une exportation soviétique. Mais la grande différence, c’est que l’adhésion au système et la conquête d’un certain nombre de libertés firent à l’Ouest des progrès beaucoup plus rapides qu’à l’Est, bien qu’il soit là aussi possible de percevoir, dans les formes que revêtirent les changements internes, au premier chef la marque des communistes allemands. Ce qui revient à dire qu’au niveau de la culture politique et de la société, l’impulsion décisive ne fut pas uniquement donnée par le modèle allié, mais aussi par une activité propre à chacun des deux États, même si là encore, entre eux des différences fondamentales se font jour. « L’ouverture à l’Ouest », de plus en plus largement acceptée en République fédérale, n’a pas réellement trouvé son pendant à l’Est, dans la mesure où la « soviétisation » a été ressentie comme une contrainte et s’est heurtée à un rejet massif24.

  • 25 Ehrhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949 – 1989, Berlin, 1997 ; Wolfgang Krausha (...)

12Les difficultés de communication ont intensifié le sentiment de démarcation qui séparait les deux États allemands, si bien que la division de l’Allemagne, approuvée au niveau international, fut acceptée avec un fatalisme croissant. Les nouvelles générations avaient grandi avec la frontière interallemande et le Mur de Berlin qui constituaient un état de fait que l’on pouvait à la rigueur tenter de modifier mais certainement pas abolir. On pensait que la situation était sans issue, ce qui favorisait de chaque côté des arrangements avec l’État et réduisait l’intérêt que l’on aurait pu porter à la nation dans son intégrité. Il s’agissait avant tout de faire face aux soucis quotidiens et de préserver le modeste bonheur domestique. Justifiant leur position par la mise en perspective de la « question allemande » dans l’histoire à long terme et par une conscience accrue de la responsabilité de l’Allemagne dans l’holocauste, nombre d’intellectuels renoncèrent à appeler de leurs vœux l’unité allemande. Mais la division a été acceptée surtout par égard pour les pays voisins et parce qu’elle apparaissait comme le garant de la stabilité en Europe. Et tandis que le soulèvement de 1953 avait encore un retentissement au niveau de l’Allemagne tout entière, la révolte générationnelle de 1968 fut ressentie comme une affaire presque exclusivement ouest-allemande25.

  • 26 Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen de (...)

13Une quatrième approche nous amène en revanche à nous pencher sur une certaine asymétrie qui perdure au sein des relations croisées interallemandes. On pourrait considérer que la coexistence de deux États constitue une sorte de dichotomie, mais cela ne rendrait qu’imparfaitement compte de la situation très particulière dans laquelle se trouvait l’Allemagne, étant donné que cette situation était profondément marquée par l’histoire séquentielle de ces interconnexions. Il ne s’agit pas là d’une sorte d’histoire nationale latente mais d’une situation atypique dans l’Europe de l’après-guerre, inconnue des autres peuples, du moins sous cette forme. C’est ainsi qu’en République fédérale, même après que l’on eut mis en sourdine la rhétorique de la Réunification, le maintien du 17 juin comme jour de la fête nationale, la prise en charge immédiate des réfugiés de RDA et les rapports périodiques sur la situation de la nation étaient autant d’indices qui montraient un attachement inaltérable pour l’Allemagne de l’Est. De son côté, le gouvernement de RDA avait beau mettre l’accent sur la spécificité de la nationalité est-allemande, il restait tributaire de l’aide économique ouest-allemande et continuait à raisonner à l’échelle de l’Allemagne tout entière. À l’inverse de ce qui s’était passé avec l’Autriche, détachée de l’histoire de l’Allemagne, la RDA et la RFA ne se perdirent jamais de vue26.

  • 27 Stefan Wolle, Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971 – 1989, Berlin, 1 (...)
  • 28 Hubertus Knabe, Die unterwanderte Republik. Stasi im Westen, Berlin, 1999.
  • 29 Winkler (note 19).

14C’est dans les archives internes à la dictature SED que l’on trouvera le plus grand nombre de témoignages de l’influence massive exercée par la République fédérale sur l’évolution de la RDA. Prenons à titre d’exemple la lutte pour la reconnaissance de la RDA en tant qu’État : cette lutte demeure incompréhensible tant que l’on ne fait pas référence à la politique de Bonn. De même, la problématique de la frontière, y compris la construction du Mur, la question des voyages et la démarcation intérieure est-elle inséparable de l’attraction exercée sur la population de RDA par « l’ennemi de classe ». Et cela vaut aussi pour des domaines éloignés de la politique tels que la culture des jeunes, les Églises, le monde artistique et les habitudes consuméristes : le rayonnement de l’Ouest y était partout extrêmement présent27. À l’inverse, et plus difficile à cerner mais non moins efficace : l’influence de la RDA sur la République fédérale. Cette remarque ne concerne pas tant les révélations fracassantes parues dans la presse, et du reste en partie excessives, concernant le « travail à l’Ouest » (« Westarbeit ») du SED, de la Stasi et du FDGB (« Freier Deutscher Gewerkschaftsbund » = organisation syndicale unitaire de l’ex-RDA)28, que les vecteurs d’influence indirecte. Car il ne faut pas perdre de vue que l’existence d’une dictature communiste à l’Est a facilité le choix de l’intégration à l’Ouest et d’un consensus en politique intérieure, d’autant que le « socialisme réellement existant » semblait discréditer les modèles alternatifs de société proposés par la gauche29.

  • 30 Konrad H. Jarausch (éd.), Das Ende der Zuversicht ? Die siebziger Jahre als Geschichte, Göttingen, (...)

15Un cinquième aspect de la double évolution des deux États allemands en ses divers stades concerne les problèmes auxquels, dans les années 1970, toutes les sociétés industrielles avancées sont confrontées, quel que soit le bloc auquel elles appartiennent : crises pétrolières ou pollution de l’environnement. La société allemande, à l’Est comme à l’Ouest, a dû lutter contre les mêmes problèmes nés de la troisième révolution industrielle30.

  • 31 La prise en compte de ces divers aspects fait largement défaut dans l’historiographie de l’époque (...)
  • 32 Karl-Rudolf Korte, Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Kanzlerschaft, Stuttgart, 1998 ; Charles Mai (...)

16Quant à l’ultime période de la division de l’Allemagne, il est difficile d’en donner une image homogène tant elle est marquée par des tendances contradictoires entre le maintien de deux nationalités distinctes, de nouvelles tentatives de rapprochement et le déclin du communisme31. D’où le sixième défi auquel est confronté l’historien, la prise en compte des contradictions qui affectent durant les années 1980 le réseau complexe des relations interallemandes entre la volonté de rapprochement et la stabilisation de la coexistence de deux nationalités distinctes, le tout de manière concomitante. La dernière phase de cette histoire parallèle aux multiples intrications trouve son point culminant, et c’est aussi là son point final, avec le renouveau démocratique de l’automne 1989 qui débouche sur l’Unification des deux États allemands. C’est pourquoi l’on considérera que la septième séquence concerne l’effondrement de l’Empire russe puisque le rétablissement d’un État national allemand aux dimensions réduites vient confirmer le principe adopté en 1945 du redécoupage territorial de l’Europe et ouvre de ce fait l’Est de l’Europe aux influences occidentales32.

  • 33 Hans Günter Hockerts, « Einführung », in : Id. (éd.), Koordinaten deutscher Geschichte in der Epoc (...)

17Ces quelques réflexions sur le cours des événements illustrent les innombrables difficultés auxquelles se heurte une histoire intégrée de l’après-guerre en Allemagne. En lieu et place d’une perspective narrative linéaire, l’évolution contradictoire qu’ont connue les deux États allemands exige une multiplicité des points de vue, à moduler selon la nature des problèmes qui se sont succédé. Toutefois, les conjonctions d’événements qui viennent d’être évoquées et qui ont donné à l’histoire allemande après 1945 son double visage ne doivent pas être considérés comme constitutives d’une périodisation figée, mais bien plutôt comme des facteurs permanents se superposant les uns aux autres dans une hiérarchisation variable selon les diverses époques. Concernant l’histoire de l’après-guerre dans son ensemble, ces idées-forces sont autant de conditions changeantes qui ont contraint les Allemands – dans leur dimension individuelle et sociétale – à une remise en cause permanente leur permettant de définir leur existence33.

Expériences vécues et méthodes d’analyse

  • 34 Annette Leo, « Keine gemeinsame Erinnerung. Geschichtsbewusstsein in Ost und West », in : Aus Poli (...)

18Écrire une histoire intégrée de l’Allemagne de l’après-guerre signifie également faire face à un autre défi, la différence qui sépare le vécu historique à l’Est du vécu historique à l’Ouest. S’il est bien vrai que les épisodes évoqués précédemment ont affecté les Allemands de l’Est comme ceux de l’Ouest, le cadre dans lequel ils se sont déroulés a été mis en place par des systèmes idéologiques antagonistes, de sorte qu’entre les blocs et à l’intérieur des blocs, le vécu des uns et des autres présente des divergences fondamentales. Et il ne faut pas oublier que l’effondrement de la RDA a fait naître « du côté est-allemand le sentiment d’une profonde rupture qui remettait en cause toute la vie d’avant », tandis que le côté ouest-allemand bénéficiait d’une « continuité apparemment intacte »34. En vertu de quoi le mélange d’analogies et de différences qui caractérise les expériences fondamentales évoquées exige une méthode discriminante au moyen d’approches analytiques modulées.

  • 35 Hermann-Josef Rupierer, Der besetzte Verbündete. Die amerikanische Deutschlandpolitik 1949 – 1955,(...)
  • 36 Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 4 : Vom Beginn des Ersten Weltkrieges b (...)
  • 37 Gottfried Niedhart, Dieter Riesenberger (éd.), Lernen aus dem Krieg ? Deutsche Nachkriegszeiten 19 (...)
  • 38 Sebastian Conrad, Auf der Suche nach der verlorenen Nation. Geschichtsschreibung in Westdeutschlan (...)

19L’expérience que tout un chacun a pu faire d’emblée de la défaite nazie a été celle de l’occupation militaire par les forces alliées. Durant toute la période 1945 – 1990 il était impossible, à l’Est comme à l’Ouest, de ne pas s’apercevoir de la défaite, ne serait-ce qu’à cause de la présence d’un nombre considérable de soldats alliés, bien que les deux nouveaux États aient pu reconquérir peu à peu des parts de leur souveraineté grâce au réarmement et à l’essor économique. On remarque que, sous cet aspect, la République fédérale a beaucoup mieux réussi que la RDA35. Dans la mesure où elles sont directement issues du national-socialisme, les premières années de l’après-guerre peuvent encore être considérées comme une sorte de prolongement de l’histoire nationale dont les grands thèmes seraient l’échec d’un principe national exacerbé et les conséquences des deux tentatives malheureuses d’exercer un pouvoir hégémonique en Europe36. Dans le même temps s’impose à l’esprit la comparaison avec la défaite beaucoup moins radicale de 1918, notamment du fait que les leçons tirées de l’effondrement total de 1945 furent, à l’Ouest du moins, beaucoup plus positives37. De manière analogue, le contraste avec d’autres vaincus de la Seconde Guerre mondiale comme le Japon et d’un certain point de vue l’Italie, ouvre des perspectives intéressantes sur les singularités allemandes38. La dimension nationale demeure donc présente dans les premiers temps de l’après-guerre – mais au vu de la disparition de l’État national, elle exige la mise en place d’une nouvelle problématique.

  • 39 Thomas Lindenberger, « Die Diktatur der Grenzen. Zur Einleitung », in : Id. (éd.), Herrschaft und (...)
  • 40 John Lewis Gaddis, We Now Know : Rethinking Cold War History, New York, 1997.
  • 41 Patrick Major, The Workers’and Peasants’State : Communism and Society in East Germany under Ulbric (...)

20Un événement absolument central de la division du pays qui, dans le sillage de la guerre froide, se creuse de plus en plus, fut à coup sûr l’édification de la frontière interallemande, tout d’abord au stade de sa consolidation puis, par la suite, dans sa période de fragilisation. Le bouclage de la frontière de la zone orientale en 1952 jusqu’à sa transformation en véritable frontière infranchissable avec la construction du Mur de Berlin en 1961 a rendu physiquement palpable la coupure entre la RDA et la RFA39. Tandis que la Guerre froide a inspiré une abondante historiographie, l’étude de la division de l’Allemagne sous son aspect socio-culturel n’en est qu’à ses débuts. Si l’ouverture partielle des archives soviétiques a permis un semblant d’objectivité dans la controverse entre ceux que l’on appelle les révisionnistes, qui rejettent la responsabilité des événements sur la politique américaine, et les post-révisionnistes qui s’en prennent à Moscou40, il n’en reste pas moins que le rôle de la politique menée dans les deux blocs par les deux États allemands n’a pas bénéficié d’une étude aussi approfondie. Des perspectives intéressantes s’ouvrent par ailleurs grâce à la mise en place de nouveaux concepts qualifiant la confrontation en question de « guerre froide civile », ce qui privilégie la dimension culturelle bien plus que ne le font des travaux d’histoire politique classiques41.

  • 42 Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1956, édité par le Bundesministerium für Arbeit u (...)
  • 43 Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierun (...)

21Un autre aspect très important de la coexistence des deux États indépendants fut la concurrence idéologique qui s’établit entre les systèmes des deux blocs, concurrence directement perceptible à travers les diverses formes que prirent les politiques sociales dans chacun des deux camps. L’attachement de la population aux valeurs respectives de démocratie et de socialisme était au départ assez faible, si bien que les deux États se livrèrent à une véritable course à l’État-providence pour fidéliser leurs citoyens, une compétition que les possibilités de fuir la RDA, jusqu’en 1961 du moins, ont rendu encore plus acharnée42. À la condition que son caractère normatif reste discret, le concept d’« histoire contrastive » pourrait très bien fournir un outil intéressant au service de l’analyse de la division de l’Allemagne en deux États indépendants. Il conviendrait de commencer par les différences affectant les réalités quotidiennes afin de mettre en lumière les conséquences pratiques générées par l’opposition entre les deux systèmes idéologiques. Tandis que les expériences positives liées aux processus de démocratisation et d’occidentalisation sont la clé qui permet de comprendre le succès de la République fédérale, celles (la plupart du temps négatives) qui ont accompagné la mise en place de la dictature constituent un début d’explication pour les revers subis par le régime du parti unique SED43. Le tout sans pour autant passer sous silence ni les crises à l’Ouest ni le pouvoir d’attraction exercé par les espoirs que l’Est a fait naître.

  • 44 Jeffrey Herf, Zweierlei Erinnerung. Die NS-Vergangenheit im geteilten Deutschland, Berlin, 1998.
  • 45 Heinrich Potthoff, Die ›Koalition der Vernunft‹. Deutschlandpolitik in den 80er Jahren, Munich, 19 (...)
  • 46 Peter Reichel, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland. Die Auseinandersetzung mit der NS-Dikatat (...)

22Dans chacun des camps, la manière d’assumer le passé prit des formes opposées bien que tributaires les unes des autres, ce qui fonde également l’originalité de l’asymétrie qui a régné dans les relations croisées entre les deux États. Le passé commun a donné naissance à des récits antagonistes de la catastrophe survenue en Allemagne, chacun des deux systèmes rejetant la faute sur l’essence même de l’autre (le prétendu fascisme inhérent au capitalisme occidental et le pouvoir totalitaire exercé par le SED)44. Si, dans cette histoire des relations croisées entre les deux États, le pan de la politique étrangère a été étudié avec soin, l’analyse des relations sociales et culturelles entre l’Est et l’Ouest n’en est encore qu’à ses balbutiements45. Cela s’avère vrai en particulier des organisations transfrontalières telles que l’Église évangélique, de la réception des media occidentaux et aussi de l’impact des échanges commerciaux interallemands. D’où la piste prometteuse d’une histoire en miroir (« Spiegelgeschichte ») qui permettrait d’évaluer plus précisément et de manière empirique le degré de perception des problèmes et de leurs solutions dans le camp d’en face et, dans le droit-fil, les choix politiques qui en ont découlé. Néanmoins, cela ne paraît réalisable que dans certains domaines politiques bien précis, par exemple celui de la politique de l’histoire (« Geschichtspolitik »)46 et, même sur ce point, la prudence est de mise : il ne faudrait pas que les similitudes qui perdurent entre l’Est et l’Ouest de l’Allemagne masquent les différences entre les deux systèmes.

23Les trois derniers volets évoqués (occupation militaire, frontière interallemande et concurrence idéologique) sont autant de défis qu’il serait intéressant d’approfondir, mais, pour des raisons de place évidentes, nous nous bornerons à quelques brèves remarques.

  • 47 Uta Poiger, Jazz, Rock and Rebels. Cold War Politics and American Culture in a Divided Germany, Be (...)
  • 48 Konrad H. Jarausch, « Implosion oder Selbstbefreiung ? Zur Krise des Kommunismus und Auflösung der (...)
  • 49 Steven Pfaff, Exit-Voice Dynamics and the Collapse of East Germany. The Crisis of Leninism and the (...)

24La méthode qui semble adéquate pour cerner cet ensemble de problèmes liés aux dimensions transnationales – comme par exemple l’américanisation de la culture des jeunes – est celle de la comparaison systématique. Elle doit toutefois tenir compte de la différence fondamentale entre les arrière-plans politiques qui sous-tendent la démocratie et la dictature47. À propos de l’érosion que subit le « socialisme réellement existant », il existe à présent une abondante littérature critique – relevant en partie des sciences sociales et en partie des études historiques – qui, pour expliquer l’enchaînement des causes à long terme et le court terme de la crise finale, privilégie des modèles complexes d’interaction en lieu et place d’explications monocausales48. Quant à l’étude du renouveau démocratique, elle pourrait être stimulée par les recherches en sciences sociales sur les mouvements de société, tandis que pour l’étude du processus d’unification, tant du point de vue de la politique intérieure que de la politique étrangère, on peut avoir recours à un certain nombre de monographies qui ont à présent fait leurs preuves49. Mais en raison de la proximité temporelle des événements considérés, des implications idéologiques qu’ils sous-entendent et des crises liées aux bouleversements de 1989/1990, l’interprétation des causes de l’Unification, de son déroulement et de ses conséquences continuera d’être l’objet de polémiques.

  • 50 Lutz Niethammer, « Methodische Überlegungen zur deutschen Nachkriegsgeschichte. Doppelgeschichte, (...)

25Voici donc balisés très succinctement quelques champs thématiques et, malgré l’extrême brièveté du propos, la preuve est faite que l’hétérogénéité des événements qui ont marqué l’armée, la politique intérieure comme extérieure, la société, l’économie et la culture exige chaque fois une approche scientifique particulière et que seule la combinaison de ces approches est à même, dans sa flexibilité, de fournir une interprétation satisfaisante de l’ensemble des événements. Le constat qui en découle est, on l’aura compris, mitigé, car des similitudes se télescopent avec des différences fondamentales, l’évolution qui semblait inhérente à un camp se heurte à des références communes, des problèmes qui se posent à l’identique de part et d’autre amènent des réactions contraires, la « binationalisation » débouche paradoxalement sur l’Unification, etc. L’avantage que présente ce changement de perspective que nous venons de le décrire est qu’il permet de remettre en question les deux histoires séparées écrites en parallèle grâce au contraste que fournit l’exemple de l’autre camp, contraste qui éclaire d’un nouveau jour les relations que ces deux histoires entretiennent et que la recherche a souvent négligées. Il est évident que dans ces conditions, les deux histoires partielles ont chacune besoin de l’autre pour présenter la situation dans sa globalité50.

Vers une histoire commune ?

  • 51 Matthias Middell, « Europäische Geschichte oder global history ? Master narratives oder Fragmentie (...)
  • 52 Cf. Konrad H. Jarausch, « Zeitgeschichte und Erinnerung. Deutungskonkurrenz oder Interdependenz ?  (...)

26Si une nouvelle approche de l’histoire intégrée de l’après-guerre s’avère nécessaire, c’est aussi parce que la faculté de coopérer en Europe est fonction des progrès réalisés par l’unité interne en Allemagne. Du point de vue global actuel, l’ouverture vers une histoire mondiale transnationale peut paraître plus importante, mais ce que le système éducatif, la formation politique et le grand public réclament avant toute chose, c’est une histoire crédible de leur propre pays, la République fédérale élargie51. Il s’agit d’une part de se pencher attentivement sur les souvenirs divergents concernant les deux régimes, ce qui revient à dire qu’il faut tâcher de réinsérer les parcours individuels dans de plus grands ensembles pour en percevoir les failles. D’autre part, les documents, divergents eux aussi, transmis par les institutions, les associations ou les groupements d’intérêt, doivent être coordonnés par-delà le changement de système, afin qu’il soit possible de regarder en arrière sans en permanence déclencher des conflits. Et pour finir, il est essentiel de porter un regard critique sur la mémoire collective marquée différemment à l’Est et à l’Ouest, ce qui permet de célébrer avec l’attitude qui convient des événements comme la construction du Mur, le 17 juin ou la fin de la guerre dans une société plurielle52.

  • 53 Peter Graf Kielmansegg, « Konzeptionelle Überlegungen zur Geschichte des geteilten Deutschlands », (...)

27Relier l’histoire de la démocratie et de la dictature dans la deuxième moitié du XXe siècle constitue un immense défi que les historiens n’ont pas encore relevé. Bien que cet antagonisme des systèmes ait concerné l’Europe entière, il fut ressenti de manière particulièrement aiguë dans l’Allemagne divisée, les autres peuples appartenant à l’un ou l’autre des deux camps53. Pourquoi un projet capable d’intégrer les deux histoires est-il si difficile à élaborer ? Sans doute parce qu’il suppose que l’on réponde d’abord à toute une série de questions fondamentales : quels thèmes, quels événements ou personnages sélectionner dans ce foisonnement qui caractérise les deux passés ? Comment rendre compte de l’existence de deux États indépendants par un récit qui ne soit pas un va-et-vient incessant entre Bonn et Berlin-Est ? Comment comparer les réponses que les deux systèmes ont apportées aux problèmes sans mettre sur un pied d’égalité dictature et démocratie ? De quelles nuances dans le jugement une relation des faits doit-elle faire preuve pour être crédible sans que sa complexité puisse être confondue avec une posture relativiste ? Il n’est que trop évident que pour de tels problèmes, il n’existe pas de solutions simples.

  • 54 Diethelm Prowe, « A New National History ? The Reunification Epic and the Problematic of an East-W (...)
  • 55 Konrad H. Jarausch, « Nation ohne Staat. Von der Zweistaatlichkeit zur Vereinigung », in : Praxis (...)

28Parmi les diverses interprétations récentes qui sont proposées, l’approche par le biais d’une « histoire nationale latente » sous une forme démocratisée semble de prime abord tout à fait acceptable54. La perspective qu’elle offre débouche sur une parabole quasi religieuse d’ascension rapide, d’aveuglement catastrophique suivi de punition, de purification par la division et, au bout du compte, de rédemption finale de la nation : on a rarement vu récit aussi schématique, en revanche le discours moralisateur qui l’accompagne est monnaie courante. Cette présentation a l’avantage de mettre en lumière les modes d’apprentissage concurrentiels qui ont succédé aux crimes nazis, rendant ainsi possible une conversion radicale au bien durant l’époque de la division. Dans la mesure où elle se concentre sur les efforts qui ont abouti à l’Unification, sur l’humanisation de l’Ostpolitik et sur le maintien des relations entre l’Est et l’Ouest, elle propose, tout comme en Pologne, l’histoire d’une « Nation sans État » qui lutte pour sa survie pour finalement reconquérir son unité55. Le problème que pose toutefois cette approche est son nationalisme sous-jacent et sa surévaluation de l’aspect national par rapport à d’autres tendances.

  • 56 Pour une tentative de mise en œuvre de ce programme, voir Christoph Klessmann, Peter Lautzas (éd.) (...)

29C’est pourquoi le modèle multiséquentiel diversifié qui a été ébauché précédemment et qui tente de tenir compte du caractère contradictoire de la marche des événements à l’Est et à l’Ouest semble le plus adapté à l’histoire allemande de 1945 à 1990. Au lieu de se concentrer uniquement sur la rivalité entre les deux États, il faudrait partir des diverses expériences vécues par les hommes et les femmes de l’Est et de l’Ouest qui, contraints d’assumer l’héritage catastrophique de la première moitié du siècle, ont voulu, dans des conditions difficiles, développer de nouvelles formes de sociabilité. Au lieu de se borner à ne considérer que le système de la République fédérale, plus fertile en réussites, une approche plus ouverte pourrait tout aussi bien essayer d’intégrer la mémoire des expériences vécues en RDA. Au lieu de considérer une période de la Guerre froide ou de la Détente comme représentative de l’époque tout entière, un angle d’attaque plus sensible à la subtilité des variations s’efforcerait enfin de prendre en compte la dynamique multiple et changeante de la marche des événements. Le résultat n’en serait pas un nouveau grand récit historique national de la République fédérale dans toute son extension, mais un outil pour comprendre les ruptures et les impondérables de l’histoire allemande dont la reconstruction exige une certaine humilité56.

Notes

1 Werner Weidenfeld, Felix Ph. Lutz, « The divided Nation : Historical Consciousness in Post-Unification Germany », in : German Politics and Society, 33 (1994), pp. 117 – 145.

2 Günter Buchstab (éd.), Geschichte der DDR und deutsche Einheit. Analyse von Lehrplänen und Unterrichtswerken für Geschichte und Sozialkunde, Schwalbach, 1999, pp. 240 – 246.

3 Peer Pasternack, Gelehrte DDR. Die DDR als Gegenstand der Lehre an deutschen Universitäten 1990 – 2000, Wittenberg, 2001.

4 Wolfgang Thierse au Forum de l’Histoire, voir la documentation sur CD « Getrennte Vergangenheit – Gemeinsame Geschichte », édité par Ulrich Mählert, Berlin, 1999.

5 Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenwart, Munich, 1999 ; Ulrich Mählert, Kleine Geschichte der DDR, Munich, 1999.

6 Ulrich Mählert (éd.), Vademecum DDR-Forschung. Ein Leitfaden zu Archiven, Forschungsinstituten, Bibliotheken, Einrichtungen der politischen Bildung, Vereinen, Museen und Gedenkstätten, Berlin, 2002.

7 Axel Schildt, Ankunft im Westen. Ein Essay zur Erfolgsgeschichte der Bundesrepublik, Francfort/M., 1999 ; Anselm Doering-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung im 20. Jahrhundert, Göttingen, 1999.

8 Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, 1996.

9 Cf. Peter Bender, Episode oder Epoche ? Zur Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, 1996.

10 Bender (note 9), citation p. 1.

11 Christoph Klessmann, Hans Misselwitz, Günter Wichert (éd.), Deutsche Vergangenheiten – eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, 1999 ; voir aussi Arnd Bauerkämper, Martin Sabrow, Bernd Stöver, « Die doppelte Zeitgeschichte », in : Id. (éd.), Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche Beziehungen 1945 – 1990, Bonn, 1998, pp. 9 – 16.

12 Udo Wengst, Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, 2008

13 Axel Schildt, « Überlegungen zur Historisierung der Bundesrepublik », in : Konrad H. Jarausch, Martin Sabrow (éd.), Verletztes Gedächtnis. Erinnerungskultur und Zeitgeschichte im Konflikt, Francfort/M., 2002, pp. 253 – 272.

14 Jürgen Kocka, « Der Blick über den Tellerrand fehlt », in : Frankfurter Rundschau, 22 août 2003, p. 7 ; Konrad Jarausch, « Die Zukunft der ostdeutschen Vergangenheit. Was wird aus der DDR-Geschichte ? », in : Peer Pasternack, Jens Hüttmann (éd.), Die Zukunft eines untergegangenen Staates, Berlin, 2004.

15 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen, vol. 2 : Deutsche Geschichte vom ›Dritten Reich‹ bis zur Wiedervereinigung, Munich, 2000 ; Edgar Wolfrum, Geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, 2006.

16 Dans son ouvrage Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 5 : Bundesrepublik und DDR, 1949 – 1990, Francfort/M., 2008, Hans-Ulrich Wehler n’a pas trouvé lui non plus de méthode pour relever ce défi : il propose une histoire globalement positive de la République fédérale à côté d’une histoire de la RDA presqu’entièrement négative.

17 Armin Mitter, Stefan Wolle, Untergang auf Raten. Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich, 1993 ; Klaus Schroeder, Der SED-Staat. Partei, Staat und Gesellschaft 1949 – 1990, Munich, 1998 et, en opposition Richard Bessel, Ralph Jessen (éd.), Dictatorship as Experience : Towards a Socio-Cultural History of the GDR, New York, 1992.

18 Peter Bender, Deutschlands Wiederkehr. Eine ungeteilte Nachkriegsgeschichte 1945 – 1990, Stuttgart, 2007 ; cf. Mary Fulbrook, Divided Nation. A History of Germany 1918 – 1990, New York, 1992.

19 Pour plus de détails, voir Konrad H. Jarausch, Michael Geyer, Shattered Past : Reconstructing German Histories, Princeton, 2003, pp. 1 – 33.

20 Klaus-Dietmar Henke, Die amerikanische Besatzung Deutschlands, Munich, 1995 ; Norman M. Naimark, Die Russen in Deutschland. Die sowjetische Besatzungszone 1945 bis 1949, Berlin, 1997.

21 Geoffrey Giles (éd.), Stunde Null. The End and the Beginning Fifty Years Ago, Washington, 1997.

22 Werner Link, « Handlungsspielräume der USA in der Entstehung des Ost-West-Gegensatzes 1945 – 1950 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 25 (1983), pp. 19 – 26.

23 Hans-Hermann Hertle, Konrad H. Jarausch, Christoph Klessmann (éd.), Mauerbau und Mauerfall. Ursachen, Verlauf, Auswirkungen, Berlin, 2002.

24 Konrad H. Jarausch, Hannes Siegrist (éd.), Amerikanisierung und Sowjetisierung in Deutschland 1945 – 1970, Francfort/M., 1997.

25 Ehrhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949 – 1989, Berlin, 1997 ; Wolfgang Kraushaar, 1968 als Mythos, Chiffre und Zäsur, Hambourg, 2000.

26 Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 29/30 (1993), pp. 30 – 41.

27 Stefan Wolle, Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971 – 1989, Berlin, 1998.

28 Hubertus Knabe, Die unterwanderte Republik. Stasi im Westen, Berlin, 1999.

29 Winkler (note 19).

30 Konrad H. Jarausch (éd.), Das Ende der Zuversicht ? Die siebziger Jahre als Geschichte, Göttingen, 2008.

31 La prise en compte de ces divers aspects fait largement défaut dans l’historiographie de l’époque contemporaine ; cf. Eric J. Hobsbawm, Das Zeitalter der Extreme. Weltgeschichte des 20. Jahrhunderts, Munich, 1995.

32 Karl-Rudolf Korte, Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Kanzlerschaft, Stuttgart, 1998 ; Charles Maier, Das Verschwinden der DDR und der Untergang des Kommunismus, Francfort/M., 1997.

33 Hans Günter Hockerts, « Einführung », in : Id. (éd.), Koordinaten deutscher Geschichte in der Epoche des Ost-West-Konflikts, Munich, 2003, pp. VII – XV.

34 Annette Leo, « Keine gemeinsame Erinnerung. Geschichtsbewusstsein in Ost und West », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 40/41 (2003), pp. 27 – 32.

35 Hermann-Josef Rupierer, Der besetzte Verbündete. Die amerikanische Deutschlandpolitik 1949 – 1955, Opladen, 1991.

36 Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 4 : Vom Beginn des Ersten Weltkrieges bis zur Gründung der beiden deutschen Staaten 1919 – 1949, Munich, 2003.

37 Gottfried Niedhart, Dieter Riesenberger (éd.), Lernen aus dem Krieg ? Deutsche Nachkriegszeiten 1918 und 1945. Beiträge zur historischen Friedensforschung, Munich, 1992.

38 Sebastian Conrad, Auf der Suche nach der verlorenen Nation. Geschichtsschreibung in Westdeutschland und Japan 1945 – 1960, Göttingen, 1999 ; Christoph CORNELISSEN, Lutz Klinkhammer, Wolfgang Schwentker (éd.), Erinnerungskulturen. Deutschland, Italien und Japan seit 1945, Francfort/M., 2003.

39 Thomas Lindenberger, « Die Diktatur der Grenzen. Zur Einleitung », in : Id. (éd.), Herrschaft und Eigensinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR, Cologne, 1999, pp. 13 – 44.

40 John Lewis Gaddis, We Now Know : Rethinking Cold War History, New York, 1997.

41 Patrick Major, The Workers’and Peasants’State : Communism and Society in East Germany under Ulbricht 1945 – 71, Manchester, 2002.

42 Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1956, édité par le Bundesministerium für Arbeit und Sozialordnung und dem Bundesarchiv, 10 vol., Darstellung und Dokumente, Baden-Baden, 2001ss.

43 Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierung 1945 – 1980, Göttingen, 2002 ; Schroeder (note 17).

44 Jeffrey Herf, Zweierlei Erinnerung. Die NS-Vergangenheit im geteilten Deutschland, Berlin, 1998.

45 Heinrich Potthoff, Die ›Koalition der Vernunft‹. Deutschlandpolitik in den 80er Jahren, Munich, 1995.

46 Peter Reichel, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland. Die Auseinandersetzung mit der NS-Dikatatur von 1945 bis heute, Munich, 2001 ; Martin Sabrow, Das Diktat des Konsenses. Geschichtswissenschaft in der DDR 1949 – 1969, Munich, 2001.

47 Uta Poiger, Jazz, Rock and Rebels. Cold War Politics and American Culture in a Divided Germany, Berkeley, 2000 ; Günther Heydemann, Eckhard Jesse (éd.), Diktaturvergleich als Herausforderung, Theorie und Praxis, Berlin, 1998.

48 Konrad H. Jarausch, « Implosion oder Selbstbefreiung ? Zur Krise des Kommunismus und Auflösung der DDR » in : Id., Martin Sabrow (éd.), Weg in den Untergang. Der innere Zerfall der DDR, Göttingen, 1999, pp. 15 – 40.

49 Steven Pfaff, Exit-Voice Dynamics and the Collapse of East Germany. The Crisis of Leninism and the Revolution of 1989, Durham, 2006 ; Alexander von Plato, Die Vereinigung Deutschlands – ein weltpolitisches Machtspiel, Berlin, 2002.

50 Lutz Niethammer, « Methodische Überlegungen zur deutschen Nachkriegsgeschichte. Doppelgeschichte, Nationalgeschichte oder asymmetrisch verflochtene Parallelgeschichte ? », in : Klessmann, Misselwitz, Wichert (note 11), pp. 307 – 327.

51 Matthias Middell, « Europäische Geschichte oder global history ? Master narratives oder Fragmentierung ? », in : Konrad H. Jarausch, Martin Sabrow (éd.), Die historische Meistererzählung. Deutungslinien deutscher Nationalgeschichte, Göttingen, 2002, pp. 214 – 252.

52 Cf. Konrad H. Jarausch, « Zeitgeschichte und Erinnerung. Deutungskonkurrenz oder Interdependenz ? », in : Id., Sabrow (note 13), pp. 9 – 37.

53 Peter Graf Kielmansegg, « Konzeptionelle Überlegungen zur Geschichte des geteilten Deutschlands », et Konrad H. JARAUSCH, « Geschichte der Deutschen ›diesseits der Katastrophe‹. Anmerkungen zu einem großen Werk », in : Potsdamer Bulletin für Zeithistorische Studien, 23/24 (Oktober 2001), pp. 7 – 15 et pp. 16ss.

54 Diethelm Prowe, « A New National History ? The Reunification Epic and the Problematic of an East-West History », conférence au colloque annuel de la « German Studies Association », 2002.

55 Konrad H. Jarausch, « Nation ohne Staat. Von der Zweistaatlichkeit zur Vereinigung », in : Praxis Geschichte, 13 (2000), pp. 6 – 12.

56 Pour une tentative de mise en œuvre de ce programme, voir Christoph Klessmann, Peter Lautzas (éd.), Teilung und Integration. Die doppelte deutsche Nachkriegsgeschichte als wissenschaftliches und didaktisches Phänomen, Göttingen, 2006.

Auteur

Jarausch, Konrad H., né en 1943 ; Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Chapel Hill/North Carolina et ancien directeur du Zentrum für Zeithistorische Forschungen (ZZF) à Potsdam.

Danielle Laforge (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search