Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

II. Évolutions politiques, sociales et économiques

De l’anticommunisme au débat politique et intellectuel avec le communisme

Bernard Ludwig

Texte intégral

  • 1 Kurt Hirsch, Die Blutlinie. Ein Beitrag zur Geschichte des Antikommunismus in Deutschland, Francfo (...)
  • 2 Anti-Kommunismus. Vom Kölner Kommunistenprozeß 1852 zu den Berufsverboten heute, Francfort/M., 197 (...)
  • 3 Matthias Frese et al. (éd.), Demokratisierung und gesellschaftlicher Aufbruch, Die sechziger Jahre (...)

1Une « ligne de sang »1. Telle était encore, en 1960, la vision, certes très partisane, de l’anticommunisme pour Kurt Hirsch, dont l’analyse allait de la République de Weimar à la fin des années 1950. Un peu plus d’une décennie plus tard, l’histoire de l’anticommunisme semblait même s’être allongée, puisqu’un autre ouvrage, marxiste, l’étudiait « du procès des communistes à Cologne en 1852 aux interdictions professionnelles aujourd’hui »2. Pendant cette décennie de toutes les transformations3, rien n’avait-il changé pour l’anticommunisme ? Le risque de publier un tel livre, que l’éditeur de Hirsch disait prendre, était-il toujours aussi réel ? L’évolution des relations internationales – la détente et l’ouverture vers l’Est – n’avait-elle pas désamorcé l’anticommunisme ? Et la démocratisation des années 1960 n’avait-elle pas touché aussi l’anticommunisme ? À moins que ce ne fût l’inverse ?

2Cerner le phénomène dans les années 1960 suppose néanmoins, d’abord, de coller à une chronologie propre et de mettre en perspective le tournant que constitue le bloc déterminant formé par les années 1955 et 1956. Il porte en germe et déclenche d’une certaine façon une crise de l’anticommunisme. Enfin, tant la question allemande que les accusations croissantes à son égard contribuent à l’intégration de l’anticommunisme dans des normes plus tolérables pour la démocratie.

Le tournant (1955/56)

3Ce ne furent pas seulement les événements capitaux de l’année 1956, XXe Congrès du PCUS et interdiction du parti communiste ouest-allemand notamment, qui initièrent la crise et les mutations l’anticommunisme, mais bien leur surimposition à des évolutions en cours depuis 1955.

  • 4 Bundesarchiv Koblenz [BAKo], B 137, vol. 16428.
  • 5 Cf. les lettres d’Ernst Richard Funke au ministre des Affaires panallemandes (2 février, 17 août, (...)
  • 6 BAKo, B 106, vol. 3275-2 et plus généralement sur Witsch cf. Klaus Körner, « SBZ von A – Z. Die si (...)

4En mai 1955, l’accession de la RFA à la souveraineté et son intégration dans l’OTAN poussèrent Bonn à revoir, si ce n’est à élaborer, sa politique de guerre froide. Le défi était de ne pas remettre en cause l’équilibre relatif auquel la guerre froide semblait être parvenue en Europe tout en profitant de la nouvelle situation juridique et internationale de Bonn. Celle-ci paraissait élargir la marge de manœuvre de la RFA, d’autant que sa sécurité et son intégration au monde occidental étaient acquises. Face à ces contraintes et suivant la stratégie américaine, la coordination de la propagande anticommuniste et de la guerre psychologique devint, dès février 1955, voire octobre 1954 pour les premiers projets gouvernementaux, un des axes de réflexion, notamment du ministère des Affaires pan-allemandes4. Mais la création d’un « état major de la Guerre froide » ainsi qu’un nouveau souffle anticommuniste étaient également réclamés, dès le début de l’année 1955, par des fractions de la société civile, qu’il s’agisse d’individus comme l’industriel Ernst Richard Funke5 ou de réseaux comme celui au cœur duquel se trouvait le publiciste Joseph C. Witsch6.

  • 7 Werner Kilian, Adenauers Reise nach Moskau, Fribourg/Br., 2005 ; Helmut Altrichter (éd.), Adenauer (...)
  • 8 Hans-Peter Schwarz, « Eine Reise ins Unbekannte », in : Historisch-Politische Mitteilungen, 12 (20 (...)
  • 9 Archiv für Christlich-Demokratische Politik der Konrad-Adenauer-Stiftung [ACDP], NL O. Lenz, Nr. 3 (...)
  • 10 ACDP, NL O. Lenz, Nr. 39, IfD, Die Stimmung im Bundesgebiet. Nr. 209 : Zur Koexistenz, Vertraulich (...)

5Ce sont néanmoins le voyage d’Adenauer à Moscou, début septembre 1955, et l’établissement de relations diplomatiques avec l’Union soviétique qui marquèrent un réel point de rupture et aboutirent à des mesures concrètes7. À Bonn, où on avait hésité à se rendre à Moscou et où les relations avec l’ambassade soviétique restèrent longtemps purement protocolaires, ce « voyage au pays des Soviets » était autant un défi qu’un motif d’inquiétude, « un voyage vers l’inconnu »8. La nécessité de répondre aux attentes de l’opinion – faire rentrer les prisonniers de guerre et ne pas hypothéquer les possibilités d’unification – risquait d’ouvrir la porte aux Soviétiques en Allemagne occidentale et d’imposer au gouvernement de Bonn une politique d’équilibriste vis-à-vis de la RDA. De fait, l’anticommunisme et la peur des Soviétiques demeuraient : 49 % des Allemands pensaient alors que les démocraties occidentales et le communisme à l’Est ne pourraient pas, à terme, vivre côte à côte en paix9, car, pour plus d’un sur deux (56 %), les Soviétiques n’avaient pas abandonné leur objectif de « bolcheviser l’Allemagne » ou même « avaient toujours pour objectif principal de communiser l’ensemble du monde » (54 % en juillet)10. Le chancelier, lui-même, ne déclara-t-il pas, quelques jours après son retour, que « le grand affrontement idéologique entre le matérialisme dialectique et l’Occident chrétien [était] encore à venir » ?

  • 11 BAKo, B 106, vol. 3275-2, Gedanken zur antikommunistischen Aufklärung nach Moskau, 20 septembre 19 (...)
  • 12 BAKo, B 137, vol. 16428, Protokoll einer Besprechung zur Frage der Intensivierung des geistigen Im (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Il est intéressant de noter l’ambiguïté du terme « Auseinandersetzung », qui signifie autant « l’a (...)

6Aussi, les contre-mesures aux nouveaux liens diplomatiques dominèrent-elles bientôt largement l’apaisement que semblait signifier un geste tel que celui du voyage à Moscou. Elles rappelèrent que la politique de Bonn était encore marquée en grande partie par l’anticommunisme. En outre, sur le long terme, elles laissent entrevoir quelques similitudes avec la tension qui régnait en Allemagne depuis 1918 : antibolchevisme à l’intérieur et coopération extérieure avec l’Union soviétique, que ce soit dans le cadre de « la politique de Rapallo » de la République de Weimar ou même chez certains responsables de la politique anticommuniste du régime national-socialiste. Le mémorandum envoyé, à l’automne 1955, aux ministères de l’Intérieur et à celui des Affaires pan-allemandes par Paul Schmidt/Carell, ancien national-socialiste et chef du service de presse de l’Auswärtiges Amt de 1938 à 1945, était par exemple significatif à cet égard était : « Réflexions sur la propagande anticommuniste après Moscou »11. Au niveau diplomatique, afin d’anticiper les paradoxes de cette ouverture vers Moscou, les premiers jalons de la doctrine visant à isoler la RDA – la « doctrine Hallstein » – furent ainsi posés dans l’avion du retour. Mais plus généralement, les cold warriors allemands étaient surtout persuadés que l’« offensive du sourire » et le climat de détente n’étaient qu’une manœuvre et non un changement idéologique. Pour y répondre, et à l’unisson des réflexions du cercle autour de Witsch, il fallait, selon le secrétaire d’État du ministère de l’Intérieur, Ritter von Lex, « fortement intensifier le combat intellectuel contre le communisme », surtout à l’Intérieur – non en dépit de la reprise des relations diplomatiques, mais précisément à cause d’elles12. C’était en effet parce que « le danger idéologique du communisme était de plus en plus sous-estimé » que « la volonté de résistance de la population, jusqu’alors ferme, menaçait de diminuer »13. Von Lex proposa donc, en octobre 1955, la création d’un institut fédéral pour l’étude du marxisme-léninisme et du matérialisme dialectique, afin d’acquérir les « outils scientifiques nécessaires pour combattre cette doctrine ». Ce fut chose faite en 1961 à Cologne. C’était là une rupture importante par rapport au début des années 1950, même si le combat idéologique avait déjà été mené par certains cercles intellectuels comme le Congrès pour la liberté de la culture. Le déplacement de la focale vers l’idéologie indiquait que l’on quittait peu à peu le terrain de la seule diabolisation et qu’on accordait presque, de façon induite et non souhaitée, une sorte de légitimation au communisme. Ainsi, dans les notes officielles, et même si les déclinaisons du terme « bolchevique » restaient très courantes, celle d’« anticommunisme » était le plus souvent remplacé par l’expression « débat politico-intellectuel avec le communisme » (« geistig-politische Auseinandersetzung mit dem Kommunismus »)14. Deux groupes de travail interministériels portant ce nom furent même mis en place – l’un au niveau des secrétaires d’États, l’autre au niveau des conseillers des ministères concernés.

  • 15 Stefan Creuzberger, Kampf für die Einheit, Das gesamtdeutsche Ministerium und die politische Kultu (...)
  • 16 Benedikt Widmaier, Die Bundeszentrale für politische Bildung, Ein Beitrag zur Geschichte staatlich (...)
  • 17 Bako, B 106, vol. 21611.
  • 18 Widmaier (note 16), p. 48.

7Par ailleurs, ces évolutions trouvèrent aussi leur traduction sur le terrain de la politique anticommuniste. Jusqu’alors, outre les mesures répressives, l’État avait largement délégué sa lutte contre le communisme à des associations semi-privées, chapeautées, pour l’essentiel, par le ministère des Affaires pan-allemandes15. Or, à partir de 1955, on assista, en la matière, à une reprise en main par l’État. Le ministère de l’Intérieur s’y impliqua alors particulièrement, notamment par le biais de la « Bundeszentrale für Heimatdienst » (BZH), office d’éducation politique créé en 1952 et placé sous sa responsabilité16. Dès 1956, l’anticommunisme devint un de ses domaines d’action favoris. Il multiplia les projets de lutte contre le communisme, notamment en interrogeant systématiquement sur ce point les postes diplomatiques occidentaux, mais aussi en envoyant un fonctionnaire en voyage d’étude sur ce thème aux États-Unis en 195717. Pour autant, son action se cantonna, pour l’essentiel, au soutien et à la distribution de publications relatives au communisme ou encore à l’organisation de séminaires d’éducation politique. L’adjonction, en novembre 1957, d’un « collège Est » (« Ostkolleg ») destiné à l’étude et à la diffusion du savoir sur le monde communiste – une sorte d’« école anticommuniste » essentiellement pour les fonctionnaires ouest-allemands18 – pérennisa encore son rôle en la matière.

  • 19 G.S., « Wodka in Bonn », General Anzeiger, 22 – 23 octobre 1955.
  • 20 Mathias Friedel, Der Volksbund für Frieden und Freiheit (VFF). Eine Teiluntersuchung über westdeut (...)
  • 21 Klaus Körner, « Von der antibolschewistischen zur antisowjetischen Propaganda : Dr. Eberhard Taube (...)
  • 22 « Antikomintern. Taube nagt am Kohlstrunk », in : Der Spiegel, 18 octobre 1950, p. 15.
  • 23 « Propaganda. Es hat sich nichts geändert », in : Der Spiegel, 17 août 1955, pp. 11 – 13.

8Tout cela était symptomatique. Un anticommunisme plus « rationnel » – fruit d’une réflexion sur la sécurité intérieure, sur la lutte contre l’extrémisme et la protection de la constitution – semblait prendre le pas sur un anticommunisme émotionnel et patriotique, voir nationaliste. Conséquence de la démocratisation du régime de Bonn mais aussi, sans doute, de l’impasse dans laquelle conduisait la seule répression, l’éducation tendait à se substituer à la contre-propagande. C’est ce qu’on résumait parfois par la formule « protection positive de la Constitution » (« positiver Verfassungsschutz »). On admettait progressivement que le débat avec le communisme devait être politique, car comme le remarquait un journal très proche du gouvernement : « l’anticommunisme n’est pas une profession et pas une vision du monde (« Weltanschauung ») en soi »19. De fait, un cas concret accompagnait ces évolutions ; il en était autant un révélateur qu’un accélérateur, une cristallisation assurément. La principale organisation de propagande anticommuniste, créée en août 1950, l’Association populaire pour la paix et la liberté (« Volksbund für Frieden und Freiheit – VFF »)20 était sur la sellette. La biographie de son fondateur et membre dirigeant, Eberhard Taubert21, ancien responsable de l’antibolchevisme et de la section Est du ministère de la Propagande national-socialiste, posait désormais problème. Un article de l’hebdomadaire « Der Spiegel », (qui lui avait pourtant déjà consacré un article22 dans les tout premiers mois d’existence du VFF), donna de l’ampleur à l’affaire et déclencha l’émoi dans l’opinion23. Certes, la campagne, en février et en août 1955, avait très certainement été orchestrée par les services est-allemands (en mettant à disposition les documents accusateurs), sans doute afin de fragiliser la RFA pendant la ratification des accords de Paris et avant le voyage d’Adenauer à Moscou. Mais, même les délégués régionaux du VFF convinrent qu’il fallait placer le combat contre le communisme sur le terrain de la démocratie, tant au niveau des hommes que des structures ou des méthodes. La démocratisation de la société ouest-allemande atteignait maintenant l’idéologie fondatrice, l’identité même de la République fédérale. Non sans paradoxe, cette démocratisation s’était en partie construite à partir de l’anticommunisme.

Crise de l’anticommunisme ?

  • 24 Cf. Josef Foschepoth, « Rolle und Bedeutung der KPD im deutsch-deutschen Systemkonflikt », in : Ze (...)
  • 25 BAKo, B 137, vol. 1343, Kleine Anfrage 234 der Abgeordneten Dr. Rinke, Schneider (Hamburg) und Gen (...)
  • 26 Kössler (note 24), p. 364.

9Ces mutations poussèrent l’anticommunisme dans ce qui pouvait apparaître comme une crise. L’année 1956 ne fut pas sans contradictions. La déstalinisation du XXe Congrès du PCUS, en février, et la coexistence pacifique proclamée par Khrouchtchev formalisaient la détente amorcée en 1955 et renforçaient la nécessité de se confronter au communisme sur le terrain des idées. En RFA, l’interdiction du parti communiste24 par la Cour constitutionnelle, en août 1956, semblait renouer avec une autre époque, celle où, en novembre 1951, le gouvernement avait requis cette interdiction et la criminalisation des communistes. Ainsi, la polarisation de l’anticommunisme ouest-allemand se renforça. D’une part, les anticommunistes libéraux et « démocratisés » étaient hostiles à l’interdiction d’un parti politique, qui n’avait plus que 70 à 80 000 adhérents et n’était plus représenté au Bundestag depuis 1953. Son contrôle en deviendrait d’autant plus difficile, estimaient-ils par ailleurs, que l’on savait que le KPD se préparait depuis longtemps à une existence illégale. Enfin, ils rappelaient qu’on ne pouvait opposer au communisme des réponses exclusivement juridiques et policières au détriment du débat politique. Pour leur part les anticommunistes radicaux insistaient sur le cheval de Troie de Moscou que représentait le KPD. L’argument principal restait l’infiltration communiste qui inquiétait même certains parlementaires au point d’interroger le gouvernement à ce sujet25. Bien que divisé face à la décision de la Cour, le gouvernement reprit à son compte cet argument et renforça la propagande : il fallait plus que jamais immuniser la société allemande. En écho à cette victoire des partisans d’une ligne dure, les poursuites à l’encontre des communistes se multiplièrent même à la fin des années 195026.

  • 27 Le meilleur exemple est la brochure, conçue par Paul Schmidt/Carell, « Entlarvter Kommunismus » de (...)

10À l’automne 1956, la répression de l’insurrection hongroise redonna, temporairement, quelque souffle aux militants anticommunistes. À leurs yeux, elle montrait une nouvelle fois que l’agressivité et l’impérialisme du communisme, toujours dénoncés comme consubstantiels, n’avaient pas disparu et que la détente n’était qu’un leurre. C’est pourquoi dans la propagande du VFF se multipliait le thème, assez traditionnel, de la nécessité de démasquer les communistes27. Les excès se multiplièrent : pacifistes, intellectuels critiques, militants anti-nucléaires, la plupart des mouvements d’opposition émergeant de la société civile, l’APO, se voyaient discrédités au nom d’un lien plus ou moins ténu avec une obédience communiste.

  • 28 Norman Birnbaum, « Die Krise des Antikommunismus », in : Frankfurter Hefte, 7 (1962), pp. 433 – 43 (...)

11Néanmoins les anticommunistes, qui, peu ou prou, avaient perdu leur ennemi, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, semblaient désorientés par cette absence. Le sociologue américain, proche de l’école de Francfort, Norman Birnbaum, décela cette crise avec beaucoup de justesse, en juillet 196228. Pour lui, la crise de l’anticommunisme en tant qu’idéologie était le reflet de la crise de l’anticommunisme comme système politique. La bipolarisation politique entraînée par la guerre froide s’accordait mal des mutations du communisme (déstalinisation et détente, changements générationnels, polycentrisme, évolution des intellectuels communistes). De même, l’équilibre de la terreur menait l’anticommunisme actif dans une impasse alors même que le bien-être matériel et une certaine indifférence politique avaient déjà immunisé en partie les sociétés occidentales. Enfin, l’anticommunisme était en crise car, toujours sur la défensive, il avait été incapable de se doter d’un contenu positif, et, pire encore, il avait suscité la crainte des réformes et de l’expérimentation. Tout cela créait même un vide politique, « une période de désorientation ».

  • 29 Kai-Uwe Merz, Kalter Krieg als antikommunistischer Widerstand. Die Kampfgruppe gegen Unmenschlichk (...)
  • 30 Cf. la brochure éditée par Berlin-Est en 1955 : « Kalte Krieger gehen unter. Dokumentarisches Mate (...)
  • 31 « Unmenschlichkeit als System. Dokumentarbericht über die Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit ».
  • 32 Frank Hagemann, Der Untersuchungsausschuss Freiheitlicher Juristen 1949 – 1969, Francfort/M., 1994
  • 33 Guillaume Mouralis, Une épuration allemande. La RDA en procès 1949 – 2004, Paris, 2008, pp. 241s.
  • 34 Wolfgang Buschfort, Das Ostbüro der SPD. Von der Gründung bis zur Berlin-Krise, Munich, 1991 ; Id. (...)

12En pratique, la crise de l’anticommunisme se manifesta par la fin de la plupart des organisations de combat. Au début des années 1960, le VFF était bien l’une des dernières agences de la guerre froide, presque un reliquat de la guerre chaude. Enfant du blocus de Berlin, le Groupe de combat contre l’inhumanité (« Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit » – KgU)29 qui était pourtant assez largement issu d’un anticommunisme antitotalitaire, fut dissout en mars 1959. Ses activités d’agence de renseignement et d’opérations clandestines – notamment au profit de la CIA – avaient pris le pas sur les activités de résistance et de propagande, et le discréditaient. Ces accusations formulées depuis longtemps par la RDA30 correspondaient de plus en plus à la réalité, au point que Berlin-Est s’était permis de dénoncer, en 1957, sur plus de trois cent pages : « l’inhumanité comme système »31. De son côté, la Commission d’enquête des juristes libres (« Untersuchungsausschuß freiheitlicher Juristen » – UfJ)32, créée à l’automne 1949, elle aussi cible des attaques de Berlin-Est, ne survivait que péniblement et se retrouva sous la tutelle officieuse du ministère des Affaires pan-allemandes. Néanmoins, son activité de recensement des crimes, puis (aussi) des violations des droits de l’homme, commis par les autorités est-allemandes fut institutionnalisée par la création à Salzgitter, fin 1961, de l’agence judiciaire centrale (ZES)33. C’était là à nouveau une étatisation de l’anticommunisme, tout autant que la réaffirmation de l’antitotalitarisme de la RFA puisque l’agence de Salzgitter était plus ou moins le pendant de celle de Ludwigsburg, créée en 1958 pour enquêter sur les crimes nationaux-socialistes. Enfin, les « bureaux Est » (« Ostbüros ») des partis politiques34, chargés autant d’aider les militants réfugiés à l’Ouest que d’animer des réseaux de soutien voire de résistance, de renseignement et de propagande en RDA, connaissaient une sérieuse crise. L’« Ostbüro » de la SPD, par exemple, un des plus actifs en matière de propagande anticommuniste, était en sursis depuis qu’en juillet 1958, le futur ministre des Affaires pan-allemandes, Herbert Wehner réfléchissait à son avenir. Plus révélateur encore, le ministre en fonction, Ernst Lemmer, proposa même en 1960 la cessation de leurs activités.

La question allemande : clé pour la survie de l’anticommunisme

13Que cette crise, en partie identitaire, ne fut pas fatale, tint incontestablement à la question allemande. Depuis 1949, anticommunisme et question nationale, voir nationalisme, étaient intimement liés, mais depuis le milieu des années 1950, le repli sur cette dernière était très sensible. Face à la disparition du KPD et au climat de détente, la matérialisation de l’ennemi semblait particulièrement nécessaire. La division de l’Allemagne incarnait, au plus près, dans les cœurs et dans l’espace allemands, les dangers du communisme – notamment son expansionnisme – et justifiait à la fois la vigilance et la poursuite de la lutte.

14Désormais le VFF multipliait les visites guidées à la frontière interallemande ou à Berlin-Ouest. La mise en avant des systèmes de sécurité avait pour avantage de symboliser la violence de la répression du système communiste. Les jeunes et les garants de la frontière – l’armée et le service de protection des frontières (« Bundesgrenzschutz ») – furent les principales cibles de cette propagande qui incorporait, de plus en plus, des séminaires théoriques sur le communisme ou la question allemande. Dans le même esprit, et dans celui de son principal mécène, le ministère des Affaires panallemandes, l’association resserra ses activités vers ses fidèles, les réfugiés et expulsés. Exposer l’expansionnisme soviétique et le règne de non-droit dans les territoires annexés par le communisme permettaient de maintenir vivace autant l’anticommunisme que « l’esprit pan-allemand ». Si la projection commentée de films effaçait presque les affiches et les tracts du début des années 1950, ces orientations maintenaient l’anticommunisme dans sa ligne dure et dans l’amalgame avec le nationalisme. La lutte pour le retour aux frontières de 1937 en était le fer de lance.

  • 35 Bernard Ludwig, « Le Comité européen et international › Paix et Liberté‹ (1950 – 1970). › Internat (...)
  • 36 BAKo, B 137, vol. 2617 et B 136, vol. 4426.

15Une même volonté de sensibiliser à la question allemande par le biais de la lutte contre le communisme se manifesta en direction de l’étranger. À cet égard, il est notable que le VFF prit, en avril 1957, la présidence de l’organisation européenne puis internationale Paix et Liberté35. Rebaptisée Comité international d’action sociale (CIAS) en 1956, elle devint un véritable instrument de politique extérieure, financée en partie par le ministère des Affaires étrangères. Ainsi, en pleine crise de Berlin, elle invita par exemple des industriels italiens en avril et français en juin 1959 à se rendre compte sur place de la réalité de la guerre froide36.

  • 37 BAKo, B 137, vol. 2614.
  • 38 Dirk Schindelbeck, « Propaganda mit Gummiballons und Pappraketen. Deutschdeutscher Flugblattkrieg (...)
  • 39 BAKo, B 137, vol. 16429, Unmittelbare und mittelbare Aufwendungen im Rahmen der geistigen Auseinan (...)
  • 40 BAKo, B 137, vol. 16430.
  • 41 Bernard Ludwig, « Le Mur de Berlin, dernier rempart de l’antifascisme et ultime frontière du commu (...)

16Par ailleurs, la marginalisation latente de la question allemande relança les réflexions autour de la guerre psychologique. En 1957, tout d’abord, le CIAS sollicita à nouveau l’OTAN dans ce domaine, mais échoua37. Au gouvernement le pétulant ministre de la Défense, Franz Josef Strauss relança la question en 1958 : la coordination interministérielle mise en place en 1955 commençait à s’essouffler et le lancement réussi par les Soviétiques, fin 1957, du premier satellite – le Spoutnik – avait produit en RFA un véritable « choc ». Arrivé jusque dans les sphères parlementaires, le projet suscita cependant de nombreuses réserves de l’opposition libérale et social-démocrate qui craignait, comme par le passé, que la propagande anticommuniste ne tourne rapidement à une propagande pro-gouvernementale et ne fut dirigée contre l’opposition démocratique. Seules les réunions interministérielles sur l’affrontement politico-idéologique avec le communisme redémarrèrent et continuèrent sur un rythme bi-mensuel à partir de 1959. La Bundeswehr renforça, parfois avec l’aide du VFF, ses actions et ses unités de guerre psychologique (PSK). Ces dernières, relayant certaines officines de guerre froide, envoyaient des fusées en cartons ou des ballons remplis de tracts anticommunistes vers la RDA38. Dans l’ensemble, le ministère des Affaires pan-allemandes estimait, en octobre 1958, le budget annuel consacré au débat intellectuel avec le communisme à près 2,6 millions de DM, dont presque le quart était dépensé en subventions au VFF, le reste en séminaires, voyages à Berlin et conférences39. Enfin, la crise de Berlin permit, elle aussi, de relancer la question de la guerre psychologique, à l’OTAN notamment, au printemps 196040. Le Mur, nouveau symbole de l’oppression communiste, fit temporairement renaître le combat anticommuniste41. L’ancien dirigeant de la KgU, Rainer Hildenbrandt, créa, en 1963, un Comité de travail 13 août (« Arbeitsgemeinschaft › 13. August‹ ») et un centre de documentation à côté du « Checkpoint Charlie ». Quand bien même, le Mur exprima aussi une impasse de l’anticommunisme militant. En outre, les critiques grandissantes qui se développaient à l’encontre de ce-dernier pointaient de plus en plus du doigt une voie sans issue.

Les accusations croissantes contre l’anticommunisme

  • 42 Michael Lemke, « Kampagnen gegen Bonn. Die Systemkrise der DDR und die West-Propaganda der SED 196 (...)
  • 43 Norbert Podewin (éd.), Braunbuch. Kriegs- und Naziverbrecher in der Bundesrepublik und in Berlin ( (...)
  • 44 Leo Stern, Der Antikommunismus als politische Hauptdoktrin des deutschen Imperialismus, Berlin-Est (...)

17Du milieu des années 1950 à celui des années 1960 au moins, Berlin-Est redoubla d’efforts dans l’exploitation et la remise en cause de l’anticommunisme en Allemagne de l’Ouest, notamment en dénonçant les anciennes compromissions nationales-socialistes de la classe dirigeante42. Quoiqu’outrancières, les campagnes est-allemandes ne furent pas sans résultat sur la pérennité de certaines agences de la guerre froide, même si leur impact était tout autant dû à la démocratisation en cours de l’Allemagne occidentale. Aussi, ces accusations alimentèrent, notamment auprès des jeunes générations, les débats sur l’anticommunisme qui se trouvait presque toujours au centre de l’argumentation. L’effet de miroir par rapport à la rhétorique anticommuniste était classique : la menace venait de l’Ouest où les impérialistes préparaient une nouvelle guerre. Le VFF et le CIAS s’employèrent d’ailleurs, dès 1957, à contrer les nombreuses accusations contre les militaires de République fédérale en publiant, tant en allemand qu’en français (à cause des campagnes contre les officiers allemands à l’OTAN), la brochure « Die Nazis im Dienste des Kommunismus in Ostdeutschland ». Cette instrumentalisation de l’anticommunisme ouest-allemand par la RDA culmina par la publication tonitruante, en juillet 1965, du « Livre brun sur les criminels de guerre et nazis en RFA » qui le mettait dans la droite ligne de l’antibolchevisme national-socialiste43. Le chapitre intitulé « les pères spirituels du génocide empoisonnent à nouveau l’opinion publique » contenait en effet un paragraphe sur « l’anticommunisme en tant que › devoir historique‹ » ou une notice biographique de l’ancien directeur du VFF, Taubert. Tout en essayant de surmonter, par la surenchère idéologique, la crise que la RDA traversait à cette époque, le but du livre et de ces campagnes était incontestablement d’isoler la RFA en opposant et en réaffirmant les deux mythes fondateurs : antifascisme à l’Est, anticommunisme à l’Ouest. Aussi l’Allemagne de l’Est essaya-t-elle d’argumenter « scientifiquement », éditant plusieurs ouvrages sur l’anticommunisme mobilisant le champ lexical marxiste et néo-marxiste. Par exemple, en pleine agitation historienne et intellectuelle en RFA suite aux thèses développées par Fritz Fischer sur les continuités de l’impérialisme allemand entre la fin du 19e siècle et le milieu du 20e siècle l’historien est-allemand Leo Stern, ne manqua pas de stigmatiser l’anticommunisme comme « principale doctrine politique de l’impérialisme allemand », à la croisée des intérêts américains et ouest-allemands, mais aussi comme « expression de la décomposition et de la crise de l’idéologie bourgeoise »44.

  • 45 Uwe Bergmann, Rudi Dutschke, Wolfgang Lefèvre, Bernd Rabehl, Rebellion der Studenten oder Die neue (...)
  • 46 Dieter Hirschfeld, « Umrisse einer Theorie des Antikommunismus », in : Das Argument, 48 (1968), pp (...)
  • 47 Werner Hofmann, Stalinismus und Antikommunismus. Zur Soziologie des Ost-West-Konflikts, Francfort/ (...)
  • 48 Ibid., pp. 161s.

18Les accusations de la RDA trouvèrent bientôt un terrain favorable. La pensée en gestation du mouvement 1968, partageait en partie ses analyses sur la persistance du fascisme en République fédérale. Rudi Dutschke, un des protagonistes du mouvement étudiant, suggérait en effet, en 1968, par la formule « de l’antisémitisme à l’anticommunisme », que loin d’avoir été éliminé par la défaite, le fascisme s’était simplement transformé en anticommunisme grâce à la guerre froide45. De même, le sociologue Dieter Hirschfeld insistait sur le caractère latent du phénomène qui permettait de le rapprocher de l’antisémitisme et de renouer avec les vieux démons46. Selon lui, si l’anticommunisme n’était plus systématiquement considéré comme « l’idéologie politique officielle », ses racines dans la société demeuraient. Il distinguait quatre approches théoriques : une approche historique faisant de l’anticommunisme un élément d’unité de la nation et de construction nationale ; une approche sociologique visant à démasquer en lui la projection de conflits sociaux ; une approche idéologique sur les contenus et l’expression de l’anticommunisme ; et enfin, une approche socio-psychologique se référant à la question de l’autorité. Ce besoin d’étudier enfin l’anticommunisme venait de la sociologie de l’école de Francfort, véritable moteur intellectuel du mouvement 1968 en Allemagne, à la croisée du marxisme et de la responsabilisation face au passé national-socialiste. Dès 1967, le sociologue Werner Hofmann y avait consacré une étude emblématique : « Stalinisme et Anticommunisme. Sociologie du conflit Est-Ouest »47. Le constat était sévère : l’anticommunisme en RFA avait depuis longtemps cessé d’être seulement une « critique », il était devenu une vision du monde (« Weltanschauung »)48, car l’image du communisme était devenue monolithique, entièrement associée au totalitarisme, indépendante de son objet et normée. À cela plusieurs facteurs d’explication. D’abord, on projetait sur le communisme ses propres expériences et idées : la confrontation plutôt que la coexistence. Ensuite, on avait tendance à vouloir transformer la « question sociale » en une question politique et même de politique étrangère, ce qui permettait aussi de considérer le communisme comme un corps et une doctrine étrangers à sa propre culture et par conséquent de mobiliser et d’unir la société dans une défense contre un danger extérieur sous la houlette de l’État. Mais, pris dans les combats de l’époque, Hofmann constatait surtout que l’anticommunisme révélait sa vraie nature et était devenu un « moyen social de discipliner la société », c’est-à-dire de mettre au pas les opposants en les disqualifiant sous ce label. D’idéologique, l’anticommunisme était devenu pratique. Cet argument, qui avait déjà été celui des sociaux-démocrates, des pacifistes et des neutralistes dans les années 1950, reflétait bien la disqualification de « rouge » que subissaient les opposants aux lois sur l’état d’urgence (« Notstandsgesetze »), à la « mentalité de protection de l’État », à la justice politique ou la réforme du droit pénal, voir à la guerre du Vietnam. L’anticommunisme, qui mobilisait alors volontiers avec le mot d’ordre « Berlin ne doit pas devenir Saigon », équivalait donc surtout, et encore, à être le garant de l’ordre établi.

Les voies de l’intégration

  • 49 Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierun (...)

19Les attaques contre l’anticommunisme alimentèrent sa démocratisation esquissée depuis 1955/56, mais c’est surtout la « libéralisation » de la politique intérieure et extérieure durant les années 1960 qui parvint progressivement à le désamorcer49.

  • 50 Dans les statuts du VFF de 1956 déjà, « la défense de la démocratie contre la menace tant intérieu (...)
  • 51 BAKo, B 137, vol. 2687, Aufgabenstellung und Organisation des Volksbundes für Frieden und Freiheit (...)
  • 52 Buschfort, Parteien (note 34).
  • 53 BAKo, B 137, vol. 5986, Lettre du chef de la chancellerie (Dr. Osterheld) au ministère des Affaire (...)
  • 54 C.D. Kernig, Sowjetsystem und demokratische Gesellschaft. Eine vergleichende Enzyklopädie, Fribour (...)

20À l’intérieur, la lutte contre les manifestations d’antisémitisme, fin 1960, ou contre la remontée de l’extrême-droite, qui s’était donné, en 1964, un parti, le NPD, et qui avait accédé à plusieurs parlements régionaux en 1965 et 1968, rééquilibrèrent le consensus antitotalitaire de la République de Bonn. Ainsi, même les anticommunistes radicaux du VFF, qui pourtant revendiquaient théoriquement la lutte contre tous les extrémismes depuis la création même de l’association, diluèrent progressivement leur lutte contre le communisme dans celle contre le radicalisme – terme conforme à l’esprit du temps50. De même, la propagande se transforma plus que jamais en « éducation politique » (« politische Bildung »). Le point de rupture fut incontestablement la grande coalition, qui imposa des changements de personnel – et donc générationnels – autant au ministère des Affaires panallemandes qu’au VFF. Ainsi, en juin 1966, la mission officielle du VFF, égrenée en six points, avait nettement évoluée : deux concernaient la réunification et le monopole de la représentation des Allemands par la RFA ; deux le débat politico-idéologique avec le communisme et avec la RDA et deux enfin le « débat offensif avec des tendances dirigées directement ou indirectement contre les principes fondamentaux libéraux et démocratiques de la République fédérale » et le « renforcement et la solidification de la conscience citoyenne des Allemands en République fédérale »51. Par ailleurs, Stephan Thomas, ancien ami et relai de Taubert, quitta l’« Ostbüro » du SPD, en juin 1966, tandis que celui-ci fut rebaptisé « Referat für gesamtdeutsche Fragen » en avril 1967, et cessa peu après toute propagande par ballon pardessus la frontière52. Autre signe des temps, en décembre 1966, le groupe de travail sur le débat politique et intellectuel avec le communisme fut rebaptisé groupe de travail sur le débat politique et intellectuel avec les courants d’extrême-gauche et d’extrême-droite (« Arbeitsgruppe zur geistigpolitischen Auseinandersetzung mit links- und rechtsradikalen Betsrebungen »)53. Emblématique fut aussi la production d’une encyclopédie comparative entre l’Est et l’Ouest54.

  • 55 Klaus Körner, « Die rote Gefahr », Antikommunistische Propaganda in der Bundesrepublik 1950 – 2000 (...)

21En politique extérieure, un vent nouveau soufflait. Tandis qu’en août 1960, les propos de Karl Jaspers sur l’importance plus grande de vivre dans la liberté que dans l’unité déclenchaient une vague d’indignation, la construction du Mur bouleversa les paradigmes nationaux. Sous l’impulsion des libéraux, des sociaux-démocrates et des Églises, voire de certains chrétiens-démocrates, la politique orientale de l’Allemagne entra en mouvement : la garantie de la paix et de la sécurité ou les contacts avec l’Est devenaient envisageables au prix de concessions nationales. Les effets sur l’anticommunisme furent triples. D’une part, il se démocratisa par le simple fait que, désormais, on s’ouvrait au dialogue avec le communisme. D’autre part, il se polarisa, car les résistances étaient encore immenses et les positions se radicalisaient parfois. Enfin, il ne disparut pas et renforça parfois ses positions, car, au moment où l’on multipliait les contacts avec l’Est, on se devait d’être intransigeant en matière doctrinale, notamment pour s’exposer le moins possible aux critiques des anticommunistes radicaux. Ainsi le comité directeur du SPD décida, en novembre 1970, d’interdire toute collaboration entre communistes et sociaux-démocrates55. Mais l’immunisation contre l’infiltration passait désormais par une assise démocratique.

  • 56 Otto Kirchheimer, Political Justice. The Use of Legal Procedure for Political Ends, Princeton, 196 (...)
  • 57 Körner (note 55), p. 135.

22À la fin des années 1960, la convergence de la double libéralisation ouvrit la voie à l’avènement de Willy Brandt et à la nouvelle Ostpolitik. Plusieurs changements intervinrent ou étaient en cours. D’abord, les protestations déjà très anciennes contre la justice politique qui se développèrent au cours des années 1960 aboutirent à la réforme du droit pénal en 1968, à l’annulation de certaines mesures de protection de l’État contre le KPD prises en 1951, à une amnistie des délits politiques et finalement à la re-légalisation du parti communiste sous le nom de DKP56. Ensuite, la terminologie politique et diplomatique de combat, par laquelle la RFA avait voulu tant marquer son anticommunisme qu’exprimer ses choix de guerre froide, disparut. La RDA pouvait officiellement être appelée ainsi, sans guillemets ou le qualificatif « soi-disant ». Les termes de « zone soviétique » (« Sowjetzone »), « zone orientale » (« Ostzone ») voire « zone » (« Zone »), ou « Allemagne médiane » (« Mitteldeutschland ») devinrent la panacée des derniers cold warriors et des nationalistes intransigeants, notamment des réfugiés et expulsés. Le changement d’appellation du ministère des Affaires pan-allemandes en ministère « pour les relations interallemandes » (« für innerdeutsche Beziehungen ») était lui aussi tout un symbole. En 1968, il avait d’ailleurs déjà rebaptisé une de ses publications « SBZ-Archiv » (« Archives de la Zone d’occupation soviétique ») en « Deutschland-Archiv »57, tandis qu’en 1969 les contacts politiques avec la RDA n’exposaient plus à des poursuites pénales. Enfin, le VFF fut emblématiquement rebaptisé, en 1970, Comité de travail État et Société (« Arbeitsgemeinschaft für Staat und Gesellschaft »).

Conclusion

  • 58 Ils restent même parmi les premiers et seuls ouvrages d’ensemble.
  • 59 Eugen Kogon, « Die Funktion des Antikommunismus in der Bundesrepublik Deutschland », in : Frankfur (...)

23Si la publication des deux ouvrages évoqués en introduction – aussi partisans et polémiques qu’ils soient – signifie bien que l’anticommunisme est resté une constante au cours de la longue décennie des années 1960, ils montrent également les interrogations croissantes à son égard58. Comme en écho, le constat semble identique si l’on y ajoute les articles des « Frankfurter Hefte » : après Birnbaum en 1962, c’était à Eugen Kogon, symbole de l’engagement antitotalitaire, de revenir, en 1970, sur la fonction de l’anticommunisme en en dressant un portrait depuis le XIXe siècle59. Caractéristiques d’une époque, ces remises en cause de l’anticommunisme sont d’ailleurs autant le signe que le moteur de sa démocratisation. Celle-ci s’explique par une étonnante conjonction de l’évolution des relations internationales et, en particulier, de la guerre froide, de la libéralisation et de la démocratisation internes à la société allemande, sans oublier le phénomène générationnel. Ces causalités multiples s’interpénètrent la plupart du temps, sans que l’historien soit toujours capable d’en démêler les fils. Souvent même, des mouvements contraires et contradictoires subsistaient : la sanctuarisation de la démocratie contre le risque communiste à l’intérieur, laissait parfois tomber, dans le combat, un voile sur les pratiques démocratiques. Cela rappelle avec force qu’en RFA, comme ailleurs, le « miracle démocratique » fut un processus. En 1972 encore, le décret sur les radicaux (« Radikalenerlass ») et les interdictions professionnelles (« Berufsverbote ») qui en découlèrent, semblaient signifier que l’anticommunisme ne s’était pas encore éteint. Mais pour le moins, il s’était significativement démocratisé et la tendance antitotalitaire de l’anticommunisme, pourtant présente dès les années 1950, notamment chez de nombreux intellectuels du Congrès pour la liberté de la culture, paraissait l’emporter. Des valeurs plus modernes avaient pris le dessus sur les valeurs traditionnelles qui avaient fait chuter Weimar, tandis que la génération des cold warriors, toujours agissante, devenait, elle aussi, minoritaire. Peut-être, en politique aussi, la rationalisation prenait-elle le pas sur l’émotion ? Au début des années 1970 l’anticommunisme semblait davantage participer à cette « démocratie apte à se défendre » (« wehrhafte Demokratie ») que la République fédérale recherchait depuis ses origines. Après les derniers doutes de 1968, Bonn n’était décidément pas Weimar. Elle avait mûri et elle était désormais plus sûre de son existence et de son idéologie. Peut-être une « realpolitik de la paix », comme la souhaitait Kogon, était-elle désormais possible.

Notes

1 Kurt Hirsch, Die Blutlinie. Ein Beitrag zur Geschichte des Antikommunismus in Deutschland, Francfort/M., 1960.

2 Anti-Kommunismus. Vom Kölner Kommunistenprozeß 1852 zu den Berufsverboten heute, Francfort/M., 1972.

3 Matthias Frese et al. (éd.), Demokratisierung und gesellschaftlicher Aufbruch, Die sechziger Jahre als Wendezeit der Bundesrepublik, Paderborn, 2005 (2003).

4 Bundesarchiv Koblenz [BAKo], B 137, vol. 16428.

5 Cf. les lettres d’Ernst Richard Funke au ministre des Affaires panallemandes (2 février, 17 août, 1er et 20 septembre 1955) dans BAKo, B 137, vol. 1343 et B 106, vol. 15829.

6 BAKo, B 106, vol. 3275-2 et plus généralement sur Witsch cf. Klaus Körner, « SBZ von A – Z. Die sieben Verlage des Berend von Nottbeck 1950 – 1990 », in : Aus dem Antiquariat, 1999, pp. A188 – A213.

7 Werner Kilian, Adenauers Reise nach Moskau, Fribourg/Br., 2005 ; Helmut Altrichter (éd.), Adenauers Moskaubesuch 1955, Bonn, 2006 ; Susanne Schattenberg, « ›Gespräch zweier Taubstummer‹ ? Die Kultur der Außenpolitik Chruščevs und Adenauers Moskaureise 1955 », in : Osteuropa, 7 (2007), pp. 27 – 46.

8 Hans-Peter Schwarz, « Eine Reise ins Unbekannte », in : Historisch-Politische Mitteilungen, 12 (2005), pp. 173 – 192.

9 Archiv für Christlich-Demokratische Politik der Konrad-Adenauer-Stiftung [ACDP], NL O. Lenz, Nr. 39, IfD, Die Stimmung im Bundesgebiet. Nr. 218 : Moskau-Reise verbessert Adenauers Position, Vertraulich, septembre 1955.

10 ACDP, NL O. Lenz, Nr. 39, IfD, Die Stimmung im Bundesgebiet. Nr. 209 : Zur Koexistenz, Vertraulich, juillet 1955.

11 BAKo, B 106, vol. 3275-2, Gedanken zur antikommunistischen Aufklärung nach Moskau, 20 septembre 1955, confidentiel ; BAKo, B 137, vol. 16428. Cf. aussi Wigbert Benz, Paul Carell. Ribbentrops Pressechef Paul Karl Schmidt vor und nach 1945, Berlin, 2005.

12 BAKo, B 137, vol. 16428, Protokoll einer Besprechung zur Frage der Intensivierung des geistigen Impulses gegen den Kommunismus im BMI am 20. Oktober 1955.

13 Ibid.

14 Il est intéressant de noter l’ambiguïté du terme « Auseinandersetzung », qui signifie autant « l’affrontement » (verbal ou physique) que « le débat » dans le sens d’un processus intellectuel. Considérant l’évolution en cours, la préférence est ici donnée à ce second sens.

15 Stefan Creuzberger, Kampf für die Einheit, Das gesamtdeutsche Ministerium und die politische Kultur des Kalten Krieges 1949 – 1969, Düsseldorf, 2008 ; ID. « Das BMG in der frühen Bonner Republik », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 1/2 (2009), pp. 27 – 33.

16 Benedikt Widmaier, Die Bundeszentrale für politische Bildung, Ein Beitrag zur Geschichte staatlicher politischer Bildung in der Bundesrepublik Deutschland, Francfort/M., 1987.

17 Bako, B 106, vol. 21611.

18 Widmaier (note 16), p. 48.

19 G.S., « Wodka in Bonn », General Anzeiger, 22 – 23 octobre 1955.

20 Mathias Friedel, Der Volksbund für Frieden und Freiheit (VFF). Eine Teiluntersuchung über westdeutsche antikommunistische Propaganda im Kalten Krieg und deren Wurzeln im Nationalsozialismus, St. Augustin, 2001 ; Bernard Ludwig, « La propagande anticommuniste en Allemagne fédérale. Le « VFF » pendant allemand de « Paix et Liberté », in : Vingtième Siècle, 80 (2003), pp. 33 – 42.

21 Klaus Körner, « Von der antibolschewistischen zur antisowjetischen Propaganda : Dr. Eberhard Taubert », in : Arnold Sywottek (éd.), Der Kalte Krieg – Vorspiel zum Frieden ?, Münster, 1994, pp. 54 – 68.

22 « Antikomintern. Taube nagt am Kohlstrunk », in : Der Spiegel, 18 octobre 1950, p. 15.

23 « Propaganda. Es hat sich nichts geändert », in : Der Spiegel, 17 août 1955, pp. 11 – 13.

24 Cf. Josef Foschepoth, « Rolle und Bedeutung der KPD im deutsch-deutschen Systemkonflikt », in : Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 56 (2008) 11, pp. 889 – 909 ; Till Kössler, Abschied von der Revolution. Kommunisten und Gesellschaft in Westdeutschland 1945 – 1968, Düsseldorf, 2005 ; Patrick Major, The death of the KPD. Communism and anti-communism in West-Germany, 1945 – 1956, Oxford, 1997 ; Wolfgang Abendroth, « Das KPD-Verbotsurteil des Bundesverfassungsgerichts : Ein Beitrag zum Problem der richterlichen Interpretation von Rechtsgrundsätzen der Verfassung im demokratischen Staat », in : Zeitschrift für Politik, 3 (1956), pp. 305 – 327 ; Alexander von Brünneck, Politische Justiz gegen Kommunisten in der Bundesrepublik Deutschlands 1949 – 1968, Francfort/M., 1978 ; Diether Posser, Anwalt im kalten Krieg. Ein Stück deutscher Geschichte in politischen Prozessen 1951 – 1968, Munich, 1991 ; Rolf Gössner, Die vergessenen Justizopfer des kalten Krieges, Hambourg, 1994.

25 BAKo, B 137, vol. 1343, Kleine Anfrage 234 der Abgeordneten Dr. Rinke, Schneider (Hamburg) und Genossen, 5 mars 1956.

26 Kössler (note 24), p. 364.

27 Le meilleur exemple est la brochure, conçue par Paul Schmidt/Carell, « Entlarvter Kommunismus » de 1955, réimprimée et diffusée par la BZH, sans doute à 700 000 exemplaires, en 1956, et réédité dans une version modifiée sous le titre « Sie haben sich demaskiert » en 1957. À cause de leur désaccord avec l’interdiction du KPD, le SPD et le FDP ne participèrent pas à la diffusion de cette dernière, pourtant éditée à 300 000 exemplaires par la BZH. Cf. BAKo, B 106, vol. 3275.

28 Norman Birnbaum, « Die Krise des Antikommunismus », in : Frankfurter Hefte, 7 (1962), pp. 433 – 437.

29 Kai-Uwe Merz, Kalter Krieg als antikommunistischer Widerstand. Die Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit 1948 – 1959, Munich, 1987 ; Bernd Stöver, Die Befreiung vom Kommunismus. Amerikanische Liberation policy im Kalten Krieg 1947 – 1991, Cologne, 2002.

30 Cf. la brochure éditée par Berlin-Est en 1955 : « Kalte Krieger gehen unter. Dokumentarisches Material über die verbrecherische Tätigkeit der Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit ».

31 « Unmenschlichkeit als System. Dokumentarbericht über die Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit ».

32 Frank Hagemann, Der Untersuchungsausschuss Freiheitlicher Juristen 1949 – 1969, Francfort/M., 1994.

33 Guillaume Mouralis, Une épuration allemande. La RDA en procès 1949 – 2004, Paris, 2008, pp. 241s.

34 Wolfgang Buschfort, Das Ostbüro der SPD. Von der Gründung bis zur Berlin-Krise, Munich, 1991 ; Id., Parteien im Kalten Krieg. Die Ostbüros von SPD, CDU und FDP, Berlin, 2000.

35 Bernard Ludwig, « Le Comité européen et international › Paix et Liberté‹ (1950 – 1970). › Internationale‹ ou réseau de l’anticommunisme ? », in : Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 20 (2004) (http://ipr.univ-paris1.fr/spip.php?article240).

36 BAKo, B 137, vol. 2617 et B 136, vol. 4426.

37 BAKo, B 137, vol. 2614.

38 Dirk Schindelbeck, « Propaganda mit Gummiballons und Pappraketen. Deutschdeutscher Flugblattkrieg nach dem Bau der Mauer », in : Gerald Diesner, Rainer Gries (éd.), Propaganda in Deutschland. Zur Geschichte der politischen Massenbeeinflussung im 20. Jahrhundert, Darmstadt, 1996, pp. 213 – 233.

39 BAKo, B 137, vol. 16429, Unmittelbare und mittelbare Aufwendungen im Rahmen der geistigen Auseinandersetzung mit dem Kommunismus, [octobre 1958].

40 BAKo, B 137, vol. 16430.

41 Bernard Ludwig, « Le Mur de Berlin, dernier rempart de l’antifascisme et ultime frontière du communisme », in : Sophie Coeuré, Sabine Dullin (éd.), Frontières du communisme, Paris, 2007, pp. 286 – 309.

42 Michael Lemke, « Kampagnen gegen Bonn. Die Systemkrise der DDR und die West-Propaganda der SED 1960 – 1963 », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 41 (1993) 2, pp. 154 – 174.

43 Norbert Podewin (éd.), Braunbuch. Kriegs- und Naziverbrecher in der Bundesrepublik und in Berlin (West), Berlin, 2003 [reprint de la 3e édition de 1968].

44 Leo Stern, Der Antikommunismus als politische Hauptdoktrin des deutschen Imperialismus, Berlin-Est, 1963 ; Id. (éd.), Der Antikommunismus in Theorie und Praxis des deutschen Imperialismus. Zur Auseinandersetzung mit der imperialistischen Geschichtsschreibung, Halle-Wittenberg, 1963. Cf. aussi T.I. Oiserman, Der Antikommunismus – Ausdruck der Krise der bürgerlichen Ideologie, Berlin, 1963.

45 Uwe Bergmann, Rudi Dutschke, Wolfgang Lefèvre, Bernd Rabehl, Rebellion der Studenten oder Die neue Opposition, Reinbek, 1968, pp. 58s.

46 Dieter Hirschfeld, « Umrisse einer Theorie des Antikommunismus », in : Das Argument, 48 (1968), pp. 335 – 347.

47 Werner Hofmann, Stalinismus und Antikommunismus. Zur Soziologie des Ost-West-Konflikts, Francfort/M., 1967, pp. 129 – 169.

48 Ibid., pp. 161s.

49 Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierung 1945 – 1980, Göttingen, 2002

50 Dans les statuts du VFF de 1956 déjà, « la défense de la démocratie contre la menace tant intérieure qu’extérieure du radicalisme et du totalitarisme, en particulier comme condition à la réunification de l’Allemagne » avait, dans les objectifs, remplacé la lutte contre le communisme. Statuts du 18 janvier 1956, § 2 (BAKo, B 106, vol. 15445).

51 BAKo, B 137, vol. 2687, Aufgabenstellung und Organisation des Volksbundes für Frieden und Freiheit e.V., 22 juin 1966, p. 1.

52 Buschfort, Parteien (note 34).

53 BAKo, B 137, vol. 5986, Lettre du chef de la chancellerie (Dr. Osterheld) au ministère des Affaires pan-allemandes (Schierbaum), 21 décembre 1966.

54 C.D. Kernig, Sowjetsystem und demokratische Gesellschaft. Eine vergleichende Enzyklopädie, Fribourg/Br., 1966.

55 Klaus Körner, « Die rote Gefahr », Antikommunistische Propaganda in der Bundesrepublik 1950 – 2000, Hambourg, 2003, p. 137.

56 Otto Kirchheimer, Political Justice. The Use of Legal Procedure for Political Ends, Princeton, 1961 ; Lutz Lehmann, Legal und Opportun. Politische Justiz in der Bundesrepublik, Berlin, 1966 ; Helmut Ridder, Aktuelle Rechtsfragen des KPD-Verbots, Neuwied, Berlin (Ouest), 1966 ; Rudolf Schuster, « Relegalisierung der KPD oder Illegalisierung der NPD ? Zur politischen und rechtlichen Problematik von Parteiverbot », in : Zeitschrift für Politik, 24 (1968), pp. 413 – 429 ; Wolfgang Abendroth (éd.), KPD-Verbot oder Mit Kommunisten leben, Reinbek, 1968. Cf aussi von Brünneck, Posser et Gössner (note 23).

57 Körner (note 55), p. 135.

58 Ils restent même parmi les premiers et seuls ouvrages d’ensemble.

59 Eugen Kogon, « Die Funktion des Antikommunismus in der Bundesrepublik Deutschland », in : Frankfurter Hefte, 5 (1970), pp. 81 – 90 et dans Anatomie des Antikommunismus, Olten, Fribourg/Br., 1970, pp. 190 – 205 qui est un rapport commandé par la « Peace Education Division » de l’« American Friends Service Committee », l’organisation militante des Quakers.

Auteur

Ludwig, Bernard, né en 1973 ; ATER à l’Université Paris I, Doctorant en histoire (Paris I/FSU Jena).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search