Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Quatrième partie. Une glorieuse retraite (1869-1894)

Chapitre IX. Notoriété, autorité, mémoire : apogée et déclin de la légende duruysienne

Texte intégral

1Sa sortie du ministère n’a pas seulement rendu Victor Duruy à la vie de famille : elle lui a aussi permis de retourner à ses études historiques et, privé qu’il est désormais de toute fonction enseignante, il peut se consacrer entièrement à son métier d’historien. De 1870 à 1894, soit pendant un quart de siècle, l’ancien serviteur de Napoléon III poursuit son œuvre au cœur des milieux intellectuels et savants de la capitale, où il occupe progressivement une position de choix, à défaut d’être de premier plan. Trois fois membre de l’Institut, historien éminent aux mérites littéraires, sinon scientifiques, reconnus, il bénéficie en outre de sa réputation de ministre libéral et de « précurseur de la République sous l’Empire ». Son rayonnement intellectuel transcende les clivages politiques et, grâce à la diffusion de ses livres au sein des réseaux internationaux de la maison Hachette, sa notoriété dépasse les frontières. Son autorité, quasiment incontestée, n’en fait cependant pas un chef de file et, malgré sa célébrité et le respect assez général dont son nom, sa personne et son œuvre sont entourés, il est loin d’apparaître comme une figure de premier plan des évolutions épistémologiques du dernier quart du XIXe siècle, a contrario d’un Berthelot, d’un Monod ou d’un Durkheim. L’un des derniers représentants des générations romantiques, lui qui est né sous Napoléon Ier et a grandi sous le règne des derniers Bourbons, il fait davantage figure de glorieux ancien, d’autorité sacrée, que de maître à penser pour les générations futures. Ainsi se trouve-t-il dès avant sa mort comme embaumé dans le sarcophage d’un respect admiratif et quasi-universel, qui emprisonne son image et, déjà, sa mémoire, dans un certain nombre de clichés plus ou moins fondés. Après sa disparition en 1894, cette légende dorée – qu’il a contribué lui-même à construire – se poursuit, son souvenir reste vivace pendant une vingtaine d’années, puis tend à s’estomper progressivement, et l’hagiographie déclinante laisse la place à l’historiographie. Ainsi, après les années de formation, d’enseignement et de pouvoir, c’est un nouveau Victor Duruy dont il s’agit d’écrire l’histoire : le Victor Duruy de la légende, forgée dès sa sortie du ministère et perpétuée sous des formes diverses et pour des motifs variés, tout au long du XXe siècle.

Une autorité savante

L’entrée à l’Institut

2Après les drames politiques et personnels des années 1870-1872, Victor Duruy renoue en 1873 avec les satisfactions. Outre son remariage en mai, et l’annonce de la grossesse de sa femme à l’été, sa carrière éditoriale semble elle aussi reprendre de la vigueur : cette même année est publié un nouveau manuel, l’Abrégé de l’histoire universelle, écrit pour la classe de philosophie et publié dans le « Cours complet d’histoire et de géographique », la collection de manuels d’histoire de la maison Hachette qu’il anime depuis les années 1850. Durant son ministère, la vente de ses ouvrages n’avait pas faibli ; au contraire, sa position de ministre semblant avoir plutôt favorisé la diffusion de ses manuels scolaires. Les volumes de son « Petit cours d’histoire de France » destiné à l’école primaire continuent à être régulièrement réédités durant les années 1870. Le succès des volumes qu’il fournit à l’« Histoire universelle » ne se dément pas non plus : en 1872, l’Histoire des temps modernes connaît sa sixième édition ; en 1873, l’Histoire grecque est éditée pour la huitième fois, l’Histoire romaine pour la douzième… Depuis son entrée au ministère, aucun nouveau volume n’avait évidemment paru, et l’Abrégé de 1873 marque donc la reprise de sa production classique. Il s’agit pourtant du dernier manuel nouveau qu’il rédige. Son activité est désormais essentiellement dominée par des ouvrages destinés à un large public, par une production de vulgarisation érudite réservée à des lecteurs plus savants. Son Histoire de la Grèce ancienne, publiée en 1862 en 2 volumes in-4°, est rééditée en 1874 en deux gros in-8° illustrés, sous le titre d’Histoire des Grecs. Mais ce sont Rome et sa civilisation auxquelles il consacre surtout son activité et sa passion. Il avait repris en 1870 son Histoire des Romains et des peuples soumis à leur domination dont les deux premiers volumes avaient paru en 1843-1844. Entre 1870 et 1876, c’est une édition en six volumes in-8° retraçant l’histoire de la République et de l’Empire jusqu’à Dioclétien qui paraît. Il en extrait d’ailleurs en 1874 une biographie, L’Empereur Hadrien. C’est à retracer cette fresque surtout qu’il consacre désormais son activité d’historien.

  • 1 NS II, p. 280.
  • 2 François Fossier, Au pays des immortels. L’Institut de France hier et aujourd’hui, Mazarine, 1987, (...)
  • 3 Pour le détail de ces communications et publications, nous renvoyons à la liste des œuvres de Vict (...)

3Comme Victor Duruy ne peut, de par sa mise à la retraite, intégrer un établissement susceptible de fournir un cadre institutionnel à son activité d’historien, l’Institut semble être le lieu où son autorité en la matière pourra pleinement s’exercer : l’historien y voit « le grand consécrateur des renommées studieuses et honnêtes ». Or, à la fin de l’année 1872 décède l’historien Ludovic Vitet, qui libère ainsi son fauteuil à l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres. Deux spécialistes réputés de l’Antiquité, l’épigraphiste Léon Rénier et le romaniste Joseph Naudet, persuadent l’ancien ministre de présenter sa candidature. Celui-ci se laisse convaincre et se porte candidat le 31 décembre. Le 14 novembre 1873, il est facilement élu et, deux semaines plus tard seulement, reçu à cette Académie1. C’est une consécration de sa carrière d’historien érudit : cette institution a en effet pour vocation de promouvoir la collecte, le recensement et la publication des sources. Ayant la haute main sur les écoles françaises de Rome et d’Athènes, ainsi que sur l’école des Chartes, c’est elle qui est chargée de la publication des grands recueils de documents, actes législatifs, historiens de la Gaule, etc. En outre, elle joue un rôle d’encouragement à la recherche, par les prix qu’elle décerne2. Victor Duruy fait d’ailleurs partie de la commission Gobert en 1874, puis des commissions pour les prix ordinaires en 1876-1878. Les membres étant eux-mêmes invités à produire des communications et des publications, l’historien s’investit : faisant profiter ses collègues de ses recherches en cours sur l’histoire romaine, il livre, jusqu’en 1881, dix-sept conférences, soit près de deux par session. Toutes portent sur son thème de prédilection. Certaines sont particulièrement longues : son mémoire sur le régime municipal dans les deux premiers siècles de l’ère chrétienne occupe sept séances, de novembre 1875 à janvier 1877. À l’occasion, il peut rencontrer un grand succès : le 29 janvier 1875, un académicien réclame que sa note sur le tribunus militum a populo soit lue une seconde fois… L’Académie y renonce, mais le mémoire est publié par l’Imprimerie nationale en 1878, en même temps qu’une autre étude sur la formation de deux classes de la société romaine. Du reste, ces notes sont exploitées également pour l’Histoire des Romains à laquelle il travaille jusqu’au début des années 1880, et sont aussi matière à articles dans des revues savantes : son étude déjà citée sur le régime municipal romain et une autre sur l’empereur Septime Sévère sont ainsi publiées dans la Revue des Deux Mondes en 1876 et 18783.

  • 4 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 24 août 1878) ; NS II, p. 281.
  • 5 Académie des Sciences Morales et Politiques. Notices biographiques et bibliographiques. 1892. 1ère(...)

4En 1879, Joseph Naudet décède à son tour : outre son fauteuil à l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, il laisse vacante sa place à celle des Sciences morales et politiques. Cette fois, c’est Ernest Bersot qui se charge de convaincre l’ancien ministre de se porter candidat à sa succession. « Vous n’avez plus de romaniste à l’Académie des Sciences morales, écrit-il à son ami Jules Simon dès le 24 août 1878 ; voulez-vous de moi ? » Il est en effet élu le 1er février 1879, par 25 voix sur 32 votants4. Siégeant au sein de la cinquième section de l’académie, celle de l’histoire générale et philosophique, auprès de vieilles connaissances comme le duc d’Aumale, Auguste Geffroy, Zeller, ou encore le géographe Auguste Himly5, l’ancien ministre poursuit ses communications d’histoire romaine, mais fait surtout œuvre de critique bibliographique, livrant jusqu’à sa mort à ses confrères ses rapports ou observations sur vingt-quatre ouvrages, relevant tant de l’histoire de l’Antiquité que de l’histoire religieuse, de l’histoire moderne, du droit et, surtout, de l’éducation.

  • 6 JB Dumas à V. Duruy, 24 janvier 1884, dans NS II, p. 239.
  • 7 AI : Dossier V. Duruy à l’Académie française, 1G29 ; BI – Papiers et correspondance de Maxime Du C (...)
  • 8 Lucien Delabrousse, « Les Arènes de la rue Monge », L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, 190 (...)

5Victor Duruy est donc depuis déjà onze ans membre de l’Institut lorsqu’il rejoint, consécration ultime, l’Académie française, en 1884. Le 23 mars 1883 décède Henri Martin, historien de la France et ancien sénateur de l’Aisne. Certains académiciens, et notamment Jean-Baptiste Dumas, l’encouragent alors à prétendre à sa succession ; mais l’ancien ministre hésite : peut-être l’idée de faire l’éloge d’un collègue qui fut un opposant aux Bonaparte le met-elle mal à l’aise6. Le 23 mars suivant cependant, c’est au tour de l’historien de la Révolution François Mignet de décéder, et de laisser vacante le XIIIe fauteuil de la « Vieille Dame ». Cette fois Victor Duruy accepte de se porter candidat. Peut-être la mort de Dumas, le 11 avril, précipite-t-elle la décision de l’ancien ministre, soucieux de combler post mortem les vœux de son ami. L’élection se déroule le 4 décembre 1884. Ironie de l’histoire, le comte de Falloux est absent. Émile Ollivier également, mais le candidat, opposé à Théodore de Banville, compte parmi les vingt-sept membres présents un certain nombre d’amis (Jules Simon, Ernest Legouvé, Louis Pasteur) et d’anciens élèves (le duc d’Aumale, Émile Augier, Victorien Sardou, Mgr Perraud. Ernest Renan apporte également sa voix au ministre qui avait dû le révoquer du Collège de France. Caro participa, lui, à l’« Histoire universelle ». Maxime du Camp enfin concourt activement à l’élection. Le résultat est sans appel : 24 voix se portent sur sa candidature. Deux académiciens ont voté blanc. Maxime du Camp nous apprend par ailleurs que Désiré Nisard s’est abstenu : vote peu étonnant, quand on sait les relations entre lui et Victor Duruy depuis le ministère7. Un seul Immortel enfin a voté pour Banville : Victor Hugo. L’auteur des Châtiments en voulait-il à l’ancien serviteur de l’Empire ? Victor Duruy lui-même semble le croire. En juillet 1883, lors d’une séance du Comité pour la préservation des Arènes de Lutèce qu’il présidait, il avait hésité à signer de son nom un appel à Victor Hugo, de peur de compromettre l’entreprise. Mais à en croire Lucien Delabrousse, membre de ce même Comité, le grand poète reconnaissait comme tout le monde en Victor Duruy l’un des hérauts de l’enseignement populaire8. Son vote en faveur de Banville est peut-être motivé par d’autres considérations : il aura pu par exemple préférer un poète à un historien – peut-être en souvenir du fait que lui-même avait été battu par l’historien Mignet en 1836 : il vote d’ailleurs le même jour pour le poète Leconte de Lisle contre le mathématicien Joseph Bertrand au siège de Dumas.

L’Académie française : une intronisation dans la polémique

  • 9 F. Fossier, op. cit., p. 32, 48-50 et 62 sq.
  • 10 AN : 114AP2/5 (Traduction d’un article de Ladislas Wickicewicz dans le courrier de Varsovie, décem (...)
  • 11 BI – Papiers et correspondance de Maxime Du Camp, no 3746 (V. Duruy à M. du Camp, 15 juin 1889, fo(...)
  • 12 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 5 décembre 1884).
  • 13 BI : Papiers et correspondance de Maxime Du Camp, no 3746 (V. Duruy à M. du Camp, 13 juin 1885, fo(...)

6Cette élection quasi-triomphale semble à beaucoup tout à fait naturelle : Victor Duruy cumule en effet tous les critères permettant d’appartenir à l’Académie9. Sa position de ministre à l’œuvre quasi unanimement reconnue lui avait valu l’élection à l’Académie des Sciences morales et politiques ; sa carrière d’historien lui avait permis d’intégrer les Inscriptions et Belles-lettres ; l’ensemble de son œuvre le fait finalement rejoindre l’Académie française, quelques mois seulement après la mise en place par les républicains de la législation scolaire qu’il avait en grande partie inspirée, et alors que s’achève la publication de l’œuvre de sa vie, sa magistrale Histoire des Romains enfin terminée, dont le dernier volume paraît en 1885 dans une luxueuse édition illustrée en sept volumes in-8°. C’est, à en croire Frédéric Gilbert, du Gaulois, la raison essentielle de l’accueil de Victor Duruy sous la Coupole. Pourtant cette élection suscite quelques remous dans les milieux autorisés. On en trouve l’écho jusque dans la lointaine Pologne où le Courrier de Varsovie explique que « les couleurs politiques de Duruy indisposent contre lui les Académiciens, en majorité orléanistes », et qu’ils « l’ont admis quasi de guerre lasse et faute de pouvoir faire autrement10 ». L’heureux élu lui-même écrit en 1889 à Maxime du Camp : « je suis assuré que certaines personnes ne seraient pas fâchées qu’on me fît payer la rançon de ma bonne fortune11 ». Plus que les orléanistes cependant, ce sont les catholiques qui vont gâcher la fête, en la personne du cardinal Perraud, chargé en tant que président de recevoir Victor Duruy à l’Académie. Ironie de l’histoire, qui pousse un haut dignitaire de l’Église à accueillir un ancien ministre anticlérical. Ce dernier pensait que le prélat s’arrangerait pour éviter la confrontation12. Mais le cardinal préfère relever le gant, et une première passe d’armes a lieu entre les deux hommes lors de la préparation de la séance d’intronisation devant la commission de lecture des discours de l’Académie. Victor Duruy reproche au prélat de changer « l’Académie en une chapelle, et la commission d’une compagnie littéraire en un tribunal de la pénitence » ; Victorien Sardou obtient difficilement une modification du texte prévu, qui devait présenter Duruy « comme un ennemi du christianisme13 ». Mais le prélat ne change rien sur l’essentiel, et la séance s’annonce quelque peu houleuse – dans les limites toutefois de la bienséance et du protocole propres à la solennité du lieu et de l’occasion.

  • 14 Le Gaulois, 11 juin 1885.
  • 15 Edmond Scherer, Études sur la littérature contemporaine, C. Lévy, 1886, t. VIII, p. 306 sq.
  • 16 Le Gaulois, 19 juin 1885 ; sur la façon dont se déroulaient ces cérémonies, voir la description qu (...)

7La rencontre entre le ministre anticlérical et le prélat ne peut cependant manquer de susciter l’intérêt des observateurs. Le jour même de la réunion préparatoire, Le Gaulois organise un double reportage, chez les deux hommes. Très lucide sur ses intentions, Victor Duruy accueille le journaliste venu l’interroger mais refuse de le laisser lui « tirer les vers du nez » ; quand à Mgr Perraud, il tente de minimiser l’événement en affirmant qu’on ne s’en occupera pas bien longtemps14. Mais c’est bien pourtant pour écouter son discours sur Duruy – moins visiblement que pour entendre celui de ce dernier sur Mignet – qu’un nombreux public prend place sous la Coupole, le 18 juin 188515. L’assistance est assez clivée. Il y a là en effet des fidèles du cardinal, de hautes figures du parti clérical, le nonce lui-même, Mgr Di Rende, la maréchale de Mac-Mahon, le comte de Falloux… Des amis de Victor Duruy sont venus aussi, la baronne de Bourgoing et sa fille, la femme de Louis Pasteur, le duc d’Aumale, le prince Napoléon… Félicie Dosne, belle-sœur et égérie d’Adolphe Thiers est venue assister à l’éloge de Mignet, grand ami du président défunt. Anselme Batbie, le comte de Nieuwerkerke, Léon Say, sont également présents dans l’assistance quand, à 14 heures, les quarante académiciens font leur entrée, au son solennel des tambours de la Garde républicaine. Perraud est en tête, « en soutane noire à boutons rouges, ceinture violette et manteau de cérémonie violet à collet rouge ». À ses côtés, en uniforme vert, Charles de Mazade et Camille Doucet. Entre ensuite Duruy, entouré de ses deux parrains : son ami Louis Pasteur, son ancien élève Émile Augier. Il porte pour l’occasion le grand cordon de la couronne de Fer que vient de lui envoyer le roi Humbert d’Italie. Suivent les secrétaires perpétuels et le reste de la compagnie, qui prend place dans les fauteuils. Victor Duruy reste seul au-dessus de ses nouveaux collègues qui lui tournent le dos, à la droite du « perchoir », où le président, le secrétaire perpétuel et le chancelier de l’Académie ont pris place16. Et, au signal du président qui ouvre la séance, il commence son discours, d’une voix sourde et d’un débit « assez lent » qui font que « l’on a toutes les peines du monde » à l’entendre.

  • 17 Discours… pour la réception de M. Duruy, op. cit.
  • 18 E. Legouvé, op. cit., p. 261.
  • 19 Collection George Duruy.

8Comme le veut l’usage, il retrace le parcours intellectuel et scientifique de son prédécesseur, d’une façon plus biographique que critique, mais dans lequel on aura du mal à ne pas voir certaines analogies avec son propre parcours, l’influence paternelle, déterminante, la carrière menée jusqu’aux plus hauts sommets au sein de l’Université et grâce à elle, le choix de l’enseignement par dépit de ne pouvoir « se faire soldat ». Par ailleurs l’évocation de l’œuvre de Mignet permet à Victor Duruy de se livrer à une longue réflexion sur l’histoire et le métier d’historien, ainsi que sur la politique et la société. Il y met toute son âme d’enfant du siècle, élevant au niveau du modèle l’image d’un homme en lequel se mêleraient patriotisme, progressisme et libéralisme. Au terme de cette profession de foi, il exprime pour conclure la satisfaction qu’il éprouve à faire désormais partie de l’Académie française, en lui rendant un hommage égal à celui de l’Université et de Napoléon III. Le discours, à en croire Le Gaulois, remporte un certain succès ; l’académicien est interrompu à plusieurs reprises par les applaudissements, lesquels ne manquent pas non plus de conclure le discours. Commence alors la réponse de Mgr Perraud, qui satisfait l’auditoire en alternant l’éloge le plus flatteur et la critique la plus acérée. Après être rapidement revenu sur la vie de Mignet, et son goût pour la liberté, il s’évertue à remettre en cause les fondements de la liberté, concurrencée par la toute-puissance divine. Si le prélat relève par ailleurs l’intégrité politique, la qualité scientifique et le civisme patriotique de Victor Duruy, s’il insiste sur sa parfaite connaissance de l’antiquité romaine, il lui reproche cependant d’attribuer au christianisme la chute de l’Empire romain. La charge terminée, sur un compliment pour de bonnes paroles de l’historien sur le christianisme, Mgr Perraud clôt son discours, et la séance est levée17. Tandis que les tambours de la Garde républicaine font à nouveau trembler les murs du quai Conti, les académiciens, puis le public, quittent par la porte principale la grande salle des séances, entourés d’une haie d’honneur. Victor Duruy est désormais bel et bien membre de l’Académie française. Sa séance de réception n’aura pas été exempte de polémique : le discours de Perraud a lui aussi été très applaudi. Mais, à l’heure où l’ancien ministre, recevant son épée d’académicien, savoure une nouvelle heure de gloire, la dernière de sa vie, rien ne pourrait venir gâcher son plaisir ; il fait part à Ernest Legouvé du bonheur qui est le sien18. Et la photographie prise du nouvel élu en habit d’académicien montre en effet toute la fierté qu’éprouve la septuagénaire à porter cet ultime costume de gloire19.

Un cacique du bonapartisme ?

  • 20 NS II, p. 76.
  • 21 V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vals, op. cit. ; APP : B. A/1062 – Dos (...)
  • 22 Laetitia de Witt, Le Prince Victor Napoléon, Paris, Fayard, 2007, p. 204.
  • 23 Les lettres entre V. Duruy et la famille impériale sont aujourd’hui dispersées. coll. George Duruy (...)

9Tombé du pouvoir avec l’Empire, Victor Duruy ne rompt pas complètement avec le monde politique dans les années 1870, et notamment avec les partisans de l’Empire. Jusqu’à sa mort en effet, il reste fidèle à la mémoire de Napoléon III, ainsi qu’à celle de sa femme et de son fils. Ses Notes et souvenirs d’ailleurs comportent deux longs chapitres sur l’empereur et l’impératrice, dans lesquels il s’emploie, avec d’autres, à rétablir leur image et à les dédouaner d’un certain nombre de faits qui leur sont reprochés. C’est surtout la gratitude qui l’anime. « Si je recueille ici quelques souvenirs, précise-t-il en commençant le chapitre sur Napoléon III20, c’est pour qu’après moi les miens sachent ce qu’ils doivent de reconnaissance au Prince qui a honoré leur père d’une confiance absolue et, je puis dire, de son amitié ». Aussi fait-il partie après 1870 du club des anciens de l’Empire, qui se réunissent régulièrement à Chislehurst ou bien dans les cimetières où finissent les uns après les autres les dignitaires du régime déchu. Il garde contact avec la famille impériale, qu’il visite dès septembre 1871, assiste aux funérailles de Napoléon III en 1873 puis à celles du prince impérial en 187921 et rend ensuite plusieurs visites à l’impératrice Eugénie, dont il garde un excellent souvenir et qu’il regrette de ne pouvoir aller rencontrer plus souvent outre-Manche. Celle-ci correspond encore avec l’ancien ministre jusqu’à sa mort, et elle écrira encore à sa veuve après 1894. Les contacts ne sont pas rompus non plus avec la famille du roi Jérôme. En mars 1878, l’historien envoie au prince Napoléon son Histoire des Romains, ce qui lui vaut une réponse particulièrement amicale, pleine de remerciements, et de compliments sur son travail d’historien. Le prince écrira même en 1886 à George Duruy : « Votre père est un de mes meilleurs amis », et couchera l’ancien ministre sur son testament en 188922. Cette amitié vaut à l’ancien professeur une éphémère reprise de service : en mai 1878, en effet, le prince Napoléon fait appel à ses conseils éclairés pour choisir une voie d’études pour son fils, le prince Victor, né en 1862. Ils auront à ce sujet une conversation l’année suivante chez la princesse Mathilde, tant et si bien qu’à la fin de 1881, Victor Duruy est chargé de préparer le prince au baccalauréat et au concours d’entrée à Saint-Cyr. Le jeune homme lui en voue d’ailleurs une certaine reconnaissance. L’historien correspond encore avec la princesse Mathilde, dont il semble fréquenter occasionnellement le salon, ainsi qu’avec le prince Roland Bonaparte et, en juillet 1906, la princesse Jeanne, sœur de Roland, informera encore madame Duruy des fiançailles de sa fille23.

  • 24 AN : 114AP1 et 2 ; APP : E. A/43 (4) ; coll. George Duruy.
  • 25 APP : E. A/43 (4) ; Lettre de V. Duruy à H. Cornu, 10 janvier 1875, La Dépêche (Toulouse), 6 mai 1 (...)

10Les relations entre Victor Duruy et les réseaux bonapartistes ne sont pas seulement le fait de l’amical souvenir ou de la mondanité : elles revêtent également un caractère plus politique. L’ancien ministre garde aussi de nombreux contacts avec les dignitaires du régime déchu, pour certains membres actifs du parti bonapartiste dans les années 1870. Béhic, avec qui il a des relations amicales depuis le ministère, Rouher, le maréchal Canrobert, l’ancien préfet Alphonse Paillard, font partie de ses relations épistolaires, tout autant qu’Edgard Raoul-Duval, représentant de la nouvelle génération impérialiste. Il assiste aux enterrements successifs des anciens dignitaires de l’Empire, Clary en 1877, Drouyn de Lhuys en 1881, Frédéric Le Play, conseiller de Napoléon III, commissaire aux expositions universelles, conseiller d’État, puis collègue de Victor Duruy au Sénat en 1869-187024. Ces amitiés bonapartistes sont aussi celles de ses fils, Albert et George, liés eux aussi au parti. Elles conduisent l’ancien ministre à se présenter, en 1876, aux élections sénatoriales, destinées à faire désigner par les grands électeurs ceux qui iront siéger aux côtés des 75 sénateurs inamovibles, dans la nouvelle chambre haute créée par la loi constitutionnelle du 24 février 1875. Depuis leurs succès aux élections partielles des années 1873-1875, les bonapartistes ont le vent en poupe. Victor Duruy compte-t-il sur ce contexte favorable pour reprendre un rôle politique ? S’agit-il pour lui d’entrer à nouveau dans l’arène parlementaire, de concourir à faire triompher les idées conservatrices qui l’habitent plus que jamais depuis l’Année terrible, ou bien de retrouver, avec le mandat parlementaire, une source de revenus fixe ? En l’absence de renseignements sur ses motivations, on en est réduit aux conjectures. Tout au plus sait-on, grâce à la préfecture de Police, que sa décision est prise dès le mois d’août 1875, qu’il demande alors à ses éditeurs de lui fournir les avances nécessaires au financement de sa campagne, et, qu’en janvier 1876, il en a reçu 40 000 francs – ce qui en ferait le candidat bonapartiste le plus riche. Toutefois cette candidature ne fait pas l’unanimité, certains conservateurs ne lui étant pas favorables, et les partisans de l’Empire n’étant pas tous prêts à compter avec lui25. La profession de foi qu’il publie au début de janvier 1876, peu de temps avant le scrutin, le pose pourtant résolument comme un homme de droite. Revenant sur les troubles connus par la France depuis cinq ans, il affirmer souhaiter une pause salutaire dans ces difficultés, le retour à l’ordre social et politique et à la reprise des affaires et, pour cela, prône le respect de la loi ainsi que le ralliement, assez surprenant d’ailleurs, à Mac-Mahon. C’est donc bien du côté des conservateurs que se range le candidat Duruy, soucieux de contribuer à l’affermissement du pouvoir et à la mise en place d’un nouveau régime, stable et durable. C’est en cela que Victor Duruy apparaît comme un conservateur, mais, plus précisément aussi, comme un bonapartiste, puisqu’il prône explicitement, pour ce faire, l’appel au peuple, vu comme « le moyen le plus simple et le plus sûr d’en finir avec nos dissensions intestines ».

  • 26 V. Glachant, op. cit., p. 20.
  • 27 Ibid., p. 15-17.
  • 28 Lettre à A., 24 juin 1879 (collection Janine Duruy) ; APP : B/a/1062 (rapport du 1er août 1883).

11Outre un appel aux électeurs de Villeneuve-Saint-Georges, sont publiés dans des journaux comme La Liberté, où travaille Albert Duruy, des articles favorables à sa candidature, ainsi qu’une brochure anonyme, M. Victor Duruy, rédigée au moins sous son inspiration, qui rappelle son œuvre en faveur de l’éducation nationale, et sa fidélité au principe du patriotisme26. Mais cette prise de position est loin de satisfaire l’opinion. Bien des observateurs, pas toujours bien intentionnés à son égard, jugent sa position ambiguë, l’accusent au mieux d’hésitations, au pire d’opportunisme, et lui demandent de prendre position, ouvertement, pour l’Empire ou la République. Il compte par ailleurs de nombreux adversaires, dans les deux camps : à droite, des opposants, cléricaux notamment, à la politique qu’il mena à la tête du ministère de l’Instruction publique ; à gauche, certains libéraux qui lui reprochent l’affaire Renan ou le licenciement de l’École normale, ainsi que ses liens toujours forts avec la famille impériale27. Finalement, sa candidature est un échec. Elle semblait trop marquée à droite, mais aussi trop ambiguë : les trois élus du département de Seine-et-Oise sont trois représentants du centre-gauche, des républicains modérés amis de Thiers. Ce sont surtout des personnages d’une autre carrure politique que la sienne : Léon Say est alors ministre des Finances, après avoir été préfet de la Seine ; il a été élu député de la circonscription en 1871, tout comme Ernest Feray, notable local patenté, filateur et maire d’Essonne ; Charles-Gustave Gilbert-Boucher enfin est président du conseil général. Leur positionnement clair, en faveur d’une république conservatrice qui a alors les préférences de la majorité des électeurs, et leur figure de notables locaux ont fait pencher la balance en leur faveur, et renvoyé l’historien, décidément peu fait pour la politique, à ses chères études. Les élections de 1876 marquent la fin de la carrière politique de Victor Duruy. En 1879, il affirme clairement ne vouloir plus être que spectateur de la vie du parti. Les divisions qui déchirent les partisans des Napoléon après la mort du prince impérial terminent d’en détourner l’ancien ministre et, en 1883, il refuse d’être à nouveau candidat, rompant ainsi tout lien avec une famille politique qui n’avait jamais vraiment été la sienne, et ne gardant plus avec ses dirigeants que des rapports d’ordre personnel28. Il n’aura de mots dans ses Souvenirs que pour le couple impérial à la mémoire duquel il garde une fidélité intacte jusqu’à la mort.

Les hommages de la République

  • 29 NS I, p. 205.
  • 30 Martin Nadaud, Histoire des classes ouvrières en Angleterre, E. Lachaud, 1873, p. 114.
  • 31 Réunion des sociétés des beaux-arts des départements à la Sorbonne, du 28 avril au 1er mai 1886…, (...)
  • 32 BAIP 1872, p. 238 ; 1879, p. 319 et 990 ; 1882, III, p. 97.

12Les liens, encore forts donc, que Victor Duruy entretient avec les bonapartistes dans les années 1870 ne suffisent pas à entamer l’image de ministre libéral qu’il s’est forgée durant ses six années passées rue de Grenelle, et que les républicains gardent de lui. Il reste pour eux une référence incontournable. Sa sortie du ministère en effet avait marqué une sorte de réaction, ses successeurs étant en général opposés à ses réformes ; Segris et Mège, les derniers ministres de l’Instruction publique du second Empire, avaient été, dans le tiers parti, des opposants à la politique menée par leur prédécesseur. Si Jules Simon, qui occupe le ministère du 4 septembre 1870 à 1873, est proche des idées de Victor Duruy, les gouvernements d’ordre moral ne sont en revanche pas dans la même optique. Pour les républicains en revanche, le ministre de Napoléon III reste une référence. Une anecdote, rapportée par Henri Sainte-Claire Deville qui assista à la scène, en témoigne. En décembre 1877, en effet, au moment de devenir ministre de l’Instruction publique, Agénor Bardoux s’entend dire, par Gambetta lui-même : « Prenez les rapports de M. Duruy à l’empereur, et faites-en votre Evangile29 ». Toute la gauche cependant ne loue pas son œuvre : Martin Nadaud par exemple est en 1873 très mesuré dans son propos sur l’œuvre de Duruy en faveur de l’enseignement des adultes30. Toutefois les ministres républicains multiplient les témoignages publics d’estime, notamment dans leurs discours officiels, de Jules Ferry en 1879 à Armand Fallières en 1889, en passant par René Goblet en 188631. Dans le même temps, ses ouvrages continuent à occuper une place de choix dans les catalogues de livres de lecture conseillés par l’administration aux instituteurs, ou bien comme livres de prix32. Enfin, autre preuve de cette estime qu’on lui porte, il est sollicité, en 1878, pour participer au Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par Ferdinand Buisson : il y rédige la notice sur le siècle d’Auguste, et celle, plus politique, consacrée à Napoléon III, où il explique la politique menée par le second Empire – et donc y compris par lui-même – en matière d’enseignement primaire.

  • 33 BAIP 1877, p. 911.
  • 34 AN : 114AP1 (Casimir-Périer à V. Duruy, 27 janvier 1879) ; BAIP, 1881, p. 731 ; Jean-Michel Gailla (...)
  • 35 BAIP 1879, p. 462, 1880, p. 654, et 1881, p. 951.
  • 36 BAIP 1881, p. 1954 ; AN : F17/3201 (22 décembre 1881).
  • 37 BAIP 1882, vol. 28, p. 285

13Au-delà des paroles et des gestes symboliques, les républicains cherchent à s’attacher la personne et les services de celui qui fait alors figure d’autorité en matière de politique d’enseignement. Ainsi, pendant sept années, de 1877 à 1884, Victor Duruy, désormais « de l’Institut », revient sur la scène universitaire. En novembre 1877, il est nommé membre de la commission chargée d’attribuer les bourses d’enseignement créées par la loi de finances du 29 décembre précédent33. En janvier 1879, il est invité par le sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique Casimir-Périer à participer, en tant que vice-président, à une commission chargée de réviser les programmes de l’enseignement spécial ; il la rejoint à nouveau en mai 1881, comme président cette fois, pour une session qui aboutit aux décrets des 28 juillet et 4 août 1881 réformant le cursus et instaurant un baccalauréat particulier34. De 1879 à 1881, il est aussi membre de la Commission chargée d’examiner, pour l’histoire, les élèves de deuxième année de lettres de l’École normale supérieure – son gendre Charles Glachant y est aussi pour le grec35. Au mois de décembre 1881, il est nommé par l’Institut comme son représentant au sein du Conseil supérieur de l’Instruction publique, où le ministre Paul Bert lui rend un vibrant hommage, et où il retrouve des amis comme Jules Simon et Marcellin Berthelot. Il participe à la sixième commission du Conseil, chargée de l’élaboration d’un projet d’arrêté concernant les bourses de l’enseignement primaire, et à la quatrième, qui doit organiser l’enseignement secondaire des jeunes filles en application de la récente lui Camille Sée, promulguée le 21 décembre 188036. En 1882, c’est la présidence de la commission pour l’étude des questions relatives au concours d’agrégation d’histoire qu’il accepte, où il travaille avec Fustel de Coulanges, Monod, Lavisse, les Zévort père et fils…37

  • 38 BAIP 1881, p. 1964.
  • 39 AN : 87AP/1 (V. Duruy à J. Simon, 27 septembre 1886).
  • 40 NS I, p. 201-202.

14Victor Duruy reste membre de la section permanente du Conseil supérieur de l’Instruction publique de 1881 à 188438. Mais lorsque l’Institut le sollicite à nouveau en 1886 pour le représenter rue de Grenelle, l’ancien ministre décline l’offre, refusant peut-être de continuer à servir une politique et un régime avec lesquels il se sent de moins en moins en phase39. Car cette collaboration à la politique scolaire des républicains ne signifie nullement qu’il est d’accord avec leur action, et encore moins qu’il s’est rallié à la IIIe République après avoir servi l’Empire. Certes, une grande partie des réformes républicaines ne pouvaient que trouver son approbation dans la mesure où il les avait lui-même inspirées ou proposées, notamment la gratuité et l’obligation de l’enseignement primaire instaurées en 1881-1882, soit plus de quinze ans après son rapport à l’empereur sur cette question. Cependant, l’ancien ministre se montre, dans les Mémoires qu’il rédige cinq ou six ans après cette collaboration, assez critique vis-à-vis de la politique républicaine. Concernant par exemple le principe de gratuité : il affirme préférer celle, relative, instaurée par la loi de 1867, « si nécessaire aux pauvres », à celle, absolue, de 1881, « inutile aux gens aisés ». La plupart des grandes innovations républicaines lui déplaisent. Les palais scolaires ? Trop coûteux. Les lycées de filles ? Trop peu nombreux. Les boursiers de facultés ? Une « transformation coûteuse et encombrante des Écoles normales secondaires ». La laïcité ? Une « guerre religieuse » que lui-même n’a, insiste-t-il, « jamais faite ». Quant à l’enseignement spécial, pour lequel Jules Ferry lui a rendu hommage, il a été « mutilé […] sous prétexte d’agrandissement40 ». En somme, la politique scolaire des républicains ne trouve pas vraiment grâce aux yeux de Victor Duruy. Il y a pourtant collaboré et elle reprenait en partie ses propres actions. Faut-il y voir alors une mauvaise foi jalouse du ministre dont l’œuvre a été dépassée ? Il s’agirait plutôt d’un sentiment de frustration face aux modifications apportées au système qu’il a mis en place, modifications qui sont souvent animées du même esprit mais vont plus loin que ce que lui-même voulait faire. Ainsi en est-il de la laïcité : si Victor Duruy était favorable à un amoindrissement de la place de l’Église dans l’enseignement, il ne s’est jamais prononcé en faveur de ce principe. Mais peut-être faut-il voir également dans les critiques de mémorialiste une volonté de laver sa mémoire d’une collaboration au régime républicain.

  • 41 J. Rohr, op. cit., p. 20-21.
  • 42 N. Roussellier, op. cit., p. 82 sq.
  • 43 Lettres de V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vals, op. cit. ; à H. Cornu (...)
  • 44 NS I, p. 52.
  • 45 Pour une analyse beaucoup plus détaillée de la pensée politique de Victor Duruy, JCG, III, p. 1095 (...)

15Le rapport de Victor Duruy à la République est-il est vrai difficile à cerner, tout autant d’ailleurs que son appartenance au bonapartisme. S’il semble en effet dans les années 1870 intimement lié aux réseaux impérialistes, en revanche ses espoirs de restauration impériale semblent maigres. Dès les lendemains du Quatre Septembre, il analyse avec une amère lucidité la situation politique : le retour des Bonaparte est une chimère, et la IIIe République est appelée à durer. Aussi se rallie-t-il progressivement au régime, entre la fin des années 1870 et le début de la décennie suivante. Ralliement par défaut cependant et non par enthousiasme, de raison et non de cœur. La République est le régime du temps, un régime devenu au fil des années de plus en plus consensuel, et qui apparaît donc comme le seul capable d’assurer la stabilité et la grandeur du pays. Comme bien des libéraux du XIXe siècle, Victor Duruy ne s’intéresse pas à la nature du régime politique, ainsi que l’a fait remarquer Jean Rohr41. C’est là affaire de dispositions intellectuelles : ce n’est pas un juriste, mais un historien, et c’est par rapport à l’histoire qu’il se positionne quant aux institutions. Or, celle-ci lui enseigne – du moins est-ce l’interprétation qu’il en fait – le caractère inéluctable, fatal de l’évolution humaine, dans laquelle les individus ont bien peu de marge de manœuvre, à commencer par les politiques. Le bon régime est simplement celui qui s’accorde avec les nécessités contextuelles – reste à savoir comment les définir. Cette indifférence à la nature du régime, qui lui fait se résoudre finalement à une République qui apparaît comme la forme institutionnelle la plus adéquate pour l’époque – comme le second Empire l’avait été en son temps – ne l’empêche pas d’affirmer un certain nombre de principes qui forment l’essentiel de sa philosophie politique : primauté de l’exécutif sur le législatif, nécessité d’un pouvoir fort (« je veux un gouvernement très fort, très résolu, au besoin impitoyable », écrit-il en 1875), centralité institutionnelle du gouvernement, opposition au parlementarisme et au système des partis, méfiance envers le suffrage universel. Ces prescriptions confirment l’appartenance de Victor Duruy à une culture politique libérale gênée par l’irruption de la démocratie42. Du reste, ce libéralisme se retrouve dans sa volonté d’une décentralisation des compétences au profit des communes, des départements et des provinces, en conservant toutefois à l’État l’organisation de la lutte contre la pauvreté par un système de redistribution fiscale des richesses43. La IIIe République est donc très loin de correspondre à l’idéal politique de Victor Duruy, elle n’est qu’un pis-aller dont le seul mérite est d’être le régime qui semble susciter le plus d’adhésions. Elle est donc la mieux à même d’assurer au pays la stabilité dont il tant besoin après les ravages de l’Année terrible, notamment en endiguant la poussée socialiste manifestée durant la Commune. Car en définitive, c’est cet aspect qui motive dans ses choix Victor Duruy : « le mal social est mon ennemi personnel et la grandeur de la France ma religion », écrit-il dès 1847 ; « aussi suis-je disposé à applaudir à tout ce qui diminuera l’un et augmentera l’autre »44. Et, jusqu’à sa mort, il défendra cette idée : l’ordre doit régner, les libertés être affirmées, les hiérarchies être préservées, afin que la France puisse continuer, dans la sérénité, à assumer la tâche civilisatrice que la Providence lui a confiée45. Figure à part que celle de ce libéral national difficile à classer malgré le caractère souvent banal de ses opinions politiques et les étiquettes qu’on lui a, parfois à tort collées, et dont toute la philosophie puise aux traditions du libéralisme comme aux enseignements de l’histoire.

Duruy historien : un épigone réputé

Au cœur du monde savant

  • 46 BI : Papiers et correspondance de Maxime Du Camp, no 3746 (Lettre de Victor Duruy, 28 juillet 1885 (...)
  • 47 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 324.
  • 48 Laure Riese, Les Salons littéraires parisiens du second Empire à nos jours, Toulouse, Privat, 1962 (...)
  • 49 AN : 87AP/3 (lettres à J. Simon, 8 février 1883 et 1er février 1887) ; Le Gaulois, 11 juin 1885.

16« Je suis du matin au soir dans la Grèce », écrit Victor Duruy à Maxime du Camp en juillet 188546. Les Romains, l’œuvre d’une vie, ont été terminés en cette année 1885, dans deux versions luxueuses et érudites, in-4° et grand in-8°, richement illustrées de plusieurs centaines de gravures, cartes et plans. Aussi Victor Duruy peut-il se replonger dans son Histoire des Grecs, publiée en deux volumes en 1862, et alors récompensée par l’Institut. Remaniée et enrichie sur le modèle de l’Histoire des Romains, elle paraît en trois volumes, eux aussi richement illustrés, en 1889, toujours chez Hachette. Aussi Victor Duruy, libéré de ses obligations vis-à-vis des bonapartistes et du Conseil supérieur de l’Instruction publique, consacre-t-il l’essentiel de son temps, dans les dix dernières années de sa vie, à ses activités d’historien et d’académicien. Il travaille beaucoup, et sort très peu. Les mondanités ne sont guère dans ses habitudes, lui qui fustigeait dès avant son ministère « l’air putride des salons47 ». On ne lui sait d’assiduité à aucun d’entre eux, alors que ses fils Albert et George fréquentent le monde parisien, et que son protégé Ernest Lavisse est un habitué de la rue de Berri, où la princesse Mathilde a transporté, après l’Empire, son salon de la rue de Courcelles48. À Jules Simon, comme à un journaliste du Gaulois venu l’entretenir de son discours à l’Académie, il exprime sa volonté de fuir le monde en se présentant comme un « sauvage », et en confiant à son épouse la tâche de faire barrage aux importuns49.

  • 50 Voir essentiellement dans AN : 87AP/2 (Papiers Jules Simon), 114AP2 (Papiers Victor Duruy) ; BI : (...)
  • 51 Mélanges publiés par la section historique et philosophique de l’École des Hautes Études pour le d (...)

17Cette volonté d’isolement ne l’empêche pas cependant d’avoir, avec de nombreux intellectuels, hommes de lettres et savants de l’époque des rapports suivis et privilégiés. L’étude de sa correspondance, aujourd’hui dispersée dans des fonds variés, est à ce sujet éclairante, même si elle ne saurait, en raison de son caractère lacunaire, être totalement représentative de l’intensité de ses relations avec ses pairs50. Plusieurs d’entre eux ressortent cependant. Ainsi en est-il d’Alfred Maury, un ancien de l’« Histoire universelle », qu’il a continué à fréquenter pendant le ministère puis, après 1870, à la Société de l’histoire de Paris et à l’Institut. Si bien qu’en 1878, lorsque l’École pratique des hautes études publie un volume dédié à Victor Duruy, Alfred Maury rédige un article afin de joindre sa voix à l’hommage rendu à l’historien des Romains51. La correspondance avec Jules Simon est abondante aussi après 1870, témoignage des relations toujours très suivies entre les deux hommes, qui se retrouvent au Conseil supérieur et à l’Académie française. Il conserve également au-delà de 1869 des relations amicales avec un certain nombre de savants, comme Jean-Baptiste Dumas, Sainte-Claire Deville et, bien sûr, Louis Pasteur, qu’il retrouve sous la Coupole, comme d’ailleurs Émile Ollivier qu’il avait appris aussi à apprécier sous l’Empire. Maxime du Camp est également très lié au clan Duruy, à Ernest Lavisse, habitué comme lui du salon de la princesse Mathilde, à la famille du député Achille Jubinal, dont George Duruy a épousé la fille Amélie. En 1892, le grand voyageur emmène avec lui Lavisse et le fils cadet de l’ancien ministre, Louis-Victor, qu’il appelle, comme le reste de la famille, « Tor », preuve de la familiarité qui unit Du Camp au clan Duruy et, rendant compte au père des actions de son fils, rappelle également, sur un ton de grande proximité, son bon souvenir à la mère : « permettez-moi, écrit-il, de baiser respectueusement les mains de Mme Duruy – quand vous aurez le dos tourné ». Sa position officielle, d’ancien ministre et d’académicien, met Duruy en relation avec de nombreux auteurs. Edmond About, Eugène Fromentin, Théophile Gautier, Gustave Flaubert ont des rapports avec lui. À l’Académie française, il retrouve ou rencontre d’autres personnalités qui forment son réseau de sociabilité intellectuelle. Ainsi en est-il de deux de ses anciens élèves, Émile Augier et Victorien Sardou. Camille Doucet, Eugène Labiche, Ludovic Halévy – ce dernier élu en même temps que lui – témoignent également de leur respect et de leur admiration. José Maria de Heredia, qu’il accueille en 1893, écrira après la mort de l’historien une lettre pleine d’un souvenir ému à son fils George. Il ne semble pas en revanche avoir de relations poussées avec les autres écrivains de l’Académie, d’Alexandre Dumas fils à Sully Prudhomme en passant par François Coppée, Victor Hugo ou Pierre Loti. Mais l’historien témoigne de sa sympathie à un futur membre de l’Académie, Anatole France, auquel il écrit en 1889 après la lecture de son conte Abeille, une lettre pleine de charme et de sympathie.

  • 52 E. Garcin, op. cit., p. 1.
  • 53 AN : 114AP2 (P. Janet à V. Duruy, s.d.).
  • 54 Ibid. (F. Passy à V. Duruy, 28 décembre 1889) ; Christian Amalvi, « Les Guerres des manuels autour (...)
  • 55 NS II, p. 262.
  • 56 AN : 114AP2/1 (La Roncière Le Noury à V. Duruy, 18 mars 1877).
  • 57 Bulletin de l’Alliance française, no 4, 1er mars 1885, p. 14 ; F. Chaubet, op. cit., p. 25-27.
  • 58 Maurice Bruézière, L’Alliance française. Histoire d’une institution, Paris, Hachette, 1983.
  • 59 L’Intransigeant, 21 novembre 1885.
  • 60 Pierre de Coubertin, Une campagne de vingt-et-un ans, 1909, cité dans Textes choisis, III, Pratiqu (...)

18Toutes ces relations, souvent épisodiques, avec les grands écrivains de son temps, ne sauraient placer Victor Duruy au cœur d’un quelconque réseau intellectuel. C’est un solitaire, qui fuit les mondanités et ne cherche pas à intégrer tel ou tel cercle, tel ou tel réseau, telle ou telle école. Cela ne l’empêche pas cependant d’avoir une réelle autorité sur le monde des lettres françaises. Il est en effet réputé et recherché. Beaucoup tiennent à se faire patronner ou recommander par lui. Onésime Reclus dit lui vouer une « vénération profonde52 ». Le philosophe Paul Janet lui demande de soutenir sa candidature à l’Académie française53. Frédéric Passy, futur prix Nobel de la paix, député, membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques et militant actif de la cause de l’éducation, lui envoie aussi, en 1889, l’épreuve d’un discours qu’il a prononcé à l’École de commerce et de tissage de Lyon ; en 1902, en pleine guerre des manuels scolaires, il se réclamera de l’héritage de Victor Duruy en matière de littérature classique54. Par ailleurs, l’amiral baron de La Roncière Le Noury, qu’il avait rencontré à plusieurs reprises durant le ministère55 demande en 1877 à l’historien progressiste de faire partie du comité qu’il est en train de constituer sur l’idée de Léopold de Belgique, afin de civiliser l’Afrique centrale et de réprimer les horreurs de la traite des noirs56. Les sollicitations sont donc à la fois littéraires, historiques, humanitaires, à la mesure de l’autorité exercée par Victor Duruy ; elles le poussent à s’investir dans certains actions en matière d’éducation. Il est ainsi nommé en 1883 vice-président d’une nouvelle association, l’Alliance française. Celle-ci se propose une tâche très patriotique, et très progressiste : promouvoir à l’étranger la langue, la culture et l’éducation française, afin de redorer le blason du pays et de lui redonner l’influence nécessaire à l’accomplissement de sa mission civilisatrice. Victor Duruy prononce le 9 avril 1885, devant les délégués et membres des comités de propagande des départements, un « vibrant discours » sur la mission éducatrice de la colonisation. Historien progressiste et patriote, il épouse en effet parfaitement les vues de l’Alliance française, et en assure l’honorifique présidence de 1889 à 189257. Il est d’ailleurs aussi l’un des principaux acteurs de la création du comité du Ve arrondissement de Paris en février 188658. Parallèlement, l’ancien ministre concourt à la fondation, en novembre 1885, de l’École de typographie française, du comité de direction duquel il fait partie aux côtés, notamment, de Chaix et Plon59, et répondant favorablement à la sollicitation de Pierre de Coubertin, se retrouve en 1888 membre du Comité pour la propagation des exercices physiques dans l’éducation, présidé par Jules Simon60.

Une œuvre au rayonnement international

  • 61 Pour les références précises des ouvrages cités ci-après, nous renvoyons à la bibliographie en fin (...)
  • 62 NS I, p. 70 (note 1).
  • 63 NS I, p. 109.
  • 64 Allen L. Woll, « For God and Country : History Textbooks and the Secularization of Chilean Society (...)

19La notoriété qui entoure la figure de Victor Duruy dans les années 1880 dépasse le simple cadre national. De façon relativement précoce en effet, son œuvre historique a connu une diffusion continentale et même planétaire. Dès les années 1840, ses ouvrages, notamment l’Histoire des Romains, sont cités et commentés outre-Rhin et surtout en Italie61. Cet ouvrage apparaît vite comme une référence, et l’historien italien Atto Vannucci la cite même à plusieurs reprises dans sa Storia d’Italia en 1853 ; six ans plus tard, Tommaso Sanesi fera de même avec l’Histoire grecque pour sa Storia dell’Antica Grecia. Victor Duruy raconte également qu’un voyageur lui ramena un jour de Croatie une édition slave de l’ouvrage62. Son Histoire de France est aussi utilisée en Angleterre, où un certain Massé, professeur de langue française et de littérature dans plusieurs établissements britanniques, en choisit un extrait pour un exercice de traduction. Cette notoriété dépasse d’ailleurs les frontières de l’Europe : la collection de l’Histoire universelle est citée dans l’article « France (Language and Litterature) » de la New Americain Cyclopaedia publiée à New York en 1859, et son Atlas historique de la France, publié en 1848, figure dans le recueil bibliographie Ma Bibliothèque française, établi par Hector Bossange à destination de ses amis américains. Si Victor Duruy apparaît ainsi, dès avant que son ministère ait donné à son nom une notoriété bien plus importante, comme une référence en matière historique, et ce dans des bassins linguistiques différents, c’est grâce à la grande diffusion de ses livres. « Cinq cent mille exemplaires de mes ouvrages courent le monde », dit Victor Duruy à Napoléon III dès 185963. La plupart en effet sont diffusés hors de France, en Belgique bien sûr, mais aussi dans toute l’Europe et en Amérique. On en trouve un certain nombre dans les catalogues de la Pennsylvania State Library et de la New York State Library dès les environs de 1860, ainsi que dans la bibliothèque du château de Miramar construit en 1860 pour l’archiduc François-Ferdinand, tandis que le libraire anglais David Nutt vend à la fin des années 1850 l’Histoire de France, comme le font d’ailleurs la maison Tasso à Barcelone et la Libreria de San Martin à Madrid. À partir des années 1860, les manuels de Duruy commencent à être traduits en plusieurs langues, et d’abord en espagnol. Dans la Péninsule ibérique, c’est la librairie Hachette elle-même qui édite ces traductions mais, en 1869, c’est directement à Buenos Aires qu’est publiée une version hispanophone de l’Abrégé d’histoire sainte. L’espace lusophone est d’ailleurs lui aussi visé, puisque l’Abrégé d’histoire universelle est publié à Rio de Janeiro en 1865. Mais le plus étonnant peut-être est l’impact de son œuvre au Chili. En 1858, le Conseil de l’Université décide en effet de faire des volumes de l’« Histoire universelle » les manuels d’histoire pour tous les lycéens du pays ; cela soulève les protestations des milieux catholiques qui condamnent le caractère antireligieux des ouvrages – le but des autorités étant en effet de promouvoir la sécularisation de la société chilienne. Ainsi les livres de Victor Duruy se trouvent-ils diffusés, durant les années 1860, dans tous les lycées publics du Chili, et c’est avec lui que les enfants de la bourgeoisie du pays font une partie de leur apprentissage historique64.

  • 65 NS II, p. 148 ; V. Duruy à la Bne de Bourgoing, 28 décembre 1869, coll. Jacqueline Duruy.
  • 66 AI : 5B23.
  • 67 « À Victor Duruy, au seul Français ayant écrit une histoire complète des Romains ». AN : F17/2589  (...)
  • 68 Charles-Albert Cingria, Oeuvres Complètes, Lausanne, L’Âge d’Homme S.A., 1967-1978, 11 vol., XI, p (...)
  • 69 Proceedings of the American Philosophical Society held at Philadelphia for Promoting Useful Knowle (...)

20Quand Victor Duruy reprend donc ses études historiques après sa sortie du ministère, son œuvre est déjà largement diffusée dans une grande partie de l’Europe, et jusqu’aux États-Unis et même en Amérique latine. Il peut d’ailleurs se rendre compte de cette diffusion lors de son périple méditerranéen de 1869 : à Istanbul, il rencontre l’ambassadeur russe, le général Ignatiev ainsi que son épouse, laquelle se présente à lui comme « une de [ses] élèves » et lui explique « qu’elle [a] fait, à Saint-Pétersbourg, avec [ses] livres, son instruction historique ». Sur le bateau, en pleine mer Egée, il fait également la connaissance d’un vieux savant incollable sur son Histoire grecque, et époux d’une jeune Française elle-même férue d’hellénisme et ravie de rencontrer l’historien65. Cette notoriété lui a déjà valu des décorations : en 1857, il est décoré de l’ordre turc du Médjidjé ; en août 1862, il reçoit, en même temps que Fustel de Coulanges et Alexandre Bertrand, du ministre hellénique des Affaires étrangères, la croix d’officier du Sauveur de Grèce pour l’Histoire des Grecs que vient par ailleurs de récompenser, en juillet, l’Académie française par le prix Montyon, décerné aux ouvrages jugés « les plus utiles aux mœurs66 ». En 1880, il reçoit enfin du roi Humbert Ier, le grand cordon de la couronne d’Italie, pour son Histoire des Romains. La mention latine portée sur la décoration explique la raison de cet honneur accordé à l’historien français : « Vittorio Duruy, qui ausus est unus Gallorum omne Romanorum oevum explicare67 ». Cet ouvrage connaît d’ailleurs, dès sa publication, une diffusion internationale. En même temps qu’en France, il paraît à Naples, Londres, Barcelone, Leipzig. L’intellectuel suisse Charles-Albert Cingria la consultera et l’utilisera pour son étude sur Julien l’Apostat68. Hors d’Europe, l’ouvrage est aussi publié aux États-Unis, grâce à la francophilie d’une partie des élites intellectuelles de la côte Est, à Boston et New York. Cette diffusion de son œuvre outre-Atlantique lui vaudra une intégration en 1887 à l’American Philosophical Society, comme Guizot, Tocqueville, ou Parieu avant lui69.

  • 70 Catalogue of the Keiogijuku Library, Tokyo, 1912.
  • 71 Bibliothèque évangélique du Vatican : Reale Accademia virgiliana di scienze, lettere ed arti. Albu (...)
  • 72 AN : 114AP2/5 (Traduction d’un article de L. Wickicewicz dans le Courrier de Varsovie, décembre 18 (...)
  • 73 Anne-Christine Faitrop-Porta, « Renan, Rome et les Romains », La France et l’Italie. Polémiques et (...)
  • 74 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 11 juin 1889) ; 11AP/2 ; Lettres à Tullo Massarani, extrait de l (...)
  • 75 Gabriel Maugain, Giosuè Carducci et la France, H. Champion, 1914, p. 12 et p. 49.
  • 76 Notamment dans Les Systèmes socialistes (1902-1903), Le mythe vertuiste et la littérature morale ( (...)
  • 77 Enciclopedia Universal Illustrada europeo-americana, Madrid, 1915.

21L’œuvre de Victor Duruy connaît donc un important rayonnement international. On trouvera même au début du XXe siècle certains de ses ouvrages au Japon70. L’historien évolue au cœur de la République des lettres, tant française qu’européenne et internationale. De nombreux faits le montrent, qui témoignent de ses relations avec les milieux intellectuels de plusieurs pays étrangers. Ainsi, en 1883, il participe, avec nombre d’autres historiens européens comme Mommsen, au recueil publié à l’occasion de la célébration du dix-neuvième centenaire de Virgile71. En 1884, lorsqu’il est élu à l’Académie française, la nouvelle suscite des réactions jusqu’en Pologne, où Ladislas Wickicewicz commente l’événement, dans un article au Courrier de Varsovie72. C’est surtout avec les milieux culturels italiens que ses liens semblent les plus forts, dans un contexte de relations fortes, épistolaires voire personnelles, entre savants des deux côtés des Alpes. Comme Michelet, Quinet, Taine ou Renan, Victor Duruy apparaît comme un interlocuteur privilégié pour les élites culturelles et politiques italiennes73. En 1886, c’est à lui que le général Luigi Federico de Menabrea, l’ambassadeur d’Italie à Paris, demande des renseignements sur le Sénat, afin d’alimenter le débat alors en cours dans la Péninsule sur la Haute Chambre. L’orientaliste Angelo de Gubernatis, professeur à l’Université de Florence, qui est très lié à la communauté historique française, et notamment à Taine et surtout à Renan, l’interroge, lui aussi, en 1888, sur son Histoire des Romains. Gilberto Govi, un spécialiste de l’histoire des sciences de l’Université de Naples, lui semble très attaché. Et en 1889, Duruy est même sollicité pour représenter l’Institut lombard de Milan au Congrès international des gens de lettres de Paris. Enfin, lorsque le sénateur italien Tullo Massarani publie cette même année l’appel À mes amis de France, pour solliciter l’avis de différents intellectuels français sur la question de la Tunisie, disputée à Paris par Rome, un texte de Victor Duruy se retrouve à côté de ceux d’Ernest Renan, Marcellin Berthelot, Jules Claretie ou Jules Simon74. À l’heure où l’historiographie française semble céder le pas à celle d’outre-Rhin dans les milieux intellectuels italiens, Victor Duruy peut encore faire figure d’autorité, par exemple chez un Giosuè Carducci qui se réclame de son autorité et est très influencé par l’historien75. Vilfredo Pareto, professeur d’économie politique à l’Université de Genève à partir de 1893, fera aussi son miel de l’Histoire des Romains, dont il est un lecteur assidu et critique et où il puise bon nombre de faits antiques qu’il prend en exemple pour ses analyses de la société moderne. Une bonne partie de son œuvre regorge de citations de l’ouvrage76, ce qui montre que Victor Duruy resta, jusqu’à la Première Guerre mondiale, pour certains intellectuels italiens non germanophones, une référence en matière d’histoire de l’Antiquité. Sa notoriété est également importante en Espagne, puisqu’en 1915 encore, l’Enciclopedia Universal Illustrada europeana-americana lui consacre une longue notice avec photographie, ainsi qu’à ses deux fils, « Alberto » le publiciste et « Jorge » l’historien77.

Un épigone influent et respecté

  • 78 Sur cette question, nous renvoyons, pour plus de détails et indications bibliographiques, à notre (...)
  • 79 Gabriel Monod, « Victor Duruy », Revue historique, 1895, t. 57.
  • 80 Analyse précise dans JCG III, p. 971-1091.
  • 81 Histoire des Romains, 1843, p. vi.

22Il est vrai que Victor Duruy joua un rôle non négligeable dans l’histoire de l’Antiquité au XIXe siècle. Dans sa première moitié en effet, les études romaines sont surtout le fait de traducteurs et de spécialistes de littérature (Naudet, Patin, Villemain, Nisard…), d’archéologues et de géographes. En matière de monographies purement historiques, le bilan est plus maigre et, pour les synthèses générales, il faut aller chercher Gibbon en Angleterre, Niebuhr, Burckhardt et Mommsen en Allemagne. Il y a donc en France un certain manque historiographique en la matière, et Victor Duruy, par le lancement de son Histoire des Romains en 1843, par sa thèse en 1853, contribue à la relance des études sur le sujet, et à son retour en grâce, à partir du milieu du siècle, chez des historiens que les préférences romantiques avaient fait se tourner vers le Moyen Âge. Or la situation est à peu près la même en ce qui concerne les études grecques : les hellénistes sont souvent plus des traducteurs et des spécialistes de littérature que des historiens, et Victor Duruy là encore s’empare d’un terrain presque vierge en lançant au début des années 1860 sa grande synthèse historique, l’Histoire des Grecs78. S’il contribua donc, avec d’autres, à une certaine relance des études antiques en France, au point de rester en la matière une référence même après sa mort, Victor Duruy n’occupe cependant pas de place importante parmi les historiens français du XIXe siècle. Il faut en effet reconnaître, avec Gabriel Monod, élève respectueux mais lucide, que ses œuvres ne peuvent « être placées, au point de vue de la perfection de la forme ou de la nouveauté des recherches, à côté des œuvres qui ont renouvelé la science historique dans notre siècle, à côté de celles des Guizot, des Michelet, des Ranke ou des Mommsen79 ». L’apport de Victor Duruy à l’épistémologie de l’histoire fut mineur, en dépit de la présence d’une importante réflexion historique dans toute son œuvre. Deux textes surtout nous renseignent : sa leçon d’ouverture à l’École Polytechnique en 1862, son discours de réception à l’Académie française en 1884 ; bon nombre de ses préfaces et ouvrages sont par ailleurs émaillées de remarques intéressantes sur sa vision de l’histoire80. Il y livre une philosophie fortement marquée par le contexte historiographique de la première moitié du XIXe siècle, peu originale par rapport aux maîtres romantiques et libéraux de la génération précédente dont il n’apparaît que comme un épigone, et qui n’est pas sans lacunes ni contradictions. La première de ces contradictions réside d’ailleurs dans la triple définition que Victor Duruy donne à l’histoire, « à la fois art, science et philosophie81 ». Ambition stylistique, volonté de rendre la lecture agréable et le récit vivant, notamment par le recours à la mythologie, sont en effet difficiles à concilier avec les ambitions scientistes, à la volonté d’un retour critique aux sources, d’une révision permanente de la connaissance, au nom de la relativité très bien comprise du rapport de l’historien au passé. L’insistance sur le progrès de l’humanité, sur le rôle messianique joué en la matière par la France, flambeau de la civilisation, imprègnent une œuvre d’esprit très patriotique. Déterminisme et téléologie sont au cœur de la prétention scientifique de l’historien Victor Duruy : déterministe convaincu comme beaucoup de ses contemporains, il cherche dans l’histoire des lois, comme celles qui existent dans le monde physique, lois préétablies qui permettraient de constituer un système global et rationnel d’explication des évolutions historiques, à partir duquel l’historien peut se faire juge en dissimulant sa subjectivité derrière l’objectivité proclamée des critères d’appréciation, et notamment le premier d’entre eux : la participation ou non à la civilisation.

  • 82 Notamment AN : 114AP2 (chemise 4 : lettres adressées à Victor Duruy sur des questions historiques)
  • 83 Ibid. (E. Olliver à V. Duruy, 29 août 1885).
  • 84 V. Duruy à E. Grasset (24 mai 1886), dans Ernest Grasset, La Guerre de Sécession, Librairie milita (...)
  • 85 L. Delabrousse, op. cit., p. 267-273.
  • 86 AN : 114AP2 (nombreuses lettres, notamment sur les sociétés auxquelles il appartient) ; Bulletin d (...)
  • 87 BAIP 1889, vol. 37, p. 415.

23En dépit des lacunes de la méthode, c’est grâce à sa conversion à certains concepts des historiens libéraux que Victor Duruy peut, dans une certaine mesure, apparaître, dans le dernier quart du siècle, comme une référence pour la jeune génération méthodique. Celle-ci prône, dans un contexte de positivisme intellectuel, le renouvellement épistémologique de la discipline. Duruy constitue, avec d’autres, une sorte de transition entre la génération romantique, elle-même héritière du renouvellement de la pensée historique du siècle des Lumières, et l’école méthodique qui domine l’histoire française à partir de la fin du XIXe siècle, dont il permit l’émergence, mais de façon moins épistémologique qu’institutionnelle, notamment en permettant à ces jeunes historiens de se lancer dans la carrière, au sein de l’École pratique des hautes études surtout. Pourtant, l’aura dont il bénéficie dans les années 1870-1880 est impressionnante. Ici encore, sa correspondance est particulièrement utile pour comprendre la place qu’il occupe dans le paysage historiographique du dernier quart du siècle82. L’historien, réputé et recherché, entretient des rapports nombreux avec tout ce que la France, et surtout Paris, compte d’historiens et d’érudits. Solliciteur tout autant que sollicité, il demande ainsi, dans le cadre de ses recherches, leur aide à des spécialistes, qu’il connaît depuis son professorat, son ministère, ou son entrée à l’Institut et, à l’inverse, on lui soumet des ouvrages de façon à pouvoir se prévaloir de son éminent patronage. « On tient à être lu par vous » lui avoue même Émile Ollivier83. Ernest Grasset publie en tête de son ouvrage sur la guerre de Sécession une lettre de félicitations de Victor Duruy, qui en a relu le manuscrit84. L’historien écrit l’introduction des Flaviens de son ami Victor Joguet en 1876 et préface le Manuel franco-arabe du jeune Joseph Reinach en 1886, ainsi que les Deux Campagnes au Soudan français du général Gallieni en 1891. Au milieu des années 1880, le romaniste est par ailleurs de ceux qui s’impliquent dans le combat pour la préservation du site des Arènes de Lutèce, menacé par les travaux d’urbanisme de la ville de Paris : c’est lui qui, avec Henri Martin, préside en 1883 les séances du Comité des Arènes tenues à l’Hôtel-de-Ville85. Il est également de toutes les institutions historiques, Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France, Société d’anthropologie de Paris, Association pour l’encouragement des études grecques, commission centrale du Comité des Travaux historiques et scientifiques, Société archéologique de Bordeaux, Société des antiquaires de Normandie86. Il est vice-président du bureau d’histoire et de philologie du congrès des Sociétés savantes en 188587. Son activité trouve également un cadre dans la Revue des Deux Mondes et, plus largement, au sein des revues savantes, qui accueillent, dans les années 1870-1880, ses contributions, souvent tirées de ses propres ouvrages en cours de rédaction, ou bien de ses communications aux académies dont il est membre. Enfin, il participe en 1876 à la fondation de la Revue historique : membre éminent du comité de rédaction, il donne, symboliquement, à l’organe de la jeune génération méthodique, son premier article.

  • 88 AD Val-de-Marne : 3E3/198 (Testament de Victor Duruy, 13 septembre 1893) ; NS II, p. 312 ; EL ; W. (...)

24Cette participation de Victor Duruy à la fondation de la Revue historique est révélatrice de la place qu’il occupe au sein de la communauté historienne française. Ses liens avec la jeune génération des historiens français sont étroits, intellectuels et même personnels. Les réformes qu’il mena à la fin du ministère en faveur de l’enseignement supérieur le font en effet apparaître comme le parrain de cette génération, grandie sur les bancs des lycées parisiens et de l’École normale dans les années 1850-1860, influencée par son enseignement ou bien par ses manuels d’histoire. C’est elle qui bénéficie de l’appui du ministre et des réformes de l’enseignement supérieur, et, d’abord, de la création de l’École pratique des hautes études où certains d’entre eux commencent leur carrière. Aussi beaucoup sont dans les années 1870-1880 en rapport avec l’ancien ministre et témoignent, à l’occasion, de leur grande estime pour lui. Ernest Lavisse, futur « pape de l’histoire », est celui qui a les liens les plus forts avec Victor Duruy. Celui-ci l’avait remarqué lorsqu’il siégeait sur les bancs de l’École normale (promotion 1862) et y fréquentait son fils Albert. Dès sa sortie de la rue d’Ulm, le jeune agrégé est pris en mains par le ministre qui en fait son secrétaire particulier, puis son chef de cabinet sans le titre, avant de le recommander à l’impératrice pour donner des leçons au prince impérial. Après 1870 les liens se resserrent, le jeune historien loue un appartement sur le même palier que son bienfaiteur, rue de Médicis, et devient en 1874 le parrain du petit Louis-Victor Duruy ; l’ancien ministre le considère comme son fils et, dans son testament du 15 septembre 1893, il en fait le tuteur potentiel de son cadet, « en témoignage de [leur] sincère et grande amitié ». Après sa mort, Ernest Lavisse n’aura plus qu’à rendre un hommage appuyé à son bienfaiteur, sous la forme d’une hagiographie sobrement intitulée Un ministre, Victor Duruy88. Une relation aussi poussée entre un maître et un disciple n’est pas exceptionnelle : Victor Duruy lui-même eut des rapports du même type, pendant quelques années, avec son maître Michelet, lequel fit par ailleurs de Gabriel Monod bien plus qu’un secrétaire, un ami. Ce dernier d’ailleurs bénéficie aussi de l’appui de Duruy : issu de la même promotion que Lavisse, il est nommé répétiteur à l’École pratique des hautes études dès 1868. Gaston Paris y est, lui, nommé professeur de langue romane, après avoir officié lors des conférences publiques de la salle Gerson, et retrouve l’ancien ministre à l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres en 1876. Là, celui-ci côtoie un autre historien méthodique, Gaston Boissier. Il correspond avec d’autres auteurs de la Revue historique, comme Paul Guiraud ou James Darmesteter, ainsi qu’avec Augustin Filon, qu’il avait recommandé pour être précepteur du prince impérial à la fin des années 1860. Enfin plusieurs historiens mineurs de la génération des années 1840-1850, comme Gustave Bloch ou Georges Lacour-Gayet, voient leurs ouvrages commentés par l’ancien ministre dans ses rapports de lecture à l’Académie des Sciences morales et politiques.

  • 89 Pour toutes ces citations, cf. AN : 114AP2/1 et 4.
  • 90 Jean-François Sirinelli, « Biographie et histoire des intellectuels : le cas des « éveilleurs » et (...)
  • 91 « Chronique de la Quinzaine », Revue des Deux Mondes, 30 juin 1863 ; E. Zévort, op. cit., p. 481-4 (...)
  • 92 Colette, Claudine à l’école, 1901, in Œuvres, Gallimard, NRF, 1984, vol. I, t. II, p. 145-148 ; Ch (...)
  • 93 C. O. Carbonell, op. cit., p. 521.

25Tous ces hommes rendent hommage à celui qu’ils considèrent comme leur bienfaiteur et leur parrain. « N’êtes-vous pas le premier initiateur du mouvement qui nous porte là ? », lui demande ainsi Gabriel Monod en 1882. Dans les lettres qu’ils lui adressent, ils n’ont de cesse de se réclamer de son influence. Recevant en 1888 les volumes de l’Histoire des Romains, Augustin Filon écrit ainsi : « Ils me donneront trente ans de moins… Je croirai recevoir encore ces leçons auxquelles je dois mes premières convictions, qui seront les dernières ». Sentiment de reconnaissance qui dépasse d’ailleurs le seul cadre de la communauté historique et de ceux qui furent ses élèves. Ainsi Ernest Havet, historien du christianisme, qui n’a pourtant que deux ans de moins que lui, se présente comme son fidèle disciple, en affirmant n’aborder l’histoire de l’Église, « qu’après » et seulement « d’après » lui. Et François de Mahy, son ancien élève à Henri IV devenu député de la Réunion, lui écrit également en 1885 : « Vos anciens élèves vous doivent trop pour que le temps, la distance, le tourbillon des événements puissent vous faire oublier ». Quant à Gustave Larroumet, historien de l’art et de la littérature, il lui avoue en 1884 : « J’ai appris dans vos livres l’histoire de mon pays89 ». À travers ces quelques témoignages, apparaît la figure, jusque-là peu connue, d’un Victor Duruy véritable « maître », pour reprendre la terminologie définie par Pierre Bourdieu et Jean-François Sirinelli90. Son influence sur l’école méthodique se double en effet d’une influence intellectuelle, politique même. Dès 1863, la Revue des Deux Mondes affirmait que ses manuels avaient « fait pénétrer dans notre jeunesse quelque chose de la sève libérale qui animait la génération de 1830 ». Edgar Zévort, son ancien élève, insistera sur l’« action considérable » exercée par ses manuels sur la jeunesse française, en écho d’un Lavisse qui écrit également que « les livres de M. Duruy ont donné à des millions de jeunes Français une éducation généreuse ». Et Jules Simon dira également : « Un grand nombre de générations ont été élevées avec [ses] livres91 ». Ainsi apparaît-il dans les années 1880-1890 plus que comme un parrain ou une référence : il est un modèle et, même, un maître, dont l’œuvre a alors un impact non négligeable sur les évolutions politiques et culturelles en France. Il faut évidemment faire la part des choses entre l’hommage ému de disciples pétris de gratitude et la réalité des faits qu’ils décrivent. Pourtant, il apparaît bien en effet que Victor Duruy joua un rôle important dans la formation intellectuelle des générations de la IIIe République. En 1900, Colette le fait lire à son personnage de Claudine – qui préfère cependant Michelet, « moins embêtant que Duruy ». L’année suivante, Charles Péguy se souvient que, « petit garçon », il se passionnait « dans un vieux Duruy pour les batailles militaires de la France ». Au même moment ou presque, le jeune Lucien Febvre, né en 1878, trouve « dans la bibliothèque paternelle […] ces deux albums que représentaient au vrai les grandes Histoires des Grecs et des Romains de Victor Duruy, chefs d’œuvre de la maison Hachette première manière », qu’il lit en même temps que l’Histoire de France de Michelet : « Mes maîtres sont là, mes véritables maîtres », écrira-t-il en s’en souvenant92. Ces témoignages de personnalités dont les accointances intellectuelles avec Victor Duruy sont peu développées viennent donc corroborer les propos de ceux qui se considérèrent comme ses disciples. L’œuvre historique de Victor Duruy eut une réelle influence, grâce au style nouveau et à la très large diffusion de ses manuels, qui ont pénétré dans toutes les régions et la plupart des établissements de France, et bénéficié de sa position officielle pendant six années. Pour Charles-Olivier Carbonell, le néo-bonapartisme culturel, teinté de libéralisme, de patriotisme et d’anticléricalisme qui l’anime, se retrouve dans l’esprit qui anime la Revue historique, et devient presque une pensée officielle, « source du laïcisme modéré qui deviendra la doctrine de la IIIe République durant les deux dernières décennies du siècle93 ». C’est cela qui permet l’immense notoriété de Victor Duruy dans les années 1870-1890, qui lui donne cette position de maître admiré et respecté, et contribue à fonder une légende qui perdurera bien au-delà de sa mort.

De la vie à la mort

Les dernières années d’un amoureux de la vie

  • 94 NS I, p. 149.
  • 95 Michel Frizot, Nouvelle Histoire de la photographie, Paris, Bordas, 1994, p. 123.
  • 96 NS I, p. 19.
  • 97 Ibid., II, p. 177-178.
  • 98 Sur les dernières années de Victor Duruy et sur ses goûts, cf. JCG III, p. 1254-1258.

26« La photographie, qui reproduit les choses selon les lois mathématiques de la lumière, est le plus faux de tous les arts, ou plutôt n’est pas un art et pas même la vérité matérielle94 » : ainsi s’exprimait Victor Duruy en 1862, dans sa leçon inaugurale à l’École polytechnique. Hostilité toute bienveillante, qui ne l’empêche pas de céder à la tentation du « jeu narcissique du portrait »95, et à poser pour la plupart des photographes réputés du temps, Pierson, Petit, Pirou, et surtout Nadar. Le cliché que ce dernier en tire, n’en déplaise au modèle, livre une image extrêmement frappante et juste du personnage. C’est un vieillard bonhomme qui est représenté là, au regard doux, au sourire apaisant, dont le rictus semble appeler le rire, en même temps qu’il inspire la bienveillance et la sympathie. Le photographe a particulièrement bien saisi la douceur du caractère de l’historien, dont l’affabilité n’est pas pour rien dans la popularité dont il jouit auprès de ses pairs, et dont les nombreux témoignages d’estime et d’affection sont la preuve. On est loin de l’attitude officielle et grave, presque austère, du ministre peint par Nélie Jacquemart, du garde national gravé par Regnault, ou encore de l’académicien photographié après son intronisation. Certes, le regard saisi par Nadar dénote aussi une certaine mélancolie, une sorte de tristesse sous-jacente à ce sourire qu’on dirait presque forcé, résigné. Le cheveu est blanc et raréfié, le grand front ridé, les lèvres amincies. Le temps a fait son œuvre, avec son cortège de drames familiaux, de tristesses personnelles, de déceptions politiques, et le visage résigné de celui qui célèbre en 1891 ses quatre-vingts ans en porte la marque. Pourtant, il y a aussi comme une sérénité dans cette figure. « Et cependant j’espère toujours… » écrit au même moment l’historien : dans ses Mémoires, Victor Duruy, l’humaniste, le progressiste, en dépit des déconvenues, fait encore profession d’optimisme96. Ces Notes et souvenirs, il en entame la rédaction à la fin des années 1880. La dédicace à son fils, qui ouvre le premier volume, est datée de janvier 1889. Il met alors un point final à son travail d’historien, avec les mille pages illustrées de son Histoire de France publiée en 189297. Il a donc maintenant le temps de se consacrer à la rédaction de ses Mémoires. D’autant qu’il sent que le temps lui est désormais compté98. Lui qui a toujours été sportif, les accidents de santé ne l’ont pas épargné depuis les années 1880. Or, bientôt, sa santé chancelante l’oblige à renoncer progressivement à ses activités. La faiblesse de sa voix, notamment, le handicap, il doit renoncer à l’Académie, ainsi qu’à la présidence de l’Alliance française. Le 27 février 1891, il écrit à Jules Simon qu’il n’a « plus de jambes et plus beaucoup d’oreilles ». Désormais, l’octogénaire vit quasiment reclus dans son appartement de la rue de Médicis. Son temps se passe alors entre ses visites, sa correspondance, encore nombreuse, et la lecture.

  • 99 E. About, op. cit., p. 749.
  • 100 R. Hubscher, op. cit., p. 31.
  • 101 JCG III, p. 1171 sq.
  • 102 JS, p. 95.
  • 103 JGIP 25 mai 1864 (extr. du Journal pour tous).
  • 104 BI – Papiers Ludovic Halévy : no 4499 (Lettre de Victor Duruy, 22 février 1890).
  • 105 op. cit.

27Cette réclusion doit peser lourd pour celui qui fut un amoureux de la vie et de ses charmes. Victor Duruy fut en effet un amoureux de la nature et de la poésie, parfois enjoué, presque primesautier, dont certains propos, certaines habitudes, tranchent avec l’image du personnage officiel, avec le ministre, avec l’académicien, avec le grand bourgeois un peu guindé dont la lecture de ses écrits a pu laisser l’image. En réalité, l’homme Victor Duruy fut un être simple et souvent gai, aimant à prendre du bon temps et à se divertir. Sa villégiature de Villeneuve-Saint-Georges fut pour cela un cadre idéal. Il a pu y pratiquer les jeux et activités physiques qu’il affectionne, et qui font partie de l’éducation virile à laquelle il est attaché, le billard, la chasse, l’équitation, la natation, la rame, la gymnastique. Féru de sport, Victor Duruy le pratique toute sa vie, et Edmond About évoquera même sa « charpente solide », ses « muscles de lutteur99 ». L’ancien professeur en fait une question de santé. Il s’agit d’assurer une vie meilleure et plus longue, et, mieux que cela, d’assurer la survie, de lutter contre la dégénérescence de la race100 – et c’est bien dans cet esprit qu’il avait, durant son ministère, tenté de promouvoir les récréations, les exercices physiques et la gymnastique. Il aime aussi à se ressourcer en pleine nature, face à des paysages touchants ; il apprécie de pouvoir contempler un coucher de soleil à Nice, et admire les montagnes suisses. Esthète, il est amateur d’art ; lors de ses voyages, il visite les musées et les monuments et fréquente l’opéra. Très classique dans ses goûts, il rejette le concept de l’art pour l’art, admire David, Ingres et Delacroix, les sculptures antiques, aime Raphaël et Mozart, mais dénigre Wagner, Vélasquez, Léonard, Canova. En littérature, le romantisme a sa préférence, des Odes de Lamartine aux Feuilles d’automne de Victor Hugo, sans oublier Goethe et Byron… Contemplatif, Victor Duruy ne semble en revanche guère avoir goûté les plaisirs plus matériels. Il n’a jamais aimé l’argent ni la richesse, par exemple. Il a certes multiplié sa fortune par 200 entre les années 1840 et sa mort, et laissera un héritage de plus de 600 000 francs101. Mais on ne saurait y voir davantage que le reflet de sa volonté d’assurer la sécurité économique de sa famille et de tenir son rang. Volontiers austère, il mène une vie studieuse et sans excès : il ne fait pas ostentation de sa fortune, même pour lui-même. Il n’est pas ce que l’on pourrait appeler un bon vivant. Aux flatteries du corps, notamment du palais, il préfère les plaisirs de l’œil, de l’oreille et de l’esprit. À en croire Jules Simon, Duruy « ne s’amusait pas », et « se délassait d’un travail par un autre102 ». Pour autant, il n’est ni austère, ni triste, ayant « beaucoup de malice cachée sous beaucoup de bonhomie103 ». Ernest Lavisse témoigne de la joie de vivre qu’il pouvait susciter, y compris dans les bureaux du ministère. « Les gens qui ne rient pas me font peur », écrit Duruy lui-même en 1860, et il dira même à Ludovic Halévy, en le qualifiant d’« amuseur public », que « le rire est la santé du corps et la joie de la vie104 ». Aussi dans ses Causeries de voyage105, se laisse-t-il aller à quelques remarques plaisantes dont le ton tranche très largement avec l’austérité académique du reste de son œuvre.

La mort du maître

  • 106 NS II, p. 310.
  • 107 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 363.
  • 108 NS I, p. 40-42 ; Augustin de Malarcé, « Journal de ma vie », Revue hebdomadaire, 30 mars 1901, p.  (...)
  • 109 AD Val-de-Marne : Fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges – III.D.14 (Notes de la famille (...)
  • 110 Alain Corbin, « L’Archéologie de la ménagère et le fantasme bourgeois », Le Temps, le désir et l’h (...)

28Sans être un bon vivant, Victor Duruy a donc bien vécu et su profiter des plaisirs visuels et physiques de la nature, de l’art, de la vie. Pour autant, il sent venir la mort de loin, et se montre résigné à la perspective de disparaître, attendant « tranquillement la funèbre fiancée, sans colère ni révolte106 ». Son parcours est jalonné de deuils, ceux de sa mère, alors qu’il n’était qu’enfant, de son premier enfant, de son père au moment où il devenait comme lui un notable, de sa deuxième fille et de son épouse pendant son ministère, de sa troisième fille et de ses deux fils aînés dans les années 1870-1880. Ces morts ont durement et régulièrement éprouvé sa vie, et l’ont peut-être aidé à envisager sa fin à une époque où, comme l’a montré Philippe Ariès, la « mort de toi » détourne l’homme de la crainte de sa propre mort. Loin de la craindre donc, il semble attendre la mort, et pense même qu’une certaine joie doit être associée à ce moment. « Il faut tout embellir, il faut jouer même avec la mort », écrivait-il ainsi en 1860107. La seule crainte qu’il éprouve est dans la douleur qui pourrait accompagner son trépas. Pour le reste, l’idée de l’au-delà l’intéresse, mais sans vraiment le tourmenter. Il est persuadé de l’immortalité de l’âme, a cru à l’existence du paradis, mais, sur la fin de sa vie, se dit persuadé que les âmes migrent après la mort… sur la planète Mars. Cette idée d’une seconde vie des âmes permet de rassurer le pater familias blessé qu’il est, en lui promettant de gagner bientôt ce « lieu des retrouvailles », où sera à nouveau réunie sa famille décimée108. La mort, Victor Duruy l’attend. Il l’a imaginée dès 1860, l’a espérée après la mort d’Hélène en 1872, l’a rêvée aussi. Cette mort, il la prépare, depuis longtemps. En 1867, il s’est fait construire un « tombeau » à Villeneuve-Saint-Georges. En 1887, il a rédigé son testament. C’est pour lui, avec ses Mémoires, l’occasion de rendre hommage à sa seconde épouse, Marie Redel, « chère femme qui soigne [sa] faiblesse avec un dévoûment [sic] infatigable » : « comme elle [l]’a beaucoup aidé dans [ses] travaux depuis bientôt quinze ans », il décide de lui léguer la jouissance de ses droits d’auteur. Elle a d’ailleurs elle-même publié en 1886, à la « Bibliothèque des écoles et des familles » de la maison Hachette, un volume de Récits d’histoire romaine. Auxiliaire de son époux dans son œuvre érudite, collaboratrice fidèle, elle participe de cette image de la femme mise au service du pater familias, si répandue dans les milieux intellectuels. Les domestiques ne sont pas non plus oubliés : la femme de chambre, Marie Loiguet, dite Constance, aura une rente viagère de 300 francs à partir du moment où elle aura vingt ans de service auprès de la famille et qu’elle quittera ce service109. « Subtil paternalisme », pourrions-nous commenter à l’instar d’Alain Corbin : « la servante dévouée – ses vingt ans de service seront là pour le prouver – est le résultat d’une métamorphose ; elle incarne le peuple dressé, domestiqué par le contact quotidien des maîtres ». Ultime réflexe bourgeois d’un Victor Duruy soucieux d’assumer le rôle social que lui confère son appartenance à l’élite110.

  • 111 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 3 mars 1893 et 2 janvier 1894.) ; BI – Papiers et correspondance (...)
  • 112 JCG, III, p. 1254 sq.

29À la fin de 1892, Victor Duruy termine ses Notes et souvenirs. Ils sont dédiés à son dernier fils, Louis-Victor, auquel il explique vouloir « raconter ce que fut [sa] vie publique et littéraire ». Son ambition est qu’il garde de lui l’image d’un « bon serviteur du pays », qui a « mis de l’honneur dans sa maison ». Il termine par une évocation des succès récents de ses fils : George nommé professeur à l’École Polytechnique, Louis-Victor reçu à Saint-Cyr, tandis que son fils spirituel Ernest Lavisse est élu à l’Académie française. « Si le rappel était battu là-haut pour moi, conclut-il, à cette fin de l’année 1892, je dirais que c’est bien finir111 ». Et le rappel en effet commence à être battu. La surdité atteint l’octogénaire. Le fatal tremblement de la main est perceptible dès mars 1892, définitif deux ans plus tard. Le 3 mars 1893, il fait une chute dans un escalier de l’Institut ; désormais, visiblement, il ne peut plus, non plus, se déplacer seul. Au début de 1894, Augustin de Malarcé le dit « perclus des jambes », mais peut encore constater que « son esprit conservait toute sa clarté, toute sa vigueur ». Bientôt cependant, « la nuit s’étendit sur l’intelligence » : Ernest Lavisse, qui a assisté aux derniers instants de son maître, a relaté les délires qui marquèrent les heures ultimes de l’historien. « Les forces physiques baissèrent rapidement et la mémoire s’affaiblit », raconte-t-il. Les dernières nuits sont particulièrement pénibles. Une première fois, le mourant demande si la France a bien perdu l’Alsace. Une autre fois, c’est le maréchal Randon qui l’appelle pour aller au ministère y organiser un camp retranché. Ces délires annoncent clairement la fin et, le 25 novembre 1894, Victor Duruy décède dans son appartement de la rue de Médicis, à l’âge de 83 ans112.

Les aléas de la mémoire

Hommages post-mortem

  • 113 NS II, p. 309.
  • 114 AD Val-de-Marne (Fonds de la commune de Villeneuve-St-Georges) : 1.I.10/2 (Inhumation de Victor Du (...)
  • 115 Ibid. : III.D.14 (Notes de la famille Duruy).
  • 116 Voir, pour les références de ces articles, et de ceux évoqués dans les pages qui suivent, la bibli (...)

30« On ne s’occupera certainement pas de moi, dès qu’une pelletée de terre aura été jetée sur ma fosse113 ». C’est peut-être par excès de modestie que Victor Duruy envisageait ainsi sa postérité, alors qu’il était l’une des plus hautes figures du monde savant de la fin du XIXe siècle. Ses obsèques d’ailleurs, qui se déroulent trois jours après sa mort, au cimetière de Villeneuve-Saint-Georges, confirment la position sociale qu’il a acquise. C’est dans le caveau familial qu’il reposera, au côté de son épouse et de ses enfants décédés, sous le monumental tombeau édifié à l’entrée du cimetière, sur un large espace de 12 m ² surmonté d’une croix culminant à 4 mètres de hauteur et orné de couronnes et de feuilles d’acanthe. Le cortège, conduit par ses deux fils survivants George et Louis-Victor, se compose d’un nombre important de dignitaires, universitaires, écrivains, savants, académiciens, politiques… La présidence de la République est elle-même représentée, en la personne de Mont-Du Taiguy directeur adjoint du cabinet de l’éphémère président de la République, Jean Casimir-Périer114. Et, pendant plusieurs semaines après ces obsèques en grande pompe, les témoignages de reconnaissance et d’admiration affluent, sous forme d’articles de presse ou de lettres à sa veuve et à ses fils. Victor Dandrieux, bibliothécaire de Villeneuve-Saint-Georges qui entreprit la rédaction d’une biographie, a relevé 245 notices nécrologiques publiées dans des périodiques français, allemands, suisses, espagnols115. La jeune génération des historiens méthodiques est en première ligne pour lui rendre hommage, dès les lendemains du décès, dans les grandes revues d’alors, et, avec elle, la communauté historienne, enseignante et savante. Gabriel Monod dans la Revue internationale de l’enseignement et la Revue historique, Edgar Zévort dans la Revue pédagogique, Alfred Rambaud dans la Revue bleue, rédigent des articles nécrologiques louangeurs pour le maître disparu116. Ernest Lavisse publie, à la Revue de Paris, du 15 janvier au 1er mars 1895, une série d’articles biographiques dans lesquels il fait part de son précieux témoignage personnel sur celui qu’il fréquenta dans l’intimité pendant trente ans – et jusqu’aux derniers instants. Il utilise également les pages du manuscrit des Mémoires non encore publiés du défunt. L’étude paraît en volume la même année, empreinte d’une reconnaissante piété filiale, dédiée d’ailleurs à la famille Duruy, mais qui contribue à cristalliser le mythe et à en fixer les limites. Le titre lui-même, Un ministre, Victor Duruy est emblématique de l’enfermement du sujet dans les seules six années de son action publique, comme si le reste n’était pas digne d’être étudié : cette période occupe 110 pages sur 180, alors que l’étude de son œuvre historique n’en prend que six. L’ouvrage du reste se veut moins une biographie qu’une hagiographie, et n’est pas sans colporter certaines erreurs qui auront la vie dure jusqu’à tard dans le XXe siècle. Dernier article d’importance en 1895, celui de Jules Simon, peut-être l’un de ses plus vieux amis, qui lit en novembre 1895 à l’Académie des Sciences morales une note biographique également très laudative sur le ministre défunt. Tous ces témoignages participent à la mise en place de la légende.

  • 117 AN : 114AP/2 (dossier 8).
  • 118 AN : 114AP1/8 (Lettres concernant le monument Victor Duruy à Villeneuve-Saint-Georges) ; A.V.M. – (...)

31Dans les vingt années qui suivent, les admirateurs de Victor Duruy bénéficient de nombreuses occasions pour lui rendre hommage, et perpétuer le mythe. En 1895, Jules Lemaître est élu à l’Académie française, au fauteuil du ministre : son discours de réception, prononcé le 16 janvier 1896, est l’occasion de célébrer la mémoire du défunt. L’année suivante, en 1897, est créé un comité de souscription afin de collecter des fonds pour l’érection d’un monument en sa mémoire à Villeneuve-Saint-Georges117. Professeurs, historiens, pédagogues, amis et admirateurs du ministre se mobilisent et lui élèvent, dans le parc de Beauregard, non loin de la maison du défunt, un monument, confié à Paul Nénot, qui termine alors la construction de la nouvelle Sorbonne, et à Alfred Lenoir, sculpteur renommé. L’historien y est représenté assis, dans une position identique à celle de ses portraits ministériels. De part et d’autre de la statue, sont indiqués les titres de ses principaux ouvrages, ainsi que les principales mesures prises durant son ministère. La cérémonie d’inauguration, en mai 1900, est présidée par le ministre de l’Instruction publique lui-même, Georges Leygues. Elle est l’occasion de rendre hommage à l’action de Duruy en faveur de l’enseignement populaire118. L’événement donne lieu à de nouveaux articles, notamment celui de Jules Claretie dans Le Temps en avril 1897. Et cette production éditoriale se poursuit dans les mois suivants, avec notamment les articles d’Albert de Broglie à la Revue de Deux Mondes et de Gustave Larroumet au Figaro. L’année 1901 est marquée par la publication des Notes et souvenirs du ministre par la maison Hachette, ce qui suscite de nouveaux témoignages, notamment celui d’Emile Berr, intitulé « Un ministre », dans le Figaro du 28 octobre 1901. Les Mémoires de Victor Duruy concourent à sa propre légende. « Les mémoires posthumes ont habituellement pour but la glorification du mort qui les a écrits, des vengeances rétrospectives ou l’éloge encore intéressé de certains vivants », écrit-il comme pour se dédouaner, avant d’ajouter : « J’espère que pareille accusation n’atteindra pas les miens ». Il affirme en effet ne se hisser sur aucun « piédestal », et s’être « borné à fournir les pièces d’après lesquelles [le] jugeront ceux, s’il s’en trouve, qui en auront le désir ». La justification n’est pourtant pas absente de l’ouvrage. Il livre certes des documents nouveaux, notamment épistolaires, d’une grande importance pour l’historien, concernant l’éducation et le second Empire. Mais il concourt aussi à dresser le tableau d’un engagement public qui ne correspond pas tout à fait à ce que fut la réalité. Victor Duruy se taille une image, celle d’une victime de la réaction des années 1849-1852, celle également d’un ministre qui n’a jamais trempé dans les combinaisons démagogiques du second Empire, omettant de rappeler qu’il fut candidat officiel en 1868 pour les élections au conseil général des Landes, qu’il fut l’un des grands notables du régime à la fin des années 1860, qu’il appela publiquement à voter « oui » au plébiscite de 1870, qu’il continua à fréquenter les bonapartistes après Sedan et même qu’il se présenta aux élections sénatoriales de 1876. Ses textes très conservateurs, rédigés à l’occasion des scrutins auxquels il participa, n’apparaissent pas dans l’ouvrage, alors qu’ils font partie de cette « vie publique » à laquelle il dit vouloir borner sa narration. Et l’absence d’objectivité se voit également dans la volonté qu’il affiche de vouloir réhabiliter l’image du couple impérial. En vain d’ailleurs : ses admirateurs de la IIIe République continueront malgré ces Notes et souvenirs à envelopper la mémoire de la famille impériale d’une tenace légende noire.

  • 119 L’École normale de Cluny, fermée en 1891, a été remplacée par l’École nationale pratique d’ouvrier (...)
  • 120 C. Roubaudi, Discours prononcé à Cluny, le 6 août 1906, à l’inauguration d’un monument à Victor Du (...)
  • 121 AD Val-de-Marne – Fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges : 1.I.3/3 (Centenaire Victor Dur (...)
  • 122 Ferdinand Buisson, « Hommage à un nom deux fois glorieux », Manuel général de l’instruction primai (...)

32Après 1901, soit sept ans après la mort de Victor Duruy, les évocations deviennent plus ponctuelles. En 1906 notamment, un deuxième monument est inauguré, à Cluny cette fois, sur le site de l’École normale de l’enseignement spécial : il s’agit d’un buste, érigé par les anciens élèves et fondu par les « gadzarts »119, installé sur un haut piédestal devant l’école communale, sur lequel sont gravés les titres de l’Histoire des Romains, de l’Histoire de France et des Notes et souvenirs, ainsi qu’une clef, symbole de la ville de Cluny120. L’année suivante, c’est à Mont-de-Marsan, ville de l’ancien lycée « pilote » d’enseignement spécial qu’un autre buste, est élevé, auquel participe Charles Despiau, ancien élève du lycée et sculpteur protégé de Rodin. 1911 marque une sorte de chant du cygne des hommages à un homme mort depuis maintenant dix-sept ans : on célèbre cette année-là le centenaire de sa naissance. C’est le Cercle populaire d’enseignement laïque qui s’en charge : il met en place un comité du centenaire, patronné, ici encore, par le ministre de l’Instruction publique, Théodore Steeg, et présidé par Paul Painlevé, par ailleurs président du Cercle. Ernest Lavisse, Gabriel Monod, sont encore de l’aventure. La cérémonie se déroule à la Sorbonne ; à La Marseillaise succèdent les discours de Painlevé et Lavisse, à la gloire de l’œuvre réformatrice de l’ancien ministre de Napoléon III. Le lendemain, une grande cérémonie, plus populaire, se déroule à Villeneuve-Saint-Georges, à l’occasion de laquelle, notamment, une institutrice d’Alfortville lit une louangeuse Ode à Duruy121. Cette même année 1911, le Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire lui consacre une longue notice, toujours très laudative, inspirée des articles écrits après sa mort. Ferdinand Buisson, haute figure de l’enseignement de la IIIe République, rend là un ultime hommage à celui qui avait accepté de collaborer à son Dictionnaire dans les années 1880. Trois ans plus tard, lorsque Louis-Victor Duruy mourra au combat à Ypres, de deux balles dans la poitrine, Buisson rendra dans le Manuel général de l’instruction primaire un « hommage à un nom deux fois glorieux », où, reliant la mémoire du père, « une des plus nobles figures du siècle passé, grand patriote, grand citoyen, grand ministre », et celle du fils mort en héros, il conclut que « tous les Français envelopperont la mémoire du père et celle du fils dans le même sentiment du pieux et patriotique respect122 ».

Au panthéon de la IIIe République

  • 123 A. de Mazade, op. cit., p. 642 (n. 1).
  • 124 La Grande Encyclopédie, tome XV, H. Lamirault et Cie, s.d., p. 132-133.

33Ainsi se forge au tournant des deux siècles une légende dorée de Victor Duruy, légende très officielle d’ailleurs, patronnée qu’elle est par de hautes figures et d’importantes institutions scolaires de la IIIe République, des historiens officiels comme Lavisse ou le président de la République. Cette légende cependant n’est pas totalement nouvelle. Elle a commencé à se constituer, en fait, dès 1870, dans ce qui constitue peut-être le premier bilan d’ensemble de la politique menée par le ministre déchu : la notice que rédige sur lui Pierre Larousse dans son Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle. C’est le premier grand hommage public rendu à son action ministérielle après son départ de la rue de Grenelle. Quinze années plus tard, la collection Les Hommes d’aujourd’hui consacre à son tour un article à l’ancien ministre, sous la plume sûrement d’un de ses anciens élèves, Alexandre de Mazade : l’image alors est plus étoffée, car aux talents du réformateur s’ajoutent les qualités de l’écrivain et la probité de l’homme123. Ces idées sont reprises par la Grande Encyclopédie quelques années plus tard : outre le bilan du ministère, auquel l’auteur de la notice – qui est sûrement l’inspecteur général Antonin Debidour – ajoute quelques éléments comme la réforme du baccalauréat ou les rapports sur les progrès des sciences de 1867, il est fait allusion à la « famille pauvre et obscure » du ministre, dont l’image de fils de ses œuvres s’accentue, ainsi qu’à son « enseignement imagé, vivant » rendu vite « populaire » par ses ouvrages124. Ces textes, tout autant que les discours d’hommages prononcés durant toute la Belle Époque par ses proches et admirateurs, forment un tableau enjolivé d’un bienfaiteur de l’éducation : il est présenté comme l’un des pères du système moderne d’enseignement, comme l’un des parrains de la politique éducative de la IIIe République et devient, à côté des Ferry, Gréard et autres Buisson, un héros du panthéon scolaire du régime.

  • 125 Albert Thomas, Le Second Empire (1852-1870), dans Histoire socialiste, tome X, Jules Rouff et Cie, (...)

34Dans tous ces bilans, qui paraissent entre 1870 et 1914, un élément essentiel de la légende dorée qui entoure la mémoire de Victor Duruy est très tôt constitué. Pierre Larousse écrit ainsi qu’il fut « le seul ministre qui, de 1851 à 1870, ait jeté un vernis de libéralisme sur l’empire » et que « sous un régime parlementaire, son action eût été plus féconde encore ». Cette idée fait son chemin, exprimée également, par exemple, dans la Grande Encyclopédie et jusqu’à l’Histoire socialiste, qui présente Victor Duruy comme un « ministre libéral et vraiment démocratique », comme « le seul ministre de Napoléon III qui ait été un peu populaire125 » : même les marxistes français le louent donc. La publication de l’ouvrage de Lavisse en 1895, celle des Notes et souvenirs en 1901, le précieux témoignage d’Anatole Claveau publié en 1913, viennent confirmer cette idée : Victor Duruy apparaît dès lors comme l’élément libéral du second Empire. On évoque l’« indépendance » du ministre – le terme est notamment employé par Gabriel Monod –, l’inconfort de sa situation au gouvernement impérial, afin de bien séparer de la mémoire de l’empire honni celui dont l’œuvre ministérielle annonce en bien des points celle des républicains. Ainsi ces derniers peuvent-ils éviter de reconnaître que Napoléon III a pu aussi dans le cadre de son règne promouvoir les réformes qu’eux-mêmes avaient toujours défendues : les louables avancées qui s’opèrent dans les années 1860 en matière d’Instruction publique sont bien dues aux efforts et à l’action du seul Victor Duruy, et, en aucun cas, son bilan ne saurait être mis à l’actif du régime qu’il a servi.

  • 126 Taxile Delord, Histoire illustrée du Second Empire, Baillière et Cie, 1880-1883, vol. III, p. 243- (...)
  • 127 Charles Seignobos, Le Déclin de l’Empire et l’établissement de la Troisième République, dans E. La (...)

35En outre, ses admirateurs se chargent de laisser de lui l’image du « précurseur de la République sous l’Empire », ainsi que le caractérisa Fallières dès 1885 : Louis Liard en fait ainsi l’initiateur des réformes de l’enseignement supérieur lancées par la République ; pour Monod, plus qu’un précurseur, il fut un « agent » de la République sous l’Empire. Jules Lemaître va plus loin, écrivant que « toutes les réformes de l’enseignement poursuivies par la IIIe République, c’est M. Duruy qui les a commencées ; et, de toutes ensemble, c’est lui qui a tracé la méthode et, pour longtemps, défini l’esprit ». Larroumet reprend cette idée d’un Duruy prophète, ou tout au moins fondateur, lui qui a « tracé et commencé, pour en rendre l’exécution inévitable, le programme que non seulement Jules Simon et Jules Ferry, mais tous nos ministres de l’instruction publique ont poursuivi depuis 1870 ». La perspective n’est donc pas seulement téléologique : l’action de Victor Duruy ne se contente pas d’annoncer ou de préparer ce point d’orgue que sera la politique républicaine, elle la fonde. Il devient également dans l’histoire officielle, l’un des hérauts de l’enseignement populaire, gratuit, obligatoire et laïc. C’est exagérer largement son rôle : le républicain Taxile Delord lui-même pense en ce domaine, en versant peut-être dans l’excès contraire, que la loi de 1867 « n’apportait que quelques améliorations de détails dans l’enseignement au lieu de la réforme complète dont il avait tant soin126 ». Mais le ministre est dédouané des insuffisances de son bilan, attribuées aux résistances des conservateurs, comme l’explique La Grande Encyclopédie : « si son œuvre est restée incomplète, si son administration n’a pas porté ses meilleurs fruits, ce n’est assurément pas sa faute » ; exemple parmi d’autres, le licenciement de l’École normale en 1867, qui pouvait gâter l’image du ministre, est amoindrie : Charles Seignobos explique en effet que « l’impératrice voulait la supprimer » et que « Duruy en obtint le maintien127 ». Tout est fait donc pour préserver la légende du héros, même le travestissement de la vérité historique, et même, surtout, la négation de ses propres écrits, puisque la relation faite entre sa politique et celle des républicains entre en contradiction avec ce que lui-même dit penser de l’action scolaire de la IIIe République dans ses Notes et souvenirs.

  • 128 Ibid., p. 31, 45, 60, 66, 68, 78 ; Malet, Albert, et Isaac, Jules, Histoire contemporaine (de 1815 (...)
  • 129 AM Marseille : 1.D 225 et 2.D2143.

36Ainsi isolé de la mémoire du second Empire, l’ancien ministre de Napoléon III n’est pas emporté par le tourbillon de la légende noire qui submerge l’histoire du régime. Au contraire la bonne pensée historique républicaine n’hésite-t-elle pas à rendre hommage à son action. L’Histoire de la France contemporaine dirigée par son disciple Ernest Lavisse, comme le « Malet-Isaac », en sont des supports privilégiés128. Duruy devient un héros officiel du panthéon scolaire de la IIIe République, et sa présence aux frontons des écoles et dans les noms de rues en témoignent. De nombreux établissements scolaires sont (re)baptisés en son honneur, le lycée de Mont-de-Marsan qu’il avait transformé en collège d’enseignement spécial, celui de Bagnères-de-Bigorre où il séjournait parfois, celui d’Albi. En 1912, lorsque l’État crée à Paris un lycée de jeunes filles pour remplacer la maison d’éducation des Dames du Sacré-Cœur touchées par la loi sur les congrégations, c’est tout naturellement le nom du lointain précurseur de l’enseignement secondaire féminin que l’on donne au nouvel établissement : le lycée Victor-Duruy est encore aujourd’hui l’un des rares supports, pour le grand public, de sa mémoire. Il existe d’ailleurs, à l’heure actuelle, de nombreux établissements scolaires de tous niveaux, partout en France, qui portent son nom. On le donna même à une commune d’Algérie quelques mois après sa mort, en 1896. Plusieurs villes, de Paris à Reims, Lille, Saumur et Alger, se sont contentées de donner à l’une de leurs voies le nom de l’ancien ministre, et on trouve même des avenues Victor-Duruy à La Baule et Mont-de-Marsan, et un boulevard à Marseille. Le cas de la cité phocéenne est d’ailleurs emblématique de la façon dont le nom de l’ancien ministre est « panthéonisé » : c’est en 1927 que le boulevard Saint-Louis, dans le quartier Saint-Marcel, est renommé, afin de ne pas être confondu avec une autre voie du même nom. Ce changement fait partie d’un lot de 71 modifications, la commission des rues de la municipalité ayant décidé de supprimer les doublons que le développement urbain avait provoqués par l’agglomération d’anciens villages périphériques. Parmi les nouveaux noms retenus, figure tout le panthéon littéraire (Balzac, Daudet, Montaigne, Zola), scientifique (Gassendi…), politique (Sieyès, Desmoulins…) cher à la IIIe République, dont Victor Duruy fait donc bel et bien partie129.

Les limites de la légende : critique, désintérêt, oubli

  • 130 Jérome Grondeux, « Le Thème du baptême de Clovis dans la Revue des Questions historiques », dans M (...)
  • 131 P. de La Gorce, op. cit., vol. IV, p. 287.
  • 132 Louis Audiat, « L’Instruction primaire gratuite et obligatoire avant 1789 », Archives historiques (...)
  • 133 Marius Sepet et Eugène Ledos, dans Revue des questions historiques, 1er janvier 1895 ; Charles Les (...)
  • 134 Camille Jullian, Extraits des historiens français du XIXe siècle, Hachette, 1898, p. LXXVII ; Loui (...)

37Face à la constitution d’une mémoire officielle d’un Victor Duruy présenté, avec beaucoup d’exagération, comme un héraut de l’enseignement populaire et de la lutte pour la laïcité, existe également un courant critique, en rupture avec le discours officiel, moins sur l’œuvre accomplie que sur ses écrits d’historien. « Soit comme homme d’État, soit comme historien, il ne nous est pas possible de louer sans restriction la carrière et les ouvrages de M. Victor Duruy », déclare ainsi la Revue des questions historiques au lendemain de sa mort. Déjà dans les années 1870, l’organe catholique avait critiqué certaines positions de l’ancien ministre, notamment quant à son interprétation du baptême de Clovis130. Pierre de La Gorce se montre lui aussi assez sévère dans son Histoire du second Empire, publiée au tout début du siècle. Il consacre seize pages de son volume IV au bilan du ministère, en s’appuyant sur Ernest Lavisse, Jules Simon et Albert de Broglie, ainsi que sur les textes législatifs du ministre. Son reproche principal réside dans l’exclusivisme, le corporatisme de Victor Duruy, idée ancienne qui colle à la peau de l’« universitaire renforcé », corporatisme qui l’a poussé à une lutte contre les intérêts catholiques. Aussi La Gorce fait-il du ministre de Napoléon III, comme les républicains, un précurseur, un fondateur, mais d’une façon plus négative, car, d’après lui, « c’est de son ministère que datent les premières déviations de l’enseignement public131 », et les catholiques ont eu mille fois raison de se méfier. Ces reproches aux relents cléricaux se retrouvent sous d’autres plumes. Louis Audiat ainsi, dès 1896, en cherchant à démontrer le rôle puissant joué par la monarchie des Bourbons en faveur de l’enseignement primaire, met lui aussi dans le même sac Victor Duruy et les républicains, mais pour les accuser, ainsi que Guizot et même la Convention, de se poser comme les premiers à agir pour l’enseignement primaire. Il utilise ainsi les statistiques du ministère pour démontrer tout le travail qui avait été accompli avant 1863, et conclut ironiquement : « c’était vraiment Napoléon III et son ministre qui avaient fondé l’enseignement populaire132 ». Les critiques issues du courant clérical et monarchiste, guère étonnantes dans un contexte de guerre scolaire où Victor Duruy est invoqué comme dieu protecteur par les hérauts de la laïcité, portent autant sur l’œuvre du ministre que sur celle de l’historien. Charles Lescoeur et la Revue des questions historiques en 1895, Albert de Broglie en 1898, remettent en cause la forme et le fond de ses ouvrages, insistant notamment sur les erreurs qui les ponctuent133. Même Edgar Zévort, pourtant actif promoteur de la mémoire de son maître, remarque qu’il n’est pas du niveau d’un Michelet ou d’un Mommsen… L’historien Victor Duruy est donc loin de faire l’unanimité, même chez ses partisans. Camille Jullian dans ses Extraits des historiens français publiés en 1898, le trouve « d’une langue un peu molle et de couleurs assez ternes134 ».

38Aussi, le souvenir de l’auteur des Romains s’estompe progressivement. L’historien anglais George Peabody Gooch en 1913, insiste plus sur les mérites formels, notamment l’illustration, que sur le fond scientifique, peu original, de son Histoire des Romains. Louis Halphen, l’année suivante, ne cite Victor Duruy que comme un exemple de la renaissance des études antiques au XIXe siècle. Après la Première Guerre mondiale, marques de scepticisme et approximations montrent que le monument à la gloire de l’historien Duruy continue à se lézarder. Le Larousse universel en deux volumes rappelle encore en 1922 que Victor Duruy « écrivit une magistrale Histoire romaine, une Histoire grecque, des manuels d’histoire demeurés longtemps classiques », mais déjà il y a des erreurs dans les titres. En 1923, Joseph Bédier et Paul Hazard le présentent certes comme « un des historiens les plus notables » de son époque, mais remarquent que « ce n’est certes pas un des plus grands », et qu’il est « surtout attaché à une œuvre de vulgarisation » ; ils reprennent l’idée selon laquelle ses ouvrages ont joué un grand rôle dans l’éducation des jeunes générations, mais l’évocation de son œuvre s’arrête là. De même en 1926, à l’occasion du cinquantenaire de la Revue historique, Louis Halphen note-t-il que l’Histoire des Grecs et l’Histoire des Romains « se rattachent plutôt aux traditions » de l’histoire du XIXe siècle. Alors que d’intenses débats secouent la communauté historienne française, l’œuvre de Victor Duruy semble désormais dépassée et tout à fait mineure.

39Du reste, ses ouvrages historiques abandonnent progressivement les étalages des libraires. Ses manuels pour l’école primaire, publiés dans la collection du « Petit cours d’histoire universelle », connaissent leurs dernières impressions à la Belle Époque, la Petite Histoire grecque terminant le cycle en 1916. Ses manuels pour le secondaire connaissent le même destin : ceux du « Cours complet d’histoire et de géographie » ont été à la fin des années 1880 repris par un groupe de professeurs dirigés par Ernest Lavisse, ils ne sont donc plus son œuvre. Son Histoire grecque est publiée pour la dernière fois en 1901 : c’est la 32e édition. Les volumes de l’« Histoire universelle » désertent à leur tour les librairies, l’Histoire du moyen âge dès 1902 après quinze éditions, l’Histoire grecque en 1914 après dix-sept éditions. Seule l’Histoire romaine survit à la Première Guerre mondiale, avant de s’éteindre en 1921 dans une 21e édition. L’Histoire de France, dont la publication est arrêté en 1908, continue sa carrière outre-Atlantique : elle est encore éditée à New York en 1929. Concernant ses trois grands ouvrages illustrés, l’Histoire de France n’est éditée qu’une seule fois, l’Histoire des Romains voit reparaître certains volumes jusqu’en 1907, l’Histoire des Grecs est une dernière fois publiée en 1919. Les Romains connaîtront un dernier sursaut outremonts en 1929-1932, avec leur réédition à Turin dans la collection « Monumentali Storie di Roma », ultime hommage de l’Italie, devenue fasciste, à un ouvrage qui fut longtemps la seule grande synthèse existant sur l’histoire romaine.

  • 135 René Arnaud, La Deuxième République et le second Empire, Hachette, 1929, p. 198-199 ; Octave Aubry (...)
  • 136 Louis Planté, « Une rencontre de César : Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique », La Re (...)

40Alors que le souvenir de l’œuvre historique de Victor Duruy disparaît peu à peu de la mémoire des Français, son œuvre de ministre, elle, reste à peu près connue, dans la version arrangée et hagiographique qu’en donne l’histoire officielle de la IIIe République. Cependant, là aussi, la mémoire s’est un peu estompée. Ses admirateurs, ceux qui ont forgé sa légende, ont disparu les uns après les autres. Lorsque Lavisse meurt en 1922, il fait figure de dernier de sa génération : les pionniers de l’école méthodique, disciples admiratifs et laudateurs zélés de Victor Duruy, les Zévort, Monod, Rambaud, ont tous disparu avant la Première Guerre mondiale. Faute de sources, le flux de l’hagiographie s’est tari. Les historiens du second Empire ne relèvent pas le flambeau : René Arnaud ne consacre que deux pages au ministre de l’Instruction publique en 1929, se contentant de reprendre les informations fournies par La Gorce, et d’apporter une énième pierre à l’édifice de la légende en décrivant l’œuvre « immense » accomplie. En 1939, Octave Aubry ne lui accorde guère plus d’importance, se contentant lui aussi de reprendre les détails biographiques habituels, de le présenter comme « le grand vulgarisateur de l’instruction en France » et comme « le restaurateur de l’Université ». Le personnage n’intéresse pas l’auteur, dont la superficialité de l’analyse éclate dans la façon dont sont présentés les Mémoires du personnage dans la bibliographie (« Duruy (Victor) : Souvenirs ») et dans les contradictions qu’a pu relever Jean Rohr. Dans la perspective toute politique et événementielle de l’histoire du second Empire qui se fait alors, l’action du ministre de l’Instruction publique n’intéresse guère les auteurs. Et Adrien Dansette, dans son ouvrage de 1942, n’évoquera lui, quasiment pas le personnage135. Outre le désintérêt des historiens politiques, il est à noter que son œuvre ministérielle, tant vantée malgré le sceau impérial qui la marque, se trouve éclipsée par la célébration officielle de l’œuvre scolaire accomplie par la IIIe République elle-même. L’année 1931 marque à ce sujet une étape : on prévoit alors de célébrer le cinquantenaire de la loi sur la gratuité de l’enseignement primaire. Celui du ministère Duruy, lui, n’avait visiblement pas été fêté : il tombait alors, notamment pour la loi de 1867 ou la création de l’École pratique des hautes études, en pleine guerre. Mais à l’occasion du jubilé des lois Ferry, l’un des hauts responsables du ministère, récemment renommé, de l’Education nationale, Louis Planté, publie à la Revue bleue un article sur Victor Duruy, pour « rendre un juste hommage au prédécesseur oublié », en rappelant d’ailleurs qu’il « prépara de loin » les réformes républicaines « et permit leur maturité136 ». Constatant qu’on a trop oublié ce que fut l’importance de son ministère, et regrettant qu’aucune biographie de lui n’existe – belle pique à l’hagiographie de Lavisse –, il invite à adopter une nouvelle vision de Victor Duruy, dont « la vie et l’œuvre », dit-il, « méritent mieux qu’une citation même élogieuse dans l’histoire des ministres dont se glorifie l’Université ». Il ne s’agit donc plus pour lui de lui rendre simplement hommage, mais bien d’étudier l’ensemble de son œuvre. L’hagiographie doit céder le pas à l’histoire. C’est d’ailleurs ce qu’il tente de faire en retraçant les grandes lignes de la carrière et de l’action de Victor Duruy, dans un article néanmoins toujours aussi élogieux.

De l’hagiographie à l’historiographie : la redécouverte de Victor Duruy

  • 137 Pour tout ce qui va suivre, concernant le destin de Victor Duruy dans l’historiographie, nous renv (...)
  • 138 Information transmise par le professeur Christian Amalvi, à qui nous présentons une fois de plus n (...)

41L’article de Louis Planté trouve quelque écho dans les années qui suivent. En 1932, André Bellessort évoque assez longuement le « plus grand ministre de l’Instruction publique que nous ayons eu depuis 1848 » dans son étude sur la société du second Empire137. Le petit-fils du ministre, Victor Glachant, se penche en 1934 sur sa participation aux élections sénatoriales de 1876. Par ailleurs, la décennie est marquée par une série d’études historiques qui permettent de redécouvrir le rôle que put avoir Victor Duruy : à la thèse de Jean Maurain sur les rapports entre l’Église et l’État sous le second Empire (1930), succèdent en 1939 celles de Jean-Baptiste Piobetta sur le baccalauréat, et de Clément Falcucci sur la culture classique. Il faut y ajouter la synthèse d’Alexis Léaud et Émile Glay sur l’enseignement primaire parue en 1934. Cependant, aucune étude d’ensemble sur le ministère Duruy ne paraît, alors que d’autres ministres de l’Empire ont déjà suscité l’intérêt des historiens, comme Pierre Magne, Chasseloup-Laubat, ou encore Baroche. L’après-guerre est peu propice à la mémoire de Victor Duruy. Pourtant celui-ci devient alors un personnage de cinéma : en 1951, l’acteur Paul Bonifas joue le rôle d’un ministre plutôt jovial, dans Monsieur Fabre, un film d’Henri Diamant-Berger sur le fameux entomologiste avignonnais auquel Pierre Fresnay prête sa voix si particulière138. Il faut en fait attendre les années 1960 pour voir les historiens français s’intéresser à nouveau à Victor Duruy, et ce avec plus d’ampleur qu’auparavant. Ce retour en grâce se fait dans un contexte favorable, marqué par la multiplication des études sur le second Empire, mais aussi par la publication des premières grandes synthèses classiques sur l’histoire de l’éducation. Or, en 1962, est célébré le cinquantenaire du lycée Victor-Duruy de Paris. À l’occasion de la cérémonie, présidée par le recteur Jean Roche, André Aymard, doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, fait un discours élogieux sur l’historien éponyme, mais constate, quant à son œuvre ministérielle, que « nous sommes peu renseignés ». L’événement cependant semble réveiller la mémoire du ministre de l’Empire. Dans la lignée du cinquantenaire, la revue Femmes diplômées publie au troisième trimestre de 1962 un numéro spécial sur Victor Duruy et l’enseignement secondaire féminin, dans lequel sont retracés le parcours et l’œuvre du ministre. Et, au début de l’année suivante, Marguerite Schwab, qui a participé au numéro spécial de Femmes diplômées, publie dans les Cahiers laïques, un article militant sur la laïcité prônée et défendue par Victor Duruy, dans la plus pure tradition de la légende forgée par la IIIe République, et en rupture avec la neutralité des travaux en histoire de l’éducation menés dans les années 1930. Ceux-ci constituent alors pourtant la référence. Félix Ponteil, par exemple, y a recours pour son Histoire de l’enseignement, ainsi qu’à l’Histoire de l’enseignement secondaire de Georges Weill, publiée en 1921 ; ils lui permettent de nuancer les seuls textes qui existent sur Victor Duruy, fondateurs de la légende, les Notes et souvenirs, la biographie de Lavisse, l’article de Gabriel Monod.

42Et c’est justement avec l’objectif de rompre avec ces études anciennes, souvent hagiographiques, parfois contradictoires, que Jean Rohr se lance dans la première grande synthèse digne de ce nom sur Victor Duruy. Il est significatif que ce ne soit pas là l’œuvre d’un historien, mais d’un juriste, agrégé de l’Université, futur professeur à la faculté de droit de Clermont-Ferrand. Son livre paraît en 1867 à la Librairie générale de Droit et de jurisprudence, sous le titre Victor Duruy, ministre de Napoléon III. Essai sur la politique de l’Instruction publique au temps de l’empire libéral. Œuvre de juriste donc, qui déploie cependant un large éventail de sources et de travaux à l’appui de son argumentation, afin de rompre totalement avec la tradition hagiographique. La perspective d’ailleurs n’est nullement biographique : Jean Rohr choisit de se restreindre « à l’étude du ministère Duruy, de la politique de l’Instruction Publique dirigée par lui de 1863 à 1869, au nom de l’Empereur, sinon du Gouvernement impérial ». En somme il s’agit moins ou autant d’étudier l’œuvre accomplie que les conditions dans lesquelles elle le fut : Jean Rohr souhaite en effet « borner [son] étude à celle d’une gestion ministérielle, avec les intentions et les actes essentiels de son auteur, en essayant de faire la part de ce qui pouvait lui être attribué en propre », et « retrouver les caractères et la portée des réformes entreprises par lui, présentées souvent jusqu’ici d’une façon imprécise ou contradictoire ». Aussi affirme-t-il avoir volontairement bridé sa recherche et ses perspectives, et renoncé à « des recherches plus précises et plus spécialisées, qui, dans cette matière, restent encore à faire », en essayant toutefois d’élargir le champ de l’étude à l’homme, à sa carrière antérieure au ministère, à son système de pensée. Ce sont donc près de 180 pages de texte qu’offre Jean Rohr, dans lesquelles il reprend, après un premier chapitre sur « la carrière et les idées » de son sujet, et un deuxième sur sa gestion administrative, l’essentiel de l’œuvre accomplie, des réformes menées, des projets lancés. C’est une œuvre riche et tout à fait nouvelle qui est ainsi donnée, dépoussiérée de toutes les considérations hagiographiques qui avaient jusque-là motivé la plupart des publications sur le sujet, et qui tente de reprendre l’ensemble des actions menées, hélas de façon non exhaustive. Certains points du ministère lui-même sont laissés de côté (ainsi les réformes pédagogiques), tandis que les autres aspects de la vie de Victor Duruy ne sont traités que de manière rapide – avec toutefois des analyses inédites sur son système de pensée.

  • 139 L’édition consultée du « Mourre » est celle de 1996 ; pour les dictionnaires, cf. notamment les La (...)
  • 140 Françoise Mayeur, De la Révolution à l’école républicaine, dans L.-H. Parias, dir., Histoire génér (...)

43En dépit des remarques de Jean Rohr sur les recherches qui restent à effectuer sur Victor Duruy, son ministère et sa vie, aucune étude d’importance ne vient compléter son livre. Seules des études ponctuelles paraissent : celle de René Robinet sur la réforme de l’enseignement professionnel en 1967, l’analyse de Françoise Mayeur sur la crise des cours pour les jeunes filles en 1971. Mais il n’y a plus ensuite d’études particulières en France sur le ministère, et Victor Duruy semble finalement, en dépit du souhait de Jean Rohr, rester dans un semi oubli. Fait significatif, il n’a pas droit à sa notice dans le « Mourre », ce qui est d’autant plus étonnant qu’il en eut une dans pratiquement tous les dictionnaires biographiques depuis le Vapereau de 1858, et qu’il n’est aujourd’hui absent ni des dictionnaires des noms propres, ni des encyclopédies139, et ce y compris à l’étranger : Encyclopedia Britannica, Brockhaüs Enyklopädie, Store Danske Encyklopaedi (Copenhague), Store Norske Leksikon (Oslo), Svensk Uppslagsbok, Grand Enciclopedia de Colombia (Santa Fe de Bogota), et bien d’autres encyclopédies étrangères de référence lui consacrent, dans leurs éditions récentes encore, une notice évoquant son œuvre historique et ministérielle – dernière trace du rayonnement international qu’il connut de son vivant. Les historiens de l’éducation, eux, cependant, ne laissent pas de côté Victor Duruy. Ils lui accordent la place que l’importance de sa politique lui fait mériter dans leurs travaux, avec une vision désormais totalement dépassionnée de sa politique. Il faut toutefois attendre le milieu des années 1980 pour voir paraître de nouvelles études centrées sur son ministère. Encore s’agit-il des travaux d’une Américaine, Sandra Horvath-Peterson, qui reprend en 1985 dans les French Historical Studies le travail de Françoise Mayeur sur la polémique religieuse de 1867, après avoir publié, en 1984, une synthèse, dans la lignée de celle de Jean Rohr : Victor Duruy and French Education. Liberal Reform in the Second Empire, pour laquelle elle a bénéficié de sources nouvelles, et notamment d’archives familiales. L’ouvrage, qui n’a pas été traduit, représente cependant une nouveauté par rapport à l’étude de Jean Rohr dans la mesure où l’auteure cherche à replacer l’action menée dans une perspective plus politique. De temps à autre ensuite, certains articles paraissent sur le ministre. En 1990, Alain Dessertenne étudie la question de l’École normale de Cluny. En 1992, dans le cadre du colloque de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines sur l’Ecole, Philippe Vigier, dans l’une de ses dernières publications, revient sur le ministère Duruy et, s’inspirant surtout de Lavisse et Rohr, regrette qu’il n’y ait « aucune biographie digne de ce nom » de cet « homme d’exception » que fut le ministre de Napoléon III. Cette absence est-il est vrai d’autant plus étonnante que l’histoire de l’éducation a alors fait largement progresser la connaissance de l’enseignement au XIXe siècle et montré en particulier l’importance du ministère Duruy. Ce dernier est souvent présent dans les ouvrages sur la question, tant sa figure peut sembler incontournable pour les historiens de l’éducation, notamment ceux qui doivent passer par le « siècle par excellence de l’école140 ». Quel que soit l’aspect de l’enseignement qu’il envisage, l’historien est forcé de trouver, sur sa route, le nom du père de la loi de 1867, qui a légiféré sur tout, agi dans toutes les directions, laissé sa marque sur presque tous les domaines du monde de l’enseignement. Tous les plus récents travaux en histoire de l’éducation ne peuvent faire autrement que de l’évoquer ; tous les recueils, publiés récemment, des textes officiels de l’enseignement, comportent obligatoirement un nombre important d’actes datant des années 1863-1869. Haute figure du monde de l’enseignement du XIXe siècle, qu’il a pratiqué, comme élève, professeur, ministre et membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique pendant près d’un demi-siècle, de Charles X à Jules Ferry, Victor Duruy est aujourd’hui l’une des figures incontournables de l’histoire de l’éducation contemporaine.

  • 141 Références précises dans la bibliographie de fin de volume.
  • 142 Patrick Garcia et Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jour (...)
  • 143 E. Anceau, op. cit., p. 597-598.

44Restait à envisager les autres aspects de la vie de celui qui ne fut pas que ministre de l’Instruction publique de Napoléon III. Son œuvre historique et, plus généralement, sa biographie au sens large sont restées les parentes pauvres de l’historiographie récente sur Victor Duruy. Comme historien, il a sombré dans l’oubli. Les ouvrages sur la question ne font aucune référence à son œuvre historique publiée. Pourtant, il y a une petite redécouverte de ses textes à la fin des années 1960, quand l’autrichienne Akademische Druck und Verlaganstalt reproduit en facsimilés l’Histoire des Grecs et l’Histoire des Romains de la collection « Histoire universelle ». En 1987, ce sont les éditions Minerva, à Genève, qui reprennent à leur tour un texte de Victor Duruy pour leur Monde des Grecs illustré. Sophie-Anne Leterrier est à notre connaissance la première à donner, en 1997, une nouvelle vie universitaire aux textes de Victor Duruy, dont elle publie un certain nombre dans son anthologie, moins pour leur valeur épistémologique que pour leur caractère emblématique de la pensée historique de son temps141. Patrick Garcia et Jean Leduc, évoquent, eux, le rôle de Victor Duruy dans l’institutionnalisation de la discipline historique en France142. Concernant sa production classique, les travaux de Christian Amalvi ou d’Alain Choppin ont permis également de bien faire ressortir son influence dans l’évolution des manuels d’histoire au XIXe siècle. Mais à côté de ce que l’on savait sur son ministère, cet aspect de sa vie reste aujourd’hui le seul à avoir été vraiment défriché. Sur l’élève, le professeur, l’intellectuel, et tout simplement l’homme, aucune étude n’est réalisée : Victor Duruy n’existe, aux yeux de la postérité, que par son bilan. D’où de nombreuses zones d’ombre, dont témoignent encore les erreurs récurrentes figurant dans certaines notices biographiques qui lui sont consacrées dans des dictionnaires récents, dont les auteurs ont pâti de l’absence d’informations fiables sur le sujet. La réédition en 2005, dans la collection « Sources de l’histoire contemporaine » chez Paléo, de ses Notes et souvenirs, montre pourtant, comme l’extrait qu’en cite Eric Anceau143 et l’anthologie de Sophie-Anne Leterrier, que ses écrits, longtemps oubliés, méritent d’être reconsidérés. Non pas, certes, comme des « monuments » de l’historiographie, mais comme des sources, parmi d’autres, de connaissance de la pensée du XIXe siècle. Contre les lacunes de la mémoire, l’histoire doit, seule, s’emparer de la figure de Victor Duruy, et poursuivre son étude bien au-delà des limites dans lesquelles l’hagiographie de la IIIe République l’a enfermée depuis plus d’un siècle.

Notes

1 NS II, p. 280.

2 François Fossier, Au pays des immortels. L’Institut de France hier et aujourd’hui, Mazarine, 1987, 380 p., p. 219 sq.

3 Pour le détail de ces communications et publications, nous renvoyons à la liste des œuvres de Victor Duruy qui figure en annexe.

4 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 24 août 1878) ; NS II, p. 281.

5 Académie des Sciences Morales et Politiques. Notices biographiques et bibliographiques. 1892. 1ère partie : membres titulaires et libres, associés étrangers, Imprimerie nationale, 1893, 214 p., « État de l’Académie pendant l’année 1892 », p. i-iii.

6 JB Dumas à V. Duruy, 24 janvier 1884, dans NS II, p. 239.

7 AI : Dossier V. Duruy à l’Académie française, 1G29 ; BI – Papiers et correspondance de Maxime Du Camp, n ° 3746 : Note sur l’élection du 4 décembre 1884 (fo 491) et notes biographiques sur V. Duruy, s.d. (fo 487-488) ; Discours prononcés dans la séance publique tenue par l’Académie française pour la réception de M. Duruy le 18 juin 1885, impr. Firmin Didot, 1885, p. 27 ; NS I, p. 240-242, 380 et II, p. 281-282 ; Le Gaulois, 5 décembre 1884.

8 Lucien Delabrousse, « Les Arènes de la rue Monge », L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, 1908, p. 270.

9 F. Fossier, op. cit., p. 32, 48-50 et 62 sq.

10 AN : 114AP2/5 (Traduction d’un article de Ladislas Wickicewicz dans le courrier de Varsovie, décembre 1884).

11 BI – Papiers et correspondance de Maxime Du Camp, no 3746 (V. Duruy à M. du Camp, 15 juin 1889, fo 472).

12 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 5 décembre 1884).

13 BI : Papiers et correspondance de Maxime Du Camp, no 3746 (V. Duruy à M. du Camp, 13 juin 1885, fo 474).

14 Le Gaulois, 11 juin 1885.

15 Edmond Scherer, Études sur la littérature contemporaine, C. Lévy, 1886, t. VIII, p. 306 sq.

16 Le Gaulois, 19 juin 1885 ; sur la façon dont se déroulaient ces cérémonies, voir la description qu’en a faite François Fossier, op. cit., p. 183-184.

17 Discours… pour la réception de M. Duruy, op. cit.

18 E. Legouvé, op. cit., p. 261.

19 Collection George Duruy.

20 NS II, p. 76.

21 V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vals, op. cit. ; APP : B. A/1062 – Dossier V. Duruy.

22 Laetitia de Witt, Le Prince Victor Napoléon, Paris, Fayard, 2007, p. 204.

23 Les lettres entre V. Duruy et la famille impériale sont aujourd’hui dispersées. coll. George Duruy ; AN : 114AP2/1. Voir également le dossier de Victor Duruy aux Archives de la Préfecture de Police de Paris (B. A/69) et Witt, op. cit., p. 74-79.

24 AN : 114AP1 et 2 ; APP : E. A/43 (4) ; coll. George Duruy.

25 APP : E. A/43 (4) ; Lettre de V. Duruy à H. Cornu, 10 janvier 1875, La Dépêche (Toulouse), 6 mai 1904 ; V. Glachant, op. cit. ; M. Victor Duruy, op. cit. ; Journal officiel de la République française, 31 janvier 1876.

26 V. Glachant, op. cit., p. 20.

27 Ibid., p. 15-17.

28 Lettre à A., 24 juin 1879 (collection Janine Duruy) ; APP : B/a/1062 (rapport du 1er août 1883).

29 NS I, p. 205.

30 Martin Nadaud, Histoire des classes ouvrières en Angleterre, E. Lachaud, 1873, p. 114.

31 Réunion des sociétés des beaux-arts des départements à la Sorbonne, du 28 avril au 1er mai 1886…, p. 45-59, p. 57 ; Paul Painlevé, « Discours à la Sorbonne, 24 mai 1911 », in Le Centenaire Victor Duruy 1811-1911, Cahors/Alençon, A. Coueslant, 1911, 146 p. ; voir également un hommage d’Octave Gréard dans son rapport sur l’enseignement supérieur à Paris de décembre 1881, BAIP 1882, vol. 26, p. 41.

32 BAIP 1872, p. 238 ; 1879, p. 319 et 990 ; 1882, III, p. 97.

33 BAIP 1877, p. 911.

34 AN : 114AP1 (Casimir-Périer à V. Duruy, 27 janvier 1879) ; BAIP, 1881, p. 731 ; Jean-Michel Gaillard, Jules Ferry, Fayard, 1989, 730 p., p. 524.

35 BAIP 1879, p. 462, 1880, p. 654, et 1881, p. 951.

36 BAIP 1881, p. 1954 ; AN : F17/3201 (22 décembre 1881).

37 BAIP 1882, vol. 28, p. 285

38 BAIP 1881, p. 1964.

39 AN : 87AP/1 (V. Duruy à J. Simon, 27 septembre 1886).

40 NS I, p. 201-202.

41 J. Rohr, op. cit., p. 20-21.

42 N. Roussellier, op. cit., p. 82 sq.

43 Lettres de V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vals, op. cit. ; à H. Cornu, 13 mai 1870 et 12 janvier 1875, La Dépêche (Toulouse), 6 et 7 mai 1904 ; à M. du Camp, 26 février 1876 (BI – Papiers et correspondance de Maxime du Camp : dossier no 374, fo 464 ; à P. Magne, 14 juillet 1869, et A. Paillard, 24 juin 1879 (collection Janine Duruy) ; Histoire des Romains, vol. VII, 1885, p. 539 et 545 ; Histoire de France, op. cit., 1893, II, p. 714 ; NS I, p. 52-58, 194 et II, p. 275-276 ; Louis Girard, Les Libéraux français 1814-1875, Aubier Montaigne, 1985, p. 191 sq. ; N. Roussellier, op. cit., p. 86-87.

44 NS I, p. 52.

45 Pour une analyse beaucoup plus détaillée de la pensée politique de Victor Duruy, JCG, III, p. 1095 sqq.

46 BI : Papiers et correspondance de Maxime Du Camp, no 3746 (Lettre de Victor Duruy, 28 juillet 1885, fo 481).

47 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 324.

48 Laure Riese, Les Salons littéraires parisiens du second Empire à nos jours, Toulouse, Privat, 1962, p. 27.

49 AN : 87AP/3 (lettres à J. Simon, 8 février 1883 et 1er février 1887) ; Le Gaulois, 11 juin 1885.

50 Voir essentiellement dans AN : 87AP/2 (Papiers Jules Simon), 114AP2 (Papiers Victor Duruy) ; BI : Papiers Ludovic Halévy et Alfred Maury ; coll. George Duruy ; NS I, p. 205, et II, p. 239 ; Gustave Flaubert, Correspondance générale, Club de l’honnête homme, 1971-1976, t. XIV, p. 285-286, et t. XV, p. 502 ; Correspondance d’Eugène Fromentin, CNRS, 1995, vol. II, p. 1519 et 2092 ; T. Gautier, op. cit., t. IX, p. 283, 366, 452, t. X, p. 271 ; S. Laurent, op. cit., p. 44. Analyse détaillée dans JCG III, p. 951 sq.

51 Mélanges publiés par la section historique et philosophique de l’École des Hautes Études pour le dixième anniversaire de sa fondation, Imprimerie nationale, 1878, 305 p.

52 E. Garcin, op. cit., p. 1.

53 AN : 114AP2 (P. Janet à V. Duruy, s.d.).

54 Ibid. (F. Passy à V. Duruy, 28 décembre 1889) ; Christian Amalvi, « Les Guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », Revue historique, 1979, p. 365.

55 NS II, p. 262.

56 AN : 114AP2/1 (La Roncière Le Noury à V. Duruy, 18 mars 1877).

57 Bulletin de l’Alliance française, no 4, 1er mars 1885, p. 14 ; F. Chaubet, op. cit., p. 25-27.

58 Maurice Bruézière, L’Alliance française. Histoire d’une institution, Paris, Hachette, 1983.

59 L’Intransigeant, 21 novembre 1885.

60 Pierre de Coubertin, Une campagne de vingt-et-un ans, 1909, cité dans Textes choisis, III, Pratique sportive, Zurich, Weidmann, 1986, p. 72.

61 Pour les références précises des ouvrages cités ci-après, nous renvoyons à la bibliographie en fin de volume, ainsi qu’à la liste des œuvres de V. Duruy, où sont indiquées les éditions étrangères.

62 NS I, p. 70 (note 1).

63 NS I, p. 109.

64 Allen L. Woll, « For God and Country : History Textbooks and the Secularization of Chilean Society, 1840-1890 », Journal of Latin American Studies, vol. 7, 1975, p. 31-33.

65 NS II, p. 148 ; V. Duruy à la Bne de Bourgoing, 28 décembre 1869, coll. Jacqueline Duruy.

66 AI : 5B23.

67 « À Victor Duruy, au seul Français ayant écrit une histoire complète des Romains ». AN : F17/2589 ; AI : 5B/23 ; AD Val-de-Marne (Fonds de la commune de Villeneuve-St-Georges) : III.D.14.- Famille Duruy. Notes ; Le Peuple français, 19 mai 1880 ; Revue archéologique, août 1862, p. 196.

68 Charles-Albert Cingria, Oeuvres Complètes, Lausanne, L’Âge d’Homme S.A., 1967-1978, 11 vol., XI, p. 62.

69 Proceedings of the American Philosophical Society held at Philadelphia for Promoting Useful Knowledge, vol. 25, janvier-juin 1888, no 127 ; et vol. LI, 1912, p. 594.

70 Catalogue of the Keiogijuku Library, Tokyo, 1912.

71 Bibliothèque évangélique du Vatican : Reale Accademia virgiliana di scienze, lettere ed arti. Album Virgiliano, XVII settembre mdccclxxxii , Mantova, Prem. Stab. Tipografico Mondovi, 1883, 246 p. – dont : Duruy, Victor, « Lettera sulle epoche della nascita e della morte di P. Virgilio Marone », tome 3.

72 AN : 114AP2/5 (Traduction d’un article de L. Wickicewicz dans le Courrier de Varsovie, décembre 1884).

73 Anne-Christine Faitrop-Porta, « Renan, Rome et les Romains », La France et l’Italie. Polémiques et dialogues (1880-1918), Université de Caen, 1992, p. 39-40 ; Teresa Di Scanno, Bibliographie de Michelet en Italie, Firenze, Institut français de Florence, 1969, p. 15 ; Petre Ciureanu, Renan, Taine et Brunetière à quelques amis italiens (Correspondance), Firenze, Institut français de Florence, 1956, p. 7-10 ; P. Antonetti, Francesco de Sanctis et la culture française, Marcel Didier, 1964, p. 165 sq.

74 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 11 juin 1889) ; 11AP/2 ; Lettres à Tullo Massarani, extrait de la « Revue internationale », Ve année, t. XVIII, Rome, Forzani et C., 1888, p. 10-11.

75 Gabriel Maugain, Giosuè Carducci et la France, H. Champion, 1914, p. 12 et p. 49.

76 Notamment dans Les Systèmes socialistes (1902-1903), Le mythe vertuiste et la littérature morale (1911), et surtout le Trattato di sociologia generale (1916).

77 Enciclopedia Universal Illustrada europeo-americana, Madrid, 1915.

78 Sur cette question, nous renvoyons, pour plus de détails et indications bibliographiques, à notre thèse, op. cit., III, p. 992-997.

79 Gabriel Monod, « Victor Duruy », Revue historique, 1895, t. 57.

80 Analyse précise dans JCG III, p. 971-1091.

81 Histoire des Romains, 1843, p. vi.

82 Notamment AN : 114AP2 (chemise 4 : lettres adressées à Victor Duruy sur des questions historiques).

83 Ibid. (E. Olliver à V. Duruy, 29 août 1885).

84 V. Duruy à E. Grasset (24 mai 1886), dans Ernest Grasset, La Guerre de Sécession, Librairie militaire de L. Baudouin et Cie, 1886, t. 1.

85 L. Delabrousse, op. cit., p. 267-273.

86 AN : 114AP2 (nombreuses lettres, notamment sur les sociétés auxquelles il appartient) ; Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France ; Bulletin archéologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1893 ; Bulletin de la Société archéologique de Bordeaux, t. xiii, p. xlvii ; J. P. Chaline, op. cit., p. 201.

87 BAIP 1889, vol. 37, p. 415.

88 AD Val-de-Marne : 3E3/198 (Testament de Victor Duruy, 13 septembre 1893) ; NS II, p. 312 ; EL ; W. Smith, op. cit., p. 132.

89 Pour toutes ces citations, cf. AN : 114AP2/1 et 4.

90 Jean-François Sirinelli, « Biographie et histoire des intellectuels : le cas des « éveilleurs » et l’exemple d’André Bellessort », Sources. Travaux historiques, 1985, n ° 3-4, p. 61-73, p. 62-63.

91 « Chronique de la Quinzaine », Revue des Deux Mondes, 30 juin 1863 ; E. Zévort, op. cit., p. 481-490 ; EL, p. 164 ; JS, p. 94.

92 Colette, Claudine à l’école, 1901, in Œuvres, Gallimard, NRF, 1984, vol. I, t. II, p. 145-148 ; Charles Péguy, « Compte rendu de congrès », Cahiers de la Quinzaine, III, 1, 1er octobre 1901, dans Œuvres complètes, tome XI, p. 252 ; Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Colin, 1992, p. iii.

93 C. O. Carbonell, op. cit., p. 521.

94 NS I, p. 149.

95 Michel Frizot, Nouvelle Histoire de la photographie, Paris, Bordas, 1994, p. 123.

96 NS I, p. 19.

97 Ibid., II, p. 177-178.

98 Sur les dernières années de Victor Duruy et sur ses goûts, cf. JCG III, p. 1254-1258.

99 E. About, op. cit., p. 749.

100 R. Hubscher, op. cit., p. 31.

101 JCG III, p. 1171 sq.

102 JS, p. 95.

103 JGIP 25 mai 1864 (extr. du Journal pour tous).

104 BI – Papiers Ludovic Halévy : no 4499 (Lettre de Victor Duruy, 22 février 1890).

105 op. cit.

106 NS II, p. 310.

107 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 363.

108 NS I, p. 40-42 ; Augustin de Malarcé, « Journal de ma vie », Revue hebdomadaire, 30 mars 1901, p. 684-686 ; Philippe Ariès, L’Homme devant la mort, Seuil, 1985, vol. II, p. 320-321.

109 AD Val-de-Marne : Fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges – III.D.14 (Notes de la famille Duruy) et 3E3/198 (testament olographe de Victor Duruy, 20 août 1887) ; NS II, p. 311-312 ; Causeries…, op. cit., p. 316 et p. 428 ; Mme V. Duruy, Récits d’histoire romaine, Hachette, Bibliothèque des écoles et des familles, 1887, 352 p.

110 Alain Corbin, « L’Archéologie de la ménagère et le fantasme bourgeois », Le Temps, le désir et l’horreur Essais sur le XIXe siècle, Champs Flammarion, 1991, 247 p., p. 82 et N. Roussellier, op. cit., p. 95.

111 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 3 mars 1893 et 2 janvier 1894.) ; BI – Papiers et correspondance de Maxime du Camp : dossier n ° 3746. V. Duruy à M. du Camp, 4 mars 1892 (f ° 468) ; A. de Malarcé, op. cit., p. 684.

112 JCG, III, p. 1254 sq.

113 NS II, p. 309.

114 AD Val-de-Marne (Fonds de la commune de Villeneuve-St-Georges) : 1.I.10/2 (Inhumation de Victor Duruy).

115 Ibid. : III.D.14 (Notes de la famille Duruy).

116 Voir, pour les références de ces articles, et de ceux évoqués dans les pages qui suivent, la bibliographie en fin de volume.

117 AN : 114AP/2 (dossier 8).

118 AN : 114AP1/8 (Lettres concernant le monument Victor Duruy à Villeneuve-Saint-Georges) ; A.V.M. – Fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges : I.M.2/3 et 4.C.2 (Monument Victor Duruy) ; « Notes sur l’érection d’un monument à Victor Duruy », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, tome CXVII, p. 682 ; A. Dufour, « Chronique », Bulletin de la Société historique et archéologique de Corbeil, d’Etampes et du Hurepoix, 6e année, 1900, p. 138-140.

119 L’École normale de Cluny, fermée en 1891, a été remplacée par l’École nationale pratique d’ouvriers et de contremaîtres, puis, en 1901, par l’École des Arts et Métiers, qui s’y trouve toujours.

120 C. Roubaudi, Discours prononcé à Cluny, le 6 août 1906, à l’inauguration d’un monument à Victor Duruy, impr. E. Capiomont, 1906 ; Uloïs Tumachon, M. Duruy à Cluny. Notes historiques, Lyon, impr. Paul Legendre et Cie, 1906, 11 p.

121 AD Val-de-Marne – Fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges : 1.I.3/3 (Centenaire Victor Duruy) ; Le Centenaire…, op. cit.

122 Ferdinand Buisson, « Hommage à un nom deux fois glorieux », Manuel général de l’instruction primaire, 21 novembre 1914.

123 A. de Mazade, op. cit., p. 642 (n. 1).

124 La Grande Encyclopédie, tome XV, H. Lamirault et Cie, s.d., p. 132-133.

125 Albert Thomas, Le Second Empire (1852-1870), dans Histoire socialiste, tome X, Jules Rouff et Cie, 1901, p. 306.

126 Taxile Delord, Histoire illustrée du Second Empire, Baillière et Cie, 1880-1883, vol. III, p. 243-244.

127 Charles Seignobos, Le Déclin de l’Empire et l’établissement de la Troisième République, dans E. Lavisse, Histoire de la France contemporaine, tome VII, Hachette, 1921, p. 60.

128 Ibid., p. 31, 45, 60, 66, 68, 78 ; Malet, Albert, et Isaac, Jules, Histoire contemporaine (de 1815 à nos jours), Hachette, 1935, p. 108, 121, 168.

129 AM Marseille : 1.D 225 et 2.D2143.

130 Jérome Grondeux, « Le Thème du baptême de Clovis dans la Revue des Questions historiques », dans M. Rouche, dir., Clovis : histoire et mémoire. Actes du Congrès international d’histoire de Reims, Paris, PU Paris-Sorbonne, 1997, vol. 2, p. 731.

131 P. de La Gorce, op. cit., vol. IV, p. 287.

132 Louis Audiat, « L’Instruction primaire gratuite et obligatoire avant 1789 », Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, XXV, 1896, 494 p., p. 2-3

133 Marius Sepet et Eugène Ledos, dans Revue des questions historiques, 1er janvier 1895 ; Charles Lescoeur, Le Droit privé des Romains dans l’histoire de M. Duruy, Secrétariat de l’Institut catholique, 1895, p. 4 et 5, 28 ; A. de Broglie, op. cit., p. 552 et 561.

134 Camille Jullian, Extraits des historiens français du XIXe siècle, Hachette, 1898, p. LXXVII ; Louis Halphen, L’Histoire en France depuis 100 ans, A. Colin, 1914, 216 p. ; Larousse universel, Larousse, 1922, vol. I, v° « Duruy, Victor » ; Joseph Bédier et Paul Hazard, Histoire de la littérature française illustrée, Librairie Larousse, 1923, 3 vol. ; Histoire et historiens depuis cinquante ans. Méthodes, organisation et résultats du travail historique de 1876 à 1926, Alcan, 1927, vol. I, p. 164.

135 René Arnaud, La Deuxième République et le second Empire, Hachette, 1929, p. 198-199 ; Octave Aubry, Le Second Empire, Fayard, 1939, p. 309-311 ; Adrien Dansette, Deuxième République et Second Empire, Fayard, 1942, 341 p.

136 Louis Planté, « Une rencontre de César : Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique », La Revue bleue, 2 mai 1931, p. 270-275.

137 Pour tout ce qui va suivre, concernant le destin de Victor Duruy dans l’historiographie, nous renvoyons, quant aux références des ouvrages cités, à la bibliographie en fin de volume.

138 Information transmise par le professeur Christian Amalvi, à qui nous présentons une fois de plus nos remerciements.

139 L’édition consultée du « Mourre » est celle de 1996 ; pour les dictionnaires, cf. notamment les Larousse de 1977 (éd. 1972), 1987 (éd. 1986), le Dictionnaire encyclopédique Hachette de 1991, ainsi que Petit Larousse illustré de 2001.

140 Françoise Mayeur, De la Révolution à l’école républicaine, dans L.-H. Parias, dir., Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, vol. III, Perrin, 2004, p. 9.

141 Références précises dans la bibliographie de fin de volume.

142 Patrick Garcia et Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Armand Colin/VUEF, 2003.

143 E. Anceau, op. cit., p. 597-598.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540