Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

I. L'Allemagne dans les relations internationales

Zone d’opérations Allemagne de l’Est

Armin Wagner
Traduction de Gérard Réber

Texte intégral

Espionnage militaire exercé par le Service fédéral de renseignement en RDA

  • 1 Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen de (...)

1D’un point de vue historique, l’espionnage interallemand est avant tout l’histoire des rapports conflictuels entre services de renseignement opérant pour le compte de Berlin-Est et de Bonn. Au ministère de la sécurité d’État en RDA (tout à la fois police secrète, appareil d’espionnage et de contre-espionnage) et au service de renseignement, fort peu connu, de l’armée populaire nationale, faisaient pendant, en République fédérale, trois organismes compétents soit en matière de contre-espionnage soit en matière d’espionnage et sans pouvoir exécutif : l’Office de la protection de la constitution, la Direction du renseignement militaire et le Service fédéral du renseignement. L’histoire de cette confrontation illustre en même temps l’imbrication entre les deux Allemagnes durant la Guerre froide. Cette imbrication s’étend du cosmos apparemment élitiste d’agents employés à plein temps, et de leurs centrales bien isolées de Berlin-Lichtenberg et de Pullach, jusqu’au niveau des acteurs d’un espionnage quotidien de « rase-mottes » : des milliers de citoyens des deux États, dont les services adverses se servaient comme informateurs, constituaient dans la réalité un « ensemble humain de communication »1 des services de renseignement aux multiples maillages.

2De plus, les conspirations sur fond de confrontation entre la République fédérale et la RDA ne concernent pas la seule Allemagne et la relation qu’on peut en faire n’est donc pas uniquement celle d’une opposition mais encore celle d’une coopération. De même qu’il n’y a plus eu, après 1945, d’histoire militaire allemande autonome et qu’on ne peut en faire une description idoine que sous l’angle de l’intégration (et du contrôle) dans les alliances de l’OTAN et du Pacte de Varsovie, de même les services allemands du renseignement et notamment sans doute le Service fédéral du renseignement doivent être considérés dans le seul contexte de la coopération internationale du temps de la Guerre froide. Toutefois, les liens qui en ont résulté à l’Ouest entre les services n’ont jamais été aussi étroits que les liens de la structure militaire créée parallèlement dans le cadre du Traité de l’Atlantique Nord.

Étude de cas : Fred L. – espionnage militaire au Mecklembourg

  • 2 John le Carré, The Looking-Glass War, New York, 1965. Les deux citations précédentes in : ibid., p (...)
  • 3 Peter F. Müller, Michael Mueller, Gegen Freund und Feind. Der BND : Geheime Politik und schmutzige (...)
  • 4 Concernant l’histoire initiale de ces services, avant leur mise sous curatelle américaine, cf. Kev (...)
  • 5 Cf. Matthew M. Aid, « A Tale of Two Countries. US Intelligence Community Relations with the Dutch (...)

3Au milieu des années 1960, les services secrets britanniques furent informés, par un réfugié est-allemand que des fusées étaient entreposées ou montées à Kalkstadt, au sud de Rostock (Mecklembourg) : « Whatever they had in the sheds could blow the Americans out of West Germany in a couple of hours ». Une tentative de survol et de photographie de la région au moyen d’un avion de ligne régulier ayant échoué, et ne disposant donc pas d’« imagery intelligence » (IMINT), les Britanniques décidèrent d’envoyer un agent franchir près de Lübeck la frontière interallemande pour se rendre à Kalkstadt. Le choix porta sur Fred Leiser, qui exploitait à Londres un petit garage. C’était un migrant, disposant d’une certaine expérience. Polonais de naissance, originaire de Danzig et maîtrisant la langue allemande, il avait déjà opéré comme jeune homme en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale au profit des services britanniques. Mais cette fois-ci, quelques années après la construction du Mur, la mission échoua : Leiser tua un garde-frontière est-allemand, commit quelques erreurs de manipulation avec son appareil radio et tomba finalement aux mains de ses poursuivants. De nombreux aspects de ce scénario ne sont pas cohérents : les avions de ligne civils, selon les informations dont on dispose aujourd’hui, n’étaient pas utilisés en règle générale pour la reconnaissance optique ; la mission confiée à Fred Leiser, « a crash operation at the border » visant à infiltrer un homme en RDA, « has scarcely been done since the war ». Au lieu d’envoyer leurs propres agents, les services occidentaux utilisèrent de préférence, durant les années 1950 et au début des années 1960, des informateurs est-allemands, recrutés par milliers : « human intelligence » (HUMINT) dans le langage des services de renseignement, ou sources. Une localité du nom de Kalkstadt ne se trouve d’ailleurs sur aucune carte d’Allemagne de l’Est, car elle est fictive tout comme le sont Fred Leiser et l’opération décrite ci-dessus. Les acteurs et l’action émanent de l’imagination de John le Carré dont le roman d’espionnage paru en 1965 « The Looking-Glass War »2 reflète de manière réaliste la confrontation Est-Ouest d’alors. En effet, fondamentalement, la situation initiale imaginée par le Carré correspond à la perception qu’avait alors la Community occidentale de la politique sécuritaire, la menace que faisaient peser sur l’Europe les troupes soviétiques et la reconnaissance, sur fond de conspiration, face à cet objectif. Le blocus de Berlin et la guerre de Corée favorisèrent cet espionnage militaire. La guerre en Extrême-Orient montra soudainement que la Guerre froide pouvait à tout moment devenir brûlante. Elle fit apparaître le besoin en informations militaires et confirma les priorités du renseignement face aux militaires soviétiques en Allemagne de l’Est (« reconnaissance des abords immédiats ») mais aussi en Pologne, en Tchécoslovaquie et dans les autres États du bloc oriental y compris la Yougoslavie et l’Albanie (« reconnaissance profonde ») ainsi qu’en URSS (« reconnaissance lointaine »)3. L’aptitude, nullement incontestée à l’origine du côté américain, de l’organisation Gehlen (créée en 1946 et remplacée en 1956 par le BND4) à observer les troupes soviétiques de l’autre côté du rideau de fer fut progressivement reconnue. Pendant le blocus de Berlin en 1948/49, l’armée de l’air US en Europe se fia presque exclusivement aux résultats des écoutes pratiquées par l’organisation Gehlen au niveau de presque toutes les formations de la 16e flotte aérienne soviétique stationnée en Allemagne de l’Est. Sa reconnaissance radio portait sur les communications tactiques radio des pilotes. Dès 1950, les experts allemands furent à même, par des mesures radio, de détecter les émissions radar de toutes les stations d’alerte précoce en RDA5.

  • 6 Paul Maddrell, Spying on Science. Western Intelligence in Divided Germany 1945 – 1961, Oxford, 200 (...)
  • 7 Ouvrage essentiel que celui d’Armin Wagner, Matthias UHL, BND contra Sowjetarmee. Westdeutsche Mil (...)

4Les chefs d’état-major des forces armées du Royaume Uni durent constater, au regard de la menace que faisait peser la politique de Moscou en 1950, qu’il ne pouvait y avoir de stratégie isolée et indépendante, ni britannique ni ouest-européenne, mais seulement une pleine collaboration avec les USA « in policy and method »6. Ce n’était, il est vrai, pas valable uniquement pour la special relationship entre Washington et Londres, ni davantage pour les seules forces armées. La direction britannique de la sécurité extérieure, Secret Intelligence Service (ISIS), la Central Intelligence Agency américaine (CIA), les services secrets français et danois, les forces armées américaines en Europe et l’OTAN ainsi que le BND travaillaient ensemble à l’acquisition de renseignements sur la RDA et se communiquaient leurs résultats, en partie tout au moins. Ces travaux se traduisaient essentiellement, sur fond de menace militaire résultant de la Guerre froide, par une « order-of-battle-intelligence », autrement dit par une présentation des capacités militaires des pays de l’Est et de leurs intentions. Au centre se trouvaient, notamment dans les années 1950 et 1960, le groupement des troupes d’occupation soviétiques en Allemagne (GBST, 1945 – 1954), qui devint plus tard le groupement des forces armées soviétiques en Allemagne (GSSD, 1954 – 1989)7.

  • 8 Cf. Bundesarchiv Koblenz (BAKo), B 206/128, Militärischer Lagebericht Ost, Jahresabschlussbericht (...)

5Entre la fin de la guerre et le début des années 1960, le format et la mission des troupes soviétiques en zone d’occupation soviétique/RDA changèrent fondamentalement. Aux troupes d’occupation, partiellement mal équipées et peu mobiles, succédèrent des forces armées puissantes, très mobiles, animées par un esprit offensif et aptes à frapper avec force, déterminantes quant à la poursuite des intérêts militaires et sécuritaires sur le glacis de l’URSS face à l’Europe occidentale. Le GSSD n’était pas appelé seulement, comme le GSBT, à soutenir la position soviétique en RDA et en conséquence le pouvoir de la SED. Il avait en même temps pour mission d’être un instrument actif de menace militaire à l’égard de l’OTAN et surtout à l’égard de la République fédérale. À la fin des années 1960, selon les estimations du service fédéral de renseignement, le GSSG était en mesure, avec les troupes du Pacte de Varsovie, en premier échelon d’une attaque lancée à l’improviste sans les préparatifs liés à la mobilisation, de traverser la République fédérale pour atteindre en 20 jours les côtes atlantiques française, espagnole et portugaise ainsi que les côtes méditerranéennes espagnole et française8.

Historique du service fédéral du renseignement

  • 9 Richard Meier, Geheimdienst ohne Maske. Der ehemalige Präsident des Bundesverfassungsschutzes über (...)
  • 10 Toutes les citations ibid., pp. 44s.

6« Une sorte d’institut Goethe qui observe ce qui se passe ailleurs »9 : c’est en ces termes que Richard Meier, considérant les années qu’il avait passées au sein des services secrets ouest-allemands, qualifiait l’état du service fédéral du renseignement (BND) aux environs de l’année 1970. Meier, qui avait été auparavant le chef du contre-espionnage de l’Office fédéral de protection de la constitution, venait de prendre la direction de la division Acquisitions (c’est-à-dire la division du contre-espionnage) du BND. « L’absence de repères » de ce service fédéral lui parut « inquiétant » ; c’était un service qui « ne disposait que de quelques sources secrètes véritables à l’étranger ». Sa propre division lui paraissait être « une voiture de course très performante, mais qui n’avait le droit d’évoluer que dans la cour »10. Ce blocage, que le service s’était imposé à lui-même, était dû, poursuivait Meier, à ce que l’agent double Heinz Felfe avait été démasqué en 1961. Ancien officier du « Reichssicherheitshauptamt » (RSHA, Office central de la sécurité du Reich), Felfe avait espionné au sein de la centrale du BND, à Pullach, pour le compte du KGB soviétique (« Komitet Gosudarstvennoj Bezopasnosti »). Sa haute trahison, provoquant la perte de nombreuses sources, n’eut pas seulement des effets très négatifs sur les activités des services de renseignement en RDA, elle mina la confiance des partenaires occidentaux à l’égard du service fédéral allemand et produisit un choc mental en beaucoup de collaborateurs. Les travaux se déroulèrent désormais dans un climat de méfiance plus tendu que jamais.

  • 11 Important en tant qu’ouvrage de base : Herrmann Zolling, Heinz Höhne, Pullach intern. General Gehl (...)
  • 12 Cf. Jens Gieseke, Die hauptamtlichen Mitarbeiter der Staatssicherheit. Personalstruktur und Lebens (...)
  • 13 Cf. Michael Geyer, « Eine Kriegsgeschichte, die vom Tod spricht », in : Thomas Lindenberger, Alf L (...)
  • 14 Parmi les nombreux travaux sur cette question, signalons particulièrement : Hubertus Knabe et al.,(...)
  • 15 Cf. Maddrell (note 6) ; Wagner, Uhl (note 7).

7Les sources concernant le développement interne du service fédéral du renseignement sont encore peu abondantes. L’absence de documents n’a permis jusqu’à présent, sur la base des archives disponibles, qu’une approche de l’histoire des autorités du BND11, et moins encore une histoire sociale documentée telle qu’elle existe depuis quelques années pour le ministère de la sécurité d’État12. Une approche, plus prometteuse actuellement, des études relatives à l’histoire du service fédéral du renseignement, comme histoire de l’organisation, histoire sociale ou encore histoire des mentalités, doit porter sur les activités qu’il a déployées en tant que service secret du renseignement. De même qu’une histoire du noyau même des actions militaires a contribué à la renaissance de l’histoire militaire durant la dernière décennie et demi, parallèlement à toutes les fructueuses extensions méthodiques des champs de recherche et des approches analytiques, il est de même impératif qu’une histoire des appareils d’espionnage mette en relief la profession d’espion proprement dite13. Non pas sous la forme du paradigme bien connu d’une histoire d’espions éminents et populaires et de grands « Spy Catcher », qui ne refléterait guère de façon adéquate l’ample réalité des activités de renseignement, mais comme histoire quotidienne des actions opératives portant sur l’adversaire, sous les aspects tant quantitatifs que qualitatifs. L’espionnage du MfS (Ministerium für Staatssicherheit, ministère de la sécurité d’État) et sa division principale « Aufklärung im Westen » (Renseignement à l’Ouest) ont déjà fait l’objet de recherches approfondies, comme aussi, mais dans une moindre mesure, les services secrets de la NVA (Armée populaire)14. En revanche, c’est depuis peu seulement que l’étude des archives met en lumière les opérations du BND en RDA15.

  • 16 Waldemar Markwardt, Erlebter BND. Kritisches Plädoyer eines Insiders, Berlin, 1996, p. 119.
  • 17 Cf. BAKo, B 206/1-24 (Rote Armee-Kartei) ; B 206/25-98 (Feldpostnummernkartei) ; B 206/107-116 (St (...)
  • 18 On trouve parmi les documents que le « Bundesnachrichtendienst » a déposés au « Bundesarchiv » de (...)
  • 19 Cf. sur Gehlen : Wolfgang Krieger, « ›Dr. Schneider‹ und der BND », in : Id. (éd.), Geheimdienste (...)

8Or le BND, plus que tous les autres services secrets occidentaux, bénéficiait avant la construction du Mur de conditions optimales pour ses activités de renseignement en RDA16. Il pouvait recourir à des connaissances énormes accumulées durant la guerre. Une liasse d’environ 26 000 fiches, de la division « Fremde Heere Ost » (FHO, armées étrangères Est), contenait des renseignements sur l’Armée rouge. Le chef de cette division, le colonel Gehlen, promu ensuite général de brigade, avait veillé à ce que le fichier comme aussi d’autres documents de la FHO fussent conservés à la fin de la guerre. Ce fichier ne s’arrête donc pas en 1945, les dernières fiches datent de 1965. Il a servi jusqu’à cette date de moyen d’exploitation militaire. S’y ajoute un fichier de la Poste aux armées, avec 15 000 fiches, pour la période 1940 – 1969. Il a servi pour l’enregistrement des unités soviétiques durant la guerre puis en zone d’occupation soviétique/RDA, dans la partie de l’Autriche occupée par les Soviétiques jusqu’en 1955, en Tchécoslovaquie, en Bulgarie ainsi que dans les districts militaires soviétiques de la Baltique, de Bélorussie, de Kiev, des Carpathes, de Moscou, de Transbaikal-Amur, du Turkestan, du Nord-Caucase et de l’Extreme-Orient. Une autre source sérielle importante est la source dite des garnisons de RDA. Plusieurs milliers de fiches reflètent les efforts du service de renseignement extérieur ouest-allemand visant à surveiller systématiquement, du début des années 1950 jusqu’au début des années 1970, plus de 480 garnisons des forces armées soviétiques en RDA17. Pullach, siège de la centrale du BND au sud de Munich et en même temps synonyme de ce même service comme par exemple Langley pour la CIA ou la Lubjanka soviétique pour le KGB, n’a donc pas lancé à partir de rien son espionnage militaire dans le bloc de l’Est peu après la fin de la guerre. Aux renseignements volumineux datant de la période de la Wehrmacht sont venus s’ajouter constamment de nouveaux renseignements dans les années 1950 et 196018. Continuité et cumul ont marqué l’acquisition des informations par le service, dirigé encore par Reinhard Gehlen. Lui qui avait dirigé à partir de 1942 la division Armées étrangères Est personnifiait la continuité de la recherche du renseignement visant l’Union soviétique, comme chef de l’organisation appelée même de son nom puis comme président du BND jusqu’en 196819.

9Outre le recours aux archives de la division FHO, les activités fructueuses de l’organisation Gehlen et du BND étaient dues également aux liens avec les compatriotes allemands dans les territoires sous occupation soviétique. À la différence de tous les autres services occidentaux, les collaborateurs de Gehlen avaient d’étroits contacts personnels derrière le rideau de fer. Ils parlaient la même langue et connaissaient la culture, la mentalité et les modes de vie de leurs compatriotes. Les motivations des citoyens est-allemands qui se mettaient à la disposition de Pullach étaient multiples et parfois réellement contradictoires : les convictions antibolchéviques, mêlées à des conceptions national-socialistes résiduelles, les incitaient à l’espionnage contre les Soviétiques autant que par ailleurs les convictions démocratiques fondamentales. Des liens personnels noués au temps de la Wehrmacht entre des chefs de réseaux d’espionnage et des sources est-allemandes, la recherche de parents, le désir de passer à l’ouest, des besoins financiers ou encore la cupidité incitaient les gens à s’engager contre les troupes de Moscou. Les motivations n’ont cependant pas fait jusqu’à ce jour l’objet de recherches approfondies.

Un point fort : l’espionnage militaire

  • 20 N’ont été intégrés ni la « Abteilung Spionageabwehr beim Bundeskriminalamt », ni les documents du (...)
  • 21 Voir sur le FWH-Dienst : Susanne Meinl, « Im Mahlstrom des Kalten Krieges », in : Wolfgang Krieger (...)
  • 22 EloKa : « Elektronische Kampfführung » ; voir également Günther K. Weisse, Geheime Funkaufklärung (...)

10Des trois services secrets mentionnés au début, qui se sont constitués en République fédérale d’Allemagne et qui existent toujours, le service fédéral du renseignement a seul le droit de rechercher le renseignement à l’étranger20. À vrai dire, l’organisation qui l’avait précédé, l’organisation Gehlen, avait de haute lutte arraché ce privilège entre 1950 et 1956 au « Office Blank » (« Amt Blank »), auquel avait succédé le ministère fédéral de la Défense21. Le service du contre-espionnage militaire n’ayant jamais eu le droit de se livrer lui-même à l’espionnage militaire, la recherche du renseignement d’ordre politique, économique, militaire et technico-scientifique resta centralisée dans un seul organisme. La rivalité, fréquente, entre les diverses institutions compétentes, comme aux États-Unis par exemple jusqu’à ce jour, a donc pu être largement évitée après la dissolution du Service Friedrich-Wilhelm-Heinz. Le 2e Bureau de la Bundeswehr, compétent pour la présentation et l’appréciation de la situation militaire adverse, ne se consacrait pas non plus à la recherche active du renseignement en recourant à des sources HUMINT qui lui fussent propres. Il profitait néanmoins des renseignements acquis par les unités spécialisées de guerre électronique qui, au sein des forces armées ouest-allemandes, étaient à l’écoute des communications radio des troupes du Pacte de Varsovie22.

  • 23 Zolling, Höhne (note 11), p. 10 ; cf. à propos de la partie du BND qu’avait repérée le ministère e (...)
  • 24 BAKo, B 206/934, le rapport du service d’interprétation de l’organisation Gehlen : « Die Unruhen i (...)
  • 25 Cf. Wagner, Uhl (note 7), pp. 87 – 93.

11À la fin des années 1940 et dans les années 1950, l’espionnage militaire était considéré comme la discipline phare de l’organisation Gehlen. La recherche ouest-allemande du renseignement visait notamment les structures de commandement et les garnisons des unités soviétiques. Tout aussi importante était l’observation du trafic, et plus particulièrement dans les années 1950, celle du trafic ferroviaire – « baromètre infaillible des mouvements de troupes russes »23 – ainsi que des transports militaires comme indicateurs de mouvements offensifs du GSBT/GSSD. On s’intéressait en outre aux usines d’armement, aux terrains d’exercice, aux dépôts de combustibles et aux centres de réparation des chemins de fer, aux ponts et aux aéroports. Les renseignements portant sur ces infrastructures pouvaient permettre aux experts militaires de déceler très tôt le passage du dispositif adverse du temps de paix à celui du temps de guerre. À la mi-juin 1953, une partie importante de la population est-allemande se souleva spontanément contre la dictature de la SED. Celle-ci ne put se maintenir au pouvoir qu’avec l’aide des forces d’occupation soviétiques, qui réprimèrent le soulèvement avec détermination et brutalement quand il apparut que l’appareil sécuritaire est allemand n’était absolument plus maître de la situation et que se profilait déjà la chute de Walter Ulbricht. Le 17 juin fut, après le blocus de Berlin, la seconde épreuve qu’eut à subir l’organisation Gehlen et qui, comme toutes les crises, mit en lumière sans ménagement les forces et les faiblesses du Service. Tandis qu’en 1948/49 la surveillance des forces aériennes soviétiques par le « signal intelligence » (SIGINT) – l’écoute sur les fréquences radio utilisées par les pilotes des avions de combat soviétiques – avait joué un rôle primordial, ce furent les sources HUMINT est-allemandes qui furent déterminantes en 1953. Le Service de Gehlen avait été informé très tôt de l’aggravation de la situation en RDA. Dès le milieu de l’année 1952, une source essentielle, qui jouait un rôle éminent dans l’établissement du plan économique pour 1953, avait informé Pullach « que ce plan provoquerait les pires difficultés et qu’il était inapplicable »24. À la mi-avril 1953, les premières nouvelles tombèrent concernant des grèves dans la région de Mansfeld ainsi qu’à Hennigsdorf. Le 16 juin, à 20h00, 15 minutes après que la Radio bavaroise eut diffusé des informations à ce sujet, la centrale de Pullach reçut en provenance de ses propres sources les premières informations sur des manifestations à Berlin-Est. La plupart des collaborateurs ayant déjà quitté le service, les décisions indispensables furent reportées. Ce n’est que dans l’après-midi du 17 juin que l’organisation se mit progressivement en mouvement. La probabilité pour un service de renseignement de recueillir des informations préalables sur les manifestations était quasiment nulle, car le soulèvement du 17 juin fut un événement spontané, qui surprit aussi la direction de la SED et Moscou. Entre le 17 juin et le 5 juillet 1953, Pullach mobilisa au moins 548 sources en RDA, qui envoyèrent près de 1 300 messages. Leur exploitation permit à l’organisation Gehlen, à posteriori, d’obtenir d’amples renseignements sur le soulèvement. C’était important pour l’avenir : il en résulta qu’en prévision d’un encerclement de Berlin-Ouest, qui était alors la plaque tournante et le point d’ancrage des activités visant à recueillir des renseignements sur la RDA et les troupes soviétiques qui y stationnaient, il était indispensable d’établir un réseau radio fiable. L’organisation Gehlen et le BND firent donc face dès 1953 à la menace constante d’une rupture des relations alors essentielles entre l’agent et le chef du réseau de renseignement, dont Berlin-Ouest était le lieu de rencontre25.

  • 26 Voir parmi les documents du BND : BAKo, B 206/107-116 ; cf. aussi Zolling, Höhne (note 11), p. 148

12Après que la crise se fut accentuée de façon dramatique au cours de l’été 1953, l’organisation montra, comme auparavant déjà, qu’elle était en mesure de surveiller avec un grand nombre d’informateurs l’ensemble des garnisons soviétiques. Le fichier des garnisons de RDA en fournit, à partir de 1951, des preuves détaillées. Le Service parvint, jusqu’en 1963/64 environ et malgré des revers au milieu des années 1950, à opérer avec succès de Suhl et de Mühlhausen jusqu’à Francfort-sur-l’Oder26. La recherche du renseignement visant le commandement suprême du GSBT puis du GSSD à Wünsdorf et des états-majors de leurs six armées fut certes très difficile en raison des mesures de contre-espionnage soviétiques et est-allemandes. La cause en était que le commandement suprême était relativement réduit eu égard à son importance, ce qui imposait des mesures de protection rigoureuses et les favorisait en même temps. Les états-majors de division et de brigade du GSSD, souvent implantés à côté des troupes, ne pouvaient plus être protégés aussi efficacement contre les activités des services de renseignement. Les capacités du contre-espionnage militaire soviétique et celles du ministère de la Sécurité d’État étaient notoirement insuffisantes à cet effet. Le BND, finalement, cibla principalement les garnisons du niveau régiment. La surveillance étroite de cet élément essentiel de la structure des forces armées lui permit d’établir en temps réel et de transmettre un tableau détaillé et complet des effectifs, de l’implantation, des équipements et de l’état de l’armée soviétique en RDA.

  • 27 Cf. BAKo, B 206/117, Militärischer Lagebericht Dezember 1960, CV 3 – CVI 17ss.
  • 28 Cf. National Security Archive Washington, D.C., Memo: Soviet Missiles in East Germany, 22.04.1959, (...)
  • 29 Cf. BAKo, B 206/119, point de situation militaire décembre 1962.

13Sur la base de toutes ces informations, Pullach établit des rapports solides à l’intention des milieux décisionnels de Bonn. Les rapports de situation militaire présentés sous la forme de « finished intelligence » le confirment aussi. C’est ainsi qu’en 1960 l’exploitation des renseignements révéla la mise sur pied de deux divisions de chars lourds au sein du GSSD et leur renforcement en missiles nucléaires opératifs et tactiques. L’intensification de la formation des pilotes et le nombre annuel de 120 heures de vol par pilote n’échappèrent pas non plus aux analystes27. En 1958/59, les sources du BND recueillirent des informations détaillées sur le stationnement, pour la première fois, de missiles soviétiques de moyenne portée du type SS-3 Shyster à l’étranger. L’exploitation de ces renseignements à Pullach en montra l’importance au point qu’on les transmit en avril 1959 au service de renseignement américain28. Après la construction du mur, ce flot d’informations ne cessa pas tout d’abord, comme le montre le rapport militaire annuel de 1962, qui décrivit une nouvelle fois avec minutie, et de manière très précise sur le plan du renseignement, les forces armées du Pacte de Varsovie29.

La construction du Mur en 1961 et le réseau des sources du BND en RDA

14Lorsque Heinz Felfe, l’espion du KGB, fut démasqué en 1961, il se peut que le BND ait été démoralisé et que Richard Meier ait cru ressentir encore les effets de cette démoralisation une décennie plus tard. L’arrestation de Felfe n’eut aucun effet immédiat et mesurable quant au volume des renseignements recueillis sur le réseau des agents qui surveillaient les garnisons et qui vivaient à proximité des garnisons soviétiques (sources externes) ou qui avaient même accès, comme personnel auxiliaire allemand, aux établissements du GSSD (sources internes). Le maintien du réseau très dense des sources de Pullach était plus problématique en raison des conséquences à moyen et à long terme de la construction du Mur cette même année.

  • 30 Cf. Matthias Uhl, Armin Wagner, « ›Die Möglichkeiten, aber auch die Grenzen nachrichtendienstliche (...)
  • 31 Cf. aussi Wagner, Uhl (note 7), pp. 102 – 107.

15Le service fédéral était bien préparé pour affronter la division physique de Berlin parce qu’il avait reconnu très tôt que la tendance se précisait30. Après une interruption plutôt brève des contacts entre le BND et ses sources en RDA, ces contacts furent rétablis en l’espace de quelques semaines par exemple en ce qui concerna la garnison de Bernau près de Berlin. À partir de l’automne 1961, le réseau de surveillance des garnisons ne fut plus aussi dense et les messages ne furent plus aussi fréquents. Le volume des messages diminua environ de moitié en 1962 et 1963. La réduction dramatique des activités de renseignement, à la suite de l’arrestation (par le MfS) ou de la « coupure » (par le BND) des sources internes est-allemandes et des agents chargés de la surveillance des garnisons, ne se produisit cependant à Bernau qu’après 196431. Le réseau des sources de RDA fut détruit progressivement et disparut au début des années 1970.

  • 32 Cf. Möller, Stuchly (note 23), pp. 519s.

16Une raison non négligeable est que la Sécurité d’État avait intensifié depuis une décennie la recherche des espions au moyen du contrôle postal. Les rencontres entre sources et agents à Berlin-Ouest étaient devenues impossibles en raison de la construction du mur, mais il convient aussi de mentionner que des codes postaux furent introduits en 1961 en République fédérale. Le contre-espionnage allemand découvrit bientôt des zones de concentration d’adresses de couverture, d’abord en Bavière puis au Bade-Wurtemberg et en Basse-Saxe, auxquelles des messages écrits des sources du BND ne cessaient d’être envoyés. Les messages aux caractères secrets étant insérés dans des lettres prédéfinies d’apparence anodine, la division principale HA II établit un fichier central au moyen duquel des spécialistes furent bientôt en mesure d’attribuer les textes anodins à des rédacteurs bien précis travaillant pour le BND32. La minutie scientifique des opérations de contre-espionnage visant les relations postales et aussi la surveillance du trafic de transit furent à l’évidence largement sous-estimées par le BND. L’utilisation massive de HUMINT contraignit le Service, pour des raisons économiques, à moderniser son mode de travail. Il ne pouvait y avoir, pour chaque espion militaire, des couvertures ni des instructions individualisées.

17Pullach se vit obligé de modifier ses méthodes et de mettre sur pied un nouvel ensemble HUMINT. On fit appel de manière accrue, dès le milieu des années 1960, à des espions de transit ou en voyage. Les premiers étaient des citoyens d’Allemagne de l’Ouest et de Berlin-Ouest qui utilisaient les voies de transit pour traverser la RDA en voiture ou en train et se rendre à Berlin-Ouest. Les résultats furent plus probants avec des espions rendant visite à des parents ou des personnes de leur connaissance en RDA. Karl Barthels, citoyen ouest-allemand, prétextant des liens familiaux, espionna environ 110 fois entre 1963 et 1973 une caserne soviétique implantée à Ludwigslust dans le Mecklembourg. Il fut finalement arrêté, après avoir livré des informations au BND pendant dix ans.

  • 33 Cf. sur ce point Jens Gieseke, Der Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi 1945 – 1990, Stuttgart (...)
  • 34 Responsable des documents du Staatssicherheitsdienst (BStU), MfS-HA II 23430, « Einige Gedanken zu (...)
  • 35 Chiffres d’après Hanna Labrenz-Weiss, Die Hauptabteilung II : Spionageabwehr, Berlin, 22001, p. 31

18Là encore, il était essentiel que les voyageurs n’aient pas commencé leurs activités d’espionnage à partir de rien. Ils devaient vérifier tout d’abord l’actualité des renseignements recueillis par l’Allemagne de l’Ouest jusqu’au milieu des années 1960. Il s’agissait, sur cette base, de chercher des renseignements non plus sur les structures fondamentales, les implantations et les systèmes d’armes, mais sur les modifications d’une situation générée depuis des décennies. Un espionnage militaire de cette nature conduisait certes à des résultats beaucoup plus fugaces que la surveillance des garnisons soviétiques par des sources statiques, externes et internes. Cependant le risque lié à la découverte d’un lien postal ou radio disparaissait, puisque désormais la source et la centrale ne communiquaient plus qu’après avoir quitté la RDA. Le contre-espionnage du MfS, comme aussi d’importantes composantes du « groupe Mielke », se trouva sous pression dans les années 1970 et 1980 en raison de l’ouverture politique de la RDA à la communauté internationale. Cherchant à se faire reconnaître à l’échelle mondiale, la RDA d’Erich Honecker, depuis la signature du traité fondamental avec Bonn (1972), l’admission aux Nations Unies (1973) et la signature du traité CSCE (1975), devait prendre en compte les normes juridiques en vigueur33. La lutte contre l’espionnage du BND requérait donc nécessairement des résultats fondés en droit pour qu’il fût possible ensuite de présenter les audiences devant l’opinion mondiale comme étant celles d’un État de droit. Ce qui n’aurait pas constitué un problème pour les interrogateurs spécialisés du MfS dans les années 1950 avec des méthodes staliniennes expéditives était donc beaucoup plus difficile dans le cadre de la nouvelle situation, en particulier si les sources du BND n’emportaient pas de moyens de recherche du renseignement : « Nous devons savoir ce que l’espion constate, il l’a dans sa tête et passe ainsi la frontière pour rejoindre son théâtre d’opérations », concluait sur un ton rugueux le contre-espionnage est-allemand, s’attachant dorénavant à établir des preuves incontestables34. Les conditions politiques nouvelles entraînèrent un tel surcroît de tâches que la division principale II – donc sans les divisions II des administrations du MfS dans les districts de la RDA –, dont les effectifs étaient passés entre 1954 et 1970 de 156 à 216 collaborateurs, les vit ensuite faire un bond pour atteindre en 1981 le chiffre de 1 180 collaborateurs35.

  • 36 Cf. BStU, MfS-HA II 24300, Erkenntnisse über die Spionagetätigkeit des Bundesnachrichtendienstes d (...)

19De même que la surveillance des garnisons et l’espionnage de voyage avaient fourni à Pullach beaucoup de petites pierres, qui en soi n’étaient pas spectaculaires, pour réaliser une grande mosaïque, de même, face aux espions du BND se fondant dans le grand flux des citoyens de l’ouest entrant en RDA après 1970, le contre-espionnage se révéla être un travail minutieux, un puzzle. Le MfS prit des mesures, et notamment le lancement d’une action concertée contre les espions en transit. Entre 1966 et 1978, la Sécurité d’État exerça une surveillance intense ciblée sur les voyages marquants de ceux qu’elle appelait dans son jargon les « oiseaux migrateurs ». Dans le cadre d’une action sur le long terme appelée « Attaque », près de 40 espions sur un total d’environ 75 espions identifiés furent arrêtés successivement. Au cours de la seule année 1977, 14 personnes recrutées par le BND tombèrent dans les filets de la Sécurité d’État, essentiellement des espions de transit. Ces arrestations furent considérées par le MfS comme un succès. Le destin personnel des personnes condamnées à de lourdes peines de prison ne laissent guère de place à une autre appréciation. Berlin-Est dut néanmoins constater que certaines sources du BND avaient pu exercer leurs activités pendant longtemps sans être inquiétées. Au nombre des espions arrêtés entre 1977 et 1986, 23 % avaient travaillé pendant cinq à dix ans pour Pullach, et 15 % pendant plus de dix ans. L’action « Attaque » accapara pendant près d’une décennie certaines forces de la Sécurité d’État sans aboutir à un succès définitif, car le renseignement militaire du BND n’était pas écarté durablement36.

Stratégies du renseignement dans les années 1970 et 1980

  • 37 Cf. sur ce point Dieter Krüger, « Gerhard Wessel (1913 – 2002). Der Ziehsohn Gehlens an der Spitze (...)

20En 1966, les sociaux-démocrates sortirent pour la première fois dans l’histoire de la République fédérale de leur rôle d’opposition pour constituer une Grande coalition avec les chrétiens-démocrates jusqu’alors dominateurs, et à partir de 1969 la SPD, allié aux libéraux fut le plus fort des deux partis de gouvernement. L’alternance politique à Bonn entraîna aussi des bouleversements et de nouvelles orientations à Pullach. Cela concerna surtout les structures du service : Reinhard Gehlen fut mis à la retraite. L’académisme et la professionnalisation s’accrurent. La politique de la carte du parti pratiquée par le SPD s’en prit aux anciennes équipes CDU. Gerhard Wessel, général de division de la Bundeswehr et transmetteur aguerri – il avait été l’adjoint de Gehlen au département des Armées étrangères Est – prit certes la tête du BND, mais l’esprit qui animait ce département en fut progressivement chassé37. L’intérêt que l’on manifestait à Bonn pour les informations en provenance de RDA changea de cible. Horst Ehmke exigea davantage de messages émanant de la sphère politique de Berlin-Est. La « order-of-battler-intelligence » demeura néanmoins en pratique une tâche effectuée avec zèle par le Renseignement ouest-allemand derrière le rideau de fer.

  • 38 BStU, MfS-HA II 22920, Rededisposition des Leiters der HAII : Aktuelle Erkenntnis über die Militär (...)
  • 39 Concernant les missions de liaison et les inspections militaires de la RDA, et en l’absence d’une (...)

21Parmi les nouveaux membres de l’instance dirigeante du BND, envoyés par Ehmke à Pullach, le chef de la division Acquisition, Richard Meier, que nous avons déjà mentionné, se révéla être le moteur réel d’une nouvelle offensive d’espionnage en RDA. Sous sa direction, de 1970 à 1975, puis sous la présidence du futur ministre des affaires étrangères Klaus Kinkel, premier civil à la tête du Service (1979 – 1982), le BND cibla de nouveaux groupes apparemment utiles pour l’espionnage militaire : d’une part les « personnes à grande mobilité en RDA »38, c’est à dire les chauffeurs professionnels, indépendamment de leur origine est-ou ouest-allemande –, les employés de la Reichsbahn et les bateliers ouest-allemands. Au milieu des années 1980, 72 %, autrement dit presque trois quarts de toutes les « agences » BND identifiées par le MfS, émanaient du milieu des transports de marchandises transfrontaliers. Pullach contacta par ailleurs, outre les personnes retraitées ou invalides, des cadres des secteurs économique et scientifique, tout en ayant conscience de recruter des agents doubles. Le MfS cherchait ainsi à recueillir des indications sur les pratiques opératives du BND, tandis que celui-ci comptait sur la fourniture d’informations utiles et exactes que tous les « matériaux » mis en jeu par la RDA renfermaient nécessairement pour que ne fût pas trop manifeste l’abus de propagande du MfS, pris en compte au demeurant par le BND. De plus, après une longue phase de méfiance due à l’affaire Felfe, Pullach renforça de nouveau ses liens avec les services partenaires, notamment avec les USA. Les missions militaires de liaison des alliés occidentaux devinrent une source permanente et communiquaient en partie aux Allemands les renseignements qu’elles acquéraient39.

  • 40 Cf. BStU, MfS-HA II 22589, Information : Angriffe des BND gegen militärische Objekte der GSSD (non (...)
  • 41 Cf. Werner Grossmann, Bonn im Blick. Die DDR-Aufklärung aus der Sicht ihres letzten Chefs, Berlin,(...)

22Après qu’un diplomate de carrière, Hans-Georg Wieck (1985 – 1990) eut accédé à la présidence du BND, les procédures de la décennie écoulée furent en partie intensifiées, en partie modifiées. La Sécurité d’État nota que le Service, par-delà le GSSD, renforçait le recrutement de sources internes au sein des organismes armés de RDA qu’étaient l’armée populaire (NVA) et le MfS, mais aussi les troupes des frontières, la police populaire et les douanes, en réduisant parallèlement le recrutement massif des sources externes que constituaient les voyageurs40. Chaque année, le MfS put identifier environ 40 tentatives de recrutement visant des citoyens de RDA qui faisaient partie de l’appareil sécuritaire et de l’appareil d’État, la moitié de ces tentatives ayant pour origine le BND41. Le succès en paraît douteux aujourd’hui, pour autant qu’on le sache. N’ayant cependant jamais renoncé par ailleurs à l’espionnage lié aux voyages, les analystes acquirent en outre les renseignements dont l’OTAN avait besoin pour ses mécanismes d’alerte précoce.

  • 42 Cf. BAKo, B 206/144, Militärischer Lagebericht Ost, Jahresabschlussbericht 1975, ff. C 3 – 11 ; BS (...)

23Dans les années 1970 et au début des années 1980, le GSSD poursuivit le renforcement de son potentiel tant nucléaire que conventionnel. L’objectif en était surtout l’accroissement des capacités offensives, par exemple par l’installation de fusées à moyenne portée, par l’implantation d’une brigade d’assaut aérienne et par l’augmentation du nombre des hélicoptères de combat. Quand l’OTAN prit sa « double décision » et que le débat sur le renforcement des armements atteignit son point culminant, les forces soviétiques en RDA se montaient à plus de 400 000 hommes, disposant d’environ 7 000 chars, 10 000 véhicules blindés, 5 000 pièces d’artillerie, 700 avions de combat, 350 hélicoptères et 220 systèmes de missiles sol-sol. Les services de renseignement de la République fédérale mais aussi d’autres pays occidentaux s’intéressaient à la fourniture de nouveaux matériels majeurs tels les chars T-72 et T-80, d’avions de combat modernes tels les MIG-25,-27 et-29 ainsi que d’hélicoptères de combat et de nouveaux missiles sol-sol, missiles antichars et antiaériens, ainsi qu’à la modernisation des systèmes existants de conduite de tir automatique, de technique radar et de transmissions. Dans la première moitié des années 1980, la Sécurité d’État identifia des attaques en matière de renseignement émanant du BND et de services américains et visant environ un quart des installations militaires du GSSD et de la NVA. Ces actions se concentraient essentiellement sur les régions situées au sud de la ligne Magdebourg-Berlin et à l’ouest de la ligne Berlin-Leipzig-Chemnitz (qui s’appelait alors Karl-Marx-Stadt). Une cible importante était constituée par la 8e armée de la Garde soviétique, en Thuringe, dont on estimait le potentiel d’attaque particulièrement important. Dans les six districts septentrionaux de Rostock, Schwerin, Neubrandenburg, Magdeburg, Francfort-sur-l’Oder et Potsdam se trouvaient 266 installations militaires importantes des troupes soviétiques, dont 104 (39 %) furent la cible d’actions de renseignement identifiées par MfS dans les années 1977 à 198242. Tandis que les effets de l’espionnage politique étaient manifestement limités, l’objectif du renseignement militaire en RDA fut atteint sans que l’on disposât de sources internes particulièrement bien placées.

  • 43 Concernant l’engagement du « Bundesnachrichtendienst » contre le groupe Ouest des troupes après 19 (...)

24En 1987, sous l’influence de la politique de réformes conduite par Michail S. Gorbatchev, se produisit un changement progressif de la pensée militaire, symbolisé par un changement d’appellation : le GSSD devint le « Groupe de troupes ouest » (1989). Fin 1988, le chef du Parti soviétique annonça le retrait d’Allemagne de l’Est de deux divisions blindées et d’autres unités à caractère notoirement offensif. Tandis que s’effectuait ce retrait, la RDA s’écroula, provoquant ainsi la disparition de la base du stationnement des troupes soviétiques entre l’Elbe et l’Oder. Le Groupe ouest acheva son retrait de la République fédérale unifiée durant l’été 1994. Ainsi prit fin la surveillance des troupes soviétiques opérée en Allemagne par le service fédéral du renseignement43.

Étude de cas : Johannes W. – espionnage militaire en Poméranie occidentale

25Les stratégies, l’ampleur, les succès mais aussi les limites de l’espionnage militaire du BND visant les troupes soviétiques en RDA se précisent peu à peu. Si la base empirique réduite des recherches menées jusqu’à ce jour impose la prudence, on peut néanmoins parler d’un « order-of-battle-intelligence » très fructueux du BND en RDA. Il y eut ensuite un creux, de la deuxième moitié des années 1960 au début des années 1970, et le contre-espionnage du MfS prit le dessus. Sous la direction de Richard Meier puis des présidents Kinkel et Wieck, les stratégies du renseignement furent régulièrement complétées, et le contre-espionnage est-allemand, malgré de nombreux succès, dut affronter durant la dernière décennie de son existence des problèmes considérables.

  • 44 Les études de Pullach s’avérèrent encore très fructueuses au-delà de la première crise de Berlin ; (...)

26Cette observation porte sur les actions de renseignement du BND au moyen de sources humaines en Allemagne de l’Est, et non point sur les résultats de l’espionnage technique, de questions posées aux migrants d’Allemagne de l’est et aux transfuges ou de la prise en compte de renseignements fournis par des services amis44. Pour terminer, nous illustrerons le potentiel HUMINT du BND au moyen d’une deuxième étude de cas, authentique cette fois-ci.

  • 45 Présentation de cette affaire fondée sur Wagner, Uhl (note 7), pp. 161 – 164.

27Johannes W., né en 1906, était le fils d’un garde forestier en chef45. Il passa sa jeunesse dans les environs de Stettin, devint après 1933 membre du NSDAP et de la SA puis il servit dans la Wehrmacht pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale, pour finir en tant que sous-officier dans une unité antiaérienne. Après 1945, il se fit embaucher comme paysan en Poméranie occidentale et gravit peu à peu les échelons professionnels. De 1959 à 1971, il occupa divers postes d’ingénieur agronome en Poméranie occidentale. Après son départ à la retraite, il ne resta pas inactif. Il exerça sa profession d’ingénieur jusqu’en 1984 puis il fut veilleur de nuit et représentant en assurances. Au début des années 1950, il se fit enrôler sous le pseudonyme de « Gerber » par l’organisation Gehlen. W. fit rapport sur l’aménagement d’une garnison dans la région de Eggesin/Torgelow, sur le stationnement de chars dans cette garnison, le doublement de la voie ferrée unique menant à Stettin pour les transports militaires, ainsi que l’évolution de l’agriculture en RDA. Cependant le service de renseignement ouest-allemand cessa de coopérer avec lui, comme il le dit plus tard, parce qu’il ne pouvait plus fournir d’informations suffisantes. Les contacts avec le BND cessèrent au plus tard en 1958.

28À partir de 1973, W. fut autorisé comme retraité à se rendre chaque année en République fédérale. Considérant avec dépit le maigre montant de sa retraite en RDA, il se rappelle avoir repris contact avec le Service et avoir collaboré sous son ancien pseudonyme. Dix ans plus tard, au printemps de 1986 et sans l’en avoir informé au préalable, Pullach mit fin à leur collaboration en prétextant l’âge avancé de « Gerber ».

29Une première fois, de septembre 1964 à janvier 1971, le MfS avait fait surveiller l’espion, le soupçonnant de se livrer à des activités de renseignement, mais en vain car W., précisément à cette époque, ne travaillait pas pour le BND. Les indices, tout à fait probants, qui avaient conduit au lancement de la procédure opérative « Ingénieur » concernaient des soupçons remontant aux années 1953 – 1955. Communiqués par un parent éloigné de W., qui en avait informé le service MfS du district de Pasewalk, ces indices s’étaient révélés authentiques mais ils avaient été transmis beaucoup trop tard. En raison de l’interruption des communications, les contrôles postaux, douaniers ou encore les contrôles de véhicules n’avaient pas permis de recueillir des éléments à charge. Son poste radio, contrôlé secrètement, ne pouvait pas recevoir les émissions dites omnidirectionnelles du BND. Les preuves manquaient donc. Le doute subsistait certes, mais la Sécurité d’État mit fin à l’enquête. Ce n’est qu’en 1986, quand il cessa de travailler pour le BND, que le MfS put le confondre, l’arrêter et constater l’ampleur de ses activités d’espionnage militaire. En mars 1987, trois jours seulement après le dernier interrogatoire, W. mourut à l’âge de presque 81 ans des suites d’une attaque cérébrale.

30Ce retraité faisait partie de ceux qui surveillaient « de manière classique » les garnisons et auxquels Pullach pouvait avoir recours, à côté des espions de transit et de voyage, entre le milieu des années 1960 et le milieu des années 1970. Le BND l’employa surtout pour la surveillance systématique et le recueil de renseignements concernant les installations et les mouvements de troupes du GSSD et de la NVA. Pullach utilisa sa connaissance des lieux, sa liberté de mouvement en tant qu’ingénieur, les multiples contacts et le grand rayon d’action qu’il possédait avec sa voiture personnelle. « Gerber » effectuait en outre, sans en avoir reçu la mission précise, des recherches à pied et en train, mettant en œuvre toutes les possibilités imaginables pour utiliser les personnes en vue de renseignements ciblés. Il espionnait en particulier les sites de missiles antiaériens, les chantiers de la Peene à Wolgast spécialisés dans la construction de petites bateaux de guerre et la base aérienne de l’escadron d’avions de chasse n ° 9 des forces aériennes de la NVA, ou encore les casernes soviétiques de Prenzlau et de Bernau, la base aérienne du régiment de bombardiers de la Garde du GSSD à Rechlin et la base de l’escadron d’hélicoptères de combat no 5 de la NVA à Basepohl. Il communiquait ses messages au BND uniquement par voie orale à l’occasion des voyages qu’il effectuait à l’ouest comme retraité.

  • 46 Cf. junge welt du 26 septembre 2007, p. 4.

31Combien de « Gerber » ont-ils exercé pour Pullach leurs activités de renseignement en RDA visant le GSBT/GSSD et plus tard aussi la NVA ? Dans les archives accessibles du BND, il s’agit de documents du niveau travaux et comptes rendus. Les fichiers du BND qui se trouvent dans les archives fédérales ne contiennent ni chiffres ni noms. L’estimation du nombre des espions ouest-allemands de transit et en voyage n’est donc pas possible à l’heure actuelle. Une première approche, provisoire, fait état d’environ 10 000 citoyens de RDA. Comment expliquer ce « beau chiffre rond » ?46

  • 47 Cf. Möller, Stuchly (note 23), pp. 435, 477.
  • 48 Cit. d’après Norbert F. Pötzl, Basar der Spione. Die geheimen Missionen des DDR-Unterhändlers Wolf (...)

32Deux anciens officiers du contre-espionnage du MfS ont déclaré que la Stasi a procédé, en près de 40 ans d’existence, à l’arrestation de plus de 5 000 collaborateurs des services secrets occidentaux. 80 %, soit 4 000, ont travaillé pour les services secrets de la République fédérale. 80 % de l’espionnage visaient, selon leurs indications, le potentiel militaire en RDA47. Ces 4 000 espions au service de la République fédérale ne se répartissent toutefois pas en citoyens est-allemands et citoyens ouest-allemands, et il ne s’agit pas seulement des espions arrêtés en RDA Sans plus de précisions Bernd Schmidbauer, qui coordonnait alors les services de renseignement à la chancellerie, devait déclarer : « Un millier des nôtres ont été incarcérés dans les geôles de l’Est »48.

  • 49 Ruffner (note 4), vol. 2, doc. 72, Critchfield : Report of Investigation – RUSTY (17.12.1948), pp. (...)
  • 50 Cf. Annual History Report, Headquarters, US Army Europe, 1 July 1954 – 30 June 1955, Historical Di (...)
  • 51 Cf. Wagner, Uhl (note 7), pp. 105s.

33On dispose de chiffres un peu plus précis pour les années 1940 – 1950. Le conseiller de Gehlen James H. Critchfield a précisé que, fin 1948, son organisation entretenait quelque 600 sources de renseignement en Allemagne de l’Est49. Selon l’« Annual History Report » des quartiers généraux de l’armée américaine en Europe, l’organisation Gehlen pouvait avoir recours en 1954/55 à 4 000 espions derrière le rideau de fer, et non seulement en RDA50. Un simple exemple arithmétique : entre le 13 août et le 31 décembre 1961, autrement dit pendant les quatre mois et demi qui suivirent la construction du Mur, le BND reçut, pour une seule caserne dans une seule garnison, la caserne des transmissions de l’armée de l’air à Bernau, des messages émanant, immédiatement après le verrouillage de la frontière, de sept espions encore en état de communiquer. Cette valeur concerne une garnison proche de Berlin et bien gardée51. Si on extrapole seulement pour le quart des garnisons les mieux gardées sur les quelque 480 garnisons du GSSD, on obtient un total de 840 espions actifs pour 120 garnisons au cours de la phase critique du deuxième semestre 1961, qui n’a certainement pas constitué la période faste du réseau BND. Si l’on réalise une autre extrapolation portant sur toutes les garnisons et si l’on prend en compte la période qui va de 1946 à l’effondrement de ce réseau après 1964, avec une fluctuation indéterminée des sources, ainsi que les espions tels Johannes W. dans les années 1970 et 1980, dont le nombre était certainement nettement inférieur, le chiffre que l’on évoque de 10 000 citoyens est-allemands au service de Pullach ne semble sûrement pas exagéré. Ce ne sont là toutefois, pour l’instant, que des valeurs approchées (plausibles) qu’il conviendrait de valider par l’étude des archives.

Conclusion

  • 52 Joachim Lampe, « Die strafrechtliche Aufarbeitung der MfS-Westarbeit. Fortdauernde Lehren aus eine (...)

34Comment pourrait-on, au terme d’une période maintenant révolue, qualifier les actions d’espionnage de Pullach visant les militaires soviétiques en RDA ? Les performances concrètes ne sont pas la mesure primaire de l’évaluation historique des services secrets. La légitimité de l’espionnage ne se mesure pas seulement à la menace objective ou subjective pesant sur une collectivité, mais aussi à l’autorité politique qui en donne la mission et aux moyens mis en œuvre. Tandis que dans un État constitutionnel libéral les parlements – et les médias – exercent avec plus ou moins de succès un contrôle aussi large que possible pour la mise en application du principe juridique de proportionnalité en matière de recherche du renseignement, le contrôle législatif et les débats publics sont totalement absents dans les régimes dictatoriaux de type nationaliste ou socialiste. Un avocat général de la République fédérale, en charge de dossiers concernant la recherche du renseignement poursuivie par la RDA à l’étranger, s’est exprimé en ces termes : « L’espionnage, ce n’est pas › l’art pour l’art‹. Il relève de l’image que chaque État a de lui-même. Il n’est donc pas le même d’un point de vue éthique partout dans le monde »52. De même que les vertus guerrières n’ont pas de valeur par elles-mêmes, de même l’activité des services secrets de renseignement doit toujours être mise en relation avec l’objectif politique des donneurs d’ordres. L’appréciation éthique a posteriori de l’histoire des deux appareils d’espionnage allemands et de leurs opérations les sépare politiquement l’un de l’autre, indépendamment des relations structurelles – par exemple l’expansion du contre-espionnage du MfS suite à la reconnaissance internationale de Berlin-Est et les possibilités qui en ont résulté de pénétration des services occidentaux – et indépendamment des imbrications centrées sur les acteurs. Si l’on affirme que l’espionnage de part et d’autre du rideau de fer a contribué au maintien de la paix, il n’en reste pas moins que les espions est-allemands et ouest-allemands du BND pouvaient se savoir au service d’une autre composante du mode de vie libéral, la liberté.

Notes

1 Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 29/30 (1993), pp. 30 – 41, ici p. 39. Je remercie Matthias Uhl (Moscou), pour sa relecture attentive et ses commentaires.

2 John le Carré, The Looking-Glass War, New York, 1965. Les deux citations précédentes in : ibid., pp. 67, 99.

3 Peter F. Müller, Michael Mueller, Gegen Freund und Feind. Der BND : Geheime Politik und schmutzige Geschäfte, Reinbek, 2002, pp. 112 – 115.

4 Concernant l’histoire initiale de ces services, avant leur mise sous curatelle américaine, cf. Kevin C. Ruffner (ed.), Forging an Intelligence Partnership : CIA and the Origins of the BND, 1945 – 49. A Documentary History, 2 vol., CIA History Staff, Center for the Study of Intelligence, Washington D. C., 1999 ; James H. Critchfield, Auftrag Pullach. Die Organisation Gehlen 1948 – 1956, Hambourg, 2005 [original : Partners at the Creation. The Men Behind Postwar Germany`s Defense and Intelligence Establishments, Annapolis 2003] ; Jens Wegener, Die Organisation Gehlen und die USA. Deutsch-amerikanische Geheimdienstbeziehungen, 1945 – 1949, Münster, 2008.

5 Cf. Matthew M. Aid, « A Tale of Two Countries. US Intelligence Community Relations with the Dutch and German Intelligence and Security Services, 1945 – 50 », in : Beatrice de Graaf et al. (ed.), Battleground Western Europe. Intelligence Operations in Germany and the Netherlands in the Twentieth Century, Amsterdam, 2007, pp. 95 – 122.

6 Paul Maddrell, Spying on Science. Western Intelligence in Divided Germany 1945 – 1961, Oxford, 2006, pp. 7, 9.

7 Ouvrage essentiel que celui d’Armin Wagner, Matthias UHL, BND contra Sowjetarmee. Westdeutsche Militärspionage in der DDR, Berlin,22008 ; pour la présence militaire soviétique en Allemagne de l’Est, voir aussi Kurt Arlt, « Sowjetische (russische) Truppen in Deutschland (1945 – 1994) », in : Torsten Diedrich et al. (éd.), Im Dienste der Partei. Handbuch der bewaffneten Organe der DDR, Berlin, 21998, pp. 593 – 632.

8 Cf. Bundesarchiv Koblenz (BAKo), B 206/128, Militärischer Lagebericht Ost, Jahresabschlussbericht 1967, ff. B 21 – 27.

9 Richard Meier, Geheimdienst ohne Maske. Der ehemalige Präsident des Bundesverfassungsschutzes über Agenten, Spione und einen gewissen Herrn Wolf, Bergisch Gladbach, 1992, p. 45.

10 Toutes les citations ibid., pp. 44s.

11 Important en tant qu’ouvrage de base : Herrmann Zolling, Heinz Höhne, Pullach intern. General Gehlen und die Geschichte des Bundesnachrichtendienstes, Hambourg, 1971 ; Müller, Mueller (note 3).

12 Cf. Jens Gieseke, Die hauptamtlichen Mitarbeiter der Staatssicherheit. Personalstruktur und Lebenswelt 1950 – 1989/90, Berlin, 2000.

13 Cf. Michael Geyer, « Eine Kriegsgeschichte, die vom Tod spricht », in : Thomas Lindenberger, Alf Lüdtke (éd.), Physische Gewalt. Studien zur Geschichte der Neuzeit, Francfort/M., 1995, pp. 136 – 161.

14 Parmi les nombreux travaux sur cette question, signalons particulièrement : Hubertus Knabe et al., West-Arbeit des MfS. Das Zusammenspiel von ›Aufklärung‹ und ›Abwehr‹, Berlin, 21999 ; Georg Herbstritt, Helmut Müller-Enbergs (éd.), Das Gesicht dem Westen zu… DDR-Spionage gegen die Bundesrepublik Deutschland, Brême, 2003 ; Georg Herbstritt, Bundesbürger im Dienst der DDR-Spionage. Eine analytische Studie, Göttingen, 2007 ; Bodo Wegmann, Die Militäraufklärung der NVA. Die zentrale Organisation der militärischen Aufklärung der Streitkräfte der Deutschen Demokratischen Republik, Berlin, 22006.

15 Cf. Maddrell (note 6) ; Wagner, Uhl (note 7).

16 Waldemar Markwardt, Erlebter BND. Kritisches Plädoyer eines Insiders, Berlin, 1996, p. 119.

17 Cf. BAKo, B 206/1-24 (Rote Armee-Kartei) ; B 206/25-98 (Feldpostnummernkartei) ; B 206/107-116 (Standortkartei DDR).

18 On trouve parmi les documents que le « Bundesnachrichtendienst » a déposés au « Bundesarchiv » de Coblence depuis 2003, soumis à la règle des trente ans, les rapports mensuels et hebdomadaires du BND sur les pays du Pacte de Varsovie. On peut consulter en miroir les fonds du « Staatssicherheitsdienst » de la RDA, lesquels sont toutefois encore soumis à des règles de confidentialité particulière et ne peuvent en partie être consultés à ce jour que sur autorisation du ministère fédéral de l’Intérieur, par exemple les Akten der Hauptabteilung II (Spionageabwehr), de la Hauptabteilung III (Funkabwehr und-aufklärung), de la Hauptabteilung IX (Untersuchungen und Ermittlungen) et de l’Abteilung M (Postkontrolle).

19 Cf. sur Gehlen : Wolfgang Krieger, « ›Dr. Schneider‹ und der BND », in : Id. (éd.), Geheimdienste in der Weltgeschichte. Spionage und verdeckte Operationen von der Antike bis zur Gegenwart, Munich, 2003, pp. 230 – 247 ; Dieter Krüger, « Reinhard Gehlen (1902 – 1979). Der BND-Chef als Schattenmann der Ära Adenauer », in : Id., Armin Wagner (éd.), Konspiration als Beruf. Deutsche Geheimdienstchefs im Kalten Krieg, Berlin, 2003, pp. 207 – 236.

20 N’ont été intégrés ni la « Abteilung Spionageabwehr beim Bundeskriminalamt », ni les documents du « polizeiliche Staatsschutz » des différents Länder, ni ceux du « Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik ».

21 Voir sur le FWH-Dienst : Susanne Meinl, « Im Mahlstrom des Kalten Krieges », in : Wolfgang Krieger, Jürgen Weber (éd.), Spionage für den Frieden ? Nachrichtendienste in Deutschland während des Kalten Krieges, Munich, Landsberg am Lech, 1997, pp. 247 – 266.

22 EloKa : « Elektronische Kampfführung » ; voir également Günther K. Weisse, Geheime Funkaufklärung in Deutschland 1945 – 1989, Stuttgart, 2005, pp. 108 – 254.

23 Zolling, Höhne (note 11), p. 10 ; cf. à propos de la partie du BND qu’avait repérée le ministère est-allemand de la Sécurité, Günther Möller, Wolfgang Stuchly, « Zur Spionageabwehr (HA II im MfS) », in : Reinhard Grimmer et al. (éd.), Die Sicherheit. Zur Abwehrarbeit des MfS, 2 vol., Berlin, 2002, vol. 1, pp. 431 – 558, ici pp. 497 – 499.

24 BAKo, B 206/934, le rapport du service d’interprétation de l’organisation Gehlen : « Die Unruhen in der Ostzone » (fin juillet 1953), ff. 1 – 193, ici f. 14.

25 Cf. Wagner, Uhl (note 7), pp. 87 – 93.

26 Voir parmi les documents du BND : BAKo, B 206/107-116 ; cf. aussi Zolling, Höhne (note 11), p. 148.

27 Cf. BAKo, B 206/117, Militärischer Lagebericht Dezember 1960, CV 3 – CVI 17ss.

28 Cf. National Security Archive Washington, D.C., Memo: Soviet Missiles in East Germany, 22.04.1959, in: microfiches – The Berlin Crisis, 1958 – 1962, Washington D.C. 1991, Doc: 01211.

29 Cf. BAKo, B 206/119, point de situation militaire décembre 1962.

30 Cf. Matthias Uhl, Armin Wagner, « ›Die Möglichkeiten, aber auch die Grenzen nachrichtendienstlicher Aufklärung in besonders verständlicher Weise‹. BND und Mauerbau, Juli-September 1961 », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 55 (2007) 4, pp. 681 – 725.

31 Cf. aussi Wagner, Uhl (note 7), pp. 102 – 107.

32 Cf. Möller, Stuchly (note 23), pp. 519s.

33 Cf. sur ce point Jens Gieseke, Der Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi 1945 – 1990, Stuttgart, Munich,2 2006, pp. 84 – 90.

34 Responsable des documents du Staatssicherheitsdienst (BStU), MfS-HA II 23430, « Einige Gedanken zu den Haupttendenzen im Vorgehen der Geheimdienste führender NATO-Staaten gegen die DDR und die anderen sozialistischen Staaten » (non daté ; ca. 1985), ff. 61 – 78, ici f. 75.

35 Chiffres d’après Hanna Labrenz-Weiss, Die Hauptabteilung II : Spionageabwehr, Berlin, 22001, p. 31.

36 Cf. BStU, MfS-HA II 24300, Erkenntnisse über die Spionagetätigkeit des Bundesnachrichtendienstes der BRD auf der Grundlage der im Jahre 1977 erzielten Ergebnisse des MfS der DDR (Dezember 1977), ff. 1 – 13 ; Erich Schmidt-Eenboom, Der Schattenkrieger. Klaus Kinkel und der BND, Düsseldorf, 1995, p. 143.

37 Cf. sur ce point Dieter Krüger, « Gerhard Wessel (1913 – 2002). Der Ziehsohn Gehlens an der Spitze des BND », in : Id., Wagner (note 19), pp. 264 – 283.

38 BStU, MfS-HA II 22920, Rededisposition des Leiters der HAII : Aktuelle Erkenntnis über die Militärspionage imperialistischer Geheimdienste gegen GSSD und NVA (September 1985), ff. 1 – 49, ici f. 6.

39 Concernant les missions de liaison et les inspections militaires de la RDA, et en l’absence d’une synthèse scientifique satisfaisante, Wagner, Uhl (note 7), pp. 52 – 59, et Sönke Streckel, Lizensierte Spionage. Die alliierten Militärverbindungsmissionen und das MfS, Magdeburg, 2008.

40 Cf. BStU, MfS-HA II 22589, Information : Angriffe des BND gegen militärische Objekte der GSSD (non daté ; ca. 1988), ff. 6 – 8, ici f. 6.

41 Cf. Werner Grossmann, Bonn im Blick. Die DDR-Aufklärung aus der Sicht ihres letzten Chefs, Berlin,22001, pp. 141 – 143.

42 Cf. BAKo, B 206/144, Militärischer Lagebericht Ost, Jahresabschlussbericht 1975, ff. C 3 – 11 ; BStU, MfS-HA II 30784, Analyse bedeutsamer militärischer Objekte der GSSD und der NVA (non daté ; ca. 1982), ff. 1 – 27.

43 Concernant l’engagement du « Bundesnachrichtendienst » contre le groupe Ouest des troupes après 1989/90, voir Norbert Juretzko, Bedingt dienstbereit. Im Herzen des BND – die Abrechnung eines Aussteigers, Berlin, 2004.

44 Les études de Pullach s’avérèrent encore très fructueuses au-delà de la première crise de Berlin ; on trouve des exemples concrets dans Shlomo Shpiro, « Israel-NATO Intelligence and Electronic Warfare Cooperation », in : de Graaf et al. (note 5), pp. 147 – 167, ici pp. 154, 156 – 163 ; Id., « Cold War Radar Intelligence : Operation › Cerberus‹ », in : The Journal of Intelligence History, 6 (2006) 2, pp. 61 – 74.

45 Présentation de cette affaire fondée sur Wagner, Uhl (note 7), pp. 161 – 164.

46 Cf. junge welt du 26 septembre 2007, p. 4.

47 Cf. Möller, Stuchly (note 23), pp. 435, 477.

48 Cit. d’après Norbert F. Pötzl, Basar der Spione. Die geheimen Missionen des DDR-Unterhändlers Wolfgang Vogel, Hambourg, 31997, p. 250.

49 Ruffner (note 4), vol. 2, doc. 72, Critchfield : Report of Investigation – RUSTY (17.12.1948), pp. 45 – 123, ici p. 53.

50 Cf. Annual History Report, Headquarters, US Army Europe, 1 July 1954 – 30 June 1955, Historical Division Headquarters, US Army Europe, 1956, p. 165, in : « http://www.history.hqusareur.army.mil/Archives/Annual%20Folder/ah54-55.pdf ».

51 Cf. Wagner, Uhl (note 7), pp. 105s.

52 Joachim Lampe, « Die strafrechtliche Aufarbeitung der MfS-Westarbeit. Fortdauernde Lehren aus einem abgeschlossenen Kapitel deutscher Justiz- und Zeitgeschichte », in : Herbstritt, Müller-Enbergs (note 14), pp. 359 – 366, ici p. 362.

Auteur

Wagner, Armin, né en 1968 ; Chercheur à l‘Institut für Friedensforschung und Sicherheitspolitik de l’Université de Hambourg.

Gérard Réber (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search