Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

I. L'Allemagne dans les relations internationales

La construction du Mur de Berlin

Cyril Buffet

Texte intégral

  • 1 Cf. Thomas Flemming et Hagen Koch, Die Berliner Mauer. Geschichte eines politischen Bauwerks, Berl (...)

1Au cours d’une chaude nuit d’été, exactement à 1 heure du matin, le dimanche 13 août 1961, plus de 10 000 policiers et miliciens des « groupes de combat » prennent position le long de la ligne de démarcation entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. Sous leur surveillance, des unités du génie installent des barbelés et des chevaux de frise. Des scènes identiques se produisent au même moment dans différents endroits de la ville. En quelques heures, 69 des 81 points de passages entre les deux parties de la ville sont fermés ; le trafic du métro et du S-Bahn est interrompu. L’organe du SED explique que la RDA use du droit normal de « tout État souverain » de se protéger contre « les activités hostiles des forces revanchardes et militaristes d’Allemagne occidentale et de Berlin-Ouest ». Quatre jours plus tard, les barbelés commencent à être remplacés par un Mur de béton. L’opération Muraille de Chine, conçue par Ulbricht et Honecker, est exécutée avec succès. Berlin-Ouest est complètement coupé du territoire est-allemand1.

2Réclamée depuis février 1952 par les autorités est-allemandes mais rejetée à chaque fois par l’URSS, cette mesure de verrouillage est l’aboutissement d’une crise ayant commencé près de trois ans plus tôt.

Une longue crise

3En effet, le 27 novembre 1958, Khrouchtchev adresse aux trois Alliés un ultimatum qui exige la transformation, dans les six mois, de Berlin-Ouest en une « ville libre » démilitarisée. Passé ce délai, l’URSS conclurait un traité de paix séparé avec la RDA en lui transférant tous ses droits concernant Berlin, notamment les accès à la ville quadripartite.

4Khrouchtchev déclenche la seconde crise de Berlin pour de multiples raisons, aussi bien agressives que défensives. Il vise vraisemblablement à restaurer son autorité vis-à-vis de la Chine, qui défie de plus en plus ouvertement la puissance soviétique sur la scène mondiale. Mais surtout, il juge le moment favorable pour arracher d’importantes concessions à l’Ouest, car il croit que l’URSS détient une supériorité militaire et technologique, comme le prouve l’envoi dans l’espace du premier satellite « Spoutnik ». Il est donc convaincu que l’Ouest ne risquera pas une guerre pour Berlin. Il doute de la combativité des Occidentaux et mise sur leurs contradictions internes. Entraîné par la dynamique de confrontation de la guerre froide et désireux de tester la potentialité coercitive des armements nucléaires, il veut contraindre les Occidentaux à ouvrir des négociations sur l’Allemagne et le désarmement. Il cherche à contrer l’influence grandissante de la RFA qui ambitionne de se doter de capacités atomiques, ce qui redistribuerait la donne géostratégique en Europe. Il perçoit la République fédérale comme « revancharde », s’apprêtant à lancer une offensive économique destinée à absorber une RDA soumise à de graves difficultés intérieures, au point que l’exode de ses habitants ne cesse de s’amplifier. Le maintien de Berlin-Ouest menace à brève échéance de provoquer l’effondrement de la RDA, pièce essentielle du dispositif stratégique soviétique. Si l’URSS n’est pas en mesure de garantir la sécurité de la RDA, pour laquelle Khrouchtchev éprouve du reste une affinité émotionnelle, c’est tout son empire qui risque de périr. Le Kremlin ressent donc l’urgence de stabiliser la RDA en obtenant sa reconnaissance internationale.

5Durant toute la crise, Khrouchtchev développe une tactique ambivalente, se montrant tout à la fois prêt à prendre des risques et soucieux d’éviter une situation explosive. Il cherche certes à améliorer la position soviétique, mais il renonce à des actions radicales, de peur d’être entraîné dans un engrenage fatal.

6Acharné à conquérir un statut égal à celui de la RFA, Ulbricht souscrit pleinement l’objectif poursuivi par Moscou. Mais au fil des mois, des divergences tactiques apparaissent entre les deux dirigeants et un renversement se produit : le Russe dirige la manœuvre jusqu’en mai 1960, puis, l’Allemand de l’Est prend progressivement les commandes. C’est que Berlin ne revêt pas la même signification pour l’un et l’autre. Khrouchtchev replace l’affaire berlinoise dans le cadre du conflit entre l’Est et l’Ouest et l’utilise comme un « levier » pour soulever la question allemande dans son ensemble, tester la solidarité occidentale, peser sur l’équilibre stratégique européen. Pour Ulbricht, il s’agit d’un problème existentiel dont le règlement conditionne dans une large mesure la survie même de la RDA. Pour parvenir à ses fins, il réussit à faire accepter par le Kremlin une politique que celui-ci rechignait à appliquer, en modifiant le rapport entre le satellite et le centre. Il sait bien que son État est dépendant de l’URSS sur les plans militaire et économique, mais il sait aussi que l’URSS est dépendante de la RDA sur les plans stratégique et idéologique, Moscou ne pouvant perdre la RDA pour des raisons de prestige et de sécurité.

7De leur côté, les Occidentaux s’interrogent sur les motivations de Khrouchtchev. Durant toute la crise, ils défendent le maintien du statu quo, tout en acceptant le principe de discussions. Ils estiment que la position de Berlin-Ouest n’est pas militairement défendable mais que son abandon est politiquement impensable. Ils tendent cependant à diverger sur les modalités de la négociation.

8Les Américains spéculent que l’URSS cherche à tester la détermination des Alliés et les forcer à reconnaître de facto la RDA. Convaincu que Khrouchtchev redoute autant que lui une guerre thermonucléaire, Eisenhower refuse de céder à la pression soviétique mais il ne veut pas non plus provoquer un affrontement militaire. C’est pourquoi il cherche à faire traîner les choses, tout en parant à toutes les éventualités.

9Persuadé que nul n’est prêt à mourir pour Berlin et refusant par principe de céder à un « bluff » diplomatique, de Gaulle recommande une attitude de fermeté. Il se montre attentif aux inquiétudes d’Adenauer, car il y voit l’opportunité de réduire l’influence anglo-américaine sur les affaires européennes et de capter la puissance allemande pour réaliser son dessein d’un leadership de la France sur le continent.

10Face à la crise Adenauer est sur la défensive. Comme toute sa politique consiste à empêcher la reconnaissance de la RDA (« doctrine Hallstein »), il plaide pour le maintien du statu quo. Il manifeste une grande suspicion à l’égard d’un processus de négociation dont il serait écarté et qui serait susceptible de porter atteinte à toute perspective de réunification et à la sécurité de son pays. Sa rigidité heurte notamment les Britanniques.

  • 2 Daniel Gossel, « Die Berlinkrisen 1948/49 und 1958/62. Wendepunkte britischer Deutschlandpolitik ? (...)
  • 3 Gearson (note 1), pp. 121 – 123.

11Obsédé par le risque d’un incident susceptible de dégénérer en conflit atomique, le Premier ministre britannique, Harold Macmillan, adopte une position « raisonnable » fondée sur le maintien allié à Berlin, assortie d’une éventuelle reconnaissance de la RDA qu’il juge préférable à une guerre mondiale. Il conteste ainsi la proposition américaine d’une « escalade contrôlée », destinée à souligner la détermination occidentale et à tester la volonté soviétique. Il place ses espoirs dans une diplomatie du sommet et s’attribue le rôle d’intermédiaire bienveillant entre l’Est et l’Ouest. Son attitude modérée correspond à celle de l’opinion publique britannique : seulement 16 % des Britanniques se prononcent, en avril 1959, pour le maintien coûte que coûte des Occidentaux à Berlin2. Le relèvement économique et le réarmement de l’Allemagne occidentale réveillent en Grande-Bretagne d’anciennes rivalités et peurs. Des journaux londoniens envisagent même l’abandon de Berlin-Ouest et la transplantation de la totalité de sa population dans une ville nouvelle en RFA. S’appuyant sur son opinion, Macmillan estime que sa mission consiste à prendre une initiative, afin de sortir de la spirale de la confrontation. C’est pourquoi il entreprend en février 1959 un « voyage de découverte » à Moscou, jugé positivement par la presse et la population, alors que la RFA le condamne sévèrement comme une démarche munichoise d’appeasement3.

12Auparavant, les Occidentaux avaient défini, en décembre 1958, une position commune et proposé aux Soviétiques l’ouverture de négociations sur l’Allemagne et Berlin.

De Genève à Paris via Camp David

13Le 10 janvier 1959, l’URSS présente un projet de traité de paix avec l’Allemagne fondé sur sa neutralisation et suggère la tenue d’un sommet des quatre puissances. Soumettant leur contre-projet de « plan de paix », les Alliés se contentent d’une conférence des ministres des Affaires étrangères, à laquelle participent pour la première fois des observateurs des deux États allemands. L’Est semble avoir obtenu en partie gain de cause, puisque l’Ouest accepte de négocier et admet une présence est-allemande. La conférence se déroule à Genève en deux sessions, du 11 mai au 20 juin et du 13 juillet au 5 août, dépassant ainsi le délai imparti par l’ultimatum. D’ailleurs, Khrouchtchev avoue à Ulbricht en juin 1959 qu’il s’est servi de la menace du traité de paix séparé comme d’une « épée de Damoclès », pour contraindre les Occidentaux à s’asseoir à la table des négociations. Mais c’est une menace qu’il n’a pas l’intention de mettre à exécution.

14La conférence de Genève ne débouche sur aucun résultat tangible, ce qui rassure Adenauer, même s’il a dû accepter la présence d’une délégation est-allemande placée sur un pied d’égalité avec la représentation fédérale. Les puissances occidentales sont satisfaites d’avoir réussi à réduire la tension, même provisoirement. Khrouchtchev estime que la reconnaissance de facto de la RDA constitue le préalable à une reconnaissance de jure qui la stabiliserait durablement. Dès lors, il cherche à gagner du temps, pour permettre à l’économie est-allemande de se fortifier et d’améliorer sa compétitivité par rapport à la RFA. Il conserve l’espoir de conclure avec l’Ouest un accord sur l’ensemble de la question allemande dont Berlin représente seulement un aspect. Sa patience semble récompensée, puisqu’il effectue, en septembre 1959, une visite officielle aux États-Unis, au cours de laquelle il est reçu à Camp David par Eisenhower qui admet le caractère « anormal » de la situation berlinoise et accepte l’idée d’un sommet quadriparti.

15Ce sommet a lieu à Paris en mai 1960. Mais, deux semaines auparavant, un avion-espion américain U2 est abattu au-dessus de l’URSS et son pilote capturé. Khrouchtchev profite de cet incident pour faire capoter la conférence, car il se doute qu’elle est vouée à l’échec, puisque de Gaulle et Eisenhower soutiennent la position intransigeante d’Adenauer. Le dirigeant soviétique préfère désormais attendre l’élection d’un nouveau président américain, ce qui déçoit Ulbricht, confronté à des difficultés intérieures grandissantes.

Une hémorragie mortelle

16La RDA se vide de sa population. Cet exode massif est la cause principale de la crise. Entre 1949 et 1961, un habitant sur six quitte la RDA. Au total, plus de 2,6 millions de personnes émigrent ; la moitié a moins de 25 ans. Cette hémorragie condamne à terme le régime communiste. Aussi, Ulbricht est bien décidé à la juguler et notamment à colmater la brèche berlinoise.

  • 4 Patrick Major, «The Berlin Wall crisis. The view from below», www.history.ac.uk.

17À partir de la seconde moitié de 1957, les autorités est-allemandes restreignent drastiquement la délivrance de visas, provoquant aussitôt une nouvelle vague de départs. Elles criminalisent l’acte de partir, en instituant en décembre 1957 le délit de « fuite de la république » (« Republikflucht »), passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans. En outre, les parents des fugitifs sont pénalisés, par exemple dans l’obtention d’un logement ou d’une place à l’université. La police et la Stasi multiplient les contrôles pour détecter de potentiels fugitifs. Jusqu’à la construction du Mur, elles procèdent ainsi à 50 000 interpellations, mais pour un fugitif appréhendé, six réussissent à passer. Toutes ces mesures mécontentent de larges franges de la population, ce qui a pour conséquence d’alimenter le mouvement migratoire4.

18L’exode démographique s’avère une spirale infernale : les mesures coercitives prises par le pouvoir engendrent des fuites qui accentuent les défaillances du système économique qui provoquent de nouveaux départs qui suscitent une répression accrue. Et à chaque fois que la tension monte à Berlin, le flux de départs enfle. En accélérant « la construction du socialisme », le régime s’aliène en outre certaines catégories socio-professionnelles, en particulier parmi les élites enseignantes et médicales. En conséquence, la fuite des cerveaux (techniciens, ingénieurs, étudiants, administrateurs, personnel soignant…) s’amplifie. Dans les campagnes, la collectivisation forcée entraîne maints départs de fermiers, ce qui nuit à la productivité agricole.

19Ces départs massifs remettent en cause le programme de planification puisqu’il est impossible de savoir de quelle main d’œuvre disposeront l’industrie, l’agriculture et les services dans les prochaines années. Croyant que seules des considérations économiques motivent les fugitifs, le SED fait connaître en 1958 son intention de dépasser en trois ans le niveau de vie ouest-allemand, annonce qui est accueillie avec la plus grande incrédulité par la population, qui vient seulement d’être soulagée du système de rationnement en vigueur depuis la guerre.

  • 5 Lemke (note 1), pp. 279s.

20Dans la mesure où un départ légal, c’est-à-dire muni d’un visa, devient de plus en plus difficile, Berlin reste la seule porte de sortie, susceptible d’être franchie aisément en empruntant le métro ou en traversant la rue, au point qu’à la fin de 1958, plus de 90 % des départs s’effectuent par cette ville. Le problème berlinois devient pour Ulbricht une priorité vitale et exige une solution radicale, soit le contrôle direct de Berlin-Ouest soit l’isolement des secteurs occidentaux. Il est en tout cas résolu à éliminer le foyer de perturbation que représente Berlin-Ouest. Jusqu’en 1959, il estime qu’un traité de paix reconnaissant la souveraineté de la RDA sur les accès à la ville réglerait la question. Mais le Kremlin reporte sans cesse la décision, craignant d’exacerber la tension et d’enclencher une escalade imprévisible. Par la suite, Ulbricht se focalise sur l’urgence qu’il y a à verrouiller la porte de sortie ouest-berlinoise5. Réalisant l’impossibilité d’un accord général sur l’Allemagne – qu’il ne souhaite pas au demeurant, car cela pourrait se faire au détriment de l’État socialiste –, il s’efforce dès lors de convaincre Khrouchtchev de la nécessité impérieuse de résoudre, rapidement et indépendamment, le problème de Berlin-Ouest dont l’annexion pure et simple constituerait l’objectif idéal. Dans le but d’exercer des pressions sur l’URSS, il instrumentalise la crise des réfugiés, argumentant que la RDA rencontre de si graves difficultés économiques qu’elle menace de s’effondrer, si une décision radicale n’est pas prise. Mais Khrouchtchev continue de tergiverser.

  • 6 Vladislav M. Zubok, « Khrushchev and the Berlin Crisis (1958 – 1962) », in : Working Paper, no 6, (...)

21Au lendemain du sommet de Paris, le dirigeant soviétique passe par Berlin-Est où il annonce à Ulbricht qu’il vaut « mieux attendre ». Celui-ci développe alors une stratégie destinée à piéger Moscou à son propre jeu, en jouant sur sa peur profondément ancrée d’une perte de la RDA. De son côté, le Kremlin redoute une action unilatérale des Allemands de l’Est. Le 30 novembre 1960, Khrouchtchev informe Ulbricht qu’il s’apprête à proposer d’ouvrir une négociation au nouveau président américain qui vient juste d’être élu ; il l’assure vouloir pousser les puissances occidentales hors de Berlin-Ouest, mais « progressivement » et « sans guerre ». Ayant obtenu une promesse d’aide financière substantielle, Ulbricht consent à n’entreprendre aucune mesure unilatérale. Même s’il doute fortement de la volonté soviétique, il espère que l’URSS signera enfin un traité de paix séparé, si aucun accord n’est trouvé avec l’Ouest6.

Valse-hésitation à Vienne

22Comme au début de la crise, Khrouchtchev pense être en 1961 en position de force. En février, l’URSS réussit l’essai d’un premier missile balistique intercontinental et, en avril, elle envoie dans l’espace le premier homme. De plus, son interlocuteur à la Maison Blanche, John F. Kennedy, promeut une « stratégie de paix », fondée sur le statu quo et la coexistence des deux systèmes. Khrouchtchev pense donc pouvoir conclure avec Kennedy un « accord mutuellement satisfaisant », d’autant qu’il perçoit un infléchissement de la politique allemande des États-Unis, ce qui n’est pas sans susciter l’inquiétude d’Adenauer. Macmillan s’interroge également sur les capacités de dirigeant de Kennedy et craint que son inexpérience cause un conflit majeur. Le désastre de la Baie des Cochons semble confirmer sa suspicion.

23Mais Ulbricht se soucie de devancer une initiative soviétique. Il demande la convocation du Comité politique du Pacte de Varsovie qui se réunit les 28 et 29 mars. Certes, il n’obtient pas encore satisfaction, ses partenaires jugeant dangereuse une fermeture de la frontière interberlinoise, mais il alerte ses partenaires sur la gravité d’une situation susceptible d’avoir de sérieuses répercussions sur l’ensemble des pays de l’Est. Il place implicitement Khrouchtchev devant l’alternative d’obtenir vite un arrangement avec Kennedy ou d’être confronté à une mesure unilatérale.

24Au retour de cette réunion, Ulbricht se sent si sûr qu’il confie à Honecker, qui est en charge des questions de sécurité au sein du Bureau politique du SED, la mission de commencer les préparatifs de l’opération « Muraille de Chine ». Pendant que la police des frontières s’occupe de stocker des barbelés et des poteaux et qu’un tiers des effectifs de la police anti-émeutes est transféré à Berlin-Est, Ulbricht renouvelle, auprès de Moscou, sa demande pressante de « fermer la porte de l’Ouest », insistant sur les effets catastrophiques de l’exode sur l’économie est-allemande. Il tend même à aggraver la crise des réfugiés, en limitant la liberté de déplacement des 50 000 frontaliers (« Grenzgänger ») qui habitent à l’Est mais travaillent à Berlin-Ouest. L’ambassadeur soviétique en RDA en conclut en mai 1961 que les Allemands de l’Est se montrent si impatients de boucler la frontière qu’ils n’hésitent pas à développer une « approche unilatérale ».

  • 7 Rolf Steininger, Deutsche Geschichte seit 1945, vol. 3 : 1955 – 1974, Francfort/M., 2002, p. 56.

25Dans ce climat tendu se déroule les 3 et 4 juin le sommet de Vienne entre Khrouchtchev et Kennedy. Informé deux mois auparavant par l’ambassadeur américain à Moscou que les Allemands de l’Est pourraient « verrouiller la frontière sectorale pour stopper le flux insupportable de réfugiés par Berlin »7, Kennedy veut clarifier auprès de Khrouchtchev les vues américaines sur Berlin, afin que le Kremlin ne commette pas des erreurs d’appréciation. Tout en reconnaissant le caractère « anormal » de la situation locale, Kennedy cherche à le convaincre que les États-Unis ne sont pas disposés à se faire expulser de Berlin. De son côté, Khrouchtchev, cassant et brutal, déclare vouloir extirper « l’ulcère » berlinois. Il cherche à impressionner le président américain, le traitant comme « un petit garçon », selon le propre jugement de Kennedy. Celui-ci est choqué par le ton belliciste du Soviétique, même s’il décèle sa propension au bluff, comme le lui a confirmé de Gaulle quelques jours plus tôt.

26La rencontre ne débouche sur aucune proposition concrète de discussion. Khrouchtchev en sort frustré, car l’espoir d’un règlement global s’évanouit. Ce nouvel échec d’un sommet ne lui permet plus de gagner du temps. Subodorant qu’il continue d’espérer néanmoins à infléchir les Alliés et à les ramener à la table de négociation, Ulbricht cherche intentionnellement à envenimer la situation pour emporter la décision. Ainsi, lors d’une conférence de presse organisée le 15 juin 1961 à Berlin-Est, il répond à une journaliste du Frankfurter Rundschau que « personne n’a l’intention de construire un mur ». Par cette déclaration, aussi fracassante que révélatrice, son dessein ne peut être que d’aiguiser la tension, dans le but de persuader Khrouchtchev de l’urgence du moment : il dit en substance que si rien n’est entrepris, la chute de la RDA est imminente. Son aveu déclenche une peur collective parmi la population est-allemande qui redoute que la porte berlinoise se ferme brutalement (« Torschlußpanik »). Déjà, durant les six premiers mois de 1961, plus de 100 000 habitants avaient quitté la RDA, dont 20 000 rien qu’en juin. En juillet, ils sont 30 000 ! Et pendant les deux premières semaines d’août, 47 000 départs sont enregistrés. En même temps, la Stasi orchestre contre de soi-disant « recruteurs » des procès expéditifs dont la presse se fait largement l’écho. Par exemple, un tel « recruteur » est, le 2 août, condamné à 15 ans de prison. À cette date, la décision de construire le Mur n’est pas encore arrêtée, mais elle se précise, surtout après que les Américains se sont montrés accommodants.

  • 8 Lawrence Freedman, Kennedy's wars. Berlin, Cuba, Laos, and Vietnam, Oxford, 2002, p. 68.
  • 9 Freedman (note 8), p. 75.

27Certes, Kennedy veut faire preuve de résolution, afin de ne pas susciter l’inquiétude parmi ses Alliés. Et l’opinion américaine le soutient puisque, début juillet, presque 85 % des Américains se prononcent pour la fermeté et plus de la moitié est même prête à faire la guerre au sujet de Berlin8. Mais le jeune président ne veut pas non plus exacerber la tension jusqu’à « un point de non-retour », d’autant qu’il estime que la division de Berlin est déjà une réalité et que les communistes en contrôlent une moitié, ce que nul ne conteste et ne veut remettre en cause. C’est pourquoi il prononce, le 25 juillet, une allocution radiotélévisée, dans laquelle il expose les trois principes fondamentaux de la politique américaine, que le Conseil atlantique avait déjà du reste énumérés au printemps : droit de présence alliée à Berlin, liberté d’accès à la ville, viabilité de Berlin-Ouest. Kennedy insiste sur sa volonté de défendre les droits alliés à Berlin-Ouest, mais il ne mentionne pas plus Berlin-Est que la liberté de mouvement entre les deux parties de la ville. Il confie peu après qu’il comprend que le problème berlinois soit, pour Khrouchtchev, « insupportable », parce que « tout le bloc de l’Est est en danger », qu’il doit faire quelque chose « pour arrêter cela – peut-être un mur » et qu « il n’y a rien [que Kennedy] puisse faire à ce sujet »9.

28La distinction opérée par Kennedy n’échappe pas plus aux Soviétiques qu’aux Allemands, qu’ils soient de l’Est ou de l’Ouest. Porte-parole de Willy Brandt, le bourgmestre régnant de Berlin-Ouest, Egon Bahr constate amèrement que « c’est presque une invitation aux Soviétiques à faire ce qu’ils veulent avec le secteur oriental ». Cette impression est encore renforcée par la confidence de l’influent sénateur américain William Fullbright qui, le 30 juillet 1961, se demande « pourquoi les Allemands de l’Est ne ferment pas leur frontière » puisqu’ils en ont le droit.

« Opération chirurgicale »

29Le discours de Kennedy influence certainement la décision de Khrouchtchev d’accéder finalement à la demande d’Ulbricht qui ne cesse de lui répéter que, si la situation perdure, « l’effondrement de la RDA est inévitable ». Khrouchtchev réplique à Kennedy par une offensive d’intimidation, menaçant les États-Unis d’une « superbombe de 100 mégatonnes », ce qui déclenche une psychose de guerre en Europe. Il semble chercher à faire monter artificiellement la tension pour susciter ensuite un soulagement, dans la mesure où le Mur apparaît en définitive comme une solution moins dangereuse. Plus tard, Khrouchtchev confirme ne pas avoir voulu de conflit armé mais « seulement pratiquer une opération chirurgicale ». Dès le lendemain de l’allocution de Kennedy, il informe Ulbricht qu’il faut utiliser la tension internationale « pour encercler Berlin dans un anneau de fer ». Ulbricht accélère les préparatifs de l’opération de bouclage. Honecker établit un plan détaillé, nécessitant 485 tonnes de barbelés, en grande partie importés de Pologne et de Tchécoslovaquie, ainsi que des poteaux en béton provenant des centres pénitentiaires de Bautzen et Torgau. À partir du 1er août, des camions transportant ces matériaux de construction convergent vers Berlin.

30Deux jours plus tard, le Pacte de Varsovie se réunit de nouveau et souscrit cette fois à la fermeture de la frontière sectorale. Les dirigeants polonais, tchécoslovaque et hongrois se rangent derrière Ulbricht et Khrouchtchev, parce qu’ils attendent du règlement de la question berlinoise une stabilisation de la RDA, qui mettrait un terme aux incessantes demandes est-allemandes d’aide économique. Les pays de l’Est ne sont plus prêts à sacrifier leur développement économique pour le bien de la RDA, même au risque d’un vraisemblable embargo imposé par l’Ouest comme mesure de rétorsion. Après la séance, Ulbricht discute avec Khrouchtchev des détails de l’opération qui est fixée au 13 août, un week-end de vacances où peu d’Allemands de l’Est travaillent. Khrouchtchev finit par accéder à la proposition d’Ulbricht de boucler Berlin-Ouest, car il suppose que l’Ouest ne ripostera pas par la force. Néanmoins, il veut éviter toute provocation et tout empiétement sur le territoire allié. C’est pourquoi il accepte seulement que des barbelés soient tout d’abord disposés le long de la ligne de démarcation entre les deux parties de Berlin, afin de tester la réaction occidentale. La construction d’un mur n’interviendrait que si les Alliés restent tranquilles. Et il tient à préciser à Ulbricht : « pas un millimètre de plus ». Quant aux forces soviétiques stationnées en RDA, elles seront certes mobilisées mais se contenteront initialement d’observer de loin l’évolution de la situation.

31Khrouchtchev se résigne à la solution du Mur parce qu’elle garantit à la fois la viabilité de la RDA et le statu quo que les Occidentaux se sont montrés déterminés à préserver, même fictivement. Il opère un repli tactique, en renonçant à la revendication maximale du traité de paix séparé, afin de ne pas accentuer une tension susceptible de dégénérer en conflit armé. La fermeture de la frontière interberlinoise est du reste une éventualité envisagée par les Occidentaux, réunis à Paris du 5 au 7 août. Le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères réclame une démonstration de force ; son homologue américain propose seulement des sanctions économiques. Aucun ne veut en fait risquer une guerre, ce que les renseignements soviétiques confirment à Khrouchtchev.

32À partir du 7 août, les événements se précipitent. Ulbricht annonce la décision de fermeture devant le bureau politique. Chargé de l’exécution du plan, Honecker coordonne l’activité des ministères des Transports et de l’Intérieur. Le 11 août la Chambre du Peuple mandate le gouvernement pour appliquer les mesures décidées par le Pacte de Varsovie. La Stasi est placée en état d’alerte le 11 août, avec pour mission « d’empêcher toute manifestation négative ». Cette opération Rose, dont les préparatifs se déroulent dans le plus grand secret et qui requiert une « extrême vigilance », consiste notamment à sécuriser les bâtiments du Parti et du gouvernement et à placer les entreprises, les églises, les médias, les gares et les places publiques sous une étroite surveillance.

33Le lendemain soir, Ulbricht convoque une réunion impromptue du Conseil des ministres, afin d’entériner l’opération qui se déroule comme prévue. Mise en alerte à 21h, la police populaire (« Volkspolizei ») prend position à partir d’une heure du matin le long de la ligne de démarcation ; deux heures plus tard, l’encerclement de Berlin-Ouest est achevé et, à 6 h 30, le dernier passage est fermé. Les forces concernées sont réparties en trois niveaux : d’abord, les polices des frontières et anti-émeutes qui déroulent les barbelés sous la surveillance de la police populaire et des milices (durant les deux premières semaines, 36 gardes passent à l’Ouest) ; ensuite, à 100 mètres, deux divisions motorisées de la NVA qui remplissent une fonction démonstrative ; enfin, en retrait, l’armée soviétique qui n’interviendra que si les Occidentaux renversent les barrières et pénètrent à l’Est. C’est la minutieuse application du plan élaboré dès le mois de mai entre l’URSS et la RDA.

« L’Ouest ne fait rien »

34Le verrouillage de Berlin-Ouest ne semble ni surprendre ni choquer les Occidentaux. Les Britanniques estiment qu’il s’agit d’une mesure limitée à l’Est qui ne remet pas en cause les droits alliés à Berlin-Ouest. Macmillan s’efforce de désamorcer la crise en n’interrompant pas ses vacances. Avant de partir pour un parcours de golf en Écosse, il déclare d’ailleurs aux journalistes que « personne ne se battra pour ça ». De Gaulle reste à Colombey ; son ministre des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville, confie à un proche : « On fait une note et puis voilà ». Kennedy part faire un tour en bateau et ne se manifeste pas publiquement pendant une semaine. Redoutant surtout une insurrection populaire comparable à celle de juin 1953, il recommande de ne rien faire qui puisse exacerber la tension. Devant ses collaborateurs il reconnaît que « ce n’est pas une jolie solution, mais un mur est sacrément mieux qu’une guerre ». Son secrétaire d’État avoue que le Mur a rendu « plus facile » le règlement de la crise, en stoppant l’hémorragie de population qui aurait provoqué l’implosion de la RDA aux conséquences dangereuses. Adenauer ne veut pas non plus « détériorer davantage la situation internationale » et s’attend à des négociations globales avec l’URSS, qui chercherait aussi à l’évincer du pouvoir à l’occasion des prochaines élections législatives de septembre et préfèrerait un chancelier social-démocrate jugé plus conciliant. C’est pourquoi il attend le 22 août pour se rendre à Berlin-Ouest qui lui réserve un accueil glacial.

  • 10 Steininger (note 7), p. 70.

35En RFA et à Berlin-Ouest, la passivité des puissances protectrices suscite une énorme déception dont témoigne le quotidien populaire à gros tirage Bild ; entourée de fil de fer barbelé, la une du 14 août proclame en gros titres : « L’Ouest ne fait rien. Kennedy se tait. Macmillan part à la chasse. Adenauer injurie Brandt ». Pour l’ambassadeur ouest-allemand Heinrich Krone, c’est « l’heure de la grande désillusion »10. Rassemblés devant la mairie de Berlin-Ouest, 250 000 habitants manifestent le 16 août leur mécontentement : « Trahis par l’Ouest ? », « Où sont les puissances protectrices ? ».

36Willy Brandt partage ce désenchantement. Il estime que le mutisme allié risque d’avoir de fâcheuses conséquences sur la population ouest-berlinoise qui, se sentant abandonnée, pourrait massivement déserter la ville et ainsi miner le statu quo, au point que l’Est pourrait être tenté de se saisir de la totalité de la ville. C’est ce qu’il écrit sans détours à Kennedy dont il veut obtenir des réassurances. Réalisant finalement le désarroi allemand, le président américain prend des mesures de réconfort. Il renforce le 18 août la garnison berlinoise d’un bataillon de 1 600 soldats qui emprunte démonstrativement l’autoroute traversant la RDA. Il dépêche également sur place le général Clay, héros du Pont aérien, ainsi que le vice-président Johnson chargé de transmettre à Brandt sa réponse, dans laquelle il réaffirme que les États-Unis ne peuvent « aller à la guerre sur ce point ».

37À partir de cette date, la RDA passe à la phase II du plan, puisque l’Ouest ne bouge pas. Les barrières sont progressivement remplacées par un mur en béton de deux mètres de haut surmonté de barbelés. Le lendemain meurt la première victime identifiée du Mur ; elle se tue en sautant de son logement de la Bernauer Straße. Durant les semaines suivantes, les maisons de cette rue délimitant les secteurs soviétique et français sont condamnées et les habitants évacués de force par les autorités est-allemandes. Le 24 août est tué le premier fugitif.

  • 11 Major (note 1), 2009, chapitre 5 : « Walled in : 13 August 1961 ».

38En dépit d’une campagne de propagande tonitruante présentant le Mur comme un « rempart antifasciste » destiné à empêcher une agression occidentale, la majorité de la population est-allemande ne s’illusionne guère sur les motivations réelles du pouvoir. Des manifestations de protestation se produisent durant les premiers jours, notamment parmi la jeunesse. Mais la police et la Stasi interviennent brutalement. Les attroupements sont dispersés, les contestataires arrêtés. En trois semaines, plus de 3 100 personnes sont internées, dont la moitié à Berlin-Est et à Potsdam. Des jugements sommaires sont prononcés. Les procès sont abondamment commentés dans la presse, afin d’obtenir un rapide « effet préventif ». Ce sont finalement des sentiments de tristesse et de lassitude qui prédominent au sein de la population, car le Mur sépare des familles et des amis11. Ulbricht a réussi. Les Occidentaux n’ont pas réagi et ses concitoyens ne se sont pas rebellés. Le Parti contrôle si bien la situation que les milices sont rappelées dès le 25 août.

Conclusion

  • 12 Douglas Salvage, « The End of the Berlin Crisis », in : Cold War International History Project, Bu (...)

39Pour Ulbricht, le Mur présente le double avantage de boucher le trou berlinois et de tirer le rideau de fer devant la vitrine de l’Ouest. Mais il ne constitue qu’une première étape, l’objectif final restant la soumission totale de Berlin-Ouest. Or, Khrouchtchev ne partage nullement ce point de vue. Il estime, au contraire, que le Mur met fin à la crise. En octobre 1961, il renonce à l’idée de conclure un traité de paix séparé, persuadé qu’un transfert à la RDA du contrôle des accès à Berlin-Ouest provoquerait une guerre. Quatre mois plus tard, il confirme à Ulbricht que « le 13 août, nous avons atteint le maximum de ce qui était possible »12.

40En fait, la solution du Mur permet à l’URSS de réaffirmer son contrôle sur la RDA, qui est désormais stabilisée. La consolidation de « l’État des ouvriers et des paysans » met à mal la prétention de la République fédérale à représenter l’ensemble du peuple allemand, préfigure la fin de la « doctrine Hallstein », porte en germe la Détente, l’Ostpolitik et la reconnaissance internationale de la RDA. Le Kremlin ne redoute plus une action unilatérale des dirigeants est-allemands et ne se laisse plus dicter sa politique par un satellite. Il neutralise l’ambition affichée par Ulbricht de vouloir se saisir de Berlin-Ouest. En outre, Khrouchtchev tient à préserver le statut berlinois hérité de la guerre, car il ne veut pas se priver d’un moyen de relancer un jour ou l’autre la négociation sur la question allemande.

  • 13 www.berliner-mauer-dokumentationszentrum.de

41Le Mur de Berlin transforme la guerre froide en Europe, en ce sens qu’il la pétrifie durablement. Il devient le symbole même de cette cimentation. Sa construction ne met pas fin au problème de Berlin, qui constitue un élément de la question allemande dont le règlement ne peut intervenir qu’avec la fin du conflit entre l’Est et l’Ouest. Le Mur matérialise la division d’une ville, d’un pays, d’un continent. Pendant 28 ans, ses victimes, au nombre de 133 d’après une étude encore provisoire, rappellent son inhumanité13.

Notes

1 Cf. Thomas Flemming et Hagen Koch, Die Berliner Mauer. Geschichte eines politischen Bauwerks, Berlin, 2001 ; Matthias UHL, Krieg um Berlin ? Die sowjetische Militär-und Sicherheitspolitik in der zweiten Berlin-Krise 1958 bis 1962, Munich, 2008 ; Bernd Eisenfeld et Roger Engelmann, 13.8.1961. Mauerbau. Fluchtbewegung und Machtsicherung, Brême, 2001 ; Hope M. Harrison, Driving the Soviets up the Wall. Soviet-East German Relations 1953 – 1962, Princeton, 2003 ; Hans-Hermann Hertle, Konrad Jarausch et Christoph Klessmann (éd.), Mauerbau und Mauerfall. Ursachen – Verlauf – Auswirkungen, Berlin, 2002 ; Rolf Steininger, Der Mauerbau. Die Westmächte und Adenauer in der Berlinkrise 1958 – 1963, Munich, 2001 ; Michael Lemke, Die Berlinkrise 1958 bis 1963. Interessen und Handlungsspielräume der SED im Ost-West-Konflikt, Berlin, 1995 ; John Lewis Gaddis, We Now Know. Rethinking Cold War History, New York, 1997 ; John P. Gearson, Harold Macmillan and the Berlin Wall Crisis, 1958 – 1962, New York, 1998 ; Ann Tusa, The Last Division : Berlin and the Wall, Londres, 1996 ; Peter Wyden, Wall : The Inside Story of Divided Berlin, New York, 1989 ; Joachim Arenth, Der Westen tut nichts ! Transatlantische Kooperation während der zweiten Berlin-Krise (1958 – 1962) im Spiegel neuer amerikanischer Quellen, Francfort/M., 1993 ; Vladislav Zubok et Constantin Pleshakov, Inside the Kremlin’s Cold War. From Stalin to Khrushchev, Cambridge, 1996 ; Patrick Major, Behind the Berlin Wall. East Germany and the Frontiers of Power, Oxford, 2009.

2 Daniel Gossel, « Die Berlinkrisen 1948/49 und 1958/62. Wendepunkte britischer Deutschlandpolitik ? », in : Arnd Bauerkämper (éd.), Britain and the GDR. Relations and Perceptions in a Divided World, Berlin, 2002, pp. 113 – 127, ici p. 113.

3 Gearson (note 1), pp. 121 – 123.

4 Patrick Major, «The Berlin Wall crisis. The view from below», www.history.ac.uk.

5 Lemke (note 1), pp. 279s.

6 Vladislav M. Zubok, « Khrushchev and the Berlin Crisis (1958 – 1962) », in : Working Paper, no 6, CWHP, mai 1993, pp. 19s.

7 Rolf Steininger, Deutsche Geschichte seit 1945, vol. 3 : 1955 – 1974, Francfort/M., 2002, p. 56.

8 Lawrence Freedman, Kennedy's wars. Berlin, Cuba, Laos, and Vietnam, Oxford, 2002, p. 68.

9 Freedman (note 8), p. 75.

10 Steininger (note 7), p. 70.

11 Major (note 1), 2009, chapitre 5 : « Walled in : 13 August 1961 ».

12 Douglas Salvage, « The End of the Berlin Crisis », in : Cold War International History Project, Bulletin 11 (hiver 1998), p. 221.

13 www.berliner-mauer-dokumentationszentrum.de

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search