Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

I. L'Allemagne dans les relations internationales

Du tabou aux rapports conflictuels. Willy Brandt, l’Ostpolitik et les deux États allemands

Andreas Wilkens

Texte intégral

1La « nouvelle Ostpolitik », conduite par le chancelier Willy Brandt, est un curieux objet de l’Histoire. Fortement controversée au début des années 1970, il ne fallut qu’une douzaine d’années pour qu’elle réunît un assez large consensus. Accusée par ses détracteurs, en politique intérieure, de consacrer à jamais la division de l’Allemagne, elle irritait parfois à l’étranger pour des raisons diamétralement opposées : au-delà de la reconnaissance de l’existence de l’autre État allemand et des frontières issues de la Seconde Guerre mondiale, ne préparait-elle pas le chemin qui devait conduire vers la « Réunification » ? Les responsables et acteurs eux-mêmes privilégiaient à cette époque un troisième discours qui mettait en avant le réalisme, la fin des illusions dangereuses, la volonté d’atténuer les effets de la division et de contribuer à la paix en Europe.

2En tout cas, l’Ostpolitik des années 1960 et 1970 porte mal son nom : si elle concerne, d’une manière ou d’une autre, l’ensemble des pays de l’Europe de l’Est, c’est bien la « question allemande » qui est son objet principal, question qu’elle se proposait de régler pour un temps indéterminé. Pour cette raison, de toute évidence, l’Ostpolitik avait d’autres enjeux et d’autres visées que la politique à l’Est menée par d’autres pays européens dans la même période. Touchant au cœur de l’histoire de l’Allemagne, elle se situe à la limite entre la fin de l’après-guerre et la période d’une cohabitation organisée entre l’Est et l’Ouest en Europe qui devait trouver sa fin inopinée avec la chute du Mur.

3Malgré l’intérêt que l’Ostpolitik a toujours suscité, son analyse par les historiens n’en est encore qu’à ses débuts. Les chercheurs disposent désormais d’une base documentaire très large qui devrait permettre, à terme, de mieux cerner les origines, la mise en œuvre et les effets de cette politique qui reste liée aux noms de Willy Brandt et de son plus proche collaborateur et conseiller, Egon Bahr. Inévitablement, la Réunification allemande, intervenue en 1989/90, l’a placée dans une perspective historique qui tend à modifier sensiblement les critères d’appréciation des politiques menées deux ou trois décennies plus tôt.

Genèse et articulation d’une nouvelle approche de la « question allemande »

  • 1 Cf. les synthèses de Peter Bender, Die Neue Ostpolitik und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Verei (...)
  • 2 Willy Brandt, Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960 bis 1975, Hambourg, 1976, pp. 9 – 41 ; Eg (...)
  • 3 Willy Brandt, Erinnerungen, Francfort, Zurich, 1989, p. 64.

4La construction du Mur de Berlin en août 1961 a été considérée, la plupart du temps, comme le point de départ de l’élaboration d’une nouvelle approche de la question allemande1. Il est vrai que le verrouillage brutal de Berlin-Est et de la République démocratique allemande a frappé les esprits au point que les contemporains ont pu avoir le sentiment d’une « année zéro » de la politique allemande, d’une césure au-delà de laquelle rien ne serait plus comme avant. Dans leurs présentations rétrospectives Willy Brandt et Egon Bahr ont plutôt accrédité l’idée selon laquelle les stratagèmes de leur « nouvelle Ostpolitik » furent conçus à la suite de et en réaction à la construction du Mur2. Cependant, dans ses « Mémoires » parus en 1989, Brandt consentit à introduire certaines nuances en s’appuyant sur ses appels, lancés dès 1956, à plus d’échanges entre les deux parties de l’Allemagne3.

  • 4 Wolfgang Schmidt, Kalter Krieg, Koexistenz und Kleine Schritte. Willy Brandt und die Deutschlandpo (...)

5Des recherches récentes mettent en avant que la conception de Brandt et de Bahr plonge ses racines dans la deuxième moitié des années 19504. L’analyse minutieuse des prises de position de Brandt au cours de ces années fait ressortir un cheminement progressif vers ce qui, plus tard, sera considéré comme la stratégie de la « nouvelle Ostpolitik ». Dès 1955, un certain nombre d’éléments constitutifs sont en place : la conviction que le règlement de la question allemande nécessite du temps et ne peut constituer que l’aboutissement d’un processus impliquant l’ensemble des pays concernés ; la disposition à négocier avec les responsables de Berlin-Est afin de mettre en place des accords visant à faciliter les échanges, tout en restant en-deça du seuil de la reconnaissance étatique de la RDA ; enfin, l’appel aux responsables ouest-allemands à faire preuve d’initiatives et d’action au lieu de se borner à une rhétorique déclamatoire tendant à se substituer à la politique.

  • 5 Discours du 25 novembre 1960, in : Willy Brandt, Auf der Zinne der Partei. Parteitagsreden 1960 bi (...)
  • 6 Ibid., p. 32 (« Wir können uns eine selbstbewußte Ostpolitik leisten. »).

6Une seule illustration : dans son discours du 25 novembre 1960, devant le congrès du parti social-démocrate de Hanovre, Willy Brandt évoque déjà la nécessité de procéder à une fixation du statu quo dans le but « d’acquérir la liberté de manœuvre indispensable pour le dépassement politique du statu quo »5. Il dessine à cette occasion un système communiste plutôt en perte de vitesse dont l’idéologie aurait perdu tout pouvoir d’attraction, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il entend relever le défi lancé par Khrouchtchev d’une compétition dans la « coexistence pacifique » dont – selon la conviction de Brandt – les systèmes démocratiques de l’Ouest sortiraient vainqueurs. Et de conclure avec cette affirmation étonnante : « Nous avons tous les moyens pour mener une Ostpolitik sûre d’elle-même »6. La crise de Berlin n’avait pas encore atteint son paroxysme et Brandt creusait déjà les idées qui devaient sous-tendre son discours tout au long des années 1960.

7Sans doute, la réalité quotidienne dans la ville divisée et isolée, au cours des années 1950, avait-elle conduit Brandt à chercher une approche qui allait au-delà des proclamations habituelles. Bien placé pour ne pas se faire d’illusions sur les objectifs des dirigeants de Moscou et de Berlin-Est, il s’agissait pour lui de prendre en compte la réalité telle qu’elle se présentait et d’engager un processus susceptible de transformer une situation figée.

  • 7 Hartmut Soell, « Die deutschlandpolitischen Konzeptionen der SPD-Opposition 1949 – 1961 », in : Er (...)

8La construction du Mur de Berlin, en août 1961, achevait matériellement la division de l’Allemagne. Les conceptions dominantes des années 1950 s’étaient révélées inopérantes ou illusoires, y compris celles du courant majoritaire du SPD qui avait encore voulu croire, en 1959, en présentant son « Plan pour l’Allemagne », à une solution étroitement nationale du problème allemand7. Or, il était devenu évident pour Brandt et ses conseillers qu’il fallait miser sur le long terme et reconnaître qu’il ne pouvait pas y avoir de règlement isolé du problème allemand en dehors du contexte plus large des relations Est-Ouest.

9L’urgence de la crise de Berlin passée, Brandt et Bahr s’employèrent à développer une conception d’ensemble qui pouvait s’appuyer, d’une part, sur des approches conçues bien avant 1961, mais qui devait, d’autre part, intégrer des expériences nouvelles, telles que la stabilisation relative de la RDA après la construction du Mur, l’issue de la crise de Cuba, la volonté de l’administration Kennedy d’entamer un dialogue avec Moscou, notamment au sujet du contrôle de l’armement nucléaire.

  • 8 Discours publiés dans l’ouvrage : Willy Brandt, Koexistenz – Zwang zum Wagnis, Stuttgart, 1963.
  • 9 Cf. Dokumente zur Deutschlandpolitik, série IV, vol. 9/1963, pp. 572 – 575 ; cf. Bahr (note 2), pp (...)

10Dans ses discours prononcés à l’université de Harvard, en octobre 1962, Brandt présenta, pour la première fois d’une manière systématique, ses considérations sur la nouvelle constellation internationale et leurs implications pour la question allemande8. L’année suivante, le 15 juillet 1963, Egon Bahr suscita plus d’attention et de controverses en illustrant l’application concrète de cette approche aux rapports entre les deux Allemagnes. Le porte-parole et conseiller de Brandt, on le sait, résuma la stratégie, dès cette occasion, dans la formule – non dénuée d’ambiguïté et d’autant plus efficace – du « changement par le rapprochement » (« Wandel durch Annäherung »)9.

  • 10 Pour plus de détails, cf. Andreas Vogtmeier, Egon Bahr und die deutsche Frage. Zur Entwicklung der (...)

11À la différence de Brandt Bahr ne prenait guère de précautions et s’attaquait directement aux principaux tabous de la politique allemande. Selon ses propos, il était inutile d’espérer détacher la RDA de l’empire soviétique ou de s’attendre à son écroulement prochain. Le règlement du problème allemand ne pouvait se faire ni sans ni contre l’Union Soviétique, mais seulement avec elle. La seule stratégie prometteuse pour sortir de la situation figée était – selon Bahr – de contribuer à « l’amélioration des conditions de vie » de la population est-allemande, à des « doses homéopathiques », afin de ne pas précipiter l’évolution et de ne pas provoquer des réactions violentes. Renforcer le commerce, créer des facilités pour des échanges, des rencontres, des communications constituait déjà un objectif en soi. À long terme, la multiplication de ces ouvertures devait contribuer à la transformation du régime10.

12Certes, Bahr plaçait la transformation progressive de la RDA dans la perspective d’une Réunification ultérieure, mais il ne s’agissait plus d’un « plan de Réunification » à proprement parler. L’unification étatique n’était plus considérée comme étant à la portée de la politique opérationnelle. Elle était désormais une éventualité historique au terme d’un processus dont la durée était imprévisible. Le vocabulaire utilisé donnait la préférence, au fil des discours, au « droit à l’autodétermination » dont on ne pouvait priver le peuple allemand. Le problème était ainsi situé au niveau des droits de l’homme plutôt qu’à celui des revendications historiques, juridiques ou nationales. L’approche laissait aussi entrevoir que d’éventuels changements du statu quo en Europe ne concerneraient plus la frontière Oder-Neiße, mais se limiteraient aux seuls rapports entre les deux entités allemandes.

13Cette conception prenait l’opinion publique ouest-allemande à rebrousse-poil. En fait, il était particulièrement difficile de faire accepter l’idée de donner au régime de Berlin-Est une certaine garantie de survie et de ne plus miser sur le mécontentement de la population pour s’en débarrasser. Ainsi, la voie était étroite, dès le départ, entre le risque d’être accusé de « complaisance » à l’égard d’un pouvoir dictatorial et une stratégie de négociation qui devait nécessairement partir d’une certaine reconnaissance des réalités politiques et territoriales.

  • 11 Bahr (note 2), p. 157 ; Vogtmeier (note 10), p. 64 ; Hermann Wentker, Außenpolitik in engen Grenze (...)

14On attribue le plus souvent à Otto Winzer, ministre des Affaires étrangères de la RDA, le mot selon lequel le « changement par le rapprochement » était en réalité une « agression en charentaises » (« Aggression auf Filzlatschen »), autre définition de la dialectique que Bahr cherchait à mettre au point11.

  • 12 Bon nombre de personnes s’y rendaient à plusieurs reprises et on chiffre les visites à 1,2 million (...)

15La politique des « laissez-passer » peut être considérée comme une première application de la conception de Brandt et de Bahr, dans le cadre restreint de Berlin. En effet, « indépendamment des divergences politiques et juridiques », un représentant du Sénat de Berlin-Ouest et un secrétaire d’État du gouvernement de la RDA signèrent un premier accord officiel, en décembre 1963, qui permit à plus de 700 000 de Berlinois de l’Ouest de se rendre à Berlin-Est pour la période de fin d’année12. Certes, Walter Ulbricht, chef du SED, s’empressa de déclarer que l’accord constituait une preuve de « l’existence incontestable de la RDA, en droit international et dans les faits », mais on pouvait considérer une telle interprétation comme un prix acceptable pour des facilités humanitaires. Jusqu’en mars 1966, d’autres accords sur des laissez-passer à certaines périodes de fête ont été conclus avant que le durcissement des positions de la RDA, qui exigeait toujours plus de marques de reconnaissance officielle, ne mettent un terme à cette forme d’ouverture très partielle et unilatérale du Mur.

  • 13 Willy Brandt, « Grundvorstellungen einer europäischen Friedensordnung », interview avec le Deutsch (...)

16Dans les discours-programme de la première moitié des années 1960, le rapport avec la politique d’intégration européenne ne fut guère évoqué, comme s’il s’agissait de deux sphères nettement distinctes et sans aucune possibilité de télescopage. Sur un plan plus général Brandt ne laissait passer aucune occasion pour affirmer que l’ancrage de l’Allemagne de l’Ouest dans les structures européennes et atlantiques était le préalable à toute politique à l’Est. Pendant la deuxième moitié des années 1960, il précisa ses considérations sur les possibles formes et conditions d’un rapprochement entre l’ensemble des deux parties de l’Europe – Est et Ouest – condition indispensable pour une certaine normalisation des relations entre les deux Allemagnes. Pour le moyen et le long terme il mettait en avant un « ordre de paix européen » (« europäische Friedensordnung »)13. Des accords sur la coopération au niveau européen supposaient toutefois un règlement préalable des rapports interallemands. Ainsi se profilait une conception à deux étages : la « normalisation » des rapports bilatéraux avec la RDA et les pays de l’Est devait déboucher sur une étape multilatérale au niveau européen avec pour enjeu le développement de la coopération dans tous les domaines, des mesures de confidence building et des négociations sur le désarmement. Une partie essentielle de l’effort de la deuxième moitié des années 1960 consista à intégrer la démarche allemande dans une approche plus largement partagée par les partenaires européens et américains.

L’évolution contrastée des années 1960

17Les années 1960 réservèrent aux conceptions de Brandt et de Bahr à la fois des conditions propices et des difficultés imprévues. Dans la première catégorie il faut sans doute compter le développement d’un certain climat de détente et la recherche de voies de négociation par d’autres gouvernements occidentaux, à leur tête ceux des États-Unis et de la France. Si le projet de Brandt ne dérivait pas, à l’origine, des desseins de Washington ou de Paris, il était néanmoins indispensable d’assurer une démarche coordonnée et si possible harmonisée entre les pays occidentaux. Il ne s’agissait pas, en cette matière, d’une question d’opportunité politique ou seulement d’un souci de prudence. L’objectif à moyen terme, la transformation des rapports Est-Ouest, ne pouvait être atteint que si les différents acteurs concernés mettaient leur poids dans la balance et contribuaient ainsi à faire basculer l’Europe dans l’ère des négociations.

  • 14 Texte in : Dokumente zur Deutschlandpolitik, série IV, vol. 10/1964, pp. 877 – 883 ; texte repris (...)

18Le mémorandum que Brandt, encore maire de Berlin, fit parvenir, à la date du 26 août 1964, au secrétaire d’État américain Dean Rusk, est significatif à cet égard14. Les considérations développées témoignent d’abord de l’espoir que Brandt mettait dans le processus de différentiation en Europe de l’Est, dont il croyait pouvoir déceler de nombreuses manifestations. Les cas de la Yougoslavie et de la Roumanie, de la Pologne et, un peu plus tard, de la Tchécoslovaquie ainsi que – à un autre niveau – du Parti communiste italien attiraient son attention. Le bloc de l’Est paraissait de moins en moins monolithique. En même temps, il était évident que le cas de la RDA était particulier en ce sens que le régime de Berlin-Est ne pouvaient pas se reorienter vers une histoire nationale propre susceptible de servir de base à une prise de distance par rapport à Moscou. En effet, la RDA s’efforçait de faire figure de « meilleur élève » du bloc communiste, toujours prête à dénoncer les manquements à la discipline des « pays frères ».

19En tout état de cause, le plan que développait Brandt consistait à encourager et à renforcer l’évolution différenciée en Europe de l’Est à travers la multiplication des contacts, des échanges, des coopérations à tous les niveaux. Aux États et aux différentes organisations ouest-européennes ou internationales de jouer de leur côté un rôle actif dans cette politique d’ouverture, à leur tête les États-Unis et la Communauté économique européenne (CEE), mais aussi le GATT et les organisations de l’ONU. C’est dire à quel point Brandt avait tiré un trait sur toute idée de règlement isolé de la question allemande. Seul un processus global pouvait, à terme, induire le changement en Europe à partir duquel les relations entre les deux parties de l’Allemagne pourraient être améliorées.

  • 15 L’expression est de Brandt, Mémorandum pour Rusk (note 14), p. 883.
  • 16 Cf. son plaidoyer pour de « nouvelles tâches » pour l’Alliance et contre « l’excès de bilatéralism (...)
  • 17 Cf. le discours de Brandt à cette réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, le 24 j (...)
  • 18 Ainsi la motion adoptée par le Congrès du SPD à Nuremberg, en mars 1968, cit. d’après Klaus Schönh (...)

20Il allait sans dire, pour Brandt, que les organisations existantes des pays occidentaux, l’OTAN ou la CEE, n’étaient nullement à disposition, même dans une perspective à long terme. À eux d’évoluer, de s’adapter et d’apporter leur contribution au « rétablissement de l’Europe »15 dans son ensemble. L’accent mis sur l’approche multilatérale devint même la marque de la politique de Brandt, une fois qu’il eût accédé au ministère des Affaires étrangères, en décembre 1966. Ainsi, les recommandations du « rapport Harmel » (décembre 1967) sur le double objectif de l’Alliance atlantique, la sécurité et la détente, allaient tout à fait dans ce sens16. Le « signal de Reykjavik », par lequel l’OTAN se déclarait prête à des négociations sur la réduction équilibrée des armements en Europe (juin 1968), devait beaucoup à l’engagement direct du ministre allemand17. La réforme de l’OTAN, selon la position que Brandt fit adopter par le parti social-démocrate, ne devait « pas affaiblir l’Alliance atlantique, mais contribuer à la diminution des tensions Est-Ouest »18.

  • 19 Etude « Betr. : Europäische Sicherheit », 7 juin 1968, papiers Egon Bahr, vol. 396 ; reproduit in  (...)

21Au même moment Egon Bahr, à la tête de la « cellule prévisions » de l’Auswärtiges Amt, élaborait différents scénarios sur l’évolution possible des conditions de sécurité en Europe à très long terme. Le plus avancé de ces modèles allait jusqu’au remplacement des pactes militaires existants – l’OTAN et le Pacte de Varsovie – par un système de sécurité fondé sur des accords européens19. S’il s’agissait bien d’un exercice théorique, loin de la pratique politique, il est certain que Bahr, en ce moment précis, misait toujours sur une transformation de la situation européenne qui offrirait des chances au rapprochement des Allemands de l’Est et de l’Ouest.

  • 20 Pour une vue d’ensemble : Arnulf Baring, Machtwechsel. Die Ära Brandt-Scheel, Stuttgart, 1982, pp. (...)
  • 21 Peter Bender, Offensive Entspannung. Möglichkeit für Deutschland, Cologne, 1964.
  • 22 Eberhard Schulz, An Ulbricht führt kein Weg vorbei. Provozierende Thesen zur deutschen Frage, Hamb (...)
  • 23 Martin Greschat, « Protestantismus und Evangelische Kirche in den 60er Jahren », in : Axel Schildt (...)
  • 24 Chiffres de l’Institut de sondage Allensbach, cités d’après Schönhoven (note 18), p. 394.
  • 25 Manuela Glaab, Deutschlandpolitik in der öffentlichen Meinung. Einstellungen und Regierungspolitik (...)

22Un facteur crucial et plutôt porteur fut l’évolution de l’opinion publique allemande. D’abord réticente car habituée aux discours de la Guerre froide et de la confrontation, elle était de plus en plus consciente de la nécessité de regarder les réalités en face et d’établir des relations pacifiées avec l’ensemble des voisins de l’Est.20 Il était temps de régler les comptes avec le passé et de prendre acte de la situation que la Seconde Guerre mondiale avait engendrée. Ce débat – au-delà du SPD et d’une partie du parti libéral FDP – fut porté par des journaux du centre-gauche (« Die Zeit », « Frankfurter Rundschau », « Süddeutsche Zeitung », « Der Spiegel »), d’écrivains et de publicistes21, certains universitaires22 et aussi, dès 1965, par des instances des Églises protestante et catholique23. Des positions, encore isolées ou minoritaires au cours de la première moitié des années 1960, recueillirent un consentement beaucoup plus large vers la fin de la décennie. Si l’on en croit les sondages, la part des Allemands de l’Ouest favorables à la reconnaissance de la frontière Oder-Neiße fit un bond considérable en très peu de temps, passant de 27 % en février 1966 à 47 % en novembre 196724. Parallèlement, la réticence à l’égard d’une éventuelle reconnaissance de la RDA restait relativement stable. Jusqu’à la veille des élections législatives en 1969, moins d’un tiers des sondés s’y déclarait favorable25. Tout en prenant en compte cette évolution des mentalités à laquelle il avait lui-même contribué, Brandt avait soin de ne pas brusquer les choses. Son discours évoluait peu à peu au rythme de ce que l’opinion publique allemande était prête à accepter en termes de reconnaissance des réalités. Il évoluait aussi en fonction de la situation internationale.

  • 26 Note de Carstens, 17 octobre 1966, « Die Problematik unserer Deutschland-Politik », in : AAPD 1966 (...)
  • 27 Pour une analyse critique de la « doctrine Hallstein », cf. Werner Kilian, Die Hallstein-Doktrin. (...)

23À la vérité, les conditions d’un règlement favorable aux vues de Bonn des rapports entre les deux Allemagnes ne cessaient de se dégrader. C’était là non seulement la conviction de Brandt et de Bahr, mais également le constat que faisait l’influent secrétaire d’État à l’Auswärtiges Amt, Karl Carstens, à l’automne 1966, à la fin du gouvernement Erhard26. Carstens n’était pas loin de dresser un véritable constat d’échec de la « Deutschlandpolitik » de Bonn. Malgré tous les efforts, cette stratégie n’aurait pas permis de se rapprocher de l’objectif affiché, la Réunification. Pire, l’évolution vers une politique de détente internationale risquait désormais de conduire Bonn dans « un isolement croissant ». Carstens avait peu d’illusions sur l’efficacité de la « doctrine Hallstein », toujours plus difficile et coûteuse dans son application, en particulier dans le Tiers Monde et dans des instances internationales. Le secrétaire d’État faisait le constat amer que même les alliés occidentaux se montraient de moins en moins enclins à défendre la revendication traditionnelle de Bonn de représenter seule Allemagne dans son ensemble (« Alleinvertretungsanspruch »)27. Toutefois, si Carstens n’avait guère de doute quant à la révision inéluctable de la politique allemande, il s’abstint de proposer les formes et les conditions d’une approche alternative.

  • 28 Joachim Scholtyseck, Die Außenpolitik der DDR, Munich, 2003, p. 26 ; Karl-Heinz Schmidt, Dialog üb (...)
  • 29 Intervention de Brandt devant le groupe parlementaire du SPD au Bundestag, 11 avril 1967, in : Wil (...)

24La RDA tendait à durcir sa position au fur et à mesure que Bonn se montrait plus souple dans son approche de la question allemande. En fait, à partir de 1967, elle érigea en préalable à toute négociation avec Bonn sa pleine reconnaissance en tant qu’État souverain. Alarmée par l’établissement des relations diplomatiques entre l’Allemagne fédérale et la Roumanie (en janvier 1967), elle exigeait désormais des « pays frères » qu’ils subordonnent toute « normalisation » de leurs rapports avec la RFA à sa propre reconnaissance par Bonn (« doctrine Ulbricht »)28. Ce durcissement, validé en février 1967 par les pays du Pacte de Varsovie, correspondait au souci primordial de Moscou de mettre un terme aux velléités d’autonomie à l’intérieur du camp socialiste ainsi qu’aux essais de contournement de la RDA par la diplomatie de Bonn. Selon Brandt, l’Union soviétique était également tentée, en cette période, par une stratégie de détente sélective visant à singulariser la RFA afin de mieux imposer ses conditions. Une raison de plus pour mettre l’accent sur l’intégration de la démarche ouest-allemande dans une politique coordonnée entre Occidentaux. À tous égards, la concertation « Ouest-Ouest » restait la condition indispensable pour mener une politique Est-Ouest conduisant à des résultats favorables29.

25Dans ce contexte, le facteur temps était fondamental dans la perspective ouest-allemande : si la RDA pouvait obtenir par ses propres moyens une reconnaissance internationale toujours plus large, Bonn perdait l’un de ses rares atouts, la levée du veto de fait contre l’admission généralisée de la RDA en tant que deuxième État allemand. Brandt et de Bahr étaient donc convaincus qu’il fallait engager des négociations tant que l’Est, et d’abord Moscou, trouvait encore avantage à payer un certain prix pour la reconnaissance du statu quo par la RFA. Des initiatives telles que la conférence sur la sécurité européenne, (re-) lancée par l’Union soviétique en juillet 1966 (déclaration de Bucarest), tendaient de toute évidence à consolider la position de la RDA, si ce n’était pas l’un de ses objectifs majeurs.

  • 30 Cf. Werner Link, « Die Deutschlandpolitik der Bundesregierungen Erhard und der Großen Koalition (s (...)
  • 31 Deutscher Bundestag, Stenographische Berichte, 5e législature, pp. 3656 – 3665.
  • 32 Le 13 octobre 1967 devant le Bundestag : Stenographische Berichte, 5e législature, pp. 63 – 60.

26La grande coalition entre chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates, formée en décembre 1966, s’employa à modifier l’approche de la « question allemande »30. Dès son discours d’investiture, le 13, le chancelier Kurt Georg Kiesinger affirma admettre des contacts avec les autorités est-allemandes, dans la mesure où ils étaient nécessaires au le développement de relations humaines, économiques et culturelles31. En juin 1967, il prit sur lui de répondre, pour la première fois, à une lettre de Willy Stoph, chef du gouvernement de la RDA. Toutefois, il était hors de question d’envisager une quelconque « reconnaissance » étatique, ce qui conduisait Kiesinger à des contorsions terminologiques à l’image de cette évocation du « phénomène (« Phänomen ») avec les représentants duquel j’ai entamé une correspondance »32.

  • 33 Cf. Schönhoven (note 18), pp. 380 – 408 ; Philipp Gassert, Kurt Georg Kiesinger 1904 – 1988. Kanzl (...)

27Pour une grande partie des députés chrétiens-démocrates, les modestes signes d’ouverture allaient déjà trop loin dans l’abandon des positions traditionnelles et risquaient de miner tout l’édifice de la « Deutschlandpolitik »33. Il en allait ainsi du rétablissement des relations diplomatiques avec la Yougoslavie, en janvier 1968, qui revenait à une révision au moins partielle de la « doctrine Hallstein ». La crainte de déclencher un raz-de-marée international de reconnaissances de la RDA n’était pas tout à fait absurde. Il fallait beaucoup de subtilité pour expliquer pourquoi la présence de deux ambassadeurs allemands à Belgrade était désormais acceptable aux yeux de Bonn, alors qu’elle ne l’était toujours pas à New Delhi ou au Caire.

  • 34 Lettre de Kiesinger à Brandt, 22 août 1967, in : AAPD 1967, doc. no 306.
  • 35 Lettre de Kiesinger à Brandt, 30 juin 1967, Willy-Brandt-Archiv in Archiv der sozialen Demokratie (...)

28Si le chancelier ne réussit pas à imposer à la majorité de son parti une nouvelle ligne, les divergences avec Willy Brandt furent plus éclatantes encore. À plusieurs reprises, Kiesinger tenta de rappeler son ministre des Affaires étrangères à l’ordre, lorsque lui ou son entourage employaient des termes allant – à son goût – trop loin dans le sens de la reconnaissance de la RDA34. Pour ces mêmes raisons, il souhaitait aussi proscrire la formule selon laquelle le gouvernement de Bonn était « prêt à vivre en coexistence pacifique avec la RDA »35.

  • 36 A cet égard, cf. l’étude récente de Julia von Dannenberg, The Foundations of Ostpolitik. The makin (...)

29Les transgressions terminologiques n’avaient rien d’un hasard. Dans des discussions et notes internes à l’Auswärtiges Amt, Bahr et ses collaborateurs élaboraient une conception selon laquelle la politique de renoncement à la force devait non seulement s’adresser aux pays de l’Est, mais aussi inclure la RDA, tout en marquant la spécificité de celle-ci. Dans le même esprit fut aussi développée l’idée de concevoir l’Ostpolitik comme un ensemble interdépendant, dans lequel l’établissement de contacts inter-allemands devait renforcer l’intérêt qu’avait Moscou à affirmer son leadership et à engager un dialogue substantiel avec Bonn36. Or, ces considérations dépassaient les compromis précaires sur lesquels était fondée la grande coalition. À chaque échéance de longues et laborieuses négociations internes furent nécessaires pour arrêter des positions sur les conditions du dialogue avec Moscou ou Berlin-Est qui maintenaient pour leur part des exigences maximalistes. Par ailleurs, aucune décision ne fut possible, à l’intérieur de la coalition, sur la signature du traité de non prolifération nucléaire.

  • 37 Hans-Peter Schwarz, « Die Regierung Kiesinger und die Krise in der ČSSR 1968 », in : Vierteljahrsh (...)
  • 38 Lettre de Bahr à Brandt, 19 août 1968, papiers Egon Bahr, AdsD, vol. 399/1.
  • 39 Discours de Tutzing, cf. note 9.
  • 40 Cf. la déclaration de Brandt à propos des événements en Tchécoslovaquie, le 22 août 1968, in : Bra (...)

30L’intervention soviétique pour réprimer le « Printemps de Prague » eut relativement peu d’impact sur les conceptions de Brandt. On sait que les gouvernements occidentaux, de Washington à Paris, s’abstinrent de considérer la mise au pas de la Tchécoslovaquie comme un événement de nature à compromettre les relations Est-Ouest en Europe37. Bahr, qui s’était rendu dans la capitale tchécoslovaque à plusieurs reprises, n’avait pas vu venir le « coup de Prague ». Sous-estimant le danger imminent, il conseillait encore à Brandt, le 19 août 1968, de se rendre lui-même à Prague pour rencontrer Alexander Dubček38. Il est vrai qu’il était tentant de voir dans l’évolution en Tchécoslovaquie le signe d’une évolution possible à l’intérieur du bloc de l’Est et de la transformation d’un régime en un socialisme « à visage humain ». Toutefois, les changements avaient largement dépassé les « doses homéopathiques » que Bahr lui-même avait envisagées en 1963 afin d’éviter des contrecoups violents39. « L’action impérialiste » de Moscou, selon la formule de Brandt, ramenait à plus de réalisme, s’il en était besoin, et rappelait combien on était loin d’un « ordre de paix européen » respectueux du droit des peuples à l’autodétermination. L’orientation fondamentale vers une politique de dialogue restait pourtant juste, insista Brandt, « même si d’autres tentaient de s’y soustraire »40.

  • 41 Note de Bahr, « Ostpolitik nach der Besetzung der CSSR », 1.10.1968, in : AAPD 1968, doc. no 324.
  • 42 Projet pour la note citée ci-dessus, 19.9.1968, papiers Egon Bahr, AdsD, vol. 399/3. Brandt avait (...)

31Au niveau opérationnel Bahr tirait la conclusion qu’il s’agissait désormais, plus que jamais, « d’accorder la priorité à l’Union soviétique »41. Dans son analyse « L’Ostpolitik après l’occupation de la ČSSR » il préconisait une initiative allemande après la « consolidation » de la situation en Tchécoslovaquie qui serait d’autant plus propice qu’elle contenait la « reconnaissance de quelques éléments du statu quo ». La tendance était donc, d’une part, à la prise en compte des rapports de force existants. Mais, d’autre part, Bahr continuait à insister sur « l’érosion de la sphère d’intérêts soviétique » ce qui l’amenait à considérer l’objectif du dépassement du statu quo comme toujours valable. Brandt se montrait sensiblement plus prudent et plus sceptique. Sur la note de Bahr, il remplaçait de sa main l’expression de « dépasser le statu quo » par le terme, plus modeste, de « modifier » le statu quo42. Le choix des mots signale, pour une fois, une différence d’appréciation entre lui et son proche conseiller.

  • 43 Brandt (note 2), p. 184 ; Bahr (note 2), pp. 217 – 220 ; Gray (note 27), pp. 205 – 212.

32Pour le débat plus large, en République fédérale, l’invasion de la Tchécoslovaquie eut surtout pour effet de polariser les positions. Au printemps 1969, la grande coalition se disputa sur l’attitude à adopter face à la reconnaissance de la RDA par le Cambodge. On décida le « gel » des relations, ce qui conduisit Phnom Penh à proclamer la rupture. Les hésitations et tergiversations dont Bonn avait fait preuve à cette occasion, somme toute mineure, donnaient naissance à un néologisme : « cambodger »43. La grande coalition avait manifestement épuisé ses capacités d’agir politiquement.

  • 44 Jusqu’à la fin de 1969, 19 pays du monde avaient reconnu la RDA dont six au cours de l’année 1969. (...)

33Si la RDA, jusqu’en 1969, n’avait pas réussi sa « percée » sur la scène internationale, il ne pouvait guère y avoir de doute : une évolution irréversible était engagée et elle allait plutôt s’accélérant44.

La politique des traités – aboutissement et point de départ

  • 45 Note de Bahr, « Überlegungen zur Außenpolitik einer künftigen Bundesregierung », 18.9.1969, in : A (...)

34Les documents disponibles depuis quelques années nous renseignent avec une assez grande précision sur l’analyse que l’on faisait dans l’entourage de Brandt de l’état des relations Est-Ouest au moment où il accéda au poste de chancelier, en octobre 1969. Les réflexions de Bahr sur « la politique étrangère d’un futur gouvernement fédéral », à la date du 18 septembre 1969, montrent que l’on ne s’attendait nullement à des évolutions rapides, mais à un processus de négociation difficile et semé d’embûches45. Bien que le pronostic fût établi que l’Union soviétique aurait à affronter des difficultés grandissantes d’ordre économique et technologique, mais aussi de cohésion de son camp, celles-ci ne devaient pas remettre en cause l’existence du régime. Pas question non plus, comme le précisa Bahr, « de s’attendre à des progrès dans le sens d’une Réunification selon les conceptions classiques de l’Ouest ».

35En revanche, ce qui devait constituer l’enjeu essentiel de la politique des années à venir c’était d’amener la RDA à la signature d’un accord cadre qui devait, certes, lui apporter la reconnaissance de sa qualité d’État, mais qui devait aussi préserver l’idée de la nation allemande. La RDA ayant potentiellement le plus à perdre dans un contexte de détente et de coopération, Bahr misait sur l’intérêt qu’avait Moscou à obtenir des dirigeants est-allemands les concessions nécessaires et sur les pressions qui s’ensuivraient. Par ailleurs, des gestes appropriées (renonciation à la force au niveau européen, reconnaissance de la frontière Oder-Neiße, signature du traité de non-prolifération) devaient déloger la RDA de la « position de barrage » qu’elle détenait en raison d’une certaine solidarité des pays est-européens. Objectifs affichés de cette stratégie : empêcher l’approfondissement de la séparation des Allemands et sécuriser la situation de Berlin.

  • 46 Déclaration devant le Bundestag, le 28 octobre 1969, in : Deutscher Bundestag, Stenographische Ber (...)

36Dès sa déclaration de politique générale, le 28 octobre 1969, Brandt franchissait le cap décisif : « Même si deux États existent en Allemagne, ils ne sont pas étrangers l’un pour l’autre ; leurs relations ne peuvent que revêtir un caractère particulier »46. Pour la première fois dans l’histoire de la République fédérale un chancelier qualifiait la RDA d’« État ». Ainsi, Brandt avait choisi d’abattre d’emblée la carte essentielle de la reconnaissance officielle tout en précisant la ligne qu’il n’entendait pas franchir : dans leurs rapports bilatéraux, les deux États se situaient désormais à un niveau d’égalité et ne se contestaient plus le droit d’agir au nom des populations respectives. En même temps, les deux États restaient dans le cadre de la nation allemande, en premier lieu par respect pour l’Histoire et sens des responsabilités pour la population est-allemande. La reconnaissance étatique restait en-deça de la pleine reconnaissance en droit international que Brandt excluait formellement.

  • 47 Sur le processus de décision, cf. toujours Günther Schmid, Entscheidung in Bonn. Die Entstehung de (...)

37La rapidité avec laquelle le nouveau gouvernement procédait, sur de nouvelles bases, à l’ouverture de pourparlers – d’abord avec Moscou, ensuite avec Varsovie et Berlin-Est – pouvait surprendre47. Elle s’explique par la période de préparation qui s’était étalée sur plusieurs années et par le fait que, dans la conception allemande, ce qui était acceptable et nécessaire et ce qui ne l’était pas était assez clairement défini. Cependant, les écueils et les inconnues étaient multiples, puisqu’il fallait trouver des solutions qui seraient de nature à satisfaire à la fois les vues de Bonn sur la spécificité des relations interallemandes et la volonté de Moscou de fixer le statu quo de manière définitive, tout en obtenant – à l’avenir – la ratification parlementaire et l’aval de la Cour constitutionnelle en RFA. Qui plus est, les droits que les Alliés détenaient pour l’Allemagne dans son ensemble ne devaient pas être touchés et un accord sur Berlin, que seules les quatre puissances victorieuses pouvaient négocier, devait établir l’équilibre du « donnant-donnant ». Quant au fond, il s’agissait de (ré-) affirmer l’engagement de renonciation à la force et d’appliquer cet engagement, de manière explicite, aux frontières, d’abord à celle qui séparait les deux États allemands et à celle sur l’Oder et Neiße. Cette forme de reconnaissance de la « réalité existante » devait constituer la base des relations bilatérales ultérieures.

  • 48 Cf. les comptes rendus dans les AAPD 1970, tome 1 et 2 ; voir, en particulier, la note de Bahr du (...)
  • 49 Wjatscheslaw Keworkow, Der geheime Kanal. Moskau, der KGB und die Bonner Ostpolitik, Berlin, 1995, (...)
  • 50 Cf. le texte du traité et des documents annexes in : Bulletin der Bundesregierung, 17 août 1970, n(...)
  • 51 Cf. l’entretien Scheel-Gromyko du 6 août 1970, in : AAPD 1970, no 375.
  • 52 Cf. l’évocation de la question dans l’entretien Brandt-Brejnev, le 12 août 1970, in : AAPD 1970, n(...)

38Dès le départ, l’attention se focalisa sur les négociations avec l’Union soviétique qu’Egon Bahr prit en main, à Moscou, à partir de la fin janvier 197048. Signe de la complexité du côté soviétique : à l’initiative du Kremlin, fut établi, fin 1969, un contact direct avec la chancellerie de Bonn que Brandt et Bahr pouvaient utiliser pour débloquer des situations difficiles49. Pour Bonn, l’objectif était d’assortir sa reconnaissance des réalités d’éléments crédibilisant l’idée selon laquelle l’évolution vers une forme d’unité allemande restait possible. D’où l’importance de ne pas qualifier les frontières d’« intangibles », comme Moscou l’aurait souhaité, mais d’« inviolables ». D’où aussi l’idée de transmettre au Kremlin, lors de la signature du traité, une « lettre sur l’unité allemande » qui affirmerait que le traité n’était « pas en contradiction avec l’objectif politique de la République fédérale d’œuvrer pour un état de paix en Europe dans lequel le peuple allemand, en se déterminant librement, recouvre son unité »50. Lors des entretiens – plus de 50 heures – que Bahr eut au total avec Andreï Gromyko, ministre des Affaires étrangères, et la phase finale des négociations conduites par Walter Scheel, en juillet/août 1970, d’autres demandes de la partie allemande ne purent aboutir, en particulier celle d’insérer une référence, dans le traité ou ses annexes, à la situation de Berlin51. Bonn insista donc dans des déclarations unilatérales sur le lien étroit qui existait à ses yeux entre le traité de Moscou, signé le 12 août 1970, et un « règlement satisfaisant » pour la ville au statut quadripartite52. Ce « junktim » de fait devait non seulement stimuler l’intérêt soviétique, mais aussi mettre les trois alliés occidentaux devant leur responsabilité.

  • 53 Cf. l’analyse du négociateur allemand : Georg Ferdinand Duckwitz, « Die Wende im Osten », in : Auß (...)
  • 54 Texte in : Bulletin der Bundesregierung, 8 décembre 1970, no 171, p. 1814.

39Le traité de Varsovie du 7 décembre 1970 marqua une césure importante dans les relations germano-polonaises. Il était entendu qu’il plaçait la reconnaissance de la frontière Oder-Neiße avant toutes les autres considérations53. La précision des signataires qu’ils n’avaient « pas de revendications territoriales et ne les auraient pas non plus à l’avenir » allait aussi loin que possible dans l’engagement pour la pérennité de la frontière. Dans une allocution télévisée depuis Varsovie, Brandt ne laissa pas le moindre doute sur la perte définitive des anciens territoires de l’Est, appelant Polonais et Allemands à dépasser les souffrances d’un passé douloureux54.

  • 55 « Note du Président de la République », 26 mars 1970, « Négociation sur Berlin », Archives nationa (...)
  • 56 Sur la mise en place de ce « back channel » et l’accélération des négociations sur Berlin, cf. For (...)

40D’un règlement qui assurerait la sécurité et la viabilité de Berlin (-Ouest), le gouvernement de Bonn attendait la contrepartie de sa politique de « normalisation ». Quand les ambassadeurs des quatre puissances victorieuses entamèrent leurs discussions, le 26 mars 1970, dans l’immeuble de l’ancien Conseil de contrôle allié, les chances d’aboutir à un résultat favorable sur la base du statut quadripartite étaient considérées comme très limitées. Pour cette raison, Georges Pompidou s’était montré plus que réservé sur l’opportunité de lancer ces pourparlers55. Les Occidentaux semblaient en position de faiblesse et guère en mesure d’obtenir des améliorations. Or, avec le temps, Moscou intégrait dans ses dispositions le fait que la ratification de son traité bilatéral par le Bundestag se jouait à Berlin et que, de surcroît, le maintien, en pointillé, du cadre quadripartite pour l’ensemble de Berlin ne représentait pas que des inconvénients. Bonn insista en outre pour que les Américains mettent tout leur poids dans la balance. À partir du printemps 1971, des compromis décisifs furent arrêtés, dans des négociations parallèles, entre Egon Bahr et les ambassadeurs américain et soviétique à Bonn56.

  • 57 Cf., parmi d’autres documents publiés, l’analyse de l’accord par l’Auswärtiges Amt du 25 août 1971 (...)

41L’objectif de Bonn consistait à maintenir le principe des responsabilités quadripartites dans la mesure où elles constituaient le seul recours efficace contre la prise en otage de Berlin-Ouest par la RDA par la perturbation des voies d’accès. Bien que les Quatre s’abstinrent, dans l’accord sur Berlin signé le 3 septembre 1971, de définir leurs positions (divergentes) concernant le statut juridique de la ville, l’engagement auquel souscrivit l’Union soviétique était sans ambiguïté : le transit des personnes civiles et des marchandises entre Berlin-Ouest et la RFA serait à l’avenir « sans entraves » et même « facilité ». En outre, l’accord stipulait que les « liens » entre Berlin-Ouest et la RFA pouvaient être « maintenus et développés », même si la ville continuait à ne pas faire partie de la RFA et n’était pas gouvernée par elle57. Les couleuvres que la RDA dut avaler étaient de taille. Berlin-Ouest se trouvait largement conforté dans sa viabilité, en même temps que l’Union soviétique limitait la souveraineté de la RDA sur les voies d’accès à Berlin-Ouest.

  • 58 Cf. le projet de traité, envoyé par Ulbricht au président de la RFA, Gustav Heinemann, le 17 décem (...)
  • 59 Mario Frank, Walter Ulbricht. Eine deutsche Biografie, Berlin, 2001, pp. 401 – 427 ; Jochen Staadt (...)
  • 60 Cf. l’analyse détaillée de Schmidt (note 28), pp. 228 – 246 ; pour l’ensemble, cf. Wentker (note 1 (...)

42À quel point Brandt et Bahr étaient-ils informés des dissensions internes entre Moscou et Berlin-Est qui se manifestèrent dès 1969 ? La réponse n’est pas aisée. Comme on pouvait s’y attendre, les dirigeants est-allemands avaient réagi à l’ouverture de Bonn en réaffirmant leurs positions maximalistes, le rejet de toute idée d’unité de la nation ou la reconnaissance de Berlin-Ouest comme « entité politique indépendante »58. Il semble pourtant que, sans développer de projets précis, Walter Ulbricht avait tendance à jouer sa propre partition, tout en maintenant les exigences traditionnelles59. Or, les dirigeants du Kremlin, à leur tête Léonid Brejnev, ne souhaitaient pas courir le risque d’interférences et entendaient garder la pleine maîtrise de l’évolution. La priorité absolue devait revenir aux pourparlers de Moscou avec Bonn et ce serait Moscou qui déciderait des concessions nécessaires. Ainsi, dès ses entretiens à Berlin-Est, le 24 février 1970, Gromyko fit comprendre à ses interlocuteurs que la reconnaissance en droit international de la RDA et de la frontière inter-allemande pourrait ne pas figurer dans le traité germano-soviétique en négociation60.

  • 61 Ulbricht : « Wenn Brandt neue Ostpolitik macht, dann machen wir eine neue Westpolitik, und zwar ei (...)
  • 62 Pour une perspective plus large, cf. Monika Kaiser, Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktio (...)
  • 63 Compte rendu de l’entretien Brejnev – Honecker, le 28 juillet 1970, in : Peter Przybylski, Tatort (...)

43On sait qu’à partir de la fin de l’année 1969, Erich Honecker se présenta aux dirigeants du Kremlin, avec une insistance croissante, comme alternative personnelle à Ulbricht. Si ce dernier souhaitait réagir à l’Ostpolitik de Bonn par des initiatives propres, Honecker offrait toutes les garanties pour appliquer les consignes de Moscou sans la moindre déviation. Dès les premières discussions au sein du Politbüro, le 30 octobre 1969, sur l’attitude à adopter face au nouveau cours de Bonn, Ulbricht avait prôné une « nouvelle Westpolitik » active, tandis que Honecker restait sur une ligne nettement plus orthodoxe qui affectait de ne guère faire de différence entre l’approche du gouvernement Brandt et celle de ses prédécesseurs61. En 1970, tout en s’engageant elle-même dans des négociations avec Bonn, Moscou confinait Berlin-Est – s’il en était besoin – dans un rôle défensif. Dès lors, le déclin d’Ulbricht était engagé, même si son remplacement officiel par Honecker ne devait intervenir qu’au début de mai 197162. En juillet 1970, Brejnev s’adressait à Honecker en des termes on ne peut plus clairs : « Il n’y a pas et il ne doit pas y avoir de processus de rapprochement entre la RFA et la RDA »63. C’est dire l’étroitesse de la marge de manœuvre dont la RDA disposa dans la relation triangulaire Moscou-Bonn-Berlin-Est pendant toute la phase des traités. Brandt et Bahr l’avaient anticipée. Le problème de l’Ostpolitik de Bonn était de trouver des ouvertures malgré la politique de « démarcation ».

  • 64 Compte rendu in : Dokumente zur Deutschlandpolitik (note 58), no 233.
  • 65 Bahr (note 2), pp. 381 – 428 ; cf. les extraits des entretiens principaux, y compris ceux entre Ba (...)
  • 66 Sur l’ensemble, cf. Mary Elise Sarotte, Dealing with the Devil. East Germany, Détente and Ostpolit (...)

44Dans ce contexte, les rencontres spectaculaires entre Willy Brandt et Willy Stoph, le 19 mars 1970 à Erfurt et le 21 mai suivant à Kassel, ne pouvaient guère servir à plus qu’à marquer les positions respectives et à prendre date. Après une « pause de réflexion », les discussions reprirent avec un premier entretien entre Egon Bahr et son homologue est-allemand, Michael Kohl, le 27 novembre 197064. Mais cette fois, ce furent surtout les trois alliés occidentaux qui ne virent pas d’un bon œil que la RFA et la RDA – réticente – engagent des discussions abordant aussi le sujet de Berlin. Il fallut donc attendre la signature de l’accord sur Berlin pour que Bahr et Kohl puissent officiellement négocier d’abord un complément à celui-ci (sur le « transit »), ensuite sur les problèmes de transport, avant d’entamer enfin, en juin 1972, les pourparlers sur ce qui allait être le « Traité fondamental »65. Comme son nom l’indique, il devait poser le cadre des futures relations interallemandes. Paraphé avant les élections au Bundestag (19 novembre 1972), il ne fut signé que le 21 décembre, après que les électeurs eurent donné une large majorité à la politique menée par Willy Brandt et son gouvernement66.

  • 67 Cf. Zündorf (note 50), pp. 211 – 310.
  • 68 Cf. les attendus du jugement in : Zehn Jahre Deutschlandpolitik (note 58), pp. 232 – 243.

45Le Traité fondamental appliquait au cas spécifique des deux États allemands le schéma général de l’Ostpolitik : établissement de « relations normales de bon voisinage sur la base de l’égalité », « inviolabilité de la frontière existante », volonté de régler, au fur et à mesure de la « normalisation » de leurs relations, les questions pratiques et humanitaires67. Si les deux parties affirmaient avoir « des avis divergents sur des questions fondamentales, dont la question nationale », chacun pouvait se voir confirmé dans sa vision par différentes dispositions : la RDA, comme Moscou, dut accepter de recevoir la « lettre sur l’unité allemande » et se contenter de l’installation de « représentations permanentes » au lieu d’ambassades. La RFA, de son côté, consentit à l’entrée des deux États allemands à l’ONU, symbole international de souveraineté. Plus tard, dans sa décision très attendue du 31 juillet 1973, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe devait constater ce « double caractère » du Traité fondamental, tout en concluant qu’il était « conforme » à la Loi fondamentale et en particulier à son exigence d’une politique en faveur de l’établissement de l’unité allemande68.

46L’essentiel pour Bonn étant les aspects humanitaires, les autres engagements contenus dans des échanges de lettres au sujet du regroupement familial, des visites et des voyages ou encore des facilités de travail pour des journalistes portaient l’espoir de toucher la vie réelle et de permettre le maintien ou le développement de liens malgré l’opposition persistante des systèmes.

  • 69 Bahr (note 2), p. 424.
  • 70 Discours de Bahr à propos du Grundlagenvertrag, 15 février 1973, in : Bulletin der Bundesregierung (...)

47On connaît le mot d’Egon Bahr lors de la signature du traité, en réponse à un journaliste sur ses attentes : « Jusqu’alors nous n’avions pas de relations, maintenant nous allons en avoir de mauvaises, et c’est cela le progrès »69. On ne peut pas dire que Bahr, à cette période, n’avait pas mis en garde contre des espérances irréalistes, concernant en particulier la liberté d’expression ou de circulation. Celles-ci seraient « incompatibles avec le caractère d’un tel État » et si l’on formulait de telles exigences on demandait en fait l’abolition du système70.

48En effet, après l’entrée en vigueur du Traité fondamental, le 21 juin 1973, s’ouvrit la longue phase de cohabitation conflictuelle entre les deux États allemands qui allait perdurer jusqu’à la chute du Mur. Des ouvertures partielles et limitées contrastaient avec des blocages, des stagnations et le maintien de situations inhumaines.

49Au plan idéologique, Berlin-Est parachevait sans surprise sa politique de « démarcation » à l’égard de la RFA en écartant toute référence à « l’Allemagne » ou à la « nation allemande » dans la nouvelle constitution de la RDA d’octobre 1974.

  • 71 DDR – Handbuch, éd. par le Ministerium für innerdeutsche Beziehungen, Cologne,31985, pp. 634 et 63 (...)

50En matière humanitaire et d’échanges, les facilités qui allaient être aménagées entre les deux États allemands étaient loin d’être négligeables, mais butaient aussi sur des limites. Le nombre de voyages de RFA vers la RDA était multiplié par trois entre 1969 et 1976 (de 1 107 077 à 2 923 212). Le nombre d’appels téléphoniques dans le même sens était multiplié par environ 40 entre 1969 et 1979 (de 500 000 à 20,6 millions)71.

  • 72 Zehn Jahre Deutschlandpolitik (note 58), p. 29.
  • 73 Ibid., pp. 56 – 57, 63.

51Dans le domaine du commerce et de l’économie, la valeur des exportations ouest-allemandes en RDA doublait entre 1969 et 1975, tout comme les exportations de la RDA dans la même période. Parallèlement, la RDA utilisait de plus en plus les facilités de crédit sans intérêts que la RFA lui accordait dans le commerce inter-allemand (« Swing »)72. D’autres indicateurs étaient moins reluisants, comme le nombre restreint de ressortissants (non-retraités) de la RDA autorisés à voyager en RFA (env. 40 à 60 000 par an entre 1973 et 1984), la circulation modeste de livres et d’imprimés ou encore les conditions de travail difficiles des journalistes ouest-allemands accrédités en RDA73.

52Voilà le quotidien auquel avait abouti l’ouverture à l’Est sur le plan interallemand, loin d’un bouleversement profond des structures ou d’une remise en cause des systèmes. En revanche, les conséquences humaines de la division se trouvaient atténuées. Des phénomènes inattendus, au moins dans leur ampleur, comme le captage massif de la télévision ouest-allemande à l’Est ou encore les difficultés économiques croissantes de la RDA qui la renvoyaient, bien involontairement, aux rapports avec l’Ouest, contribuaient à ce que l’un n’était jamais véritablement étranger pour l’autre.

  • 74 Johannes L. Kuppe, « Die KSZE und der Untergang der DDR », in : Deutschland Archiv, 38 (2005) 3, p (...)

53Autre conséquence, et non des moindres : sur la scène internationale, les deux États allemands cessaient d’être un foyer de tensions permanentes au cœur de l’Europe. Pour la RDA toutefois la reconnaissance internationale n’eut pas l’effet attendu par ses dirigeants d’identification accrue des citoyens est-allemands avec « leur » État. Qui plus est : dans un système international plus ouvert, la RDA devait plus que jamais soutenir la comparaison avec la RFA dans tous les domaines. Les « standards » fixés dans l’Acte final de la conférence d’Helsinki, le 1er août 1975, allaient bientôt servir de référence pour des revendications en matière des droits de l’homme74.

Conclusion

  • 75 Richard Löwenthal, « Vom Kalten Krieg zur Ostpolitik », in : Id., Hans-Peter Schwarz (éd.), Die zw (...)

54Dans l’appréciation rétrospective de l’Ostpolitik de Willy Brandt, il ne faut pas commettre d’erreur de perspective ou d’anachronisme. L’essence de cette politique, au début des années 1970, était le souci de vérité et de réalisme. Il s’agissait de débarrasser la politique allemande d’illusions trop longtemps entretenues concernant les chances de Réunification, voire de retour des territoires de l’Est. L’ensemble des traités signifiait ainsi, selon l’analyse contemporaine mais toujours pertinente du politologue Richard Löwenthal, rien de moins qu’un acte d’auto-reconnaissance de la société ouest-allemande75. Le changement des générations aidant, la démocratie de Bonn n’était plus considérée comme un « État provisoire », mais inscrite dans la durée.

  • 76 Citation dans son discours « Deutsche Außenpolitik nach zwei Weltkriegen », Berlin, 6 octobre 1967 (...)

55Espérer des transformations à long terme et le maintien du droit inaliénable à l’autodétermination dont il n’était pas question de priver le peuple allemand était une autre question. Les architectes de l’Ostpolitik étaient certainement convaincus qu’en toute hypothèse, l’Histoire n’avait pas dit son dernier mot dans la « question allemande ». « Il n’y a pas un jour qui ne créerait de nouvelles réalités », telle était une conviction bien ancrée de Brandt76. La constellation d’un moment n’était jamais figée ni immuable.

56Au demeurant, l’horizon de travail était toujours « l’ordre de paix européen » dans lequel la coupure entre les deux blocs et donc entre les deux Allemagnes aurait laissé place à des rapports pacifiés et organisés. C’était déjà placer très haut l’ambition au regard des affrontements permanents et périlleux auxquels la Guerre froide avait donné lieu. Le retour à une unité étatique entre la RFA et la RDA, sous quelque forme que ce fût, paraissait tout à fait hors d’atteinte dans les années 1970, y compris pour ceux qui avaient conçu l’Ostpolitik et la détente à l’allemande dans le souci de sortir du blocage et d’ouvrir des perspectives d’avenir.

Notes

1 Cf. les synthèses de Peter Bender, Die Neue Ostpolitik und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munich, 1995 ; Heinrich Potthoff, Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 – 1990, Berlin, 1999.

2 Willy Brandt, Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960 bis 1975, Hambourg, 1976, pp. 9 – 41 ; Egon Bahr, Zu meiner Zeit, Munich, 1996, pp. 125s.

3 Willy Brandt, Erinnerungen, Francfort, Zurich, 1989, p. 64.

4 Wolfgang Schmidt, Kalter Krieg, Koexistenz und Kleine Schritte. Willy Brandt und die Deutschlandpolitik 1948 – 1963, Wiesbaden, 2001 ; Id., « Die Wurzeln der Entspannung. Der konzeptionelle Ursprung der Ost- und Deutschlandpolitik Willy Brandts in den fünfziger Jahren », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 51 (2003) 4, pp. 521 – 563 ; cf. aussi : Peter C. Speicher, The Berlin Origins of Brandt’s Ostpolitik, 1957 – 1966, Cambridge, 2000.

5 Discours du 25 novembre 1960, in : Willy Brandt, Auf der Zinne der Partei. Parteitagsreden 1960 bis 1983, éd. par Werner Krause et Wolfgang Gröf, Berlin, Bonn, 1984, pp. 23 – 40, ici p. 31.

6 Ibid., p. 32 (« Wir können uns eine selbstbewußte Ostpolitik leisten. »).

7 Hartmut Soell, « Die deutschlandpolitischen Konzeptionen der SPD-Opposition 1949 – 1961 », in : Erich Kosthorst, Klaus Gotto, Hartmut Soell, Die Deutschlandpolitik der Nachkriegsjahre. Zeitgeschichtliche und didaktische Ortsbestimmung, Paderborn, 1976, pp. 41 – 61 ; Kurt Klotzbach, Der Weg zur Staatspartei. Programmatik, praktische Politik und Organisation der deutschen Sozialdemokratie 1945 – 1965, Bonn, 21996, pp. 482 – 494.

8 Discours publiés dans l’ouvrage : Willy Brandt, Koexistenz – Zwang zum Wagnis, Stuttgart, 1963.

9 Cf. Dokumente zur Deutschlandpolitik, série IV, vol. 9/1963, pp. 572 – 575 ; cf. Bahr (note 2), pp. 152 – 161 ; dossier « Wandel durch Annäherung » dans les papiers Egon Bahr, Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, vol. 123/2 (désormais : AdsD) ; pour le terme, cf. aussi : Peter Bender, « Wandel durch Annäherung. Karriere eines Begriffs », in : Deutschland Archiv, 33 (2000) 6, pp. 971 – 978.

10 Pour plus de détails, cf. Andreas Vogtmeier, Egon Bahr und die deutsche Frage. Zur Entwicklung der sozialdemokratischen Ost-und Deutschlandpolitik vom Kriegsende bis zur Wiedervereinigung, Bonn, 1996, pp. 59 – 79.

11 Bahr (note 2), p. 157 ; Vogtmeier (note 10), p. 64 ; Hermann Wentker, Außenpolitik in engen Grenzen. Die DDR im internationalen System 1949 – 1989, Munich, 2007, p. 238.

12 Bon nombre de personnes s’y rendaient à plusieurs reprises et on chiffre les visites à 1,2 millions. Pour le contexte, cf. Gerhard Kunze, Grenzerfahrungen. Kontakte und Verhandlungen zwischen dem Land Berlin und der DDR 1949 – 1989, Berlin, 1999, pp. 79 – 132.

13 Willy Brandt, « Grundvorstellungen einer europäischen Friedensordnung », interview avec le Deutschlandfunk, 2 juillet 1967, in : Bulletin der Bundesregierung, 4 juillet 1967, no 70, pp. 604 – 607 ; Willy Brandt, « Notre objectif : un ordre de paix européen ». Discours prononcé devant le comité directeur de la Friedrich-Ebert-Stiftung, Düsseldorf, 30 novembre 1967, in : Willy Brandt, Paix. Discours et publications du lauréat du Prix Nobel de la Paix 1971, Bonn, 1971, pp. 57 – 72.

14 Texte in : Dokumente zur Deutschlandpolitik, série IV, vol. 10/1964, pp. 877 – 883 ; texte repris dans le recueil : Willy Brandt, Der Wille zum Frieden. Perspektiven der Politik, Hambourg, 1971, pp. 115 – 124.

15 L’expression est de Brandt, Mémorandum pour Rusk (note 14), p. 883.

16 Cf. son plaidoyer pour de « nouvelles tâches » pour l’Alliance et contre « l’excès de bilatéralisme dans les relations Est-Ouest » : Willy Brandt, « Entspannungspolitik mit langem Atem », in : Außenpolitik, 18 (1967), pp. 449 – 454 ; Vincent Dujardin, Pierre Harmel. Biographie, Bruxelles, 2004, pp. 637 – 657 ; Helga Haftendorn, « Entstehung und Bedeutung des Harmel-Berichtes der NATO von 1967 », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 40 (1992) 2, pp. 169 – 221 ; voir aussi : Andreas Wilkens, « Willy Brandt und die europäische Einigung », in : Mareike König, Matthias Schulz (éd.), Die Bundesrepublik Deutschland und die europäische Integration, 1949 – 2000. Politische Akteure, gesellschaftliche Kräfte und internationale Erfahrungen. Festschrift für Wolf Gruner, Stuttgart, 2004, pp. 167 – 184.

17 Cf. le discours de Brandt à cette réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, le 24 juin 1968, in : Brandt (note 14), pp. 199 – 205 ; cf. aussi : Brandt (note 2), pp. 189 – 191.

18 Ainsi la motion adoptée par le Congrès du SPD à Nuremberg, en mars 1968, cit. d’après Klaus Schönhoven, Wendejahre. Die Sozialdemokratie in der Zeit der Großen Koalition 1966 – 1969, Bonn, 2004, p. 424.

19 Etude « Betr. : Europäische Sicherheit », 7 juin 1968, papiers Egon Bahr, vol. 396 ; reproduit in : Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland (désormais : AAPD) 1968, doc. no 297 ; Walter F. Hahn, « West Germany’s Ostpolitik : the Grand Design of Egon Bahr », in : Orbis, 16 (Winter 1972), pp. 859 – 880 ; cf. Bahr (note 2), pp. 226 – 229.

20 Pour une vue d’ensemble : Arnulf Baring, Machtwechsel. Die Ära Brandt-Scheel, Stuttgart, 1982, pp. 197ss.

21 Peter Bender, Offensive Entspannung. Möglichkeit für Deutschland, Cologne, 1964.

22 Eberhard Schulz, An Ulbricht führt kein Weg vorbei. Provozierende Thesen zur deutschen Frage, Hambourg, 1967.

23 Martin Greschat, « Protestantismus und Evangelische Kirche in den 60er Jahren », in : Axel Schildt, Detlef Siegfried, Karl Christian Lammers (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, 2000, pp. 544 – 581, ici : pp. 552 – 576.

24 Chiffres de l’Institut de sondage Allensbach, cités d’après Schönhoven (note 18), p. 394.

25 Manuela Glaab, Deutschlandpolitik in der öffentlichen Meinung. Einstellungen und Regierungspolitik in der Bundesrepublik Deutschland 1949 bis 1990, Opladen, 1999, pp. 247 – 251.

26 Note de Carstens, 17 octobre 1966, « Die Problematik unserer Deutschland-Politik », in : AAPD 1966, doc. no 333.

27 Pour une analyse critique de la « doctrine Hallstein », cf. Werner Kilian, Die Hallstein-Doktrin. Der diplomatische Krieg zwischen der BRD und der DDR 1955 – 1973. Aus den Akten der beiden deutschen Außenministerien, Berlin, 2001 ; cf. aussi : William Glenn Gray, Germany’s Cold War. The Global Campaign to Isolate East Germany 1949 – 1969, Chapel Hill, London, 2003.

28 Joachim Scholtyseck, Die Außenpolitik der DDR, Munich, 2003, p. 26 ; Karl-Heinz Schmidt, Dialog über Deutschland. Studien zur Deutschlandpolitik von KPdSU und SED (1960 – 1979), Baden-Baden, 1979, pp. 129 – 140 ; Wentker (note 11), pp. 225ss.

29 Intervention de Brandt devant le groupe parlementaire du SPD au Bundestag, 11 avril 1967, in : Willy Brandt, Ein Volk der guten Nachbarn. Außen-und Deutschlandpolitik 1966 – 1974, présentation de Frank Fischer, Bonn, 2005, pp. 126 – 129 (Berliner Ausgabe, vol. 6).

30 Cf. Werner Link, « Die Deutschlandpolitik der Bundesregierungen Erhard und der Großen Koalition (sowie die dazu geführte Diskussion in Parlament und Öffentlichkeit) », in : Materialien der Enquete-Kommission ›Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland‹, tome V/2, Baden-Baden, 1995, pp. 1676 – 1743.

31 Deutscher Bundestag, Stenographische Berichte, 5e législature, pp. 3656 – 3665.

32 Le 13 octobre 1967 devant le Bundestag : Stenographische Berichte, 5e législature, pp. 63 – 60.

33 Cf. Schönhoven (note 18), pp. 380 – 408 ; Philipp Gassert, Kurt Georg Kiesinger 1904 – 1988. Kanzler zwischen den Zeiten, Munich, 2006, pp. 580 – 592.

34 Lettre de Kiesinger à Brandt, 22 août 1967, in : AAPD 1967, doc. no 306.

35 Lettre de Kiesinger à Brandt, 30 juin 1967, Willy-Brandt-Archiv in Archiv der sozialen Demokratie (Bonn), Außenminister, vol. 13. L’expression se trouvait dans un compte rendu des entretiens de Bahr à Prague, les 12 et 13 juin 1967.

36 A cet égard, cf. l’étude récente de Julia von Dannenberg, The Foundations of Ostpolitik. The making of the Moscow Treaty between West Germany and the USSR, Oxford, 2008, pp. 115 – 117.

37 Hans-Peter Schwarz, « Die Regierung Kiesinger und die Krise in der ČSSR 1968 », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 47 (1999) 2, pp. 159 – 186.

38 Lettre de Bahr à Brandt, 19 août 1968, papiers Egon Bahr, AdsD, vol. 399/1.

39 Discours de Tutzing, cf. note 9.

40 Cf. la déclaration de Brandt à propos des événements en Tchécoslovaquie, le 22 août 1968, in : Brandt (note 29), pp. 160 – 165 ; cf. aussi son interview au « Spiegel » du 9 septembre 1968, ibid., pp. 178 – 187, ainsi que : Willy Brandt, « Plädoyer für die Vernunft. Deutsche Außenpolitik nach dem 21. August », in : Der Monat, 245 (1969), pp. 20 – 26.

41 Note de Bahr, « Ostpolitik nach der Besetzung der CSSR », 1.10.1968, in : AAPD 1968, doc. no 324.

42 Projet pour la note citée ci-dessus, 19.9.1968, papiers Egon Bahr, AdsD, vol. 399/3. Brandt avait corrigé le terme de « Überwindung » en « Abwandlung » et le verbe de « verändern » en « abwandeln ». Cf. aussi : Gottfried Niedhart, « Revisionistische Elemente und die Initiierung friedlichen Wandels in der neuen Ostpolitik 1967 – 1974 », in : Geschichte und Gesellschaft, 28 (2002) 2, pp. 233 – 266.

43 Brandt (note 2), p. 184 ; Bahr (note 2), pp. 217 – 220 ; Gray (note 27), pp. 205 – 212.

44 Jusqu’à la fin de 1969, 19 pays du monde avaient reconnu la RDA dont six au cours de l’année 1969. Sept pays allaient suivre en 1970. Pour le tableau complet, cf. Ingrid Muth, Die DDR-Außenpolitik 1949 – 1972. Inhalte, Strukturen, Mechanismen, Berlin, 2000, pp. 234 – 237.

45 Note de Bahr, « Überlegungen zur Außenpolitik einer künftigen Bundesregierung », 18.9.1969, in : AAPD 1969, doc. no 296 (Les élections législatives ont lieu le 28 septembre, l’élection de Brandt au poste de chancelier le 21 octobre 1969).

46 Déclaration devant le Bundestag, le 28 octobre 1969, in : Deutscher Bundestag, Stenographische Berichte, 6e législature, pp. 20 – 34, ici p. 21. Brandt s’était décidé au dernier moment d’employer cette formule afin de donner un signal fort, tandis que Bahr avait pensé réserver cet acte aux négociations. Cf. Bahr (note 2), p. 277.

47 Sur le processus de décision, cf. toujours Günther Schmid, Entscheidung in Bonn. Die Entstehung der Ost- und Deutschlandpolitik 1969/1970, Cologne,21980.

48 Cf. les comptes rendus dans les AAPD 1970, tome 1 et 2 ; voir, en particulier, la note de Bahr du 7 mars 1970 avec les « non-papers » allemands et soviétiques du 5 et 6 mars 1970, in : AAPD 1970, no 97 ; voir aussi : Bahr (note 2), pp. 284 – 338 ; Werner Link, « Die Entstehung des Moskauer Vertrages im Lichte neuer Archivalien », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 49 (2001) 2, pp. 295 – 315 ; von Dannenberg (note 36), pp. 46 – 66.

49 Wjatscheslaw Keworkow, Der geheime Kanal. Moskau, der KGB und die Bonner Ostpolitik, Berlin, 1995, pp. 47ss.

50 Cf. le texte du traité et des documents annexes in : Bulletin der Bundesregierung, 17 août 1970, no 109, pp. 1093s. Pour l’analyse détaillée : Benno Zündorf, Die Ostverträge. Die Verträge von Moskau, Warschau, Prag, das Berlin-Abkommen und die Verträge mit der DDR, Munich, 1979, pp. 17 – 61.

51 Cf. l’entretien Scheel-Gromyko du 6 août 1970, in : AAPD 1970, no 375.

52 Cf. l’évocation de la question dans l’entretien Brandt-Brejnev, le 12 août 1970, in : AAPD 1970, no 388.

53 Cf. l’analyse du négociateur allemand : Georg Ferdinand Duckwitz, « Die Wende im Osten », in : Außenpolitik, 21 (1970), pp. 645 – 660 ; cf. aussi l’entretien Brandt-Gomulka à Varsovie, le 7 décembre 1970, et la note de Brandt du même jour, in : AAPD 1970, doc. nos 589 et 590.

54 Texte in : Bulletin der Bundesregierung, 8 décembre 1970, no 171, p. 1814.

55 « Note du Président de la République », 26 mars 1970, « Négociation sur Berlin », Archives nationales (Paris), 5 AG 2, vol. 1009.

56 Sur la mise en place de ce « back channel » et l’accélération des négociations sur Berlin, cf. Foreign Relations of the United States, 1969 – 1976, vol. XL, Germany and Berlin, 1969 – 1972, pp. 492ss ; voir aussi David C. Geyer, « The missing link : Henry Kissinger and the Back-Channel Negotiations on Berlin », in : Id., Bernd Schaefer (éd.), American Détente and German Ostpolitik, 1969 – 1972, Washington, 2004, pp. 80 – 97.

57 Cf., parmi d’autres documents publiés, l’analyse de l’accord par l’Auswärtiges Amt du 25 août 1971, in : AAPD 1971, doc. no 281 ; Zündorf (note 50), pp. 117 – 201 ; Bahr (note 2), pp. 344 – 371 ; James S. Sutterlin, David Klein, Berlin. From Symbol of Confrontation to Keystone of Stability, New York, 1989 ; Julij A. Kwizinskij, Vor dem Sturm. Erinnerungen eines Diplomaten, Berlin, 1993, pp. 233 – 251.

58 Cf. le projet de traité, envoyé par Ulbricht au président de la RFA, Gustav Heinemann, le 17 décembre 1969, in : Zehn Jahre Deutschlandpolitik. Die Entwicklung der Beziehungen zwischen der Bundesrepublik Deutschland und der Deutschen Demokratischen Republik 1969 – 1979. Bericht und Dokumentation, Bonn, Bundesministerium für innerdeutsche Beziehungen, 1980, pp. 119 – 121 ; et le commentaire de Bahr du 18 décembre 1969, in : Dokumente zur Deutschlandpolitik, série VI, vol. 1 (21 octobre 1969 – 31 décembre 1970), no 43.

59 Mario Frank, Walter Ulbricht. Eine deutsche Biografie, Berlin, 2001, pp. 401 – 427 ; Jochen Staadt, « Walter Ulbrichts letzter Machtkampf », in : Deutschland Archiv, 29 (1996) 5, pp. 686 – 700 ; Id., Die geheime Westpolitik der SED 1960 – 1970. Von der gesamtdeutschen Orientierung zur sozialistischen Nation, Berlin, 1993, pp. 253ss.

60 Cf. l’analyse détaillée de Schmidt (note 28), pp. 228 – 246 ; pour l’ensemble, cf. Wentker (note 11), pp. 319ss.

61 Ulbricht : « Wenn Brandt neue Ostpolitik macht, dann machen wir eine neue Westpolitik, und zwar eine, die sich gewaschen hat. Dabei soll er ins Schwitzen kommen. » Compte rendu du collaborateur d’Ulbricht, Berger, de la séance du Politbüro du 30 octobre 1969 à Dölln, in : Dokumente zur Deutschlandpolitik (note 58), no 10 ; cf. aussi les considérations et les notes de Honecker, ibid., nos 7 et 9.

62 Pour une perspective plus large, cf. Monika Kaiser, Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktionsmechanismen der SED-Diktatur in Konfliktsituationen 1962 bis 1972, Berlin, 1997, pp. 324 – 454.

63 Compte rendu de l’entretien Brejnev – Honecker, le 28 juillet 1970, in : Peter Przybylski, Tatort Politbüro. Die Akte Honecker, Berlin, 1991, pp. 280 – 288, ici : p. 283.

64 Compte rendu in : Dokumente zur Deutschlandpolitik (note 58), no 233.

65 Bahr (note 2), pp. 381 – 428 ; cf. les extraits des entretiens principaux, y compris ceux entre Bahr et Honecker, in : Heinrich Potthoff, Bonn und Ost-Berlin 1969 – 1982. Dialog auf höchster Ebene und vertrauliche Kanäle. Darstellung und Dokumente, Bonn, 1997, pp. 194 – 275.

66 Sur l’ensemble, cf. Mary Elise Sarotte, Dealing with the Devil. East Germany, Détente and Ostpolitik, 1969 – 1973, Chapel Hill, London, 2001 ; Detlef Nakath, Deutsch-deutsche Grundlagen. Zur Geschichte der politischen und wirtschaftlichen Beziehungen zwischen der DDR und der Bundesrepublik in den Jahren 1969 bis 1982, Schkeuditz, 2002, pp. 162 – 210.

67 Cf. Zündorf (note 50), pp. 211 – 310.

68 Cf. les attendus du jugement in : Zehn Jahre Deutschlandpolitik (note 58), pp. 232 – 243.

69 Bahr (note 2), p. 424.

70 Discours de Bahr à propos du Grundlagenvertrag, 15 février 1973, in : Bulletin der Bundesregierung, 17 février 1973, no 19, p. 168 ; cf. aussi : « Bahr : Die Flitterwochen sind vorbeit », interview in : Die Zeit, 16 mars 1973, p. 12.

71 DDR – Handbuch, éd. par le Ministerium für innerdeutsche Beziehungen, Cologne,31985, pp. 634 et 632.

72 Zehn Jahre Deutschlandpolitik (note 58), p. 29.

73 Ibid., pp. 56 – 57, 63.

74 Johannes L. Kuppe, « Die KSZE und der Untergang der DDR », in : Deutschland Archiv, 38 (2005) 3, pp. 487 – 493 ; Christian Domnitz, « Der Traum von Helsinki. Bürgerrechtler entwickeln Ideen einer neuen europäischen Ordnung », in : Deutschland Archiv, 40 (2007) 1, pp. 76 – 86.

75 Richard Löwenthal, « Vom Kalten Krieg zur Ostpolitik », in : Id., Hans-Peter Schwarz (éd.), Die zweite Republik. 25 Jahre Bundesrepublik Deutschland – Eine Bilanz, Stuttgart, 1974, pp. 604 – 699, ici p. 691.

76 Citation dans son discours « Deutsche Außenpolitik nach zwei Weltkriegen », Berlin, 6 octobre 1967, in : Bulletin der Bundesregierung, 10 octobre 1967, no 109, pp. 933 – 937.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540