Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Quatrième partie. Une glorieuse retraite (1869-1894)

Chapitre VIII. Heurs et malheurs d’un ancien ministre

Texte intégral

Un grand notable du second Empire (1869-1870)

Les vacances de Monsieur Duruy

  • 1 Sur la période qui suit le ministère, voir essentiellement NS I, p. 145 sq. et EL, p. 160 sq.
  • 2 coll. George Duruy ; une autre version de cette lettre (NS II, p. 146-147), donne une version diff (...)
  • 3 La Gazette de France et Journal de Paris, 19 et 23 juillet 1869.
  • 4 Le Charivari, 1er août 1869.

1Dès le soir du 17 juillet 1869, Victor Duruy s’est retiré à Villeneuve-Saint-Georges en compagnie de deux de ses proches collaborateurs au ministère, Ernest Lavisse et Armand du Mesnil1. Il y reçoit une lettre de l’empereur, dans laquelle il lui annonce personnellement qu’il ne l’a pas repris au gouvernement, et qu’il est « désolé de [se] séparer d’un ministre qui avait [sa] confiance et qui avait rendu de grands services à l’Instruction publique ». Au moins l’empereur se montre-t-il laconiquement satisfait du travail accompli pendant six ans. On ne peut douter d’ailleurs de sa sincérité. « Si la politique n’a pas d’entrailles, ajoute-t-il, le souverain en a et il tient à vous exprimer ses regrets ». Et Napoléon III de l’inviter aux Tuileries afin de voir avec lui comment il pourra lui témoigner sa « sincère amitié », c’est-à-dire quelle compensation il souhaite recevoir. Ces bonnes dispositions cependant sont contredites le lendemain par la lecture du Moniteur universel : le décret de nomination de Bourbeau annonce en effet que Victor Duruy est mis à la retraite. Or si la démission était bien volontaire, cette mise à l’écart de la vie active n’était pas du tout prévue, et dans une lettre empreinte d’une certaine amertume, l’ancien ministre répond à l’empereur qu’il aurait souhaité récupérer les deux postes qu’il occupait au moment de son arrivée au pouvoir, à savoir sa chaire à l’École Polytechnique et sa fonction d’inspecteur général2, mais qu’il se retrouve donc sans ressources, alors qu’il a encore la dot de sa fille Hélène à constituer. La réponse ne tarde pas : Napoléon III lui propose une place au Sénat. Il peut d’ailleurs paraître étonnant que l’empereur n’y ait pas pensé tout de suite, tant il paraissait presque normal pour un ancien ministre, sans espoir de retour sur le devant de la scène politique, d’aller finir sa carrière sous les ors du palais du Luxembourg. Cela paraissait tellement normal, que La Gazette de France s’était étonnée du fait que l’annonce de sa démission ne fût pas immédiatement suivie de celle de sa nomination au Luxembourg, nomination que le Journal de Paris avait même annoncée comme imminente. Mais une fois le ministre nommé, les mêmes critiquent cette décision, en s’étonnant que le ministre puisse cumuler sa pension de retraite et son traitement de sénateur3… Victor Duruy hésite d’abord, peu enthousiaste à l’idée de replonger dans le monde politique ; le nouveau ministre de la Justice et des Cultes, l’avocat et conseiller d’État Jean-Baptiste Duvergier, qu’il appréciait beaucoup, le convainc cependant et, le 21 juillet, il est élevé « à la dignité de sénateur », en même temps qu’Adolphe Vuitry, ancien président du Conseil d’État. Il y retrouve un autre déchu, Rouher, nommé président de l’assemblée, et avec lequel il semble avoir déjeuné à Cerney, à la fin du mois du juillet – ce qui fait dire au Charivari que les deux ennemis d’hier « ne sont à couteaux tirés que devant le rôti4 ». L’ancien ministre de l’Instruction publique arrive au palais du Luxembourg à un moment crucial : moins d’une semaine après sa nomination, le 5 août, commencent en effet les longs débats sur le sénatus-consulte mettant en place les réformes institutionnelles réclamées par le tiers parti. Le texte est promulgué le 8 septembre.

  • 5 V. Duruy à la Bne de Vaux, 18 septembre 1869, dans P.-B. Des Vales, Madame la Baronne de Vaux, fon (...)
  • 6 AN : 114AP2 (lettres de Dalloz, Frossard et Mouchy, 19 juillet 1869) ; C. Sainte-Beuve, op. cit., (...)
  • 7 J. Bonaparte, op. cit., p. 368-370.

2« Suivant l’usage usité pour les morts politiques, écrit Victor Duruy dans ses Mémoires, je reçus de nombreuses lettres de condoléances. » Ce ne sont pas moins de « quelque chose comme trois mille lettres auxquelles il a fallu répondre, ne fut-ce que par un morceau de carton », explique-t-il à la baronne de Vaux5. Celles-ci viennent de tous côtés, de Paul Dalloz, directeur du Moniteur universel, du général Frossard, gouverneur de la maison du prince impérial, du jeune duc Antoine de Mouchy, benjamin du Corps législatif, de Sainte-Beuve, de Paul Vidal de La Blache, normalien et élève de l’École d’Athènes, et même de l’émir Abd el-Kader qui « déplore » son départ du ministère6, ainsi que de la reine Sophie des Pays-Bas, épouse de Guillaume III, « toute française de cœur et grande amie de Napoléon III ». La souveraine et le ministre s’étaient peut-être rencontrés chez la princesse Julie Bonaparte, grande amie d’Elisa Duruy, qui avait organisé dans son salon, en octobre 1867, un dîner en son honneur en compagnie d’un certain nombre de personnalités, dont le ministre de l’Instruction publique et son épouse faisaient sûrement partie7. Ce message de la reine des Pays-Bas est l’occasion pour Victor Duruy de profiter enfin de ces vacances dont lui parle Paul Dalloz : il part pour un voyage à La Haye, afin de remercier viva voce la souveraine et s’entretenir, comme il aime à le faire, avec cet « esprit élevé », de l’Europe, de la Prusse, et de la France.

  • 8 Les comptes rendus des sessions du conseil général sont notamment reproduits dans le Journal des L (...)

3De retour en France, le sénateur renoue avec ses obligations d’élu local : le 7 août en effet, il est nommé président du conseil général des Landes, dont il n’était jusque-là que vice-président, depuis son élection en 1867. Le 23 août, il ouvre la session du Conseil, qui se termine dès le 27, après cinq séances. Victor Duruy les préside toutes, alors que, les années précédentes, son assiduité n’avait guère été exemplaire. Il n’avait ainsi participé à aucune réunion en 1867, et à seulement deux en 1868. Il est vrai que ses activités de ministre ne lui permettaient pas alors de se consacrer pleinement à sa fonction. Et les sujets traités lors des séances n’étaient certes pas forcément du premier intérêt pour le ministre. Ainsi lors de la séance du 26 août 1868, on avait débattu d’une réclamation qui demandait que « la chasse aux alouettes et aux petits oiseaux de passage puisse se faire, pendant le temps où elle est ouverte, au moyen de pantes et de lacets ». Victor Duruy présidait alors la séance en remplacement de Walewski, mais dès le lendemain, peut-être échaudé par ce débat fort éloigné de ses préoccupations du moment, il avait quitté Mont-de-Marsan. En 1869 cependant, libéré de toute obligation ministérielle et le Sénat n’étant pas en session, il peut consacrer tout son temps à son département d’adoption et préside même, le 26 août, la distribution des récompenses aux instituteurs landais pour les cours d’adultes qu’ils ont organisés8.

  • 9 William Smith, Eugénie impératrice des Français, Bartillat, 1998, p. 138-141.
  • 10 coll. Jacqueline Duruy. Voir également NS II, p. 148-149.

4La session du conseil général close, Victor Duruy peut se replonger dans ses études historiques : c’est le volume III de son Histoire des Romains qu’il s’agit d’envoyer pour impression. Toutefois il est vite rattrapé par sa position de haut dignitaire du régime. Ancien ministre, sénateur, président de conseil général, il a en effet tous les titres requis pour participer au voyage organisé en Égypte pour l’inauguration du canal de Suez. Il fait donc partie des officiels invités pour accompagner Eugénie, laquelle est chargée de représenter son impérial époux pour l’occasion. Venise, Athènes, Constantinople, enfin l’Égypte sont les principales étapes de cette tournée politique, mais aussi touristique, de la souveraine des Français en Méditerranée9. Mais Victor Duruy ne suit pas l’itinéraire impérial : c’est après l’inauguration, lors de son retour d’Égypte qu’il fait, en sens inverse, le parcours suivi par l’impératrice, comme nous le montrent les lettres de voyage qu’il écrit à cette occasion à la baronne de Bourgoing, châtelaine de Mouron, dans la Nièvre10. Le « jeune » sénateur semble en fait rejoindre le cortège officiel directement en Égypte, où il assiste à l’inauguration du canal, le 16 novembre. Cette réalisation grandiose, symbole du génie humain, remue le cœur de l’humaniste progressiste, tandis que le spectacle des « flammes étincelantes du soleil […] colorant d’une pourpre violacée la chaîne opposée du Sinaï », le site chargé d’histoire, la présence des princes « entraînés jusqu’ici par notre vaillante impératrice » enthousiasment le romantique, l’historien, le patriote. Aussi l’événement le remplit-il d’émotion : « je crains bien d’être allé jusqu’au ridicule », écrit-il : « j’ai pleuré comme un enfant ».

5Pendant deux semaines, l’historien visite les hauts lieux de la Basse Égypte. Au Caire, il voit l’arbre de la Vierge, qui « n’a pas trois cents ans », ainsi que celui « où Kléber s’est appuyé pour mourir ». Les pyramides de Gizeh ne l’impressionnent pas. Il y voit le symbole de la démesure des pharaons, et ne les juge ni belles, ni utiles, faites uniquement « pour abriter le néant » ; il leur préfère le barrage construit sur le Nil, de l’état d’inachèvement duquel il se lamente auprès du khédive Ismaïl Pacha. Il visite deux fois Saqqarah, une première fois avec le cortège officiel, une seconde en petit comité guidé par Mariette lui-même, qui lui fait visiter un tombeau récemment découvert et dans lequel personne encore n’avait pénétré, avant de l’emmener dans un tombeau du Serapeum où le petit groupe boit, dans une scène « demi shakespearienne », en l’honneur du « bon Osiris ». Après ces quelques visites, il refuse de suivre le reste de la troupe dans son excursion vers la Haute Égypte, et quitte la terre des Pharaons, au début du mois de décembre, « sans avoir vu Karnak, Louqsor et Philé ». Deux semaines plus tard, il est à Constantinople, après avoir visité Smyrne ; il découvre sa création, le lycée de Galatasaraï, et est l’objet d’une cérémonie officielle donnée en son honneur par l’ambassadeur de France, Prosper Bourée, qui partage avec lui l’amitié de la baronne de Bourgoing. Son périple se poursuit ensuite vers la Grèce. Il visite Athènes, puis les îles Ioniennes, en compagnie notamment du ministre grec de la Guerre, d’un député au parlement hellénique soucieux de reconquérir Istanbul et d’un septuagénaire amateur de son Histoire grecque. L’historien est d’ailleurs fêté pour son philhellénisme, et se paie le luxe d’une petite cérémonie d’hommage qui lui vaut un beau bouquet et les compliments d’un magistrat d’Ithaque. Le risque d’être pris en otage par des brigands le prive d’une visite à Eleusis, Mégare et Marathon, tandis que l’isthme de Corinthe est « jalonné de soldats » pour assurer la sécurité du transport. Mais la chaleur est étouffante pour le Parisien, et la nostalgie de sa terre natale et de ses enfants lui fait trouver le voyage bien long. « J’ai hâte de finir ma vie nomade », écrit-il en débarquant à Brindisi à la toute fin du mois de décembre. Il lui reste cependant encore à traverser l’Italie. Naples, Rome et Venise en sont les principales étapes et, dans le courant du mois de janvier, il est de retour à Paris.

Le travail de sénateur : derniers projets de réforme

  • 11 J. Bonaparte, op. cit., p. 507.
  • 12 NS II, p. 149.

6Il a manqué le début de la session parlementaire et trouve la capitale en plein ébullition : le 2 janvier, Émile Ollivier a constitué son gouvernement et, huit jours plus tard, le prince Pierre Bonaparte a assassiné le journaliste Victor Noir. C’est sûrement à regrets que Victor Duruy retrouve la vie politique. Ses deux mois de périple méditerranéen, qui l’ont conduit de Suez et Saqqarah à l’Acropole et de la Corne d’Or au Colisée et au Palais des Doges auront été, pour le quasi-sexagénaire, et en dépit de son impatience à retrouver les siens, un véritable pèlerinage historique. À l’heure où sa retraite politique le pousse à reprendre la rédaction interrompue de son Histoire des Romains, ce périple est comme un bain d’antiquités où il peut se replonger et oublier les tensions politiques et les malheurs familiaux qui ont occupé les six années d’un ministère éprouvant. Pourtant il doit reprendre le rythme de la vie parisienne. Le 21 mars 1870, il est ainsi avec la princesse Julie Bonaparte, grande amie de sa défunte épouse, à un dîner chez la maréchale Randon11. Et surtout, il doit participer aux travaux du Sénat. Le poids politique du sénateur Duruy est assez marginal lors des grands débats du printemps 1870 sur la réforme constitutionnelle qui permet la mue parlementaire du régime de 1852. C’est surtout en tant que conseiller général qu’il s’implique, à l’occasion de la campagne pour le plébiscite du 8 mai 1870, organisé en vue de faire ratifier la libéralisation de l’Empire. Le 5 mai, le Journal des Landes reproduit un appel aux électeurs du canton de Mont-de-Marsan, dans lequel le président du conseil général livre son analyse de la consultation qui doit avoir lieu trois jours plus tard. Il insiste d’abord sur le fait qu’il s’agit d’une occasion toute démocratique pour les citoyens de donner leur opinion et que personne ne devrait la manquer, qui par l’abstention, qui par le bulletin blanc. Il se félicite d’autre part de « la venue radieuse » de la liberté, obtenue par consensus et non par révolution ; aux sceptiques qui seraient tentés de voter non sous prétexte qu’il s’agit d’une concession impériale et non d’une conquête populaire, il répond par une envolée très antirévolutionnaire : « Allons-nous passer à côté d’elle sans la reconnaître, parce qu’au lieu de descendre des barricades, les mains teintes de sang, les lèvres noires de poudre, l’œil enflammé et la parole menaçante, elle nous arrive, calme et forte, sans emportement ni colère ? ». Il juge donc le oui « nécessaire », qui représente l’« ordre public, avec le développement nécessaire et certain de toutes les libertés », tandis que le non « renverse sans édifier », et amène la révolution « avec toutes les inconnues menaçantes contenues dans ce mot redoutable ». Et devant cette terrible alternative, l’historien de conclure : « Choisissez ». À l’heure où le second Empire n’a jamais été aussi fragile, et où le spectre de la guerre sociale réapparaît avec la multiplication des grèves – celle du Creusot, en mars, a été réprimée par l’armée –, l’ancien ministre Victor Duruy se range clairement dans le camp des tenants de l’ordre et du conservatisme. Vingt ans plus tard, au moment d’écrire ses Mémoires, il se dédira et jugera avec le recul que la modification de la constitution « doublait l’abdication politique du 12 juillet 1869 » et « remettait décidément la France aux mains du Tiers Parti [sic]12 ».

  • 13 Sur toute cette question, rapports et correspondance dans NS II, p. 196-216 ; certains extraits so (...)

7Le plébiscite du 8 mai se conclut par une victoire écrasante du oui. Sûrement satisfait alors d’un résultat qui conforte la position de l’empereur, le sénateur Duruy prend à cœur ses nouvelles fonctions. Trois affaires semblent l’occuper durant les semaines qui suivent : un projet de loi sur la médecine cantonale gratuite d’une part, au sujet duquel il prononce un discours le 23 juin, mais surtout deux projets qui entrent plus dans les compétences de l’ancien ministre de l’Instruction publique : celui d’un enseignement médical féminin en Algérie d’abord, celui de la liberté de l’enseignement supérieur, qu’il reprend, enfin. L’instruction médicale des femmes était une préoccupation ancienne de Victor Duruy, qu’il partageait avec une impératrice Eugénie soucieuse de développer la rôle des femmes dans la société13. En 1865, il avait autorisé une bachelière à suivre les cours de l’École de médecine d’Alger – l’enseignement supérieur étant théoriquement fermé aux femmes, fussent-elles titulaires du baccalauréat. Il pensait en effet « que le docteur en cornette pourrait pénétrer sous la tente et dans le harem de l’Arabe, là où le docteur en rabat n’entrera jamais. » L’année suivante, il autorisait également une sage-femme à s’inscrire aux examens du doctorat à Paris. Après sa sortie du ministère, et peut-être lors du voyage à Suez, l’impératrice le relance sur cette question de l’enseignement médical des femmes. Victor Duruy s’active, et fait jouer son réseau de relations. Il obtient ainsi la collaboration de Husson, directeur de l’Assistance publique de Paris, de plusieurs professeurs des hôpitaux de la capitale, de savants comme Milne-Edwards, de médecins comme le docteur Nélaton, chirurgien de l’empereur, son collègue au Sénat. Dès le printemps 1870, un projet d’enseignement est prêt ; l’impératrice ayant appris que la Russie des tsars ouvrait l’enseignement médical aux femmes, elle presse le sénateur qui lui envoie son plan. Défendant l’idée d’un enseignement utile aux musulmans, qui doit en outre permettre de promouvoir l’activité professionnelle des femmes – une garantie pour elles en cas de décès du mari ou du père – et d’étendre l’influence française dans le monde arabe, Victor Duruy prévoit la fondation à Paris d’une Société libre pour l’instruction médicale des femmes, patronnée par l’impératrice, ainsi que d’une école secondaire libre de médecine où seraient enseignés, outre les notions élémentaires de sciences, des éléments des langues turques et arabes.

8C’est donc un système complet qui est proposé par le sénateur, lequel a même déjà recruté professeurs et administrateurs ; aussi ce projet reçoit-il l’approbation de l’impératrice. Mais Philippe Mège, successeur de Bourbeau depuis le 15 mai, réduit la portée du projet en prétextant du fait que l’enseignement supérieur n’étant pas libre, il ne peut y avoir d’école tenue par une association hors du champ universitaire, et que par conséquent c’est la jurisprudence fixée par Duruy lui-même qui doit s’appliquer : à défaut d’école, l’ancien ministre est autorisé à créer des cours libres d’enseignement médical. Le projet a donc abouti sous une forme amoindrie ; du reste, prévue pour la rentrée 1870, l’ouverture de ces cours n’aura finalement pas lieu en raison des événements militaires et politiques qui secouent alors la France. Les réticences de Mège semblent montrer que les nouveaux hommes au pouvoir continuent à en vouloir au grand réformateur des années 1863-1869. Celui-ci tient, plusieurs mois après avoir quitté le ministère, à défendre le bilan de son action. Il le fait dans un gros recueil imprimé par Jules Delalain en 1870, L’Administration de l’Instruction publique de 1863 et 1869 et Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique. Dans la préface, il rappelle les motivations de sa politique et les résultats auxquels il a abouti. La même année paraît, justement, chez le même Delalain, le volume de la collection, lancée par Rouland, des Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique correspondant à son ministère. L’ancien ministre n’a plus les moyens politiques de se défendre contre ceux qui attaquent son œuvre, mais ne tient pas à se rendre sans combattre. Il continuera d’ailleurs dans la même optique vingt ans plus tard, au moment d’écrire ses Mémoires.

9Parallèlement à ce dossier de l’enseignement médical qui occupe le sénateur aux mois de juin et juillet 1870, se déroulent au Sénat des discussions sur un projet de loi relatif à la médecine cantonale gratuite, dont Victor Duruy est le rapporteur. Le 22, le baron Anatole Brénier de la Renaudière, ancien diplomate, obtient un franc succès en défendant l’idée d’un financement par l’État de cette médecine cantonale. Mais le lendemain, l’ancien ministre rejette cette idée. Insistant sur le fait que la tradition veut que l’assistance médicale soit une prérogative des administrations locales, il refuse que les hôpitaux soient pris en charge par le budget de l’État. Il démontre aussi que 52 départements se sont débrouillés sans intervention de ce dernier, et qu’il ne serait pas équitable que les 37 restants soient ainsi favorisés. Enfin, il remarque que les hôpitaux ne sont guère populaires parmi les paysans. « Le paysan n’aime pas l’hôpital, dit-il. Ces grandes maisons qu’il ne regarde que de loin, mais d’où il voit sortir nécessairement tant de funérailles, l’épouvantent ». Au contraire, il faut, pense-t-il, développer « les secours à domicile ». Sur ces deux derniers points, ses collègues sénateurs l’approuvent avec enthousiasme. Et l’ancien ministre de terminer par la question qui l’occupe tant : le développement des soins à domicile – et non en hôpitaux – est, pense-t-il, l’un des vœux de la paysannerie, avec les chemins vicinaux et, surtout, la gratuité de l’enseignement, telle qu’elle se trouve dans la loi de 1867. « Vous y joindrez un jour, Messieurs, l’obligation, pour triompher de résistances mauvaises qui subsistent encore. »

  • 14 NS II, p. 45 ; AN : 42AP/268 (Papiers Guizot – Lettre de V. Duruy, 1er mars 1870) ; A. Prost, op. (...)
  • 15 Discours et projets reproduits dans NS II, p. 42-74.

10C’est donc toujours aux questions d’enseignement que revient l’ancien ministre de l’Instruction publique. Et d’ailleurs, le dernier discours qu’il prononce, quelques jours plus tard, porte sur l’une des questions qui l’a le plus occupé durant ses années de pouvoir : celle de la liberté de l’enseignement supérieur. Enterré une première fois en 1864, une seconde en 1868, le problème resurgit en février 1870 ; tandis que treize pétitions sur la question sont discutées par le Sénat et renvoyées au gouvernement, celui-ci décide, à la fin du mois, de confier la question à une commission extraparlementaire, sous la présidence de l’ancien ministre François Guizot. Celui-ci fait tout de suite appel aux lumières de son successeur. La commission conclut ses discussions dans un sens favorable à la liberté, et Victor Duruy s’en fait bien sûr le défenseur au Sénat14. Il dépose lui-même deux projets de loi sur la liberté et l’organisation de l’enseignement supérieur, à propos desquels il prononce au début de l’été 1870 ses deux derniers discours en tant qu’homme politique. Dans le premier, lu le 28 juin, il propose à ses collègues l’instauration de la liberté. Reprenant son argument sur la nécessaire transposition dans l’enseignement supérieur d’un principe fondamental de la société moderne, il ajoute que les circonstances y sont favorables, puisque le régime devenu parlementaire est désormais libéral et que l’opinion publique y est prête ; en outre, il rassure les anticléricaux et partisans de l’Université en affirmant que l’État gardera ses prérogatives en matière d’enseignement supérieur, qui seront justement renforcées par la liberté. Le deuxième projet contient une réforme du Conseil impérial de l’Instruction publique, et une autre de l’enseignement supérieur public. Il est déposé le 4 juillet 1870 et, le même jour, Victor Duruy prononce un discours où il reprend les arguments développés lors du premier, insistant sur la nécessité de réformer, pour le renforcer, un enseignement supérieur public qui sera bientôt mis dans une situation de rude concurrence avec l’instauration de la liberté de l’enseignement supérieur. Le sénateur y propose notamment la création de facultés de sciences économiques, la réorganisation des facultés et écoles de médecine, la réforme des jurys et du statut des facultés, ainsi que la création de bourses d’enseignement supérieur15.

  • 16 R. Schnerb, op. cit., p. 276.

11Le Sénat s’étant montré en février favorable à l’idée de la liberté de l’enseignement supérieur, les choses semblaient en bonne voie, cette fois-ci, d’aboutir. Las ! Le jour même du second discours de Victor Duruy au Sénat, on apprend l’acceptation du trône d’Espagne par le prince de Hohenzollern. C’est le début d’une grave crise internationale qui enterre une troisième fois le projet Duruy de liberté de l’enseignement supérieur. La tension trouve son dénouement dans la dépêche d’Ems du 15 juillet : le 19, la guerre est déclarée à la Prusse. Au Luxembourg, le message du gouvernement est lu par le duc de Gramont, ministre des Affaires étrangères, et voté sans discussion. Mais le sénateur Duruy a de quoi se consoler de l’abandon de son projet de loi favori. À l’annonce de la déclaration de guerre, il se serait levé de façon très théâtrale et aurait déclaré : « simple, net et carré !16 ». La guerre qui commence est l’occasion pour Victor Duruy de faire vibrer sa corde patriotique. Mais elle marque surtout le début d’une période de grandes difficultés. Lui qui quelques mois plus tôt était encore au sommet du pouvoir, se retrouve bientôt précipité dans le tourbillon de l’Année terrible. Les événements qui se succèdent, invasion, chute de l’Empire, défaite, révolution, guerre civile, viennent briser bien des espoirs et susciter bien des craintes dans l’esprit d’un sexagénaire qui voit s’effondrer en peu de temps bon nombre de ses illusions politiques.

L’Année terrible d’un bourgeois patriote (1870-1871)

Le temps de l’engagement patriotique : la guerre de 1870

  • 17 Paul Déroulède, 1870. Feuilles de route des Bois de Verrières à la forteresse de Breslau, Juven, 1 (...)
  • 18 Bertrand Joly, Déroulède. L’Inventeur du nationalisme français, Perrin, 1998, p. 7.
  • 19 V. Duruy, Histoire des Grecs, Hachette, 1887, I, p. 1.
  • 20 NS II, p. 150-172 et 250-255 ; sur la participation d’Albert Duruy à la guerre de 1870, voir (Loui (...)

12Deux jours après la déclaration de guerre, Victor Duruy rencontre au Luxembourg un jeune poète républicain dont il avait fait la connaissance lors du voyage de Suez, par ailleurs neveu de son ancien élève Émile Augier : Paul Déroulède. Celui qui n’est pas encore le héraut du nationalisme français livrera, dans ses Feuilles de route, la narration de cette entrevue au cours de laquelle l’ancien ministre, lui reprochant son insouciance face aux événements graves qui sont en train de se dérouler, l’encourage à s’engager dans la garde mobile, pour sauver la France17. Il est vrai qu’au même moment, le 20 juillet exactement, son fils Albert, âgé de 26 ans, s’enrôle dans les turcos. Aussi Victor Duruy fait-il jouer ses relations afin d’obtenir à Déroulède un poste de sous-lieutenant au 16e bataillon de la garde mobile de la Seine, ce qui lui vaut d’être gratifié de l’épithète pleine d’une affectueuse ironie, de « sergent recruteur », de la part du jeune poète, qui fait de Victor Duruy celui qui l’a éveillé au patriotisme par des paroles particulièrement persuasives. « Quand la France se bat, tout homme de cœur doit se rallier au drapeau », lui aurait-il déclaré, en ajoutant : « restez républicain, mais redevenez Français ». Il est difficile de savoir si ces propos ont été réellement tenus, et dans quelle mesure le père du nationalisme français n’a pas reconstruit après coup les paroles de l’historien. Cependant si l’on peut, avec Bertrand Joly18, douter du caractère de révélation quasi-mystique que Déroulède donne à cet entretien, on peut être sûr de la réalité de la fièvre patriotique qui anime alors Victor Duruy. Celle-ci est ancienne, profondément ancrée dans l’esprit de l’historien, nourri du bonapartisme paternel puis de la passion francophile de Jules Michelet. Son œuvre historique, le jeune normalien voulait la consacrer à retracer la grande fresque de l’histoire de son pays19, dans la lignée des historiens libéraux de la génération de 1820 : il s’agissait de montrer la corrélation entre la France et la civilisation. L’idée du peuple élu, flambeau du progrès de l’humanité, chère aux historiens du début du XIXe siècle, est ainsi reprise par Victor Duruy dans sa Chronologie de l’Atlas historique de la France (1848), et surtout, dix ans plus tard, dans la préface de son Histoire de France de 1858. Son patriotisme s’y déploie sans retenue, tout autant que dans ses discours ministériels où il n’a de cesse d’en appeler à la grandeur de la France. Les propos que Paul Déroulède lui prête sont donc tout à fait plausibles, ou tout au moins son intention de promouvoir l’engagement des jeunes générations dans la défense de la patrie menacée. Aussi peut-on sans mal imaginer sa réaction face aux nouvelles des défaites qui se succèdent dès le début du mois d’août 1870. D’autant plus que son fils Albert se trouve dans l’armée du Rhin, laquelle ne cesse de reculer après les batailles perdues de Wissembourg le 4 août et Woerth-Froeschwiller le 6, jusqu’à Sedan. Le fils tient le père informé, au fil des possibilités de communication postale, des manœuvres suivies. Victor Duruy écrira dans ses Mémoires son histoire de la guerre de 1870, ayant à cœur de montrer, en s’appuyant sur la documentation disponible, que la responsabilité de la défaite, imputée par beaucoup à Napoléon III, était largement partagée par l’imprévoyance du haut commandement et du ministre de la guerre, Le Bœuf, « très brave soldat, mais ministre et général incapable20 ».

  • 21 A. Dansette, op. cit., p. 426-427.
  • 22 NS II, p. 170.

13Patriote engagé, Victor Duruy reste néanmoins sénateur. Le 21 juillet, la session parlementaire est close mais, dès le 9 août, les deux assemblées sont rappelées. Dans la crise qui se noue et trouve son acmé au début du mois de septembre, l’assemblée du Luxembourg ne joue aucun rôle : tout se passe entre les Tuileries, le gouvernement, le Corps législatif et le gouvernement militaire de Paris. Le 4 septembre, à l’annonce de la défaite de Sedan et de la capture de l’empereur, tout s’écroule : le Corps législatif est envahi, les Tuileries menacées. L’impératrice prend la fuite, le gouvernement s’évapore et le pouvoir est transféré à l’Hôtel de Ville. Au Luxembourg, rien ne se passe. À aucun moment le palais n’est inquiété. Les sénateurs, informés de ce qui est en train de se produire, attendent, privés de président, la suite des événements. Mais rien n’arrive et, à 17 heures, ils se dispersent21. Victor Duruy quitte donc, en cette fin d’après-midi du 4 septembre le palais du Luxembourg. On imagine sans mal son état d’esprit. « En apprenant la funèbre nouvelle, écrit-il dans ses Mémoires, j’ai pleuré sur le prince que j’ai servi et aimé22 ». C’est la septième fois depuis sa naissance qu’il assiste à un changement de régime, la quatrième de sa vie d’adulte. La différence, cette fois, c’est que le système qui tombe l’a compté parmi ses plus fidèles serviteurs. Après sa retraite ministérielle du 17 juillet 1869, le 4 septembre 1870 marque bien le terme de sa carrière politique. En 1871, il ne se représentera pas aux élections cantonales et, en 1876, sa candidature aux sénatoriales se soldera par un échec.

  • 23 Edouard Thierry, La Comédie française pendant les deux sièges (1870-1871) : journal de l’administr (...)
  • 24 « Le Bastion 88 », in NS II, p. 249-267.
  • 25 R. Vallery-Radot, op. cit., p. 255.
  • 26 Jean-Jacques Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, La France, la nation, la guerre : 1850-1920, Paris (...)
  • 27 E. Zévort, op. cit., p. 481-490.

14Si l’engagement politique de Victor Duruy se termine, son engagement patriotique lui, ne faiblit pas. Dès le 11, il accompagne le docteur Nélaton, ancien chirurgien de l’empereur et sénateur, au Théâtre-Français, pour y organiser une ambulance23. Le 19, l’armée prussienne termine l’encerclement de Paris. Commence alors le long siège de la capitale, épreuve physique et morale pour ses habitants, mais en même temps moment d’intense exaltation patriotique. Comme bien d’autres, Victor Duruy a raconté « son » siège, lui consacrant un chapitre entier de ses Mémoires24. C’est apparemment au lendemain de l’annonce de la défaite de Sedan qu’il décide de s’engager. Regrettant de ne pas être en mesure, en raison de son âge avancé – il a 59 ans le 10 septembre 1870 – de rejoindre l’armée régulière, il décide de se faire enrôler dans les bataillons de volontaires de la Garde nationale qui se constituent alors. « Je m’inscrivis dans un des bataillons de mon quartier, qui devaient garder le rempart et les avancées entre la Seine et la Bièvre, en arrière des forts de Vitry et de Bicêtre », raconte-t-il. Le peintre Henri Regnault, ami d’Albert Duruy, a gravé un portrait en pied de l’ancien ministre en tenue de garde national, la casquette crânement vissée sur la tête, le port altier, les mains posées sur le fusil à baïonnette dressé devant lui. L’enthousiasme, l’ardeur de Victor Duruy s’expliquent facilement. Depuis quarante ans qu’il est adulte, son patriotisme n’avait jamais pu s’exprimer autrement que par des mots et des livres. À 59 ans, pour la première fois, il a l’occasion de vivre physiquement ce sentiment enfoui au plus profond de son être ; il a pour la première fois la sensation d’agir vraiment, réellement, directement pour la patrie, au moment, qui plus est, où elle est le plus dangereusement menacée. Il fait ainsi partie de la 6e compagnie du 21e bataillon de la Garde nationale, et ses deux autres fils, restés à Paris, suivent son exemple : l’aîné Anatole, 30 ans, et le cadet George, 17 ans, intègrent eux aussi la Garde nationale. Plusieurs de ses relations, comme Pasteur, et Bertin-Mourot, qu’il a nommé directeur de l’École normale supérieure en 1867, s’engagent avec lui25. Le phénomène est alors général, notamment dans les grandes villes dont Paris, comme l’a montré Stéphane Audoin-Rouzeau26. « Il faut se considérer comme soldat commandé de bataille et aller au feu, sans penser à soi-même », écrit Victor Duruy à son ancien élève, Edgar Zévort27. L’exaltation patriotique pousse au sacrifice. Le sentiment du devoir à accomplir prime sur tout le reste. Lorsque le contre-amiral de Challié, passant en revue son bataillon, y reconnaît l’ancien ministre et s’étonne de ne pas le voir marcher en tête, celui-ci lui répond avec humilité que sa place est « dans les rangs des défenseurs du pays ». L’officier lui donnant rendez-vous au jour du combat, le légionnaire lui répond sur le même ton : « C’est notre devoir […] ; nous le remplirons avec courage, fermeté et succès ». Il tient d’ailleurs à arborer sa plaque de grand-croix de la Légion d’honneur, non pas « par vanité », mais « pour montrer que, dans les circonstances où nous étions, tous, quels que fussent leur âge ou leur position sociale, devaient payer de leur personne ».

Dans Paris assiégé

  • 28 André Beaunier, Les Souvenirs d’un peintre, Eugène Fasquelle, 1906, p. 150.

15Durant les quatre mois que dure l’encerclement de Paris, Victor Duruy n’a de cesse d’encourager l’ardeur patriotique de ses concitoyens et de se lamenter de l’impéritie des organisateurs de la défense de la capitale. Profitant du dernier cheval qui lui reste, il parcourt dès le 7 septembre le territoire, non encore investi par l’armée prussienne, de Vitry, Choisy et Villejuif, afin de faire les repérages préparatoires à sa défense, et se renseigne sur l’état des travaux effectués ou prévus. Cette enquête rapide l’alarme. Il fait alors jouer ses relations et sa position dans le monde officiel ; il connaît en effet le général Trochu, rencontré plusieurs fois « au ministère de la Guerre et dans les commissions pour la réforme scolaire de la Flèche et de Saint-Cyr » ; le général Ribourt, gouverneur de Vincennes, est son ancien élève – c’est lui, on s’en souvient, qui lui a fait rencontrer le maréchal Randon en 1859 ; quant à Armand Béhic, l’ancien ministre du Commerce devenu son ami, il est membre du Comité de Défense. Arguant de sa position d’ancien ministre, il n’hésite pas non plus à dire leur fait aux officiers dont le manque d’ardeur lui déplaît, et à leur donner des conseils stratégiques. À l’en croire, il aurait ainsi, dès le début du mois de septembre, et en vain, conseillé de fortifier le plateau de Châtillon, dont la prise par les Prussiens le 19 devait signifier l’encerclement définitif de la capitale et la retraite des troupes parisiennes en deçà des fortifications. Il critique également la façon dont est menée, en novembre, la bataille de Champigny, et porte sur le général Trochu un regard assez négatif, le plaçant parmi ces hommes « qui désespéraient d’avance, quand leur devoir était d’espérer toujours ». Victor Duruy aurait souhaité plus d’initiative, plus d’action. Sentiment partagé par d’autres engagés volontaires soucieux d’en découdre, exprimé par exemple par le peintre André Beaunier28.

  • 29 Alexandre de Mazade, Lettres et notes intimes 1870-1871, Beaumont, Frémont, 1892, p. 324-325.
  • 30 F. Bouillier, op. cit., p. 60 ; BAIP, no 256, 15 mars 1871, p. 14.
  • 31 NS II, p. 265.

16Pendant quatre mois, Victor Duruy subit les affres du siège de la capitale. Les combats sont limités : lui-même reconnaît qu’il n’a pas eu à tirer un seul coup de fusil, et qu’il ne fut réellement exposé qu’une seule fois, étant affecté à une partie des fortifications peu concernée par les affrontements. Même la menace permanente des bombardements ne semble pas l’inquiéter. Il n’hésite pas à sortir et à traverser Paris, quittant son appartement de la rue de Rennes pour continuer à mener une vie sociale un peu élaborée : une fois, c’est un déjeuner à Saint-Denis avec le général Ducrot et le vice-amiral de La Roncière, une autre, une entrevue avec Trochu à l’hôtel de ville ; le 8 janvier 1871, il dîne chez le traducteur Alfred Elwall en compagnie de son ancien élève Alexandre de Mazade et de l’ambassadeur des Etats-Unis, Washburne29. Il rend également visite à Dumas rue Saint-Dominique, en compagnie de Balard, et va souvent à l’École normale. Francisque Bouillier, professeur de l’établissement, témoigne de l’obstination avec laquelle l’ancien ministre continue à aller et venir dans les rues de la capitale en dépit de la menace des obus prussiens et des objurgations de ses amis, d’autant plus inquiets que le 5 janvier, quatre obus étaient tombés dans l’ambulance de l’École normale30. Lui-même a tendance à minimiser le danger : « Dans la rue de Rennes, explique-t-il, j’avais remarqué que les boulets tombaient de préférence sur le côté gauche, les Prussiens ne changeant pas à chaque coup la direction de leurs grosses pièces ; et comme j’habitais le côté droit, je dormais tranquille31 ». Ce qui l’inquiète davantage, ce sont les « misères intérieures » et la première d’entre elles notamment : les menées de la gauche révolutionnaire qui, par deux fois, les 8 et 31 octobre, tente de s’emparer du pouvoir dans la capitale – ce qui afflige le bourgeois conservateur tout autant que le patriote désolé de voir des Français profiter de la situation de telle manière. Il relate également les difficultés croissantes des conditions de vie. Les « chevaux de fiacre et ceux des Pompes funèbres » sont les premières victimes de la faim des Parisiens. L’ancien ministre se régale d’un « civet de chat » avalé « chez un gargotier de la porte d’Italie », mais les « côtes desséchées » d’un chien errant le dégoûtent de cette viande-là, et, surtout, l’idée de manger souris et rats « dont on faisait des pâtés » provoque en lui « une horreur insurmontable ». Du reste, il parvient à économiser le riz et les biscuits de ses premières rations militaires et bénéficie de l’amitié d’un boulanger « grand ami des écoles populaires » qui, en souvenir de son action en faveur de l’enseignement, lui fait livrer de petits pains façonnés avec de la farine de gruau. Malgré tout, l’ancien ministre reconnaît qu’il eut « à souffrir de la faim », et semble alors, pour cette raison, résigné à la capitulation : c’est par la disparition des ressources alimentaires qu’il explique la reddition finale de la ville, et ne porte à ce sujet aucun jugement, ne formule aucune récrimination, lui qui n’hésite pas par ailleurs à exprimer le ressentiment que provoquent en lui des actes aussi peu courageux et aussi peu patriotiques. La réserve avec laquelle il évoque la fin du siège dans ses Mémoires – il juge d’ailleurs la convention signée en ce sens « prudente » – pourrait témoigner du fait qu’après quatre mois de privations et de déceptions, son état d’esprit avait changé. Si la vue des combats, « spectacle […] magnifique et terrible », embrase son âme, l’engourdissement progressif de la ville, de sa ville, finit par le gagner. « Rien de lugubre alors comme cette grande ville naguère si brillante, où ne se voyait plus une lumière ni un promeneur » se souvient-il ainsi : la faim et la lassitude avaient finalement eu raison de son ardeur patriotique.

De la frayeur bourgeoise à la déprime patriotique

  • 32 E. Gallois, op. cit., p. 202-203.
  • 33 H.-V. et Mme A. Dandrieux, Histoire de Villeneuve-Saint-Georges, Villeneuve-Saint-Georges, Impr. d (...)

17Le siège de Paris est levé le 28 janvier 1871. Victor Duruy peut regagner Villeneuve-Saint-Georges et dresser le bilan des dégâts. Transformée en ambulance au début de la guerre, la maison familiale a été visitée par les Allemands, arrivés dans la ville dès le 16 septembre. La bibliothèque personnelle de l’historien a été réquisitionnée par les Prussiens, empaquetée et emmenée comme trésor de guerre32. Le château de Beauregard, tout proche, a été pillé, saccagé. L’historien apprend sûrement les exactions commises par les troupes d’occupation, amplifiées peut-être par l’hostilité de la population. Il faudra du reste attendre le 13 septembre pour que les soldats prussiens du VIe corps d’armée quittent la ville33. En attendant, la vie doit reprendre. Victor Duruy a toujours auprès de lui ses deux fils George et Anatole, ainsi que sa fille Hélène, qui fête ses 14 ans le 2 juillet. Mais Albert est retenu prisonnier en Allemagne. Après avoir participé à la charge de Reischoffen, il s’est blessé à la jambe à Sedan, alors qu’il tentait de dresser un drapeau blanc à croix rouge sur un hôpital bombardé par l’ennemi. Capturé dans un bois, jusqu’auquel il avait pu se traîner, il est emmené à Mayence, Bonn, puis Coblence. Son nom lui assure certains avantages ; sa famille reçoit des nouvelles. Mais sa captivité ne va pas sans incidents. Une rixe l’oppose ainsi au colonel de Bauffremont : ce prince est le rival de l’ami d’enfance des Duruy, le prince roumain George Bibesco, qui a une liaison avec madame de Bauffremont – qu’il finira par épouser en 1875 après une retentissante affaire de divorce.

  • 34 G. Bibesco, op. cit., p. 79 sq.
  • 35 V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vales, op. cit.
  • 36 ADP : D1P4/718 (Calepins du cadastre : 5, rue de Médicis) ; Eugène Melchior de Vogüé, Sous l’horiz (...)

18Albert Duruy ne sera libéré qu’une fois l’armistice passé34. Ainsi la famille est-elle reconstituée et sort-elle indemne du conflit. Mais elle n’a pas été épargnée par le malheur, avec la maison occupée et les quatre mois de privations à Paris. Albert et Anatole ont tous deux été blessés35. En outre, le pater familias se retrouve décidément sans ressources, puisqu’il a perdu son traitement de sénateur. Déjà entamée à la sortie du ministère, la réduction du train de vie de la famille se poursuit. On quitte la rue de Rennes pour s’installer dans un cinquième étage de la rue de Médicis, dans ce que le vicomte de Vogüé a décrit, non sans euphémisme, comme un « petit appartement d’étudiant36 ». Dans les quelques 170 m ² ainsi loués on maintient un cadre de vie bourgeois : une antichambre donne sur une salle à manger et un salon, espaces par excellence de la sociabilité élitaire. Les Lavisse s’installent au même étage, dans l’appartement d’en face. Les publications reprennent, interrompues par le ministère : Victor Duruy se met à un Abrégé d’histoire universelle qui paraîtra en 1873, et surtout se replonge dans son Histoire des Romains.

  • 37 Abrégé de l’histoire de France, Hachette, 1893, II, p. 711.
  • 38 Roman d’Amat, dir., Dictionnaire de biographie française, Librairie Letouzey et Aîné, t. xii, 1970

19L’année 1871 est donc marquée par une série de déconvenues pour Victor Duruy, de blessures politiques et personnelles aggravées par la signature, le 10 mai, du traité de Francfort, qui consacre l’humiliation ultime : l’amputation dramatique de territoire, avec l’annexion par l’Empire allemand de l’Alsace et de la Moselle. Cela laisse, dans la conscience de l’historien patriote, une blessure profonde. D’autant que, tout de suite après, commence la Commune, qui provoque un nouveau traumatisme dans la conscience politique et sociale du citoyen bourgeois. Il n’a pas de mots assez durs pour décrire « l’abominable insurrection de 1871 », « mélange hideux d’ignorance et de perversité, de convoitises et de haines, de passions brutales et de désirs surexcités, d’où il ne sortit ni une idée nouvelle ni un sentiment généreux, et qui éclata en une insurrection formidable, au sein de laquelle accoururent, comme des loups à la curée, les réprouvés de tous les pays ». L’exécution de Mgr Darboy et du président de la cour de Cassation Bonjean, qui avaient tous deux été de précieux collaborateurs du ministre au Conseil supérieur, vient sûrement confirmer la haine farouche qu’il nourrit à l’égard de la Commune, haine motivée cependant surtout par un antisocialisme viscéral, affirmé dès la fin des années 1840. Il rejette d’ailleurs dans le même temps l’Internationale, « qui veut enrôler les ouvriers de tous les pays », et qui « les [enivre] d’erreurs et de haines37 ». Comme au moment de la déclaration de guerre, Albert Duruy semble agir comme son père l’aurait fait s’il avait eu son âge. Ayant repris ses activités de publiciste à La Liberté, il s’en prend aux membres du Comité central, même après leur victoire du 18 mars. Menacé d’arrestation, il réussit à quitter Paris grâce à la complicité du chef de la gare de Lyon, et part rejoindre à Versailles les Volontaires de la Seine avec lesquels il participera, comme son frère Anatole, à la répression de la Semaine sanglante38.

  • 39 V. Duruy, Histoire des Romains, Hachette, 1871, III, p. i-iii.
  • 40 V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vales, op. cit.
  • 41 V. Duruy, Histoire de France, 1873, « Avant-propos » et « Préface à la première édition », p. i-ii(...)
  • 42 Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française, PUF, 1959, 568 p. ; J. J. Becker et S. A (...)

20Tandis que les fils s’engagent donc dans la lutte contre le péril social, le père, lui, se morfond devant les malheurs de la France. Les textes qu’il écrit à partir de 1871 témoignent du profond malaise qui l’a envahi. Dans l’avant-propos du troisième volume de l’Histoire des Romains, qu’il publie enfin après vingt ans d’attente, il revient sur les événements récents. « Nous venons d’être écrasés par une organisation militaire supérieure que servait une haine implacable habilement entretenue depuis soixante années » écrit l’historien, avant d’appeler à un retour sur soi, afin d’engager le sursaut nécessaire. « Pour que la France se relève de cette grande chute, une des premières conditions du salut est qu’elle sache bien pourquoi elle est tombée. Elle l’apprendra de ses malheurs ». Aussi appelle-t-il le pays à un profond examen de sa situation propre, et à puiser dans l’exemple de la chute de l’empire romain les enseignements nécessaires à son prompt relèvement39. Mais la Commune vient donner un tour plus morbide aux analyses de l’historien. Le 28 décembre, sept mois après le sanglant mois de mai, il écrit à son amie la baronne de Vaux, une lettre pleine d’une tristesse amère, qui le montre profondément déprimé, comme il avait pu l’être après la mort de sa femme en 1867 : « Je n’aurais pas été fâché de partir avec l’honneur et la fortune de la France, écrit-il. La France était le grand amour de ma vie, et, maintenant qu’elle est si bas, je me trouve comme un navire désemparé, sans voiles, ni boussole ». Du reste, il a été malade durant l’automne, « choc en retour » des épreuves physiques du siège et de la dépression qui l’habite, qu’un voyage à Chislehurst, auprès de l’empereur déchu, n’a sûrement pas dû arranger40. Quelques mois plus tard, l’avant-propos de son Histoire de France est toujours habité du même pessimisme morbide. « C’est avec une tristesse profonde que je retrouve, après la fatale guerre de 1870 et l’abominable insurrection de 1871, ces pages et ces souvenirs de gloire », écrit-il. Rappelant ces « jours de malheur », il annonce sur un ton prophétique des plus noirs : « les hommes de ma génération porteront probablement jusqu’au tombeau leur incurable douleur. » Cependant il tient à ne pas rejeter tout espoir, et semble laisser son patriotisme reprendre le dessus : « je ne puis me résoudre à terminer ces récits par le cri désespéré de Finis Galliae ! » ; il envisage l’émergence d’une « France nouvelle, ardente à la pensée et à l’action, pour continuer le rôle glorieux que l’ancienne a joué dans l’œuvre de la civilisation générale », qui sera capable, à nouveau, de « défendre la liberté générale contre de brutales ambitions41 ». Paroles mêlées d’espoir et de désespérance, qui sont, Claude Digeon et Stéphane Audoin-Rouzeau l’ont expliqué, monnaie courante après l’Année terrible, laquelle pousse des Français en pleine crise d’identité à s’interroger sur leur place et leur rôle dans le monde42. Or c’est bien de cela qu’il s’agit dans les paroles de Victor Duruy : il évoque non pas les problèmes d’orgueil blessé ou d’honneur perdu, mais bien plutôt celui de la place de la France dans la marche générale de la civilisation, à la tête de laquelle elle avait toujours été placée. Et c’est l’espoir qui reprend le dessus, la confiance dans l’avenir et surtout dans la France – preuve ultime, si besoin en était, du patriotisme viscéral de Victor Duruy.

Gloires et déshonneurs d’une dynastie bourgeoise

Des drames personnels

  • 43 EL, p. 175 ; L. Pasteur à son épouse, 24 août 1866, citée dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit.,(...)
  • 44 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 118 ; le mot anglais baby est fréquemment utilisé jusqu’aux ann (...)
  • 45 L. Pasteur à Hélène Duruy, 25 août 1866, citée dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., II, p. 280
  • 46 Lettre à Napoléon III, 18 juillet 1869, dans coll. George Duruy, et NS II, p. 146-147.
  • 47 Lettre à la Bne de Vaux, 18 septembre 1870, dans P.-B. Des Vales, op. cit.
  • 48 APP : B. a/1062 — Dossier Albert Duruy ; G. Duruy, op. cit., p. 33.
  • 49 ADP : 5Mi3/129 (Acte de décès d’Hélène Duruy, 23 novembre 1872).

21Depuis le mois de juillet 1869, Victor Duruy a donc connu une série de déconvenues majeures. Après son départ du ministère, la chute du second Empire, le siège de Paris, le traité de Francfort et la Commune le blessent au plus profond de son âme de patriote. Or, à ces déboires politiques s’ajoutent, au début des années 1870, une série de drames personnels, familiaux. Le ministre avait perdu, alors qu’il était rue de Grenelle, sa fille aînée Gabrielle, décédée en 1865, puis sa femme Élise en 1867. Ses fils étant désormais grands, c’est sur sa fille cadette, Hélène, qu’il reporte son affection de père aimant. Au sortir de l’Année terrible, la jeune fille, née le 2 juillet 1857, célèbre ses 14 ans. Ernest Lavisse la décrit comme « une exquise créature, douce et frêle, éclose, dans cette superbe famille, comme une fleur au pied d’un bouquet de chênes », et Louis Pasteur, la trouve « bien douce, bien gentille43 ». Son père, qui la surnomme Baby44, lui est très attaché. Déjà en 1866, le même Pasteur témoignait de cette tendresse paternelle. Envoyant en 1866 à la jeune enfant un souvenir de sa fille Cécile, son amie prématurément décédée, le savant lui écrit ainsi : « que Dieu vous garde la tendre affection de votre excellent père. Il ne me l’a pas dit, mais je suis bien sûr que vous êtes la joie de sa vie et peut-être la seule vraie pour lui aujourd’hui45 ». Il est vrai qu’Hélène est alors la seule fille qui lui reste après le décès de Victorine Élise et de Gabrielle, et elle est même la seule trace subsistante d’une présence féminine dans la famille après le décès de sa mère. Aussi Victor Duruy tient-il à lui assurer un bel avenir, et ne semble penser qu’à cela une fois son ministère terminé. « J’ai une fille de douze ans à laquelle je dois faire une dot qui n’est pas commencée », se permet-il ainsi d’écrire à Napoléon III le 18 juillet 186946 ; « après avoir sacrifié durant six années les intérêts de ma fillette, écrit-il également à la baronne de Vaux, j’ai bien le droit de penser à elle pour tâcher de lui faire une petite dot. Les maris, à présent, sont si chers !47 ». Derrière cet obsession toute bourgeoise de la dot, c’est-à-dire de l’honorabilité de l’union envisagée, se cache également la volonté d’un père de voir sa fille faire un beau mariage et s’accomplir heureusement au sein d’un foyer harmonieux. On célèbre d’ailleurs, le 23 octobre 1872, le mariage d’Albert avec une demoiselle Dornier, veuve d’un camarade de captivité, le colonel Royer de Beaune48. Mais ce moment de bonheur familial ne dure pas. La fatalité semble en effet peser sur les filles Duruy : Hélène décède à son tour, avant même d’être sortie de l’adolescence, un mois après le mariage de son frère, à 15 ans et demi49.

  • 50 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, s. d.).
  • 51 Lettre à la Bne de Vaux, 27 novembre 1872, citée dans P.-B. Des Vales, op. cit.

22Avec cette mort, qui survient dans une période de dépression, Victor Duruy atteint un paroxysme dans la tristesse. À Jules Simon, il se déclare « l’homme le plus malheureux50 ». À la baronne de Vaux, il exprime toute son affliction, dans une lettre au ton particulièrement ému dans laquelle, faisant fi de la pudeur bourgeoise, il se livre complètement51 :

Je suis touché de votre lettre et elle aurait apporté un soulagement à ma douleur, s’il y avait des consolations pour de pareilles souffrances. C’est contre nature que les pères portent les enfants au tombeau, et ma pauvre morte était si douce, si pure ; la seule joie des yeux et du cœur qui me restât ! Mes fils sont bons, affectueux et dévoués ; mais, pour rattacher un vieillard à la vie, il n’y a rien de tel que ces petites mains d’enfant, de jeunes filles. À présent me voilà brisé comme père après l’avoir été comme citoyen, et il ne me reste qu’à prier Dieu de me prendre au plus vite.

  • 52 Duruy, Albert, Comment les empires reviennent, Paris, Lachaud, p. 10.

23Le ton est vraiment au désespoir le plus morbide, le père meurtri pense même à mourir… Et six semaines plus tard, une autre nouvelle vient ajouter à sa dépression : le 9 janvier 1873 meurt l’empereur déchu Napoléon III et, avec son décès, c’est une partie des espoirs de restauration impériale qui disparaissent. « Après la fatalité de la défaite et de l’invasion, la fatalité de la mort », écrira Albert Duruy en 1875. « Cette fois notre rôle était bien fini ; nous appartenions désormais à l’histoire » : nul doute que ce sentiment exprimé par le fils était alors largement partagé par le père52.

  • 53 ADP : 5MI3/130 (Acte de mariage entre Victor Duruy et Marie Florina Redel).
  • 54 Marie Redel meurt le 23 décembre 1916 (coll. Janine Duruy).
  • 55 ADP : 5MI3/104 (Acte de naissance de Marie Eugène Louis Victor Duruy, 21 avril 1874).
  • 56 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 118 ; BI – Papiers et correspondance de Maxime du Camp : Lettre (...)
  • 57 EL, p. 176 ; AN : 114AP2/9 (V. Duruy à un destinataire non identifié, 19 août 1887) ;

24Sept mois après la mort de Napoléon III, toutefois, peut-être pour conjurer le mauvais sort, Victor Duruy renoue avec les joies domestiques. Le 7 mai 1873, en effet, il se remarie avec Marie Florina Redel53, une quadragénaire rencontrée à la cour, où elle donnait des leçons aux nièces de l’impératrice Eugénie. Fille d’officier, nièce de Casimir Rouvel, professeur au lycée de Vannes et officier d’académie, elle est elle-même dame de la maison d’éducation de la Légion d’honneur depuis 1862, après en avoir été élève de 1845 à 185554. En présence d’Armand Béhic, son ancien collègue du gouvernement impérial resté son ami, et de Louis Frémy, directeur du Crédit foncier, Victor Duruy fonde donc un nouveau foyer. Sa deuxième épouse d’ailleurs exauce rapidement ses vœux : moins d’un an après leur mariage, le 21 avril 1874, elle lui donne un septième enfant. Le garçon prend le prénom de son père, Victor, et celui de sa mère, Marie. On lui donne également deux autres prénoms, Louis et Eugène, dans lesquels il faut sûrement voir un hommage à l’ancien couple impérial français55. On peut aisément imaginer la joie que procure au père la naissance de ce dernier enfant, dont le père a 62 ans et la mère, déjà, la quarantaine. Car toute sa vie, Victor Duruy eut un amour profond et sincère des enfants, ce dont on trouve des traces nombreuses dans ses écrits historiques ou plus personnels comme dans ses actes ministériels. Les surnoms qu’il donne à ses rejetons, « Baby » pour Hélène, « Tor » pour Louis-Victor, le tutoiement – réciproque – qui caractérise les échanges qu’il a avec ses fils, sont autant de preuves de cette grande affection qui les lie. Durant son ministère, il développe une législation favorable à « l’intérêt de l’enfant », notion appelée à un grand avenir, en s’enquérant de leurs conditions de vie dans les établissements scolaires. Il passa du reste sa vie à s’amuser et faire du sport avec ses enfants, barres, natation, cheval, et, à 72 ans encore, il fera avec son fils cadet de douze ans une partie de quilles sur le billard de la maison de Villeneuve-Saint-Georges avec des agates offertes par Maxime du Camp56. Cet attachement se manifeste dans la douleur qu’il éprouve à chacune des disparitions qui jalonnent sa vie de père éprouvé, « âme à la fois tendre et stoïque », témoigne Ernest Lavisse, qui semble progressivement se résigner à la fatalité, « inique », « qui condamne un vieillard à conduire ses enfants au tombeau57 ».

  • 58 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 189.
  • 59 V. Duruy, Histoire des Romains, vol. V, 1883, p. 240 et 254 ; NS I, p. 59.

25Cet amour des enfants, et avant tout des siens, accentué par la succession des drames familiaux, semble fortement lié à un désir de paternité. Cela le poussa à rompre, inconsciemment, avec le malthusianisme d’une partie des élites françaises58, et, plus consciemment, avec la morale chrétienne de son époque, en épousant en 1841 une femme qui lui avait déjà donné un enfant et qui, comble d’immoralité, était enceinte le jour des noces. Sa fonction de père, il la prend d’ailleurs très à cœur, attaché qu’il est, dans la plus pure tradition des Romains qu’il passa sa vie à étudier, aux prérogatives du pater familias, à la « puissance paternelle » dans laquelle il voit « un fait primordial qui sort de la nature même ». Aussi juge-t-il négativement les limites imposées à l’autorité du père, notamment en matière d’héritage, d’autant que la famille patriarcale est d’après lui « une force de conservation59 ». Ce qui n’empêche toutefois pas le chef de famille d’être redevable de certains devoirs, notamment celui « de faire vivre les siens et de sauvegarder l’avenir » : d’où sa réaction au lendemain de son départ du ministère, quand sa mise forcée à la retraite le prive d’un coup des ressources financières nécessaires à la constitution de la dot de sa fille Hélène. Droits et devoirs du père forment donc chez Victor Duruy les deux faces d’un sens aigu de la famille qui se manifeste dans une désir ardent de paternité et une tendresse aimante envers ses enfants. Sa famille, « la » famille, fut une part importante de sa vie. Aussi peut-on comprendre qu’avec son remariage et la naissance de son septième enfant, l’ancien ministre brisé au moral par l’Année terrible et la mort d’Hélène semble renouer avec les plaisirs de la vie de famille. Toutefois le repos est de courte durée : dès la deuxième moitié des années 1870, en effet, le père installé et à nouveau comblé doit affronter une nouvelle épreuve personnelle, la honte de la déchéance sociale de l’un de ses fils, et non des moindres, son aîné.

La déchéance du « fils indigne » : Anatole Duruy

  • 60 Entré 59e sur 263 le 6 novembre 1860, sorti 10e sur 249 en 1862. Coll. George Duruy.
  • 61 Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes. Archives secrètes de la police des mœurs, Tallandier, (...)
  • 62 APP : dossier B. a/1062 (Ce dossier est celui d’Albert Duruy et comprend quelques documents qui co (...)

26Anatole Duruy était né en 1840. Sorti de Saint-Cyr en 186260, il avait été promu sous-lieutenant au 92e de ligne avant de s’inscrire à la faculté de droit et de rejoindre le cabinet de la rue de Grenelle, à défaut d’obtenir un poste d’officier d’ordonnance au ministère de la Guerre que son père aurait aimé lui voir attribuer. Secrétaire particulier puis chef de cabinet du ministre, il avait bientôt quitté ces fonctions et obtenu un poste de receveur général à Paris. Chef d’escadron à l’état-major de la Garde nationale pendant la guerre, il avait participé aux offensives des Parisiens et avait été blessé lors de l’attaque du Bourget, avant de se faire remarquer pour son comportement durant la Commune – sur laquelle il devait d’ailleurs publier une brochure en 1873. Si ces actions pouvaient remplir son père de fierté, en revanche Anatole avait montré dès l’époque du ministère une propension à se mettre dans des situations fâcheuses. En 1867, on l’a vu, il avait été condamné par la Justice après un combat en duel aux origines douteuses, avant de se rendre coupable de voies de fait à l’encontre du journaliste Jean-Jacques Weiss. En juillet 1871, une lettre anonyme l’accuse d’avoir volé des biens du prince Napoléon avec la complicité d’un domestique du Palais-Royal : on perquisitionne dans l’appartement qu’il occupe à Boulogne en compagnie d’une courtisane, avec laquelle il entretient une liaison depuis au moins l’été 1867. Marie-Ambroisine Fontenay, dite Reine, « la femme aux diamants », surveillée par la police depuis 1865, est l’ancienne maîtresse du comte de Barbentane, député bonapartiste pendant presque tout l’Empire61. Ces affaires de mœurs se prolongent dans les années 1870. En octobre 1875, la préfecture de police le signale comme mauvais payeur ; il démissionne de son poste de receveur général, en prétextant ne pas vouloir servir la République, et entre en conflit avec son père, à qui il refuse de rendre l’argent de la caution que l’ancien ministre avait versée au moment de la nomination de son fils. Le 20 mai, mesure particulièrement grave, il est révoqué de son poste de chef d’escadron, par décision présidentielle. Il trempe dans des affaires louches, fréquente le mont de piété, et change souvent de domicile afin d’échapper aux solliciteurs qui ne manquent pas de lui réclamer de l’argent. En novembre 1876, peut-être pour échapper à ses créanciers – et en premier lieu à son père –, il quitte la France et se retrouve à Saint-Pétersbourg ; là, il entre en contact avec un prince russe qui lui promet la direction d’une usine au revenu de 3 à 400 000 francs l’an, ainsi qu’une participation à une grosse affaire de pétrole en mer Noire. Projetant de se faire naturaliser russe, il décide même d’épouser la fille de son bienfaiteur. Prévenu de sa présence dans la capitale des tsars, son père entre en contact avec la préfecture de police pour le faire surveiller – peut-être d’ailleurs ces contacts sont-ils plus anciens. Ayant finalement changé d’avis, Anatole rentre en France et provoque, le 4 juin 1877, un scandale à Vincennes ; alors qu’on l’arrête, il tente de se suicider en s’ouvrant les veines. Définitivement considéré comme « aliéné », ainsi qu’en témoignent les listes électorales de Villeneuve-Saint-Georges, il est apparemment interné, et meurt, quelques mois plus tard, en janvier 187962.

  • 63 Analyse détaillée dans JCG, III, p. 1212-1217.
  • 64 NS I, p. v ; André Rauch, Crise de l’identité masculine 1789-1914, Hachette Littératures, 2000, p. (...)
  • 65 P. Ariès et G. Duby, op. cit., p. 24 sq.

27Tout son parcours durant les années 1870 semble montrer que l’aîné des fils de Victor Duruy fait tout pour se détacher de l’éducation et de la figure paternelles. Héritier d’un père ministre auquel il devait tout, ses places, son niveau de vie, son rang, ainsi peut-être que le dénouement acceptable de ses démêlés avec la Justice, Anatole Duruy n’a de cesse, semble-t-il, de tenter de s’éloigner du modèle étouffant que représente son brillant pater familias. Cet éloignement est géographique, familial, social, philosophique. Sa fuite en Russie, son projet de se faire naturaliser russe sont le signe évident d’une volonté d’abandonner le titre de Français que son père est si fier de porter. En se faisant appeler « comte de Graffenried », il rompt également avec le nom paternel pour adopter celui de sa mère disparue, révélant ainsi, peut-être, sa volonté de « tuer le père » en supprimant son nom, et de ne plus se réclamer que d’une mère trop tôt disparue. Le choix d’un titre de noblesse montre également la volonté de quitter le groupe de la bourgeoisie qui fait foncièrement partie également du modèle et de l’héritage paternels. La vie maritale, la corruption, sont d’ailleurs des comportements déviants, en rupture avec les prescriptions et la morale du milieu dont son père est un représentant. Enfin ses prises de position sont elles aussi en rupture avec la tradition familiale : le seul ouvrage qu’il ait publié est dédié non pas à son père mais au ministre des Finances – supérieur hiérarchique du receveur général qu’il est alors –, au président de la République, le très monarchiste et très catholique Mac-Mahon et, surtout… à Dieu. Cet ouvrage de souvenirs sur l’Année terrible, paru en 1873 est l’occasion pour Anatole Duruy de consommer officiellement la rupture avec le milieu dans lequel il a grandi, en rejetant les principes de 89 et en affirmant sa foi catholique et son attachement à l’Église : il déclare en effet se « rallier au drapeau du Christ et de son Vicaire meurtri et persécuté sur la terre, en lui vouant [son] bras et [son] intelligence ». On est à l’opposé des valeurs libérales et anticléricales auxquelles est attaché en France le nom de Duruy dans les années 1870. Même l’influence de l’École normale, institution sacrée pour la famille, fait l’objet de ses sarcasmes. Le propos est donc clair : Anatole ne veut plus être un bourgeois, ne veut plus être un Français, ne veut plus être un Duruy63. Face à cette déclaration de guerre, la réaction du pater familias est typique. La priorité est évidemment d’étouffer l’affaire, par souci de respectabilité : le bon ordre intérieur est une condition indispensable de la bonne image donnée à la société, et Victor Duruy lui-même se dit dans ses Mémoires attaché à ce qu’on garde de lui le souvenir d’un père qui « a mis de l’honneur dans sa maison64 ». Tout est fait donc pour éviter que le déshonneur ne rejaillisse sur la dynastie, et ce le plus discrètement possible. Les services de police sont certes mobilisés, mais c’est pour mieux mettre la main sur le fils ingrat. L’interné était-il vraiment fou ? Le complexe nourri vis-à-vis de son père l’a-t-il vraiment mentalement déstabilisé ? Ou bien a-t-on interprété en folie ses comportements déviants pour mieux le cacher aux yeux du monde par un internement asilaire salvateur des apparences ? Comme Adèle Hugo ou Camille Claudel, Anatole Duruy aura sûrement payé de sa liberté son atteinte à l’intégrité et la respectabilité du clan65.

Des réussites familiales

  • 66 Ibid. ; Léon Fauriette, Drumont, Puteaux, Prieur & Dubois, 1902, p. 294-295.
  • 67 G. Duruy, op. cit. ; A. Duruy à T. Gautier, janvier 1869, dans T. Gautier, Correspondance générale (...)
  • 68 EL, p. 176.
  • 69 APP : Dossier Albert Duruy, B. a/1062 (Rapport du 11 mars 1875).

28Les cadets d’Anatole Duruy se montrent bien plus respectueux de la tradition familiale, et fournissent à l’ancien ministre des occasions de fierté paternelle qui viennent compenser les déceptions provoquées par l’attitude de l’aîné. Albert Duruy a 30 ans en 1874. Après ses exploits patriotiques lors de l’Année terrible, il retrouve sa place de publiciste en vue de la presse parisienne et se lance pour une quinzaine d’années dans une carrière journalistique et politique au cœur des réseaux bonapartistes. Devenu l’un des principaux conseillers du prince impérial, il fait très souvent le voyage de Londres et pense même suivre l’héritier du trône lorsque celui-ci s’embarque pour le Zoulouland. En 1875, il publie une brochure qui fait sensation, Comment les empires reviennent, s’engage activement au sein du Comité national conservateur pour les élections sénatoriales de 1876 et se retrouve rédacteur en chef de La Nation, nouvelle feuille bonapartiste fondée au lendemain du scrutin – journal qui ne rencontre pas le succès escompté et fusionne avec L’Ordre l’année suivante. Du reste, Albert Duruy, qui n’avait au départ qu’un « médiocre enthousiasme » pour le régime impérial, se détourne des milieux bonapartistes en proie aux querelles de succession après la mort du prince impérial en 1879 et ne se consacre plus, dans le contexte des réformes républicaines, qu’à des études sur l’enseignement, publiées notamment à la Revue des Deux Mondes, ainsi qu’à des recherches d’histoire militaire66. Mondain, « un peu dandy », il fréquente le Tout Paris, la princesse Mathilde, Raoul-Duval, les Goncourt… Tout ce beau monde se retrouve lors de ses obsèques : une maladie de cœur, après l’avoir progressivement éloigné de toute activité, l’emporte en effet le 12 août 1887, à l’âge de 43 ans67. La réussite sociale d’Albert Duruy, doublée d’une certaine notoriété acquise dans le monde de la presse et des lettres, montre que, contrairement à Anatole, il a concrétisé l’ascension qu’avait connue son père, dont il avait par ailleurs su gagner l’estime et la fierté en assimilant et reproduisant le système de valeurs que ce dernier lui avait transmis. Victor Duruy décrit ainsi avec insistance, et non sans fierté, dans ses Mémoires, l’attitude de son fils lors des combats de 1870. « Beau et brave, comme un héros antique », ainsi que l’a peint son ami Ernest Lavisse68, il est également décrit avantageusement par son frère George, comme par les services de police, qui le jugent beau garçon, très franc d’allures – et de langage –, remarquablement robuste, fort adroit à tous les exercices du corps, bon nageur, marcheur et randonneur émérite, tireur de premier ordre et chasseur passionné69. Courageux, sportif, dynamique, il a parfaitement assimilé l’éducation virile transmise par son père, qui passait par une intense pratique sportive et un grand sens du courage et du dévouement. Albert Duruy sait d’ailleurs en appeler à la fierté de son père. « Il paraît que le colonel me propose pour la médaille militaire, lui écrit-il le 9 août 1870 après la bataille de Froeschwiller. Il m’a d’ailleurs fait les plus grands éloges pour “mon entrain et mon sang-froid”. Tu n’en doutais pas, j’espère ! ». Ses mérites personnels, son engagement patriotique, sa fidélité à la famille impériale, auront donc voué Albert Duruy à une reconnaissante affection paternelle, et lui vaudront un hommage appuyé de son père dans ses Notes et souvenirs.

  • 70 P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 40.
  • 71 L. De la Brière, Au cercle, Calmann-Lévy, 1885, p. 169-172.
  • 72 E. et J. de Goncourt, op. cit., III, p. 20 et p. 950.
  • 73 Vaux, baron de, Les Hommes d’épée, Rouveyre, 1882, p. 62-64.

29Le troisième fils de Victor Duruy, George, né en 1853, a vingt ans en 1873, et est depuis un an élève de l’École normale supérieure : ainsi marche-t-il, plus encore que son frère Albert, sur les traces de son père. Agrégé d’histoire en 1875, il se retrouve successivement professeur aux lycées d’Alger et de Versailles, puis à Henri IV et à l’École Polytechnique, deux établissements où officia également son père : les Duruy sont ainsi l’un des rares exemples de dynastie universitaire du XIXe siècle70. À cette carrière professorale brillante s’ajoute une honorable renommée historique. Membre de l’École française de Rome, il passe en 1883 son doctorat ès lettres, et sa thèse française, sur les Carafa, est même couronnée par l’Académie française. Spécialiste d’histoire de France, notamment de la période moderne, il publie plusieurs ouvrages, et édite notamment les Mémoires de Paul Barras. Enfin, il connaît, toujours comme son père, un intense activité éditoriale, publiant plusieurs ouvrages classiques au « Cours complet d’histoire à l’usage des lycées et collèges », collection de la maison Hachette autrefois illustrée par les manuels de son père. L’itinéraire de George Duruy reproduit donc parfaitement le schéma biographique paternel. Pourtant, des différences existent. Le fils en effet a également publié des ouvrages littéraires, ce que n’avait jamais fait Victor Duruy. Ses romans (Andrée en 1884, Le Garde du corps en 1885, L’Unisson en 1887…) sont plusieurs fois réédités, et il est également auteur d’une pièce de théâtre, Ni Dieu, ni maître, en 1890. En outre, contrairement à son père, c’est un mondain qui fréquente, comme et avec son frère, les salons parisiens. Habitué du cercle Saint-Simon où il côtoie aussi bien Jules Ferry que Gabriel Monod ou Edgar Zévort71, il fréquente également les Goncourt et la princesse Mathilde72. C’est lui aussi, comme son père et son aîné, un sportif accompli, pilier de la salle d’armes du passage de l’Opéra : « d’un taille herculéenne, les épaules larges mais bien proportionnées, svelte sans être mince, souple, agile, brisé à tous les exercices du corps », il s’est taillé une flatteuse réputation dans le milieu des escrimeurs parisiens73.

  • 74 Ernest Lavisse, « Lieutenant-colonel Victor Duruy », Bulletin de la Société de Géographie, novembr (...)

30Le dernier né des Duruy, enfin, se fait aussi, mais plus tardivement en raison de la différence d’âge avec ses frères, le digne héritier des valeurs transmises par son père. Né de sa seconde épouse en 1874, le petit « Tor », suit l’éducation catholique voulue par sa mère, sans que son père s’y oppose, puis entre au lycée Henri IV, où il remporte en 1890 le premier prix de géographie. L’année suivante, ayant choisi de suivre la voie militaire, il entre au lycée Saint-Louis, en classe préparatoire à l’École de Saint-Cyr, et arrive premier lors du concours d’entrée à X en 1892. Victor Duruy voit ainsi avec fierté son benjamin et homonyme s’engager dans la carrière militaire qui l’avait toujours attirée, et ses réussites emplissent de joie les derniers mois de sa vie. Après la mort de son père, Louis-Victor poursuit cette carrière au sein du premier régiment de tirailleurs algériens où s’était engagé son frère Albert durant la guerre de 1870. Après une première campagne dans le sud algérien, il gagne Madagascar où il effectue, à la demande de Gallieni, une mission d’exploration, et participe aux luttes contre les Fahavalos – ce qui lui vaut la Légion d’honneur en 1898. Après ses deux années d’école militaire, il occupe une série de postes en Algérie, en France, en Belgique, en Hollande et au Maroc. Parallèlement, il livre plusieurs études militaires, notamment à la Revue de Paris : une histoire de son régiment, deux ouvrages d’éducation militaire et d’autres sur des problèmes stratégiques contemporains. Le lieutenant-colonel Victor Duruy meurt au combat, près d’Ypres, le 30 octobre 1914, au tout début de la Première Guerre mondiale74.

  • 75 Christian Amalvi, Répertoire des auteurs de manuels scolaires et de livres de vulgarisation histor (...)
  • 76 Cité dans Fauriette, op. cit., p. 293-294.

31Les trois fils cadets de Victor Duruy ont donc bel et bien intégré et respecté l’éducation paternelle, en adoptant son système de valeurs et en marchant sur les voies qu’il a suivies ou aurait aimé suivre, la fidélité aux Bonaparte, la carrière universitaire, les recherches historiques, l’engagement patriotique… C’est sur ce dernier point peut-être qu’ils auront été les plus respectueux de l’héritage paternel, en poussant à l’extrême la fibre nationale dans un contexte cependant, celui du développement des idées revanchardes puis des mouvements nationalistes, qui les pousse à aller plus loin peut-être que leur père ne l’aurait voulu dans la défense de la patrie. Christian Amalvi a ainsi relevé le ton très patriotique de leurs ouvrages, surtout ceux de leurs manuels classiques, et notamment ceux de George Duruy, qui poussent « jusqu’à la caricature l’esprit revanchard et cocardier de la décennie 1880-1890 ». Le fils de l’ancien ministre donne en 1890 une « préface vengeresse » au livre Pour La Patrie d’Emile Bocquillon75. Ces penchants se manifestent par ailleurs dans le réseau de relations des deux fils Duruy : Paul Déroulède, qui a pu affirmer que c’est l’ancien ministre qui l’avait converti au nationalisme, devient leur ami, tout autant qu’Edouard Drumont. Celui-ci fut le camarade d’Albert à Charlemagne et avait à ce titre l’habitude de venir séjourner de temps à temps dans la maison des Duruy à Villeneuve-Saint-Georges, pour « déjeuner et canoter gaiement », comme il le dit lui-même. Évoquant l’« amitié fraternelle » qui le liait à son ancien camarade de lycée, devenu son collaborateur à La Liberté, il affirme avoir eu sur lui une influence importante, en le réconciliant avec l’Église et en le poussant à prendre la défense de l’enseignement libre. Il prétend même que, comme lui, le fils de l’ancien ministre « haïssait d’un haine si âpre les cosmopolites et les mercantis qui vendent notre pays » et aurait à cet égard applaudi au succès de La France juive, parue un an après sa mort. Les relations entre les Duruy et les Drumont se poursuivent après la mort d’Albert, puisque George est avec Léon Daudet le témoin d’Edouard Drumont lors de son mariage, le 2 juillet 188876.

  • 77 NS I, p. 194.
  • 78 Zeev Sternhell, La Droite révolutionnaire 1885-1914 Les origines françaises du fascisme, Gallimard (...)
  • 79 V. Duruy, Histoire sainte d’après la Bible, Hachette, préfaces de 1845 et 1867 ; « Un peuple sauvé (...)
  • 80 B. Joly, op. cit., p. 217 et 247.
  • 81 Michel Drouin, dir., L’Affaire Dreyfus, Paris, Flammarion, 2006, p. 93.

32Ces relations entre les fils Duruy et les milieux de la droite nationaliste et antisémite en plein essor dans les années 1880 semblent l’aboutissement logique de l’éducation patriotique donnée par leur père d’une part, de l’évolution du contexte politique après 1870 d’autre part. Il n’y avait pourtant pas là fatalité. Et d’abord parce que, si Victor Duruy fut en effet un patriote convaincu, ardent, il ne sombra jamais dans le nationalisme violent à la Déroulède. Même son patriotisme n’alla pas jusqu’au boulangisme. Un passage de ses Mémoires nous montre au contraire qu’il applaudit à la défaite du « général Revanche »77 : s’il pouvait en effet être séduit par son antiparlementarisme et son patriotisme, la dimension factieuse et populiste de ce qu’il appelle une « aventure » ne pouvait que déplaire au bourgeois soucieux d’ordre et réticent devant le suffrage universel. Par ailleurs, « l’idéologie boulangiste – socialisante, populiste et nationaliste », comme l’a dépeinte Zeev Sternhell78, ne pouvait convenir au tempérament du vieux libéral romantique et progressiste, pas plus d’ailleurs que les relents réactionnaires du nationalisme fin de siècle. En outre, l’antisémitisme viscéral de l’extrême droite finit d’en éloigner Victor Duruy. Les pages consacrées au judaïsme de son œuvre historique laissent en effet voir un philosémite convaincu, qui admire la civilisation hébraïque et lui attribue un rôle central dans les progrès de la civilisation, grâce à l’héritage biblique. L’histoire du peuple juif est, dans la perspective téléologique qui est la sienne, celle de la lutte continuelle pour le triomphe de la morale, qui doit servir d’exemple aux sociétés modernes. En outre, les juifs « sont le plus remarquable peuple de l’Orient » et ce « malgré leur petit nombre et l’obscurité dans laquelle ils sont presque toujours restés », en avance sur les autres peuples en bien des points, marqués par l’esprit de solidarité et la xénophilie79. C’est donc une société modèle qu’il décrit, et il encourage même ses compatriotes, en 1871, à s’inspirer de la morale hébraïque pour sortir des misères de l’Année terrible, dans un article publié au Moniteur universel. Ce philosémitisme est certes cantonné aux domaines littéraire et moral ; nous ne connaissons pas de prise de position politique de Victor Duruy en faveur des juifs ou du sionisme. Mais il est évident que sa vision de l’histoire juive ne pouvait que l’éloigner de l’idéologie antisémite de l’auteur de La France juive, celui-ci fût-il l’un des meilleurs amis de son fils. Du reste, l’affaire Dreyfus semble marquer la fin des relations entre les Duruy et l’extrême droite. Si le père est mort peu de temps avant la condamnation du capitaine, George Duruy en revanche prend parti contre ses anciens amis, et notamment Déroulède qu’il fréquente pourtant encore au début de l’Affaire80. C’est même au nom de son père qu’il prend la parole en 1901 dans Pour la justice et pour l’armée, ouvrage dans lequel il renvoie dos à dos les antimilitaristes, défenseurs de la justice, et les patriotes, antisémites et intolérants. Il y résume bien le dilemme qui aurait été celui de son père s’il avait eu à choisir entre les deux camps, mais proclame néanmoins haut et fort, à côté de son attachement indéfectible à l’armée, sa passion pour « les mots de liberté, de tolérance, de justice et d’humanité » : c’est donc du côté des dreyfusards que se range le fils de Victor Duruy. Il le paiera en étant un temps révoqué de sa chaire à Polytechnique81.

  • 82 Albert Duruy, L’Instruction publique et la Révolution, Hachette, 1882, 502 p. ; George Duruy, Le C (...)
  • 83 APP : B. a/1062 — Dossier Albert Duruy ; G. Duruy, Albert Duruy, op. cit., p. 33.
  • 84 ADP : V.7E/16 ; Coll. George Duruy.
  • 85 ADP : V.7E/16 ; Ameline Hubert-Delisle à ses filles, 21 novembre 1869, dans Lettres de Madame Hube (...)
  • 86 G. Chaix d’Est-Ange, op. cit., v° « Duruy ».
  • 87 Il s’agit des deux fils que sa fille Gabrielle eut de Charles Glachant en 1863 et 1865, Charles et (...)
  • 88 NS I, p. v.

33Ainsi, après les errances nationalistes et peut-être antisémites, qui allaient plus loin, voire à l’opposé des valeurs transmises par leur père, les fils Duruy rentrent finalement dans le rang de l’éducation paternelle. Ils défendent les principes qui furent les siens, tout en se réclamant de son haut patronage intellectuel, autre forme d’expression de leur piété filiale. Ils ont d’ailleurs, à l’occasion, publiquement affiché leur attachement à la figure du père et leur admiration pour lui, chacun dans un ouvrage, L’Instruction publique et la Révolution pour Albert, sa thèse pour George82. Avec leur réussite sociale et professionnelle, cette volonté de célébrer le modèle paternel et de s’inscrire en conformité avec lui – loin du mauvais exemple fourni par leur aîné – fait de la famille fondée par Victor Duruy une réussite bourgeoise. Cette réussite n’aurait pas été complète sans la fondation d’une dynastie. Et de ce point de vue encore, les trois derniers fils de l’ancien ministre comblent ses vœux. Anatole ne s’était pas marié. Albert, lui, épouse une veuve de colonel, ce qui aurait sûrement fait pouffer Offenbach mais s’avère être un choix tout à fait conforme aux desiderata paternels : la veuve en question, née Dornier est celle du colonel Royer de Beaune, un camarade de captivité, et le mariage peut aussi faire figure d’action philanthropique83. George épouse en 1882 Eugénie Amélie Jubinal, la fille de l’ancien universitaire et député du second Empire Achille Jubinal, un soutien du ministre, par ailleurs nièce d’Hortensius Corbeau de Saint-Albin, bibliothécaire de l’impératrice Eugénie84. Quant au dernier des fils Duruy, Victor, il est marié en 1898 par l’archevêque de Toulouse, Mgr Mathieu, à Josèphe Fauqueux, la petite fille d’Henri Hubert-Delisle, ancien gouverneur de l’île de la Réunion et sénateur du second Empire, et d’Amelina Pignolet de Fresnes, dame de l’impératrice Eugénie, avec laquelle l’ancien ministre s’était lié durant le voyage à Suez en 186985. Ces « beaux mariages » viennent donc confirmer la réussite bourgeoise de Victor Duruy. S’il avait, dans les années 1860, marié sa fille aînée au professeur Charles Glachant, dans un réflexe endogame typique de sa mentalité d’universitaire, ses deux derniers fils épousent eux, dans les années 1880-1890, des filles de notables, stratégie matrimoniale emblématique de la volonté de maintenir le rang social de la famille. La présence des Duruy dans le très élitaire Dictionnaire des familles françaises de Gustave Chaix d’Est-Ange, qui en fait une lignée « de haute bourgeoisie », est une consécration parmi d’autres de cette réussite familiale et sociale86. Avec un fils et deux petits-fils historiens87, des enfants qui font de beaux mariages et reproduisent le système de valeurs qu’il leur a transmis, allant jusqu’à servir la patrie et mourir pour elle, Victor Duruy, qui dira dans ses Mémoires que « l’ambition de [sa] vie a été de fonder une famille qui garderait l’esprit de son chef88 », a véritablement fondé une dynastie. Mais, avec la déchéance d’Anatole, les accointances d’Albert et George avec les nationalistes, et les drames des décès prématurés de ses trois filles, cette « politique familiale » est loin d’avoir été totalement satisfaisante pour le pater familias.

Notes

1 Sur la période qui suit le ministère, voir essentiellement NS I, p. 145 sq. et EL, p. 160 sq.

2 coll. George Duruy ; une autre version de cette lettre (NS II, p. 146-147), donne une version différente de sa fin.

3 La Gazette de France et Journal de Paris, 19 et 23 juillet 1869.

4 Le Charivari, 1er août 1869.

5 V. Duruy à la Bne de Vaux, 18 septembre 1869, dans P.-B. Des Vales, Madame la Baronne de Vaux, fondatrice de la congrégation des Dames de Saint-Louis, et ses principaux correspondants, X. Rondelet, 1899, 85 p.

6 AN : 114AP2 (lettres de Dalloz, Frossard et Mouchy, 19 juillet 1869) ; C. Sainte-Beuve, op. cit., t. xix, p. 174 ; lettre de Vidal-Lablache, novembre 1869, dans NS II, p. 147.

7 J. Bonaparte, op. cit., p. 368-370.

8 Les comptes rendus des sessions du conseil général sont notamment reproduits dans le Journal des Landes.

9 William Smith, Eugénie impératrice des Français, Bartillat, 1998, p. 138-141.

10 coll. Jacqueline Duruy. Voir également NS II, p. 148-149.

11 J. Bonaparte, op. cit., p. 507.

12 NS II, p. 149.

13 Sur toute cette question, rapports et correspondance dans NS II, p. 196-216 ; certains extraits sont également publiés dans le Bulletin de l’enseignement public au Maroc, no 229, octobre-décembre 1954, p. 51-61. Sur le « féminisme » d’Eugénie : W. Smith, op. cit., p. 72 sq.

14 NS II, p. 45 ; AN : 42AP/268 (Papiers Guizot – Lettre de V. Duruy, 1er mars 1870) ; A. Prost, op. cit., p. 229 ; A. Dansette, op. cit., p. 371.

15 Discours et projets reproduits dans NS II, p. 42-74.

16 R. Schnerb, op. cit., p. 276.

17 Paul Déroulède, 1870. Feuilles de route des Bois de Verrières à la forteresse de Breslau, Juven, 1907, p. 12-22.

18 Bertrand Joly, Déroulède. L’Inventeur du nationalisme français, Perrin, 1998, p. 7.

19 V. Duruy, Histoire des Grecs, Hachette, 1887, I, p. 1.

20 NS II, p. 150-172 et 250-255 ; sur la participation d’Albert Duruy à la guerre de 1870, voir (Louis-)Victor Duruy, Le Premier Régiment de tirailleurs algériens, histoire et campagnes, Hachette, 1899, 360 p. et George Duruy, Albert Duruy, Corbeil, impr. de Crété, 1888, 80 p.

21 A. Dansette, op. cit., p. 426-427.

22 NS II, p. 170.

23 Edouard Thierry, La Comédie française pendant les deux sièges (1870-1871) : journal de l’administrateur général, Paris, Tresse et Stock, 1887, p. 65.

24 « Le Bastion 88 », in NS II, p. 249-267.

25 R. Vallery-Radot, op. cit., p. 255.

26 Jean-Jacques Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, La France, la nation, la guerre : 1850-1920, Paris, CDU et SEDES, 1995, p. 59-62 et 84.

27 E. Zévort, op. cit., p. 481-490.

28 André Beaunier, Les Souvenirs d’un peintre, Eugène Fasquelle, 1906, p. 150.

29 Alexandre de Mazade, Lettres et notes intimes 1870-1871, Beaumont, Frémont, 1892, p. 324-325.

30 F. Bouillier, op. cit., p. 60 ; BAIP, no 256, 15 mars 1871, p. 14.

31 NS II, p. 265.

32 E. Gallois, op. cit., p. 202-203.

33 H.-V. et Mme A. Dandrieux, Histoire de Villeneuve-Saint-Georges, Villeneuve-Saint-Georges, Impr. de l’Union typographique, 1919, p. 49-50 ; H. Javelle, op. cit., p. 90-91.

34 G. Bibesco, op. cit., p. 79 sq.

35 V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vales, op. cit.

36 ADP : D1P4/718 (Calepins du cadastre : 5, rue de Médicis) ; Eugène Melchior de Vogüé, Sous l’horizon. Hommes et choses d’hier, Colin, 1904, 306 p.

37 Abrégé de l’histoire de France, Hachette, 1893, II, p. 711.

38 Roman d’Amat, dir., Dictionnaire de biographie française, Librairie Letouzey et Aîné, t. xii, 1970.

39 V. Duruy, Histoire des Romains, Hachette, 1871, III, p. i-iii.

40 V. Duruy à la Bne de Vaux, 28 décembre 1871, dans P.-B. Des Vales, op. cit.

41 V. Duruy, Histoire de France, 1873, « Avant-propos » et « Préface à la première édition », p. i-ii et xix

42 Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française, PUF, 1959, 568 p. ; J. J. Becker et S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 70.

43 EL, p. 175 ; L. Pasteur à son épouse, 24 août 1866, citée dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., II, p. 279.

44 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 118 ; le mot anglais baby est fréquemment utilisé jusqu’aux années 1860-1880 (P. Ariès et G. Duby, op. cit., p. 139) ; ici, il s’agit en même temps d’un surnom.

45 L. Pasteur à Hélène Duruy, 25 août 1866, citée dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., II, p. 280.

46 Lettre à Napoléon III, 18 juillet 1869, dans coll. George Duruy, et NS II, p. 146-147.

47 Lettre à la Bne de Vaux, 18 septembre 1870, dans P.-B. Des Vales, op. cit.

48 APP : B. a/1062 — Dossier Albert Duruy ; G. Duruy, op. cit., p. 33.

49 ADP : 5Mi3/129 (Acte de décès d’Hélène Duruy, 23 novembre 1872).

50 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, s. d.).

51 Lettre à la Bne de Vaux, 27 novembre 1872, citée dans P.-B. Des Vales, op. cit.

52 Duruy, Albert, Comment les empires reviennent, Paris, Lachaud, p. 10.

53 ADP : 5MI3/130 (Acte de mariage entre Victor Duruy et Marie Florina Redel).

54 Marie Redel meurt le 23 décembre 1916 (coll. Janine Duruy).

55 ADP : 5MI3/104 (Acte de naissance de Marie Eugène Louis Victor Duruy, 21 avril 1874).

56 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 118 ; BI – Papiers et correspondance de Maxime du Camp : Lettres de V. Duruy, 6 septembre 1887 (fo 476) et 28 septembre 1892 (fo 470) ; AN : 114AP2/2 (M. du Camp à V. Duruy, 1er octobre 1892).

57 EL, p. 176 ; AN : 114AP2/9 (V. Duruy à un destinataire non identifié, 19 août 1887) ;

58 V. Duruy, Causeries…, op. cit., p. 189.

59 V. Duruy, Histoire des Romains, vol. V, 1883, p. 240 et 254 ; NS I, p. 59.

60 Entré 59e sur 263 le 6 novembre 1860, sorti 10e sur 249 en 1862. Coll. George Duruy.

61 Gabrielle Houbre, Le Livre des courtisanes. Archives secrètes de la police des mœurs, Tallandier, 2006, p. 467-468.

62 APP : dossier B. a/1062 (Ce dossier est celui d’Albert Duruy et comprend quelques documents qui concernent Anatole) ; AD Val-de-Marne : dépôt de la commune de Villeneuve-Saint-Georges. I K 1/5 : Listes électorales ; Anatole Duruy, Souvenirs du siège et de la Commune, ou déposition d’un témoin non entendu dans les conseils d’enquête, chez l’auteur, 1873, 105 p. ; Le Rappel, 14 janvier 1879 ; NS II, p. 218

63 Analyse détaillée dans JCG, III, p. 1212-1217.

64 NS I, p. v ; André Rauch, Crise de l’identité masculine 1789-1914, Hachette Littératures, 2000, p. 98.

65 P. Ariès et G. Duby, op. cit., p. 24 sq.

66 Ibid. ; Léon Fauriette, Drumont, Puteaux, Prieur & Dubois, 1902, p. 294-295.

67 G. Duruy, op. cit. ; A. Duruy à T. Gautier, janvier 1869, dans T. Gautier, Correspondance générale, tome X, p. 271 ; L. Fauriette, op. cit., p. 294-297.

68 EL, p. 176.

69 APP : Dossier Albert Duruy, B. a/1062 (Rapport du 11 mars 1875).

70 P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 40.

71 L. De la Brière, Au cercle, Calmann-Lévy, 1885, p. 169-172.

72 E. et J. de Goncourt, op. cit., III, p. 20 et p. 950.

73 Vaux, baron de, Les Hommes d’épée, Rouveyre, 1882, p. 62-64.

74 Ernest Lavisse, « Lieutenant-colonel Victor Duruy », Bulletin de la Société de Géographie, novembre 1914 ; Victor Duruy, « Mission dans le nord-ouest de Madagascar », Le Tour du Monde. Nouveau journal des voyages, 1899, 1er semestre, p. 241 sq. ; NS I, p. 66, et II, p. 312-313

75 Christian Amalvi, Répertoire des auteurs de manuels scolaires et de livres de vulgarisation historique de langue française de 1660 à 1960, La Boutique de l’Histoire, 2001, p. 100 ; et « Les Guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », Revue historique, 1979, p. 372.

76 Cité dans Fauriette, op. cit., p. 293-294.

77 NS I, p. 194.

78 Zeev Sternhell, La Droite révolutionnaire 1885-1914 Les origines françaises du fascisme, Gallimard, rééd. Folio Histoire, 1997, p. 49.

79 V. Duruy, Histoire sainte d’après la Bible, Hachette, préfaces de 1845 et 1867 ; « Un peuple sauvé par un livre », Le Moniteur universel, 3 décembre 1871, p. 1.

80 B. Joly, op. cit., p. 217 et 247.

81 Michel Drouin, dir., L’Affaire Dreyfus, Paris, Flammarion, 2006, p. 93.

82 Albert Duruy, L’Instruction publique et la Révolution, Hachette, 1882, 502 p. ; George Duruy, Le Cardinal Carlo Carafa (1519-1564), étude sur le pontificat de Paul IV, Hachette, 1882, 422 p.

83 APP : B. a/1062 — Dossier Albert Duruy ; G. Duruy, Albert Duruy, op. cit., p. 33.

84 ADP : V.7E/16 ; Coll. George Duruy.

85 ADP : V.7E/16 ; Ameline Hubert-Delisle à ses filles, 21 novembre 1869, dans Lettres de Madame Hubert-Delisle évoquant l’inauguration du canal de Suez, s.l.n.d., coll. George Duruy.

86 G. Chaix d’Est-Ange, op. cit., v° « Duruy ».

87 Il s’agit des deux fils que sa fille Gabrielle eut de Charles Glachant en 1863 et 1865, Charles et Victor. Eux aussi, fidèles à la mémoire de leur aïeul, lui rendront hommage en publiant deux études historiques le concernant. Victor Glachant, « Mgr Parisis et le ministère de l’Instruction publique d’après des documents inédits », Quinzaine, LXVI, 1895, p. 223-232 ; Une tentative électorale avortée. Victor Duruy, candidat sénateur en Seine-et-Oise 1876, extrait de la Revue de l’Histoire de Versailles et de la Seine-et-Oise, octobre-décembre 1934, Versailles, 1934, 29 p.

88 NS I, p. v.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540