Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

III. Identité, mémoire et culture

« Est-Ouest : la course à l’éducation » Les systèmes scolaires des deux États allemands entre ouverture et fermeture

Wilfried Rudloff
Traduction de Béatrice Bonniot

Texte intégral

  • 1 Hans Schuster, « Ulbrichts neues Schulprogramm vergrößert die Kluft », in : Süddeutsche Zeitung, 2 (...)
  • 2 Cf. Friedrich Edding, Ökonomie des Bildungswesens. Lehren und Lernen als Haushalt und als Investit (...)

1« À la différence des hommes d’État au pouvoir à l’Ouest », notait le quotidien « Süddeutsche Zeitung » en 1959, « les dirigeants communistes témoignent d’un intérêt manifeste pour les questions d’éducation »1. Au même moment, on pouvait tout de même déjà observer, au sein du monde occidental, l’émergence progressive d’un intérêt nouveau pour la politique éducative. L’essor de celle-ci, observé à l’Est durant les années 1950, devait atteindre à leur tour les États occidentaux au cours des années 1960 – avec un retard variable selon les pays. Parmi les retardataires figurait notamment la République fédérale : au début des années 1960, le système éducatif ne semblait guère faire l’objet d’une attention politique particulière outre-Rhin, et encore moins être à la veille d’une réforme d’envergure. Les rares études comparatives entreprises à l’échelle internationale n’étaient guère flatteuses pour la situation ouest-allemande2.

  • 3 Hermann Gross, Internationaler Wettbewerb in Wissenschaft und Bildungswesen zwischen West und Ost,(...)
  • 4 Dominik Boronowski, Wo fällt die Entscheidung des kalten Krieges ? Erziehung und Bildung in West u (...)
  • 5 Cf. Wolfgang Mitter, « Schulreform in Osteuropa », in : Enzyklopädie Erziehungswissenschaft, vol.  (...)
  • 6 Cf. par ex. : Erhart Mühlberger, « Die Anstrengungen der Sowjetunion für ihr Bildungswesen », in :(...)
  • 7 Hellmut Becker, « Forderungen an unser Bildungssystem. Schule, Hochschule, Volkshochschule und Ges (...)
  • 8 Jürgen Beckelmann, « Und hierzulande ? Die dritte Hochschulreform », in : Stuttgarter Zeitung, 4 m (...)

2Depuis la fin des années 1950, les deux pôles de confrontation de la Guerre Froide étaient fréquemment comparés l’un à l’autre. On parla un temps de « course à l’éducation » entre l’Est et l’Ouest3, voire de « Guerre Froide dans les salles de classe »4. Du point de vue occidental, on justifiait ces expressions en observant que les États du bloc soviétique ne ménageaient pas leurs efforts pour mettre en place un système scolaire et universitaire nouveau, « socialiste », et pouvaient s’enorgueillir de succès considérables quant au développement des infrastructures existantes, à l’élévation du niveau général de formation de la population et à la formation d’une main-d’œuvre spécialisée5. L’Union soviétique concentrait, à cet égard l’attention6. Mais on reconnaissait de plus en plus souvent qu’en RDA également, l’importance particulière accordée au système éducatif avait permis d’accroître sensiblement les chances d’accès à la formation et aux diplômes d’études spécialisées. Un célèbre spécialiste ouest-allemand des questions d’éducation était parvenu dès 1957 à la conclusion qu’en RDA, « on a plus à cœur d’adapter la formation à la réalité sociale de notre époque que chez nous »7. Il ne fut pas le seul à exprimer cette opinion, et une décennie plus tard, on entendait encore des appréciations du même ordre à l’ouest de l’Allemagne. En 1969, on pouvait ainsi lire dans un grand quotidien : « Pas de doute : la RDA est prête à mener la bataille de l’éducation contre le capitalisme, et en particulier, évidemment, contre son ennemi le plus intime, la République fédérale » – et il se pourrait bien, concluait l’auteur, « que la RDA ait des chances réelles de gagner cette bataille de l’éducation »8.

  • 9 Cf. Christoph Klessmann, « Konturen einer integrierten Nachkriegsgeschichte », in : Aus Politik un (...)
  • 10 Joachim S. Hohmann, « Wenn sie dies lesen, bin ich schon auf dem Weg in den Westen. ›Republikflüch (...)
  • 11 Ce qui suit s’appuie sur : Arnd Bauerkämper, Martin Sabrow, Bernd Stöver, « Die doppelte deutsche (...)

3Quoi qu’il en soit, il existait, dans le domaine éducatif, des liens variés et souvent complexes entre la République fédérale et la RDA9. Ces liens étroits et tout à fait spécifiques reliant les deux États allemands, qui sont au cœur du présent volume, se manifestèrent déjà au cours des années précédant la construction du Mur de Berlin, puisque un nombre considérable de jeunes gens très qualifiés – et parmi eux de nombreux enseignants – quittèrent la RDA pour se réfugier en République fédérale. Tout comme ce phénomène avait accentué la pression sur le système éducatif de la RDA – il lui avait pour ainsi dire toujours fallu générer un sureffectif – le système éducatif et de formation de la République fédérale, jusqu’alors privilégié par cet exode, allait subir à son tour une pression accrue lorsque la construction du Mur mit, en 1961, un terme à cet afflux de capital humain10. Formulés de manière plus systématique d’un point de vue conceptuel, les liens étroits unissant les deux jumeaux du monde polarisé s’exprimaient de manière très variée11. Ils ne reposaient pas simplement sur une relation de concurrence asymétrique entre deux États et deux systèmes également convaincus d’être plus légitime, plus porteur d’avenir et plus efficace que leur voisin (ce qui ne manquait pas de donner une note concurrentielle particulière au terme de « course à l’éducation »). Dans le même temps, ces liens continuaient d’exister sous la forme de relations héritées de la tradition, à travers les sédiments – encore identifiables au sein des nouvelles structures – de racines institutionnelles communes. Ils prenaient la forme d’une relation contrastive, par le biais de la distanciation polémique, mais aussi d’une relation d’influence mutuelle, dissimulée ou assumée, immédiate ou indirecte. Il ne saurait toutefois être question de parler à propos du domaine éducatif d’une relation de coopération, ne serait-ce que minimale, entre la construction du Mur et le milieu des années 1970. L’objectif du présent article est d’analyser plus précisément les différents types de relations à l’œuvre au sein du système éducatif. Il convient toutefois d’ébaucher au préalable une comparaison entre les structures du système éducatif des deux États. L’école, au centre de ce système, retiendra ici notre attention, l’université et la formation professionnelle ne pouvant être abordées en détail dans le cadre restreint de cette étude.

Les deux systèmes scolaires et leur évolution divergente

  • 12 Essentiel pour la comparaison inter-allemande dans le domaine éducatif : Materialien zur Lage der (...)
  • 13 Cf. pour les racines les plus anciennes, Helmut Sienknecht, Der Einheitsschulgedanke. Geschichtlic (...)
  • 14 Geissler (note 10), pp. 85ss. ; cf. aussi Oskar Anweiler, Schulpolitik und Schulsystem in der DDR,(...)
  • 15 Jürgen Raschert, « Bildungspolitik im kooperativen Föderalismus. Die Entwicklung der länderübergre (...)
  • 16 Cf. Gert Geissler, Schulreform von oben. Bemerkungen zum schulpolitischen Herrschaftssystem in der (...)
  • 17 Intéressant, de ce point de vue également, concernant la modernisation interne du type d’école du (...)

4L’école fait partie des éléments systémiques dont l’évolution n’avait guère tardé, après 1945, à emprunter des voies largement divergentes dans chacun des deux États allemands12. Au regard de l’héritage commun du système éducatif allemand, c’est en zone d’occupation soviétique/RDA que la rupture fut consommée, c’est là que fut lancée la dynamique de cette évolution institutionnelle divergente. Dès 1946, l’administration en charge de l’instruction populaire en zone d’occupation soviétique avait, en s’appuyant sur des idées réformatrices plus anciennes, développées durant la République de Weimar13, posé les jalons d’une réorganisation fondamentale du système éducatif14. L’on avait abandonné la segmentation traditionnelle du système scolaire allemand et remplacé la tripartition verticale séparant école élémentaire (Volksschule), école moyenne (Mittelschule) et école secondaire (Höhere Schule) par une école unique (Einheitsschule), commune à tous les enfants jusqu’à leur huitième année de scolarité et précédant soit une formation professionnelle, soit quatre années d’enseignement secondaire général obligatoire (Oberschule). En République fédérale, en revanche, on avait conservé, ou restauré, les anciennes structures du système éducatif. Les orientations politiques affichaient elles aussi des divergences fondamentales. À l’ouest, où le fédéralisme prenait un nouvel essor, la politique culturelle et l’éducation comptaient parmi les prérogatives les plus importantes des Länder. Il fallut attendre 1969 pour qu’un ministère de la Culture et de l’Éducation vît le jour au niveau fédéral, mais même alors, son droit d’intervention dans les questions scolaires restait extrêmement limité15. Entre-temps, la RDA avait donné naissance à une administration scolaire centralisée chargée d’appliquer une politique unitaire et soumise aux directives du SED et du ministère de l’Instruction populaire16. Enfin, la rupture incarnée par la politique scolaire de la RDA était également soulignée par la volonté manifeste de mettre fin au « monopole culturel » bourgeois et d’ouvrir les mêmes perspectives de formation aux enfants de familles d’ouvriers et de paysans, traditionnellement défavorisés. La comparaison avec l’école de l’Allemagne de l’Ouest révélait par conséquent deux modèles de sélection sociale profondément divergents. D’un point de vue tant structurel que politique et social, les systèmes scolaires des deux États allemands s’étaient éloignés l’un de l’autre. À cela s’ajoutait que l’école de la RDA avait d’emblée été réquisitionnée et monopolisée par le SED à des fins de domination idéologique, tandis que le pluralisme de la société ouest-allemande se reflétait également dans le système scolaire – un état de fait qui s’est encore accentué à partir des années 197017.

  • 18 Document 135 et 199 in : Siegfried Baske, Martha Engelbert (éd.), Zwei Jahrzehnte Bildungspolitik (...)
  • 19 Helmut Köhler, Gerhard Schreier, « Statistische Grunddaten zum Bildungswesen », in : Materialien z (...)
  • 20 Oskar Anweiler, « Bildungspolitik », in : Geschichte der Sozialpolitik seit 1945, vol. 6 : Bundesr (...)

5La « loi sur l’évolution socialiste du système scolaire » du 2 décembre 1959 poursuivit, en RDA, l’évolution entamée, que vint parachever la « loi sur le système scolaire socialiste unitaire » du 25 février 196518. Ces lois restèrent en vigueur jusqu’à l’effondrement de la RDA. L’école secondaire polytechnique (Polytechnische Oberschule, POS), qui proposait un enseignement général désormais réparti sur dix années scolaires, devait inculquer à tous les enfants les bases d’une culture commune. La grande majorité des enfants entamait ensuite une formation professionnelle. Une petite partie d’entre eux poursuivaient leur parcours scolaire au lycée (Erweiterte Oberstufe, EOS), qui ne comportait plus que deux années, afin de préparer le baccalauréat (Hochschulreife). En 1970, cela concernait 11 % des enfants d’une même classe d’âge, auxquels s’ajoutaient toutefois 6 % obtenant le baccalauréat dans le cadre d’une formation professionnelle19. En République fédérale, on évoquait certes de plus en plus, depuis les années 1960, une réforme structurelle du système scolaire : le débat portait essentiellement sur le collège polyvalent (Gesamtschule, regroupant les trois filières du premier et du second cycle), autrement dit, ici aussi, sur une école commune à tous les enfants jusqu’à la dixième année de scolarité, mais néanmoins plus différenciée, dans son fonctionnement interne, que les POS. Mais bien que quelques Länder dirigés par les sociaux-démocrates, notamment la Hesse, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et les villes-États, aient ouvert un nombre relativement important d’établissements de ce type, la part moyenne des élèves fréquentant de telles écoles à l’échelle fédérale resta limitée. En 1975, seuls 3,4 % des élèves de 7e, 8e et 9e année étaient concernés, et par la suite, ce chiffre ne devait augmenter que très modestement.20 Le consensus autour de l’idée de réforme qui régnait encore entre les partis politiques de la République fédérale à la fin des années 1960 n’avait pas résisté à la polémique sur les réformes structurelles. Les sociaux-démocrates n’avaient pas réussi à imposer leur objectif, l’abandon de l’organisation verticale du système éducatif au profit d’une structure en échelons. L’architecture de base du système scolaire ouest-allemand, reposant sur ses trois colonnes Hauptschule, Realschule et Gymnasium, [que les élèves allemands fréquentaient traditionnellement selon leurs aptitudes, la Hauptschule étant la filière la moins prestigieuse et le Gymnasium, à l’inverse, la plus prestigieuse et la plus longue en terme d’années de scolarité, note du traducteur] se vit maintenue et tout au plus complétée, suivant les régions, par l’offre supplémentaire que représentait le collège polyvalent (Gesamtschule).

  • 21 Köhler, Schreier (note 19), p. 131.
  • 22 Oskar Anweiler, « Grundzüge der Bildungspolitik und der Entwicklung des Bildungswesens seit 1945 » (...)

6Il serait toutefois absolument faux d’en conclure que toute évolution en matière d’accès à la formation était bloquée en République fédérale. Au contraire : entre 1960 et 1980, les relations quantitatives entre les différents types d’écoles ont enregistré des variations d’une ampleur inédite. En 1960, les élèves âgés de 13 ans se répartissaient comme suit : 70 % fréquentaient « l’école élémentaire » (Volksschule), 11 % le « collège » (Realschule), et 15 % le « lycée » (Gymnasium). En 1980, la part de la Hauptschule – cette nouvelle appellation désignait depuis 1964 les dernières années de la Volksschule – avait enregistré une chute vertigineuse (39 %), tandis que celles de la Realschule (25 %) et du Gymnasium (27 %) avaient sensiblement augmenté21. Ces glissements s’expliquaient par l’aspiration croissantes de la population en matière de formation, mais se virent également encouragés par une série de petites mesures réformatrices allant d’une publicité renforcée en faveur de l’instruction à la densification des infrastructures scolaires régionales, en passant par la modification des procédures de recrutement des établissements du second degré, l’assouplissement des passerelles entre les différents types d’écoles, la réalisation de la gratuité de l’enseignement pour les établissements d’enseignement secondaire, ou encore la mise en place et le développement du système de bourses attribuées par l’État aux élèves22.

  • 23 À la fin des années 1970, la prolongation de la Hauptschule à dix années de scolarité n’existait q (...)
  • 24 Gero Lenhardt, Manfred Stock, Bildung, Bürger, Arbeitskraft. Schulentwicklung und Sozialstruktur i (...)
  • 25 Christoph Führ, « Schulpolitik in Hessen », in : Bernd Heidenreich, Konrad Schacht (éd.), Hessen. (...)
  • 26 Alfons O. Schorb, « Entwicklungen im Schulwesen eines Flächenstaates am Beispiel Bayern », in : Ma (...)
  • 27 Winfried Müller, Ingo Schröder, Markus Mösslang, « ›Vor uns liegt ein Bildungszeitalter‹. Umbau un (...)

7Néanmoins, au cours des années 1960, l’expansion du système scolaire en RDA fit, sur des aspects essentiels, des progrès plus considérables qu’en République fédérale. La dixième année de scolarité obligatoire fut décidée à l’est (sans toutefois être d’emblée appliquée de manière généralisée) au moment où, à l’ouest, les Länder se décidaient à peine à instaurer la scolarité obligatoire de neuf ans23. La RDA avait également une longueur d’avance la réforme des écoles de campagne et du remplacement des écoles à classe unique (Zwergschule) en zone rurale par des regroupements primaires intercommunaux (Verbandsschule ou Mittelpunktschule). Le nombre des écoles primaires à classe unique passa, entre 1946 et 1957, de 2000 à 23, ce qui ne signifiait pas pour autant qu’aucune disparité ne subsistait entre l’offre scolaire à la ville et à la campagne24. En République fédérale, la situation n’était guère homogène. En Hesse, la réforme des écoles de campagne était prise très au sérieux depuis le début des années soixante25. En Bavière, ce n’est qu’à la fin des années soixante que le nombre des écoles primaires diminua de manière considérable (d’environ 7 000 à moins de 3 000) afin de permettre de créer des écoles plus grandes et de généraliser la formation de classes correspondant à une classe d’âge homogène26. En 1959/60, seuls 30 % des élèves bavarois avaient fréquenté une école primaire offrant une classe par niveau, tandis qu’un bon quart des écoles primaires était encore à classe unique27. Enfin, l’éducation mixte s’était imposée plus tôt en RDA qu’en République fédérale.

  • 28 Arbeitsgruppe Bildungsbericht (note 23), pp. 212ss., 487s. et 494ss.
  • 29 Cf. Ralph Jessen, « Zwischen Bildungsökonomie und zivilgesellschaftlicher Mobilisierung. Die doppe (...)
  • 30 Cf. Helmut Köhler, Manfred Stock, Bildung nach Plan ? Bildungs-und Beschäftigungssystem in der DDR (...)

8Dans l’enseignement secondaire également, la RDA sembla, dans un premier temps, avoir pris une avance considérable sur la République fédérale. Le pourcentage des bacheliers atteignait 15 à 16 % en 1965, soit presque deux fois plus qu’en République fédérale, même s’il ne faut pas oublier qu’en RDA les voies alternatives menant au baccalauréat était plus développées qu’en République fédérale28. Alors qu’à l’ouest de l’Allemagne, ce pourcentage ne cessa d’augmenter au-delà la période examinée, il se vit, en RDA, brutalement bloqué en 1971, puis abaissé et stabilisé autour de 12 à 14 %. En comparaison, la République fédérale atteignit 20 % dès 1975, chiffre qui devait continuer de s’améliorer. À la dynamique sociale de l’expansion à l’œuvre à l’ouest s’opposaient désormais des proportions très largement stabilisées par l’État en RDA. Ce renversement du rapport entre Est et Ouest s’explique par le fait que les grands principes de politique sociale à l’origine de la généralisation de l’accès à l’enseignement se virent subordonnés, en RDA, aux impératifs d’une planification étatique dont la valeur de référence était le besoin présumé de qualification. L’accès au lycée (Erweiterte Oberstufe, EOS) et aux études fut ainsi rendu plus difficile car les besoins individuels en matière de formation semblaient ne plus être en adéquation avec le besoin de qualification de la société. Un tel dirigisme en matière de planification des besoins n’était, en République fédérale, ni souhaité ni compatible avec les représentations dominantes concernant l’organisation de l’État et de la société29. En République fédérale, la généralisation de l’accès à l’enseignement reposait en premier lieu sur la demande sociale autoentretenue des « consommateurs d’enseignement », et il n’était pas envisageable d’y relier ainsi ce phénomène à des catégories de besoins relatives à l’économie de l’instruction. Alors que l’ouest, confronté depuis le milieu des années 1970 à une crise croissante du marché du travail, tendait à déconnecter système éducatif et système de l’emploi, la RDA empruntait la voie inverse, entremêlant de plus en plus étroitement ces deux systèmes30.

  • 31 Cf. dans une perspective comparatiste Rainer Geissler, « Entwicklung der Sozialstruktur und Bildun (...)
  • 32 Michael C. Schneider, Bildung für neue Eliten. Die Gründung der Arbeiter- und Bauern-Fakultäten in (...)
  • 33 Köhler, Stock (note 30), pp. 35s. ; document 169, in : Baske, Engelbert (note 18), ici p. 254.

9Enfin, les évolutions contraires suivies par les deux États apparaissent également lorsque l’on s’intéresse aux modèles sociaux de l’accès à l’enseignement et partant, à la fonction et à l’action des établissements de formation en tant qu’agences de répartition des chances sociales31. Car la rupture radicale qu’avait connue le système scolaire de la RDA depuis 1945 avait permis une redistribution complète des chances de formation, tandis qu’en République fédérale, la restauration du système scolaire traditionnel avait entraîné une reproduction des anciennes disparités. Si l’on se réfère au profil social des étudiants – indicateur qui, dans une perspective comparatiste, permet en définitive de tirer les conclusions les plus précises – l’énorme progression de la part des enfants d’ouvriers parmi les étudiants de la RDA saute aux yeux. En 1960, elle atteignait 50 % pour les étudiants directs (si l’on y ajoute les nombreux étudiants par correspondance, le pourcentage est de 39 %, les enfants d’ouvriers étant sous représentés dans cette catégorie d’étudiants). À partir de 1960, en revanche, la part des enfants issus de familles ouvrières enregistra un recul sensible, tandis qu’inversement, elle se mettait désormais à augmenter en République fédérale. À l’Ouest, la part des enfants d’ouvriers parmi les étudiants atteignait à peine 5 % à la fin des années 1950. Elle augmenta au cours des années du « boom de l’éducation », pour atteindre finalement 16 % au début des années 1980, chiffre encore très inférieur au regard de la part des ouvriers dans la population totale. En RDA, les modifications du modèle de sélection sociale dans le système éducatif avaient été le résultat de mesures politiques ciblées – notons toutefois que l’ouverture de nouvelles chances aux classes « soutenant le pouvoir » allait de pair avec des restrictions sensibles vis-à-vis d’autres classes ou groupes. La première décennie de l’après-guerre s’était, en RDA, inscrite sous le signe d’une volonté affichée de « discrimination positive » envers les enfants d’ouvriers et d’agriculteurs, que ce soit par le biais de quotas indicatifs pour l’admission des enfants d’ouvriers et d’agriculteurs dans les établissements scolaires ou encore à travers les facultés d’ouvriers et d’agriculteurs, qui existèrent jusqu’en 196332. Ces facultés d’ouvriers et d’agriculteurs, établissements préparant aux études supérieures mais aussi pépinières d’une nouvelle élite socialistes, furent fermées au début des années 1960, lorsque le processus de transformation des élites fut achevé. À partir des années 1960, le principe des bons résultats scolaires gagna en importance, dans le système scolaire de la RDA, par rapport à l’origine sociale, comme en témoigne par exemple la nouvelle réglementation sur les admissions à l’université de 196233.

  • 34 Heike Solga, Bildungschancen in der DDR, in : Sonja Häder, Heinz-Elmar Tenorth, Bildungsgeschichte (...)

10Les modèles et les critères de sélection participant d’une « discrimination positive » jouaient un rôle de moins en moins important en RDA. Parallèlement, la République fédérale découvrait, dans les années 1960, les classes sociales « tenues à l’écart de l’instruction », dont les « potentiels » laissés jusqu’alors en friche devaient désormais être exploités. « L’égalité des chances » devint ici le terme clé de la politique éducative au moment même où son éclat commençait de fait à ternir en RDA. Entre-temps, un nouveau privilège culturel avait vu le jour à l’est de l’Allemagne. L’« intelligentsia socialiste » se reproduisait de plus en plus en recrutant dans ses propres rangs – l’origine sociale des étudiants en témoignait34.

  • 35 Cf. Hans-Werner Fuchs, Gymnasialbildung im Widerstreit. Die Entwicklung des Gymnasiums seit 1945 u (...)

11Dire que rien, dans le système scolaire de la République fédérale, n’avait changé au cours de toutes ces années serait trompeur, pas seulement au regard de la généralisation de l’accès à l’enseignement évoquée plus haut. Dans certains domaines, les innovations structurelles allèrent même nettement plus loin qu’en RDA. Ainsi, la réforme du second cycle du lycée (gymnasiale Oberstufe) décidée en 1972 puis mise en pratique quatre ans plus par la République fédérale n’avait pas d’équivalent en Allemagne de l’Est. Cette réforme prévoyait notamment de limiter le nombre de disciplines, de créer un panel d’options individuelles par le biais d’un système de fondamentaux et de cours, de mieux illustrer le choix des sujets traités et de renforcer le caractère propédeutique de l’enseignement35. Une individualisation aussi approfondie de l’enseignement du second cycle du lycée n’avait jamais été envisagée pour les lycées (Erweiterte Oberstufe, EOS) de la RDA ; c’est bien le système scolaire ouest-allemand qui, sur ce point, se démarqua de la voie traditionnelle du système éducatif allemand.

  • 36 Le terme « dual » était toutefois évité en RDA, cf. Dietmar Waterkamp, « Berufsbildung », in : Füh (...)
  • 37 A ce sujet et avec d’autres exemples, cf. Wolfgang Mitter, « Wandel und Kontinuität im Bildungswes (...)

12Par ailleurs, dans la continuité et la poursuite de certaines traditions, il existait quelques domaines du système éducatif dans lesquels les deux États présentaient des structures analogues, des restes de leurs racines communes qui, souvent, ne deviennent identifiables qu’à travers la confrontation avec les autres structures existant à l’intérieur de chacun des « camps » – à l’Est comme à l’Ouest. La tradition de la formation professionnelle en alternance (« formation duale ») en est un exemple36. La participation tant de l’entreprise que de l’école professionnelle au processus de formation se singularisait en de nombreux points par rapport aux structures des systèmes éducatifs d’autres États, à l’Ouest comme à l’Est. Ainsi, au sein des États frères du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM), la formation professionnelle était, contrairement à ce qui se passait en RDA, organisée de manière exclusivement scolaire. Le baccalauréat est un autre exemple de ces similitudes qui, outre sa qualité de diplôme de fin de scolarité, avait pour fonction d’ouvrir l’accès aux études universitaires – se différenciant ainsi à la fois du système anglo-saxon et du système soviétique dans lesquels l’élément décisif était non pas le baccalauréat lui-même, mais l’examen d’entrée à l’Université37.

Perception mutuelle – entre démarcation et interaction

  • 38 Vermerk V A/Magdeburg 7.2.1967 über einen Vortrag von Dr. Artur Meier am 1.2.1967 in Berlin, Lande (...)
  • 39 Cf. par ex. « Diskussion in Potsdam. Westdeutsche Lehrer besuchen die Pädagogische Hochschule », i (...)
  • 40 Cf. les remarques de Oskar Anweiler, « Bildungspolitik », in : Geschichte der Sozialpolitik seit 1 (...)
  • 41 Wolfgang Reischock, « Osmose pädagogischen Denkens. Erfahrungen aus der pädagogischen Forschung un (...)
  • 42 Cf. MfV, Abt. Internationale Verbindungen : Bericht über eingeleitete Maßnahmen zur Verwirklichung (...)
  • 43 Ministerium für Volksbildung : Diskussionsgrundlage zur Verbesserung der Arbeit nach Westdeutschla (...)
  • 44 Wolfgang Kopitzsch, Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft (GEW) 1947 – 1975. Grundzüge ihrer Ges (...)
  • 45 Oskar Anweiler, « Innerdeutsche Beziehungen im Bereich von Bildung und Erziehung », in : Materiali (...)
  • 46 Mitter (note 37), pp. 277s.

13Les contacts personnels entre représentants du système éducatif des deux États étaient peu nourris, la peur de l’autre, des deux côtés, était considérable. Des conférences comme celle d’un pédagogue de Berlin-Est venu, en 1967, parler dans la partie ouest de la ville du système de cours du soir, qui n’avait pas été sans revêtir une certaine importance, à une époque, dans le système éducatif de la RDA, étaient extrêmement rares38. Les visites de pédagogues ouest-allemands dans des établissements scolaires de RDA étaient tout aussi peu fréquentes39. Depuis 1957, Berlin avait réduit ses « contacts avec l’Ouest »40, et au ministère de l’Instruction populaire, on parlait aussi de « faux contacts »41. Ils devaient se réduire encore dix ans plus tard42. Le « travail à l’Ouest » du SED dans le domaine éducatif visait à y propager, par le biais des réussites du système éducatif, les objectifs du parti en matière de politique allemande43. Mais en République fédérale également, les contacts « avec l’autre côté » étaient considérés comme délicats. En 1967, à l’occasion d’une réunion du syndicat Éducation et Sciences (GEW), syndicat enseignant ouest-allemand politiquement orienté à gauche, son président fédéral se vit obligé, à la demande de plusieurs fédérations régionales, de rappeler une d’anciennes décisions de la fédération syndicale stipulant que les contacts avec la « zone Est » n’étaient autorisés qu’aux collègues n’exerçant aucune fonction de responsabilité au sein de la direction régionale ou fédérale. Il fallait encore, en République fédérale, veiller à ne pas s’attirer, par des contacts officiels, la réputation d’une trop grande proximité avec la « zone » communiste44. Comme les syndicats, les administrations culturelles des deux côtés n’entretenaient plus de réels contacts depuis les années 195045, et les spécialistes des questions éducatives de chacun des deux États n’avaient pas davantage la possibilité d’entretenir des échanges de quelque importance. Même dans le contexte des conditions limitées d’échange entre l’Est et l’Ouest, l’aridité de cette communication pouvait sembler inhabituelle46.

  • 47 Cf. Hildegard Hamm-Brücher, Aufbruch ins Jahr 2000 oder Erziehung im technischen Zeitalter. Ein bi (...)
  • 48 « Reformen an den Schulen der Sowjetzone. Der Unterricht ist zeitgemäß, aber weltanschaulich geprä (...)

14Alors que de véritables pèlerinages de « touristes de l’enseignement » ouest-allemands s’organisaient à destination de la Suède, dans les années 1960, afin d’y étudier le système éducatif du pays modèle en matière de réforme de l’éducation, alors que les écoles de pays comme l’Angleterre et les États-Unis attiraient également et alors même qu’à l’Est, le système éducatif de l’Union soviétique recevait à plusieurs reprises des visites officielles et semi-officielles de délégations de la République fédérale, rien de semblable ne se produisait concernant la RDA. Dans ce contexte, il apparaît d’autant plus étonnant qu’en 1965, Hildegard Hamm-Brücher, membre du parti libéral FDP, prenne l’initiative d’un voyage en RDA pour se faire une image de première main de son système éducatif – une étape parmi onze au total, et une mosaïque plutôt modeste du panorama international que l’habile Hildegard Hamm-Brücher ébaucha pour faire prendre conscience au public allemand de l’avance considérable que d’autres pays avaient déjà prise, par rapport à la République fédérale, sur la voie de la modernité en matière éducative47. Son sentiment, rapporté par la presse, était que la RDA « mettait en place un système éducatif très moderne et intensif » bien que soumis à une influence idéologique unilatérale : « Ces réformes sont telles que la République fédérale devrait s’y intéresser »48. La même année, elle appela, lors du congrès de son parti, à abandonner enfin la « doctrine Hallstein de la politique éducative » qui, postulant la supériorité du système éducatif ouest-allemand sur son voisin oriental, en faisait le seul système valable. Même « si l’on n’ose parler du système éducatif est-allemand qu’en catimini », affirmait-elle, « il est avéré que les ›frères et sœurs‹ de nos enfants ouest-allemands n’ont plus à fréquenter une seule école à classe unique ; que de ›l’autre côté‹, plus de deux fois plus de jeunes parviennent jusqu’au baccalauréat et que tous les autres enfants, à partir de l’âge de dix ans, reçoivent un enseignement spécialisé, assuré par des enseignants qualifiés, dans des classes de 27,5 élèves en moyenne ».

  • 49 Hildegard Hamm-Brücher, « Bildung des Einzelnen entscheidet die Zukunft aller », Referat auf dem X (...)
  • 50 En 1969, le spécialiste des questions d’éducation Leonhard Froese, membre du parti libéral FDP, ut (...)

15Il est temps, concluait-elle, « de s’interroger sérieusement sur l’ampleur de ce ›fossé éducatif interallemand‹ »49. Paroles fortes et inhabituelles dans la bouche d’hommes ou de femmes politiques, qui durent siffler aux oreilles non seulement des camarades libéraux de Hildegard Hamm-Brücher, mais aussi de bien d’autres encore50.

  • 51 Georg Wadehn, « Schule im Aufbruch. Das neue sozialistische Bildungssystem der Sowjetunion », in :(...)
  • 52 « Bildungsideal und Planwirtschaft. Grundzüge des ›einheitlichen sozialistischen Bildungssystems‹. (...)

16Malgré la quasi absence de contacts directs entre les responsables des deux systèmes éducatifs et malgré un intérêt en définitive assez limité de l’Allemagne de l’Ouest – au-delà du monde des sciences de l’éducation dans leur approche comparatiste – pour la réalité scolaire de la RDA, les deux États ne se perdaient pas totalement de vue. Ainsi, la « loi sur l’unité du système éducatif socialiste », entrée en vigueur le 1er septembre 1965, n’échappa-t-elle pas à l’attention de la presse ouest-allemande, même si, là encore, des remarques critiques émaillaient les commentaires. Il faudrait tout de même « que l’on dresse l’oreille, en Allemagne de l’Ouest », pouvait-on ainsi lire, si l’Est parvient à s’assurer une avance sur la République fédérale en instaurant, dans le cadre de la rénovation de son système éducatif, une école unique, cohérente et comprenant dix années de scolarité51. D’autres réactions, dans la presse, considéraient que la part de raison contenue dans cette loi était bien sûr « largement neutralisée par sa charge idéologique »52.

  • 53 Aktennotiz über eine Beratung bei Gen. Prof. Hager im ZK der SED am 23.2.1959, doc. 63, in : Gert (...)
  • 54 Margot Honecker, « Die Aufgaben der pädagogischen Wissenschaft bei der Verwirklichung des einheitl (...)
  • 55 Margot Honecker, « 20 Jahre demokratische Schulreform », in : Neues Deutschland, 9 juin 1966.
  • 56 Cf. Teresa Löwe, « ›… es geht um den Menschen und um die Wahrheit‹. Zur Vorgeschichte von Georg Pi (...)
  • 57 « Permanentes Verbrechen an den Kindern. Notstand des westdeutschen Bildungswesens », in : Neues D (...)
  • 58 Deutsches Pädagogisches Zentralinstitut : Die westdeutsche Bildungskrise. Ursachen – Wirkungen – A (...)

17Comme dans d’autres domaines politiques, la fixation sur le frère malaimé de l’autre côté du rideau de fer était bien plus grande en RDA. S’il existait, en politique éducative, une relation particulière entre les deux États, elle était extrêmement asymétrique. Certes, Kurt Hager, idéologue en chef du comité central du SED, se montra critique lors d’une réunion au ministère de l’Instruction populaire en 1959, regrettant « l’absence d’une confrontation avec l’adversaire ; nous ne mettons pas suffisamment en avant la supériorité de notre école et ne polémiquons pas suffisamment contre la politique éducative de l’OTAN en Allemagne de l’Ouest »53. Si une telle polémique pouvait effectivement avoir fait défaut jusqu’à cette date, la situation évolua au cours des années suivantes. L’image caricaturale de la misère du système éducatif ouest-allemand, utilisée pour mettre en lumière, par contraste, les avancées de la RDA, avait sa place bien ancrée dans les discours et les écrits des spécialistes de politique éducative est-allemands. Margot Honecker évoqua ainsi « deux évolutions que tout oppose » : « la politique d’un développement résolu, démocratique et socialiste du système éducatif dans notre République, et la restauration de l’école impérialiste en Allemagne de l’Ouest »54. « La formation de la société ouest-allemande », expliqua-t-elle en 1966, signifie pour le système éducatif ouest-allemand « opprimer la personnalité individuelle, uniformiser la pensée, soumettre le peuple par l’esprit, préparer la jeunesse à une nouvelle guerre impérialiste »55. L’idée de la « catastrophe ouest-allemande en matière d’éducation », telle qu’elle commença à circuler à l’Ouest autour de 196456, fut mise à profit par tous les moyens. Les voix critiques au sujet de la situation du système éducatif ouest-allemand devaient toutefois, à cette fin, être traduites et adaptées aux catégories du cadre d’interprétation marxiste du SED57. Selon cette interprétation, la crise ouest-allemande de l’éducation et de la culture résultait des contradictions « logiques » de la politique éducative, résultat elles-mêmes de la contradiction fondamentale inhérente au capitalisme. En définitive, c’est cette contradiction qui s’exprimait lorsque les capitalistes monopolistiques ne s’avéraient pas en mesure « d’inculquer aux masses populaires une éducation leur permettant d’exercer une influence décisive sur la conception de l’évolution sociale »58.

  • 59 MfV, Abt. Internationale Verbindungen : Schlussfolgerungen für die Führung der Westarbeit auf dem (...)
  • 60 Detlef Glowka, « Konvergenztheorie und vergleichende Bildungsforschung », in : Bildung und Erziehu (...)
  • 61 Oskar Anweiler, « Entwicklungstendenzen des Bildungswesens in beiden Teilen Deutschlands », in : B (...)
  • 62 Cf. Heinrich Potthoff, Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1996 bis 1990, Berlin, 1999, pp.  (...)

18L’étude des perceptions mutuelles permet elle aussi d’observer des évolutions contraires. Alors qu’en RDA, la tendance était à la démarcation dans le domaine éducatif59, les approches développant des théories de la convergence étaient désormais de plus en plus appréciées, en République fédérale, par la recherche comparatiste sur les questions d’éducation60. Le paradigme de la convergence postulait, en dépit de toutes les contradictions et différences, une tendance au rapprochement de l’évolution des systèmes scolaires61 ou du moins l’existence de solutions analogues à des problématiques identiques, communes aux sociétés industrielles et indépendantes du système politique. Ce paradigme prit le relais de la perspective jusqu’alors dominante en République fédérale dans la recherche sur les questions d’éducation « à l’Est », qui partait de la « soviétisation » et de l’« idéologisation » du système scolaire est-allemand. De la même manière que dans le domaine de la politique allemande, la République fédérale opposait au postulat du double État (et de la réduction des engagements panallemands) défendu par le SED une politique insistant de plus en plus sur le rapprochement et la détente, on voyait s’affronter, au plan des perceptions mutuelles des deux États dans le domaine de la politique éducative, une mise en avant inflexible des différences de la part de la RDA, et, de la part de la République fédérale, une approche s’intéressant davantage non seulement aux points communs qui subsistaient, mais aussi à ceux susceptibles de se développer62.

  • 63 Oskar Anweiler, Das Bildungswesen in der Bundesrepublik und in der Deutschen Demokratischen Republ (...)

19La première comparaison officielle de l’évolution du système éducatif au sein de l’Allemagne divisée dans la perspective du gouvernement fédéral constitua un exemple de la nouvelle perspective qui s’installait désormais dans la recherche en sciences de l’éducation ouest-allemande. La genèse de ce document montre que le paradigme de la convergence était loin de ne poser aucun problème du point de vue politique. En août 1969, le gouvernement fédéral présenta une « Étude comparative du système éducatif au sein de l’Allemagne divisée » que la commission parlementaire chargée des sciences, de la politique culturelle et du journalisme lui avait demandé. Ce rapport se fondait sur une expertise très complète confiée par le ministère de l’Intérieur au professeur Oskar Anweiler, de Bochum, éminent spécialiste des sciences de l’éducation comparées, et notamment des systèmes éducatifs de l’Est63. L’approche adoptée par Anweiler abandonnait la perspective normative qui avait longtemps prévalu dans les comparaisons Est-Ouest du système éducatif pour une approche plus fonctionnaliste. Afin d’appuyer son analyse sur un point de référence commun à ces systèmes que tant d’éléments opposaient, Anweiler recourait à un tertium comparationis permettant la comparaison : la « société industrielle moderne ». Sa problématique centrale était la suivante : de quelle manière – abstraction faite des principes fondateurs et des idées directrices aux différences très marquées – l’« adaptation » des deux systèmes éducatifs aux exigences multiples de la société industrielle moderne, indispensable en permanence, se réalise-t-elle ?

  • 64 Cf. une position semblable chez Oskar Anweiler, « Strukturprobleme des allgemeinbildenden Schulwes (...)

20Anweiler parvenait ainsi à une confrontation dépouillée mettant moins en lumière l’incompatibilité des fondements idéologico-politiques que les réponses données au regard des exigences de la « société industrielle moderne ». Les points de départ de son analyse étaient d’une part l’« explosion de la science » et la scientifisation de la production, d’autre part, en lien étroit avec ces éléments, le besoin croissant de qualifications meilleures et le niveau d’exigence accru en matière d’adaptabilité et de capacité d’apprentissage découlant de ces conditions nouvelles. La monopolisation partisane et l’imprégnation idéologique du système éducatif de la RDA, qui avaient dominé la perspective occidentale au cours des années 1950, faisaient certes partie des présupposés, et il ne subsistait aucun doute quant au fait que l’auteur condamnait la réquisition idéologique de l’école en RDA. Toutefois, comme l’idéologie n’était plus au centre de l’analyse, nombre de résultats présentés par Anweiler semblaient s’émanciper des schémas politiques habituels d’évaluation. La durée plus longue de la scolarité obligatoire, la réforme plus énergique des écoles de campagne, la taille plus réduite des classes, la meilleure qualité des relations enseignants-élèves, mais aussi des facteurs tels que l’apport considérable de la formation pour adultes à la formation professionnelle continue – tous ces éléments contribuaient à faire pencher la balance en faveur de la RDA et faisaient apparaître son système scolaire comme mieux adapté – du moins partiellement – à la « société industrielle moderne ». Pour les années 1970, Anweiler annonçait, en s’appuyant sur la théorie de la modernisation qui fondait son approche, un rapprochement structurel de l’enseignement secondaire général en République fédérale et en RDA64.

  • 65 Aktenvermerk Ref. A/3, Knauss, für Plenarsitzung der Kultusministerkonferenz am 20./21.3.1969, TOP (...)
  • 66 Bayerisches Staatsministerium für Unterricht und Kultus an Sekretariat der Kultusministerkonferenz (...)

21On pouvait s’y attendre au vu de ces résultats, cette expertise suscita des réactions différentes dans les ministères de l’Éducation. Le ministère bavarois, notamment, fit part de son désaccord avec de nombreux points du rapport Anweiler dont il n’appréciait guère les critiques sous-jacentes visant l’immobilisme du fédéralisme culturel65, et dont certaines conclusions sur la politique éducative de la RDA lui paraissaient sujettes à caution. Que la RDA pût se targuer d’être en avance sur la RFA dans certains domaines était loin d’être établi aux yeux du ministère munichois. Par exemple ses propos sur la mise en place de la dixième année de scolarité étaient pour le ministère un « jugement à l’emporte-pièce, non vérifié », postulant que la prolongation de la scolarité obligatoire était, pour tous les enfants, toujours et absolument souhaitable. Le prétendu retard de développement de la République fédérale dans le domaine des écoles de campagne, domaine dans lequel la Bavière, précisément, était à la traîne sur de nombreux points, n’était, lui non plus, absolument pas prouvé, estimait-on à Munich66.

22La réaction du sénateur berlinois en charge du système éducatif, le social-démocrate Carl-Heinz Evers, fut d’une autre teneur. Il voyait dans le retard de développement de la République fédérale « un fait certain », et considérait que, sur plus d’un point, l’expertise Anweiler méritait réflexion. Ainsi, il estimait essentiel « le constat avancé par l’expertise à propos de la structure sociale du corps étudiant dans les deux parties de l’Allemagne. Selon le rapport, le corps social étudiant de la RDA reflète davantage la structure sociale de l’ensemble de la population que cela n’est le cas en RFA ». Il accordait presque autant d’importance au constat selon lequel les mathématiques et les sciences naturelles avaient la priorité sur d’autres disciplines dans l’enseignement scolaire de la RDA. Enfin, l’enseignement « polytechnique » jouait à ses yeux un rôle remarquable dans la comparaison des deux systèmes scolaires :

  • 67 Carl-Heinz Evers an das Sekretariat der Kultusministerkonferenz, 27.3.1969, BayHStA, MK 66015.

« Il est indéniable que la RDA a réalisé, par le biais d’expérimentations très complètes dans ce domaine et de réglementations régulièrement renouvelées visant à l’acquisition systématique d’une culture technique au sein des établissements d’enseignement général, de réelles avancées par rapport à la RFA, tant sur la définition des contenus de ce nouveau domaine culturel et éducatif que sur le développement des méthodes »67.

  • 68 Niederschrift über die Sitzung der ad-hoc Redaktionsgruppe » Vergleichende Darstellung des Bildung (...)
  • 69 Niederschrift über die Sitzung des Interministeriellen Ausschusses für Bildung und Ausbildungsförd (...)
  • 70 Les notes du discours du chancelier mentionnait ses réserves, estimant que le rapport donnait l’im (...)
  • 71 Mitteilung aus dem Kabinettsprotokoll über die 172. Sitzung am 2.7.1969, BArch, B 138, Nr. 2922 ; (...)

23Même une fois retravaillée par le ministère fédéral de l’Intérieur, qui en avait poli les passages les plus polémiques, l’expertise laissait encore transparaître trop clairement son approche controversée aux yeux des autres ministères fédéraux68. La tendance qui, dans l’esprit de la thèse de la convergence, consistait à souligner les similitudes présumées dans l’évolution des deux systèmes, suscitait des réactions critiques69. Lorsque le rapport fut mis à l’ordre du jour du gouvernement fédéral en juillet 1969, de nombreuses objections furent avancées, les plus vives étant formulées par les ministres conservateurs. Le chancelier fédéral Kurt-Georg Kiesinger (CDU), soumit ainsi la remarque suivante à réflexion : « Au premier abord, la comparaison semble en faveur de la ›RDA‹. Il est possible que certaines choses soient mieux là-bas, mais l’antinomie fondamentale des objectifs éducatifs devrait être davantage mise en valeur dans les conclusions ». Que la RDA offre « prétendument de meilleurs chances de formation aux enfants issus du monde ouvrier et du monde rural », continuait Kiesinger, donnait « une image déformée, dans la mesure où les privilèges de classe sont mis au service d’un but politique manifeste ». Par ailleurs, ce n’étaient pas les membres de la classe ouvrière, mais ceux de la classe des fonctionnaires qu’il fallait selon lui considérer comme les réels privilégiés. Le chancelier estimait enfin que le fédéralisme ouest-allemand apparaissait sous un jour trop peu flatteur dans le projet de rapport, et que l’auto-coordination des Länder n’était pas prise en compte comme elle aurait dû l’être70. De nouveau, on demanda une réécriture du rapport, dans le sens d’une meilleure prise en compte des critères qualitatifs et surtout d’une perspective insistant davantage sur l’évaluation71.

  • 72 Deutscher Bundestag V. Wahlperiode, Drucksache 4609 : Vergleichende Darstellung des Bildungswesens (...)
  • 73 Nina Grunenberg, « Hinkend, aber lehrreich », in : Die Zeit, 10 octobre 1969.

24La version présentée au grand public en 196972, retravaillée plusieurs fois en ce sens et comprenant désormais un chapitre sur l’éducation prémilitaire, mettait davantage en évidence les incompatibilités entre les deux systèmes et relativisait les réussites du système éducatif de la RDA, mais elle invitait tout de même à tirer plus d’une conclusion pénible. La spécialiste des questions d’éducation de l’hebdomadaire « Die Zeit », Nina Grunenberg, parvenait à la conclusion suivante : « En étudiant cette comparaison, les responsables de la politique éducative ouest-allemande ne pourront s’empêcher d’envier secrètement leurs homologues de RDA et les avantages dont dispose un État totalitaire ». Qu’il s’agisse des dix années de scolarité obligatoire, du développement des jardins d’enfants ou de la planification de l’enseignement, une chose était certaine à ses yeux : « En RDA, la prise de conscience de l’importance du système éducatif pour l’avenir de la société s’est effectuée avec plusieurs années d’avance et avec davantage de clarté qu’en République fédérale »73.

25Si, du point de vue des observateurs ouest-allemands de plus en plus d’éléments du système éducatif de la RDA se révélaient susceptibles de mériter l’intérêt de la RFA, il apparaissait tout aussi évident que leur adaptation et leur conversion seraient, dans le contexte complexe de la relation interallemande, bien plus difficiles et bien moins porteuses que dans le cadre d’une situation de transfert moins délicate d’un point de vue politique. L’impact de la charge négative de ces relations constrastives était autrement plus important que les chances de voir s’exercer une influence positive.

Influences mutuelles

  • 74 Oskar Anweiler, « Bildungspolitik », in : Dierk Hoffmann, Michael Schwartz (éd.), Geschichte der S (...)
  • 75 Essentielles, à cet égard, sans toutefois la moindre référence à la RDA : les recommandations sur (...)
  • 76 Wolfgang Hörner, « Polytechnischer Unterricht in der DDR und Arbeitslehre in der Bundesrepublik », (...)
  • 77 Siegfried Baske, « Allgemeinbildende Schulen », in : Führ, Furck, Handbuch, vol. VI/2 (note 12), p (...)
  • 78 Pour une vue d’ensemble, cf. par exemple « Polytechnische Bildung und Berufserziehung in internati (...)
  • 79 Cf. Willi Voelmy, « Polytechnischer Unterricht in der DDR », in : Herwig Blankertz, (éd.), Arbeits (...)

26Le domaine du système éducatif est-allemand qui suscitait l’intérêt le plus vif chez les spécialistes de République fédérale était l’enseignement polytechnique74. Sa mise en place, en 1958, avait constitué le noyau des réformes du système éducatif de la RDA et, plus généralement, des États du bloc soviétique, et il était indéniable que la RDA avait, grâce à des tentatives certes discontinues, mais plus intenses, visant à faire de l’activité professionnelle et de la technique des disciplines scolaires, acquis une expérience et une avance considérables. Alors que les années 1960 soulevaient la double question de savoir d’une part comment la République fédérale pouvait, à « l’ère de la technique », proposer elle aussi un enseignement technique de base, et quel nouveau profil elle devait d’autre part donner aux dernières années de l’école élémentaire (Volkschuloberstufe, la future Hauptschule)75, la mise en place d’une nouvelle discipline, « l’apprentissage professionnel » (« Arbeitslehre »), devait à son tour jouer un rôle important ; le choix d’un intitulé différent soulignait toutefois d’emblée une volonté manifeste de se démarquer du voisin oriental. À la fin des années 1960, les programmes des écoles secondaires polytechniques (Polytechnische Oberschule, POS) de la RDA prévoyaient, à partir de la 7ème classe, les matières « Dessin technique », « Introduction à la production socialiste », et « Travail productif » dans les entreprises76. Le projet temporaire visant à relier enseignement polytechnique et formation professionnelle de base, et à combiner le baccalauréat avec l’obtention d’un brevet d’ouvrier qualifié, avait été abandonné en 1966. L’objectif de l’enseignement polytechnique n’était plus la formation professionnelle : il retrouvait désormais sa fonction de préparation à la vie professionnelle, la formation polytechnique étant envisagée comme un élément d’une culture générale socialiste77. Si la mise en place de l’enseignement polytechnique en RDA fut suivie avec attention de l’autre côté de la frontière (tout comme d’autres disciplines semblables au sein du monde occidental78), c’était en partant du principe qu’il existait, outre une composante spécifiquement marxiste, une autre composante, dénuée de toute charge idéologique et politiquement anodine, qui, intrinsèquement, était fondée sur la nécessité de trouver une réponse pédagogique aux défis de « l’ère de la technique »79. Même après la mise en place de cette nouvelle discipline de l’« apprentissage professionnel » dans presque tous les Länder ouest-allemands, les différences théoriques, didactiques et pratiques avec le voisin oriental sautaient aux yeux. Qu’en République fédérale cette matière ne concernât, pour l’essentiel, que l’école élémentaire (Hauptschule), n’en était que la plus apparente. L’enseignement polytechnique de la RDA était un exemple qui n’avait certes pas incité à une imitation directe, mais avait au moins fait prendre conscience d’un besoin d’action et de réforme.

  • 80 Cf. Carl-Heinz Evers, Zwischen-Fälle. Begebenheiten aus Schule und Politik, Hambourg, 1998, pp. 21 (...)
  • 81 Oberschulrat Barth : Einheitsschule und Gesamtschule, 3.6.1965, Landesarchiv Berlin, B Rep. 015, N (...)
  • 82 Fritz Heerwagen, Prüffeld des Neuen. Berlin als Pionier in der Bildungspolitik, Düsseldorf, Vienne (...)
  • 83 Karl-Heinz Füssl, Christian Kubina, Zeugen zur Berliner Schulgeschichte (1951 – 1968), Berlin, 198 (...)

27En règle générale, les modèles politiques évoquant des parallèles avec la RDA en gardaient rapidement des stigmates politiques. Si la logique du système de concurrence interallemand voulait que certaines options puissent ainsi être exclues, ou du moins découragées, le débat structurel sur l’école engagé en République fédérale permit d’observer ce même phénomène. Le fait que le modèle d’une école commune à tous les enfants, tel qu’il s’est de plus en plus imposé depuis les années 1960, dans l’ensemble du monde occidental, soit aussi celui du système éducatif de la RDA, a de fait réduit ses chances de s’imposer en République fédérale lorsque les discussions sur le collège polyvalent regroupant les trois filières du premier et du second cycle (Gesamtschule) furent lancées outre-Rhin. Les partisans ouest-allemands de ce modèle étaient bien inspirés d’éviter toute référence à l’école de la RDA80. Les modèles internationaux évoqués étaient le collège unique suédois, la comprehensive school anglaise et la High School américaine. Parce que l’« école unique » est-allemande menaçait, précisément, d’être utilisée – non sans efficacité – à des fins d’agitation par les opposants ouest-allemands à la Gesamtschule, ses partisans devaient tout faire pour ne pas être mis dans le même panier que l’école de la RDA. Les chances en matière de formation offertes temporairement aux enfants d’ouvriers dans le cadre du système éducatif est-allemand n’étaient guère à même de faire des étincelles dans le débat ouest-allemand autour de la Gesamtschule, même si les résultats disponibles allaient, dans un premier temps, tout à fait dans le sens du principal objectif présidant à nombre de réformes du système éducatif, l’« égalité des chances proportionnelle » (c’est-à-dire un accès à la formation reflétant la stratification sociale de l’ensemble de la population). À Berlin-Ouest où, au milieu des années 1960, une direction des affaires scolaires ouest-allemande élabora pour la première fois un profil conceptuel de ce nouveau modèle du collège intégré (Integrierte Gesamtschule), un projet de 1965 expliquait que l’école unique (Einheitsschule) communiste avait « largement renoncé à la liberté et au respect de l’individualité de l’élève au profit d’objectifs idéologiques », et que par conséquent, il n’était « plus possible aujourd’hui d’utiliser le concept d’école unique (Einheitsschule) dans le contexte du système éducatif d’une société libre ». L’école nouvelle, dont l’objectif était d’insister sur l’individualité de l’élève, porterait donc nécessairement un autre nom, celui, justement, de collège polyvalent (Gesamtschule)81. La commission en charge de l’éducation à la Chambre berlinoise des députés se convainquit à l’occasion d’un voyage d’étude en Angleterre et en Scandinavie que la généralisation du collège polyvalent (Gesamtschule) était une tendance propre à l’Europe de l’Ouest et ne se limitait donc pas à l’Est82. À Berlin notamment, où la politique éducative est-allemande était suivie plus attentivement qu’ailleurs, la reprise d’éléments, même partiels, de l’évolution de l’école en RDA pouvait difficilement jouir d’une image positive dans la mesure où une partie non négligeable des enseignants et des cadres de la direction des affaires scolaires étaient des « réfugiés de la République » ayant fui l’Est pour venir s’installer à Berlin-Ouest83.

Conclusion

28Il est certain que les éléments fondateurs du système scolaire ouest-allemand – si l’on inverse la perspective de la question débattue en République fédérale – avaient encore moins de chances d’exercer une influence quelconque en RDA. Si l’on tire, pour conclure, le bilan de la période allant de la construction du Mur au milieu des années 1970, on observe un modèle d’évolution inverse dans les deux systèmes éducatifs. Face à la généralisation plus précoce et plus énergique de l’accès à l’enseignement en RDA, la République fédérale s’engagea avec du retard dans le « boom de l’éducation ». Tandis qu’ensuite, au cours des années 1970, se dessinaient dans le système éducatif de l’est de l’Allemagne des processus de fermeture induits par la prépondérance de paramètres économiques et politiquement dictés par le parti, les portes étaient désormais plus largement ouvertes en République fédérale pour répondre aux aspirations sociales en matière de formation sans que des critères relatifs à des besoins d’ordre économique aient un rôle réel à jouer. Dans l’histoire des relations interallemandes, il est difficile de déterminer dans quelle mesure la perception de l’autre s’est avérée, pour chacun des deux États, à même de motiver le développement de son propre système éducatif. Comparativement, la RDA a accordé nettement plus d’attention au système éducatif ouest-allemand, alors même que – ou plutôt parce que – elle lui attribuait, de manière caricaturale, un retard désespéré, et servait ainsi, par la confrontation contrastive des deux systèmes, sa propre légitimation. Inversement, il n’était pas rare que la République fédérale reconnaisse à la RDA une certaine avance dans son processus de modernisation, qui pouvait tout à fait être compris comme une mise en garde et un appel à l’intensification des efforts ouest-allemands – ce qui, du reste, ne changeait rien au fait que la comparaison interallemande n’avait qu’une valeur limitée et que la plupart des critiques, dans les années 1960, s’inquiétaient bien plus du retard de la République fédérale par rapport aux pays industriels leaders de l’hémisphère occidental.

Notes

1 Hans Schuster, « Ulbrichts neues Schulprogramm vergrößert die Kluft », in : Süddeutsche Zeitung, 21 novembre 1959.

2 Cf. Friedrich Edding, Ökonomie des Bildungswesens. Lehren und Lernen als Haushalt und als Investition, Fribourg/Br., 1963, pp. 349 – 380 ; Id., « Die Anstrengungen im Bildungswesen – ein internationaler Vergleich », in : Hermann Röhrs (éd.), Erziehungswissenschaft und Erziehungswirklichkeit, Francfort/M., 1964, pp. 408 – 418 ; cf. aussi Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, 2006, pp. 241s.

3 Hermann Gross, Internationaler Wettbewerb in Wissenschaft und Bildungswesen zwischen West und Ost, Essen-Bredeney 1960 ; Leonhard Froese, Rudolf Haas, Oskar Anweiler, Bildungswettlauf zwischen West und Ost, Fribourg/Br., Bâle, Vienne, 1961 ; Hartmut Vogt, Bildung für die Zukunft. Entwicklungstendenzen im deutschen Bildungswesen in West und Ost, Göttingen, 1967, p. 8 ; cf. aussi Oskar Anweiler, « Bildungswettstreit zwischen West und Ost – Schlagwort und Realität », in : Die Deutsche Schule, 58 (1966), pp. 721 – 729.

4 Dominik Boronowski, Wo fällt die Entscheidung des kalten Krieges ? Erziehung und Bildung in West und Ost, Cologne, s.d. ; cf. aussi Olaf Bartz, Der Wissenschaftsrat. Entwicklungslinien der Wissenschaftspolitik in der Bundesrepublik Deutschland 1957 – 2007, Stuttgart, 2007, p. 24.

5 Cf. Wolfgang Mitter, « Schulreform in Osteuropa », in : Enzyklopädie Erziehungswissenschaft, vol. 8 : Erziehung im Jugendalter – Sekundarstufe I., édité par Ernst-Günter Skiba, Christoph Wulf et Konrad Wünsche, Stuttgart, 21993, pp. 356 – 372 ; cf. aussi Hartmut Kaelble, Sozialgeschichte Europas. 1945 bis zur Gegenwart, Munich, 2007, pp. 402s.

6 Cf. par ex. : Erhart Mühlberger, « Die Anstrengungen der Sowjetunion für ihr Bildungswesen », in : Die Deutsche Schule, 52 (1960), pp. 250 – 262 ; Raymond Poignant, L’enseignement dans les pays du Marché Commun. Étude comparative sur l’organisation et l’état de développement de l’enseignement dans le pays du Marché Commun, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en U.R.S.S., Paris, 1965.

7 Hellmut Becker, « Forderungen an unser Bildungssystem. Schule, Hochschule, Volkshochschule und Gesellschaft », in : Id., Bildung zwischen Plan und Freiheit, Stuttgart, 1957, pp. 20 – 53, ici p. 51 ; cf. aussi : « Ost-West-Konflikt im Bildungswesen », in : Frankfurter Rundschau, 1er septembre 1969 ; vgl. zum Topos vom Wettstreit der Systeme im Bildungswesen Arthur Haernden, Bildungspolitik in der BRD und DDR, Düsseldorf, 1973, pp. 118s.

8 Jürgen Beckelmann, « Und hierzulande ? Die dritte Hochschulreform », in : Stuttgarter Zeitung, 4 mars 1969.

9 Cf. Christoph Klessmann, « Konturen einer integrierten Nachkriegsgeschichte », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 18/19 (2005), pp. 3 – 11.

10 Joachim S. Hohmann, « Wenn sie dies lesen, bin ich schon auf dem Weg in den Westen. ›Republikflüchtige‹ DDR-Lehrer in den Jahren 1949 – 1961 », in : Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 45 (1997), pp. 311 – 330 ; Gert Geissler, Geschichte des Schulwesens in der Sowjetischen Besatzungszone und in der Deutschen Demokratischen Republik 1945 bis 1962, Francfort/M., 2000, pp. 503ss.

11 Ce qui suit s’appuie sur : Arnd Bauerkämper, Martin Sabrow, Bernd Stöver, « Die doppelte deutsche Zeitgeschichte », in : Id. (éd.), Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche Beziehungen 1945 – 1990, Bonn, 1998, pp. 9 – 16, ici p. 15.

12 Essentiel pour la comparaison inter-allemande dans le domaine éducatif : Materialien zur Lage der Nation : Vergleich von Bildung und Erziehung in der Bundesrepublik Deutschland und in der Deutschen Demokratischen Republik, Cologne, 1990 ; cf. également les premières tentatives de comparaison chez Hearnden, Bildungspolitik (note 7) ; Id., « Inter-German Relations and Education Policy », in : Comparative Education, 9 (1973), pp. 3 – 16 ; essentiel également Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, vol. VI : 1945 bis zur Gegenwart. Erster Teilband : Bundesrepublik Deutschland, édité par Christoph Führ et Carl-Ludwig Furck, Munich, 1998 ; Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, vol. VI : 1945 bis zur Gegenwart. Zweiter Teilband : Deutsche Demokratische Republik und neue Bundesländer, édité par Christoph Führ, Carl-Ludwig Furck, Munich, 1998 ; Oskar Anweiler et al. (éd.), Bildungspolitik in Deutschland 1945 – 1990. Ein historisch-vergleichender Quellenband, Opladen, 1992 ; cf. également les chapitres consacrés à la politique éducative d‘Oskar Anweiler dans « Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945 », 11 vol., Baden-Baden, 2001 – 2008 ; études comparatives également chez Gert Geissler, « Bildungs-und Schulpolitik », in : Clemens Burrichter, Detlef Nakath, Gerd-Rüdiger Stephan (éd.), Deutsche Zeitgeschichte von 1945 bis 2000. Gesellschaft – Staat – Politik. Ein Handbuch, Berlin, 2006, pp. 911 – 946 ; Hans-Georg Herrlitz et al., Deutsche Schulgeschichte von 1800 bis zur Gegenwart. Eine Einführung, Weinheim, Munich, 2005, chapitres 9 – 11 ainsi que le chapitre rédigé par Jürgen Baumert, « Grundlegende Entwicklungen im allgemeinbildenden Schulwesen in Ost-und Westdeutschland », in : Arbeitsgruppe Bildungsbericht am Max-Planck-Institut für Bildungsforschung : Das Bildungswesen in der Bundesrepublik Deutschland. Struktur und Entwicklung im Überblick, Reinbek bei Hamburg, 1997, pp. 178 – 291.

13 Cf. pour les racines les plus anciennes, Helmut Sienknecht, Der Einheitsschulgedanke. Geschichtliche Entwicklung und gegenwärtige Problematik, Weinheim, Berlin, Bâle, 1968.

14 Geissler (note 10), pp. 85ss. ; cf. aussi Oskar Anweiler, Schulpolitik und Schulsystem in der DDR, Opladen, 1988 ; Dietmar Waterkamp, Handbuch zum Bildungswesen der DDR, Berlin, 1987.

15 Jürgen Raschert, « Bildungspolitik im kooperativen Föderalismus. Die Entwicklung der länderübergreifenden Planung und Koordination des Bildungswesens in der Bundesrepublik Deutschland », in : Max-Planck-Institut für Bildungsforschung : Bildung in der Bundesrepublik Deutschland, vol. 2, Stuttgart, 1980, pp. 103 – 215 ; Ludwig von Friedeburg, Bildungsreform in Deutschland. Geschichte und gesellschaftlicher Widerspruch, Francfort/M., 1992 ; Klaus Hüfner, Jens Naumann, Konjunkturen der Bildungspolitik in der Bundesrepublik Deutschland, vol. I : Der Aufschwung (1960 – 1967), Stuttgart, 1977 ; Klaus Hüfner et al., Hochkonjunktur und Flaute : Bildungspolitik in der Bundesrepublik Deutschland 1967 – 1980, Stuttgart, 1986.

16 Cf. Gert Geissler, Schulreform von oben. Bemerkungen zum schulpolitischen Herrschaftssystem in der SBZ/DDR, in : Erinnerung für die Zukunft II. Das DDR-Bildungssystem als Geschichte und Gegenwart, Ludwigsfelde-Struveshof, 1997, pp. 49 – 60.

17 Intéressant, de ce point de vue également, concernant la modernisation interne du type d’école du lycée (Gymnasium) : Torsten Gass-Bolm, Das Gymnasium 1945 – 1980. Bildungsreform und gesellschaftlicher Wandel in Westdeutschland, Göttingen, 2005.

18 Document 135 et 199 in : Siegfried Baske, Martha Engelbert (éd.), Zwei Jahrzehnte Bildungspolitik in der Sowjetzone Deutschlands, Berlin, 1966.

19 Helmut Köhler, Gerhard Schreier, « Statistische Grunddaten zum Bildungswesen », in : Materialien zur Lage (note 12), pp. 112 – 155, ici p. 130. Jusqu’en 1983, il existait toutefois également en RDA, dans le cadre de la 9e et de la 10e année scolaire, des classes préparatoires réservées aux élèves destinés à rejoindre les EOS, ainsi que, dans une moindre mesure, des classes et des écoles spéciales pour les enfants particulièrement doués. L’uniformité de l’école est-allemande se voyait donc relativisée par ces éléments de différenciation.

20 Oskar Anweiler, « Bildungspolitik », in : Geschichte der Sozialpolitik seit 1945, vol. 6 : Bundesrepublik Deutschland 1974 – 1982 : Neue Herausforderungen, wachsende Unsicherheiten, édité par Martin H. Geyer, Baden-Baden, 2008, pp. 693 – 731, ici p. 707 ; Jürgen Baumert, Jürgen Raschert, « Gesamtschule », in : Enzyklopädie Erziehungswissenschaft, vol. 8 : Erziehung im Jugendalter – Sekundarstufe I, édité par Ernst-Günter Skiba, Christoph Wulf, Konrad Wünsche, Stuttgart, 21993, pp. 228 – 269 ; Achim Leschinsky, Karl Ulrich Mayer, « Comprehensive Schools and Inequality of Opportunity in the Federal Republic of Germany », in : Id. (éd.), The Comprehensive School Experiment Revisited : Evidence from Western Europe, Francfort/M., 21999, pp. 13 – 40.

21 Köhler, Schreier (note 19), p. 131.

22 Oskar Anweiler, « Grundzüge der Bildungspolitik und der Entwicklung des Bildungswesens seit 1945 », in : Materialien zur Lage (note 12), pp. 11 – 33, ici p. 17 ; Herrlitz (note 12), pp. 164ss.

23 À la fin des années 1970, la prolongation de la Hauptschule à dix années de scolarité n’existait qu’à Berlin ; cf. Arbeitsgruppe am Max-Planck-Institut für Bildungsforschung : Das Bildungswesen in der Bundesrepublik Deutschland, Reinbek, 1979, p. 127.

24 Gero Lenhardt, Manfred Stock, Bildung, Bürger, Arbeitskraft. Schulentwicklung und Sozialstruktur in der BRD und der DDR, Francfort/M., 1997, p. 147 ; Gerhard Schreier, Förderung und Auslese im Einheitsschulsystem. Debatten und Weichenstellungen in der SBZ/DDR 1946 bis 1989, Cologne, Weimar, Vienne, 1996, pp. 244s.

25 Christoph Führ, « Schulpolitik in Hessen », in : Bernd Heidenreich, Konrad Schacht (éd.), Hessen. Gesellschaft und Politik, Stuttgart, Berlin, Cologne, 1995, pp. 157 – 177, ici pp. 161s.

26 Alfons O. Schorb, « Entwicklungen im Schulwesen eines Flächenstaates am Beispiel Bayern », in : Max-Planck-Institut für Bildungsforschung, Bildung in der Bundesrepublik Deutschland, vol. 2, Stuttgart, 1980, pp. 760 – 816, ici p. 779.

27 Winfried Müller, Ingo Schröder, Markus Mösslang, « ›Vor uns liegt ein Bildungszeitalter‹. Umbau und Expansion – das bayerische Bildungssystem 1950 bis 1975 », in : Thomas Schlemmer, Hans Woller (éd.), Bayern im Bund, vol. 1 : Die Erschließung des Landes 1949 bis 1973, Munich, 2001, pp. 273 – 355, ici pp. 277ss. ; Hubert Buchinger, Volksschule und Lehrerbildung im Spannungsfeld politischer Entscheidungen 1945 – 1970, Munich, 1975, p. 388.

28 Arbeitsgruppe Bildungsbericht (note 23), pp. 212ss., 487s. et 494ss.

29 Cf. Ralph Jessen, « Zwischen Bildungsökonomie und zivilgesellschaftlicher Mobilisierung. Die doppelte deutsche Bildungsdebatte der sechziger Jahre », in : Hans-Gerhard Haupt, Jörg Requate (éd.), Aufbruch in die Zukunft. Die 1960er Jahre zwischen Planungseuphorie und kulturellem Wandel. DDR, CSSR und Bundesrepublik Deutschland im Vergleich, Weilerswist, 2004, pp. 209 – 231, ici pp. 224ss. ; Wilfried Rudloff, « Bildungsplanung in den Jahren des Bildungsbooms », in : Matthias Frese, Julia Paulus, Karl Teppe (éd.), Demokratisierung und gesellschaftlicher Aufbruch. Die sechziger Jahre als Wendezeit der Bundesrepublik, Paderborn, 2003, pp. 259 – 282.

30 Cf. Helmut Köhler, Manfred Stock, Bildung nach Plan ? Bildungs-und Beschäftigungssystem in der DDR 1949 bis 1989, Opladen, 2004, p. 97.

31 Cf. dans une perspective comparatiste Rainer Geissler, « Entwicklung der Sozialstruktur und Bildungswesen », in : Materialien zur Lage (note 12), pp. 83 – 111 ; Id., Die Sozialstruktur Deutschlands. Zur gesellschaftlichen Entwicklung mit einer Zwischenbilanz zur Vereinigung, Opladen,2 1996, pp. 249 – 274.

32 Michael C. Schneider, Bildung für neue Eliten. Die Gründung der Arbeiter- und Bauern-Fakultäten in der SBZ/DDR, Dresde, 1998 ; Ingrid Miethe, Bildung und soziale Ungleichheit. Möglichkeit und Grenzen gegenprivilegierender Bildungspolitik, Opladen, Farmington Hills, 2007.

33 Köhler, Stock (note 30), pp. 35s. ; document 169, in : Baske, Engelbert (note 18), ici p. 254.

34 Heike Solga, Bildungschancen in der DDR, in : Sonja Häder, Heinz-Elmar Tenorth, Bildungsgeschichte einer Diktatur. Bildung und Erziehung in SBZ und DDR im historischgesellschaftlichen Kontext, Weinheim, 1997, pp. 275 – 294 ; Lenhardt, Stock (note 24), pp. 159ss. L’« intelligentsia socialiste » – qui remplaçait l’intelligentsia bourgeoise traditionnelle – désignait en RDA la nouvelle classe de fonctionnaires, issue de l’université, qui avait vu le jour suite aux mesures prises dans les années cinquante afin d’opérer la transformation des élites.

35 Cf. Hans-Werner Fuchs, Gymnasialbildung im Widerstreit. Die Entwicklung des Gymnasiums seit 1945 und die Rolle der Kultusministerkonferenz, Francfort/M., 2004.

36 Le terme « dual » était toutefois évité en RDA, cf. Dietmar Waterkamp, « Berufsbildung », in : Führ, Furck, Handbuch, VI/2 (note 12), pp. 257 – 279, ici p. 257.

37 A ce sujet et avec d’autres exemples, cf. Wolfgang Mitter, « Wandel und Kontinuität im Bildungswesen der beiden deutschen Staaten », in : Id., Schulen zwischen Reform und Krise. Zu Theorie und Praxis der vergleichenden Bildungsforschung, Cologne, Vienne, 1987, pp. 277 – 294, ici pp. 283ss. ; cf. aussi Heinz-Elmar Tenorth, « Die Bildungsgeschichte der DDR – Teil der deutschen Bildungsgeschichte ? » in : Häder, Tenorth (note 34), pp. 69 – 96, ici pp. 80s. ; Zymek souligne l’évolution du système scolaire de RDA dans celle, continue, du système scolaire allemand au 20e siècle et se positionne contre la thèse de la rupture de tradition prônées par les directives officielles est-allemandes : Bernd Zymek, « Die DDR – ein Sonderfall in der deutschen Bildungsgeschichte ? », in : Erinnerung für die Zukunft II (note 16), pp. 29 – 35 ; Id., « Die Schulentwicklung in der DDR im Kontext einer Sozialgeschichte des deutschen Schulsystems. Historisch-verleichende Analyse lokaler Schulangebotsstrukturen in Mecklenburg und Westfalen, 1900 – 1990 », in : Häder, Tenorth (note 34), pp. 25 – 53.

38 Vermerk V A/Magdeburg 7.2.1967 über einen Vortrag von Dr. Artur Meier am 1.2.1967 in Berlin, Landesarchiv Berlin, B Rep. 015, Nr. 445.

39 Cf. par ex. « Diskussion in Potsdam. Westdeutsche Lehrer besuchen die Pädagogische Hochschule », in : Deutsche Lehrerzeitung, 3 (15.1.1960) ; un autre exemple est la rencontre de pédagogues est-et ouest-allemands du 15 au 17 juin 1962 à Naumburg, cf. den Bericht des Rats des Bezirks Halle an das Ministerium für Volksbildung, 25.7.1962, BArch, DR 2, Nr. 7416 ; des contacts isolés de ce type avec des interlocuteurs choisis à l’ouest continuaient donc d’avoir lieu y compris après la construction du Mur.

40 Cf. les remarques de Oskar Anweiler, « Bildungspolitik », in : Geschichte der Sozialpolitik seit 1945, Bd. 9 : Deutsche Demokratische Republik 1961 – 1971. Politische Stabilisierung und wirtschaftliche Mobilisierung, édité par Christoph Klessmann, Baden-Baden, 2006, pp. 561 – 608, ici p. 607 ; Id., « Bildungspolitik und Bildungsforschung im geteilten Deutschland », in : Gisela Helwig (éd.), Rückblicke auf die DDR, Cologne, 1995, pp. 97 – 103, ici p. 98.

41 Wolfgang Reischock, « Osmose pädagogischen Denkens. Erfahrungen aus der pädagogischen Forschung und Publizistik », in : Dietrich Hoffmann, Karl Neumann (éd.), Erziehung und Erziehungswissenschaft in der BRD und der DDR, vol. 2 : Divergenzen und Konvergenzen (1965 – 1989), Weinheim, 1995, pp. 65 – 79, ici p. 70.

42 Cf. MfV, Abt. Internationale Verbindungen : Bericht über eingeleitete Maßnahmen zur Verwirklichung der Richtlinie des Zentralkomitees der SED vom 5. April 1967 et le Ministerratsbeschluss vom 18. Mai 1967, 18.10.1967, BArch, DR 2, Nr. 25844 ; cf. aussi MfV, Abt. Internationale Verbindungen : Schlussfolgerungen für die Führung der Westarbeit auf dem Gebiet der Volksbildung im Jahre 1969, BArch, DR 2, Nr. 7964, ff. 29 – 34, mentionnant qu’il « n’est plus possible, étant donné le nouveau contexte de subversion politique croissance de la part de l’adversaire, de maintenir des contacts avec l’Allemagne de l’ouest et Berlin-Ouest tels qu’ils existaient jusqu’à présent ».

43 Ministerium für Volksbildung : Diskussionsgrundlage zur Verbesserung der Arbeit nach Westdeutschland [1960], BArch, DR 2, Nr. 4722 ; Einschätzung der Arbeit nach Westdeutschland auf schulpolitischem und pädagogischem Gebiet und die sich ergebenden Schlussfolgerungen (Entwurf), ibid. ; Offener Brief an die Lehrer und Erzieher in Westdeutschland [1960], BArch, DR 2, Nr. 7411 ; Niederschrift der aus Anlass des ›Offenen Briefs‹ veranstalteten Pressekonferenz im Deutschen Pädagogischen Zentralinstitut vom 15.12.1960, BArch, DR 2, Nr. 7414 ; cf. Jochen Staadt, Die geheime Westpolitik der SED 1960 – 1970. Von der gesamtdeutschen Orientierung zur sozialistischen Nation, Berlin, 1993.

44 Wolfgang Kopitzsch, Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft (GEW) 1947 – 1975. Grundzüge ihrer Geschichte, Heidelberg, 1983, p. 244 ; pour le cas exceptionnel d’un cercle de pédadogues de l’Est et de l’Ouest proches de la RDA dans une pensée panallemande, voir Peter Dudek, Gesamtdeutsche Pädagogik im Schwelmer Kreis. Geschichte und politischpädagogische Programmatik 1952 – 1974, Weinheim, Munich, 1993.

45 Oskar Anweiler, « Innerdeutsche Beziehungen im Bereich von Bildung und Erziehung », in : Materialien zur Lage (note 12), pp. 671 – 675. Il fallut attendre 1979 pour qu’un secrétaire d’État du ministère fédéral des Affaires culturelles et des Sciences se rende pour la première fois en visite officielle en RDA.

46 Mitter (note 37), pp. 277s.

47 Cf. Hildegard Hamm-Brücher, Aufbruch ins Jahr 2000 oder Erziehung im technischen Zeitalter. Ein bildungspolitischer Report aus 11 Ländern, Reinbek, 1967, pp. 57 – 65 ; Hildegard Hamm-Brücher, « ›Liebe zur Arbeit‹ : Fünf Tage Schulbank, ein Tag Schraubstock », in : Sonntagsblatt, 13 juin 1965.

48 « Reformen an den Schulen der Sowjetzone. Der Unterricht ist zeitgemäß, aber weltanschaulich geprägt », in : Telegraf, 30 avril 1965.

49 Hildegard Hamm-Brücher, « Bildung des Einzelnen entscheidet die Zukunft aller », Referat auf dem XVI. ordentlichen Bundesparteitag der FDP, 22.3.1965, HStASt, Ea 3/505, Nr. 504/2. H. Hamm-Brücher avait eu un entretien, en février 1965, au ministère est-allemand de l’instruction populaire afin de s’informer sur le système scolaire de la RDA et de se procurer de la documentation. cf. Nationalrat : Bericht über ein Gespräch mit Dr. Hildegard Hamm-Brücher, 23.3.1965, BArch, DR 2, Nr. 25846.

50 En 1969, le spécialiste des questions d’éducation Leonhard Froese, membre du parti libéral FDP, utilise, dans le cadre du « Conseil scientifique » du Land, la politique éducative de la RDA pour illustrer, par contraste, les déficits accumulés par la République fédérale dans ce domaine et constater que les dirigeants de la RDA ont à l’évidence, en matière de politique éducative, mieux su identifier les « signes du temps » et les traduire dans la pratique que la République fédérale, cf. Leonhard Froese, Bildungspolitik und zweite industrielle Revolution (Forschungsrat des Landes Hessen), Bad Homburg, Berlin, Zürich, s.d. [1969], pp. 9 – 22, ici pp  15s.

51 Georg Wadehn, « Schule im Aufbruch. Das neue sozialistische Bildungssystem der Sowjetunion », in : Vorwärts, 29 septembre 1965.

52 « Bildungsideal und Planwirtschaft. Grundzüge des ›einheitlichen sozialistischen Bildungssystems‹. Volkskammer verabschiedet neues Gesetz », in : Die Welt, 2 mars 1965.

53 Aktennotiz über eine Beratung bei Gen. Prof. Hager im ZK der SED am 23.2.1959, doc. 63, in : Gert Geissler, Falk Blask, Thomas Scholze, Schule : Streng vertraulich ! Die Volksbildung der DDR in Dokumenten, Berlin, 1996, pp. 137s.

54 Margot Honecker, « Die Aufgaben der pädagogischen Wissenschaft bei der Verwirklichung des einheitlichen sozialistischen Bildungssystems in der Periode des umfassenden Aufbaus des Sozialismus ». Referat auf der Konferenz der Lehrer und pädagogischen Wissenschaftler in Berlin 24. und 25. Mai 1965, in : Id., Zur Bildungspolitik und Pädagogik in der Deutschen Demokratischen Republik. Ausgewählte Reden und Schriften, Berlin, 1986, pp. 49 – 92, ici p. 54.

55 Margot Honecker, « 20 Jahre demokratische Schulreform », in : Neues Deutschland, 9 juin 1966.

56 Cf. Teresa Löwe, « ›… es geht um den Menschen und um die Wahrheit‹. Zur Vorgeschichte von Georg Pichts Notstandsszenario ›Die deutsche Bildungskatastrophe‹ », in : Vorgänge, 42 (2003), pp. 67 – 75.

57 « Permanentes Verbrechen an den Kindern. Notstand des westdeutschen Bildungswesens », in : Neues Deutschland, 3 avril 1969.

58 Deutsches Pädagogisches Zentralinstitut : Die westdeutsche Bildungskrise. Ursachen – Wirkungen – Auswege, Berlin, 1967, citation p. 23.

59 MfV, Abt. Internationale Verbindungen : Schlussfolgerungen für die Führung der Westarbeit auf dem Gebiete der Volksbildung im Jahre 1969, BArch, DR 2, Nr. 7964, ff. 29 – 34. Il faut, pouvait-on lire ici, « encore surmonter, chez quelques rares scientifiques, des conceptions fausses héritées de la période de l’unité allemande, et leur faire prendre conscience du fait que dans le nouveau contexte de subversion politique croissante de la part de l’adversaire, il n’est plus possible de maintenir des contacts avec l’Allemagne de l’Ouest et avec Berlin-Ouest tels qu’ils existaient jusqu’à présent ».

60 Detlef Glowka, « Konvergenztheorie und vergleichende Bildungsforschung », in : Bildung und Erziehung, 24 (1971), pp. 531 – 540 ; Oskar Anweiler, « Von der ›Ostpädagogik‹ zur vergleichenden Bildungsforschung », in : Osteuropa. Zeitschrift für Gegenwartsfragen des Ostens, 21 (1971), pp. 901 – 908.

61 Oskar Anweiler, « Entwicklungstendenzen des Bildungswesens in beiden Teilen Deutschlands », in : Bildung und Erziehung, 20 (1967), pp. 16 – 30, ici pp. 26s.

62 Cf. Heinrich Potthoff, Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1996 bis 1990, Berlin, 1999, pp. 31 – 120 ; Mitter (note 37), pp. 279s.

63 Oskar Anweiler, Das Bildungswesen in der Bundesrepublik und in der Deutschen Demokratischen Republik. Eine vergleichende Untersuchung – Januar 1969, BayHStA, MK 66015.

64 Cf. une position semblable chez Oskar Anweiler, « Strukturprobleme des allgemeinbildenden Schulwesens in der DDR », in : Bildung und Erziehung, 23 (1970), pp. 256 – 270, ici p. 270.

65 Aktenvermerk Ref. A/3, Knauss, für Plenarsitzung der Kultusministerkonferenz am 20./21.3.1969, TOP Gutachten Anweiler, BayHStA, MK 66015.

66 Bayerisches Staatsministerium für Unterricht und Kultus an Sekretariat der Kultusministerkonferenz, 8.4.1969, BayHStA, MK 66015.

67 Carl-Heinz Evers an das Sekretariat der Kultusministerkonferenz, 27.3.1969, BayHStA, MK 66015.

68 Niederschrift über die Sitzung der ad-hoc Redaktionsgruppe » Vergleichende Darstellung des Bildungswesens in beiden Teilen Deutschlands « am 23.4.1969 mit Stellungnahme, BayHStA, MK 66015.

69 Niederschrift über die Sitzung des Interministeriellen Ausschusses für Bildung und Ausbildungsförderung am 23.5.1969, BArch, B 138, Nr. 2922.

70 Les notes du discours du chancelier mentionnait ses réserves, estimant que le rapport donnait l’impression que « l’évolution de la politique éducative se déroulait, dans l’autre partie de l’Allemagne, en fonction d’un plan rationnel et en s’adapter à l’avance aux besoins à venir, tandis qu’en République fédérale, fédéralisme et pluralisme conduisaient à une situation bien peu ordonnée », Referat I/3, RD Dr. Dallinger : Vermerk für die Kabinettssitzung am 2. Juli 1969, BArch, B 138 Nr. 2922.

71 Mitteilung aus dem Kabinettsprotokoll über die 172. Sitzung am 2.7.1969, BArch, B 138, Nr. 2922 ; cf. aussi Sprechzettel des Referats I/3 des Kanzleramtes vom 30.6.1969, ibid.

72 Deutscher Bundestag V. Wahlperiode, Drucksache 4609 : Vergleichende Darstellung des Bildungswesens im geteilten Deutschland, 4.8.1969.

73 Nina Grunenberg, « Hinkend, aber lehrreich », in : Die Zeit, 10 octobre 1969.

74 Oskar Anweiler, « Bildungspolitik », in : Dierk Hoffmann, Michael Schwartz (éd.), Geschichte der Sozialpolitik in Deutschland seit 1945, vol. 8, Baden-Baden, 2004, pp. 555 – 588, ici p. 565.

75 Essentielles, à cet égard, sans toutefois la moindre référence à la RDA : les recommandations sur la mise en place de la nouvelle école élémentaire (Hauptschule) de la Commission allemande pour le système éducatif et de formation, en date du 2 mai 1964, doc. 4.1.7 in : Anweiler et al. (note 12) ; voir aussi Martha Engelbert, « Die Antwort des Westens auf das Anliegen der polytechnischen Erziehung (1960) », in : Oskar Anweiler (éd.), Polytechnische Bildung und technische Elementarerziehung, Bad Heilbrunn/Obb., 1969, pp. 107 – 112.

76 Wolfgang Hörner, « Polytechnischer Unterricht in der DDR und Arbeitslehre in der Bundesrepublik », in : Materialien zur Lage (note 12), pp. 218 – 232, ici p. 225 ; voir aussi Waldemar Nowey, Arbeitslehre im deutschen Schulsystem. Vorberufliche Bildung, Freizeit-und Umwelterziehung im Sekundarschulbereich, Donauwörth, 1975, pp. 47 – 60.

77 Siegfried Baske, « Allgemeinbildende Schulen », in : Führ, Furck, Handbuch, vol. VI/2 (note 12), pp. 159 – 202, ici pp. 174ss.

78 Pour une vue d’ensemble, cf. par exemple « Polytechnische Bildung und Berufserziehung in internationaler Sicht », in : Hermann Röhrs (éd.), Die Bildungsfrage in der modernen Arbeitswelt, Francfort/M., 1963, pp. 459 – 470.

79 Cf. Willi Voelmy, « Polytechnischer Unterricht in der DDR », in : Herwig Blankertz, (éd.), Arbeitslehre in der Hauptschule, Essen, 31969, pp. 117 – 131, ici pp. 121s. ; Anweiler (note 14), p. 59.

80 Cf. Carl-Heinz Evers, Zwischen-Fälle. Begebenheiten aus Schule und Politik, Hambourg, 1998, pp. 215 et 255.

81 Oberschulrat Barth : Einheitsschule und Gesamtschule, 3.6.1965, Landesarchiv Berlin, B Rep. 015, Nr. 678 ; cf aussi Karl-Heinz Füssl, Christian Kubina, « Die Schulentwicklung in Berlin 1948 – 1962 im Spannungsfeld zwischen Ost und West », in : Siegfried Baske (éd.), Bildungspolitische und pädagogische Probleme der Schulentwicklung in der Bundesrepublik Deutschland und der Deutschen Demokratischen Republik, Berlin, 1984, pp. 11 – 37, ici pp. 34s.

82 Fritz Heerwagen, Prüffeld des Neuen. Berlin als Pionier in der Bildungspolitik, Düsseldorf, Vienne, 1966, p. 184.

83 Karl-Heinz Füssl, Christian Kubina, Zeugen zur Berliner Schulgeschichte (1951 – 1968), Berlin, 1981, 31s., 46s., 56 et 65.

Auteur

Rudloff, Wilfried, né en 1960 ; Chercheur à l‘Akademie der Wissenschaften und der Literatur, Mayence.

Béatrice Bonniot (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search