Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la décentralisation

 | 
Roger Baury
, 
Marie-Laure Legay

– I – Des noblesses en quête d’idéal politique, administratif et territorial

Le rôle des corps intermédiaires dans la pensée de Gaetano Filangieri

Valeria Ferrari

Texte intégral

  • 1 Gaetano Filangieri, La Scienza della legislazione (éd. par A. Trampus), édition critique dirigée pa (...)
  • 2 F. Venturi, « Gaetano Filangieri », nota Introduttiva, in Gaetano Filangieri. Scritti (éd. par F. V (...)

1« Voilà le vrai aspect par lequel on doit observer la noblesse des monarchies. Elle doit être un corps lumineux, mais non pas puissant ; elle doit avoir certaines prérogatives d’honneur, mais aucune d’empire ; elle doit orner le trône, mais ne pas en diviser le pouvoir ; elle doit plutôt être considérée comme un effet des lois des opinions favorisées par la constitution du gouvernement, que comme une partie nécessaire du corps politique »1. C’est ainsi que s’exprimait, dans le troisième livre de sa Scienza de la legislazione (Science de la législation), le chevalier Gaetano Filangieri, le troisième de onze enfants de l’ancienne famille des princes d’Arianello, « dont le lustre » – comme il l’écrira dans une lettre à Benjamin Franklin – était « bien plus grand que ses richesses »2.

  • 3 D. Fiorot, Introduzione a A. Andreatta, Le Americhe di Gaetano Filangieri, Naples, ESI, 1995, pp. 3 (...)

2Dirigé dès son enfance vers la carrière militaire, il eut à cinq ans le grade de porte-drapeau dans le régiment d’Abruzzo Ultra et à quinze ans, celui de sous-lieutenant du régiment d’infanterie du Sannio. Plus tard, sous la houlette du prêtre janséniste Luca Nicola De Luca, futur évêque de Muro Lucano, le jeune cadet entreprit des études humanistes et plus particulièrement historiques, apprenant en outre de son maître, comme il le reconnaîtra par la suite, une vie faite de rigueur et d’austérité, « l’habitude au travail », c’est-à-dire à l’étude (il y passera jusqu’à douze heures par jour), et un « amour de la gloire très fermenté », visant exclusivement la recherche du bien commun3.

  • 4 Du fait de la mort de Gaetano Filangieri, survenue à Vico Equense le 21 juillet 1788, les deux dern (...)

3Après la publication de quelques écrits mineurs, la monumentale Science de la législation représente le résultat final du travail de recherche entrepris avec un dévouement passionné par Filangieri sous la direction de De Luca. Publiée en plusieurs volumes entre 1780 et 1788, mais restée inachevée par suite de la disparition précoce, à trente-cinq ans, de son auteur, cette œuvre, ainsi qu’il l’écrit dans son « dessein préliminaire », aurait dû être composée de sept livres comportant : 1) les normes générales ; 2) les lois politiques et économiques ; 3) le droit et la procédure pénale ; 4) l’éducation ; 5) la religion ; 6) la propriété ; 7) la puissance paternelle et le bon ordre de la famille4.

  • 5 Sur cet aspect de l’œuvre de Filangieri, cf. S. Cotta, Gaetano Filangieri e il problema della legge (...)
  • 6 « Préface du traducteur » à G. Filangieri, La science de la législation, 7 vol., Paris, 1786-91, vo (...)
  • 7 L’auteur de cette définition, le juriste et parlementaire parisien Antoine d’Hellerin (qui fut auss (...)
  • 8 G. Filangieri, La Scienza della legislazione…, op. cit., vol. I, p. 23.

4Reposant sur l’opposition au principe qui affirmait que « la seule règle de la législation est la volonté du législateur », concept considéré par Filangieri comme la source de tous les régimes despotiques de l’histoire – car la loi, à son avis, ne devait être rien d’autre que l’expression de la « raison universelle » visant la poursuite du « bonheur public »5 –, la Science de la législation fut, dès la parution des premiers tomes qui la composaient, l’un des plus grands succès éditoriaux de l’époque. Entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, il y eut en Italie plus de vingt éditions, publiées à Naples, Florence, Milan, Rome, Venise, Catane, Gênes et Livourne (où on l’imprima à cinq reprises, en 1799, 1804, 1819, 1820 et 1827). Célébrée par les plus importants intellectuels de la péninsule comme « une œuvre qui faisait honneur à l’Italie », selon l’expression de Pietro Verri, elle devint en peu de temps un véritable best seller, même au niveau international, et fut traduite, non seulement, dans les principales langues de l’Europe occidentale – anglais, français, allemand et espagnol –, mais aussi en russe, polonais, danois, néerlandais et suédois. Ce succès assura une célébrité énorme et immédiate à son auteur, et fit tout à la fois croître en Europe l’intérêt et la considération à l’égard de la philosophie des Lumières en Italie, ainsi qu’on peut le voir dans la préface du traducteur français, Jean-Antoine Gauvin-Gallois : « cinq éditions, publiées successivement à Naples, à Florence et à Milan, attestent la célébrité dont il jouit dans le pays de la terre où la science des droits et des devoirs de l’homme est cultivée avec le plus d’ardeur et peut-être, avec le plus de succès »6. En France, le succès de Filangieri fut particulièrement extraordinaire et, bientôt, on appela l’écrivain napolitain « le jeune Montesquieu d’Italie »7. La Science de la législation serait-elle donc la continuation idéale de l’Esprit des Lois ? En réalité, dans la partie initiale de son ouvrage, Filangieri ne cachait pas une claire intention polémique à l’égard du président du parlement de Bordeaux : « Le but que je me propose est tout à fait autre que celui de cet auteur. Montesquieu cherche dans ces rapports [entre les lois et le climat, les modes de production, le caractère et l’histoire des peuples] l’esprit des lois, moi je cherche les règles. Il s’efforce de trouver la raison de ce qu’on a fait, moi je m’efforce de déduire les règles de ce qu’on doit faire. Mes principes seront, en général, différents des siens »8.

  • 9 A cet égard, cf. A. Valdarnini, « La ragione delle leggi secondo il Montesquieu e il Filangieri », (...)
  • 10 G. Filangieri, La Scienza della legislazione…, op. cit., vol. I, p. 23.
  • 11 Ibid., vol. II, pp. 41-42.

5Par-delà la prise de distance explicite affirmée par Filangieri à l’égard de l’œuvre du philosophe, il est néanmoins tout à fait évident que l’« esprit » de Montesquieu se rencontre dans de nombreux passages de la Science de la législation, et il est hors de doute que l’auteur de l’Esprit des Lois ait exercé une profonde influence sur la pensée de l’essayiste napolitain9. Dans la suite du texte, Filangieri ne manque pas d’exprimer sa sincère gratitude à l’égard de Montesquieu, en la définissant comme « un tribut que j’offre à un homme qui a pensé avant moi et qui, même par ses erreurs, m’a montré la voie pour retrouver la vérité »10. Toutefois, Montesquieu et Filangieri s’opposent nettement sur les fondements féodaux de la société. Tandis que le constitutionnaliste de l’Ancien Régime en défend les principes, le second opère une critique radicale de la féodalité, dont la survie ne reçoit chez lui aucune justification théorique et pratique. Cette dénonciation du régime féodal commence dans le deuxième livre de la Science de la législation, paru à Naples en 1780, dans lequel Filangieri souhaite sa suppression complète et définitive, afin de multiplier le nombre des propriétaires, objectif que l’on peut atteindre seulement en créant un libre marché de la terre, rendant disponibles les richesses exorbitantes du clergé et transformant les feudataires en simples propriétaires. La condition essentielle pour aboutir à cette transformation sociale et économique était donc la suppression des institutions clés de la féodalité : « Supprimez avant tout les primogénitures, supprimez les fidéicommis. Ce sont là les causes des richesses excessives de quelques-uns et de la misère de la majorité des autres. Ce sont les primogénitures qui sacrifient beaucoup de cadets à l’aîné d’une famille, ce sont les substitutions qui sacrifient beaucoup de familles à une seule. L’une et l’autre diminuent à l’infini le nombre des propriétaires dans les nations européennes, et l’une et l’autre sont aujourd’hui la ruine de la population »11.

  • 12 Voir, à cet égard, P. Villani, « Un oppositore di Filangieri : G. Grippa, professore nelle scuole d (...)
  • 13 G. Filangieri, La Scienza della legislazione…, op. cit., vol. III, p. 173.

6A l’encontre de ce projet radical, ne tarderont pas à se manifester, à côté des éloges des réformateurs, les critiques des défenseurs les plus acharnés de l’Ancien Régime, qui, très souvent, n’hésitaient pas à soutenir la validité de leurs arguments en se référant à l’autorité de Montesquieu. Ce fut le cas de l’homme de lettres Giuseppe Grippa, auteur en 1782 d’une « lettre à M. le chevalier D. Gaetano Filangieri sur l’examen de certains de ses projets politiques » (Lettera al sig. Cavaliere D. Gaetano Filangieri sull’esame di alcuni suoi progetti politici)12. Si, soutenait Grippa, la constitution des gouvernements européens était meilleure que celle des principats d’Asie, le mérite, ainsi que Montesquieu l’avait expliqué, en revenait à la forte présence des corps intermédiaires et surtout à la noblesse féodale. Si la noblesse devenait un « fantôme », comme Filangieri le souhaitait, en étant dépourvue des richesses et des privilèges qui en garantissaient l’existence matérielle, même la monarchie serait destinée à disparaître en peu de temps et à laisser la place à la violence et à l’anarchie. Aux arguments de Grippa – qui, par ailleurs, ne manquait pas d’insinuer aux lecteurs que les plans audacieux de Filangieri avaient leur origine dans sa précaire condition de fils cadet –, le jeune chevalier répondit dans le troisième livre de son œuvre, paru en 1783, par une nouvelle et encore plus ferme condamnation du régime féodal, défini comme le « système le plus absurde, qui réunit tous les vices de l’anarchie aux horreurs de la tyrannie »13.

  • 14 Ibid., vol. III, pp. 174-175.

7« Qu’est-ce que la féodalité ? » se demande Filangieri ; « c’est une sorte de gouvernement qui divise l’Etat en beaucoup de petits Etats, la souveraineté en beaucoup de petites souverainetés ; qui démembre de la couronne des prérogatives qui ne sont pas communicables ; qui ne répartit pas l’exercice de l’autorité mais divise, détourne et aliène le pouvoir lui-même ; qui brise le nœud social au lieu de le resserrer ; qui donne au peuple beaucoup de tyrans au lieu d’un seul roi, au roi beaucoup d’obstacles pour faire le bien ; qui, situé entre le prince et le peuple, usurpe les droits de l’un d’une main tandis que de l’autre main il opprime l’autre ; qui en définitive mélangeant dans un même gouvernement une aristocratie tumultueuse à un despotisme divisé, nous laisse toute la dépendance de la monarchie sans l’activité de sa constitution et toutes les turbulences de la république sans sa liberté »14.

  • 15 Ibid., vol. III, p. 161.
  • 16 Ibid., vol III, p. 176.

8Plus précisément, selon Filangieri, il fallait soustraire aux barons le pouvoir juridictionnel, « dont ils sont extrêmement jaloux » et qui, soulignait-il, représente de fait « le premier anneau d’une longue chaîne de désordres qui détruisent entièrement notre liberté civile »15. Décrivant les caractéristiques principales des droits judiciaires dont jouissaient les barons napolitains, l’écrivain observait : « Certains disent que le baron n’est autre qu’un magistrat du prince, mais moi je me demande : peut-on appeler magistrat un homme dont la juridiction ne concerne pas l’application à des cas particuliers des lois générales issues du souverain, mais bien l’exercice de droits souverains dans toute leur extension ? Peut-on appeler magistrat du prince celui qui, d’une certaine manière, est au-dessus des lois, qui crée des juges pour administrer la justice tant civile que criminelle, qui peut accorder la grâce, peut libérer de la peine méritée un délinquant, peut convertir en peine pécuniaire une peine de contrainte de corps ? Peut-on jamais appeler magistrat celui qui exige des contributions réelles et personnelles de ses sujets, qui a des droits sur leurs bras et sur leur œuvres […], qui n’exerce pas ce pouvoir au nom du prince mais de sa propre autorité, qui le transmet à ses descendants, qui le donne même en dot à ses filles à défaut d’héritiers mâles et qui, dans certains pays comme la Sicile, peut le vendre et le donner selon son bon plaisir ? Comment ne pas voir, après ces réflexions, que la féodalité est une véritable aliénation et division du pouvoir souverain, qui par sa propre nature est indivisible ? »16.

  • 17 A cet égard, il est intéressant de rappeler que, parlant de Filangieri, Napoléon (alors premier con (...)
  • 18 Sur le premier réformisme des Bourbons, voir, entre autres, M. Schipa, Il regno di Napoli al tempo (...)
  • 19 G. Filangieri, Riflessioni politiche sull’ultima legge del sovrano che riguarda l’amministrazione d (...)
  • 20 F. Venturi, Gaetano Filangieri. Scritti, op. cit., p. XVI. Sur cette question, voir, entre autres, (...)
  • 21 « Que ces magistrats n’arbitrent pas au sujet des lois, qu’ils ne les interprètent pas selon leur c (...)
  • 22 Ibid., vol. I, p. 100.

9Le programme de réformes esquissé par Filangieri a été finalement mis en œuvre dans le Midi quelques années plus tard seulement, à l’avènement du régime napoléonien, pendant ce qu’on a appelé la « Décennie française » (1806-1815), grâce à l’abolition de la féodalité et à l’application des normes sur la propriété contenues dans le Code civil des Français17. Toutefois, sous le règne de Charles de Bourbon déjà, l’exigence d’une profonde transformation de l’ordre juridique et politique du royaume avait été ressentie par les représentants les plus politiquement éclairés de la classe dirigeante napolitaine18. Convaincu de la nécessité de réduire les nombreux privilèges des feudataires, le ministre Bernardo Tanucci avait été l’initiateur d’une réforme courageuse, qui cherchait à limiter la faculté des barons d’acquitter les coupables d’homicide contre le paiement d’une forte somme d’argent. En effet, le bon ministre du roi Charles était tout à fait certain que la limitation des droits dont jouissait dans le royaume la classe privilégiée des feudataires constituait la condition sine qua non pour le renforcement du pouvoir royal. C’est pourquoi ses efforts avaient visé aussi les prérogatives de la puissante catégorie des hommes de robe, titulaires des charges les plus importantes au sein des nombreuses magistratures de la capitale. Filangieri soutenait cette ligne politique. En 1774, il publia un texte intitulé Réflexions politiques sur la dernière loi du souverain concernant l’administration de la justice, dans lequel, après avoir défini les magistrats comme « un corps de despotes »19, il saluait avec enthousiasme l’initiative de Tanucci de contraindre les juges à motiver par écrit leurs sentences, qui devaient être fondées, soulignait-il, « non plus sur l’autorité nue des docteurs, qui ont malheureusement avec leurs opinions altéré ou rendu incertain et arbitraire le droit, mais seulement sur les lois promulguées par le royaume ». La tentative de Tanucci était donc, par beaucoup d’aspects, analogue à celle effectuée dans les mêmes années en France pour réduire le pouvoir des Parlements20. En s’opposant nettement à la faculté d’interprétation de la loi réservée jusque-là aux magistrats, Filangieri soutenait ainsi la nécessité que ceux-ci se bornent à appliquer à la lettre la donnée normative21. Ainsi, à la « monarchie tempérée » théorisée par Montesquieu, encore empreinte du constitutionnalisme d’Ancien Régime, car gravitant autour des traditionnels privilèges nobiliaires et parlementaires, l’écrivain napolitain opposait l’image de celle qu’il définissait comme une « monarchie bien constituée », où le despotisme des barons et l’arbitraire des magistrats ne seraient plus que de pâles souvenirs. Peut-on dire pour autant que la fonction d’équilibre des corps intermédiaires était bannie de l’œuvre de Filangieri ? Pas exactement, car, à cet égard, notre auteur s’exprimait ainsi : « Donc, la nature de la monarchie exige qu’il y ait, entre le monarque et le peuple, une classe ou un rang intermédiaire destiné non pas à exercer des parties du pouvoir, mais plutôt à en assurer l’équilibre, et qu’il y ait [aussi] un corps dépositaire des lois, agissant en médiateur entre les sujets et le prince. Les nobles constituent ce rang intermédiaire et les magistrats le corps dépositaire des lois. Les lois doivent donc […] fixer les limites de chacune des autorités de l’Etat, elles doivent déclarer ce que malheureusement on ignore dans presque toutes les monarchies : elles doivent déclarer, dis-je, quels sont les vrais droits de la couronne et quel est le ministère de l’individu qui la porte, elles doivent déterminer jusqu’où doit s’étendre le pouvoir législatif et où doit commencer et finir l’exécutif ; ses subdivisions, les divers ordres de la magistrature, leurs dépendances, l’ordre des appellations, leurs tâches respectives, tout doit être déterminé et établi par les lois. […] S’il arrive que le monarque veut faire le juge ou si le juge veut faire le législateur, il n’y a plus de liberté ni de sécurité dans la nation »22.

  • 23 « Dans toute forme de gouvernement, l’autorité doit être équilibrée mais non divisée ; les différen (...)
  • 24 Ibid., vol. III, p. 179.

10Filangieri reconnaissait donc aux nobles et aux hommes de robe un rôle et un rang d’intermédiaires entre le monarque et les sujets, mais dans sa défense acharnée de l’indivisibilité du pouvoir souverain, il les privait entièrement des prérogatives qui, selon lui, représentaient un démembrement intolérable de la souveraineté23. Fidèle à cette conception du pouvoir, il repoussait aussi le principe de l’hérédité de toute charge publique, exception faite pour la monarchie : « Dans une monarchie, il ne peut y avoir qu’un seul pouvoir héréditaire : celui du monarque. On a établi que le fils du roi montât sur le trône pour éviter les troubles d’une élection et les désastres d’un interrègne. On a préféré l’incertitude d’avoir un prince imbécile à la certitude de susciter, avec la mort du roi, une convulsion très dangereuse pour l’Etat. […] Il ne faut donc pas confondre les motifs dont dépend la souveraineté héréditaire avec ceux dont dépend toute autre sorte de pouvoir héréditaire dans un Etat. […] Les récompenses sont dues aux actions, les charges au talent et au mérite de les exercer. Un fils peut avoir le droit d’hériter les récompenses obtenues par son père, mais pourrait-il avoir le droit d’exercer ses charges ? […] N’arrive-t-il pas très souvent que le fils d’un héros est le plus stupide et le plus mauvais du pays ? »24

  • 25 Ibid., vol. III, p. 172.
  • 26 Ibid., id..

11L’importance que Filangieri reconnaissait au corps des magistrats – dans lequel l’écrivain napolitain voyait une « partie intégrante de la constitution »25 – était donc corroborée par le fait que cette charge devait ne pas être héréditaire : « Dépositaires de la faculté exécutive, [les magistrats] sont l’unique frein contre les abus de l’autorité du monarque. Quelle est en effet la différence entre la monarchie et le despotisme, sinon celle qui est issue de l’existence et de la vigueur de la magistrature ? Mais la magistrature n’est pas héréditaire et le pouvoir du magistrat n’est pas inné. Les membres de ce corps sont choisis par le roi. En montant sur le trône, celui-ci peut renvoyer ceux qui ont été nommé par son prédécesseur et il peut aussi, s’il le veut, se libérer de ceux choisis par lui-même, lorsqu’il s’aperçoit que son choix a été trahi »26.

 

  • 27 Ibid., vol. III, p. 177.

12En conclusion, sur la base des considérations développées jusque-là sur la pensée de Filangieri, il semble clair que la forme de gouvernement qu’il souhaitait se conformait à l’idéal d’absolutisme monarchique de l’époque, absolutisme « éclairé » par la présence, quelques pas derrière le trône, des philosophes et des intellectuels auxquels revenait la tâche de suggérer au souverain – titulaire du pouvoir législatif – les réformes les plus aptes à garantir l’ordre politique et social ainsi que le bonheur public. L’idée d’une « monarchie bien constituée » apparaissait en effet à Filangieri comme le choix le plus politiquement opportun afin d’assurer le respect de la loi et la liberté civile des citoyens : « Dans toute société », écrivait-il, « il y a deux forces, l’une physique et l’autre morale. La première réside dans l’homme, la deuxième dans le gouvernement. […] L’avantage particulier d’une monarchie bien constituée est que la force morale se trouve être combinée avec la moindre quantité de force physique. Dans la démocratie, la force morale est unie à la plus grande force physique et, de cela, dérive que, dans certains cas, dans cette forme de gouvernement, la liberté civile est sacrifiée à la liberté politique »27.

  • 28 Ibid., vol V, pp. 359-360.

13En même temps, Filangieri était fermement convaincu que la légitimité morale du pouvoir monarchique provenait toujours et en tout cas d’en bas, du peuple, et que cet état de fait pouvait être garanti même en l’absence d’un ordre politico-institutionnel fondé sur la représentation élective. Il écrivait en effet : « Il y a un tribunal existant dans chaque nation qui est invisible, parce qu’il n’a aucun des signes qui pourraient le manifester, mais qui agit continuellement et qui est plus fort que les magistrats et les lois, les ministres et le roi, qui peut être perverti par des mauvaises lois, dirigé, corrigé, rendu juste et vertueux par des bonnes lois, mais qui ne peut pas, ni par les uns ni par les autres, être contrasté et dominé. Ce tribunal, qui, par les faits, nous démontre que la souveraineté réside constamment et réellement dans le peuple, et que celui-ci ne cesse pas en quelque sorte de la représenter, même s’il l’a remise dans les mains de beaucoup d’hommes ou d’un seul, d’un sénat ou d’un roi ; ce tribunal, dis-je, est celui de l’opinion publique »28.

  • 29 Ibid., vol. V, p. 365.
  • 30 Ibid., id.

14Pour que ce « tribunal » pût opérer de manière efficace dans un régime où le souverain était le titulaire exclusif du pouvoir législatif, il fallait toutefois réaliser deux conditions essentielles : l’éducation du peuple – que l’Etat devait assurer à tous les citoyens – et la liberté de la presse, définie par l’écrivain napolitain comme « le bien le plus fécond, l’un des droits les plus efficaces pour la conservation des autres droits, […] l’un des secours les plus vigoureux que la législation peut donner à l’éducation publique »29, et à laquelle il attribuait donc une importance primordiale en vue de la formation d’une opinion publique mûre et consciente. Par conséquent, à son avis : « On trouvera finalement que l’ancien vœu de Platon serait, par ce moyen, doublement exaucé par nous – puisque, pour instaurer le bonheur d’un peuple, il voulait que les philosophes règnent ou bien que les rois philosophent – ; or dans le peuple, selon notre système législatif institué, on trouverait ces deux biens : les lois engendreraient les philosophes et les feraient régner, freineraient les rois et les contraindraient à philosopher ; les premiers régneraient en dirigeant l’opinion, tandis que les seconds philosopheraient pour en obtenir les suffrages »30.

Notes

1 Gaetano Filangieri, La Scienza della legislazione (éd. par A. Trampus), édition critique dirigée par V. Ferrone, 7 vol., Marano del Friuli (GO), Edizioni della Laguna, 2004, vol. III, p. 172.

2 F. Venturi, « Gaetano Filangieri », nota Introduttiva, in Gaetano Filangieri. Scritti (éd. par F. Venturi) Turin, Einaudi, 1976, p. VII.

3 D. Fiorot, Introduzione a A. Andreatta, Le Americhe di Gaetano Filangieri, Naples, ESI, 1995, pp. 3-4.

4 Du fait de la mort de Gaetano Filangieri, survenue à Vico Equense le 21 juillet 1788, les deux derniers livres de la Science de la législation ne parurent jamais, tandis que le cinquième, sur le thème de la religion, fut publié à titre posthume et incomplet.

5 Sur cet aspect de l’œuvre de Filangieri, cf. S. Cotta, Gaetano Filangieri e il problema della legge, Turin, Giappichelli, 1954. Sur la vie et la pensée de Filangieri, voir N. Carlucci, Elogio funebre dell’ecc. mo cavaliere Don Gaetano Filangieri, epicedio, Naples, Raimondi, 1788 ; D. Tommasi, Elogio storico del cavalier Gaetano Filangieri, Naples, Raimondi, 1788 ; E. Ricca, Discorso genealogico della famiglia Filangieri, Naples, De Pascale, 1863 ; F. S. Salfi, Elogio di Gaetano Filangieri (trad. it. d’E. Rocco), Naples, Tipografia E. Rocco, 1866 ; F. Nicolini, « Filangieri Gaetano », in Enciclopedia italiana, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1932, vol. XV, p. 258 ; C. Mongardini, Politica e sociologia nell’opera di Gaetano Filangieri, Milan, Giuffré, 1964 ; Gaetano Filangieri e l’Illuminismo europeo (éd. par L. D’Alessandro), Naples, Guida, 1991 ; E. Lo Sardo, « Filangieri Gaetano », in Dizionario biografico degli italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1997, vol. XLVII, p. 574-583 ; R. Feola, Utopia e prassi : l’opera di Gaetano Filangieri ed il riformismo nelle Sicilie, Naples, ESI, 1999 ; G. Ruggiero, Gaetano Filangieri. Un uomo, una famiglia, un amore nella Napoli del Settecento, Naples, Guida, 1999 ; F. Berti, La ragione prudente : Gaetano Filangieri e la religione delle riforme, Florence, Centro Editoriale Toscano, 2003 ; V. Ferrone, La società giusta ed equa. Repubblicanesimo e diritti dell’uomo in Gaetano Filangieri, Rome-Bari, Laterza, 2003 ; Diritti e Costituzione : l’opera di Gaetano Filangieri e la sua fortuna europea (éd. par A. Trampus), Bologne, Il Mulino, 2005.

6 « Préface du traducteur » à G. Filangieri, La science de la législation, 7 vol., Paris, 1786-91, vol. I, p. V, citée par V. Ferrone, La società giusta ed equa… op. cit., p. VII.

7 L’auteur de cette définition, le juriste et parlementaire parisien Antoine d’Hellerin (qui fut aussi le traducteur des Considérations sur la procédure criminelle de Mario Pagano) écrivait à l’égard de Filangieri : « C’est dans son ouvrage, qui mérite d’être lu, relu et médité, bien qu’il n’ait pu le porter à la juste perfection de développement et d’analyse de principe qu’il se proposait de lui donner, c’est dans son ouvrage qu’il fait voir avec quelle énergie, avec quel courage, avec quelle force de raisonnement, de raison et de style, mais en même temps avec quelle décence, avec quelle justice, l’homme sensible, l’écrivain patriote élève la voix contre les abus quand les droits sacrés de l’humanité et les intérêts de l’Etat l’exigent » (cf. Ibidem, p. 66).

8 G. Filangieri, La Scienza della legislazione…, op. cit., vol. I, p. 23.

9 A cet égard, cf. A. Valdarnini, « La ragione delle leggi secondo il Montesquieu e il Filangieri », in Nuova Antologia, s. III, vol. XXIX, 1890, p. 137-154, et Saggi di filosofia sociale, Turin-Rome, Paravia, 1890, p. 53-75 ; S. Cotta, « Montesquieu e Filangieri. Notes sur la fortune de Montesquieu au XVIIIe siècle », Revue internationale de philosophie, t. IX (1955), no 3-4, pp. 387-400 ; F. Gentile, « Il destino dell’uomo europeo : Montesquieu e Filangieri a confronto », in Gaetano Filangieri e l’Illuminismo europeo…, op. cit., pp. 403-420.

10 G. Filangieri, La Scienza della legislazione…, op. cit., vol. I, p. 23.

11 Ibid., vol. II, pp. 41-42.

12 Voir, à cet égard, P. Villani, « Un oppositore di Filangieri : G. Grippa, professore nelle scuole di Salerno », in Rassegna Storica Salernitana, t. XXVII (1966), pp. 33-38.

13 G. Filangieri, La Scienza della legislazione…, op. cit., vol. III, p. 173.

14 Ibid., vol. III, pp. 174-175.

15 Ibid., vol. III, p. 161.

16 Ibid., vol III, p. 176.

17 A cet égard, il est intéressant de rappeler que, parlant de Filangieri, Napoléon (alors premier consul) disait de lui : « ce jeune homme qui est notre maître à tous ».

18 Sur le premier réformisme des Bourbons, voir, entre autres, M. Schipa, Il regno di Napoli al tempo di Carlo di Borbone, Milan-Rome-Naples, Società editrice Dante Alighieri, 1923, 2 vol. ; A. Pannone, Lo Stato borbonico, vol. I, Lo Stato e la sua attività amministrativa, Florence, Seeber, 1924 ; P. Villani, Mezzogiorno tra riforme e rivoluzione, Bari, Laterza, 1962 ; R. Ajello, La vita politica napoletana sotto Carlo di Borbone. La fondazione ed il tempo eroico della dinastia, in Storia di Napoli, Naples, 1972, vol. II, p. 459-717 ; A. M. Rao, Il regno di Napoli nel Settecento, Naples, Guida, 1984 ; Bernardo Tanucci statista, letterato, giurista. Atti del Convegno internazionale di Studi per il secondo centenario (1783-1983), (éd. par R. Ajello et M. D’Addio), Naples, Jovene, 1986 ; E. Chiosi, Il regno di Napoli dal 1734 al 1799, in Storia del Mezzogiorno, Naples, Edizioni del Sole, 1986, vol. IV, p. 371-467 ; A. M. Rao, « Il riformismo borbonico a Napoli », in Storia della scoietà italiana, vol. XII : Il secolo dei lumi e delle riforme, Milan, Teti, 1989, p. 215-290 ; I. Zilli, Carlo di Borbone e la rinascita del regno di Napoli : le finanze pubbliche 1734-1742, Naples, ESI, 1990 ; M. G. Maiorini, La Reggenza borbonica, 1759-1767, Naples, Giannini, 1991 ; A. M. Rao, « Charles de Bourbon à Naples », in Le règne de Charles III. Le despotisme éclairé en Espagne (sous la direction de G. Chastagnaret et G. Dufour), Paris, Editions du CNRS, 1994, pp. 29-57 ; A. Spagnoletti, Storia del regno delle Due Sicilie, Bologne, Il Mulino, 1997 ; M. Mafrici, Il re delle speranze. Carlo di Borbone da Madrid a Napoli, Naples, ESI, 1998 ; Bernardo Tanucci nel terzo centenario della nascita, 1698-1998, Studi del Dipartimento di Scienze della Politica dell’Università di Pisa, Pise, ETS, 1999.

19 G. Filangieri, Riflessioni politiche sull’ultima legge del sovrano che riguarda l’amministrazione della giustizia, Naples, chez Michele Morelli, 1774.

20 F. Venturi, Gaetano Filangieri. Scritti, op. cit., p. XVI. Sur cette question, voir, entre autres, F. Di Donato, Esperienza e ideologia ministeriale nella crisi dell’ancien régime, Naples, Jovene, 1996.

21 « Que ces magistrats n’arbitrent pas au sujet des lois, qu’ils ne les interprètent pas selon leur caprice, qu’ils ne s’éloignent pas sous prétexte d’équité de leurs précis préceptes, que le citoyen ne voie pas dans le législateur son juge, ni dans son juge le législateur ». G. Filangieri, La Scienza della legislazione…, op. cit., vol. I, p. 101.

22 Ibid., vol. I, p. 100.

23 « Dans toute forme de gouvernement, l’autorité doit être équilibrée mais non divisée ; les différentes parties du pouvoir doivent être distribuées, mais non pas détournées. La source du pouvoir doit être unique, et unique le centre de l’autorité. […] Sans cette unité de pouvoir il ne peut y avoir de l’ordre dans le gouvernement ou, pour mieux dire, il n’y a plus de gouvernement, car l’anarchie n’est que la destruction de cette unité ». Ibid., vol. III, p. 173.

24 Ibid., vol. III, p. 179.

25 Ibid., vol. III, p. 172.

26 Ibid., id..

27 Ibid., vol. III, p. 177.

28 Ibid., vol V, pp. 359-360.

29 Ibid., vol. V, p. 365.

30 Ibid., id.

Auteur

Université La Sapienza, Rome

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540