Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Troisième partie. Un ministère déterminant (1863-1869)

Chapitre VII. La tempête et le reflux (1867-1869)

Texte intégral

1Les deux dernières années du ministère de Victor Duruy sont marquées par deux phases très différentes, mais qui concourent toutes les deux à accentuer la fragilisation de la situation politique du ministre de l’Instruction publique et à provoquer sa chute. Dans un premier temps s’enchaînent des crises graves, touchant à des symboles ou à des questions particulièrement épineuses. Il y a d’abord des crises internes, liées à de grands établissements, l’École normale, l’Observatoire, qui prouvent que le ministre, alors à son apogée, comme le montre l’Exposition universelle, ne bénéficie plus de l’image consensuelle de 1863. Il y a également une crise politique majeure, celle de l’enseignement secondaire féminin, qui le voit affronter la colère de rien de moins qu’une grande partie de l’épiscopat français. Pendant un an, de juillet 1867 à juillet 1868, le ministre enchaîne donc les crises, essuyant tempête sur tempête. Ensuite, cependant, les choses se calment, le reflux est à l’œuvre : l’opinion publique se passionne pour une évolution libérale qui se fait toujours plus contradictoire, le débat n’est plus aux questions d’enseignement ; les quelques réformes de cette période n’intéressent vraiment que les universitaires, les spécialistes, leur dimension technique fait progressivement sortir le ministre du débat public. Il quitte le devant de la scène médiatique avant d’abandonner finalement le pouvoir en juillet 1869, au lendemain d’élections législatives qui marquent l’entrée de l’Empire dans une nouvelle phase de son histoire, dans laquelle Victor Duruy n’a plus sa place.

Un apogée ? (1867)

Les révoltés de la rue d’Ulm

  • 1 Sur cette affaire, D. Nisard, op. cit., vol. II, p. 465 sq. ; Jean Thomas, Sainte-Beuve et l’École (...)
  • 2 NS II, p. 241.

2Alors qu’il a représenté pour lui un succès parlementaire au mois d’avril, l’enseignement primaire devient deux mois plus tard, pour Victor Duruy, le sujet d’une des crises les plus graves de son ministère1. Au mois de juin, en effet, le Sénat est saisi d’une pétition, signée par 102 habitants de Saint-Etienne, pointant du doigt les choix de livres opérés par la municipalité pour les bibliothèques populaires fondées par le maire, l’industriel Benoît Charvet. Parmi les auteurs incriminés : Voltaire, Rousseau, George Sand ou encore Proudhon. Sur avis de la commission des pétitions, le Sénat décide de renvoyer le texte au ministre de l’Instruction publique. C’est l’occasion pour le très provocateur Sainte-Beuve de prononcer un discours en défense des ouvrages incriminés. L’affaire sort alors du Sénat et la presse s’en empare. Or, elle intervient au moment même où les étudiants de l’École normale supérieure organisent une collecte de livres dans le cadre de la préparation de ventes de charité. Le sénateur ayant lui-même offert des ouvrages, le responsable de la collecte, le « carré » François Lallier, lui envoie une lettre de remerciements. Mais cette lettre prend une forme inhabituelle, puisqu’elle porte la signature de 80 élèves de l’École qui profitent de l’occasion pour féliciter le critique de son discours. Eux-mêmes qualifient leur lettre d’adresse, ce qui amuse Sainte-Beuve : « Je ne sais pas bien si les adresses sont dans le règlement, répond-il. Mais la vôtre est toute intime, et au besoin j’en ferais mon affaire avec notre cher Nisard. Je plaisante ». Sainte-Beuve avait vu juste : le règlement de l’École interdisait formellement aux élèves d’écrire des adresses. Or, si le sénateur plaisante de cette lettre potache, celle-ci rend le directeur de l’École, Désiré Nisard, d’humeur beaucoup moins joyeuse. Le 2 juillet en effet, l’adresse est publiée par Emmanuel Arago, dans L’Avenir national. Une telle publicité est du plus mauvais effet. Le ministère prévient immédiatement Nisard qui mène son enquête séance tenante. Le lendemain, Lallier, trahi par son rôle dans la collecte, est exclu de l’École. Mais une décision aussi sévère embarrasse le ministère. Victor Duruy étant alors en tournée en Lozère2, c’est le directeur du personnel, Arsène Danton, qui gère le dossier. Il s’empresse de manifester sa désapprobation à la direction de l’École. Le directeur des études scientifiques, Pasteur, se défend et exige le soutien de la rue de Grenelle, sans quoi il présentera sa démission. Aux élèves de l’École venus lui demander solennellement la réintégration de Lallier, Pasteur répond par la négative, aggravant la situation : les élèves brûlent leurs vaisseaux, et quittent l’établissement.

  • 3 Agnès Thiercé, « Révoltes de lycéens, révoltes d’adolescents au XIXe siècle », Histoire de l’éduca (...)
  • 4 L’Univers, 7 juillet 1867.
  • 5 Henri Cozic, « Distribution solennelle des récompenses », L’Illustration, 6 juillet 1867, p. 11.

3La révolte de l’École normale n’a rien d’exceptionnel dans un XIXe siècle marqué par « plus de deux cents mutineries d’élèves », même pour un second Empire qui a dû affronter un certain nombre de révoltes étudiantes3. Si la mutinerie de la rue d’Ulm répond aux mêmes schémas que les autres révoltes, elle rompt en revanche avec la tradition par le lieu de son déroulement, l’École normale, peu habituée à ce genre d’événements, et par les suites de l’affaire, dont l’ampleur dépasse vite le seul cadre interne de l’établissement. Elle fait d’abord monter rapidement la tension entre les rues d’Ulm et de Grenelle. En dépit des objurgations de Danton, Pasteur reste sur une ligne de fermeté : l’exclusion de Lallier doit être confirmée, les deux élèves qui ont fait publier la lettre doivent être eux aussi exclus, et seuls seront réintégrés les élèves ayant fait acte de « soumission respectueuse ». Mais le 7 juillet, l’affaire éclate au grand jour dans la presse, et L’Univers réclame le licenciement de l’École, à laquelle elle s’en prend violemment : « La France verrait diminuer, de toute une promotion, le nombre de ces indépendants et libres penseurs, voltairiens, proudhoniens, amateurs de scories littéraires de tous les siècles, à qui l’Université confie l’éducation de la jeunesse4 ». Rentré le jour même, Victor Duruy ne peut que constater les dégâts. Nul doute qu’il prend rapidement la mesure d’une telle affaire. L’image donnée par l’Université est déplorable ; les efforts déployés depuis quatre années pour la rendre respectable, pour montrer qu’elle n’a d’autre opinion que la foi en sa mission et convaincre l’État et l’Église qu’elle n’est pas un danger, encore moins un ennemi, sont compromis. Et, de surcroît, c’est le ministre qui risque d’être en situation dangereuse : ce n’est pas le moment de donner à ses collègues l’occasion de montrer qu’il a trahi la confiance de l’empereur et failli dans sa mission. En outre, une semaine après la très officielle cérémonie de remise des prix de l’Exposition universelle par l’empereur, en présence du sultan, du frère de l’empereur du Japon et du gratin des ducs et princes européens, tous les regards sont tournés vers Paris5, et Victor Duruy ne tient pas à montrer que le régime ne sait pas assurer la discipline dans l’établissement censé former les futurs maîtres de la jeunesse.

  • 6 Journal de Paris…, 12 juillet 1867 ; Jean-Jacques Weiss, sa vie, ses écrits, Fourneau, (1891), p. 3 (...)
  • 7 Du latin pro, avant, et post, après ; terme sans équivalent en français, mais qui en anglais (prep (...)

4Devant la gravité des faits, le ministre n’a pas d’autre solution que de licencier l’École rebelle. Tous les élèves sont exclus, et l’établissement ne rouvrira ses portes qu’à la rentrée, le 15 octobre. Cette décision est très sévère, et s’inscrit parmi la vingtaine de décisions de licenciement qu’Agnès Thiercé a comptabilisées pour la deuxième moitié du siècle. Symboliquement, elle est aussi particulièrement forte : la dernière fois que l’École normale a été ainsi fermée par un ministre, c’était par Mgr Frayssinous, sous le règne de Charles X. Dès lors, l’affaire devient politique. Thiers s’en mêle, prévoyant avec Jules Simon une interpellation au gouvernement qui n’aura pas lieu. Une vaste campagne de presse se développe, dans une nouvelle bataille rangée. Mais cette fois, la situation du ministre est inversée : tandis que les feuilles libérales s’en prennent au gouvernement – c’est-à-dire à lui-même –, les journaux conservateurs prennent la défense du ministre de l’Instruction publique, qui n’avait d’après eux d’autre choix que de licencier l’École, et qui l’a fait le cœur serré. La presse libérale cependant ménage encore la personne du ministre, sauf le Journal de Paris, créé au mois d’avril précédent par un groupe de journalistes orléanistes parmi lesquels on retrouve l’un des ennemis les plus acharnés de la rue de Grenelle, Jean-Jacques Weiss, à qui Duruy a refusé un poste en Sorbonne en 1863. Depuis, les deux irréconciliables se livrent une guerre farouche. À chaque article négatif du journaliste, la rue de Grenelle envoie quelqu’un vers l’un des propriétaires pour lui signifier le mécontentement de l’administration. La rumeur, propagée par Weiss lui-même, veut que les articles aient été dès lors transformés avant leur publication, pour ne pas froisser le ministre. On raconte même que Duruy serait allé jusqu’à faire pression pour obtenir le renvoi du journaliste. Pour ces raisons, ce dernier éprouve une haine farouche envers le ministre de l’Instruction publique, haine dont se font écho ses proches, qui d’ailleurs la partagent6. Il n’a pas de termes assez durs pour celui qu’il considère comme un mandarin et qu’il qualifie de « proeposterus homo7 ».

  • 8 X. Marmier, op. cit., p. 29 ; Gazette des tribunaux, 27 et 30 mars 1867.
  • 9 Journal de Paris…, 11 juillet 1867 ; Le Personnel de l’administration préfectorale 1800-1880, Cent (...)
  • 10 Témoignages de J. J. Weiss dans Le Journal de Paris, 12 juillet 1867 ; du baron Chabot, ibid., 13 (...)
  • 11 Charles Sainte-Beuve, Correspondance générale, 1935-1983, vol. XVI, p. 380.
  • 12 E. David, op. cit., p. 27-28.

5En ce début du mois de juillet, Weiss lance une offensive contre le ministre. Il publie des passages de l’Histoire de France éditée en 1866, dans laquelle l’expédition du Mexique est présentée avec un enthousiasme jugé hors de propos après le désastre qu’elle a amenée. Cela vaut au journal un communiqué immédiat, auquel il répond par un nouvel article dans lequel les doutes les plus sérieux sont émis sur l’auteur réel des ouvrages de Victor Duruy. C’est dans ce contexte d’attaques personnelles assez violentes qu’intervient l’annonce du licenciement de l’École. Jean-Jacques Weiss se déchaîne, profitant de l’occasion pour ressortir de vieilles affaires et pointer du doigt le népotisme et les défaillances du clan Duruy. Anatole Duruy, chef du cabinet de son père à 27 ans, vient d’être condamné en mars 1867 par la sixième chambre du tribunal correctionnel de Paris, à 100 francs d’amende, pour avoir blessé lors d’un duel un certain Douville, lequel l’aurait surpris en rentrant chez lui tranquillement installé auprès de sa propre épouse… Quant à Albert, secrétaire général de la préfecture du Lot depuis le 29 décembre 1866, il aurait provoqué un véritable scandale à la gare de Lyon en s’en prenant avec violence à un député, François Bravay, dont les conditions de l’enrichissement comme de l’élection à la députation font alors l’objet de doutes sérieux dans les milieux autorisés8. Considérant, au vu de ces affaires, que ces deux hommes sont indignes de leurs fonctions, Jean-Jacques Weiss réclame leur démission9. C’en est trop pour les deux accusés qui sortent de leurs gonds et se rendent directement au siège du journal pour demander des comptes au publiciste. Le ton monte rapidement, on en vient aux mains, il faut séparer les trois hommes qui menacent de s’entretuer10… Cet épisode, épiphénomène de l’affaire de l’École normale, mais significatif de l’ambiance qui règne alors dans certains milieux parisiens, fait scandale et éclabousse Victor Duruy qui n’a alors guère besoin de cela. Voilà deux fils d’un ministre de l’empereur qui, non contents de se livrer à des voies de fait et à subir des condamnations judiciaires, s’en prennent directement et physiquement à un journaliste. Dans les jours qui suivent, la polémique continue, par la publication de versions de l’affaire et de contre versions vengeresses… Jusqu’à ce que de nombreux journaux en appellent à revenir aux faits initiaux – l’affaire de l’École normale – et prônent l’apaisement, tandis que Sainte-Beuve plaide la cause de Lallier auprès de Duruy11. Le ministre fait machine arrière. Il autorise les élèves rebelles à réintégrer l’École à la rentrée en échange d’une lettre d’excuses. Lallier est nommé professeur de seconde à Sens. Les deux étudiants suspectés d’avoir communiqué l’adresse à la presse, Henri Marion et Gaston Maspero, sont eux aussi graciés ; mais le second refuse de se soumettre. Le ministre tente bien de persuader le jeune et déjà génial égyptologue de revenir sur sa décision mais, en dépit de l’intervention d’Auguste Mariette, le jeune homme refuse tout compromis et s’embarque, quatre mois plus tard, pour l’Amérique du Sud12.

Intermède : l’Exposition universelle

  • 13 Charles Dejob, Le Réveil de l’opinion dans l’Université sous le Second Empire : la Revue de l’Inst (...)
  • 14 Moniteur universel, 2 avril 1867.
  • 15 Sur cette question, M. Gontard, op. cit., p. 186-188 ; C. Cosnier, op. cit., p. 198-208 ; rappel h (...)
  • 16 AN : 45AP/1 (14 juillet, 5 septembre, 13 et 17 octobre 1865).
  • 17 JGIP, 15 novembre et 13 décembre 1865.
  • 18 AN : 114AP1 (correspondance de V. Duruy sur l’Exposition universelle de 1867).

6Juillet 1867 a donc été marqué par une crise grave, mettant en cause à la fois l’établissement phare de l’Université, qui apparaît plus que jamais, pour les ennemis de celle-ci, comme infesté par le mauvais esprit moderne, et l’intégrité personnelle de Victor Duruy ou de ses proches. Jamais le ministre n’a été mis en cause de cette manière, et avec cette violence. D’ailleurs, une partie de la presse d’opposition continue à s’en prendre à lui durant l’été, critiquant notamment le style détestable de ses discours13. Mais ces attaques ne sauraient, en ce mois d’août 1867, gâcher l’enthousiasme ministériel, alors que l’Exposition universelle, inaugurée par l’empereur le 1er avril – Victor Duruy était bien sûr du cortège14 – est l’occasion pour la rue de Grenelle de faire une vaste campagne publique en faveur de l’Université et de la politique éducative menée depuis quatre ans. Dès 1865, Victor Duruy s’est occupé de préparer l’Exposition universelle prévue pour 186715. Pour un ministre soucieux de communication comme lui, elle présentait en effet l’avantage d’offrir une tribune inespérée. Paris serait alors sous les regards de la France et de l’Europe entière, et il ne fallait pas laisser passer cette occasion de parler d’éducation. Dès juillet 1865, il avait par conséquent proposé à ses collègues du gouvernement de faire rédiger par les plus grands spécialistes une vaste série de rapports sur les progrès des sciences et des lettres en France16. En novembre, il rédigeait sur le sujet un rapport à l’empereur et écrivait une lettre à Le Play, commissaire général pour l’Exposition17. Il semble très enthousiaste quant à ce projet, et tient à défendre bec et ongles les prérogatives de son département en ce domaine, contre les prétentions de Rouher à vouloir confier toute tâche afférant à l’Exposition à des ministres mieux placés et mieux vus que celui de l’Instruction publique18, contre également le scepticisme des observateurs. Plus que le ministre, c’est l’ancien directeur de collection qui semble vouloir prendre une revanche après l’échec de l’« Histoire universelle ». Comme il l’avait fait quinze ans plus tôt en tant qu’editor, Duruy mobilise intellectuels et savants, organise un vaste plan d’ensemble, permettant de dresser la vaste fresque des progrès réalisés dans les lettres et les sciences en France au XIXe siècle. La perspective, à la fois progressiste et patriotique, est au cœur de la démarche de l’historien romantique, qui imprègne depuis les années 1840 son œuvre historique autant que ses manuels scolaires.

  • 19 C. Sainte-Beuve, op. cit., lettres de et à V. Duruy et la Psse Mathilde, à partir d’août 1865.
  • 20 Jean-Charles Geslot, « La Vie parisienne, entre culture et politique. L’exemple de l’Exposition un (...)
  • 21 Liste des rapports dans JCG III, annexe XII.
  • 22 Auguste Geffroy, Jules Zeller et Jules Thiénot, Rapports sur les études historiques, Impr. imp., 1 (...)

7Après de nombreux débats, notamment avec Sainte-Beuve, officieusement chargé de coordonner les rapports sur les lettres19, et quelques changements de programme, une équipe, que Victor Duruy aurait d’ailleurs voulu réunir dans un but de coordination, met au point trente rapports, chacun portant sur les principales disciplines, de la minéralogie à l’histoire moderne, de la théorie de la chaleur aux études sémitiques, de la géométrie à la littérature dramatique. Il s’agit d’étudier leur progrès depuis quinze ans… Derrière l’ambition encyclopédiste, scientiste, sourd la volonté de propagande – c’est l’un des objectifs majeurs de l’Exposition universelle20. Pour bien montrer que l’Empire de Napoléon III égale la cour de François Ier ou celle de Louis XIV, on fait appel à de grands noms, présents ou à venir, des lettres et des sciences, Théophile Gautier pour la poésie, Alfred Velpeau pour la chirurgie, Claude Bernard pour la physiologie, Paul Féval pour le roman… Taine, Victor Cousin, Edmond About sont également approchés, tandis que « Notre Dame des Arts », la princesse Mathilde, fait jouer, le cas échéant, son réseau de relations parmi l’intelligentsia culturelle française. Artistes officiels, écrivains bien en cour, savants subventionnés, parfois pourvus du titre de sénateur, sont sollicités, de Mérimée à Viollet-le-Duc en passant par l’incontournable Jean-Baptiste Dumas. Et c’est évidemment l’Imprimerie impériale qui se charge de la publication, laquelle commence dès 1867 et se termine en 187021. Le volume consacré aux progrès des études historiques est l’occasion pour les rédacteurs de faire leur cour. Difficile pour eux en effet de passer sous silence l’œuvre du ministre historien. Jules Thiénot résume bien la situation en se disant, à propos des ouvrages de Victor Duruy, « fort embarrassé d’exposer leur mérite, écrivant par votre ordre et m’adressant à Votre Excellence » ; ce qui ne l’empêche pas de dire tout le bien qu’il pense de l’Histoire de France écrite par le ministre22

  • 23 Manuel général de l’instruction primaire, du 17 novembre 1866 (message de Louis Bréton annonçant l (...)

8Cette campagne de propagande, ou tout au moins de publicité, orchestrée à l’occasion de l’Exposition universelle, concerne également, bien sûr, le domaine de l’éducation. Deux sections de l’Exposition (no 89 et 90), au Champ de Mars, sont consacrées à l’enseignement, et le ministère décide également d’organiser, dans ses locaux, une exposition d’objets scolaires. La publicité de l’Instruction publique française ainsi organisée, on pense rue de Grenelle que ce serait également l’occasion, pour les instituteurs, de venir découvrir à Paris ce qui se fait de nouveau et de mieux en matière d’éducation. Certains d’entre eux, d’ailleurs, ont vite demandé à pouvoir venir visiter l’Exposition. Le 16 octobre 1866, Émile Templier, gérant du Manuel général de l’instruction primaire, gendre de feu Louis Hachette et ami des Duruy, annonce dans son journal le lancement d’une souscription pour répondre aux demandes d’instituteurs désireux de trouver des financements pour pouvoir venir visiter l’Exposition. Exemple est pris sur la délégation d’ouvriers envoyée à Londres en 1862. Un comité chargé d’organiser la souscription est mis en place, sous le patronage officieux du ministère : c’est Charles Robert qui le préside, assisté notamment d’Anatole Duruy comme secrétaire, et de Louis Bréton lui-même comme trésorier. Le bureau comprend d’autres proches ou soutiens du ministre, comme Hippolyte Chauchard, rapporteur du projet de loi sur l’enseignement primaire. On fait appel à un large éventail de compétences. Est ainsi membre Perdonnet, président de l’Association polytechnique, et surtout, de la Compagnie des chemins de fer de l’Est. C’est sûrement par son intermédiaire, d’ailleurs, que le comité obtient une réduction de 50 % des billets aller et retour en troisième classe pour les instituteurs venus visiter l’Exposition. La souscription est un succès et, pendant un an, le Manuel général publie régulièrement, presque à chaque numéro, la liste des donateurs et les sommes versées. Le ministre est le premier cité, qui offre 500 francs. L’étude précise de ces donateurs reste à faire, mais un sondage rapide permet de constater que les instituteurs sont les plus nombreux à donner. Editeurs, hauts fonctionnaires, des notables, des professeurs, des religieux, des élèves même, de simples particuliers aussi, beaucoup anonymes, envoient des dons, de Paris comme de province. Aimé Seillière, l’industriel vosgien, offre gracieusement 900 francs pour financer le voyage de tous les instituteurs de son arrondissement, la Société protectrice des animaux donne, elle, 300 francs, tandis que 23 élèves de l’école communale de Malesherbes, dans le Loiret, se cotisent, et réunissent, la somme de 9 francs et 75 centimes… En août 1867, ce sont près de 36 000 francs qui ont été collectés. Parallèlement, des particuliers et des associations mettent à la disposition des instituteurs de quoi se loger, des médecins leur accordent des soins gratuits. Quant au ministère de l’Instruction publique, il leur ouvre les dortoirs des lycées parisiens, libres pendant les congés estivaux des élèves internes23.

  • 24 F. Roux, op. cit., p. 114-116.
  • 25 Compte rendu dans Le Moniteur universel, 16 août 1867.

9L’Exposition ouvre ses portes le 1er avril, dix jours avant le vote de la loi sur l’enseignement primaire, mais il faut attendre les vacances d’été pour voir arriver les maîtres d’école. Dès lors, autant que des rois, il pleut des instituteurs sur Paris. 3 000 fonctionnaires sont choisis, répartis en séries de 7 à 800. Le personnel et les élèves de l’école de Cluny sont également du voyage : logés au lycée de Vanves, ils y arrivent le 14 août, et leur première étape est évidemment une visite au ministre24. On a organisé à tous ces visiteurs un programme chargé. Chaque matin, dès 8, voire 7 heures, ils sont invités à assister à deux ou trois conférences à la Sorbonne, dont l’une de Charles Robert sur la loi du 10 avril. L’après-midi est réservé aux visites : l’Exposition du Champ de Mars, bien sûr, mais aussi l’exposition agricole de Boulogne, la Ferme impériale de Vincennes, ou encore des lieux plus « touristiques ». Chaque série finit en général son marathon parisien par une visite de l’exposition du ministère, à laquelle succède une audience du ministre qui leur adresse ses plus chaudes félicitations. Victor Duruy n’est donc pas en première ligne dans l’organisation de ces séjours, mais il est directement concerné. Le 14 août, d’ailleurs, il a accueilli lui-même l’impératrice Eugénie au bas du perron de l’hôtel de la rue de Grenelle, afin de lui faire visiter, en compagnie de sa suite, l’exposition d’objets scolaires, secondé par quelques fidèles, chargés de répondre aux questions de l’impératrice, Milne-Edwards pour les sciences, Laurent de Rillé pour la musique, Marie Pape-Carpantier… Au terme de la visite a lieu une cérémonie de remise de décorations, à laquelle assistent les instituteurs de la première série ainsi que la centaine d’élèves de Cluny qui chantent à la souveraine un chœur composé spécialement25. Un mois plus tard, le 19 septembre, une autre cérémonie officielle réunit dans un grand banquet les anciens élèves de l’École normale de Versailles et les instituteurs de la « quatrième série ». Mais Victor Duruy est alors en tournée dans l’Ouest et c’est Charles Robert qui préside en son nom les festivités en présence des membres du comité de souscription, des recteurs, des inspecteurs d’académie et des proviseurs des lycées parisiens.

  • 26 M. Gontard, op. cit., p. 187 ; C. Cosnier, op. cit., p. 205.
  • 27 Journal de Paris…, 10 août 1867.
  • 28 Ibid., 12 août 1867.
  • 29 Y. Delange, op. cit., p. 54-57 et « Préface », dans J. H. Fabre, Souvenirs entomologiques. Étude s (...)

10L’intense mobilisation en faveur des instituteurs qui s’est fait jour à l’occasion de cette Exposition de 1867 au sein de l’administration supérieure de l’Instruction publique s’inscrit dans la droite ligne des mesures prises dès 1863 pour revaloriser le sort et l’image des instituteurs. Les maîtres d’école eux-mêmes sentent toute l’importance symbolique de ce qui se passe en cet été 1867, qui écrivent au ministre pour le remercier de les relever dans l’opinion26. Au-delà, l’exposition représente la consécration des efforts du ministre en vue de la réconciliation du corps enseignant avec le régime, marquée par des symboles forts ; la médaille frappée, sur souscription des instituteurs, en remerciement à l’empereur, et qui lui sera remise en mars 1870, en est un. Napoléon III a d’ailleurs reçu aux Tuileries la première série d’instituteurs ; l’impératrice a visité l’exposition scolaire de la rue de Grenelle. Le 8 août également, le prince impérial, fait inédit, a présidé la cérémonie de remise des prix du concours général27. Ce sont là des preuves, publiques, de l’intérêt que la famille impériale porte désormais au monde de l’éducation : pour lui, la page de l’Empire autoritaire est définitivement tournée. Du moins est-ce l’image que Victor Duruy semble vouloir donner. Une rumeur court même, selon laquelle le prince impérial intégrerait un établissement de l’Université28. Reprenant l’exemple des Orléans, cela aurait définitivement scellé la réconciliation entre les enseignants et le régime. Las ! Napoléon III, si tant est qu’il y ait jamais pensé, ne se résout pas à confier son fils aux mains de l’Université. Le ministre est au contraire chargé de lui trouver un nouveau précepteur. Il pense d’abord à l’entomologiste avignonnais Jean Henri Fabre, dont il a visité récemment le laboratoire et qu’il a présenté au souverain29. Mais celui-ci décline l’offre, et le ministre se rabat sur la personne d’Augustin Filon, entré premier à l’École normale en 1861, brillant agrégé de lettres, qui devient en octobre le précepteur du dauphin. À défaut de le confier à l’Université, Napoléon III consent à le confier à un universitaire, et console son ministre en lui remettant, le 4 août, le ruban de grand officier de la Légion d’honneur. La veille, le Journal de Paris avait lancé la rumeur d’un prochain départ de Duruy. Mais le ministre semble solidement installé dans son fauteuil, comme au sein du régime qu’il sert depuis plus de quatre ans : au même moment en effet, il entre un peu plus dans le système en se faisant élire conseiller général des Landes.

Un candidat officiel plébiscité

  • 30 Louis Papy, « L’œuvre de Victor Duruy à Mont-de-Marsan », Actes de l’Académie nationale des scienc (...)

11C’est le 25 juillet 1867 que le très gouvernemental Journal des Landes annonce la candidature du ministre de l’Instruction publique au poste, abandonné par l’ancien député bonapartiste François Marrast, de conseiller général, pour la circonscription de Mont-de-Marsan. Cette candidature a tout l’air de ce qu’on nommerait aujourd’hui un parachutage électoral. Car le ministre n’a aucune attache dans la région, et les candidats locaux ne manquent pas à la succession de Marrast. Seulement le département des Landes a les faveurs du couple impérial : de la plantation de la forêt de pins au dynamisme balnéaire de Biarritz, la Gascogne doit beaucoup à Napoléon III et à son épouse, qui viennent chaque année se ressourcer aux bains de mer de la Côte d’Argent. Il s’agit donc d’un département prestigieux, et un ministre n’est pas de trop pour venir illustrer de son aura régalienne le groupe des notabilités qui siègent à l’assemblée locale. D’autant plus que le département intéresse aussi le ministre de l’Instruction publique, qui a fait du tout nouveau lycée de Mont-de-Marsan un établissement modèle d’enseignement spécial, qu’il est venu inaugurer en grande pompe l’année précédente, le 15 octobre 1866, en compagnie de toutes les autorités administratives et religieuses locales. Or cette création a suscité une certaine hostilité de la part des propriétaires fonciers de la région, qui ne voient guère d’intérêt à cette création, et rechignent, au sein justement du conseil général, à accorder les fonds nécessaires au fonctionnement du lycée. Autant dire que l’implantation du ministre lui-même au sein du sénat local serait à la fois un signe fort de l’importance attribuée par le régime à ce département modèle en termes d’aménagement du territoire, et un moyen pour Victor Duruy de surveiller de près l’évolution du lycée30.

  • 31 Journal des Landes, 1er août 1867. Autres articles les 28 juillet et 4 août.
  • 32 Ibid., 8 août 1867. Détail des chiffres : 4991 inscrits dans le canton, 3203 votants, 3166 suffrag (...)
  • 33 Comptes rendus dans Journal des Landes, 29 septembre, 3 et 10 octobre.

12Candidat unique et officiel, Victor Duruy est abondamment soutenu par un Journal des Landes qui s’occupe gracieusement de sa propagande, particulièrement peu subtile. Dans des articles au ton sans équivoque, le journal se félicite de cette candidature et en espère d’importantes retombées. D’autant que le ministre, dont le « passage aux affaires publiques laissera dans l’histoire un sillon d’une lumière ineffaçable », a déjà fait beaucoup, avec la création du lycée, pour le département, lequel se doit « de payer une dette de cœur31 ». Le résultat est sans surprise : lors du scrutin des 3 et 4 août, Victor Duruy obtient pas moins de 98,8 % des suffrages exprimés – mais seulement 63,4 % des voix des inscrits, l’abstention ayant été de 36 % à une élection sans grand enjeu et dont le résultat est gagné d’avance32. L’élu en est-il heureux ? Il ne daigne pas se présenter lors de l’ouverture de la session, bien qu’il ait été nommé le 14 août vice-président de l’assemblée, présidée par le comte Walewski lui-même. Il est vrai que le ministre est alors en tournée d’inspection dans l’Ouest – la même tournée qui l’empêche d’assister le 19 septembre au banquet des anciens élèves de l’École normale de Versailles. Le 23, il est ainsi à Rennes et, après avoir visité Napoléonville et Nantes, arrive enfin à Mont-de-Marsan le 28, satisfaisant ainsi l’impatience mal dissimulée du Journal des Landes. C’est trop tard pour la session du conseil général, mais le ministre n’en est pas moins reçu avec tous les honneurs dus à son rang. Autorités municipales, préfectorales, académiques, religieuses, l’accueillent avec tout le protocole nécessaire. Son séjour est consacré à la visite du lycée, évidemment, mais Duruy préside également, en tant que conseiller général, une réunion des maires locaux sur les chemins vicinaux. C’est d’ailleurs pour lui l’occasion de les remercier pour leur rôle dans son élection. Il reçoit également de nombreuses visites et assure de son dévouement à la cause du département qui l’a élu. Le maire, le député, le préfet, le convient tour à tour à déjeuner ou dîner. Arrivé le samedi matin, il repart le mercredi suivant pour rejoindre l’empereur à Biarritz, non sans avoir, au passage, consacré une petite heure à la visite de l’École normale de Dax33.

13Victor Duruy ne dit pas dans ses Notes et souvenirs qu’il fut pendant trois ans vice-président puis président du conseil général des Landes. Pire, il ose même affirmer : « je n’ai jamais fait de candidature officielle, c’est-à-dire imposé à un collège électoral, par la pression administrative, un préféré du gouvernement ». Il est difficile de penser qu’au moment d’écrire ces lignes, en 1890, soit plus de vingt ans après son élection, Victor Duruy ait oublié ce fait important de sa vie. Il y a là un évident mensonge par omission, un voile pudique jeté sur son passé. N’ayant de cesse, dans ses Mémoires, de se présenter comme un ministre libéral en rupture avec le système impérial et ses tenants les plus conservateurs, il ne pouvait évoquer les bénéfices qu’il tira lui-même, à partir de 1867, de ce même système. Car avec cette élection, avec sa participation pleine et entière à la propagande menée par le régime à l’occasion de l’Exposition, avec la caution qu’il apporte au système, si reproché ensuite au second Empire, de la candidature officielle – qu’il semble sur le moment largement approuver en remerciant les maires de leurs interventions dans la campagne – il se pose bel et bien, désormais, comme un cacique du régime. Et, au moment de laisser sa propre version de son parcours, il ne pouvait bien sûr s’en vanter. On ne saurait pour autant taxer Victor Duruy d’être un opportuniste ou un profiteur. En s’engageant résolument en 1867 sur les voies tortueuses du système impérial, il semble plutôt suivre la même logique que celle qui l’a poussé en 1863 à accepter de servir un régime qu’il avait pourtant au départ rejeté : il s’agit de se donner toutes les chances pour réussir les réformes, et notamment de gagner en légitimité aux yeux des milieux du pouvoir, en s’éloignant par tous les moyens de la situation marginale dans laquelle il était longtemps resté cantonné. Le calcul semble juste : la résistance qu’il oppose aux troubles qui agitent, dans les mois qui suivent, l’équipe de la rue de Grenelle, montre qu’en effet, il est solidement installé au sein de l’équipe gouvernementale. Mais, alors que les principales réformes ont été tant bien que mal menées à terme, avec souvent des résultats bien en deçà des espérances qu’il avait nourries, on peut se demander si cette stratégie d’intégration n’intervient pas, tout simplement, un peu trop tard.

L’affaire de l’Observatoire

  • 34 AN : 45AP/1 (6 novembre 1867).
  • 35 Sur la relation entre Louis Pasteur et Victor Duruy, voir dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit.,(...)
  • 36 Francisque Bouillier, Souvenirs d’un vieil universitaire, Pigelet, 1897, p. 30-31 ; R. Vallery-Rad (...)

14La rentrée de 1867 est plutôt difficile pour le ministre de l’Instruction publique qui, après l’intermède des vacances et de l’Exposition universelle, retrouve les dossiers épineux des derniers mois. L’agitation reprend à l’école de médecine, sur fond de problème italien au moment de la victoire franco-papale à Mentana, le 3 novembre ; de nouveaux chahuts se produisent, aux cris de « Vive Garibaldi ! », et de nouvelles mesures disciplinaires doivent être prises34. À l’École normale, l’affaire Lallier trouve un dénouement difficile. La rentrée a lieu normalement le 15 octobre ; mais Nisard et Pasteur, dont l’autorité a été totalement remise en cause dans la presse, et qui sont incriminés au sein même du ministère par Arsène Danton, hostile depuis le début à leur gestion de la crise, doivent être sacrifiés. La destitution de Nisard ne semble guère poser de problème au ministre, qui n’a jamais trouvé en lui de soutien fidèle. En revanche, priver Pasteur de son poste s’avère plus difficile. Il s’agit un effet d’un proche. Dès août 1863, le savant a pris contact avec le ministre pour le mettre au courant de ses recherches et de ses besoins, trouvant immédiatement en lui un soutien actif et résolu : Victor Duruy l’a aidé à fonder à l’École normale des Annales scientifiques, lui a trouvé des financements, et s’est informé régulièrement de l’état d’avancement de ses travaux. L’été 1866 marque un moment de rapprochement affectif entre les deux hommes. Pasteur vient de perdre sa fille Cécile, le 23 mai, et Victor Duruy, qui a lui aussi vu mourir la sienne l’année précédente, lui apporte son soutien moral, d’autant plus que son autre fille Hélène, était l’amie de celle du savant35. En octobre 1867, donc, en dépit de ces relations amicales, Pasteur doit être sacrifié sur l’autel de la dignité universitaire, en même temps que Désiré Nisard. C’est Francisque Bouillier qui prend la tête de l’École, ultime promotion d’un fonctionnaire particulièrement favorisé par Victor Duruy, qui en avait déjà fait un recteur et un inspecteur général. Comme sous-directeur, on lui adjoint Bertin-Mourot, un ami de Pasteur36. Ce dernier est par ailleurs nommé professeur de chimie à la Sorbonne ; ses relations avec le ministre ne se trouvent pas gâtées outre mesure par l’affaire de l’École normale, et, d’ailleurs, leur collaboration se poursuit, intacte, dans les mois qui suivent, dans le cadre de la réforme de l’enseignement supérieur.

  • 37 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 120.
  • 38 NS II, p. 242.
  • 39 Ibid., p. 13 ; BI : Papiers de Victor Regnault (Ms. 2936) et Le Verrier (Ms. 3710).

15Si Victor Duruy a su préserver sa relation avec Pasteur en dépit d’une grave crise d’ordre professionnel, il n’en est pas de même avec Urbain Le Verrier, connu pour son caractère difficile. Les relations entre les deux hommes s’annonçaient mal, il est vrai, dès le début du ministère, l’astronome ayant jugé la nomination de l’historien « un choix de caprice et de fantaisie ». C’est que Le Verrier semblait avoir des prétentions à succéder à Rouland. Découvreur de Neptune, il est un astronome mondialement reconnu ; très tôt rallié au prince-président, il a été nommé sénateur dès la première fournée de 1852. Sa légitimité scientifique et politique est donc solide. Il est par ailleurs membre du Conseil impérial de l’Instruction publique et y a exercé, en compagnie de Nisard et Dumas, une influence majeure sous Fortoul, puis sous Rouland, au sein de ce que Cournot appelait le « triumvirat37 ». Aussi Le Verrier, vexé, menace-t-il de démissionner de la direction de l’Observatoire. Et, lorsque le nouveau ministre effectue sa première visite à l’établissement, il est fraîchement reçu par la femme de l’astronome qui lui demande non sans insolence : « C’est donc vous, monsieur, qui avez le droit de nous chasser d’ici ?38 ». En dépit donc de débuts crispés, les difficultés s’aplanissent entre les deux hommes et Victor Duruy parvient à obtenir la collaboration du savant. Il le nomme en juillet 1863 à la commission chargée de procéder à la comparaison des mètres types français et prussien. Le Verrier s’implique dans la campagne de cours d’adultes et dans celle des conférences libres d’enseignement supérieur, et se voit également sollicité pour la constitution du fonds de matériaux scientifiques de l’école de Cluny39. Mais tout change à la rentrée de 1867, car la gestion particulièrement autoritaire de l’Observatoire suscite de plus en plus de mécontentement. Craignant de voir un nouveau scandale se dérouler au sein d’un établissement de l’enseignement supérieur, après les troubles des facultés et de l’École normale, et alors qu’il doit mettre sur les rails la seule réforme qu’il n’a pas encore lancée, celle du haut enseignement, le ministre prend la décision de mettre en application une clause du règlement de l’Observatoire de 1854 qui n’était jamais entrée dans les faits, et crée une commission bisannuelle chargée d’examiner la situation de l’établissement. Le 17 octobre, deux jours après la nomination de la nouvelle équipe dirigeante de l’École normale, il en informe personnellement son collaborateur.

  • 40 Lucile Le Verrier, Journal d’une jeune fille Second empire (1866-1878), Zulma, 1994, p. 42, 45, 49 (...)
  • 41 NS II, p. 246 ; David Aubin, « La Métamorphose des éclipses de soleil », La Recherche, no 321, jui (...)

16Immédiatement, l’irascible astronome en fait une affaire personnelle. Commence alors un échange de lettres dans lesquelles Le Verrier accuse le ministre de faire le jeu de ses ennemis. Ce dernier s’en défend, tentant au début de le convaincre de l’intérêt de la commission et de préserver par un ton conciliant la cordialité qui les unissait jusque-là. Mais les réponses toujours plus vindicatives du scientifique finissent par lui faire perdre patience. Après une dernière lettre vainement cordiale, le ministre décide de changer de ton et d’imposer décidément sa volonté. « Je ne puis admettre que vous récusiez une commission que le Ministre [sic] a nommée non seulement dans la plénitude de son droit, mais sous la pression de son devoir », lance-t-il, avant de rappeler que « nul n’est assez grand pour se mettre au-dessus de la loi ». Ainsi les relations entre les deux hommes ont-elles définitivement tourné à l’aigre, et la rupture est désormais consommée. Le journal de la fille de Le Verrier est d’ailleurs tout à fait éclairant sur l’animosité de la famille de l’astronome vis-à-vis du ministre qui les « persécute40 ». Dans les semaines suivantes, le ton de leurs échanges, purement administratif désormais, est tout à fait glacial. Et le ministre va jusqu’à adresser à son subordonné, tout découvreur de Neptune qu’il est, une sévère réprimande, alors qu’il a fait publier une brochure pour présenter sa défense, sans y avoir été autorisé. La commission se réunit, en l’absence du directeur, qui refuse de communiquer avec elle et porte même l’affaire au Conseil d’État. L’affaire traîne jusqu’au printemps 1868. L’impératrice elle-même s’émeut de cette situation. Victor Duruy va jusqu’à s’inquiéter de la possibilité pour la France de mettre au point une campagne scientifique visant à aller observer une éclipse solaire qui doit se produire en août et sera observable de l’Indochine récemment conquise, éclipse exceptionnelle de six minutes pour laquelle les scientifiques anglais sont déjà préparés lorsque le directeur de l’Observatoire semble, par bouderie, vouloir saborder l’expédition française, en jouant des rivalités entre son établissement et le Bureau des Longitudes d’une part, entre officiers de la Marine et astronomes professionnels d’autre part. Finalement, le Conseil d’État donne raison au ministre, et la mission a lieu, dans le cadre de deux expéditions de cinq astronomes qui pourront ainsi vérifier l’origine des protubérances observées à la surface du Soleil41.

La bataille cléricale (fin 1867-été 1868)

La question de l’enseignement secondaire féminin

  • 42 J. Maurain, La Politique…, op. cit. ; Françoise Mayeur, « Les Evêques français et Victor Duruy : l (...)

17La fin de 1867 est marquée pour Victor Duruy par le déclenchement de la plus grave crise de son ministère, liée à la création d’un enseignement secondaire féminin, et qui a déjà fait l’objet d’études précises42. Elle s’inscrit dans la droite ligne des mesures prises au cours de l’année 1867 pour remettre en cause les positions de l’Église dans l’enseignement. Cette question est soulevée par Jules Simon au mois de mars 1867, au Corps législatif. Le député républicain pointant du doigt les lacunes de l’offre publique en la matière, le ministre annonce justement son intention d’agir. Durant tout l’été, il consulte à ce sujet les corps d’inspection et les recteurs. Il tente également une expérience à Orléans : le proviseur ouvre des cours d’enseignement secondaire pour les jeunes filles de la bourgeoisie locale. L’évêque de la ville, Mgr Félix Dupanloup, tente de dissuader le fonctionnaire, mais celui-ci reçoit ses consignes directement du ministre. Ce dernier, fort de cette première expérience et du résultat de ses consultations, peut alors préparer cette nouvelle campagne. Le 30 octobre, une circulaire est envoyée aux recteurs, dans laquelle le ministre annonce son intention de fonder, dans l’orbite de l’Université, des cours secondaires pour les jeunes filles. Le risque est grand, car l’éducation des demoiselles de la bourgeoisie catholique relève encore alors de la prérogative quasi exclusive de l’Église romaine. L’Etat ne possède en la matière que trois établissements, les maisons d’éducation de la Légion d’honneur, qui n’accueillent qu’un public extrêmement limité et ne sauraient constituer la base d’une véritable filière. À l’inverse, les établissements privés sont nombreux, institutions ou pensionnats de jeunes filles, juridiquement et pédagogiquement séparés des écoles primaires de filles depuis la Restauration, dynamiques sous la monarchie de Juillet mais oubliés par la loi de 1850. Aussi cet enseignement était-il plus ou moins laissé à l’abandon par les autorités, et, de Jules Simon à Mgr Dupanloup, bien des spécialistes s’en inquiétaient. Victor Duruy tient lui aussi à s’emparer de la question, et l’affirme à l’empereur dès le début du ministère. Mais c’est pour des raisons moins pédagogiques que politiques qu’il veut agir, souhaitant avant tout retirer cet enseignement des mains de l’Église. Dans cette optique, une enquête avait été effectuée dès juillet 1864 dans les pensionnats de jeunes filles.

  • 43 Sur la vision des femmes chez Victor Duruy, JCG, vol. III, p. 1220-1225.
  • 44 Claude et Françoise Lelièvre, Histoire de la scolarisation des filles, Paris, Nathan, Repères péda (...)

18Ce sont pourtant les considérations pédagogiques qui sont au cœur de la circulaire du 30 octobre 1867. Dans tout son message, il affirme sa volonté de créer une suite à l’enseignement primaire des filles. Il prône ainsi la création de classes de persévérance, le développement de cours professionnels et, surtout, le lancement d’un véritable enseignement secondaire féminin. Ses ambitions, pour la femme, sont de « fortifier son jugement et [d’]orner son intelligence », de lui « apprendre à gouverner et à se mettre en état de porter avec un autre le poids des devoirs et des responsabilités de la vie ». On retrouve dans ce discours bien des déterminismes, bien des clichés sur la femme portée au « sentiment religieux » et « aux entraînements de l’imagination », dont il faut absolument cadrer le développement intellectuel pour limiter les effets de la passion et de la légèreté. C’est que Victor Duruy est un homme de son temps, sexiste comme on pouvait l’être au XIXe siècle, un homme qui fait du « grand labeur de la maternité », la « principale fonction » des femmes, un historien qui pointe du doigt les conséquences fâcheuses de l’influence féminine dans les gouvernements43. Claude et Françoise Lelièvre ont ainsi montré que ses projets en matière d’enseignement féminin ne constituent en aucun cas un progrès pour la cause des femmes, et que s’il a lancé cet enseignement, c’était non pour encourager l’émancipation, politique ou autre, de la femme, mais seulement pour « lui mieux faire remplir sa mission dans les classes dirigeantes44 ». Ici comme en matière d’enseignement primaire, derrière l’image de modernité se cache en réalité un évident souci de conservation.

19Reste à fixer le cadre pédagogique de cet enseignement. C’est ce à quoi s’emploie la circulaire du 30 octobre 1867, suivie d’une seconde le 2 novembre. Au modèle du pensionnat, inspiré des maisons de la Légion d’honneur ou des institutions privées, beaucoup trop coûteux, est préférée la formule, plus souple et moins chère, des cours, sur le modèle de ceux qui existent dans le secteur privé. Victor Duruy instaure, dans le cadre cette fois de l’Université et de son personnel enseignant, un véritable cursus, sur trois ou quatre ans, composé d’une ou deux leçons par jour pendant six à sept mois par an, avec des compositions mensuelles, des devoirs remis par les élèves, des examens de fin d’année et, au terme du cycle, un diplôme. Les cours sont calqués sur le programme de l’enseignement spécial : une instruction littéraire générale – sans latin – complétée par des langues vivantes, le dessin et des démonstrations pratiques de vérités scientifiques. Ils s’adressent aux jeunes filles de bonne famille ; ils sont payants, et les demoiselles doivent s’y rendre avec leur mère ou leur gouvernante. Ils se déroulent dans un local de l’hôtel de ville ou un édifice communal, ce qui les place, comme les cours d’adultes, dans un cadre municipal – car Victor Duruy tient à ce que l’Université n’apparaisse pas comme la source exclusive de l’expérience.

  • 45 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Administration du Grand Dictionnaire (...)
  • 46 BAIP, 1867, II, p. 553-554.
  • 47 Cité dans J. Rohr, op. cit., p. 168.

20Les circulaires passent au départ totalement inaperçu. L’attention de l’opinion est alors accaparée par la question romaine. Mais le 16 novembre, Mgr Dupanloup, déjà prévenu durant l’été contre les tentatives de cours féminins lancés dans sa ville d’Orléans, publie une brochure particulièrement sévère, M. Duruy et l’éducation des filles, dans laquelle il fustige ce qu’il voit comme une tentative de perversion des jeunes filles de bonne famille, et critique sévèrement la gestion calamiteuse de l’enseignement depuis quatre ans. Le ton montre toutes les rancœurs accumulées depuis 1863, rancœurs qu’aucune mesure d’envergure contre les prérogatives ecclésiastiques n’avait permis d’extérioriser, et que l’attaque en règle contre le dernier bastion pédagogique de l’Église catholique permet désormais de faire éclater au grand jour. L’appel de Mgr Dupanloup provoque ce que Pierre Larousse nomme une véritable « levée de crosses épiscopales45 ». En quelques jours, une trentaine de prélats écrivent des lettres de soutien à l’évêque d’Orléans, et, en tout, une cinquantaine d’évêques interviendront, relayés par les feuilles cléricales qui ne manquent pas de fustiger dans le ministre un adversaire de la religion, de la morale et de l’ordre social. Aussi la campagne des cours, qui a commencé à la rentrée d’octobre, doit-elle affronter les tentatives de sabotage des milieux cléricaux, notamment de la hiérarchie ecclésiastique qui multiplie les pressions locales, et de la presse cléricale qui se déchaîne contre la mesure. Face à cette levée de boucliers, la rue de Grenelle contre-attaque. En quelques semaines, dix-sept communiqués sont envoyés aux journaux cléricaux, tandis que le Bulletin administratif est mis au service de la campagne ministérielle, en montrant par exemple que de nombreuses écoles libres de filles étaient tenues par des ecclésiastiques hommes – ce qui est une réponse, par la statistique, à l’argument de ses contradicteurs qui affirmaient qu’il était immoral de donner des professeurs hommes à des jeunes filles46. En outre, le ministre inspire une brochure, intitulée Mgr Dupanloup devant l’opinion publique, dans laquelle sa politique est justifiée, et l’évêque d’Orléans présenté comme « un vaillant soldat d’une cause perdue47 »… Par ailleurs il mobilise, face au clan Dupanloup, de nombreux soutiens : l’impératrice envoie ses nièces aux cours de la Sorbonne, les ministres Magne et Moustier font de même avec leurs filles, la princesse Mathilde et Sainte-Beuve témoignent de leur sympathie à la campagne. Les partisans habituels du ministre se mobilisent, des savants comme Pasteur ou Fabre prenant en charge les cours, et les journaux libéraux croisant chaque jour le fer avec les feuilles cléricales dans une campagne de presse des plus virulentes. Le ministre peut compter jusqu’au soutien de Théodore de Banville qui, en janvier 1868, fustige dans son poème « Cher Monseigneur », l’intransigeance cléricale de Dupanloup.

  • 48 AN : F17*/1871 (9 et 11 décembre 1867).
  • 49 Cité dans S. Horvath-Peterson, op. cit., p. 59 ; NS I, p. 368-369 ; J. A. Foulon, op. cit., p. 360 (...)

21Dans ce contexte, la session du Conseil impérial de l’Instruction publique qui s’ouvre le 9 décembre s’annonce difficile. Mais contre toute attente, le climat y est plutôt à l’apaisement. Du côté du ministre d’abord : il se défend d’avoir voulu attaquer l’Église, et proclame au contraire que sa seule ambition était d’encourager les cours libres à se développer48. Face à lui, les évêques du Conseil sont également conciliants, Mgr Meignan, mais surtout Mgr Darboy, l’archevêque de Paris, avec qui il entretient de bonnes relations : ils se sont connus à Henri IV, l’un comme professeur, l’autre comme aumônier,, ont failli collaborer dans le cadre de l’« Histoire universelle » et c’est le prélat qui a donné à la fille aînée de Victor Duruy, Gabrielle, sa première communion et sa confirmation, peu de temps avant sa mort, en 186549. Victor Duruy racontera sans ses Mémoires que leurs relations étaient « intimes », qu’il passait souvent « la soirée à son hôtel » – l’archevêché de Paris siégeant alors rue de Grenelle, non loin du ministère de l’Instruction publique – et ne manquait pas une occasion d’accompagner le prélat dans ses visites religieuses aux lycées. Mgr Darboy joue donc l’apaisement, comme il l’avait fait d’ailleurs le 24 novembre dans un discours neutre et conciliant à la messe solennelle de rentrée à l’église Sainte-Geneviève. Il regrette les polémiques nées de l’affaire, réprouve les attaques injustes contre les circulaires et défend le ministre tout autant que Dupanloup. Ce dernier toutefois n’accepte pas cette conciliation et, pour bien appuyer le manque de représentativité de Meignan et Darboy, il montre dans une Seconde Lettre sur M. Duruy et léducation des filles, que l’opposition à la réforme ne vient pas que des évêques radicaux, mais aussi en partie des milieux gallicans, voire gouvernementaux. La situation du ministre est donc fragile, d’autant qu’en janvier 1868 arrive la condamnation officielle du Saint Siège devant l’entreprise du ministre de l’Instruction publique.

Le compromis impossible : la liberté de l’enseignement supérieur

  • 50 Le procès-verbal de la discussion sur ce projet de loi ne se trouve pas dans les registres conserv (...)
  • 51 AN : 45AP/1 (17 février 1868) ; J. Maurain, La Politique…, op. cit.
  • 52 NS II, p. 38-42.

22Le hasard du calendrier fait qu’au beau milieu de la crise, rebondit la question de la liberté de l’enseignement supérieur. La pétition Giraud, déposée au mois de juillet précédent après les débats du printemps sur le matérialisme de l’école de médecine, est étudiée par le Sénat rentré en session au début du mois de décembre. Sollicité par le rapporteur de la commission, le gallican Gustave Chaix d’Est-Ange, le ministre essaie de s’entendre avec Rouher. Trois ans plus tôt on s’en souvient, le projet, allant en ce sens, qu’il avait proposé au gouvernement s’était conclu par une fin de non-recevoir. Tentant cette fois d’obtenir le soutien du « vice empereur », Victor Duruy décide de saisir de la question le Conseil impérial, mais de façon confidentielle, car le sujet est sensible, et en plein débat sur les cours secondaires, il ne tient pas à mettre sur la place publique cette nouvelle question épineuse. Peut-être en revanche espère-t-il que la liberté de l’enseignement supérieur sera une concession suffisante, un os à ronger pour les cléricaux qui, dès lors, abandonneront la lutte contre l’enseignement féminin. Mais la réaction du Conseil n’est pas celle qu’il attendait50. Le projet soulève beaucoup d’inquiétudes parmi les conseillers les moins cléricaux, notamment le président du Sénat, Trop long, et celui de la cour de cassation, Louis Bernard Bonjean, qui craignent de voir l’Église catholique pourvue d’une telle arme. Devant ces nouvelles critiques, dans l’autre camp cette fois, le ministre doit reculer. Pourtant, il n’a pas perdu tout espoir de calmer la fureur de l’épiscopat. Ainsi, lorsque, en janvier 1868, Pierre Jules Grenier soutient à la faculté de médecine une thèse d’esprit très matérialiste sur l’Etude médico-psychologique du libre arbitre humain, Victor Duruy forme un pourvoi devant le conseil académique et obtient l’annulation de la thèse, avant de réprimander personnellement le savant provocateur51 … Par ailleurs, passant outre les réticences du corps rectoral qui, consulté à son tour, émet des doutes sérieux, il relance le projet sur la liberté, en en appelant cette fois à l’empereur dans une lettre du 14 mars. Mais une nouvelle intervention de Léopold Giraud, qui réclame le même jour dans la Revue du monde catholique la liberté de l’enseignement supérieur, compromet irrémédiablement le projet : le proposer maintenant, ce serait donner l’image d’une capitulation devant les exigences cléricales. Le gouvernement refuse donc une deuxième fois et Victor Duruy, interpellé sur cette question au Corps législatif, doit arguer de la loi sur les réunions pour montrer que la liberté de l’enseignement supérieur est impossible à mettre en place52.

  • 53 L. Liard, op. cit., p. 303.
  • 54 H. Dabot, op. cit., p. 249-251.
  • 55 F. Mayeur, L’Education…, op. cit., p. 118-130.

23Cela ne fait que renforcer la détermination des cléricaux. Le 12 avril, Mgr Dupanloup fait paraître un troisième pamphlet, Les Alarmes de l’épiscopat justifiées par les faits et, un mois plus tard, le 17 mai, il écrit une lettre ouverte à Giraud, pour l’assurer de son soutien et l’encourager à poursuivre son action. Deux jours plus tard, s’ouvre finalement le débat au Sénat sur la pétition. Les discussions sont houleuses. Elles mobilisent les mêmes partisans et adversaires habituels de Duruy, de l’Université ou de l’Église : d’un côté, les cardinaux de Bonnechose et Donnet défendent la pétition et la liberté de l’enseignement supérieur, de l’autre, Sainte-Beuve et Michel Chevalier défendent la cause de la tolérance et la liberté de la science. Mérimée tente lui aussi d’intervenir pour interrompre Mgr Bonnechose. Charles Robert prend la défense des professeurs accusés, et le ministre lui-même intervient, cherchant non sans gêne la conciliation. La discussion a au moins le mérite d’aller au fond des choses : au-delà des doctrines enseignées à l’Université, et de l’état d’esprit de cette dernière, on débat en effet de la place de la religion dans la société53. Reconnaissant que certains professeurs font profession de matérialisme, mais refusant d’admettre que toute l’Université est touchée, il cherche à montrer que le spiritualisme chrétien n’a jamais été aussi puissant dans la société, et affirme son souhait de voir proclamer la liberté de l’enseignement supérieur. S’il obtient finalement gain de cause, puisque la pétition est rejetée, le vote du Sénat est loin de signifier la fin des tensions. Dès le lendemain du vote, de nouveaux troubles éclatent à la faculté de médecine, les invectives fusent contre Giraud et Dupanloup54. Les professeurs dénoncés sont ovationnés, et reçoivent les félicitations de Sainte-Beuve. Ces six mois d’intenses débats se terminent par un échec pour Victor Duruy. Ou plutôt par plusieurs échecs. D’abord, sur le projet de liberté d’enseignement supérieur, définitivement enterré (du moins jusqu’à la fin de son ministère). Ensuite et surtout, échec concernant les cours secondaires. En dépit de quelques brillantes réussites, notamment à Paris, et d’une publicité largement assurée par le Bulletin administratif de l’Instruction publique, en dépit du zèle des professeurs et fonctionnaires mobilisés (ainsi le recteur Maggiolo dans l’académie de Nancy) et du soutien de grandes figures du régime, la campagne cléricale a eu son effet : la tentative a été sabotée. L’opposition orchestrée par Dupanloup ne fait pas tout cependant ; Françoise Mayeur a montré le faisceau de facteurs qui entraînent finalement le semi échec de l’expérience55, notamment la mauvaise organisation des cours.

Un ministre ébranlé

  • 56 J. Campagne, « La Croisade contre M. Duruy », L’Union des professeurs. Journal des intérêts classi (...)
  • 57 Jules Philippe, Réformez l’éducation ! Requête présentée par quelques citoyens à M. Duruy, ministr (...)
  • 58 NS II, p. 108 sq.
  • 59 EL, p. 152-153.
  • 60 Emile Zola, « Causerie », La Tribune, 5 juillet 1868, cité dans H. Mitterand, dir., Emile Zola. Œu (...)
  • 61 J. Rohr, op. cit., p. 171.
  • 62 Eric Anceau, Napoléon III. Un Saint-Simon à cheval, Tallandier, 2008, p. 458.
  • 63 C. Sainte-Beuve, op. cit., t. XVII, p. 177.
  • 64 EL, p. 152-153.

24Alors que Victor Duruy termine au printemps 1868 sa cinquième année de ministère, sa position n’a jamais été aussi fragile. Si L’Union des professeurs prend la défense du ministre, exposé « à tous les tourments, réservés à ceux qui devancent l’esprit de leur époque56 », et si certains fonctionnaires « obscurs » lui apportent son soutien, comme Jules Philippe, membre du bureau d’administration du collège d’Annecy et de plusieurs sociétés savantes57, ils représentent de bien maigres appuis face aux pressions que subit le ministre au sommet de l’État. Au gouvernement, tout d’abord, des signes d’impatience se sont manifestés. Magne et Moustier lui ont apporté leur soutien pour les cours de jeunes filles, mais leur présence au gouvernement est récente, leur poids politique encore limité. À l’inverse, le pieux ministre de l’Intérieur Ernest Pinard, nommé le 13 novembre précédent, semble décidé à limiter le recours au communiqué, dont Victor Duruy use et abuse pour occuper le terrain du débat public58. Le souverain lui-même ne fait pas preuve d’une grande énergie pour défendre et soutenir son ministre de l’Instruction publique59 ; commence-t-il à avoir des doutes quant à l’utilité de garder Victor Duruy au gouvernement ? Non seulement il est loin de lui avoir rallié l’opinion libérale, mais, en plus, il représente un danger pour le soutien catholique au régime – soutien dont celui-ci ne peut se priver à l’heure où les oppositions se font de plus en plus virulentes. Les cléricaux lui sont en effet désormais foncièrement hostiles. Une anecdote, rapportée par le jeune Emile Zola, témoigne de la diabolisation dont il est victime : « On raconte que, pendant un de ses récents voyages, M. Duruy a été l’objet d’un examen attentif et effrayé de la part de deux frères ignorantins qui tournaient anxieusement autour de lui, pour voir si un bout de queue ne passait pas entre les basques de l’habit brodé60 ». Le ministre de l’Instruction publique ne cesse pourtant au début de 1868 de donner des gages de sa volonté d’apaisement. Mais il est prisonnier de ses partisans et de l’ambition libérale – et maintenant explicitement anticléricale – qu’on lui prête, parfois à tort61. Il est en fait dépassé par le mouvement qu’il a initié, comme on pouvait s’y attendre dès l’été 1863 et, en dépit de ses efforts de conciliation, il n’a été ni entendu, ni compris. Aussi sa situation est-elle désormais instable, même si sa voix semble encore compter puisqu’il est, en février 1868, de ceux des ministres qui parviennent à convaincre l’empereur d’engager la libéralisation de la presse62. Le 23 mars 1868, Sainte-Beuve écrit à la princesse Mathilde : « on dit Duruy très menacé et à la veille de partir », et l’encourage à faire pression pour que le ministre soit maintenu à son poste afin d’éviter de nouvelles concessions cléricales63. Et l’historien lui-même commence à sentir le vent tourner : « les embarras ne sont que pour moi, écrit-il au comte Benedetti, ambassadeur de France à Berlin, au début du mois de mai 1868 : et l’Empereur les fera disparaître en me renvoyant. » De cette conscience des menaces quant à son avenir politique, ses proches se portent témoins : « nous sentions très bien au ministère de l’Instruction publique que nous étions en l’air, se souvient Ernest Lavisse, et qu’un jour il faudrait descendre tout d’un coup64 ».

  • 65 NS I, p. 271-273.
  • 66 AIP, p. xi ; M. de Salve, Création du lycée de Galata-Séraï à Constantinople sous les auspices du (...)

25En attendant, le ministre reste à son poste et se consacre à d’autres domaines. L’apaisement de la campagne cléricale l’y aide. L’année 1868 voit ainsi l’aboutissement d’un projet ancien, qu’il formule pour la première fois à l’été 1866 : la création d’un lycée français dans l’Empire ottoman. Le Sultan Abd ul Aziz, depuis son accession au trône en 1861, mène une active politique visant à renforcer les infrastructures scolaires turques, notamment pour les élites. Les modèles étrangers sont sollicités. Or Victor Duruy a conçu depuis longtemps déjà un vaste plan de création d’un réseau d’établissements scolaires en méditerranée orientale, afin d’y renforcer la présence culturelle de la France65. Grâce à l’entremise de l’ambassadeur Bourée, qui négocie directement avec le ministre des Affaires étrangères Fuâd Pasha et le Grand Vizir Âlî Pasha, le projet avance ; en avril 1868, Victor Duruy envoie à Istanbul un professeur de sciences du lycée d’Angoulême, Alfred Levistal – dont il avait sûrement fait la connaissance lors de sa tournée d’inspection en avril 1863 – afin d’organiser la création de l’établissement. Dès le 1er mai, les inscriptions d’élèves commencent. Levistal obtient de l’État ottoman les locaux nécessaires, ceux d’un bâtiment de caserne dans le quartier du Galatasaray, dans le nord de la ville, recrute le personnel et, le 1er septembre 1868, le lycée ouvre officiellement ses portes. Les débuts sont difficiles : les « Jeunes Ottomans » contestent cette expérience d’enseignement étranger, et l’établissement a du mal à trouver les 600 élèves prévus. Mais, dès 1869, ce chiffre est dépassé et, rapidement, le lycée s’impose comme une école de formation des élites ottomanes. En revanche, les projets de tels établissements à Alexandrie, à Corfou, à Bucarest, ainsi qu’un autre prévu à Londres, n’aboutissent pas, et la politique de Victor Duruy visant à promouvoir le rayonnement culturel de la France est un échec66.

  • 67 NS I, p. 265-266.
  • 68 Bruno Théret, « Les Dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévalu (...)
  • 69 F. Roux, op. cit., p. 145-153.

26Le mois de juillet 1868 voit également le retour de l’enseignement spécial dans les préoccupations de l’équipe de la rue de Grenelle67. Jusqu’à maintenant, celui-ci avait été financé sans aucune intervention du budget de l’État. Or ce fonctionnement n’est plus possible en 1868, près de deux ans après l’ouverture de l’école de Cluny, où les travaux ne sont toujours pas terminés, les expropriations toujours pas achevées, faute de moyens. Profitant du succès des deux premières années de l’établissement, le ministre demande donc qu’un crédit de 200 000 francs lui soit accordé. La commission du Corps législatif juge inutile de financer un établissement qui, justement, fonctionne bien… La réaction est emblématique de la faible considération accordée par les milieux politiques à l’Instruction publique, qui se manifeste surtout en matière budgétaire. Quand Victor Duruy arrive au ministère, l’État ne consacre que 1,1 % de ses dépenses à l’éducation, celle-ci étant prise en charge, aux deux tiers, par les collectivités locales. Soutenu par tout un courant d’opinion, le ministre parvient, à force d’obstination, à faire passer son budget de 26 à 37 millions de francs entre 1863 à 1869, inaugurant une période de hausse des moyens qui trouvera son apogée avec les républicains après 1880. Mais l’évolution des chiffres durant le ministère, irrégulière, discontinue, témoigne de la difficulté qu’il a eue à obtenir les moyens de son action68. L’affaire du crédit pour l’école de Cluny en 1868 en est la preuve. Face aux réticences des députés, Victor Duruy doit préciser l’objet de la demande de crédit (non de nouvelles acquisitions, mais des travaux et des appropriations) et invoquer la menace de fermeture de la troisième année si le crédit n’est pas voté – ce qui reviendrait à condamner l’école. Finalement, le crédit est accordé69.

27Mais une nouvelle opposition vient de se révéler : les membres de la Commission les plus hostiles au crédit, son président Busson-Billaut, Segris, Louvet, sont tous des leaders du centre-droit, de ce tiers parti alors en pleine ascension. Un tiers parti libéral mais foncièrement conservateur et surtout très clérical. La tempête de 1867 à 1868, en imprimant dans les esprits l’image très excessive d’un Victor Duruy pourfendeur de la religion catholique, lui a aliéné une nouvelle partie de l’opinion publique et du champ politique. Or un nouveau scandale vient, à quelque temps de là, mettre le ministre dans une situation fâcheuse. Au mois d’août a lieu la traditionnelle cérémonie de remise des prix du concours général à la Sorbonne. Pour la deuxième fois, le prince impérial est invité à offrir leurs récompenses aux lauréats. Or l’un d’eux n’est autre que Godefroy Cavaignac, le fils de l’ancien homme fort de la République, mort en 1857, qui emporte le deuxième prix de composition grecque. Une rumeur se propage selon laquelle le prince impérial, au moment de remettre son prix au jeune Cavaignac, devait l’embrasser solennellement, au son de la fanfare jouant l’hymne impérial, Partant pour la Syrie. La mise en scène ainsi envisagée aurait donné une image forte, en effet, celle de la réconciliation, au sein des jeunes générations, entre les ennemis de la veille. Mais la famille Cavaignac a prévu une contre mise en scène : la mère de l’enfant lui a interdit de se lever. À l’appel de son nom, donc, le jeune homme reste sur son banc. Des murmures parcourent l’assistance, notamment dans les rangs des élèves du lycée Bonaparte. On appelle à nouveau le garçon : deuxième silence gênant. Le ministre doit attendre sur l’estrade avec le prince, couronne à la main. C’est un camouflet pour le régime. Sous les yeux ébahis du préfet Haussmann, de l’archevêque de Paris, des notabilités et des centaines d’élèves, réunis pour l’occasion, avec leurs familles, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, un garçon de quinze ans humilie, par son refus, et l’héritier de la dynastie, et le ministre de l’Instruction publique.

  • 70 Nadar, Simple Lettre d’un petit de sixième à l’élève de seconde Cavaignac, A. Le Chevalier, 1868, (...)
  • 71 Le Charivari, notamment les numéros des 19 novembre 1867, 14 et 15 août, 22 août, 20 septembre, 17 (...)

28Avec l’exemple de cet élève récalcitrant, c’est une preuve de la persistance d’une opposition intransigeante à toutes les tentatives de séduction opérées par le régime dans le cadre de la libéralisation. C’est aussi l’échec de l’Université à favoriser l’adhésion des jeunes générations au régime. Les comportements, jugés « indécents », des élèves du lycée Bonaparte en disent long sur l’atmosphère qui peut régner dans les lycées de la capitale, qui, à l’instar des facultés ou de l’École normale, peuvent apparaître comme des foyers d’opposition. Victor Duruy d’ailleurs fait retomber la faute sur le professeurs, qui, dit-il, « devraient s’appliquer à prendre plus d’influence sur l’esprit de leurs élèves » : ils sont exclus des listes de propositions du ministère pour la promotion de la Légion d’honneur du 15 août70. La presse s’empare évidemment de l’affaire, et on en parle jusque dans le Times de Londres. Le Charivari est emblématique du retournement qui se produit alors dans l’opinion progressiste. Lui qui applaudissait, de la plume et du pinceau, à la loi du 10 avril 1867 – au point de se faire traiter de journal « presque officiel » par L’Union – et qui lançait un « Courage, monsieur Duruy ! » au moment des attaques de Mgr Dupanloup en novembre, s’en prend désormais au ministre. « Aujourd’hui, on sait ce qu’il faut penser des goûts de liberté de M. Duruy », écrit Pierre Véron le 14 août et, le lendemain, le journal publie, avec le ton humoristique qui lui est habituel, deux projets de décrets de la rue de Grenelle, l’un interdisant les applaudissements lors de la cérémonie du concours général, l’autre imposant à chaque élève un serment préalable (« Je jure, sitôt mon nom proclamé, de me précipiter vers l’estrade officielle, de la gravir avec le plus vif empressement et de recevoir avec enthousiasme l’accolade qu’on voudra bien me donner ») serment sans lequel les devoirs des élèves contestataires pourraient être déclarés « inconstitutionnels ». Désormais, Le Charivari est, lui aussi, clairement hostile au ministre, et n’en parle plus que de façon négative, pointant son illégitimité et allant même à le traiter, à mots couverts, d’eunuque71… On est loin donc en cet été 1868 de l’atmosphère enthousiaste de 1867, avec la loi sur l’enseignement primaire, l’Exposition universelle et le combat anticlérical. Il est vrai qu’en un an, la situation politique de l’Empire s’est dégradée, et le régime est en train d’emporter le ministre de l’Instruction publique sur la pente du discrédit politique.

La stimulation de la recherche

Une nécessité largement et anciennement reconnue

  • 72 Gaston Paris dans Le Haut Enseignement historique et philologique en France, H. Welter, 1894, 61 p (...)
  • 73 Louis Pasteur, « Le Budget de la science », Revue des études scientifiques, 1er février 1868, dans (...)
  • 74 Louis Girard, Napoléon III, Paris, Fayard, 1986, p. 62 et 202 ; Harry W. Paul, « L’Idée de recherc (...)
  • 75 NS I, p. 302-305 ; L. Pasteur Vallery-Radot, Oeuvres…, op. cit., p. 204, n. 1.

29Les débats autour de la question de la liberté de l’enseignement supérieur qui occupent le ministère, le Sénat et la presse au début de 1868 remettent à l’ordre du jour la question de la réforme des facultés et de la recherche, réforme plus ou moins enterrée en 1864 lorsque Victor Duruy avait dû abandonner une première fois son projet de liberté. Le débat lui, n’est pas mis en veilleuse, car les savants donnent de la voix, durant toute la décennie, pour réclamer une amélioration des conditions de la recherche scientifique. Les très optimistes rapports sur les progrès des sciences commandés à l’occasion de l’Exposition universelle ne sauraient en effet rassurer les savants : la critique contre les insuffisances de l’enseignement supérieur et de la recherche, déjà forte sous Fortoul, s’accentue sous le libéral Duruy ; elle est relayée par la presse, de la Revue des Deux Mondes à la Revue scientifique, en passant par la Revue politique et littéraire. Des historiens Ernest Renan et Gaston Paris aux chimistes Louis Pasteur et Adolphe Wurtz, en passant par le linguiste Michel Bréal, les savants français n’ont de cesse de réclamer plus de moyens et une meilleure organisation72. L’une des publications qui font le plus sensation est un article sans concessions publié par Pasteur le 1er février 186873 dans la Revue des études scientifiques, avec la bénédiction de Victor Duruy, toujours heureux de pouvoir sensibiliser l’opinion à la nécessité des réformes qu’il propose. Or, en la matière, et pour une fois, il obtient l’appui très officiel de Napoléon III, qui donne lui-même sans difficulté sa bénédiction impériale à la publication. Car le souverain, est, sur la question de la recherche scientifique, très impliqué. C’est l’un des rares domaines relevant du département de l’Instruction publique qui bénéficie explicitement et résolument de l’auguste intérêt74. Le 26 janvier suivant 1868, le couple impérial vient même visiter l’atelier de Pasteur à l’École normale, avant d’inspecter celui de Jamin à la Sorbonne. Peut-être l’Exposition universelle, par l’étalage des avancées techniques des voisins de la France, a-t-elle joué le rôle de déclic, d’autant que l’on sait par ailleurs que le souverain rencontra à cette occasion un ancien collaborateur de Jean-Baptiste Dumas, le chimiste allemand Justus von Liebig, père de la chimie agricole et du chloroforme. Quoi qu’il en soit, Napoléon III demande en janvier 1868 à son ministre un état des infrastructures parisiennes de recherche, avant de réunir, le 16 mars suivant, aux Tuileries, quelques membres de l’Académie des Sciences, Milne-Edwards, Claude Bernard, Sainte-Claire Deville, Pasteur, en présence de Vaillant, Rouher et, bien sûr, Victor Duruy. Après avoir interrogé et écouté chacun des savants sur ses vues concernant l’enseignement supérieur, il charge son ministre de l’Instruction publique de lui rédiger un rapport sur le sujet, remis trois mois plus tard75.

  • 76 Alan J. Rocke, Nationalizing Science. Adolphe Wurtz and the Battle for French Chemistry, Cambridge (...)
  • 77 NS I, p. 168.
  • 78 notamment Rapport du recteur Chéruel dans l’enquête de 1865 sur l’enseignement supérieur, cité dan (...)
  • 79 AN : *F17/1871 (9 décembre 1867) ; NS I, p. 312.
  • 80 H. W. Paul, op. cit., p. 220.
  • 81 Discours à la distribution des prix de l’Association philotechnique, 27 mai 1866, dans AIP, p. 309
  • 82 Sur la pensée de V. Duruy en matière de science, de progrès et de civilisation, JCG, III, p. 1010 (...)

30En ce début de 1868, donc, la science est au cœur des préoccupations de Napoléon III et, une fois n’est pas coutume, c’est de lui que vient l’initiative. Victor Duruy ne l’avait pas attendu pour préparer la réforme : lui aussi avait profité de l’Exposition pour se renseigner ; il avait rencontré Liebig, lors d’un dîner offert en l’honneur de Sainte-Claire Deville, avant d’inviter l’un de ses disciples, August Wilhelm von Hoffmann, directeur du laboratoire de chimie à l’Université de Berlin, qui lui avait exposé par le menu l’organisation des laboratoires d’outre-Rhin. Sur cette lancée, il avait demandé à Mourier, vice-recteur de l’académie de Paris, d’interroger les facultés de sciences et de médecine au sujet de l’organisation matérielle de la recherche chimique en Allemagne, et notamment à Bonn. Le doyen de la faculté de médecine, Adolphe Wurtz, avait ensuite été chargé de collecter des renseignements, auprès du ministre prussien de l’éducation d’abord, puis directement sur place dans une mission d’inspection76. Ces enquêtes viennent confirmer le scepticisme de Victor Duruy quant à la recherche française. Il avait pu lors de ses tournées d’inspection se rendre compte de son « état déplorable » en province77. Les enquêtes commandées dès les premiers mois de son ministère, sur la situation de l’enseignement supérieur en France, ainsi que sur les systèmes des pays étrangers, l’avait conforté dans l’idée qu’une action résolue était nécessaire. D’autant que certains observateurs notent avec inquiétude que la faiblesse du dynamisme de l’Université française se trouve aggravée par l’activité débordante et l’efficacité organisationnelle des établissements d’outre-Manche et surtout d’outre-Rhin78. Au Conseil impérial, saisi de la question en décembre 1867, comme auprès de l’empereur en avril 1868, il fait de ce sujet une question d’honneur national79. Position relativement fréquente à l’époque, où il est courant de lier progrès de la science, prospérité économique et puissance militaire, vues, ainsi que l’a expliqué Harry W. Paul, comme les bases essentielles « du rang mondial atteint par un pays80 ». Il ne faut cependant pas voir dans cette préoccupation de Victor Duruy un patriotisme borné, un simple réflexe cocardier. C’est aussi un fils des Lumières, qui croit en la science et en sa capacité à assurer le progrès de l’homme. C’est elle qui « fait l’homme vraiment libre81 », pense-t-il. Il en va donc de la bonne marche de l’Humanité sur la voie du progrès et de la liberté. Or, dans la vision téléologique qui est la sienne, la France est appelée à jouer un rôle primordial, dans la mesure où elle est vue, par lui comme par bien des historiens de la génération romantique, comme le flambeau de la civilisation. L’apathie de son enseignement supérieur ne peut donc que lui faire perdre sa fonction de guide des peuples et provoquer, par extension, la ruine des progrès de la civilisation82. Souci du progrès et inquiétude patriotique se conjuguent pour stimuler l’action.

  • 83 Sur les rapports entre V. Duruy et les savants, ibid., II, p. 707 sqq.
  • 84 L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., p. 131, 242 et 298.
  • 85 NS I, p. 309-312.
  • 86 Roger Duchêne et Jean Contrucci, Marseille 2600 ans d’histoire, Fayard, 1998, pp. 400-401, 525, 76 (...)
  • 87 Nombreux détails dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., et NS I, p. 313-316 ; Danielle Fauque, « (...)

31Les savants français soucieux dans les années 1860 de renforcer les capacités de la recherche scientifique trouvent donc en la personne de Victor Duruy une oreille plus qu’attentive à leurs problèmes. Oreille amicale, d’ailleurs, car le ministre entretient avec les savants d’excellents rapports pendant tout son mandat, à quelques rares exceptions près83. La mauvaise réaction à sa nomination de scientifiques aussi réputés que Dumas ou Le Verrier, et les rapports tendus qu’il entretient avec ce dernier à partir de la fin 1867, ne sont pas du tout révélateurs des relations privilégiées qu’entretiennent le ministre et les scientifiques. Un climat de confiance s’installe très vite en effet, et permet une collaboration active et fructueuse. Ce fut pour lui une chance que l’animosité à son égard manifestée par Jean-Baptiste Dumas ne dure pas. Celui qui est alors le savant officiel de l’Empire, sénateur, ancien ministre, vice-président du Conseil impérial dont il semble être un membre inamovible, qui a des relations à la cour et dans tout le monde scientifique français et européen, est un collaborateur privilégié de Victor Duruy. Son rôle pour la mise en place de l’enseignement spécial, notamment, est fondamental. Ici comme en bien d’autres domaines, la communauté de vues entre les deux hommes est totale, et la position de Dumas au sein du monde officiel et scientifique est, à n’en pas douter, un atout de poids dans la manche du ministre. Les autres savants ne sont pas en reste. Leurs relations avec lui sont étroites, tant d’un point de vue professionnel qu’amical. Il n’est pas rare de les voir invités à déjeuner rue de Grenelle. Leur collaboration est activement recherchée, et gracieusement accordée, pour l’enseignement spécial, les campagnes de conférences libres et de cours d’adultes et, à partir de la fin 1867, la réforme de l’enseignement supérieur. Loin de la préparer dans sa tour d’ivoire de la rue de Grenelle, Victor Duruy les y associe systématiquement. Ainsi les rapports demandés à l’empereur aux termes de l’entrevue du 16 mars sont-ils soumis à l’approbation d’une dizaine de grands savants avant d’être déposés sur le bureau de l’empereur. Pendant tout son ministère, du reste, Duruy se démène pour fournir à ses amis scientifiques les moyens dont ils ont besoin : indemnités personnelles (par exemple à Pasteur pour ses travaux sur les fermentations et le vin84), amélioration des laboratoires existants (comme celui du géologue et paléontologue Adolphe d’Archiac au Muséum), mais aussi création de nouvelles infrastructures : il « offre » un laboratoire à Marcellin Berthelot et Claude Bernard, récupère avec la bénédiction d’Haussmann le palais du Bardo, pavillon tunisien de l’Exposition universelle de 1867, pour y installer, dans le tout nouveau parc de Montsouris, un observatoire météorologique85. Il fait aussi aboutir le projet mené, par Le Verrier depuis quelques années, de création d’un nouvel observatoire à Marseille, pour remplacer celui de la butte des Moulins, ouvert au XVIIe siècle, et qui doit accueillir ce qui est alors le plus gros télescope du monde, celui construit par Léon Foucault, d’un diamètre de 80 cm. C’est sur la colline de Longchamp qu’est édifié le nouvel édifice, non loin du palais du même nom alors en construction, qui doit abriter le musée des Beaux-arts et le muséum d’Histoire naturelle de la ville, et symboliser l’arrivée de l’eau de la Durance grâce au canal de Provence. L’observatoire ne pouvait qu’être installé sur ce site consacré aux progrès de l’esprit humain, et Victor Duruy obtient même de la ville le vote d’un crédit de 150 000 francs86. La recherche de fonds est d’ailleurs un axe important de sa politique des laboratoires, et il ferraille au Corps législatif, recueillant, pour les laboratoires de recherche, 30 000 francs, au budget de 1868, et 180 000 autres à celui de 186987.

  • 88 Charles Baudelaire, Correspondance générale, Paris, L. Conard, 1947-1953, vol. IV, p. 310 et 315.
  • 89 Christiane Demeulenaere-Douyère, Patricia Galeana et Armelle Le Goff, dir., L’intervention françai (...)
  • 90 D. Aubin, op. cit., p. 78-83.
  • 91 AIP, p. ix ; C. O. Carbonell, op. cit., p. 261 ; P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 240 ; Jean-Pierr (...)

32L’impulsion donnée aux études scientifiques par l’augmentation des moyens et des infrastructures de recherche s’accompagne d’autres types d’initiatives. Victor Duruy soutient beaucoup les missions à l’étranger. S’il refuse à Charles Baudelaire une subvention pour son enquête sur les collections artistiques personnelles de Belgique88, il encourage en revanche un certain nombre d’études, en Europe et au-delà, sur des sujets divers. C’est lui qui organise en 1864 l’expédition scientifique du Mexique, à laquelle il donne des objectifs volontairement très larges, à la fois historiques, archéologiques, scientifiques et économiques ; il en fait dans le Bulletin administratif de l’Instruction publique une intense promotion89. Il participe également activement à l’organisation de la mission d’observation de l’éclipse solaire de 1868, ce qui lui vaudra les compliments reconnaissants de l’astronome Jules Janssen90. Enfin il soutient avec force les sociétés savantes, dont le développement est très important durant les années 1860. Rouland avait déjà fait beaucoup pour leur dynamisme, et Victor Duruy ne fait que continuer dans la voie qu’il a tracée, en leur rendant régulièrement un hommage appuyé, et en multipliant prix et récompenses91.

La création de l’École pratique des hautes études

  • 92 AN : F17*/1871 (2, 6, 7 et 8 juillet 1868).
  • 93 NS I, p. 315-316.
  • 94 Sur cette question, ibid., p. 302-309 ; L. Liard, op. cit., p. 293-295 ; R. Geiger, op. cit., p. 3 (...)

33Ainsi, lorsque arrive l’année 1868, Victor Duruy a-t-il déjà beaucoup agi en faveur de la recherche française. C’est durant le premier semestre de cette année d’ailleurs que sont préparés les projets de mise en place de l’observatoire de Paris et d’une expédition pour l’observation de l’éclipse solaire. Le ministre bénéficie alors du regain d’intérêt de Napoléon III pour cette question. Il l’abreuve pour cela de messages et d’informations. Lorsque Adolphe Wurtz, de retour d’Allemagne, rend au ministre son rapport sur « le Laboratoire physico-chimique que les Prussiens construisent à Bonn », Victor Duruy s’empresse de le transmettre au souverain en l’encourageant à forcer le soutien de Rouher aux augmentations de crédit. Les lettres qui se succèdent d’avril à juin témoignent du fait que la question est alors celle qui occupe le plus l’esprit du ministre, dans la lignée des débats sur la liberté de l’enseignement supérieur. Le 2 juillet, d’ailleurs, le Conseil impérial de l’Instruction publique est saisi de deux projets de décrets, préparés par la rue de Grenelle depuis plusieurs mois : l’un créant des laboratoires de recherche dans les universités, l’autre fondant une « école pratique des hautes études », le tout inspiré du modèle allemand et des propositions du groupe de réformateurs constitués autour de Michel Bréal et Ernest Renan. Discutés dans les séances des 6, 7 et 8 juillet 1868, les deux décrets sont adoptés à l’unanimité92, et, dès la clôture de la session, le ministre les envoie à l’empereur pour promulgation, insistant à nouveau sur l’impérieuse nécessité de ces décisions, et sur le rôle pris par l’empereur à leur élaboration93. Arguments inutiles : il prêche un converti et, le 31 juillet 1868, sont promulgués, de Plombières où l’empereur est en séjour thermal, les deux décrets qui constituent les deux actes législatifs majeurs de Victor Duruy en matière de politique de recherche94.

34Le premier décret est celui qui fonde réellement en France les laboratoires de recherche universitaire. Deux types de structures sont créés au sein des « établissements scientifiques dépendant du ministère de l’Instruction publique » : d’une part, des laboratoires d’enseignement, ouverts aux étudiants, censés favoriser « les manipulations et les expériences classiques » et, d’autre part, des laboratoires de recherche « destinés à faciliter les progrès de la science ». Le rôle de l’État est renforcé : le ministre doit accepter la liste des collaborateurs et étudiants du directeur du laboratoire ; il peut également, avec le cas échéant l’avis du Conseil impérial, accorder des subventions aux directeurs, aux étudiants, mais aussi à des personnes privées ayant créé un laboratoire : c’est un coin enfoncé dans la défense des adversaires de l’enseignement supérieur libre – et, en même temps, la garantie d’un contrôle de cette liberté, la subvention publique rendant le chercheur « libre » dépendant des subsides de l’État. Le second décret n’est pas moins fondateur, dans la mesure où il constitue l’acte de naissance de la toujours très florissante École pratique des hautes études. Tout est fait pour faciliter son fonctionnement, y attirer les meilleurs éléments et stimuler leurs travaux. Le nouvel établissement en effet se caractérise par sa souplesse. Il ne s’agit pas d’une nouvelle école, avec local et personnel propres : l’institution est en fait l’addition des laboratoires, et son but est « de placer à côté de l’enseignement théorique les exercices qui peuvent le fortifier et l’étendre ». C’est là sa dimension pratique : elle n’est qu’un cadre permettant d’officialiser la direction de travaux d’élèves par des professeurs et savants, qui d’ailleurs prennent le titre de directeurs. Son existence administrative se matérialise par la création d’un budget propre, affecté par le ministre, et d’un Conseil supérieur de l’École, composé des directeurs des établissements scientifiques et littéraires, des doyens de facultés et des secrétaires perpétuels des académies des Sciences et des Inscriptions et Belles-lettres. L’École est constituée de quatre sections : mathématiques, physique et chimie, histoire naturelle et physiologie, sciences historiques et philologiques. Elle est censée permettre de recruter l’élite des jeunes chercheurs français, ceux promis au plus bel avenir, et stimuler leurs activités par un certain nombre de dispositions : un recrutement très large (« aucune condition d’âge, de grade ou de nationalité » n’est fixée pour l’admission), la possibilité de participer aux travaux de plusieurs sections, des dispenses de licence pour mieux se consacrer au doctorat, la priorité dans l’accès aux centres de recherches et laboratoires, et bien sûr, l’arsenal traditionnel de subventions, médailles, mentions et récompenses spéciales. À côté de ces « carottes », est aussi prévu un certain nombre de « bâtons », et notamment une obligation de résultats ; l’intégration définitive à l’École n’est prononcée qu’après un stage de trois mois ; la participation des élèves est fortement encouragée aux expéditions et missions scientifiques organisées par les directeurs ; obligation leur est faite de fournir des travaux écrits, qui pourront être publiés, « avec le concours ou aux frais de l’État ». Au terme de leurs trois années, ils sont pourvus d’un certificat d’études, et le Conseil supérieur de l’École peut leur faciliter l’accès à l’enseignement secondaire ou à des postes de préparateurs et bibliothécaires dans l’enseignement supérieur.

  • 95 L. Liard, op. cit., p. 295 ; Henry Bérenger, L’Aristocratie intellectuelle, Colin, 1895, p. 106.
  • 96 NS I, p. 317-318.
  • 97 Voir notamment Le Siècle et L’Opinion nationale, 7 août 1868.
  • 98 Entre autres : Marie-Claude Genet-Delacroix et André Tuillier, Histoire de l’Université de Paris e (...)
  • 99 NS II, p. 158, n. 2.
  • 100 AN : F17*/1871 (26 janvier 1869 ; 12-17 juillet 1869) ; J. Rohr, op. cit., p. 115-119 ; Thérèse Ch (...)

35Louis Liard a parfaitement résumé la souplesse dont fait preuve l’organisation d’un établissement où le maître mot est l’efficacité : « Nul programme, nul grade à l’entrée, nul grade à la sortie ; mais une liberté entière pour le maître et pour l’élève. Un seul mot d’ordre, un seul souci, le progrès de la science ». Il constate d’ailleurs le rôle majeur joué par l’établissement dans la recherche en France, et son succès rapide, dont un Henri Bérenger a également pu se féliciter à la fin du XIXe siècle95. Il est vrai qu’à en croire le ministre lui-même, 157 inscriptions sont enregistrées à la fin du mois de septembre, notamment des étrangers, des docteurs, des agrégés, « qui demandent à abandonner leur place et leur traitement pour venir puiser à cette source nouvelle de savoir approfondi », ainsi que « des Français qui étudiaient en Allemagne », signe que la France peut enfin soutenir la concurrence avec sa voisine96. Les décrets rencontrent par ailleurs des échos positifs dans la presse libérale97. Il est difficile, en l’absence d’étude d’ensemble sur l’établissement, d’évaluer son impact. Sa longue postérité, son extension progressive – création d’une cinquième section dès 1869, et, surtout, en 1947, d’une sixième, qui allait devenir l’École des hautes études en sciences sociales – sont une preuve évidente de réussite à long terme que bien des historiens ont soulignée98. À court et moyen terme, cependant, le bilan est peut-être plus nuancé. L’École reste un établissement presque exclusivement parisien, et, si elle stimule la recherche, elle ne permet pas d’améliorer son interaction avec l’enseignement supérieur. Pour certains spécialistes, ce dernier problème est le fruit de la conscience aiguë qu’avait Victor Duruy de l’impossibilité d’une réforme en profondeur, qui serait allée contre les habitudes des savants français. Au contraire, l’implication permanente, qu’il a souhaitée et permise, des scientifiques à sa politique de réforme a été un gage évident de réussite. C’est donc bien un succès que constituent pour le ministre ses deux décrets du 31 juillet 1868, succès universitaire puisque les principaux concernés sont satisfaits, succès politique puisque après les remous des derniers mois, il montre qu’il a encore la capacité d’agir et de réformer. Sa présence à la série de Compiègne de novembre-décembre 1868 montre d’ailleurs que le ministre est loin d’être en disgrâce99. Il a en effet atteint une partie de ses objectifs : il a enfin pu légiférer de façon importante sur l’enseignement supérieur et, à défaut de liberté, il a obtenu la mise en place d’une structure souple et efficace, qui a pour une fois bénéficié de l’appui plein et entier de Napoléon III et qui n’a suscité que bien peu d’oppositions. L’enseignement supérieur continue d’ailleurs a faire l’objet de décisions dans les mois qui suivent. Le 15 novembre, le ministre rend à l’empereur un rapport établi sur les bases des renseignements fournis par l’enquête lancée en 1864, qui lui avaient également permis de préparer sa réforme. Deux jours plus tard, dans un autre rapport il préconise la création, au sein du Muséum d’histoire naturelle, d’une « École polytechnique de l’agriculture », qui voit en effet le jour au début de l’année suivante100. À la fin du mois de janvier 1869, le Conseil impérial discute et accepte la création d’une cinquième section à l’École pratique, consacrée à l’économie politique, aux finances, au droit public et administratif et à la statistique. Enfin, Duruy soumet au Conseil de perfectionnement de l’enseignement spécial en juin 1869, puis au Conseil impérial de l’Instruction publique en juillet suivant, un projet d’enseignement des sciences administratives et politiques à la faculté des lettres de Paris – réforme qui, faute de temps, n’aboutit pas.

Dernières réformes discrètes

Un souci d’efficacité administrative : déconcentration et rationalisation

  • 101 NS I, p. 317-318.
  • 102 E. Zola, « Chronique », L’Evénement illustré, 16 juillet 1868, cité dans Œuvres complètes, op. cit (...)
  • 103 Journal de Paris, 16 et 22 juillet 1869 ; P. Jeannin, op. cit., p. 99.

36Avec les deux décrets sur l’enseignement supérieur de juillet 1868, Victor Duruy, après cinq ans de ministère, a enfin promu les réformes qu’il souhaitait dans tous les ordres d’enseignement. Pourtant, son activité législative ne faiblit pas dans les mois qui suivent, car de nombreux chantiers restent inachevés. Mais il ne s’agit que de mesures de détail qui, contrairement aux projets d’enseignement primaire obligatoire ou de liberté de l’enseignement supérieur, ne sont pas susceptibles de bouleverser profondément le système éducatif et d’attirer au ministre de nouveaux problèmes politiques. À partir de la rentrée 1868, le mot d’ordre semble être de ne surtout pas faire de vagues. « Depuis la publication des décrets du mois d’août, j’ai fait le mort », écrit le ministre à l’empereur le 28 septembre101. Après les remous provoqués au début de l’année par les questions de l’enseignement secondaire féminin et la pétition Giraud, et l’émoi suscité en juillet sur une rumeur d’atteinte à l’enseignement du grec102, il s’agit de ne pas susciter de nouvelles attaques de la part d’un parti clérical définitivement prévenu, désormais, contre le locataire de la rue de Grenelle. Surtout que les élections générales, prévues pour mai 1869, approchent : il s’agit de ne pas compromettre la victoire des candidats du gouvernement. Or le contexte est extrêmement tendu. Les grèves se multiplient, la récente loi sur la liberté de la presse a donné de nouvelles armes à l’opposition qui ébranle progressivement l’Empire, notamment lors du procès Baudin en novembre. Dans l’Université également, les troubles se multiplient : à Strasbourg, à Marseille, à Besançon, les collégiens se plaignent de la nourriture et lancent des mouvements de protestation sur le modèle de celui de l’École normale en 1867 ; à l’École, justement, les élèves exigent que la messe devienne facultative et, devant leur menace de rendre l’affaire publique, les autorités sont obligées de céder ; le lycée Louis-le-Grand sera aussi touché par un mouvement de révolte en juillet 1869, soit après les élections, ce qui montre bien la profondeur et la diversité du mouvement contestataire103. La situation est donc extrêmement tendue. Plus que jamais le régime a besoin du soutien des conservateurs, de tous les conservateurs. Ce n’est donc pas le moment de créer une nouvelle polémique avec les cléricaux.

  • 104 Antoine Prost, « L’Administration de l’Instruction publique (1815-1870) », dans P. Bousquet, et al (...)
  • 105 AN : F17/2628.
  • 106 Guy Thuillier, La Vie quotidienne des ministères au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1976, p. 15 ; Ro (...)

37Aussi Victor Duruy ne s’occupe-t-il plus guère durant cette période préélectorale que de questions neutres. L’une d’elles est la réforme de l’administration centrale. Celle-ci en effet est organisée de façon extrêmement complexe. À côté du cabinet du ministre et du secrétariat général du ministère, cinq grandes divisions la composent, pour les trois grands ordres d’enseignement, les sciences et lettres et la comptabilité. Or, certains domaines de l’enseignement se trouvent éclatés entre plusieurs services : les établissements d’enseignement supérieur, par exemple, sont gérés soit par la première division (facultés, etc.), soit par la quatrième (Académie de médecine, École des Chartes), soit par le secrétariat général (Collège de France). Ce dernier service, d’ailleurs, collectionne les attributions les plus diverses, de la gestion des documents portés à la signature du ministre à celle de la bibliothèque d’Alger, en passant par le traitement des pétitions… Cette complexité est le fruit de l’empirisme avec lequel s’est constitué le ministère depuis soixante ans, au fil des changements de régimes, de titulaires et d’attributions. Depuis le premier Empire, on est ainsi passé de sept bureaux à treize, et de trente fonctionnaire à cent treize. Le développement de la bureaucratie et du « fonctionnarisme » n’a pas épargné les services de la rue de Grenelle104. Victor Duruy s’aperçoit très vite que ces problèmes organisationnels compromettent l’efficacité du travail administratif, avec parfois des conséquences importantes, par exemple les retards dans le paiement des instituteurs. Dès l’été 1863, Charles Glachant a été chargé de mettre au point un « Projet d’une organisation normale de l’administration centrale105 ». Le gendre et chef de cabinet du ministre pointe du doigt cette inefficacité, mais aussi les conditions déplorables qui règnent au sein de l’ancien hôtel de Rochechouart, notamment l’« ignoble saleté » des locaux et le mobilier « misérable ». Le fait cependant n’est pas exceptionnel et se retrouve dans bien d’autres administrations. Et, d’ailleurs, de nombreux autres ministres se lancent dans une réforme de leurs services centraux, comme ont pu le faire Persigny à l’Intérieur et Rouher au Commerce106. Victor Duruy lui aussi tente d’améliorer les choses. Durant les 73 mois de son ministère, il promulgue pas moins de 37 décrets et arrêtés relatifs à l’organisation de l’administration centrale, dont six concernant l’organisation des services, qui se trouve presque entièrement refondue entre la fin de 1866 et le début de 1869.

  • 107 Analyse dans JCG II, p. 505-516.
  • 108 BI – Papiers Alfred Maury, no 2655, dossier XIV (V. Duruy à A. Maury, 31 mai 1866).

38Ces réformes sont motivées par deux mots d’ordre : rationalisation et déconcentration107. Dès le début du ministère, Victor Duruy avait lancé une grande enquête auprès des recteurs pour leur demander leur opinion quant à une possible décentralisation des attributions du ministère. Les fonctionnaires académiques avaient formulé quelques soixante-dix propositions, mais seule une petite moitié d’entre elles avaient été retenues et avaient fait l’objet de décisions, prises dès le deuxième semestre 1863 : les questions concernant exclusivement les élèves et les étudiants (inscriptions, stages, dispenses…) avaient en effet été déléguées aux échelons inférieurs, ainsi que la nomination des personnels « mineurs ». En revanche, sur tout ce qui concernait les corps enseignant et administratif, ainsi que sur les questions financières, la rue de Grenelle avait tenu à garder la haute main. Plus qu’une décentralisation – le terme est alors à la mode – il s’agissait surtout de se débarrasser sur les échelons inférieurs de la hiérarchie d’une partie des tâches administratives, de désengorger les services centraux. « Je ne suis plus qu’une machine à paperasserie », écrivait ainsi Victor Duruy à Alfred Maury en 1866108. Certains recteurs d’ailleurs ne s’y étaient pas trompés, en proposant à l’administration centrale de garder la quasi-totalité de ses attributions traditionnelles, qu’ils ne souhaitaient sûrement pas voir retomber sur leurs propres services… La rationalisation prend un peu plus de temps que la déconcentration. Il faut attendre avril 1864 pour voir réformer les services des sciences et lettres, et la suppression de la division du même nom n’intervient qu’en novembre 1866. La première division (administration académique et enseignement supérieur) n’est réorganisée qu’en janvier 1867, et ce n’est qu’au début de 1869 que les divisions des enseignements secondaire et primaire sont, à leur tour, réorganisées, la première en janvier, la seconde en février (en même temps qu’une nouvelle réforme de la division de l’enseignement supérieur). Il s’agit d’adapter l’administration aux innovations introduites dans le système éducatif : on crée par exemple un bureau pour l’enseignement spécial. Quant à la division de l’enseignement primaire, rénovée elle aussi au début de 1869, elle devient une « Direction de l’enseignement primaire » pour bien marquer l’importance que cet enseignement prend désormais dans la politique d’éducation. Pourvue de quatre bureaux désormais, elle est censée mieux correspondre aux changements introduits, avec des services spéciaux pour les cours d’adultes, la statistique ou la séparation nette entre écoles de garçons et écoles de filles ; d’ailleurs, peu de temps après cette réforme, une circulaire aux préfets en date du 18 février 1869 préconise, pour plus d’efficacité, une distinction systématique, dans les rapports et courriers administratifs, entre l’enseignement masculin et l’enseignement féminin.

La rénovation pédagogique

  • 109 Sur ce sujet, nous renvoyons aux travaux de Pierre Arnaud, Le Militaire, l’écolier, le gymnaste. N (...)
  • 110 Voir notamment à ce sujet : Marc Le Cœur, « Couvert, découvert, redécouvert… L’invention du gymnas (...)
  • 111 F. Roux, op. cit., p. 139.

39Le début de 1869 est donc marqué par la réforme en profondeur de l’organisation de l’administration centrale. Il est aussi consacré à l’implantation d’une discipline « nouvelle » dans les établissements de l’Université : la gymnastique109. Le 15 février 1868 avait été nommée une commission chargée de l’introduction systématique de cette discipline dans l’enseignement. Le contexte était favorable : l’importance croissante des préoccupations hygiéniques, les craintes suscitées par le renforcement militaire de la Prusse depuis Sadowa et l’affaiblissement de la France depuis l’échec de la loi Niel, la volonté de promouvoir un enseignement global, de l’esprit et du corps, ainsi que la multiplication des associations sportives dans les années 1860 et l’engouement croissant pour les activités physiques, tout concourt à favoriser la mise en place d’un enseignement de la gymnastique digne de ce nom. Un enseignement qui existe déjà d’ailleurs, puisque cette préoccupation est ancienne110, mais qui se heurte à la routine d’une Université peu encline à favoriser les exercices du corps à côté de ceux de l’esprit. Aussi Victor Duruy, soucieux de promouvoir cet enseignement, en fait-il une discipline obligatoire dans l’enseignement spécial en 1865, émet l’idée d’une école normale de gymnastique civile qui ne verra pas le jour111, rappelle en juillet 1866 l’obligation de cet enseignement dans les écoles normales primaires et nomme au début de 1868 une commission spécialement chargée d’étudier cette question. Son rapport aboutit à un projet de décret adopté par le Conseil impérial de l’Instruction publique le 28 janvier 1869, et promulgué le 3 février suivant. La gymnastique est désormais obligatoire dans tous les enseignements d’enseignement secondaire, lycées impériaux et collèges communaux, comme discipline à part entière, bénéficiant d’une plage horaire bien définie hors du temps des récréations, d’un maître spécial et de matériel adéquat. On rappelle à nouveau que l’obligation existe également dans les écoles normales primaires. En revanche, dans les écoles primaires, l’enseignement n’est que facultatif, et l’État se contente de l’encourager par des subventions aux communes désirant acheter du matériel. Dès lors, ce sont une dizaine d’actes législatifs qui sont publiés par le ministre sur cet enseignement, tandis qu’une enquête est lancée, en mai 1869, pour étudier l’application des prescriptions nouvelles.

  • 112 Sur cette question, cf. JCG II, p. 623-645.

40Deux autres textes, qui datent eux aussi du printemps 1869, témoignent du fait que Victor Duruy, jusqu’au bout, continue à s’intéresser à l’organisation interne du système d’enseignement français. Le 10 mai 1869, une circulaire est envoyée aux directrices de salles d’asile afin de leur rappeler quelques recommandations quant à la façon d’enseigner dans ces établissements et, un mois plus tard, le 14 juin, est transmise une autre circulaire sur la distribution d’aliments chauds aux enfants dans les écoles. Ces prescriptions, qui concernent l’organisation pédagogique et les conditions de vie dans les établissements, sont en fait les dernières d’une longue série entamée dès les premiers mois de ministère, elle-même inscrite dans la continuité d’un mouvement de transformations pédagogiques déjà ancien. La publication des nouveaux programmes des lycées, notamment en matière de sciences, de langues vivantes et d’histoire, avaient en effet été l’occasion pour le ministre, en septembre 1863, de donner aux recteurs quelques prescriptions d’ordre pédagogique. Il avait poursuivi dans cette voie l’année suivante avec une instruction sur le régime disciplinaire dans les lycées le 13 février 1864, une autre sur « la nourriture, l’habillement, la gymnastique, les récréations, l’hygiène, l’installation et l’appropriation des locaux dans les lycées » le 10 mai, et une troisième sur les manipulations scientifiques le 9 juin. Dans le même temps, les questionnaires envoyés dans les académies dans le cadre des enquêtes sur les enseignement primaire (en mai 1864) et secondaire (en juillet) avaient été l’occasion d’interroger les fonctionnaires sur les pratiques pédagogiques et de lancer des idées de réforme. Avaient suivi en 1866 des circulaires sur les méthodes dans l’enseignement spécial et les écoles primaires, et un nombre encore important de prescriptions dans la lignée du vote de la loi du 10 avril 1867, concernant notamment, cette fois, les salles d’asile. Ainsi tout au long du ministère, et jusqu’aux derniers temps, le ministre aura patiemment constitué, pièce après pièce, le vaste puzzle d’une rénovation pédagogique en profondeur de l’enseignement français, secondaire comme primaire. Cet aspect de sa politique, moins connu, est moins visible car, contrairement à sa législation en matière d’enseignement primaire ou secondaire, elle n’a pas fait l’objet d’actes fondateurs particulièrement médiatiques, ni de débats importants sur la place publique. Pourtant, c’est de ces années 1863 à 1869 que datent un certain nombre d’innovations appelées à une postérité certaine – même si, en l’absence d’études précises sur la genèse de ce chapelet de mesures étalées sur six années, il est difficile d’évaluer la part qu’y ont directement prise les idées et volontés du ministre lui-même, à côté de celle de ses prédécesseurs, de ses conseillers et des spécialistes du temps. Car le XIXe siècle est marqué par d’importants débats en matière de pédagogie et, ici comme en bien d’autres domaines, Victor Duruy, loin d’être un pionnier ou un prophète, n’a été que la courroie de transmission législative de courants d’opinion bien implantés, et le promoteur officiel de méthodes déjà appliquées ponctuellement mais non sans succès par des pédagogues soucieux d’efficacité112.

  • 113 Jean-Claude Caron, À l’école de la violence. Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au (...)
  • 114 Jean-François Chanet, « La Férule et le galon. Réflexions sur l’autorité du premier degré en Franc (...)
  • 115 P. Ariès et G. Duby, op. cit., p. 134.

41L’analyse de l’ensemble des actes de Victor Duruy en matière d’organisation pédagogique révèle tout d’abord sa volonté de voir porter sur l’enfant un nouveau regard. Prenant le contre-pied d’une pédagogie traditionnelle parfois fort peu soucieuse de l’intérêt de l’élève, le ministre en appelle « aux côtés généreux » de ce dernier, parle « d’indulgence », préconise « une direction à la fois ferme et affectueuse ». Priver un élève de récréation n’est pas pour lui une punition acceptable. La sévérité ne doit plus être la règle fondamentale et Jean-Claude Caron considère d’ailleurs que Duruy participe largement de cette évolution majeure du XIXe siècle qu’est la réduction, jusqu’à l’interdiction, des châtiments corporels113. Mais indulgence n’est pas laxisme et, à côté de cette nouvelle attitude vis-à-vis des jeunes, l’administration, tout en envisageant de recruter d’anciens militaires comme instituteurs114, continue à préconiser une surveillance étroite. Ce qui n’est pas d’ailleurs sans aboutir à des situations étranges : pupitres, affaires personnelles et courrier des élèves continuent à être régulièrement inspectés. Mais cela doit se faire « avec la mesure nécessaire pour respecter l’homme dans l’écolier »… Ce plus grand respect individuel passe notamment par une plus large place accordée aux récompenses, et par la prise en considération d’élèves jusque-là restés bien souvent en marge de la communauté scolaire : ainsi une circulaire est-elle envoyée aux recteurs en mars 1866 afin d’encourager l’accueil des enfants sourds et muets au sein d’institutions adaptées. Cette volonté de voir s’accroître la considération envers les élèves est motivée par le désir de les voir mieux réussir et s’épanouir, au mental comme au physique. Le ministre rappelle d’ailleurs la mission qui est la sienne : celle « de veiller au meilleur et plus large développement de l’esprit et du cœur des enfants » et « de veiller avec la même sollicitude à leur développement physique ». Profession de foi très humaine, éloignée de la froideur habituelle des textes législatifs. Victor Duruy est un homme en effet qui aime les enfants. Il participe d’une évolution appelée à de grands développements et qui place « l’intérêt de l’enfant » au cœur de toutes les démarches, politiques, familiales, scolaires, affectives, vis-à-vis de la jeunesse115. Son but en tant que ministre de l’Instruction publique n’est pas seulement de gérer un service administratif, d’assurer la formation des cadres de la nation ou de promouvoir l’alphabétisation des classes populaires. Il ajoute à ces considérations une option plus humaniste – ou simplement plus humaine.

  • 116 Serge Chassagne, dir., La Maison d’école en France au XIXe siècle, INRP, 1987, p. 5 ; Marc Le Cœur (...)

42L’épanouissement physique des élèves passe notamment par leur activité corporelle. Le ministre condamne les journées de travail interminables et les classes sans interruption. Désormais, tous les élèves devront bénéficier d’une pause de dix ou quinze minutes, toutes les deux heures au minimum : c’est la systématisation des récréations modernes. Celles-ci doivent être l’occasion d’exercices afin de participer au développement physique de la jeunesse – réflexe hygiéniste autant que patriotique : il faut lutter contre « la dégénérescence de la race » et donner à la nation de vaillants soldats. Le ministre rappelle également que les établissements doivent veiller à ce que les élèves dorment suffisamment. Ils doivent aussi adapter repas et vêtements au milieu de vie, au climat, à leur âge également. Les circulaires ministérielles regorgent des détails les plus prosaïques en la matière : les établissements doivent « préparer des boissons hygiéniques » dans les temps de grande chaleur, fournir des légumes, servir « des rôtis cuits à la broche et non au four » ; il faut remplacer au maximum les bas par des chaussettes, plus propices au mouvement du corps de l’enfant, lui donner des bas de laine en hiver, un chapeau de paille en été, remplacer la tunique par la blouse… Les conditions d’hygiène des établissements doivent faire l’objet de toutes les attentions des directeurs, comme elles font l’objet de la sollicitude du ministre qui là encore entre dans les menus détails. Il recommande par exemple d’ouvrir les fenêtres des salles de classe entre chaque cours, de nettoyer avec soin les locaux, de faire la chasse aux mauvaises odeurs, de donner des bains de pieds aux élèves, ou encore de promouvoir des toilettes modernes au détriment « des latrines à la turque ». L’architecture scolaire doit être revue elle aussi. Dans tous ces domaines, Duruy s’inscrit bel et bien dans un courant d’opinion, que déjà Fortoul et Rouland, ses deux prédécesseurs immédiats, avaient suivi, le premier en agissant pour l’amélioration de la nourriture scolaire, le second en ouvrant lui aussi pour le respect des règles d’hygiène ou pour un meilleur ordonnancement des maisons d’école116.

  • 117 V. Duruy à Haussmann, 1er août 1868, citée dans Pierre Giolitto, Histoire de l’enseignement primai (...)

43L’essentiel réside donc dans la révision des méthodes pédagogiques. Toujours dans la perspective de privilégier les intérêts des enfants, Duruy insiste beaucoup pour que l’enseignement soit adapté à leur niveau (notamment en ce qui concerne les cours de langues vivantes). C’est la raison pour laquelle il soutient activement la réforme suggérée en juillet 1868 par Octave Gréard pour les écoles primaires de la Seine, qui envisage une répartition des élèves de chaque établissement en trois classes selon leur niveau (chaque classe pouvant à son tour être subdivisée en autant de divisions qu’il est nécessaire). En appuyant les propositions de celui qu’il a lui-même nommé inspecteur de l’académie de Paris en 1864, puis directeur de l’enseignement primaire de la Seine, en les faisant adopter par le Conseil impérial, en faisant distribuer des brochures détaillées aux préfets et recteurs, Duruy se fait ainsi le promoteur d’une réforme appelée à donner pour longtemps sa physionomie à l’enseignement primaire français, et le défenseur de la méthode simultanée dans cette filière117. Mais pour l’enseignement secondaire spécial, c’est un autre principe qui est retenu : celui de la méthode concentrique. Le programme est équivalent d’une année sur l’autre, et simplement traité de façon de plus en plus approfondie au fur et à mesure de la progression dans le cursus. L’encadrement doit aussi être renforcé : Victor Duruy insiste pour que les groupes soient les plus réduits possible. Il souhaite également que les professeurs de l’enseignement secondaire suivent leurs élèves d’une année sur l’autre, une meilleure connaissance réciproque étant vue comme un moyen d’améliorer les relations de travail. Par ailleurs, il suggère la création pour chaque élève d’« un bulletin scolaire où seraient consignées trimestriellement ses notes, bonnes ou mauvaises, et ses places, avec l’indication de la date de son entrée dans l’établissement, et qui, à sa sortie, serait remis à la famille pour l’usage qu’elle jugerait à propos d’en faire » : c’est là la promotion de ce qui deviendra l’un des atouts majeurs pour le suivi des élèves, le livret scolaire.

  • 118 JCG II, p. 609-613.

44Enfin, dernier axe de la rénovation pédagogique prônée par Victor Duruy et son équipe : l’amélioration des conditions d’études. À la réduction du temps des classes – des journées moins longues, des cours d’une heure maximum pour certaines matières de l’enseignement spécial, des activités de dix minutes dans les salles d’asile – doit s’ajouter celle des objectifs cognitifs : il faut « enseigner moins de choses, mais enseigner mieux », dit-il, « gagner en profondeur beaucoup plus qu’en surface ». Ces recommandations à propos de la grammaire sont à ce sujet éclairantes : « Des enfants de dix à onze ans parlent de verbes transitifs et intransitifs, d’attributs simples et complexes, de propositions incidentes explicatives ou déterminatives, de compléments circonstanciels, etc. etc. », se plaint-il. Il souhaite alléger les contenus de l’enseignement, ou plutôt les rendre plus pratiques, car « l’esprit des enfants […] répugne aux abstractions et aux généralités ». L’enjeu, en matière d’enseignement du français, est de taille : il est aussi une arme contre les patois et parlers régionaux, contre lesquels Victor Duruy, comme ses prédécesseurs, tente de lutter afin de concourir à l’uniformisation culturelle de la nation. L’enquête de 1864 ayant révélé la persistance de ces pratiques dans certaines régions, une vingtaine d’actes législatifs sont promulgués pendant le ministère118. Mais la volonté de simplification pédagogique se retrouve aussi dans les autres disciplines. Ainsi préconise-t-il les manipulations scientifiques au détriment des cours magistraux. Les professeurs de mathématiques doivent sortir sur le terrain afin de faire faire à leurs élèves des exercices d’arpentage in situ, ceux d’histoire ou d’art doivent emmener leurs élèves dans les musées. Victor Duruy, grand promoteur des sorties scolaires, veut aussi favoriser les supports visuels dans la pratique pédagogique : cartes murales et planches peintes d’histoire naturelle viennent recouvrir les murs des salles de classe. Il n’a de cesse enfin de recommander l’utilisation du tableau noir.

45Toutes ces prescriptions sont-elles suivies d’effet ? Il est difficile d’en évaluer l’impact à court terme. La répétition, en mai 1869, de prescriptions sur les méthodes d’enseignement au sein des salles d’asile déjà formulées dans un texte de mai 1867 tendrait à montrer que les recommandations ministérielles avaient parfois du mal à trouver un écho. La transformation des pratiques pédagogiques ne se fait pas ordinairement à un rythme rapide, et Victor Duruy, pédagogue lui-même pendant les trente années de sa carrière, en est forcément conscient. Mais si son action n’a pas eu à court terme d’impact probant, en revanche son influence sur le long terme aura été importante. Sorties pédagogiques, livret scolaire, récréations, cours d’une heure, organisation de l’enseignement primaire en classes de niveaux, toutes ces mesures dont il fut le promoteur zélé plus souvent que l’initiateur, datent des années 1860 et sont appelées à devenir des éléments constitutifs du système scolaire républicain. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, Victor Duruy a su user de sa fonction ministérielle pour donner satisfaction aux revendications de certains spécialistes et praticiens, et poursuivre l’œuvre entamée par ses prédécesseurs.

La fin du ministère

  • 119 NS I, p. 235-236.
  • 120 Geneviève Bréton, Journal. 1867-1871, Ramsay, 1985, p. 69.
  • 121 Edmond About, « Le Salon de 1869 », Revue des Deux Mondes, 1er juin 1869, p. 749 ; André Albespry,(...)

46À la fin du mois de juin 1869, Victor Duruy célèbre les six ans de son ministère. Bel exemple de longévité ministérielle, mais ce n’est pas un record : Rouland est resté presque sept ans rue de Grenelle, Fortoul est mort après quatre ans et sept mois de pouvoir ; et même sous la monarchie de Juillet, Villemain et Salvandy y étaient restés cinq ans, le premier en trois ministères, le second en deux. Victor Duruy peut néanmoins s’enorgueillir d’avoir fait mieux que la plupart de ses illustres prédécesseurs (les trois ministères de François Guizot ont duré au total quatre ans, celui de Victor Cousin huit mois), qui l’avaient si mal reçu au début de son ministère119, en bénéficiant toutefois de la stabilité gouvernementale permise par les institutions impériales. Tel un « cadeau » pour ces six ans passés à la tête de l’Université, le salon de 1869 lui offre une espèce d’apogée artistique, grâce au succès qu’y remporte le portrait qu’a peint de lui la jeune artiste Nélie Jacquemart. Celle-ci fait partie d’un petit groupe d’amis qui compte notamment Geneviève Bréton, la fille du gendre et collaborateur de Louis Hachette, et Albert Duruy. Celui-ci, surnommé Antinoüs, n’est pas insensible aux charmes de la fille de l’éditeur, qui lui préfère cependant une âme d’artiste et de poète, le peintre Henri Regnault. Au début de 1868, les jeunes gens décident de convaincre le ministre de laisser Nélie Jacquemart peindre sa « tête romaine120 ». La toile est exposée au salon de l’été 1869 et remporte un franc succès critique. Les commentateurs notent la vitalité du tableau, et Arthur Duparc affirme que « c’est certainement le plus beau de l’exposition ». Dans la Revue des Deux Mondes, Edmond About note l’« éclat de ressemblance » avec le modèle. Même la Revue chrétienne chante les louanges du tableau, en dépit de l’animosité de l’opinion catholique envers le sujet. « C’est une peinture toute virile, d’une brosse hardie et sans mignardise », écrit André Albespry. Le commentaire ne manque pas cependant de rappeler le spectateur à la réalité politique du modèle. « M. Duruy […] est dans l’aimable abandon d’un homme intelligent et mélancolique, peut-être d’un incompris. Le ministre a des yeux très expressifs et pleins de rêverie. Il songe sans doute au bonheur des élèves, à la prospérité des instituteurs, et certainement à la jouissance de ses fonctions121 ». Un « incompris » et un « mélancolique », voilà en effet un portrait saisissant de la situation et de l’état d’esprit du ministre après six années de luttes politiques difficiles et de drames personnels. Quant à « la jouissance de ses fonctions », l’expression prend en ce début du mois de juillet une signification toute particulière, dans un contexte politique particulièrement troublé et indécis.

  • 122 L. Girard, op. cit., p. 433.
  • 123 NS II, p. 138-141.
  • 124 Le Monde, 17 juillet 1869.

47Le printemps 1869 est en effet marqué par d’importants changements. Les élections marquent une forte progression de l’opposition : les républicains ont désormais une trentaine de sièges, les libéraux une cinquantaine, et la position de Rouher est menacée. Le contexte politique évolue rapidement dans le courant du mois de juin. La « révolte parlementaire122 » des « Cent Seize », qui réclament l’achèvement du processus de libéralisation, met le gouvernement en difficulté. Il s’agit de ne pas montrer à l’opinion que le Corps législatif force la main à l’exécutif, ce qui serait contraire à l’esprit du régime. On pense même mettre fin de façon anticipée à la session pour empêcher les députés d’agir. Mais, sur les conseils notamment de Victor Duruy lui-même, qui encourage l’empereur à accepter un débat inévitable123, on préfère court-circuiter cette nouvelle opposition. Après moult tergiversations, le « vice empereur » Eugène Rouher monte le 12 juillet à la tribune pour annoncer une série de réformes libérales, dont l’examen doit être confié au Sénat. Le Corps législatif est prorogé mais, en échange, Napoléon III accepte de sacrifier Rouher : le gouvernement démissionne. La composition de la nouvelle équipe n’est annoncée qu’une semaine plus tard. Durant ces sept jours, la presse, comme les milieux autorisés, s’interrogent sur le cabinet qui doit succéder au « rouhernement ». Le sort de Victor Duruy n’intéresse pas au début les observateurs : le portefeuille de l’Instruction publique est loin de représenter le même enjeu que ceux de l’Intérieur ou des Finances. Les quotidiens ne commencent à s’interroger sur le sort du titulaire de la rue de Grenelle qu’à partir du 15 juillet. Les rumeurs vont bon train sur le nom de son successeur. Les noms de Parieu, La Guéronnière, celui du député du Loiret Henri Nogent Saint-Lorens, circulent. Personne ne sait vraiment qui doit le remplacer et, d’ailleurs, certains doutent de son départ. Le Monde explique ainsi, de façon très ironique, « M. Duruy commençait avant-hier son déménagement, hier il l’a interrompu. Peut-être va-t-il le recommencer de plus belle aujourd’hui, pour le contremander de nouveau demain124 ». La presse cléricale accuse en effet le ministre de s’accrocher à son fauteuil et de comploter pour faire échouer les combinaisons ministérielles qui l’excluent. C’est lui accorder une influence politique qu’il ne possède pas, et lui attribuer des ambitions qu’il est loin de nourrir. Lui-même se contente de faire assurer sa défense par son fils Albert, qui écrit dans Le Peuple français, des articles sous le pseudonyme d’Albert Villeneuve – le nom de la commune où Victor Duruy possède sa villégiature – et de préparer sa sortie administrative.

  • 125 V. Duruy à P. Magne, 14 juillet 1869, dans Collection Janine Duruy.
  • 126 Joseph Dugué de la Fauconnerie, Souvenirs d’un vieil homme (1866-1871), Ollendorff, 1912, p. 54. ;(...)
  • 127 La Lanterne, 24 juillet 1869.

48Car, et c’est une preuve évidente du fait qu’il n’a en rien cherché à rester rue de Grenelle, le ministre sait qu’il ne sera pas de la nouvelle équipe. Une lettre écrite le 14 juillet à son collègue des Finances, Pierre Magne, le prouve : il y explique que toutes les discussions au plus haut sommet de l’État sur la composition du nouveau gouvernement ne laissent pas de lui inspirer du dégoût. Il a été prévu en effet de le maintenir à son poste, mais il s’y refuse, car ses nouveaux collègues ne lui plaisent guère. Ce sont, il est vrai, des membres du tiers parti, et il n’a avec ces hommes, libéraux dans l’âme mais aussi conservateurs que cléricaux, aucune espèce d’attachement politique. Or, s’il ne s’entendait pas non plus avec Rouher, encore pouvait-il se retrancher jusque-là derrière l’indépendance de chaque département ministériel. Mais l’esprit de la nouvelle équipe sera celui de la solidarité gouvernementale : dans ces conditions, il aura les mains encore moins libres qu’auparavant. Et pour ces raisons, il préfère abandonner la lutte, et charge Magne de s’en faire l’écho125. Victor Duruy sait donc qu’il n’est plus ministre depuis le 12 juillet, et la session du Conseil impérial de l’Instruction publique qu’il ouvre le jour même, à treize heures, est pour lui l’occasion de faire ses adieux. Il présente aux conseillers les ultimes projets, celui sur la gymnastique le 15, celui sur l’introduction d’une section économique à la faculté de droit de Paris le 17 et, en clôturant la session, annonce aux conseillers qu’il quitte le gouvernement. La composition du nouveau cabinet n’étant pas encore connue, cette annonce – à laquelle certains, très proches du ministre, devaient pourtant s’attendre – provoque des réactions de surprise. Le ministre dresse avec concision un bilan de l’œuvre accomplie avec l’aide du Conseil, et exprime, non sans émotion, ses remerciements pour le soutien et la collaboration qu’il y a trouvés. « Ces paroles ont été écoutées par le Conseil avec beaucoup d’émotion, raconte Charles Robert. Dès les premiers mots du Ministre, tout le monde s’était levé pour l’entendre. Des bravos et des applaudissements éclatèrent à la fin. » Les conseillers entourent le ministre, lui serrent chaleureusement la main. Cette séance d’adieux terminée, Victor Duruy transmet à ses services les derniers arrêtés pour parution et envoie à l’empereur le décret, approuvé par le Conseil, sur l’enseignement économique de la faculté de droit. Il en profite pour adresser également ses adieux à Napoléon III. « Dieu accorde de longs jours à Votre Majesté » : ce sont là ses derniers mots de ministre. Le soir même, redevenu un simple citoyen, il quitte Paris pour sa maison de campagne, « très philosophe, très résigné, sans un seul mot de récrimination ou d’amertume126 ». La composition du nouveau gouvernement a été annoncée dans la journée : c’est Olivier Bourbeau, doyen de la faculté de droit de Poitiers, maire de cette ville et député de la Vienne, qui est nommé pour le remplacer. Une rumeur, colportée notamment par Henri Rochefort, affirme que c’est Duruy lui-même qui a conseillé à l’empereur le nom de l’avocat et professeur, qui était même, paraît-il, son ami127. Rien ne le prouve. Bourbeau a surtout l’avantage d’être un député des « Cent Seize », ce groupe de parlementaires dont l’heure est venue en ce mois de juillet 1869.

  • 128 L. Le Verrier, op. cit., p. 74.
  • 129 C. Dejob, op. cit., p. 46.

49Les ennemis du ministre déchu ne cachent pas leur satisfaction, et d’abord, fait significatif, au sein de l’Université. Tandis que les Le Verrier exultent128, à l’École normale, où l’on n’a pas oublié la crise de 1867 et l’intérêt porté par l’ancien ministre à Cluny, une chanson féroce circule129 :

C’est Duruy l’ex-ministre
Qui, pleurant comme un veau,
Dit : « je ne suis qu’un cuistre
Auprès de ce Bourbeau ».

  • 130 La Gazette de France, 19 et 22 juillet 1869 ; Le Monde, L’Univers, 22 juillet.

50La presse cléricale ne cache pas sa satisfaction, avec une ironie cruelle. Ainsi L’Univers se montre suspicieux à l’égard de l’universitaire Bourbeau, mais lance : « puisqu’il remplace M. Duruy, nous sommes assurés de ne pas perdre au change, et même il semble difficile de n’y point gagner quelque peu ». La démission de Duruy est l’occasion pour ses ennemis de tirer une dernière salve contre son « administration ardente et fantaisiste », ses mesures « fâcheuses », « ridicules », ses « campagnes contre la raison et le bon sens », ses « naïves extravagances ». La Gazette de France se montre également particulièrement méprisante, mais c’est Le Monde qui est le plus virulent. Le journal se dit satisfait de voir Victor Duruy « passer le Styx et aussi le Léthé de l’éternel oubli […] où son ombre goûte enfin le repos qu’il n’a su ni se donner ni donner aux autres ». Il dresse lui aussi un bilan peu amène d’une action ministérielle qui a mécontenté tout le monde : « les professeurs, dont ses caprices ont tyranniquement bouleversé les attributions », tout autant que « les familles, à qui il a donné des demi savants, et de jeunes sceptiques, ce que ne sauraient compenser l’amélioration des potages et la gymnastique militaire ». S’il est aimé des élèves, ajoute le journal, « sa popularité lui vient d’avoir flatté leurs défauts » : il a en effet encouragé « leur paresse par les mièvreries de l’éducation moderne, leur vanité par des correspondances autographiées avec quiconque s’est plaint d’un pensum, leur esprit d’indépendance par une indépendance religieuse qui n’est qu’un encouragement à l’impiété ». On voit que les attentions portées par Victor Duruy au bien-être des élèves sont loin de rencontrer l’assentiment unanime de ses contemporains, et que c’est même l’un des angles d’attaque privilégiés de ses ennemis130.

  • 131 C. Dejob, op. cit., p. 46.
  • 132 RIP, 22 juillet 1869.
  • 133 L’Opinion nationale, 18 et 19 juillet 1869.
  • 134 La Gazette de France, 15 juillet 1869.
  • 135 Journal de Paris…, 20 juillet 1869.
  • 136 Lettre à H. Cornu, 4 novembre 1869, La Dépêche (Toulouse), 6 mai 1904.

51Face à la joie facile de la presse cléricale, les feuilles libérales se montrent extrêmement réservées. Francisque Sarcey critique lui aussi la façon dont les élèves ont été traités, et accuse l’ancien ministre « d’avoir fomenté par des flatteries les révoltes des jeunes galopins ». Mais globalement, plus que le fond, c’est la forme qui est critiquée, la méthode Duruy, son zèle réformateur, son intense activité, son image de touche-à-tout, un peu brouillon, de la réforme. Pourtant certains journaux critiquent le ministre d’une façon plus politique. Jean-Jacques Weiss, son grand ennemi, le met dans le même sac que Rouher, et Le Rappel insiste sur la nécessité « d’un microscope pour constater que Duruy était peut-être moins illibéral [sic] que ses collègues131 ». Le Temps, Le Siècle et le Journal des Débats ne font aucun commentaire, ce qui est la preuve que la presse de gauche s’est bien en partie détournée du ministre. Exception faite du Charivari, qui, tout en rappelant son opposition à Duruy, s’inquiète de la nomination de Bourbeau et, à l’inverse de L’Univers, croit y avoir plus à perdre qu’à gagner. Seul reste le dernier carré des fidèles. Dans la Revue de l’Instruction publique, Édouard Goumy rend hommage à son action : « Nous ne croyons pas qu’il y en ait eu de plus active, de plus féconde, de plus ardemment dévouée au bien132 ». L’Opinion nationale, qui n’a, de tout le ministère, jamais cessé de le défendre, fait également part de sa consternation. « Aucun ministre n’aura mérité une aussi grande place dans la reconnaissance du pays », écrit Charles Sauvestre133. Le journal s’interroge sur les raisons de ce départ, contraire d’après lui aux vœux du pays, et à l’esprit nouveau du régime à l’heure où la libéralisation devient une réalité. Il voit dans cette démission « la marque d’un mouvement rétrograde ». Erreur évidente d’analyse politique : le départ de Rouher, la perspective de voir le tiers parti arriver au gouvernement, suffisent désormais comme gages démocratiques à l’opinion, et il n’y a guère que Charles Sauvestre lui-même pour pleurer le départ du ministre et y voir la preuve d’un retour à l’empire autoritaire. La Gazette de France, dans son opposition au ministre, livre une analyse plus judicieuse de la situation, lorsqu’elle affirme que « ce ministre, qui est l’émanation la plus accentuée du pouvoir personnel, ne peut évidemment […] faire partie du nouveau cabinet, qui se constituera […] avec mission de faire échec au pouvoir personnel134 » : nommé par un caprice impérial, du moins c’est ce qu’on pensait encore, Victor Duruy représentait encore l’ancien Empire, celui où le souverain choisissait lui-même ses ministres, sans faire appel à la démocratie, « un régime de maires du palais et de favoris », comme le caractérise Jean-Jacques Weiss135. L’ancien ministre reconnaît lui-même, avec lucidité, que, porté au pouvoir par la seule volonté du prince, il ne pouvait conserver sa place dans un système qui retournait au contrôle du ministère par la Chambre136. L’année 1869 est un tournant dans l’histoire du régime : « notre rôle est fini », écrit Persigny à Rouher au lendemain des élections en parlant des hommes du Deux Décembre ; comme le leur, le temps de Victor Duruy, devenu ministre au temps de l’Empire autoritaire et parce que l’Empire était autoritaire, est lui aussi terminé.

  • 137 L’Opinion nationale, 18 juillet 1869.
  • 138 J.-C. Geslot, « Du Bulletin universitaire au Bulletin administratif… », op. cit.
  • 139 J.-F. Condette, op. cit., p. 108.

52Par ailleurs, Charles Sauvestre justifie également son incompréhension devant le départ de Duruy en affirmant que son nom « est populaire jusque dans le moindre hameau137 ». Ici encore, il faut nuancer. Une grande partie de l’opinion publique lui est hostile. Les bonapartistes autoritaires n’ont jamais apprécié son réformisme intense ; les catholiques sont définitivement prévenus contre sa politique anticléricale ; les libéraux ont fini par se détourner de lui ; quant aux républicains, ils ont, à l’heure de l’Empire enfin libéral, d’autres préoccupations. Même à l’intérieur de l’Université, le ministre, tout en bénéficiant toujours de l’appui de nombreux fonctionnaires – certains lui devant d’ailleurs beaucoup –, suscite du mécontentement. L’opposition du Journal général de l’Instruction publique n’est pas seulement celle d’une feuille tenue par un ennemi du clan Hachette, Paul Dupont, éditeur privé de ses privilèges par l’ancien ministre138 : c’est celle d’une partie de l’opinion universitaire, celle de ses lecteurs. Deux exemples, parmi d’autres : le recteur d’académie Claude Perroud, placé en congé sans traitement en 1867 pour son opposition au ministre ; et l’instituteur Noël Vauclin qui explique dans ses Mémoires qu’après les premiers temps d’enthousiasme, l’enseignement spécial a fini par lasser, essentiellement par son caractère trop improvisé et trop innovant139. Ces témoignages ne sauraient être sur ou sous-estimés, ils sont simplement la preuve que le consensus évoqué par Charles Sauvestre est une chimère, et que la légitimité du départ de Victor Duruy est, au moins politiquement, incontestable.

Notes

1 Sur cette affaire, D. Nisard, op. cit., vol. II, p. 465 sq. ; Jean Thomas, Sainte-Beuve et l’École Normale, Les Belles-Lettes, 1936, p. 160 sq. ; Jean-François Sirinelli, École Normale Supérieure, le livre du bicentenaire, PUF, 1994, p. 434 sq. ; René Vallery-Radot, Vie de Pasteur, Hachette, 1946, p. 193-202 ; Elisabeth David, Gaston Maspero 1846-1916 Le gentleman égyptologue, Pygmalion Gérard Watelet, 1999, p. 27-28.

2 NS II, p. 241.

3 Agnès Thiercé, « Révoltes de lycéens, révoltes d’adolescents au XIXe siècle », Histoire de l’éducation, no 89, janvier 2001, p. 65.

4 L’Univers, 7 juillet 1867.

5 Henri Cozic, « Distribution solennelle des récompenses », L’Illustration, 6 juillet 1867, p. 11.

6 Journal de Paris…, 12 juillet 1867 ; Jean-Jacques Weiss, sa vie, ses écrits, Fourneau, (1891), p. 39-40 ; Arthur Ranc, Souvenirs, correspondance 1831-1908, Cornély, 1913, p. 127.

7 Du latin pro, avant, et post, après ; terme sans équivalent en français, mais qui en anglais (preposterous) signifie absurde, insensé, au point d’en être ridicule.

8 X. Marmier, op. cit., p. 29 ; Gazette des tribunaux, 27 et 30 mars 1867.

9 Journal de Paris…, 11 juillet 1867 ; Le Personnel de l’administration préfectorale 1800-1880, Centre historique des Archives nationales, 1998, p. 291 et 915.

10 Témoignages de J. J. Weiss dans Le Journal de Paris, 12 juillet 1867 ; du baron Chabot, ibid., 13 juillet 1867 ; d’Anatole Duruy, ibid., 14 juillet 1867.

11 Charles Sainte-Beuve, Correspondance générale, 1935-1983, vol. XVI, p. 380.

12 E. David, op. cit., p. 27-28.

13 Charles Dejob, Le Réveil de l’opinion dans l’Université sous le Second Empire : la Revue de l’Instruction publique et Victor Duruy, Saint-Cloud, impr. de Belin frères, s.d. (1914), p. 43 ; voir notamment Journal de Paris, 12, 13 et 15 août 1867.

14 Moniteur universel, 2 avril 1867.

15 Sur cette question, M. Gontard, op. cit., p. 186-188 ; C. Cosnier, op. cit., p. 198-208 ; rappel historique et critique sur la préparation par Charles Louandre, « Le Ministre de l’instruction publique à l’Exposition universelle de 1867 », JGIP, 10 janvier 1866.

16 AN : 45AP/1 (14 juillet, 5 septembre, 13 et 17 octobre 1865).

17 JGIP, 15 novembre et 13 décembre 1865.

18 AN : 114AP1 (correspondance de V. Duruy sur l’Exposition universelle de 1867).

19 C. Sainte-Beuve, op. cit., lettres de et à V. Duruy et la Psse Mathilde, à partir d’août 1865.

20 Jean-Charles Geslot, « La Vie parisienne, entre culture et politique. L’exemple de l’Exposition universelle de 1867 », in La Vie parisienne. Un mythe, une langue, un style, acte du 3e congrès international de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes, publication électronique, www.etudes-romantiques.org, 2008.

21 Liste des rapports dans JCG III, annexe XII.

22 Auguste Geffroy, Jules Zeller et Jules Thiénot, Rapports sur les études historiques, Impr. imp., 1867, p. 35-36, 47 sq., 61, 64, 87, 166-167.

23 Manuel général de l’instruction primaire, du 17 novembre 1866 (message de Louis Bréton annonçant la souscription) au 5 octobre 1867 (décision d’arrêter la publication des listes de souscripteurs).

24 F. Roux, op. cit., p. 114-116.

25 Compte rendu dans Le Moniteur universel, 16 août 1867.

26 M. Gontard, op. cit., p. 187 ; C. Cosnier, op. cit., p. 205.

27 Journal de Paris…, 10 août 1867.

28 Ibid., 12 août 1867.

29 Y. Delange, op. cit., p. 54-57 et « Préface », dans J. H. Fabre, Souvenirs entomologiques. Étude sur l’instinct et les mœurs des insectes, Robert Laffont, 1989, vol. I.

30 Louis Papy, « L’œuvre de Victor Duruy à Mont-de-Marsan », Actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, 5e série, t. IX, 22 novembre 1984, Bordeaux, Hôtel des Sociétés savantes, 1985, p. 141-154.

31 Journal des Landes, 1er août 1867. Autres articles les 28 juillet et 4 août.

32 Ibid., 8 août 1867. Détail des chiffres : 4991 inscrits dans le canton, 3203 votants, 3166 suffrages pour Duruy.

33 Comptes rendus dans Journal des Landes, 29 septembre, 3 et 10 octobre.

34 AN : 45AP/1 (6 novembre 1867).

35 Sur la relation entre Louis Pasteur et Victor Duruy, voir dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., les lettres échangées entre les deux hommes entre le 11 août 1863 et le 15 juin 1867.

36 Francisque Bouillier, Souvenirs d’un vieil universitaire, Pigelet, 1897, p. 30-31 ; R. Vallery-Radot, op. cit., p. 202.

37 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 120.

38 NS II, p. 242.

39 Ibid., p. 13 ; BI : Papiers de Victor Regnault (Ms. 2936) et Le Verrier (Ms. 3710).

40 Lucile Le Verrier, Journal d’une jeune fille Second empire (1866-1878), Zulma, 1994, p. 42, 45, 49, 52, 61.

41 NS II, p. 246 ; David Aubin, « La Métamorphose des éclipses de soleil », La Recherche, no 321, juin 1999, p. 78-83

42 J. Maurain, La Politique…, op. cit. ; Françoise Mayeur, « Les Evêques français et Victor Duruy : les cours secondaires de jeunes filles », Revue d’histoire de l’Église de France, juillet décembre 1971 ; ibid., L’Education des femmes en France au XIXe siècle, 1979, p. 113 sq. ; Sandra Horvath-Peterson, « Victor Duruy and the controversy over education for girls », French Historical Studies, 1985, 9 (1), p. 83-104. Des compléments dans JCG, vol. II, p. 888 sq.

43 Sur la vision des femmes chez Victor Duruy, JCG, vol. III, p. 1220-1225.

44 Claude et Françoise Lelièvre, Histoire de la scolarisation des filles, Paris, Nathan, Repères pédagogiques, 1991, p. 68.

45 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Administration du Grand Dictionnaire universel, 1870, v° « Duruy (Victor) ».

46 BAIP, 1867, II, p. 553-554.

47 Cité dans J. Rohr, op. cit., p. 168.

48 AN : F17*/1871 (9 et 11 décembre 1867).

49 Cité dans S. Horvath-Peterson, op. cit., p. 59 ; NS I, p. 368-369 ; J. A. Foulon, op. cit., p. 360-361 ; J. Guillermin, Vie de Mgr Darboy, archevêque de Paris, Bloud et Barral, 1888, p. 177.

50 Le procès-verbal de la discussion sur ce projet de loi ne se trouve pas dans les registres conservés aux AN, peut-être pour les raisons de confidentialité évoquées. Victor Duruy l’a cependant reproduit dans ses Mémoires. Cf. NS II, p. 23-38.

51 AN : 45AP/1 (17 février 1868) ; J. Maurain, La Politique…, op. cit.

52 NS II, p. 38-42.

53 L. Liard, op. cit., p. 303.

54 H. Dabot, op. cit., p. 249-251.

55 F. Mayeur, L’Education…, op. cit., p. 118-130.

56 J. Campagne, « La Croisade contre M. Duruy », L’Union des professeurs. Journal des intérêts classiques, 20-25 avril 1868.

57 Jules Philippe, Réformez l’éducation ! Requête présentée par quelques citoyens à M. Duruy, ministre de l’Instruction publique, Hachette, 1868, 23 p. On remarquera que cette brochure est publiée par la librairie Hachette, proche du ministre.

58 NS II, p. 108 sq.

59 EL, p. 152-153.

60 Emile Zola, « Causerie », La Tribune, 5 juillet 1868, cité dans H. Mitterand, dir., Emile Zola. Œuvres complètes, t. 3 : La naissance du naturalisme, Nouveau Monde, 2003, p. 456

61 J. Rohr, op. cit., p. 171.

62 Eric Anceau, Napoléon III. Un Saint-Simon à cheval, Tallandier, 2008, p. 458.

63 C. Sainte-Beuve, op. cit., t. XVII, p. 177.

64 EL, p. 152-153.

65 NS I, p. 271-273.

66 AIP, p. xi ; M. de Salve, Création du lycée de Galata-Séraï à Constantinople sous les auspices du gouvernement français, s.l., s.n.é., 1892, paginé 347-362 ; M. Roche, op. cit., p. 207 ; Ekmeleddin İ hsano ğ lu, éd., History of the Ottoman State, society and Civilisation, Istanbul, IRCICA, 2002, p. 465 ; JCG II, p. 685 sq.

67 NS I, p. 265-266.

68 Bruno Théret, « Les Dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Economie, sociétés, civilisations, a. 46, no 6, nov.-déc. 1991, p. 1335-1374 ; JCG II, p. 514-526.

69 F. Roux, op. cit., p. 145-153.

70 Nadar, Simple Lettre d’un petit de sixième à l’élève de seconde Cavaignac, A. Le Chevalier, 1868, p. 15-16 ; V. Duruy au Gal Frossard, 10 août 1868, dans Auguste Poulet-Malassis, Papiers secrets et correspondance du Second Empire, Auguste Ghio, 1873, p. 71 ; Matthew Truesdell, Spectacular Politics. Louis-Napoleon Bonaparte ant the Fête Impériale, 1849-1870, Oxford University Press, 1997, p. 175-176.

71 Le Charivari, notamment les numéros des 19 novembre 1867, 14 et 15 août, 22 août, 20 septembre, 17 et 18 octobre 1868.

72 Gaston Paris dans Le Haut Enseignement historique et philologique en France, H. Welter, 1894, 61 p. ; George Weisz, « Le Corps professoral de l’enseignement supérieur et l’idéologie de la réforme universitaire en France, 1860-1865 », Revue française de sociologie, XVIII, 1977, p. 201-232 ; Roger L. Geiger, « Prelud to Reform : the faculties of letters dans the 1860’s », dans D. N. Baker and P. Harrigan, op. cit., p. 337-361.

73 Louis Pasteur, « Le Budget de la science », Revue des études scientifiques, 1er février 1868, dans Louis Pasteur Vallery-Radot, éd., Œuvres de Pasteur, Masson, vol. VII, 1963, p. 199 sq.

74 Louis Girard, Napoléon III, Paris, Fayard, 1986, p. 62 et 202 ; Harry W. Paul, « L’Idée de recherche dans les facultés des sciences au XIXe siècle », dans C. Charle et R. Ferré, publ., Le Personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, CNRS, 1985, p. 220 ; L. Liard, op. cit., p. 273 ; L. Pasteur Vallery-Radot, Correspondance…, op. cit., p. 128 et 216-236.

75 NS I, p. 302-305 ; L. Pasteur Vallery-Radot, Oeuvres…, op. cit., p. 204, n. 1.

76 Alan J. Rocke, Nationalizing Science. Adolphe Wurtz and the Battle for French Chemistry, Cambridge (Mass.), London, The Massachussets Institute of Technology Press, 2001, p. 286-287.

77 NS I, p. 168.

78 notamment Rapport du recteur Chéruel dans l’enquête de 1865 sur l’enseignement supérieur, cité dans L. Liard, op. cit., p. 283-285.

79 AN : *F17/1871 (9 décembre 1867) ; NS I, p. 312.

80 H. W. Paul, op. cit., p. 220.

81 Discours à la distribution des prix de l’Association philotechnique, 27 mai 1866, dans AIP, p. 309.

82 Sur la pensée de V. Duruy en matière de science, de progrès et de civilisation, JCG, III, p. 1010 sqq.

83 Sur les rapports entre V. Duruy et les savants, ibid., II, p. 707 sqq.

84 L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., p. 131, 242 et 298.

85 NS I, p. 309-312.

86 Roger Duchêne et Jean Contrucci, Marseille 2600 ans d’histoire, Fayard, 1998, pp. 400-401, 525, 767 ; NS I, p. 310.

87 Nombreux détails dans L. Pasteur Vallery-Radot, op. cit., et NS I, p. 313-316 ; Danielle Fauque, « Organisation des laboratoires de chimie à Paris sous le ministère Duruy (1863-1869). Cas des laboratoires de Frémy et de Wurtz », Annals of Science, vol. 62, no 4, octobre 2005, p. 501-531 ; JCG, II, p. 718 sq.

88 Charles Baudelaire, Correspondance générale, Paris, L. Conard, 1947-1953, vol. IV, p. 310 et 315.

89 Christiane Demeulenaere-Douyère, Patricia Galeana et Armelle Le Goff, dir., L’intervention française au Mexique. Impacts culturels et scientifiques dans les deux pays, CTHS, 2010.

90 D. Aubin, op. cit., p. 78-83.

91 AIP, p. ix ; C. O. Carbonell, op. cit., p. 261 ; P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 240 ; Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France XIXe-XXe siècles, CTHS, 1995, p. 37 et 209.

92 AN : F17*/1871 (2, 6, 7 et 8 juillet 1868).

93 NS I, p. 315-316.

94 Sur cette question, ibid., p. 302-309 ; L. Liard, op. cit., p. 293-295 ; R. Geiger, op. cit., p. 359 ; J. Rohr, op. cit., p. 116-121. Voir les explications de Victor Duruy lui-même dans une lettre à J. Simon de 1882, in JS, p. 113-115.

95 L. Liard, op. cit., p. 295 ; Henry Bérenger, L’Aristocratie intellectuelle, Colin, 1895, p. 106.

96 NS I, p. 317-318.

97 Voir notamment Le Siècle et L’Opinion nationale, 7 août 1868.

98 Entre autres : Marie-Claude Genet-Delacroix et André Tuillier, Histoire de l’Université de Paris et de la Sorbonne, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1994, p. 371-377 ; H. W. Paul, op. cit., p. 219 ; A. Prost, op. cit., p. 229 ; J. Verger, op. cit., p. 289-290.

99 NS II, p. 158, n. 2.

100 AN : F17*/1871 (26 janvier 1869 ; 12-17 juillet 1869) ; J. Rohr, op. cit., p. 115-119 ; Thérèse Charmasson, Thérèse, et alii, L’Enseignement agricole et vétérinaire de la Révolution à la Libération, INRP/Publications de la Sorbonne, 1992, p. lx et lxxix-lxxx. ; Jean Boulaine, « Boussingault, Jean-Baptiste (1802-1887) », dans C. Fontanon, et A. Grelon, Les Professeurs du Conservatoire national des Arts et Métiers, INRP/CNAM, 1994, vol. I.

101 NS I, p. 317-318.

102 E. Zola, « Chronique », L’Evénement illustré, 16 juillet 1868, cité dans Œuvres complètes, op. cit., t. 3, p. 465-467.

103 Journal de Paris, 16 et 22 juillet 1869 ; P. Jeannin, op. cit., p. 99.

104 Antoine Prost, « L’Administration de l’Instruction publique (1815-1870) », dans P. Bousquet, et alii, Histoire de l’administration de l’enseignement en France, 1789-1981, Champion, 1983, p. 19 sq. ; C. Charle, op. cit., p. 10.

105 AN : F17/2628.

106 Guy Thuillier, La Vie quotidienne des ministères au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1976, p. 15 ; Robert Schnerb, Rouher et le second Empire, Colin, 1949, p. 71 ; Honoré Farat, Persigny, un ministre de Napoléon III. 1808-1872, Hachette, 1957, p. 231-232.

107 Analyse dans JCG II, p. 505-516.

108 BI – Papiers Alfred Maury, no 2655, dossier XIV (V. Duruy à A. Maury, 31 mai 1866).

109 Sur ce sujet, nous renvoyons aux travaux de Pierre Arnaud, Le Militaire, l’écolier, le gymnaste. Naissance de l’éducation physique en France (1869-1889), Presses universitaires de Lyon, 1991 ; Ronald Hubscher, dir., L’Histoire en mouvement. Le sport dans la société française (XIXe-XXe s.), A. Colin, 1992 ; Marcel Spivak, « Le Développement de l’éducation physique et du sport français de 1852 à 1914 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, XXIV, 1977, p. 28-38.

110 Voir notamment à ce sujet : Marc Le Cœur, « Couvert, découvert, redécouvert… L’invention du gymnase scolaire en France (1818-1872) », Histoire de l’éducation, no 102, mai 2004, p. 118.

111 F. Roux, op. cit., p. 139.

112 Sur cette question, cf. JCG II, p. 623-645.

113 Jean-Claude Caron, À l’école de la violence. Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au XIXe siècle, Aubier, 1999, p. 81 sq., et notamment p. 89.

114 Jean-François Chanet, « La Férule et le galon. Réflexions sur l’autorité du premier degré en France des années 1830 à la guerre de 1914-1918 », Le Mouvement social, no 224, juillet septembre 2008, p. 118.

115 P. Ariès et G. Duby, op. cit., p. 134.

116 Serge Chassagne, dir., La Maison d’école en France au XIXe siècle, INRP, 1987, p. 5 ; Marc Le Cœur, « Les Lycées dans la ville : l’exemple parisien (1802-1914) », dans M.-M. Compère et P. Savoie, dir. L’Etablissement scolaire. Des collèges d’humanités à l’enseignement secondaire (XVIe-XXe siècles), Histoire de l’éducation, numéro spécial, no 90, mai 2001, p. 131-167 ; P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 159-160.

117 V. Duruy à Haussmann, 1er août 1868, citée dans Pierre Giolitto, Histoire de l’enseignement primaire au XIXe siècle, vol. 1, L’organisation pédagogique, Paris, Nathan Histoire, 1983, p. 46.

118 JCG II, p. 609-613.

119 NS I, p. 235-236.

120 Geneviève Bréton, Journal. 1867-1871, Ramsay, 1985, p. 69.

121 Edmond About, « Le Salon de 1869 », Revue des Deux Mondes, 1er juin 1869, p. 749 ; André Albespry, Le Salon de 1869, extrait de la Revue chrétienne, 5 juillet 1869, typo. Ch. Meyrueis, 1869, p. 8 ; Arthur Duparc, Le Salon de 1869, Charles Douniol, 1869, p. 11 ; P. Larousse, op. cit., v° « Duruy (portrait de M.) ».

122 L. Girard, op. cit., p. 433.

123 NS II, p. 138-141.

124 Le Monde, 17 juillet 1869.

125 V. Duruy à P. Magne, 14 juillet 1869, dans Collection Janine Duruy.

126 Joseph Dugué de la Fauconnerie, Souvenirs d’un vieil homme (1866-1871), Ollendorff, 1912, p. 54. ; NS II, p. 145.

127 La Lanterne, 24 juillet 1869.

128 L. Le Verrier, op. cit., p. 74.

129 C. Dejob, op. cit., p. 46.

130 La Gazette de France, 19 et 22 juillet 1869 ; Le Monde, L’Univers, 22 juillet.

131 C. Dejob, op. cit., p. 46.

132 RIP, 22 juillet 1869.

133 L’Opinion nationale, 18 et 19 juillet 1869.

134 La Gazette de France, 15 juillet 1869.

135 Journal de Paris…, 20 juillet 1869.

136 Lettre à H. Cornu, 4 novembre 1869, La Dépêche (Toulouse), 6 mai 1904.

137 L’Opinion nationale, 18 juillet 1869.

138 J.-C. Geslot, « Du Bulletin universitaire au Bulletin administratif… », op. cit.

139 J.-F. Condette, op. cit., p. 108.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540