Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

II. Évolutions politiques, sociales et économiques

Planification et réformes

Gabriele Metzler
Traduction de Christine Aquatias

Texte intégral

  • 1 Joseph H. Kaiser, « Préface », in : Id. (éd.), Planung I, Baden-Baden, 1965, p. 7. Mise en relief (...)
  • 2 Voir le bref résumé de Dirk van Laak, « Planung. Geschichte und Gegenwart des Zugriffs auf die Zuk (...)
  • 3 Le concept de « modernité autoritaire » revient à James C. Scott, Seeing Like a State. How Certain (...)

1La planification « est un concept-clé de notre avenir, qui s’impose en ce moment à la conscience collective », écrivait l’éditeur d’une série de plusieurs volumes très remarqués, consacrés au milieu des années 1960 aux questions de planification, lors de son lancement1. Qu’à cette époque, un ouvrage d’une telle envergure, ainsi que plusieurs centaines d’autres publications sur le même thème, aient trouvé des lecteurs, ne s’explique que par l’actualité du sujet, l’actualité d’une politique interventionniste sur l’économie et la société, comprise comme expression de la modernité. À l’Ouest, c’étaient les années de l’euphorie de la planification tandis qu’à l’Est, les systèmes d’économie planifiée connaissaient une phase de réformes, d’assouplissement et de libéralisation. Certes, de telles idées n’étaient pas nouvelles2. Elles avaient leurs racines dans le discours des lumières au XVIIIe siècle, elles avaient percé à la pleine époque de la « modernité autoritaire »3, entre les années 1880 et la fin de la Seconde Guerre mondiale, et elles devaient connaître, dans les années 1960 (et jusqu’à nouvel ordre, ce fut la dernière fois) une splendeur, nouvelle et largement remarquée. Les expériences des deux guerres et de la crise économique mondiale suscitèrent au XXe siècle des impulsions déterminantes, tout autant pour la planification étatique socialiste telle qu’on la pratiquait en Union soviétique au début des années vingt que pour le keynésianisme, dont les aspects planificateurs, interventionnistes étaient clairement mis en lumière dans le New Deal. L’économie planifiée selon le modèle soviétique et le keynésianisme marquèrent finalement tous deux l’histoire des deux États allemands après 1945.

  • 4 Jan Tinbergen, Michael Kaser, « Planung », in : Sowjetsystem und demokratische Gesellschaft, Fribo (...)
  • 5 Ainsi dans le débat sur la convergence, voir tout particulièrement l’économiste néerlandais Jan Ti (...)

2Dans les années 1960, ils semblaient se rapprocher l’un de l’autre. La tendance « à organiser de manière consciente toutes les activités humaines » allait désormais faire son chemin partout, lisait-on dans l’encyclopédie comparative renommée « Le système soviétique et la société démocratique »4. Déjà, certains sociologues et économistes commençaient à parler d’une « convergence » entre les deux systèmes, pourtant si différents idéologiquement et structurellement. Si d’un côté on implantait dans le système si rigide de l’économie planifiée des éléments ressemblant à des critères de marché et si de l’autre côté, le libre marché était contenu et si l’État planifiait dans de vastes secteurs certaines évolutions sociales et économiques – on était conduit une fois de plus à réfléchir à l’existence ou au moins aux possibilités d’une « troisième voie » entre le communisme et le capitalisme5.

3Alors que les années 1960 considéraient encore de tels schémas d’interprétation comme largement plausibles, les historiens penchent vers une vision plus critique. La planification à l’Ouest et à l’Est était-elle vraiment l’expression d’objectifs et de principes directeurs semblables ? Quel rôle accordait-on de part et d’autre à la société, à la science, dans le processus de planification ? Peut-on distinguer des priorités, des domaines dans lesquels les ambitions planificatrices auraient été particulièrement marquantes ? Voici les questions dont nous traiterons de manière comparative. Dans ce dessein, nous nous attacherons d’abord aux réformes en RDA, puis à la genèse, aux formes et aux conséquences de la « conjoncture planificatrice » en République fédérale, avant de reconsidérer finalement la thèse de la convergence à la lumière de la connaissance empirique.

« Dépasser sans rattraper ». Réformes de la planification en RDA

  • 6 « Appel du Comité central du Parti communiste allemand du 11 juin 1945 », in : Peter Erler, Horst (...)
  • 7 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004, p. 37.

4Sous la protection et l’influence de la force d’occupation, la zone d’occupation soviétique passa au début de l’été 1947 à l’économie planifiée. La coordination des administrations centrales responsables de la planification économique revenait à la Commission pour l’économie allemande qui venait d’être fondée. En 1949, on établit d’abord un plan de deux ans. La planification dans la zone d’occupation soviétique, puis en RDA, fut toujours fortement orientée d’après le modèle soviétique. Les communistes allemands de la zone d’occupation soviétique plaidèrent dès le début pour l’économie planifiée. Déjà dans leurs premiers appels, à l’été 1945, ils plaçaient le « combat contre la faim, le chômage et le manque de logements »6 au centre de toute activité économique, « ce qui provenait surtout de l’expérience de la crise économique mondiale de la fin des années vingt et du début des années trente et fut jusqu’à la fin déterminant pour la pensée et l’action de la direction du SED »7.

  • 8 Cf. Tinbergen, Kaser (note 4).
  • 9 Peter Caldwell, « Plan als Legitimationsmittel, Planung als Problem : Die DDR als Beispiel staatss (...)

5Le passage à la planification mit d’abord en évidence la situation extrêmement difficile de l’économie et de l’approvisionnement : il fallait gérer la distribution de ressources rares, coordonner et tenir compte de contraintes diverses (les démontages, les réparations, la construction de l’économie, l’approvisionnement de la population). Mais le socialisme a également toujours envisagé la planification comme un projet global de philosophie historique8. Le plan « transmettait l’image, à coloration technique, de processus sociaux consciemment contrôlés et la vision utopique d’une société organisée, pour l’essentiel, de fond en comble. » Ce faisant, la planification était aussi un instrument de légitimation du pouvoir socialiste, en raison de quoi « le plan avait dans le socialisme étatique un caractère presque inattaquable », il « était au-dessus de la loi »9.

6Avec la décision du IIe Congrès du SED sur « la construction du socialisme », la planification prit une autre dimension. La vaste transformation de l’ordre économique et social est-allemand (par le biais, entre autres, de la poursuite du remaniement de l’agriculture au détriment des petits paysans et des entreprises agricoles moyennes, par la collectivisation, par les mesures contre les entreprises privées de commerce et de services) s’accomplissait désormais dans le cadre d’un plan de cinq ans (1951 – 1955). L’insurrection du 17 juin 1953 montra combien il était difficile d’imposer les normes rationnelles du plan, effectives ou supposées, et surtout de préserver l’équilibre précaire entre la réalisation du plan et les exigences inacceptables imposées à la population active.

  • 10 Peter C. Caldwell, « Productivity, Value, and Plan : Fritz Behrens and the Economics of Revisionis (...)

7Les priorités de la direction du parti changèrent lentement. Lorsqu’en mars 1956 le IIIe Congrès du SED adopta le deuxième plan quinquennal, une nouvelle étape dans le développement économique devait s’amorcer : il fallait prendre en compte plus fortement le « progrès scientifique et technique » et le favoriser. Depuis longtemps, des voix s’étaient élevées pour évoquer une réforme du système de l’économie planifiée, car celui-ci restait de manière évidente en retrait des attentes fixées et car l’ouverture (provisoire) faisant suite au XXe Congrès du Parti communiste de l’Union soviétique le permettait. Fritz Behrens et Arne Benary, tout particulièrement, attirèrent l’attention sur le fait que la pratique existante de la planification était trop inefficace, trop bureaucratique, trop centralisée et réglementait trop. Il fallait au contraire que les entreprises fussent plus responsables d’elles-mêmes tandis que la centrale ne devait fournir que les grands cadres. Il fallait aussi réfléchir à l’intégration d’autres instruments économiques10.

  • 11 Steiner (note 7), pp. 98ss.

8Behrens et Benary se virent accusés de « révisionnisme » par Walter Ulbricht. Leurs idées ne pouvaient pas s’imposer en 1956, en raison également des expériences faites en Hongrie11. Le débat Behrens-Benary, sorte de galop d’essai, servit à marquer clairement les limites aux débats possibles sur la réforme : qui s’en prenait au pouvoir revendiqué par le SED était immédiatement soumis à une procédure disciplinaire par le parti. La rationalité économique ne devait pas toucher aux monopoles de pouvoir et d’interprétation (économique) du parti. Ceci devait se vérifier plusieurs fois lors des réformes des années 1960.

  • 12 Steiner (note 7), pp. 101ss.
  • 13 Compte-rendu des négociations du Ve Congrès du SED, 10 au 16 juillet 1958, cité d’après André Stei (...)
  • 14 Cf. André Steiner, « Vom Überholen eingeholt. Zur Wirtschaftskrise 1960/61 in der DDR », in : Burg (...)

9Tandis qu’en République fédérale, le « miracle économique » fournissait les bases du bien-être croissant de la population, l’économie est-allemande restait, pour le niveau de production, la faculté d’innovation, mais aussi la consommation privée, en retrait par rapport au mouvement sensible à l’Ouest12. Les réserves de main d’œuvre fondaient visiblement, car les entreprises amassaient les forces de travail, les administrations se développaient et absorbaient du potentiel humain, mais aussi et surtout car un nombre croissant de personnes nouvellement formées « fuyait la république » et passait à l’Ouest. Ulbricht releva résolument le défi que constituait la concurrence entre les systèmes et les performances des deux États allemands en annonçant, mi-1958, que sous trois ans – et c’était « la tâche économique primordiale » – « notre consommation par habitant actif, en incluant tous les produits d’alimentation importants et les biens de consommation, devait atteindre et dépasser la consommation par tête de l’ensemble de la population de l’Allemagne de l’Ouest »13. Jusqu’en 1961, selon ce mot d’ordre frappant, il fallait « rattraper et dépasser » la République fédérale. Mais la situation économique continua pourtant à se dégrader jusqu’en 1961 malgré quelques succès au début ; la vague des fugitifs ne cessa de grossir14.

  • 15 Dietrich Staritz, Geschichte der DDR, Francfort/M., 21996, p. 196.
  • 16 Hermann Weber, Die DDR 1945 – 1990, Munich, 42006, p. 57.
  • 17 Ralf Kessler, « Politikberatung in DDR und ČSSR der 60er Jahre vor dem ›Prager Frühling‹, in : Hei (...)

10Finalement, la construction du Mur transforma radicalement la situation. Elle est qualifiée à juste titre par les chercheurs de « fondation officieuse »15 de la RDA. Car, « si jusqu’alors les normes idéologiques et les objectifs programmés (transformation de la RDA selon le modèle soviétique) avaient déterminé la politique de la direction, c’était maintenant le changement de réalité sociale qui avait sur elle une influence accrue »16. En janvier 1963, le VIe Congrès du SED émit également des signaux importants en amenant à la direction du parti des cadres plus jeunes. Erich Apel, Werner Jarowinski et Günter Mittag furent élus au Bureau politique où, en tant que spécialistes, ils agirent de manière plus pragmatique que les anciens cadres. Cela se répercuta sur les étages inférieurs où, dès lors, de plus en plus de quadragénaires issus de la « nouvelle intelligence » marquèrent de leur influence les conseils consultatifs. Ils avaient plutôt une approche technisante des questions d’optimisation de la planification, étaient à l’affût des nouvelles pistes de la cybernétique, de l’« organisation scientifique du travail » ou des théories du management (« conduite socialiste de l’économie ») et continuaient à développer ces concepts17. En même temps, Ulbricht montrait que le parti entendait faire face aux problèmes économiques toujours présents et était prêt à entreprendre des réformes de fond de l’ordre économique. En revanche, la construction du Mur était une condition préalable importante, car elle atténuait la concurrence entre les deux systèmes allemands et créait au contraire un champ libre pour l’expérimentation, celle-ci n’entraînant pas un mouvement de fuite massive en direction de l’Ouest, même en cas d’échec.

  • 18 Richtlinie für das neue ökonomische System der Planung und Leitung der Volkswirtschaft. Beschluss (...)
  • 19 Pour les détails, voir André Steiner, Die DDR-Wirtschaftsreform der sechziger Jahre. Konflikt zwis (...)
  • 20 Cf. Maria Köhler-Baur, « Von der ›Vervollkommnung‹ der Planwirtschaft in der ČSSR zum ›Neuen Syste (...)
  • 21 Tinbergen, Kaser (note 4), p. 66.

11En juillet 1963, le Conseil des ministres proposa la « directive concernant le nouveau système économique de planification et de conduite économique du pays » (« Richtlinie für das neue ökonomische System der Planung und Leitung der Volkswirtschaft » – NÖSPL). Le but en était de « prouver, dans l’intérêt de la nation tout entière la supériorité de notre ordre socialiste, même dans le domaine économique »18. Par là même, les ambitions et les limites de la réforme étaient, les unes et les autres, clairement définies. Plus d’efficience, mais en même temps pas d’abandon de l’ordre économique socialiste établi. Les intentions se résumaient à cela. L’idée centrale de la directive NÖSPL était la décentralisation. La Commission étatique du plan ne devait plus travailler que sur les grandes lignes, sur un plan perspectif, envisagé sur cinq à sept ans, et devait le concrétiser (après consultation des niveaux inférieurs) par des plans annuels dont la mise en place devait passer sous la responsabilité de 82 unions d’entreprises nationalisées et aux entreprises elles-mêmes. Pour rendre l’ensemble du système plus fluide, les questions d’approvisionnement en matériaux, d’obtention de crédits, des prix et des ventes devaient être réglées aux niveaux inférieurs et de là devaient partir les impulsions commerciales vers l’intérieur et l’extérieur. Une idée nouvelle dans le système économique socialiste était « l’intéressement matériel » de l’ouvrier, qui devait être réalisé grâce aux prix et aux salaires. Les achats à prix coûtant, les gains et les primes étaient d’autres éléments prévus dans ce système dit « de levier économique »19. Cette décentralisation et cette flexibilisation de la planification en RDA correspondaient à un changement politique dans d’autres États socialistes où l’on avait songé de la même manière à des réformes économiques et introduit, tout particulièrement en Tchécoslovaquie, en Hongrie, mais aussi en Pologne, des transformations de plus grande envergure20. Ainsi, en 1968, un « ministère de la Planification » remplaça à Prague la Commission étatique du plan, tandis qu’à Budapest, à partir de cette même année, l’administration centrale de la planification ne donna plus les chiffres du plan sous la forme de directives impératives21.

12En RDA cependant, les intentions réformatrices n’allaient pas aussi loin. On pouvait bien plutôt voir en 1965 déjà que le SED n’était pas disposé à aller plus loin dans la concession. Les réformes n’apportèrent que des « résultats médiocres », car la dynamique de développement industriel resta par le fait en dessous des attentes, ce qui était dû aussi aux déceptions dans le domaine de l’exportation et à l’intransigeance soviétique dans les négociations économiques. Le suicide de la tête pensante des réformes, Erich Apel, conduisit à la perte d’influence des réformateurs dans la direction du parti. Le successeur d’Apel dans la Commission du plan, Gerhard Schürer, ne voyait pas pourquoi il aurait dû, comme son prédécesseur, faire figure de force réformatrice ; il ne fut pas élu au Bureau politique.

  • 22 Pour plus de détails sur ce sujet, voir Steiner (note 19), pp. 104ss.

13Parallèlement aux réformes économiques, les quelques tentatives timides d’ouverture et d’essor dans le domaine culturel se virent également opposer une fin de non-recevoir ; la onzième session plénière du Comité central du SED le fit comprendre catégoriquement fin 1965. Ces deux choses indiquaient que même après la construction du Mur, le SED n’était pas disposé à laisser remettre en question son monopole décisionnel. Et pourtant, il devait tenir compte de facteurs exogènes sur lesquels il n’avait pas d’influence. En particulier la ligne suivie par l’Union soviétique, la puissance prépondérante dans le COMECON, réduisait la marge de manœuvre de sa direction, et pas seulement dans ce cas22. La Commission étatique du plan ne put, jusqu’en 1970, dresser aucun plan perspectif consistant et réalisable. La première étape des réformes avait échoué.

  • 23 Steiner (note 19), pp. 436ss.

14Certes, fin 1965, on fit officiellement la promotion de la deuxième phase de la directive NÖSPL. Mais ce n’est qu’en 1967/68, avec le « Système Économique du Socialisme », que le débat sur la réforme connut un nouvel élan. La formule magique était alors : « dépasser sans rattraper » et visait à pousser le développement scientifique et technique pour acquérir un avantage tant quantitatif que qualitatif dans la concurrence avec l’Ouest. Dès lors ces secteurs – surtout quelques secteurs de la chimie, de l’électronique, de la construction mécanique – qui prenaient dans la « révolution scientifique et technique » une importance particulière, devaient à nouveau être planifiés de manière centrale à l’avenir, tandis que le reste de l’économie continuait à suivre la NÖSPL, à fixer de manière centrale les dispositions-cadres et à les faire appliquer par les niveaux inférieurs, les unions d’entreprises nationalisées et les entreprises23.

15Dans ce contexte, planifier l’éducation prenait une importance particulière. Dès le début, le SED avait eu une politique interventionniste dans le domaine de l’éducation ; maintenant, le soutien à « la science, force de production » était au centre de toutes les attentions. Pour cela, la planification de l’éducation était, de manière fonctionnelle, toujours en rapport avec le développement économique et impliquait des visées politiques. Il n’y avait pas place pour le « développement personnel » ou le concept classique de culture.

  • 24 Günther Hersing, « Aufgaben und Probleme sozialistischer Bildungsplanung (1974) », cité d’après Os (...)

16Étant donné que l’éducation joue un rôle déterminant dans la construction de la nouvelle société, son implication dans la planification consciente des processus sociaux est une nécessité objective. Son développement planifié en accord avec les exigences et les possibilités du développement de l’ensemble de la société crée une condition essentielle au maintien et au renforcement du pouvoir de la classe ouvrière elle-même ainsi qu’à la réalisation de son premier objectif, l’éducation universelle de l’être humain24.

  • 25 Ralph Jessen, « Zwischen Bildungsökonomie und zivilgesellschaftlicher Mobilisierung. Die doppelte (...)

17Le SED s’éloigna alors d’une politique globale d’éducation initialement égalitaire pour pousser les écoliers doués et former des spécialistes. La base et le seul cadre de référence déterminant pour la planification de l’éducation étaient les plans économiques25.

  • 26 Steiner (note 7), pp. 146ss.

18Dans le domaine économique, la flexibilisation de la planification que l’on visait se révéla à peine réalisable compte tenu des conditions de la dictature du SED et de l’intégration du commerce extérieur au COMECON. La direction du parti devait sans cesse intervenir dans le transfert de matières premières et de produits semi-finis. Elle ne cessait de se battre contre les problèmes que causaient ses partenaires, tout particulièrement l’Union soviétique, qui ne livrait pas, ou en quantité insuffisante, les matières premières dont elle avait besoin de toute urgence, et suivait par ailleurs avec scepticisme les tentatives de réforme à Berlin Est. L’échec dramatique des réformes en Tchécoslovaquie, en 1968, auquel la direction du SED contribua, eut des conséquences sur le cours des réformes est-allemandes. Il fallait aussi s’endetter de plus en plus auprès de « l’étranger non-socialiste » pour importer des marchandises et des techniques absolument nécessaires. Les objectifs de croissance – on attendait des taux de 8,5 à 10 % – fixés par le parti ne furent jamais atteints et eurent globalement des effets plutôt contreproductifs, car les entreprises outrepassaient leurs limites de disponibilités26. Non seulement les réformes ne furent pas à la hauteur des problèmes économiques graves de la fin des années 1960, mais dans une certaine mesure, elles avaient aussi contribué à les créer.

  • 27 Compte-rendu des négociations du VIIIe Congrès du SED, 15 au 19 juin 1971, cité d’après Steiner (n (...)

19En mai 1971, le SED mit un terme définitif aux expérimentations dans la planification. Sous la pression de Moscou, plus exactement, de certains membres de la direction du parti, Walter Ulbricht démissionna de son poste de premier secrétaire du SED. Son successeur fut Erich Honecker, qui annonça au VIIIe Congrès du parti en 1971 la nouvelle « tâche primordiale » : « l’augmentation du niveau de vie matériel et culturel du peuple sur la base d’un rythme soutenu de développement de la production socialiste, de l’amélioration de la tangibilité des résultats, du progrès scientifique et technique et de la croissance de la productivité du travail »27. Au vu des troubles survenus en Pologne en 1970 ainsi que de certains cas de grève en RDA même, il semblait incontournable aux yeux de Honecker de revenir aux mécanismes établis de planification et de direction et de centraliser à nouveau les responsabilités. Au contraire d’Ulbricht, qui voulait améliorer la productivité par une pratique plus flexible des mécanismes de planification et par l’implication partielle des entreprises dans ceux-ci, Honecker misait sur l’accroissement de la performance économique par des programmes sociopolitiques. Durant l’ère Honecker, il n’y eut plus en RDA de nouveautés fondamentales et dynamisantes dans la planification. Elle perdit en efficacité et en élasticité, une élasticité qui aurait permis une adaptation fluide de la planification économique aux conditions économiques en plein changement. Avec la fin des réformes, la RDA prit le chemin du déclin économique – ce qui n’apparaît certes complètement qu’avec le recul du temps.

« Planifier n’est pas un péché ». La République fédérale dans l’euphorie de la planification

20Tandis qu’à l’Est le SED tentait de déverrouiller le système rigide de planification, de le flexibiliser et dans une certaine mesure de le libéraliser par l’introduction d’éléments de gestion semblables à ceux du marché, à l’Ouest, on parvenait de plus en plus à la conviction qu’il fallait planifier aussi dans les systèmes d’économie de marché et de démocratie libérale.

  • 28 Voir Bernhard Löffler, Soziale Marktwirtschaft und administrative Praxis. Das Bundeswirtschaftsmin (...)
  • 29 Josef Kölble, « Pläne im Bundesmaßstab oder auf bundesrechtlicher Grundlage », in : Joseph H. Kais (...)
  • 30 Se rapportant à ceci : Michael J. Hogan, The Marshall Plan. America, Britain, and the Reconstructi (...)

21Si l’on en reste à la lecture officielle, la planification ne joua, dans les années cinquante, aucun rôle dans la pratique politique de la République fédérale. Au contraire : la planification était largement associée aux plans quadriennaux nationaux-socialistes et surtout à la planification socialiste telle qu’elle était pratiquée en RDA. Dans ce contexte explicatif, l’hostilité à la planification devenait un élément du consensus anti-totalitaire qui était le fondement idéologique de la phase de fondation de l’État ouest-allemand. Une telle hostilité s’exprimait surtout de manière rhétorique, tandis que dans la pratique politique des éléments de planification jouaient bien un rôle et que tout n’était pas livré aux forces du marché, comme l’aurait souhaité maint libéral28. On pourrait ici penser au plan fédéral pour la jeunesse de 1950, au Plan Vert de 1955, au plan pour les routes fédérales de 1957, à l’accord Fédération-Länder sur l’aménagement du territoire de la même année, au plan Lücke, qui introduisit la fin du contingentement obligatoire des logements, de 1960, et à d’autres encore29. Bien sûr, à cette époque, la République fédérale était encore très éloignée d’une coordination de ces planifications ou de leur institutionnalisation en un ministère de la Planification par exemple. En comparaison avec d’autres pays d’Europe de l’Ouest, elle jouait là un rôle à part. Car après la Seconde Guerre mondiale, les pratiques de planification avaient marqué, même sous des formes diverses, la France surtout, mais aussi la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ou les États scandinaves ; et tout particulièrement grâce au Plan Marshall, des théories keynésiennes de régulation et des conceptions de la planification issues du modèle consensuel libéral, qui trouvaient leurs origines dans le progressisme américain et le New Deal, étaient parvenues jusqu’en Europe30.

  • 31 van Laak (note 2), p. 322.
  • 32 Hellmut Becker, « Wissenschaft als Voraussetzung von Politik », in : Robert Jungk, Hans Josef Mund (...)

22La « planification » ne devint donc que peu à peu, à partir des années cinquante, un thème d’importance dans le discours politique de la République fédérale, un peu comme une piste son dans le concert toujours plus fort et toujours plus nourri des voix parlant d’avenir. En un sens, cette époque vivait « une situation […] de densification temporelle […]. L’idée d’une planification coordonnée n’est pas loin lorsque face à des concurrents effectifs ou supposés on pressent de graves retards de développement, ou lorsque les perspectives attendues, l’horizon de la science et des théories à venir font éclater les champs de l’expérience établie »31. Assurer au minimum la survie journalière, mettre l’économie en marche, donner de la vie aux institutions politiques : ces tâches semblaient accomplies ; désormais on pouvait, oui, on devait construire l’avenir. Hellmut Becker, l’un de ceux qui, à l’époque, contribuèrent avec éloquence à planifier l’éducation, utilisa cette belle image (même si elle n’est pas exempte de connotations) de l’Allemagne qui durant la Reconstruction « avait été mise en selle, sans savoir où l’on allait se rendre »32.

  • 33 Pour plus de détails : Gabriele Metzler, Konzeptionen politischen Handelns von Adenauer bis Brandt (...)
  • 34 Voir Claus Pias, Cybernetics – Kybernetik. Die Macy-Konferenzen 1946 – 1953, 2 vol., Weimar, 2002  (...)

23L’idée de la planification comme prévision active et édification de l’avenir pouvait aussi toujours s’employer comme argument de tactique politique, contre l’immobilisme supposé et le statu quo guidant la politique d’Adenauer ; mais derrière cela se cachait plus. Que la planification ait été de plus en plus non seulement connotée positivement, mais aussi envisagée comme concept politique clé, vient de facteurs internes et externes. À l’intérieur, la naissance d’une opinion publique critique jouait un grand rôle. Des intellectuels critiques, des écrivains et des scientifiques réclamaient la modernisation des processus politiques, qui ne devait pas seulement tenir compte du changement des données sociales mais par laquelle aussi la société et le monde politique devaient être démocratisés. Les arguments se résumaient ainsi : dans une société dans laquelle le monde du travail se transformait rapidement, où le progrès technique imposait de nouvelles exigences à toutes les parties prenantes du processus de travail, où se dessinaient nettement les crises économiques structurelles de la société industrielle traditionnelle, dominée par le charbon et l’acier, dans une telle société, l’action politique ne devait pas faire référence au présent mais à l’avenir33. Et il faut bien dire que des possibilités s’ouvraient là, puisque la base matérielle, selon l’opinion contemporaine dominante, était assurée de manière fiable grâce aux innovations techniques, grâce aux nouvelles sources d’énergie comme le nucléaire ; par ailleurs, les promesses des « cerveaux électroniques », et avec eux de la cybernétique et de l’exploration naissante du futur, alimentaient de plus des fantasmes de maîtrise de la société34.

  • 35 Pour plus de détails : Metzler (note 33), pp. 218ss.
  • 36 Plan de Développement Économique et Social, Projet de Loi, 29 novembre 1961, cité d’après Alexande (...)
  • 37 Alwin Münchmeyer, « Planungsschatten über der EWG ? Der freie Wettbewerb darf nicht eingeschränkt (...)
  • 38 Memorandum der Kommission über das Aktionsprogramm der Gemeinschaft für die zweite Stufe, Bruxelle (...)
  • 39 Nützenadel (note 36), pp. 222ss.
  • 40 Memorandum der Kommission (note 38), pp. 61ss.
  • 41 « Freiheitliche Wirtschaftspolitik in Europa. Das Rededuell zwischen Erhard und Hallstein im Europ (...)
  • 42 « Rundschreiben des Leiters der Grundsatzabteilung », 6 février 1963, cité d’après Metzler (note 3 (...)
  • 43 Nützenadel (note 36), p. 227.

24Cette accumulation de facteurs, à elle seule, ne suffit certes pas à expliquer pourquoi le tabou de la planification put être brisé. Des facteurs externes de poids s’ajoutèrent ; tout d’abord le sentiment du retard de l’Ouest face au « choc du spoutnik » de 1957, le début de la détente en politique internationale au début des années 1960, qui donnait du fondement aux espoirs de convergence et semblait confirmer « la fin des idéologies » déjà annoncée au milieu des années cinquante35. Surtout, il ne faut pas négliger dans ce contexte les évolutions sur le plan européen. Dans ce domaine, le gouvernement français s’employait à étendre à la politique de la Communauté économique européenne ses propres expériences de la planification, faites depuis 1946, et à convaincre ses partenaires de l’alliance européenne de planifier selon le modèle français. Le quatrième plan (1962 – 1965) formulait ceci sans équivoque puisque la nécessité était abordée dans l’introduction de « faire changer nos partenaires d’attitude mentale de fond sur cette question et donc de travailler à les persuader »36. « Des ombres de planification »37 surgirent au-dessus de la CEE lorsque la Commission européenne présenta en octobre 1962 la « deuxième phase du programme d’action de la Communauté »38, dans laquelle on reconnaissait indéniablement la main de Robert Marjolin, le vice-président de la Commission39. On n’envisageait pas un plan autoritaire, mais bien une « programmation » sur la base d’une « prévision à long terme »40. Cette exigence provoqua au gouvernement fédéral allemand et tout particulièrement chez Ludwig Erhard de violentes réactions de défense. Erhard et Walter Hallstein, le président de la Commission européenne, se livrèrent au Parlement européen une violente bataille41, tandis que le ministre fédéral de l’économie recommandait instamment à ses fonctionnaires de ne plus recevoir de délégations françaises ni de participer à des réunions d’information sur « le plan », car sinon, on donnerait aux Français l’impression – fausse – « de trouver peu à peu plus d’intérêt à ce style de politique économique »42. En raison des résistances allemandes, la planification ne put finalement s’imposer dans le secteur privé, mais on trouva pourtant un consensus en faveur de l’adaptation générale de la politique économique et conjoncturelle nationale ainsi qu’en faveur de l’introduction d’une planification à long terme des finances43.

  • 44 Michael Ruck, « Ein kurzer Sommer der konkreten Utopie – Zur westdeutschen Planungsgeschichte der (...)
  • 45 Renvoyant à des sources multiples : Wilfried Rudloff, « Bildungsplanung in den Jahren des Bildungs (...)
  • 46 Rudloff (note 45), p. 262.
  • 47 Fred Klinger, « Wirtschaftsentwicklung, Beschäftigungssystem und Bildungswesen », in : Oskar Anwei (...)

25Si l’exportation de la planification française avait échoué dans des domaines importants, les controverses résultant de ce projet n’étaient pas restées sans suite en République fédérale. Les débats ouest-allemands sur la planification purent tirer des discussions européennes une bonne part de légitimité. De fait, les impulsions extérieures aidèrent à franchir en paroles « le gouffre entre théorie de l’économie de la concurrence et pratique de l’économie mixte »44, entre la rhétorique d’une société libérale et la nécessité d’une action de planification sociale. Des poussées venant de l’extérieur (de l’OCDE désormais) ainsi que la comparaison avec l’étranger donnèrent aussi des ailes aux premiers projets concrets de planification, qu’on put observer en 1963/64 dans le domaine de la politique éducative. Les responsables de l’éducation au niveau de la Fédération et des Länder ne regardèrent pas seulement en Europe de l’Ouest, où s’épanouissaient les conceptions planificatrices, dans le cadre du plan quadriennal français par exemple, ou au ministère de l’éducation en Suède, ou à la Royal Commission en Grande-Bretagne ; mais ce qu’ils voyaient à l’Est les alarmait. En Union soviétique et en RDA, on semblait être mieux préparé au changement structurel économique. Il semblait que là-bas, la planification de l’éducation se fût déjà adaptée à la « révolution scientifique et technique » et pût même lui donner un dynamisme supplémentaire45. Bien sûr, il existait aussi dans ce secteur des « plans avant la planification »46 ; cependant les jalons décisifs d’une procédure systématique ne furent posés qu’en 1963 avec « l’état des lieux des besoins » établi par la Conférence des ministres de l’éducation. En 1973, un « plan général pour l’éducation » fut déposé. À la différence de ce qui se passait en RDA pour la planification de l’éducation, en République fédérale, le besoin de main d’œuvre qualifiée n’entrait pas seul en ligne de compte, mais aussi « les souhaits clairement exprimés par la population et les goûts individuels »47. Il faut bien dire que, dans la pratique politique, la mobilisation des ressources, l’expansion quantitative du système éducatif, le développement des écoles et de l’enseignement supérieur étaient au premier plan. Cela allait graduellement contre les revendications formulées toujours plus clairement par les étudiants : ils réclamaient la concertation, la libéralisation des structures encroûtées de l’Université (au lieu d’une simple augmentation des chiffres d’entrée) et la modification des contenus de l’enseignement. Comme dans d’autres pays d’Europe de l’Ouest, et particulièrement en France, l’expansion du savoir, conçue de manière technocratique, se heurta bientôt aux critiques de fonds des étudiants et contribua ainsi à la mobilisation des mouvements de protestation de 1968.

  • 48 Ruck (note 44), p. 380.
  • 49 Alfred Müller-Armack, « Die zweite Phase der Sozialen Marktwirtschaft. Ihre Ergänzung durch das Le (...)
  • 50 Concernant l’influence de Schiller : Metzler (note 33), pp. 90ss. ; Nützenadel (note 36), pp. 237 (...)
  • 51 Nützenadel (note 36), p. 304.

26Il est vrai que l’idée de la planification effectua sa « vraie percée »48 dans le champ de la politique économique. Déjà en 1960, Alfred Müller-Armack, l’un des maîtres à penser de l’économie sociale de marché et, en sa qualité de secrétaire d’État au ministère de l’économie de Erhard, artisan influent, avait lancé ce mot-clé de « la deuxième phase de l’économie sociale de marché »49. Dans les années suivantes également, des idées semblables – et tout aussi vagues – avaient été émises à plusieurs reprises sans qu’on pût en tirer de lignes d’action conceptuelles. Elles ne venaient pas uniquement du camp des ordolibéraux, les sociaux-démocrates aussi s’affirmaient dans ce domaine. Avec le programme de Bad Godesberg, en novembre 1959, le SPD avait abandonné certaines vues socialistes traditionnelles (et en même temps certaines théories d’intervention de l’État visant les liens micro-économiques) et il s’affichait comme vrai parti de réforme. Karl Schiller, économiste et, de 1961 à 1965, sénateur en charge de l’économie à Berlin-Ouest, sous Willy Brandt, marqua le cours des sociaux-démocrates en politique économique comme nul autre. De lui venait le slogan : « De la concurrence, autant que possible ; de la planification, autant que nécessaire. »50 En tant que ministre de l’économie dans la Grande Coalition (1966 – 1969), Schiller se trouva finalement dans une situation dans laquelle on tenait « plus de planification » pour nécessaire. La cause en fut la « minirécession »51 de 1966, durant laquelle pour la première fois depuis la guerre, le produit national brut chuta, le taux de chômage grimpa provisoirement et le danger d’inflation aussi grandit. La politique du gouvernement fédéral et de la Bundesbank accentua encore cette situation. Faute de succès économique, Erhard ne put se maintenir à la chancellerie (il était chancelier depuis 1963).

27La « loi d’incitation à la stabilité et à la croissance de l’économie » du 8 juin 1967 fut un élément important dans l’orientation vers plus de planification. On y trouvait le concept d’une « conduite globale de l’économie ». Le Bund, les Länder et les communes devaient orienter leurs budgets de manière contracyclique et les adapter entre eux. À côté de la demande publique, la demande privée devait être régulée par le biais d’interventions fiscales. Les objectifs furent ainsi définis (le « carré magique ») : stabilité des prix, équilibre du commerce extérieur, plein emploi et croissance économique convenable et constante. Pour coordonner les attitudes des partenaires sociaux, on créa l’« Action Concertée », un conseil corporatiste qui devait soutenir cette conduite globale de l’économie orientée vers l’équilibre.

  • 52 Ruck (note 44), p. 385 ; voir aussi Nützenadel (note 36), pp. 304ss.
  • 53 Plus de détails dans : Gabriele Metzler, « Am Ende aller Krisen ? Politisches Denken und Handeln i (...)

28La recherche historique récente a montré que Schiller et la Grande Coalition n’empruntèrent pas vraiment un chemin très nouveau, mais qu’ils eurent recours à des travaux précédents et que leur politique keynésienne « ne fit que [mettre à exécution] ce que préconisait le débat politico-économique des élites concernées à son stade actuel d’aboutissement. »52 Cette adhésion claire à un plan-cadre macro-économique libéra toutefois les attentes qui s’étaient accumulées depuis la fin des années cinquante, à l’occasion de la discussion sur la planification. En ce sens la loi sur la stabilité réveilla une euphorie de planification qui caractérisa la politique de Bonn ainsi que la société ouest-allemande dans les années qui suivirent. Dans une large mesure, on pensait que, lorsqu’on aurait écarté le danger des crises économiques (en les diagnostiquant à temps et appliquant les remèdes correspondants), on pourrait planifier sur des bases sûres dans tous les autres domaines de la société53. De fait, la politique contracyclique de la coalition permit de surmonter rapidement la récession. Ce succès de la conduite globale de l’économie et de son spiritus rector Karl Schiller ne fut pas la moindre raison du changement de pouvoir de 1969.

  • 54 Ruck (note 44), p. 386.
  • 55 Wolfgang Jäger, « Die Innenpolitik der sozial-liberalen Koalition 1969 – 1974 », in : Id., Karl Di (...)
  • 56 Voir par exemple Reimut Jochimsen [chef de la cellule de planification à la chancellerie], « Für e (...)
  • 57 Pour plus de détails : Metzler (note 33), pp. 362 – 372 ; Winfried Süss, « › Wer aber denkt für da (...)
  • 58 Robert Meinhardt, « Macht Ehmke das Kanzleramt zur ›Entscheidungsfabrik‹ ? Brandts Sonderminister (...)
  • 59 Hartmut Bebermeyer, Regieren ohne Management ? Planung als Führungsinstrument moderner Regierungsa (...)
  • 60 Voir Aaron Wildawsky, « Rescuing Policy Analysis from PPBS », in : A Symposium. Planning-Programmi (...)
  • 61 Ruck (note 44), p. 393.
  • 62 Süss (note 57), p. 373.

29Avec l’arrivée au gouvernement de la coalition social-libérale sous le chancelier Willy Brandt, « la planification avait d’autant plus le vent en poupe »54. La déclaration du gouvernement du 28 octobre 1969 fut « la plus ambitieuse et la plus exigeante dans l’histoire de la République fédérale »55. La « politique de réformes intérieures » était largement assise et tendait à imbriquer plus étroitement des plans déjà en marche. Ceci était valable pour les plans sectoriels comme pour les plans agissant aux différents niveaux du système politique de la République fédérale, du Bund jusqu’aux communes56. On avait besoin pour cela de changements institutionnels fondamentaux : ce fut le début de la grande époque des cellules de planification dans les ministères et les administrations. Certes, une cellule de planification avait déjà été installée en 1963 au ministère des Affaires étrangères, ainsi qu’à la chancellerie fédérale en 1967, cependant à partir de ce moment seulement, la mise en place devint systématique. La cellule de planification de la chancellerie fut conçue comme le lieu de coordination centrale de l’ensemble de la politique gouvernementale et donc équipée – comme toute la chancellerie – en moyens humains suffisants et en moyens techniques dernier cri57. Dans la presse, l’expression « usine à décisions »58 circulait déjà. Les informations y étaient centralisées, traitées et mises en relation les unes avec les autres. En peu de temps, le fichier créé à cet effet contint environ 650 projets de plan et 900 000 informations ; chaque mois, 44 listes d’exploitation de données arrivaient à la chancellerie et aux ministères59. On adopta le système PPBS (Planning-Programming-Budgeting-System) en cours aux États-Unis, où le Pentagone l’avait mis en place le premier, un système dont l’efficience avait déjà commencé à souffrir là-bas des flots d’information60. À Bonn, les planificateurs de la chancellerie faisaient les mêmes expériences. On ne parvint pas à imbriquer les différents projets des ministères ; très rapidement, les intérêts particuliers des départements ministériels ressurgirent avec force. Des projets tels que le « plan de développement fédéral » ou la réforme des communes prévue ne purent être réalisés. On dut au contraire toujours faire des compromis pour équilibrer les intérêts divergents, ce qui, à la longue, « fit grimper effroyablement le prix de la résolution administrative de nouvelles constellations de problèmes […] »61 Le passage à « une politique d’une nouvelle qualité »62, promise par le projet de « réformes intérieures », ne réussit pas.

De la planification à la convergence ?

30Ni les réformes du système de planification en RDA, ni les ambitions planificatrices en République fédérale n’atteignirent leurs objectifs respectifs. Elles échouèrent à cause des intérêts établis, des contradictions internes, d’une complexité excessive, et finalement, au plus tard avec la crise des prix pétroliers, à cause aussi de ressources défaillantes. La recherche ne permet pas de faire un bilan précis des succès réellement remportés et de l’influence de la planification dans les différents secteurs. Cela qui s’explique encore une fois par les problèmes méthodiques variés que pose l’étude de la réception et des effets. Cependant, il est évident que les changements dans le domaine politique de part et d’autre du Mur étaient très liés et avaient de fortes interactions avec un contexte international plus large.

  • 63 Anselm Doering-Manteuffel, « Ordnung jenseits der politischen Systeme. Planung im 20. Jahrhundert  (...)

31Les années 1960 furent donc, au-delà des systèmes, et indépendamment des ordres politiques et économiques des sociétés industrielles modernes, une période-phare de la planification, une période où l’avenir semblait modelable et où les crises économiques qui renversaient les systèmes semblaient appartenir au passé. Bien qu’un tel optimisme nous fasse rétrospectivement l’effet d’avoir été naïf, il a son origine historique dans la phase de détente du conflit Est-Ouest, dans la transformation structurelle de la société industrielle, et avant tout dans l’élan de la science et de la technique, qu’on le nomme « révolution scientifique et technique » ou « deuxième révolution industrielle », peu importe. La confiance dans l’exploitation de ressources énergétiques inépuisables (énergie nucléaire) était encore intacte pour l’essentiel ; les gens associaient le progrès scientifique à une amélioration des conditions de vie, non seulement en Europe ou dans le monde industrialisé, mais à une échelle globale. Ainsi les années 1960 furent aussi l’époque de la modernisation optimiste dans le « tiers-monde » où l’on exporta la planification comme clé du développement63.

  • 64 Peter Christian Ludz donne un aperçu de ces théories : « Konvergenz, Konvergenztheorie », in : Sow (...)

32C’est de cette situation historique que se saisirent les théories de la convergence alors en vogue. Le concept de la convergence, issu à l’origine de la biologie, selon lequel des groupements d’organismes définis développent des histoires distinctes mais commencent à se ressembler lorsqu’ils ont à s’adapter à des conditions environnementales semblables, paraissait convenir au mieux aux sociétés industrielles modernes de la deuxième moitié du XXe siècle. Car elles se trouvaient bien toutes à un stade équivalent de développement économique et social où elles construiraient des structures semblables. Cette idée n’était, au fond, pas nouvelle dans les années 1960, on peut en retrouver la trace jusqu’à l’époque des lumières, au XVIIIe siècle. Elle connaissait pourtant alors un renouveau tout particulier64.

  • 65 Walt W. Rostow, Stages of Economic Growth. An Anti-Communist Manifesto, Cambridge, 1960.
  • 66 Tinbergen (note 5) ; Id., « Zur Rolle der Planungstechniken bei einer Annäherung der Strukturen in (...)

33Il y avait d’une part des fondements à la convergence provenant de la théorie de la croissance, comme le montrait Walt Rostow en 1960 dans son travail sur « les stades du développement économique »65. Il esquissa le dessin d’un développement économique pour ainsi dire naturel qui doit passer par cinq stades avant d’atteindre celui de la consommation de masse. Ceci étant posé, toutes les sociétés se trouvaient sur le même chemin de développement historique et concorderaient par conséquent au dernier stade. Dans ce processus, les pays occidentaux auraient juste une avance que Rostow prétendait pouvoir calculer exactement. D’autre part, on pouvait déduire la convergence des caractéristiques des ordres économiques. Le spécialiste en économie nationale Jan Tinbergen, que nous citions au début, s’attendait fermement, à la suite de ses observations (dans les ordres économiques occidentaux, les éléments de planification prenaient visiblement de l’importance dans la conduite des processus économiques, tandis que parallèlement, les systèmes rigides d’économie planifiée de l’Est se libéralisaient et intégraient des éléments de l’économie de marché), à ce que les deux systèmes se rejoignissent, en quelque sorte dans une nouvelle forme d’ordre économique66. Les thèses de Tinbergen se démarquaient des ouvrages sur « la troisième voie » que l’on trouvait couramment à la fin des années quarante et dans les années cinquante en ce qu’elles ne sonnaient pas comme un plaidoyer normatif mais étaient en quelque sorte l’expression d’une prévision fondée scientifiquement et donc plus que plausible.

  • 67 Jessen (note 25), p. 220.

34De fait, l’exigence de scientificité et de rationalité était bien le plus petit dénominateur commun dans les conceptions de la planification à l’Ouest et à l’Est dans les années 1960. Le développement des instituts de recherche et des établissements de formation, l’implantation de l’expertise, de même que l’expansion du conseil scientifique en politique témoignaient de l’importance croissante du savoir scientifique pour la planification. Dans certains domaines – la planification de l’éducation en est un modèle-type – les experts contribuaient largement à définir la thématique des plans, à les mettre en forme et en place. Dans leurs discours sur « le capital humain » ou « sur la science, force de production », les experts étaient jusqu’à un certain point comparables aussi par leur « froide élocution »67.

  • 68 Herbert Meissner, Konvergenztheorie und Realität, Berlin-Est, 1969.
  • 69 Pour une courte esquisse du contexte : Stefan Wolle, « Die versäumte Revolte. Die DDR und das Jahr (...)
  • 70 Günther Rose, Konvergenz der Systeme. Legende und Wirklichkeit, Cologne, 1970.

35L’affirmation de telles ressemblances structurelles, qui se manifestaient aussi par l’appartenance des planificateurs ou des réformateurs de la planification à la même génération, dut être la raison majeure pour laquelle les thèses occidentales sur la convergence se heurtèrent à un rejet brutal surtout de la part de l’Union soviétique et de la RDA. En raison de leur « conception idéaliste fondamentale », elles se révélaient de toute évidence être des « théories bourgeoises », qui certes d’un côté reflétaient le degré avancé de décomposition du système capitaliste, mais de l’autre « étaient vraiment tout à fait propres à faire dans le présent écho à certaines exigences politiques de la bourgeoisie du monopole et à leur fournir des arguments théoriques », ainsi que l’écrivit Herbert Meißner à propos du rapport entre le marxisme et la théorie de la convergence68. Aux alentours de 1968, les théories de la convergence et les espoirs d’une « troisième voie » furent stigmatisés comme « diversion idéologique » et intégrés dans le set des idées libérales contre lequel le SED prenait la position la plus acharnée69. La critique pouvait prendre appui sur un point central des thèses occidentales de la convergence, sur la prétendue ressemblance structurelle entre les sociétés industrielles modernes. Qu’à l’Ouest les éléments de planification jouassent désormais un rôle plus important dans l’économie ne pouvait en aucun cas faire oublier la contradiction fondamentale du mode de production capitaliste, de même que le développement de la société de consommation de masse à l’Ouest pouvait tout aussi peu masquer là-bas la persistance de la polarisation entre les classes. Ainsi argumentait l’un des porte-parole des adversaires de la convergence70.

Conclusion

  • 71 André Steiner, « ›Kein freies Spiel der Kräfte ! ?‹ Das Neue Ökonomische System als Einheit von Pl (...)
  • 72 Metzler (note 33), pp. 289ss.
  • 73 Pour plus de détails concernant le « débat sur la technocratie » : Metzler (note 33), pp. 196ss. À (...)
  • 74 Kessler (note 17).

36Effectivement, on ne pouvait parler d’une réelle convergence, comme le montre la vision rétrospective de l’historien. Car, d’une part, les réformes de la planification en RDA tout comme les tentatives de planification en République fédérale ne menaient, d’un côté comme de l ‘ autre, pas à une véritable transformation de l’ordre social et économique établi. En ce qui concerne l’Ouest, on peut tout au plus constater que « l’économie mixte » qui existait depuis longtemps était désormais reconnue aussi dans la théorie de l’économie et dans le discours politico-économique. À l’Est, la réforme économique marquait certes « de manière tout à fait essentielle, par ses effets sensibles au-delà du domaine économique, l’atmosphère et la rhétorique des années 1960, et elle laissait par là son empreinte en RDA, mais en réalité, elle restait prise dans les griffes du système du socialisme étatique »71. D’autre part, les réformes économiques en RDA restèrent toujours les arcanes de conseils d’experts et de fonctionnaires ; l’opinion ne jouait et ne devait jouer aucun rôle. À l’inverse, la discussion sur la planification avait vraiment été lancée en République fédérale justement par une opinion publique critique qui, dans ses exposés, établissait toujours un lien étroit entre planification, modernisation (c’était une corrélation établie) et démocratisation72. L’idée de la planification comme démocratisation reposait sur le concept de « rationalité », terme qui s’implantait comme mot-clé dans le vocabulaire politique. Dans l’esprit des porteurs de la pensée planificatrice, la politique devenait « rationnelle » lorsqu’elle était fondée scientifiquement, lorsqu’elle digérait par conséquent de la connaissance scientifique sur la société – il faut dire qu’en général, c’était le conseil scientifique en politique qui devait jouer le rôle de transmetteur de ce savoir et l’intégrer dans le processus politique. Il ne fallait pas confondre la politique d’inspiration scientifique avec de la technocratie. Dans l’univers des porteurs de la planification, le conseil scientifique en politique n’était pas doté de pouvoir décisionnaire, mais il suivrait, telle était la conviction, le modèle pragmatique qu’avait proposé Jürgen Habermas et qui se caractériserait par la communication interactive entre les acteurs politiques et scientifiques73. Une autre différence s’impose là, car dans le domaine du conseil politique il n’existait pas en RDA de conseils consultatifs indépendants, constitués uniquement de scientifiques ; de même, il ne pouvait être question d’autonomie intellectuelle ou de parole libre des conseillers74.

37Tandis qu’en RDA, les réformes du système de planification trouvaient leurs limites dans le primat de la politique et la revendication du pouvoir par le SED sans donc jamais vraiment s’appliquer, le projet de planification politique dans la République fédérale des années 1960 était porté par la conviction de dépasser les traditions planificatrices de la « modernité autoritaire » et de poser en quelque sorte les bases d’une nouvelle époque, démocratique, de la planification. La planification socialiste échoua finalement en raison de son manque d’efficacité et de la demande croissante de participation des citoyens ; au vu des conceptions de l’ordre social et de la démocratie de la fin du XXe siècle, les espoirs des planificateurs en République fédérale ne se réalisèrent pas.

Notes

1 Joseph H. Kaiser, « Préface », in : Id. (éd.), Planung I, Baden-Baden, 1965, p. 7. Mise en relief dans le texte d’origine.

2 Voir le bref résumé de Dirk van Laak, « Planung. Geschichte und Gegenwart des Zugriffs auf die Zukunft », in : Geschichte und Gesellschaft, 34 (2008) 3, pp. 305 – 326.

3 Le concept de « modernité autoritaire » revient à James C. Scott, Seeing Like a State. How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, New Haven, 1998. À propos de la genèse des conceptions de planification : Gabriele Metzler, Dirk van Laak, « Die Konkretion der Utopie. Historische Quellen der Planungsutopien der 1920er Jahre », in : Isabel Heinemann, Patrick Wagner (éd.), Wissenschaft – Planung – Vertreibung. Neuordnungskonzepte und Umsiedlungspolitik im 20. Jahrhundert, Stuttgart, 2006, pp. 23 – 43.

4 Jan Tinbergen, Michael Kaser, « Planung », in : Sowjetsystem und demokratische Gesellschaft, Fribourg/Br., 1972, vol. 5, pp. 54 – 75, ici p. 54.

5 Ainsi dans le débat sur la convergence, voir tout particulièrement l’économiste néerlandais Jan Tinbergen, par exemple dans : « Do Communist and Free Economies Show a Converging Pattern ? », in : Soviet Studies, 12 (1961), pp. 333 – 341.

6 « Appel du Comité central du Parti communiste allemand du 11 juin 1945 », in : Peter Erler, Horst Laude, Manfred Wilke (éd.), » Nach Hitler kommen wir «. Dokumente zur Programmgeschichte der Moskauer KPD-Führung 1944/45 für Nachkriegsdeutschland, Berlin, 1994, p. 395.

7 André Steiner, Von Plan zu Plan. Eine Wirtschaftsgeschichte der DDR, Munich, 2004, p. 37.

8 Cf. Tinbergen, Kaser (note 4).

9 Peter Caldwell, « Plan als Legitimationsmittel, Planung als Problem : Die DDR als Beispiel staatssozialistischer Planung », in : Geschichte und Gesellschaft, 34 (2008) 3, pp. 360 – 374, ici p. 362 et 372.

10 Peter C. Caldwell, « Productivity, Value, and Plan : Fritz Behrens and the Economics of Revisionism in the German Democratic Republic », in : History of Political Economy, 32 (2000), pp. 103 – 137 ; André Steiner, « Die ›Revisionismus‹-Debatte um die DDR-Wirtschaftswissenschaftler Fritz Behrens und Arne Bernary », in : Zeitgeschichte-online, Themenportal Ungarn 1956 – Geschichte und Erinnerung (http://www.zeitgeschichte-online.de/zol/portals_ungarn1956/documents/steiner_behrensbernary.pdf).

11 Steiner (note 7), pp. 98ss.

12 Steiner (note 7), pp. 101ss.

13 Compte-rendu des négociations du Ve Congrès du SED, 10 au 16 juillet 1958, cité d’après André Steiner, « Von ›Hauptaufgabe‹ zu ›Hauptaufgabe‹. Zur Wirtschaftsentwicklung der langen 60er Jahre in der DDR », in : Axel Schildt, Detlef Siegfried, Karl Christian Lammers (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, 2000, pp. 218 – 247, ici p. 218.

14 Cf. André Steiner, « Vom Überholen eingeholt. Zur Wirtschaftskrise 1960/61 in der DDR », in : Burghard Ciesla, Michael Lemke, Thomas Lindenberger (éd.), Sterben für Berlin ? Die Berliner Krisen 1948 – 1958, Berlin 1999, pp. 245 – 262.

15 Dietrich Staritz, Geschichte der DDR, Francfort/M., 21996, p. 196.

16 Hermann Weber, Die DDR 1945 – 1990, Munich, 42006, p. 57.

17 Ralf Kessler, « Politikberatung in DDR und ČSSR der 60er Jahre vor dem ›Prager Frühling‹, in : Heinz Gerhard Haupt, Jörg Requate (éd.), Aufbruch in die Zukunft. Die 1960er Jahre zwischen Planungseuphorie und kulturellem Wandel. DDR, ČSSR und Bundesrepublik im Vergleich, Weilerswist, 2004, pp. 233 – 248.

18 Richtlinie für das neue ökonomische System der Planung und Leitung der Volkswirtschaft. Beschluss des Präsidiums des Ministerrats der DDR vom 11. Juli 1963, Berlin-Est, 1963, p. 15.

19 Pour les détails, voir André Steiner, Die DDR-Wirtschaftsreform der sechziger Jahre. Konflikt zwischen Effizienz- und Machtkalkül, Berlin, 1999, particulièrement pp. 65 – 71.

20 Cf. Maria Köhler-Baur, « Von der ›Vervollkommnung‹ der Planwirtschaft in der ČSSR zum ›Neuen System der Lenkung‹. Wirtschaftsreformen als Impuls für politische Veränderungen ? », in : Haupt, Requate (note 17), pp. 65 – 87 ; Dagmara Jajésniak-Quast, « Die ersten Versuche der Dezentralisierung der sozialistischen Planwirtschaft in Polen. Höhepunkte der Debatten über Wirtschaftsreformen (1956 – 1968) », in : ibid., pp. 89 – 106.

21 Tinbergen, Kaser (note 4), p. 66.

22 Pour plus de détails sur ce sujet, voir Steiner (note 19), pp. 104ss.

23 Steiner (note 19), pp. 436ss.

24 Günther Hersing, « Aufgaben und Probleme sozialistischer Bildungsplanung (1974) », cité d’après Oskar Anweiler et al. (éd.), Bildungspolitik in Deutschland. Ein historischvergleichender Quellenband, Opladen, 1992, p. 120.

25 Ralph Jessen, « Zwischen Bildungsökonomie und zivilgesellschaftlicher Mobilisierung. Die doppelte deutsche Bildungsdebatte der sechziger Jahre », in : Haupt, Requate (note 17), pp. 209 – 231, ici p. 225.

26 Steiner (note 7), pp. 146ss.

27 Compte-rendu des négociations du VIIIe Congrès du SED, 15 au 19 juin 1971, cité d’après Steiner (note 13), p. 218.

28 Voir Bernhard Löffler, Soziale Marktwirtschaft und administrative Praxis. Das Bundeswirtschaftsministerium unter Ludwig Erhard, Stuttgart, 2002.

29 Josef Kölble, « Pläne im Bundesmaßstab oder auf bundesrechtlicher Grundlage », in : Joseph H. Kaiser (éd.), Recht und Politik der Planung in Wirtschaft und Gesellschaft, Baden-Baden, 1965, pp. 91 – 121.

30 Se rapportant à ceci : Michael J. Hogan, The Marshall Plan. America, Britain, and the Reconstruction of Western Europe, 1947 – 1952, Cambridge, 1987 ; Steve Fraser, Gary Gerstle (éd.), The Rise and Fall of the New Deal Order, 1930 – 1980, Princeton, 1989.

31 van Laak (note 2), p. 322.

32 Hellmut Becker, « Wissenschaft als Voraussetzung von Politik », in : Robert Jungk, Hans Josef Mundt (éd.), Deutschland ohne Konzeption ? Am Beginn einer neuen Epoche, Munich, 1964, pp. 251 – 266, ici p. 251.

33 Pour plus de détails : Gabriele Metzler, Konzeptionen politischen Handelns von Adenauer bis Brandt. Politische Planung in der pluralistischen Gesellschaft, Paderborn, 2005.

34 Voir Claus Pias, Cybernetics – Kybernetik. Die Macy-Konferenzen 1946 – 1953, 2 vol., Weimar, 2002 ; Alexander Schmidt-Gernig, « Die gesellschaftliche Konstruktion der Zukunft. Westeuropäische Zukunftsforschung und Gesellschaftsplanung zwischen 1950 und 1980 », in : WeltTrends. Zeitschrift für internationale Politik und vergleichende Studien, 186 (1998), pp. 63 – 84 ; Metzler (note 33), pp. 62ss.

35 Pour plus de détails : Metzler (note 33), pp. 218ss.

36 Plan de Développement Économique et Social, Projet de Loi, 29 novembre 1961, cité d’après Alexander Nützenadel, Stunde der Ökonomen. Wissenschaft, Politik und Expertenkultur in der Bundesrepublik, 1949 – 1974, Göttingen, 2005, p. 216.

37 Alwin Münchmeyer, « Planungsschatten über der EWG ? Der freie Wettbewerb darf nicht eingeschränkt werden », in : Die Welt, 29 décembre 1962.

38 Memorandum der Kommission über das Aktionsprogramm der Gemeinschaft für die zweite Stufe, Bruxelles, 1962.

39 Nützenadel (note 36), pp. 222ss.

40 Memorandum der Kommission (note 38), pp. 61ss.

41 « Freiheitliche Wirtschaftspolitik in Europa. Das Rededuell zwischen Erhard und Hallstein im Europäischen Parlament », in : Frankfurter Allgemeine Zeitung, 28 novembre 1962.

42 « Rundschreiben des Leiters der Grundsatzabteilung », 6 février 1963, cité d’après Metzler (note 33), p. 236.

43 Nützenadel (note 36), p. 227.

44 Michael Ruck, « Ein kurzer Sommer der konkreten Utopie – Zur westdeutschen Planungsgeschichte der langen 60er Jahre », in : Schildt, Siegfried, Lammers (note 13), pp. 362 – 401, ici p. 374.

45 Renvoyant à des sources multiples : Wilfried Rudloff, « Bildungsplanung in den Jahren des Bildungsbooms », in : Matthias Frese, Julia Paulus, Karl Teppe (éd.), Demokratisierung und gesellschaftlicher Aufbruch. Die sechziger Jahre als Wendezeit der Bundesrepublik, Paderborn, 2003, pp. 259 – 282, ici pp. 268 – 270. Voir aussi l’article de Wilfried Rudloff dans cet ouvrage.

46 Rudloff (note 45), p. 262.

47 Fred Klinger, « Wirtschaftsentwicklung, Beschäftigungssystem und Bildungswesen », in : Oskar Anweiler et al. (éd.), Vergleich von Bildung und Erziehung in der Bundesrepublik Deutschland und in der Deutschen Demokratischen Republik, Cologne, 1990, pp. 57 – 82, ici p. 69.

48 Ruck (note 44), p. 380.

49 Alfred Müller-Armack, « Die zweite Phase der Sozialen Marktwirtschaft. Ihre Ergänzung durch das Leitbild einer neuen Gesellschaftspolitik (Februar 1960) », in : Id., Wirtschaftsordnung und Wirtschaftspolitik. Studien und Konzepte zur Sozialen Marktwirtschaft und zur Europäischen Integration, Fribourg/Br., 1966, pp. 267 – 291.

50 Concernant l’influence de Schiller : Metzler (note 33), pp. 90ss. ; Nützenadel (note 36), pp. 237 – 244.

51 Nützenadel (note 36), p. 304.

52 Ruck (note 44), p. 385 ; voir aussi Nützenadel (note 36), pp. 304ss.

53 Plus de détails dans : Gabriele Metzler, « Am Ende aller Krisen ? Politisches Denken und Handeln in der Bundesrepublik der sechziger Jahre », in : Historische Zeitschrift, 275 (2002), pp. 57 – 103.

54 Ruck (note 44), p. 386.

55 Wolfgang Jäger, « Die Innenpolitik der sozial-liberalen Koalition 1969 – 1974 », in : Id., Karl Dietrich Bracher, Werner Link, Republik im Wandel 1974 – 1982. Die Ära Schmidt, Stuttgart, 1994, p. 24.

56 Voir par exemple Reimut Jochimsen [chef de la cellule de planification à la chancellerie], « Für einen Bundesentwicklungsplan. Zur Forderung im Regierungsprogramm der SPD nach einem langfristigen Orientierungsrahmen für die Handlungspläne der Regierung », in : Die Neue Gesellschaft, 16 (1969), pp. 237 – 242.

57 Pour plus de détails : Metzler (note 33), pp. 362 – 372 ; Winfried Süss, « › Wer aber denkt für das Ganze ?‹. Aufstieg und Fall der ressortübergreifenden Planung im Bundeskanzleramt », in : Frese, Paulus, Teppe (note 45), pp. 349 – 377.

58 Robert Meinhardt, « Macht Ehmke das Kanzleramt zur ›Entscheidungsfabrik‹ ? Brandts Sonderminister steuert über den Computer die Arbeit der Ressorts », in : Handelsblatt, 4 février 1970.

59 Hartmut Bebermeyer, Regieren ohne Management ? Planung als Führungsinstrument moderner Regierungsarbeit, Stuttgart, 1974, pp. 61ss.

60 Voir Aaron Wildawsky, « Rescuing Policy Analysis from PPBS », in : A Symposium. Planning-Programming-Budgeting System Reexamined : Development, Analysis, and Criticism, in : Public Administration Review, mars/avril 1969, pp. 194 – 198.

61 Ruck (note 44), p. 393.

62 Süss (note 57), p. 373.

63 Anselm Doering-Manteuffel, « Ordnung jenseits der politischen Systeme. Planung im 20. Jahrhundert », in : Geschichte und Gesellschaft, 34 (2008) 3, pp. 398 – 406, ici p. 403. Voir aussi Dirk van Laak, Imperiale Infrastruktur. Deutsche Planungen für eine Erschließung Afrikas 1880 bis 1960, Paderborn, 2004 ; Andreas Eckert, « ›We Are All Planners Now‹. Planung und Dekolonisation in Afrika », in : Geschichte und Gesellschaft, 34 (2008) 3, pp. 375 – 397.

64 Peter Christian Ludz donne un aperçu de ces théories : « Konvergenz, Konvergenztheorie », in : Sowjetsystem und demokratische Gesellschaft, vol. 3, Fribourg/Br., Bâle, Vienne, 1969, pp. 889 – 903.

65 Walt W. Rostow, Stages of Economic Growth. An Anti-Communist Manifesto, Cambridge, 1960.

66 Tinbergen (note 5) ; Id., « Zur Rolle der Planungstechniken bei einer Annäherung der Strukturen in Ost und West », in : Erik Boettcher (éd.), Wirtschaftsplanung im Ostblock. Beginn einer Liberalisierung ?, Stuttgart, 1966, pp. 33 – 50 ; Id., Modelle zur Wirtschaftsplanung, Munich, 1967.

67 Jessen (note 25), p. 220.

68 Herbert Meissner, Konvergenztheorie und Realität, Berlin-Est, 1969.

69 Pour une courte esquisse du contexte : Stefan Wolle, « Die versäumte Revolte. Die DDR und das Jahr 1968 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 22/23 (2001), pp. 37 – 46. Voir aussi son article dans cet ouvrage.

70 Günther Rose, Konvergenz der Systeme. Legende und Wirklichkeit, Cologne, 1970.

71 André Steiner, « ›Kein freies Spiel der Kräfte ! ?‹ Das Neue Ökonomische System als Einheit von Plan und Markt », in : Haupt, Requate (note 17), pp. 43 – 64, ici p. 64.

72 Metzler (note 33), pp. 289ss.

73 Pour plus de détails concernant le « débat sur la technocratie » : Metzler (note 33), pp. 196ss. À propos du modèle en question : Jürgen Habermas, « Verwissenschaftlichte Politik und öffentliche Meinung (1963) », in : Id., Technik und Wissenschaft als ›Ideologie‹, Francfort/M., 1969, pp. 120 – 145.

74 Kessler (note 17).

Auteur

Metzler, Gabriele, née en 1967 ; Professeur d’histoire contemporaine à l‘Université Humboldt de Berlin.

Christine Aquatias (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search