Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la décentralisation

 | 
Roger Baury
, 
Marie-Laure Legay

– I – Des noblesses en quête d’idéal politique, administratif et territorial

Noblesses écartelées : l’exemple des provinces méridionales du royaume de France (1585-1630)

Anne-Marie Cocula

Texte intégral

1En France, notre conception d’un Etat centralisé – quels que soient les aspects de la décentralisation contemporaine – est un obstacle de taille pour aller à la rencontre de la façon dont la noblesse se situait par rapport à lui ou, plutôt, par rapport à celui qui l’incarnait au plus haut point et au plus haut niveau : le monarque. On en veut pour preuve, presque éclatante, le règne de Louis XIV où se conjuguent l’autorité et la longévité du souverain. Mais qu’en était-il sous les règnes des deux premiers rois Bourbons, Henri IV et Louis XIII, successeurs des derniers Valois aux prises avec les guerres de religion ? Avant de tenter de répondre à pareille interrogation, il convient de souligner une autre difficulté inhérente à la société d’ordres de l’Ancien Régime : celle de la diversité des noblesses, de leurs hiérarchies internes, de l’ancienneté de leurs lignages et de leurs revers de fortune. Enfin, durant les décennies du XVIe siècle, se multiplient les entrées subreptices en noblesse, tandis que l’on assiste au développement de la noblesse de robe, dû à l’augmentation du nombre des offices pour répondre à la fois aux besoins de l’Etat et à l’appétit financier de la monarchie. Ces changements ne vont pas sans interrogation sur les rôles respectifs des catégories nobiliaires au regard de leurs origines et de leurs fonctions. Ainsi, Montaigne, noble de fraîche date, veut bien reconnaître la primauté du métier des armes propre à la noblesse d’épée, à condition de ne pas se bercer d’illusions sur ses sources et fondements :

  • 1 Montaigne, Les Essais, II, VII, La Pochothèque, 2001, p. 610.

« La forme propre, et seule, et essentielle, de noblesse en France, c’est la vacation militaire. Il est vraisemblable que la première vertu qui se soit fait paraître entre les hommes, et qui a donné avantage aux uns sur les autres, ç’a été celle-ci : par laquelle les plus forts et courageux se sont rendus maîtres des plus faibles, et ont acquis rang et réputation particulière : d’où lui est demeuré cet honneur et dignité de langage : ou bien que ces nations étant très belliqueuses, ont donné le prix à celle des vertus, qui leur était plus familière, et le plus digne titre »1.

  • 2 Jean-Marie Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996.
  • 3 Joël Cornette, Les Années cardinales, Chronique de la France, 1599-1652, Paris, 2000.

2Le choix des limites chronologiques de cette étude s’impose naturellement. La date de 1585, choisie comme point de départ, est contemporaine de la naissance de la sainte Ligue qui transforme les guerres de religion en guerre de succession2. Cette transformation, qui ne modifie en rien les souffrances de la population, vise à empêcher par tous les moyens l’avènement d’un prince protestant, depuis que la mort du duc d’Anjou, en 1584, a mis Henri de Navarre en situation de succéder à Henri III, encore sans héritier. La date de 1630, choisie pour clore cette période, se réfère à la nouvelle organisation du Conseil du Roi3 : consécutive au déroulement de la Journée des Dupes des 10 et 11 novembre, elle scelle la défaite du parti des dévots face à Richelieu. En 1632, l’exécution d’un de leurs chefs, le maréchal de Marillac, et la condamnation à mort du duc de Montmorency, à la suite de sa rébellion manquée en Languedoc, sonnent le glas des prétentions nobiliaires telles qu’elles avaient pu s’exprimer à diverses reprises depuis la fin du Moyen Age.

Les effets de la distance : « le Roi est loin » (Montaigne)

3De façon concise et éclairante, Montaigne fait une constatation toute simple que pourtant les historiens ne prennent pas assez en compte : celui de l’éloignement géographique entre le Roi et ses sujets, avec pour inconvénient majeur les lenteurs d’acheminement des ordres et, surtout, des informations, que celles-ci viennent de la Cour ou remontent vers elle depuis les provinces. En effet, tous les efforts pour faciliter la circulation des nouvelles ne réduisent que de peu la durée des voyages, et ils ne sauraient protéger les messagers des mauvaises rencontres qui jalonnent leurs itinéraires, surtout en temps de guerre civile ou de révolte.

Du côté de la monarchie

4La conscience de cet éloignement, renforcée par le sentiment d’une méconnaissance des hommes et du territoire des provinces les plus éloignées de Paris, impose au monarque une obligation de surveillance qui revêt deux aspects complémentaires : l’un, direct mais très occasionnel, l’autre, indirect mais permanent ou presque. Le premier donne lieu à des déplacements du Roi en personne ou de ses proches, selon une forme et une organisation déterminées par la nature des événements ou des circonstances qui les provoquent. Car il est nécessaire que le souverain adapte sa conduite au comportement de ses sujets sans toutefois oublier qu’il doit avoir envers eux une attitude paternelle. Tel Janus, le dieu au double visage, il est doté de la capacité de punir les mauvais et de récompenser les bons.

Aller à la rencontre de ses sujets

5Ainsi, à près d’un siècle de distance – soit entre le Grand Tour de Charles IX et de Catherine de Médicis, accompli de 1564 à 1566, et l’installation en 1652 du jeune Louis XIV dans la ville de Bourg, pour être au plus près de la reconquête de Bordeaux alors aux mains des frondeurs –, les provinces méridionales ont souvent reçu la visite des membres de la famille royale. Parmi eux, la plus tenace fut sans doute Catherine de Médicis, soucieuse au plus haut point de négocier avec les protestants et de traiter des modalités d’application des édits de pacification avec Henri de Navarre, chef du parti protestant. En même temps, elle souhaitait ardemment le réconcilier avec son épouse, la reine Margot, sujet de tensions entre son mari et son frère, le Roi de France. Avant même la naissance officielle de la Ligue, ces provinces servent de terrain aux attaques ligueuses contre le Roi de Navarre. Son avènement au trône de France, en 1589, ne met pas un terme à ces offensives, bien au contraire. C’est seulement sa conversion, en 1593, qui permet le retour progressif d’une paix intérieure semée de multiples embûches, en attendant que s’achève au traité de Vervins, en 1598, la guerre contre l’Espagne, déclarée par Henri IV pour en finir avec l’ingérence de son puissant voisin.

6Après des années d’absence royale contemporaines du règne de Henri IV, Louis XIII et sa cour reprennent le chemin de la Guyenne avec une imposante escorte militaire pour célébrer les mariages espagnols du jeune roi et de sa sœur, qui scellent en 1615 la réconciliation avec Philippe III, successeur de Philippe II, mort en 1598. Ce renversement d’alliance annonce les expéditions royales en terres protestantes à partir de 1620 : véritables croisades jalonnées d’échecs cuisants puis de succès aussi retentissants que la capitulation de La Rochelle en 1628. Elle précède d’un an l’édit de « grâce » d’Alès, qui met fin à l’organisation politique et militaire du parti protestant. Mais la reconquête des terres méridionales ne devient complète que trois ans plus tard, lorsqu’une nouvelle expédition donne au Roi l’occasion de briser la révolte du duc de Montmorency.

  • 4 Joël Cornette, Chronique du règne de Louis XIV, Paris, 1997, p. 70.
  • 5 Marc Favreau, Les « Portraits » de Bordeaux, vues et plans gravés de la capitale de la Guyenne du (...)

7Les Frondes des années 1648-1652 obligent le jeune Louis XIV à se rendre en Guyenne pour assister à la reddition de Bordeaux, la ville qui s’est tour à tour donnée aux bourgeois de l’Ormée et aux partisans de Condé. Quelques années plus tard, à l’été 1660, sera célébré à Saint-Jeande-Luz son mariage avec l’infante Marie-Thérèse. En janvier de la même année, il s’était rendu en personne en Provence afin d’orchestrer avec minutie les phases de la punition de Marseille, la frondeuse. Le moment le plus humiliant pour les sujets phocéens fut celui de l’entrée du Roi par une brèche pratiquée dans les murailles de leur cité4. Les Bordelais avaient été pareillement traités, et le pardon royal supposait de leur part une contrition dont témoignent des gravures commémoratives comme celle de la « Réduction de Bordeaux »5, où l’on voit, face au « portrait » de la ville, trois députés de la jurade, tels les bourgeois de Calais, en chemise, agenouillés, les clés de la ville dans les mains du premier d’entre eux, s’incliner vers le duc de Vendôme ; ce fils légitimé de Henri IV et de Gabrielle d’Estrées les reçoit à cheval, l’épée brandie dans sa main droite, tandis que de son autre main il tient les rênes de sa monture cabrée, prête à retomber sur le trio des bourgeois de Bordeaux. On ne peut être plus méprisant à l’égard des notables d’une grande cité.

8Malgré tout, la succession et la répétition de ces déplacements royaux pourraient faire douter de leur efficacité. Or, tel n’est pas le cas. Celle-ci, comme le montrent les exemples précédents, va crescendo pour devenir redoutable. Autant le plaidoyer argumenté du chancelier Michel de L’Hospital en faveur de la concorde religieuse, lors du grand Tour de France de Charles IX, avait été fort peu entendu par les conseillers des parlements de Toulouse et de Bordeaux, autant les expéditions de Louis XIII et de Louis XIV ont contraint les corps et frappé les esprits avec d’autres moyens et d’autres armes. L’époque des grands périples pacifiques des Valois partis à la découverte de leur royaume et à la recherche d’argent frais était révolue. Entre-temps, de façon constante, avaient œuvré sur place des représentants du souverain, capables sinon de le rapprocher de ses sujets, du moins d’inciter ces derniers à l’obéissance.

Le choix des hommes du Roi

9Cette volonté de rapprochement pour compenser les inconvénients de la distance se fonde sur deux principes complémentaires : d’abord, choisir des fidèles à toute épreuve et maintenir avec eux, par tous les moyens, des relations suivies et sûres. Leur désignation doit cependant tenir compte de l’avis des chefs des grands lignages, qui considèrent comme un dû l’attribution de gouvernements dans les provinces où ils sont implantés, parfois depuis des siècles, et où l’importance de leurs possessions leur assure des clientèles fidèles. Les souverains de la première modernité doivent à tout prix composer avec ces attachements où les intérêts le disputent aux sentiments. Dès lors, leur unique marge de manœuvre réside dans la désignation de lieutenants généraux destinés à pallier les absences des gouverneurs, tantôt attirés à la Cour, tantôt mobilisés pour la guerre. Plus la province s’avère sensible, plus le choix du monarque est calculé.

  • 6 Brantôme, Les Vies des grands capitaines françois, dans Œuvres complètes, édition L. Lalanne, Pari (...)

10Il en est ainsi de la Guyenne qui, dès la promulgation de l’édit de Beaulieu, en 1576, retrouve son gouverneur en la personne de Henri de Navarre. Tout le calcul de Henri III consiste à lui trouver des subordonnés capables à la fois de contrecarrer les initiatives militaires ou religieuses de leur supérieur, et d’être sans relâche des informateurs zélés sur tous les faits et gestes du Béarnais, qui entend rester libre de ses mouvements. Ainsi Biron, qui avait la confiance du Roi et, surtout, celle de Catherine de Médicis, est récusé par Henri de Navarre à l’issue de la signature de la paix du Fleix en 1580. Pour le remplacer, la reine mère fait appel au maréchal de Matignon, choix en tous points judicieux et mûrement réfléchi, si l’on en croit Brantôme : « le roy et la reyne disoient qu’il falloit un tel homme au roy de Navarre et au pays de Guienne, car cervelles chaudes les unes avecques les autres ne font jamais bonne souppe »6. Matignon, un « froid » Normand, était donc envoyé au pays des « cervelles chaudes », c’est-à-dire des Gascons : par le biais de ce dépaysement voulu des hommes du Roi, forme antérieure du principe actuel de mobilité, se mesure le souci monarchique de tenir compte des « mentalités » propres à une région.

  • 7 Lettres de Henri III, roi de France, publiées par Jacqueline Boucher, t. V et VI : 1580-1585, Pari (...)

11Il fallait ensuite que le souverain ou ses proches ne perdent jamais le contact avec ces fidèles de terrain dont Matignon reste un modèle emblématique. Le seul moyen d’y parvenir était le lien épistolaire, maintenu contre vents et marées, et au péril de la vie des messagers qui allaient et venaient, au gré des déplacements des uns et des autres. Les lettres envoyées par le Roi sont le gage de la transmission de son autorité qu’il délègue seulement à ceux qui ont sa confiance. Aux destinataires les plus éloignés ou les plus menacés comme Matignon, elles apportent l’assurance qu’ils peuvent aller jusqu’au bout des responsabilités et des missions qui leur incombent au nom du Roi. Dès lors, la place occupée dans la correspondance de Henri III par les lettres destinées au maréchal de Matignon n’est en rien usurpée ou surprenante : de 1580 à 1585, il occupe le premier rang des correspondants royaux, devançant les ambassadeurs les plus sollicités7.

  • 8 Anne-Marie Cocula, « Le parlement de Bordeaux et les présidiaux de Guyenne : quelques tracasseries (...)

12La seconde solution pour réduire la distance entre le monarque et ses sujets est de faire confiance à des juridictions nouvelles, dont la création peut présenter de multiples avantages qui se révèlent à l’usage. Ainsi des tribunaux intermédiaires que sont les présidiaux, créés par Henri II en 1552. Malgré la résistance des parlements, dépossédés d’une partie de leurs fonctions judiciaires, en dépit des « tracasseries » de mise en place et des désordres en tout genre qu’ils eurent à subir du fait des guerres de religion, les présidiaux devinrent une pépinière d’officiers « moyens »8 qui, au fur et à mesure de leur implantation, incarnèrent l’Etat de justice et de finance dans les provinces du royaume. En même temps, dans leurs villes d’exercice, ces magistrats furent moins tributaires que les membres des parlements de liens de dépendance à l’égard des anciennes familles de la noblesse, eu égard à la distance sociale qui les séparait d’elle.

  • 9 Arlette Lebigre, Les Grands Jours d’Auvergne. Désordres et répression au XVIIe siècle, Paris, 1976

13Mais l’autorité du Roi n’était pas également répartie, de sorte qu’ont longtemps persisté dans le royaume des zones de non-droit, sortes de banlieues de la monarchie où le banditisme sévissait à l’état endémique. Dans les lettres qu’il adresse à Matignon, Henri III ne cesse de faire état des plaintes du sénéchal du Quercy et de celui du Périgord contre les « voleurs », les « brigands », les « malfaiteurs », les « meschans », les « pillards », qui pratiquent un banditisme organisé avec pour points d’appui des châteaux devenus leurs repaires où s’entasse leur butin. Même si certains de leurs qualificatifs visent des capitaines protestants, même si leurs excès sont inséparables des violences des guerres de religion, d’autres sont bel et bien le résultat de conduites hors la loi, promises à l’impunité faute des moyens nécessaires pour les châtier ou les ramener dans le droit chemin. A leur tour, Henri IV et Louis XIII parent au plus pressé face à la multiplicité des fronts qui menacent leur autorité et n’ont ni le temps ni les moyens de lancer des opérations spéciales de grande envergure, à finalité judiciaire et exemplaire, que seul un monarque en pleine possession de son pouvoir peut mener à bien, comme les Grands Jours d’Auvergne tenus à Clermont de septembre 1665 à janvier 1666, et qui sévirent contre toutes les formes de criminalité nobiliaire et roturière. Pour autant, leur efficacité ne fut pas à toute épreuve au regard du nombre des condamnations prononcées par contumace9

Avantages et inconvénients de l’éloignement du Roi pour les noblesses

De l’utilité d’un Roi lointain…

  • 10 Hervé Drévillon, L’Impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005.

14Ce dernier exemple illustre, au milieu du XVIIe siècle, une des façons dont les noblesses provinciales occupent l’espace de liberté que leur procure l’éloignement du souverain. C’est lui qui permet la persistance des réseaux de clientèles en dépit de la permanence des aléas ordinaires liés aux destins des chefs de lignages et aux accidents propres au métier de soldat10. Dans le Sud-Ouest, certains de ces lignages doivent leur installation et leur puissance à la volonté d’une monarchie qui les a favorisés au détriment d’anciennes maisons compromises dans les ultimes changements de camp de la guerre de Cent Ans. Ces faveurs royales ont pesé lourd dans la suite des événements provinciaux en encourageant une impunité de mauvais aloi de la part de leurs premiers bénéficiaires.

15A elle seule, la distance autorise déjà des prises de risque calculées, comme le déplore dans ses Mémoires le cardinal de Richelieu, en condamnant l’attitude des protestants nîmois en 1613 : « Ces mutins disent par dérision : « le roi est à Paris et nous à Nîmes ». La reine ne pouvant souffrir une action si préjudiciable à l’autorité royale, sans en prendre quelque punition exemplaire, et lui semblant n’en pouvoir prendre une plus grande de cette ville que d’en ôter le siège présidial, fit expédier à la fin d’août lettres patentes par lesquelles Sa Majesté commande qu’il soit transféré de Nîmes en la ville de Beaucaire ». Arme classique et à double tranchant d’une sanction qui vise à la fois le statut religieux de la ville et l’impertinence de ses habitants, devenus des « mutins » pour avoir osé utiliser comme marge de manœuvre l’éloignement du Roi.

Le déploiement d’une diplomatie centrifuge

  • 11 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! », Les catholiques du Sud-Ouest de la France face (...)
  • 12 Le Traité de Vervins, textes réunis par Jean-François Labourdette, Jean-Pierre Poussou et Marie-Ca (...)

16Bien plus dangereux pour le monarque est le risque du développement d’une diplomatie centrifuge, c’est-à-dire indépendante de sa volonté et donc sous le coup de l’accusation de trahison. Les adversaires des Rois de France ont plus ou moins habilement encouragé ces tentations facilitées par la proximité des frontières terrestres et maritimes. Les récents travaux de Serge Brunet en apportent une confirmation précise et sans appel pour ceux qui douteraient encore des services des « espions » que Philippe II avait su recruter et rétribuer parmi les gentilshommes aquitains. Mais les termes de duplicité ou de trahison ne conviennent pas toujours pour qualifier et caractériser l’idéologie de ceux qui, selon la belle formule de Henri IV – qui s’y connaissait en la matière –, avaient encore durant son règne « de l’Espagnol dedans le ventre »11. Inaugurées au début des guerres civiles par les huguenots de guerre en recherche de secours, ces ententes avec les adversaires du souverain mobilisent un personnel de diplomates clandestins, suscitent des pratiques et tiennent en éveil des réseaux forcément préjudiciables à l’unité du royaume et à l’autorité du monarque, en dépit des protestations de loyauté de la part de leurs responsables, qu’il s’agisse des huguenots de guerre ou des ligueurs. Un moment reléguées au second plan lors de la guerre contre l’Espagne, déclarée par Henri IV en 1595, les grandes manœuvres ligueuses reprennent de façon souterraine, dès la signature du traité de Vervins en 1598, et donnent lieu à des complots dirigés contre le Roi lui-même12. Elles resurgissent au grand jour sous le règne de Louis XIII, lors des guerres du duc de Rohan, qui, peu de temps avant le débarquement anglais à l’île de Ré, en juillet 1627, sollicite l’aide du Roi d’Angleterre et fait circuler un Manifeste pour justifier cet appel au nom de la « nécessité publique » :

  • 13 Joël Cornette, Les Années cardinales…, op. cit., p. 195.

« Donc, la nécessité publique étant plus forte que notre patience qui peu à peu s’en allait rendre criminelle de notre ruine, nous avons accouru vers le roi de Grande-Bretagne pour obtenir ou par son intercession ou par son pouvoir que les édits faits pour notre subsistance soient observés, et que la parole qu’on nous avait donnée en laquelle la sienne se trouvait engagée pour notre liberté ne fut point violée »13.

17A quel moment s’atténuent – sans toutefois disparaître – les bénéfices ou la relative impunité liés à la seule distance géographique ? Un événement permet de prendre la mesure de leur affaiblissement durant la première moitié du XVIIe siècle. A l’issue de la révolte du duc de Montmorency et de son exécution à Toulouse, le 30 octobre 1632, non seulement Louis XIII vient en personne en Languedoc, mais il manifeste son autorité souveraine par une série de gestes et de mesures dirigés contre les Etats du Languedoc qui avaient soutenu Montmorency :

  • 14 Richelieu, Mémoires, éd. Petitot, Paris, 1823, t. VII, p. 219.

« Et pource que le caractère de la maison de Montmorency, qui depuis un long temps étoient gouverneurs de Languedoc, étoit si avant imprimé dans ces peuples qu’ils ne croyoient le nom du Roi qu’imaginaire, Sa Majesté estima que le meilleur moyen d’y établir son autorité et son service comme il etoit important, etoit d’y tenir les Etats en sa présence ; elle choisit pour cet effet la ville de Beziers comme le cœur de la province, et voisine de plusieurs autres villes dans lesquelles Sa Majesté régla et le temps et la manière de la tenue des Etats à l’avenir, retrancha les profusions immodérées qui avoient accoutumé de se faire en la tenue desdits Etats, à la foule de son peuple, et y apporta l’ordre convenable à son soulagement »14.

18A l’issue d’une crise aussi grave, la province fut l’objet d’une sanction globale dirigée contre la maison de Montmorency, punie dans sa chair, et contre les villes et les institutions qui avaient soutenu la révolte du gouverneur et de Gaston d’Orléans, le frère du Roi. Mais cette punition, orchestrée par Richelieu, préservait toutefois la spécificité du Languedoc en maintenant l’existence de ses Etats et en renonçant au souhait monarchique d’une division de la province en élections, menace qui avait contribué au déclenchement du soulèvement.

L’exaltation des forces centrifuges au sein de la noblesse

19Il est nécessaire de partir d’un constat propre aux provinces de la périphérie du royaume, les plus exposées aux tentations ou tentatives d’ingérence des Etats voisins durant la seconde moitié du XVIe siècle : jamais leurs noblesses n’ont été autant sollicitées par les partis en présence, pour des raisons où religion et politique apparaissent inextricablement mêlées. Si la première l’emporte au début des guerres de religion, au moins jusqu’aux massacres de la Saint-Barthélemy en 1572, la seconde prend le dessus à mesure que grandissent les chances d’accession au trône du Roi de Navarre, alors investi du gouvernement de la Guyenne par Henri III et des fonctions de protecteur des Eglises protestantes par ses coreligionnaires : cumul à l’évidence inconciliable entre les mains d’un même personnage, qui est, de plus, beau-frère du Roi de France depuis son mariage avec Marguerite de Valois, en août 1572. De retour dans son gouvernement en 1576, à la suite de la signature de l’édit de Beaulieu, Henri de Navarre organise une mobilisation nobiliaire dictée par l’urgence et la nécessité.

Les stratégies de mobilisation des noblesses

20En ses débuts, cette mobilisation conserve un caractère seigneurial adapté à la dimension des possessions de l’héritier des Bourbons-Albret. Elle prend la forme de lettres familières adressées à des proches qui ont en commun d’avoir servi, eux ou leurs parents, dans l’immense réseau de clientèle régionale tissé par les Albret, notamment Jeanne d’Albret et son père, le grand-père du futur Henri IV. Pour la plupart, ces fidèles sont des rescapés des condamnations des années 1569-1570, prononcées par le parlement de Bordeaux dans sa lutte contre l’hérésie, ou des survivants de la Saint-Barthélemy. Insuffisant en nombre et trop resserré, ce premier cercle de fidèles s’élargit grâce à l’adhésion de catholiques modérés, hostiles à une confrontation avec le gouverneur, et par la mise à l’épreuve de nouveaux venus choisis pour leur compétence et leur rôle d’intermédiaires avec les représentants du pouvoir royal. A l’évidence, Montaigne fait partie de ces derniers et représente un allié de poids dans les négociations avec Matignon, investi de la charge de lieutenant général du Roi en Guyenne. Tout en faisant de lui, officiellement, un subalterne du gouverneur, cette fonction le place directement sous l’autorité de Henri III.

21Dans le dispositif qu’il met peu à peu en place pour préserver ses relations avec le souverain, afin de ne pas gâcher ses chances d’accession au trône, Henri de Navarre accorde la plus grande attention aux fonctions militaires de la noblesse et, en particulier, aux gouverneurs des villes-clés de la province. Cette stratégie lui procure un double bénéfice : elle redonne à la noblesse, avec le consentement de Henri III, un rôle naturel de gardienne vigilante de la paix, tout en la préparant à des tâches de commandement pour de futurs combats, sachant que ni le Roi de Navarre, ni le Roi de France n’apprécient de faire appel à des mercenaires étrangers, bien trop coûteux et trop dangereux à leurs yeux. Cette politique de séduction nobiliaire ressemble à celle du gouverneur du Languedoc, Montmorency-Damville, qui tente alors d’opérer une conciliation entre les catholiques modérés et les protestants, nombreux dans sa province. C’est, pour ces deux gouverneurs, une manière d’éviter au maximum des affrontements avec la noblesse de leurs provinces ou d’en repousser les échéances ; tâche bien plus facile pour le catholique Montmorency-Damville que pour le protestant Henri de Navarre, qui nourrit d’autres ambitions…

Les réponses de la noblesse

  • 15 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! », op. cit., chapitres 7, 8 et 9 : Des ligues cat (...)

22Elles dépendent de plusieurs facteurs dont le nombre et l’importance sont variables selon les individus, la localisation de leurs possessions et leurs fonctions. Assurément, les liens personnels ont joué le premier rôle : ce sont les engagements antérieurs des principaux intéressés, de leur famille ou de leurs ascendants qui dictent une ligne de conduite et rendent plus malaisés ou plus voyants les changements de camp. Ces conditions initiales varient à leur tour avec les circonstances. Ainsi, ses premiers coups d’éclat militaires valent à Henri de Navarre des ralliements durant la période qui s’étend entre son retour en Guyenne, en 1576, et la mort du duc d’Anjou, le 10 juin 1584. A cette date, les bénéfices de sa mobilisation nobiliaire sont incontestables. En 1585, la naissance de la Ligue, dont les antécédents sont anciens dans la province, notamment au sein du parlement de Bordeaux, lui vaut l’adhésion de nobles catholiques qui souhaitent sa réconciliation avec Henri III pour une lutte commune des deux princes contre les ligueurs et leurs alliés espagnols. C’est le moment où le maréchal de Matignon empêche par tous les moyens la défaite du Roi de Navarre. Ainsi se constituent au sein de la noblesse militaire trois forces ou trois partis : les Royaux, les Ligueurs et les Navarrais15.

  • 16 Jean-Marie Constant, « Les barons français pendant les guerres de religion », Avènement d’Henri IV (...)

23Pour les étudier à l’échelle du royaume, Jean-Marie Constant a utilisé les notices des chevaliers de l’Ordre de Saint-Michel, de 1560 à 161016. Les résultats de son enquête, qui prend pour cadres les gouvernements du royaume, montrent d’abord l’ampleur de l’engagement militaire de la noblesse dans l’Ouest et le Sud-Ouest. Même si la source utilisée amplifie leur présence, la part des Royaux l’emporte largement avec des pourcentages qui oscillent entre 29 % et 44 %. Loin derrière viennent les partisans de la Ligue, avec des pourcentages compris entre 1 %, comme en Guyenne, et 17 %, comme en Picardie, où était née la première Ligue de 1576, étouffée dans l’œuf ou « récupérée » par Henri III. Leur localisation ne fait que refléter, la plupart du temps, les engagements ligueurs des gouverneurs de provinces, soulignant de la sorte les conséquences centrifuges des choix nobiliaires. Cette même raison explique que les gouvernements de Guyenne et du Languedoc soient très peu réceptifs à la Ligue (moins de 2 %). A l’inverse, les partisans de Navarre sont les plus nombreux en Guyenne (10 %), puis dans l’Orléanais (8 %), qui englobe la Saintonge, l’Aunis et le Poitou, à forte implantation protestante. Partout ailleurs, les Navarrais cèdent le pas aux Ligueurs et aux Royaux, de loin les plus nombreux. L’ampleur de ces déséquilibres éclaire sur la nécessité vitale pour Henri de Navarre de se réconcilier avec le Roi de France afin de mieux isoler et compromettre les partisans de la Ligue.

  • 17 Nicolas Le Roux, « Servir un roi méconnaissable : les incertitudes de la noblesse au temps de Mont (...)
  • 18 Jacqueline Boucher, « René de Lucinge, ambassadeur de Savoie auprès de Henri III : diplomate ou ag (...)
  • 19 Michel Cassan, « Jean de Vernyes et les guerres de Religion en Auvergne », Revue de la Haute-Auver (...)

24Mais cette mobilisation nobiliaire est loin d’être complète et peut aussi se révéler changeante. Il existe un parti des chancelants ou des girouettes, aptes à changer de camp pour toutes sortes de bonnes et de mauvaises raisons, qui vont du ralliement à la trahison, selon toutes les nuances propres à la versatilité des hommes. Nicolas Le Roux s’est penché sur leur cas dans un récent article dont l’intitulé souligne en même temps la part de responsabilités qui incombe au souverain : « Servir un roi méconnaissable : les incertitudes de la noblesse au temps de Montaigne »17. En son temps, pareille versatilité avait été remarquée et analysée par un acteur bien placé pour en mesurer l’ampleur et le prix. Il s’agit de René de Lucinge, ambassadeur du duc de Savoie : « La légèreté de se remuer d’un party en un autre suit cette impatience, car à vray dire pour la moindre occasion de desdeing, soit juste ou non, ils tournent leur casaque, se dépitent sans autre considération »18. A leurs côtés, quoique bien différents puisque soucieux de ne pas prêter attention aux changements de direction du vent…, se trouve le grand nombre de ceux qui préfèrent rester tranquilles, quitte à entrer dans la catégorie des « rieurs » comme on les appelle. Préférant attendre et voir, ils ont choisi de ne pas choisir. Mais cet attentisme ne les met pas à l’abri de l’observation des autres : ainsi Jean de Vernyes, magistrat auvergnat étudié par Michel Cassan, estime dans ses Mémoires que sur les mille deux cents chefs de maisons nobles d’Auvergne, huit cents étaient restés chez eux pour observer la suite des événements19.

25Telle l’araignée immobile au centre de sa toile, les gentilshommes s’assignent eux-mêmes à résidence : à cause, bien sûr, du souci précautionneux de ne pas choisir son camp en attendant que la situation politique se décante, mais aussi pour des motifs économiques ou financiers qui leur imposent de rester chez eux, faute de pouvoir couvrir les frais d’un engagement militaire doublé d’une nécessaire mobilité ; la même contrainte obligeant, à l’inverse, de presser les fils cadets et leurs sœurs à quitter le foyer sous peine de célibat perpétuel ou de vie médiocre. Les livres de raison des gentilshommes qui se veulent bons « mesnagers » de leurs biens, témoignent de la rigueur de la tenue de leurs comptes au jour le jour. Elle est ou elle devient leur préoccupation majeure au regard des bonnes ou des mauvaises années. Toutes leurs autres notations, en marge des chiffres de dépenses et de recettes, scrupuleusement passées au peigne fin des historiens actuels, ne sont pour eux que l’écume de leurs travaux et de leurs jours, qu’elles soient la chronique des événements familiaux, des faits divers ou, le plus souvent, des caprices et des excès du temps. Si ces derniers occupent une si grande place, c’est parce qu’ils conditionnent l’économie domestique et portent la marque de difficultés agricoles qui s’amoncèlent au fur et à mesure de l’emprise en Europe d’un « petit âge glaciaire » aux conséquences funestes.

26Le constat d’ensemble des mobilisations nobiliaires tentées et réussies par le futur Henri IV est celui de la mise en pratique d’un compagnonnage royal partagé par ceux qui l’ont servi entre 1576 et 1589. Les débuts de son règne sont bien différents, car ils provoquent les premiers accrocs de cette collaboration placée sous le signe de relations familières. En Guyenne, les premières déchirures naissent de son départ précipité face aux assauts militaires des Ligueurs et de la séparation forcée entre ceux qui le suivent et ceux qui restent sur place pour préserver son patrimoine et protéger le Béarn et la Navarre. A ces déchirures initiales s’ajoutent l’incompréhension des tractations menées par le nouveau Roi avec les partisans de la Ligue et, bientôt, la réprobation à l’annonce de son abjuration et des négociations qui préparent l’édit de Nantes : autant de motifs de divorce pour ceux dont la fidélité ne s’est jamais démentie et qui sont les mieux placés pour mesurer les infidélités du souverain. Ces ressentiments, ajoutés aux ralliements tièdes des proches de Henri III, sont à l’origine des complots des premières années du XVIIe siècle, qui prennent pour cible la personne royale avec le soutien des réseaux d’espionnage du Roi d’Espagne et du duc de Savoie. Ce n’est pas un hasard s’ils trouvent un bras armé dans le maréchal de Biron, un Périgourdin, dont le père avait combattu le Béarnais avant de le servir loyalement quand il devint Roi de France. Ce n’est pas non plus un hasard si Henri IV n’a pas voulu lui pardonner.

  • 20 Marie-Hélène Goffaux-Grintchenko, Catherine de Bourbon-Navarre (1559-1604). Réseaux, pouvoirs et p (...)
  • 21 Véronique Larcade, Les Cadets de Gascogne, une histoire turbulente, Bordeaux, Editions Sud-Ouest, (...)

27En même temps, la nouvelle cour de France, qui succède à celle des derniers Valois, change profondément de visage. Souhaitée par Henri IV, dirigée avec autorité et talent par sa sœur Catherine de Bourbon20, première dame de France, elle accueille de nouveaux venus dont l’arrivée ne passe pas inaperçue : ce sont les nobles gascons, ambassadeurs d’un Midi à l’accent chantant et au vocabulaire truculent, qui vont devenir source d’inspiration pour le théâtre et la littérature. En attendant, ils grossissent les premières vagues des cadets de Gascogne, récemment étudiés par Véronique Larcade et promis pour certains à un bel avenir21. Leur présence est un premier gage de l’effacement progressif des singularités méridionales fortifiées depuis des siècles par la distance entre elles et le souverain, entre elles et la capitale du royaume.

Le changement d’orientation et l’effacement progressif d’une singularité méridionale (1614-1650)

  • 22 Cité par Joël Cornette dans Les Années cardinales, op. cit., p. 94.

28Observateur perspicace d’un pouvoir qu’il s’est acharné à conquérir puis à préserver, Richelieu livre dans ses Mémoires l’une des clés des relations et des tensions entre forces d’union et de désunion dans le royaume, avec les Grands pour acteurs principaux : « Tant qu’il y aura de l’argent dans l’épargne pour satisfaire l’appétit déréglé d’un chacun, les divisions demeureront dans le cabinet et dans la cour, et le repos de la France ne sera plus ouvertement troublé ; mais lorsque les coffres de l’épargne seront épuisés, la discorde s’étendra dans les provinces et partagera la France, en sorte que, bien que l’autorité royale ne puisse être qu’en un lieu, son ombre paraîtra en diverses parties du royaume où ceux qui prendront les armes protesteront ne les avoir prises que pour le service du roi, contre qui ils agiront »22. Ce raisonnement sans faille reposait sur la propre expérience de celui qui avait été le témoin, dans l’ombre ou sur le devant de la scène, des étapes tumultueuses qui ont préparé le grand rassemblement nobiliaire du règne de Louis XIV, à l’issue des Frondes.

Le changement de cap des années 1610-1615

  • 23 Solange et Pierre Deyon, Henri de Rohan, huguenot de plume et d’épée, 1579-1638, Paris, Perrin, 20 (...)

29Le bouleversement provoqué par l’assassinat du Roi est bien connu, de même que la prise en compte des éléments de faiblesse propres à l’installation d’une régence dans l’attente de la majorité du jeune Louis XIII. Il suffit de ne retenir ici que l’enchaînement des circonstances qui ramènent la « discorde » dépeinte par Richelieu : c’est d’abord, à l’été 1611, l’entrée en résistance des huguenots qui, lors de l’assemblée de Saumur, renforcent leur organisation religieuse et politique en créant des assemblées de cercles, intermédiaires entre les assemblées provinciales et l’assemblée générale. En même temps cette assemblée voit l’émergence d’un chef pour le parti protestant : Henri de Rohan23. Gendre de Sully, issu d’une maison de noblesse immémoriale, homme de guerre expérimenté, il sait galvaniser les énergies. La première épreuve de force se produit l’année suivante avec des phases de confrontations et de replis, tant du côté de la régente que de celui de Rohan. Retenons qu’en 1613, à l’issue d’une agitation des protestants de Nîmes, Marie de Médicis déplace à Beaucaire le présidial de la ville. Arme classique, déjà évoquée, d’une punition qui se solde par le transfert d’une institution monarchique. Toutefois, cette résistance organisée des protestants ne suffit pas à les ranger aux côtés des Grands, « malcontents » de la régente, qui revendiquent les gouvernements des provinces, redevenus des enjeux et de possibles refuges, et imposent la réunion des Etats généraux à l’automne 1614. Le pas décisif de l’union des acteurs de la « discorde » est franchi en novembre 1615 lorsque l’assemblée protestante décide de rallier le camp du prince de Condé et de ses fidèles, qui ont repris les armes deux mois plus tôt. Notons que cette décision coïncide avec la célébration des mariages royaux franco-espagnols qui scellent le renversement des alliances diplomatiques consécutif à la mort de Henri IV. Quelques mois plus tard, les mêmes acteurs sont présents à la table des négociations qui aboutissent en mai 1616 à la paix de Loudun, simple répit au cœur des « divisions » du royaume. Mais il faut désormais compter sur une autorité en droit de s’affirmer pleinement : celle du jeune Roi dont la majorité a été proclamée par le parlement de Paris en octobre 1614.

La reconquête royale des provinces du Midi : Guyenne et Languedoc

  • 24 Histoire de Montauban, sous la direction de Daniel Ligou, Toulouse, Privat, 1984 ; voir le chapitr (...)

30Ses étapes occupent toute la décennie 1620, avec pour principaux épisodes les campagnes militaires dirigées par Louis XIII en personne. A l’automne 1620, se déroule la campagne de Béarn qui se clôt par l’enregistrement de l’édit d’union au domaine royal de la Navarre et du Béarn, derniers territoires du domaine patrimonial de Henri IV. En 1621, une nouvelle expédition aux allures de croisade obtient la reddition sans combat des places de sûreté du Poitou et se dirige vers la Guyenne et le Quercy avec pour principal objectif la prise de Montauban24. Trois mois de siège ne suffisent pas à briser les défenses de la ville et la résistance à toute épreuve de sa population. Quasiment anéantie par une épidémie de peste, l’armée royale se replie à Toulouse en novembre, laissant aux Montalbanais les mois d’hiver pour réparer et renforcer leurs défenses. Ce sera insuffisant pour résister aux assauts d’une armée royale qui, l’année suivante, prend sa revanche et soumet tour à tour toutes les villes protestantes, à l’exception de La Rochelle et de Montauban, qui préservent le droit de conserver leurs fortifications à l’issue de la paix de Montpellier en octobre 1622. L’édit de pacification qui l’accompagne garantit encore aux protestants les clauses de l’édit de Nantes ; ce qui encourage, à la cour, le parti dévot à qualifier cette paix de « honteuse ». Le 29 avril 1624, l’entrée de Richelieu au Conseil du Roi prépare la dernière étape de la reconquête. Elle sera un temps retardée par les grandes manœuvres diplomatiques de la guerre qui sévit dans les Etats germaniques et qui durera trente ans… En 1628, après un siège héroïque, La Rochelle se rend à son tour et, au printemps 1629, Privas et Alès sont les dernières citadelles protestantes à tomber. Le 29 juin, la paix de « grâce » d’Alès met fin à l’organisation politique et militaire du parti protestant. La reconquête des terres s’achève, celle des âmes est déjà commencée…

  • 25 Eckart Birnstiel et Jean-Pierre Souriac, « Les places de sûreté protestantes : îlots de refuge ou (...)
  • 26 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, t. X, 1620-1622, édité par André Thierry, Genève, Droz, 1 (...)
  • 27 Ibid., p. 38.

31Comment les protestants ont-ils réagi face à leurs adversaires et, surtout, face au Roi auquel ils devaient obéissance, mais qui leur devait protection comme à tous ses sujets ? La diversité de leurs attitudes est révélatrice de leurs tensions et de leurs débats internes, éclairants pour notre propos. Les plus meurtris, à l’exemple d’un Agrippa d’Aubigné, sont les anciens compagnons d’armes de Henri IV qui n’ont jamais accepté sa conversion ou n’ont fait que se résigner devant le fait accompli. Mais, avec le temps, leur nombre s’est réduit et leur âge les empêche désormais de jouer les premiers rôles. Désormais ce sont les gouverneurs des places de sûreté qui déterminent aux côtés des corps de ville la conduite à suivre. Or, ni les uns ni les autres, à quelques exceptions près, ne préconisent des solutions de résistance extrême : Eckart Birnstiel et Pierre-Jean Souriac ont pu démontrer que, sous le règne de Louis XIII, ces gouverneurs « firent le choix de l’autorité royale, forme de légitimisme monarchique propre à leur fonction, tout en s’affranchissant de la tutelle du parti »25. D’Aubigné fustige les mêmes responsables en des termes encore plus accablants pour le défunt roi Henri IV que pour eux-mêmes : « Pour vous dire quel estoit le pouls des unes et des autres (places de sûreté), il suffira que depuis le changement de Religion du feu Roi, on les avoit emplies d’Officiers Catholiques, ou à leurs defauts d’autres mercenaires qui rapportoient au Conseil du Roi tous les secrets de leurs Assemblées »26. D’Aubigné en veut aussi aux « Grands du parti (protestant) » qu’il désigne nommément et qui, à ses yeux, ont sacrifié « les affaires des Reformez » à leurs ambitions. Seul trouve grâce « le menu peuple », même s’il le juge contaminé par « le venin » des jésuites27. Rien ne peut apaiser la colère de l’ancien combattant des guerres de religion qui mesure, un à un, les abandons de la nouvelle génération depuis que s’est enclenché un processus voyant de pardons et de « récompenses », destiné à hâter le retour au catholicisme de la noblesse protestante. En juillet 1622, un mois après la reddition de Négrepelisse, occasion d’un effroyable massacre, le maréchal de Lesdiguières abjure le protestantisme. Juste après cette cérémonie, il est fait connétable…

Du centre à la périphérie : les provinces au sein de la monarchie

  • 28 Cité par Joël Cornette, Les Années cardinales, op. cit., p. 135.

32Dès l’entrée de Richelieu au Conseil, au fur et à mesure que progresse la confiance du Roi à son égard, on assiste à une mobilité concertée des gouverneurs de provinces : ils font partie d’un ballet orchestré depuis le cœur de la monarchie, avec distribution de récompenses et d’honneurs pour les bons serviteurs, et mutation forcée pour tous ceux qui trahissent la confiance du souverain. Le principal ministre ne fait que mettre en pratique ce qu’il avait préconisé dès 1617, alors qu’il n’était encore qu’une créature de Concini : si « les princes continuent à faire paraître par leurs actions qu’ils n’ont d’autre dessein que d’abattre l’autorité de Sa Majesté, démembrer et dissiper son Etat, se cantonner en son royaume pour, au lieu de sa puissance légitime, introduire autant de tyrannies qu’il contient de provinces […] ; en ce cas, sa Majesté sera contrainte, quoiqu’à regret, de châtier ces perturbateurs de son Etat »28.

  • 29 Orest Ranum, Les Créatures de Richelieu. Secrétaires d’Etat et surintendant des Finances, 1635-164 (...)

33Cette crainte dicte au principal ministre l’organisation d’une géographie monarchique dont le centre est occupé par le Roi, sa Maison et la capitale du royaume. Pour répondre à cette volonté de centralisation, un règlement daté du 11 mars 1626 précise les attributions et les territoires dévolus aux quatre secrétaires d’Etat29. Au premier sont attribués la Maison du Roi, Paris, l’Ile-de-France, l’Orléanais, le Berry, Soissons et le parlement de Navarre. Au second, tous les « Estrangers » et, dans le royaume, le Languedoc, la Guyenne, Brouage, l’Aunis, La Rochelle et les « affaires généralles des huguenots ». Au troisième, l’Auvergne, le Bourbonnais, le Nivernais, la Bourgogne, la Bresse, les trois évêchés de Metz, Toul et Verdun, la Lorraine, la Champagne, la Picardie, la Normandie, la Bretagne et la marine du Ponant. Au quatrième, la guerre, le taillon et l’artillerie, et, outre cela, le Poitou, la Marche, le Limousin, l’Angoumois, la Saintonge, le Lyonnais, le Dauphiné, la Provence et la marine du Levant. Même si la logique géographique n’est pas respectée jusqu’au bout, même si des considérations politiques ont incité à partager entre le second et le quatrième secrétaire d’Etat les provinces où les protestants restent bien implantés, même si les responsabilités intérieures et extérieures font l’objet d’une imbrication pour le moins complexe, force est de constater que ces attributions concourent à une surveillance des provinces à peu près disposées en auréoles concentriques à partir d’un centre figuré par le monarque et son Conseil.

34Encore fallait-il, en prévision des réactions et des oppositions qui ne manqueraient pas de se produire, frapper l’opinion par des exemples bien plus retentissants que cette nouvelle organisation de l’administration des provinces, qui mettrait beaucoup de temps à s’imposer dans le royaume, pour toutes les raisons déjà évoquées. Quelques mois après le règlement de mars 1626, l’exécution du comte de Chalais, le 19 août, en est une parfaite illustration. Sa peine exemplaire, infligée pour avoir participé à un complot contre Richelieu, devient la meilleure des leçons pour ceux qui n’auraient pas compris les bouleversements en cours dans le royaume. Sans surprise, cette leçon, contenue dans le Discours sur la mort du comte de Chalais à la noblesse de France, était destinée au second ordre :

  • 30 Joël Cornette, Les Années cardinales, op. cit., p. 193.

« Qui n’eut jamais pensé qu’un gentilhomme qui avait été élevé jeune auprès de son prince en qualité d’enfant d’honneur et qui était monté à une des plus grandes charges de sa maison eût eu le courage si félon et si dénaturé que de conjurer contre la personne sacrée d’un si grand roi et contre le repos de son Etat […]. Que cette tête tranchée vous soit donc comme un miroir […]. Ne regardons autre pôle que celui de la royauté, vous y trouverez toujours avec le salut public votre bien particulier. Car le Roi est le vrai chef de la noblesse et le premier gentilhomme de ce royaume… »30.

Notes

1 Montaigne, Les Essais, II, VII, La Pochothèque, 2001, p. 610.

2 Jean-Marie Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996.

3 Joël Cornette, Les Années cardinales, Chronique de la France, 1599-1652, Paris, 2000.

4 Joël Cornette, Chronique du règne de Louis XIV, Paris, 1997, p. 70.

5 Marc Favreau, Les « Portraits » de Bordeaux, vues et plans gravés de la capitale de la Guyenne du XVIe au XVIIIe siècle, Carniac-et-Saint-Denis, Editions de l’Entre-deux-Mers, 2007, p. 89.

6 Brantôme, Les Vies des grands capitaines françois, dans Œuvres complètes, édition L. Lalanne, Paris, Vve Renouard, 1869, t. V, p. 142.

7 Lettres de Henri III, roi de France, publiées par Jacqueline Boucher, t. V et VI : 1580-1585, Paris, Société de l’histoire de France, 2000 et 2006.

8 Anne-Marie Cocula, « Le parlement de Bordeaux et les présidiaux de Guyenne : quelques tracasseries de mise en place », Les officiers « moyens » à l’époque moderne, France, Angleterre, Espagne, Actes du colloque de Limoges (11-12 avril 1997) publiés par Michel Cassan, Limoges, Pulim, 1998, pp. 247-259.

9 Arlette Lebigre, Les Grands Jours d’Auvergne. Désordres et répression au XVIIe siècle, Paris, 1976.

10 Hervé Drévillon, L’Impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005.

11 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! », Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (v. 1540-1589), Paris, H. Champion, 2007.

12 Le Traité de Vervins, textes réunis par Jean-François Labourdette, Jean-Pierre Poussou et Marie-Catherine Vignal, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000.

13 Joël Cornette, Les Années cardinales…, op. cit., p. 195.

14 Richelieu, Mémoires, éd. Petitot, Paris, 1823, t. VII, p. 219.

15 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! », op. cit., chapitres 7, 8 et 9 : Des ligues catholiques à la Ligue (1573-1589).

16 Jean-Marie Constant, « Les barons français pendant les guerres de religion », Avènement d’Henri IV, quatrième centenaire, colloque de Coutras, 1987, Pau, J et D Editions, 1989, pp. 49-62.

17 Nicolas Le Roux, « Servir un roi méconnaissable : les incertitudes de la noblesse au temps de Montaigne », Montaigne politique, Paris, 2005, pp. 155-174.

18 Jacqueline Boucher, « René de Lucinge, ambassadeur de Savoie auprès de Henri III : diplomate ou agent de subversion ? », Monarchies, noblesses et diplomaties européennes, Mélanges en l’honneur de J.-F. Labourdette, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2005, pp. 385-404.

19 Michel Cassan, « Jean de Vernyes et les guerres de Religion en Auvergne », Revue de la Haute-Auvergne, janvier-juin 1999, pp. 61-74.

20 Marie-Hélène Goffaux-Grintchenko, Catherine de Bourbon-Navarre (1559-1604). Réseaux, pouvoirs et propagande d’une princesse calviniste, Université de Pau, 2005, 4 vol. dactyl., 699 p.

21 Véronique Larcade, Les Cadets de Gascogne, une histoire turbulente, Bordeaux, Editions Sud-Ouest, 2005.

22 Cité par Joël Cornette dans Les Années cardinales, op. cit., p. 94.

23 Solange et Pierre Deyon, Henri de Rohan, huguenot de plume et d’épée, 1579-1638, Paris, Perrin, 2000.

24 Histoire de Montauban, sous la direction de Daniel Ligou, Toulouse, Privat, 1984 ; voir le chapitre 7, « La reconquête catholique », par Janine Garrisson, pp. 141-145.

25 Eckart Birnstiel et Jean-Pierre Souriac, « Les places de sûreté protestantes : îlots de refuge ou réseau militaire ? », L’Edit de Nantes. Sûreté et éducation, actes du colloque de Montauban (14-17 octobre 1998), réunis par M.-J. Lacava et R. Guicharnaud, Montauban, S. M. E. R. P., 1999, pp. 127-152.

26 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, t. X, 1620-1622, édité par André Thierry, Genève, Droz, 1999, p. 31.

27 Ibid., p. 38.

28 Cité par Joël Cornette, Les Années cardinales, op. cit., p. 135.

29 Orest Ranum, Les Créatures de Richelieu. Secrétaires d’Etat et surintendant des Finances, 1635-1642, Paris, 1966, A. Pedone, pp. 234-235.

30 Joël Cornette, Les Années cardinales, op. cit., p. 193.

Auteur

Université Michel-de-Montaigne-Bordeaux III

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540