Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la décentralisation

 | 
Roger Baury
, 
Marie-Laure Legay

– IV – Expériences européennes de participation nobiliaire aux pouvoirs intermédiaires (xviie-début xixe siècle)

Noblesse et municipalité dans le royaume de Naples à l’avènement du régime napoléonien : le cas de Lecce (1806-1815)

Maria Sofia Corciulo

Texte intégral

  • 1 M. Berengo, « Il volto della società urbana europea tra Medioevo ed età moderna », in L’Europa del (...)
  • 2 Sur cette question, voir les observations pertinentes de P. Rossi, « La città come istituzione pol (...)
  • 3 En Europe occidentale, aux environs de 1100, à côté des autonomies communales, surgirent des assem (...)

1Lorsque l’on se propose d’analyser ce qui a été défini comme – lato sensu – la gouvernance des villes, la problématique la plus adaptée est sans doute celle qui a été proposée par Marino Berengo : « Dès que nous nous approchons d’une ville pour en respirer le climat et les formes de vie qui s’y déroulent, nous sommes saisis par une foule de questions et la première à laquelle on se doit de fournir une réponse est de nature politico-institutionnelle. Qui la gouverne ? Ou, mieux et plus spécifiquement, comment le pouvoir y est exercé ? »1. Il ne s’agit pas là uniquement de la ville « idéale » wébérienne, dans laquelle l’achèvement des institutions politiques exalte l’autonomie fonctionnelle (je me réfère surtout à la typologie des communes germaniques et de l’Italie du Nord des XIIe-XVe siècle), tant il est vrai que l’on a soutenu qu’elle s’était constituée « illégalement » par le biais de pratiques de pouvoir usurpatrices, par opposition à un ensemble « légal » plus étendu, l’Etat territorial (qui de cette manière représenterait une exception au sein du développement historique de l’Occident)2. En dehors de ce modèle, il y a eu naturellement divers types de gouvernements urbains, organisés différemment, en relation continuelle avec les autorités, tant celles implantées à l’intérieur de la ville que celles « extérieures », relevant d’un centre de pouvoir plus considérable (parfois même féodal). Ces gouvernements, confrontés aux réalités socio-institutionnelles, ont évolué à leur tour en organisations politiques systématiques (il est évident qu’en me référant aux institutions politiques de lieux et de périodes données, j’entends non seulement leur systématisation juridique et formelle, mais aussi substantielle et structurelle, en liaison avec les divers aspects, sociaux, économiques et culturels, relatifs aux personnes qui « agissent » sur ces institutions). L’Etat et son pouvoir sont devenus ainsi une variable dépendante des rapports de force instaurés – surtout dans la période médiévale – avec les autonomies citadines, identifiées parmi les premières formes de représentation catégorielle européenne (cetuale). Ces autonomies ont perduré, mais ont été de plus en plus limitées dans leur status et dans leurs privilèges jusqu’à la formation des grandes monarchies européennes et la centralisation fonctionnelle et politique qu’elles introduisirent3. Par la suite, elles se sont éteintes, parfois brusquement de par la volonté royale, parfois par « consomption », conformément à la stratégie politique absolutiste qui visait à effacer tous les corps appelés « intermédiaires » entre la population et le souverain.

  • 4 G. D’Agostino, « Città e monarchie nell’Europa moderna », in Modelli di città…, op. cit., p. 413.
  • 5 A. Musi, « Introduzione » in Le città del Mezzogiorno nell’età moderna (édité par A. Musi), Naples (...)
  • 6 G. Galasso, Le forme del potere, classi e gerarchie sociali, in Storia d’Italia, vol. I, (I caratt (...)

2On a vu alors se caractériser la ville « sujette » plus ou moins privilégiée – mais toujours et seulement par le bon vouloir du roi –, dans laquelle la communauté était appelée continuellement à se confronter aux organes périphériques du pouvoir central selon diverses, et souvent confuses, articulations : « Du jeu serré de ces éléments, la ville acquiert une nouvelle manière de s’organiser et de compter politiquement, et apparaît aussi comme un premier embryon de classe politique municipale »4. Dans ses caractéristiques générales, ce type de villes s’est diffusé prioritairement dans l’Italie méridionale, où les Normands avaient introduit le régime féodal alors que la commune, en tant que ville-Etat, était tout à fait inexistante. C’est pourquoi ce régime s’implanta « dans les anciens duchés, qui se sont caractérisés au fur et à mesure par la substance dynastique et absolutiste du pouvoir »5. Au sein de cette typologie générale, il existait toutefois une nombreuse gamme de variantes, issues des différentes situations historiques qui, avec le temps, avaient contribué à consolider ou à limiter les pouvoirs des villes méridionales, souvent en lutte non seulement contre l’Etat territorial, mais aussi – pour le contrôle de la campagne – contre la féodalité laïque et ecclésiastique qui, comme une immense toile d’araignée, immobilisait et engluait dans sa conception statique de la société toute tentative de changer le statu quo.6

Lecce sous l’Ancien Régime

  • 7 M. A. Visceglia, « Rendita feudale e agricoltura in Puglia nell’età moderna (XVI-XVIII) », Società (...)
  • 8 Celles que l’on appelait « terres à oliveraie » (possessioni olivate) étaient en effet particulièr (...)

3C’était notamment le cas du Territoire d’Otrante, province située à l’extrême sud-est de la péninsule italienne, où, à la fin du XVIIe siècle, la rente féodale issue de la campagne représentait plus de 80 % de l’ensemble des recettes baronniales : « Par la perception de la décime, dans cette région du Midi, on voit s’affirmer un type d’économie féodale fondé exclusivement sur l’appropriation de la plus-value du travail paysan, destinée ensuite par le même feudataire à la commercialisation »7. Cette caractéristique du Territoire d’Otrante constituait une intéressante « exception » historique, dans la mesure où, dans cette même province, dès le début de l’âge moderne, on avait mis sur pied un système féodal structuré surtout en fonction du marché, plus précisément de la production et de l’exportation de l’huile, dont le revenu, entre le XVIe et le XVIIe siècle, représenta en moyenne 20 à 30 % des recettes baronniales8.

  • 9 A. Musi, Mezzogiorno spagnolo : la via napoletana allo Stato moderno, Naples, 1991, p. 75.

4Les villes du royaume de Naples, politiquement unifiées par le régime de monarchie absolue, différaient toutefois selon les fonctions exercées à l’égard du territoire environnant et selon les caractéristiques sociales et économiques dominantes. La dimension démographique importait moins que la fonction administrative, comme l’atteste la prépondérance de certaines agglomérations, chefs-lieux administratifs et, tout aussi souvent, sièges d’évêché ou d’archevêché. Il s’agissait d’une véritable dualité « structurelle », parce que la ville était en même temps « une articulation périphérique du pouvoir central et un ensemble d’institutions, expression de la représentation et de l’autonomie locales »9.

  • 10 Par exemple, si, en 1650, le maire avait été élu parmi les nobles, il devait être choisi parmi les (...)
  • 11 Sur cet aspect, propre à d’autres villes de l’Italie méridionale : G. Delille, Le Maire et le Prie (...)
  • 12 Lecce avait maintenu depuis des siècles une physionomie économique de type tertiaire, car elle éta (...)
  • 13 Celui-ci faisait partie d’une importante et riche famille « élargie » (par rapport à la majorité d (...)
  • 14 R. Ajello, « La vita politica napoletana soto Carlo di Borbone », in Storia di Napoli, Naples, 197 (...)
  • 15 Il est intéressant de noter que la construction des églises baroques de Lecce commença par la volo (...)
  • 16 Ibid., p. 579. Le charme architectural était remarqué par les voyageurs étrangers du début du XVII (...)

5Venons-en maintenant à la spécificité politico-institutionnelle de la ville de Lecce. Depuis l’époque de la domination aragonaise – donc depuis 1463 –, cette ville avait été maintenue, à sa demande, comme partie intégrante du domaine royal. C’était l’une des villes les plus peuplées de l’Italie méridionale – en 1532, elle comptait 24 039 habitants, avec tous les attributs de la ville-capitale de province (souvent on l’appelait « la petite Naples ») –, du fait de l’hégémonie politique et administrative qu’elle exerçait dans un cadre bien plus vaste que celui du Territoire d’Otrante. A Lecce se trouvait le siège du plus important organe périphérique napolitain, l’Audience royale (Regia Udienza), dotée de compétences juridictionnelles de deuxième instance et placée sous l’autorité d’un président qui avait de considérables pouvoirs administratifs, militaires et de police, qu’il partageait avec le gouverneur, lequel exerçait les fonctions juridictionnelles de première instance. A côté de ces deux charges, il y avait aussi celle du capitaine, préposé à la tutelle de l’ordre public, souvent en opposition avec le turbulent parlement communal, composé des citoyens les plus prestigieux (les décurions), librement élus par tous les chefs de famille (hommes majeurs et contribuables), et qui, à leur tour, choisissaient le maire et les officiers municipaux les plus importants (les modalités électives variaient d’un lieu à l’autre). Les décurions représentaient les classes privilégiées de la ville, nobles et « civils » qui avaient obtenu leur reconnaissance à l’époque des Anjou et des Aragon. Ces classes dominantes élisaient leurs propres décurions, entre vingt et trente membres en général ; cette pratique, restée inchangée pendant tout l’Ancien Régime, suscita de fortes tensions, au point que dans beaucoup de villes, la monarchie dut intervenir en introduisant la règle de l’alternance10. Même à Lecce, on appliqua cette norme jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle. Toutefois, ce système ne parvint pas à atténuer les clivages qui dégénérèrent souvent en de violentes luttes entre des factions11 qui étaient en quelque sorte des partis politiques ante litteram, opposant les membres d’une catégorie sociale à l’autre. L’organisation des factions visait le contrôle des municipalités, dominées généralement par un petit nombre de familles appartenant, presque toujours, à la noblesse d’origine féodale qui, jusqu’au début du XVIIIe siècle, eut un pouvoir considérable et un prestige socio-économique élevé. Cet équilibre précaire commença à se lézarder vers le mitan du XVIIIe siècle, du fait d’un ensemble de facteurs socio-politiques12 qui accentuèrent les conflits entre les catégories sociales, rendant la municipalité presque ingouvernable. A la faction dirigée par le « civil », mais aussi baron et jurisconsulte, Gaetano Mancarella13, vint se joindre la faction du groupe économiquement très puissant des « marchands-négociants », qui s’eforçaient d’avoir accès aux charges municipales dont ils avaient été exclus jusque-là. A cette faction s’opposa celle constituée par les familles des nobles féodaux Cicala et Dell’Antoglietta. Le grand souverain Charles III de Bourbon – qui, dans ces années-là, avait commencé à mettre en œuvre un programme de réformes, vaste et éclairé, grâce à l’aide de certains de ses ministres très cultivés, parmi lesquels brillait le Pisan Bernard Tanucci14 – intervenait souvent avec autorité dans ces lutes municipales. A Lecce, il imposa sa résolution générale du 17 août 1758 dans laquelle il ordonnait d’accroître le nombre des décurions en y incluant les artisans et les commerçants (artieri) qui, de cette manière, devenaient la troisième catégorie sociale. Cette nouveauté institutionnelle correspondait à l’évolution de la structure sociale de Lecce, où les artisans représentaient 30 % des habitants. Il s’agissait de corps de métiers très qualifiés, auxquels la ville est redevable de l’unique et flamboyante architecture baroque de ses nombreux palais et églises15. En effet, « c’est le XVIIIe siècle qui livre à la postérité la Lecce la plus merveilleuse : chargée de mémoires historiques introjectées et de théâtralité exhibée »16.

  • 17 Parmi ses écrits, G. Palmieri, Riflessioni sulla pubblica felicità, Naples, 1787, et Pensieri econ (...)
  • 18 Il fut directeur des douanes à Lecce et, en 1791, membre du Conseil supérieur des Finances.
  • 19 Sur cette période, P. Villani, Mezzogiorno fra riforme e rivoluzione, Bari, 1973 ; A. M. Rao, « La (...)

6Toutefois, malgré les interventions du souverain, les conflits entre les classes sociales se perpétuèrent dans les années suivantes, provoquant une décision autonome du gouvernement napolitain qui, en 1774, après avoir dissous l’assemblée des décurions, confia pour dix ans l’administration de la ville à l’Audience royale. Celle-ci nomma directement six dirigeants municipaux. La monarchie réformatrice de Charles III mettait également un frein aux injustices et aux abus féodaux, et limitait de fait l’influence économique et socio-politique de la noblesse, qui dut se contenter, en guise de compensation, des charges citadines. D’aucuns luttèrent aussi contre la féodalité dans le Territoire d’Otrante. La voix de l’écrivain des Lumières Giuseppe Palmieri17 se détacha. Membre important du gouvernement18, il s’efforça en vain d’introduire ses propositions réformistes dans la pratique politique institutionnelle. Sa tentative faisait partie du processus de rationalisation de l’Etat, vers lequel tendait, dans la deuxième moitié du XVIII e siècle, la monarchie des Bourbons. Son échec amènera les hommes les plus progressistes à rejoindre les rangs de la révolution napolitaine de 179919, convaincus que les changements économiques et sociaux, qu’ils jugeaient indispensables, ne pouvaient plus être obtenus que par les armes. Cette révolution, bien que de courte durée – la République, proclamée le 21 janvier 1799, s’acheva « officiellement » le 21 juin de la même année avec la capitulation des patriotes –, constitua sans doute un important processus de maturation politique d’une partie, certes limitée, de la population méridionale. Par la suite, la répression féroce mise en œuvre par le fils de Charles III, Ferdinand IV, à l’encontre de tous ceux qui avaient adhéré à la République jacobine – répression qui allait aboutir à l’instauration d’un véritable Etat policier –, éloigna définitivement de la monarchie même ceux qui espéraient encore en la réalisation d’un programme réformiste. Dans les faits, l’attitude des Bourbons confirma les convictions politiques de ceux qui considéraient comme nécessaire le recours à des moyens plus radicaux pour changer les structures institutionnelles obsolètes du royaume des Deux Siciles. Il aurait fallu, de la part du pouvoir, une force et une conviction politique bien plus grandes pour modifier en profondeur l’organisation sociale et économique d’un Etat qui restait lié à l’Ancien Régime.

7Ce sont justement ces qualités qui caractérisèrent, dès le début de l’invasion du royaume, la domination française.

La réorganisation étatique et administrative pendant la Décennie française (1806-1815)

  • 20 D. Winspaere, Storia degli abusi feudali, Naples, 1883.
  • 21 C. Zaghi, « Proprietà e classe dirigente nell’Italia giacobina e napoleonica », in Dagli Stati pre (...)

8Les lois et les décrets promulgués, d’abord par Joseph Bonaparte, nommé roi de Naples le 30 mars 1806, puis – après que celui-ci s’en alla occuper le trône espagnol – par Joachim Murat, marquèrent le début, dans le sud de l’Italie, d’une période historique fondamentale dans laquelle la nouvelle organisation de la société civile, déjà perceptible de facto, acquit une consécration définitive de jure. Le nouveau régime reconnut la nécessité – soulignée à plusieurs reprises par les réformateurs – de mettre fin aux incertitudes liées à l’organisation de la propriété et à des règles féodales souvent confuses20. La loi du 2 août 1806 supprima officiellement les droits baronniaux sur les terres et les privilèges économiques et juridiques qui en dérivaient. Les feudataires gardèrent le droit de propriété civile de leurs terres, sauvegardées et garanties uniquement, désormais, par le Code Napoléon, notamment par l’article 544 formulé avec clarté et concision. A cette nouvelle conception de la propriété aspiraient « avec la même intensité, toutes les classes sociales : l’ancienne aristocratie pour reconstituer une fortune que les siècles, les frais de représentation et les mariages avaient amenuisée ; la noblesse la plus récente pour agrandir son patrimoine ; les bourgeois pour s’anoblir et les classes populaires pour s’embourgeoiser »21. Devenir ou être défini comme « propriétaire » signifiait acquérir ou consolider un prestige socialement considérable, non seulement dans les rapports personnels avec les autres, propriétaires ou non, mais aussi à l’égard des autorités de l’Etat. En effet, ces autorités s’appuyaient surtout sur les propriétaires et c’est à eux qu’elles confiaient la « sauvegarde » et le fonctionnement des institutions publiques. La qualification de « propriétaire » – désormais garantie dans sa plénitude juridique par l’article 544 du Code Napoléon – fut préférée par le nouveau pouvoir à toute autre, au point que même la qualification de « noble » passa au second plan (toutefois, le propriétaire noble était souvent préféré au propriétaire bourgeois).

  • 22 Ils étaient choisis directement par l’intendant pour les petites communes, ou bien par le ministre (...)
  • 23 A. Scirocco, « I corpi rappresentativi nel Mezzogiorno dal Decennio alla Restaurazione : il person (...)
  • 24 Organe consultatif législatif ayant la fonction de coordonner et de contrôler toute l’activité adm (...)
  • 25 S. Mori, « I governi delle città italiane fra antico regime e unità nazionale : percorsi storiogra (...)

9Par la loi du 8 août 1806, fut également établie la nouvelle organisation administrative du royaume de Naples : les provinces passèrent d’abord de douze à treize, puis à quatorze ; chacune d’elles fut confiée au plus important fonctionnaire napoléonien, l’intendant, « chargé de l’administration civile et financière et de la haute police », assisté par un secrétaire général et par un Conseil d’intendance, composé de trois à cinq membres et reconnu compétent pour le contentieux administratif (pour la première fois la justice administrative était distincte de la justice civile). L’intendant dut notamment superviser les rapports avec les communes, sur lesquelles il exerçait un assez large pouvoir. Cette tâche était ardue à cause des conditions financières désastreuses – depuis longtemps de nombreuses communes ne payaient pas leur tribut – et de l’hégémonie politique qu’exerçaient les groupes sociaux importants. Ces derniers pouvaient compter sur des décurions et des maires qui, comme nous l’avons déjà dit, avaient empêché sous l’Ancien Régime l’administration municipale de fonctionner de manière impartiale. Les 250 communes « napoléoniennes » eurent dans un premier temps la possibilité de faire élire les décurions (c’est-à-dire ceux qui désignaient ensuite le maire et les administrateurs), à partir de listes de censitaires taxés de vingt-quatre à quatre-vingt-seize ducats, selon la taille de la ville, gardant ainsi les modalités « représentatives » de l’Ancien Régime. Par la suite, une série de restrictions, comme la loi du 18 octobre 1806, réduisit sensiblement la possibilité de choisir librement les décurions22. « Ainsi s’achevait la brève vie de la représentation élective au niveau communal que, dans un premier temps, les Français avaient voulu pour ne pas s’éloigner de la tradition des petits parlements, et commençait un contrôle très sévère des autorités de l’Etat sur les municipalités »23. Les Français accordèrent aux communes une « pâle ombre d’autonomie ». En effet, elles ne pouvaient pas traiter directement ce qui concernait leur administration – ventes, achats, concessions en emphytéose – sans l’autorisation du Conseil d’Etat24. Elles étaient continûment sous la surveillance de l’intendant qui avait également la charge d’approuver le budget des agglomérations de moins de six mille habitants (nullement dérisoires pour l’époque) : au-delà de ce nombre, cette tâche revenait au ministre de l’Intérieur. La commune fut surtout perçue comme un organisme utile pour la répartition et le recouvrement de l’impôt, soumis à une rigoureuse tutelle exercée non seulement par la plus importante autorité périphérique, mais aussi par le pouvoir central. A ce propos, on a justement observé que « le système napoléonien, imité en cela par les pouvoirs successifs, a renversé le pluralisme institutionnel de l’Ancien Régime, réabsorbant la commune dans l’Etat en tant qu’articulation territoriale et administrative »25.

  • 26 Sur les causes historiques de « l’impréparation » des communes méridionales, voir E. Di Ciommo, «  (...)
  • 27 Contrairement aux autres provinces du royaume de Naples – notamment en Calabre et dans les Abruzze (...)

10Pendant la Décennie française, la nouveauté institutionnelle la plus considérable du point de vue administratif a été l’institution des conseils généraux et des districts : il s’agissait d’assemblées partiellement représentatives, composées d’un nombre variable de membres, allant de dix à vingt, choisis par le souverain à partir de listes de trois noms présentées par les décurions à l’intendant. Ces conseils participaient sans doute d’une certaine décentralisation administrative et fonctionnelle, car ils devaient repartir les impôts directs (principalement le tant détesté impôt foncier introduit par les Français) entre les districts, tandis que ceux-ci les répartissaient à leur tour entre les communes. Aux conseils revenaient aussi l’arbitrage des réclamations fiscales des municipalités et l’examen des affaires générales de la province, de ses besoins et des améliorations à apporter. En substance, le gouvernement demandait la collaboration des notables provinciaux, nobles ou bourgeois, choisis surtout en fonction de la qualification de propriétaire. Le cens requis pour pouvoir faire partie des conseils généraux et des districts était respectivement de 480 et de 240 ducats. L’introduction de ces nouvelles institutions représentatives modifia sensiblement, au niveau local, l’administration de la ville parce qu’elle obligeait la Décurie à se confronter à la fois à l’intendant et aux conseils, fournissant par là une démonstration du manque de préparation des administrateurs municipaux à leurs nouvelles responsabilités, notamment fiscales, imposées par les Français26. Les autorités napoléoniennes réformèrent aussi, en la décentralisant, l’organisation judiciaire, créant un juge de paix dans chaque district et un tribunal de première instance dans chaque province. A l’instar de Lecce, chaque chef-lieu provincial fut doté d’une Grande Cour criminelle, compétente pour les affaires pénales27.

  • 28 Après la Décennie française, le clergé ne représentait plus que 1 % de la population de Lecce, alo (...)

11Une nouvelle hiérarchie urbaine, déterminée par les fonctions administratives et judiciaires, découla de cette refonte institutionnelle : les communes furent subdivisées en trois catégories, et de nombreux chefs-lieux de l’Ancien Régime furent déclassés. Cinq villes seulement maintinrent leur prééminence : L’Aquila, Chieti, Salerne, Cosenza et Lecce. Cette dernière n’avait pas de concurrente dans sa province ; elle vit donc augmenter son importance sociale et politique, grâce aux nouvelles institutions qu’elle hébergeait. Il a été observé justement que le fait d’être un chef-lieu de province comportait un coût économique considérable, surtout à cause de la nécessité de trouver des édifices aptes à satisfaire aux nouvelles « exigences » institutionnelles. Avec une efficacité et une rapidité extraordinaires, les Français – en exécution de la loi du 13 février 1807 sur la suppression et la saisie des biens ecclésiastiques – fermèrent à Lecce dix-neuf monastères masculins et six féminins sur les trente-et-un qui existaient (pour une population d’environ 15 000 habitants)28. Ainsi, le splendide couvent baroque des Célestins de Sainte-Croix devint le siège de l’intendance (c’est celui de la Préfecture aujourd’hui), tandis qu’on installa les bureaux des archives provinciales dans celui des Tertiaires franciscains. La municipalité (qui garda son nom de Décurie) aurait dû occuper le monastère des Théatins, mais elle continua de siéger dans son site historique, appelé Sedile (donnant sur la place principale de Sant’Oronzo). D’autres monastères devinrent des casernes, alors que le très beau séminaire baroque abrita les séances du conseil général et du conseil de district, ainsi que celles de la Société d’Agriculture (appelée ensuite Société d’Economie), instituée par les Français pour motiver et diffuser les connaissances scientifiques en la matière.

Conflits institutionnels à Lecce, pendant la Décennie française

  • 29 G. Civile, « Appunti per una ricerca sull’amministrazione civile nelle province napoletane », in Q (...)
  • 30 Cette cohabitation « forcée » donna parfois lieu à des relations amoureuses avec des jeunes filles (...)
  • 31 Né à Chieti (Abruzzes), fils de Romualdo, marquis de Carmignano, académicien della Crusca et ami d (...)
  • 32 Archivio di Stato di Lecce (à partir de là A.S.L.), Giornale d’Intendenza della Terra d’Otranto (1 (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 P. Villani, Mezzogiorno tra riforme e rivoluzione, Bari, 1973.
  • 35 A.S.L., Giornale d’Intendenza della Terra d’Otranto (1808-1815), 1808, p. 9.
  • 36 Il est intéressant de noter à ce propos que l’intendant invitait les curés à présenter « de manièr (...)

12La Décennie française constitua pour la société de l’Italie méridionale un choc sûrement salutaire, mais néanmoins traumatisant, à cause des nouveautés législatives qui modifiaient profondément les anciennes habitudes et les coutumes. Les « tuteurs » de ce mode de vie avaient toujours été les municipalités. On comprend donc que l’obsolescence de ces institutions forma le principal obstacle à la mise en œuvre des nouvelles règles que les Français voulaient appliquer le plus tôt possible. Au cours de la Décennie, le fossé entre la société civile et l’appareil politico-administratif se fit nettement sentir dans les rapports désastreux entre la principale autorité de la province, responsable du fonctionnement des nouvelles institutions, l’intendant, et les autorités municipales. Celles-ci, malgré les changements formels, défendaient la continuité dans la composition de leur corps dirigeant qui s’obstinait à perpétuer des schémas de comportement social « traditionnel », conduisant souvent à des abus. Le manque (délibéré) de collaboration et l’incompétence (naturelle) furent un leitmotiv récurrent dans les rapports que les intendants envoyaient au gouvernement. On y soulignait la « distance qui sépare encore la réalité sociale du royaume du modèle de société que les réformes de la Décennie » auraient voulu introduire29. De nombreux problèmes, même d’ordre public, opposaient les intendants aux communes : cela allait de l’épineuse question des cantonnements militaires, comportant forcément des logements pour les officiers dans les habitations citadines les plus confortables30, à l’insistance opiniâtre des autorités judiciaires qui faisaient intervenir les juges de paix, normalement compétents pour la seule justice civile, dans les affaires administratives. Ces querelles de compétence étaient dues aussi au manque d’habitude à l’égard des nouvelles dispositions, dont la mise en œuvre désordonnée provoquait l’incompréhension. Dans une Istruzione, l’intendant du Territoire d’Otrante, Pietro de Sterlich, stigmatisa la mauvaise volonté dont les communes faisaient preuve pour appliquer les nouvelles lois31 : « Le nouveau système administratif […] que la Nation doit au gouvernement actuel […] n’est pas encore adopté généralement dans cette province »32. Quelles étaient les résistances les plus courantes ? L’intendant les énuméra très clairement : « Les Décuries, qui remplacent les anciens parlements, n’oublient pas encore les usages abolis et ne semblent avoir changé que le nom ». En outre, « les maires ne jouissent pas de tout le respect que la loi leur accorde [les Français, en effet, avaient attribué à cette charge un rôle institutionnel bien plus important que par le passé] et leurs fonctions sont déformées ou mal dirigées. Les élus sont tenus dans une sorte de léthargie et leurs attributions sont oubliées » ; mais il y a encore pire, ajoutait l’intendant : « ce qui paraît incroyable c’est que des autorités ne relevant pas de l’administration reçoivent des réclamations et se mêlent de matières administratives »33. Le haut fonctionnaire se référait sans doute à la mise en œuvre des lois sur la féodalité, et plus particulièrement au « morcellement des Domaines », dans lequel les communes devaient jouer un rôle actif, que souvent elles n’exerçaient pas, non seulement par souci de se poser en arbitres des intérêts opposés des puissants locaux, mais aussi pour défendre leurs propres intérêts. C’est pourquoi l’objectif des Français, de créer une classe de petits propriétaires terriens par la vente des biens domaniaux, échoua presque entièrement34. Dans son Istruzione, l’intendant, après avoir rappelé les buts que la nouvelle loi se proposait d’atteindre, concluait en affirmant : « les forces élémentaires de cette grande machine sont les autorités communales, et on manquera l’objectif si ces autorités n’adoptent pas un changement régulier et une direction uniforme »35. Les droits et les devoirs des décurions, des élus et du maire sont expliqués de nouveau par Sterlich dans une seconde circulaire, adressée aux sous-intendants, aux maires et aux curés, dans laquelle il les invite à préparer des listes de personnes qui, « vues sous l’aspect de la propriété et de leur mérite, peuvent paraître dignes de la confiance du gouvernement »36.

Caractéristiques socio-politiques des membres de la Décurie de Lecce, des conseils généraux et des districts

13A partir des listes de la Décurie de Lecce qui comportait de vingt à vingt-cinq membres – on dispose des années 1807 à 1815, mais il manque 1812 –, on peut dégager des caractéristiques générales, corroborées par l’étude de la composition des autres institutions provinciales, les conseils généraux et les districts. Il y a, avant tout, une présence considérable de nobles (même des ex-féodaux) à côté d’une légère majorité de « civils », souvent de noblesse récente, exerçant presque tous des professions libérales, un certain nombre d’entre eux provenant de familles ayant joué un rôle marquant dans l’administration citadine.

  • 37 M. Spedicato, « La città e la Chiesa », in Storia di Lecce dagli spagnoli all’unità, Roma-Bari, 19 (...)

14Le premier maire de Lecce, au cours de la Décennie napoléonienne, fut le bourgeois Pascale Marangio. Elu en 1807 – mais il avait déjà été maire en 1802 –, il obtiendra de nouveau cette charge en 1815 et 1817, témoignant ainsi d’une intéressante vitalité politique pendant trois périodes (et sous deux régimes) de l’histoire du royaume de Naples. C’est lui qui accueillit triomphalement Joseph Bonaparte en visite à Lecce (où il fut l’hôte du palais du marquis Giuseppe Palmieri, célèbre patriote des Lumières). Marangio avait aussi des liens familiaux avec le puissant archidiacre Raffaele qui domina le diocèse de Lecce, souvent en opposition avec le vicaire apostolique envoyé par le pouvoir français, Giuseppe Maria Giovene. Celui-ci eut la tâche de superviser les expropriations ecclésiastiques, de manière à ne pas créer trop de problèmes dans la vie du clergé37. Les Français avaient aussi imposé aux curés la charge d’expliquer à la population et de faire appliquer les nouvelles lois « civiles », en particulier celle sur l’instruction obligatoire des enfants, restée souvent lettre morte, car les parents paysans préféraient envoyer leurs fils travailler dans les champs.

15Même le baron Domenico Personé – maire en 1808 et 1811 – venait d’une importante famille noble qui avait déjà exercé cette charge en 1798. En 1809, la mairie fut attribuée à Giorgio Granafei, marquis de Serranova (ex-féodal), dont le frère, Donato Maria, devint président du conseil général en 1810. Cette même année, le poste de maire revint au noble Andrea de Raho, descendant d’une famille ayant un considérable prestige social, tandis qu’en 1812, 1813 et 1814, cette charge fut confiée au « civil » Luigi Quarta, qui deviendra membre du conseil général en 1814.

  • 38 N. Vacca, I rei di Stato salentini del 1799, Galatina (Lecce), Congedo, 1999.
  • 39 P. Palumbo, Risorgimento salentino, Lecce, Centro di Studi Salentini, 1968, p. 12 et, en outre, C. (...)

16Venons-en maintenant à une « spécificité » de la Décurie de Lecce : l’aspect le plus intéressant concerne en effet la présence importante de membres qualifiés de « coupables de crimes d’Etat »38, comme meneurs enthousiastes des émeutes pro-françaises d’adhésion à la République napolitaine de 1799. D’autres, tout en n’ayant pas participé directement à ces émeutes, étaient issus de familles considérées comme « effervescentes », c’est-à-dire révolutionnaires. Si l’on additionne les deux composantes, on atteint une majorité de membres de la Décurie fichés par la police des Bourbons (on passe en effet de dix coupables de « crimes d’Etat » sur vingt décurions en 1806, à quatorze sur vingt-quatre en 1808, pour descendre ensuite à sept sur vingt-et-un en 1809, puis remonter à douze sur vingt et-un au cours des années 1810 et 1811, et finalement dix-sept sur vingt-quatre en 1813). Il faut noter que cette proportion diminue en 1815, passant à quatre sur vingt à la fin de l’Empire napoléonien. Dans toute la province du Territoire d’Otrante, on dénombrait près de mille coupables de crimes d’Etat : « la participation fut très importante et on peut affirmer que, presque dans aucune autre ville, aucun autre pays ou village, il n’y eut autant de mouvement ; bien sûr, de nombreuses personnes n’acceptèrent la République que formellement ou par opportunité ou par peur, d’autres la subirent ou furent entraînés par les événements, mais il est tout aussi certain qu’il y avait là des hommes déjà préparés intellectuellement et spirituellement, et qu’ils acceptèrent consciemment les idées nouvelles, supportant virilement les persécutions, la prison, l’exil et les spoliations, et que parmi eux il y eut des héros authentiques »39.

17Il semble pourtant que les Français confièrent « leurs institutions » in primis aux propriétaires et, parmi ceux-ci, de préférence aux hommes, nobles ou bourgeois, qui antérieurement avaient pris des risques en tentant de modifier l’ordre social et politique de l’Ancien Régime. On en veut pour preuve la proportion élevée des coupables de crimes contre l’Etat parmi les membres des conseils généraux et de districts (composés des propriétaires fonciers les plus influents de la province, choisis par le souverain sur des listes de trois noms présentés par la Décurie et approuvés par l’intendant) : la moitié environ parmi les premiers, « politiquement » plus puissants, et les deux tiers dans les seconds. Outre leur passé politique, ces hommes présentaient souvent des bonnes connaissances juridiques, acquises lors de précédentes charges dans le gouvernement. La politisation des parcours individuels, également observée de façon diffuse en d’autres provinces de l’Italie méridionale, prenait dans le Territoire d’Otrante une dimension considérable, tant à cause du contexte féodal lourd et complexe, que du nombre de personnes impliquées dans les événements révolutionnaires.

  • 40 Sur l’ambiguïté sémantico-politique de ce terme, emprunté par ailleurs à la France, cf. M. S. Corc (...)
  • 41 La famille « politiquement » la plus considérable de la Décennie fut celle des « civils » juriscon (...)
  • 42 P. Macry, « Les élites urbaines », in Il Mezzogiorno preunitario. Economia, società e istituzioni (...)

18D’autres observations doivent être faits sur les « notables » de Lecce40. Durant la période napoléonienne, dans le Territoire d’Otrante, et plus particulièrement à Lecce, les nouvelles institutions, installées in loco, rendirent encore plus manifeste la monopolisation des charges par un noyau de personnes qui souvent passaient d’un poste moins important à un autre plus qualifié. Ce phénomène d’ascension et de distribution de charges se faisait en faveur des membres d’une même famille, présente par ce moyen dans de nombreuses institutions provinciales. Par exemple, la charge de maire, mais aussi celle de Décurion, pouvait ouvrir la voie pour devenir membre du conseil général – ce fut le cas pour Giuseppe Balsamo, Gaetano Bozzi-Corso, Saverio Palmieri, Luigi Quarta, Angelo Romano, Antonio Tafuri – ou président du conseil de district (Francesco Bozzi-Colonna). En revanche, il était rare que l’on passât de la Décurie au conseil d’intendance, l’organe le plus important de la province41. Le système familial d’accaparement des charges, assez diffus dans le royaume de Naples, « semble jouer un rôle considérable dans les processus de formation des élites locales et dans les stratégies de type politique », car il est « d’autant plus consistant et accentué à mesure que l’on gravit l’échelle de la stratification sociale »42. Ce phénomène ne fut remis en cause que superficiellement par le gouvernement napoléonien, qui avait besoin d’attirer vers lui les familles locales les plus en vue, parce que, d’une part, elles seules pouvaient répondre aux conditions requises pour gérer les institutions, et que, d’autre part, le maintien de ce système familial contribuait à diminuer les tensions sociales et politiques.

  • 43 A. Spagnoletti, Storia di Bari nell’Ottocento, Bari, 1994, p. 180.
  • 44 P. Mascilli Migliorini, « L’Italia modello della città napoleonica », in Rivista Napoleonica, 2003 (...)

19Pendant la Décennie française, l’élite provinciale composée de nobles et de « civils », tout en persistant dans certaines pratiques administratives critiquables, « agissait sur la base de critères de légitimité nouveaux et différents de la dynamique par catégories sociales qui avait caractérisé la précédente organisation du gouvernement local »43. Les Français avaient besoin de la collaboration de l’élite provinciale, tant pour connaître la situation sociale et économique et les besoins locaux, que pour faire fonctionner les institutions, grâce auxquelles on introduisait la nouvelle législation. Celle-ci modifiait sensiblement et positivement l’aménagement des villes en diffusant de meilleures conditions de salubrité et d’hygiène (notamment la vaccination antivariolique et l’interdiction d’ensevelir les morts à côté des églises), en portant attention aux conditions de vie de ceux qu’on appelait « projetti », c’est-à-dire les enfants abandonnés, ou encore en améliorant l’approvisionnement hydrique et l’éclairage nocturne, dans le cadre de l’extension et de la rationalisation de la voirie (toutes choses qui relevaient, in primis, de la municipalité). Ce qui marqua la Décennie napoléonienne, non seulement dans le Sud mais dans toute la péninsule, fut le caractère explicitement urbain des interventions qui refaçonnèrent et rationalisèrent les villes italiennes afin de « faire revivre les institutions de la bourgeoisie » avec l’aide d’une partie de la noblesse44. On peut donc parler, à juste titre, d’une politique urbaine de l’administration dans laquelle l’embellissement de la ville avait également pour fonction d’obtenir le consensus de la population. Dans ce contexte, les villes qui n’hébergeaient pas de bureaux administratifs se trouvèrent marginalisées et même pénalisées, et connurent une déchéance ultérieure.

  • 45 Parmi celles-ci, la plus significative fut la réforme proposée par le ministre Zurlo en 1800.

20D’autre part, la présence active des notables provinciaux, nobles et bourgeois, dans les institutions périphériques françaises constituait non seulement une reconnaissance officielle du citoyen particulier, mais donnait une plus grande importance sociale à sa famille dans le cadre de la ville et souvent même de la province. En effet, durant la Décennie napoléonienne, il y eut une réévaluation du rôle des provinces aux dépens de Naples, où étaient concentrées depuis toujours les institutions les plus importantes du royaume, ce qui avait eu pour conséquence de marginaliser fortement les périphéries, d’où s’étaient souvent levées des voix influentes critiquant l’excessive centralisation des Bourbons45.

  • 46 Pour un bilan plus exhaustif de cette période, je me permets de renvoyer à M. S. Corciulo, Dall’am (...)

21Toutefois, pour définir le type de rapport établi dans les années de la domination napoléonienne entre le centre et la périphérie, on peut employer sans se tromper le terme de « centralisation articulée », expression dans laquelle l’adjectif atténue l’idée d’une prééminence politico-administrative contenue dans le substantif. Dans les villes chefs-lieux de province, cela supposa un « apprentissage » administratif inédit, dont les conséquences politico-institutionnelles furent essentielles. En définitive, à travers les besoins concrets de l’administration périphérique, on vit surgir l’exigence d’une représentation nationale à laquelle le pouvoir napoléonien ne sut ni ne voulut donner de réponse. Quant à la res publica, celle-ci, tout en étant dirigée et contrôlée par les autorités gouvernementales, parvint néanmoins à jouir in loco d’une certaine autonomie fonctionnelle et administrative (plus rarement politique), que l’intendant réussit parfois à faire accepter par le gouvernement46.

  • 47 B. Pellegrino, « Introduzione » in Storia di Lecce, op. cit., p. 28.
  • 48 Ces carences avaient été identifiées dans La Statistica de 1811, voulue par Joachim Murat afin d’a (...)

22Grâce aux réformes françaises, Lecce « acquiert un pouvoir plus étendu sur la province, qui marque de manière significative son aspect social et urbanistique, faisant grossir les rangs d’une bourgeoisie des professions et des services qui renforce et élargit le rôle traditionnel de l’artisanat et en même temps de la bourgeoisie agraire d’où elle provient souvent, et crée un nouveau bloc social qui aspire à dominer la société » – bloc qui, dans les années suivantes, allait buter sur des obstacles liés à « l’épaisseur de la tradition qu’il lui fallait gérer »47. Celle-ci consista surtout dans la persistance de formes arriérées de gestion économique, ou, en d’autres termes, dans la carence d’une mentalité capitaliste de la part de la classe propriétaire48. Cet obstacle, joint au manque d’instruction d’une grande partie de la population locale, constituera la cause déterminante du démarrage retardé et du progrès socio-économique limité, non seulement dans le Territoire d’Otrante mais dans toute l’Italie méridionale. Néanmoins, au-delà de ses limites inévitables et des « imperfections » politiques et institutionnelles, la Décennie française signifia sans aucun doute l’entrée du royaume de Naples dans la contemporanéité.

Notes

1 M. Berengo, « Il volto della società urbana europea tra Medioevo ed età moderna », in L’Europa delle città, Turin, 1999, p. 3.

2 Sur cette question, voir les observations pertinentes de P. Rossi, « La città come istituzione politica : l’impostazione della ricerca », in Modelli di città (édité par P. Rossi), Turin, 2004.

3 En Europe occidentale, aux environs de 1100, à côté des autonomies communales, surgirent des assemblées territoriales plus larges que celles des villes qui, d’abord consultatives, acquirent de plus en plus de pouvoir et sont devenues des corps délibératifs représentatifs, insérés de plein droit dans la structure publique de l’Etat. Selon les pays, ces organismes prirent le nom de Parliaments, Cortes, Etats Généraux, Parlamenti. Pour un regard synthétique, voir M. S. Corciulo, « Alle origini del dibattito metodologico nella storia delle istituzioni parlamentari », Giornale di Storia Costituzionale, 2002, no 4.

4 G. D’Agostino, « Città e monarchie nell’Europa moderna », in Modelli di città…, op. cit., p. 413.

5 A. Musi, « Introduzione » in Le città del Mezzogiorno nell’età moderna (édité par A. Musi), Naples, 2000, p. 7

6 G. Galasso, Le forme del potere, classi e gerarchie sociali, in Storia d’Italia, vol. I, (I caratteri originali), Turin, 1972, p. 441 ; G. Vallone, Istituzioni feudali dell’Italia meridionale tra Medioevo ed antico regime, Rome, 1999 ; G. Chittolini, La formazione dello Stato regionale e le istituzioni del contado : secoli XIV-XV, Turin, 1979 ; Nelle province dell’Impero, Actes du colloque (10-13 avril 2002), édités par L. Mascilli Migliorini, Avellino, Edizioni del Centro Dorso, 2007.

7 M. A. Visceglia, « Rendita feudale e agricoltura in Puglia nell’età moderna (XVI-XVIII) », Società e Storia, 1980, no 9, p. V.

8 Celles que l’on appelait « terres à oliveraie » (possessioni olivate) étaient en effet particulièrement répandues dans le Territoire d’Otrante dès le tout début de l’âge moderne (contrairement aux autres régions méridionales où les cultures arbustives ne se développèrent qu’au cours du XVIIIe siècle) et leur produit était commercialisé à un très haut pourcentage, représentant, jusque vers 1750, près de 90 % des exportations de la province. Ces exportations allaient pour la plupart vers les pays de l’Europe du Nord (surtout l’Angleterre et l’Allemagne, mais aussi vers les pays baltes et la Russie) plutôt que dans le royaume de Naples, dont d’ailleurs, elles constituaient un tiers de toutes les exportations. Sur ces aspects et sur les causes de l’absence de prospérité économique dans le Territoire d’Otrante, voir M. A. Visceglia, « Commercio e mercato in Terra d’Otranto nella seconda metà del XVIII secolo », Quaderni Storici, janvier-avril 1975, no 28, pp. 151-198.

9 A. Musi, Mezzogiorno spagnolo : la via napoletana allo Stato moderno, Naples, 1991, p. 75.

10 Par exemple, si, en 1650, le maire avait été élu parmi les nobles, il devait être choisi parmi les « civils » la fois suivante.

11 Sur cet aspect, propre à d’autres villes de l’Italie méridionale : G. Delille, Le Maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (XVe-XVIIIe siècle), Paris, 2003, p. 7 : « Mais comment faut-il définir une faction ? S’agit-il d’une coalition qui se construit puis se dissout au gré des intérêts, des stratégies particulières des uns et des autres ? Ou d’un regroupement plus solide et durable, résultat d’une répartition, en partie codifiée, des fonctions et des charges entre les « sociaux », entre les ordres, entre les différents membres d’une « famille » et dans lequel le politique – au sens événementiel du terme – se glisse ou est suscité en fonction des contextes non seulement locaux, mais aussi nationaux, voire internationaux ? ».

12 Lecce avait maintenu depuis des siècles une physionomie économique de type tertiaire, car elle était en même temps le principal centre commercial, bureaucratique et administratif de la province, et le lieu où l’on consommait ces mêmes revenus.

13 Celui-ci faisait partie d’une importante et riche famille « élargie » (par rapport à la majorité des familles composées des parents et de deux enfants) qui, entre 1663 et 1672, avait donné à la ville trois maires. Voir F. Gaudioso, « Amministrazione e potere locale a Lecce in età moderna », in Ceti dirigenti e poteri locali nell’Italia meridionale, Pise, 2003.

14 R. Ajello, « La vita politica napoletana soto Carlo di Borbone », in Storia di Napoli, Naples, 1972, vol. VII ; E. Chiosi, « Il regno di Napoli dal 1734 al 1799 », in Storia del Mezzogiorno, vol. IV, t. II, Naples, 1980.

15 Il est intéressant de noter que la construction des églises baroques de Lecce commença par la volonté de l’évêque Pappacoda dans les années qui suivirent le Concile de Trente. Cet évêque voulut créer un modèle architectural local – d’une opulence gracieuse et en même temps harmonieuse – pour l’opposer au modèle napolitain, inspiré des jésuites, plus imposant et lourd. L’architecture baroque de Lecce, qui influença aussi des palais de nobles, joua ainsi un rôle dans la « mobilisation du consensus » de la société civile autour du clergé local, imposant une utilisation redondante de moyens de communication aisément compréhensibles et d’un charme indiscutable, tel qu’est justement l’ensemble décoratif du baroque de Lecce (M. Manieri Elia, « La forma urbana », in Storia di Lecce, Dagli spagnoli all’Unità, (édité par B. Pellegrino), Bari, 1995, p. 574).

16 Ibid., p. 579. Le charme architectural était remarqué par les voyageurs étrangers du début du XVIIIe siècle : « Je n’ai jamais été autant frappé, depuis que je voyage, comme je l’ai été par la richesse infinie des hauts-reliefs de Lecce et par leur parfaite exécution. Je ne crois pas qu’il existe au monde une architecture semblable » (G. Berkeley, Viaggio in Italia (édité par T. E. Jessop et M. Fimiani), Naples, 1979, p. 201.

17 Parmi ses écrits, G. Palmieri, Riflessioni sulla pubblica felicità, Naples, 1787, et Pensieri economici relativi al regno di Napoli, Naples, 1789.

18 Il fut directeur des douanes à Lecce et, en 1791, membre du Conseil supérieur des Finances.

19 Sur cette période, P. Villani, Mezzogiorno fra riforme e rivoluzione, Bari, 1973 ; A. M. Rao, « La Repubblica napoletana del 1799 », in Storia del Mezzogiorno, vol IV, t. II, Naples, 1986.

20 D. Winspaere, Storia degli abusi feudali, Naples, 1883.

21 C. Zaghi, « Proprietà e classe dirigente nell’Italia giacobina e napoleonica », in Dagli Stati preunitari di Antico regime all’Unificazione (édité par N. Raponi), Bologne, 1981, p. 257.

22 Ils étaient choisis directement par l’intendant pour les petites communes, ou bien par le ministre de l’Intérieur, sur des listes proposant les noms de trois propriétaires (dont le revenu était supérieur à 24 ducats), toujours dressées par l’intendant. Le maire et les plus importants fonctionnaires municipaux étaient nommés par le ministre ou par l’intendant, à partir de listes établies par les décurions.

23 A. Scirocco, « I corpi rappresentativi nel Mezzogiorno dal Decennio alla Restaurazione : il personale dei consigli provinciali », in Quaderni storici, janvier-avril 1978, p. 102.

24 Organe consultatif législatif ayant la fonction de coordonner et de contrôler toute l’activité administrative de l’Etat.

25 S. Mori, « I governi delle città italiane fra antico regime e unità nazionale : percorsi storiografici » (seconda parte), in Società e storia, n. 99, janvier-mars 2003.

26 Sur les causes historiques de « l’impréparation » des communes méridionales, voir E. Di Ciommo, « Piccole e medie città meridionali tra antico regime e periodo napoleonico », in Villes et territoires pendant la période napoléonienne, Rome, 1987, p. 397.

27 Contrairement aux autres provinces du royaume de Naples – notamment en Calabre et dans les Abruzzes –, on ne connut que de rares épisodes du brigandage anti-français dans le Territoire d’Otrante. Le cas le plus marquant concerna le prêtre Ciro Annicchiaro, originaire de Grottaglie (Tarente) contre lequel fut pris un décret de bannissement le 16 août 1814. Cf. F. Gaudioso, Brigantaggio, repressione e pentitismo nel Mezzogiorno preunitario, Galatina (Lecce), 2002.

28 Après la Décennie française, le clergé ne représentait plus que 1 % de la population de Lecce, alors qu’en 1641 il s’élevait à 12 %.

29 G. Civile, « Appunti per una ricerca sull’amministrazione civile nelle province napoletane », in Quaderni Storici, janvier-avril 1978, fasc. 1, pp. 250-251.

30 Cette cohabitation « forcée » donna parfois lieu à des relations amoureuses avec des jeunes filles locales, qui finirent souvent par des mariages.

31 Né à Chieti (Abruzzes), fils de Romualdo, marquis de Carmignano, académicien della Crusca et ami des meilleurs hommes de lettres italiens. Après avoir été intendant à Teramo, « avec des résultats excellents », il obtint comme promotion d’être muté à Lecce, province plus importante. Il n’y resta que huit mois (à partir du 20 janvier 1808) parce qu’il suscita « en moins d’un an, tant de protestations, qu’on dut le démettre ». G. Civile, art. cité, p. 241.

32 Archivio di Stato di Lecce (à partir de là A.S.L.), Giornale d’Intendenza della Terra d’Otranto (1808-1815), 1808, p. 3

33 Ibid.

34 P. Villani, Mezzogiorno tra riforme e rivoluzione, Bari, 1973.

35 A.S.L., Giornale d’Intendenza della Terra d’Otranto (1808-1815), 1808, p. 9.

36 Il est intéressant de noter à ce propos que l’intendant invitait les curés à présenter « de manière réservée » leurs observations sur les « qualités morales des aspirants décurions ». Ibid., p. 11.

37 M. Spedicato, « La città e la Chiesa », in Storia di Lecce dagli spagnoli all’unità, Roma-Bari, 1996, pp. 113-123.

38 N. Vacca, I rei di Stato salentini del 1799, Galatina (Lecce), Congedo, 1999.

39 P. Palumbo, Risorgimento salentino, Lecce, Centro di Studi Salentini, 1968, p. 12 et, en outre, C. Petraccone, Napoli nel 1799 : rivoluzione e proprietà, Naples, Morano, 1989.

40 Sur l’ambiguïté sémantico-politique de ce terme, emprunté par ailleurs à la France, cf. M. S. Corciulo, « Les notables locaux entre l’administration et la Constitution : le cas du Territoire d’Otrante pendant la décennie française », in Mélanges à la mémoire de Michel Péronnet, 3, La Révolution française. Montpellier, Centre d’histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, 2005, pp. 319-333.

41 La famille « politiquement » la plus considérable de la Décennie fut celle des « civils » jurisconsultes et barons Francesco et Benedetto Mancarella, qui, fils de Gaetano, leader de la faction de Lecce qui portait leur nom depuis le XVIIIe siècle, se placèrent, en grimpant à toute allure, dans presque toutes les institutions locales : Francesco, Décurion dans les années 1808, 1810 et 1811, devint membre de la Députation aux travaux publics en 1813 et du conseil d’intendance en 1814. Encore plus brillante fut la carrière de son frère Benedetto qui, d’abord président du conseil de district de Lecce en 1808, devint conseiller d’intendance de 1809 à 1810 et vice-intendant en 1811 ; cette année-là, le poste resta vacant du fait d’âpres oppositions entre l’intendant (choisi parmi des hommes qui n’étaient pas originaires de la province) et le puissant conseil d’intendance fortement lié aux Mancarella. En effet, tant le secrétaire général, Giacinto Antelmy, que les conseillers Giuseppe Capone, Giuseppe de Rinaldis et le même Benedetto Mancarella, tous jurisconsultes de Lecce bien connus, étaient unis par le fait d’avoir été tous coupables de crimes contre l’Etat lors des événements de 1799. J’estime pourtant que les conflits avec l’intendant devaient porter moins sur le contenu des lois napoléoniennes (puisque ces hommes s’étaient prononcés par le passé pour un changement radical de l’ancien ordre) que sur leurs modalités d’exécution. Ce différend trouva sa solution avec l’envoi, en 1812, de la part de l’autorité gouvernementale d’un intendant préparé et efficace, Domenico Acclavio (originaire de la même province, et plus exactement de Tarente). Ce fut alors que le puissant Benedetto Mancarella « passa » au conseil général, dont il fut président de 1813 à 1814, pour être muté ensuite à la Grande Cour Criminelle.

42 P. Macry, « Les élites urbaines », in Il Mezzogiorno preunitario. Economia, società e istituzioni (édité par A. Massafra), Bari, 1988, p. 808

43 A. Spagnoletti, Storia di Bari nell’Ottocento, Bari, 1994, p. 180.

44 P. Mascilli Migliorini, « L’Italia modello della città napoleonica », in Rivista Napoleonica, 2003, no 7-8.

45 Parmi celles-ci, la plus significative fut la réforme proposée par le ministre Zurlo en 1800.

46 Pour un bilan plus exhaustif de cette période, je me permets de renvoyer à M. S. Corciulo, Dall’amministrazione alla Costituzione. La Terra d’Otranto nel Decennio napoleonico (1806-1815), Lecce, 2002.

47 B. Pellegrino, « Introduzione » in Storia di Lecce, op. cit., p. 28.

48 Ces carences avaient été identifiées dans La Statistica de 1811, voulue par Joachim Murat afin d’avoir une connaissance rationnelle et scientifique de la situation géographique, sociale et économique des provinces du royaume. En effet le rédacteur pour le Territoire d’Otrante, Oronzo Gabriele Costa, écrivit avec perspicacité : « … manquent les machines, manquent les outils, tout se fait à la main… à la rustique, et il n’y aura pas des machines, qui pourront bien servir à l’objectif désigné, sans des capitaux, beaucoup de capitaux » (V. Ricchioni, La Statistica del regno di Napoli nel 1811. Relazioni sulla Puglia, Trani, Vecchi, 1942, p. 269.) Selon une thèse récente, le rédacteur de La Statistica pour le Territoire d’Otrante aurait été le vicaire apostolique Giovene (V. Zacchino, « La Statistica murattiana e il redattore sulla Terra d’Otranto », in Brundisii res, s. d.).

Auteur

Université La Sapienza, Rome

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540