Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la décentralisation

 | 
Roger Baury
, 
Marie-Laure Legay

– V – La noblesse française face à la centralisation post-révolutionnaire : refus et accommodements

Formes et enjeux de la réappropriation de la mémoire des provinces dans le processus d’invention de la centralisation au cours de la première moitié du xixe siècle. L’exemple de la France du Nord

Odile Parsis-Barubé

Texte intégral

  • 1 Krzystof Pomian, « Les archives », Les Lieux de mémoire, III Les France, 2 Traditions, Paris, Galli (...)

1Au cours du XVIIIe siècle, l’historiographie provinciale avait fait la preuve de sa capacité de résistance à la dynamique centralisatrice de l’Etat moderne. Deux grandes entreprises de collation de sources, dont on entendait faire un instrument de légitimation définitive des droits de la monarchie – le programme mauriste d’histoire des provinces qui avait pris son plein essor entre 1710 et 1760 et la constitution du Cabinet des Chartes commanditée par Bertin et supervisée par Jacob-Nicolas Moreau entre 1764 et 1789 –, n’avaient finalement abouti qu’à l’illustration de particularismes de plus en plus étroitement circonscrits : ceux des provinces, des villes et, finalement, de familles directement impliquées dans la vie institutionnelle locale et provinciale. En plusieurs provinces, les Mauristes avaient fait l’expérience de la réticence des milieux de la noblesse parlementaire à voir les titres sur lesquels se fondaient leurs séculaires prétentions mis à l’épreuve de la critique érudite. De même, l’entreprise du Cabinet des Chartes, butant sur l’infinie complexité de l’intrication des intérêts sociaux, institutionnels et politiques de la fin de l’Ancien Régime, avait-elle illustré cette association étroite, établie par la mentalité du XVIIIe siècle, entre les titres et la défense des prérogatives1.

2Le XIXe siècle renoue avec la pratique des entreprises centralisées de collecte de sources. La statistique historique et archéologique de la France patronnée par Guizot à partir de 1834, comme la publication des Monuments inédits de l’histoire du Tiers-Etat dont la direction est, à la même époque, confiée à Augustin Thierry, sous l’égide du Comité des Travaux Historiques, témoignent des mêmes conceptions fédératives, appuyées sur la confiance en la puissance unifiante des réseaux de correspondants et sur la conviction que la nation peut accoucher de sa propre histoire par la seule vertu de la mise en série des histoires particulières des territoires qui la constituent.

  • 2 Sur la question de la réinvention de la province au XIXe siècle, nous renvoyons aux deux contributi (...)

3Entre ces deux moments, cependant, le statut des provinces a radicalement changé. Vidées de leur substance institutionnelle par les réformes de la Constituante, rayées de la carte administrative, elles se transmuent en lieux de mémoire et se prêtent, dès lors, à de multiples formes de réappropriation historique : territoires du particulier où s’invente la couleur locale alors même que la nouvelle division administrative du territoire national dévoile ses visées unificatrices et égalitaires ; territoires de la nostalgie, où les voyages pittoresques et romantiques dessinent des itinéraires en formes de pèlerinages dans une « ancienne France » regardée comme un champ de ruines ; mais aussi creusets de la réinvention de ce Moyen Age démocratique et communal, où l’historiographie libérale du temps puise de quoi alimenter sa représentation de la dynamique des progrès de la civilisation2.

4Parce qu’il offre à l’analyse un éventail très ouvert de situations de transition administrative de part et d’autre de la Révolution, le Nord de la France constitue un espace particulièrement représentatif de la diversité des formes que revêt ce processus de réinvention de la province et des modalités selon lesquelles s’opère l’instrumentalisation de sa mémoire dans le cadre des stratégies antagonistes que déploient, au cours de la première moitié du XIXe siècle, partisans et adversaires de la centralisation.

  • 3 Sur les enjeux qui sous-tendent ces stratégies, on se reportera aux travaux de Marie-Vic Ozouf-Mari (...)

5Les trois départements de la Somme, du Pas-de-Calais et du Nord incorporent en effet des territoires qui, sous l’Ancien Régime, possédaient des statuts fort divers : ancien pays d’élections – la Picardie –, anciens pays d’Etats à forte personnalité juridique – l’Artois – ou depuis longtemps fossilisés – la Flandre maritime, la Flandre wallonne, le Tournaisis, le Cambrésis. Les stratégies de préservation, de démembrement ou de regroupement de ces circonscriptions d’Ancien Régime au sein de la nouvelle géographie administrative3 suscitent une abondante littérature de justification, qui prend corps, dès le Consulat, dans les annuaires départementaux. Face à l’argumentaire officiel, qui tend à imposer conjointement les nouveaux découpages et la politique de centralisation, les milieux érudits locaux prennent des positions dont il est aisé de voir qu’elles demeurent, jusqu’à une date avancée du XIXe siècle, tributaires des systèmes de représentation des rapports entre les territoires et le pouvoir, élaborés par l’historiographie provinciale de la fin de l’Ancien Régime. Cela se lit dans la manière dont ils s’impliquent dans la démarche inventoriale qui sous-tend la réalisation de la statistique historique et archéologique de la monarchie de Juillet, entreprise qui suppose, à la fois, capacité d’insertion dans un programme fortement centralisé et adhésion aux thèses d’une historiographie libérale en rupture complète avec celles qui avaient nourri le provincialisme du XVIIIe siècle finissant.

De l’historiographie provinciale d’Ancien Régime à la statistique départementale : ruptures, continuités et silences (1800-1830)

  • 4 Celle-ci est donnée dans l’intégralité de ses dix articles par Dominique Margairaz, François de Neu (...)

6Si l’histoire proprement dite est absente de la nomenclature de l’annuaire, définie en l’an VII par François de Neufchâteau4, les annuaires départementaux n’en constituent pas moins, dès le Consulat, le premier lieu de reprise d’une parole historienne au lendemain de la Révolution. L’histoire occupe, en effet, une place centrale dans l’argumentaire de justification des nouveaux découpages territoriaux. Sa convocation pour démontrer que le département n’est que retour à une cohérence primitive et que la « rupture » révolutionnaire ne serait que réinscription dans un ordre antique, constitue l’un des éléments majeurs des stratégies discursives mises au point par les gouvernants pour démontrer le bienfondé des nouveaux espaces d’exercice du pouvoir.

La recherche des concordances territoriales

7L’invention du département suppose d’abord l’intégration de nouveaux repères géographiques. La première mission des annuaires départementaux est donc de préciser, à l’usage d’un public d’administrateurs et de notables locaux, la manière dont les circonscriptions emboîtées – de la commune au département, en passant par le canton et le district, devenu en 1800 arrondissement – s’articulent aux anciennes divisions administratives, et avec la première d’entre elles, la province, dont on ne voit que trop bien, à travers la littérature statisticienne de l’époque consulaire et impériale, le rôle structurant qu’elle continue de jouer dans la nouvelle partition administrative du territoire. Dans l’aire géographique qui nous occupe, trois situations différentes de transition de la province au département créent un jeu complexe d’oppositions dans l’imaginaire collectif de contrées qui n’avaient ni vécu le même Moyen Âge, ni occupé la même place dans l’édifice monarchique de l’époque moderne.

  • 5 Lequel sanctionnait, en 1659, le retour à la France de ces marges du Nord qu’un jeu complexe d’alli (...)
  • 6 Baron Ange-Rémi Deslyons, Dissertation sur le pays des Atrébates, des Morins, sur le comté d’Artois (...)

8Le Pas-de-Calais conserve intacte, dans sa partie orientale, l’assise territoriale de l’ancienne province d’Artois, c’est-à-dire d’un ci-devant pays d’Etats, doté de privilèges institutionnels acquis à la fin du Moyen Age et confirmés par le traité des Pyrénées5. Au XVIIIe siècle, une production historiographique provincialiste relativement prolifique avait, chaque fois que ces privilèges paraissaient menacés, contribué à forger, sur la base de recherches visant à prouver la haute ancienneté de ces libertés locales, la représentation d’une quasi-autonomie institutionnelle de l’Artois dans la France absolutiste6. La conscience d’une particularité provinciale irréductible, transmuée en mémoire par la rupture révolutionnaire, allait, nous le verrons, compliquer ici l’appropriation mentale de la réalité départementale et l’apprentissage du centralisme administratif.

  • 7 Marie-Laure Legay, Robespierre et le pouvoir provincial. Dénonciation et émancipation politique. A (...)

9La nature des territoires englobés dans le département du Nord induisait une relation différente au passé provincial d’Ancien Régime. La forte lisibilité que le comté avait pu conférer à la Flandre médiévale s’était diluée dans les cadres de la géographie administrative de l’époque moderne. Il existait certes, au XVIIIe siècle, des Etats de Flandre, comme il en existait du Hainaut et du Cambrésis. Mais, contrairement à ce qui s’était passé pour l’Artois, où une assemblée provinciale unique avait généré une identité institutionnelle reposant sur l’idée – ou l’illusion, comme le pensait Robespierre en 17897 – d’une authentique représentativité, la dispersion en quatre Etats (ceux de Flandre wallonne, de Flandre maritime, du Cambrésis et du Tournaisis) n’avait pas permis que fût légué au département une mémoire provinciale aussi résistante. Surtout, le statut de l’Artois, réputé « pays étranger », lui avait assuré un régime fiscal plus clairement désolidarisé de celui du royaume, alors que le poids de l’intendance de Lille s’était fait fortement sentir sur ces territoires du Nord, où Louis XIV, malgré une volonté tactique de ne pas heurter les coutumes locales, avait tout de même imposé ses agents. La départementalisation allait donc ici s’inscrire comme l’aboutissement cohérent d’une dynamique centralisatrice déjà ancienne.

10La Somme représente un cas de figure encore différent. La Picardie n’avait constitué ni une principauté territoriale au Moyen Age, ni un pays d’Etats sous l’Ancien Régime. L’érudition bénédictine et privée de l’époque moderne, déjà aux prises avec la difficulté de la délimitation d’un territoire à la consistance géographique indécise, n’avait pu fonder, ni sur la mémoire féodale, ni sur les réalités institutionnelles de l’époque moderne, la définition d’un quelconque provincialisme. Elle avait conjuré ce vide en cherchant ailleurs les éléments constitutifs d’une identité picarde et avait cru les trouver dans le caractère des habitants et dans leur parler. A la mémoire particulariste des anciens pays d’Etats, s’opposait donc ici le thème de la communauté de destin avec le royaume. A la cohésion préservée du territoire de l’ancienne province d’Artois dans le département du Pas-de-Calais, s’opposait encore l’éclatement de la Picardie en trois circonscriptions : la Somme, l’Aisne et l’Oise, dont les deux dernières englobaient des parties de territoires qui ne ressortirent jamais à l’ancienne Picardie, tandis que des portions de cette dernière étaient rattachées au Pas-de-Calais (le Calaisis, l’Ardrésis, le Boulonnais et le pays de Montreuil).

11La lecture des annuaires départementaux de l’époque consulaire montre que la complexité de certaines situations de démantèlement d’anciens ressorts et de recomposition, par assemblage de territoires aux statuts parfois hétéroclites, ne parvint jamais à brouiller totalement la mémoire des ci-devant découpages territoriaux. Ainsi en l’an XII, Sébastien Bottin, secrétaire général de la préfecture de Lille, peut donner, du jeu d’emboîtements qui a présidé à la formation du département du Nord, cette vision d’une précision exemplaire :

  • 8 Annuaire statistique du département du Nord pour l’an XII, pp. 1-2.

« Il est formé des anciennes provinces dont la désignation suit : 1° la Flandre française en entier ; 2° le Tournaisis français ; 3° le Haynaut français presqu’en totalité, de petites portions seulement en ayant été détachées en faveur des départements des Ardennes et de l’Aisne ; 4° le Cambrésis, à quatre communes près ; il comprend en outre quelques communes de l’ancienne province d’Artois, dans les arrondissements de Lille, Douai et Cambrai et cinq communes du Vermandois dans ce dernier »8.

12Dans les anciens pays d’Etats, qui s’étaient montrés, à la fin de l’Ancien Régime, particulièrement attachés à la préservation de leurs privilèges institutionnels, la question de l’installation des nouveaux repères administratifs soulève manifestement des enjeux plus sensibles. Il ne s’agit plus seulement, pour les rédacteurs des annuaires, de mettre en concordance la nouvelle topographie administrative du territoire avec l’ancienne, mais de justifier les choix qui ont conduit, soit à démanteler le ressort des anciennes provinces, soit à leur adjoindre des territoires qui n’en avaient historiquement jamais fait partie. Un discours historique se forge ainsi, qui démonte pièce par pièce la geste provinciale composée par les historiens du XVIIIe siècle, en soldant, au passage, les comptes du nouveau régime avec l’ancien.

  • 9 Ibid., p. 234.
  • 10 Baron Deslyons, Mémoires pour servir à l’histoire de la province d’Artois jusqu’à l’établissement d (...)

13Le département du Pas-de-Calais, composé pour partie de l’ancienne province d’Artois, en constitue une illustration particulièrement éclairante. C’est à l’Antiquité gallo-romaine que Picquenard, auteur du premier annuaire, publié en 1802, emprunte ses premières références historiques : « Les plus anciens peuples connus qui ont habité le Pas-de-Calais sont les Morins et les Atrébates. […] Les Atrébates occupaient tout le territoire de la ci-devant province d’Artois, dont Arras, la capitale, s’appelait Atrebatum. […] Les Morins étaient disséminés sur une étendue de terrain plus vaste encore que le pays des Atrébates, puisqu’elle comprenait ce qui compose aujourd’hui les arrondissements de Montreuil, Boulogne, Saint-Omer, Calais, Ypres et le Ponthieu »9. Pagi antiques, provinces d’Ancien Régime, arrondissements révolutionnaires : à ce jeu des mises en coïncidence multiples, se dessine une logique historique du découpage des territoires. La métaphore de l’emboîtement ici à l’œuvre permet de rendre compte de son évolution tout en posant comme principe premier la préservation de l’intégrité de l’assiette topographique antique. La référence à l’Antiquité n’est certes pas nouvelle dans la culture historique locale, puisque l’attitude des Atrébates face aux Romains servait déjà d’alibi aux historiens provincialistes du XVIIIe siècle, soucieux d’ancrer les prérogatives artésiennes dans l’histoire la plus reculée. Le baron Deslyons en 1778, comme l’abbé Hennebert en 1789, avait fait de l’époque gallo-romaine le moment fondateur des privilèges provinciaux10. Mais cette réinvention subite de la Morinie au lendemain de la Révolution permet de justifier l’adjonction, au territoire demeuré intact de l’ancien ressort du Conseil provincial d’Artois, de cette partie occidentale du département composée du Calaisis, du pays de Montreuil, de l’Ardrésis et du Boulonnais, dont on avait failli faire, en 1789, la partie méridionale d’un département littoral qui ne vit jamais le jour. Elle conduit surtout à faire de l’ancien territoire supposé des Morins – les extremi hominum de Virgile – un contrepoids à l’Artois, ce dans l’espoir de diluer, dans un ensemble départemental qui la dépasse, une éventuelle résurgence des sentiments particularistes de la province.

  • 11 Nous renvoyons ici à notre article « Paroles d’historiens : la contribution des érudits locaux à la (...)
  • 12 Prospectus de l’Histoire générale de Picardie, p. 5.

14En Picardie, où se pose depuis le XVIIIe siècle la question de la délimitation géographique et de la définition identitaire d’un territoire qui ne constitua jamais ni une entité physique ni une réalité institutionnelle, les choses sont plus compliquées. Nous avons eu l’occasion de développer ailleurs l’étude de la manière dont les historiens picards du XVIIIe siècle – le Père Daire, l’avocat abbevillois Dévérité et le Mauriste Dom Grenier – avaient exprimé le sentiment désespérant de l’impossible saisie historique de la province11 : « Prétendre cependant traiter l’histoire de cette province, comme ont fait Dom Vaissette celle du Languedoc, Dom Lobineau celle de Bretagne, Dom Plancher celle de Bourgogne, Dom Calmet celle de Lorraine […] ce seroit se flatter en vain », écrivait Dom Grenier en 1786, dans son Prospectus de l’histoire générale de Picardie. Et d’expliquer qu’à la différence de ces provinces qui « avoient des propriétaires particuliers, soit Rois, soit Ducs, soit Comtes, dont la succession sert naturellement à la liaison des faits historiques », la Picardie, « depuis que les Commissaires royaux, soit Gouverneurs des Provinces, soit Gouverneurs des villes capitales, profitant de la foiblesse du Gouvernement, s’étoient rendus propriétaires de leur département, a été divisée en autant de Comtés qu’il existoit du temps de César, de capitales de Cités et de Districts particuliers »12.

  • 13 Description du département de l’Oise par le citoyen Jacques Cambry, Paris, Didot l’Aîné, an XI-1803 (...)
  • 14 Ibid., p. 3.
  • 15 Annuaire statistique et historique du département de la Somme, 1806, p. 7.
  • 16 Annuaire du département de la Somme, 1826, p. 1.

15La référence à l’Antiquité gallo-romaine qui, à la même époque, nourrissait, dans l’historiographie provinciale artésienne, l’argumentaire de défense de l’ancienneté des privilèges institutionnels, servait au contraire, en Picardie, à alimenter la thèse de la fatalité de l’éclatement du territoire. Pourtant, lorsque, au début du siècle suivant, il s’agit de mettre en cohérence les trois départements de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise avec l’ancienne Picardie, la référence à une grande Picardie, plus ou moins clairement assimilée à la Belgique de César, sert à la fois d’antidote à l’inconsistance institutionnelle de la province et d’alibi identitaire à tout ou partie de ses habitants. Jacques Cambry, préfet de l’Oise, peut ainsi en 1803 replacer son département dans le puzzle picard en postulant que « le Beauvaisis fit partie de la Gaule Belgique ; [qu’] une portion de la Belgique fut nommée Picardie ; [et qu’] une partie de la Picardie forme à présent le département de l’Oise, dont Beauvais est le chef-lieu »13. Surtout, il redonne des couleurs à ses administrés en arguant que « César nomme les Bellovaques les plus braves des Belges, et les Belges les plus courageux des Gaulois »14. A Amiens, où l’on ne se bouscule guère pour faire avancer la statistique départementale – seuls trois annuaires sont publiés par la préfecture, respectivement en 1806, 1815 et 1826 –, on perçoit nettement la simplification progressive d’un discours visant à opérer un recentrage sur la Somme de l’héritage picard. En 1806, Maurice Rivoire insiste sur le fait qu’à la différence de l’Aisne et de l’Oise qui débordent, la première sur le Hainaut, la seconde sur l’Ile-de-France, la Somme n’est constituée que de territoires ressortissant à la Picardie15. En 1826, le département est purement et simplement assimilé à l’ancienne province dans sa totalité, comme si aucune autre portion de celle-ci ne subsistait ailleurs : « le département de la Somme est entièrement formé de l’ancienne Picardie »16.

Le procès des particularismes institutionnels

16L’offensive pédagogique lancée dès le Consulat pour installer la réalité départementale dans les faits et dans les esprits se devait de prendre ses distances avec les thèses particularistes qui s’étaient forgées au siècle précédent.

  • 17 Ce dont rendent compte la thèse de Marie-Laure Legay, Les Etats provinciaux dans la construction de (...)
  • 18 Baron Deslyons, Dissertation sur le pays des Atrébates, des Morins, sur le comté d’Artois ancien et (...)
  • 19 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, op. cit., t. I, fasc. 2, p. 80.
  • 20 Ibid., p. 81.
  • 21 Ibid., Discours liminaire.

17La question se pose avec une particulière acuité dans les anciens pays d’Etats. Dans le Pas-de-Calais, dont la partie orientale était constituée par une ancienne province où les institutions avaient gardé jusqu’en 1789 une existence réelle17, les fonctionnaires de l’époque consulaire s’attachent, dans les premiers annuaires départementaux, à démonter point par point le discours particulariste qui avait pris corps dans l’historiographie de la fin de l’Ancien Régime. Un ensemble de dissertations et de mémoires avaient paru, à partir de 1778, dont les plus virulents étaient dus à la plume d’un représentant de la noblesse entrante aux Etats, le baron Ange-Rémi Deslyons18. Polémiste mordant, brillant représentant local du courant aristo-démocratique, il avait construit un discours qui liait antiquité des privilèges institutionnels et prospérité de la province : « C’est à son heureuse Constitution, à la sage administration des Etats que l’Artois a été redevable de ses abondantes ressources aussi utiles au roi et à l’Etat, que glorieuses et satisfaisantes pour ses peuples », écrivait-il en 1785 dans le premier tome de son Histoire générale de la province d’Artois19. Développant la vieille doctrine de l’impôt consenti, fondement du pacte censé avoir toujours lié l’Artois à la monarchie – « Tout ce que le peuple supportoit, n’étoit pour lui un fardeau cruel, parce qu’il n’étoit pas taxé sans le consentement des Etats ses représentants »20 –, il justifiait le bien-fondé et l’intangibilité théorique d’institutions que les tentatives de réforme menées par Maupeou entre 1771 et 1774 avaient menacées : « Le développement de tant de faits remarquables nous conduira sans doute à l’éclaircissement de ces usages, de ces privilèges antiques, inhérents à la constitution de l’Artois, avantages précieux dont cette Province se voit peu à peu dépouillée par les entreprises de ceux qui, dans toutes les circonstances, ne consultent que leur intérêt personnel. […] De hardis novateurs ne se joueront plus désormais de notre crédulité. Sous un régime juste et éclairé comme celui de Louis XVI, on n’a besoin que de sentir ses droits pour les retrouver et confondre ceux qui, dans ces temps de troubles et de malheurs, ont abusé de la confiance publique »21.

  • 22 Almanach départemental du Pas-de-Calais pour l’an XI, Arras, 1802, pp. 3-4.
  • 23 Ibid., p. 5.

18La notice historique que les rédacteurs de l’annuaire départemental consacrent au département dès l’an X prend l’exact contre-pied de ce discours, en instruisant le procès des institutions provinciales et, au-delà, celui de l’Ancien Régime. Dénonciation, d’abord, de l’imposture institutionnelle représentée, aux yeux du secrétaire général de la préfecture d’Arras, par l’assemblée provinciale : « on peut ajouter aujourd’hui, écrit Picquenard en 1803, que s’ils avaient maintenu la forme de cette antique et républicaine institution, ils étaient loin d’en avoir conservé l’esprit, et chacun sait combien étaient avilis et tombés dans la dépendance de la cour ces corps qui sous le nom pompeux d’Etats, et malgré le patriotisme inutile de quelques-uns de leurs membres, étaient devenus les premiers instruments du despotisme royal »22. La charge porte ensuite sur l’ensemble de l’organisation administrative et judiciaire d’un royaume dont l’armature institutionnelle, fruit de l’enregistrement des traditions locales et des contraintes coutumières, échappait à la Raison comme au principe d’équité : « Quelles réflexions ne fera pas naître cette seule nomenclature de tribunaux ! Que de temps il fallait pour connaître seulement leurs compétences, leurs coutumes, leurs règlements et leurs loix ! Encore, avec tant de codes incohérens, féodaux et barbares sur lesquels ils fondaient leurs pouvoirs, quel honnête homme pouvait se coucher avec la certitude de n’avoir pas, même involontairement, heurté leur autorité ou encouru leur justice ? Qui ne sent aujourd’hui tout le prix d’une législation civile, douce, peu compliquée et surtout uniforme ? »23

  • 24 Nous empruntons l’expression à M.-N. Bourguet, op. cit., p. 75.

19Dans leur effort pour faire table rase du passé, les fonctionnaires de la préfecture d’Arras, en rompant avec les thèses sur lesquelles s’était fondée la première tradition historiographique provinciale, se donnent les moyens de situer la création du département dans une dynamique de progrès. A la géographie, ils demandent, dans le même temps, de leur fournir les données objectives susceptibles de constituer cet « indice de base du contemporain »24, à partir duquel pourront s’évaluer tous les changements à venir.

La reformulation des liens entre les territoires provinciaux et la Nation

  • 25 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, op. cit., Première partie. Géographie de (...)
  • 26 Annuaire départemental du Pas-de-Calais pour l’an X, pp. 234-288.

20Picquenard, dès l’an X, inscrit le Pas-de-Calais dans ce tableau de la nation naissante qu’attend le ministre de l’Intérieur. S’il recoupe dans ses grandes lignes la nomenclature proposée par la circulaire Chaptal, le plan suivi pour la description du département trahit aussi l’influence de la pensée des Lumières, telle que celle-ci avait pu s’exprimer dans les écrits des érudits locaux du siècle précédent. Picquenard, dans la description résolument optimiste des ressources naturelles et humaines du Pas-de-Calais qu’il entreprend en 1802, recourt à une technique d’inventaire qui paraît n’être pas totalement étrangère à celle qui était à l’œuvre dans l’Histoire générale de la province d’Artois du baron Deslyons, publiée en 178525 : l’un et l’autre dressent, dans un ordre pratiquement identique, la nomenclature des ports maritimes, des rivières, ruisseaux et canaux, des bois et forêts, des mines de charbon fossile et des tourbières, des carrières, des productions agricoles, des activités commerciales et manufacturières26.

  • 27 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, op. cit., Première partie, citée à la n. (...)
  • 28 Ibid., p. 34.
  • 29 Annuaire départemental du Pas-de-Calais pour l’an X, p. 242.

21Par-delà l’apparente identité de l’organisation des procédés d’inventaire, la logique descriptive du fonctionnaire de l’époque consulaire se distingue cependant de celle de l’historien du XVIIIe siècle. Si l’un et l’autre communient dans le constat optimiste des ressources naturelles locales, ce sont pourtant bien deux visions différentes des potentialités économiques d’un même territoire qui, à un quart de siècle de distance, se succèdent d’un écrit à l’autre. Deslyons ancrait son explication de la richesse artésienne dans la logique d’un strict déterminisme naturel : « La nature a favorablement traité l’Artois, écrivait-il en tête de sa description géographique. Les richesses que son sol fertile développe, sa position, concourent à rendre cette province très-importante à la France. Le terrein y est uni : les plaines y sont belles et le pays presque plat »27. Plus loin, la transition par laquelle il passait de la description des voies d’eau à celle des règnes de la nature reprenait ce motif providentialiste : « Puisque la nature a permis au sol heureux de l’Artois de développer une bonne partie des richesses des trois règnes, arrêtons-nous un instant à les considérer »28. Picquenard, en 1802, déplace la problématique. Plus que la nature, c’est, chez lui, l’organisation de l’espace qui commande la prospérité : « Trois causes majeures concourent à la prospérité de ce département, écrit-il. Les ports, les canaux et les routes. Avant de parler des productions de son sol, de ses manufactures et de sa population, il est utile, sans doute, de décrire tous les moyens de communication qui vivifient le commerce, facilitent les échanges et donnent de la vie à l’agriculture »29.

  • 30 Ibid., p. 252.

22C’est dans cette représentation nouvelle d’un territoire défini comme un espace de production de richesses et de circulation de biens de consommation, que s’exprime la prise de distance avec l’image provinciale. A la différence de la province d’Ancien Régime, le département n’est pas seulement un héritage passif de la géographie et de l’histoire : la préfecture inaugure ici la vision moderne d’une circonscription d’exercice du pouvoir dont les hommes auraient su calquer les limites sur celles d’un espace économique cohérent, défini sur la base d’un réseau de circulation. D’où une vision nouvelle, aussi, de son inscription dans un ensemble national dont les conquêtes révolutionnaires viennent de modifier la configuration en l’étendant vers le nord : « Le Pas-de-Calais est traversé presque en tous sens de rivières, ruisseaux et canaux, qui portent sur tous les points la végétation à son plus haut degré ; ils affilient pour ainsi dire ce pays aux départements réunis, à la Hollande et finalement aux nations du nord », écrit-il, avant d’arrêter, en un autre point d’équilibre entre dons de la nature et activité humaine, cette image d’un réseau hydrographique stimulateur de l’activité économique départementale : « ils [les cours d’eau] entretiennent une foule de fabriques, d’usines et de manufactures et l’on peut en général considérer ce département comme le mieux arrosé de la République »30.

  • 31 Ibid., p. 253.

23D’où, aussi, l’importance attachée par l’auteur de ce premier annuaire à la mise en évidence du poids des hommes dans le nouveau cadre départemental. Il en dresse le compte avant d’entamer la description géographique proprement dite du Pas-de-Calais, et fonde sur le constat de l’exceptionnelle richesse démographique départementale sa foi dans le progrès. Dans cette corrélation établie entre richesse économique et densité de la présence humaine s’exprime l’optimisme d’une description inaugurale, destinée, d’une part, à prouver que les territoires formant le département ne sortent ni appauvris ni dépeuplés des dix années de Révolution qu’ils viennent de traverser, et, de l’autre, à manifester la confiance de leurs administrateurs en l’avenir. Car s’il s’apparente à un état des lieux, le parcours géographique auquel l’auteur convie les habitants du Pas-de-Calais tient aussi de la profession de foi. Sans complaisance envers leurs devanciers, les fonctionnaires consulaires dressent un bilan critique de la politique d’aménagement menée dans l’espace provincial sous l’Ancien Régime et affirment leur certitude de voir venu le temps de la gestion rationnelle des promesses de la géographie : « Les travaux épars, isolés, étaient presque toujours dirigés par un esprit d’économie et de localité puéril ou dangereux », écrit Picquenard. Il n’appartient peut-être qu’à un gouvernement républicain de concevoir de vastes plans d’économie politique et d’en faire une égale application sur toutes les parties de l’Etat »31.

  • 32 Marie-Noëlle Bourguet, op. cit., pp. 263-273.

24C’est dans ce déplacement du principe déterministe de la nature vers le volontarisme politique que réside la vraie rupture, celle qui conduit à penser que le département serait le cadre d’inscription d’une politique égalitaire et unificatrice, indéfiniment démultipliable, contre l’histoire, le sol et le climat, sur toute l’étendue du territoire national32.

  • 33 Dévérité, Essai sur l’histoire générale de Picardie, Abbeville, chez la Veuve Dévérité, 1770, vol.  (...)
  • 34 Dom Grenier, Introduction à l’Histoire générale de Picardie, publiée par Ch. Dufour et J. Garnier d (...)
  • 35 Voir, à ce sujet, notre article déjà cité, « Paroles d’historiens : la contribution des érudits loc (...)

25Ignorant les affres d’une rupture institutionnelle aussi radicale que celle que subissent les anciens pays d’Etats, la Picardie adhère sans douleur à cette « fiction du même ». C’est que l’historiographie provinciale d’Ancien Régime avait ici déjà longuement développé la thèse de la précocité de l’attachement de la province à la nation. En rappelant que la Picardie avait été, depuis l’épisode du vase de Soissons, le théâtre des grandes heures de l’histoire de France33, en faisant de la province la première terre de loyalisme à la monarchie capétienne en même temps que le berceau de toute la noblesse du pays34, en posant les premiers éléments d’une généalogie tendant à faire du parler picard l’ancêtre direct du français35, elle avait forgé l’image d’une non-province, promesse et matrice de la nation en devenir.

  • 36 Description du département de l’Oise…, op. cit., p. xiii.
  • 37 Ibid., p. 4.

26Sans solution de continuité, la littérature statisticienne du siècle suivant, reprend ce thème de la ductilité de l’identité picarde. Jacques Cambry, dans sa Description du département de l’Oise, développe, trente ans avant Michelet, la thèse de l’assimilation par le centre. Ainsi il écrit que, s’il a peu parlé des mœurs picardes, c’est « parce que les contrées voisines de Paris adoptent nécessairement les habitudes de cette ville immense ». Et de préciser que « si les Picards eurent un caractère particulier, c’est quand ils portoient le nom de Belges, sur lesquels il eut été déplacé d’écrire dans une notice administrative »36. Quelques lignes plus loin, il a soin de mentionner encore qu’« à l’époque où les Bretons secouèrent le joug des Romains, où Clovis s’empara des Gaules […], la Picardie comme la Champagne se soumit naturellement aux Francs »37.

  • 38 Prospectus de l’Histoire de Picardie, op. cit., p. 6.
  • 39 Annuaire administratif et historique de la Somme pour les années 1852 et 1853 publié sous les auspi (...)
  • 40 Ibid., p. 73.

27L’idée selon laquelle la Picardie serait la plus française des provinces, celle dont la destinée se serait confondue le plus tôt avec celle de la Nation, trouve son aboutissement en 1852 lorsque la rédaction de l’annuaire départemental, devenu Annuaire administratif et historique de la Somme, est confiée, par le Conseil général, à la Société des Antiquaires de Picardie. Les auteurs de la notice historique consacrée au département reprennent le thème développé en 1786 par Dom Grenier, qui rappelait que, depuis Du Cange, tous les écrivains qui avaient tenté d’embrasser l’histoire de la Picardie n’avaient pu le faire qu’en mettant bout à bout l’histoire particulière des cités, villes et comtés constituant la province38 : « le département de la Somme ne peut avoir d’histoire proprement dite, écrivent-ils alors ; on ne saurait puiser les éléments d’une semblable étude que dans l’histoire particulière des communes qui le composent »39. Surtout, ils réactualisent la thèse de la dilution de la particularité picarde dans une nouvelle mise en perspective nationale, où la vocation unificatrice de la départementalisation est fortement réaffirmée : « En effet, depuis la division de la France en départements, le principe d’unité qui nous régit a introduit les mêmes éléments dans l’histoire civile ou religieuse de chaque circonscription départementale. A partir de cette époque, le département de la Somme n’a-t-il pas vécu la même vie politique, n’a-t-il point été agité des mêmes révolutions que l’Etat tout entier »40 ?

  • 41 Recensement dans lequel il avoue, d’ailleurs, trouver une forme de « récréation » (Annuaire statist (...)
  • 42 Annuaire statistique du département du Nord pour l’an XI, pp. 6-7.

28Entre ces deux exemples extrêmes, le silence des annuaires du Nord sur la question traduit sans doute la forme la plus sereine de transition. La présence au secrétariat général de la préfecture de Lille de Sébastien Bottin, arrivé du Haut-Rhin en 1802 et cité en exemple par Chaptal dans la circulaire de janvier 1803, qui rappelait aux préfets leurs obligations en matière de statistique départementale, est certainement pour beaucoup dans la rigueur et le dépouillement du ton de ces publications annuelles. Bottin sépare soigneusement le recensement des richesses archéologiques de son département41 de la description de l’espace départemental, qui, elle, est totalement dépourvue de référence à l’histoire : « le département du Nord, écrit-il dans l’Annuaire de l’an XI (1803), a une physionomie attachante pour l’observateur ; on visite avec jouissance ses côtes, ses dunes, son port de Dunkerque, ses beaux canaux d’une navigation presqu’entièrement artificielle ; ses travaux de dessèchement, sa culture exemplaire, ses riches guérêts… »42. La description se poursuit avec l’énumération des manufactures, des carrières, des bibliothèques, des musées et des champs de bataille. D’emblée, le département est posé comme une réalité physique et économique dont ni le dessin, ni le peuplement, ni le nouveau mode d’administration n’appellent de justification. Une sorte d’évidence historique et géographique dans la logique de laquelle s’inscrivent ses successeurs jusqu’à l’aube de la Monarchie de Juillet.

La mémoire des provinces à l’épreuve de la statistique historique et archéologique (1830-1850)

29Détachée par Guizot de la comptabilité socio-économique en 1834, la statistique historique et archéologique de la France fournit à l’historien un certain nombre d’indices particulièrement intéressants pour étudier les modalités selon lesquelles s’opère, dans la France du premier XIXe siècle, la reconstruction de l’imaginaire de l’espace. L’obligation d’inscrire l’inventaire dans les nouvelles circonscriptions d’exercice du pouvoir nées des réformes de la Constituante suppose qu’en dépit du caractère très récent et quelque peu arbitraire de leur création, soit reconnue leur pertinence en tant que cadre d’inscription de la recherche historique. Corollaire de la démarche statisticienne, l’essor du genre monographique conduit, dans le même temps, à une miniaturisation des objets de l’étude, à une atomisation de la recherche comme des procédés d’écriture, donc au désamorçage des problématiques dont s’était nourri le provincialisme.

30La rupture avec les schémas narratifs et argumentatifs sur lesquels s’étaient, au siècle précédent, construites les histoires provinciales, ne s’opère cependant pas sans douleur ni résistances. Entre efforts sincères de construction de nouvelles cohérences spatio-temporelles et tentatives d’instrumentalisation à visée réactionnaire, la mémoire des provinces est au cœur du dispositif historiographique par lequel le premier XIXe siècle exprime son acceptation ou son rejet du nouvel ordre administratif et du principe centralisateur qui l’inspire.

Réminiscences provincialistes et réticences statisticiennes : l’exemple du Pas-de-Calais

  • 43 Mémoires de la Société royale pour l’encouragement des sciences, des lettres et des arts d’Arras, t (...)
  • 44 Mémoires de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, t. XXI, 1844, p. 124.
  • 45 Id., t. XXIII, 1846, p. 27.
  • 46 Eugène Van Drival, Histoire de l’Académie d’Arras, Arras, 1872, pp. 212-214.

31Restaurée en 1817, l’Académie d’Arras demeure, jusqu’à une date avancée du XIXe siècle, le bastion d’une historiographie nobiliaire, crispée sur la mémoire des particularismes institutionnels de l’ancien Artois. En 1825, le président Thelliers de Sarsannonce son intention d’engager la société savante dans un programme d’histoire de la province dont le but serait de « rechercher qu’elle a été l’origine des peuples qui ont successivement habité l’Artois, leurs mœurs, leurs lois, la nature des privilèges qu’ils avaient obtenus et auxquels ils étaient si fortement attachés »43. En 1843, le comte Achmet d’Héricourt prononce, lors de sa réception officielle dans la compagnie, un discours aux accents résolument provincialistes : « la plus belle page de nos annales, proclame-t-il, celle qui renferme les plus grands enseignements, est encore inédite. […] Je veux parler, Messieurs, des libertés de nos pères, de ces libertés qu’ils ont eu tant de mal à défendre au prix de leur sang. […] Et quel pays fut, sous ce rapport plus riche que le nôtre »44 ? Trois ans plus tard, dans le cadre du rapport sur les travaux de l’année académique qu’il présente en séance publique, il saisit l’occasion qui lui est offerte par l’annonce de la mise en chantier d’une histoire des Etats d’Artois par le baron de Hauteclocque, pour faire l’apologie de cette institution45. Plus avant encore dans le siècle, l’Académie manifeste, par le choix des sujets qu’elle met chaque année au concours d’histoire, la pérennité de son attachement au thème provincialiste : en 1858 et 1859, elle demande ainsi aux concurrents de traiter « des pays d’états en général et des états d’Artois en particulier » ; en 1860, elle propose « une histoire du Conseil provincial d’Artois » ; en 1862, « une histoire des populations agricoles et industrielles de l’Artois » ; en 1863, une « notice historique et littéraire sur Harduin, secrétaire perpétuel de l’ancienne académie » et lui-même historien de l’Artois46.

32Sans doute pourrait-on ne voir là qu’une posture intellectuelle, une manière purement formelle de manifester la nostalgie d’un âge d’or perdu, une sorte de coquetterie d’érudits que ne sous-tendrait plus aucun enjeu politique réel. Il n’en reste pas moins vrai que, derrière ces velléités de maintien en état de survie artificielle du sentiment particulariste, se cache une réelle résistance à l’ordre administratif égalitaire et centralisé issu de la Révolution. Celle-ci s’exprime, en particulier, dans la réticence marquée des érudits arrageois à s’engager dans la statistique historique et archéologique du département.

  • 47 François Harbaville, Mémorial historique et archéologique du Pas-de-Calais, Arras, 1842, p. 2.

33La polémique qui entoure la publication, en 1842, du Mémorial historique et archéologique du Pas-de-Calais de François Harbaville illustre de manière particulièrement convaincante le rôle joué par la rémanence d’une mémoire provinciale forte dans la difficulté à intégrer la nouvelle géographie administrative. Première et unique concession de l’Académie d’Arras à la démarche statisticienne, l’ouvrage témoigne déjà en lui-même de la répugnance des érudits arrageois à rompre avec le cadre provincial : si l’auteur déclare, dans sa préface, avoir accepté de se plier « à la division administrative par arrondissements et cantons [afin de] donner des notions précises sur les antiquités de chacune de nos communes », il n’en affirme pas moins, quelques lignes plus loin, que son intention était de « réveiller la personnalité provinciale » et non de sacrifier aux lourdeurs d’un inventaire systématique : « on trouve partout des documents statistiques, écrit-il ; […] ces détails n’entraient pas dans mon plan »47. Ouvrage hybride qui tente, certes, de passer en revue les quelque neuf cents communes que compte alors le département, mais qui consacre l’essentiel de ses sept cents pages à l’arrondissement d’Arras, c’est-à-dire au cœur historique de l’ancien Artois.

  • 48 Le Puits artésien, 1842, p. 179.
  • 49 Ibid., p. 180.

34Si le Mémorial est poliment salué par les participants du Congrès scientifique qui se tient à Arras en 1853, il est, dès sa parution, reçu avec beaucoup de réticences par les milieux conservateurs artésiens. Le docteur Danvin, fondateur à Saint-Pol-sur-Ternoise de la revue Le Puits artésien, place précisément la critique sur le terrain de la légitimité historique des nouvelles circonscriptions administratives : « L’idée attachée aux mots d’histoire et d’archéologie, demande-t-il insidieusement, ne jure-t-elle pas un peu de son accouplement avec l’idée toute moderne que nous appliquons aujourd’hui à la circonscription départementale »48 ? Reprochant à Harbaville la distribution de son travail selon les nouveaux découpages territoriaux, il dit regretter que celui-ci ne s’en soit pas tenu « à quelques détails d’ensemble qui, réunis, eussent formé un abrégé compact de l’histoire de l’Artois »49.

  • 50 Mandé à Paris le 9 février 1771, Briois, premier président du Conseil provincial d’Artois, avait pl (...)
  • 51 Arch. Dép. Pas-de-Calais, 1 L 7, f° 283.
  • 52 Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, t. I, pp. 9-10.

35La relation entre héritage provincialiste et refus d’adhérer à la démarche inventoriale en matière historique et archéologique est, dans le Pas-de-Calais, d’autant plus patente que les milieux érudits de la partie occidentale du département adoptent une attitude toute différente. Comme si la dualité Atrébatie-Morinie, sur laquelle les auteurs des annuaires du début du siècle avaient fondé leur définition de l’identité départementale, devenait, sous la Monarchie de Juillet, le symbole d’une scission historiographique entre Arras et Saint-Omer. Cette ville, bien qu’incluse avec son arrière-pays immédiat dans le ressort de l’ancien Artois, n’avait jamais été le siège d’aucune institution provinciale. Depuis le XVIIIe siècle, chaque fois qu’une réforme avait remis en cause ces dernières, Saint-Omer avait espéré que fût brisé, à son profit, le monopole arrageois : ce fut le cas lors de la réforme Maupeou de 177150 et on le vit encore dans les virulents débats sur le dessin du nouveau territoire départemental, puis sur le choix du chef-lieu qui opposa les deux villes en 1789 et 179051. Regroupés, dès 1833, au sein d’une très officielle société savante constituée, selon les vœux de Guizot, sur le modèle de celle des Antiquaires de Normandie qu’Arcisse de Caumont avait fondée à Caen onze ans plus tôt, les « Antiquaires de la Morinie » s’inscrivent d’emblée dans une démarche d’inventaire : l’article premier de leurs statuts leur assigne comme objectif, la conservation et la description des monuments anciens de la Morinie, la recherche et l’étude des objets d’art romains et médiévaux, l’histoire naturelle de la contrée, la recherche de son parler, le classement et la publication des chartes et chroniques antérieures à 1789 et l’encouragement des travaux d’histoire locale52. Ainsi, face à la ville-préfecture qui se drape dans son passé de capitale provinciale, Saint-Omer tente-t-elle, en réinventant la Morinie, d’exercer au moins un rayonnement culturel sur cette contrée occidentale dont le Comité de division de la Constituante avait renoncé à faire un département. Surtout, face aux académiciens arrageois mal dégagés de schémas historiographiques d’un autre âge, apparaît-elle comme un foyer d’érudition plus nettement en phase avec les impératifs liés à l’entreprise hautement centralisée de l’inventaire historique et archéologique, patronnée par les ministères de l’Intérieur et de l’Instruction publique.

  • 53 Nous avons développé ce sujet dans notre article, « La Commission des antiquités départementale du (...)

36Une telle distorsion ne pouvait manquer d’attirer l’attention de l’autorité préfectorale et de susciter son agacement. En 1846, trois ans après avoir rappelé à l’ordre les sociétés savantes du département pour le manque de coordination de leurs travaux, et stigmatisé le retard pris par le Pasde-Calais en matière de statistique historique, le préfet Desmousseaux de Givré décide la création autoritaire d’une Commission des antiquités départementales, placée directement sous son autorité. Contraint, pour la peupler, de puiser dans les deux seuls viviers d’érudition que constituaient l’Académie d’Arras, d’une part, et la Société des Antiquaires de la Morinie, de l’autre, il constate cependant que cette instance nouvelle se fait la caisse de résonance des antagonismes historiographiques locaux53. Tandis que les Antiquaires de la Morinie font avancer de leur côté la statistique historique de leur contrée – laquelle paraît en 1869 dans les mémoires de la société sous le titre de Dictionnaire géographique de l’arrondissement de Saint-Omer avant 1789 –, la publication de la Statistique monumentale du Pas-de-Calais s’étiole, ce qui vaut au département une cascade de cinglants rappels à l’ordre en provenance du ministère de l’Instruction publique en 1866 et 1867. Celle-ci n’aura finalement couvert, entre 1850, date de la première livraison, et 1926, date de la dernière, que cinquante-neuf des neuf cents communes du département.

Les difficiles partages de la mémoire picarde

  • 54 Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, t. I, 1838, p. 23.

37En Picardie, la mise en œuvre de la politique d’inventaire, sous la Monarchie de Juillet, fait revenir au premier plan la question du partage de la mémoire de l’ancienne province. La Société d’Archéologie du département de la Somme, créée en 1836 à Amiens, se dote de textes statutaires marqués au coin de la plus totale ambiguïté. Dans la lettre qu’ils adressent au préfet de la Somme pour justifier les raisons de la création de la nouvelle société savante, les membres fondateurs stipulent que « la société d’archéologie, fondée à Amiens, chef-lieu du département de la Somme, a pour objet […] la recherche, la description et la conservation des antiquités de la province », et précisent plus loin que « le siège de la société sera au chef-lieu comme étant le point central où devront aboutir tous les résultats, mais [que] le théâtre de ses études ne sera circonscrit que dans les limites de l’ancienne province »54. Maladresse d’expression ou réelle incertitude identitaire ?

38Il est clair, en tout cas, que si Amiens consent à un partage moral partiel de la mémoire picarde, elle n’en affirme pas moins la prééminence de la Somme dans la gestion de l’héritage et que, par le rôle centralisateur qu’elle s’attribue dans la réalisation de l’inventaire des antiquités de la province, elle prouve avoir parfaitement intégré les nouvelles logiques de la dynamique administrative. Sans doute peut-on ici, comme à Saint-Omer, se demander dans quelle mesure la revendication d’un tel statut ne constitue pas le substitut par lequel la ville-préfecture prétendrait, par le biais de l’activité archéologique, jouer enfin au niveau provincial, le rôle prééminent que l’histoire institutionnelle ne lui avait jamais accordé. Au sein de la nouvelle société savante, en effet, les sièges des titulaires dits « résidants » sont réservés aux Amiénois. Les membres issus des deux autres départements picards, l’Aisne et l’Oise, sont mêlés à ceux du Pas-de-Calais, du Nord, mais aussi du Loir-et-Cher et de la Seine Inférieure, dans la catégorie moins honorifique des « non résidants » ; une situation que ceux-ci ne manquent pas de dénoncer très vite, posant, au-delà même de la question des rivalités locales entre parties démembrées de l’ancienne province, celle de la pertinence de l’inscription d’une problématique archéologique dans un cadre strictement départemental.

  • 55 Ibid., p. 41.

39Quand, l’année suivante, la Société d’Archéologie du département de la Somme devient Société des Antiquaires de Picardie, son secrétaire perpétuel, Bouthors, justifie le changement de dénomination en alléguant les critiques adressées à ses fondateurs par les habitants de l’Aisne, de l’Oise et du Pas-de-Calais (département dont la partie littorale relevait jadis de l’intendance d’Amiens). Ceux-ci, en effet, auraient « représenté avec raison que la division départementale est toute récente et n’offre aucune idée archéologique ; que la spécialité de la société dans le département de la Somme circonscrivait ses travaux à ce département et la privait du concours actif d’un grand nombre de membres qui réservaient le fruit de leurs veilles pour leurs propres départements, au préjudice desquels ils ne voulaient pas enrichir la Société d’un département voisin ; qu’enfin, en s’isolant ainsi, la Société ne pouvait pas entreprendre l’histoire de Picardie, fruit le plus utile qu’elle se fût proposé »55.

  • 56 Ibid., p. 42.

40La polémique soulevée autour des prétentions amiénoises à voir s’objectiver dans la Somme l’âme de l’ancienne Picardie, révèle, on le voit, les contradictions qui président au travail de réaménagement de l’imaginaire du territoire, à l’œuvre dans la France du premier XIXe siècle : les Picards dénient au département toute pertinence en tant que support d’une recherche archéologique, mais ils le posent clairement comme cadre d’une concurrence inévitable entre érudits ; ils proclament l’utilité d’une histoire de la province, mais ne font que tardivement et très partiellement l’effort d’une réflexion sur sa consistance historique, géographique et humaine. On remarque en effet qu’au terme du conflit qui les a opposés au sujet de la délimitation de l’aire d’influence de la société savante, les Antiquaires de Picardie optent en 1837 pour la définition la plus large, mais aussi la plus délétère qui soit de la province : « Vous avez, écrit Bouthors, modifié l’article 1er [des statuts] en déclarant que, dans le mot Picardie, vous entendiez comprendre toutes les parties de la France du nord où l’idiome picard était anciennement usité »56.

41Le temps de la reformulation romantique de l’identité picarde s’ouvre donc, sans qu’aient été exorcisés les vieux démons d’une historiographie qui, depuis le XVIIe siècle, avait reposé sur le postulat de l’impossible délimitation territoriale de la province et de son inconsistance institutionnelle. Le fait que, de Rumet à Dom Grenier, tous les érudits de l’époque moderne aient proclamé que la Picardie ne pouvait avoir d’autre histoire que celles, juxtaposées, des circonscriptions antiques et féodales qui la composèrent à travers les siècles, aurait pu, ici plus qu’ailleurs, mettre les antiquaires du XIXe siècle sur la voie de cette histoire parcellisée qu’induisait la pratique statisticienne.

  • 57 Voir l’étude que nous proposons de la progression du genre monographique dans les Annuaires de la S (...)
  • 58 Ibid., t. II, pp. 750-773.

42Cela ne devait se révéler que partiellement vrai. La prégnance du cadre communal, au sens plein que revêt le terme sous la Monarchie de Juillet, demeure, certes, une constante de l’historiographie picarde de l’époque romantique : d’une part, parce que les monographies urbaines représentent ici une part substantielle des contributions publiées tant dans les annuaires départementaux que dans les Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie au cours de la première moitié du siècle57 ; d’autre part, parce que la Picardie et, plus précisément, le département de la Somme, constituent le terrain d’élection où l’historiographie libérale du temps rode sa théorie du mouvement communal des XIe et XIIe siècles. Le premier tome des Monuments inédits de l’Histoire du Tiers-Etat s’ouvre, en effet, sur la publication des archives communales d’Amiens. De même, en 1850, Augustin Thierry publie, à la suite de son Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-Etat, au titre de second fragment des Monuments inédits, une « Monographie de la constitution communale d’Amiens », qui renvoie, à plusieurs reprises, à l’édition de l’Histoire des comtes d’Amiens de Du Cange, entreprise en 1841 par Harduin, membre de la Société des Antiquaires de Picardie58.

  • 59 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. I, 1838, p. 18.
  • 60 Annuaire statistique et historique de la Somme pour les années 1852-1853, pp. 1-2.
  • 61 Voir l’analyse que nous proposons de cet ouvrage dans notre article « Les représentations de la géo (...)
  • 62 Arch. Nat., F17 3293 et 3291.

43La statistique historique et archéologique départementale ne revêt cependant jamais, dans la Somme, le caractère systématique que le ministère de l’Instruction publique appelait de ses vœux. Répugnant à l’inventaire systématique, ordonné selon les niveaux hiérarchisés de la géographie administrative, les Antiquaires de Picardie estiment que « les lois, les mœurs et les arts se résument dans les monuments »59 et considèrent que « ce qui parle aux souvenirs se trouvera suffisamment rappelé par la mention des principaux monuments qui signalent ce département à l’attention des antiquaires et des touristes, et par la liste des grands hommes qui ont illustré les communes dont ils dépendent »60. C’est assez dire que l’histoire ne saurait se faire qu’en partant des paysages départementaux dans leur réalité archéologique du moment : il s’agit ici de « parler aux souvenirs », non de se livrer à une traque quasi obsessionnelle des indices cachés d’une mémoire perdue. Tel est l’esprit qui préside à la publication, de 1846 à 1849, de deux volumes signés par un groupe de correspondants picards du Comité historique des Arts et Monuments, sous le titre Eglises, beffrois et hôtels de ville les plus remarquables de Picardie : le fil conducteur n’est pas ici dans la géographie administrative, considérée comme cadre contraignant d’une recension systématique ; il est dans la typologie de monuments dont on a choisi de ne retenir que ceux qui, par leur valeur artistique ou leur signification historique, sont susceptibles d’alerter la mémoire61. C’est aussi, sans doute, ce qui vaut aux mêmes auteurs de se voir refuser, au nom d’un manque d’esprit de système et de rigueur, le projet d’une Statistique monumentale de la Somme, déposé en 184862.

44La conviction, depuis longtemps partagée par les érudits picards, d’une communauté de destin de la province avec la nation ne suffit donc pas, ici, à imposer cette discipline du détachement sans laquelle il n’est point d’engagement possible dans la démarche inventoriale. Seul y parvient le département du Nord où, très tôt, la géographie administrative se fait guide de l’écriture historienne.

La statistique historique au service de la construction de l’identité départementale : le cas du Nord

  • 63 Annuaire statistique du département du Nord., 1830, p. 13.

45Il semble, en effet, que le Nord ait hérité du Moyen Age et de l’Ancien Régime la mémoire d’un emboîtement déjà lisible et mathématiquement réglé des cadres territoriaux de l’exercice du pouvoir : pour le Moyen Age, la grande principauté territoriale que constituait le comté de Flandre ; puis, pour l’époque moderne, la subdivision de cet ancien territoire de référence en quatre petits pays d’Etats (ceux de Flandre wallonne, de Flandre maritime, du Cambrésis et du Tournaisis). Des références qui semblent surtout servir l’intégration de l’arrondissement dans le nouvel imaginaire collectif de l’espace : « l’arrondissement de Lille est formé à peu près du même territoire que l’ancienne châtellenie de Lille, lit-on dans l’Annuaire de 1830. […] Cette châtellenie était une grande portion de la Flandre Wallonne qui, elle-même, avant sa réunion à la France, faisait partie du comté de Flandre »63.

  • 64 Ibid., pp. 7-20 et 20-114.

46En effet, le régime de Juillet est à peine en place que la préfecture de Lille inaugure une série de monographies locales classées par arrondissements, qui s’achève, complète, huit ans plus tard. L’annuaire statistique départemental, rédigé par Demeunynck et Devaux en 1830, consacre cent sept de ses trois cent cinquante pages à un « Précis historique et statistique sur l’arrondissement de Lille » et à des « Notes historiques et statistiques » sur les communes qui le composent64. Exemplaire est, dans le Nord, la constance avec laquelle est menée, en l’espace de huit années, l’entreprise de couverture monographique du territoire départemental : l’arrondissement de Douai est traité sur le même modèle que celui de Lille en 1831, suivi par ceux de Valenciennes en 1832, Cambrai en 1833, Dunkerque en 1835 et Avesnes de 1836 à 1838.

47Le fait que le maillage administratif hiérarchisé né des réformes de la Constituante et du Consulat s’impose aussi facilement dans le Nord, comme distribution spatiale de l’approche historienne, influence de manière décisive les modalités selon lesquelles s’opèrent, au XIXe siècle, la construction et la mise en texte d’une mémoire historique départementale. La volonté, déjà affirmée lors de la première vague statisticienne des années 1830-1838 et confirmée dans la décennie 1860, de ne laisser de côté aucun maillon de la chaîne des micro-espaces emboîtés constituant la réalité administrative départementale, atteste une aptitude précoce à intégrer mentalement les nouveaux cadres locaux de l’exercice du pouvoir.

48La statistique historique et archéologique, qui n’a de rapport aux espaces locaux que dans une démarche de juxtaposition et d’emboîtement, possède la double vertu de produire de la cohérence territoriale – en fournissant à chaque lieu un ancrage dans le passé – et de contourner les problématiques historiographiques – en se cantonnant à un inventaire des traces. Dans le Nord, elle se fait donc instrument d’invention d’une mémoire départementale qui se veut historiquement exhaustive et géographiquement uniforme : en imposant partout la contrainte de sa grille, la hiérarchie administrative guide la reconstruction de l’imaginaire de l’espace et du temps. Elle ne laisse à l’un pas plus qu’à l’autre la possibilité de privilégier de hauts lieux de mémoire : elle fait que chaque lieu, aussi modeste soit-il, ait une mémoire.

  • 65 M. Roncayolo, « Le département », Les lieux de mémoire, III, Les France, 1. Conflits et partages, o (...)

49Le département, dans ces conditions, renvoie l’image d’un conservatoire de traces que les réformes administratives révolutionnaires n’ont pas effacées et auxquelles elles ont fourni les cadres d’un classement géographique hiérarchisé qui en facilite le recensement et en rend possible l’étude. En déployant cette véritable poétique de l’énumération, qui rend compte du caractère composite des territoires qui le constituent, la statistique historique et archéologique fournit à l’espace départemental, sinon une identité, à tout le moins une forme de lisibilité essentielle65.

50Dans ses velléités de justification de l’ordre administratif unificateur et centralisateur instauré par la Révolution, le premier XIXe siècle aura donc conduit à une ultime reformulation du discours sur les provinces. Réécriture en creux, dans les anciens pays d’Etats, où la critique donnée par la statistique départementale du provincialisme d’Ancien Régime conduit à rendre sensible la force de l’ancienne organisation territoriale et du principe particulariste qui l’inspirait. Réécriture linéaire, en terre d’intendance, où le pouvoir assimilateur du centre a depuis longtemps joué sur la pensée des rapports entre les territoires locaux et le pouvoir, dégageant les esprits de toute forme de nostalgie, dédouanant la littérature descriptive de toute arrière-pensée sentimentaliste.

51La statistique historique et archéologique de la France fournit aux milieux érudits des départements l’occasion d’explorer une autre face du centralisme. En faisant de la collecte de sources locales qui la sous-tend la condition nécessaire et – du moins le croit-on – suffisante à la conception de l’histoire de la Nation, le pouvoir donne une formidable visibilité à la symbolique de la centralité parisienne. Le jeu d’admission/exclusion du réseau des correspondants du Comité des Travaux historiques ou de celui des Arts et Monuments, redéfinit les contours des milieux érudits provinciaux et installe ces derniers dans une tension où le localisme, peu à peu, trouve ses marques. Le mouvement d’exhumation d’archives et de vestiges archéologiques auquel donne lieu l’entreprise inventoriale joue, en effet, sur le double registre de la réappropriation des mémoires locales et de la dépossession, au profit de la capitale, des sources sur lesquelles elles se fondent. Dans la prétention des savants parisiens à trier le remarquable de l’anecdotique, dans leur propension à ne retenir comme significatif que les éléments de l’histoire locale aptes à se fondre dans la dynamique de celle de la Nation, s’exprime une nouvelle conception de la marche du temps, fondée sur une intelligence globale du progrès de la civilisation.

52Ainsi, s’ils prennent leur part du projet doctrinaire de promotion des capacités, les milieux érudits du « moment Guizot » perçoivent-ils aussi l’incompatibilité de la vision libérale de l’histoire qui s’élabore alors avec le maintien des mémoires particularistes.

Notes

1 Krzystof Pomian, « Les archives », Les Lieux de mémoire, III Les France, 2 Traditions, Paris, Gallimard, 1997, p. 4017. Sur ces questions, outre les travaux majeurs de Blandine Barret-Kriegel, Les Historiens de la monarchie, III Les Académies de l’histoire, et IV La République incertaine, Paris, P. U. F., 1988, et de Chantal Grell, L’Histoire entre érudition et philosophie, Paris, P. U. F., 1993, on consultera également les actes des journées d’études du Collège de France des 4 et 11 février, 4 et 11 mars 2002, publiés sous le titre Historiographie de la France et mémoire du royaume au XVIIIe siècle, textes réunis par Marc Fumaroli et Chantal Grell, Paris, H. Champion, 2006.

2 Sur la question de la réinvention de la province au XIXe siècle, nous renvoyons aux deux contributions majeures d’Alain Corbin, « Paris-Province », dans Les Lieux de mémoire III Les France, 1 Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1997, pp. 2851-2888, et de Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Editions des archives contemporaines, 1988, pp. 263-272.

3 Sur les enjeux qui sous-tendent ces stratégies, on se reportera aux travaux de Marie-Vic Ozouf-Marignier, La Formation des départements. La représentation du territoire à la fin du XVIIIe siècle, Paris, E. H. E. S. S., 1989.

4 Celle-ci est donnée dans l’intégralité de ses dix articles par Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 262.

5 Lequel sanctionnait, en 1659, le retour à la France de ces marges du Nord qu’un jeu complexe d’alliances matrimoniales et de dévolutions successorales avait, depuis le XIVe siècle, fait basculer dans les possessions de la Maison de Bourgogne puis dans celles des Habsbourg. Voir Catherine Denys, Isabelle Paresys, Les Anciens Pays-Bas à l’époque moderne (1404-1815). Belgique, France du Nord, Pays-Bas, Paris, Ellipses, 2007, pp. 79-88.

6 Baron Ange-Rémi Deslyons, Dissertation sur le pays des Atrébates, des Morins, sur le comté d’Artois ancien et moderne. Introduction aux mémoires pour servir à l’histoire de la province d’Artois, Amsterdam, 1778, 93 p. in-12 ; Mémoires pour servir à l’histoire de la Province d’Artois jusqu’à l’établissement de la monarchie française dans les Gaules, Amsterdam, 1778, 96 p. in-12 ; Mémoires pour servir à l’histoire de la province d’Artois sous la race mérovingienne, Amsterdam, 1779, 153 p. in-8° ; Histoire générale de la Province d’Artois, s.l., 1785, 142 p. in-8°. Hennebert, Histoire générale de la province d’Artois dédiée à Mgr le comte d’Artois par M. Hennebert, chanoine de l’Eglise de Saint-Omer, Saint-Omer, 1785-1789, 3 vol. in-4°.

7 Marie-Laure Legay, Robespierre et le pouvoir provincial. Dénonciation et émancipation politique. A la Nation Artésienne sur la nécessité de réformer les Etats provinciaux, édition critique, Mémoires de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, t. XXXV, Arras, 2002.

8 Annuaire statistique du département du Nord pour l’an XII, pp. 1-2.

9 Ibid., p. 234.

10 Baron Deslyons, Mémoires pour servir à l’histoire de la province d’Artois jusqu’à l’établissement de la monarchie française dans les Gaules, op. cit., p. 8 ; et Hennebert, Histoire générale de la Province d’Artois…, op. cit., t. III, p. 1.

11 Nous renvoyons ici à notre article « Paroles d’historiens : la contribution des érudits locaux à la définition d’une identité picarde aux XVIIIe et XIXe siècles », dans Bien dire, bien aprandre. Revue de médiévistique, Centre d’études médiévales et dialectales de Lille-III, no 21, 2003, pp. 285-302.

12 Prospectus de l’Histoire générale de Picardie, p. 5.

13 Description du département de l’Oise par le citoyen Jacques Cambry, Paris, Didot l’Aîné, an XI-1803, t. I, p. 1.

14 Ibid., p. 3.

15 Annuaire statistique et historique du département de la Somme, 1806, p. 7.

16 Annuaire du département de la Somme, 1826, p. 1.

17 Ce dont rendent compte la thèse de Marie-Laure Legay, Les Etats provinciaux dans la construction de l’Etat moderne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2001, et son article, « L’Artois et ses Etats, le pouvoir provincial dans la France du XVIIIe siècle », Histoire et archéologie du Pas-de-Calais, XVII, 1999, pp. 47-73.

18 Baron Deslyons, Dissertation sur le pays des Atrébates, des Morins, sur le comté d’Artois ancien et moderne…, op. cit. ; Mémoires pour servir à l’histoire de la Province d’Artois jusqu’à l’établissement de la monarchie française dans les Gaules, op. cit. ; Mémoires pour servir à l’histoire de la province d’Artois sous la race mérovingienne, op. cit. ; Histoire générale de la Province d’Artois, op. cit. Sur cet auteur, voir notre article, « Historiographie provinciale et critique de l’Ancien Régime : le cas du baron Deslyons (1748-1823) », dans Arras à la veille de la Révolution, Mémoires de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras, 6e série, t. I, Arras, 1990, pp. 149-164.

19 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, op. cit., t. I, fasc. 2, p. 80.

20 Ibid., p. 81.

21 Ibid., Discours liminaire.

22 Almanach départemental du Pas-de-Calais pour l’an XI, Arras, 1802, pp. 3-4.

23 Ibid., p. 5.

24 Nous empruntons l’expression à M.-N. Bourguet, op. cit., p. 75.

25 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, op. cit., Première partie. Géographie de l’Artois. Préliminaires, pp. 1-52.

26 Annuaire départemental du Pas-de-Calais pour l’an X, pp. 234-288.

27 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, op. cit., Première partie, citée à la n. 25, p. 1.

28 Ibid., p. 34.

29 Annuaire départemental du Pas-de-Calais pour l’an X, p. 242.

30 Ibid., p. 252.

31 Ibid., p. 253.

32 Marie-Noëlle Bourguet, op. cit., pp. 263-273.

33 Dévérité, Essai sur l’histoire générale de Picardie, Abbeville, chez la Veuve Dévérité, 1770, vol. 1, p. 112.

34 Dom Grenier, Introduction à l’Histoire générale de Picardie, publiée par Ch. Dufour et J. Garnier dans Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie. Documents inédits concernant la province, t. III, Amiens, 1856, pp. 34 et 42.

35 Voir, à ce sujet, notre article déjà cité, « Paroles d’historiens : la contribution des érudits locaux à la définition d’une identité picarde aux XVIIIe et XIXe siècles », pp. 292-294.

36 Description du département de l’Oise…, op. cit., p. xiii.

37 Ibid., p. 4.

38 Prospectus de l’Histoire de Picardie, op. cit., p. 6.

39 Annuaire administratif et historique de la Somme pour les années 1852 et 1853 publié sous les auspices du Conseil général par les Antiquaires de Picardie, p. 73.

40 Ibid., p. 73.

41 Recensement dans lequel il avoue, d’ailleurs, trouver une forme de « récréation » (Annuaire statistique du département du Nord pour l’an XIII, pp. 289-290). Il ouvre une première rubrique consacrée à des trouvailles romaines dans l’Annuaire de 1804 et poursuit ce recensement dans ceux de 1806, 1811, 1812 et 1813.

42 Annuaire statistique du département du Nord pour l’an XI, pp. 6-7.

43 Mémoires de la Société royale pour l’encouragement des sciences, des lettres et des arts d’Arras, t. VIII, 1826, p. 5.

44 Mémoires de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, t. XXI, 1844, p. 124.

45 Id., t. XXIII, 1846, p. 27.

46 Eugène Van Drival, Histoire de l’Académie d’Arras, Arras, 1872, pp. 212-214.

47 François Harbaville, Mémorial historique et archéologique du Pas-de-Calais, Arras, 1842, p. 2.

48 Le Puits artésien, 1842, p. 179.

49 Ibid., p. 180.

50 Mandé à Paris le 9 février 1771, Briois, premier président du Conseil provincial d’Artois, avait plaidé auprès de Maupeou l’abandon du projet qui visait à répondre au vœu des Audomarois de voir créer un second présidial à Saint-Omer et obtint satisfaction. Voir Philippe Sueur, Le Conseil provincial d’Artois, 1640-1790, Arras, 1975, t. I, p. 248.

51 Arch. Dép. Pas-de-Calais, 1 L 7, f° 283.

52 Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, t. I, pp. 9-10.

53 Nous avons développé ce sujet dans notre article, « La Commission des antiquités départementale du Pas-de-Calais dans l’activité historiographique régionale (1843-1870) », Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, t. XIV, no 2, 1995, pp. 391-430.

54 Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, t. I, 1838, p. 23.

55 Ibid., p. 41.

56 Ibid., p. 42.

57 Voir l’étude que nous proposons de la progression du genre monographique dans les Annuaires de la Somme et les publications périodiques des Antiquaires de Picardie dans notre thèse, Les Représentations du Moyen Age au XIXe siècle dans les anciens Pays-bas français et leurs confins picards. Essai d’historiographie comparée, Lille, P.U.S., 1997, t. I, pp. 129-138.

58 Ibid., t. II, pp. 750-773.

59 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. I, 1838, p. 18.

60 Annuaire statistique et historique de la Somme pour les années 1852-1853, pp. 1-2.

61 Voir l’analyse que nous proposons de cet ouvrage dans notre article « Les représentations de la géographie administrative dans la statistique historique et archéologique des départements de la Somme, du Pas-de-Calais et du Nord au XIXe siècle », Revue du Nord, t. 82, no 335-336, avril-septembre 2000, pp. 285-302.

62 Arch. Nat., F17 3293 et 3291.

63 Annuaire statistique du département du Nord., 1830, p. 13.

64 Ibid., pp. 7-20 et 20-114.

65 M. Roncayolo, « Le département », Les lieux de mémoire, III, Les France, 1. Conflits et partages, op. cit., pp. 2937-2974.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540