Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Conclusion

Texte intégral

1La biographie de Victor Duruy ne saurait être une fin en soi, et n’a d’intérêt que dans ce qu’elle apporte à la connaissance des évolutions du siècle qu’il a traversé. Evolutions dont il fut le témoin, un témoin privilégié et avisé, de par sa longévité, les hautes positions qu’il occupa dans les milieux politiques et intellectuels, et l’esprit d’analyse conféré par son métier d’historien. De ses rapports d’inspection à ses Notes et souvenirs, de sa correspondance à ses ouvrages historiques, son œuvre écrite est une source précieuse pour la connaissance du XIXe siècle. Evolutions dont il fut l’acteur dans le domaine de l’éducation essentiellement, par son action ministérielle et son œuvre pédagogique. Evolutions dont il fut aussi le reflet, par sa trajectoire personnelle, familiale, professionnelle, sociale, culturelle.

2Lorsque Victor Duruy quitta le ministère, aucun journal ne prit la peine de dresser un bilan de l’œuvre qu’il y avait accomplie. Pourtant, après six années tellement remplies en matière de réformes qu’on le lui reprocha sévèrement, l’exercice pouvait sembler incontournable. Ce fut la postérité qui s’y livra, décernant, sous les vivats de la mémoire, au ministre de Napoléon III, le titre de « grand ministre » ou de « précurseur », insistant sur l’ampleur de ses réformes comme de leur impact. Il est vrai que ce ministère marque une date dans l’histoire des politiques d’éducation, par l’importance de la législation produite. On ne peut que constater en effet que Victor Duruy œuvra dans toutes les directions, et ne laissa de côté aucun champ de ses attributions. Ce serait cependant insulter la mémoire de ses prédécesseurs et travestir la vérité historique que de l’en louer exclusivement. Rouland et Fortoul, pour ne citer qu’eux, avaient également, durant leurs longs ministères, œuvré dans tous les ordres d’enseignement. Cette ampleur ne saurait être vue comme exceptionnelle, même si les volumes du Bulletin administratif gonflent de manière significative sous son ministère – gonflement d’ailleurs dû à la multiplication des rubriques autant qu’à celle du nombre des actes législatifs. Ici comme ailleurs donc, il faut se garder de l’effet de loupe et tenter d’appréhender le bilan objectivement, en s’éloignant des images tenaces laissées par l’hagiographie républicaine.

3Dans l’enseignement primaire, le ministre poursuivait une triple ambition. La première, la plus importante à ses yeux, consistait à étendre cet enseignement. Bourgeois progressiste, mais aussi effrayé par les excès du peuple, il est, comme bien d’autres et pour les mêmes raisons, persuadé du rôle de l’éducation dans l’élévation morale des classes populaires. Il est sûr de la mission fondamentale jouée par l’enseignement dans la conservation de la société. Pour ce faire, il avait proposé de créer un vaste service public d’éducation basé sur les principes de la gratuité et de l’obligation. En la matière, son action a été un échec. La loi du 10 avril 1867, « sa » loi, est bien en deçà des objectifs fixés. Certes sous son ministère, et dans les années qui suivent, le nombre d’écoles et d’élèves continue à progresser, mais cela est tout autant, voire davantage, l’effet d’initiatives individuelles, privées, et le résultat d’un mouvement lancé également par les lois précédentes. Il en est de même pour les salles d’asile, où son action a été peu importante, et dont le rythme de progression se ralentit même sous son ministère. La relance des cours d’adultes est à mettre davantage à l’actif de son bilan : 800 000 Français en bénéficient. Mais 800 000 sur six millions d’ouvriers industriels et agricoles et deux millions de domestiques, ce qui est relativement faible. Quant au résultat qualitatif, il est difficile à évaluer tant les études officielles, particulièrement optimistes, sont à prendre avec précaution. Somme toute, l’enseignement primaire a-t-il donc progressé sous Victor Duruy ? Oui, incontestablement, François Furet et Mona Ozouf l’ont bien montré. Toutefois, cet essor est en deçà de ce qu’il avait espéré. D’autre part, le mouvement est dû aussi à des mesures ou des décisions extérieures à son action. Quant aux deux autres axes de sa politique en la matière, les résultats sont également mitigés : la revalorisation du sort des instituteurs a été menée rapidement et avec détermination, mais ses effets financiers et moraux sont encore limités en 1869 – année où les instituteurs sont toujours utilisés pour mener la campagne des candidats officiels. Quant à la rénovation pédagogique, elle ne devait avoir d’effets qu’à long terme.

4Dans l’enseignement secondaire, Victor Duruy comptait restaurer les études classiques d’une part, créer un enseignement plus adapté aux nouveaux métiers de l’agriculture, de l’industrie et du commerce d’autre part : il s’agissait d’harmoniser l’éducation des élites avec les nouvelles conditions sociales nées de l’industrialisation, comme celles engendrées par les progrès de la démocratie imposaient un nouvel enseignement primaire. Au regard de ces objectifs, dont l’esprit de modernité est à mettre à l’actif du ministre – mais le très vilipendé Fortoul poursuivait les mêmes –, le bilan est ici plutôt positif. L’enseignement des humanités a été restauré dans sa plénitude, la philosophie rétablie, la bifurcation supprimée, l’histoire contemporaine introduite, et ce dès les premiers mois du ministère : Victor Duruy a donc rapidement appliqué son programme. Cependant ce succès est passé par un amoindrissement de la place des sciences et ne constitue pas forcément un progrès dans la voie d’un enseignement plus moderne. Quant à l’enseignement spécial, il est lui aussi un succès réel, à court comme à long terme. Contrairement à la loi de 1867, celle de 1865 correspond peu ou prou au projet présenté par le ministre. La nouveauté que représente l’enseignement spécial survit à son créateur officiel, et même s’il perd peu à peu de sa substance sous l’action des réformateurs républicains, l’esprit qui l’anime, bien résumé par le qualificatif de « moderne », survit dans l’enseignement secondaire tout au long du XXe siècle – quand les humanités finissent, elles, par connaître une vraie crise d’identité avec la disparition progressive du grec et du latin des établissements d’enseignement secondaire. L’enseignement spécial est donc une vraie réussite, dans son esprit comme dans la lucidité qui le fit naître, et dont la création vient répondre à un réel besoin, affirmé depuis plusieurs décennies. Mais une réussite entachée par l’échec de l’École de Cluny fermée en 1891 et par la disparition institutionnelle de l’enseignement spécial. En outre, cette réussite doit autant être attribuée à Victor Duruy qu’à tous ceux qui, de Gustave Rouland à Jean-Baptiste Dumas, ont œuvré en la matière. Enfin l’enseignement secondaire connaît aussi un échec retentissant : les cours pour les jeunes filles, qui se heurtent à la virulente opposition des intérêts cléricaux, et dont les objectifs ne sauraient être reliés à un quelconque désir de modernité, puisqu’il ne s’agissait nullement d’aller dans le sens de l’histoire en promouvant l’émancipation des femmes.

5Dans l’enseignement supérieur, le nom de Victor Duruy reste à juste titre attaché à la seule de ses créations d’envergure qui subsiste cent cinquante ans après : l’École pratique des hautes études. Une réussite réelle, par sa longévité, comme par la réponse qu’elle donne immédiatement après sa création au besoin qui existait de fournir à la recherche les cadres institutionnels que nécessitait son développement, à l’heure de l’affirmation du positivisme et du scientisme. Par ailleurs, la politique de Duruy en matière de haut enseignement est assez limitée. Son soutien aux laboratoires n’a été composé que de mesures ponctuelles aux bénéfices limités. L’enseignement supérieur proprement dit, celui des facultés et des grandes écoles, n’a pas connu la réforme structurelle que ses défaillances faisaient espérer d’un ministre aussi actif : il faudra attendre pour cela les républicains. La liberté de l’enseignement supérieur, projet auquel Victor Duruy tenait autant qu’à celui de la gratuité scolaire, n’a pas plus abouti que cette dernière. Ici encore, le ministre aura connu un échec politique. La vision angélique transmise par l’hagiographie d’un ministère fait de succès et de grandes avancées ne résiste donc pas à l’examen.

  • 1 L’intérêt de la presse pour les questions d’éducation est grand pendant tout le ministère. En témo (...)

6Que doit-on retenir, en définitive, du ministère Duruy ? La loi de 1867 qui prolonge l’œuvre de celles de 1833 et 1850 et annonce celles de 1881-1882, la création d’un enseignement moderne adapté à une situation sociale et à des besoins économiques nouveaux, la promotion, dans la même optique, de disciplines jusque-là peu ou mal enseignées, le dessin, la musique, les langues vivantes, l’histoire, la géographie, l’économie, la gymnastique. L’École pratique des hautes études a été un élément essentiel de la relance de la recherche. La rénovation pédagogique que Duruy a entreprise a abouti à des réalisations appelées à un grand avenir, du livret scolaire aux sorties sur le terrain en passant par les cartes murales ou les récréations. Avancées réelles, qui doivent nous faire considérer que le ministère Duruy constitue bel et bien une étape dans l’histoire de l’éducation en France, mais qui ne doivent pas faire oublier qu’elles furent souvent en deçà des ambitions nourries et constituèrent donc, aussi, des échecs politiques conjoncturels, et que le rôle de Victor Duruy fut rarement celui d’un pionnier ou d’un prophète. Au-delà cependant, son œuvre fut importante, du moins symboliquement, dans la constitution d’un ministère de l’Instruction publique autonome et respecté. Il a cherché à réhabiliter l’Université et à en faire un grand service public digne de ce nom et de la mission grandiose qui lui est assignée. Il a pour cela brisé le carcan vexatoire imposé par la réaction des années 1849-1852, notamment par sa première mesure d’envergure et chargée de symboles, le rétablissement de la philosophie (préparé par son prédécesseur) ; il a tenté de réhabiliter l’image et le sort du corps enseignant, tant par l’amélioration des traitements, que par la réforme du système des décorations, et par la multiplication des signes officiels de confiance et de reconnaissance, politique dont l’Exposition universelle de 1867 constitue le point d’orgue. Il a également lancé pour cela une vaste campagne afin d’augmenter la crédibilité de son ministère, jusque-là fort peu considéré, en renforçant son autorité au sein de l’Université, de l’État, face à l’Église aussi, ainsi que l’efficacité de ses services. Il a également mené une politique de terrain, une politique de la présence, et s’est fait le commis-voyageur de l’Université comme Gambetta sera celui de la République. Ses tournées, ses visites, ses inspections, ont été l’occasion pour le ministre de voir tout autant que de se faire voir. Son souci de publicité, son talent pour la communication politique, se sont exprimés dans l’utilisation de tous les moyens de médiatisation possible, des circulaires au Bulletin administratif en passant par les communiqués. Car Victor Duruy a compris que, désormais, rien ne peut se faire sans l’opinion, sans passer par elle. Ministre démocrate – que cette tendance soit sincère ou obligée –, il a suscité le débat public, mobilisé l’opinion, assuré à la fois l’intérêt et la connaissance – du moins dans une certaine proportion – de la population1. Quatre-vingts ans après les projets de la Révolution, soixante ans après la création de l’Université par Napoléon, l’idée que l’éducation doit être une fonction régalienne représentée par un vaste service public d’instruction doté de la légitimité et des moyens nécessaires à son action s’impose de plus en plus dans les esprits. Dans une compétition européenne croissante, tant politique qu’économique, l’enseignement, gage du rang de la France dans le monde, est un enjeu patriotique. Il est la condition de la grandeur nationale et l’Université, « armée de la paix », est placée au cœur de cette stratégie d’affirmation face aux autres nations : l’Instruction publique doit donc devenir une Education nationale et réaliser enfin l’ancien projet révolutionnaire. Et Victor Duruy aura, avec et après d’autres, largement participé à cette prise de conscience.

7L’image construite et transmise dès la fin du XIXe siècle par les admirateurs de son œuvre doit donc être nuancée. Son ministère est important, mais il ne constitue ni une rupture, ni un début, ni un sommet. Et l’image libérale qui lui est collée depuis un siècle doit aussi être révisée. Certes, Victor Duruy grandit dans un milieu hostile à la Restauration et participe à la révolution de 1830. Certes, il est sur bien des points – et notamment la question de l’éducation – effectivement bien plus « à gauche » que bon nombre de ses collègues du second Empire, pour qui il est longtemps un intrus, et il n’a d’ailleurs de cesse de conseiller à l’empereur de s’engager plus résolument dans la voie de la libéralisation. Certes enfin, il finit dans les années 1870 par se rallier à la République, au point de participer à sa politique scolaire. Mais il ne faut pas oublier également ses répressions systématiques contre les mouvements étudiants (comme Frayssinous, il a licencié l’École normale), son élection plébiscitaire au conseil général des Landes en 1868, son appel très conservateur à voter oui au plébiscite de 1870, son intégration progressive aux sphères du pouvoir et sa figure de grand notable du régime acquise à la fin des années 1860. Sa très conservatrice candidature aux élections sénatoriales de 1876, où il appelle à soutenir Mac-Mahon, ne doit pas non plus être oubliée. Ses prises de position publiques violemment antisocialistes de 1848 et 1871, le souci conservateur qui imprègne son œuvre ministérielle, sa résignation – plutôt que son ralliement – à la République, doivent définitivement le ranger à droite de l’échiquier politique de son époque. Il ne s’agit pas bien sûr pour l’historien de juger, simplement de vérifier la concordance entre l’image et la réalité. Or l’étude de cette dernière nous montre que Victor Duruy ne fut pas le libéral, démocrate, généreux et visionnaire qu’on a souvent présenté, en s’appuyant sur le modernisme apparent de certaines de ses mesures, et sur ce qu’il dit lui-même de ce que fut sa situation au sein du gouvernement impérial, au début seulement de son ministère. Parfait représentant de sa génération et, plus largement, des hommes du XIXe siècle, il est, comme beaucoup de ses contemporains, intellectuellement progressiste, socialement conservateur, politiquement libéral. C’est un représentant presque typique d’une certaine bourgeoisie, parisienne et libérale, élevé par un père qui avait intégré ce groupe à force de travail et d’ambition, attaché toute sa vie à correspondre à ce modèle social. Cette bourgeoisie, il n’a de cesse de la défendre, dans son œuvre historique comme dans son action ministérielle. Historien de la France, il s’attache à montrer que c’est elle qui a permis l’émancipation du peuple, qui a mis fin à l’insupportable tyrannie de l’aristocratie, pour finalement arriver au pouvoir, dominer la société, et offrir à tous la chance d’une ascension possible si l’on s’en donne les moyens. La famille, le travail, l’épargne, l’éducation, sont les valeurs, typiquement bourgeoises, qu’il défend au fil de ses pages. Son œuvre ministérielle d’ailleurs est largement conditionnée par sa mentalité bourgeoise. S’il veut fortifier l’enseignement classique, c’est bien pour raffermir l’autorité traditionnelle de la bourgeoisie sur la société. S’il veut développer un enseignement spécial, c’est pour renforcer le rôle de « creuset social » qu’elle joue. S’il veut assurer l’éducation du peuple, c’est pour le civiliser, pour le discipliner, l’éloigner des « utopies malsaines » véhiculées par les socialistes, et lui transmettre les seules bonnes valeurs, celles du travail, de l’éducation, de la tempérance.

8On ne saurait cependant résumer le parcours de Victor Duruy au seul déterminisme de l’appartenance bourgeoise. La figure est complexe, ambiguë même. Le même homme a apprécié Louis-Philippe, servi Napoléon III et travaillé avec les républicains. Il a admiré Michelet et parrainé les méthodiques, défendu les prérogatives de l’Université autant que la liberté de l’enseignement supérieur, pleuré devant le canal de Suez et critiqué certaines innovations du siècle, comme le chemin de fer et la photographie. Déiste, spiritualiste, c’est un anticlérical, voire un libre-penseur, qui a pourtant profondément respecté la hiérarchie ecclésiastique. Père tendre et aimant, il a sacrifié son fils aîné sur l’autel de la bienséance bourgeoise. La liste pourrait être longue encore des contradictions du personnage. Contradictions apparentes cependant, presque toutes aisément explicables, mais qui brossent en définitive le portrait d’un homme complexe et difficilement classable. Produit d’un milieu et d’une époque, Victor Duruy constitue néanmoins un exemple privilégié d’un système de représentations particulier. Ce n’est qu’en reliant les faits visibles de sa vie et de son œuvre à ce substrat moins directement accessible que l’on peut vraiment comprendre et apprécier ce qu’il fut et ce qu’il fit. Il ne s’agit ni de réhabiliter un personnage trop oublié, ni d’abandonner la légende dorée pour tomber dans l’excès inverse et le vouer aux gémonies historiographiques : simplement de replacer l’homme, le plus précisément possible, à sa juste position historique, et de mieux comprendre le milieu et le siècle qu’il a traversés.

Notes

1 L’intérêt de la presse pour les questions d’éducation est grand pendant tout le ministère. En témoigne l’évolution de la table des matières du Journal général de l’Instruction publique, progressivement réorganisée en de nouvelles rubriques : « échos de la presse et extraits des journaux » (1864) ; « polémique et actualités » (1865) ; « La Presse et les questions d’enseignement », dont une sous rubrique : « communiqués adressés à divers journaux » (1866).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540