Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

III. Identité, mémoire et culture

Les deux États allemands face au passé nazi et les enjeux de la Guerre froide

Franz Kuhn

Texte intégral

  • 1 On parle aujourd’hui d’une « longue décennie de transition » pour ne pas réduire le changement pol (...)

1On tend à considérer les années 1960 comme une « longue décennie » (« die langen 60er Jahre »), parce qu’elles marquent un tournant important dans l’histoire de la société ouest-allemande. Il s’agit d’une décennie marquée par des protestations estudiantines, expression d’une révolte contre un système politique et un esprit sociétal jugé autoritaire et restaurateur. Ce conflit générationnel et surtout l’année symbolique « 1968 » devinrent par la suite synonymes d’un changement des mentalités et l’expression d’une ouverture et d’une libéralisation de la société ouest-allemande1. On parle souvent, en référence au politologue Richard Löwenthal, d’une « deuxième et véritable phase de création » (« zweite formative Periode ») – qui s’est ensuite traduite par changement politique en 1969.

  • 2 Peter Steinbach, « La fin de la Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des Allemands », in : Step (...)
  • 3 Cf. Peter Steinbach, « Die Ludwigsburger Zentrale Stelle – ein lieu de mémoire der deutschen Verga (...)

2Partant de ce constat, certains historiens considèrent les années 1960 comme une décennie décisive dans la mesure où la deuxième démocratie allemande, la démocratie ouest-allemande, a été rétrospectivement qualifiée de « success story »2. Dans ce contexte, la façon dont les Allemands de l’Ouest ont abordé, depuis la fin des années 1950, la question du passé fait partie intégrante de cette problématique et de ce changement de mentalité3.

3De manière générale, ces aspects participent de réflexions qui ont été longtemps traitées de manière isolée ou qui ont été thématisées dans une perspective purement sociétale. Elles ont été suscitées en RFA exclusivement, sans que ne soit pour autant prise en considération la question de la maîtrise du lourd passé dans les deux États allemands.

  • 4 Cf. à titre d’exemple Jeffrey Herf, Divided Memory. The Nazi Past in the two Germanies, Cambridge/ (...)
  • 5 Cf. Arnd Bauerkämper, « Nationalsozialismus ohne Täter ? Die Diskussion um Schuld und Verantwortun (...)

4Parce que la question du passé commun a été lue à travers le prisme de ce que l’on appelle depuis la chute du Mur et depuis la fin de la deuxième dictature allemande la « double confrontation au passé » (« doppelte Vergangenheitsbewältigung ») elle a donné lieu à des études comparées. Celles-ci ont surtout souligné l’existence d’une différence et d’une concurrence entre les deux systèmes politiques, plus communément désignées par l’expression « division mémorielle »4. Malgré cette scission apparente, de récentes études ont mis en exergue non seulement la présence de similitudes, mais aussi d’interactions entre ces deux États5. Or, ce sont justement ces implications communes qui permettent de traiter cette problématique en la replaçant dans le contexte des processus mémoriels. Il s’agira donc ici d’étudier le thème de la confrontation au passé allemand dans une perspective croisée, afin de dégager les enjeux stratégiques et idéologiques que font apparaître, d’un point de vue méthodologique, une double lecture de l’histoire de la mémoire pendant la période qui s’étend de 1957 à 1974.

5Dans quelle mesure faut-il percevoir la concurrence aux plans politique, identitaire et mémoriel entre les deux États allemands comme un élément qui a pu avoir des impacts particuliers sur la façon dont les autorités politiques ont envisagé la question du passé allemand ? Ce conflit a-t-il accéléré ou retardé les processus mémoriels dans les deux États ?

  • 6 Pour les années 1950, cf. Bernd Faulenbach, « Les deux Allemagnes face à l’héritage national-socia (...)

6Pour répondre à ces questions, il conviendra, dans un premier temps, d’évoquer les politiques mémorielles et la confrontation avec un passé commun dans les années 19506 (1.), pour ensuite se consacrer aux enjeux (et influences) que le passé représentait pour les deux États allemands dans le conflit interallemand (2. et 3.). Ceci nous conduira enfin à nous interroger sur la double notion de « concurrence mémorielle et identitaire », qui semble appropriée pour rendre compte des tensions politiques propres à ce contexte historique (4.).

Politique(s) identitaire(s) et historique(s) – les deux États allemands face à leur passé dans les années 1950

Passé commun et mécanismes de défense

  • 7 De manière générale ce silence s’explique par l’indicibilité des atrocités, mais aussi par l’attit (...)
  • 8 Cf. Annette Weinke, « Alliierter Angriff auf die nationale Souveränität ? Die Strafverfolgung von (...)

7Durant les années 1950, les deux États allemands ont affiché une volonté de tirer un trait sur le passé. Cela correspondait au désir d’une grande partie la population de considérer la guerre ou la période d’occupation comme révolues. Cette population avait été particulièrement marquée par la dénazification, ainsi que par les peines, alors vécues comme des injustices, que les vainqueurs lui avaient infligées. Force est de constater que, durant cette période, les deux États allemands passèrent sous silence autant la douleur des victimes de l’Holocauste que l’horreur des crimes commis. Cette nécessité psychologique de se tourner vers l’avenir se traduisit dans la sphère politique, premièrement, par la réintégration d’anciens nazis dans la société et, deuxièmement, par la volonté d’en terminer rapidement avec le processus de dénazification7. Ainsi les années 1950 furent-elles caractérisées dans les deux Allemagnes par une forte diminution des procès engagés contre les personnes poursuivies pour crimes de guerre8.

  • 9 Cf. Hammerstein (note 5), pp. 26s. ; Simone Barck, « Le discours antifasciste en RDA », in : Cathe (...)

8Les deux États s’efforçaient, l’un comme l’autre, d’offrir à la population une « passerelle d’intégration » dans un nouveau contexte étatique. Dans cette optique, on disculpa de facto la population en excluant le passé nazi des identité(s) nationale(s) et en créant parallèlement des repères historiques auxquels la population devait pouvoir s’identifier sans grande difficulté9.

  • 10 Cf. Sabine Moller, Vielfache Vergangenheit. Öffentliche Erinnerungskulturen und Familienerinnerung (...)

9En RDA, cette transition passa par l’instauration de l’antifascisme en tant que doctrine officielle. Elle correspondait, d’une part, à une rupture avec les traditions étatiques, le régime hitlérien en particulier, lequel était considéré, pour reprendre la théorie de Dimitroff de 1935, comme une « dictature ouvertement terroriste des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins et les plus impérialistes du capital financier ». Mais il faut, d’autre part, y voir la mise en scène d’une continuité historique portée par les leaders politiques dans la lutte contre ce même fascisme. La résistance communiste et antifasciste jouait un rôle particulièrement important, puisqu’elle contribua à forger le mythe fondateur de l’État est-allemand : il s’agissait en effet d’une force intégrative dans la mesure où elle permettait aux Allemands de l’Est de revendiquer le statut de vainqueurs de l’histoire dans un État qui représentait à lui seul les valeurs antifascistes10.

  • 11 Les commémorations demeurent un sujet délicat dans les années 1950. Pourtant, l’esprit antitotalit (...)

10Contrairement à la RDA, la RFA s’inscrivit officiellement et ouvertement dans une continuité étatique en insistant sur le fait qu’elle seule était apte à représenter cette continuité du Reich et de la nation (« Kontinuitätstheorie »). On veilla à ce que la population pût se revendiquer de l’histoire nationale : l’histoire du Second Empire était à ce titre perçue comme un modèle dans la perspective d’une unité allemande. Dès le milieu des années 1950, les dirigeants politiques firent de la Résistance militaire, connue surtout à travers les auteurs de l’attentat du 20 juillet 1944, une référence positive car elle leur permettait de mettre en corrélation les fondements démocratiques de la RFA avec un esprit antitotalitaire qui avait bel et bien existé avant et même durant la période nazie11.

La « concurrence mémorielle » : transfert de culpabilité dans le contexte de la Guerre froide

  • 12 Cf. Hammerstein (note 5), p. 28 ; Moller (note 10), p. 47.

11Ces considérations relatives à l’existence d’une/de « résistance(s) » permettent de montrer que cette confrontation mémorielle et identitaire est le corollaire de ce que l’on nomme le conflit entre les régimes des deux États allemands (« Systemkonflikt »), d’autant que chacun suivait de près les évolutions dans l’autre partie de l’Allemagne. De fait, les deux Allemagnes construisaient leur propre mémoire collective par l’exclusion de « l’autre mémoire », si bien que l’histoire de la Résistance donna bientôt naissance à deux modèles diamétralement opposés. On note néanmoins un paradoxe à ce sujet, puisque l’on s’attacha surtout à souligner la part active que les Allemands avaient prise dans la Résistance. Ainsi, il semble qu’une forme de « hiérachie des vicitimes »12 ait été instaurée.

  • 13 Cf. Hammerstein (note 5), p. 28.

12Le passé et la mémoire étaient donc instrumentalisés à des fins politiques, au point que l’on s’en servit pour jeter l’opprobre sur l’autre partie de l’Allemagne : la RDA voyait dans la thèse de la continuité une absence de rupture avec le fascisme qui aurait caractérisé la politique en RFA. La politique d’intégration à l’Ouest a souvent été présentée comme une politique menée sous couvert d’impérialisme à l’américaine. A contrario, l’antifascisme déjà revendiqué par les communistes allemands prônant la lutte des classes pendant la République de Weimar, servait à légitimer l’engagement est-allemand contre le fascisme et le rejet du système allemand en tant que représentant un danger pour le monde. Il en résultait que la question de la culpabilité n’avait prétendument pas lieu d’être posée, ni pour l’appareil étatique, ni pour la population de RDA – cette responsabilité incombant de facto à la RFA13.

  • 14 Cf. ibid., p. 27.

13Celle-ci voyait par ailleurs dans l’existence de la RDA sur le sol allemand la continuité d’un régime totalitaire, ce qui signifiait concrètement qu’elle supprimait toute démarcation conceptuelle et historique entre les régimes hitlérien et stalinien. Elle soutenait, de plus, que les dirigeants du SED empêchaient une partie de la population de s’exprimer librement en faveur de la réunification : le SED réprimait les mouvements de contestation, tels qu’ils s’étaient manifestés en 1953. En somme, la RFA rendait la RDA responsable de la division, tout en lui déniant la capacité de représenter la volonté démocratique et nationale du peuple allemand14.

Les enjeux d’une confrontation avec le passé allemand pour l’image des deux États allemands sur la scène internationale

  • 15 Cf. Constantin Goschler, Schuld und Schulden. Die Politik der Wiedergutmachung für NS-Verfolgte se (...)

14Si la RDA se définissait comme un État antifasciste qui avait soigneusement appliqué les objectifs des Accords de Potsdam concernant la dénazification, et se présentait comme la seule « autre Allemagne », parce qu’en rupture avec le passé, cela implique qu’elle se délestait du poids de la culpabilité. Consciente du grand nombre de victimes qu’avait fait la lutte contre le nazisme, la RDA faisait désormais figure de rempart contre le fascisme. Par conséquent, elle invita les divers pays et associations internationales qui lui réclamaient dédommagements et indemnisations à s’adresser à la RFA qui, elle, s’inscrivait ouvertement dans la continuité du Reich15.

  • 16 Cf. ibid., p. 309.

15Et de fait, la politique de réparation et d’indemnisation des victimes (« Wiedergutmachung ») était l’un des piliers de la stratégie d’intégration à l’Ouest de la RFA, ainsi que de son retour parmi les « peuples civilisés ». Il s’agissait plus précisément de faire que la jeune démocratie allemande inspire confiance à l’étranger, ce qui passait par la reconnaissance de la responsabilité financière des crimes qui avaient été commis au nom du peuple allemand. Il convient néanmoins de souligner que cette politique était également un moyen de résoudre la question allemande et de conférer à la RFA le droit de représenter l’Allemagne dans son ensemble. En d’autres termes : il s’agissait de faire entrave au processus de reconnaissance internationale auquel aspirait la RDA. Ainsi, seuls les États qui n’entretenaient pas de relations avec la RDA pouvaient prétendre à des indemnités. La politique de « Wiedergutmachung » faisait donc aussi partie intégrante de la « doctrine Hallstein »16.

La RDA ou l’instrumentalisation du passé à des fins d’auto-représentation

Raisons et motivations intérieures et extérieures

16Lorsque le SED décida en 1957 de lancer une série de campagnes de diffamation contre la RFA, son but était de détruire la nouvelle image positive que la RFA essayait d’acquérir sur la scène internationale grâce à la politique de « Wiedergutmachung » qu’elle mena durant les années 1950. Cette campagne visait à démontrer que la RFA avait procédé à la réintégration systématique d’anciens nazis, y compris à des postes de haute-responsabilité, et qu’elle devait par conséquent être considérée comme un haut lieu du fascisme.

  • 17 Pour les raisons et le déroulement des campagnes est-allemandes, cf. Michael Lemke, « Instrumental (...)
  • 18 Cf. ibid., pp. 62s.

17Toutefois, les raisons de cette campagne étaient plus variées17 : au plan intérieur, le SED se voyait exposé à de graves problèmes de légitimation à la fin des années 1950. La direction du parti avait promis à la population qu’elle parviendrait à concurrencer la RFA tant au plan économique que social. Or, ces objectifs se révélèrent bientôt irréalistes, et la RDA subit à la fin des années 1950 des vagues d’exode vers l’Ouest. De telles campagnes, qui visaient à mettre en lumière le manque d’éthique dont faisait preuve le gouvernement de RFA, servaient donc certainement à masquer des problèmes de politique intérieure, tout en insistant dans le même temps sur la nature morale des fondements de l’État de RDA18.

  • 19 Cf. Michael Lemke, « Les relations extérieures de la RDA de 1949 à 1966. Principes, fondements, cé (...)

18Au plan de la « politique étrangère », la RDA bénéficiait depuis 1956/57 d’une plus grande marge de manœuvre : depuis l’élaboration de la théorie des deux États allemands (« Zweistaatentheorie »), en 1955, l’URSS opta pour un statu quo, permettant ainsi à la RDA de se définir comme un « véritable » deuxième État allemand. Ceci permit à la RDA de mener à son tour une politique qui tendait à lui garantir une reconnaissance internationale à deux niveaux : il s’agissait d’asseoir sa propre position, d’une part, au sein de la communauté internationale, en se présentant comme une véritable alternative à la RFA et, d’autre part, au sein du bloc soviétique, en s’inscrivant dans une dynamique d’affaiblissement de l’alliance occidentale et du statut de la RFA en particulier19.

19Les événements de la fin des années 1950 allaient en outre contribuer à l’instrumentalisation à des fins politiques du passé nazi. La RFA fut en quelque sorte rattrapée par son passé : une série de scandales permirent en effet d’établir que bon nombre d’anciens nazis ou de criminels de guerre pouvaient prétendre ouvertement à une réintégration dans la société ouest-allemande en faisant appel à la justice. Outre les crimes de guerre, on s’apercevait que des crimes contre l’humanité, tels les massacres perpétrés en Europe orientale, avaient jusque-là presque totalement échappé à la juridiction ouest-allemande. On soupçonna donc cette justice de ne pas user de tous les moyens dont elle disposait pour faire comparaître les auteurs de telles exactions. A l’issue du premier grand procès contre des membres des Einsatzgruppen, qui se tint à Ulm en 1958, on estima, au vu des sanctions prononcées, que la justice avait fait preuve d’une trop grande clémence, ce qui suscita de vives critiques.

  • 20 Bauerkämper (note 5), pp. 236s.

20Plus encore que ces omissions judiciaires, une vague d’actes antisémites, dont le point d’orgue fut la profanation de la synagogue de Cologne à Noël 1959, secoua la société ouest-allemande. Que les auteurs de ces actes fussent principalement des jeunes déclancha de véritables débats, et d’aucuns se lancèrent dans de longues diatribes à l’étranger20.

« L’autre Allemagne » : véritable investigatrice des crimes nazis. Histoire d’une mise en scène

  • 21 Cf. Moller (note 10), p. 48.

21Le passé nazi était donc plus que jamais à l’ordre du jour en RFA à la fin des années 1950. Ce contexte était favorable à la RDA dans la mesure où elle mettait en place une politique de propagande autour des polémiques sur la gestion judiciaire des crimes nazis commis en Europe orientale. Il n’est donc guère étonnant que la justice ouest-allemande ait, dans un premier temps, fait l’objet de critiques provenant d’Allemagne de l’Est. Lors d’une conférence de presse internationale, en mai 1957, on présenta à Berlin-Est la publication d’une brochure comportant une liste de 118 juges et procureurs ouest-allemands qui avaient officié sous le régime hitlérien. L’objectif de telles mises en scène est évident : un grand nombre de juges s’étant compromis sous le Troisième Reich, on pensait pouvoir remettre en cause l’objectivité de la juridiction ouest-allemande, tandis que la RDA en devenait de facto la seule garante. Or, c’est justement ce principe qui fondait sa propre légitimité : elle se présentait donc comme précurseur et défenseur du droit international, avançant à cet effet que les processus de dénazification y avaient été menés à terme et qu’ils l’avaient été, de surcroît, dans le respect des accords de Potsdam21.

22Cette tactique devint plus évidente encore lorsque l’on décida de s’attaquer aux personnalités occupant des postes à haute-responsabilité. Il est vrai que l’on pouvait assez facilement désigner les hommes politiques ouest-allemands dont le passé ne semblait irréprochable. C’est pourquoi on procéda à d’autres campagnes de diffamation. Elles étaient, en règle générale, orchestrées de la même manière : des conférences de presse devant des journalistes ouest-allemands et internationaux faisaient place à des simulacres de procès en RDA ; procès qui débouchaient sur des condamnations par contumace.

23Ainsi fut lancée en 1959 la campagne médiatique contre Theodor Oberländer, alors ministre des expulsés du gouvernement Adenauer. Oberländer était une cible idéale, car Adenauer connaissait les zones d’ombre que laissait apparaître son passé : le gouvernement fédéral se vit reprocher de protéger systématiquement d’anciens nazis en leur confiant des postes importants. Grâce à des notes personnelles d’Oberländer, la RDA s’attacha à faire la preuve de sa participation à des massacres qui avaient eu lieu en Pologne en 1941. Ces révélations ne restèrent pas sans conséquences, Oberländer dut faire face à de violentes accusations en RFA avant de demander une retraite anticipée. La justice est-allemande ouvrit malgré tout un simulacre de procès à l’issue duquel Oberländer fut condamné en avril 1960 à la prison à perpétuité.

24Certainement encouragé par l’intérêt médiatique que suscita cette campagne en RFA et dans la presse internationale, le SED préparait déjà en coulisses une nouvelle campagne : Hans Globke, secrétaire d’État et proche conseiller d’Adenauer, en était cette fois la cible. Globke avait reconnu qu’il avait, parmi d’autres, rédigé un commentaire sur les lois de Nuremberg, soulignant toutefois qu’il avait tenté d’en influencer positivement les interprétations. Il avait déjà fait l’objet de vives discussions en RFA, notamment lorsque Adenauer l’avait appelé à la chancellerie en 1953.

  • 22 Cf. Philipp-Christian Wachs, Der Fall Theodor Oberländer (1905 – 1998). Ein Lehrstück deutscher Ge (...)

25La RDA saisit une autre occasion pour lancer cette nouvelle campagne. Un événement d’envergure internationale attira particulièrement l’attention sur le passé allemand : en 1960, Israël rendit publique l’arrestation d’Adolf Eichmann par ses services secrets. L’opinion internationale attendait son procès qui avait été annoncé pour l’année 1961. Ainsi la RDA put-elle proférer des accusations contre la RFA en faisant de Globke l’« Eichmann de Bonn »22.

La RFA face aux accusations est-allemandes – défis et enjeux pour la diplomatie ouest-allemande ?

Quelle réaction : l’ignorance ou la riposte ?

  • 23 Cf. Marc von Miquel, Ahnden oder amnestieren ? Westdeutsche Justiz und Vergangenheitspolitik in de (...)
  • 24 Cf. Ulrich Brochhagen, Nach Nürnberg. Vergangenheitsbewältigung und Westintegration in der Ära Ade (...)
  • 25 Pourtant la tentation d’aller dans cette direction fut bien présente et ces indices semblaient bie (...)
  • 26 Cf. Annette Weinke, Eine Gesellschaft ermittelt gegen sich selbst. Die Geschichte der Zentralen St (...)

26La RFA était en quelque sorte habituée à ces campagnes de diffamation provenant de Berlin-Est. Elle tenta simplement d’ignorer ces attaques ou d’en mettre en exergue les tenants et aboutissants, considérant qu’elles étaient de nature purement idéologique23. Il n’en demeure pas moins que la RFA se souciait de l’image qu’elle renvoyait au monde : Bonn subissait des pressions de la part de ses partenaires occidentaux, et particulièrement de la Grande-Bretagne, à la suite des révélations est-allemandes sur les juges nazis exerçant en RFA. La question de la poursuite en RFA des criminels de guerre fut clairement posée24. C’est par ailleurs à ce moment-là que certains membres du gouvernement fédéral réclamèrent que l’on adoptât une politique et une attitude plus agressives face à la RDA. On s’interrogeait aussi sur la responsabilité de Berlin-Est dans les actes antisémites qui avaient été commis en 1959. Si l’on adopta finalement une ligne de conduite plus réservée, c’est certainement parce que l’on n’était pas en mesure d’avancer des preuves concrètes25. De fait, il fallait ne pas accorder à ce sujet une importance telle qu’il aurait occupé une place centrale sur la scène internationale, car cela aurait sans nul doute permis à la RDA de se distinguer de manière positive. Et, eu égard à la situation internationale, on craignait au début des années 1960 que la RDA ne profitât de cette situation pour jouir d’un trop grand prestige. La RFA s’attacha par conséquent à réitérer ses propres engagements en la matière et s’appliqua à mettre en avant les efforts qu’elle fournissait dans ce domaine, notamment par le biais de la fondation, le 1er décembre 1958, d’un office central d’investigation sur les crimes du national-socialisme, la « Zentrale Stelle der Landesjustizverwaltungen zur Aufklärung nationalsozialistischer Verbrechen » de Ludwigsburg, qui devait coordonner les procès et enquêtes26.

  • 27 Cf. Dominique Trimbur, De la Shoah à la réconciliation ? La question de relations RFA-Israël 1949 (...)

27Le cas d’Oberländer avait déjà montré les limites d’une telle démarche : en dépit des doutes qui planaient sur l’authenticité des preuves est-allemandes, il semblait difficile, voire impossible, d’ignorer ou de minimiser les points d’accusation. C’est ainsi qu’Oberländer devint persona non grata. On tentait certes de dissimuler l’existence d’un lien de cause à effet entre les accusations est-allemandes et le départ d’Oberländer, mais les attaques est-allemandes impliquaient une réaction de plus en plus appropriée, c’est-à-dire de plus en plus directe de la part des autorités ouest-allemandes. Or, ceci témoigne de la pression qu’elles subissaient à ce moment-là. Cette nécessité de réagir se fit sentir de manière plus aiguë encore lors du « procès Eichmann » en Israël : quand la RDA tenta d’intervenir auprès des autorités israéliennes pour se présenter comme partie plaignante, Bonn s’alarma. Le corps diplomatique ouest-allemand intervint à son tour auprès d’Israël pour obtenir la garantie que le procès contre Eichmann ne serait pas perçu comme un procès mettant en cause la RFA ni la façon dont elle gérait son propre passé – car il s’agissait bien là des griefs que nourrissait la RDA contre la RFA27. En dernier recours, la RDA intenta à son tour un procès contre Globke, donnant à penser que les véritables coupables se trouvaient toujours en liberté et qu’ils étaient, de surcroît, protégés par le gouvernement Adenauer.

Renforcer les investigations ?

28Bien que la RFA fût parvenue à empêcher l’intervention de la RDA en Israël, une question fondamentale se posa : fallait-il poursuivre les efforts visant à confondre de potentiels criminels en exploitant les archives qui se trouvaient en RDA ou dans les pays de l’Est ? On s’était en effet aperçu, depuis le début des procès engagés en RFA que l’on n’était pas en possession de pièces à conviction, lesquelles se trouvaient principalement dans les archives des pays de l’Est. De plus, la RDA semblait tirer profit de l’accès qu’elle avait à ces documents : elle avait proposé à plusieurs reprises à la justice ouest-allemande de l’aider à débusquer les coupables. Mais ne tentait-elle pas plutôt par là de se mettre en scène une fois de plus afin d’apparaître comme le seul et véritable organe d’investigation ? N’aspirait-elle pas également à nouer des contacts officiels avec des représentants ouest-allemands ?

  • 28 Pour les discussions autour du problème pragmatisme, nécessité judiciaire et pression extérieure ; (...)

29Pour la RFA, il résultait de cette situation un dilemme majeur : ne pas accepter signifiait, d’un côté, qu’elle ne tenait pas à déployer tous les efforts possibles dans la recherche de la vérité. Or, ce choix n’aurait pas été facile à défendre aux plans intérieur et extérieur. Mais accepter une coopération officielle aurait, d’un autre côté, contribué à une revalorisation importante de la RDA dans le domaine international et aurait conduit à la reconnaissance de l’existence d’un deuxième État allemand. Car c’est justement l’aspect officiel de cette prise de contact qui inquiétait les autorités ouest-allemandes. Pour elles il était en effet primordial d’éviter toute forme d’officialisation des relations interallemandes28. Cette attitude catégorique fut par exemple adoptée par la « Zentrale Stelle » qui refusa même, conformément aux consignes politiques qui lui avaient été données, de répondre aux propositions est-allemandes jusqu’en 1964. Pour radicale que puisse paraître à première vue cette prise de position, elle l’était beaucoup moins dans les faits : depuis le début des procès, plusieurs enquêteurs et procureurs s’étaient rendus en RDA ou s’étaient mis en relation avec les autorités est-allemandes, ce qui ne fut certes pas vraiment accepté, mais plus ou moins toléré. Aussi la RFA s’efforça-t-elle d’établir des liens avec d’autres pays de l’Est, avec la Pologne en 1960, afin d’éviter d’avoir affaire à la RDA. On veillait à ce que cela ne prenne pas l’allure de relations officielles avec un État qui avait reconnu la RDA. Une intensification de ces relations n’intervint pourtant qu’au milieu des années 1960, ce qu’il faut sûrement replacer dans le contexte d’une politique visant à favoriser les échanges commerciaux avec les pays de l’Est. Mais ce changement fut aussi dû à l’importance que les années 1964/65 ont acquise sur le plan mémoriel : différents pays s’apprêtaient à fêter les commémorations du 20e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, et la question de la prescription des crimes de guerre revint sur le devant de la scène. Certains membres du gouvernement fédéral aspiraient à clore une fois pour toutes le dossier du passé, multipliant les procédures d’investigation et apportant toutes les preuves possibles. Or, ce sujet ouvrait en quelque sorte une brèche à la RDA, qui inlassablement instrumentalisait le manque manifeste de volonté politique ouest-allemand d’établir la vérité, reproduisant ainsi le même schéma binaire, dont la fonction était encore et toujours d’acquérir une autolégitimation. Cet espoir fut pourtant de courte durée. La consultation des archives avait en effet révélé l’importance des enjeux mémoriels : en 1965, le Bundestag vota à la majorité l’imprescriptibilité et reporta une fois de plus la décision à une date ultérieure.

  • 29 Cf. Wengst (note 22), pp. 161s.

30Le traitement judiciaire du passé restait donc présent au plan intérieur et la RDA continuait à l’exploiter à des fins politiques : en 1964, la Volkskammer se prononça à son tour pour l’imprescriptibilité des crimes nazis. L’appareil de propagande est-allemand fonctionnait à plein régime : étaient cette fois-ci visés des juges accusés d’avoir travaillé sous le régime nazi, comme en témoigne, d’une part, la publication du livre brun et, d’autre part, la campagne lancée contre le président fédéral Heinrich Lübke, connu pour son passé douteux29.

Bilan mitigé sur le plan international (transition)

  • 30 A ce propos, certains historiens avancent la thèse selon laquelle le renforcement des investigatio (...)

31Le bilan de ce conflit reste, au début des années 1960, mitigé pour les deux États allemands. La RDA ne parvint pas, par le biais de ces campagnes, à déstabiliser l’alliance occidentale ni entraver le processus d’intégration de la RFA à l’Ouest. Elle contribua certes, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, à attirer l’attention en RFA et dans les pays occidentaux sur des dysfonctionnements effectifs du système judiciaire ouest-allemand30. Force est pourtant de constater que ces campagnes menées par Berlin-Est furent moins suivies et moins prises au sérieux, une fois passés les premiers succès remportés grâce à Oberländer.

  • 31 Cf. Bauerkämper (note 5), pp. 237s.

32Le caractère répétitif des accusations qui ont été proférées soulignait entre autres la visée idéologique de telles révélations. Plus encore, RDA s’est à son tour vue obligée d’engager certains procès durant les années 1960, pour des raisons de crédibilité : la RFA était parvenue à démontrer que l’État est-allemand avait également procédé à la réintégration d’anciens nazis31.

  • 32 Cf. Brochhagen (note 24), p. 321.
  • 33 Cf. von Miquel (note 23), p. 78.

33En ce qui concerne sa politique de reconnaissance et de valorisation, la RDA put se placer en figure de proue du bloc soviétique dans la mesure où elle revendiquait le rôle d’avant-garde contre le fascisme ouest-allemand32. Pourtant, cette stratégie avait ses limites, dont témoigne à n’en point douter la Pologne qui privilégiait parfois pour des raisons commerciales les relations avec la RFA33.

  • 34 Cf. Goschler (note 15), p. 290 ; Ulrich Lappenküper, « Die Bundesrepublik Deutschland und die ›Wie (...)
  • 35 Cf. Goschler (note 15), p. 310.
  • 36 Cf. Goschler (note 15), pp. 291 – 296, 312 – 322 et 357.

34Si la celle-ci a pu compter sur ses partenaires occidentaux durant cette période de « harcèlement » est-allemand, c’est aussi et une fois de plus grâce à sa politique de « Wiedergutmachung » : au début des années 1960, de nouveaux versements vers les pays occidentaux furent effectués34. Ainsi que nous l’avons souligné, la RFA est parvenue à éviter que la RDA ne puisse apparaître comme partie plaignante dans le procès contre Eichmann, parce qu’elle avait offert des subventions financières et militaires à l’État d’Israël. Cette stratégie fut néanmoins remise en cause pendant les années 1960, notamment lorsque certains pays du Proche-Orient dénoncèrent ce soutien ouest-allemand à l’État juif. Or ce conflit d’intérêts a finalement permis à la RDA d’obtenir la reconnaissance auprès de certains pays arabes35. En outre, l’ouverture de relations avec certains pays de l’Est, annoncée au milieu des années 1960, confronta la RFA à un problème d’ordre autant politique que financier. Elle avait tenté, par le biais de ces versements, de clore tout débat international sur la culpabilité et elle se vit donc dans l’obligation de répondre à une nouvelle vague de demandes – difficultés qui devinrent plus évidente encore dans les années 1970 : lorsqu’elle abandonna la « doctrine Hallstein », elle craignit que les demandes formulées par les pays de l’Est n’affluent36.

Discussions en RFA autour du passé et modifications dans les discours identitaires dans les deux États allemands

Les discussions en RFA jusqu’en 1965 : entre changement et stagnation

  • 37 Cf. Wolfrum (note 2), pp. 272s.

35Depuis la fin des années 1950, le regard que portait la RFA sur son passé avait bien changé. Le Troisième Reich, la Seconde Guerre mondiale et les crimes commis pendant cette période étaient des thèmes auxquels l’on accordait de plus en plus d’importance. La forte médiatisation des procès, notamment ceux d’Auschwitz à Francfort-sur-le-Main (1963 – 1965) et l’intérêt des médias pour ces sujets contribuèrent à cette réorientation37. Soulignons toutefois que cet intérêt accru pour la période 1933 – 1945 ne signifiait pas automatiquement que la population fût encline à porter un jugement critique sur l’histoire récente de ou d’assumer ce passé. Bien au contraire, l’enchaînement des procès permit de mettre en lumière qu’une grande partie de la population préférait mettre un terme à ces événements dans la mesure où ils étaient vécus comme un châtiment collectif qui renforçait l’actualité de la question de la culpabilité.

  • 38 Cf. Fritz Fischer, Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 19 (...)
  • 39 Pour les controverses autour des propos de Jaspers et des thèses de Fischer ; cf. Wolfrum (note 2) (...)

36Malgré tout, de plus en plus de voix critiques s’élevèrent pour exhorter les Allemands de l’Ouest à reconsidérer leur histoire et à en déduire des conséquences quant à la situation actuelle. Aussi n’est-il guère surprenant de constater que des débats aient été menés avec véhémence au début des années 1960. Citons à titre d’exemple la polémique suscitée à la suite des propos du philosophe Karl Jaspers lors d’une interview en 1960. Jaspers y dénonçait, d’une part, le caractère illusoire d’une politique dont l’objectif majeur était l’unification, mais niait dans le même temps l’existence d’un deuxième État allemand. D’autre part, il s’indignait du refus catégorique d’accepter les conséquences de la défaite. Pour lui les notions de « défaite » et de « division allemande » étaient étroitement liées. Ses propos donnèrent lieu à des controverses non seulement dans la population, mais aussi dans les sphères médiatique et politique, tous partis confondus. De même, les thèses publiées en 1961 par l’historien Fritz Fischer sur le déclenchement de la Première Guerre mondiale suscitèrent-elles une grande indignation. Son ouvrage « Der Griff nach der Weltmacht »38 (« Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale ») traitait de la politique belliqueuse qu’avait menée le gouvernement allemand en 1914. Fischer s’attira les foudres de ses collègues ainsi que de certains hommes politiques qui dénoncèrent le caractère non-scientifique de ce travail, avant de s’emparer eux-mêmes du sujet39.

37Les critiques formulées contre Jaspers et Fischer étaient parfois acerbes parce que leurs propos avaient trait aux fondements identitaires et politiques de la RFA. Jaspers demandait l’abandon de la politique d’unification et, par conséquent, de la thèse selon laquelle la RFA était la seule représentante légitime d’une Allemagne définie par les frontières de 1937. Plus encore, il exigeait l’acceptation de la division étatique, car il lui attribuait une fonction expiatoire : il importait, pour lui, de reconnaître les conséquences du passé nazi. Fischer, quant à lui, faisait de la culpabilité un concept bien plus vaste puisqu’il l’appliquait aussi à une période de l’histoire allemande jusque là présentée comme intégrative dans la mémoire collective. De tels propos allaient à l’encontre d’un consensus politique et d’une politique historique donnant une image positive de l’histoire allemande depuis 1870°/71, et dont la naissance de la RFA n’était pas l’aboutissement, mais plutôt une étape provisoire vers le retour à l’unité nationale. Dans ce même contexte, on veillait également à ce que tout propos qui aurait pu confirmer la thèse de la faute collective n’eût pas d’effets néfastes sur les définitions nationales et identitaires de la politique allemande dans son ensemble (Deutschlandpolitik). Cette attitude fut manifeste lors des débats du Bundestag, en 1964/65 sur l’imprescriptibilité des crimes nazis : bien qu’ils eussent été menés avec une vive émotion et qu’il ne s’agît aucunement de nier le devoir de responsabilité envers les crimes commis au nom des Allemands, une majorité de députés n’acceptait pas que les objectifs nationaux en fussent pour autant remis en cause.

Les réactions de la RDA face aux modifications du discours identitaire en RFA

  • 40 Au début des années 1960, on constatait au sein du SED le succès d’une telle politique d’influence (...)
  • 41 Cf. Hubertus Knabe, « Der lange Arm der SED. Einflußnahmen des Ministeriums für Staatssicherheit a (...)

38L SED prêtait une grande attention à de telles discussions en RFA. On peut même avancer que seule l’existence de ces critiques, qui visaient aussi le gouvernement fédéral et qui provenaient de la société ouest-allemande, constituait une situation très favorable pour les dirigeants de la RDA, car ils pouvaient ainsi confirmer la thèse est-allemande selon laquelle la division allemande n’était pas de nature étatique mais sociétale et, par voie de conséquence, que le gouvernement fédéral était le seul responsable : ses supposées velléités de revanche empêchaient de fait toute solution de la question allemande et un éventuel processus de réunification. Le SED avait donc tout intérêt à ce que ce clivage perdure en RFA. Pour ce faire, il ne laissait rien au hasard : il tenta à mainte reprise d’influencer ou de renforcer des positions déjà critiques et protestataires40. Il s’attacha particulièrement à instrumentaliser ou à infiltrer les associations estudiantines, avant tout le « Sozialistischer Deutscher Studentenbund » (SDS), proche du SPD, qui s’étaient manifestées en RFA depuis la fin des années 1950 et qui témoignaient de leur désaccord au sujet de la présence d’anciens nazis au sein du gouvernement fédéral41. Ces associations considéraient en outre la classe politique comme responsable des tendances autoritaires et restauratrices qui gangrenaient la société ouest-allemande.

  • 42 Cf. Edgar Wolfrum, Geschichtspolitik Bundesrepublik Deutschland. Der Weg zur bundesrepublikanische (...)
  • 43 Cf. Nicole Colin, « Germanistentag 1966 », in : Torben Fischer, Matthias N. Lorenz (éd.), Lexikon (...)
  • 44 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 284s. ; Bauerkämper (note 5), pp. 233s.
  • 45 Cf. Michael Schwartz, « Vertriebene im doppelten Deutschland. Integrations- und Erinnerungspolitik (...)

39En revanche, les dirigeants du SED ignoraient complètement que de telles discussions étaient l’expression d’une véritable culture démocratique qui se mettait en place ; culture dans laquelle des positions contraires pouvaient s’exprimer librement42. Les critiques estudiantines furent certes récusées et contestées par une grande partie de la population et par certains partis politiques, mais de telles positions contribuèrent sans aucun doute à ce que les universités, l’enseignement supérieur et la recherche, n’éludent finalement plus le problème de cette absence de confrontation avec le passé. Si les germanistes ouest-allemands par exemple avaient jusque-là refusé toute discussion sur le passé de leur champ de recherches, un processus de confrontation se mit en place à partir des années 1960. Ce processus, par définition lent, donna lieu à une première conférence en 196643. Le thème en était l’implication de leurs représentants sous le régime nazi. Parallèlement la nouvelle génération d’historiens, certainement encouragée par les prises de position de Fischer, s’opposait à ce que l’historiographie fût utilisée dans le but de servir les intérêts étatiques tels qu’ils avaient été définis par les représentants politiques et les historiens conservateurs durant les années 195044. On peut donc constater que la société ouest-allemande se trouvait en pleine mutation ; et celle-ci entraîna une série de discussions sur les leçons qui devaient être tirées du passé. Quand bien même les propos de Jaspers avaient été vertement dénoncés au début des années 1960, de plus en plus de personnes réclamaient une réconciliation et une normalisation des relations avec l’Est45. Or, de telles attitudes ne restèrent pas sans effet sur le discours politique. Certains hommes politiques, issus en particulier du SPD, s’alignèrent sur de telles positions. Au niveau gouvernemental, on s’orientait vers une autre attitude puisque l’on établissait des relations commerciales avec les pays de l’Est, fût-ce en raison des pressions exercées par les pays étrangers qui réclamaient depuis le début des années 1960 une réorientation de la RFA dans la question allemande. Ainsi, la RFA devenait un véritable repère historique dans la conscience politique et nationale des Allemands de l’Ouest.

40Cette réorientation fut par ailleurs définitivement scellée à partir de 1969 par la Neue Ostpolitik du gouvernement Brandt : celui-ci prônait en effet le dialogue avec les pays de l’Est et une reconsidération de l’attitude ouest-allemande envers la RDA, sans pour autant renoncer à l’objectif de l’unification.

  • 46 Pour la concurrence et les influences mutuelles entre les deux États allemands autour du concept i (...)
  • 47 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 276 – 280.

41Ces tournants ouest-allemands eurent un véritable impact sur le discours et la politique identitaires de la RDA46. La RFA et ses représentants politiques semblaient contre toute attente, capables de revoir leur stratégie face à la RDA, mais aussi sur le passé. Brandt lui-même était le symbole d’une « autre Allemagne ». La volonté du nouveau gouvernement fédéral de repenser la logique de continuité qui permettait de mettre en corrélation l’indivisibilité du Reich bismarckien et la politique historique ouest-allemande ainsi que la revalorisation des mouvements de libération associés à l’année symbolique de 1848 devaient permettre un positionnement clair contre l’idéologie est-allemande : la RFA s’emparait ainsi d’un pan de l’histoire nationale qui avait été jusque-là instrumentalisé par le régime est-allemand afin de mettre en scène ses propres objectifs progressistes et démocratiques, objectifs dont le but ultime était certainement de mettre la RFA en situation de porte-à-faux47.

  • 48 Si la RDA avait toujours cherché le contact avec des éléments protestataires ou des personnes qui (...)
  • 49 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 285 et 296 – 302

42Cela représentait un véritable dilemme pour les dirigeants de la RDA qui avaient toujours exigé de la RFA qu’elle modifiât son attitude pour faire avancer la question allemande. Or, au moment où cela se produisait, la RDA opta pour l’isolement. Le contexte international et les exigences de l’URSS ne l’autorisaient certes pas à renoncer à un dialogue, ce qui lui aurait du reste permis d’acquérir une reconnaissance certaine sur la scène internationale. Il n’en demeure pas moins que le SED craignait un véritable dialogue interallemand sur la question nationale48. La solution semblait s’imposer : le gouvernement Brandt fut accusé de forger des plans visant à tromper la bonne foi des représentants de RDA. Dans ce contexte, les raisons de la division n’étaient plus tant d’ordre sociétal qu’étatique : la société, mais surtout le gouvernement ouest-allemand devint le symbole d’une idéologie impérialiste et réactionnaire dont le but était de rayer la RDA de la carte49. Celle-ci se définit par conséquent plus comme une nation socialiste que comme nation allemande. Cette perspective, qui fut ensuite plus concrètement formulée dans le cadre de la nouvelle constitution de 1974, lui permettait de se présenter comme un rempart légitime contre le fascisme allemand. Le SED affichait dès lors officiellement ce qui était resté officieux depuis la fin des années 1950 : la priorité n’était pas tant l’unité allemande que la protection d’un État et d’un gouvernement antifascistes de pleins pouvoirs.

Politique(s) mémorielle(s) : entre transition et stagnation

  • 50 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 263s. À ce sujet, il faut souligner que le gouvernement Brandt tenta de (...)

43La volonté de changer de discours identitaire marqua en 1969 un pas vers une nouvelle politique mémorielle en RFA. Le geste de Willy Brandt devant le mémorial du ghetto de Varsovie en 1970 doit être interprété comme un véritable tournant dans la mesure où, pour la première fois, un chancelier allemand reconnaissait officiellement le statut des victimes juives et étrangères, sans pour autant évoquer le souvenir des souffrances endurées tant par les victimes que par la population allemandes. Le terme de victime devenait pluridimensionnel : outre l’aspect juridique et financier, il prenait aussi une forte connotation morale50.

  • 51 Cf. Moller (note 10), p. 50.
  • 52 Dans ce contexte, on évoque l’immobilisme de la politique mémorielle. Ceci donna en outre lieu à d (...)
  • 53 Cf. Hammerstein (note 5), p. 29
  • 54 L’année 1979 peut être considérée comme une césure provoquée par la série télévisée américaine « H (...)

44C’est certainement là qu’il faut voir l’une des différences majeures dans l’optique d’une comparaison des politiques mémorielles des deux États allemands. La RDA avait procédé de manière intensive et médiatique à des inaugurations de lieux de mémoire, comme le camp de Buchenwald en 1958, alors que la RFA avait pris moins d’initiatives à ce sujet, sauf lorsqu’il s’agissait de répondre à des pressions extérieures. La politique mémorielle est-allemande restait néanmoins indéniablement liée au seul objectif d’une autolégitimation de la classe politique et des résistants communistes. Ces lieux de mémoire servaient à mettre en exergue le caractère criminel du fascisme et, par conséquent, à dénoncer les pays, et particulièrement la RFA, toujours considérés comme fascistes51. La RDA s’ancra dans ce schéma idéologique, ainsi que dans cette pensée purement manichéenne qui excluait de fait toute modification jusqu’à la fin des années 198052. En revanche, la réorientation identitaire et mémorielle décidée par la RFA sous le gouvernement Brandt constitua une première étape vers un dépassement de la confrontation politique et identitaire en matière de la mémoire collective53. Toutefois, une question s’impose : pourquoi fallut-il attendre la fin des années 1970 en RFA pour qu’ait lieu un changement d’attitude générale face aux victimes de l’Holocauste54 ? Il serait certainement erroné de réduire cette question à de simples mécanismes monocausaux ou générationnels. On peut toutefois avancer quelques explications qui participent de ce que l’on pourrait qualifier de « deuil tardif » à l’égard des victimes.

  • 55 Falk Pingel, « Nationalsozialismus und Holocaust in westdeutschen Schulbüchern », in : Rolf Steini (...)

45Les années 1960 et la confrontation mémorielle avaient laissé d’indéniables traces et conduit à ce que les victimes de l’Holocauste ne soient que peu évoquées en RFA. Si les vagues antisémites de la fin des années 1950 avaient contribué à ce que les manuels d’histoire fassent plus souvent mention du Troisième Reich, on retrouve jusqu’au années 1970 des dispositifs qui tendent à privilégier les modèles comparatifs entre les théories totalitaires : ils associent les États de non-droit comme le Troisième Reich aux régimes staliniens tels celui de RDA. Or, ces interprétations décontextualisaient à l’évidence la particularité des crimes nazis. Aussi la question de la responsabilité des crimes commis fut-elle limitée à quelques auteurs ou dignitaires seulement55. Cette attitude est une caractéristique générale de la société ouest-allemande : les procès ouverts depuis la fin des années 1950 faisaient état de l’existence d’une structure hiérarchique puisque les accusés se référaient aux instances supérieures auxquelles ils avaient obéi, et dont ils n’avaient été que les exécutants. Ils pouvaient de la sorte imputer la faute aux dirigeants du régime nazi. Ainsi, aux yeux de la population, seuls les hauts dignitaires étaient coupables ; eux seuls avaient à assumer cette lourde responsabilité.

  • 56 Cf. Wilfried Mausbach, « Wende um 360 Grad ? Nationalsozialismus und Judenvernichtung in der « zwe (...)

46Ces procès et débats ne donnèrent en somme pas lieu à une évocation généralisée des victimes des exactions nazies. Lorsque leur statut était au centre des discussions, le discours tendait à une instrumentalisation manifeste de leur histoire à la fin des années 1960 également. Non seulement dans le conflit interallemand, mais aussi au plan intérieur, et plus particulièrement dans le contexte des protestations estudiantines de la fin des années 1960, la notion de victime servait alors à dénoncer non seulement la politique du gouvernement fédéral, mais aussi les politiques américaine au Vietnam ou israélienne au Proche-Orient. Ce ne sont donc pas les victimes de l’Holocauste qui firent l’objet d’une confrontation avec le passé. « Auschwitz », dont on reconnaissait la valeur éminemment symbolique, servait plutôt à caractériser des conflits contemporains. De même, l’expression : « actuelles victimes du fascisme », selon les interprétations de la nouvelle gauche (« Neue Linke »), recouvrait-elle de nouvelles acceptions, puisqu’elle renvoyait à différentes personnes : les étudiants la sortaient de son contexte historique, puisqu’elle permettait de caractériser leur statut de victimes des agressions policières en 1968. Cette expression qualifiait encore la situation des Vietnamiens ou des Palestiniens. Il s’agit là d’une décontextualistion et anonymisation du terme de « victime » par une génération qui n’avait pas connu le régime nazi, ce qui a sans nul doute influé sur la manière dont la question du passé a été abordée dans les années 1970, si bien qu’il semble permis de parler à ce propos d’un « deuxième refoulement » (« zweite Verdrängung »56).

Conclusion

  • 57 Cf. Weinke (note 5), pp. 351s.

47La confrontation avec le passé avait pour les deux États allemands partie liée avec les enjeux de la Guerre froide, si bien que l’expression d’histoire croisée semble ici s’imposer. Les défis du présent autour de la question allemande y jouèrent un rôle particulier, car il s’agissait pour les deux États de se présenter de manière exemplaire, afin d’acquérir la confiance de la communauté internationale et de faire valoir leurs objectifs respectifs. Toutefois, la RDA avait particulièrement intérêt à en faire un enjeu d’envergure internationale car elle espérait ainsi apparaître comme une « autre Allemagne » sur la scène internationale. Que l’aspect judiciaire occupe une place si centrale dans la maîtrise du passé tient, entre autres, à l’expérience commune des deux États allemands à l’issue de la Seconde Guerre mondiale : l’importance que les Alliés accordaient à la question juridique notamment dans le cadre des procès de Nuremberg a certainement été un critère majeur qui permet de juger la manière dont s’est déroulé la confrontation au passé dans les deux États allemands. Il en résulte certains parallèles : on peut non seulement observer un réengagement des procès dans les années 1960, mais aussi une centralisation des investigations et persécutions des deux côtes du Mur57.

  • 58 Cf. Lemke (note 17), p. 64.
  • 59 Cf. von Miquel (note 23), pp. 73s.
  • 60 Pour l’implication et le rôle de la Stasi, cf. Henry Leide, NS-Verbrecher und Staatssicherheit. Di (...)

48Cela nous conduit à considérer les velléités de traduire les coupables devant les tribunaux : souligner les dysfonctionnements ouest-allemands plutôt qu’œuvrer à l’élucidation des faits ou se consacrer à cette question au sein de la société est-allemande même. C’est la raison pour laquelle, en RDA, la priorité était de faire en sorte que le sujet ne perde pas de son actualité, tout en imputant la faute à la RFA. Certes, d’aucuns soutenaient une telle approche par conviction antifasciste et ils s’indignaient véritablement de la présence de nazis en RFA58, mais cela doit in fine être perçu comme une instrumentalisation idéologique59. Le ministère de la Sécurité (la « Stasi ») a repris ce sujet à son compte, même s’il recourrait aux services d’anciens nazis pour faire avancer un dossier idéologique60.

  • 61 Cf. Weinke (note 8), pp. 73 – 75 ; Irmtrud Wojak, Fritz Bauer 1903 – 1968. Eine Biographie, Munich (...)

49En RFA, on peut certes observer de fortes réticences à la fin des années 1950 quant à la volonté politique de réengager des procès et des investigations. On peut par ailleurs se demander si un tel réengagement aurait eu lieu s’il n’y avait pas eu une pression de l’étranger. On constate ainsi, d’une part, une forme d’hésitation et, d’autre part, une réelle responsabilisation face au passé nazi. Ceci est certainement le reflet des divisions propres à la société ouest-allemande pendant la période analysée ici. Or, ces divisions ne doivent aucunement occulter le fait que certaines personnes, dont le procureur Fritz Bauer, se sont véritablement engagées contre l’oubli61.

Notes

1 On parle aujourd’hui d’une « longue décennie de transition » pour ne pas réduire le changement politique au seul symbole « 1968 » et pour souligner que les changements sociétaux sont intervenus à la fin des années 1950 et qu’ils ont perduré jusqu’au milieu des années 1970 ; cf. Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierung 1945 bis 1980, Göttingen, 2002 ; Christina von Hodenberg, Detlef Siegfried, « Reform und Revolte. 1968 und die langen sechziger Jahre in der Geschichte der Bundesrepublik », in : Id. (ed.), Wo « 1968 liegt. Reform und Revolte in der Geschichte der Bundesrepublik, Göttingen, 2006, pp. 7 – 14.

2 Peter Steinbach, « La fin de la Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des Allemands », in : Stephan Martens (éd.), La France, l’Allemagne et la Seconde Guerre mondiale : quelles mémoires ?, Bordeaux, 2007, pp. 75 – 93, ici p. 85 ; cf. Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, 2006, pp. 13s.

3 Cf. Peter Steinbach, « Die Ludwigsburger Zentrale Stelle – ein lieu de mémoire der deutschen Vergangenheitsbewältigung », in : Peter Schöttler, Patrice Veit, Michael Werner (éd.), Plurales Deutschland – Allemagne plurielle. Festschrift für Etienne François, Göttingen, 1999, pp. 314 – 325, ici pp. 316 – 323. L’historien Norbert Frei évoque à ce propos une véritable césure en RFA depuis la fin des années 1950, cf. Norbert Frei, 1945 und wir. Das Dritte Reich im Bewußtsein der Deutschen, Munich, 2005, p. 26 ; voir aussi : Alfred Wahl, La seconde historie du nazisme dans l’Allemagne fédérale depuis 1945, Paris, 2006 ; Peter Reichel, Harald Schmid, Peter Steinbach (éd.), Der Nationalsozialismus. Die zweite Geschichte. Überwindung, Deutung, Erinnerung, Munich, 2009 ; Katrin Hammerstein, Ulrich Mählert, Julie Trappe et Edgar Wolfrum (éd.), Aufarbeitung der Diktatur – Diktat der Aufarbeitung ? Normierungsprozesse beim Umgang mit diktatorischer Vergangenheit, Göttingen, 2009.

4 Cf. à titre d’exemple Jeffrey Herf, Divided Memory. The Nazi Past in the two Germanies, Cambridge/Mass., 1997 ; Jürgen Danyel (éd.), Die geteilte Vergangenheit. Zum Umgang mit mit NS und Widerstand in beiden deutschen Staaten, Berlin, 1995.

5 Cf. Arnd Bauerkämper, « Nationalsozialismus ohne Täter ? Die Diskussion um Schuld und Verantwortung für den Nationalsozialismus im deutsch-deutschen Vergleich und im Verflechtungsverhältnis von 1945 bis zu den Siebzigerjahren, in : Deutschland-Archiv, 40 (2007) 2, pp. 231 – 240 ; Annette Weinke, Die Verfolgung von NS-Tätern im geteilten Deutschland. Vergangenheitsbewältigungen 1949 – 1969 oder : Eine deutsch-deutsche Beziehungsgeschichte im Kalten Krieg, Paderborn, 2002 ; Katrin Hammerstein, « Deutsche Geschichtsbilder vom Nationalsozialismus », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 3 (2007), pp. 24 – 30.

6 Pour les années 1950, cf. Bernd Faulenbach, « Les deux Allemagnes face à l’héritage national-socialiste », in : Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éd.), Allemagne 1945 – 1961. De la « catastrophe » à la construction du Mur, Villeneuve d’Ascq, 2008, pp. 159 – 172.

7 De manière générale ce silence s’explique par l’indicibilité des atrocités, mais aussi par l’attitude des victimes qui ne souhaitaient pas s’exprimer. Une comparaison avec d’autres sociétés, également confrontées à un passé douloureux, permet par ailleurs de souligner à quel point le silence peut apparaître comme garant de la paix sociale. Ainsi que le démontre par exemple l’évolution de la situation en Espagne, une phase de transition paraît nécessaire afin de garantir à la fois l’avènement de la paix sociale et de la stabilité étatique. Pour l’Espagne cf. David Rey, « Die Franco-Ära in der medialen Geschichtskultur Spaniens. Bürgerkrieg und Diktatur in Kino und Fernsehen seit 1975 », in : Jahrbuch für Europäische Geschichte, 4 (2003), pp. 113s. Au sujet de ce silence en RFA, cf. Wolfrum (note 2), pp. 170s. ; Hermann Lübbe, « Nationalsozialismus im deutschen Nachkriegsbewußstein », in : Historische Zeitschrift, 236 (1983), pp. 587 – 589. Pour les deux États allemands : cf. Weinke (note 5), p. 333.

8 Cf. Annette Weinke, « Alliierter Angriff auf die nationale Souveränität ? Die Strafverfolgung von Kriegs-und NS-Verbrechern in der Bundesrepublik, der DDR und Österreich », in : Norbert Frei (éd.), Transnationale Vergangenheitspolitik. Der Umgang mit deutschen Kriegsverbrechern in Europa nach dem Zweiten Weltkrieg, Göttingen, 2006, pp. 55 – 58.

9 Cf. Hammerstein (note 5), pp. 26s. ; Simone Barck, « Le discours antifasciste en RDA », in : Catherine Fabre-Renault, Élisa Goudin, Carola Hähnel-Mesnard (éd.), La RDA au passé présent. Relectures critiques et réflexions pédagogiques, Paris, 2006, pp. 123 – 127 ; Bauerkämper (note 5), pp. 234 – 236.

10 Cf. Sabine Moller, Vielfache Vergangenheit. Öffentliche Erinnerungskulturen und Familienerinnerungen an die NS-Zeit in Ostdeutschland, Tübingen, 2003, pp. 42s. ; Jürgen Danyel, « Die Opfer- und Verfolgtenperspektive als Gründungskonsens ? Zum Umgang mit der Widerstandstradition und der Schuldfrage in der DDR », in : Id. (note 4), pp. 31 – 46.

11 Les commémorations demeurent un sujet délicat dans les années 1950. Pourtant, l’esprit antitotalitaire était utile pour dénoncer les États staliniens, et la RDA en premier chef. Cf. Jürgen Danyel, « Der 20. Juli », in : Etienne François, Hagen Schulze (éd.), Deutsche Erinnerungsorte, vol. II, Munich, 22001, pp. 220 – 237 ; Peter Steinbach, Widerstand im Widerstreit. Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus in der Erinnerung der Deutschen, Paderborn, 22001 ; Id., « Annäherung an einen Augenblick. Der 20. Juli 1944 in der Forschung und im Bewusstsein der Deutschen nach 1945 », in : Jahrbuch. Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstands, (2005), pp. 7 – 37 ; Gerd R. Ueberschär (éd.), Der 20. Juli. Das »andere Deutschland« in der Vergangenheitspolitik, Berlin, 1998.

12 Cf. Hammerstein (note 5), p. 28 ; Moller (note 10), p. 47.

13 Cf. Hammerstein (note 5), p. 28.

14 Cf. ibid., p. 27.

15 Cf. Constantin Goschler, Schuld und Schulden. Die Politik der Wiedergutmachung für NS-Verfolgte seit 1945, Göttingen, 2005, p. 402.

16 Cf. ibid., p. 309.

17 Pour les raisons et le déroulement des campagnes est-allemandes, cf. Michael Lemke, « Instrumentalisierter Antifaschismus und SED-Kampagnenpolitik im deutschen Sonderkonflikt 1960 – 1968 », in : Danyel (note 4), pp. 61 – 86.

18 Cf. ibid., pp. 62s.

19 Cf. Michael Lemke, « Les relations extérieures de la RDA de 1949 à 1966. Principes, fondements, césures et marges de manoeuvre », in : Ulrich Pfeil (éd.), La RDA et l’Occident (1949 – 1990), Asnières, 2000, pp. 90 – 96.

20 Bauerkämper (note 5), pp. 236s.

21 Cf. Moller (note 10), p. 48.

22 Cf. Philipp-Christian Wachs, Der Fall Theodor Oberländer (1905 – 1998). Ein Lehrstück deutscher Geschichte, Frankfurt/M., 2000 ; Norbert Jacobs, Der Streit um Dr. Hans Globke in der öffentlichen Meinung der Bundesrepublik Deutschland 1949 – 1973. Ein Beitrag zur politischen Kultur in Deutschland (Thèse de doctorat), Bonn, 1992 ; Udo Wengst, « 1969. Das vorzeitige Ausscheiden von Heinrich Lübke aus dem Bundespräsidentenamt. Zweierlei Vergangenheitsbewältigung im Systemkonflikt », in : Id., Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, 2008, pp. 62 – 164 ; Bauerkämper (note 5), p. 237.

23 Cf. Marc von Miquel, Ahnden oder amnestieren ? Westdeutsche Justiz und Vergangenheitspolitik in den sechziger Jahren, Göttingen, 2004, p. 80.

24 Cf. Ulrich Brochhagen, Nach Nürnberg. Vergangenheitsbewältigung und Westintegration in der Ära Adenauer, Hamburg, 1994, pp. 299 – 313.

25 Pourtant la tentation d’aller dans cette direction fut bien présente et ces indices semblaient bien exister. À plusieurs reprises, des allusions ont été faites par des représentants du gouvernement à l’attention des partenaires occidentaux, tout en sachant que ceux-ci se doutaient d’une telle implication communiste et est-allemande ; cf. Brochhagen (note 24), pp. 278 – 297.

26 Cf. Annette Weinke, Eine Gesellschaft ermittelt gegen sich selbst. Die Geschichte der Zentralen Stelle Ludwigsburg, Darmstadt, 2008.

27 Cf. Dominique Trimbur, De la Shoah à la réconciliation ? La question de relations RFA-Israël 1949 – 1956, Paris, 2000 ; Yeshayahu Jelinek, Deutschland und Israel 1945 – 1965. Ein neurotisches Verhältnis, Munich, 2004, p. 350.

28 Pour les discussions autour du problème pragmatisme, nécessité judiciaire et pression extérieure ; cf. Weinke (note 5), pp. 180 – 185 ; Id., « Alliierter Angriff auf die nationale Souveränität ? Die Strafverfolgung von Kriegs-und NS-Verbrechern in der Bundesrepublik, der DDR und Österreich », in : Frei (note 8), pp. 76 – 82 ; von Miquel (note 23), pp. 71 – 77 ; Brochhagen (note 24), pp. 319 – 334.

29 Cf. Wengst (note 22), pp. 161s.

30 A ce propos, certains historiens avancent la thèse selon laquelle le renforcement des investigations à été initié par les campagnes est-allemandes ; cf. à ce propos Wengst (note 22), p. 173.

31 Cf. Bauerkämper (note 5), pp. 237s.

32 Cf. Brochhagen (note 24), p. 321.

33 Cf. von Miquel (note 23), p. 78.

34 Cf. Goschler (note 15), p. 290 ; Ulrich Lappenküper, « Die Bundesrepublik Deutschland und die ›Wiedergutmachung‹ für die französischen Opfer nationalsozialistischen Unrechts (1949 – 1960) », in : Francia, 28/3 (2001), pp. 75 – 101 ; Claudia Moisel, « ›Opfer‹ und ›Kämpfer‹. Die Entschädigung für NS-Verfolgte in Frankreich nach dem Zweiten Weltkrieg », in : Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 56 (2005) 5/6, pp. 316 – 322.

35 Cf. Goschler (note 15), p. 310.

36 Cf. Goschler (note 15), pp. 291 – 296, 312 – 322 et 357.

37 Cf. Wolfrum (note 2), pp. 272s.

38 Cf. Fritz Fischer, Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 1914/18, Düsseldorf, 1961 (pour la version française, Id., Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale, 1914 – 1918, Paris, 1970). Voir à ce sujet : Konrad H. Jarausch, « Der nationale Tabubruch. Wissenschaft, Öffentlichkeit und Politik in der Fischer-Kontroverse », in : Martin Sabrow et al. (éd.), Zeitgeschichte als Streitgeschichte. Große Kontroversen nach 1945, Munich, 2003, pp. 20 – 40.

39 Pour les controverses autour des propos de Jaspers et des thèses de Fischer ; cf. Wolfrum (note 2), pp. 278 – 280.

40 Au début des années 1960, on constatait au sein du SED le succès d’une telle politique d’influence en RFA, cf. Brochhagen (note 24), p. 297.

41 Cf. Hubertus Knabe, « Der lange Arm der SED. Einflußnahmen des Ministeriums für Staatssicherheit auf politische Protestbewegungen in Westdeutschland », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 38/39 (1999), pp. 11 – 17. Le SDS organisa entre 1959 et 1960 des expositions autour du passé nazi des juges ouest-allemands et obtint un support matériel provenant de RDA (cf. Brochhagen [note 24], p. 321). Berlin-Est tenta également de mobiliser des membres du SPD pour perturber les débats ouest-allemands, cf. Lemke (note 17), p. 66.

42 Cf. Edgar Wolfrum, Geschichtspolitik Bundesrepublik Deutschland. Der Weg zur bundesrepublikanischen Erinnerung 1948 – 1990, Darmstadt, 1999, pp. 268s.

43 Cf. Nicole Colin, « Germanistentag 1966 », in : Torben Fischer, Matthias N. Lorenz (éd.), Lexikon der ›Vergangenheitsbewältigung‹. Debatten-und Diskursgeschichte des Nationalsozialismus nach 1945, Bielefeld, 2007, pp. 153 – 156.

44 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 284s. ; Bauerkämper (note 5), pp. 233s.

45 Cf. Michael Schwartz, « Vertriebene im doppelten Deutschland. Integrations- und Erinnerungspolitik in der DDR und in der Bundesrepublik », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 56 (2008) 1, pp. 146s.

46 Pour la concurrence et les influences mutuelles entre les deux États allemands autour du concept identitaire de la nation, cf. Jens Hacker, « Die DDR und die nationale Frage », in : Thomas M. Gauly (éd.), Die Last der Geschichte. Kontroversen zur deutschen Identität, Cologne, 1988, pp. 140 – 166.

47 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 276 – 280.

48 Si la RDA avait toujours cherché le contact avec des éléments protestataires ou des personnes qui semblaient soutenir les positions est-allemandes, on constate, au milieu des années 60, un certain recul dans cette attitude. Elle craignait de perdre le statut d’unique garante des vérités historiques. L’historien Stibbe a souligné le dilemme des relations entre les historiens est-allemands et Fritz Fischer. Cf. Matthew Stibbe, « The Fischer controversy over German war aims in the First World War and its reception by East German historians, 1961 – 1989 », in : The Historical Journal, 46 (2003), pp. 649 – 668.

49 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 285 et 296 – 302

50 Cf. Wolfrum (note 42), pp. 263s. À ce sujet, il faut souligner que le gouvernement Brandt tenta de réduire l’influence des associations d’expulsés en RFA qui dénonçaient l’ouverture. Leur poids politique avait également été instrumentalisé par le SED afin de dénoncer le caractère revanchard de la politique ouest-allemande. Cf. Schwartz (note 45), pp. 133s.

51 Cf. Moller (note 10), p. 50.

52 Dans ce contexte, on évoque l’immobilisme de la politique mémorielle. Ceci donna en outre lieu à des interprétations qui affirment l’existence d’un clivage croissant entre la classe politique et la population, qui devait conduire à une déstabilisation du système.

53 Cf. Hammerstein (note 5), p. 29

54 L’année 1979 peut être considérée comme une césure provoquée par la série télévisée américaine « Holocauste » : elle aurait eu de véritables impacts sur la prise de conscience des Allemands de l’Ouest sur le sort des victimes. De plus, le Bundestag vota en 1979, après des longues années d’ajournement, l’imprescriptibilité des crimes nazis.

55 Falk Pingel, « Nationalsozialismus und Holocaust in westdeutschen Schulbüchern », in : Rolf Steininger, Ingrid Böhler (éd.), Der Umgang mit dem Holocaust in Europa – USA – Israel, Cologne, Weimar, 1994, pp. 222 – 227.

56 Cf. Wilfried Mausbach, « Wende um 360 Grad ? Nationalsozialismus und Judenvernichtung in der « zweiten Gründungsphase » der Bundesrepublik », in : von Hodenberg, Siegfried (note 1), pp. 15 – 47, ici surtout pp. 37 – 39.

57 Cf. Weinke (note 5), pp. 351s.

58 Cf. Lemke (note 17), p. 64.

59 Cf. von Miquel (note 23), pp. 73s.

60 Pour l’implication et le rôle de la Stasi, cf. Henry Leide, NS-Verbrecher und Staatssicherheit. Die geheime Vergangenheitspolitik der DDR, Göttingen, 2005.

61 Cf. Weinke (note 8), pp. 73 – 75 ; Irmtrud Wojak, Fritz Bauer 1903 – 1968. Eine Biographie, Munich, 2009.

Auteur

Kuhn, Franz, né en 1974 ; ATER en études germaniques à l’Université de Bourgogne, Dijon.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540