Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la décentralisation

 | 
Roger Baury
, 
Marie-Laure Legay

– III – Entre le « centre » et le « pays » : stratégies familiales et individuelles d’adaptation aux États modernes

Les courtisans, le Roi et le gouvernement du « pays » : noblesse aulique et décentralisation dans la France du xviiie siècle

Agnès Ravel-Cordonnier

Texte intégral

  • 1 William R. Newton, L’Espace du Roi. La Cour de France au château de Versailles, Paris, 2000, p. 126

1Aménagée en 1701, la luxueuse chambre à coucher du Roi, toute tendue de velours cramoisi brodé d’or, était le centre du château de Versailles. Centre géographique, le lit du souverain était situé sur l’axe allant de l’extrémité du Grand Canal aux hauteurs de l’avenue de Paris. « Centre de la vie de cour et raison d’être de la société de cour »1, cette chambre voyait se dérouler les cérémonies du lever et du coucher, auxquelles se précipitèrent les courtisans jusqu’en octobre 1789. Sous l’Ancien Régime, la cour de France réunissait, dans un même lieu, la maison personnelle du monarque et le siège du gouvernement central. Au XVIIe siècle, le renforcement de l’autorité du Roi, la concentration de la noblesse à la cour, la centralisation du gouvernement et le développement quantitatif et qualitatif de l’administration d’Etat ont bouleversé les liens multiséculaires unissant la noblesse à ses vassaux et aux fiefs dont elle tirait sa puissance et son rang. L’objet de cette étude est de déceler comment la noblesse aulique a pu, au XVIIIe siècle, concilier gouvernement du « pays », faveur royale, charges et obligations de cour, concurrence de l’administration monarchique, centrale ou locale.

  • 2 A. N., T 19374, papiers séquestrés sous la Révolution aux dépens de Louis, duc de Noailles, et de s (...)
  • 3 Les Mémoires de ma vie du prince, puis duc de Croÿ appartiennent à la Bibliothèque de l’Institut de (...)
  • 4 Conservé à la Bibliothèque Victor-Cousin (désormais B. V. C.), le fonds Richelieu résulte d’une don (...)

2La décentralisation implique une phase préalable de centralisation. L’agrégation à la cour au temps de Louis XIV éloigna la noblesse de ses « pays ». L’évolution de la politique religieuse des Noailles du XVIIe au XVIIIe siècle en offre une parfaite illustration, que nous étudierons dans un premier temps, à partir des papiers séquestrés sous la Révolution, aux dépens de Louis, duc de Noailles,2. Cependant, le siècle des Lumières vit renaître la vocation provinciale de certains courtisans qui utilisaient la faveur royale pour mieux agir en faveur de leur « pays » et de leurs intérêts locaux. Tel fut le cas d’Emmanuel, prince, puis duc de Croÿ, que nous examinerons ensuite, essentiellement grâce aux éléments inédits de ses Mémoires3. Prolongeant une tradition administrative multiséculaire, la noblesse de cour obtenait du Roi des commissions pour gouverner les provinces et jouer un rôle majeur dans le processus de décentralisation de ses « pays ». C’est pourquoi nous étudierons en dernier lieu, à l’aide de ses archives privées4, le rôle du maréchal-duc de Richelieu, non pas en tant que duc de Richelieu ou de Fronsac, mais sous ses qualités successives de lieutenant général du Roi en Languedoc et de gouverneur de Guyenne.

Le délaissement du « pays » par les Noailles (xviie-xviiie siècle)

  • 5 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, contrat du 12 juillet 1734. Ce contrat donnait l (...)

3La politique religieuse des Noailles dans leur berceau géographique, situé dans le centre-ouest5 de la France, dévoile le déclin de l’implication de la noblesse de cour dans le gouvernement de ses fiefs : l’agrégation des Noailles à la cour correspondit à un recentrage progressif sur Paris et Versailles.

Figure 1. Le délaissement du « pays » par les Noailles

Figure 1. Le délaissement du « pays » par les Noailles

« Remédier aux besoins spirituels de leurs vassaux » : La politique religieuse des Noailles dans leur « pays » au xviie siècle

  • 6 Jean Delumeau, Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, 1971.
  • 7 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, document daté du 13 mai 1666, commençant par ces (...)

4Depuis la fin du XVIe siècle, les Noailles avaient soutenu la Contre-Réforme catholique de leur « pays »6. En tant qu’abbé-comte d’Aurillac, Charles de Noailles, évêque de Rodez, avait implanté dans cette ville le monastère de la Visitation Sainte-Marie, dont sa nièce, Marie-Christine de Noailles, fut la supérieure7. Avec son frère aîné François, comte de Noailles, Charles établit, en 1624, le couvent des Récollets de Brive.

  • 8 Ibid., contrat du 6 avril 1683 passé devant Laverdi et Le Vasseur notaires à Paris. C’était le temp (...)
  • 9 Il était dirigé par Edme Jolly, supérieur général de la congrégation de la Mission demeurant à Sain (...)
  • 10 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, contrat du 26 septembre 1733 passé devant Ballot (...)

5Outre les motifs purement religieux, cet engagement tridentin répondait à un souci de bien gérer leur « pays ». Louise de Boyer, duchesse douairière de Noailles, et son fils Anne-Jules, duc de Noailles, se sentaient obligés d’assurer la conversion des « hérétiques » dans leurs seigneuries. Tous deux fondèrent à Sarlat un séminaire de prêtres, pour évangéliser leurs vassaux. Signé le 6 avril 1683, le contrat stipulait : « Ayant reçû de Dieu un grand désir de le faire servir et honorer dans les terres dont il a plu à la divine providence de les faire seigneurs et leur auroit semblé que le meilleur moyen pour parvenir à cela et pour remédier aux besoins spirituels de leurs vassaux seroit de procurer dans l’une de leurs dites terres l’établissement d’une communauté de prêtres pour faire des missions à leursdits sujets »8. Confié aux Lazaristes9, le séminaire de Sarlat organisait au moins une mission tous les dix ans dans chaque paroisse appartenant aux Noailles, avec « prières publiques pour le Salut, santé et prospérité desdits fondateurs et de leur famille »10.

  • 11 Ibid., lettre des Récollets de Brive, datée du 4 août 1704, adressée conjointement à Anne-Jules, du (...)
  • 12 Ibid., donation, datée du 13 avril 1744, de Françoise de Bournonville, veuve d’Anne-Jules de Noaill (...)

6Cependant, au début du XVIIIe siècle, la politique religieuse des Noailles dans leur « pays » montrait des signes de faiblesse. En 1704, plongés dans une grande détresse pécuniaire, les Récollets de Brive rappelaient leurs devoirs aux héritiers des fondateurs11. A sa mort, en 1708, Anne-Jules, maréchal-duc de Noailles, demandait à ses héritiers de restaurer l’église Notre-Dame de Noailles, dans le diocèse de Limoges. Depuis les guerres de religion, les Noailles avaient délaissé « cet ancien monument de la piété et du zèle des ancêtres de la maison de Noailles »12. Avec près de quarante ans de retard, en 1744, son épouse, Françoise de Bournonville, respecta ses dernières volontés, allouant à cette œuvre 23 000 livres, soit 575 livres de rente. C’est que, entre-temps, les Noailles avaient été happés par la cour.

La captation curiale

  • 13 Michel Cassan,, Le Temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, (...)
  • 14 Guy Chaussinand-Nogaret, La Vie quotidienne des femmes du roi, d’Agnès Sorel à Marie-Antoinette, Pa (...)

7Famille de la « noblesse seconde » au début du XVIIe siècle13, les Noailles s’étaient agrégés en un demi-siècle à la plus haute noblesse de cour, en se rapprochant des femmes du Roi Soleil14.

Figure 2. Les Noailles et les maîtresses de Louis XIV

Figure 2. Les Noailles et les maîtresses de Louis XIV

Sont soulignés les noms des maîtresses de Louis XIV auxquelles les enfants d’Anne-Jules de Noailles s’apparentèrent

  • 15 La fille illégitime que Louise-Françoise de La Baume-Le Blanc, duchesse de La Vallière, eut du Roi, (...)
  • 16 Lucie-Félicité de Noailles épousa Victor-Marie, maréchal-duc d’Estrées, tandis que sa sœur, Anne-Lo (...)

8La marquise de Maintenon protégeait les Noailles, scellant ces liens par le mariage, en 1698, de sa nièce et héritière avec le fils aîné d’Anne-Jules, maréchal-duc de Noailles, Adrien-Maurice, alors comte d’Ayen. Sa fille, Marie-Thérèse, convola la même année avec le neveu de la première maîtresse déclarée de Louis XIV, la duchesse de La Vallière15. Sa fille cadete, Marie-Victoire-Sophie, se maria successivement avec le petit-fils légitime de la marquise de Montespan, puis avec le ils légitimé que la belle Athénaïs eut de Louis XIV, le comte de Toulouse. Anne-Jules, maréchalduc de Noailles, fit contracter à deux autres de ses filles des unions avec de proches parents de la duchesse de Bourgogne16. Les Noailles devenaient, par alliance, les cousins aux dixième et onzième degrés de Louis XV.

  • 17 Mathieu Marraud, La Noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, 2000, pp. 23-97.
  • 18 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, acte d’Anne-Jules de Noailles, daté du 10 décemb (...)
  • 19 Les chanoines de l’église Saint-Paul l’ont même offerte aux Noailles, comme le révèle leur lettre e (...)
  • 20 Ibid., acte du 12 novembre 1708 : le cardinal archevêque de Paris et son neveu obtiennent « deux ch (...)
  • 21 Ibid., décision du doyen du chapitre de l’église Saint-Paul de Paris datée du 1er décembre 1708. Fu (...)

9A l’instar de maints nobles auliques17, les Noailles délaissèrent leur berceau originel au profit de Paris. Le choix des lieux de sépulture montrait aux yeux de tous ce rééquilibrage géographique. Anne, premier duc de Noailles, fut le premier qui demanda à être enterré à Paris, dans une chapelle de l’église Saint-Paul appartenant à son épouse18. L’accession de son fils, Louis-Antoine, à l’archevêché de Paris permit aux Noailles d’ériger une chapelle de Noailles dans cette même église19. En 1708, à la mort d’Anne-Jules, maréchal-duc de Noailles, la chapelle fut agrandie pour accueillir un mausolée20 contenant les corps de celui-ci et de ses « descendans en ligne directe […] portants son nom et ses armes »21. Ancrés désormais dans l’espace parisien, ces derniers se désintéressèrent de la gestion de leur « pays », confiée à des intendants et secrétaires.

Le rôle croissant des secrétaires

  • 22 Par le contrat du 6 avril 1683, les Noailles accordaient mille livres tournois de rente, qui furent (...)
  • 23 Ibid., 12 juillet 1734 : « il a fait délaissement aux dits missionnaires des métairies et héritages (...)
  • 24 Ibid., 7 mars 1733 : « On croit qu’il convient à Monseigneur de conclure parce que réellement le bi (...)
  • 25 Ibid., « la maison de Noailles n’ayant plus le même nombre de paroisses dans l’Auvergne, il n’étoit (...)
  • 26 Ibid., lettre de Nervet au duc de Mouchy, datée du 14 mars 1780, qui retrace l’histoire de ce litig (...)
  • 27 A la mort d’Adrien-Maurice, duc de Noailles, en 1766, la gestion du séminaire de Sarlat incomba à s (...)
  • 28 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, lettre du 12 avril 1769 écrite par le supérieur (...)
  • 29 Ibid., lettre datée du 14 mars 1780 : Nervet, nouveau secrétaire, enjoignait le duc de Mouchy de ne (...)

10Le rôle prépondérant des secrétaires peut être appréhendé grâce aux récriminations du séminaire lazariste de Sarlat, qui voulait améliorer ses finances et recentrer le champ géographique de ses missions. Pour pallier les difficultés pécuniaires22, le secrétaire d’Adrien-Maurice, duc de Noailles, proposa de donner la seigneurie du Bouch23 héritée du cardinal de Noailles, car, avouait-il, l’éloignement du duc de Noailles contribuait à la mauvaise rentabilité de cette terre24. Les missionnaires refusaient d’effectuer des missions en Auvergne25, car les Noailles avaient vendu la plupart de leurs terres dans cette province26. Assignés aux Requêtes du Palais en 1769, ils se défendirent en incriminant l’éloignement du duc de Mouchy27 et l’omnipotence de son secrétaire, La Vergne28. Ils réussirent à court-circuiter ce dernier, en faisant parvenir une lettre explicative au duc de Mouchy, sans doute par l’intermédiaire de l’évêque de Sarlat. Le procès fut enterré, sans aucune condamnation29.

  • 30 Ibid., lettre datée du 12 avril 1769, f° 2 : « Mgr le duc devant maintenant être retiré de son serv (...)

11La puissance du secrétaire des Noailles se justifiait par le fait qu’il pouvait recommander certains provinciaux. Ainsi, en 1769, on avertissait La Vergne de l’occupation abusive du lit de la rivière Dordogne sur une terre appartenant aux Noailles. On lui demandait, ensuite, d’obtenir du duc de Mouchy un brevet du Roi permettant aux enfants du dénonciateur de fréquenter de bons collèges à Toulouse30.

  • 31 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXIV, f° 8-9, Lettre de Mme de Tencin au duc de Richelieu, datée du (...)

12Les nobles eux-mêmes décriaient la puissance de leurs secrétaires et de leurs intendants, qui géraient économiquement leurs domaines. Ainsi, Alexandrine Guérin de Tencin affirmait en novembre 1742 qu’elle n’accordait « pas beaucoup de confiance à ces Messieurs, qui s’enrichissent ordinèrement aux dépens de nous autres, grands seigneurs »31. Méfiants, certains courtisans s’intéressaient personnellement à leur « pays », à l’instar d’Emmanuel, prince, puis duc de Croÿ.

Emmanuel de Croÿ ou le regain d’intérêt d’un courtisan pour son « pays »

13Il tirait son nom d’un village qui ne lui appartenait plus, aujourd’hui Crouy-Saint-Pierre, près d’Amiens. Il conservait des fiefs et des seigneuries essentiellement dans le nord de la France et dans la Belgique actuelle.

Une gestion directe et minutieuse du « pays »

  • 32 B. I. F., ms. no 1649, f° 180, avril 1749. En avril 1749, le prince de Croÿ donnait une nouvelle ma (...)
  • 33 B. I. F., ms. no 1640, f° 19 ; ms. no 1648, f° 189 v° : « Choses à faire à Paris dans l’hiver 1747 (...)
  • 34 B. I. F., ms. no 1645, f° 5-6, janvier 1745.
  • 35 Roger Baury, « L’ubiquité nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles », in J. Pontet, M. Figeac et M. B (...)
  • 36 B. I. F., ms. no 1648, f° 187 : « Choses à faire à Paris dans l’hiver 1747 à 1748, rédigé le 2 nove (...)

14Les biens du prince de Croÿ étaient administrés par un intendant général, M. Cordier32. Dès ses vingt ans, Croÿ se mit à tenir un livre de comptes33, dans lequel il consignait recettes et dépenses. En 1744, il voulait rembourser au plus vite les quarante mille francs de dettes qu’il avait contractées après le décès de son épouse et régler « les dépences que la folie des usages pour soutenir son état » l’obligeaient à effectuer. Aussi s’initia-t-il au détail de ses affaires, comme il l’explique dans ce passage inédit de ses Mémoires : « Je me mis avec [Cordier] à entendre les comptes et à voir et tirer de luy un état au plus juste de chacune de mes terres et, écrivant à chaque receveur, je réglé le revenu sur lequelle je pouvois compter, de chacune leurs charges et délégations fixe, de sortes que fesant de tout cela un recueil avec l’histoire de chaque terre en teste, je commencé à être bien au fait de mes biens et à les mettres en bon ordre »34. Cependant, Croÿ était toujours par monts et par vaux, entre ses différentes terres, sur le front militaire, à Paris, Versailles, Compiègne, Choisy, Fontainebleau, Valenciennes ou Lille. Pour remédier aux méfaits de ce nomadisme commun à la haute noblesse35, il décida en 1747 de « faire des copies exactement de tout afin que perdant tout ce que j’emporte je ne perde rien que je ne laisse dans le même ordre à Paris et, de plus, les plus essentiels à Condé »36.

  • 37 B. I. F., ms. no 1650, f° 77, 80-83, 87, 2-10 octobre 1751
  • 38 B. I. F., ms. no 1649, f° 187, juillet 1749.
  • 39 B. I. F., ms. no 1650, f° 77, 80-83, 87, 2-10 octobre 1751
  • 40 Ibid., f° 132 v°, 14 juillet 1752.

15En octobre 1751, Cordier mourut, après vingt-deux ans de bons et loyaux services. Le prince de Croÿ réalisait la perte qu’il avait faite : « il me tenoit lieu de tout », c’était « un bon intendant général et un bon bailli », et même un « ami »37. Croÿ profita de l’événement pour se charger désormais « de l’intendance générale de [s]es biens] », d’une part, pour se « mettre au fet de tout pour soutenir [s]es droits avec sagesse »38, d’autre part, « pour pouvoir après former [lui]-même [s]on homme d’affaire et le conduire en gros »39. Il écrivit à ses « gens d’affaires pour qu’ils usent à ne plus rendre compte qu’à [lui] directement et à [l]e mettre au fait du courant ». Six mois plus tard, accablé de travail, Croÿ dut prendre un secrétaire, mais qui ne devait s’occuper que « des affaires de détail ou chicane »40.

  • 41 B. I. F., ms. no 1648, f° 187 : « Choses à faire à Paris dans l’hiver 1747 à 1748, rédigé le 2 nove (...)
  • 42 B. I. F., ms. no 1646, f° 4-7, octobre novembre 1745. Il observait que « le pays et tous les enviro (...)

16Chaque année, il consacrait plusieurs semaines à visiter une partie de ses terres. Pour chaque seigneurie, il rédigeait un mémoire contenant l’histoire de la terre, les titres, les revenus. Il rapportait ensuite toutes les données collectées sur « une grande carte », portant « limites, terres, camps, chemins, etc. »41 Ainsi, il consacrait l’automne 1745 à « aller voir le local de mes terres de Maldeghem [en Flandre occidentale, au nord-ouest de Gand] pour la première fois », guidé par le capitaine de Maldeghem. Après « une première entrée en cérémonie », Croÿ alla à l’église entendre un Te Deum, puis au village, « où le peuple très abondant me marqua beaucoup d’attachement », de là au château, qu’il trouva « assé beau », enfin chez son receveur, où il logea42.

« Il vaut mieux être le premier chez soi que le second ailleurs »

  • 43 Marie-Pierre Dion, Emmanuel de Croÿ (1718-1784). Itinéraire intellectuel et réussite nobiliaire au (...)
  • 44 « Je soupe souvent dans les cabinets ; rependé cela sans afectation, surtout aux chefs ». Lettre ci (...)
  • 45 Emmanuel, duc de Croÿ, Journal inédit…, op. cit., t. I, p. 84, janvier 1747. Le manuscrit ajoute : (...)
  • 46 B. I. F., ms. no 1646, f° 49, mars 1746. Il voulait en effet « estre util à mes parens et me faire (...)

17Telle était la maxime favorite de Croÿ43. Or, la concurrence en Flandre et en Hainaut était vive : Croÿ avait pour voisins le prince de Ligne et le duc d’Arenberg. Aussi veillait-il à s’attirer des marques de faveur royale. Lorsqu’il était convié à souper avec Louis XV, Croÿ en informait les « chefs » de la province44, car il estimait qu’« être en liberté et intimité avec un aussi grand Roi que le Roi de France, cela en imposait et donnait de la considération », « tant à la cour que dans [s]a province »45. Son objectif était, en effet, de devenir le patron officiel de la noblesse flamande à la cour de Versailles : le prince de Croÿ recommandait « beaucoup de gens […], car j’étois le plastron des demendant et plaigniant de Bruxelles »46.

  • 47 Marie-Pierre Dion, Emmanuel de Croÿ…, op. cit., p. 103.
  • 48 B. I. F., ms. no 1650, f° 115 v°, mai juin 1752.
  • 49 Ibid., f° 84, octobre 1751 ; f° 113 v°, 28 mai 1752.
  • 50 B. I. F., ms. no 1644, f° 47. C’était alors Chauvelin, avec lequel il voulait débattre de l’état de (...)
  • 51 Quelques exemples non exhaustifs entre 1745 et 1752 : B. I. F., ms. no 1645, f° 19, mai 1745. Ms. 1 (...)
  • 52 B. I. F., ms. no 1650, f° 147, septembre 1752. Cela coûtait à Croÿ de devoir faire sa cour aux inte (...)

18Croÿ excellait à se concilier l’administration royale locale47. Il se ménageait les gouverneurs successifs, des ducs de Boufflers au prince de Soubise. Ainsi, en 1752, Croÿ reçut en grande pompe ce dernier, sa famille et sa suite, plusieurs jours durant. L’objectif avoué était de « [l] e faire connoître et [lui] donner de la considération en Flandre »48. Croÿ rechercha aussi l’appui des parlementaires de Douai : en mai 1752, pour faire enregistrer au plus vite son titre de prince de Solre49, il invita Calonne à chasser avec lui pendant plusieurs jours, car ce procureur général « menoit la barque » du Parlement de Flandre. Croÿ choyait tout particulièrement les intendants d’Amiens50, de Lille51 et de Valenciennes. En septembre 1752, lorsqu’il apprit le départ de Lucé, de l’intendance de Valenciennes, il se lamenta de sa dépendance vis-à-vis des intendants : « C’est bien là un des grands désagréments de ma position d’avoir autant besoin des intendants et d’estre exposé à en voire un nouveau dès que je suis accoutumé à l’ancien »52.

19S’il avait tant besoin du soutien de l’intendant de Valenciennes, c’est que son fief principal était Condé-sur-Escaut, situé à douze kilomètres au nord-est de Valenciennes. La gestion de cette baronnie est révélatrice à la fois du renouveau d’intérêt de certains courtisans pour leur « pays », et du rôle de la faveur royale pour se concilier le gouvernement local.

La cohérence du gouvernement de la baronnie de Condé-sur-Escaut

  • 53 Ibid., f° 23, novembre 1750, « Arrangement pour 1751 et pour l’avenir ». Il décidait de passer un m (...)
  • 54 Ibid., f° 40 v°, mai 1751 ; ms. no 1646, f° 63, avril 1746.
  • 55 B. I. F., ms. no 1645, f° 18, 26 avril au 4 mai 1745.
  • 56 Un exemple parmi tant d’autres, dans B. I. F., ms. no 1651, f° 30 v°, 12 octobre 1753 : Peyrenc de (...)

20En temps de paix, Croÿ passait quatre mois et demi par an à Condé53. Chaque année, dès son arrivée, il recevait « la visite des corps » de « toute la ville »54, puis il rencontrait ses receveurs, pour se mettre au fait des derniers événements et percevoir les 34 000 livres de revenu annuel55. Après quoi, il portait toutes les modifications intervenues pendant son absence sur une « grande carte de Condé », avec « ses environs de Mons, Tournay, Ath, Valenciennes à commune échelle ». Pour rendre son séjour plus confortable, il délaissa le château de Bailleul datant du XVe siècle, où il avait vu le jour. Entre 1749 et 1772, il fit construire et embellir, à proximité de Condé, le château de l’Hermitage. C’est là qu’il invitait gouverneur, intendants, magistrats et noblesse flamande à des parties de chasse ou à des soupers56.

  • 57 B. I. F., ms. no 1650, f° 42 v°, mai 1751 : « pour qu’il ne puisse y avoir qu’un bateau à la fois d (...)
  • 58 Bernard Delguste, « Les origines de la maison Canivez », juin 2006, disponible sur le site internet (...)
  • 59 B. I. F., ms. no 1650, f° 190, 24 mai 1753. Il reçoit alors, à l’Hermitage, M. et Mme de Moras, ain (...)
  • 60 Ibid., f° 78 v°-79, octobre 1751.
  • 61 B. I. F., ms. no 1649, f° 186 v°, 5 juillet 1749 ; il réalise à cette occasion « la grande carte de (...)
  • 62 B. I. F., ms. no 1650, f° 40 v°-41, 6 mai 1751 ; f° 43, 27 mai 1751 : la pose de la première pierre (...)

21Croÿ veillait à l’amélioration de la situation économique de ses terres. Son crédit auprès de l’intendant Lucé lui permit d’empêcher la liberté de navigation sur l’Escaut57. En 1757, il provoqua la fusion des différentes compagnies charbonnières du Nord de la France – celles de ses terres de Condé et de Vieux-Condé, avec celles de Fresnes et d’Anzin – en une seule société, la compagnie des mines d’Anzin. Les capitaux permirent d’élever des « machines à feu », utilisant la vapeur d’eau pour évacuer l’eau des sous-sols, dont une fut installée à Bernissart, dans la baronnie de Condé58. Croÿ s’intéressait également au développement du réseau routier. Il a cherché à convaincre les intendants de Valenciennes successifs59 du bien-fondé d’une route qui pouvait favoriser « l’entrée [des troupes françaises] [dans la partie flamande des Pays-Bas autrichiens] en temps de guerre »60, mais qui lui aurait aussi permis de voyager plus commodément de Paris jusqu’à Anvers et Liège, et d’accéder toute l’année à Mons en Hainaut ou à Havré, où habitait son cousin, le duc d’Havré. A partir de 1749, il surveilla l’évolution d’un autre projet qui lui tenait à cœur – l’amélioration d’une grande chaussée pavée reliant l’Hermitage à Condé et à Saint-Calix61–, lequel entrait en concurrence avec celui du duc d’Arenberg, son voisin, qui voulait faire passer la route à proximité de chez lui. Profitant de la situation géopolitique, il réussit à obtenir l’aide des Etats de Mons. Mais Croÿ œuvrait aussi au salut de ses vassaux, consacrant par exemple « 10 000 livres pour faire une belle église et unique en son espèce » à Condé, après destruction de l’ancienne. Il en dessina lui-même le plan et confia les travaux au « frère Louis, habil homme quoy que frère carme, qui nous servoit d’architecte »62.

  • 63 Emmanuel duc de Croÿ, Journal inédit, op. cit., t. I, p. 224, 1742. Croÿ était formellement exclu d (...)
  • 64 Il s’opposait parfois au gouverneur, par exemple en 1749, où il dut céder au gouverneur de Condé po (...)
  • 65 B. I. F., ms. no 1651, hiver 1753-1754. Il demanda une première fois le gouvernement de Condé le 22 (...)

22La puissance de la faveur royale permit au prince de Croÿ de contourner les règles tacites de l’administration provinciale, de non-cumul des charges seigneuriales et royales63. Croÿ voulait être gouverneur de sa terre de Condé-sur-Escaut, pour être tout à fait maître sur ses terres64. Après onze ans de cour au Roi, à la marquise de Pompadour et aux ministres, il obtint gain de cause, en mars 175465. La faveur du souverain permettait à d’autres courtisans d’obtenir des lettres de commission de lieutenants généraux ou de gouverneurs, le plus souvent dans des provinces éloignées de leur « pays » originel.

Le maréchal-duc de Richelieu, courtisan et commissaire

23Premier gentilhomme de la Chambre du Roi, le maréchal-duc de Richelieu est l’archétype de ces courtisans qui tiraient leur pouvoir dans les provinces de la faveur royale, et, à la cour, de leur poids dans la distribution des charges provinciales.

L’éloignement de la cour

  • 66 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXI, mémoire sur la cour, 1746, f° 1 v°. Fleury voulait le remercie (...)
  • 67 Anne Blanchard, « Languedoc », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, (...)
  • 68 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 36 de Richelieu au président Hénault, datée de Bord (...)
  • 69 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 135 v°-136. Cette longue lettre sans signature (mais l’in (...)

24En 1738, le duc de Richelieu obtenait « une lieutenance générale du Languedoc, et ce que l’on appelle dans ce pays-là la grande patente, c’est à dire la patente de gouverneur avec laquelle on jouit de tous les honneurs, prérogatives et autorité connus ». Il estimait que « cette place […] est la plus belle que le Roy ait à donner dans ce genre la, si elle étoit aussi stable que le sont les gouvernements »66. Province la plus étendue du Royaume, avec ses 41 500 km2 et son million et demi d’habitants67, le Languedoc était fort éloigné de Versailles. En 1758, Richelieu confiait avoir « passé [s]a vie sur les grands chemins et vin[g] t ans hors de Paris et de la Cour »68. Outre sa présence sur les champs de bataille et son ambassade à Vienne, il avait dirigé les troupes en Languedoc, pour empêcher les débarquements ennemis en temps de guerre ou réprimer les troubles fomentés par les protestants. D’une main de fer gantée de velours, il avait administré les affaires politiques de la province, déployant tout son talent lors des Etats du Languedoc. Si bien que ses alliés de cour, alarmés de ses absences répétées, lui faisaient « le résumé de ce qui se dit chez les ministres et dans les cabinets, car, quand on est éloigné comme vous l’êtes, ce n’est que par ses véritables amis que l’on peut sçavoir le vray et il est toujours essentiel d’en être informé »69.

  • 70 Le gouvernement de Guyenne couvrait les intendances de Bordeaux, Montauban, Auch et Pau. Richelieu (...)
  • 71 Anonyme, Véritable vie privée du maréchal de Richelieu, contenant ses amours et intrigues et tout c (...)
  • 72 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 41 de Richelieu au comte de Jonzac, 1er septembre 1 (...)
  • 73 A. N., 422 AP 1 (Archives de Marc-Pierre comte d’Argenson, secrétaire d’Etat de la Guerre), lettre (...)
  • 74 Jean Duquesne, Dictionnaire des gouverneurs…, op. cit., p. 56.

25En 1755, Louis XV nomma Richelieu gouverneur de Guyenne70, charge prestigieuse qui faisait de lui le représentant de la personne du Roi dans cette province. A partir de 1758, il s’y rendait tous les ans pour six mois, y restant même dix-huit mois de suite en 1765-176671. Il faisait cet aveu : « Il me semble que les meilleures places sont les plus éloignées de la cour »72. Tous les courtisans ne partageaient pas son analyse : le marquis de Mirepoix (devenu duc en 1751) se sentait, au contraire, « expatrié depuis quinze bonnes années »73 par son commandement en Provence et sollicitait le bâton de maréchal pour revenir à la cour. Si un courtisan aussi fin et habile que le maréchal-duc de Richelieu se plaisait loin de la cour, c’est qu’il exerçait un « pouvoir réel »74 en Guyenne, comme auparavant en Languedoc : il était un intermédiaire écouté et puissant entre le pouvoir central et les provinces.

Le rôle de filtre joué par le maréchal-duc de Richelieu

  • 75 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1985, pp. 18 et 64.
  • 76 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 140 : lettre de Richelieu à une dame inconnue, datée de 17 (...)
  • 77 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 47 de Richelieu au comte de Jonzac, Bordeaux, 23 dé (...)

26Depuis l’installation de la cour à Versailles, la noblesse aulique jouait ce rôle de « filtre » décrit par Norbert Elias, confisquant, d’une part, l’accès au Roi et la diffusion de la volonté royale dans les provinces, rassemblant en elle, d’autre part, « tous les fils de la société »75. En 1760, Richelieu avouait son impuissance à obtenir pour un ami « une petite abaye qui vaque au milieu du duché de Fronsac, dont la demeure est à un quart d’heure de mon château »76. Mais, comme commissaire du Roi, il jouissait d’un grand crédit, y compris pour l’attribution des bénéfices ecclésiastiques77.

  • 78 Ibid., lettre no 65 de Richelieu au marquis de Marigny, datée du 7 mai 1770. Réponse lettre no 66, (...)
  • 79 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXIV, f° 38, lettre de madame de Tencin à Richelieu, Paris, 12 mai (...)
  • 80 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 147, lettre de Choiseul, en date à Versailles, du 6 mars 1 (...)
  • 81 Ibid., f° 205, lettre de Pichard, datée du 1er novembre 1765 : « C’est de Fontainebleau que vous m’ (...)
  • 82 Ibid., f° 18, lettre de d’Argenson, en date à Versailles du 29 mars 1754, prévenant Richelieu qu’un (...)
  • 83 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 154, lettre de Jenaud, en date, à Montpellier, du 18 mars (...)
  • 84 Mémoires authentiques du maréchal de Richelieu, publiés par A. de Boislisle, in Anonyme, Véritable (...)

27Richelieu proposait au gouvernement central des gens du « pays » pour remplir les charges locales. En juillet 1770, alors gouverneur de Guyenne, il proposa et obtint du directeur général des Bâtiments du Roi, Marigny, le poste d’inspecteur des marbres du Roi à Bordeaux pour « le sieur Dupin », « un home intelligent et dont on peut répondre », que « j’[…] aime et […] estime », et qui « jouit encore de la grande confiance de l’hôtel de Ville »78. Il récompensait ses alliés de cour en leur obtenant des belles charges. Aussi Alexandrine Guérin de Tencin n’hésitait-elle pas à recourir à lui pour pourvoir ses protégés de charges juteuses, comme celles de trésorier du Languedoc ou de gouverneur du Vivarais79 De fait, il œuvra à l’avancement des gens du « pays » : il sollicita des secrétaires d’Etat de la Guerre, d’Argenson puis Choiseul80, des charges militaires ou des pensions royales81 pour ses favoris, tel « M. de Moncan, maréchal de camp commandant en Languedoc »82. Les gens du « pays », connaissant l’étendue de son patronage, s’adressaient à lui, à l’instar du Montpelliérain Jenaud, qui avouait « ignore[r] profondément les situations de la cour » ; partant, « lorsque je prends la liberté de vous demander quelques grâces, ce n’est jamais que supposé qu’elle se trouve assortie aux circonstances du moment »83. Richelieu protégeait les provinciaux désireux de s’intégrer à la cour ou à Paris, à l’instar de l’abbé de Bernis à ses débuts, qui était le fils cadet d’un gentilhomme languedocien84.

  • 85 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXIII, lettre no 7 de Clermont à l’abbé Godin, Paris, 17 juin 1783  (...)
  • 86 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 214, lettre de Beauvau à Richelieu, Toulouse, 5 décembre 1 (...)

28Sans passer par la cour, Richelieu jouissait d’un puissant pouvoir local. Il pesait sur les élections, notamment celles du chapitre de l’archevêché de Bordeaux85. Même une fois nommé gouverneur de Guyenne, il resta un conseiller avisé et écouté de ses successeurs en Languedoc. En 1765 encore, Beauvau s’adressait à lui pour mieux comprendre les méandres de l’administration, réclamait son appui auprès de Bastard, président du Parlement de Toulouse. En échange, Richelieu continuait à placer ses créatures dans la province, tel La Peyrouse, qui devint subdélégué grâce à lui86.

29Sa commission de lieutenant général du Languedoc, puis de gouverneur de Guyenne, lui donnait donc des pouvoirs étendus ; c’est pourquoi il se heurtait régulièrement au reste de l’administration royale.

Des tensions avec l’administration royale locale

  • 87 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXVI, mémoire du maréchal-duc de Richelieu, s. l. n. d., f° 16 v°- (...)
  • 88 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 200, lettre de Le Nain, Montpellier, 26 juin 1750.
  • 89 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 77, lettre de Saint-Priest, Montpellier, 16 août 1754 : «  (...)
  • 90 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 229, lettre du même, 16 mars 1753.
  • 91 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 30 v°, lettre du même, Montpellier, 12 avril 1754 ; f° 39, (...)
  • 92 Ibid., f° 65 v°, lettre du même, Montpellier, 31 juillet 1754 : il demande son aide ; f° 77, lettre (...)
  • 93 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 77 du président de Gascq à Richelieu, Bagnères, 16 (...)
  • 94 Ibid., lettre no 78 du président de Gascq à Richelieu, s. l. n. d. (été 1773), p. 1 : « Je trouve à (...)

30Les relations avec les intendants étaient souvent conflictuelles. Duc, commandant et lieutenant général du Languedoc, Richelieu87 voulait se faire donner du « Monseigneur » par les intendants. Bernage refusa, arguant de sa qualité de conseiller d’Etat. L’intendant Le Nain se plaignait de ses mauvaises relations avec Richelieu : « Je ne sçais par quelle fatalité arrive si souvent que mes lettres soient mal entendues »88. Son successeur Saint-Priest, de la famille des Tencin89, était, au contraire, soucieux de plaire à Richelieu. Il multipliait les marques de soumission : « absolument dans [s]es principes »90, il assurait le duc qu’il se « tiendrai[t] exactement dans le cercle dont nous sommes convenus »91. En échange, il réclamait sa protection, par exemple, dans la course à une charge de prévôt de l’ordre92. Gouverneur de Guyenne, Richelieu intriguait pour diminuer le pouvoir des intendants, favorisant le choix d’un intendant qui ne pût jamais aller sur place93 ou poussant un autre à revenir à Paris, en utilisant à bon escient la santé de sa femme94.

  • 95 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 110-117, mémoire distribué aux ministres du Roi, s. l. n. (...)
  • 96 Ibid., id.
  • 97 Ibid., f° 176, lettre de Riquet de Caraman à Richelieu, s. l. n. d. (été 1764) : « le président Cau (...)
  • 98 Ibid., f° 208 v°, Bordeaux, 13 novembre 1765 : « J’ai écrit au Bonrepos avec toute la confiance pos (...)
  • 99 Prosper-Siméon Hardy, Mes loisirs, ou Journal d’événements tels qu’ils parvinrent à ma connaissance (...)
  • 100 Ibid., 24 septembre 1771 : « Le duc de Richelieu, gouverneur de la province de Guyenne qui avoit ét (...)

31Les rapports avec les Parlements de Toulouse et de Bordeaux furent également houleux. Opposé au premier en 1768-1769 dans l’affaire Castera, Richelieu fit rédiger des mémoires adressés au Conseil du Roi, violemment hostiles aux prétentions parlementaires. Gouverneur de Guyenne, il devait « représenter le roy [et] se faire obéir comme le Roy lui même le seroit s’il étoit présent »95. Or, le Parlement de Toulouse prétendait « suspendre l’exécution [de ses ordres] toutes les fois qu’il en ignorera ou n’en approuvera point le motif ». En fait, le Parlement voulait contraindre le gouverneur à faire enregistrer les lettres reçues du Conseil du Roi, avant de les faire appliquer. Pour Richelieu, cette affaire posait la question la « plus importante portée au conseil sous le règne du Roy » : « le gouverneur et les commandans des provinces exercent-ils un pouvoir dont le roy ait voulû qu’ils fussent comptables au Parlement ? »96. Le maréchal-duc de Richelieu était un maître dans l’art de manipuler les hommes et les femmes. Il pouvait s’appuyer sur certains parlementaires, qui ne voulaient « point paroître publiquement en [sa] faveur », tel le président Caulet97. Il utilisait les familles pour faire pression sur les parlementaires récalcitrants98. Surtout, Richelieu s’entendait très bien avec le premier président au Parlement de Bordeaux, de Gascq, amitié dont témoigne la vaste correspondance conservée dans ses archives. Aussi réussit-il à le convaincre de rester malgré la réforme Maupeou et de faire enregistrer l’édit99. Néanmoins, il savait s’abstenir de prendre des mesures trop impopulaires et, refusant de biffer des registres l’arrêt du Parlement de Bordeaux contre la réforme, il demanda au Roi de le faire lui-même100.

  • 101 Nobert Elias, La Société de cour…, op. cit., pp. 92 et 115-118.
  • 102 Arlette Jouanna, « Des réseaux d’amitié aux clientèles centralisées : les provinces et la cour (Fra (...)
  • 103 Prosper-Siméon Hardy, Journal…, op. cit., 26 août 1771. Le duc de Duras fut finalement évincé de la (...)

32Ainsi, au XVIIIe siècle, vivre à la cour permettait de se distinguer du reste de la noblesse, de former une élite distante et dominante, d’acquérir charges, faveurs, honneurs ou offices dans le gouvernement de la France101. Happée par les obligations curiales, la haute noblesse s’éloignait du gouvernement de son « pays », renforçant le rôle, d’une part, des représentants de l’Etat royal, officiers ou commissaires, et, d’autre part, des intermédiaires seigneuriaux, secrétaires ou intendants. Cependant, certains courtisans, tel le duc de Croÿ, voulaient conserver leur crédit local et utilisaient leur crédit central pour bien gouverner leur « pays » et se concilier l’administration royale locale102. La faveur royale permettait d’accéder aux charges prestigieuses de gouverneurs de provinces. Si les gouvernements les plus proches de la cour étaient les plus convoités, les plus éloignés étaient pourtant les plus puissants, comme l’avait bien remarqué l’ambitieux maréchal-duc de Richelieu. Toutefois, ces commissions étaient toujours révocables : clamant haut et fort leur opposition à la réforme Maupeou, le prince de Beauvau, commandant de la province de Languedoc, et le duc de Duras, commandant de la province de Bretagne, en firent la douloureuse expérience, Louis XV ne leur conservant que leurs places à la cour103.

  • 104 Lettre de l’abbé de Vermond à Marie-Thérèse, citée par Frantz Funck-Brentano, L’Ancien Régime, Pari (...)

33Paradoxalement, la noblesse de cour jouait donc un rôle majeur dans le processus de décentralisation au XVIIIe siècle, grâce à sa proximité avec le roi. Tous le reconnaissaient, l’abbé de Vermond104 allant jusqu’à estimer que « faveur » et « crédit » permettaient d’obtenir « trois quarts » des places dans l’administration militaire, civile, religieuse et financière du royaume.

Notes

1 William R. Newton, L’Espace du Roi. La Cour de France au château de Versailles, Paris, 2000, p. 126.

2 A. N., T 19374, papiers séquestrés sous la Révolution aux dépens de Louis, duc de Noailles, et de son épouse, Catherine-Françoise-Charlotte de Cossé-Brissac.

3 Les Mémoires de ma vie du prince, puis duc de Croÿ appartiennent à la Bibliothèque de l’Institut de France (désormais B. I. F.), manuscrits no 1640 à 1680. Ils n’ont été que partiellement édités par le vicomte de Grouchy et P. Cottin, dans Emmanuel, duc de Croÿ, Journal inédit (1718-1784), Paris, 1906, 4 vol.

4 Conservé à la Bibliothèque Victor-Cousin (désormais B. V. C.), le fonds Richelieu résulte d’une donation du duc de Richelieu en 1932.

5 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, contrat du 12 juillet 1734. Ce contrat donnait les limites anciennes du « pays » couvert par les missions des Lazaristes : du Limousin, berceau de la famille, au Périgord, de l’Auvergne au Quercy. A la demande expresse du cardinal de Noailles son oncle, Adrien-Maurice, duc de Noailles limita le nombre de paroisses à trente-deux, à visiter tous les dix ans.

6 Jean Delumeau, Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, 1971.

7 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, document daté du 13 mai 1666, commençant par ces mots : « Furent présans Révérande dame Marie Christine de Noailles supérieure au monastère de la Visitation saincte Marie de la Ville d’Aurillac ».

8 Ibid., contrat du 6 avril 1683 passé devant Laverdi et Le Vasseur notaires à Paris. C’était le temps des persécutions croissantes précédant l’édit de Fontainebleau. Voir à ce sujet E. Labrousse, Essai sur la révocation de l’édit de Nantes : une foi, une loi, un roi ?, Paris, 1985.

9 Il était dirigé par Edme Jolly, supérieur général de la congrégation de la Mission demeurant à Saint-Lazare-lès-Paris. Cette congrégation obéissait à la règle donnée par son fondateur saint Vincent de Paul. Les Noailles assuraient en permanence la subsistance de trois prêtres et d’un frère.

10 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, contrat du 26 septembre 1733 passé devant Ballot et son confrère, notaires à Paris. « Les charges de ladite fondation sont 1  que les missionnaires doivent parcourir les terres de la maison de Noailles tous les dix ans, en sorte qu’il y ait une mission dans chaque paroisse desdites terres de dix en dix ans. 2  qu’il sera célébré à perpétuité quatre services solennels dans le séminaire de Sarlat au jour du décès des personnes dénoncées dans ladite fondation. 3  qu’on célébrera à perpétuité deux messes par semaine à leur intention et les fondateurs s’obligent de fournir à cet effet pain, vin, luminaire et ornemens ».

11 Ibid., lettre des Récollets de Brive, datée du 4 août 1704, adressée conjointement à Anne-Jules, duc de Noailles, à son épouse Françoise de Bournonville, à leur fils aîné Adrien-Maurice, duc d’Ayen, et à leur bru Françoise d’Aubigné. Ils ont « consanty que lesdits seigneurs et dames et leurs hoirs eussent pour toujours et a jamais la qualité de fondateurs dudit couvant que de ladite église ledit couvant estant dessus basti et qui a besoin de réparations pour lesquelles il s’en remet à la charité desdits seigneurs et dames et promet ledit révérand père Tralliard tant pour luy que pour ses successeurs de continuer comme les religieux dudit couvant de Brive ont fait jusques à présent engagement porté par le contrat de fondation de ladite église ; et de plus de faire dès à présent et à l’avenir des prières particulières pour le maintien et la prospérité desdits seigneurs et dames et de leurs successeurs étans reconnus à l’avenir également fondateurs de ladite église et couvant des récolets ».

12 Ibid., donation, datée du 13 avril 1744, de Françoise de Bournonville, veuve d’Anne-Jules de Noailles, au chapitre de l’église collégiale et paroissiale Notre-Dame de Noailles, de cinq cent soixante-quinze livres de rente au principal de vingt-trois mille livres sur les aides et gabelles de Saint-Viance. Cette donation précisait les temps forts : « le testament de Guy de Noailles, fils de Hugues et de Luce de Comborn, du 1er octobre 1295, de Guillaume seigneur de Noailles, du 6 avril 1347, de Jean premier du nom, seigneur de Noailles, du 24 mars 1424, et par les testaments et actes d’exécutions testamentaires de François seigneur de Noailles et de Jean son fils, troisième du nom, des années 1468, 1479 et 1484. Nonobstant l’exécution faitte par la bulle du six des ides d’aoust 1557 de ladite Eglise de Noailles en Collégialle avec l’établissement d’un chapitre par Antoine seigneur de Noailles à la place de cinq vicairies et chapellenies fondée par ses prédécesseurs ». « Les anciens seigneurs de Noailles » avaient effectué maintes fondations « en différens temps pour remédier aux malheurs des troubles tant étrangers que Civils qui dès le temps des Guerres avec les Anglois avoient occasionné la destruction de l’Eglise et du château de Noailles ».

13 Michel Cassan,, Le Temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, 1996, pp. 62-65, 212-216.

14 Guy Chaussinand-Nogaret, La Vie quotidienne des femmes du roi, d’Agnès Sorel à Marie-Antoinette, Paris, 1990.

15 La fille illégitime que Louise-Françoise de La Baume-Le Blanc, duchesse de La Vallière, eut du Roi, la princesse de Conti, légua d’ailleurs, à sa mort en 1739, tous ses biens au duc de La Vallière et à son ils le duc de Vaujour, faisant d’eux « de puissants seigneurs » : Edouard-Jean-François Barbier, Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV, publié par A. de la Villegille, Paris, 1866, t. III, p. 173.

16 Lucie-Félicité de Noailles épousa Victor-Marie, maréchal-duc d’Estrées, tandis que sa sœur, Anne-Louise de Noailles, s’unit à François-Macé Le Tellier, petit-fils de Louvois et ils aîné de Marie-Anne-Catherine d’Estrées, elle-même sœur du maréchal.

17 Mathieu Marraud, La Noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, 2000, pp. 23-97.

18 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, acte d’Anne-Jules de Noailles, daté du 10 décembre 1681, pour « fonder à perpétuité à laditte Eglise de Saint Paul une messe basse pour être célébrée chaque jour de l’année en la chapelle de la communion lieu de la sépulture dudit feu seigneur Duc de Noailles ou en la chapelle de Saint-Crespin en laditte Eglise de Saint Paul appartenante à laditte Dame au choix et option de laditte Dame et dudit seigneur duc de Noailles par un prêtre habitué de laditte Eglise nommé et choisy par ledit seigneur duc de Noailles après lui par l’aîné ou l’aînée de la famille en préférant néanmoins les masles en pareil degré aux filles quoique leurs ainées, et encore de fonder par chacun an à perpétuité un service complet pour être dit et célébré dans le chœur de laditte Eglise, comme les services et obit solennels le jour du décès dudit deffunt seigneur duc de Noailles son père arrivé le quinze février mil six cens soixante dix huit pour le repos de l’âme dudit deffunt seigneur Duc de Noailles ». Il doit en échange 300 livres de rente annuelle et perpétuelle, qu’il a hypothéquées sur la terre de Sainte-Geneviève-des-Bois. Il obtient également de faire ériger un mausolée et une épitaphe dans la chapelle choisie, contre 4 000 livres payées par la duchesse de Noailles sa mère. La chapelle de Noailles a disparu avec l’église Saint-Paul, détruite en 1796.

19 Les chanoines de l’église Saint-Paul l’ont même offerte aux Noailles, comme le révèle leur lettre en date du 8 novembre 1708 (Ibid.) : « Dieu ayant disposé de Monseigneur le Mareschal duc de Noailles frère de son Eminence Monseigneur le cardinal de Noailles, archevesque de Paris ; lesdits sieurs du chapitre sensibles à cette perte et témoignant audit seigneur cardinal la part qu’ils prenoient à sa douleur, luy auroient témoigné dans le désir qu’ils ont de contribuer à sa consolation, qu’ils souhaiteroient que le corps dudit seigneur mareschal fût inhumé dans leur Eglise ; et qu’à cet effet ils auroient offert à son Eminence de disposer d’une ou plusieurs des chapelles de leur dite église à son choix. […] En conséquence de quoy le corps dudit feu seigneur Mareschal duc de Noailles et huit de ses enfans décédez en bas âge ont esté aportés dans la cave construite en ladite nouvelle chapelle, qui sera dorénavant apellée la chapelle de Noailles ». D’après cette même pièce, c’est l’héritier des Noailles qui choisissait le prêtre appelé à célébrer quotidiennement messes basses et obits dans la chapelle, « à condition qu’il sera du corps de l’Eglise ».

20 Ibid., acte du 12 novembre 1708 : le cardinal archevêque de Paris et son neveu obtiennent « deux chapelles derrière le chœur, une sous l’invocation et titre de St Michel, qui est la seconde au-dessus de la chapelle de la Pénitence et l’autre sous l’invocation et titre de St Martin et Ste Anne joignante celle de St Michel pour des deuxdites chapelles n’en faire qu’une et y faire construire une cave, apposer un mausolée et la faire décorer en tout suivant qu’ils le trouveront à propos ».

21 Ibid., décision du doyen du chapitre de l’église Saint-Paul de Paris datée du 1er décembre 1708. Furent rassemblés dans la chapelle les huit corps précédemment inhumés dans l’église des Capucines, comprenant « le corps dudit deffunt seigneur mareschal [Anne-Jules] et ceux de ses enfans qui sont cy devant décédés ». La cérémonie s’effectua au son de « toutes les cloches de l’Eglise tant le dimanche à midy qu’à l’heure des vespres des morts, laudes dudit office des morts qui se diront la nuit, que lors qu’on aportera les corps et qu’on l’enterrera et de même le lundy pour le service en la manière ordinaire qu’on a accoutumé de les sonner lors de la mort et l’inhumation de Messieurs les chanoines de Paris ».

22 Par le contrat du 6 avril 1683, les Noailles accordaient mille livres tournois de rente, qui furent mal placées, si bien « qu’en 1720 il ne restoit aux missionnaires que 180 Livres Tournois de cette rente ». Ibid., conditions pour accorder les mois de remises, 25 septembre 1733. Le duc de Noailles accorda alors 820 livres tournois de rente pour revenir à la fondation initiale.

23 Ibid., 12 juillet 1734 : « il a fait délaissement aux dits missionnaires des métairies et héritages dépendants de la seigneurie de Bouch situés dans les limites des chatellenies de l’Arche et Terrasson membre dudit duché de Noailles ». Adrien-Maurice de Noailles avait hérité cette seigneurie de Bouch du cardinal de Noailles, mais l’avait augmentée de prés, car les missionnaires de Sarlat se plaignaient « que réellement le bien de Bouch est de mauvaise nature ». La seigneurie de Bouch se révéla être un cadeau empoisonné, et les missionnaires se lamentèrent dans les années 1770 : « depuis que les prêtres de la mission sont en possession des biens de Bouch, il s’est présanté plusieurs seigneurs qui leurs ont demandé des rantes foncières sur lesdits biens comme il paroît par le mémoire cy-joint ».

24 Ibid., 7 mars 1733 : « On croit qu’il convient à Monseigneur de conclure parce que réellement le bien de Bouch est de mauvaise nature et qu’il n’est que trop vray que le bail ne se soutiendra pas sur le pied où il est ». Mais le secrétaire affirma que les lazaristes de Sarlat opéraient une bonne affaire : « Les missionnaires feront sans doute un très bon marché, car établissant un frère pour régir et signer ce bien ils pourront le faire valloir beaucoup plus qu’il ne feroit en la main de Monseigneur ».

25 Ibid., « la maison de Noailles n’ayant plus le même nombre de paroisses dans l’Auvergne, il n’étoit plus question de faire des missions dans ces paroisses mais seulement dans celles qui restoient à ladite maison, qui étoient au nombre de deux ou trois, sur quoy le supérieur pris la liberté de lui représenter que la bande des missionnaires ne pouvoit aller en Auvergne pour deux ou trois missions attendu qu’ils ne sauroient sortir de ce païs à cause des neiges que vers les fêtes de la Pentecoste en y allant pourtant sur la fin du mois de septembre ou au commencement d’octobre et que s’il le vouloit bien on pourroit faire un échange desdites missions en les transportant dans les terres de Montfort, Carlux ou Satoignau ».

26 Ibid., lettre de Nervet au duc de Mouchy, datée du 14 mars 1780, qui retrace l’histoire de ce litige : « Le prétexte a été qu’il y avait deux terres vendues depuis 1733 et ils offrent d’en faire dans quelques terres acquises depuis, mais tout à fait à leur portée ».

27 A la mort d’Adrien-Maurice, duc de Noailles, en 1766, la gestion du séminaire de Sarlat incomba à son fils cadet, Philippe de Noailles, duc de Mouchy.

28 A. N., T 19374, papiers de Louis, duc de Noailles, lettre du 12 avril 1769 écrite par le supérieur du séminaire de Sarlat au duc de Mouchy : « Je viens de recevoir avec le plus sensible désagrément une assignation de vôtre part aux requestes du palais ; il est aisé de voir que ce qui nous a attiré cette disgrâce est l’omission de quelques missions de nos missionnaires dans vos terres de l’Auvergne. J’ay de là signe de croire que M. Lavergne n’a pas mis sous vos yeux un mémoire touchant la fondation vos illustres ayeux en faveur du séminaire de Sarlat et que il n’ay entrepris de faire suivant l’avis de M. Lavergne, et qui me fis scavoir qu’il avoit recû mon mémoire et qu’il ne manqueroit pas de vous le présenter et de me faire scavoir vos intentions […] Nous sommes éloignés d’avoir des procès avec vôtre grandeur et nous n’oublierons jamais les bienfaits que nous avons reçû de vôtre illustre maison et nous vous suplions de vouloir bien nous les continuer ». De la main du duc de Mouchy, il est écrit au dos de cette lettre : « M. le duc de Noailles prie Monsieur de la Vergne d’arranger cette affaire ».

29 Ibid., lettre datée du 14 mars 1780 : Nervet, nouveau secrétaire, enjoignait le duc de Mouchy de ne pas céder aux « plaintes mal fondées » réitérées par les missionnaires de Sarlat d’abandonner les missions éloignées. Voir aussi le Mémoire à présenter à Monseigneur le maréchal-duc de Noailles.

30 Ibid., lettre datée du 12 avril 1769, f° 2 : « Mgr le duc devant maintenant être retiré de son service auprès du Roy, je viens vous rappeler un des enfans plus jeune dont l’un agé de 15 ans sera en état d’entrer en rhétorique à la Toussaint et l’autre agé de 14 ans en état d’entrer en seconde. Il y a à Toulouse deux collèges appellés de Foix et de Périgord dans lesquels il y a des places qui peuvent être occupées par des Périgourdins, celles de Foix à ce qu’on m’assure peuvent être occupées en quelque classe qu’on soit il suffit d’en avoir le brevet du Roy, quand à celles du collège de Périgord, on m’assure qu’il faut avoir déjà étudié en philosophie pour les passer dans cet état. Il me seroit aisé au moyen de la protection de Mgr le Duc s’il veut bien avoir la bonté de s’intéresser à cet effet d’obtenir présentement deux places au collège de Foix pour que ces deux enfans pussent les posséder à la Toussaints prochain. Si vous voulés bien, Monsieur, me faire vous même le plaisir d’en parler à Mgr le Duc en luy représentant ma situation, ma bonne volonté à luy rendre mes petits services et ma nombreuse famille. Je suis déjà persuadé que j’obtiendray pour mes enfans ce que je désire que je vous en aye deu en partie l’obligation ».

31 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXIV, f° 8-9, Lettre de Mme de Tencin au duc de Richelieu, datée du 9 novembre 1742 : « Votre intendant prétend que votre présence est absolument nécessaire, tant pour la maison du cardinal de Polignac que pour beaucoup d’autre arrengements, que si vous ne les faites avant votre départ pour le Languedoc vous jetteront nécessairement dans l’embaras pour votre dépence ordinaire que vous n’este pas surement d’humeur à diminuer. Vous allez croire que je vous dis tout cela par l’extrême désir que j’ai de vous revoir. Il est vray que j’en ai grande envie ; mais je vous jure ma foy que M. votre intendant dont je ne me souviens jamais du nom et qui par parentaise me fait des révérences jusqu’à terre, m’a dit exactement tout ce que je viens vous mander. Quoyque je ne j’ai pas beaucoup de confiance à ces Mrs qui s’enrichissent ordinerement aux dépens de nous autres grands seigneurs, je suis pourtant obligée de convenir que depuis que vous m’avés engagée à entre dans vos affaires domestiques je n’ay rien veu en lui dont on puisse se plaindre. La dépence que l’on vous avoit dit qu’il faisoit auprès de certaines petites femmes n’est point vraie. Il est au contraire très économe et très mesuré sur ces sortes d’amusements ».

32 B. I. F., ms. no 1649, f° 180, avril 1749. En avril 1749, le prince de Croÿ donnait une nouvelle marque de confiance à Cordier, le faisant « bailli de Condé ».

33 B. I. F., ms. no 1640, f° 19 ; ms. no 1648, f° 189 v° : « Choses à faire à Paris dans l’hiver 1747 à 1748, rédigé le 2 novembre 1747 » : « Faire un nouveau livre de compte pour moi, mettre dans le nouveau le précis de toutes les autres années, année par année, et le détail de toute la dernière avec le détail de ce qui peut être intéressant des autres. Et tirer une feuille de dépouillement de toutes mes receptes doubles ».

34 B. I. F., ms. no 1645, f° 5-6, janvier 1745.

35 Roger Baury, « L’ubiquité nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles », in J. Pontet, M. Figeac et M. Boisson (éds.), La Noblesse de la fin du XVIee siècle au début du XXe siècle, un modèle social ?, Anglet, 2002, t. I, pp. 133-155.

36 B. I. F., ms. no 1648, f° 187 : « Choses à faire à Paris dans l’hiver 1747 à 1748, rédigé le 2 novembre 1747 ».

37 B. I. F., ms. no 1650, f° 77, 80-83, 87, 2-10 octobre 1751

38 B. I. F., ms. no 1649, f° 187, juillet 1749.

39 B. I. F., ms. no 1650, f° 77, 80-83, 87, 2-10 octobre 1751

40 Ibid., f° 132 v°, 14 juillet 1752.

41 B. I. F., ms. no 1648, f° 187 : « Choses à faire à Paris dans l’hiver 1747 à 1748, rédigé le 2 novembre 1747 ».

42 B. I. F., ms. no 1646, f° 4-7, octobre novembre 1745. Il observait que « le pays et tous les environs sont charmens pour la chasse et les promenades », mais remarquait « bien la dureté despotique de France et dont on trétoit ces pays ».

43 Marie-Pierre Dion, Emmanuel de Croÿ (1718-1784). Itinéraire intellectuel et réussite nobiliaire au siècle des Lumières, Bruxelles, 1987, p. 87.

44 « Je soupe souvent dans les cabinets ; rependé cela sans afectation, surtout aux chefs ». Lettre citée ibid., p. 98.

45 Emmanuel, duc de Croÿ, Journal inédit…, op. cit., t. I, p. 84, janvier 1747. Le manuscrit ajoute : « et ce n’est pas rien, si c’est peu de chose » (B. I. F., ms. no 1647, f° 18 v°). Et B. I. F., ms no 1650, f° 146, septembre 1752 : « pour moy, j’estois bien aise de voir que je me mintenois dans les partys du Roi [chasses et soupers de retours de chasses], assez pour en retirer une sorte de considération qui sert beaucoup et pas assez pour m’en gêner… m’entretenant par là en considération tant à la cour que dans ma province sans m’abandonner à rien ».

46 B. I. F., ms. no 1646, f° 49, mars 1746. Il voulait en effet « estre util à mes parens et me faire des amis à Bruxelles ». Il précisait aussi qu’il protégeait tout spécialement « les terres du duc de Croÿ et du chapitre de Mons et du duc d’Havré ». Cette idée revient à maintes reprises dans le manuscrit, par exemple dans ms. no 1647, f° 102, 20 mai 1747 : « J’étois la ressource de plusieurs et de tout ce qu’il y avoit de mieux à Bruxelles ». A plusieurs reprises, il rappelle son origine flamande, par exemple dans ms. no 1642, f° 54 v° : « Mme la comtesse de La Tour et Taxis me combla d’amitié comme flament où elle fesent résidence à Bruxelles » ; et dans ms. no 1646, f° 45 : il se déclarait aimer « beaucoup la Flandre » et être « bon flamant ».

47 Marie-Pierre Dion, Emmanuel de Croÿ…, op. cit., p. 103.

48 B. I. F., ms. no 1650, f° 115 v°, mai juin 1752.

49 Ibid., f° 84, octobre 1751 ; f° 113 v°, 28 mai 1752.

50 B. I. F., ms. no 1644, f° 47. C’était alors Chauvelin, avec lequel il voulait débattre de l’état des routes.

51 Quelques exemples non exhaustifs entre 1745 et 1752 : B. I. F., ms. no 1645, f° 19, mai 1745. Ms. 1646, f° 8, novembre 1745, visites à M. de Séchelles à Valenciennes : « Je soupe chez luy chez M. de Machau, avec les M. de Rebourg et Mlle de La Grange […] Je couche chez luy à l’intendance » ; f° 49 v° : dîner chez M. de Séchelles à Bruxelles ; f° 136, 30 juillet 1746 ; f° 196, septembre 1746 ; f° 205 v ° : dîner chez Séchelles ; f ° 211, dîner chez du Vernay à Tongre, 4 octobre 1746 ; f° 228, 12 octobre 1746 : dîner chez Séchelles ; f° 236, 26 octobre 1746, dîner chez Séchelles. Ms. no 1647, f° 31, avril 1747 ; f° 102 v° : dîner à Bruxelles chez M. de Séchelles. Ms. no 1649, f° 34 v°-35, mai 1748, dans les cantonnements des Pays-Bas : « Je dîné avec M. de Brezé et 20 personnes chez M. de Séchelles, avec qui je me mis bien au fet de l’état des choses » ; f° 147 v°, 21 octobre 1748 : « Je retourné à l’intendance [de Valenciennes] où M. Lorrent nous donna chez luy un excellent souper… Je logé bien à l’intendance » ; f° 185, 2 juillet 1749 : à Séchelles : « j’y monté pour voir Mme de Séchelles qui me retint » ; f° 185 v° : « Le soir, M. de Séchelles arriva avec l’abbé de Valory ». Ms. no 1650, f° 16 v°, septembre 1750 : à Lille chez M. de Séchelles « où je logé » ; f° 47, 13 juin 1751, dîner à Raismes avec M. de Séchelles, de Brezé et de Lucé ; f° 96, novembre 1751 : loge chez Séchelles pour la réception du gouverneur, le prince de Soubise ; f° 112 loge chez Séchelles, à Lille ; f° 147, septembre 1752 : à Séchelles avec le prince de Tingry.

52 B. I. F., ms. no 1650, f° 147, septembre 1752. Cela coûtait à Croÿ de devoir faire sa cour aux intendants, comme cela apparaît à travers l’éloge de Lucé : celui-ci était « le meilleur que nous aurons peut-être et pour faire luy un grand éloge, le moins intendant qui fut jamais quoy que le meilleur et le plus habile » (Ibid., f° 186, 14 mai 1753).

53 Ibid., f° 23, novembre 1750, « Arrangement pour 1751 et pour l’avenir ». Il décidait de passer un mois par an à Condé, trois mois et demi dans son château de l’Hermitage et un mois à voyager, notamment pour visiter ses terres.

54 Ibid., f° 40 v°, mai 1751 ; ms. no 1646, f° 63, avril 1746.

55 B. I. F., ms. no 1645, f° 18, 26 avril au 4 mai 1745.

56 Un exemple parmi tant d’autres, dans B. I. F., ms. no 1651, f° 30 v°, 12 octobre 1753 : Peyrenc de Moras, successeur de Lucé à l’intendance de Valenciennes, fut invité à chasser et à souper à l’Hermitage.

57 B. I. F., ms. no 1650, f° 42 v°, mai 1751 : « pour qu’il ne puisse y avoir qu’un bateau à la fois dans chaque famille, pour que le nombre des batteliers diminue » ; f° 76, 28 septembre 1751 : entretien avec l’intendant de Valenciennes, Lucé, pour obtenir l’abrogation d’une liberté de navigation de Condé avec la Deûle.

58 Bernard Delguste, « Les origines de la maison Canivez », juin 2006, disponible sur le site internet : www.bernissart.be/machine.htm.

59 B. I. F., ms. no 1650, f° 190, 24 mai 1753. Il reçoit alors, à l’Hermitage, M. et Mme de Moras, ainsi que M. et Mme de Saint-Maurice.

60 Ibid., f° 78 v°-79, octobre 1751.

61 B. I. F., ms. no 1649, f° 186 v°, 5 juillet 1749 ; il réalise à cette occasion « la grande carte des chaussées ». Ms. no 1650, f° 37, décembre 1750.

62 B. I. F., ms. no 1650, f° 40 v°-41, 6 mai 1751 ; f° 43, 27 mai 1751 : la pose de la première pierre de l’église donna lieu à une « grande cérémonie » retranscrite « dans les registres de la ville où le tout est détaillé ».

63 Emmanuel duc de Croÿ, Journal inédit, op. cit., t. I, p. 224, 1742. Croÿ était formellement exclu du gouvernement de Condé, comme « seigneur de l’endroit et famille nouvellement attachée à la France ».

64 Il s’opposait parfois au gouverneur, par exemple en 1749, où il dut céder au gouverneur de Condé pour régler « une espèce d’émeute au sujet du cimetière […] auquel je ne consenty qu’avec peine » (B. I. F., ms. no 1649, f° 187, juillet 1749).

65 B. I. F., ms. no 1651, hiver 1753-1754. Il demanda une première fois le gouvernement de Condé le 22 mars 1743 (ms. no 1643, f° 29) : « Ju audience du Roi dans son cabinet pour luy demander le g[ouvernement] de Condé ». Journal inédit¸ t. I, p. 45, novembre 1743 : « M. d’Argenson me faisait espérer pour ma grande affaire du gouvernement de Condé, le Roi et lui ayant dit être content de moi ». Réponse : ibid., p. 48, 1er mars.

66 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXI, mémoire sur la cour, 1746, f° 1 v°. Fleury voulait le remercier de lui avoir obtenu le chapeau de cardinal : ibid., vol. LXII, no 65, copie d’une lettre du cardinal de Fleury à Richelieu datée du 30 octobre 1726 : « je vous dois principalement mon chapeau ». Mais les ennemis de cour de Richelieu l’empêchaient d’accéder à une commission de lieutenant général de Bretagne.

67 Anne Blanchard, « Languedoc », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 720.

68 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 36 de Richelieu au président Hénault, datée de Bordeaux, 10 juillet 1758. Le président Hénault est alors aux Ormes, chez le comte d’Argenson.

69 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 135 v°-136. Cette longue lettre sans signature (mais l’informateur est proche du cardinal de Tencin auquel il précise avoir écrit, f° 134) ne comporte pas de date précise, seulement « jeudy 12 à 8 heures du soir », mais Mme de Pompadour était déjà maîtresse déclarée : l’auteur dit vouloir rapporter « tout ce qui s’est passé ou du moins de qui est parvenu à ma connoisance. Je me suis donné pour cela tous les mouvements possibles ».

70 Le gouvernement de Guyenne couvrait les intendances de Bordeaux, Montauban, Auch et Pau. Richelieu l’occupa jusqu’à sa mort en 1788. Richelieu y succéda à Louis-Charles de Bourbon, comte d’Eu. Cf. Bernard Durand, Les Commandants en chef des provinces sous l’Ancien Régime, thèse de la Faculté de Droit de Montpellier, novembre 1968. Pour son rôle de lieutenant général en Languedoc pour le Vivarais et le Velay (1738-1755) et de commandant en Languedoc (1738-1755), voir Michel Antoine, « Les gouverneurs de province en France (XVIe-XVIIIe siècle) », in Françoise Autrand (dir.), Prosopographie et genèse de l’Etat moderne. Actes de la Table ronde de Paris, 1984, Paris, Collection de l’Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles no 30, 1986, pp. 185-194 ; et Jean Duquesne, Dictionnaire des gouverneurs de province sous l’Ancien Régime (1315-1791), Paris, 2002, p. 109.

71 Anonyme, Véritable vie privée du maréchal de Richelieu, contenant ses amours et intrigues et tout ce qui a rapport aux divers rôles qu’a joués cet homme célèbre pendant plus de quatre-vingts ans, texte établi, présenté et annoté par Elisabeth Porquerol, Paris, Gallimard, Le Promeneur, 1996, pp. 410-411 : « Le maréchal, qui alloit tous les ans à Bordeaux passer six mois, y resta dix-huit mois, à compter de 1765. Quand il éprouvoit quelques désagréments à la cour, il se rendoit en Guyenne où nous avons déjà dit qu’il étoit souverain ; car il avoit su réunir les deux autorités de gouverneur et de commandant ».

72 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 41 de Richelieu au comte de Jonzac, 1er septembre 1758 : « M. d’Aigüillon et ma fille partent jeudi. J’irai les reconduire à Aiguillon à une journée d’ici et y passer deux jours, mais je n’ose point aller plus loin dont je suis bien faché car j’espérois et désirois d’aller à Toulouse. Je ne crois pas même que j’aille en Saintonge. Je me trouve bien ici ». Il précisait, le 22 octobre 1758 (lettre no 44, au même) : « Je vous assure, Monsieur le comte, que je ne boude point et que je pense à rester ici parce que je m’y plais que je m’y trouve convenablement placé pour mon age et mon état et que je me trouve très déplacé à la cour dans le tems présent ».

73 A. N., 422 AP 1 (Archives de Marc-Pierre comte d’Argenson, secrétaire d’Etat de la Guerre), lettre de Gaston-Charles-Pierre de Lévis, marquis de Mirepoix, s. l. n. d. (années 1740). Sur les conseils de celui-ci, Richelieu souhaitait être nommé maréchal, « un grade qui toute ma vie a fait le seul objet de mon ambition par préférence aux dignités et charges de cour » (lettre datée à Toulon, du 22 septembre 1748), mais son éloignement l’empêchait de connaître les rapports de force à la cour : « Eloigné comme je le suis de la cour depuis maintes années, j’ignore tout ce qui s’y passe et ne puis juger sereinement de ce que je dois y prétendre ».

74 Jean Duquesne, Dictionnaire des gouverneurs…, op. cit., p. 56.

75 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1985, pp. 18 et 64.

76 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 140 : lettre de Richelieu à une dame inconnue, datée de 1760. Il précise : « La quantité d’aumônier de cour, grands vicaire, etc. oste presque toute espérance à ceux qui ne sont pas dans cette cathégorie ou à qui des services ou circonstance particulière ne fait peser. Il faut voir cela de près pour le croire et je ne suis pas surpris qu’à deux cent lieues on ait peine à le concevoir ».

77 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 47 de Richelieu au comte de Jonzac, Bordeaux, 23 décembre 1758 : « je vous prie de ne me pas oublier dans l’éloignement, de me mender quand et coment vous jugerez que je doits écrire pour vous avoir une abbaye dont je ne perds pas de vue le projet et de me le mander par d’autre voye que la poste si vous pouvez ».

78 Ibid., lettre no 65 de Richelieu au marquis de Marigny, datée du 7 mai 1770. Réponse lettre no 66, du 15 juillet 1770.

79 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXIV, f° 38, lettre de madame de Tencin à Richelieu, Paris, 12 mai 1744 : « S’il é question de faire quelques démarches dans le temps auprès du Narbonne, nous les ferons et nous mettrons en mouvement un ami intime de Mirepoix qui aime du Fescq comme s’il étoit son fis. Je l’aime aussi beaucoup c’est un garçon vray et qui passeroit la rivière à la nage pour votre servisse et je crois aussi pour le notre » ; f° 93, 12 septembre [1744] : « Seroit-il impossible de faire réussir l’affaire de Du Fescq pour la trésorerie du Languedoc ? Je ne puis y renoncer. J’avois envie d’aller par [Madame] de Fulvie, mais du Fescq n’a rien voulu entreprendre sans vos ordres. Je suis persuadé que la personne que je verray aujourd’huy le serviroit sur les deux fois si elle le pouvoit et qui sçait si elle ne le pourra pas » ; f° 104 v°, lettre datée à Paris, du 22 novembre 1744 : « Mme de Ch[âteauroux] fera pour du Fescq ce que vous exigé pour luy faire avoir au moin la survivance. Il faut de votre costé que vous différiés autant que vous le pourés de parler dans les étas de la nomination du trésorier. » Autre exemple, vol. LXIV, f° 22 v°, lettre de Mme de Tencin à Richelieu, du 6 janvier 1743 : elle demande une charge de gouverneur du Vivarais pour le frère de son amie de plus de trente ans.

80 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 147, lettre de Choiseul, en date à Versailles, du 6 mars 1762 : « Vous avez marqué, Monsieur le maréchal, vous intéresser au Sr de Moncanisy cornette dans le régiment de dragons de la reine. Je vous annonce avec plaisir que le roy vient de luy accorder l’agrément de la compagnie vacante dans ce régiment par la démission du Sr Descajeul. C’est une disposition à laquelle je vous prie d’être persuadé que j’ay été charmé de pouvoir contribuer ».

81 Ibid., f° 205, lettre de Pichard, datée du 1er novembre 1765 : « C’est de Fontainebleau que vous m’apprittes l’année dernière que le Roy m’avoit accordé une grattification annuelle de trois mille livres. M. le vice chancelier me manda alors qu’il avoit remis le bon à M. le contrôleur général. Mais je n’ai jamais connu les fonds sur lesquels cette grattification étoit assignée.… C’est à vous seul de qui je tiens la grâce et c’est aussi à vous seul monseigneur à qui je dois m’adresser pour en recueillir le fruit ».

82 Ibid., f° 18, lettre de d’Argenson, en date à Versailles du 29 mars 1754, prévenant Richelieu qu’une pension de deux mille livres sur le trésor royal a été allouée « à M. de Moncan, maréchal de camp commandant en Languedoc », puis « par l’intérest que vous y prenez que le roy vient d’accorder une pension de 3 000 lt à M. de La Motte d’Hugues ».

83 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 154, lettre de Jenaud, en date, à Montpellier, du 18 mars 1746 et représentative de l’obséquiosité précédant une demande : « Ménagés vous je vous en conjure. Une santé aussi prétieuse que la vôtre outre que rien de ce qui est dans ce monde ce bien qui fai jouir agréablement de tous les autres, vous êtes si grand que vous ne pouvés presque plus rien acquérir de nouveau, ou que ce qui pourroit encore y manquer viendra de luy mesmes la gloire et la bienveillance du maître suivra vos services et vos talens comme l’ombre suit le corps. Votre mérite est d’un genre qui ne se laisse jamais oublier et attire toujours les récompenses ».

84 Mémoires authentiques du maréchal de Richelieu, publiés par A. de Boislisle, in Anonyme, Véritable vie privée du maréchal de Richelieu…, op. cit., p. 361.

85 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXIII, lettre no 7 de Clermont à l’abbé Godin, Paris, 17 juin 1783 : « Mgr le maréchal de Richelieu ne pouvant vous écrire lui-même aujourd’huy, me charge d’avoir l’honneur de vous marquer de sa part tout le désir qu’il a que vous vouliés bien, ainsi que monsieur votre neveu et M. l’abbé de La Borde, donner votre voix à M. l’abbé de Paty ; M. le duc d’Aiguillon paroit s’intéresser avec bien de la chaleur à M. de Pati et il m’a également chargé monsieur de vous le dire de sa part. Je vous suplie en conséquence de vouloir bien répondre à M. le maréchal sur cet objet et me mettre à même de justifier ma conduite vis à vis de M. le duc d’Aiguillon, qui e persuadé que la mort de M. l’abbé de Beaurepaire vous met à même de favoriser son protégé ». Ou encore vol. LXII, lettre no 77 du président de Gascq à Richelieu, datée à Bagnères, du 16 septembre 1773 : « Le doyen de Handré n’est pas bien […] Darche Jurat voudroit que son frère fût doyen, mais il a la tête un peu trop légère qu’il ne s’en soucie pas luy-lême aimant sa liberté, il préféreroit d’avoir un canonicat ce qui arriveroit si l’abbé Bourdin étoit doyen ainsi le cas arrivant tout le monde seroit content si vous l’ettes vous-même de mon projet. […] Je ne suis ny n’ay de raison pour être enthousiaste de Beuvet, il ne m’a jamais rendu aucun service, mais c’est moy qui luy en ay rendu par votre protection ; on s’attache aux gens à qui on a fait du bien, cela est dans la nature des choses. De plus, il est amy de Commarieu et de Castra qui m’ont prié de le servir auprèz de vous. Voilà les motifs uniques qui me font prendre intérest au affaires de Beuvet, je croyois qu’il les avoit bien arrangées pendant qu’il a etté auprès de M. M. de Choiseuil. Commarieu et Castra disent que non et qu’ils ont épprouvé que c’est l’homme du monde le plus désintéressé et que si on luy a doné une réputation contraire, c’est qu’il a etté en liaison avec quelques gens d’une grande capacité dont il [a été] la dupe. […] D’après ces explications, vous ferez sur la recomandation que j’ay pris la liberté de vous faire ce que vous trouverez à propos ».

86 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 214, lettre de Beauvau à Richelieu, Toulouse, 5 décembre 1765 : « Je vous suis bien obligé des notions générales que vous me donné sur les sindics et sur l’administration de la Province. Je vous consulterai avec plus de connoissance de cause lorsque comme vous dîte, j’aurai vu une tenue d’Etats. Je tire ici les plus grands secours de M. de La Peyrouse, et je l’ai déjà fait mon subdélégué. […] Je lui répéterai encore que je ne vois pas d’inconvénients à la rappeller [Madame d’Aussonne] et il sera très à propos que vous m’appuyés sur cela auprès de lui [Bastard] ». Ibid., f° 214, du 21 décembre 1765 : « Si vous voulés bien me chercher encore ce qui peut vous être resté de renseignements sur ce pais ci et me les faire passer, je vous en serai bien obligé ».

87 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXVI, mémoire du maréchal-duc de Richelieu, s. l. n. d., f° 16 v°-17 : « On lui cite M. de Basville qui avoit toujours écrit monseigneur à M. de Roquelaure, qui n’étoit que duc à brevet et qui avoit les mêmes patentes que moy et n’avoit pas même [été] lieutenant général de la province. Quelque peine que le cardinal de Fleury eut à faire une décision […], il décida que le Bernage ne m’écriroit que des mémoires et que sur le dessus de la lettre il y auroit le monseigneur. Quand je vis ce commencement, je futs plus exact à ne recevoir aucune lettre sans Monseigneur et toutes les plus grands de la province a comencer par les Rochouart, Chalabre, me firent aucune difficulté et tout le reste comme l’on croye fini après de tels exemples. Je garde soigneusement toutes ces lettres, prévoyant bien que cela deviendroit un objet de curiosité pour l’avenir, au commencement de pétaudière que je voyoit ».

88 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 200, lettre de Le Nain, Montpellier, 26 juin 1750.

89 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 77, lettre de Saint-Priest, Montpellier, 16 août 1754 : « Je sçay par le cardinal de Tencin » ; f° 83, lettre du même, 9 septembre 1754 : « Je me contenteré de vous observer que le roy a témoigné dans ses lettres au cardinal de Tencin d’être fort content de mes services, que le cardinal a dû écrire directement au Roy, s’il a tenu parole ».

90 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXIV, f° 229, lettre du même, 16 mars 1753.

91 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 30 v°, lettre du même, Montpellier, 12 avril 1754 ; f° 39, lettre du même, 8 mai 1754 : « Monseigneur, je vous rends bien des grâces de m’avoir instruit vous-même de ce qui a été décidé par le comité auquel vous avés assisté, et de la résolution qui y a été prise de s’en tenir à l’exécution littérale du ban que vous avé fait publier. […] je continueray à tenir à cet égard la conduitte que vous m’aviés tracée avant votre départ ».

92 Ibid., f° 65 v°, lettre du même, Montpellier, 31 juillet 1754 : il demande son aide ; f° 77, lettre du même, Montpellier, 16 août 1754 : « J’essayerois vainement de vous témoigner ma vive recognoissance des démarches que vous avez dû la bonté de faire en ma faveur au sujet de la place de prévôt de l’ordre et surtout d’avoir levé une des grandes difficultés qu’on pouvoit opposer, qui est celle du service qu’exige cette charge… Je vous supplie de continuer ce que vous avé si bien commencé et d’être persuadé que c’est un service qui ne sortira jamais de ma mémoire. […] Je sens que c’est un coup de la hautte faveur, mais il vous est réservé d’en faire de cette espèce ». La charge est finalement donnée à Bignon, mais Saint-Priest continue à le solliciter pour la prochaine charge vacante par la mort attendue de M. de Pomponne : f° 84, lettre du 9 septembre 1754 : « Je m’en remets entièrement à vous, monseigneur, et si j’ay le bonheur de réussir, il me sera doux de vous le devoir en très grande partie ».

93 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. LXII, lettre no 77 du président de Gascq à Richelieu, Bagnères, 16 septembre 1773 : « Ce sera justice de doner l’intendance de La Rochelle à mon raporteur et le bien qu’il n’aille jamais l’exercer, il y a bien peu de sujets parmy ces maîtres des requêtes qu’on puisse employer utillement à l’administration des provinces et la disete des bons sujets durera toujours parmy ces petits messieurs, jusqu’à ce qu’on done gratis les charges aux officiers distinguez des parlements. On sçait ce moyen unique et on n’en veut pas usé, à la bonne heure ; c’est pourtant comme cela qu’on auroit de bons intendants d’où dépend la prospérité des provinces et par conséquent du royaume ».

94 Ibid., lettre no 78 du président de Gascq à Richelieu, s. l. n. d. (été 1773), p. 1 : « Je trouve à merveille la manière dont vous vous proposez d’en user avec l’intendant à votre retour. Sa petite femme me paroît se détruire tous les jours et nos médecins n’entendent rien à son état. Il n’y auroit certainement rien de mieux à faire que de l’envoyer à Paris à petites journées, le mary est obstiné au contraire je suis persuadé qu’elle périra ».

95 B. V. C., Fonds Richelieu, vol. XXXV, f° 110-117, mémoire distribué aux ministres du Roi, s. l. n. d. (1768 ou 1769), cf. f° 112 v° (souligné dans le manuscrit car c’est une citation).

96 Ibid., id.

97 Ibid., f° 176, lettre de Riquet de Caraman à Richelieu, s. l. n. d. (été 1764) : « le président Caulet qui fait de son mieux désire ne point paroître publiquement en votre faveur pour être plus à portée de vous servir ainsi. Monseigneur, j’espère que vous voudrés me garder un grand secret sur tout ce que je vous mande et sur tout à son sujet moyennant cela je seray instruit régulièrement de tout et je ne manqueray pas de vous en informer ».

98 Ibid., f° 208 v°, Bordeaux, 13 novembre 1765 : « J’ai écrit au Bonrepos avec toute la confiance possible et je fais agir tous les Caraman auprès de lui.… Je me conduis exactement d’après tout ce que nous avons agité ensemble sur ce sujet ».

99 Prosper-Siméon Hardy, Mes loisirs, ou Journal d’événements tels qu’ils parvinrent à ma connaissance, de 1764 à 1789, Bibliothèque Nationale de France, Manuscrits français no 6680-6687, 13 septembre 1771 : « Le mercredi 4 (septembre), M. le maréchal duc de Richelieu, commandant de la province de Guyenne et le sieur Esmangard, maître des requêtes intendant de la généralité de Bordeaux s’étoient rendus de l’hôtel du gouvernement au palais de cette ville et y avoient fait enregistrer un édit du Roi portant suppression et remboursement d’offices dans le parlement ainsi que des lettres patentes sur un arrêt du conseil qui cassoit les arrêtés des 29 avril et 23 août précédent.… Que ceux des membres de l’ancien parlement qui en avoient accepté avoient été installés. Le président de Gasc l’un des présidents à mortier tout dévoué au duc de Richelieu, étant à leur tête en qualité de premier président ».

100 Ibid., 24 septembre 1771 : « Le duc de Richelieu, gouverneur de la province de Guyenne qui avoit été envoyé pour cela ayant écrit en cour qu’il ne lui étoit pas possible de s’acquitter de cette commission [rayer et biffer par ordre du roi cet arrêt], et qu’il seroit beaucoup plus convenable que le roi se fit apporter les registres par quelques membres du parlement mandés à cet effet ».

101 Nobert Elias, La Société de cour…, op. cit., pp. 92 et 115-118.

102 Arlette Jouanna, « Des réseaux d’amitié aux clientèles centralisées : les provinces et la cour (France XVIe -XVIIe siècle) », in Charles Giry-Deloison, Roger Mettam (dir.), Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie), Lille/Londres, Université de Lille-III/Institut Français du Royaume-Uni, 1995, pp. 21-22.

103 Prosper-Siméon Hardy, Journal…, op. cit., 26 août 1771. Le duc de Duras fut finalement évincé de la province le 4 octobre 1771 et remplacé par le duc de Fitz-James : « on apprend que le prince de Beauvau, l’un des quatre capitaines des gardes du corps du Roi, qui n’avoit pas paru disposé à seconder les intentions de Sa Majesté dans les circonstances actuelles [réforme Maupeou] à l’égard du Parlement de Toulouse, venoit d’être privé de sa place de commandant de la province de Languedoc, qui avoit été donnée sur le champ à M. le comte de Périgord. On assuroit qu’on étoit disposé à la cour à prendre le même parti à l’égard de M. le duc de Duras commandant de la province de Bretagne. La lettre adressée par le Roi à M. le prince de Beauvau portoit en substance ce qui suit. « Vos sentiments qui me sont connus et que vous avez publiquement manifestés ne me permettent pas de vous croire disposé à remplir mes intentions par rapport à ma province de Languedoc, je juge à propos de vous en retirer le commandement, vous conservant néantmoins mes bontés et votre place auprès de ma personne ».

104 Lettre de l’abbé de Vermond à Marie-Thérèse, citée par Frantz Funck-Brentano, L’Ancien Régime, Paris, 1926, p. 174.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le délaissement du « pays » par les Noailles
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/41016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2. Les Noailles et les maîtresses de Louis XIV
Légende Sont soulignés les noms des maîtresses de Louis XIV auxquelles les enfants d’Anne-Jules de Noailles s’apparentèrent
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/41016/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Doctorante, Université Paris i-Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540