Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

I. L'Allemagne dans les relations internationales

L’Allemagne au cœur du conflit Est-Ouest

Reiner Marcowitz

Texte intégral

1Les années soixante du XXe siècle sont une phase de la réorientation non seulement pour les relations Est-Ouest mais aussi pour la politique à l’égard de l’Allemagne des puissances victorieuses de la Deuxième Guerre mondiale et des deux États allemands. Ce changement sera ici présenté en trois étapes : en premier lieu nous examinerons les relations des deux « supergrands », les États-Unis et l’Union soviétique (I.) ; puis nous analyserons leurs effets sur la politique étrangère, voire la politique de l’Allemagne de la RFA et de la RDA dans les années soixante (II.) ; enfin on répondra à la question comment la « nouvelle politique envers les États de l’Europe de l’Est » (« l’Ostpolitik ») a vu le jour et quelles sont ses conséquences pour les relations germano-allemandes (III.). À la fin nous tirerons un bilan des évènements d’un point de vue contemporain et rétrospectif.

Les relations entre les États-Unis et l’Union soviétique

  • 1 Willy Brandt, Erinnerungen, Frankfort/M., 1989, p. 204. Cf. Maurice Vaïsse, Les relations internat (...)
  • 2 John L. Gaddis, We Know Now. Rethinking Cold War History, Oxford, 1997, p. 26.
  • 3 Vojtech Mastny, Gustav Schmidt, Norbert Wiggershaus, Konfrontationsmuster des Kalten Krieges 1946 (...)
  • 4 Johannes Steinhoff, Reiner Pommerin, Strategiewechsel : Bundesrepublik und Nuklearstrategie in der (...)

2Pendant la décennie du milieu des années soixante du vingtième siècle au milieu des années soixante-dix, les relations internationales se transforment profondément sous plusieurs rapports et avec de graves conséquences pour le rectangle Washington – Moscou – Bonn – Berlin-Est. L’un des principaux acteurs politiques à cette époque, Willy Brandt, qui exerce de 1966 à 1969 les fonctions de ministre des Affaires étrangères puis jusqu’en 1974 celles de chancelier de la RFA, a parlé « d’un passage à un nouveau paragraphe de l’histoire européenne de l’après-guerre »1 : l’époque de l’après-guerre n’est pas encore définitivement terminée, mais ses structures commencent à se défaire. Les « empires »2 de la guerre froide se déchirent, ses « traits de confrontation »3 doivent changer sous le signe de la détente. La condition principale en est l’intérêt des « superpuissances » depuis le milieu des années cinquante à réduire la confrontation des blocs jusqu’alors absolument rigides : le choc du « spoutnik » – le lancement du premier satellite artificiel de la terre par l’URSS – en 1957 signale aux États-Unis que l’Union soviétique est maintenant capable de menacer directement le territoire américain par des fusées intercontinentales4. C’est pourquoi la garantie de sécurité pour l’Europe de l’Ouest est aussi remise en question. En revanche, les réorientations stratégiques américaines provoquent un sentiment d’insécurité chez les Alliés – dès 1956 quand on publie le « plan Radford » qui prévoit un retrait de troupes assez important et un renforcement de l’élément nucléaire de l’OTAN. Cela s’aggrave lors du passage de la doctrine nucléaire américaine des « représailles massives » à « la riposte graduée » dans les années soixante.

  • 5 Wilfried Loth, Helsinki, 1. August 1975. Entspannung und Abrüstung, Munich, 1998.
  • 6 Helga Haftendorn, Kernwaffen und die Glaubwürdigkeit der Allianz. Die NATO-Krise von 1966/67, Bade (...)

3Puis la double crise de Berlin et de Cuba mène une fois encore les États-Unis et l’Union soviétique au bord de la guerre nucléaire à la fin des années cinquante et au début des années soixante. Cette expérience aide à faire triompher définitivement la tendance à la détente. À partir de ce moment-là, le désarmement devient le premier but des deux « super-grands »5. L’un des premiers résultats en est l’accord de Moscou sur l’arrêt des essais nucléaires dans l’atmosphère du 5 août 1963 entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union soviétique. Il interdit des essais nucléaires dans les airs et dans le domaine sous-marin. Le « rapport Harmel » de décembre 1967, du nom du ministre des Affaires étrangères belge qui a présidé à sa rédaction, stipule aussi pour toute l’alliance occidentale que « la sécurité militaire n’est pas en contradiction avec la politique de détente mais en est complémentaire »6. Le premier juillet 1968, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union soviétique signent un traité sur la non-prolifération nucléaire. En même temps se déroulent des négociations sur la limitation réciproque des armements stratégiques – SALT I – qui aboutissent au traité de Moscou du 26 mai 1972. Le point culminant de cette première phase de la détente est représenté par la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) qui commence en 1972 à Helsinki et qui se termine par la signature d’un « Acte final » le premier août 1975. Celui-ci comprend un grand éventail de mesures : « des mesures destinées à inciter la confiance » dans le secteur militaire, la reconnaissance de la parité de tous les États et inviolabilité des frontières, l’engagement à ne pas recourir à la force et le respect des droits de l’homme.

Les deux Allemagnes face à la Guerre froide

  • 7 Peter Siebenmorgen, Gezeitenwechsel. Aufbruch zur Entspannungspolitik, Bonn, 1990.

4Le changement des paradigmes des années soixante du vingtième siècle touche logiquement aussi la politique des deux États satellites allemands. La RFA et la RDA ne sont au début que des spectateurs de ce processus. Le gouvernement ouest-allemand – avant tout à l’époque de Konrad Adenauer, mais de fait jusqu’à l’accès au pouvoir de la coalition des sociaux-démocrates et des libéraux en 1969 – reste méfiant voire hostile7. Le dogme de sa politique envers les États de l’Europe de l’Est et de sa politique consacrée à la question allemande a été toujours le principe de la « détente par la réunification » : quand l’Union soviétique aura cédé et aura ouvert le chemin de l’unification allemande en ne soutenant plus le régime du SED en RDA, l’Ouest devra être prêt à offrir une politique de détente – pas avant. Mais dans l’immédiat par la nouvelle politique de détente Est-Ouest, les « supergrands » semblent se déclarer partisans du statu quo en Europe, c’est-à-dire que l’Ouest renonce à sa demande d’une unification des deux États allemands.

  • 8 Heinrich Krone, Tagebücher, t. 1 : 1945 – 1961, Düsseldorf, 1995, p. 524. Cf. Hans-Peter Schwarz, (...)
  • 9 Anselm Doering-Manteuffel, Die Bundesrepublik Deutschland in der Ära Adenauer. Außenpolitik und in (...)

5Par rapport à cela, la crise de Berlin et avant tout son point culminant, la construction du Mur le 13 août 1961, marque dans cette optique un vrai tournant dans les relations entre la RFA et les États-Unis et dans la politique étrangère ouest-allemande : la passivité des puissances de l’Ouest, y compris celle des Américains, transforme cet évènement en « heure de grande désillusion »8 non seulement pour les Berlinois, mais aussi pour tous les Allemands de l’Ouest. Quelques années plus tôt, le chancelier. Adenauer et son parti, le CDU, prétendaient encore que le ferme ancrage à l’Ouest et l’alliance avec les États-Unis serait une garantie qu’un jour dans un avenir prochain on pourrait arracher la réunification allemande à l’Union soviétique. Maintenant ils doivent admettre que les liens avec l’Ouest ne sont guère capables d’assurer le statu quo. C’est pourquoi le 13 août 1961 représente l’aveu indirect d’un « grave échec politique »9 du gouvernement ouest-allemand et de sa politique étrangère.

  • 10 Michael Lemke, Die Berlinkrise 1958 bis 1963. Interessen und Handlungsspielräume der SED im Ost-We (...)

6Du point de vue de la RDA, la construction du Mur donne une impression mitigée : d’un côté, elle constitue une banqueroute morale pour le régime ; de plus, le gouvernement est-allemand n’a atteint que son but minimal, c’est-à-dire qu’à partir de ce moment-là le chemin de l’Ouest est barré aux Allemands de l’Est. Par contre Berlin-Ouest reste une vitrine occidentale pour l’Allemagne de l’Est. D’un autre côté, d’un point de vue contemporain, la construction du Mur n’est pas un échec pour le SED mais une victoire : pour la première fois la RDA a mené une politique étrangère au moins en partie indépendante et elle a poursuivi ses propres intérêts10. Le gouvernement soviétique a finalement dû accepter la demande du chef du SED, Walter Ulbricht, de construire le Mur de Berlin, même s’il a refusé d’exaucer son vœu excessif quant au statut de Berlin.

  • 11 Siebenmorgen (note 7).
  • 12 Peter Bender, Episode oder Epoche. Zur Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, 31997, pp. 82 (...)

7Dans les années qui suivent, la RDA devient l’allié le plus proche de l’Union soviétique qui jouit en comparaison avec les autres membres du pacte de Varsovie de plusieurs privilèges : plus de consultation, plus d’informations, plus de soutien matériel. En outre, la fermeture hermétique de la frontière interallemande stabilise le pouvoir du SED. C’est pourquoi les observateurs contemporains qualifient déjà le 13 août 1961 de « jour de la fondation secrète » de la RDA. À partir de cette date, le SED peut agir sans prendre d’égards envers les opposants intérieurs car ceux-ci n’ont plus la possibilité de s’enfuir. Malgré tout, à moyen et à longue terme, les dirigeants est-allemands ne peuvent pas contrecarrer le « renversement de marée »11 global. Finalement, les deux États allemands doivent s’incliner devant la décision des « Grands » – que ce soit en faveur de la confrontation dans les années cinquante ou au profit de la coopération dans les années soixante12.

  • 13 Frank Eibel, Politik der Bewegung. Gerhard Schröder als Außenminister 1961 – 1966, Munich, 2002 ; (...)

8Dès la fin de l’époque Adenauer le ministre des Affaires étrangères de la RFA Gerhard Schröder conclut des accords avec divers pays du bloc de l’Est pour un échange de représentations commerciales13. Par conséquent le gouvernement ouest-allemand a lui-même « sapé » la fameuse « doctrine Hallstein », qui porte le nom de l’un des secrétaires d’État au ministre des Affaires étrangères au milieu des années cinquante, Walter Hallstein. Elle interdisait à tous les États d’entrer en relations avec la RDA s’ils ne voulaient pas risquer une rupture de leurs relations avec la RFA. Seule exception l’Union soviétique avec laquelle la RFA établit des liens diplomatiques dès 1955, lors d’une visite officielle d’Adenauer à Moscou (préalable soviétique à la libération des derniers prisonniers de guerre allemands).

9La nouvelle « politique du mouvement » se poursuit et se renforce sous le gouvernement Ludwig Erhard (1963 – 1966). Schröder reste le ministre des Affaires étrangères. Sa politique vise à s’intégrer dans la politique de détente globale des gouvernements américains – sous John F. Kennedy et, après sa mort le 22 novembre 1963, sous Lyndon B. Johnson. De plus, des accords de commerce doivent établir un premier contact entre la RFA et les États satellites du bloc de l’Est tout en respectant au moins formellement la « doctrine Hallstein » car on n’entre pas en relation diplomatique avec ces États qui ont (bien entendu) reconnu la RDA depuis des années. Cette nouvelle orientation de la politique étrangère de la RFA a toujours pour but la réunification allemande : les responsables ouest-allemands espèrent soutenir les États satellites de l’Europe de l’Est même par rapport à l’Union soviétique et isoler la RDA. À la fin – tel est leur calcul – l’Union soviétique devra céder sur la question allemande.

  • 14 Klaus Hildebrand, Von Erhard zur Großen Koalition 1963 – 1969, Stuttgart, Wiesbaden, 1984, pp. 83 (...)

10Plusieurs traités de commerce sont effectivement conclus, conduisant à l’échange de représentations commerciales avec la Pologne (mars 1963), la Hongrie (novembre 1963) et la Bulgarie (en mars 1964)14. Pour la première fois la RFA est représentée par des institutions officielles en Europe de l’Est et en dehors de l’Union soviétique. Par conséquent, le contact avec l’Est n’est plus soupçonné d’être un crime de la haute trahison. Mais en juin 1964 l’URSS conclut avec la RDA un pacte d’assistance mutuelle qui postule l’intégrité territoriale de son vassal. En même temps le gouvernement soviétique interdit aux autres États satellites de signer d’autres traités séparés avec la RFA. Ainsi, un an seulement après son début, la « politique du mouvement » de Schröder s’engage dans une impasse.

  • 15 Willy Brandt, Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960 – 1975, Hambourg, 1976, p. 17.
  • 16 Brandt (note 5), pp. 63s.
  • 17 Siebenmorgen (note 7), pp. 351 – 371 ; Heinrich Potthoff, Im Schatten der Mauer. Deutschlandpoliti (...)

11C’est pourquoi les projets du sénat de Berlin-Ouest sous Willy Brandt, encore maire de Berlin-Ouest, suivent une toute autre direction. Ses membres – comme tous les Berlinois de l’Ouest – sont directement touchés par la construction du Mur et s’indignent d’autant plus de la passivité des Alliés que les sociaux-démocrates de Berlin-Ouest se sont toujours engagés en faveur de l’alliance avec les États-Unis et les autres puissances de l’Ouest qui apparaissait comme la seule défense contre la menace soviétique. Mais la construction du Mur donne à Brandt l’impression qu’on a « tiré un rideau pour nous montrer une scène vide »15. Cet arrière-plan l’oblige, pense-t-il, à chercher un chemin « pour rendre le Mur transparent, aider à aplanir et lorsque c’est possible surmonter les soucis particulièrement hostiles à la vie »16. Du fait de leur comportement décevant le 13 août il ne veut plus compter ni sur les Alliés ni sur le gouvernement fédéral, préférant régler cette affaire seul par un contact direct avec la RDA. C’est pourquoi le maire de Berlin-Ouest plaide pour une « politique des petits pas »17. Il est prêt à faire des concessions concernant son statut au gouvernement est-allemand pour arriver aux améliorations concrètes de la vie des habitants des deux États allemands. En vertu de ce principe et en dépit de certaines réserves du gouvernement Erhard, le sénat berlinois signe plusieurs accords de laissez-passer avec le gouvernement Ulbricht afin que les Berlinois de l’ouest puissent rendre visite à leurs parents dans la partie est de la ville divisée.

  • 18 Ibid., pp. 37s.
  • 19 Soutou (note 1), pp. 489 – 491.

12En même temps Brandt et son conseiller Egon Bahr font de cette « ligne berlinoise » un large programme de détente. Au contraire de la politique étrangère du gouvernement fédéral les deux sociaux-démocrates acceptent les réalités de la politique concernant l’Allemagne et n’espèrent plus de progrès sur la voie de l’unification allemande à court ou à moyen terme mais seulement à long terme. Bahr exprime ce paradoxe de la « nouvelle politique envers les États de l’Europe de l’Est » (« l’Ostpolitik ») par une paraphrase dans son célèbre discours à l’académie protestante de Tutzing en juillet 1963 : « surmonter le statu quo en ne changeant pas le statu quo tout de suite »18. D’après lui on ne peut arriver à un tel « changement par le rapprochement » – c’est un slogan qui prête à confusion pour certains – que par un renforcement des contacts au-delà des frontières des deux blocs et non pas en maintenant leur isolement réciproque19.

  • 20 Verhandlungen des Deutschen Bundestages, 5. Wahlperiode, Stenographische Berichte 63, Bonn, 1967, (...)

13Sur ce fond même l’homme politique chrétien-démocrate Kurt Georg Kiesinger, chancelier d’une « Grande Coalition » de CDU/CSU et SPD à partir de l’automne 1966, se montre prêt dans sa première déclaration gouvernementale au dialogue direct avec le gouvernement de la RDA pour « favoriser de toutes nos forces les relations humaines, économiques et spirituelles avec nos compatriotes dans l’autre partie de l’Allemagne »20. En avril 1967 il soumet au gouvernement de la RDA un « Programme en 16 points ». En juin il est le premier chancelier qui répond à une lettre du président du Conseil des ministres de la RDA Willi Stoph. Mais ces offres échouent à cause des demandes exagérées du SED qui aboutiraient à la reconnaissance diplomatique de la RDA – inacceptable pour la RFA car sa « Loi fondamentale » stipule que chaque gouvernement ouest-allemand doit s’efforcer de rétablir l’unité allemande. C’est pourquoi « la nouvelle politique envers les États de l’Europe de l’Est » – selon la formule par laquelle Kiesinger lui-même décrit à juste titre son changement de politique extérieure – n’aboutit qu’à des résultats assez minces : en janvier 1967, la Roumanie entre en contact diplomatique avec la RFA – sans doute un succès mais en même temps une victoire à la Pyrrhus car la Roumanie passe pour marginale dans le bloc de l’Est. En améliorant les contacts avec ce pays, on renforce involontairement la méfiance existante des autres pays de l’Europe de l’Est, avant tout de la Pologne et de la RDA.

  • 21 Schroeder (note 10), pp. 189 – 197 ; Hermann Weber, Geschichte der DDR, Munich, 22000, pp. 261 – 2 (...)
  • 22 Ibid., pp. 187 – 189.

14Par conséquent, au printemps 1967, les membres du pacte de Varsovie tombent d’accord sur la « doctrine Ulbricht » : les États du bloc de l’Est ne doivent normaliser leurs relations avec la RFA que si elle reconnaît la RDA21. De plus, dorénavant, le SED tentera de donner à la population est-allemande une identité nationale spécifique pour lui faire oublier la division allemande. C’est pourquoi la « Chambre du peuple » adopte, en avril 1968, une nouvelle constitution qui déclare que la RDA est un « État socialiste de la nation allemande » dont l’économie repose sur la propriété socialiste de tous les moyens de production et se développe « d’après les lois économiques du socialisme »22. Cette nouvelle constitution remplace celle de 1949 ; c’est-à-dire que le gouvernement est-allemand renonce à son exigence concernant toute l’Allemagne. En même temps, par son approbation de la répression du « Printemps de Prague », la direction du SED signale qu’en dépit des protestations de plusieurs de ses citoyens, elle refuse la vision d’un « socialisme à visage humain » et maintient la forme bureaucratique et dictatoriale du communisme.

Les relations interallemandes

  • 23 Christian Hacke, Weltmacht wider Willen. Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland, Francfor (...)

15Dès l’époque de la « Grande Coalition », les divergences entre chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates quant à la politique envers les États de l’Europe de l’Est et quant à la politique consacrée à la question allemande apparaissent. Au contraire de la CDU/CSU, le SPD est prêt à accepter de facto l’existence de la RDA – mais sans la reconnaître de jure comme un pays étranger – si le gouvernement à Berlin-Est accepte pour sa part des accords concrets entre les deux États allemands. Même par rapport à la frontière orientale les sociaux-démocrates sont plus flexibles que les chrétiens-démocrates en envisageant sa reconnaissance de facto. En même temps, depuis la fin des années soixante, il y a de plus en plus des points communs sur ces champs politiques entre le SPD et les Libéraux de la FDP dirigés par Walter Scheel. C’est là une condition importante pour la première coalition des deux partis au niveau fédéral : après les élections au Bundestag en septembre 1969 un nouveau gouvernement est formé sous la direction du chancelier Brandt et du ministre des Affaires étrangères Scheel23. Pendant les années qui suivent la stratégie des négociations avec l’Union soviétique et ses États satellites vise à réduire les hypothèques de la Deuxième Guerre mondiale et à établir des relations normalisées. Pour y arriver on est prêt à revaloriser le statut de la RDA, voire à ne plus empêcher sa reconnaissance internationale dans la mesure où le gouvernement est-allemand détend la situation interallemande et facilite les contacts au-delà du Mur. C’est pourquoi Brandt et Stoph se rencontrent le 19 mars à Erfurt et le 21 mai 1970 à Kassel pour mener des entretiens directs.

16Mais à la demande pressante du gouvernement soviétique la RFA doit tout d’abord négocier avec l’URSS et la Pologne. Les traités qui en résultent scellent la normalisation des relations entre la RFA et les États du bloc de l’Est : dans le traité de Moscou du 12 août 1970, les deux parties s’engagent à renoncer à toute violence et à reconnaître les frontières existantes. Le dernier point était une condition sine qua non pour la signature du traité par le ministre des Affaires étrangères soviétique Andrej Gromyko. En contrepartie son gouvernement renonce à la reconnaissance de jure de la RDA. Toutefois le ministre allemand des Affaires étrangères écrit à son homologue soviétique la « lettre de l’unité allemande ». Dans ce document Scheel met l’accent sur le fait que le traité de Moscou ne suspend pas le droit de la RFA d’espérer la réunification pacifique de l’Allemagne. Comme Moscou l’accepte sans contestation, il fait partie intégrante du traité, conformément aux usages diplomatiques. Le traité de Varsovie du 7 décembre 1970 entre la RFA et la Pologne comporte également l’engagement de ne pas recourir à la force et d’accepter la ligne Oder-Neiße comme frontière occidentale existante de la République polonaise. Dans une annexe le gouvernement polonais promet de régler des questions humanitaires et se déclare prêt à faire partir des habitants d’origine allemande incontestable.

17Ce n’est qu’après la ratification par le Bundestag des traités de l’Est et du traité quadripartite de Berlin du 3 septembre 1971 que les deux États allemands signent aussi un traité de circulation germano-allemande. C’est le premier traité conclu en propre par la RDA et la RFA et non dans le cadre d’accords interalliés. Il autorise les citoyens est-allemands ayant atteint l’âge de la retraite à se rendre en Allemagne de l’Ouest pour s’occuper des affaires familiales urgentes. Le 21 décembre 1972 suit le « Traité fondamental » (« Grundlagenvertrag »), qui règle les relations interallemandes de manière définitive. Bien que ce traité renforce la RDA, le gouvernement de la RFA reste attaché à la demande de l’unification allemande. C’est pourquoi on n’échange pas d’ambassadeurs mais seulement des « représentants permanents ». Après un appel du gouvernement bavarois qui doute de la légitimité du « Traité fondamental », la Cour constitutionnelle fédérale, dans un jugement rendu en 1973, confirme l’interprétation du gouvernement fédéral. Par la suite le « Traité fondamental » permet avant tout des regroupements familiaux, un renforcement du trafic frontalier et l’accréditation de correspondants ouest-allemands auprès de la RDA.

  • 24 Potthoff (note 17), p. 118.

18Mais dès le 5 novembre 1973 le gouvernement est-allemand double le change minimum imposé aux visiteurs ouest-allemands en RDA ; par conséquent leur nombre se réduit d’une façon significative. De plus, en 1974 des perturbations massives du trafic de transit se produisent au point que le chancelier Brandt doit demander l’aide du gouvernement américain. Ce développement montre à quel point les relations interallemandes, en dépit de tous les accords, sont encore exposés aux tracasseries du SED. Le dégrisement qui en résulte augmente encore après la découverte de l’espion à la chancellerie allemande, Günter Guillaume, qui provoque la démission de Brandt. Dans la deuxième moitié des années soixante-dix, on assiste à nouveau un refroidissement des relations interallemandes. Cette évolution justifie ce que le principal négociateur ouest-allemand, Bahr, a déjà dit lors de la conclusion du « Traité fondamental » : « Jusqu’à présent nous n’avons pas eu de relations, maintenant nous avons au moins de mauvaises relations »24.

Conclusion

19Tirons un bilan de « l’Ostpolitik » : grâce à la normalisation de ses relations avec les pays du bloc de l’Est, la RFA a gagné une nouvelle marge de manœuvre en politique internationale. Enfin la fixation presque névrotique sur la « doctrine Hallstein » et sur la non-reconnaissance internationale de la RDA disparaît. C’est pourquoi le gouvernement fédéral est dorénavant plus libre et plus indépendant dans sa politique étrangère. De plus, en dépit de certaines irritations, voire des « peurs de Rapallo » chez les Alliés, la nouvelle direction des affaires étrangères de la RFA correspond à la tendance générale de la politique internationale – celle de la détente. Retardataire au début des années soixante, la RFA se trouve dix ans plus tard en position de figure de proue de la politique de détente. Ce changement était indispensable : au cas où la RFA aurait gardé ses anciennes réserves auprès de la politique de détente de ses Alliés et où ceux-ci auraient commencé à revaloriser diplomatiquement la RDA eux-mêmes, la situation internationale de la RFA serait devenue précaire.

  • 25 Rolf Steininger, Deutsche Geschichte. Darstellung und Dokumente in vier Bänden, t. 3 : 1955 – 1974 (...)

20En même temps les concessions ouest-allemandes contraignent le gouvernement de la RDA à céder lui aussi dans l’espoir d’une plus grande reconnaissance internationale. Il accepte d’ouvrir son pays aux influences de l’Ouest. D’ores et déjà la population est-allemande n’est plus seulement influencée par la propagande du SED mais elle peut se servir aussi des médias ouest-allemands pour s’informer. Les nouvelles possibilités de contact – échange de lettres, médias, visites – renforcent ce processus. De plus elles offrent des améliorations pour les familles qui ont été séparées par la construction du Mur. Et en dépit de tous les contrôles et de toute la manipulation auxquels sont soumis les correspondants de l’Ouest en RDA, leur présence crée une plus grande transparence de la politique du SED. Le régime communiste n’est plus en mesure d’exercer la violence brute et simple. C’est pourquoi le ministre des Affaires étrangères de la RDA, Otto Winzer, qualifie à juste titre le slogan de « la nouvelle politique envers les États de l’Europe de l’Est », le « changement par rapprochement » de Bahr, d’« agression en charentaises »25.

21Bien sûr, du point de vue de Bonn, les traités avec l’Est représentent à la fois un gain et une perte : la RFA renonce de facto aux anciens territoires allemands à l’Est de la ligne Oder-Neiße même si on ne le dit pas ouvertement. Mais les observateurs contemporains l’ont déjà compris : les uns y sont indifférents – et ils sont de plus en plus nombreux –, les autres avec une indignation qui explique la passion des débats parlementaires sur les traités avec les États de l’Est en RFA. Enfin, l’espoir d’une réunification allemande dans un avenir proche est perdu, même si elle était déjà devenue une utopie après la construction du Mur. Ce qui pèse plus lourd est le fait que le gouvernement fédéral, par ses négociations et les traités conclus, a donné à la RDA une dimension nouvelle et par conséquent a créé la condition pour sa reconnaissance internationale. Au début des années soixante-dix, c’est inévitable, mais dans le long terme, ce n’est pas sans risques : il n’est pas exclu que le SED profite de la nouvelle situation extérieure pour renforcer son régime intérieur. De même on ne sait pas si les contacts entre l’Est et l’Ouest mèneront vraiment à la transformation espérée de la RDA, à son adaptation aux valeurs occidentales, voire à l’érosion du système socialiste. Bref, le succès du programme de Bahr n’est pas du tout certain. Peut-être l’humanisation de la division allemande n’affaiblira-t-elle pas la dictature du SED mais améliorera la situation de la population est-allemande de telle façon que celle-ci s’arrangera de plus en plus avec son système politique voire s’identifiera avec lui.

  • 26 Christoph Klessmann, Zwei Staaten, eine Nation. Deutsche Geschichte 1955 – 1970, Bonn, 21997, p. 4 (...)
  • 27 Ibid.

22Il n’est pas justifié de répondre à ces questions du point de vue des années soixante-dix en rappelant l’unification allemande de 1990. Bien sûr Christoph Kleßmann a raison lorsqu’il écrit que « la révolution en Europe centrale et en RDA, la dissolution de l’Union soviétique et la fin du conflit Est-Ouest […] ont profondément changées les coordonnées de l’histoire d’après-guerre. Dans les années quatre-vingts, la division de l’Europe et de l’Allemagne comme l’une des conséquences de la Deuxième Guerre mondiale apparaissait comme une constante durable, qu’on ne pouvait pas supprimer mais seulement changer par un rapprochement des blocs ; par contre du point de vue des années 1989/90, la domination soviéto-communiste se présente sous un jour tout à fait différent. […] Les effets à long terme de la césure de l’histoire mondiale de 1945 ont changé et relativisent la rupture. Des continuités de temps avant l’expansion allemande et soviétique apparaissent sous une autre forme et encore plus fort que jusqu’ici dans le champ visuel »26. Mais c’est aussi à juste titre que le même auteur nous avertit d’oublier « la perspective contemporaine »27.

  • 28 Anselm Doering-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung (...)
  • 29 Klaus Schönhoven, « Aufbruch in die sozialliberale Ära », in : Geschichte und Gesellschaft, 25 (19 (...)

23En effet, depuis les années soixante-dix il semble que grâce aux brillants résultats de la RFA avant tout les Allemands de l’Ouest s’accommodent de la situation provisoire ou même la vivent très bien : en dépit d’une première dépression au milieu des années soixante, l’Allemagne de l’Ouest prospère ; si l’on pense aux changements de gouvernements et de chanceliers en 1963, 1966 et 1969 et au slogan de la coalition socialo-libérale « osez plus de réformes », on constate que son système politique se présente à cette époque d’une façon flexible et réformatrice ; enfin, l’intégration à l’Ouest, avant tout en Europe de l’Ouest continue à être populaire. En outre, l’Europe intégrée devient de plus en plus une compensation nationale : pourquoi regretter la perte de l’ancien État national, une construction dont les Allemands de l’Ouest se souviennent de moins en moins, qui est accompagnée de souvenirs négatifs, c’est-à-dire de l’hypothèque des crimes nationaux-socialistes, et qui apparemment ne peut pas être rétablie dans un avenir proche. C’est pourquoi l’occidentalisation de la RFA arrive à cette époque à son apogée28. En même temps on constate « l’auto-reconnaissance intellectuelle de la RFA »29. Dans tous les domaines politiques – extérieure et intérieure, y compris l’économie – les Allemands de l’Ouest suivent leur propre voie.

24Du côté est-allemand, les choses se passent d’une autre façon. Les sentiments concernant toute l’Allemagne persistent parce qu’il manque une compensation : la RDA n’est pas aussi intéressante que la RFA et les Allemands de l’Est ne s’intègrent pas comme leurs « frères et sœurs » à l’Ouest dans le bloc idéologique auquel ils appartiennent. Toutefois, le pouvoir du SED semble devenir dans les années soixante-dix un peu plus agréable ; c’est pourquoi nombre de ses habitants, même s’ils ne sont pas attachés à la RDA, s’en accommodent : au regard de leur passé et conscients de l’inaccessibilité du modèle à succès de la RFA, les citoyens de la RDA, réagissent favorablement à partir de 1971 au nouveau secrétaire général du SED Erich Honecker et à son programme de « l’unité de la politique économique et sociale ». Enfin, la génération qui a connu l’ancien État national allemand disparaît aussi bien en RFA qu’en RDA. Bien sûr, cet arrangement ne signifie pas que tous les citoyens acceptent la RDA comme une « nation socialiste » proclamée par le gouvernement de Berlin-Est. Mais beaucoup de choses se normalisent. Même d’un point de vue est-allemand, la division de l’Allemagne est plus vivable. On peut le constater tout au moins pour les années soixante-dix malgré l’évolution des années 1989/90. Il est rare que l’histoire ne suive qu’un seul chemin, elle n’a pas une causalité unique et elle est toujours ouverte – elle est comme la vie : très souvent ambivalente, avec des tournants surprenants et difficiles à prévoir.

Notes

1 Willy Brandt, Erinnerungen, Frankfort/M., 1989, p. 204. Cf. Maurice Vaïsse, Les relations internationales depuis 1945, Paris, 41995, pp. 66 – 103 ; Gregor Schöllgen, Geschichte der Weltpolitik von Hitler bis Gorbatschow 1941 – 1991, Munich, 1996, pp. 151 – 292 ; Georges-Henri Soutou, La guerre de Cinquante ans. Les relations Est-Ouest, Paris, 2001, pp. 357 – 565 ; Gottfried Niedhart, « Ost-West-Entspannung aus amerikanischer, deutscher und französischer Sicht », in : Chantal Metzger, Hartmut Kaelble (éd.), Deutschland – Frankreich – Nordamerika : Transfers, Imaginationen, Beziehungen, Stuttgart, 2006, pp. 35 – 50.

2 John L. Gaddis, We Know Now. Rethinking Cold War History, Oxford, 1997, p. 26.

3 Vojtech Mastny, Gustav Schmidt, Norbert Wiggershaus, Konfrontationsmuster des Kalten Krieges 1946 bis 1956, Munich, 2003.

4 Johannes Steinhoff, Reiner Pommerin, Strategiewechsel : Bundesrepublik und Nuklearstrategie in der Ära Adenauer-Kennedy, Baden-Baden, 1992, pp. 26 – 30.

5 Wilfried Loth, Helsinki, 1. August 1975. Entspannung und Abrüstung, Munich, 1998.

6 Helga Haftendorn, Kernwaffen und die Glaubwürdigkeit der Allianz. Die NATO-Krise von 1966/67, Baden-Baden, 1994, pp. 287 – 344, ici p. 319.

7 Peter Siebenmorgen, Gezeitenwechsel. Aufbruch zur Entspannungspolitik, Bonn, 1990.

8 Heinrich Krone, Tagebücher, t. 1 : 1945 – 1961, Düsseldorf, 1995, p. 524. Cf. Hans-Peter Schwarz, Adenauer. Der Staatsmann : 1952 – 1967, Stuttgart, 1991 ; Hans-Jürgen Grabbe, Unionsparteien, Sozialdemokratie und Vereinigte Staaten von Amerika 1945 – 1966, Düsseldorf, 1983, pp. 256 – 351 ; Reiner Marcowitz, Option für Paris ? Unionsparteien, SPD und Charles de Gaulle 1958 – 1969, Munich, 1996, pp. 146 – 164 ; Soutou (note 1), pp. 357 – 399.

9 Anselm Doering-Manteuffel, Die Bundesrepublik Deutschland in der Ära Adenauer. Außenpolitik und innere Entwicklung 1949 – 1963, Darmstadt, 21988, p. 98.

10 Michael Lemke, Die Berlinkrise 1958 bis 1963. Interessen und Handlungsspielräume der SED im Ost-West-Konflikt, Berlin, 1995 ; Klaus Schroeder, Der SED-Staat. Geschichte und Strukturen der DDR, Munich, 1998, pp. 162 – 173 ; Joachim Scholtyseck, Die Außenpolitik der DDR, Munich, 2003, pp. 19 – 22 et pp. 93 – 97 ; Hermann Wentker, « Une politique étrangère étroitement limitée. La situation de la RDA dans le système international », in : Allemagne d’aujourd’hui, 169 (2004), pp. 25 – 47 ; Id., Außenpolitik in engen Grenzen. Die DDR im internationalen System 1949 – 1989, Munich, 2007.

11 Siebenmorgen (note 7).

12 Peter Bender, Episode oder Epoche. Zur Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, 31997, pp. 82 – 107.

13 Frank Eibel, Politik der Bewegung. Gerhard Schröder als Außenminister 1961 – 1966, Munich, 2002 ; Torsten Oppelland, Gerhard Schröder (1910 – 1989). Politik zwischen Staat, Partei und Konfession, Düsseldorf, 2002, pp. 419 – 684.

14 Klaus Hildebrand, Von Erhard zur Großen Koalition 1963 – 1969, Stuttgart, Wiesbaden, 1984, pp. 83 – 99.

15 Willy Brandt, Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960 – 1975, Hambourg, 1976, p. 17.

16 Brandt (note 5), pp. 63s.

17 Siebenmorgen (note 7), pp. 351 – 371 ; Heinrich Potthoff, Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 bis 1990, Berlin, 1999, pp. 31 – 43.

18 Ibid., pp. 37s.

19 Soutou (note 1), pp. 489 – 491.

20 Verhandlungen des Deutschen Bundestages, 5. Wahlperiode, Stenographische Berichte 63, Bonn, 1967, pp. 3662 – 3664. Cf. Dirk Kroegel, Einen Anfang finden ! Kurt Georg Kiesinger in der Außen- und Deutschlandpolitik der Großen Koalition, Munich, 1997.

21 Schroeder (note 10), pp. 189 – 197 ; Hermann Weber, Geschichte der DDR, Munich, 22000, pp. 261 – 263.

22 Ibid., pp. 187 – 189.

23 Christian Hacke, Weltmacht wider Willen. Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland, Francfort/M., Berlin, 1993 ; Potthoff (note 17), pp. 73 – 120.

24 Potthoff (note 17), p. 118.

25 Rolf Steininger, Deutsche Geschichte. Darstellung und Dokumente in vier Bänden, t. 3 : 1955 – 1974, Francfort/M., 2002, p. 358.

26 Christoph Klessmann, Zwei Staaten, eine Nation. Deutsche Geschichte 1955 – 1970, Bonn, 21997, p. 469.

27 Ibid.

28 Anselm Doering-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung im 20. Jahrhundert, Göttingen, 1999 ; Reiner Marcowitz, « Im Spannungsverhältnis von Amerikanisierung, Europäisierung und Westernisierung. Die Zäsur der 1960er und 1970er Jahre für die transatlantische Europadebatte », in : Metzger, Kaelble (note 1), pp. 98 – 123.

29 Klaus Schönhoven, « Aufbruch in die sozialliberale Ära », in : Geschichte und Gesellschaft, 25 (1999) 1, pp. 123 – 145.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540