Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la décentralisation

 | 
Roger Baury
, 
Marie-Laure Legay

– III – Entre le « centre » et le « pays » : stratégies familiales et individuelles d’adaptation aux États modernes

Les Batthyány et le pouvoir central des Habsbourg dans la première moitié du xviiie siècle

Doina Hendre-Biro

Texte intégral

  • 1 Paul Hazard, La Crise de la conscience européenne au XVIIIe siècle, de Montesquieu à Lessing, Paris (...)
  • 2 Guy Chaussinand-Nogaret, La Noblesse au XVIIIe siècle, Paris, 2000, p. 18-20.
  • 3 Olivier Chaline, La Reconquête catholique de l’Europe Centrale, 1550-1740, Paris, 1998.
  • 4 Pierre Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, 1971.
  • 5 Les Elites du pouvoir et la construction de l’Etat en Europe, sous la direction de Wolfgang Reinhar (...)

1Le XVIIIe siècle fut abordé par les chercheurs selon plusieurs perspectives : comme siècle des Lumières et d’une nouvelle dimension humaine, comme passage de l’Etat féodal à l’Etat moderne et d’une Europe restreinte à une Europe élargie par l’expansion de l’Occident. Ils analysèrent une superposition de facteurs déterminants : l’apparition d’une nouvelle pensée issue de la crise de la conscience européenne1, le progrès du rationalisme comme doctrine, le triomphe de l’esprit critique de la philosophie, du déisme et de la laïcisation, jusqu’à la mise en cause du christianisme. Le siècle présenta aussi une accumulation culturelle, d’où la nécessité d’une réévaluation. Les mutations géopolitiques et la difusion du cosmopolitisme occidental entraînèrent une évolution en Europe centrale et orientale. A cette époque, au cours de laquelle les réformateurs politiques et administratifs souhaitèrent briser les structures féodales2, plusieurs attitudes peuvent être perçues : celle des grands empires, qui reformulaient leurs options politiques, celle de l’armée, qui laissait plus de place à la compétence diplomatique, celle de l’Eglise catholique, chargée d’une « reconquête de l’Europe centrale »3. Cependant, l’Eglise romaine fut confrontée à l’habilité spirituelle et administrative des églises protestantes, tandis que l’esprit scolastique avait du mal à se faire remplacer par les nouvelles valeurs de la pensée et de l’instruction. Ainsi, se trouvèrent mélangés les Lumières de la pensée, la force du sentiment, le fanatisme, l’intolérance religieuse et l’orgueil d’une aristocratie s’arc-boutant aux anciens principes et aux lois féodales, à quoi s’ajoute croissance ou régression économique, influencée par les guerres et les révolutions. Ces mouvements provoquèrent finalement un changement des mentalités4 et du rapport entre l’Etat et la société, une fois les principes du droit appliqués. Les grands débats sur le XVIIIe siècle restent toutefois focalisés sur le gouvernement, l’instruction et l’étude des élites5.

  • 6 Karoly Kecskeméty, Notes et rapports et témoignages français sur la Hongrie du XVIIIe siècle, Bruxe (...)

2Dans ce contexte, il nous faut présenter les coordonnées géographiques et politiques de la maison d’Autriche, telle qu’elle était au XVIIIe siècle, et plus exactement dans le royaume de Hongrie. Ici, malgré les tendances centralisatrices du pouvoir, « la constitution était entièrement aristocratique, les attributions royales strictement définies, les droits de la haute noblesse illimités »6. Il nous faut ensuite définir le rôle de certaines familles dans l’ascension des Habsbourg, comme celle des Batthyány, inscrits parmi les élites de la haute noblesse et qui ont servi leurs souverains pendant plus de trois siècles.

  • 7 Origo et Genealogia illustris Batthyaniorum Gentis, deducta Giorgio Szklénár, Posonii, 1778 ; Genea (...)
  • 8 Mária Puskely-Kordia, Dr. Batthány-Strattmann Lászlo élte, képekben, dokumentumokban, történelmi mo (...)
  • 9 Vera Zimány, A Herceg Batthyány levéltára, repértorium (Les répertoires des Archives princières des (...)
  • 10 Peter Moricz, « Batthyány Lajos (1696-1765) », Testis temporis, no 10, Kormend, 2005, p. 4 ; Doina (...)

3La plupart des généalogistes de la famille se sont mis d’accord sur l’attestation du nom et du domaine de Batyan au XIVe siècle7. Au cours des deux siècles suivants, les membres de la famille, après des faits d’armes contre les Turcs, reçurent de hautes dignités et charges, les blasons et armoiries de Boldizsar I (Balthazar), et devinrent nobles. Les vastes domaines en Slavonie et dans le comitat de Vas s’additionnèrent à la place forte de Németujvár (Güssing), devenue siège central à partir de 1524 pour Ferenc I (François) et ses héritiers8. Par les deux fils d’Adam I (1610-1659), Kristof (Christophe) et Pal (Paul), se formèrent les deux branches principales : celle des futurs princes et celle bien plus nombreuse des comtes. A cause des successions féminines au XVIIe siècle, la famille perdit une grande partie des domaines situés en Croatie et en Slavonie, mais garda les plus grands titres, ceux de Ban et de vice-ban de ces territoires. Une importante partie de leurs terres se trouvait en Transdanubie, mais aussi en Styrie, Basse-Autriche, Italie et Transylvanie. A part les fiefs, ils reçurent des hautes fonctions dans plusieurs comitats9. De même, ils approchèrent de très près les grandes familles d’aristocrates très influentes à la Cour et augmentèrent leur puissance par les alliances et les mariages successifs dans les plus hauts milieux aristocratiques. Louis-Ernest épousa la très jeune Thérèse Kinsky, qui faisait partie de la plus haute aristocratie tchèque ; son beau-père et son beau-frère furent tous les deux chanceliers. Quant à Karoly, il épousa en premières noces Barbala Waldstein. Ils obtinrent ainsi l’influence, la richesse, mais pas toujours l’héritier tant désiré10. En effet, le maintien du principe de la primogéniture et de la transmission des privilèges héréditaires provoqua l’extinction de la branche principale. Le titre de prince et le majorat furent transmis à la branche des comtes après la mort du prince Fülöp (Philippe) en 1780.

  • 11 MOL (Archives Nationales Hongroises), P 1320/r/p. 3, fasc. 28-30, texte de diplôme, rédigé en franç (...)
  • 12 Heraldicæ Regni Hungariæ specimen, regia, provinciarum, nobiliumque scuta, coplectens, conscriptum (...)
  • 13 Johannes Weisz, Vilagtorténe, (L’histoire du monde), traduction en hongrois par Szabo Ferenc, tome  (...)

4Notre étude voudrait présenter cette illustre famille de magnats hongrois, comme partie des « élites du pouvoir » au XVIIIe siècle, à travers trois de ses représentants : Lajos-Erno (Louis-Ernest, 1696-1765), son fils Jozsef (Joseph, 1727-1799) et son frère, Karoly (Charles, 1697-1772). Sans s’appuyer sur la généalogie en soi, mais plutôt sur l’hérédité – en entendant par ce terme la somme des qualités transmises par la famille et la « nation » (selon le sens que revêtait ce mot dans la Hongrie du XVIIIe siècle), il apparaît que les Batthyány constituaient « une grande famille » qui bénéficia d’acquis importants : les terres, les biens, leur instruction et surtout leurs droits traditionnels (annexe I). Ils furent tellement attachés aux Habsbourg qu’ils finirent par faire partie plutôt d’une aristocratie « autrichienne », étant donné, entre autres, leurs mariages systématiques avec les nobles filles qui, dans très peu de cas, étaient hongroises. Leurs titres furent reconnus même à l’extérieur de la Maison d’Autriche : Charles, Ban de Croatie, fut nommé en 1746 par Marie-Thérèse lieutenant-gouverneur et capitaine général des Pays-Bas, remplaçant du prince Charles de Lorraine et de Bar, parti en campagne pendant la guerre de Succession d’Autriche11. Aussi fut-il fait prince du Saint Empire Romain en 176412. Louis, chambellan de Charles VI, reçut en 1721 le titre de comte du Saint Empire Romain et l’incolat dans plusieurs provinces : Silésie, Moravie, Bohême et Autriche ; de plus, tous les deux étaient membres de l’Ordre de la Toison d’Or13. Quant à Joseph, il suivit une brillante carrière ecclésiastique : évêque de Transylvanie, archevêque de Kalocsa et d’Esztergom, Primat et cardinal, fort bien connu et apprécié à Rome, Vienne, Presbourg, Hermannstadt et Weissenbourg (annexe II).

  • 14 Histoire des troubles en Hongrie, depuis 1684 jusqu’à 1686, Amsterdam, 1687, pp. 221-227, 230-237.

5Déjà, par son rôle, leur père Adam II (1662-1703) leur servit de modèle : échanson, Ban de Croatie, préfet de Vas, conseiller intime de Léopold Ier, président de la Cour suprême de Hongrie, il eut une position importante dans le Conseil de Guerre, à côté du chancelier de la Cour, le comte Theodor von Strattmann (surtout dans les négociations concernant les fortifications de Transylvanie et les conventions signées avec le prince Apaffy)14. Un deuxième modèle fut leur propre mère, Eleonora Strattmann, fille du chancelier. A leur tour, Louis et Charles, nés à Vienne, partagèrent les dignités de deuxième et troisième degrés (annexe III), d’abord à la Cour de Charles VI, ensuite à celle de Marie-Thérèse, et furent tous les deux conseillers intimes de deux empereurs : Louis fut d’abord chancelier du royaume de Hongrie entre 1732 et 1746 – fonction prise pour la première fois par un laïc –, puis Palatin à partir de 1751 jusqu’à sa mort survenue en 1765 (c’est-à-dire vice-roi ou « locumtenens » du royaume, président de la Cour suprême, président de la Diète et chargé du contrôle de l’Armée) ; Charles fut colonel d’un régiment personnel de dragons, feld-maréchal des armées autrichiennes et, pour ses qualités militaires, précepteur des archiducs Joseph et Léopold.

  • 15 MOL, « Les Documents du Palatin Louis Ernest Batthyány », P. 1317, p. 22, fasc. 6.

6Ils eurent plusieurs résidences : le palais de Schönbrun à Vienne, jusqu’en 1741, ensuite à Rohonc, Körmend, Németujvár (Güssing), Transmanndorff, Pest, Presbourg pour ne citer que les plus importantes, inscrites, avec les terres, le bétail et les biens mobiliers, dans le majorat constitué par Louis en 174615.

  • 16 L’expression appartient à Olivier Chaline, Godart de Belbeuf, le Parlement, le Roi et les Normands,(...)

7Les Batthyány menèrent une existence multiethnique presque surprenante dans une telle « diversité de destins familiaux »16, étant donné la multitude des langues parlées, des mœurs et des traditions adoptées, tout en gardant l’orgueil hongrois comme preuve d’une grande mobilité. Rappelons aussi qu’ils surent dominer un espace géographique et linguistique encore plus vaste que celui du royaume de Hongrie, comme en témoignent leurs vastes archives. Ils réussirent à maintenir le statut de l’aristocratie traditionnelle indépendamment des changements politiques, par la volonté et parfois par l’acharnement. Leur devise inscrite dans le blason princier, « Fidelitate et fortitudine », devint leur mode de vie. Ils firent preuve d’habilité et de subtilité, considérant que presque tout peut se négocier, et prirent l’habitude de défendre leurs intérêts personnels pour s’en sortir, eux ou tout membre de leur famille. C’est ainsi qu’ils occupèrent non seulement les places dans la Diète, mais aussi toutes les fonctions administratives, militaires et religieuses à tous les niveaux, sans pour autant ignorer les leurs, et réussirent à se maintenir au sommet de la hiérarchie sociale.

  • 17 Jean Bérenger, Histoire de l’Empire des Habsbourg (1273-1918), Paris, 1990, pp. 457-467.
  • 18 Peter Moricz, loc. cit., p. 7.
  • 19 MOL, P 1317, p. 22, fasc. 16-21 : texte intégral du majorat, daté à Rohonc, du 19 juin 1746 et sign (...)

8Cette ascension rapide est due à l’évolution du contexte politique et administratif à Vienne17, à la position de leur mère à la Cour et à la richesse qu’elle avait accumulée pour ses fils, après la mort d’Adam II. Ainsi, à vingt ans, Louis-Ernest, était déjà, non seulement, chambellan de Charles VI, mais aussi főispán (préfet) du comitat de Vas et, deux ans plus tard, conseiller juridique de la Cour « szavazattal és uléssel biro udvari tanacsos »18. En 1722, il revêtit une autre fonction administrative, celle d’alispán (vicepréfet) du comitat de Zala, et, comme pour le comitat de Vas, il tenta sans cesse jusqu’en 1762 de développer l’économie des comitats (et sa fortune). En effet, il forma le majorat, excellent exemple de centralisation des biens19.

9Il visa aussi les fonctions de vice-chancelier et de chancelier du royaume, même si avant lui, celles-ci étaient remplies par les hauts fonctionnaires de l’Eglise catholique et par l’évêque Adam Acsady, auquel il succéda en 1732. Il eut en charge les délicats problèmes concernant la juridiction et l’administration du royaume de Hongrie et, dans ce rôle, il adopta des réflexes d’aristocrate hongrois : il tenta d’appliquer les lois hongroises avant d’avoir recours aux lois autrichiennes pour contourner si possible les barrières de l’absolutisme. On voit, dans ses démarches gouvernementales, comment il oscilla entre tradition et innovation. Conservant ses acquis aristocratiques et imposant sa propre compétence, il menait parfois double jeu. Confronté aux changements et aux nouvelles attitudes, il cultiva systématiquement son intérêt. En 1746, il se retira de ses charges pendant cinq ans, pour traiter avec tous les membres de la famille de la formation de son majorat, acheter et échanger des domaines et des maisons, comme un vrai juge, avocat, administrateur, économiste qu’il fut. Se contentait-il de mimer la soumission devant le pouvoir de Vienne ? On dira plutôt qu’il voulait contrôler pour prévenir et anticiper certaines prises de position, car il eut recours à un véritable appareil bureaucratique, parfois corrompu, sans oublier pour autant qu’il représentait en fait les intérêts du pouvoir central.

  • 20 Johannes Weisz, op. cit., p. 455.
  • 21 MOL, P 1317, K., Acta urbariala et tumultuantium rusticorum.

10Parallèlement, il gagna une position importante dans la justice comme conseiller du Tribunal Suprême (Tabula Septemviralis) ; l’expérience acquise lui servit plus tard quand, devenu Palatin, il eut, entre autres, la fonction de président de cette haute instance. En cette qualité, il avait le droit de juger au nom du roi. Juste, amoureux de la vérité, il s’appuya sur un conseil consultatif permanent20. Malgré cela, le procès des paysans révoltés dans les domaines des Batthyány (1765) va très mal tourner. Marie-Thérèse en personne demanda le recours, car le nombre des condamnés à mort était trop grand, et les jugements erronés, voire abusifs21.

  • 22 Peter Moricz, loc. cit., p. 7 : « Vagyis hiaba voltak az elozo 12 év kiralyi cim, rang és hivatol-a (...)

11Il est passionnant d’étudier l’évolution de Louis-Ernest dans les Diètes du Royaume, car il participa à six d’entre elles, trois pendant le règne de Charles VI et trois pendant celui de Marie-Thérèse. Presque à chaque fois, l’ordre du jour évoquait l’épineux problème de l’augmentation des impôts. Pendant la Diète de 1728, quand Charles VI voulut faire accepter le nouvel impôt aux Etats et aux Ordres hongrois, Louis Batthyány se trouvait parmi les opposants les plus acharnés, à côté de Joseph Eszterhazy et de Adam Zichy. Autrement dit, les titres, les dignités et le pouvoir exercés pendant douze ans ne valaient rien devant la défense des droits historiques de l’aristocratie hongroise ! Louis-Ernest fut capable de renoncer à sa fidélité aux Habsbourg22 pour rester hongrois. Malgré son attitude, Charles VI continua à l’apprécier. Il le nomma en 1730 dans une commission coordonnée par le prince Eugène de Savoie. Ils avaient comme mission d’analyser les problèmes religieux des protestants. Cette mission aboutit au projet de loi connu sous le nom de Carolina Resolutio, qui donnait quelques libertés aux réformés, notamment celle d’élire leurs superintendants.

  • 23 MOL, THECA, IR. VIII-XIV, p. 43 : littera sua Ex. Ludovici a Batthyan, cancelarii, sua majestati ex (...)
  • 24 Discours de Marie-Thérèse devant la Diète de 1751. Henrik Marczali, Maria Terézia, Budapest, 1891.

12Le rôle de Louis-Ernest Batthyány fut encore plus important après la mort de Charles VI, lors de la négation de la Pragmatique Sanction par les grands pouvoirs et durant le début de la guerre de Succession. Son discours devant Marie-Thérèse, à l’ouverture de la Diète de Presbourg en 1741, est mémorable : dans un sincère élan, il appela les Etats et les Ordres à l’insurrection pour le « respect de la tradition historique des Hongrois » (le droit des Hongrois de s’armer et de défendre leur roi). C’est à ce moment-là que les Etats promirent « vitam et sanguinem », (leur vie et leur sang)23. Marie-Thérèse le remercia trois ans après par la fameuse Toison d’Or et le titre de chevalier de l’Ordre. De même en 1751, pendant la Diète dont il avait raté l’ouverture (à cause d’une maladie) et malgré sa retraite temporaire depuis 1746, Marie-Thérèse, très confiante, lui offrit la plus haute dignité, celle de Palatin du Royaume, c’est-à-dire vice-roi ou « locumtenens », avec ces mots : « Son Excellence, le très digne Monsieur le comte Louis Batthyány, d’une ascendance brillante, très instruit et couronné des succès comme tous ses ancêtres qui servirent la Couronne, dans ce moment, pour le double destin de son pays, en temps de paix, comme en temps de guerre, s’affirma chaque fois, avec des initiatives et infatigable, pour servir avec dignité son roi et son pays… Il est l’homme idéal pour être élu Palatin »24.

  • 25 D’après Peter Moricz, loc. cit., p. 18, lettre de Louis-Ernst Batthyány à son fils Adam Vencel.

13A part les charges déjà mentionnées, qui dérivaient directement de la fonction palatine, il avait aussi les attributions de préfet du comitat de Pest, de président de la Diète et de commandant militaire des nobles « insurgés ». Dans cette dernière fonction, il s’impliqua dans la guerre de Sept Ans (1756-1763), qui se conclut par quelques concessions de territoires pour les Habsbourg et d’importantes pertes humaines et matérielles. Même si la Diète ne siégea plus jusqu’en 1764, Louis profita de sa qualité de conseiller intime de Marie-Thérèse pour se présenter devant la Cour et pour soutenir les intérêts des Etats et des Ordres hongrois. Il fut cependant très prudent, à chaque fois, dans la façon d’exprimer ses idées. Dans une lettre écrite à son fils aîné, Adam-Vencel, il n’oublia pas de le mettre en garde : « Soyez attentifs aux opinions des autres, même dans les milieux sûrs ; vous ne pouvez pas savoir, comment et par qui ces opinions peuvent être transmises à l’Impératrice »25.

  • 26 Fontes rerum Austriacarum, d’après Henrik Marczali, op. cit.
  • 27 MOL, THECA 2, IP. VIII-XIV, p. 30, lettre de Nény au Palatin, 13 octobre 1764.
  • 28 Ibid., p. 46.
  • 29 Ibid., pp. 107-108, lettre de Nény au Palatin, 9 mars 1765.

14Malgré sa force politique et sa richesse, il dut supporter une défaite pendant la Diète de 1764-1765 : Marie-Thérèse n’eut pas la souplesse de son père devant l’attitude affichée par Louis-Ernest Batthyány. En effet, le 14 septembre 1764, les Etats et les Ordres rédigèrent des remontrances en 250 articles, présentées par le Primat Barkoczy Ferenc et le Palatin lui-même ! L’impératrice avait demandé aux Hongrois un impôt de 310 000 florins rhénans, auquel s’ajoutait l’entretien de leurs propres armes, mais après un refus, elle quitta la Diète en colère. Le 9 octobre, elle adressa sa lettre au Palatin, lui annonçant qu’elle ne voulait pas renoncer et qu’il lui restait à prendre les mesures nécessaires. Ce fut un coup dur, suivi d’un autre : l’interdiction pour les nobles de s’insurger (pourtant ils entretenaient plusieurs régiments) et l’augmentation de l’impôt à 390 000 florins rhénans26. Le 13 octobre, Louis-Ernest recevait la lettre du secrétaire Nény, lui expliquant les intrigues de certains ministres. Il indiqua que Joseph Batthyány avait transmis des documents importants à l’impératrice, qui pourraient diminuer son mécontentement : « Elle vous sait d’autant plus gré de ces informations qu’on lui avait tenu différents discours peu exacts sur l’histoire en question… »27. Préoccupée comme toujours par l’augmentation d’impôt pour les nobles et les urbaria, la reine s’appuya cette fois sur la nouvelle génération des aristocrates. Or, Louis n’était plus parmi eux ; il était avec les Etats et les Ordres qui refusaient l’application des urbaires et défendaient l’idée d’une insurrection en cas de guerre. Même s’il se soucia de la colère de Marie-Thérèse, il ne changea plus d’avis. Pourtant, dans son discours de réception de 1751, per Palatinatus dignitatus electionis dicta, il avait fait serment de fidélité à Marie-Thérèse, et, à la Diète, aux Etats et aux Ordres, de respect pour les lois du pays28. Mais quel était son pays ? C’est à ce moment qu’il fit appel à ses proches, d’abord son frère Charles, toujours dans les grâces de la souveraine, ensuite son secrétaire français, le comte Nény, très fidèle collaborateur pendant plusieurs années. Il recevait les lettres du Palatin par Joseph, fils de Louis et futur primat, les présentait à Marie-Thérèse, envoyait les réponses par la poste ou par les estafettes mises à leur disposition par Charles Batthyány, le feld-maréchal. L’impératrice savait fort bien ce qu’elle devait au Palatin, plus exactement à la Couronne du Royaume de Hongrie, et ne pouvait pas afficher une totale froideur. Elle lui reconnaissait toujours des mérites et des qualités, et espérait toujours qu’il acceptât ses conseils ; entre autres, celui de prendre des résolutions convenables « à sa dignité », comme l’écrit Nény dans sa lettre envoyée au Palatin le 9 mars 1765. La même lettre continuait par les informations sur les résolutions prises à la Cour, envoyées à Presbourg au chancelier Ferenc (François) Eszterhazy, et sur l’opinion publique viennoise qui était « un peu contrée » par le comportement du Palatin, dans le contexte des révoltes paysannes dans les domaines de Batthyány, qui venaient d’éclater29 et se superposaient aux questions liées à la Diète.

  • 30 MOL, P. 1318, pp. 1 et 8-10 : Observation. La lettre comporte en annexe une note comptable sur les (...)
  • 31 MOL, P. 1318, p. 2, fasc. 133 : lettre de Joseph Batthyány à son père, 15 octobre 1765.

15Les choses allèrent de mal en pis, car les Etats refusèrent toute collaboration, comme en témoigne la lettre écrite par Louis à son fils Joseph. Les nobles étaient disposés à négocier une certaine somme pour les impôts, mais demandaient d’abord la reconnaissance de leurs participations antérieures, du fait qu’ils avaient pris en charge l’armée en temps de paix et de « nécessité », donc en pleine guerre. Les Etats avaient du mal à comprendre la position de Marie-Thérèse : « je crois que la clémence de la souveraine pourrait donner une conclusion satisfaisante à elle et aux Etats de cette diète pénible »30. Le 15 octobre 1765, Joseph envoya de Vienne à son père une lettre très riche en informations relatives aux décisions prises par Marie-Thérèse dans le Conseil d’Etat, sur les « sentences faites en matière urbaire, afin qu’en procédant à l’exécution des procès déjà entamés, ils finissent dans un espace d’un mois ». Les autres procès des paysans devaient commencer dix semaines plus tard, en présence de l’armée en cas de nécessité ; les documents des anciens et des prochains procès seraient envoyés au Conseil locumtenential, puis à la Chancellerie du royaume, enfin à Marie-Thérèse, qui, après les avoir signés, devait les renvoyer aux comitats « pour estre exécutés »31. Cette fois-ci, on voit Joseph se démener dans les soucis administratifs et familiaux. Son rôle de clerc fut largement dépassé. Rien de surprenant à cela, car pour une courte période, il fut préfet du comitat de Vas. Ainsi, il assuma la pénible situation créée par les révoltes des paysans et les procès. Il savait que c’était à lui de sauver l’honneur de la famille, non seulement celui de son père, mais aussi celui de son oncle Charles et de son frère Adam-Vencel, l’héritier du titre de prince et du majorat des Batthyány.

  • 32 Pour des informations plus détaillées : Marie-Françoise Vajda, Le Royaume des républiques. Noblesse (...)

16L’aristocratie traditionnelle fut moins flexible devant les charges administratives, dans la gouvernance locale et dans la vie de ses sujets, car la multitude des attributions et la dimension du territoire limitaient son intervention. L’affirmation s’applique au cas des Batthyány, qui, occupés ailleurs, transférèrent les charges aux alispán (vice-préfets), aux comunitates nobiliorum et aux administrateurs de domaine salariés32.

17Les démarches de Joseph Batthyány continuèrent après la mort de son père. Il surveilla les décisions officielles concernant les procès engagés à la demande de Marie-Thérèse. Les lettres envoyées à son frère, Adam-Vencel, et à son oncle en témoignent. Ainsi, le 23 janvier 1766, il écrivait un courrier qui devait faire le tour de toutes les personnes de confiance en un laps de temps très court. Pour cela, il eut recours à une méthode assez rare : « Je vous envoie le brouillon de la lettre que je compte expédier par estafette à M. de Neny, je vous prie de me la renvoyer en me communiquant votre sentiment ». Pressé d’envoyer à son oncle la copie de la même lettre, étant donné que la congrégation du comitat se réunissait le 27 janvier, il utilisa ce stratagème.

  • 33 MOL., THECA 1, p. 41 : lettre de Joseph à son frère Adam-Vencel, 23 janvier 1766 ; pp. 47-48 : lett (...)
  • 34 MOL, P. 1318, f 2, pp. 37-38 : lettre de Joseph à Louis-Ernest, 28 octobre 1765. Enregistrement err (...)

18A son tour, Charles, proche non seulement de la Cour, mais aussi de Marie-Thérèse et de Joseph II, devenu co-régent après la mort de François Ier33, écrivit aussi plusieurs lettres à Adam-Vencel pour le rassurer et l’encourager. Pour clore, nous voulons présenter une dernière lettre, celle du 21 octobre 1765, envoyée par Joseph à son père. Très concentrée en informations et en sentiments sur les décisions du Conseil d’Etat relatives aux urbaires, sur le mécontentement du chancelier à propos de l’exécution des sentences du procès, sur l’audience demandée à Joseph II par le Ban de Croatie, qui « ne savait pas qui est le maître en Hongrie », elle fournit des renseignements utiles sur le voyage que le Palatin envisageait de faire en Croatie et sur ses propres attributions d’évêque : la messe de commémoration de François I er à Presbourg lui donnait l’occasion de dîner le soir même avec l’oncle Charles, dans la résidence de Transmanndorff, où était invité Joseph II (qui entre Vienne et Presbourg s’arrêtait souvent). Elle indique en outre que le 24 octobre, il devait se rendre à Tiement. Il finissait ainsi : « dans l’espérance d’avoir le bonheur de vous faire le rapport… P.S. : je reçois à ce moment deux lettres (de vous) »34.

  • 35 Michel Figeac, L’Automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des (...)
  • 36 Olivier Chaline, La France au XVIIIe siècle (1715-1787), Paris, 2004, pp. 121, 53 et 297.

19Malheureusement, le Palatin mourut le 26 octobre 1765. Il n’ira pas en Croatie, ni Joseph à Tiement… Cette année-là, la fonction de Palatin fut supprimée, ainsi que la Diète. Le prince Albert, époux de Marie-Christine, fille de Marie-Thérèse, fut nommé locumtenens. Le pouvoir resta ainsi dans le cercle étroit de la famille impériale des Habsbourg. Louis-Ernest Batthyány, l’aristocrate par excellence, devint son propre juge. Il représente un modèle, celui d’un parfait Hongrois nommé « Az utolso nemzeti Nador ». Il révèle les « mécontentements structurels de la noblesse à l’égard du pouvoir… accusé pour les impôts », la « permanence et les mutations de la tradition de contestation nobiliaire au XVIIIe siècle »35, ou plutôt, comme le dit Olivier Chaline, une « nouvelle sensibilité et des aspirations contradictoires ». Concluons avec cet auteur : « dans une société où le privilège est la règle, où coexistent d’autres pouvoirs et plusieurs droits », surtout dans la vaste monarchie des Habsbourg, la noblesse « se trouve désarmée en cas de fortes contestations. Incertaine, elle a cessé de donner le ton et cherche à séduire une opinion publique devenue l’arbitre des conflits d’intérêts et le juge des engagements extérieurs. Les redéfinitions des Lumières ayant sapé ses fondements traditionnels, l’Etat n’est plus le même »36.

Annexes

Annexe 1. Aperçu sur les institutions de l’ancien royaume de Hongrie

Le droit civil est en usage dans les divers Etats de la Monarchie. Les Hongrois ne font aucun usage du droit romain. Ils sont uniquement gouvernés par trois lois qui leur sont propres : le droit coutumier du royaume, rédigé en 1514 par Etienne Werbôczi, comprenant le droit des anciens décrets des Rois, des privilèges des provinces, des sentences et des arrêtés des juges, auxquels un long usage a donné force de loi ; les Statuts du prince, c’est-à-dire les lois faites par le souverain, du consentement du peuple ; les décrets du roi, ordonnés sans le concours du peuple. Marie-Thérèse a reconnu ces lois, mais a supprimé le ius resistendi durant la Diète de 1741.

La noblesse comprenait : les prélats, les barons et les magnats. Les nobles, en qualité des Etats et des Ordres, jouissaient des droits d’élire leur roi et d’avoir des immunités et des prérogatives. Les « Prærogatives cardinales » (lois principales) étaient les suivantes : aucun noble ne pouvait être détenu sans être cité et condamné juridiquement ; les nobles ne devaient obéissance qu’à leur roi légitimement couronné ; ils jouissaient de leurs droits et revenus et en contrepartie défendaient le royaume (ius insurgendi) ; si le roi agissait contre les libertés déclarées, ils avaient le droit de lui résister (iusresistendi).

D’après M. de Real, grand sénéchal de Forcalquier, La science du Gouvernement, II, section V, Paris, 1762, p. 277 ; Corpus iuris hungarici tripartitum opus juris consuetinarii inclyti regni hungariae, Stephanus Werbôczi redidit, 1517 (plusieurs éditions) ; Charles Kecskemeti, Notes, rapports et témoignages français sur la Hongrie, 1717-1809, Paris-Budapest-Szeged, Institut Hongrois-Bibliothèque Nationale Szécsényi, 2006, p. 154.

Annexe 2. Répertoire multilingue des lieux cités (en Transylvanie et dans le Royaume de Hongrie)

ALBA IULIA : Gyulafehérvàr, Karlsburg, Weissenburg, Carlstadt, Balgrad, Kàroly Fehérvàr, Apulum

BRATISLAVA : Pozson, Presburg, Presbourg, Ponosium

CARANSEBES : Karànsebes, Karanschebecch

CLUJ : Kolozsvàr, Klausenburg, Clausenberg, Clausenburich, Claudiopolis, Napoca

EGER : Agrius

ESZTERGOM : Strigoniu

GÜSSING : Németujvàr

KOSICE : Kassa, Cassova

ORADEA : Nagyvàrad, Grosswaradein, Varadium

PRESBOURG : voir Bratislava

SIBIU : Nagyszeben, Hermannstadt, Sibenbürgen, Cibinum

SOPRON : Odenburg

TIMISOARA : Temesvàr, Temeschwar, Tibiscum

TELNA : Celna

TRÏNOVO : Nagyszombat, Trïnava, Tyrnavia, Tyrnau

WIEN : Bécs, Vienne, Vindobona

Dans l’historiographie hongroise, même après les changements des frontières de l’ancien Royaume, les lieux sont toujours cités en hongrois et, dans la plupart des cas, repris ainsi par les historiens d’autres pays. Pour faciliter la lecture du texte, nous avons d’abord indiqué les noms de lieux dans la langue des Etats auxquels ils appartiennent actuellement ; pour la Transylvanie, nous avons mentionné immédiatement après leur dénomination en hongrois, allemand ou saxon, et par ailleurs en latin

Annexe 3. Lexique des principales charges et dignités

PRIMAT : la plus haute fonction dans l’Eglise de Hongrie. Le primat exerçait aussi certaines activités relatives aux affaires du Royaume. Il représentait le roi dans le tribunal suprême de la Justice comme secretarius cancellarius jusqu’en 1507. Il bénéficiait de l’exploitation des mines et avait son revenu, pisetum, 20 000 florins sous le règne de Marie-Thérèse.

PALATIN : élu dans la Diète par les Etats, après avoir été proposé par le roi, il avait le droit de conférer des biens, donationes palatinales. Le palatin était un des quatre juges principaux ; il présidait le Conseil Royal de Lieutenance créé en 1723 et le Tribunal suprême de la justice. Il gardait le sceau avec ses propres armes, nommait le vice-palatin et le protonotaire.

IUDEX CURIÆ : nommé par le souverain, il tenait le second rang. Il était l’un des juges principaux et présidait le Tribunal suprême en absence du palatin. Il avait le sceau avec ses propres armes et nommait le vice iudex curiæ et son protonotaire.

BANUS REGNORUM DALMATIÆ, CROATIÆ ET SCLAVONIÆ : comme vice-roi de ces royaumes, il détenait le troisième rang. Il traitait leurs affaires, présidait le tribunal nommé Tabula banalis, établi à Agram. Il avait un vice-ban et un protonotaire.

TAVERNICORUM REGALIUM MAGISTER : le troisième des juges principaux du royaume, nommé par le roi. Il avait son vice-tavernicus et jugeait en appel les procès décidés par les magistrats de villes libres et royales.

PERSONALIS PRAESENTIÆ REGIÆ IN JUDICIIS LOCUMTENES : un des quatre juges principaux nommés par le roi. Il présidait à l’occasion de la Diète les Etats rassemblés dans la Chambre basse. Il était le chef de la noblesse. A partir de 1751, il avait aussi le titre de magnat.

BARONES REGNI : comprenaient les dignités les plus illustres : Grand-Maître (Curiæ Regiaæ Magister) ; Grand-Chambellan (Cubiculorum Regalium Magister) ; Capitaine de la Garde Noble Hongroise ou Grand-Ecuyer (Agasonum Regalium Magister) ; Grand-Ecuyer Tranchant (Dapiferorum Magister) ; Grand-Echanson Royal (Pincernarum Regalium Magister) ; Grand-Portier Royal (Janitorum RegaliumMagister).

GARDE-COURONNE : ils étaient deux, nommés par le roi et confirmés par les Ordres.

SUPREMI ET PERPETUI COMITES : ils étaient les comtes suprêmes des Comitats et détenaient cette charge par une concession des rois, comme attachés à la famille.

Notes

1 Paul Hazard, La Crise de la conscience européenne au XVIIIe siècle, de Montesquieu à Lessing, Paris, 1963.

2 Guy Chaussinand-Nogaret, La Noblesse au XVIIIe siècle, Paris, 2000, p. 18-20.

3 Olivier Chaline, La Reconquête catholique de l’Europe Centrale, 1550-1740, Paris, 1998.

4 Pierre Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, 1971.

5 Les Elites du pouvoir et la construction de l’Etat en Europe, sous la direction de Wolfgang Reinhard, Paris, 1996, p. 133.

6 Karoly Kecskeméty, Notes et rapports et témoignages français sur la Hongrie du XVIIIe siècle, Bruxelles, 1963, p. 27 ; Jean Bérenger, Charles Kecskeméti, Parlement et vie parlementaire en Hongrie (1608-1918), Paris, 2005.

7 Origo et Genealogia illustris Batthyaniorum Gentis, deducta Giorgio Szklénár, Posonii, 1778 ; Genealogia illustris Stirpis de Batthyan, ex Archive ejusdem familia Körmendiensi Diplomatice, deducta a Martino Giorgio Kováchich (1744-1821), manuscrit, Archives Nationales Hongroises ; Ivan Nagy, Magyarorszag csaladai, czimerekel és nemzekrendi táblákkal, Pest, 1857.

8 Mária Puskely-Kordia, Dr. Batthány-Strattmann Lászlo élte, képekben, dokumentumokban, történelmi mozaikkal, Budapest, 2003 (La vie du Dr. Lászlo Batthyány-Strattmann, en images, documents et textes historiques).

9 Vera Zimány, A Herceg Batthyány levéltára, repértorium (Les répertoires des Archives princières des Batthyány), Budapest, 1962 ; Doina Biro-Hendre, « Les Batthyány. Considérations sur une généalogie », Annales Universitatis Apulensis, Series Historica 8, Alba Iulia, 2004, p. 34.

10 Peter Moricz, « Batthyány Lajos (1696-1765) », Testis temporis, no 10, Kormend, 2005, p. 4 ; Doina Biro-Hendre, « Femmes et filles des Batthyány au fil des siècles. Entre le devoir et le pouvoir », in A Batthyány évszázádai, Kormend, 2006, pp. 18-20.

11 MOL (Archives Nationales Hongroises), P 1320/r/p. 3, fasc. 28-30, texte de diplôme, rédigé en français et signé… « Donné en Notre Ville et Résidence Impériale et Royale de Vienne, le sixième juin l’an de Grâce 1746 et de nos Règnes le sixième ».

12 Heraldicæ Regni Hungariæ specimen, regia, provinciarum, nobiliumque scuta, coplectens, conscriptum a Francisco Carolo Palma, Mariæ Theresiæ Augustæ honoribus dicatum…, Vindobonæ, Typis Johannis Thomæ de Trattnern, Caes. reg. aulæ typographi, 1776, p. 120-121 : « titulos nos eidem intulit celsis, S.S.J.PRINCEPS CAROLUS E COMITIBUS DE BATTHYAN… quo honore ob immortalia in Augustam domum Austriacam cum bello, tum pace merita excoli meruit », 1764, signature Cæsaro Francisco I.

13 Johannes Weisz, Vilagtorténe, (L’histoire du monde), traduction en hongrois par Szabo Ferenc, tome XII, Struensee, Nagybecskerek, 1904, p. 435.

14 Histoire des troubles en Hongrie, depuis 1684 jusqu’à 1686, Amsterdam, 1687, pp. 221-227, 230-237.

15 MOL, « Les Documents du Palatin Louis Ernest Batthyány », P. 1317, p. 22, fasc. 6.

16 L’expression appartient à Olivier Chaline, Godart de Belbeuf, le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, 1996, p. 518.

17 Jean Bérenger, Histoire de l’Empire des Habsbourg (1273-1918), Paris, 1990, pp. 457-467.

18 Peter Moricz, loc. cit., p. 7.

19 MOL, P 1317, p. 22, fasc. 16-21 : texte intégral du majorat, daté à Rohonc, du 19 juin 1746 et signé Comes Ludovices de Batthyan.

20 Johannes Weisz, op. cit., p. 455.

21 MOL, P 1317, K., Acta urbariala et tumultuantium rusticorum.

22 Peter Moricz, loc. cit., p. 7 : « Vagyis hiaba voltak az elozo 12 év kiralyi cim, rang és hivatol-adomanyai, ha a nemesi elojogok védelmèrol volt szo, Batthyány Lajos feladta udvarhuségé ».

23 MOL, THECA, IR. VIII-XIV, p. 43 : littera sua Ex. Ludovici a Batthyan, cancelarii, sua majestati exaralta, quibus resolutiones super replica status emanantas,… item projectus resolutionis de quatuor Districtualibus Insurectioni generalibus accepiunt ; voir aussi MOL, P. 1317, p. 23, fasc. 20/38 : exposé de Louis-Ernest Batthyány pendant la Diète de 1741.

24 Discours de Marie-Thérèse devant la Diète de 1751. Henrik Marczali, Maria Terézia, Budapest, 1891.

25 D’après Peter Moricz, loc. cit., p. 18, lettre de Louis-Ernst Batthyány à son fils Adam Vencel.

26 Fontes rerum Austriacarum, d’après Henrik Marczali, op. cit.

27 MOL, THECA 2, IP. VIII-XIV, p. 30, lettre de Nény au Palatin, 13 octobre 1764.

28 Ibid., p. 46.

29 Ibid., pp. 107-108, lettre de Nény au Palatin, 9 mars 1765.

30 MOL, P. 1318, pp. 1 et 8-10 : Observation. La lettre comporte en annexe une note comptable sur les impôts déjà versés par les Etats et un raisonnement du Palatin pour les possibles négociations. Les chiffres avancés par l’historien Weiss sont exacts.

31 MOL, P. 1318, p. 2, fasc. 133 : lettre de Joseph Batthyány à son père, 15 octobre 1765.

32 Pour des informations plus détaillées : Marie-Françoise Vajda, Le Royaume des républiques. Noblesse et administration dans les comitats hongrois sous Marie-Thérèse 1740-1780, thèse de doctorat, Université Paris-IV-Sorbonne, 2006..

33 MOL., THECA 1, p. 41 : lettre de Joseph à son frère Adam-Vencel, 23 janvier 1766 ; pp. 47-48 : lettre de Nény à Joseph, 7 février 1766 ; pp. 45-46 : lettre de Charles à Adam-Vencel.

34 MOL, P. 1318, f 2, pp. 37-38 : lettre de Joseph à Louis-Ernest, 28 octobre 1765. Enregistrement erroné dans les Archives : la date est le 21 octobre 1765, conformément au contenu.

35 Michel Figeac, L’Automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lumières, Paris, 2002, p. 263.

36 Olivier Chaline, La France au XVIIIe siècle (1715-1787), Paris, 2004, pp. 121, 53 et 297.

Auteur

Université Paris iv-Sorbonne

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540