Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1961-1974

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

Introduction

Jean-Paul Cahn et Ulrich Pfeil

Texte intégral

  • 1 Cf. Jost Dülffer, Europa im Ost-West-Konflikt 1945 – 1991, Munich, 2004 ; Michael Lemke, Die Berli (...)
  • 2 Cf. Bernd Stöver, Der Kalte Krieg. Geschichte eines radikalen Zeitalters 1947 – 1991, Munich, 2007

1En 1961, l’Allemagne se trouvait au cœur du conflit Est-Ouest. Elle le fut d’autant plus que Khrouchtchev avait ravivé les tensions entre les blocs antagonistes, en novembre 1958, en déclenchant la deuxième « crise de Berlin »1. Le contexte international ne pouvait épargner les deux Allemagnes, tributaires des données géopolitiques, diplomatiques, économiques ou stratégiques générales, et en particulier des relations entre les deux Grands. Les Allemands de l’Ouest et de l’Est avaient conscience d’être des seconds couteaux de cette configuration internationale, mais ils savaient aussi que leur position géographique les plaçait aux premières loges. Cela leur conférait une importance surdimensionnée par rapport à leur poids respectif réel. Comme en outre les deux États allemands connaissaient, chacun de leur côté, une réussite économique qui faisait d’eux des figures de proue commerciales de leurs blocs, ils étaient loin d’être des facteurs neutres. Inversement les débats des années 1950, notamment autour du réarmement allemand, leur avaient permis de prendre conscience que leur situation les désignait comme premières victimes en cas de conflit, ce qui les incitait à vivre les crises internationales de manière particulièrement émotionnelle2.

  • 3 Cf. Hermann Weber, Geschichte der DDR, Munich, 1999, pp. 218 ss.

2Berlin illustrait cette réalité avec une acuité particulière, les tensions internationales y provoquaient rapidement une grande nervosité qui s’intensifia pendant la première moitié de l’année 1961. Le nombre d’Allemands de l’Est quittant la RDA ne cessa d’augmenter, mettant en danger l’existence du régime. Face à une crise économique de plus en plus flagrante, sous l’égide de Walter Ulbricht, le SED avait accéléré la collectivisation du secteur agricole et serré les brides politiques et idéologiques. La réponse de la population fut immédiate : en 1959, 143 917 Allemands de l’Est avait quitté leur pays, 199 188 en 1960, 30 000 en juillet 1961 et encore 47 000 pendant le seul mois d’août. Face à l’effet d’aimant qu’exereçaient la démocratie parlementaire de Bonn et son « miracle économique », Ulbricht devait réagir s’il ne voulait pas, selon une formule en vogue, être le dernier à éteindre la lumière en RDA3.

  • 4 Cf. Edgar Wolfrum, Die Mauer. Geschichte einer Teilung, Munich, 2009.
  • 5 Cf. Anne-Marie Le Gloannec, Un mur à Berlin, Bruxelles, 1985 ; Bernard Brigouleix, 1961 – 1989 : B (...)
  • 6 Le chiffre exact fait encore débat ; cf. Hans-Hermann Hertle, Maria Nooke, Die Todesopfer an der B (...)

3Pour endiguer l’hémorragie vers la RFA, le SED décida de fermer la frontière entre Berlin-Est et Berlin-Ouest4. Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, la RDA commença à poser des grillages et des barbelés autour de Berlin-Ouest divisant l’ancienne capitale du Reich pour une période de 28 ans5. Dans les jours et semaines suivants, sous surveillance de la police et de l’armée est-allemandes, des maçons complétèrent cette frontière par un mur de béton équipé de divers dispositifs de sécurité. Ce mur déchirait des familles et provoquait beaucoup de peine et de douleur. Un an après sa construction, le 17 août 1962, il fit sa première victime, Peter Fechter, mort sous les balles des « douaniers » est-allemands. Jusqu’en 1989, 938 personnes payèrent de leur vie, le long la frontière interallemande, leur volonté de fuir la RDA, dont 239 à Berlin6. Le dernier fut Chris Gueffroy le 6 février 1989, à l’âge de vingt ans.

  • 7 Cf. Werner Müller, « Doppelte Zeitgeschichte. Periodisierungsprobleme der Geschichte von Bundesrep (...)

4« Rempart antifasciste » pour Berlin-Est, « Mur de la honte » pour la RFA, il fut surtout la césure la plus profonde de l’histoire allemande entre 1945/49 et 1989/907. Bien que la question allemande restât à l’ordre du jour dans les années suivantes, sa construction semblait cimenter la bipartition du monde. La division allemande, consolidée par les années 1960, paraissait promise à la durée : la planète s’organisait bon gré, mal gré, en fonction d’elle.

Unies dans la rivalité

  • 8 Cf. Cyril Buffet, « La construction du Mur de Berlin », dans le présent ouvrage.
  • 9 Cf. Maurice Vaïsse (éd.), L’Europe et la crise de Cuba, Paris, 1993.
  • 10 Hans-Peter Schwarz, « Fragen an das 20. Jahrhundert », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, (...)
  • 11 Cf. Reiner Marcowitz, « L’Allemagne au cœur du conflit Est-Ouest », dans le présent ouvrage.

5Le constat pouvait paraître cynique, mais il reste vrai : la construction du Mur fut un premier pas vers la détente8, qui se confirma particulièrement après que la « crise de Cuba » (1962) eût de nouveau menacé la « paix » de la Guerre froide9. Après avoir été au bord d’une guerre atomique, les deux superpuissances s’acordèrent sur des principes qui devaient permettre de régler leurs conflits d’intérêt selon des principes rationnels. Dorénavant, les États-Unis et l’Union soviétique essayèrent d’éviter des affrontements directs en installant des contrôles d’armement au service d’un « état de tensions contrôlées »10 en Europe dans les années 1960. Mais l’apaisement du conflit Est-Ouest allait de pair avec l’avènement du conflit Nord-Sud, le processus de décolonisation faisant de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique latine de nouvelles scènes de la Guerre froide. Les principaux acteurs internationaux devaient faire face à un nouveau scénario international plus polycentrique11.

  • 12 Cf. Pierre Grosser, Les temps de la guerre froide. Réflexions sur l’histoire de la guerre froide e (...)
  • 13 Cf. Gerhard Kowalski, Die Gagarin-Story. Die Wahrheit über den Flug des ersten Kosmonauten der Wel (...)

6La Guerre froide était entrée dans une période de détente, mais la rivalité des deux blocs n’en était pas amoindrie12. Et n’oublions pas : nous connaissons le résultat de cette compétition, mais à l’époque l’issue de cette concurrence idéologique n’était pas prévisible. Pendant les années de l’« après choc du spoutnik », les succès technologiques indéniables de l’Union soviétique avaient inquiété le monde occidental tandis que les dirigeants communistes gagnaient en assurance, surtout après la révolution complète autour de la terre qu’avait réalisée Youri Gagarine le 12 avril 1961, quelques semaines avant la construction du Mur de Berlin13.

  • 14 Corine Defrance, « Politiques et relations culturelles extérieures. Concurrence et interdépendance (...)
  • 15 Cf. Heinz-Gerhard Haupt, Jörg Requate, « Einleitung », in : Id. (éd.), Aufbruch in die Zukunft. Di (...)

7Libéralisme et communisme continuaient à rivaliser dans l’opinion internationale, si l’on peut dire, à armes égales. Dans les deux blocs, on avait pris conscience de l’importance de la perception qu’avaient les autres de soi. Dans le débat idéologique, dans lequel l’image tenait une place de première importance, l’Est se fit le héraut de la paix, l’Ouest celui de la liberté14. Une telle affirmation d’idéaux, difficilement contestables par le message qu’ils véhiculaient, permettait de gagner des sympathies dans une lutte dont l’enjeu était en réalité l’affirmation de soi au détriment de celle de l’autre. L’analyse marxiste de la société et de l’économie avait des partisans dans les deux parties du globe, y compris parmi des intellectuels reconnus qui inclinaient à parler de « convergence » entre les deux systèmes en stipulant qu’il s’agissait dans les deux cas de société industrielle moderne qui serait soumise à des conditions et des défis semblables déterminés par les possibilités du progrès technique et la nécessité d’une organisation efficace. En restant fixés sur la technicisation et la scientifisation des deux systèmes, ils supposaient que les solutions à ces challenges seraient aussi les mêmes (la « théorie des convergences »)15. Imprégné par un optimisme intact fondé sur l’espoir d’une croissance économique forte et permanente et avenir prévisible, d’éventuels doutes quant à l’efficience, voire à la viabilité des régimes est-européens étaient entravés par les arguments des partisans occidentaux de cette forme d’organisation sociale.

  • 16 Cf. Udo Wengst, Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin (...)
  • 17 Cf. Michael Lemke (éd.), Konfrontation und Wettbewerb. Wissenschaft, Technik und Kultur im geteilt (...)

8La rivalité trouva son apothéose dans la concurrence entre les deux Allemagnes16. Chacune se fit à son niveau le champion d’une pratique idéologique, Berlin-Ouest occupant une position privilégiée que désignait l’expression « vitrine de l’Ouest ». Sa situation d’« ilot » occidental (« Insel Berlin ») au cœur du monde communiste lui conférait un statut politique particulier en RFA (qui tenait compte des pouvoirs spécifiques qu’il avait fallu accorder aux autorités locales pour rendre la situation politique gérable mais compensait ces pouvoirs par diverses mesures d’équité interne – en n’accordant par exemple aux députés berlinois du Bundestag que voix consultative et non délibérative). Il fallait aussi compenser un coût de la vie et de la production plus élevé par le seul fait de l’éloignement géographique. Mais on fit davantage : la partie occidentale de la ville devait être la preuve concrète, visible, de l’efficience et de la supériorité du libéralisme en plein cœur de l’Allemagne communiste17.

  • 18 Cf. Jean-Paul Cahn, « Les constitutions des deux Allemagnes », dans le présent ouvrage.

9Retranchée derrière le Mur édifié dans une large passivité diplomatique occidentale, la RDA cherchait à s’affirmer et à se démarquer davantage de la RFA en faisant flèche de tout bois. Après plusieurs rattrapages, sa constitution avait consolidé le pouvoir central en lui donnant les moyens de garantir la main mise exclusive du SED sur l’ensemble des leviers du pouvoir. Cela se fit sur fond d’affirmation à la fois du caractère socialiste de la société est-allemande et de l’autonomie de l’État est-allemand face à l’Allemagne de l’Ouest, ce qui passait par la prise de distance par rapport à la nation en profilant la RDA comme un État allemand autonome et pleinement intégré au bloc qui était le sien18.

  • 19 Cf. Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éd.), Allemagne 1945 – 1961. De la « catastrophe » à la construc (...)
  • 20 Cf. Armin Wagner, « Zone d’opérations Allemagne de l’Est. Espionnage militaire exercé par le Servi (...)
  • 21 Cf. Monika Kaiser, « Die Spionageaffäre Guillaume », in : Bernd M. Kraske (éd.), Pflicht und Veran (...)

10La « coexistence pacifique » proposée par Khrouchtchev aux Américains en 1956 au XXe congrès du PCUS avait certes eu pour but de limiter l’affrontement entre les deux blocs, mais elle ne signifiait pas la fin des rivalités entre capitalisme et communisme. Elle avait déplacé les antagonismes vers d’autres champs et engendré des formes de combat plus subtiles et plus perfides. L’espionnage fut l’un de ces affrontements. Nous avons eu l’occasion de souligner à quel point les deux États allemands s’observaient continuellement19. En toute logique cette observation de l’autre eut aussi son volet militaire. L’Ouest a invoqué à diverses reprises au fil des ans cette vilénie qui poussait la RDA à l’espionner, et l’« affaire Guillaume » en fut l’illustration la plus connue, bien qu’elle ne fût nullement une affaire isolée. En cette matière la situation de victime est confortable, et les deux blocs rivaux s’y placèrent – que l’on songe à l’exploitation que fit Nikita Khrouchtchev de l’affaire de l’U2 de Francis Pauwels au moment de la conférence de Paris. L’addition de telles affaires, divulguées dans la période considérée et des révélations des archives de l’ex-RDA, fait que les agissements de l’Est sont désormais assez bien connus du grand public. Les actions menées par les services ouest-allemands au profit de la RFA et de l’OTAN le sont beaucoup moins. Ils sont évoqués dans ce volume20. Cette contribution met en évidence un fonctionnement dont l’efficacité reposait pour partie sur le passé. Les services de Reinhard Gehlen, homme d’une célébrité remarquable pour le monde de l’ombre, ne disposaient pas seulement d’un fichier important hérité du Troisième Reich, de contacts noués par l’action commune pendant la Deuxième Guerre mondiale d’hommes désormais séparés par la frontière interallemande, mais aussi d’informations venant de personnes dont l’anticommunisme se nourrissait encore de la propagande nazie. Le départ de Gehlen fut suivi d’une rationalisation des services, mais aussi de la gestion d’un contre-espionnage ouest-allemand plus efficace. Malheureusement, notre connaissance de l’emprise des services secrets sur les relations interallemandes reste lacunaire. Leur importance se montrait à la fin de la période que nous traitons dans cet ouvrage : lors de la tentative de censure constructive qu’engagea la CDU en mai 1972, et qui devait provoquer la chute de Willy Brandt, deux membres du groupe parlementaire chrétien-démocrate avaient été payés par la Stasi pour voter le maintien de Brandt de façon que l’initiative de l’opposition échoue. Mais cette même Stasi avait déjà placé l’un de ses espions dans l’entourage proche de Brandt ; il fut découvert et arrêté le 24 avril 1974. Si l’« affaire Guillaume » ne fut pas la cause de la démission de Brandt, le 6 mai 1974, elle en fut l’élément déclencheur et elle mit fin à une période clé de l’histoire de l’Allemagne d’après-guerre21.

S’installer dans la division

  • 22 Dietrich Staritz, Geschichte der DDR 1949 – 1985, Francfort/M., 1985, p. 138.

11Après le 13 août 1961, le SED pouvait profiter d’une situation plus sereine. Composer avec la réalité et le quotidien fut le mot d’ordre des Allemands de l’Est pour tirer le meilleur parti de la nouvelle situation. Certains travaillèrent davantage pour augmenter leur niveau de vie et ne pas compromettre leur ascension sociale. Cette attitude eut des conséquences positives pour l’économie et permit à la RDA de passer – lentement – d’un statut de société de travail à celui de société de consommation. Le Mur provoqua une stabilisation du régime et peut être considérée comme la véritable date fondatrice de l’État est-allemand22. La description de Günter de Bruyn est parlante :

  • 23 Günter De Bruyn, Vierzig Jahre. Ein Lebensbericht, Francfort/M., 1996, p. 110.

« On vivait plus tranquillement à l’ombre du Mur. Nous étions déchargés de la décision de s’enfuir ou de rester ; le provisoire avait pris des formes solides […] et une apparence durable. Il fallait s’installer dans la durée, fonder des familles, faire des enfants, chercher un meilleur appartement et un terrain pour le weekend, adhérer au parti pour faire carrière, du moins ne pas attirer l’attention du parti d’une manière négative et peut-être aussi s’ouvrir davantage à l’idéologie parce que la vie dans une schizophrénie politique durable est difficile »23.

12Les relations entre le régime et ses citoyens semblaient s’apaiser et la RDA s’installer dans une longue période de « coexistence pacifiques ». Mais l’enfermement des Allemands de l’Est, voulu par le SED, plaçait le régime dans une obligation de résultat : tant pour l’opinion mondiale indignée que pour sa population fragilisée, il se devait d’améliorer les conditions de vie de ces « masses laborieuses » dont il se réclamait pour fonder sa légitimité.

  • 24 Jens Gieseke, Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi 1945 – 1990, Munich, 2006 ; Id. (éd.), Staa (...)
  • 25 Cf. Monika Kaiser, Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktionsmechanismen der SED-Diktatur in (...)

13Dans l’immédiat, le pouvoir du SED semblait consolidé et Ulbricht prit une nouvelle assurance qui renforça sa détermination à réaliser ses ambitions totalitaires. Il n’accepta pas de céder une partie de son pouvoir. Face aux acteurs culturels du XIe plénum du Comité central du SED en 1965 (« Kahlschlag-Plenum ») il réduisit au contraire à nouveau les espaces de liberté et la possibilité d’une production culturelle indépendante. Le parti élargit l’appareil de répression (la Stasi) pour infiltrer et neutraliser l’opposition24 qui, elle aussi, était obligée de rester et risquait de constituer un vivier de contestation. Mais la violence ouverte du régime des années 1950 faisait place à des formes plus subtiles d’oppression. Au sein du bloc-Est, la RDA se profila davantage comme « État socialiste », bon élève de la classe soviétique. Son évolution économique encourageante conduisit même Ulbricht à la considérer comme un modèle pour les autres « pays frères », y compris l’Union soviétique. Au début des années 1970 cette arrogance provoqua sa chute et son remplacement par Erich Honecker à la tête du parti et de l’État. Sa mort le 1er août 1973 mit définitivement fin à l’« ère Ulbricht » qui fut progressivement gommée des livres d’histoire de la RDA25.

  • 26 Cf. Heinrich August Winkler, « Du Reich à la › République de Berlin‹ », in : Jean-Marie Valentin ( (...)
  • 27 Georges-Henri Soutou, La guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest, 1943 – 1990, Paris, 200 (...)
  • 28 Cf. Gabriele Metzler, « Breite Straßen, schmale Pfade. Fünf Wege zur Geschichte der Bundesrepublik (...)

14Pour l’opinion publique ouest-allemande, le 13 août 1961 fut un traumatisme profond : la division de l’Allemagne passa brutalement – au double sens de brusquement et par un acte de violence – du stade de réalité politique à celui de réalité militaro-policière tangible. Tout comme il s’était avéré impossible de faire l’unité dans la liberté au dix-neuvième siècle26, une synthèse nationale n’apparaissait désormais que dans une perspective de plus en plus lointaine. Pour Konrad Adenauer qui ne comprit pas tout de suite l’ampleur de la crise en restant étrangement en retrait par rapport à Willy Brandt, alors maire de Berlin-Ouest et futur candidat du SPD à la chancellerie, le Mur de Berlin fut une désillusion pour sa politique allemande. En proclamant, dès les années 1950, que sa politique d’intégration envers les pays occidentaux devait aussi aboutir à la réunification des deux Allemagnes « dans la paix et la liberté » (« in Frieden und Freiheit »), il avait nourri de l’espoir chez les Allemands des deux côtés du rideau de fer. D’une certaine manière, le Mur fut une gifle à tous les orateurs de RFA qui avait nourri dans des beaux discours (« Sonntagsreden ») l’espoir qu’une politique dure de l’Occident par rapport au bloc-Est pourrait rapidement mener à la réunification. Pour le chancelier, la passivité des partenaires occidentaux, qui avaient « craint bien pire, en particulier un nouveau blocus, et ont considéré le Mur comme un moindre mal »27, entrainait une perte de prestige importante particulièrement perceptible lors des élections de septembre 1961 qui fit perdre la majorité absolue au CDU. Une fin de règne s’annonça, accompagnée d’un changement de génération signalant des mutations plus profonde de la société ouest-allemande28.

  • 29 Voir pour la suite Heinrich August Winkler, Histoire de l’Allemagne XIXe–XXe siècle. Le long chemi (...)
  • 30 Franz Josef Strauss, Entwurf für Europa, Stuttgart, 1966, pp. 50s.
  • 31 Burghard Freudenfels, « Das perfekte Provisorium. Auf der Suche nach einem deutschen Staat », in :(...)
  • 32 Walter Scheel, « Falsches Demokratieverständnis », in : Hochland, 60 (1967 – 1968), pp. 365 – 369.

15Après quelques mois de colère et d’indignation, les nouvelles réalités provoquèrent une réorientation à Bonn : on y redéfinit les rapports avec l’« autre Allemagne », que l’on avait coutume d’appeler « la zone » ou « l’autre côté » (« drüben »). Les hommes politiques de droite et de gauche entreprirent de repenser la politique allemande et par conséquent l’un des objectifs principaux de la Loi fondamentale, la réunification allemande29. Dans son livre « Entwurf für Europa » de 1966, Franz Josef Strauß (CSU) plaida pour une européanisation de la question allemande et avoua ouvertement : « Je ne crois pas à la recomposition d’un État-nation allemand, même pas à l’intérieur des frontières des quatre zones »30. Force est de constater que ce furent d’abord des personnages du milieu conservateur-libéral qui suggérèrent que la RFA devait commencer à se constituer définitivement en État-nation et abandonner son caractère provisoire. Dans la revue catholique « Hochland », le journaliste Burghard Freudenfeld provoqua une controverse animée en été 1967 en jugeant le statut de « Provisorium » dangereux parce qu’il serait un mensonge et freinerait le développement d’une conscience nationale en République fédérale : « On ne peut pas vivre de substituts sans graves dommages ; l’illusion qui régit la vie publique n’est pas moins dangereuse pour les collectivités que pour les individus »31. Cette thèse trouva un écho favorable au sein de la classe politique ouest-allemande, dont le nouveau président du parti libéral, Walter Scheel, contesta le caractère provisoire de la RFA par rapport à une Allemagne unifiée en exigeant un regard sur l’Europe (de l’Ouest) et l’intégration32.

  • 33 Karl Dietrich Bracher, Die deutsche Diktatur. Entstehung, Struktur und Folgen des Nationalsozialis (...)
  • 34 Cf. Klaus Schönhoven, « Aufbruch in die sozialliberale Ära. Zur Bedeutung der 60er Jahre in der Ge (...)

16Dès le milieu des années 1960, la RFA s’était engagée dans un processus d’auto-reconnaissance intellectuelle, se concevant comme démocratie occidentale sur le plan politique, sociétal et institutionnel. L’attitude politique et les normes démocratiques avaient rejoint celles des voisins occidentaux. Les changements sociaux, démographiques et structurels permettaient d’observer l’avènement d’une société citoyenne caractérisée par un comportement démocratique participatif, une grande vitalité et une pluralité jusqu’alors inconnus en Allemagne. Elle avait commencé à dépasser son statut provisoire pour devenir une « démocratie postnationale parmi les états nationaux »33, cherchant son identité et sa légitimation dans un « patriotisme constitutionnel » (Dolf Sternberger)34.

17Helmut Schmidt, alors chef du groupe parlementaire du SPD au Bundestag, fut l’un des adversaires de ces positions ; il refusa de considérer la RFA comme un Definitivum, soulignant que l’histoire allemande n’avais pas commencé en 1945 ou 1949 :

  • 35 Helmut Schmidt, « Bundesdeutsches Nationalbewußtsein ? », in : Hochland, 60 (1967 – 1968), pp. 558 (...)

« Nous devons rappeler sans trêve que nous sommes forcément coresponsables du destin politique de nos compatriotes de RDA pour la simple raison que les Allemands de RDA paient presque seuls de manière disproportionnée – et à notre place – la guerre que tous les Allemands ont perdus collectivement […]. Voilà pourquoi je m’oppose à ce qu’on se réfugie dans l’image idyllique de nation fédérale allemande »35.

  • 36 Cf. Peter Bender, Die » Neue Ostpolitik « und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munic (...)

18Contrairement à ce qu’a longtemps pensé la recherche, Willy Brandt n’avait pas attendu la construction du Mur pour réfléchir à une Nouvelle Ostpolitik36. L’accès à de nouveaux fonds d’archives montre que nombre de ses éléments fondamentaux étaient en place dès les années 1950. Il devait constater que les Occidentaux avaient accepté le statu quo minus et n’étaient pas disposés à risquer la paix mondiale. Pour John F. Kennedy le Mur marquait la fin de la crise de Berlin parce que celui qui construit un Mur autour de la ville n’a pas l’intention d’envahir le reste du territoire ni de forcer les puissances occidentales à se retirer.

  • 37 Cf. Michael W. Krekel, Verhandlungen in Moskau. Adenauer, die deutsche Frage und die Rückkehr der (...)

19Brandt avait compris avant d’autres que l’isolement de la RDA, objectif principal de la politique allemande d’Adenauer, ne pouvait durer éternellement. Certes, la « doctrine Hallstein » proclamée après le voyage à Moscou de septembre 195537 et l’intégration des deux Allemagnes à leurs blocs respectifs fut pendant quelques années un obstacle efficace à la « politique de reconnaissance » que Berlin-Est avait engagée en 1957/58. Les voisins occidentaux et la plupart des pays du Tiers-Monde avaient repoussé les demandes de la RDA et refusé d’établir des relations diplomatiques. Mais dès la deuxième moitié des années 1950, cette politique entrava les efforts des deux superpuissances en vue d’installer une détente durable. De surcroît, la RDA commença à s’affirmer au plan international, augmentant la pression sur Bonn et la forçant à s’adapter à une nouvelle situation des relations internationales.

  • 38 Cf. Andreas Wilkens, « Du tabou aux rapports conflictuels. Willy Brandt, l’Ostpolitik et les deux (...)
  • 39 Cf. Karl Kaiser, « Der Beitrag der sozial-demokratischen Koalition zur Vereinigung Deutschlands », (...)

20Brandt et son conseiller Egon Bahr partaient du principe que la réunification allemande passerait par un processus de longue haleine. Ils cherchèrent donc le dialogue au lieu de la confrontation, ils demandèrent aux dirigeants de l’Est d’accepter davantage d’échanges culturels et commerciaux, arguant que l’amélioration de la situation matérielle était pour les deux Allemagnes une condition sine qua non d’une future détente entre elles. Ils savaient aussi qu’il fallait passer par Moscou et Varsovie pour impliquer Berlin-Est dans des négociations interallemandes qui devaient aboutir à la signature du Traité fondamental (21 décembre 1972) lequel, contesté par l’opposition chrétienne-démocrate, fut confirmé par la Cour constitutionnelle fédérale38. On mesure difficilement, avec le recul et la connaissance que nous avons de ce qui suivit, les inquiétudes et l’hostilité que provoquèrent les projets Brandt/Bahr. Schématisons : le régime SED avait survécu à l’ignorance dans laquelle Bonn l’avait tenu depuis 1949, en fixant à bien des égards les lignes de front et de force. Lui donner la légitimité de discussions interallemandes, n’était-ce pas l’ultime capitulation face à un communisme qui, lui, ne lâchait rien ? L’Ostpolitik fut d’abord reçue comme une entreprise hasardeuse, l’ouverture de la boite de Pandore. L’affirmation de Brandt, qui faisait de l’Europe et de l’atlantisme le cadre d’une telle politique, n’apaisa que très modérément les craintes. Mais peu à peu l’opinion évolua et finalement, l’Ostpolitik ne bouleversa pas les données de la question allemande, il y eut surtout des effets pratiques, échanges humains ou commerciaux notamment. Au plan international, la question allemande perdit de son acuité, mais induisit en même temps des changements sociaux en Europe de l’Est. La reconnaissance des frontières fixées en 1975 à Helsinki, accompagnée d’une nouvelle image de l’Allemagne, fut à l’origine d’un mouvement « d’en bas » mettant d’abord en question le communisme pour finalement le vaincre39.

Les différences se creusent

  • 40 Cf. Hermann Korte, Eine Gesellschaft im Aufbruch. Die Bundesrepublik Deutschland in den Sechzigerj (...)
  • 41 Axel Schildt, Detlef Siegfried, Karl Christian Lammers (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in (...)
  • 42 Cf. Wolfgang Kraushaar, Achtundsechzig. Eine Bilanz, Berlin, 2008.
  • 43 Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (éd.), 68, une histoire collective, 1962 – 1981, Par (...)
  • 44 Alexander et Margarete Mitscherlich, Le deuil impossible. Les fondements du comportement collectif (...)
  • 45 Cf. Axel Schildt, « Die Eltern auf der Anklagebank ? Zur Thematisierung der NS-Vergangenheit im Ge (...)

21Après que chacune des deux parties qui la composaient se fût installée dans la division, bien qu’à des degrés divers et de manière différente, on ne pouvait plus ignorer les différences entre les deux Allemagnes. Dans les années 1960, considérées dès cette époque comme des « temps dynamiques »40, la RFA dépassa définitivement la période de reconstruction pour développer les traits d’une modernité culturelle qui détermine encore aujourd’hui son quotidien. À bien des égards, ce fut une décennie charnière : « Par sa dynamique, les années 1960 intensifièrent des tendances antérieures et elles conduisirent à une nouvelle qualité sociétale engagée »41. La représentation des événements de 1968 renforce l’image d’une période d’ébullition caractérisée par des mutations et des nouveaux départs (« Aufbruch »), mais également par la contestation et la violence42. Le mouvement « 68 » fut global ; il trouva ses origines dans la protestation contre la guerre au Vietnam, le synchronisant au delà des frontières43. 1968 fut l’année de la radicalisation : en France, les manifestations et les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre prirent une dimension inconnue jusqu’alors, jetant la Ve République dans une crise profonde. En RFA, en dehors de la protestation contre la guerre, l’impérialisme et le capitalisme, le mouvement prit encore une coloration ouest-allemande, critiquant l’université des Ordinarien (professeurs titulaires de chaires, cf. le célèbre « Unter den Talaren – Muff von tausend Jahren »), la loi sur l’état d’urgence promulguée par la Grande Coalition et finalement le « deuil impossible »44 ou la prétendue incapacité des Allemands à affronter le passé nazi de leur pays et l’absence de culpabilité qui en résultait. Le reproche de refouler le passé qu’adressaient les jeunes de 20 à 30 ans à leurs parents fit de « 68 » en RFA un conflit de générations – à la différence des autres pays45.

  • 46 Schildt, Siegfried, Lammers (note 41), p. 12.
  • 47 Cf. Norbert Frei, 1968. Jugendrevolte und globaler Protest, Munich, 2008.
  • 48 Cf. Klaus Schönhoven, « 1968 – Zeitenwende in der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland ? », i (...)
  • 49 Cf. Bernd Faulenbach, « › Modernisierung‹ in der Bundesrepublik und in der DDR während der 60er Ja (...)
  • 50 Cf. Gabriele Metzler, « Planification et réformes », dans le présent ouvrage. Voir aussi Id., « Am (...)

22Les traces que « 68 » a laissées dans la société ouest-allemande font l’objet de débats depuis des années, tout comme l’interprétation de l’année 1968 en général. Pour les uns, le déclin social et culturel commence avec 1968, pour les autres, 1968 est synonyme d’une refondation de la RFA parce que le mouvement des étudiants aurait donné à la société ouest-allemande l’occasion de s’ouvrir, permettant aux individus un meilleur épanouissement individuel. Ces discussions ont conduit les historiens à s’interroger sur « des lacunes interprétatives historiographiques »46. Les controverses autour de « 1968 » lors des anniversaires décennaux, en 1998 comme en 2008, démontrent aujourd’hui encore que les impressions que nous nous faisons de ces événements restent floues47. Trop souvent, nous constatons une propension à réduire « 1968 » à un tournant entre « une période de plomb » antérieure, caractérisée par les tendances restauratrices de l’ère Adenauer, et un après, déterminé par une libéralisation profonde de la société ouest-allemande. Mais cette interprétation ignore les changements politiques, économiques, sociétaux et culturels intervenus dès la fin des années 1950. Dans ce contexte, la recherche récente comme les contributions de cet ouvrage mettent l’accent sur un processus engagé dans un certain nombre de domaines déjà avant la construction du Mur, accélérant la modernisation de la société à un rythme inconnu jusqu’alors. Par conséquent, parler d’une césure pour caractériser « 1968 » semble aujourd’hui dépassé48. Dès lors que l’on voit dans ces événements une radicalisation et une accumulation de tendances politiques et socio-culturelles préexistantes, les années 1960 constituent une phase de transition à plusieurs niveaux, entre une société industrielle et une société postindustrielle avec un secteur tertiaire en progrès permanent et une différenciation socio-culturelle49, entre d’une part la « moderne classique » pendant laquelle la plupart des problèmes semblait pouvoir se résoudre grâce à une politique sociétale rationnelle et d’autre part une société « planifiée » permettant la fin de toutes les crises et un nouveau départ offrant à la société l’occasion de se pluraliser et de développer des façons d’agir autonomes50. Ces deux aspects se sont superposés et ils ont donné à la deuxième moitié des années 1960 ses tensions particulières inhérentes.

  • 51 Cf. Stefan Karner et al. (éd.), Prager Frühling. Das internationale Krisenjahr 1968, 2 vol., Colog (...)
  • 52 Cf. Stefan Wolle, « Réforme, révolte ou contre-révolution larvée », dans le présent ouvrage.

23En Europe de l’Est les projets de réforme du socialisme, qui gravitaient autour d’une aspiration à un « socialisme à visage humain », s’inspiraient sur bien des points de pratiques occidentales. En tant que phénomène globalisé 1968 plongea le bloc communiste dans une crise profonde, provoquant une réaction violente des dirigeants. Face aux cris de liberté à Prague et dans d’autres capitales orientales, l’Armée rouge écrasa le mouvement de contestation, provoquant une terrible désillusion51. En RDA, certains avaient pu penser que le SED, apparemment touché par une éclaircie notamment en matière de libertés, serait susceptible d’améliorer son image internationale au prix de quelques assouplissements. Cette situation avait en effet créé un point commun inattendu entre les deux Allemagnes : de part et d’autre du Mur, des jeunes gens contestaient l’autorité et l’ordre en place – mais selon un schéma chiasmatique. Chacune de ces jeunesses allemandes réfutait au nom des valeurs de l’autre l’organisation sociale dans laquelle elle avait grandi et les références sur lesquelles cette société s’appuyait : que les contestataires occidentaux eussent un temps recueilli l’approbation tant du SED que des opposants de RDA n’était pas le moindre paradoxe de mouvements qui, globalement, ne manquaient pas de contradictions internes. Face aux oscillations profondes des années 1960, qui agitèrent les deux parties du monde, Berlin-Est n’eut pas vraiment le choix. L’alternative était soit de participer à la répression du « Printemps de Prague », en 1968, soit d’engager un processus d’humanisation auquel le régime n’était nullement disposé. En République fédérale comme dans l’ensemble de l’Occident la réaction fut vive et indignée, mais également prévisible, et l’Est fut en mesure de la gérer tant bien que mal. Mais à l’intérieur le SED se trouva confronté à une contestation qui dépassa les attentes. Elle fut largement le fait d’ouvriers ou de membres de longue date du parti. Un climat de suspicion générale s’établit52. Le ministère de la Sécurité intérieure (la Stasi) se montra très actif et les mesures de rétorsion furent nombreuses, les mesures d’intimidation s’étendirent à l’ensemble de la société. Elles montraient les limites réformatrices de l’« État SED » (« SED-Staat ») qui n’était pas prêt à un débat divergeant parce que même une ouverture modeste était considérée par les dirigeants comme une déstabilisation du système. En RFA par contre les changements des années 1960 furent le résultat d’un débat.

  • 53 Cf. Inge Marssolek, Heinrich Potthoff (éd.), Durchbruch zum modernen Deutschland ? Die Sozialdemok (...)
  • 54 Cf. Gregor Schöllgen, Willy Brandt. Die Biographie, Berlin, 2001 ; Peter Merseburger, Willy Brandt (...)
  • 55 Cf. Jens Hohensee, Der erste Ölpreisschock 1973/74. Die politischen und gesellschaftlichen Auswirk (...)

24Ce débat fut repris par Willy Brandt qui, à partir de 1969, voulait être l’acteur de réformes et créer une « Allemagne moderne »53. Son élection fut liée à un espoir de renouvellement moral de la politique et de justice sociale. Son nom fut associé à une rupture avec l’ère adenauerienne encore entachée par l’héritage national-socialiste. Brandt représentait une partie de la tradition libérale continue (ce que l’on qualifiait de « ungebrochene deutsche Freiheitstradition »), dans la continuité de son combat contre les deux totalitarismes du vingtième siècle : le national-socialisme dans sa période d’émigration et le communisme en tant que maire de Berlin-Ouest (1957 – 1966)54. Il partait du principe que la démocratie ouest-allemande avait encore des progrès à faire : « Nous n’en sommes qu’à nos débuts ! ». Pour Brandt, la démocratie n’était pas seulement une forme d’organisation de l’État mais un élément constitutif de l’économie et de la société, elle imposait de responsabiliser les citoyens en les faisant participer davantage au fonctionnement de l’État. En 1969, Brandt avait suscité des attentes, mais en 1974, un certain nombre de ses partisans étaient déçus parce que, comme lui, ils constataient que le progrès ne se réalise trop souvent qu’avec lenteur. À la fin de son mandat, épuisé par la campagne électorale de novembre 1972 et les attaques de ses adversaires, Brandt ne semblait plus en mesure d’affronter les problèmes économiques et sociaux nés du choc pétrolier de 197355.

  • 56 Cf. Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisi (...)

25La RFA atteignait la fin d’une période d’évolution économique favorable et de stabilité politique, notamment en raison de la menace terroriste. L’occidentalisation en avait fait une société de consommation. Ces mutations n’étaient pas complètes, mais profondes, elles donnaient à la société ouest-allemande des traits libéraux permettant pour la première fois dans l’histoire allemande l’avènement d’une société civile digne de ce nom56 tandis que la société de la RDA avait préservé davantage les traditions allemandes et restait sous l’emprise du SED et de ses aspirations totalitaires ; les deux sociétés allemandes continuaient à s’éloigner l’une de l’autre.

  • 57 Cf. Bernard Ludwig, « De l’anticommunisme au débat politique et intellectuel avec le communisme », (...)

26Une spécificité de la société ouest-allemande par rapport à ses voisins occidentaux fut son anticommunisme virulent, héritage du Troisième Reich, mais aussi instrument de démarcation face à l’Est. Dans les années 1960 l’anticommunisme ouest-allemand passa d’un stade largement émotionnel vers une conception plus rationnelle, plus idéologique, ce qui ne lui épargna pas une crise existentielle face aux transformations de la situation internationale, la détente en particulier. La mutation de l’anticommunisme alla de pair avec une évolution de la conception ouest-allemande de la démocratie ; en même temps elle fut dictée par la réorientation de la politique germano-allemande (Ostpolitik). L’adversaire idéologique étant à sa porte, l’anticommunisme fit largement consensus au sein de la société ouest-allemande et il renforça sa cohésion intérieure, mais cette peur démesurée du communisme provoqua de l’intolérance, jusqu’à conduire aux interdictions professionnelles (« Berufsverbote ») qui firent largement polémique57.

  • 58 Cf. e.a. Jean-Paul Cahn, Bernard Poloni, Migrations et identités. L’exemple de l’Allemagne aux XIX(...)
  • 59 Cf. Ulrich Herbert, Geschichte der Ausländerpolitik in Deutschland. Saisonarbeiter, Zwangsarbeiter (...)
  • 60 Cf. Reinhard Sieder, Sozialgeschichte der Familie, Francfort/M., 41995 ; Ingeborg Weber-Kellermann(...)
  • 61 Cf. Marcel Boldorf, « La politique sociale et la concurrence des deux régimes allemands », dans le (...)

27La construction du Mur contraignit la RFA à élargir sa politique d’immigration en faisant d’elle, sans qu’elle en prît conscience58, un pays d’immigration59, tandis que la société est-allemande ne connaissait pas les mêmes transformations et restait plus allemande. Une autre différence fut l’activité salariale féminine : « travailler » devint un critère d’émancipation et d’intégration sociales à l’Est – critère que des mouvements féministes occidentaux firent leur au-delà des cercles proches du communisme. Mais en Allemagne de l’Ouest nombreux étaient ceux qui considéraient qu’une telle activité pouvait constituer un danger pour le développement et l’épanouissement familiaux60. De même, alors que les associations et autres lobbies étaient perçus en RFA comme une manière d’associer la société civile à la prise de décision législative, ce qui leur avait valu d’avoir l’oreille d’Adenauer en particulier, un peu moins de son successeur Ludwig Erhard, le SED fit des organisations de masse un instrument de sa domination sur la société61.

  • 62 Cf. Françoise Berger, « Divergences et convergences économiques », dans le présent ouvrage.
  • 63 Cf. Klaus Schönhoven, Wendejahre. Die Sozialdemokratie in der Zeit der Großen Koalition, 1966 – 19 (...)

28Au plan économique, la RDA essaya de compenser le retard qu’elle avait pris sur la RFA, mais ni ses contraintes ni ses choix ne contribuèrent à un rattrapage, en particulier du niveau de vie. La révision des priorités industrielles initiales, après une décennie, en faveur des biens de consommation, n’avait pas suffi à donner aux « masses laborieuses » un niveau de vie satisfaisant. L’hémorragie de main d’œuvre stoppée par la matérialisation de la frontière, il fallait convaincre l’intérieur comme l’étranger du bien-fondé et de l’efficience du socialisme. Berlin-Est entra dans une concurrence avec l’Ouest qui pesa sur ses choix économiques62. Dans le même temps, devenu chancelier en 1963, après le départ d’Adenauer, le par trop doctrinaire Ludwig Erhard s’enlisa en raison de son libéralisme intégriste dans les difficultés de la Stagflation, période de stagnation économique mâtinée de phénomènes inflationnistes. Mais la grande coalition63, et particulièrement la collaboration des ministres Karl Schiller (SPD) et Franz Josef Strauss (CSU), permit de relancer la machine économique, si bien que l’économie ouest-allemande était plus stable que d’autres économies en Europe au moment d’affronter les chocs pétroliers en 1973. Mais en même temps, cette date marque la fin d’une époque. La foi dans l’avenir s’effaça devant la conscience de crise.

  • 64 Cf. Corine Defrance, « Politiques et relations culturelles extérieures. Concurrence et interdépend (...)
  • 65 Cf. Caroline Moine, « Le renouveau du cinéma allemand dans les années 1960 », dans le présent ouvr (...)

29Les politiques culturelles reflétaient les différences structurelles : fortement centralisées à l’Est et étroitement contrôlées par le SED, elles échappaient pour l’essentiel à Bonn, les Länder (dont elle dépendait) veillant jalousement à y affirmer leurs prérogatives. Mais là ne s’arrête pas leur intérêt au regard de l’histoire des deux Allemagnes. Conscients de l’importance de la culture à l’intérieur comme au plan international, la RFA et la RDA en firent un espace de concurrence en même temps que d’interdépendance64. En cela la rivalité culturelle reflétait bien cette relation complexe qui unissait et séparait tout à la fois Bonn et Berlin-Est. La séparation l’emporta dans le domaine du cinéma : les initiatives en vue d’une ouverture à « l’autre cinéma allemand » qui avaient marqué les années 1950 s’effacèrent devant les tensions de la décennie suivante. Sous l’influence d’une nouvelle génération les deux cinémas allemands firent essor à part. Invoquant des arguments moraux, les conservateurs du SED reprirent en main la production est-allemande, tandis qu’à l’Ouest la rénovation se dispersa. L’ouverture de la « Berlinale » à des productions d’Europe de l’Est permit cependant de récompenser en 1975 un cinéaste est-allemand marginalisé chez lui depuis près d’une décennie, Frank Beyer65.

  • 66 Cf. Florence Baillet, « Politisation du théâtre des deux côtés du Mur », dans le présent ouvrage.

30La rupture de la fin des années 1960 est tout aussi sensible au théâtre. En RFA elle conduisit à un spectacle plus intimiste après la période de politisation. À l’Est, où s’imposait à cette forme de culture comme aux autres, le « réalisme socialiste », la politisation de la scène répondit à la volonté d’instrumentalisation des autorités66.

  • 67 Cf. Uta Andrea Balbier, « Utopie apolitique dans l’espace olympique », dans le présent ouvrage.

31En matière de sport, levier annexe de la diplomatie et vecteur de propagande lui aussi de première importance, l’Allemagne de l’Est chercha à jouer de la position d’Avery Brundage et du CIO67 pour valoriser des performances dont elle percevait de mieux en mieux le bénéfice politique possible.

  • 68 Cf. Franz Kuhn, « Les deux États allemands face au passé nazi et les enjeux de la Guerre froide » (...)
  • 69 Charles S. Maier, « The End of Longing ? », in : John S. Brady et al. (éd.), The Postwar Transform (...)

32Cette concurrence d’image s’adressait aux diverses couches sociales selon les centres d’intérêt qu’on leur prêtait – le souci d’allier sport et culture s’exprimant par exemple dans la candidature Ouest-allemande à l’organisation des Jeux olympiques de 1972. À côté des réalisations qui devaient marquer sa supériorité on s’attachait à séduire par ce que l’on était – y compris dans le domaine de gestion délicate du rapport au passé allemand. Chacun revendiqua pour son compte le meilleur de l’histoire culturelle allemande. Mais cela ne pouvait suffire. La présence dans des institutions internationales était un corollaire incontournable de la politique d’affirmation de Berlin-Est à laquelle Bonn se devait de réagir point par point. On vit les historiens des deux Allemagnes calquer leur attitude sur celle de leur gouvernement, les Allemands de l’Est cherchant à être reconnus par le Comité international des sciences historiques au sein duquel leurs homologues allemands entendaient bien faire respecter le principe de la représentation nationale unique ; il est vrai que la place prépondérante de l’histoire dans la doctrine marxiste faisait de ce domaine un point d’affrontement particulièrement sensible68. Ces différents exemples nous montrent que le sentiment national avait perdu de son intensité au début des années 1970 comme l’a souligné Charles S. Maier : « On s’était arrangé dans une nation au conditionnel »69.

Imbrications et interdépendances

  • 70 Cf. Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörige (...)
  • 71 Peter Bender, « Bundesrepublik oder Deutschland ? Auch ein Problem sozialer Ungleichheit », in : F (...)
  • 72 Cf. Corine Defrance, Jörg Echternkamp, Stefan Martens, « Pour une histoire des sociétés allemandes (...)
  • 73 Hermann Rudolph, « Eine Grätsche der Geschichte », in : Der Tagesspiegel, 22 septembre 2008.

33Mais une histoire de l’Allemagne entre 1945 et 1990 ne limite pas aux rivalités, divergences et éloignement, elle doit aussi considérer les imbrications, les interactions et les « ponts » au dessus d’un Mur qui ne séparait pas seulement les deux États allemands, mais les liait en même temps parce qu’il séparait les Allemands de l’Ouest et l’Est70. Des relations et des amitiés naissaient, qui n’auraient jamais vu le jour en RFA et qui se perdirent après la réunification. Ces liens privés peuvent paraître banals aujourd’hui, mais dans des dictatures, le privé est souvent hautement politique comme l’a souligné Peter Bender : « Les relations entre Allemands de l’Ouest et de l’Est étaient d’une grande importance. Les ›au revoirs‹ dans des gares est-allemandes, quand la visite de l’Ouest partait, étaient différents des départs de Cologne à Munich71 ». Ce fut aussi la position de Willy Brandt qui ne pouvait pas vaincre la division par l’Ostpolitik, mais qui avait l’intention de percer des « trous » dans le Mur et de dépasser la séparation afin de maintenir des liens entre les Allemands. S’il devait encore y avoir une chance d’unification, il fallait qu’il restât quelque chose à unifier. Bientôt 50 ans après la construction du Mur, 40 ans après les débuts de l’Ostpolitik et 20 ans après la chute du Mur, l’Allemagne s’interroge toujours sur les conséquences de la scission en deux sociétés ouest-et est-allemandes qui perdurent et posent des questions sur l’identité de l’Allemagne actuelle. Les historiens se demandent s’il est encore possible d’appréhender l’histoire de l’Allemagne après 1945 comme une juxtaposition de l’histoire de la RFA et celle de la RDA72. Selon Hermann Rudolph, aucune réponse n’a encore été trouvée parce que les intentions des historiens étaient en général plus convaincantes que le résultat73.

34Quel rôle doit alors jouer l’histoire de l’Allemagne entre 1949 et 1990 ? S’agit-il finalement de deux histoires séparées ? Ou n’y avait-il pas trop de rapports, de points communs et surtout d’interdépendances pour pouvoir les découper ? Christoph Kleßmann opte pour une histoire intégrée de l’Allemagne, mais souligne en même temps le caractère asymétrique des relations parce que « la RDA ne pouvait exister qu’en se démarquant de son homologue, tout en étant – nolens volens – étroitement liée à celui-ci sur le plan historique et économique. La République fédérale pouvait aisément exister sans l’Allemagne de l’Est ». Mais pouvons-nous comprendre certaines caractéristiques de la culture politique et de l’évolution intérieure de la RFA si on néglige l’existence d’une autre Allemagne ? La réponse de Kleßmann est univoque :

  • 74 Christoph Klessmann, « L’Allemagne d’après-guerre : une histoire dédoublée et intégrée », in : Cah (...)

« L’existence, sur le sol allemand, d’une dictature communiste imprègne la culture politique de la République fédérale, favorise le choix de l’intégration occidentale et certaines formes de consensus intérieur ; mais elle discrédite aussi les alternatives sociales mises en avant par le mouvement ouvrier, en particulier dans les années 50 (la socialisation ou l’économie planifiée par exemple) »74.

  • 75 Konrad H. Jarausch, « Deux fois l’Allemagne – une seule histoire ? Pour l’intégration des deux his (...)

35Dans la conclusion du présent ouvrage Konrad H. Jarausch adhère à ces réflexions et prône lui aussi l’écriture d’une histoire croisée avec ses interconnexions multiples pour comprendre la situation très particulière dans laquelle se trouvait l’Allemagne après 1945, insistant sur sa situation atypique dans l’Europe de l’après-guerre, inconnue des autres peuples75. À l’avenir, il sera intéressant d’observer comment l’historiographie des deux Allemagnes concilie leurs différences et leurs interdépendances. Les différentes contributions que regroupe le présent ouvrage ont pour but d’y contribuer modestement en mettant l’accent sur des aspects essentiels de la rivalité et des imbrications des deux Allemagnes dans la phase médiane de leur coexistence, entre 1961 et 1974. Si certains sujets ne se prêtent pas au respect strict des dates retenues, tous tournent autour de la consolidation des deux États. Le risque qu’a pris Pankow en termes d’image, avec la construction du Mur, s’avère payant tandis que l’érosion de la « doctrine Hallstein », mais aussi le temps qui fait son œuvre et l’acceptation progressive, par un nombre croissant d’Allemands, de la coexistence comme fait, sont autant de facteurs qui changent la donne en profondeur : au moment de la démission de Willy Brandt, la phase intermédiaire a pris fin, on est passé de rapports germano-allemands à des relations germano-allemandes qui ressemblent à des relations internationales mais n’en présentent pas pour autant les caractéristiques.

Notes

1 Cf. Jost Dülffer, Europa im Ost-West-Konflikt 1945 – 1991, Munich, 2004 ; Michael Lemke, Die Berlinkrise 1958 bis 1963. Interessen und Handlungsspielräume der SED im Ost-West-Konflikt, Berlin, 1995 ; Id., « Die Berlinkrisen von 1948/49 und 1958 bis 1963 », in : Bernd Greiner (éd.), Krisen im Kalten Krieg, Hambourg, 2008, pp. 204 – 243.

2 Cf. Bernd Stöver, Der Kalte Krieg. Geschichte eines radikalen Zeitalters 1947 – 1991, Munich, 2007.

3 Cf. Hermann Weber, Geschichte der DDR, Munich, 1999, pp. 218 ss.

4 Cf. Edgar Wolfrum, Die Mauer. Geschichte einer Teilung, Munich, 2009.

5 Cf. Anne-Marie Le Gloannec, Un mur à Berlin, Bruxelles, 1985 ; Bernard Brigouleix, 1961 – 1989 : Berlin, les années du mur, Paris, 2001 ; Hans-Hermann Hertle, Konrad H. Jarausch et Christoph Klessmann (éd.), Mauerbau und Mauerfall, Berlin, 2002.

6 Le chiffre exact fait encore débat ; cf. Hans-Hermann Hertle, Maria Nooke, Die Todesopfer an der Berliner Mauer 1961 – 1989. Ein biographisches Handbuch, Berlin, 2009.

7 Cf. Werner Müller, « Doppelte Zeitgeschichte. Periodisierungsprobleme der Geschichte von Bundesrepublik und DDR », in : Deutschland Archiv, 29 (1996) 4, pp. 552 – 559.

8 Cf. Cyril Buffet, « La construction du Mur de Berlin », dans le présent ouvrage.

9 Cf. Maurice Vaïsse (éd.), L’Europe et la crise de Cuba, Paris, 1993.

10 Hans-Peter Schwarz, « Fragen an das 20. Jahrhundert », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 48 (2000) 1, pp. 1 – 36, ici p. 11.

11 Cf. Reiner Marcowitz, « L’Allemagne au cœur du conflit Est-Ouest », dans le présent ouvrage.

12 Cf. Pierre Grosser, Les temps de la guerre froide. Réflexions sur l’histoire de la guerre froide et sur les causes de sa fin, Bruxelles, 1995 ; John Lewis Gaddis, Der Kalte Krieg. Eine neue Geschichte, Munich, 2007.

13 Cf. Gerhard Kowalski, Die Gagarin-Story. Die Wahrheit über den Flug des ersten Kosmonauten der Welt, Berlin, 1999.

14 Corine Defrance, « Politiques et relations culturelles extérieures. Concurrence et interdépendance entre les deux Allemagnes », dans le présent ouvrage.

15 Cf. Heinz-Gerhard Haupt, Jörg Requate, « Einleitung », in : Id. (éd.), Aufbruch in die Zukunft. Die 1960er Jahre zwischen Planungseuphorie und kulturellem Wandel. DDR, ČSSR und Bundesrepublik Deutschland im Vergleich, Weilerswist, 2004, pp. 7 – 28.

16 Cf. Udo Wengst, Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, 2008.

17 Cf. Michael Lemke (éd.), Konfrontation und Wettbewerb. Wissenschaft, Technik und Kultur im geteilten Berliner Alltag (1948 – 1973), Berlin, 2008 ; Id. (éd.), Schaufenster der Systemkonkurrenz. Die Region Berlin-Brandenburg im Kalten Krieg, Cologne, 2006.

18 Cf. Jean-Paul Cahn, « Les constitutions des deux Allemagnes », dans le présent ouvrage.

19 Cf. Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éd.), Allemagne 1945 – 1961. De la « catastrophe » à la construction du Mur, Villeneuve d’Ascq, 2008.

20 Cf. Armin Wagner, « Zone d’opérations Allemagne de l’Est. Espionnage militaire exercé par le Service fédéral de renseignement en RDA », dans le présent ouvrage.

21 Cf. Monika Kaiser, « Die Spionageaffäre Guillaume », in : Bernd M. Kraske (éd.), Pflicht und Verantwortung. Festschrift zum 75. Geburtstag von Claus Arndt, Baden-Baden, 2002, pp. 101 – 109 ; August H. Leugers-Scherzberg, « Herbert Wehner und der Rücktritt Willy Brandts am 7. Mai 1974 », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 50 (2002) 2, pp. 303 – 322 ; Hubertus Knabe, « Der Kanzleramtsspion », in : Wolfgang Krieger (éd.), Geheimdienste in der Weltgeschichte. Spionage und verdeckte Aktionen von der Antike bis zur Gegenwart, Munich, 2003, pp. 216 – 229 ; Luc Rosenzweig, Yacine Le Forestier, Parfaits espions. Les grands secrets de Berlin-Est, Monaco, 2007.

22 Dietrich Staritz, Geschichte der DDR 1949 – 1985, Francfort/M., 1985, p. 138.

23 Günter De Bruyn, Vierzig Jahre. Ein Lebensbericht, Francfort/M., 1996, p. 110.

24 Jens Gieseke, Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi 1945 – 1990, Munich, 2006 ; Id. (éd.), Staatssicherheit und Gesellschaft. Studien zum Herrschaftsalltag in der DDR, Göttingen, 2007

25 Cf. Monika Kaiser, Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktionsmechanismen der SED-Diktatur in Konfliktsituationen 1962 bis 1972, Berlin, 1997.

26 Cf. Heinrich August Winkler, « Du Reich à la › République de Berlin‹ », in : Jean-Marie Valentin (éd.), Le Commerce de l’Esprit, Paris, 2005, pp. 229 – 230.

27 Georges-Henri Soutou, La guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest, 1943 – 1990, Paris, 2001, p. 394.

28 Cf. Gabriele Metzler, « Breite Straßen, schmale Pfade. Fünf Wege zur Geschichte der Bundesrepublik », in : Neue politische Literatur, 46 (2001) 2, pp. 244 – 267.

29 Voir pour la suite Heinrich August Winkler, Histoire de l’Allemagne XIXe–XXe siècle. Le long chemin vers l’occident, Paris, 2005, pp. 666ss.

30 Franz Josef Strauss, Entwurf für Europa, Stuttgart, 1966, pp. 50s.

31 Burghard Freudenfels, « Das perfekte Provisorium. Auf der Suche nach einem deutschen Staat », in : Hochland, 59 (1967), pp. 421 – 433.

32 Walter Scheel, « Falsches Demokratieverständnis », in : Hochland, 60 (1967 – 1968), pp. 365 – 369.

33 Karl Dietrich Bracher, Die deutsche Diktatur. Entstehung, Struktur und Folgen des Nationalsozialismus, Cologne,61979 [1969], p. 544.

34 Cf. Klaus Schönhoven, « Aufbruch in die sozialliberale Ära. Zur Bedeutung der 60er Jahre in der Geschichte der Bundesrepublik », in : Geschichte und Gesellschaft, 25 (1999) 1, pp. 123 – 145.

35 Helmut Schmidt, « Bundesdeutsches Nationalbewußtsein ? », in : Hochland, 60 (1967 – 1968), pp. 558 – 562, ici pp. 561s.

36 Cf. Peter Bender, Die » Neue Ostpolitik « und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munich,41996 ; Heinrich Potthoff, Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 bis 1990, Berlin, 1999.

37 Cf. Michael W. Krekel, Verhandlungen in Moskau. Adenauer, die deutsche Frage und die Rückkehr der Kriegsgefangenen, Bad Honnef, 1996 ; Werner Kilian, Adenauers Reise nach Moskau, Fribourg/Br., 2005 ; Helmuth Altrichter (éd.), Adenauers Moskaubesuch 1955. Eine Reise im internationalen Kontext, Bonn, 2007.

38 Cf. Andreas Wilkens, « Du tabou aux rapports conflictuels. Willy Brandt, l’Ostpolitik et les deux États allemands », dans le présent ouvrage.

39 Cf. Karl Kaiser, « Der Beitrag der sozial-demokratischen Koalition zur Vereinigung Deutschlands », in : Peter R. Weilemann et al. (éd.), Macht und Zeitkritik. Festschrift für Hans-Peter Schwarz zum 65. Geburtstag, Paderborn, 2000, pp. 293 – 307, ici pp. 298s.

40 Cf. Hermann Korte, Eine Gesellschaft im Aufbruch. Die Bundesrepublik Deutschland in den Sechzigerjahren, Francfort/M., 1987.

41 Axel Schildt, Detlef Siegfried, Karl Christian Lammers (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, 2000, p. 14.

42 Cf. Wolfgang Kraushaar, Achtundsechzig. Eine Bilanz, Berlin, 2008.

43 Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (éd.), 68, une histoire collective, 1962 – 1981, Paris, 2008 ; Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, 2008.

44 Alexander et Margarete Mitscherlich, Le deuil impossible. Les fondements du comportement collectif, Paris, 2005 [Die Unfähigkeit zu trauern. Grundlagen kollektiven Verhaltens, Munich, 1967].

45 Cf. Axel Schildt, « Die Eltern auf der Anklagebank ? Zur Thematisierung der NS-Vergangenheit im Generationenkonflikt der bundesrepublikanischen 1960er Jahre », in : Christoph Cornelissen et al. (éd.), Erinnerungskulturen. Deutschland, Italien und Japan seit 1945, Francfort/M., 2003, pp. 317 – 332.

46 Schildt, Siegfried, Lammers (note 41), p. 12.

47 Cf. Norbert Frei, 1968. Jugendrevolte und globaler Protest, Munich, 2008.

48 Cf. Klaus Schönhoven, « 1968 – Zeitenwende in der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland ? », in : Beatrix Bouvier (éd.), Geschichtspolitik und demokratische Kultur. Bilanz und Perspektiven, Bonn, 2008, pp. 45 – 61.

49 Cf. Bernd Faulenbach, « › Modernisierung‹ in der Bundesrepublik und in der DDR während der 60er Jahre. Möglichkeiten und Grenzen eines Vergleichs. Zu den Fragestellungen », in : Zeitgeschichte, 25 (1998) 11/12, pp. 282 – 294.

50 Cf. Gabriele Metzler, « Planification et réformes », dans le présent ouvrage. Voir aussi Id., « Am Ende aller Krisen ? Politisches Denken und Handeln in der Bundesrepublik der sechziger Jahre », in : Historische Zeitschrift, 275 (2002) 1, pp. 57 – 103.

51 Cf. Stefan Karner et al. (éd.), Prager Frühling. Das internationale Krisenjahr 1968, 2 vol., Cologne, 2008.

52 Cf. Stefan Wolle, « Réforme, révolte ou contre-révolution larvée », dans le présent ouvrage.

53 Cf. Inge Marssolek, Heinrich Potthoff (éd.), Durchbruch zum modernen Deutschland ? Die Sozialdemokratie in der Regierungsverantwortung 1969 bis 1982, Essen, 1995.

54 Cf. Gregor Schöllgen, Willy Brandt. Die Biographie, Berlin, 2001 ; Peter Merseburger, Willy Brandt 1913 – 1992. Visionär und Realist, Stuttgart, 2006 ; Helga Grebing, Willy Brandt. Der andere Deutsche, Munich, 2008.

55 Cf. Jens Hohensee, Der erste Ölpreisschock 1973/74. Die politischen und gesellschaftlichen Auswirkungen der arabischen Erdölpolitik auf die Bundesrepublik Deutschland und Westeuropa, Stuttgart 1996.

56 Cf. Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierung 1945 bis 1980, Göttingen, 2002.

57 Cf. Bernard Ludwig, « De l’anticommunisme au débat politique et intellectuel avec le communisme », dans le présent ouvrage.

58 Cf. e.a. Jean-Paul Cahn, Bernard Poloni, Migrations et identités. L’exemple de l’Allemagne aux XIXe et XXe siècles, Villeneuve d’Ascq, 2009, p. 11.

59 Cf. Ulrich Herbert, Geschichte der Ausländerpolitik in Deutschland. Saisonarbeiter, Zwangsarbeiter, Gastarbeiter, Flüchtlinge, Bonn, 2003 ; Hedwig Richter, Ralf Richter, « Italienische » Gastarbeiter « im Ost-West-Konflikt. Kommunistische Propaganda und Überwachung zwischen Italien, BRD und DDR in den 1960er Jahren », in : Deutschland Archiv, 41 (2008) 3, pp. 456 – 465.

60 Cf. Reinhard Sieder, Sozialgeschichte der Familie, Francfort/M., 41995 ; Ingeborg Weber-Kellermann, Die deutsche Familie. Versuch einer Sozialgeschichte, Francfort/M., 1996 ; Merith Niehuss, Familie, Frau und Gesellschaft. Studien zur Strukturgeschichte der Familie in Westdeutschland 1945 – 1960, Göttingen, 2001.

61 Cf. Marcel Boldorf, « La politique sociale et la concurrence des deux régimes allemands », dans le présent ouvrage.

62 Cf. Françoise Berger, « Divergences et convergences économiques », dans le présent ouvrage.

63 Cf. Klaus Schönhoven, Wendejahre. Die Sozialdemokratie in der Zeit der Großen Koalition, 1966 – 1969, Bonn, 2004 ; Rudolf Morsey, « Die Große Koalition. Vorgeschichte und Nachwirkungen », in : Günter Buchstab (éd.), Kurt Georg Kiesinger 1904 – 1988. Von Ebingen ins Kanzleramt, Fribourg/Br., 2005, pp. 393 – 419.

64 Cf. Corine Defrance, « Politiques et relations culturelles extérieures. Concurrence et interdépendance entre les deux Allemagnes », dans le présent ouvrage.

65 Cf. Caroline Moine, « Le renouveau du cinéma allemand dans les années 1960 », dans le présent ouvrage.

66 Cf. Florence Baillet, « Politisation du théâtre des deux côtés du Mur », dans le présent ouvrage.

67 Cf. Uta Andrea Balbier, « Utopie apolitique dans l’espace olympique », dans le présent ouvrage.

68 Cf. Franz Kuhn, « Les deux États allemands face au passé nazi et les enjeux de la Guerre froide » et Ulrich Pfeil, « Querelles allemandes d’historiens sur la scène internationale. La science historique entre internationalité et pensée binaire », dans le présent ouvrage.

69 Charles S. Maier, « The End of Longing ? », in : John S. Brady et al. (éd.), The Postwar Transformation of Germany. Democracy, Prosperity, and Nationhood, Ann Arbor, 1999, pp. 271 – 285, ici p. 276.

70 Cf. Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 29/30 (1993), pp. 30 – 41 ; Id., Martin Sabrow, « Zeitgeschichte in Deutschland nach 1989 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 39 (1996), pp. 3 – 14 ; Id. et al. (éd.), Deutsche Vergangenheiten – eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, 1999.

71 Peter Bender, « Bundesrepublik oder Deutschland ? Auch ein Problem sozialer Ungleichheit », in : Frankfurter Allgemeine Zeitung, 24 septembre 2008.

72 Cf. Corine Defrance, Jörg Echternkamp, Stefan Martens, « Pour une histoire des sociétés allemandes d’après-guerre : une introduction », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 40 (2008) 2, pp. 179 – 188.

73 Hermann Rudolph, « Eine Grätsche der Geschichte », in : Der Tagesspiegel, 22 septembre 2008.

74 Christoph Klessmann, « L’Allemagne d’après-guerre : une histoire dédoublée et intégrée », in : Cahn, Pfeil (note 19), pp. 227 – 241. Sebastian Ullrich souligne que le milieu conservateur ouest-allemand se réconcilia plus rapidement avec le parlementarisme de la Loi fondamentale pendant les années 1950 – après les mauvaises expériences de la République de Weimar – à cause de la confrontation idéologique avec l’Union soviétique ; cf. Sebastian Ullrich, Der Weimar-Komplex. Das Scheitern der ersten deutschen Demokratie und die politische Kultur der frühen Bundesrepublik, Göttingen, 2009.

75 Konrad H. Jarausch, « Deux fois l’Allemagne – une seule histoire ? Pour l’intégration des deux histoires allemandes d’après-guerre », dans le présent ouvrage.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search