Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

I. L'Allemagne dans les relations internationales

Politiques et relations culturelles extérieures. Concurrence et interdépendance entre RFA et RDA

Corine Defrance

Texte intégral

  • 1 Cf. Hermann Wentker, Außenpolitik in engen Grenzen. Die DDR im internationalen System 1949 – 1989,(...)
  • 2 Cf. Ulrich Pfeil, « Intersystemische Kulturbeziehungen im Ost-West-Konflikt. Die DDR und der Weste (...)

1Alors que la RDA bataillait pour une plus large reconnaissance diplomatique1, qu’entravait la « doctrine Hallstein », la politique et les relations culturelles extérieures constituaient l’un des champs d’affrontement entre les deux Allemagnes où s’exprimait le mieux la rivalité entre Bonn et Berlin-Est. Plus encore que dans le domaine politique ou économique, où l’action internationale était limitée à un nombre d’acteurs assez bien circonscrit, la culture présentait un ensemble de spécificités qui rendait son maniement particulièrement délicat à l’heure de l’Ostpolitik et de la politique des petits pas. Car la culture est par définition portée par un grand nombre d’acteurs, et elle ne se limite pas seulement à l’échange de biens matériels. En exprimant un héritage, une vision d’avenir et de la modernité, une projection et une vision de la société, elle est intrinsèquement porteuse d’une interrogation sur les valeurs fondamentales, les idéologies, les conceptions de la liberté et des droits de la personne. Aussi, plus que tout autre secteur des relations internationales, est-elle susceptible d’affecter les lignes de démarcation entre les systèmes2.

2Dans le cas de la République fédérale d’Allemagne et de la République démocratique allemande, la configuration était particulière du fait que, malgré l’antagonisme politique et idéologique, les deux États devaient gérer une langue et un héritage culturel communs. Après avoir mis en évidence les divergences structurelles et conceptuelles des politiques culturelles extérieures de la RFA et de la RDA, et la manière dont les deux Allemagnes ont réajusté leurs positions l’une par rapport à l’autre, nous analyserons la compétition interallemande à l’œuvre tant dans la relation interallemande que dans les relations avec les pays tiers, en particulier en Europe de l’Est.

Approche comparée : les politiques culturelles extérieures est-et ouest-allemandes

Des structures fondamentalement différentes

  • 3 Cf. Karl Sebastian Schulte, Auswärtige Kulturpolitik im politischen System der Bundesrepublik Deut (...)
  • 4 Schulte (note 3), p. 42.

3La RFA et la RDA conçurent toutes deux les grandes lignes de leur politique culture extérieure respective dès le début des années 1950, mais les structures créées pour mettre en œuvre ces politiques furent profondément différentes. Les responsables ouest-allemands entendaient afficher la rupture avec le « Troisième Reich » (malgré des continuités personnelles qui perdurèrent3) en mettant en place une organisation démocratique de politique culturelle extérieure reposant sur le pluralisme des structures et des acteurs4.

  • 5 Depuis 1949, la RFA avait été autorisée par les alliés à entretenir une Verbindungsstelle des Bund (...)
  • 6 Cf. Armin Klein, Kulturpolitik. Eine Einführung, Wiesbaden, 22005 ; Kurt-Jürgen Maass (éd.), Kultu (...)
  • 7 Cf. Peter Alter (éd.), Der DAAD in der Zeit. Geschichte, Gegenwart und zukünftigen Aufgaben, Bonn, (...)
  • 8 Cf. Eckard Michels, « Keine Stunde Null. Ursprünge und Anfänge des Goethe-Instituts », in : Murnau (...)
  • 9 Cf. Hans Arnold, Auswärtige Kulturpolitik. Ein Überblick aus deutscher Sicht, Munich, 1980, p. 21  (...)
  • 10 Cf. Johannes Paulmann, « Auswärtige Repräsentationen nach 1945. Zur Geschichte der deutschen Selbs (...)

4Le nouveau système se définit par trois caractéristiques principales. D’abord, la décentralisation, car la culture fait partie du champ de compétence des Länder, tandis que la politique extérieure revient au Bund. Ensuite, la répartition multipolaire des compétences au niveau gouvernemental : outre l’Auswärtiges Amt (la section culturelle fut reconstituée en 19525) les ministères de l’Intérieur, de la Jeunesse et de la Famille, de la Recherche et, à partir de 1961, le ministère fédéral de la Coopération économique se partageaient les compétences dans ce secteur. Enfin, a été posé le principe de délégation à des organisations indépendantes de l’État mais financées et missionnées par lui6. Entre 1950 et 1953 de grandes organisations de médiation culturelle, furent fondées, le plus souvent refondées, comme le Deutscher Akademischer Austausch-Dienst (1950)7 et l’Institut Goethe (1951) notamment8. Dans les années 1960, l’État fédéral confia des missions de politique extérieure toujours plus nombreuses à ces organisations, ce qui aboutit à accroître le fossé entre le gouvernement fédéral, responsable de la conception et de la définition de la politique culturelle extérieure, et ces institutions de médiation, chargées de la réalisation9. Ce ne fut pas sans conséquence dans la seconde moitié des années 1960, quand le consensus sur les valeurs se désagrégea, l’Institut Goethe acceptant les tendances à la libéralisation tandis que l’Auswärtiges Amt voulait toujours présenter une image lisse de la culture allemande10.

  • 11 Kurt Düwell, « Zwischen Propaganda und Friedenspolitik – Geschichte der Auswärtigen Kulturpolitik (...)
  • 12 Ulrich Pfeil, « Zentralisierung und Instrumentalisierung der auswärtigen Kulturpolitik der DDR. Ei (...)
  • 13 Cf. Ingrid Muth, Die DDR-Außenpolitik 1949 – 1972. Inhalte, Strukturen, Mechanismen, Berlin, 2000, (...)
  • 14 Ibid., pp. 92s.

5En RDA, la politique culturelle, conçue comme un instrument de la lutte des classes, fut organisée de façon très centralisée sous le contrôle du parti11. Cette soumission de la culture aux objectifs politiques et idéologiques supérieurs se répercuta sur la conception de la politique culturelle extérieure. Au double point de vue institutionnel et conceptuel, elle fut directement placée sous l’égide du bureau politique de la SED et la situation resta inchangée jusqu’en 1989. Bien qu’elle s’insérât dans un cadre idéologique strictement défini, la politique culturelle extérieure jouit d’un statut privilégié car, jusque dans la première moitié des années 1970, elle resta l’un des rares instruments du régime est-allemand pour entrer en relation avec l’Occident en dehors des milieux communistes et miner ainsi la prétention de la RFA à représenter l’Allemagne dans son ensemble. Comme l’a noté Ulrich Pfeil, « elle était pour la SED le bon outil dans son combat pour la reconnaissance internationale en tant que deuxième État allemand souverain et elle était aussi un moyen efficace pour améliorer l’image de la RDA, condition de sa reconnaissance internationale »12. Pour faciliter les contacts avec les pays étrangers, la SED mit sur pied au printemps 1952 la « Gesellschaft für kulturelle Verbindungen mit dem Ausland » (GfkVA), qui dépendait officiellement du ministère est-allemand des Affaires étrangères, et qui, recevait directement ses directives du comité central du parti. Sous la tutelle de cette société les premiers centres culturels est-allemands (« Kultur- und Informationszentren ») furent ouverts dans les pays frères (1956 à Prague ; 1957 à Varsovie etc.) et créé en 1956 un bureau d’information pour la propagande à l’étranger (« Informationsbüro für Auslandspropaganda ») chargé des contacts avec les cercles amis dans les pays non socialistes13. Au tout début des années 1960, le bureau politique reconnut que cette société était insuffisante en tant qu’unique partenaire des associations d’amitié qui s’étaient fondées à l’étranger et il décida, en mars 1961, de créer la « Liga für Völkerfreundschaft der DDR », qui lui succéda et devint l’organisation fédératrice des sociétés d’amitié avec l’étranger en RDA. Elle joua un rôle fondamental dans la lutte pour la reconnaissance internationale, en particulier dans les pays de l’Europe du Nord et de l’Ouest ainsi qu’en Inde14. Certes, il s’agissait officiellement d’une organisation non-étatique, impliquant des citoyens est-allemands qui ne l’auraient jamais été dans le cadre strict de la politique étrangère de Berlin-Est, mais il faut noter que, dans le régime est-allemand, il n’existait pas – comme en Occident notamment – d’associations émanant de la société civile assurant une part importante de l’action culturelle avec l’étranger. Ainsi, à titre d’exemple, la « Deutsch-Französische Gesellschaft in der DDR », fondée en février 1962 dans le cadre de la Liga (comme partenaire de l’association française « Échanges Franco-Allemands », créée en 1958), était-elle sous le contrôle de l’État et du parti.

La « culture allemande » comme objet de conflit

  • 15 Cf. Paulmann (note 10), p. 1 ; Id., « Deutschland und die Welt. Auswärtige Repräsentationen und re (...)
  • 16 Die Auswärtige Politik der Bundesrepublik Deutschland, édité par l‘Auswärtiges Amt, Cologne, 1972, (...)
  • 17 Martin Schieder, « Die Documenta 1 (1955) », in : Étienne François, Hagen Schulze (éd.), Deutsche (...)
  • 18 Cf. Arnold (note 9), p. 14.
  • 19 Cf. Paulmann (note 10), p. 3 ; Corine Defrance, « La politique culturelle extérieure de la RFA au (...)

6Dans la phase de reprise d’une politique culturelle extérieure prudente (« Haltung der Zurückhaltung »)15, le gouvernement ouest-allemand se montra soucieux de présenter à l’extérieur une image rassurante, prouvant que la meilleure part de l’Allemagne – celle de Goethe et de Thomas Mann, de Kant et de Beethoven – avait survécu à la barbarie nazie et constituait désormais la référence culturelle16. L’héritage de la grande culture allemande fut constitutif de l’image de soi diffusée par la RFA à l’étranger (« kulturelle Selbstdarstellung »). Il fallait proclamer la rupture avec le passé nazi, agir avec discrétion, présenter une vitrine culturelle de très haute facture intellectuelle et artistique en se montrant à la fois classique et moderne (cf. la « Documenta » de Kassel en 195517). Il s’agissait d’une conception traditionnelle et élitiste de la culture. Puis, avec le « miracle économique », la RFA chercha à de ne pas être seulement perçue comme le « Volkswagenstaat »18, aussi continua-t-elle à mettre l’accent sur la culture au sens classique du terme. Certes, elle restait stigmatisée par son passé, mais la guerre froide et la concurrence entre les blocs l’incitaient progressivement à opter pour des stratégies plus affirmatives (ouverture de centres culturels – les Instituts Goethe – à l’étranger etc.)19.

  • 20 Edgar Wolfrum, Geschichte als Waffe. Vom Kaiserreich bis zur Wiedervereinigung, Göttingen, 2001, p (...)
  • 21 Wolfrum (note 20), p. 73.
  • 22 Marion Gräfin Dönhoff, Die Zeit, 25 juin 1953.
  • 23 Wolfrum (note 20), p. 85.

7En RDA, pendant la plus grande partie des années 1950 et 1960, les autorités prirent soin de se présenter à l’extérieur comme la meilleure des deux Allemagnes, l’Allemagne antifasciste et pacifiste, l’Allemagne de la rupture, qui entendait être l’héritière de la seule tradition humaniste et progressiste en Allemagne (« Kulturerbe »). Furent scrupuleusement choisis dans le passé allemand les personnalités et les événements dont il fallait revendiquer l’héritage. Comme l’a montré Edgar Wolfrum, « l’histoire a été utilisée comme arme entre les deux États allemands pendant la guerre froide. L’histoire constituait une ressource fondamentale dans le conflit entre les systèmes et dans le combat pour la légitimité »20. Jusqu’à l’édification du Mur, la Nation et la Révolution furent au cœur de l’affrontement en matière de politique de l’histoire et de construction de récits nationaux (dès 1952, la RDA fonda le « Musée d’histoire allemande » à Berlin-Est). Ainsi, à la fin des années 1940, le régime est-allemand sut-il à la fois tendre la main aux élites bourgeoises antinazies, en reconstruisant le théâtre national de Weimar pour célébrer l’année Goethe en 1949, et commémorer le centenaire de la révolution de 1848 de façon à légitimer les évolutions en cours en « zone soviétique » : on insista sur la tradition révolutionnaire, ce qui donna, par contraste, l’image (« Feindbild ») d’une République fédérale ennemie se plaçant dans la lignée du Deuxième, voire du Troisième Reich, arrogante, militariste, agressive et revanchiste. La RDA se faisait le défenseur de la République allemande indivisible et du combat pour la paix, tandis que Bonn se voyait qualifier de « séparatiste »21. À ce moment-là, Bonn n’avait pas su tirer profit de la commémoration du 100e anniversaire du « printemps des peuples », mais en 1953, au lendemain des émeutes du 17 juin, louant, à l’instar de la comtesse Marion Dönhoff, « la première vraie révolution allemande »22, elle retourna contre la RDA la référence aux guerres de libération dont elle s’était prétendue l’héritière. Alors que Berlin-Est brandissait l’étendard de la paix, Bonn lui faisait face avec celui de la liberté23.

  • 24 Christoph Klessmann, Zwei Staaten, eine Nation. Deutsche Geschichte 1955 – 1970, Bonn, 21997.
  • 25 Cf. Hildegard Hamm-Brücher, Kulturbeziehungen weltweit. Ein Werkstattbericht zur auswärtigen Kultu (...)
  • 26 Wolfrum (note 20), pp. 93s.
  • 27 Wolfrum (note 20), pp. 90 – 92.

8Au-delà de ces rivalités de positionnement sur l’héritage et la rupture avec la tradition et l’histoire allemandes, les autorités des deux pays s’affrontèrent autour de la représentation de la culture allemande en pays tiers. Ce conflit est indissociable de celui opposant Bonn et Berlin-Est sur la représentation de l’Allemagne à l’étranger. Au cours des premières années, jusqu’en 1955, les deux États s’étaient affrontés, prétendant chacun représenter l’Allemagne dans son ensemble (« Alleinvertretungsanspruch »), puis Berlin-Est modifia sa stratégie, affirmant d’abord la thèse de « deux États – une nation », avant de revendiquer, à partir du début des années 1970, le double statut d’État et de nation24. Pour sa part, Bonn en restait à la « Alleinvertretungsanspruch » et s’affirmait comme État culturel représentant à lui seul la culture allemande indivisible25. La captation de « la » culture allemande par la RFA avait pour objet d’attirer les pays tiers – en particulier les pays émergents – et, par le biais de la « doctrine Hallstein », de contribuer à bloquer la reconnaissance de la RDA sur la scène internationale. Même avec la détente, la RFA continua à défendre la thèse de l’unité de la culture allemande, sans cependant dénier à la RDA le fait de développer une « culture » (voir infra). Elle infléchit cependant sa thèse sur le plan politique pour en venir pratiquement à la thèse des « deux États – une nation ». Le président de la République, le social-démocrate Gustav Heinemann, prononça même un discours télévisé, en janvier 1971, à l’occasion du 100e anniversaire de la proclamation du Deuxième Reich, soulignant combien l’unité et la liberté avaient été souvent incompatibles dans l’histoire allemande, et désignant la liberté comme une valeur bien plus fondamentale. Plutôt que de s’accrocher à l’idéal illusoire de l’unité allemande, il valait mieux aider à la libéralisation de la RDA. C’était faire le choix de la « Kulturnation » de 1848 contre la « Staatsnation » de 1871. Comme l’a remarqué Edgar Wolfrum, il existait déjà une forme de « Verfassungspatriotismus avant la lettre »26 et la RFA pouvait désormais se référer, en concurrence avec Berlin Est et au grand dam de ses dirigeants, aux mouvements de libération de l’histoire allemande27.

  • 28 Neues Deutschland, 14 février 1974.
  • 29 Ainsi, à titre d’exemple, la « Deutsche Akademie der Wissenschaften » fut-elle rebaptisée en 1972 (...)
  • 30 Wolfrum (note 20), p. 103.
  • 31 Sächsische Zeitung, 14 mai 1971. Cf. Hans Lindemann, Kurt Müller, Auswärtige Kulturpolitik der DDR (...)

9Pendant ce temps, en RDA, et de manière encore renforcée après avoir obtenu la reconnaissance (en 1973/74), les dirigeants entendaient que leur pays soit représenté à l’extérieur comme une « nation », ayant son identité historique et culturelle propre. Lors des cérémonies du 25e anniversaire de la RDA, en 1974, la SED proclama : « En RDA est née une nouvelle culture socialiste et nationale. Parmi les fondements intellectuels de notre culture, dominent les idées de paix et de démocratie, de socialisme et d’internationalisme »28. Ce tournant fut inscrit dans la nouvelle constitution. Alors qu’en 1968, la constitution mentionnait le « sozialistischer Staat deutscher Nation » (l’État socialiste de nation allemande), la nouvelle formulation évoqua le « sozialistischer Staat der Arbeiter und Bauern » (« l’État socialiste des travailleurs et des paysans »). Ainsi, en réponse à l’Ostpolitik de Bonn, la « question allemande » se trouvait définitivement résolue : la RDA était un État et une nation ; elle n’était plus guère allemande (le nom d’un grand nombre d’institutions fut modifié, supprimant l’adjectif allemand au profit du complément de nom « de la RDA »29), mais avant tout socialiste. Ses dirigeants voulaient forger un patriotisme socialiste fondé sur des valeurs « universelles ». Comme l’a écrit Wolfrum : « Le patriotisme socialiste et l’internationalisme prolétarien allaient main dans la main et venaient parfaire le processus prévu de démarcation de la RDA par rapport à la République fédérale »30. Aussi la RDA développa-t-elle alors une « sozialistische auswärtige Kulturpolitik » (« politique culturelle extérieure socialiste »), totalement distincte de celle de la RFA, ce qui impliquait de dénoncer toujours plus fermement l’idée de l’unité culturelle allemande. Pour donner de la profondeur historique à cette identité culturelle, les autorités de Berlin-Est ont revendiqué un certain nombre de grandes figures intellectuelles, artistiques et même politiques, comme l’expression de leur propre patrimoine culturel, déniant même parfois à l’Ouest le droit d’en revendiquer l’héritage. Ainsi, en 1971, le ministre président de la RDA, Willi Stoph, s’empara-t-il de la figure d’Albrecht Dürer, à l’occasion du 500e anniversaire de sa naissance, auquel il conféra une place cruciale dans la constitution de la culture socialiste est-allemande, ajoutant que la RFA ne pouvait prétendre à un héritage, qui par les idées et les images artistiques qu’il véhiculait, traduisait déjà les idées progressistes qui étaient désormais en train de s’exprimer31.

Des conceptions divergentes des relations culturelles extérieures : Échanges ou démarcation ?

  • 32 Kurt Hager, Zu Fragen der Kulturpolitik der SED, Berlin-Est, 1972, p. 9.
  • 33 Cf. Schulte (note 3), p. 45.
  • 34 Michels (note 9), p. 254.
  • 35 Pour l’analyse de l’action menée par Dieter Sattler, directeur de la section culturelle de l’Auswä (...)
  • 36 Willy Brandt, « Bedeutung und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik. Ausführungen von Außenminist (...)
  • 37 Édité à Munich en 1965.
  • 38 Ralf Dahrendorf, « Gesamtplan für die Auswärtige Kulturpolitik. Notwendigkeit eines wechselseitige (...)
  • 39 Déclaration gouvernementale de Willy Brandt, 28 octobre 1969, publiée in : Klaus vom Beyme (éd.), (...)

10Dans chacun des deux États allemands la place de la politique culturelle extérieure fut subordonnée aux enjeux politiques et idéologiques fondamentaux. En juillet 1972, Kurt Hager, secrétaire pour la Culture, la Science et l’Éduction du peuple au comité central du parti déclara : « Notre politique culturelle […] a aussi la tâche de soutenir par tous les moyens culturels l’offensive politique et idéologique du socialisme »32. Même si, à l’Ouest, la culture était loin d’être soumise au pouvoir comme elle l’était à l’Est – et l’État n’était pas le seul acteur des échanges culturels entre la RFA et l’étranger ! –, la politique culturelle extérieure était un instrument de la politique étrangère, devant servir l’objectif primordial d’ancrage à l’Ouest et, tant que dura la « doctrine Hallstein », faire obstacle à la reconnaissance de la RDA par les pays tiers33. Au fil des années 1960, avec la revalorisation et l’expansion de la politique culturelle, conçue partiellement en réponse à l’« offensive » culturelle de la RDA34, elle fut plus qu’une auxiliaire de la diplomatie et des relations économiques35 et devint à part entière, comme l’affirma Willy Brandt, alors ministre des Affaires étrangères, « le troisième pilier d’une politique extérieure moderne »36. Si la politique culturelle ouest-allemande en était longtemps restée à une conception centrée sur la projection d’une image de soi à l’étranger, elle fut fondamentalement renouvelée au début des années 1970 dans le cadre de la réforme menée par le secrétaire d’État Ralf Dahrendorf, le sociologue auteur de Gesellschaft und Demokratie in Deutschland37. Celui-ci voulut démocratiser la politique culturelle en la redéfinissant en termes d’échanges entre les sociétés et imposa alors le terme de « zwischenstaatliche Gesellschaftspolitik » – politique sociétale transnationale38. L’objectif était de passer « d’une politique étrangère des États à une politique étrangère des sociétés », ce qui s’inscrivait dans le processus plus général de démocratisation voulu par le nouveau chancelier Willy Brandt (« oser plus de démocratie »)39.

  • 40 Uta Andrea Balbier, « ›Der Welt das moderne Deutschland vorstellen‹ : Die Eröffnungsfeier der Spie (...)
  • 41 « Auswärtige Kulturpolitik und internationale Zusammenarbeit. Interview mit Ministerialdirektor Ha (...)
  • 42 Paulmann (note 10), p. 5 ; Die Auswärtige Politik (note 16), p. 97.

11Cette réforme impliquait en premier lieu l’élargissement du champ conceptuel de la culture, incluant toujours plus la science, la technique et le sport – comme l’illustra la volonté ouest-allemande d’organiser les Jeux Olympiques à Munich en 197240. Il s’agissait aussi de mettre davantage l’accent sur les questions d’actualité pour mieux comprendre et faire connaître l’ensemble des valeurs de la société allemande contemporaine41. Elle entraînait ensuite l’élargissement du cercle des destinataires, bien au-delà des seules élites étrangères. Enfin, il fallait ouvrir plus largement le spectre des acteurs des échanges culturels à l’étranger aux syndicats, fondations politiques, Églises et réseaux associatifs, car les nouvelles missions devaient être entreprises prioritairement dans le domaine socio-culturel international, notamment par les échanges de jeunes et d’étudiants42.

  • 43 « La politique culturelle extérieure traitera à l’avenir plus intensément qu’auparavant les problè (...)
  • 44 Cf. Paulmann (note 10), p. 6
  • 45 Discours de Walter Scheel, intitulé « Ziele und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik », devant l (...)

12Le concept clé de cette « zwischenstaatliche Gesellschaftspolitik » fut le « erweiterter Kulturbegriff » – concept de culture élargi – renvoyant à l’idée que tout ce qui a trait aux réalités contemporaines d’une société fait partie de la culture43. Cela signifiait la mutation d’une conception « bourgeoise » de la culture, encore dominante dans les années 1950, vers une conception plus « populaire » et « sociétale » des années 197044. L’objectif de cette politique sociétale transnationale restait de contribuer à la compréhension et à la paix entre les peuples, cette fois dans le cadre d’une politique de détente et d’ouverture vers l’Est qu’incarnait l’Ostpolitik menée par la coalition sociale-libérale. Il s’agissait aussi d’y parvenir par l’échange, c’est-à-dire en acceptant la réciprocité du processus45.

  • 46 Lindemann, Müller (note 31), p. 15.
  • 47 Lindemann, Müller (note 31), p. 23.
  • 48 Der Morgen [journal de Berlin-Est], 18 avril 1974.
  • 49 « La coexistence pacifique entre les États relevant des différents systèmes de société ne doit jam (...)
  • 50 Lindemann, Müller (note 31), p. 22.
  • 51 Neues Deutschland [Berlin-Est], 30 janvier 1971.

13Or, Berlin Est n’entendait pas se laisser entraîner à l’échange et développa au contraire une politique de démarcation croissante (« Abgrenzungspolitik ») à l’égard de Bonn. Si le terme de « Abgrenzung » devint le maître mot de la politique est-allemande, en réaction à l’Ostpolitik de Bonn, à partir de la fin des années 196046, il renvoie à une pratique bien rôdée du repli sur soi, observée après les émeutes du 17 juin 1953, les événements de Hongrie et de Pologne en 1956, la construction du Mur en 1961 et encore au lendemain de la répression du printemps de Prague en 196847. À partir de 1969, Berlin-Est renforça sur le plan culturel cette politique du cordon sanitaire, car la coexistence pacifique entre les deux États allemands, inévitable pour parvenir à l’objectif premier de la reconnaissance, ne devait surtout pas déboucher sur une coexistence idéologique ressentie comme une menace pour les fondements mêmes du régime : « S’il devait être fait un mauvaise usage des échanges culturels afin de diffuser des idées nuisibles, alors ils ne relèveraient pas de la normalisation et ils ne pourraient avoir lieu »48. Au contraire, les dangers inhérents à la détente exigeaient que l’identité culturelle et idéologique des Allemands de l’Est fût encore raffermie49. Erich Honecker, nouveau secrétaire du comité central de la SED depuis 1971, répéta inlassablement que l’État impérialiste ouest-allemand n’avait rien à voir avec la République démocratique allemande socialiste, et que ces deux États se démarquaient toujours davantage50. La RFA devait rester la figure de l’ennemi et le repoussoir idéologique. Ainsi Marianne Lange, professeur à l’Université Karl-Marx – université du parti – à Leipzig, commenta : « Le caractère de classe de la culture de la RDA est une partie de la culture mondiale socialiste, dans la mesure où il se démarque en même temps de la culture impérialiste dominant en République fédérale »51.

  • 52 Cf. Lindemann, Müller (note 31), pp. 15s.

14Tandis que la RFA considérait les relations culturelles avec l’Autre Allemagne comme des relations culturelles inter-allemandes, ouvrant ainsi largement la voie aux liens entre sociétés au nom de la culture allemande, les dirigeants est-allemands refusaient de leur reconnaître un caractère spécifique. Car, comme le formula Dieter Kerscheck, rédacteur en chef du journal Berliner Zeitung [Berlin-Est], la RDA ne pouvait avoir de relations particulières qu’avec les pays frères du système soviétique. La RFA étant un pays capitaliste du bloc Ouest, les relations culturelles entretenues avec elle relevaient pleinement et exclusivement de la politique extérieure de la RDA52.

Approche croisée : l’interdépendance des politiques culturelles est-et ouest-allemandes

  • 53 Erna Heckel, Kultur und Expansion, Berlin-Est, 1968.
  • 54 Auswärtiges Amt, Leitsätze für die auswärtige Kulturpolitik, Broschüre des Presse- und Information (...)
  • 55 Erhard Hexelschneider, Koexistenz, Kulturaustausch und Bonns ›zwischenstaatliche Gesellschaftspoli (...)

15Les deux Allemagnes se sont sans cesse observées, confiant à des experts la mission d’analyser la politique menée par l’Autre. Ainsi, à la demande de la Fondation Friedrich-Ebert, sociale-démocrate, alors proche du gouvernement en place à Bonn, Hans Lindemann et Kurt Müller ont décortiqué les publications et les discours des autorités de RDA pour donner un tableau très précis des conceptions culturelles est-allemandes et de leurs évolutions, des acteurs de cette politique et des réalisations. Leur ouvrage, Auswärtige Kulturpolitik der DDR, paru en 1974, a été préfacé par Hans Arnold, alors directeur de la section culturelle de l’Auswärtiges Amt (1972 – 1977). De l’autre côté, des chercheurs est-allemands ont aussi analysé la politique culturelle extérieure de la République fédérale. En 1968 parut, entre autres, l’ouvrage de Erna Heckel, « Kultur und Expansion », issu de la thèse de doctorat qu’elle venait de soutenir en 1967 à l’« Institut für Gesellschaftswissenschaften » du comité central de la SED, consacré à la politique culturelle extérieure de Bonn dans les pays en voie de développement53. Puis en 1972, en réplique explicite aux directives pour la politique culturelle extérieure élaborées par l’Auswärtiges Amt l’année précédente54, fut éditée l’étude de Erhard Hexelschneider, de l’Institut des études internationales de la Karl-Marx-Universität de Leipzig, intitulée « Koexistenz, Kulturaustausch und Bonns ›zwischenstaatliche Gesellschaftspolitik‹ », dont le but était de rechercher comment réagir de manière appropriée à cette nouvelle conception de la politique culturelle extérieure dans le cadre de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE)55.

16Ces travaux sont d’abord révélateurs des perceptions de la politique culturelle extérieure du voisin : ils informent sur les éléments pris en compte, qu’il s’agisse de la dimension conceptuelle, sectorielle ou géographique de ces politiques. Plus encore, ils livrent une interprétation constitutive de la réception de la politique de l’autre, qui devient à son tour un élément déterminant de l’évolution de sa propre politique. Ainsi, en RDA, la politique culturelle extérieure de Bonn était-elle toujours perçue comme un volet d’une politique expansionniste et impérialiste globale visant à miner – sans y parvenir – le système socialiste. Hexelschneider commente à ce propos :

  • 56 Hexelschneider (note 55), p. 124.

« Elle est une partie du programme d’expansion et l’expression de l’agressivité croissante de l’impérialisme ouest-allemand, qui cherche à imposer sa vieille politique de classe par l’infiltration et la diversion intellectuelles et culturelles après qu’elle ait échoué dans ses tentatives de faire reculer le socialisme par la force »56.

17En interprétant ainsi la politique de Bonn, la poursuite, voire l’intensification, de la « Abgrenzung » se trouvait légitimée.

  • 57 Lindemann, Müller (note 31), pp. 23, 70.
  • 58 Lindemann, Müller (note 31), p. 87.

18Côté ouest-allemand, l’étude de Lindemann et Müller mit en relief les craintes des autorités est-allemandes face à l’ouverture et au risque d’affaiblissement idéologique par contamination des idées occidentales57. Le diagnostic était donc déjà posé en 1974 : « La SED, sur le plan intérieur, n’arrive pas pour le moment à faire face à la détente » (p. 52). En repérant les points sensibles de la politique du voisin, l’analyse donne aux politiques les moyens de poursuivre leurs objectifs avec plus d’efficacité. Ainsi, dans les pays tiers – théâtre de la compétition culturelle et idéologique entre les deux Allemagnes –, la RDA accentuait particulièrement la démarcation avec la RFA afin d’affirmer plus nettement son identité culturelle nationale est-allemande. Aussi Lindemann et Müller conseillaient-ils à Bonn de répliquer par une politique culturelle « au sein de laquelle on se référera toujours aux racines et valeurs communes de la culture européenne »58.

  • 59 « Teil II : Die Einschätzung der auswärtigen Kulturpolitik der Bundesrepublik durch die DDR im Lic (...)

19Au-delà de l’analyse de la politique culture est-allemande, ces deux experts se sont lancés dans l’étude de la perception de la politique culturelle ouest-allemande par les autorités est-allemandes. La deuxième partie de leur ouvrage lui est consacrée59 et deux questions sont au cœur de l’analyse : la réaction à la prétention de Bonn à représenter la culture allemande dans son ensemble et celle relative à la « zwischenstaatliche Gesellschaftspolitik » de la coalition sociale-libérale. Ces deux éléments de la politique ouest-allemande étaient perçus en RDA comme un fer dans la plaie.

  • 60 En 1949, il avait été nommé président de l’Académie allemande des Arts de Berlin-Est.
  • 61 Konrad Franke, Die Literatur der Deutschen Demokratischen Republik, Munich, 1971 ; Fritz J. Raddat (...)
  • 62 Neues Deutschland [Berlin-Est], 15 novembre 1973.
  • 63 Lindemann, Müller (note 31), p. 62.

20Sur le premier point, les analystes repèrent combien le discours des intellectuels ouest-allemands à l’étranger, évoquant la littérature allemande dans son ensemble et n’hésitant pas à faire des conférences sur Bertolt Brecht (1898 – 1956) ou des auteurs, tels Heinrich Mann (1871 – 1950)60, dont l’héritage était revendiqué par la RDA, désorientait les responsables est-allemands. En effet, cette attitude décrédibilisait la thèse qu’ils présentaient à l’extérieur, selon laquelle les intellectuels ouest-allemands étaient des agents de l’impérialisme occidental. Lindemann et Müller montraient alors combien le discours de Bonn sur la politique culturelle est-allemande exaspérait Berlin-Est. Ainsi, plusieurs études sur la littérature est-allemande étaient déjà parues en RFA (la présentant comme un pan de la littérature allemande)61, alors qu’il n’existait toujours pas de telle synthèse en RDA, bien que la consigne ait été d’affirmer l’existence d’une « culture nationale » comme élément d’une culture socialiste globale (« sozialistische Weltkultur »). Cette situation fut ressentie comme embarrassante, voire humiliante, par l’écrivain est-allemand Hermann Kant62. Lindemann et Müller notaient qu’à certains égards, Berlin-Est regrettait le temps de la guerre froide, « car, pour la RDA, il est extrêmement difficile de maintenir de façon crédible l’image d’ennemie de la République fédérale quand les artistes et les scientifiques ouest-allemands parlent dans leurs conférences à l’étranger de manière critique mais objective des aspects culturels de la RDA »63. Bonn avait donc parfaitement conscience, à l’heure de la CSCE, que le discours de détente, la propension à l’échange et la mise en avant d’une culture allemande partagée était sa meilleure arme pour percer la carapace idéologique de la RDA.

  • 64 Arnold (note 18), p. 70.
  • 65 PA/AA, ZA 106.177, Hans Arnold, « Das kulturelle Nebeneinander der Bundesrepublik Deutschland und (...)
  • 66 Ibid.
  • 67 Ibid., p. 70.

21À cet égard, le nouveau concept de « zwischenstaatliche Gesellschaftpolitik », indissociable de la détente puisque le but était précisément de remplacer la confrontation directe par des contacts et une discussion argumentée, fut particulièrement redoutable. Il contrecarrait la tentative de Berlin-Est de circonscrire les relations culturelles germano-allemandes dans le champ de la politique étrangère menée et contrôlée par le l’État et le parti. Bonn voulait impliquer les sociétés tout en reconnaissant qu’il s’agissait de relations entre deux États souverains (l’expérience praguoise de 1968 l’incitait au réalisme, à la prudence et à la patience)64. Selon Hans Arnold, il s’agissait d’établir certaines règles pour remplacer la confrontation par un « vivre ensemble » pacifié65. Le chef de la section culturelle de l’Auswärtiges Amt fit alors référence à un discours prononcé par Erich Honecker devant le comité central de la SED, en 1973, peu après la conclusion du Traité fondamental. La stratégie est instructive : il mit en avant les points d’accord et de convergences entre les deux Allemagnes pour mieux interpréter, en termes d’incohérence de Berlin-Est, les points de divergences. Ainsi, il approuvait le premier secrétaire du parti sur un point d’évidence : « ce ne sont ni la langue ni la culture qui ont érigé une frontière entre la RDA et la RFA, mais les structures sociales différentes et même antagonistes »66 ; il se réjouissait ensuite que Honecker partage le point de vue de Brandt selon lequel, entre deux États relevant de systèmes différents, il ne peut pas y avoir de mélange des genres (« Mischmasch »). Puis il citait un autre de ses propos : « Ainsi, aujourd’hui, il y a deux États allemands qui incarnent la contradiction fondamentale de notre temps, la contradiction entre le capital et le travail, entre l’impérialisme et le socialisme », illustrant la confiscation par l’État est-allemand des problèmes de société et montrant, selon lui, le caractère rétrograde du système est-allemand. Arnold commentait : « Il ne resterait qu’à ajouter, que ces propos passent sous silence la différence entre une pensée nationale et étatique et l’internationalisation toujours croissante des problèmes politiques de société en Europe »67.

  • 68 Ibid.

22Précisant que les règles du vivre ensemble (l’un à côté de l’autre – « Nebeneinander » – et non l’un avec l’autre – « Miteinander » –) impliquaient le respect du point de vue de l’autre68, il s’empressait de reconnaître que la RDA au vu de sa situation d’alors, ne pouvait mener une autre politique que celle de la démarcation (« Abgrenzung ») et attendait en retour que la RDA respecte le point de vue ouest-allemand de l’unité de la culture allemande. La situation était en réalité dissymétrique, car la « Abgrenzung » est-allemande ne remettait pas en cause la prétention de Bonn à représenter l’ensemble de culture allemande à l’extérieur, tandis que reconnaître le point de vue ouest-allemand de l’existence d’une culture allemande unique aurait ruiné en grande partie la politique de démarcation et d’affirmation d’une identité nationale de la RDA.

Les théâtres de la compétition culturelle germano-allemande

Les relations culturelles interallemandes victimes de la « Abgrenzung »

  • 69 Lindemann, Müller (note 31), p. 24.
  • 70 Berliner Zeitung [Berlin-Est], 28 janvier 1967 ; voir Lindemann, Müller (note 31), pp. 24s.
  • 71 Lindemann, Müller (note 31), pp. 26 – 34.
  • 72 Bernd Lindner et al. (éd.), Klopfzeichen, Kunst und Kultur der 80er Jahre in Deutschland – Mauersp (...)

23Conséquence de la « Abgrenzung » pratiquée par Berlin-Est, dans les relations interallemandes en, la détente se traduisit par une très forte baisse des échanges culturels. Alors qu’un certain flux avait été maintenu dans la première moitié des années 1960, la tendance s’inversa à partir de 1966/67. Auparavant, Walter Ulbricht avait revendiqué la conclusion d’un accord culturel avec la RFA afin de faire avancer la cause de la reconnaissance diplomatique69. Aussi la RDA avait-elle entretenu des contacts : en 1965, 27 ensembles et plus de 200 solistes s’étaient produits en RFA ; l’année suivante, le théâtre de Leipzig y donna une dizaine de représentations. L’objectif était d’inciter la population ouest-allemande à faire pression sur son gouvernement pour la conclusion d’un tel accord interallemand. Mais ces échanges n’étaient pas sans risque. Sans même parler des « fuites à l’Ouest » toujours possibles, le discours des intellectuels ou artistes est-allemands pouvait donner lieu à des dérapages par rapport à la ligne officielle. Ainsi, en 1966, lors d’une discussion radiophonique avec Günter Grass, Hans Magnus Enzensberger et Peter Weiß, l’écrivain est-allemand Stephan Hermlin parla d’une seule et unique littérature allemande, évoquant même des convergences entre les littératures contemporaines est-et ouest-allemandes. À son retour, il lui fut expliqué par les cadres de la SED qu’il y avait une littérature allemande impérialiste et une autre humaniste et progressiste70. Dès lors, rares furent les occasions où des intellectuels et artistes est-allemands furent autorisés à se rendre en RFA : soit il s’agissait de ramener d’importantes quantités de devises, soit de profiter d’occasions très particulières, comme les Jeux Olympiques de 1972, pour exposer à l’Ouest le prestige culturel de la RDA. Ainsi, à cette occasion, l’écrivain Hermann Kant fit plusieurs lectures de ses romans en République fédérale, le « Berliner Ensemble », le « Leipziger Gewandhausorchester », le « Berliner Sinfonie-Orchester » et le « Landestheater » de Halle firent des tournées dans plusieurs villes de RFA. Parallèlement, et de manière renforcée depuis le début des années 1970, les artistes ouest-allemandes furent toujours plus rarement autorisés à se rendre à l’Est, à l’exception de quelques personnalités jugées « amies de la RDA », comme le compositeur Hans Werner Henze. Une telle évolution se repère aussi dans le domaine des relations sportives : en 1965, on avait encore dénombré plus de 80 rencontres interallemandes, en 1973, leur nombre tomba à six71 ! Pendant toute cette période et malgré le renforcement de la « Abgrenzung », Berlin-Est continua à réclamer la signature d’un accord culturel. Arnold expliqua alors que le paradoxe n’était qu’apparent, car un tel accord aurait servi la « Abgrenzung », dans la mesure où l’objectif était d’établir un système de contrôle et de filtrage, assurant que seul ce qui était autorisé par la SED pouvait être présenté à la population est-allemande. Cependant, après la signature du traité interallemand, qui prévoyait la conclusion future d’accords de coopération culturelle et scientifique, la RDA devait temporiser, par crainte des risques encourus, si bien que cet accord ne fut signé qu’en 198672 !

  • 73 Cf. Pierre Jardin, « Les relations culturelles entre les deux Allemagne. Première période, 1946 – (...)

24La « Abgrenzung » fut encore renforcée par la nécessité où se trouvait le régime est-allemand, dans la compétition interallemande, de se présenter à l’étranger avec ses propres réseaux culturels, scientifiques et sportifs. Aussi, la RDA démantela-t-elle les sociétés et organisations panallemandes qui subsistaient encore en fondant des associations et institutions exclusivement est-allemandes censées lui donner les instruments nécessaires à une politique culturelle étrangère indépendante73.

La compétition culturelle dans les pays tiers : l’exemple de l’Europe de l’Est

  • 74 Cf. Olivia Griese, Auswärtige Kulturpolitik und Kalter Krieg. Die Konkurrenz von Bundesrepublik un (...)
  • 75 Cf. Johannes H. Voigt, Die Indienpolitik der DDR. Von den Anfängen bis zur Anerkennung (1952 – 197 (...)
  • 76 Cf. Ulrich Pfeil, Die ›anderen‹ deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949 – 1 (...)
  • 77 Cf. Ulrich Pfeil, Vorgeschichte und Gründung des Deutschen Historischen Instituts Paris. Darstellu (...)

25Les pays tiers furent au cœur de la compétition culturelle interallemande. Schématiquement, ils se classaient en trois catégories principales : les États de son propre bloc, ou de sa propre sensibilité idéologique, où il s’agissait de limiter l’influence de l’autre en affermissant la sienne ; ceux partageant les conceptions de l’autre bloc, où il fallait tenter de prendre pied, les neutres74 et les « non-alignés » qu’il fallait gagner à sa propre cause. En ces longues années de combat pour la reconnaissance d’une part et de « doctrine Hallstein » d’autre part, ces derniers, et en particulier les pays en voie de développement, constituèrent un terrain âprement disputé entre les deux Allemagnes. Dans certains d’entre eux, comme l’Inde, où la RDA agit avec beaucoup de finesse, en envoyant comme consul général un des meilleurs spécialistes de la culture hindoue et de l’histoire de l’Inde, parlant parfaitement l’hindi75, Berlin-Est marqua des points. Elle sut aussi s’attirer des sympathies dans un certain nombre de pays du bloc Ouest, à commencer par la France, le moins aligné en Occident. Elle put compter sur le PCF et la CGT, mais aussi sur une partie des intellectuels et sur le soutien d’associations d’anciens résistants et déportés toujours sensibles aux sirènes de l’antifascisme. Cependant, d’un point de vue global, Berlin-Est ne parvint pas, malgré ce potentiel de sympathie, à faire accélérer la reconnaissance diplomatique (février 1973) ni à ébranler les positions de la République fédérale en France76. Au contraire, les responsables ouest-allemands en France surent régulièrement tirer partie de la rivalité interallemande et de la menace d’une percée est-allemande pour obtenir des moyens supplémentaires ou une libéralisation des positions. Ainsi, le directeur du bureau parisien du DAAD mit sa hiérarchie en garde contre la place qui serait laissée aux lecteurs est-allemands dans les universités françaises si l’Office allemand relâchait son effort et le responsable de l’Institut historique allemand sut faire accepter aux historiens conservateurs ouest-allemands la nécessité de coopérer avec l’École des Annales, par souci de ne pas laisser le champ libre aux historiens est-allemands77.

  • 78 Arnold (note 18), p. 60.
  • 79 Le 19 mai 1969, Willy Brandt, encore ministre des Affaires étrangères, le souligna : « Dans le cad (...)
  • 80 Arnold (note 54), p. 171.
  • 81 Arnold (note 54), pp. 176 – 178.
  • 82 PA/AA, B 90 – 600, note de Luitpold Werz, directeur de la section culturelle de l’Auswärtiges Amt, (...)

26Ne pouvant ici développer qu’un seul exemple pour illustrer la compétition culturelle interallemande en pays tiers, il nous a semblé qu’en ces années de l’Ostpolitik, celui de l’Europe de l’Est s’imposait. Alors que les relations culturelles de la RFA avec l’Europe de l’Est étaient restées très ténues, essentiellement marquées par des accords culturels avec l’Union soviétique (en 1959, bientôt dénoncé par Moscou), la Yougoslavie et la Roumanie, la présence d’instituts culturels à Belgrade et Zagreb et d’écoles allemandes à Moscou et Belgrade78, Bonn profita de la détente pour les intensifier dans le cadre de son Ostpolitik79. La conception de l’Europe de la direction culturelle de l’Auswärtiges Amt embrassait une zone géographique s’étendant de l’Atlantique à l’Oural, comprenant la Communauté Européenne, l’ensemble des pays de l’Europe de l’Ouest et de l’Europe de l’Est, combinant donc une approche bilatérale et multilatérale80. Dans cette aire géographique et idéologique spécifique, les Affaires étrangères estimaient que, malgré l’indéniable déséquilibre entre les deux Allemagnes, la République fédérale ne se laissait pas enfermer dans une situation de concurrence stérile. Elle aurait même profité indirectement de la présence culturelle allemande en Europe centre et sud-orientale entretenue par la RDA et de l’intérêt spécifique suscité par la situation de division de l’Allemagne81. À bien des égards, la République fédérale, plus que les États-Unis, incarnait l’Occident aux yeux des Européens de l’Est82. Le seul fait que l’allemand ait été considéré comme langue de travail officielle par la CSCE fut interprété comme la preuve que les pays de cette zone lui reconnaissaient la valeur d’un lien à l’échelle du continent.

  • 83 Arnold (note 54), p. 173.
  • 84 PA/AA, ZA 106.864, « Gesamtplan für die auswärtige Kulturpolitik in den Jahren 1977 bis 1980 », 15 (...)
  • 85 Au milieu des années 1970, 43 des 112 Instituts Goethe que la RFA avait ouverts dans 60 pays étaie (...)
  • 86 Cf. « Günter Grass attackiert das Auswärtige Amt », in : Frankfurter Rundschau, 5 septembre 1973. (...)
  • 87 Arnold (note 54), p. 179.
  • 88 Ibid., p. 188.

27Pourtant, si l’on observe l’évolution du budget, force est de constater que l’investissement de Bonn en Europe de l’Est resta encore modeste (16 % des dépenses « culturelles » en Europe)83. Les outils de planification prévoyaient alors que ce taux passerait à 19 % en 198084. L’implantation des instituts Goethe et des bureaux à l’étranger du DAAD confirmait la priorité revenant à l’Europe de l’Ouest, malgré un certain rééquilibrage85. Il n’y eut donc pas de bouleversement radical des priorités régionales, mais une évolution relative. Signalons enfin que cette coopération tant souhaitée au niveau politique s’avéra particulièrement difficile. Certes, à partir de 1973, de nouveaux accords culturels furent signés entre la RFA et ces pays (à commencer par l’URSS), mais ils furent immédiatement contestés par les intellectuels ouest-allemands, tels Günter Grass ou Heinrich Böll, qui estimaient que les vrais échanges ne passaient pas par des accords interétatiques86. L’Auswärtiges Amt répliqua qu’il s’agissait de créer une « base minimale », censée permettre le développement ultérieur d’échanges culturels et intellectuels87, car, dans les relations avec l’Est, rien ne pouvait se faire sans l’aval des États. Selon Arnold, l’offre culturelle de la RFA ne devait pas franchir le seuil de tolérance politico-idéologique au-delà duquel l’ensemble des relations aurait été compromis. Sans compromission, il s’agissait d’agir avec prudence88.

  • 89 Cf. Christoph Schneider, « Der Kniefall von Warschau. Spontane Geste – bewusste Inszenierung ? », (...)
  • 90 Wolfrum (note 20), p. 88.

28Cette politique culturelle de la RFA dans les pays socialistes inquiéta Berlin-Est au plus haut point, comme l’atteste le nombre très élevé de publications sur la question, notamment celles déjà citées de Erna Eckel, dénonçant la « propagande extérieure », la « guerre psychologique », « l’expansionnisme » et « l’impérialisme » ouest-allemand. Bonn était suspectée de vouloir isoler Berlin-Est des pays frères, voire disloquer le bloc Est, et il était nécessaire de les mettre en garde contre de telles intentions. Les autorités est-allemandes furent particulièrement déconcertées par le geste politique et symbolique d’une portée considérable du chancelier Willy Brandt venant s’agenouiller devant le mémorial de l’insurrection du ghetto de Varsovie, le 7 décembre 197089. Par cet acte majeur, qui faisait pendant à l’image de De Gaulle et Adenauer à la cathédrale de Reims en 1962 et au traité de l’Élysée, la République fédérale ouvrait la voie de la réconciliation avec la Pologne. Ainsi, Bonn sapait toute une partie de la propagande de Berlin-Est qui présentait la RFA aux pays du bloc Est comme une puissance révisionniste et revancharde90. Ces experts est-allemands s’en prenaient particulièrement au « pluralisme culturel » en vigueur en RFA qu’ils considéraient n’être qu’une ruse pour « infiltrer » la « culture globale socialiste ». Hans Lindemann et Kurt Müller signalèrent alors combien la RDA s’isolait au sein des pays est-européens en refusant l’échange intellectuel avec la RFA et l’Ouest du continent sur l’existence d’une culture pan-européenne.

Conclusion

  • 91 Voir l’article de Bernard Ludwig dans ce volume.

29Globalement, la situation de concurrence et d’interdépendance entre les politiques culturelles extérieures est-et ouest-allemandes apparaît donc tout à fait dissymétrique, tant au niveau des conceptions que des pratiques. Le régime est-allemand s’est lui-même placé sur la défensive, réagissant aux évolutions de la politique culturelle extérieure de Bonn. De façon apparemment paradoxale, la détente et la coexistence pacifique ont renforcé la concurrence idéologique entre les systèmes. Il faut cependant se rappeler que quelques années auparavant, Bonn avait compensé son ouverture à l’Est (après le voyage d’Adenauer à Moscou en 1955 et le début des relations diplomatiques) par l’établissement de la « doctrine Hallstein » et la prise de nouvelles mesures anticommunistes visant à défendre les valeurs de la démocratie ouest-allemandes. L’interdépendance entre ouverture internationale et protection de ses propres valeurs avait donc déjà été expérimentée par l’autre partie, certes dans un cadre différent91 ! La situation singulière de la RDA au sein du bloc Est, seul État socialiste partageant une même langue et un héritage culturel avec un pays du système antagoniste, l’a conduite à pratiquer une « politique de démarcation » toujours plus intransigeante par rapport à la République fédérale, la mettant en porte à faux au sein de son propre Bloc, alors que le processus d’Helsinki était engagé. Inversement, le gouvernement social-libéral de Bonn comprit très précocement que sa nouvelle conception de la politique culturelle extérieure, conçue comme une politique sociétale transnationale, davantage en prise avec les problèmes de société et de modernité qu’avec le souci de l’esthétique, plongeait Berlin-Est dans le plus grand embarras : car, les autorités est-allemandes, en continuant à traiter les relations culturelles interallemandes comme un élément ressortant exclusivement de la politique étrangère, et non de la société dans son ensemble, se positionnaient dans une attitude impopulaire et rétrograde. Les relations culturelles furent donc une des armes dont Bonn se servit avec circonspection (surtout après la répression du « Printemps de Prague ») pour tenter d’ébranler les bases du régime est-allemand et l’identité est-allemande que ce dernier cherchait à forger.

Notes

1 Cf. Hermann Wentker, Außenpolitik in engen Grenzen. Die DDR im internationalen System 1949 – 1989, Munich, 2007.

2 Cf. Ulrich Pfeil, « Intersystemische Kulturbeziehungen im Ost-West-Konflikt. Die DDR und der Westen », in : Stefan Berger, Norman Laporte (éd.), The Other Germany. Perceptions and Influences in British-East German Relations, 1945 – 1990, Augsbourg, 2005, pp. 189 – 209.

3 Cf. Karl Sebastian Schulte, Auswärtige Kulturpolitik im politischen System der Bundesrepublik Deutschland, Berlin, 2000, p. 42 ; Hans-Jürgen Döscher, Verschworene Gesellschaft. Das Auswärtige Amt unter Adenauer zwischen Kontinuität und Neubeginn, Berlin, 1995.

4 Schulte (note 3), p. 42.

5 Depuis 1949, la RFA avait été autorisée par les alliés à entretenir une Verbindungsstelle des Bundeskanzleramtes auprès de la haute commission alliée, disposant d’un Kulturreferat (bureau des questions culturelles), cf. Claus M. Müller, Relaunching German Diplomacy. The Auswärtiges Amt in the 1950’s, Münster, 1996 ; Victoria Znided-Brand, Deutsche und französische auswärtige Kulturpolitik. Eine vergleichende Analyse. Das Beispiel der Goethe-Institute in Frankreich sowie der Instituts und Centres Culturels Français in Deutschland seit 1945, Francfort/M., 1999, p. 35.

6 Cf. Armin Klein, Kulturpolitik. Eine Einführung, Wiesbaden, 22005 ; Kurt-Jürgen Maass (éd.), Kultur und Außenpolitik. Handbuch für Studium und Praxis, Baden-Baden, 2005.

7 Cf. Peter Alter (éd.), Der DAAD in der Zeit. Geschichte, Gegenwart und zukünftigen Aufgaben, Bonn, 2000.

8 Cf. Eckard Michels, « Keine Stunde Null. Ursprünge und Anfänge des Goethe-Instituts », in : Murnau – Manila – Minsk. 50 Jahre Goethe-Institut, édité par le Goethe-Institut Inter Nationes, Munich, 2001, pp. 13 – 23 ; Eckard Michels, Von der Deutschen Akademie zum Goethe-Institut. Sprach- und auswärtige Kulturpolitik 1923 – 1960, Munich, 2005.

9 Cf. Hans Arnold, Auswärtige Kulturpolitik. Ein Überblick aus deutscher Sicht, Munich, 1980, p. 21 ; Eckard Michels, « Zwischen Zurückhaltung, Tradition und Reform : Anfänge westdeutscher auswärtiger Kulturpolitik in den 1950er Jahren am Beispiel der Kulturinstitute », in : Johannes Paulmann, Auswärtige Repräsentationen. Deutsche Kulturdiplomatie nach 1945, Cologne, 2005, pp. 241 – 258, ici p. 242.

10 Cf. Johannes Paulmann, « Auswärtige Repräsentationen nach 1945. Zur Geschichte der deutschen Selbstdarstellung im Ausland », in : Id. (note 9), pp. 1 – 32, ici p. 25.

11 Kurt Düwell, « Zwischen Propaganda und Friedenspolitik – Geschichte der Auswärtigen Kulturpolitik im 20. Jahrhundert », in : Maass (note 6), pp. 53 – 83, ici pp. 70 – 73.

12 Ulrich Pfeil, « Zentralisierung und Instrumentalisierung der auswärtigen Kulturpolitik der DDR. Ein anderer Aspekt der Frankreichpolitik der DDR 1949 – 1973 », in : Heiner Timmermann (éd.), Die DDR – Analysen eines aufgegebenen Staates, Berlin, 2001, pp. 621 – 642.

13 Cf. Ingrid Muth, Die DDR-Außenpolitik 1949 – 1972. Inhalte, Strukturen, Mechanismen, Berlin, 2000, pp. 89s.

14 Ibid., pp. 92s.

15 Cf. Paulmann (note 10), p. 1 ; Id., « Deutschland und die Welt. Auswärtige Repräsentationen und reflexive Selbstwahrnehmung nach dem Zweiten Weltkrieg – eine Skizze », in : Hans-Günter Hockerts (éd.), Koordinaten deutscher Geschichte in der Epoche des Ost-West-Konflikts, Munich, 2004, pp. 63 – 78 ; Id., Die Haltung der Zurückhaltung. Auswärtige Selbstdarstellungen nach 1945 und die Suche nach einem erneuerten Selbstverständnis in der Bundesrepublik, Brême, 2006 ; Michels (note 9).

16 Die Auswärtige Politik der Bundesrepublik Deutschland, édité par l‘Auswärtiges Amt, Cologne, 1972, p. 94.

17 Martin Schieder, « Die Documenta 1 (1955) », in : Étienne François, Hagen Schulze (éd.), Deutsche Erinnerungsorte, Munich, 2001, pp. 637 – 651 ; Sabine Horn, « Documenta I (1955). Die Kunst als Botschafterin der Westintegration ? », in : Paulmann (note 9), pp. 45 – 61.

18 Cf. Arnold (note 9), p. 14.

19 Cf. Paulmann (note 10), p. 3 ; Corine Defrance, « La politique culturelle extérieure de la RFA au service de la diffusion d’une nouvelle image de soi à l’étranger (1949 – 1969) », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 40 (2008) 3, pp. 367 – 380.

20 Edgar Wolfrum, Geschichte als Waffe. Vom Kaiserreich bis zur Wiedervereinigung, Göttingen, 2001, p. 71.

21 Wolfrum (note 20), p. 73.

22 Marion Gräfin Dönhoff, Die Zeit, 25 juin 1953.

23 Wolfrum (note 20), p. 85.

24 Christoph Klessmann, Zwei Staaten, eine Nation. Deutsche Geschichte 1955 – 1970, Bonn, 21997.

25 Cf. Hildegard Hamm-Brücher, Kulturbeziehungen weltweit. Ein Werkstattbericht zur auswärtigen Kulturpolitik, Munich, Vienne, 1980, p. 28 ; Paulmann (note 10), pp. 9 – 17.

26 Wolfrum (note 20), pp. 93s.

27 Wolfrum (note 20), pp. 90 – 92.

28 Neues Deutschland, 14 février 1974.

29 Ainsi, à titre d’exemple, la « Deutsche Akademie der Wissenschaften » fut-elle rebaptisée en 1972 « Akademie der Wissenschaften der DDR ». Au sujet de la constitution de 1968, voir l’article de Jean-Paul Cahn dans ce volume.

30 Wolfrum (note 20), p. 103.

31 Sächsische Zeitung, 14 mai 1971. Cf. Hans Lindemann, Kurt Müller, Auswärtige Kulturpolitik der DDR, Bonn, Bad Godesberg, 1974, p. 24.

32 Kurt Hager, Zu Fragen der Kulturpolitik der SED, Berlin-Est, 1972, p. 9.

33 Cf. Schulte (note 3), p. 45.

34 Michels (note 9), p. 254.

35 Pour l’analyse de l’action menée par Dieter Sattler, directeur de la section culturelle de l’Auswärtiges Amt de 1959 à 1966, voir Ulrike Stoll, Kulturpolitik als Beruf. Dieter Sattler (1906 – 1968) in München, Rom und Bonn, Paderborn, 2005.

36 Willy Brandt, « Bedeutung und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik. Ausführungen von Außenminister Brandt anläßlich der Veröffentlichung des Tätigkeitsberichts 1966 der Kulturabteilung des Auswärtigen Amtes », in : Presse- und Informationsamt der Bundesregierung (éd.), Bulletin, 71 (5 juillet 1967), pp. 613 – 616.

37 Édité à Munich en 1965.

38 Ralf Dahrendorf, « Gesamtplan für die Auswärtige Kulturpolitik. Notwendigkeit eines wechselseitigen Verständnisses der inneren Entwicklungen der Völker. Vierte Epoche einer zwischenstaatlichen Kultur- und Gesellschaftspolitik » [discours devant le Bundestag, 28 novembre 1969], in : Presse- und Informationsamt der Bundesregierung (éd.), Bulletin, 147 (3 décembre 1969), pp. 1254 – 1256.

39 Déclaration gouvernementale de Willy Brandt, 28 octobre 1969, publiée in : Klaus vom Beyme (éd.), Die großen Regierungserklärungen der deutschen Kanzler von Adenauer bis Schmidt, Munich, 1979, pp. 251 – 281.

40 Uta Andrea Balbier, « ›Der Welt das moderne Deutschland vorstellen‹ : Die Eröffnungsfeier der Spiele der XX. Olympiade in München 1972 », in : Paulmann (note 9), pp. 105 – 119 ; voir aussi la contribution de Uta Andrea Balbier dans ce volume ; Ulrich Pfeil, « Die Olympischen Spiele 1972 und die Fußballweltmeisterschaft 1974. Fallbeispiele für die Verquickung von Sport, Politik und Gesellschaft », in : Deutschland Archiv, 39 (2006) 3, pp. 415 – 423.

41 « Auswärtige Kulturpolitik und internationale Zusammenarbeit. Interview mit Ministerialdirektor Hans-Georg Steltzer », in : Presse- und Informationsamt der Bundesregierung (éd), Bulletin, 111 (20 août 1970), p. 1173.

42 Paulmann (note 10), p. 5 ; Die Auswärtige Politik (note 16), p. 97.

43 « La politique culturelle extérieure traitera à l’avenir plus intensément qu’auparavant les problèmes culturels et civilisationnels actuels. Aussi le concept de culture doit-il être élargi. Aujourd’hui, la culture n’est plus le privilège des élites, mais une offre faite à tous. Elle est une part du processus dynamique de transformations à l’œuvre dans notre société et montre le chemin d’une coopération internationale de tous les groupes sociétaux » ; PA/AA ZA 106.216, « Leitsätze für die auswärtige Kulturpolitik », 1er décembre 1970. Au sujet de l’origine du « concept de culture élargi », pratiqué dans les relations franco-allemandes dès les années 1950, voir Corine Defrance, « Les relations culturelles franco-allemandes dans les années cinquante : Acteurs et structures des échanges », in : Hélène Miard-Delacroix, Rainer Hudemann (éd.), Wandel und Integration. Deutsch-französische Annäherungen der fünfziger Jahre/Mutations et intégration. Les rapprochements franco-allemands dans les années cinquante, Munich, 2005, pp. 241 – 256 ; Id., « ›Es kann gar nicht genug Kulturaustausch geben‹ : Adenauer und die deutsch-französischen Kulturbeziehungen 1949 – 1963 », in : Klaus Schwabe (éd.), Adenauer und Frankreich, 1949 – 1963. Stand und Perspektiven der Forschung zu den deutsch-französischen Beziehungen in Politik, Wirtschaft und Kultur, Bonn, 2005, pp. 137– 162.

44 Cf. Paulmann (note 10), p. 6

45 Discours de Walter Scheel, intitulé « Ziele und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik », devant le kulturpolitischer Beirat de l’Auswärtiges Amt, 22 janvier 1971, publié in : Presseund Informationsamt der Bundesregierung (éd.), Bulletin, 10 (27 janvier 1971), pp. 84 – 86, ici p. 86.

46 Lindemann, Müller (note 31), p. 15.

47 Lindemann, Müller (note 31), p. 23.

48 Der Morgen [journal de Berlin-Est], 18 avril 1974.

49 « La coexistence pacifique entre les États relevant des différents systèmes de société ne doit jamais signifier la coexistence idéologique, mais une controverse idéologique renforcée. Cela signifie donc qu’il nous faut aussi nous renforcer idéologiquement et culturellement sur le plan intérieur, car on ne peut ignorer la particularité de notre situation en tant que RDA : il nous faut d’abord combattre, surtout contre la RFA, pour la reconnaissance internationale officielle de notre république », Alexander Abusch, Sonntag [Berlin-Est], 46 (14 novembre 1971).

50 Lindemann, Müller (note 31), p. 22.

51 Neues Deutschland [Berlin-Est], 30 janvier 1971.

52 Cf. Lindemann, Müller (note 31), pp. 15s.

53 Erna Heckel, Kultur und Expansion, Berlin-Est, 1968.

54 Auswärtiges Amt, Leitsätze für die auswärtige Kulturpolitik, Broschüre des Presse- und Informationsamtes des Bundesregierung, novembre 1970 ; réédité in : Hans Arnold, Kulturexport als Politik ? Aspekte auswärtiger Kulturpolitik, Tübingen, 1976, pp. 257 – 265.

55 Erhard Hexelschneider, Koexistenz, Kulturaustausch und Bonns ›zwischenstaatliche Gesellschaftspolitik‹, Wissenschaftliche Zeitschrift, Gesellschafts- und Sprachwissenschaftliche Reihe, Karl-Marx-Universität Leipzig, 2 (1972).

56 Hexelschneider (note 55), p. 124.

57 Lindemann, Müller (note 31), pp. 23, 70.

58 Lindemann, Müller (note 31), p. 87.

59 « Teil II : Die Einschätzung der auswärtigen Kulturpolitik der Bundesrepublik durch die DDR im Lichte ihrer Abgrenzungspolitik »/Partie II : l’évaluation de la politique extérieure de la République fédérale par la RDA à la lumière de sa politique de démarcation.

60 En 1949, il avait été nommé président de l’Académie allemande des Arts de Berlin-Est.

61 Konrad Franke, Die Literatur der Deutschen Demokratischen Republik, Munich, 1971 ; Fritz J. Raddatz, Traditionen und Tendenzen – Materialien zur Literatur der DDR, Francfort/M., 1972 ; Hans Dietrich Sander, Geschichte der schönen Literatur in der DDR, Fribourg, 1972 ; Werner Brettschneider, Zwischen literarischer Autonomie und Staatsdienst – Die Literatur in der DDR, Berlin, 1972.

62 Neues Deutschland [Berlin-Est], 15 novembre 1973.

63 Lindemann, Müller (note 31), p. 62.

64 Arnold (note 18), p. 70.

65 PA/AA, ZA 106.177, Hans Arnold, « Das kulturelle Nebeneinander der Bundesrepublik Deutschland und der DDR », 18 septembre 1973 ; Arnold (note 18), pp. 68s.

66 Ibid.

67 Ibid., p. 70.

68 Ibid.

69 Lindemann, Müller (note 31), p. 24.

70 Berliner Zeitung [Berlin-Est], 28 janvier 1967 ; voir Lindemann, Müller (note 31), pp. 24s.

71 Lindemann, Müller (note 31), pp. 26 – 34.

72 Bernd Lindner et al. (éd.), Klopfzeichen, Kunst und Kultur der 80er Jahre in Deutschland – Mauersprünge, Leipzig, 2002 ; Arnold (note 18), pp. 39ss.

73 Cf. Pierre Jardin, « Les relations culturelles entre les deux Allemagne. Première période, 1946 – 1961 », in : Jean-François Sirinelli, Georges-Henri Soutou (éd.), Culture et Guerre froide, Paris, 2008, pp. 139 – 158, ici p. 156.

74 Cf. Olivia Griese, Auswärtige Kulturpolitik und Kalter Krieg. Die Konkurrenz von Bundesrepublik und DDR in Finnland 1949 – 1973, Munich, 2006 ; Alexander Muschik, Die beiden deutschen Staaten und das neutrale Schweden. Eine Dreiecksbeziehung im Schatten der offenen Deutschlandfrage 1949 – 1972, Münster, 2005 ; Seppo Hentilä, Neutral zwischen den beiden deutschen Staaten. Finnland und Deutschland im Kalten Krieg, Berlin, 2006 ; Nils Abraham, Die politische Auslandsarbeit der DDR in Schweden. Zur Public Diplomacy der DDR gegenüber Schweden nach der diplomatischen Anerkennung (1972 – 1989), Münster, 2007.

75 Cf. Johannes H. Voigt, Die Indienpolitik der DDR. Von den Anfängen bis zur Anerkennung (1952 – 1972), Cologne, 2008 ; Lindemann, Müller (note 31), pp. 78s.

76 Cf. Ulrich Pfeil, Die ›anderen‹ deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949 – 1990, Cologne, 2004.

77 Cf. Ulrich Pfeil, Vorgeschichte und Gründung des Deutschen Historischen Instituts Paris. Darstellung und Dokumentation, Ostfildern, 2007 ; Id. (éd.), Deutsch-französische Kultur- und Wissenschaftsbeziehungen im 20. Jahrhundert. Ein institutionengeschichtlicher Ansatz, Munich, 2007 ; Id., « Die Pariser DAAD-Außenstelle in der ›Ära Schulte‹ (1963 – 1972). Die Institutionalisierung der transnationalen Wissenschaftskooperation in den westdeutsch-französischen Beziehungen », in : Francia, 32/3 (2005), pp. 51 – 74, ici pp. 68s.

78 Arnold (note 18), p. 60.

79 Le 19 mai 1969, Willy Brandt, encore ministre des Affaires étrangères, le souligna : « Dans le cadre de l’Ostpolitik, une place particulière revient aux efforts entrepris pour renouer les liens séculaires avec les pays de l’Europe de l’Est et du Sud-Est », Presse- und Informationsamt der Bundesregierung (éd.), Bulletin, 64 (20 mai 1969), p. 549.

80 Arnold (note 54), p. 171.

81 Arnold (note 54), pp. 176 – 178.

82 PA/AA, B 90 – 600, note de Luitpold Werz, directeur de la section culturelle de l’Auswärtiges Amt, « Drei Jahre Kulturarbeit », 18 octobre 1969.

83 Arnold (note 54), p. 173.

84 PA/AA, ZA 106.864, « Gesamtplan für die auswärtige Kulturpolitik in den Jahren 1977 bis 1980 », 15 juin 1976, f. 62.

85 Au milieu des années 1970, 43 des 112 Instituts Goethe que la RFA avait ouverts dans 60 pays étaient implantés en Europe de l’Ouest, Arnold (note 54), p. 174.

86 Cf. « Günter Grass attackiert das Auswärtige Amt », in : Frankfurter Rundschau, 5 septembre 1973. En raison de l’affaire Soljenitsyne à Moscou, l’ambassadeur de la RFA venait de demander à Grass de reporter sa visite dans la capitale soviétique. Grass dénonça alors une politique de compromis de la part de la RFA, menant à des compromissions. Certes, partisan de la détente, il refusait une politique de la détente « à tout prix » qui se faisait aux dépens de la politique culturelle.

87 Arnold (note 54), p. 179.

88 Ibid., p. 188.

89 Cf. Christoph Schneider, « Der Kniefall von Warschau. Spontane Geste – bewusste Inszenierung ? », in : Gerhard Paul (éd.), Das Jahrhundert der Bilder. Band II : 1949 bis heute, Bonn, 2008, pp. 410 – 417.

90 Wolfrum (note 20), p. 88.

91 Voir l’article de Bernard Ludwig dans ce volume.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search