Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la décentralisation

 | 
Roger Baury
, 
Marie-Laure Legay

– I – Des noblesses en quête d’idéal politique, administratif et territorial

La noblesse française et la province dans la seconde moitié du xviiie siècle : une réinvention réciproque ?

Roger Baury

Texte intégral

  • 1 M. Marraud, La Noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 2001, p. 32.
  • 2 Selon que l’on évalue ses effectifs à cent vingt mille ou à trois cent mille personnes.
  • 3 M. Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », dans Trad (...)
  • 4 P. de Vaissière, Gentilshommes campagnards de l’ancienne France, Paris, 1903 (rééd. Etrépilly, Chri (...)

1A en croire divers théoriciens du temps et même certains témoins, qui n’appartenaient pas tous aux cercles dirigeants ou à l’élite intellectuelle, la province française serait devenue, de par la volonté politique de Richelieu et de Louis XIV, le « territoire du vide » aristocratique. En des déplorations convenues et convergentes, ils ont opposé Paris et la Cour au désert nobiliaire français, sans avouer la part d’inexactitude et de mépris de ce postulat : inexactitude, si l’on observe, à la suite de Mathieu Marraud, que Paris n’aurait abrité, à la fin de l’Ancien Régime, que de quinze à dix-sept mille individus nobles1, soit entre 5 et 13 % de l’ensemble de l’ordre2 ; il s’ensuit que l’écrasante majorité des gentilshommes se répartissaient entre les provinces – de façon, au demeurant, très inégale, comme le montrent les contrastes de densité entre ces bastions de peuplement nobiliaire qu’étaient la Bretagne, la Normandie et le Languedoc, et le reste du royaume3 – ; mépris, en ce que beaucoup de ces auteurs répugnaient à reconnaître comme leur égale une gentilhommerie qui ne se composait pas uniquement de hobereaux trop crottés ou incultes, mais que les comédies et la poésie satirique les avaient accoutumés à regarder de haut et de loin4 : affirmer que les provinces étaient dépeuplées de nobles revenait à nier la valeur sociale de ceux qui y vivaient et à enterrer le mythe de l’égalité de toute noblesse ; mais cela a aussi servi d’argument – ou de posture – pour fustiger le double processus louis-quatorzien de curialisation et de centralisation, auquel étaient imputés l’anéantissement du pouvoir noble et la dévitalisation des provinces.

  • 5 Selon l’expression de J.-P. Labatut, Les Ducs et pairs de France au XVIIe siècle, Paris, Publicatio (...)
  • 6 M. Marraud, La Noblesse de Paris…, op. cit., pp. 51-53. On notera que même des magistrats aussi sou (...)
  • 7 Ainsi en Béarn, en Dauphiné, en Normandie et en Provence. Voir, respectivement, Christian Desplat, (...)

2Or, l’opposition Cour-Province peut à juste titre paraître par trop schématique, d’abord en ce qu’elle réduit la captation curiale des grandes maisons provinciales à une simple délocalisation, alors que celle-là s’est généralement assortie du redéploiement de leurs intérêts lignagers à l’échelle du royaume : c’est en se projetant au-delà de leur terroir matriciel, en éparpillant leurs assises patrimoniales et en exerçant des charges en dehors de leur province d’origine que ces maisons ont pris rang dans ce que Jean-Pierre Labatut a appelé « la société de grandeur »5. Au reste, la dichotomie Cour-Province n’accorde aucune place à ces gentilshommes dont les horizons ont été élargis par le service de terre ou de mer, mais qui, pour la plupart, ont ensuite regagné leur manoir ou leur maison de ville : il est permis d’estimer que ceux-ci ne pouvaient plus considérer le royaume comme un corps étranger. Enfin, il est une catégorie de nobles pour qui l’alternative Cour-Province ne s’est, pendant longtemps, aucunement posée : les magistrats des cours souveraines provinciales, que les obligations de leur charge attachaient à leur ressort, qui se sont employés, avec autant de persévérance que de succès, pour la plupart, à y accroître, du même élan, leurs domaines et leur influence, et ne se sont laissés attirer par la capitale que partiellement, dans les ultimes années de l’Ancien Régime6. Paradoxalement, ce fut l’une des grandes réussites de la monarchie absolue que d’avoir, en vidant aussi de leur noblesse première les provinces extérieures au ressort du parlement de Paris, laissé le champ libre aux ambitions sociales et aux appétits politiques de ces grands robins : non contents d’y tenir le premier rang, ils se sont posés en pères de la petite patrie et, dans un balancement ambigu, sinon toujours calculé, avec la rhétorique de l’« union des classes », se sont saisi de la défense de ses libertés7 pour instruire à charge le procès du gouvernement royal.

  • 8 W. Mager, « De la noblesse à la notabilité. La formation des notables sous l’Ancien Régime et la cr (...)
  • 9 P. Barrière, L’Académie de Bordeaux, centre de culture internationale au XVIIIe siècle (1712-1792),(...)
  • 10 Montesquieu, De l’esprit des lois, dans Œuvres complètes, publiées par R. Caillois, Paris, Gallimar (...)

3Or, pour un ordre plus fragmenté que jamais – non seulement par ces disparités d’échelles, mais encore par l’inégale ancienneté des lignages, par les distinctions liées aux titres, à la considération et au rang dans la hiérarchie des honneurs, par les emplois et par les écarts de fortune, sans préjudice des divergences croissantes des opinions religieuses et idéologiques –, le retour en force de la question provinciale ne s’est pas seulement posé en termes politiques, mais s’est joint aux interrogations sur sa raison d’être. La publication du Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux a porté sur la place publique une revendication décentralisatrice, que beaucoup ont regardée comme le premier acte d’un plan de régénération de l’Etat. Mais, pour la noblesse, ne s’agissait-il pas tout autant de se régénérer elle-même ? Ebranlée dans ses certitudes religieuses, politiques et sociales, sommée par les idéologues de s’assimiler aux « riches » et aux « notables », elle doutait de plus en plus de son identité et de son utilité sociales, traversait, en un mot, une « crise de légitimité »8. Ce n’est pas pure coïncidence si la controverse sur la noblesse commerçante et la publication de L’Ami des hommes sont venues brocher sur l’engouement de l’opinion noble pour la question provinciale. La province a d’autant mieux pu lui apparaître comme le territoire de son salut social que l’intérêt ou l’attachement qu’on lui portait ne se dissimulait plus, depuis que la mort de Louis XIV avait redonné vie à une vision polycentrique du royaume – les académiciens bien nés ne furent pas les derniers à cultiver curiosité et fierté pour tout ce qui avait trait à leur « pays », à son histoire, de même qu’à ses ressources naturelles et à ses capacités économiques9 –, et que c’était là que se trouvaient les assises foncières qui, selon Montesquieu, étaient constitutives de « la dignité du noble » et le mettaient en situation de remplir sa vocation de « lien » entre « le pouvoir du prince et la foiblesse du peuple »10. Partant, le retour à la terre que le marquis de Mirabeau appelait de ses vœux devait s’assortir d’un retour aux affaires, prioritairement sous la forme d’une participation accrue au gouvernement local, dans le cadre d’institutions à restaurer, voire à réinventer. Car – l’évolution du marquis sur le sujet en témoigne –, il apparut bientôt qu’il n’était plus envisageable de renouer telle quelle la liaison de plusieurs siècles que la noblesse avait entretenue avec la province, avant que le Roi ne s’immisçât entre elles et ne les séparât de corps : les idées nouvelles et les défis, à la fois économiques, sociaux, moraux et politiques, que leurs propagandistes lançaient à la première, la mettaient en demeure de reconsidérer son rôle et ses valeurs, sous l’effet de la redéfinition de la notion de mérite.

4Pour autant, la double-réinvention que nous postulons – celle de la province par la noblesse et celle de la noblesse par son engagement dans les affaires provinciales – n’a nullement procédé d’une pensée unique : tant les incitations à la reféodalisation de l’ordre et les projets de refondation de son pouvoir intermédiaire que la volonté de prouver son utilité sociale et ses compétences administratives se sont nourris d’influences apparemment contradictoires, mais empiriquement combinées, sans préjudice de tensions croissantes, entre idéalisation du passé et séduction de la nouveauté, entre constitutionnalisme et esprit de réforme, entre certitudes de la société d’ordres et aventure de la société ouverte.

Retour à la terre et souci du bien public

  • 11 P. de Vaissière, Gentilshommes campagnards…, op. cit., pp. 186-213.
  • 12 Marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes ou traité de la population, Avignon, 1756 [Paris, Herrissant, (...)

5Renobiliser la province supposait de réféodaliser la noblesse et de l’engager à exercer pleinement des fonctions seigneuriales elles-mêmes réinventées ; pour cela, il était indispensable qu’elle se détachât de la Cour et de la capitale, pour réinvestir ses châteaux et ses terres. La réaction résidentielle n’était nullement une nouveauté : dès avant la construction de Versailles, poètes, moralistes et économistes n’avaient eu de cesse d’inciter les maisons de vieille roche à fuir les villes et la Cour11, où elles risquaient de perdre tout ensemble leur fortune et leur âme ; c’était dans ses terres que le noble, redevenu gentilhomme et seigneur, était le mieux à même de renouer les fils de sa puissance et de sa prospérité, en cultivant des mœurs frugales, pleinement conformes à ses valeurs d’ordre. Partant, le retour à la terre fut, tour à tour ou conjointement, une réaction contre la tutelle du Roi et la perte du pouvoir nobiliaire, contre le luxe corrupteur, contre la monétarisation économique et la société de classes, qui laminaient les hiérarchies de la naissance et perturbaient le face-à-face pluriséculaire du paysan et du seigneur. Pour « l’Ami des hommes », le retour à la terre répondait à une exigence, qui n’était pas exclusivement économique, mais encore morale12, d’autant qu’il offrait une solution à la crise d’identité de la noblesse en lui montrant que son utilité sociale ne se réduisait pas à un choix professionnel entre la guerre et le négoce.

  • 13 Ainsi pour René-Louis, marquis de Girardin, De la composition des paysages ou Des moyens d’embellir (...)
  • 14 R. Baury, « La cabane et le château », dans Le Château et la nature. Actes des Rencontres d’archéol (...)
  • 15 S. Le Ménahèze, L’Invention du jardin romantique en France 1761-1808, Neuilly-sur-Seine, 2001, pp.  (...)
  • 16 R. Baury, « Châteaux et châtelains de France au miroir des légendes », dans Château et imaginaire. (...)
  • 17 Pour reprendre le titre de l’ouvrage du marquis de Lezay-Marnésia, publié à Neuchâtel et à Paris, e (...)

6Dans le même temps, l’attractivité de la terre s’est renforcée sous l’effet de sa représentation comme la source primordiale de la richesse et du bonheur. Les physiocrates ont aiguillonné une prise de conscience patrimoniale, qu’il serait abusif de borner à une réaction seigneuriale : même à distance, l’exploitation domaniale a fait l’objet d’une attention accrue de la part des propriétaires bien nés ; non contents d’expérimenter les innovations agronomiques à la mode, beaucoup ont ordonné des défrichements ou des bonifications de sols incultes, ont prospecté leurs terrains à la recherche de minerai de fer, de plomb, de kaolin, ouvert des forges, des fonderies, des tuileries, etc. Ce regain d’intérêt pour les profits agraires et leurs compléments s’est souvent doublé d’un engouement pour la nature, qui ne saurait être réduit à un phénomène de mode apolitique. Réaménager son parc sur le modèle anglo-chinois ne revenait pas seulement à manifester son rejet de l’esthétique louis-quatorzienne et, par-delà, de la monarchie absolue : ce fut encore, pour beaucoup de créateurs de jardins, inventer le paysage de l’harmonie sociale13. S’enticher des bergeries n’était pas plus anodin ; l’exacerbation du rêve arcadien et la transformation de l’esthétique de la pastorale en éthique de la vie simple sont révélatrices d’un trouble identitaire qui, il est vrai, semble avoir plus affecté les lecteurs de Rousseau, à la Cour et dans les salons, que les gentilshommes campagnards vivant au contact des paysans authentiques : les cabanes qui ont surgi dans les parcs aristocratiques ne matérialisaient pas seulement le désir de retour à un improbable « état de nature », mais aussi l’antithèse du château14 ; quant à battre son beurre et à consommer laits et fromages, n’était-ce pas désavouer l’identité carnassière, le passé de prédateur15, qui caractérisaient si souvent le seigneur dans l’imaginaire populaire16 ? Or, tout un courant de pensée nobiliaire, qui s’est nourri des écrits de Fénelon avant que de ceux de Rousseau, a redéfini la fonction seigneuriale comme un devoir de paternité et prêché l’exemple du seigneur-patriarche, protecteur-né de la communauté villageoise, pourvoyeur du « bonheur dans les campagnes »17 et, ce faisant, garant de l’acceptation, par ses inférieurs, des différences de rangs et de fortunes :

« Les seigneurs maintenant plus instruits, plus humains, Désirent d’être aimés et non pas d’être craints »,

  • 18 Marquis de Lezay-Marnésia, « Epître à mon curé », dans Essai sur la nature champêtre. En vers avec (...)
  • 19 L. de Loménie, Les Mirabeau. Nouvelles études sur la société française du XVIIIe siècle, Paris, E. (...)
  • 20 [Paul-Henri Thiry d’Holbach], Ethocratie ou le gouvernement fondé sur la morale, à Amsterdam, chez (...)
  • 21 [Marquis de Mirabeau], Mémoire sur les Etats provinciaux, s. l., 1757, p. 116.

7versifiait le marquis Claude-François-Adrien de Lezay-Marnésia (1735-1800), deux ans avant la Révolution18 ; mais, déjà, en 1747, Mirabeau enjoignait au fils que son épouse ne lui avait pas encore donné d’être bienveillant avec ses paysans : « c’est pour cela uniquement que vous êtes dans le monde, c’est pour faire du bien de tout votre pouvoir »19. Tel M. de Wolmar, c’était en protégeant le peuple des campagnes, en lui procurant travail et ressources, en se faisant l’ordonnateur de ses fêtes et de ses bals, que le gentilhomme manifestait son utilité et légitimait son rang dans la société. A l’opposé des nobles de Cour et de ville, « surchargés par leurs loisirs », qui consumaient leurs jours « dans la futilité, & souvent dans le vice », et mouraient « sans avoir eu la volonté de faire une action bonne et utile », ce seigneur-patriarche se montrait pleinement utile à son pays, en rejetant le luxe, en résidant dans ses terres et en y endossant de bon gré ce que le baron d’Holbach n’a pas appelé le fardeau de l’homme riche : « le riche remplit sa tâche lorsqu’il aide le pauvre à remplir la sienne ; c’est en secourant l’indigence active et laborieuse, c’est en payant ses travaux, c’est en lui facilitant les moyens de subsister, en un mot, c’est par sa bienfaisance que le riche peut acquitter ses dettes envers la société »20. Pour les théoriciens du retour des nobles à la terre, celui-ci ne se réduisait aucunement à une affaire d’ordre privé ; aussi, dans la seconde version du Mémoire sur les Etats provinciaux, le marquis de Mirabeau a-t-il condamné ceux qui se dérobaient à leurs « devoirs d’état pour se livrer au plaisir ou à des occupations à soi »21. Sous couvert de la pensée utilitariste et philanthropique des Lumières, c’était rien moins que la reféodalisation du second ordre que prônaient « l’Ami des hommes » et ses émules : résidence et bienveillance étaient bien les conditions conjointes de son engagement permanent en faveur du « bien public » et, partant, de la légitimation de son rôle d’intermédiaire entre le Roi et ses sujets.

  • 22 [Dupont de Nemours], « Critique raisonnée » des Saisons de Saint-Lambert, dans Ephémérides du citoy (...)
  • 23 Archives Bonneval, 1er fonds, carton 13, pièce no 1495 : lettre de Louis-César de Bonneval au comte (...)
  • 24 R.-G. Bonnel, Ethique et esthétique…, op. cit., pp. 79 et 191.
  • 25 L. de Loménie, Les Mirabeau…, op. cit., Paris, E. Dentu, 1879, t. I, p. 430.
  • 26 Ibid., p. 459 : lettre du marquis de Mirabeau à son frère le bailli, février 1755.
  • 27 Pour reprendre une de ses propres expressions, tirée d’une lettre à son frère, en date à Paris du 4 (...)
  • 28 M. Vovelle, « Mirabeau et Beaumont : deux communautés paysannes face à leur seigneur », Les Mirabea (...)
  • 29 J. Péret, Seigneurs et seigneuries en Gâtine poitevine. Le duché de La Meilleraye, XVIIe-XVIIIe siè (...)
  • 30 J.-F. Labourdette, Fortune et administration des biens des La Trémoille au XVIIIe siècle, thèse de (...)
  • 31 J.-D. de La Rochefoucauld, C. Wolikow, G. Ikni, Le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt 1747-1827. De (...)
  • 32 Ibid., pp. 105-106 : lettre du 22 février 1787.
  • 33 Evoquées dans ce volume par Agnès Ravel-Cordonnier, elles peuvent être plus précisément approchées (...)
  • 34 Prince de Montbarrey, Mémoires autographes…, Paris, Eymery-Rousseau, t. I, pp. 296, 299-300, 331, 3 (...)

8Il est cependant permis de douter que ces injonctions, non plus que les utopies aristocratiques et champêtres de Salente et de Clarens, aient suffi à entraîner un exode curialo-citadin, massif et définitif. Dupont de Nemours semble s’être illusionné sur la capacité de Saint-Lambert et de ses confrères en poésie pastorale à relayer la doctrine de Quesnay pour provoquer « cette heureuse révolution », dont, en 1769, « le tems » lui semblait « proche » : « déjà », se félicitait-il, « beaucoup de Seigneurs, & des plus grands à tous égards, commencent à se livrer avec succès à l’agriculture qu’ils encouragent par leur exemple, par le séjour beaucoup plus long qu’ils font dans leurs terres » et, ce qui n’était pas le moins essentiel à ses yeux, « par des dépenses en améliorations » productives22. Sans doute les exemples contemporains de domiciliation volontaire aux champs ne manquent-ils pas. Ainsi, en 1768, Louis-César de Bonneval (1739-1783), seigneur de Bannegon et futur représentant de son ordre à l’Assemblée provinciale du Berry, considéra qu’il lui était bien plus avantageux de « rest[er] dans [sa] province » que de servir le Roi dans les mousquetaires, où il se reprochait d’avoir consumé « treize ans de [sa] vie très inutilement »23. L’année suivante, en Franche-Comté, le marquis de Lezay-Marnésia s’installa au château de Moutonne, qu’il ne quitta, seize ans plus tard, que pour s’établir dans un nouvel héritage, à Saint-Julien-sur-Suran24. Il n’empêche que la course aux honneurs, les séductions mondaines et le désir de sortir de l’ombre n’ont jamais cessé d’engager les ambitieux à quitter leur terroir : le marquis de Mirabeau, qui, dès après la mort de son père, n’avait pas caché sa volonté « de faire d’une maison en Provence une maison en France »25, œuvra, de 1740 à 1752 – non sans les déconvenues que l’on sait –, à transplanter sa « case » tant dans la capitale que dans des provinces qui lui étaient « étrangères »26 ; de sorte que celui-là même qui exhortait ses semblables à se replier sur les fiefs que la Providence leur avait assignés a délaissé son « houstau patriau »27 et ne l’a plus considéré, si l’on suit l’analyse de Michel Vovelle, que comme une « source de revenus » et le « support de son marquisat »28. Dans les rangs des grands seigneurs écartelés entre le service du Roi, leurs obligations mondaines et un patrimoine disséminé entre plusieurs provinces, le discours du retour à la terre paraît avoir été moindrement suivi : certains se sont signalés comme des absentéistes opiniâtres, tels les ducs de La Meilleraye, qui ne reparurent plus dans leur fief éponyme après 1713 et le vendirent sans regret en 177629, ou encore le duc Jean-Bretagne de La Trémoille, qui ne visita jamais son duché de Thouars, et ne traversa le comté de Laval et la baronnie de Vitré qu’à la faveur de son unique désignation par le Roi comme président de la noblesse aux Etats de Bretagne, en 1766-176730. Même le duc François-Alexandre-Frédéric de La Rochefoucauld (1747-1827) ne paraît pas avoir songé à se fixer à Liancourt, dont il fit pourtant le laboratoire expérimental de ses innovations agronomiques et la vitrine de son action philanthropique31 ; ses séjours n’y étaient que « momentanés », au grand dam du curé, qui l’adjurait de voir « les choses par [lui]-même et de près »32. Cependant, maints témoignages révèlent que les châteaux provinciaux ont été, plus souvent que naguère, inclus dans les circuits des pérégrinations périodiques d’une grande noblesse qui avait érigé l’ubiquité en manière d’être autant qu’en art de vivre : tant les itinérances du duc Emmanuel de Croÿ (1718-1784) entre l’Ile-de-France, la Picardie et le Hainaut33, que celles du prince de Montbarrey entre Paris, les deux Bourgognes et le Roussillon, de 1763 à son accession au secrétariat d’Etat de la guerre, en 177634, apparaissent comme des modèles du genre.

  • 35 A.-F. Silvestre, Notice biographique sur Armand Béthune-Charost, lue au Lycée Républicain, le 3e Fr (...)
  • 36 J.-F. Labourdette, Fortune et administration…, op. cit., pp. 685-695 ; C. Desplat, Pau et le Béarn… (...)

9Ces visites patrimoniales fournissaient aux seigneurs non-résidents l’occasion de resserrer des liens de localité distendus par leur absence ; les hommages et les démonstrations de liesse de leurs « sujets » appelaient, en guise de contre-dons, des actes de bienveillance appropriés, qui se prolongeaient parfois au-delà de la fête. Le duc Armand-Joseph de Béthune-Charost, que ses fonctions et son patrimoine écartelaient entre la Picardie, la Bretagne et le Berry, s’est signalé par la constance de sa protection et l’ampleur de sa bienfaisance : non content d’abolir la corvée dans ses terres, il y établit des ateliers de charité, secourut les indigents, rétribua sages-femmes, chirurgiens et pharmaciens, fonda un hôpital rural et institua des caisses de secours ; la correspondance qu’il échangeait sans cesse avec ses agents et ses relais dans les élites locales, mais surtout sa générosité suppléaient à ses absences, lesquelles ne paraissent pas avoir suscité de récriminations ; partant, sous la Convention, ses ci-devant « sujets » ne manquèrent pas de l’honorer comme « le père de l’humanité souffrante »35. Dans une mesure moindre, des grands seigneurs qui ne paraissaient plus que de loin en loin dans leurs fiefs ne se firent pas faute de défendre, auprès du Roi et de ses ministres, les intérêts, individuels ou collectifs, de leurs vassaux et autres clients de province (ainsi les duchesses de La Trémoille et les ducs de Gramont, au profit respectif des Lavalois et des Béarnais36). Toutefois, ce rôle d’interface entre la « Cour » et le « pays », pour nécessaire qu’il fût à la démonstration du crédit d’un haut lignage, n’était qu’un avatar résiduel d’un pouvoir intermédiaire atomisé, qui, s’il participait bien de la tradition des devoirs féodaux, ne pouvait convenir aux tenants d’un gouvernement d’ordre.

La province comme cadre de la refondation du pouvoir intermédiaire de la noblesse

  • 37 Comme en témoignent les réflexions du marquis d’Argenson, qui prophétisait, à la date du 9 juillet (...)
  • 38 M. Marion, Machault d’Arnouville. Etude sur l’histoire du contrôle général des finances de 1749 à 1 (...)
  • 39 [J.-B. Naveau], Le Financier citoyen, s. l., 1757, 2 vol.
  • 40 M.-L. Legay, Les Etats provinciaux dans la construction de l’Etat moderne aux XVIIe et XVIIIe siècl (...)

10La publication, en 1750, du Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux est passée d’autant moins inaperçue37 qu’elle remettait sur la place publique la question des libertés provinciales et celle de la participation des gouvernés à l’action des gouvernants, que la crise ouverte entre les Etats de Languedoc et de Bretagne et Machault d’Arnouville, au sujet du vingtième, rendait très polémiques38. Le retentissement du Mémoire fut tel que son auteur résolut d’en composer une version remaniée et étoffée, qui, dès qu’elle fut imprimée – derechef anonymement –, s’attira la réplique du Financier citoyen39. Mais, pour autant que Mirabeau militât encore, à cette époque, pour la reféodalisation de l’ancienne noblesse et sa régénération politique, par le renforcement des justices seigneuriales et par l’exercice du pouvoir local, rien n’est moins sûr que l’ensemble de ses idées relatives à la réorganisation administrative du royaume, et dont il avait emprunté quelques-unes (et non des moindres) à Fénelon et à Saint-Simon, se réduisissent à la réaction provincialiste que nombre de ses lecteurs appelaient de leurs vœux. Il est donc permis de considérer, à la suite de Marie-Laure Legay, que son influence a largement reposé sur un « malentendu »40.

  • 41 [Mirabeau], Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, Rome, 1750, pp. 17, 27, 35.
  • 42 [Mirabeau], Mémoire sur les Etats provinciaux, s.l., 1757, p. 2.
  • 43 Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, pp. 21 et 23-24.
  • 44 Ibid., pp. 9-10.
  • 45 Ibid., p. 14.
  • 46 Ibid., pp. 18-19.
  • 47 Ibid., p. 24.
  • 48 Ibid., pp. 27-29.
  • 49 Ibid., pp. 29-33.
  • 50 Mémoire sur les Etats provinciaux, pp. 34-35.
  • 51 Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, pp. 5, 22 et 36-43.
  • 52 L. de Loménie, Les Mirabeau…, op. cit., t. II, pp. 90-92.
  • 53 Mirabeau, L’Ami des hommes…, op. cit., t. I, p. 234.
  • 54 Saint-Simon, Projets de gouvernement résolus par Mgr le duc de Bourgogne dauphin, après y avoir mûr (...)
  • 55 Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, pp. 28-29.

11Mirabeau a initialement justifié le rétablissement des Etats provinciaux par une triple « utilité » : « Relativement à l’autorité royale », au tout premier chef, puis « Relativement aux Finances », enfin « Relativement au bonheur des Peuples & à leur avantage »41. Que, par la suite, il ait jugé préférable de mettre l’accent sur le « bonheur des peuples »42 peut être interprété comme une concession rhétorique à l’air du temps ou comme le souci de faire coïncider l’ordre de ses priorités avec son image de seigneur paternel et bienfaisant, mais ne remet nullement en cause, nous semble-t-il, le fond de sa pensée, qui visait à convaincre le pouvoir royal qu’il avait tout à gagner de l’instauration de corps intermédiaires d’administration territoriale. Certes, d’un côté, non content de soutenir que la royauté n’avait à craindre, outre « son propre poids & sa puissance trop absolue », que « l’ambition des Grands & leur trop grande élévation », et non point « une assemblée authentique formée par la protection & le pouvoir du Souverain »43, il n’hésitait pas à inclure les privilèges des ordres, des provinces et des villes parmi les « loix fondamentales du Royaume »44 et encourageait le Prince à les « conserver, respecter, établir même »45 ; mais, de l’autre, il affirmait que le pouvoir des Etats était « purement civil » et que, bien loin de « se mêler de la guerre ou de la paix, de la législation, du commerce, de la levée ou de la réforme des troupes, des détails du Ministère ou du Gouvernement »46, une province « organisée de la sorte [était] prête à faire les efforts les plus grands & les plus subits, à rendre les services les plus importans »47 : percevoir les deniers du Roi avec plus de promptitude et à moindre coût pour son trésor48, soutenir le crédit de l’Etat49, mais encore garantir l’ordre public, puisqu’il incombait aux « principaux en corps et en particulier » de « répond[re] au Roi de l’obéissance des peuples [et] de la célérité dans l’exécution de ses ordres »50. Prenant acte de l’évolution des assemblées d’Etats, qui tendaient de plus en plus à relayer les instructions gouvernementales, Mirabeau entendait les substituer purement et simplement aux « Préposés » royaux, qu’il ne se lassait pas d’accabler de sa vindicte, taxant les intendants de carriérisme et de méconnaissance des réalités locales, leurs subordonnés de vilenie native et tous ensemble d’arbitraire51. Encore ses griefs étaient-ils bien adoucis en regard des anathèmes qu’il avait fulminés dans le Testament politique, rédigé en 1747, en seulement cinq jours, mais qui, il est vrai, n’étaient pas destinés à la publication : il n’avait, alors, pas de mots assez outrageants pour fustiger cette « sorte de magistrature informe et monstrueuse », qu’il traitait encore de « clique » ; à son sens, « Le premier devoir d’un seigneur [était] d’entretenir une guerre sourde et cachée contre les préposés de la Cour » ; et d’enjoindre à l’héritier qu’il s’impatientait d’attendre : « Ecrasez le scorpion ou n’en approchez point ! »52 Reste que, tout à sa préoccupation de muer les Etats en auxiliaires administratifs du « Roi pasteur » qu’il appelait de ses vœux53, il ne voyait (ou, peut-être, affectait de ne voir) dans le découpage du royaume en seulement douze pays d’Etats, que Saint-Simon avait préconisé avant lui54, qu’un gage d’équité fiscale et d’efficacité administrative55, en ignorant superbement la menace politique d’une dérive fédéraliste qui pouvait résulter de leur poids respectif.

  • 56 Mémoire sur les Etats provinciaux, p. 43.
  • 57 Fénelon, Plans de gouvernement dits Tables de Chaulnes (novembre 1711), dans Œuvres, publiées par J (...)
  • 58 Mémoire sur les Etats provinciaux, p. 113.
  • 59 Ibid., p. 131.
  • 60 Ibid., pp. 42-43.
  • 61 Ibid., pp. 119-120.

12Mais, pour autant que Mirabeau ne songeât pas à remettre en cause la transformation des assemblées d’Etats en organes purement administratifs, il n’en estimait pas moins que son ordre avait un rôle à y tenir. Certes, il ne manquait pas de souligner que la noblesse ne constituait que l’un des membres de la trinité ordinale, en laquelle il se plaisait à saluer une « égalité d’harmonie »56. Et d’observer que ce risque d’hégémonie nobiliaire était inexistant aux Etats de Languedoc, sur le modèle desquels il proposait, à la suite de Fénelon57, d’organiser les assemblées refondées58, puisque la représentation du Tiers y équivalait à celle des deux premiers ordres réunis et que les prélats – d’autant moins suspects de désobéissance qu’ils étaient choisis par le souverain – y exerçaient un ascendant notoire. Si Mirabeau souhaitait que la noblesse prît une part active aux affaires locales, c’était non seulement pour soutenir le lustre des assemblées d’Etats – sans préjudice des corps de ville, puisqu’à son sens, les gentilshommes avaient aussi vocation à pourvoir les places de maires des villes principales59 –, mais encore pour consolider son autorité d’ordre et justifier sa supériorité sociale, tout en réinventant le service du Roi. La monarchie et ses nobles avaient partie liée : autant les seconds avaient « intérêt au maintien de l’autorité » souveraine, autant celle-ci se devait de défendre les « droits fondés dans la nature & dans le droit divin », parmi lesquels figuraient ceux du seigneur60. Pour autant, il n’entendait pas que le corps politique nobiliaire fût ouvert inconsidérément : « la multiplicité des Députés de la Noblesse » lui paraissait d’autant plus contraire à ses vues de collaboration administrative qu’elle eût risqué de transformer les Etats en organes d’opposition au gouvernement : « tant de têtes, ou ne font qu’une voix, ou dégénèrent en cohue […] dès qu’une assemblée, quoique très-noble, devient peuple, la force de poitrine & la chaleur de tête sont les qualités principales de ceux qui s’y font remarquer »61. Aux cohortes tribuniciennes et incontrôlables de type armoricain, il préférait le modèle languedocien, qui attachait le droit de siéger dans l’ordre de la noblesse à la possession d’une baronnie et d’une noblesse au moins égale à quatre degrés. De la sorte, le droit politique était le monopole d’une oligarchie qui, en associant l’extraction vétéro-nobiliaire à l’assise domaniale, renouait avec les origines historiques du pouvoir noble et participait pleinement des objectifs de reféodalisation de l’ordre.

  • 62 On songe ici à la campagne orchestrée par la Maison de Rohan contre Dom Lobineau, qui avait mis en (...)
  • 63 Elie Haddad, « Les histoires provinciales du royaume de France : une approche de la culture des off (...)
  • 64 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, s. l., 1785, t. I, 2e fascicule ; à prop (...)
  • 65 Aristide Joly, Une conspiration de la noblesse normande au dix-huitième siècle d’après des document (...)
  • 66 Pour reprendre un concept de Ch.-O. Carbonell, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des (...)
  • 67 Charles-Gaspard de Toustain-Richebourg, Essai sur l’histoire de Normandie…, Amsterdam [Paris], 1766 (...)
  • 68 [Charles-Gaspard de Toustain-Richebourg], Mes rêves, à Amsterdam, chez Markus & Arkstée, 1772, pp.  (...)
  • 69 J. Egret, « La révolution aristocratique en Franche-Comté et son échec (1788-1789) », Revue d’Histo (...)

13« L’Ami des hommes » ne fut pas le seul gentilhomme de son temps qui défendît le principe d’une oligarchie héréditaire, fondée sur l’éminence du fief et l’ancienneté de la race : la réaction historiographique qui s’est fait jour, à partir de 1760, au sein même de cette noblesse qui se voulait à la fois ancienne et terrienne, nous semble s’inscrire aussi dans un dessein de reféodalisation du pouvoir provincial. La stimulation académique aidant, certains gentilshommes ont estimé que l’histoire de leur province était une affaire trop sérieuse pour être délaissée à des ecclésiastiques parfois irrespectueux des vérités nobiliaires62 ou à des officiers « moyens », par trop enclins à « exalter l’ordre monarchique et la fidélité au prince »63. Prenant la plume à leur tour, ils l’ont revisitée à la lueur des hauts et moindres faits de leurs ancêtres, et ne se sont pas retenu d’exalter les héritages juridiques et institutionnels qui garantissaient les libertés provinciales. Ainsi, à l’inverse du bénédictin Dom Devienne, qui, dans le premier tome de son Histoire d’Artois, n’avait accordé qu’un coup d’œil furtif aux Etats de cette province, le baron Ange-Rémi Deslyons (1748-1823), qui y avait droit d’entrée, s’attacha à décrire minutieusement l’organisation et le fonctionnement de ce qu’il tenait pour « la meilleure forme d’administration qu’il y [eût] en France »64. L’évocation d’institutions disparues put même revêtir un caractère subversif, à l’exemple du Mémoire pour servir à l’histoire de l’Echiquier ou Parlement Ambulatoire de Normandie, qui fut primé par l’Académie de Rouen, en 1766, avant d’inspirer les conjurés qui, six ans plus tard, ont entraîné deux cents nobles de la province à invoquer la « charte aux Normands » de 1315 pour réclamer le rétablissement conjoint de l’Echiquier et des Etats ; mais la conspiration fit long feu et l’auteur du Mémoire… lui-même se rétracta assez piteusement, en déclarant que ce qu’un Roi avait concédé, son successeur était en droit de l’abroger, « sans en rendre compte à personne »65. Reste que cette « historiographie d’ordre »66 n’a pas peu contribué à reféodaliser les mentalités nobiliaires, ainsi qu’y aspirait ouvertement le vicomte Charles-Gaspard de Toustain-Richebourg : son Essai sur l’Histoire de Normandie depuis l’établissement du premier duc Rollon ou Robert I, jusqu’à la bataille d’Hasting inclusivement, exaltait les heures héroïques de la première féodalité normande, à laquelle sa maison s’enorgueillissait de remonter sa filiation67. Son obsession de faire coïncider passé provincial et passé nobiliaire jusqu’à les rendre fusionnels transparaît encore dans le projet qu’il présenta aux Etats de Bretagne d’ériger des monuments commémoratifs dans les hauts lieux de mémoire de la noblesse bretonne : Auray et le champ du combat des Trente, mais encore Saint-Cast et Camaret68. Cette « nobilisation » systématique de l’histoire n’était pas socialement neutre : ne suggérait-elle pas que les droits politiques des lignages devaient être corrélés à l’ancienneté conjointe de leur ancrage et de leurs illustrations ? A l’évidence, maints historiens bien nés n’ont rien fait pour résorber la fracture des quatre degrés ou des cent ans de noblesse, qui, en 1788-1789, s’est révélée si préjudiciable à la pérennité de l’ordre, ainsi que l’ont compris, mais trop tard, les nobles comtois69 ; de la même main, ils n’ont pas moins résolument nourri la réaction institutionnelle en faveur de la restauration des assemblées d’Etats selon la forme propre à chaque constitution provinciale, sans voir qu’une fraction agissante et contraire avait déjà fait son deuil des libertés provinciales traditionnelles et de la société d’ordres.

  • 70 René-Louis Voyer d’Argenson, Journal et Mémoires, éd. citée, t. IV, p. 141 (extrait des « Maximes d (...)
  • 71 Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, à Amsterdam, chez Marc-Michel Re (...)
  • 72 Ibid., p. 268.
  • 73 Ibid., p. 227.
  • 74 Ibid., pp. 235 et 207.
  • 75 Ibid., p. 264.
  • 76 Ibid., p. 235.
  • 77 [Marquis de Mirabeau], Entretiens d’un jeune prince avec son gouverneur, Londres-Paris, Moutard, 17 (...)
  • 78 Pour reprendre le mot d’Henri Rippert, Le Marquis de Mirabeau (L’Ami des Hommes). Ses théories poli (...)
  • 79 [Marquis de Mirabeau], Théorie de l’impôt, s. l., 1760, pp. 298-299 : « vous ordonnerez, Seigneur, (...)
  • 80 « Dixième lettre de M. B. à M… & la quatrieme sur la Restauration de l’Ordre légal », dans Ephéméri (...)
  • 81 [Dupont de Nemours], Mémoire sur les municipalités, dans Œuvres de Turgot et documents le concernan (...)
  • 82 J. Egret, Le Parlement de Dauphiné et les affaires publiques dans la deuxième moitié du XVIIIe sièc (...)
  • 83 P. Rosanvallon, « Physiocrates », dans F. Furet et M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution (...)

14Dès la décennie 1740, le marquis d’Argenson avait jugé que « c’est une erreur politique de désirer une puissance intermédiaire entre la puissance publique et le peuple. Il ne devrait y avoir que le protecteur et le protégé »70. Quelques années plus tôt encore, dans le secret de son cabinet, il avait laissé libre cours à son égalitarisme pionnier, dénoncé la propension du « corps de la noblesse » à « mépriser et [à] accabler les roturiers qui sont cependant les plus nombreux et les plus laborieux »71, condamné la « détestable maxime du chancelier Duprat » selon laquelle « nulle terre n’est sans seigneur »72, et conçu un « plan de gouvernement » qui divisait le royaume en « départements » de moindre étendue que les généralités73 et confiait aux intendants, entre autres fonctions majeures, le soin de protéger des pressions nobiliaires les « magistrats populaires » que les chefs de familles étaient appelés à désigner « à la tête de […] chaque ville, bourg ou village »74 ; bien qu’encouragée à se réensoucher « dans [ses] terres et dans [les] villes voisines »75, la noblesse ne se voyait offrir, dans cette « démocratie royale », d’autre perspective que de briguer les places d’intendants et de subdélégués, concurremment avec les juges76. La réorganisation territoriale et le recours à l’élection – quoique sur une base socialement plus restreinte que ne l’avait envisagé l’aîné des Argenson – caractérisaient aussi les différents projets de « municipalisation » du royaume qui ont été fécondés par les physiocrates et qui visaient à instaurer un « despotisme légal »77, annonciateur du centralisme jacobin : les Etats provinciaux, de même que les prérogatives des cours souveraines, étaient incompatibles avec leurs plans de réforme administrative et fiscale, et plus encore avec leur conception « éclairée » du pouvoir. Aussi les assemblées qu’ils imaginèrent n’étaient-elles aucunement vouées à consentir à l’impôt, mais à le répartir équitablement entre l’ensemble des propriétaires fonciers. Partant, toute distinction entre les ordres devenait sans objet, si ce n’est nuisible, et « l’Ami des hommes » lui-même, qui, aussitôt après sa « conversion »78 à la doctrine de Quesnay, hésitait encore à sacrifier la trinité des ordres et les assemblées d’Etats79, en vint à s’exclamer : « le Souverain & les Propriétaires du produit net & disponible ; voilà tout ce qui compose l’Etat ! »80 Le Mémoire sur les Municipalités, que Dupont de Nemours rédigea pour le compte de Turgot, en 1775, ne connaissait plus que l’ordre universel des « citoyens propriétaires de revenus fonciers » au moins égaux à six cents livres, à chacun des trois degrés d’administration que devaient former les paroisses, les élections et les généralités81. Que le Roi et la majorité silencieuse de la noblesse ne fussent pas encore enclins à la confusion des ordres n’entrava nullement la détermination de l’avant-garde libérale : on sait avec quel empressement, moins de trois ans après avoir réclamé la restauration des Etats du Dauphiné, sous la forme qui était la leur avant leur « suspension » et qui assurait la part du lion à la noblesse fieffée, les parlementaires grenoblois – dont, il est vrai, beaucoup étaient gagnés aux idées physiocratiques – ont demandé, pour la plus vive satisfaction de Necker, en 1779, la création d’une assemblée provinciale, offrant au tiers une représentation équivalente à celle des deux premiers ordres réunis82. Or, pour autant que les assemblées de ce type, établies à titre expérimental dans les généralités de Bourges et de Montauban, parussent remettre en cause, « pour la première fois », « la vieille logique des ordres »83, il nous semble pouvoir discerner, au sein même des groupes nobiliaires qui y étaient constitués, un point d’équilibre – sinon d’ambiguïté – entre modernité physiocratique et conscience ordinale.

  • 84 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale du Berri tenue à Bourges dans les mois de sept (...)
  • 85 Ibid., pp. 33-34.
  • 86 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale de Haute-Guienne, tenue à Villefranche dans le (...)

15Pour être des grands propriétaires curieux d’innovations et soucieux de profit domanial, les nobles qui ont siégé dans les assemblées du Berry et de Haute-Guyenne semblent s’être regardés avant tout comme des « gentilshommes ». A l’exception du duc Armand-Joseph de Béthune-Charost, aucun d’eux n’était un « grand » du royaume, mais tous associaient une naissance respectée à une solide implantation domaniale. Beaucoup étaient sortis de leur province, à un moment ou à un autre de leur existence, ne fût-ce que pour servir le Roi, et quelques-uns s’étaient même frottés à la vie de Cour ; mais la plupart résidaient sur leurs terres ou dans une ville voisine, et certains s’étaient signalés aux administrateurs royaux par leur attention aux questions économiques. Pleinement disposés à collaborer avec les autres ordres, ils agréèrent la double représentation du tiers et le vote par tête. Convaincus de constituer la sanior pars de leur ordre, ils eurent à cœur de tenir un juste milieu entre l’exclusivisme ploutocratique et l’égalitarisme nobiliaire : les premiers députés nobles du Berry s’accordèrent à considérer que « le Gentilhomme sans seigneurie qualifiée doit convenir qu’il a moins d’intérêt que les autres dans les objets confiés à l’Administration » ; pour autant, l’oligarchie à la mode languedocienne ne rencontrait pas leur faveur : « il paroit répugnant de regarder comme un droit successif, l’honneur d’être associé à l’Administration publique »84. En conséquence, il fut arrêté que leurs rangs ne seraient ouverts qu’aux propriétaires « d’un fief titré ou donnant droit de justice & produisant trois ou quatre mille livres de rente », et, de surcroît, capables de prouver leur noblesse jusqu’à leur trisaïeul, au moyen de deux actes authentiques ou dûment collationnés, pour chaque degré85. Les seize « gentilshommes propriétaires » qui siégèrent dans la première assemblée de Haute-Guyenne ne se montrèrent pas plus disposés à admettre en leur sein des anoblis ni même des arrière-petits-fils d’anoblis : ils s’empressèrent d’instituer une commission des preuves, chargée de tenir le « nobiliaire » de la province et astucieusement ouverte aux autres ordres86, auxquels ils faisaient ainsi endosser la co-responsabilité de leur entreprise de ségrégation généalogique.

Utilité sociale et compétences administratives

  • 87 M.-L. Legay, Les Etats provinciaux…, op. cit., pp. 290-292.

16Que ce fût aux Etats ou dans les assemblées provinciales, ou encore en marge, voire en dehors de ces instances, toute une partie de la noblesse, issue plus souvent des provinces que de la Cour, et que, par commodité, nous qualifierons d’« éclairée » – quand bien même elle n’était pas tout uniment gagnée aux idées libérales ni disposée à sacrifier ses privilèges fiscaux –, s’est appliquée à démontrer sa capacité à œuvrer pour le bien public et à défendre les intérêts locaux, autrement qu’en s’enfermant dans un provincialisme étroit et hostile à l’autorité monarchique, ou qu’en profitant de son influence pour la satisfaction exclusive de ses intérêts privés. Certes, les corps de noblesse de certaines assemblées d’Etats nous offrent maints exemples de crispation identitaire, d’abus de pouvoir ou de trafic d’influence ; ainsi, la façon dont les seigneurs artésiens procédèrent au triage des communaux, avec la bénédiction des Etats, est révélatrice d’une prédation foncière, qui ne s’embarrassait pas de scrupules philanthropiques87. En revanche, d’autres aspects de la participation des nobles, individuellement ou en corps, dans les affaires provinciales paraissent plus convaincants de leur volonté de faire, grâce à elles, leurs preuves d’utilité, de bienfaisance et de compétence.

  • 88 Marquis [Léonce-Louis-Melchior] de Vogüé, Une Famille vivaroise. Histoires d’autrefois racontées à (...)
  • 89 Marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes…, op. cit., t. II, pp. 52-62 (p. 56).
  • 90 Selon une expression de P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’hist (...)
  • 91 Né à Bourges en 1721, décapité à Paris en 1794, le baron de Marivetz a réuni ses différents projets (...)
  • 92 Archives Nationales, F14 708 : mémoire à l’abbé Terray, 2 mai 1771 ; mémoire du baron de Marivetz, (...)
  • 93 Ibid. : Dupré de Saint-Maur au comte de Périgord, gouverneur du Berry, Bourges, 22 janvier 1771.
  • 94 Duc de Béthune-Charost, Mémoire sur la navigation intérieure du Berri, par un des membres de l’admi (...)
  • 95 Mémoire contenant de nouveaux développements sur le projet important relatif au port de Portnic, da (...)
  • 96 A. Bouyer, Histoire de Pornic (Loire-Inférieure). Recherches historiques sur Pornic, 3e édition 195 (...)
  • 97 Robespierre, A la nation artésienne, sur la nécessité de réformer les Etats provinciaux, éd. critiq (...)

17La passion vicinale qui s’est emparée d’une large partie de la noblesse a fécondé une floraison d’initiatives et de projets, parfois somptuaires, qui nous semblent participer du dessein de reconsidérer la province comme une confédération de fiefs, un espace subordonné, et de l’aménager, selon des vues spécifiques, au côté ou parfois même en lieu et place de l’Etat. Dans le Languedoc, l’amélioration des chemins fut une préoccupation d’autant plus précocement partagée par les barons qu’elle compensait la perte de leurs prérogatives politiques ; c’est par l’action de ses Etats particuliers qu’au cours des deux premiers tiers du XVIIIe siècle, le Vivarais s’est couvert de trois cents lieues de routes et de deux cent quatre-vingts ponts88. Dans la plupart des pays d’élections, il fallut attendre le milieu du siècle pour percevoir, dans la noblesse, les premiers signes tangibles d’une conscience édilitaire qui, pour être largement inspirée par l’idéal physiocratique, n’en fut pas moins souvent aiguillonnée par l’impulsion donnée par les administrateurs royaux : dès lors, rares furent les grands et les moindres seigneurs, même absentéistes, qui ne se servirent pas de leur entregent pour obtenir, qui le relèvement d’un pont, qui la réparation ou l’ouverture d’un chemin reliant leur terre à une grande route, comme en témoignent abondamment les archives des intendances. Mais, un changement d’échelle s’observe à partir de la décennie suivante : à la vicinalité de château, s’est superposée une vision des problèmes de circulation, frappée du sceau de la pensée économiste et élargie au cadre de la province, voire à l’ensemble du royaume : il n’importait plus, en tout lieu, que de vivifier des contrées injustement condamnées à languir et d’ouvrir à leurs productions des débouchés insoupçonnés. Ainsi, dans le Berry, province réputée défavorisée entre toutes, que « l’Ami des hommes » avait appelé le « Roi Pasteur » à conquérir « en Ingénieur »89, des nobles moyennement fortunés ne laissèrent pas de succomber à la « fièvre des canaux »90 qui sévissait un peu partout dans le royaume : tandis que le chevalier Heurtault de Bagnoux imaginait de canaliser la Théols, dix-huit gentilshommes et douze propriétaires bourgeois, tous riverains de l’Yèvre et de l’Auron, s’associaient, sous l’égide du baron Claude de Marivetz, inlassable apôtre de la navigation intérieure91, en vue de faire creuser un canal de quelque cent vingt kilomètres entre l’Allier et le Cher92. Que l’intendant Dupré de Saint-Maur doutât du bien-fondé de ces deux projets93 ne dissuada pas le duc de Béthune-Charost de les inclure dans le premier plan de navigation qu’il présenta, en 1780, à la troisième session de l’assemblée berrichonne, et qui visait rien moins qu’à faire de la province un nœud de communications fluviales de dimension nationale94. Le duc n’avait évidemment pas négligé de concilier ses intérêts patrimoniaux avec sa vision macroscopique de la vivification du Berry : aucune de ses propriétés ne se trouvait à l’écart des canaux envisagés, non plus que des nouvelles routes qui devaient conjointement sillonner la province. Une dualité analogue inspirait le mirifique projet de canal entre Nantes et Pornic, défendu par le marquis Clément-Alexandre de Brie-Serrant95 : sous couvert de faciliter le développement du commerce maritime nantais, il avait aussi (si ce n’est d’abord) en vue de stimuler l’activité du port de Pornic et de désenclaver le duché de Retz, qu’il avait acquis en 177196. Cette confusion systématique de l’intérêt général et de l’intérêt privé n’a pas manqué d’abonder des critiques de plus en plus acerbes contre la noblesse, et Robespierre ne se priva pas, en 1789, de livrer à l’opprobre deux ci-devant administrateurs permanents des Etats d’Artois, coupables d’avoir fait construire aux frais de la province deux grandes chaussées, qui, à l’en croire, ne présentaient d’autre utilité que de relier leurs châteaux respectifs à la ville d’Arras97.

  • 98 Marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes…, op. cit., t. II, p. 56.
  • 99 Marquis [Léonce-Louis-Melchior] de Vogüé, Une famille vivaroise…, op. cit., t. II, p. 24.
  • 100 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale de Haute-Guienne, tenue à Villefranche dans le (...)
  • 101 Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale du Berri tenue à Bourges au mois d’octobre 178 (...)
  • 102 Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale du Berri, tenue à Bourges dans les mois de sep (...)
  • 103 A. D. Cher, C 1458 et 1459.
  • 104 A. D. Cher, C 1458 : M. de Ribote du Bois-Herpin au duc de Béthune-Charost, 10 décembre 1780.
  • 105 Par exemple, le marquis de Bigny, qui acquittait 1 870 livres de vingtièmes, se contenta de promett (...)
  • 106 Jean-Etienne-Marie Portalis, De l’usage et de l’abus de l’esprit philosophique durant le XVIIIe siè (...)
  • 107 Soit 162 557 livres et 5 sols (A. D. Cher, C 1145).
  • 108 Soit 236 900 livres par an entre 1781 et 1786 (Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale (...)
  • 109 Au vu des adjudications passées entre 1781 et 1783, le coût moyen d’une lieue neuve s’élevait à 24  (...)
  • 110 Alfred Gandilhon, Cahiers de doléances du bailliage de Bourges et des bailliages secondaires de Vie (...)

18Si les travaux routiers s’avéraient moins onéreux que les projets de canaux, leurs promoteurs ignoraient de moins en moins que leur réalisation pouvait les rendre très impopulaires auprès de paysans qui en supportaient presque toute la charge, que ce fût sous la forme de la corvée ou sous celle d’un supplément de taille. Le recours à la corvée – cette « abomination de la désolation sur les campagnes », selon « l’Ami des hommes »98 – semblait haïssable aux esprits éclairés, qui, pour la plupart, se flattaient de l’avoir abolie dans leurs propres terres ; non contents de la juger incompatible avec leur conception de la bienfaisance seigneuriale, ils en vinrent à considérer que celle-ci leur imposait de démontrer leur amour du bien public de façon sonnante et trébuchante. Il serait souhaitable de pouvoir préciser où, quand et comment s’est répandu l’évergétisme nobiliaire. Toujours est-il que ce n’est peut-être pas le fait du hasard si l’une des premières manifestations que nous en ayons repérée ait eu pour cadre un pays d’Etats : dès les années 1720, le marquis Cérice-François de Vogüé (1683-1739) fournit des fonds pour l’amélioration de la route de Viviers au Puy, qui traversait ses domaines99. Au mitan du siècle, ces contributions volontaires devinrent moins rares, y compris dans les pays d’élections. Certes, tous les propriétaires de fiefs ne passèrent pas instantanément de l’âge de la prédation péagère à celui de l’évergétisme voyer : la majorité des nobles bretons paraissent avoir été totalement réfractaires à cette évolution, si l’on s’en rapporte au constat de l’intendant Bertrand de Molleville, en 1787 ; mais, à l’échelon local, le relèvement d’un pont ou la réparation d’un chemin, en tout ou partie aux frais du seigneur, révèle une conception modernisée de la protection seigneuriale, s’étendant désormais aux intérêts économiques de la communauté locale tout entière. Dans le Quercy et le Rouergue, cet évergétisme vicinal ne s’est nullement borné aux membres de l’Assemblée provinciale100. En Berry, le duc de Béthune-Charost semble avoir fait preuve d’une générosité insigne, en allouant 10 000 livres pour la reconstruction du pont de Saint-Florent, et encore 12 750 livres pour la réfection de plusieurs chemins irriguant ses propriétés101 ; au total, il a fourni, à lui seul, 18,58 % des sommes versées par les particuliers et les communautés d’habitants pour financer des ateliers de charité. Toutefois, l’achèvement des routes royales ne semble pas avoir suscité un engouement de même ampleur : les membres nobles de l’Assemblée provinciale ne réunirent d’abord que 17 000 livres, alors que le clergé promit un montant quatre fois supérieur102 ; une souscription fut donc lancée auprès de tous les privilégiés laïcs : cent trente-cinq gentilshommes, dames et demoiselles y répondirent, mais, si beaucoup de hobereaux impécunieux protestèrent de leur intérêt pour la cause du désenclavement provincial et offrirent des contributions symboliques – soixante-seize, soit 56,29 %, étaient inférieures à cent livres103 –, en ayant l’élégance de regretter de ne pas posséder « autant de bien que de bonne volonté »104, certains seigneurs plus aisés rechignèrent à verser le dixième de leurs revenus fonciers, ainsi qu’ils y avaient été invités105. Cet évergétisme nobiliaire ne laissa pourtant pas d’impressionner Portalis, qui y vit la preuve que, « plus on unit les hommes aux besoins de l’Etat, plus on les dispose à concourir, par leurs travaux et par leurs sacrifices, au bien de leur patrie »106 ; or, il n’en demeurait pas moins relatif : la somme des dons promis par les gentilshommes du Berry pour la durée de l’exercice 1781-1786 – soit 46 469 livres – n’était nullement négligeable par comparaison au montant de la capitation noble pendant la même période107, dont elle représentait 28,58 %, mais elle n’équivalait qu’à 3,26 % du produit de l’imposition roturière que l’Assemblée provinciale avait prévu d’affecter aux travaux routiers108 ; partant, elle ne couvrait la construction que de 7,4 kilomètres de chaussée neuve109. Que l’effort pécuniaire des privilégiés en général et des gentilshommes en particulier fût jugé insuffisant par la multitude des taillables et corvéables, c’est ce qui ressort de plusieurs cahiers de doléances du tiers état berrichon, dont les rédacteurs n’eurent pas de mots assez vigoureux pour exprimer leur hostilité envers des travaux qui profitaient surtout aux membres des deux premiers ordres110.

  • 111 Cité par G. Weurlersse, La Physiocratie à l’aube de la Révolution, Paris, E.H.E.S.S., 1985, p. 213.
  • 112 Pour reprendre une formule de M.-L. Legay, Les Etats provinciaux…, op. cit., p. 262.
  • 113 Ibid., pp. 263-264.
  • 114 Marquis [Léonce-Louis-Melchior] de Vogüé, Une famille vivaroise…, op. cit., t. II, pp. 231-232.
  • 115 Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale du Berri, tenue à Bourges dans les mois de sep (...)
  • 116 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale de Haute-Guienne, tenue à Villefranche dans le (...)
  • 117 A. Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’Etat moderne, 1559-166 (...)

19Par-delà le souci de montrer leur « amour du bien public », les nobles éclairés n’ont pas eu moins à cœur de prouver leurs talents et leur compétence – laquelle leur était souvent déniée, comme en témoigne cette réflexion acerbe du marquis de Mirabeau, en date du 4 avril 1788 : « soit dans ce qui s’appelle la grande, soit dans la petite noblesse, il n’y a pas un bon sujet sur cent, et il y en a au moins soixante de détestables »111 –, y compris dans des domaines où on ne les attendait pas : le désir de rivaliser avec la technostructure monarchique transparaît avec force dans la façon dont certains ont investi le pré-carré des ingénieurs et des administrateurs royaux. Les assemblées d’Etats ont engendré des vocations administratives qui dépassaient « la tradition familiale de service »112 ; par exemple, en Artois, où, à l’encontre d’un Charles-François-Hubert de Coupigny, qui ne se souciait guère d’équilibrer les finances de la province, Adrien-Antoine Bloquel de Croix, baron de Wismes, qui fut commissaire aux fonds à plusieurs reprises, se distingua comme l’archétype du noble administrateur113. Nombre de promoteurs de canaux et de routes se sont appliqués à démontrer le bien-fondé de leurs projets en se livrant à un travail de bureau d’études, dont les ingénieurs du Roi ont parfois salué la qualité. D’autres se sont saisi de matières aussi hétéroclites que les haras, le traitement des épizooties, l’assistance aux pauvres, l’organisation des milices provinciales, l’enseignement de l’obstétrique et l’amélioration de l’agriculture. Certains même se sont ingéniés à résoudre des problèmes aussi ardus que le financement des travaux publics : en 1770, le marquis Charles-François-Elzéar de Vogüé (1713-1782) élabora un plan de répartition des charges voyères sur l’ensemble des communautés du Vivarais, qui désarçonna les Etats particuliers de ce « pays » par sa hardiesse, mais n’en reposait pas moins sur une connaissance réelle et une évaluation précise des contraintes géographiques et financières114 ; en 1780, Louis-César de Bonneval démontra par force calculs à l’Assemblée provinciale du Berry le mauvais rendement de la corvée, qui ne permettait de construire que deux à trois lieues de chaussée par an et de n’en réparer que trois ou quatre, et les avantages qu’il y avait lieu d’escompter de son remplacement par une taxe115. Des questions fiscales d’envergure n’ont pas non plus rebuté des gentilshommes qui ne possédaient pourtant pas la compétence professionnelle d’un Lavoisier en la matière ; par exemple le plan que présenta le comte d’Adhémar de Panat à l’Assemblée provinciale de Haute-Guyenne, en 1779, afin de réduire les disparités fiscales entre les communautés sans procéder à la réfection générale et immédiate des cadastres, tenue pour dispendieuse et inquisitoriale, fut salué comme un modèle de sens pratique116. Au total, il apparaît que le foisonnement de mémoires, de rapports, de projets, nourris par des lectures et une réflexion souvent approfondies, ne doit pas seulement être mis au compte de l’acquisition nouvelle d’une culture méritocratique : en tenant la plume en main, ces nobles d’épée entendaient remporter la revanche de la « bataille de la compétence », que, selon le constat de Mme Arlette Jouanna, leurs ancêtres avaient « perdue », deux siècles plus tôt117.

  • 118 H. Taine, Les Origines de la France contemporaine, Paris, R. Laffont, coll. Bouquins, 1986, t. I, p (...)
  • 119 Cité par W. Mager, art. cité, p. 501.

20Est-ce pour cela que Taine a estimé que « jamais l’aristocratie n’a été si digne du pouvoir qu’au moment où elle allait le perdre »118 ? Assurément, l’action provinciale a donné des ailes à nombre de ses membres, qui, « redeven[us] des hommes publics », nourrissaient des ambitions plus vastes : le procureur général Joly de Fleury ne relevait-il pas en 1779 que « chaque gentilhomme [se croyait] capable de gouverner l’Etat »119 ?

21Reste à savoir si ceux des nobles qui, à défaut de « gouverner l’Etat », ont investi le pouvoir provincial, partout où cela leur fut possible, à la veille de la Révolution, ont agi ad majorem corporis gloriam, ou en tant qu’individus prêts à se fondre et à se confondre dans une élite politique et sociale de type censitaire, constituée de grands détenteurs du sol que ne dissociaient plus les appartenances d’ordres. Les assemblées provinciales du Berry et de la Haute-Guyenne ont démontré la capacité des « propriétaires » des trois ordres à travailler de concert pour le bien commun et à la plus grande satisfaction des idéologues libéraux ; des figures de proue ont émergé des rangs du second ordre, apparemment plus à cause de leurs talents que de leur naissance. Toutefois, quelques indices – comme la souscription particulière des gentilshommes du Berry en faveur des grandes routes ou le projet de nobiliaire de Haute-Guyenne – nous semblent plaider en faveur de la permanence d’un esprit d’ordre. On remarquera que les Constituants en ont d’autant moins douté – et, même, ont d’autant plus redouté la résurgence d’une suprématie aristocratique à l’échelon local – qu’ils se sont empressés d’abolir, presque du même trait de plume, la noblesse et les provinces.

  • 120 La plèbe nobiliaire, qui ne se distinguait des paysans de son voisinage que par le privilège fiscal (...)
  • 121 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Les Belles Let (...)

22La réinvention nobiliaire de la province a donc tourné court, si bien qu’il est difficile de conjecturer quelle option l’aurait emporté : la néoféodale ou la physiocrate ? La réactionnaire ou la libérale ? Celle qui défendait la suprématie d’ordre ou celle qui tendait à la « fusion des élites » ? Mais on doit aussi remarquer que ces options – en apparence contradictoires – ont conjointement donné à l’ordre noble, presque tout entier120, les moyens de se perpétuer au-delà de sa mort civile. A bien des égards, le XIXe siècle n’a rien « inventé » : renouveau des attaches terriennes et regain d’intérêt pour le profit foncier, souci du bien public et de l’utilité sociale, intériorisation du mérite individuel, patronage et évergétisme, identification à la petite patrie provinciale et « historiographie d’ordre », tous ces ingrédients de la « réinvention nobiliaire »121, procédant de la synthèse, selon divers degrés de dosage, des solutions néoféodales et libérales, ont composé, dès avant la chute de l’Ancien Régime, un nouveau modèle social et politique qui ne demandait qu’à être expérimenté. Dès lors, pour parodier cette forte maxime du prince Salina, il suffisait seulement que tout changeât pour que rien ne changeât !

Notes

1 M. Marraud, La Noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 2001, p. 32.

2 Selon que l’on évalue ses effectifs à cent vingt mille ou à trois cent mille personnes.

3 M. Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », dans Traditions et innovations dans la société française du XVIIIe siècle, Bulletin de l’Association des historiens modernistes des universités, no 18, 1994, pp. 97-121.

4 P. de Vaissière, Gentilshommes campagnards de l’ancienne France, Paris, 1903 (rééd. Etrépilly, Christian de Bartillat, 1986), pp. 261-309.

5 Selon l’expression de J.-P. Labatut, Les Ducs et pairs de France au XVIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1972, p. 257.

6 M. Marraud, La Noblesse de Paris…, op. cit., pp. 51-53. On notera que même des magistrats aussi sourcilleux sur le chapitre de l’identité provinciale que ceux de Rennes ont finalement succombé aux attraits de la capitale (J. Meyer, La Noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1966, t. II, pp. 989, 991 et 1125).

7 Ainsi en Béarn, en Dauphiné, en Normandie et en Provence. Voir, respectivement, Christian Desplat, Pau et le Béarn au XVIIIe siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, Pau, J & D Editions, 1992, t. I, pp. 527-570, et t. II, pp. 1025-1031 et 1253-1263 ; Frédéric Bidouze, Les Remontrances du Parlement de Navarre au XVIIIe siècle. Essai sur une culture politique en province au siècle des Lumières, Anglet, Atlantica, 2000, pp. 233-277 ; Clarisse Coulomb, Les Pères de la Patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, Grenoble, Presses Universitaires, 2006, pp. 267, 272-273, 276-279 ; Guy Lemarchand, « La conception de la monarchie française selon les remontrances du parlement de Rouen à la fin de l’Ancien Régime », dans R. Bourderon (s. d.), Saint-Denis ou le jugement dernier des rois, Saint-Denis, Editions PSD, 1993, pp. 31-40 ; Monique Cubells, « Le parlement de Provence et le particularisme provincial au XVIIIe siècle », dans Les Parlements de province. Pouvoirs, justice et société du XVe au XVIIIe siècle, textes réunis par Jacques Poumarède et Jack Thomas, Toulouse, Franrespa, 1996, pp. 777-791.

8 W. Mager, « De la noblesse à la notabilité. La formation des notables sous l’Ancien Régime et la crise de la Monarchie Absolue », Histoire, économie et société, 12e année, 1993, no 4, pp. 487-506 (p. 491).

9 P. Barrière, L’Académie de Bordeaux, centre de culture internationale au XVIIIe siècle (1712-1792), Bordeaux-Paris, Bière, 1951, pp. 3-8, 35-36, 83 et 308-309.

10 Montesquieu, De l’esprit des lois, dans Œuvres complètes, publiées par R. Caillois, Paris, Gallimard, bibl. de la Pléiade, 1951, t. II, pp. 237-995 (p. 288).

11 P. de Vaissière, Gentilshommes campagnards…, op. cit., pp. 186-213.

12 Marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes ou traité de la population, Avignon, 1756 [Paris, Herrissant, 1757], t. I, ch. V à VII.

13 Ainsi pour René-Louis, marquis de Girardin, De la composition des paysages ou Des moyens d’embellir la Nature autour des Habitations, en joignant l’agréable à l’utile, à Genève, chez P.-M. Delaguette, 1777 ; rééd. Seyssel, Champ Vallon, 1992.

14 R. Baury, « La cabane et le château », dans Le Château et la nature. Actes des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, les 24, 25 et 26 septembre 2004, textes réunis par A.-M. Cocula et M. Combet, Bordeaux, 2005, pp. 195-220.

15 S. Le Ménahèze, L’Invention du jardin romantique en France 1761-1808, Neuilly-sur-Seine, 2001, pp. 476 et 528.

16 R. Baury, « Châteaux et châtelains de France au miroir des légendes », dans Château et imaginaire. Actes des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord les 29, 30 septembre et 1 er octobre 2000, Bordeaux, 2001, pp. 97-132 (pp. 120-128).

17 Pour reprendre le titre de l’ouvrage du marquis de Lezay-Marnésia, publié à Neuchâtel et à Paris, en 1785.

18 Marquis de Lezay-Marnésia, « Epître à mon curé », dans Essai sur la nature champêtre. En vers avec des notes, Paris, 1787, p. 191. Voir, à son propos, Roland-Guy Bonnel, Ethique et esthétique du retour à la campagne au XVIIIe siècle. L’œuvre littéraire et utopique de Lezay-Marnésia 1735-1800, New York, P. Lang, 1995.

19 L. de Loménie, Les Mirabeau. Nouvelles études sur la société française du XVIIIe siècle, Paris, E. Dentu, 1879, t. II, p. 77.

20 [Paul-Henri Thiry d’Holbach], Ethocratie ou le gouvernement fondé sur la morale, à Amsterdam, chez Marc-Michel Rey, 1776, p. 140.

21 [Marquis de Mirabeau], Mémoire sur les Etats provinciaux, s. l., 1757, p. 116.

22 [Dupont de Nemours], « Critique raisonnée » des Saisons de Saint-Lambert, dans Ephémérides du citoyen ou bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques, année 1769, t. III, pp. 133-158.

23 Archives Bonneval, 1er fonds, carton 13, pièce no 1495 : lettre de Louis-César de Bonneval au comte André de Bonneval, Bourges, 19 février 1768.

24 R.-G. Bonnel, Ethique et esthétique…, op. cit., pp. 79 et 191.

25 L. de Loménie, Les Mirabeau…, op. cit., Paris, E. Dentu, 1879, t. I, p. 430.

26 Ibid., p. 459 : lettre du marquis de Mirabeau à son frère le bailli, février 1755.

27 Pour reprendre une de ses propres expressions, tirée d’une lettre à son frère, en date à Paris du 4 juillet 1767 (Lettres inédites de « L’Ami des hommes » et du bailli de Mirabeau, publiées par L. de Berluc-Perussis, Digne, Impr. Chapoul et Ve Barbaroux, 1889, p. 40).

28 M. Vovelle, « Mirabeau et Beaumont : deux communautés paysannes face à leur seigneur », Les Mirabeau et leur temps, actes du colloque d’Aix-en-Provence, Paris, Société des Etudes Robespierristes, Centre aixois d’études et de recherches sur le XVIIIe siècle, 1968, pp. 21-22.

29 J. Péret, Seigneurs et seigneuries en Gâtine poitevine. Le duché de La Meilleraye, XVIIe-XVIIIe siècle, Poitiers, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e série, t. XIII, 1976, pp. 54 et 91.

30 J.-F. Labourdette, Fortune et administration des biens des La Trémoille au XVIIIe siècle, thèse de 3e cycle, Université de Nantes, 1974, pp. 612-613.

31 J.-D. de La Rochefoucauld, C. Wolikow, G. Ikni, Le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt 1747-1827. De Louis XV à Charles X. Un grand seigneur patriote et le mouvement populaire, Paris, Perrin, 1980, pp. 106-139.

32 Ibid., pp. 105-106 : lettre du 22 février 1787.

33 Evoquées dans ce volume par Agnès Ravel-Cordonnier, elles peuvent être plus précisément approchées grâce à l’étude de R. Dauvergne, Les Biens et résidences du maréchal de Croÿ (1718-1784), Paris, Ivry-sur-Seine, Condé, Paris, 1950.

34 Prince de Montbarrey, Mémoires autographes…, Paris, Eymery-Rousseau, t. I, pp. 296, 299-300, 331, 337-338, 345, 350, 356 ; t. II, pp. 56, 122.

35 A.-F. Silvestre, Notice biographique sur Armand Béthune-Charost, lue au Lycée Républicain, le 3e Frimaire an IX, s.l.n.d. (1800).

36 J.-F. Labourdette, Fortune et administration…, op. cit., pp. 685-695 ; C. Desplat, Pau et le Béarn…, op. cit., t. II, p. 1263.

37 Comme en témoignent les réflexions du marquis d’Argenson, qui prophétisait, à la date du 9 juillet 1750 : « Ceci n’est que le commencement des livres de cette nature qui vont paraître » (Journal et Mémoires, publiés par E.-J.-B. Rathery, Paris, Société de l’Histoire de France, 1859-1867, t. VI, p. 221.

38 M. Marion, Machault d’Arnouville. Etude sur l’histoire du contrôle général des finances de 1749 à 1754, Paris, Hachette, 1891, pp. 93-114 et 152-156.

39 [J.-B. Naveau], Le Financier citoyen, s. l., 1757, 2 vol.

40 M.-L. Legay, Les Etats provinciaux dans la construction de l’Etat moderne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2001, p. 324.

41 [Mirabeau], Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, Rome, 1750, pp. 17, 27, 35.

42 [Mirabeau], Mémoire sur les Etats provinciaux, s.l., 1757, p. 2.

43 Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, pp. 21 et 23-24.

44 Ibid., pp. 9-10.

45 Ibid., p. 14.

46 Ibid., pp. 18-19.

47 Ibid., p. 24.

48 Ibid., pp. 27-29.

49 Ibid., pp. 29-33.

50 Mémoire sur les Etats provinciaux, pp. 34-35.

51 Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, pp. 5, 22 et 36-43.

52 L. de Loménie, Les Mirabeau…, op. cit., t. II, pp. 90-92.

53 Mirabeau, L’Ami des hommes…, op. cit., t. I, p. 234.

54 Saint-Simon, Projets de gouvernement résolus par Mgr le duc de Bourgogne dauphin, après y avoir mûrement pensé, dans Traités politiques et autres écrits, publiés par Y. Coirault, Paris, Gallimard, bibl. de la Pléiade, 1996, p. 351.

55 Mémoire concernant l’utilité des Etats provinciaux, pp. 28-29.

56 Mémoire sur les Etats provinciaux, p. 43.

57 Fénelon, Plans de gouvernement dits Tables de Chaulnes (novembre 1711), dans Œuvres, publiées par J. Le Brun, Paris, Gallimard, bibl. de la Pléiade, 1983-1997, t. II, p. 1089.

58 Mémoire sur les Etats provinciaux, p. 113.

59 Ibid., p. 131.

60 Ibid., pp. 42-43.

61 Ibid., pp. 119-120.

62 On songe ici à la campagne orchestrée par la Maison de Rohan contre Dom Lobineau, qui avait mis en doute l’authenticité de Conan Mériadec ; cf. Maurice Lecomte, Les Bénédictins et l’histoire des provinces aux XVIIe et XVIIIe siècles, Ligugé, Abbaye Saint-Martin, 1928, pp. 16-17 ; et J. Meyer, « Les difficultés de l’histoire bretonne au XVIIIe siècle », introduction à Dom Hyacinthe Morice, Mémoire pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, Editions du Palais Royal, 1976, t. I, pp. III-XVI.

63 Elie Haddad, « Les histoires provinciales du royaume de France : une approche de la culture des officiers « moyens » aux XVIIe-XVIIIe siècles », dans M. Cassan (s. d.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture, Limoges, PULIM, 2004, pp. 289-324 (p. 305).

64 Baron Deslyons, Histoire générale de la province d’Artois, s. l., 1785, t. I, 2e fascicule ; à propos de cet auteur, voir O. Barubé, « Historiographie provinciale et critique de l’Ancien Régime : le cas du baron Deslyons (1748-1823) », dans Arras à la veille de la Révolution. Traditions et Lumières. Mémoires de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras, 6e série, t. I, Arras, 1990, pp. 149-164.

65 Aristide Joly, Une conspiration de la noblesse normande au dix-huitième siècle d’après des documents inédits, Caen, E. Le Gost-Clérisse, 1865, 70 p.

66 Pour reprendre un concept de Ch.-O. Carbonell, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, pp. 236-238.

67 Charles-Gaspard de Toustain-Richebourg, Essai sur l’histoire de Normandie…, Amsterdam [Paris], 1766, p. 197.

68 [Charles-Gaspard de Toustain-Richebourg], Mes rêves, à Amsterdam, chez Markus & Arkstée, 1772, pp. 75-80.

69 J. Egret, « La révolution aristocratique en Franche-Comté et son échec (1788-1789) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. I, 1954, pp. 245-271.

70 René-Louis Voyer d’Argenson, Journal et Mémoires, éd. citée, t. IV, p. 141 (extrait des « Maximes du ministère des affaires étrangères »).

71 Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, à Amsterdam, chez Marc-Michel Rey, 1764, pp. 5-6. La rédaction de cet ouvrage est datée de 1737.

72 Ibid., p. 268.

73 Ibid., p. 227.

74 Ibid., pp. 235 et 207.

75 Ibid., p. 264.

76 Ibid., p. 235.

77 [Marquis de Mirabeau], Entretiens d’un jeune prince avec son gouverneur, Londres-Paris, Moutard, 1785, t. III, p. 35.

78 Pour reprendre le mot d’Henri Rippert, Le Marquis de Mirabeau (L’Ami des Hommes). Ses théories politiques et économiques, Paris, Arthur Rousseau, 1901, p. 249.

79 [Marquis de Mirabeau], Théorie de l’impôt, s. l., 1760, pp. 298-299 : « vous ordonnerez, Seigneur, à tous les Gouvernemens de vos Provinces, de convoquer dans la Capitale de chacune d’elles, l’Assemblée des Trois-états. Ces Assemblées dans les pays où l’on conserve des registres de leur ancienne forme, s’y conformeront & rentreront dans leurs anciens droits […]. Les autres proposeront entr’eux la forme qui leur paroîtra le plus convenables à leurs besoins, soit à l’instar de leurs voisins, soit d’une maniere plus simple, selon l’étendue de leur territoire & de leurs futures fonctions ».

80 « Dixième lettre de M. B. à M… & la quatrieme sur la Restauration de l’Ordre légal », dans Ephémérides du citoyen ou bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques, année 1768, t. VI, p. 68.

81 [Dupont de Nemours], Mémoire sur les municipalités, dans Œuvres de Turgot et documents le concernant, publiés par Gustave Schelle, Paris, F. Alcan, 1913-1923, t. IV, pp. 574-621 (pp. 583-586, 595-597, 606, 611).

82 J. Egret, Le Parlement de Dauphiné et les affaires publiques dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Grenoble, Impr. Allier, 1942, t. II, pp. 125-140.

83 P. Rosanvallon, « Physiocrates », dans F. Furet et M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, pp. 813-819 (pp. 815-816).

84 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale du Berri tenue à Bourges dans les mois de septembre et octobre 1780, précédé du projet de règlement proposé par cette administration et des détails relatifs aux principaux objets qui ont occupé les assemblées de 1778 et 1779, Bourges, Cristo, 1781, pp. 17-18.

85 Ibid., pp. 33-34.

86 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale de Haute-Guienne, tenue à Villefranche dans les mois de septembre & octobre 1779, Paris, chez Crapart, 1787, pp. 115-116.

87 M.-L. Legay, Les Etats provinciaux…, op. cit., pp. 290-292.

88 Marquis [Léonce-Louis-Melchior] de Vogüé, Une Famille vivaroise. Histoires d’autrefois racontées à ses enfants, Paris, H. Champion, 1912, t. II, p. 230.

89 Marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes…, op. cit., t. II, pp. 52-62 (p. 56).

90 Selon une expression de P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France du XVIIe siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1960, p. 87.

91 Né à Bourges en 1721, décapité à Paris en 1794, le baron de Marivetz a réuni ses différents projets dans ses Observations sur quelques objets d’utilité publique, pour servir de prospectus à la seconde partie de la Physique du monde, ou à la Carte hydrographique de la France, & au Traité général de la navigation intérieure de ce royaume, publiées à Paris, en 1786.

92 Archives Nationales, F14 708 : mémoire à l’abbé Terray, 2 mai 1771 ; mémoire du baron de Marivetz, 1772.

93 Ibid. : Dupré de Saint-Maur au comte de Périgord, gouverneur du Berry, Bourges, 22 janvier 1771.

94 Duc de Béthune-Charost, Mémoire sur la navigation intérieure du Berri, par un des membres de l’administration provinciale de cette généralité, lu à l’assemblée de 1780, et inséré au procès-verbal de ses séances, 1781. Ce plan projetait, non seulement, de rendre navigables l’Yèvre, le Cher, l’Indre et la Creuse, mais encore de percer deux canaux, l’un destiné à mettre Bourges en communication avec la Loire et l’Allier, le second appelé à traverser la Champagne berrichonne en diagonale pour joindre le Cher à l’Indre et à la Creuse, de sorte que la capitale de la province devînt la plaque tournante du trafic fluvial entre le Rhin, l’Océan, la Garonne et la Méditerranée.

95 Mémoire contenant de nouveaux développements sur le projet important relatif au port de Portnic, dans le pays de Retz en Bretagne, & à un canal de navigation de Nantes à la mer par Portnic…, à Paris, de l’imprimerie de G. Desprez, 1789, 41 p.

96 A. Bouyer, Histoire de Pornic (Loire-Inférieure). Recherches historiques sur Pornic, 3e édition 1951, pp. 45-47.

97 Robespierre, A la nation artésienne, sur la nécessité de réformer les Etats provinciaux, éd. critique par M. -L. Legay, Mémoires de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, t. XXXV, Arras, 2002, pp. 75-76.

98 Marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes…, op. cit., t. II, p. 56.

99 Marquis [Léonce-Louis-Melchior] de Vogüé, Une famille vivaroise…, op. cit., t. II, p. 24.

100 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale de Haute-Guienne, tenue à Villefranche dans les mois de septembre & d’octobre 1780, pp. 108-115

101 Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale du Berri tenue à Bourges au mois d’octobre 1786, Bourges-Paris, 1787, pp. 175, 213, 215, 216 et 218.

102 Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale du Berri, tenue à Bourges dans les mois de septembre et octobre 1780…, Bourges, B. Cristo, 1781, p. 150.

103 A. D. Cher, C 1458 et 1459.

104 A. D. Cher, C 1458 : M. de Ribote du Bois-Herpin au duc de Béthune-Charost, 10 décembre 1780.

105 Par exemple, le marquis de Bigny, qui acquittait 1 870 livres de vingtièmes, se contenta de promettre 600 livres (Ibid. : lettre au duc de Béthune-Charost, 12 novembre 1780).

106 Jean-Etienne-Marie Portalis, De l’usage et de l’abus de l’esprit philosophique durant le XVIIIe siècle, Paris, Moutardier, 1834 (3e éd.), t. II, pp. 225-226.

107 Soit 162 557 livres et 5 sols (A. D. Cher, C 1145).

108 Soit 236 900 livres par an entre 1781 et 1786 (Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale du Berri, tenue à Bourges dans les mois de septembre et octobre 1780…, p. 210).

109 Au vu des adjudications passées entre 1781 et 1783, le coût moyen d’une lieue neuve s’élevait à 24 945 livres, 16 sols et 8 deniers (Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale tenue à Bourges au mois d’octobre 1783, Bourges, B. Cristo, 1784, « Relevé des adjudications… », entre les pp. 62 et 63).

110 Alfred Gandilhon, Cahiers de doléances du bailliage de Bourges et des bailliages secondaires de Vierzon et d’Henrichemont pour les Etats généraux de 1789, Bourges, Ve Tardy-Pigelet, 1910, pp. 58, 98, 100, 107, 129, 140-141, 145, 153-154, 194, 217, 227, 252, 293, 380, 382, 446, 459, 468, 491-492, 521, 605-606.

111 Cité par G. Weurlersse, La Physiocratie à l’aube de la Révolution, Paris, E.H.E.S.S., 1985, p. 213.

112 Pour reprendre une formule de M.-L. Legay, Les Etats provinciaux…, op. cit., p. 262.

113 Ibid., pp. 263-264.

114 Marquis [Léonce-Louis-Melchior] de Vogüé, Une famille vivaroise…, op. cit., t. II, pp. 231-232.

115 Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale du Berri, tenue à Bourges dans les mois de septembre et octobre 1780…, op. cit., pp. 130-134.

116 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale de Haute-Guienne, tenue à Villefranche dans les mois de septembre & octobre 1779, pp. 75-103.

117 A. Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’Etat moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989, p. 392. Voir aussi pp. 63-64.

118 H. Taine, Les Origines de la France contemporaine, Paris, R. Laffont, coll. Bouquins, 1986, t. I, pp. 223-224.

119 Cité par W. Mager, art. cité, p. 501.

120 La plèbe nobiliaire, qui ne se distinguait des paysans de son voisinage que par le privilège fiscal, ne pouvait être que la laissée pour compte – oserait-on dire : la victime expiatoire ? – du passage à la société des notables.

121 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Les Belles Lettres, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1992, 2 t.

Auteur

Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540