Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Troisième partie. Un ministère déterminant (1863-1869)

Chapitre VI. Les grandes manœuvres (1865-1867)

Texte intégral

  • 1 JGIP, 10 août 1864.

1Les dix-huit premiers mois du ministère avaient été ceux de l’installation et du lancement des premières initiatives, souvent d’ailleurs dans la continuité administrative de celles lancées par Gustave Rouland. Ces mesures avaient permis au ministre de remporter de véritables petits succès « médiatiques », et tout ceci s’était fait dans une sorte d’état de grâce, une atmosphère très largement consensuelle, dans l’opinion publique, autour de l’action réformatrice du nouveau ministre. Pourtant l’année 1864 marque le début des difficultés. Certains grands universitaires continuent à faire preuve de mauvaise humeur, et leur absence lors de la deuxième cérémonie de clôture du concours général ne passe pas inaperçue : la rupture que Victor Duruy représente par rapport à la politique qu’ils avaient jusque-là menée auprès de Fortoul et Rouland est un trop grand désaveu pour eux1. Par ailleurs, une partie de la presse libérale rompt violemment avec l’équipe de la rue de Grenelle. Les milieux cléricaux se tiennent coi mais de fortes suspicions pèsent quant à l’esprit qui anime le ministre. Le gouvernement considère ce dernier comme un dangereux agitateur qui en veut à la quiétude du régime autant qu’à celle de ses finances. Le soutien de Napoléon III s’est révélé très épisodique et l’appui de l’opposition, dans la presse et au Corps législatif, ne saurait, seul, assurer au ministre son succès dans la bataille politique qu’il s’apprête à engager. Celle-ci, dans les années 1865-1867, connaît un emballement important. Cette période est celle des grandes manœuvres, et d’abord celle des manœuvres parlementaires. Le vote des budgets de l’Instruction publique et des lois sur les enseignements spécial et primaire place le ministre au cœur du débat politique. Désormais la réforme entre dans sa phase de maturité. Et c’est dans cette phase qu’éclatera véritablement au grand jour la position politique pour le moins inconfortable du ministre de l’Instruction publique.

Les grands chantiers du ministère

L’épineuse question de l’enseignement supérieur

  • 2 Lucette Le Van-Lemesle, « La Faculté de droit de Paris et l’introduction de l’économie politique d (...)
  • 3 Henri Dabot, Souvenirs et impressions d’un bourgeois du Quartier latin de mai 1854 à mai 1869, Pér (...)

2« À bas Duruy ! » : en décembre 1864, pour la première fois à notre connaissance depuis son accession à la tête de l’Université, Victor Duruy est directement pris à parti – et non sans violence – par l’impétueuse jeunesse étudiante du Quartier latin. À l’origine de cette exclamation, la nomination d’Anselme Batbie à la chaire d’économie politique de la faculté de droit de Paris. Pourtant, cette nomination pouvait apparaître comme un symbole, comme une nouvelle mesure, libérale, de réparation, dans la mesure où elle intervenait après la recréation de cette chaire, mise en place en 1819 mais supprimée par les ultras. De fait, la faculté est peu attachée à la discipline et fait mauvais accueil à la décision. En y nommant Anselme Batbie, déjà professeur de ladite faculté, le ministre pensait pouvoir calmer le mécontentement des professeurs. Las ! Les étudiants voient d’un mauvais œil l’établissement d’un poste qui fleure bon la propagande impériale : l’économie politique est une discipline sensible et, en nommant un cacique de la faculté, Duruy ne fait qu’envenimer les choses. À l’ouverture du cours, l’Empire de Napoléon III connaît de nouveaux chahuts universitaires. 2 000 étudiants, pour 600 places, obligent le professeur à battre en retraite aux cris de « À bas la police ! » et, plus ironique, d’« Esprit saint, descendez en nous ! ». À la deuxième séance, bis repetita : un nouveau chahut se produit. On doit faire intervenir la police. Désormais, un filtrage à l’entrée permet aux agitateurs d’être exclus du cours, et à celui-ci de se dérouler plus ou moins sereinement2. L’événement est lourd de significations : il est le signe que l’affaire Renan a laissé des traces dans l’esprit des étudiants. Le ministre apparaît, tout autant que les autres, comme un fidèle du pouvoir impérial et, à une époque où le desserrement du carcan autoritaire libère les énergies de l’opposition, Duruy devient une cible comme les autres. D’ailleurs, dans les mois qui suivent, les agitations ne sont pas rares. Ainsi en avril 1865, des étudiants manifestent après l’annonce de l’assassinat du président Lincoln : la contestation se radicalise dans le Quartier latin3.

  • 4 NS II, p. 14 sq.
  • 5 AN : 114AP1 (note de C. Glachant à V. Duruy et réponse, s.d.).
  • 6 X. Marmier, op. cit., p. 19 ; S. Horvath-Peterson, op. cit., p. 186.
  • 7 Hector Pessard, Mes petits papiers, 1860-1873, Calmann-Lévy, 1887-1888, II, p. 98.

3En cette fin d’année 1864, l’enseignement supérieur continue donc, après l’échec du projet de libéralisation et l’affaire Renan, à empoisonner la vie politique du ministre de l’Instruction publique. Le mouvement des conférences publiques se développe : à la rentrée 1864, il s’étend à la province, alors qu’il était jusque-là limité à la capitale4. À la fin de l’année, 400 cours ont été ouverts dans toute la France. Si Victor Duruy se félicite de cette amplification, et de la place qu’y prend l’Université – bien que l’initiative privée soit toujours importante, dans l’optique de la libéralisation de l’enseignement supérieur – en revanche ses collègues ministres continuent à s’inquiéter des dérives possibles d’une telle liberté d’expression laissée à des intellectuels. Le ministre doit souvent donner des gages à l’empereur et le rassure sur sa fermeté en la matière. Il est vrai que la liberté est très surveillée, et que les autorisations ne sont accordées qu’avec parcimonie. La suspicion devient très vite la règle, quant aux thèmes des conférences et aux orateurs qui les portent. Lorsque Guéroult sollicite l’autorisation, Duruy répond qu’« un homme politique donnerait une couleur politique à ce qui doit rester purement littéraire ou scientifique5 », privant ainsi de parole un homme suspecté a priori de ne pouvoir se débarrasser en public de son manteau de journaliste politique en vue. Progressivement, la plupart des membres de l’opposition se retrouvent d’ailleurs sur la liste noire du ministère. Eugène Pelletan, Albert de Broglie, François Guizot, Jules Simon lui-même, sont, à leur tour, interdits6. Le journaliste Hector Pessard raconte comment il devient alors du dernier cri d’être refusé par le ministère, et comment ceux qui sont autorisés s’emploient parfois à laisser passer dans leurs discours des messages plus ou moins voilés7. Ainsi le système se retourne-t-il contre son auteur : ce qui devait être le cadre d’une affirmation de la liberté d’expression devient au contraire le lieu privilégié de la censure impériale, et l’image d’un ministre davantage soucieux de montrer patte blanche à ses collègues du gouvernement que de favoriser l’élan intellectuel de l’Université s’en trouve écornée.

4Or, en dépit des précautions, ces conférences n’évitent pas les polémiques. En novembre 1864, le pasteur Athanase Coquerel demande l’autorisation de faire un cours sur l’Église primitive. Le propos est plutôt historique, mais touche à une question religieuse… Or Coquerel est protestant. L’affaire est débattue au Conseil impérial de l’Instruction publique, lequel est habilité à accorder les autorisations de cours publics.

  • 8 AN : F17*/1870 (18 novembre 1864).

5Des fuites se produisent, et la rumeur se répand dans la presse que le pasteur serait autorisé. Certains évêques s’en émeuvent, tentent d’intervenir auprès du ministre pour qu’il refuse l’autorisation, en vain : le Conseil impérial l’autorise à créer, salle Herz, un cours sur l’histoire de l’Église8. Une fois de plus, le ministre se retrouve donc entre les libéraux et les conservateurs, otage surtout de ces derniers, lesquels, dans le domaine des conférences libres d’enseignement supérieur, n’ont de cesse, depuis le début du ministère, de le mettre en porte-à-faux. Si l’Église n’intervient que de façon épisodique, en revanche le gouvernement exerce une pression constante sur le ministre de l’Instruction publique. Plus que jamais en cette fin 1864 et au début de 1865, les ministres sont hostiles à leur collègue de l’Instruction publique, et cette situation prend une acuité particulière à propos du projet de loi sur l’enseignement primaire.

L’enseignement primaire : un « coup » médiatique

  • 9 Sur la bataille politique de l’enseignement primaire, cf. NS I, p. 210 sq. ; éclairante étude dans (...)
  • 10 Lettre à Hortense Cornu, 17 janvier 1865, La Dépêche (Toulouse), 5 mai 1904.

6Peu de temps en effet après l’affaire Batbie, le 21 décembre 1864, Victor Duruy soumet à Napoléon III le projet de loi préparé à l’automne, dans lequel il propose deux mesures pour le moins radicales : d’une part, l’obligation de l’enseignement primaire, de 7 à 13 ans ; d’autre part, la gratuité, partielle ou totale, de cet enseignement, celle-ci permettant de mieux faire passer celle-là. Gratuité et obligation de l’enseignement primaire : ce sont là deux chevaux de bataille de la gauche républicaine, proposées en son temps par Hippolyte Carnot, que reprend à son compte le ministre de Napoléon III. Celui-ci pourtant s’empresse d’approuver le projet, trop heureux peut-être de faucher l’herbe sous le pied de ses principaux opposants. Pourvu de l’impériale approbation, le ministre peut dès lors présenter son projet et se lancer dans la bataille politique, qui s’annonce rude. En effet, le gouvernement, saisi du projet dans le courant du mois de janvier suivant, lui oppose une fin de non-recevoir, tout comme il l’avait fait quelques mois plus tôt à propos de l’enseignement supérieur. Rouher, parangon du bonapartisme conservateur, critique un projet qui remet en cause « l’édifice » et présente un coût financier trop élevé. Les ministres suivent le « vice-empereur » dans son argumentation, et Duruy doit en appeler à l’empereur dans une lettre écrite le 6 janvier9. Il n’y va pas par quatre chemins et, pour convaincre le souverain, lui présente tout l’intérêt tactique de la chose : « Au point de vue politique, il y a urgence d’agir : contre les Orléanistes, en opposant la loi de 1865 à celle de 1833 qu’ils ont sans cesse à la bouche ; contre les Cléricaux qui vivent de ténèbres, en faisant la lumière ; contre les Républicains, en leur arrachant une arme des mains ». Il insiste par ailleurs sur le fait que l’extension de l’instruction est un vœu de l’opinion publique, et que cette politique pourra être mise à l’actif des grandes œuvres du règne glorieux de Napoléon III. Aussi bon courtisan que fin politique en dépit de son inexpérience, le ministre sait user de la flatterie lorsqu’il s’agit de convaincre le Maître, et utiliser des arguments qu’il sait devoir faire mouche. Il tient en outre à rassurer le souverain quant aux inquiétudes financières émises par ses collègues, en démontrant par de savants montages que le coût sera plus indolore qu’il n’y paraît au premier abord, et en lançant un cri du cœur en prévoyant « le rapprochement qui sera fait dans toutes les bouches : “La France dépense vingt-cinq millions pour une préfecture, cinquante ou soixante pour un Opéra et elle ne peut en dépenser sept ou huit pour l’instruction du peuple !” ». Ces arguments semblent avoir un certain écho : neuf jours après cette lettre, dans son discours du trône, l’empereur donne un signal fort à son gouvernement en défendant l’idée de l’extension de l’enseignement primaire. Duruy exulte : « Victoire et fanfare !!! » s’exclame-t-il à Hortense Cornu, qui, en l’affaire, semble un soutien important10. D’autant qu’il compte ne pas laisser passer cette session du Corps législatif. Mais Rouher tient bon, si bien que Napoléon III doit convoquer un Conseil privé sur cette question durant lequel il va, chose rare, jusqu’à interrompre son ministre d’État. Pour dénouer la crise, une commission est nommée : Duruy, le prince Napoléon, cousin de l’empereur favorable au projet, le maréchal Vaillant et Persigny sont chargés de rédiger un nouveau projet. Celui-ci, plus souple sur la question de la gratuité et du personnel ecclésiastique, est présenté au Conseil des ministres le 5 mars.

  • 11 P. de La Gorce, op. cit., p. 281.

7Mais le chef de l’Université s’attend à un nouveau refus et, devant l’hostilité des notables conservateurs au pouvoir, il décide d’en appeler à l’opinion. Le 6 mars 1865, il fait publier au Moniteur universel le rapport du 21 décembre approuvé par l’empereur. C’est un vrai coup médiatique. Car le journal officiel se fait tout à coup l’écho de propositions hautement révolutionnaires : un ministre de l’empereur proposant, comme les républicains, d’instaurer l’obligation et la gratuité de l’enseignement primaire. La surprise est grande11, mais les réactions sont moins importantes que prévu. Si la presse de gauche félicite le ministre pour la rigueur de son étude et les principes qui l’animent, elle se montre en partie insatisfaite, jugeant dommage que le financement de la gratuité soit pris en charge par les communes et non par l’État, ou voyant dans l’obligation une atteinte à la liberté. La presse cléricale, elle, campe sur ses positions, accusant l’État de vouloir exclure l’Église de l’enseignement et contestant l’esprit positiviste qui anime le projet : « la moralisation par la science est une chimère, et la science ne peut que donner plus de force et fournir plus de ressources à la perversité », peut-on ainsi lire dans Le Monde du 8 mars 1865. Mais l’essentiel n’est pas là : trois mois après les premiers cris de « À bas Duruy », la Gazette de France franchit un cap en demandant, pour la première fois là encore, la démission du ministre.

  • 12 JGIP, 22 février 1865, p. 109.

8En dépit des réactions mesurées de soutien à son projet et des oppositions qu’il soulève, Victor Duruy peut se vanter d’avoir fait vaciller le gouvernement. Tout texte publié au Moniteur est en effet estampillé du sceau très officiel du Conseil des ministres, et chacun peut donc penser le 6 mars au matin que l’Empire souhaite instaurer la gratuité et l’obligation de l’enseignement primaire. La rumeur court que Rouher, ulcéré par cette trahison, aurait présenté sa démission. Mais s’il en a caressé l’idée, le « vice-empereur » semble vite se ressaisir et prépare sa contre-attaque. Le même jour, une cinglante note rectificative est publiée au Moniteur du soir : le rapport est présenté comme l’expression de l’« opinion personnelle » du ministre de l’Instruction publique, et n’a été publié qu’« à raison de l’importance des renseignements qu’il contient » ; il ne saurait engager le gouvernement. Celui-ci doit au contraire présenter bientôt un projet de loi au Conseil d’État, dans lequel il n’est question ni de gratuité, ni d’obligation. C’est un désaveu cuisant pour Duruy, dont le projet est clairement contesté ; pire, le gouvernement doit présenter un projet de loi en matière d’éducation, et il apparaît clairement que cela se fera sans lui, voire contre lui. En d’autres termes, voilà un ministre très ouvertement dépossédé de son propre domaine de compétences. C’est une façon très nette de le pousser vers la sortie. Duruy ne le comprend que trop bien : il écrit à nouveau à l’empereur et exige une rectification à la note rectificative… Le projet du gouvernement est très clairement inspiré du sien propre, et il veut que cela se sache. Dans le cas contraire, sa situation politique deviendrait intenable et, à son tour, il menace à mots couverts de présenter sa démission. On ne peut douter de sa détermination à le faire. Deux semaines plus tôt, le 21 février, il a perdu sa fille, Gabrielle, décédée des suites d’une péritonite à l’âge de seulement 24 ans12. Cette détestable affaire politique intervient dans une période de grandes difficultés personnelles : il ne fait donc guère de doute qu’à ce moment, le ministre de l’Instruction publique est prêt à tout lâcher.

9Mais Duruy n’a pas à démissionner. D’une part, il peut voir avec satisfaction la presse libérale, d’abord un peu timide, serrer les rangs derrière lui après l’attaque portée par le « rouhernement ». Ensuite, Napoléon III, qui a bien senti où cette affaire pouvait le mener – il n’est pas question pour lui de sacrifier son ministre le plus libéral, ni de se séparer de son serviteur le plus autoritaire mais aussi le plus compétent – refuse l’idée de démission de Duruy et tente de le réconcilier avec Rouher. Un compromis est trouvé, sous la forme d’une note publiée non pas au Moniteur, mais dans le très officiel Constitutionnel : le gouvernement accepte d’y reconnaître que le projet qu’il a présenté n’est qu’un extrait de celui de Duruy, et celui-ci consent à défendre ce projet devant le Conseil d’État. Les apparences sont sauves, mais la crise a été grave, avec une dissension inédite au sein même du gouvernement impérial. La tension d’ailleurs ne retombe pas facilement. Quelques jours plus tard, le 12 mars, Boudet, ministre de l’Intérieur, peu favorable à son collègue, refuse la publication au Moniteur d’un discours de Charles Robert devant les professeurs de l’École polytechnique, dans lequel il prenait la défense du ministre. Le mois suivant encore, un nouvel incident se produit, au Corps législatif cette fois, à propos d’un amendement déposé par les républicains au projet de budget, visant à instaurer… l’école gratuite et obligatoire. Dans son intervention, Jules Simon revient sur le rapport et la note publiés au Moniteur au début du mois de mars. Le commissaire du gouvernement, Parieu, lui aussi hostile à Victor Duruy, tient dans sa réponse à minimiser l’affaire et, arguant du manque de crédibilité des enquêtes effectuées par le ministère, réprouve la nécessité de la gratuité et de l’obligation. C’est un nouveau désaveu pour Victor Duruy, de la part d’un conseiller d’État, en plein Palais-Bourbon. À nouveau, il présente sa démission à Napoléon III. Mais celui-ci la refuse encore.

10Finalement, le projet de loi est discuté au Conseil d’État au début du mois de mai. Quelques jours plus tôt, le Journal des Débats, hostile à Duruy, a publié un texte de Guizot, dans lequel le père de la loi de 1833 critique l’idée d’obligation. C’est là une autorité en matière d’instruction primaire qui prend publiquement position contre la rue de Grenelle, et cela n’est pas pour arranger les affaires du ministre. Celui-ci doit batailler ferme pour maintenir quelques éléments au moins de son projet initial. Le principe de l’obligation étant abandonné, trois questions font surtout débat : d’abord, celle du brevet de capacité qu’il souhaite instaurer pour les professeurs de l’enseignement libre ; ensuite, celle des caisses des écoles, que les ministres auraient voulu voir remplacées par de simples primes d’assiduité ; enfin, celle, épineuse, du financement de la réforme. Si Victor Duruy obtient gain de cause au Conseil d’État sur les deux premiers points, en revanche, sur le dernier, il faut l’arbitrage de l’impératrice, qui préside en tant que régente le conseil des ministres durant le voyage de Napoléon III en Algérie. Duruy voulait en effet que l’État subventionnât automatiquement les communes n’ayant pas les ressources suffisantes pour instaurer la gratuité, mais Rouher, effrayé du coût financier que cela représente, voulait substituer à ce principe d’automaticité celui de l’éventualité. L’impératrice ayant proposé l’idée d’un rappel ferme au devoir moral de l’État de subventionner les communes nécessiteuses, les deux rivaux tombent d’accord. Finalement adopté par le Conseil d’État, le projet de loi peut passer au Corps législatif où il est déposé le 24 mai. Un mois plus tard, la commission rend un rapport favorable. Mais la session parlementaire se terminant, l’examen de la loi est reporté à l’année suivante. La session n’aura cependant pas été totalement inutile pour le ministre de l’Instruction publique, avec le vote de la loi sur l’enseignement spécial.

Les débuts empiriques d’une nouvelle filière : l’enseignement spécial

11Les débats sur le nouvel enseignement se déroulent, dans une atmosphère plutôt apaisée, les 30 et 31 mai 1865 au Corps législatif. Peu de députés prennent la parole et, tous, se déclarent en général favorables à la loi. Plutôt que son objet, lequel fait à peu près consensus, ce sont les modalités de la mise en œuvre du nouvel enseignement qui font débat, et ses dimensions politique et sociale. D’une part, en effet, il y a désaccord sur le rôle de l’État : quand le très bonapartiste Granier de Cassagnac trouve que l’État n’a pas besoin d’intervenir dans un enseignement qui existe déjà grâce à l’initiative privée, Jules Simon lui répond : « Je crie de toutes mes forces : plus d’écoles, et, s’il est possible, des écoles partout ! ». Le député républicain préfère condamner l’intervention insuffisante de l’État, et met le débat sur le terrain social, critiquant un projet qui n’en fait pas assez pour les ouvriers et ne servira qu’à favoriser les directeurs d’industrie par ailleurs déjà fournis en écoles de formation. Le maire de Caen, François Gabriel Bertrand, ancien professeur lui-même, regrette également les ambiguïtés sociales d’un enseignement dit « secondaire » alors qu’il n’en a pas les caractéristiques essentielles. Le vote des articles donne lieu à de bien faibles débats, qui portent essentiellement sur le programme, certains comme Jules Simon regrettant que beaucoup de matières soient facultatives et non obligatoires, comme les langues vivantes, ce à quoi les représentants du gouvernement répondent qu’il s’agit de donner plus de souplesse à l’organisation locale de l’enseignement. Finalement, il n’y a pas de désaccord profond et après deux séances de débats seulement, le projet est adopté à l’unanimité des députés. Deux semaines plus tard, le 13 juin, il est soumis aux sénateurs ; aucun n’ayant demandé la parole, le scrutin est ouvert et le texte est approuvé à l’unanimité moins une voix.

  • 13 F. Waquet, op. cit., p. 215-230.
  • 14 Le Monde, 22 juillet 1869.
  • 15 F. Waquet, op. cit., p. 288.

12La procédure parlementaire n’a donc pas représenté un obstacle pour Victor Duruy, preuve du consensus qui pouvait exister sur la nécessité d’un tel enseignement, et du fait qu’il répondait à un réel besoin. Consensus d’autant plus étonnant que la nouvelle filière touche à un sujet qui, depuis de nombreuses années, suscite le débat : la place du latin et, plus largement, des humanités, dans l’enseignement. Depuis le XVIIIe siècle, la langue de Cicéron ne cesse en effet d’être contestée, et ce à partir du moment où, explique Françoise Waquet, « le latin ne fut plus jugé indispensable dans la vie civile ou quand celle-ci postula des savoirs qui ne nécessitaient plus une connaissance préalable de la langue ancienne ». C’est dans cette dernière perspective que se place pleinement le nouvel enseignement. En 1837, lorsque Arago avait proposé exactement le même genre de projet – à savoir des cours de français, de langues vivantes et de sciences dans les collèges communaux, à la place du latin qui serait réservé aux seules écoles supérieures – il avait fallu qu’un Lamartine se dressât pour dénoncer un « enseignement presque exclusivement spécial, scientifique et mathématique13 ». L’instauration de la bifurcation en 1852 avait à nouveau mobilisé les défenseurs des humanités, en vain. Mais la création de l’enseignement spécial ne semble pas mobiliser autant que précédemment. Peut-être l’idée a-t-elle fait son chemin dans les esprits. Tandis que la suppression de la bifurcation satisfait les défenseurs des humanités classiques, l’enseignement spécial peut apparaître comme une concession aux partisans d’une formation plus moderne, axée, comme le proposait Arago vingt-cinq ans plus tôt, sur le français, les langues vivantes et les sciences, et aussi, alors que l’industrialisation bat son plein, comme une nécessité, bien plus évidente qu’en 1837. Victor Duruy a-t-il donc réussi à calmer les inquiétudes des uns et les attentes des autres ? Pas tout à fait. Au moment de sa chute, Le Monde lui reprochera en effet « les mièvreries de l’éducation moderne » qui ont « flatté [la] paresse des élèves » en n’en faisant que des « demi savants14 » : on voit donc qu’une partie de l’opinion reste hostile à toute atteinte aux humanités. Et, du reste, leur absence dans l’enseignement spécial sera pour lui un handicap. En la matière, il est vrai, la nouvelle filière s’attaquait à forte partie : le poids des représentations. Car, comme l’écrit Françoise Waquet, le latin qui, au XIXe siècle, « renforce le prestige de ceux qui le savent » et « fonde la confiance et le respect de ceux qui ne le savent pas15 », reste un élément culturel majeur de distinction dans une société post-révolutionnaire encore extrêmement hiérarchisée, et qui, en fait de privilèges, n’a abandonné que ceux du sang, en conservant jalousement ceux de l’éducation.

  • 16 Sur cette question, Ferdinand Roux, Histoire des six premières années de l’École normale de Cluny,(...)

13La promulgation par l’empereur, le 21 juin 1865, de la loi créant l’enseignement spécial, permet cependant à l’équipe de la rue de Grenelle de mettre enfin sur les rails ce projet ancien et attendu. Le long travail réglementaire d’application de la loi commence dès l’été16. Il faut créer ex nihilo une nouvelle filière, trouver les élèves, les professeurs, les locaux, les moyens. Sans budget, le ministre doit improviser et déployer des trésors d’imagination. Moins que la mise en place des cours, la grande affaire, celle qui occupe tout le temps et toute l’attention du ministre, c’est la création de l’école normale censée former le personnel du nouvel enseignement. C’est une circulaire du 9 août 1865 qui annonce le lancement de cette école, installée à Cluny, dans les locaux subsistants de l’ancienne abbaye démantelée à la Révolution. Cela fait plus d’un an que l’idée a été lancée. Dès 1864, en effet, le ministre a commencé à prospecter auprès des collectivités locales. La municipalité de Cluny, soutenue par le préfet de Saône-et-Loire, s’était vite mise sur les rangs, trop heureuse de pouvoir se débarrasser de la lourde charge financière que représentait l’entretien d’un parc immobilier sans rapport avec ses maigres moyens budgétaires. Le 6 août, le conseil municipal décidait donc d’offrir gratuitement à l’État les locaux de l’abbaye. Il n’en fallait pas plus pour convaincre le ministre. Les mots de « gratuité » et de « Cluny » résonnent positivement à ses oreilles. Sans un sou, il ne peut qu’apprécier de se voir confier des locaux sans avoir à débourser le moindre centime. D’autant plus que le conseil général présidé par Eugène Schneider vote le 26 août une subvention de 100 000 francs pour l’appropriation des parties aliénées de l’abbaye, à quoi serviront également les 70 000 francs votés par la municipalité le 14 janvier 1866. Par ailleurs l’installation à Cluny relève du symbole : l’ancien phare de l’Occident chrétien transformé en pépinière de professeurs pour le nouvel enseignement, on ne pouvait rêver mieux. En outre, le site est isolé, loin des fracas et des tourments de la ville, loin des tentations de la capitale : cela flatte autant le pédagogue soucieux de préserver la sérénité des élèves que le libéral attaché à l’idée de décentralisation. Du reste, la ville de Cluny n’est pas en plein désert, elle est située non loin des pôles lyonnais, stéphanois, et bourguignons : elle n’est pas encore pourvue d’une ligne de chemin de fer, mais c’est en bonne voie, puisque la ville a voté l’année précédente une subvention en ce sens.

  • 17 AN : F17*/1870 (comptes rendus du Conseil impérial de l’Instruction publique, décembre 1865-janvie (...)

14Fort de tous ces avantages, Victor Duruy présente le projet à l’empereur qui l’accepte au début du mois d’août 1865, en dépit des sarcasmes de quelques membres du gouvernement amusés par cette loi sans prescriptions budgétaires, et qui prédisent de ce fait au nouvel enseignement un avenir réduit. Mais le ministre de l’Instruction publique passe outre et sa circulaire du 9 août crée officiellement l’École normale de l’enseignement spécial à Cluny. Il encourage dans sa missive les préfets à faire voter par les conseils généraux l’attribution de deux bourses par département pour financer la scolarité d’élèves de l’école. Durant la session de ces conseils au mois d’août, une cinquantaine de bourses sont obtenues : bien des départements ont refusé, prétextant de leur absence de moyens, de leur volonté d’attendre que l’École soit effectivement créée, ou bien encore du fait qu’ils n’ont aucune raison de financer la scolarité d’élèves dont ils ne tireront aucun avantage… Pour compenser, Victor Duruy peut compter sur d’autres dévouements, ainsi celui de la ville de Reims, qui vote une subvention de 800 francs pour une bourse, celui du député et banquier Isaac Pereire, qui en crée également une, du gouvernement égyptien qui en fonde deux, du gouverneur de l’Algérie, Mac-Mahon, qui en attribue trois… La question des locaux de la nouvelle école réglée, reste à en organiser l’enseignement. Cette tâche est confiée au tout nouveau Conseil supérieur de l’enseignement spécial, créé à la fin du mois d’août 1865, et qui comprend vingt-sept membres, pour la plupart fidèles ou partisans du ministre : des représentants de l’administration centrale, comme Charles Robert, des inspecteurs généraux comme Arsène Danton, des membres de l’enseignement supérieur comme Louis Pasteur ou Jean-Baptiste Dumas – lequel joue un rôle majeur dans la mise en place du nouvel enseignement dont il avait été l’un des promoteurs principaux bien avant l’arrivée de Duruy au pouvoir –, ou bien des spécialistes non universitaires comme le général Morin et des élus comme Werlé, le député-maire de Reims qui a fait voter l’attribution d’une bourse. Le Conseil est également ouvert au monde économique, avec la nomination par exemple de Jean Dollfus, le maire de Mulhouse, grand patron de l’industrie textile. Le Conseil supérieur de l’enseignement spécial travaille à l’élaboration du programme d’études et du plan d’organisation durant l’automne, ce qui permet au ministre de les faire adopter en décembre par le Conseil impérial de l’Instruction publique : la création de l’École normale est entérinée, ainsi que celle d’une agrégation de l’enseignement spécial, tandis que le programme scientifique est accepté17.

  • 18 AN : F17/21667 (dossier personnel de Ferdinand Roux).

15Les choses sont donc allées assez vite, Victor Duruy a pu être prêt à temps pour la session des conseils généraux prévue pour août, et celle du Conseil impérial en décembre. Mais les décrets ne sont pas publiés immédiatement. Sur place, à Cluny, les choses traînent. Une partie des locaux de l’abbaye sont en effet dévolus depuis la Révolution à des particuliers, à des « marchands du temple » installés dans la cour du Jet d’eau, et qu’il semble inconcevable de laisser en place après la création de l’École. Le ministre réclame donc en janvier 1866 leur expulsion, et la municipalité de Cluny vote une subvention de 70 000 francs pour financer les expropriations. Si l’État peut entrer en possession des locaux appartenant précédemment à la ville le 3 mars, en revanche les expropriations traînent en longueur. Mais le ministre ne peut attendre puisque la rentrée doit avoir lieu six mois plus tard. Au début du printemps, le décret sur la formation des professeurs de l’enseignement spécial est publié et, le 1er juin, les travaux peuvent enfin commencer. L’École de Cluny occupe dans les mois qui suivent une place extrêmement importante dans l’activité ministérielle de Victor Duruy. Toutefois, il est obligé de suivre l’évolution des choses de loin, de Paris. Sur place, sur le terrain, c’est son homme de confiance, Ferdinand Roux, qui gère au quotidien les difficultés liées à la préparation matérielle de la première rentrée. Le directeur de l’École a été nommé le 29 juin. Il s’agit d’un ancien régent de mathématiques, originaire d’Alès, comme Jean-Baptiste Dumas, qui avait d’ailleurs obtenu pour lui, en 1845, avec le soutien du député Lafarelle, une nomination controversée à la tête du collège de la ville18. Passé au poste de proviseur du lycée de Castres en 1858, Roux y a créé une école professionnelle. En ce printemps 1865, il sollicite justement la place vacante d’inspecteur de l’académie d’Albi, avec le soutien du député du Tarn, Eugène Pereire, et de l’ancien collègue de Victor Duruy à l’inspection générale, Roustan, qu’il a nommé entre temps recteur de l’académie de Toulouse, et qui souhaite justement s’attacher les services de Roux, en faire son bras droit pour l’organisation de l’enseignement spécial dans son département. La rue de Grenelle semble donc avoir trouvé l’homme de la situation : un fonctionnaire zélé, soucieux de faire « la preuve de [son] dévouement le plus absolu aux intérêts du gouvernement de l’empereur, qui sont à jamais confondus avec ceux de la Patrie et de l’Université », et qui plus est spécialiste de l’enseignement spécial. Roux s’empresse d’accepter la proposition qui lui est faite. Dès le 3 juillet, il se trouve sur place, à Cluny, en compagnie de Laisné, membre de la commission des bâtiments des lycées et collèges, puis revient à Paris où il s’entend avec le ministre sur l’organisation des bâtiments, des études, du mobilier et du matériel. Pendant tout l’été, les travaux se poursuivent, sous sa conduite. Chaque jour, il doit écrire au ministre pour lui raconter comment les choses évoluent, car ce dernier tient à être au courant des moindres détails. Le 4 septembre, d’ailleurs, il vient se rendre compte par lui-même, accompagné de trois membres du Conseil de l’enseignement spécial, Dumas, Brongniart et Monny de Mornay. Les travaux ont pris du retard, mais le ministre veut absolument que l’école ouvre en novembre ; sinon, il faudra attendre la rentrée suivante, ce qui serait du plus mauvais effet. Finalement, son vœu est exaucé : le 1er octobre a lieu l’inauguration de l’école et les cours peuvent commencer dès le début du mois suivant.

  • 19 Voir notamment, à ce sujet, la liste des nombreuses donations faites par des personnes et institut (...)

16Ferdinand Roux a laissé un précieux témoignage sur les conditions matérielles de cette première rentrée. Les travaux ne sont pas encore terminés, le nombre d’élèves est supérieur à ce que l’on attendait, l’École manque de tout. Le directeur doit déployer des trésors d’ingéniosité, utiliser toutes les ressources du système D pour pallier les lacunes de l’intendance : on emprunte des lits au lycée de Bourg-en-Bresse, on improvise des bancs avec des planches, des bureaux avec des portes… Les cours se déroulent dans une atmosphère d’improvisation, au milieu des plâtres, des ouvriers, des locataires non encore expropriés et des visites officielles qui perturbent encore la sérénité pédagogique, à tel point que Ferdinand Roux doit demander au ministre, le 17 décembre, d’interdire toute visite. En outre, tout le personnel enseignant n’a pu être réuni à temps, certains professeurs traînant les pieds pour rejoindre leur poste. Les maîtres de musique, de langues vivantes, de dessin tardent à arriver. Le ministre entretient une correspondance quasi-quotidienne avec le directeur, dans laquelle il passe en revue les moindres détails de l’organisation, de l’emploi du temps de chaque professeur à la composition du jardin… En trois ans, les deux hommes s’échangent pas moins de 582 lettres. Victor Duruy s’investit totalement dans le suivi d’une École à laquelle il tient beaucoup ; dans les premiers temps, lui-même écrit chaque jour au directeur, alignant questions et recommandations. À n’en pas douter, cet intérêt, ce zèle, auront pu constituer un poids pour un directeur appelé à gérer des difficultés administratives et matérielles énormes. Mais l’École normale de Cluny et le collège qui lui est annexé pour permettre aux professeurs en formation de se faire la main sur des élèves, n’est pas le seul lieu où se crée l’enseignement spécial. Le 15 octobre a été créé un autre collège à Mont-de-Marsan, tandis que Jean-Baptiste Dumas en a fait installer un à Alès et que Jean Dollfus fait de même à Mulhouse. Le ministre peut donc compter sur l’appui et le soutien de ses proches, qu’il a placés au Conseil supérieur. Mais il obtient également des collaborations hors de ce milieu : La Valette, ministre de l’Intérieur décidément rallié à sa politique en septembre 1866, et Fould, le ministre des Finances pourtant peu favorable aux coûteux projets de son collègue, acceptent que leurs administrations respectives prennent en grande considération les brevets de fin d’études pour le recrutement dans les services du télégraphe, des douanes et des contributions indirectes. De tous côtés, ralliements, soutiens, offres de collaboration affluent, de l’Université, du monde politique, du monde de l’édition, des grandes firmes industrielles, fruit de la vaste campagne de séduction menée par le ministre de l’Instruction publique19. L’enseignement est un succès et le début de 1867 marque le triomphe de l’expérience : en janvier, l’empereur offre à l’École cinquante faisans tués à la chasse. C’est l’occasion d’un banquet auquel le ministre ne peut cependant assister. Mais le 5 février, ce dernier organise sa première visite officielle à l’École, en présence du surintendant de l’Instruction publique du Canada, et de toutes les notabilités locales, du maire de Cluny au préfet de Saône-et-Loire, de l’inspecteur d’académie au recteur. Deux mois plus tard, la première commission d’inspection, nommée par le ministre, rend un rapport extrêmement favorable sur le fonctionnement de l’École. Après six mois d’expérience, le ministre a toutes les raisons d’être satisfait de son œuvre.

Des adultes aux salles d’asile : l’enseignement primaire à l’honneur

La relance des cours d’adultes

  • 20 Étude des cours d’adultes dans J. Rohr, op. cit., p. 149-156 ; NS I, p. 229 sq.
  • 21 Jeanne Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), L’Harmattan, rééd. 1997, p. 230-231 ; Victor Duruy, (...)
  • 22 BAIP, 1864, I, p. 484-485.
  • 23 Noé Richter, Bibliothèques et éducation permanente. De la lecture populaire à la lecture publique,(...)

17En ce début de 1867, l’enseignement spécial n’est pas la seule action ministérielle dont Victor Duruy peut se vanter du succès. Les cours d’adultes qu’il tente de relancer depuis son accession au ministère sont également une réussite. On retrouve en ce domaine les mêmes ressorts de son action : il prépare le terrain par un intense de travail de renseignements et de propagande avant de lancer officiellement l’expérience en s’investissant personnellement pour susciter la mobilisation des énergies. Et ici encore, on peut remarquer que Victor Duruy n’innove pas, se contentant de reprendre, pour les amplifier et les systématiser, des cadres préexistants. Les cours d’adultes existent en effet en France depuis longtemps : il y en avait près de 6 500 en 1845, mais on n’en comptabilise plus que 4 000 au début des années 1860, alors que la loi de 1850 avait tenté de les favoriser20. Ces cours sont surtout le fait d’associations privées, religieuses, comme l’œuvre de Saint-Vincent-de-Paul, ou encore les associations polytechnique et philotechnique, dont le succès n’était pas négligeable21. Dès l’été 1863, Victor Duruy fait part à l’empereur de sa volonté d’agir en faveur de l’éducation des adultes. Il s’agit pour lui de lutter contre l’analphabétisme : il constate en effet que de nombreux enfants s’empressent, une fois quittée l’école primaire, d’oublier ce qu’ils y ont appris. En outre, le but est d’offrir aux adultes qui n’ont pas fréquenté l’école la possibilité de pouvoir se rattraper s’ils le souhaitent. Comme pour le projet d’enseignement obligatoire et gratuit, il s’agit de promouvoir l’éducation du peuple, la plus large possible. Durant toute l’année 1864, le ministre s’occupe donc de préparer le terrain avec notamment plusieurs visites et discours, de lui-même et de Charles Glachant, aux associations philotechnique et polytechnique. Certaines initiatives sont mises en avant : ainsi le ministre écrit-il une lettre de félicitations à François Rossat, organisateur en avril 1864 de cours d’adultes à Charleville et Mézières, lettre publiée dans le Bulletin administratif de l’Instruction publique et qui sera prolongée par la nomination de Rossat au Conseil impérial de l’Instruction publique pour deux ans, de 1864 à 186622. Du reste, l’opinion n’est pas indifférente à la question, puisque, cette même année 1864, l’Association générale pour l’éducation et l’instruction de la France fait paraître La courte échelle du savoir, dont l’auteur s’évertue à montrer l’insuffisance des moyens du ministère de l’Instruction publique et la nécessité, pourtant, de promouvoir l’instruction des adultes sous une forme mutuelle23. Cette campagne de propagande s’accompagne de premières mesures ponctuelles, une fois connus les résultats de l’enquête sur l’enseignement primaire. Une circulaire du mois d’août 1864 sur les distributions des prix dans les écoles primaires recommande aux préfets d’encourager la création de prix cantonaux pour récompenser les anciens élèves ayant « le mieux conservé et le plus accru l’enseignement de l’école ».

  • 24 NS I, p. 229 sq.

18Ayant ainsi bien préparé le terrain, le ministre peut lancer l’initiative réglementaire : si l’instruction du 23 janvier 1865 sur les cours publics libres concerne surtout les conférences de l’enseignement supérieur, elle rappelle également aux recteurs le contenu de la loi de 1850 sur les cours d’adultes. Une seconde instruction, envoyée le 2 novembre suivant, lance véritablement la campagne des cours d’adultes. Dès lors, le ministre, comme il le fait dans le même temps pour l’enseignement spécial, s’investit personnellement et mobilise les énergies, par des visites personnelles aux cours, par des félicitations officielles aux instituteurs impliqués, par des encouragements répétés aux autorités locales, rectorales et préfectorales. Afin de faciliter le travail des enseignants, il autorise certains d’entre eux à se libérer d’une partie de leurs heures de cours dans les écoles. Il cherche même à mobiliser ses collègues ministres, et même l’empereur, qu’il informe régulièrement du déroulement de la campagne, et dont il obtient la création de prix spéciaux24. Enfin, il appuie les concours, les expositions et les distributions de prix qui lui paraissent remplir le même objectif. Le succès de la relance des cours d’adultes est immédiat : à en croire les chiffres officiels, 25 000 cours sont donnés durant l’hiver 1864-1865, soit trois fois plus que pendant l’hiver 1863-1864, et quatre fois plus qu’en 1863. L’année suivante, dans la saison 1865-1866, on atteint les 30 000 cours, et le chiffre se stabilise ensuite autour des 33 000. Un nombre croissant d’auditeurs assiste à ces cours : seulement 125 000 en 1863, 600 000 dès 1865, 800 000 ensuite. Au début de 1867, alors que l’École de Cluny est un succès, près d’un million de Français bénéficient désormais des cours d’adultes : c’est pour le ministère un deuxième sujet de contentement, auquel vient s’ajouter, enfin, au début du printemps, l’aboutissement de son projet de loi sur l’enseignement primaire.

L’école devant le Corps législatif

  • 25 M. Gontard, op. cit.
  • 26 A. Claveau, op. cit., p. 145.
  • 27 JS, p. 111.

19C’est le 1er mars 1867, deux ans après les vigoureux débats qui avaient suivi la publication par Victor Duruy de son rapport sur l’enseignement universel, que s’ouvrent, au Corps législatif, les discussions relatives au projet de loi sur l’enseignement primaire. N’ayant pu être engagé à la session de 1865 en raison du retard provoqué par l’opposition du gouvernement, le débat avait à nouveau été reporté lors de la session de 1866. Or, en deux ans, la situation politique a beaucoup changé. En outre, le contexte est difficile pour le régime, qui doit jongler avec les ambiguïtés de la libéralisation impériale, l’échec au Mexique, la montée en puissance de la Prusse et la poussée des oppositions. C’est donc dans une situation plus tendue que commencent au Corps législatif les discussions sur l’enseignement primaire. Maurice Gontard les a précisément étudiées25. Elles mettent en scène, comme à l’accoutumée, une droite cléricale soucieuse de limiter le rôle de l’État dans l’enseignement et de protéger l’enseignement ecclésiastique, une gauche républicaine attachée à restreindre le poids de l’Église et à promouvoir une instruction primaire gratuite et obligatoire, et un gouvernement un peu embarrassé, qui cherche, sans y parvenir, à convaincre les premiers qu’il ne cherche qu’à faire respecter la loi, et les seconds qu’il fait le maximum. Le ton des débats, les propositions des uns, les réponses des autres, sont loin d’être en mesure de surprendre quiconque étudie ces discussions. Chaque parti campe sur les positions qui étaient les siennes deux, cinq ou dix ans plus tôt et, à en croire Anatole Claveau, le ton s’envenime rapidement26 : les cléricaux déposent des amendements visant à supprimer les brevets de capacité et l’extension du service militaire à tous les membres des congrégations ; les républicains font de même en faveur de l’instauration de la gratuité de l’enseignement primaire ou de la nomination des instituteurs par l’Université : comme dans les débats des sessions précédentes sur le budget de l’Instruction publique, ils se montrent comme les plus fidèles soutiens du ministre. « Le bonapartiste Duruy était plus populaire que moi parmi les républicains », raconte Jules Simon, qui donne lui-même au ministre, à en croire Émile Ollivier, « la réplique d’un compère27 ». Les articles sur la rétribution des maîtres et les caisses des écoles (6 à 16), sur les procédures disciplinaires et l’âge minimal des enfants (19 à 22) ne suscitent guère de débat : les grandes questions sont ailleurs – et aucune d’entre elles n’aboutit.

  • 28 C. Baroche, op. cit., p. 351 et 359 ; E. Ollivier, L’Empire…, op. cit., vol. IX, p. 250 ; A. Clave (...)
  • 29 Il avait déjà employé la formule dans des lettres au préfet Piétri en avril 1866 et à l’empereur e (...)

20Ces débats sont l’occasion pour Victor Duruy de monter pour la première fois de son ministère à la tribune du Palais-Bourbon, récemment rétablie après le message libéral de l’empereur du 19 janvier 1867. Exercice périlleux pour l’ancien professeur, habitué aux publics scolaires mais non à celui des assemblées parlementaires. À en croire les contemporains qui ont évoqué sa prestation, il ne s’en est pas trop mal tiré, en dépit de son manque de charisme et d’éloquence28. Ses interventions dans les débats en revanche ne sont pas forcément à son avantage. Ses sorties, parfois brutales, parfois maladroites, montrent un universitaire mal à l’aise au milieu de professionnels de la politique. Ainsi, alors que les républicains combattent la nomination des instituteurs par les préfets, le ministre évoque un peu naïvement le représentant de l’État comme le « père de famille du département », ce qui déclenche les rires sarcastiques de la gauche. Mais sa réplique la plus virulente, il la garde pour ses ennemis cléricaux, le très catholique maire d’Orthez Charles Chesnelong en particulier, qui défend la dispense de service militaire des congréganistes : « Le pays, lance le ministre, dans son bon vieux sens gaulois, ne comprendra jamais qu’avec trois aunes de drap noir ou gris un chef de communauté puisse faire un dispensé militaire29 ». Cette réplique lui vaut, cette fois, les applaudissements de la gauche. Finalement, la balance, durant les débats, ne penche ni du côté clérical, ni du côté républicain. C’est une loi de compromis qui est votée, le 11 mars, à l’unanimité du Corps législatif. Au Sénat, auquel le projet est transmis le 15 mars, les mêmes débats recommencent, les mêmes réclamations, les mêmes critiques, formulées par les représentants des mêmes partis. Mais les discussions sont plus houleuses, le ton plus vif – ce qui peut paraître étonnant. Le Siècle y voit même un « véritable orage parlementaire » ; s’éloignant des simples prescriptions de la loi, les sénateurs élargissent le débat ; les cléricaux – puisqu’il n’ont pas d’adversaires républicains au Sénat – s’emportent contre les prétentions de l’État, contre la lutte qu’il cherche à mener contre les congrégations, dénoncent la religion bafouée, la morale amoindrie… La violence du discours de Ségur d’Aguesseau déclenche « la plus vive agitation qu’ait connue l’Assemblée ». Face à ces virulentes attaques d’une opposition cléricale particulièrement remontée, Rouland défend la loi, et surtout montre tout ce que l’Empire a pu faire en faveur des congrégations. Finalement, sur les cent votants, un seul, le baron de Vincent, refuse de donner son approbation. C’est donc à la quasi-unanimité des membres des deux assemblées que la loi Duruy sur l’enseignement primaire est finalement adoptée ; elle est promulguée par l’empereur le 10 avril 1867.

L’impact de la loi du 10 avril 1867

21Les 22 articles du texte promulgué au printemps 1867 sont très éloignés du premier projet lancé par Victor Duruy à la fin de 1864. Il n’y est plus question ni du principe d’obligation, ni de la gratuité intégrale. La seule obligation imposée est celle, pour les communes de plus de 500 habitants, d’entretenir une école publique de filles ; quant à la gratuité, l’article 8 se contente d’encourager les communes à entretenir à leurs frais une ou plusieurs écoles en leur permettant de lever un impôt extraordinaire. En outre, l’article 15 tente d’encourager les élèves à fréquenter les cours en créant des caisses des écoles, censées financer des récompenses pour les meilleurs élèves et des aides aux enfants indigents. Ces caisses des écoles, appelées à une grande longévité, sont alimentées par les « cotisations volontaires », des subventions publiques (État, départements, communes), par des dons et legs. Alors que les cours d’adultes, l’enseignement spécial et les conférences de l’enseignement supérieur sont une réussite, Victor Duruy connaît avec cette loi une certaine déconvenue : il a en effet échoué dans sa tentative d’imposer l’enseignement primaire gratuit et obligatoire. Le second Empire ne sera, pas plus que ses prédécesseurs, le régime qui saura imposer l’enseignement universel, et cette arme reste entre les mains des républicains. Il est difficile d’évaluer l’impact de la loi : certes, les chiffres de scolarisation sont croissants à partir des années 1860, mais d’une part, cette augmentation n’est que la poursuite de l’évolution amorcée depuis 1833, et, d’autre part, les statistiques fournies sont difficiles à utiliser en raison de leur fiabilité variable. En tout état de cause, l’action de Victor Duruy permet de poursuivre l’évolution constatée sous ses prédécesseurs : il relance leur œuvre de scolarisation. Les mesures précédentes, celles de 1864 et 1866, auront sûrement elles aussi joué un rôle dans la progression du nombre d’écoles et d’élèves, tout autant d’ailleurs que les encouragements des prédécesseurs de Victor Duruy. L’évolution des mentalités et des représentations quant au savoir et à l’école, favorisait aussi, en ce milieu du XIXe siècle, la fréquentation scolaire de la jeunesse française. Si Victor Duruy n’a pas apporté de révolution dans la scolarisation, il a eu tout au moins le mérite d’avoir voulu faire beaucoup, de l’avoir tenté et d’avoir fait le maximum qu’il pouvait faire, au vu de ses moyens politiques et financiers.

  • 30 S. Horvath-Peterson, op. cit., p. 239-240 ; P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 459-461.
  • 31 Sur cette question, Jean-Noël Luc, L’Invention du jeune enfant au XIXe siècle : de la salle d’asil (...)
  • 32 C. Cosnier, op. cit. ; JCG, II, p. 659 sq.

22En dépit de ces précautions, on peut néanmoins affirmer que la loi de 1867 marque une date dans l’évolution de l’école primaire en France. D’abord, par l’introduction de l’histoire et de la géographie comme disciplines obligatoires de cette filière : dans sa logique d’extension des connaissances, Victor Duruy tient à compléter le programme comme il l’a fait dans l’enseignement secondaire avec les encouragements à la musique ou aux langues vivantes dans les lycées. D’autre part, une série d’articles tendent à revaloriser le sort des instituteurs, dans la lignée là encore des mesures prises dans le deuxième semestre de 1863. Les communes sont obligées de leur fournir « un local convenable, tant pour leur habitation que pour la tenue de l’école, le mobilier de classe et un traitement ». L’amélioration des conditions matérielles de vie et de travail est donc encouragée, mais la revalorisation financière est en revanche limitée, faute de moyens budgétaires, et concerne essentiellement les institutrices : dans l’ensemble, en réalité, le ministère Duruy n’a pas constitué en la matière une rupture significative, tant dans l’enseignement primaire que dans l’enseignement secondaire d’ailleurs30. La loi de 1867 porte également atteinte à l’enseignement libre : il est ainsi rappelé que les maîtres ne peuvent enseigner qu’à des enfants du même sexe qu’eux. Les écoles libres sont soumises à l’inspection au même titre que les écoles de l’État, et on cherche à limiter la concurrence qu’elles peuvent faire aux salles d’asile en leur interdisant de recevoir des enfants de moins de six ans lorsqu’il existe dans la commune un tel établissement. Si la loi n’évoque pas davantage l’enseignement préélémentaire, c’est parce qu’il est déjà largement constitué et que Fortoul et Rouland ont déjà beaucoup œuvré pour son organisation et son contrôle par l’Etat31. Duruy n’a plus grand-chose à faire en la matière, et même la progression des effectifs ralentit sous son ministère. Mais il n’est pas indifférent à la question, au contraire. Un mois après le vote de la loi, et dans la lignée de celle-ci, il publie une circulaire aux recteurs auxquels il annonce une prochaine réforme sur la place des salles d’asile dans l’enseignement du peuple : il s’agit d’en faire une propédeutique aux écoles primaires. Il est pour cela en contact, depuis 1864, avec Marie Pape-Carpantier, qui dirige depuis 1848 le cours pratique de la rue des Ursulines et milite pour l’établissement d’une continuité systématique entre les deux types d’établissement32. Par ailleurs, la circulaire encourage les autorités scolaires à promouvoir des allègements de programme : il s’agit de ne pas surcharger l’esprit des jeunes enfants et de rendre cet enseignement préélémentaire plus efficace. Si la loi de 1867 évoque peu les salles d’asile, les cours d’adultes sont davantage considérés et favorisés : l’article 7 prévoit en effet la possibilité d’une subvention du ministère aux instituteurs ou institutrices qui dirigent une école communale d’adultes. C’est l’officialisation, par la loi, des campagnes relancées par Victor Duruy en 1864-1865. L’ampleur de la loi est donc assez limitée.

23Exit donc le vaste plan d’ensemble révolutionnaire de 1864 : il n’y a plus là qu’un écheveau final de mesures relativement ponctuelles, qui ne changent pas fondamentalement la situation de l’enseignement primaire français. Mais Victor Duruy peut se montrer satisfait d’être allé plus loin que la très cléricale loi de 1850, d’avoir réussi à mener à son terme le combat politique et parlementaire, et d’avoir brutalement mis l’enseignement primaire sur la place publique. Et c’est surtout par cette dernière action, par la mobilisation et la sensibilisation de l’opinion à cette question, qu’il aura préparé le terrain à la mise en place de la gratuité et de l’obligation en 1881 et 1882.

Une position de plus en plus fragile

L’affaire du congrès de Liège

  • 33 AN : F17*/1870 (Comptes rendus du Conseil impérial de l’Instruction publique) et 45AP/1 (Papiers R (...)

24Si le ministre de l’Instruction aligne de 1865 à 1867 les réussites parlementaires et médiatiques, son image cependant évolue dans un sens plus négatif vis-à-vis notamment de l’opinion libérale. Les affaires Renan, Weiss et Batbie, en 1864, avaient déjà mis à mal sa réputation de libéral. Le « coup médiatique » qu’avait constitué la publication du rapport sur l’enseignement primaire au Moniteur et l’hostilité manifeste du gouvernement à son égard lors de la crise qui avait suivi lui avaient permis de redorer son blason, et l’année 1865 se passe sans difficultés particulières de communication avec l’opinion libérale et l’Université. Mais une nouvelle « affaire » vient à nouveau, à la fin de l’année, compromettre son aura libérale. Du 29 octobre au 11 novembre 1865 se déroule à Liège le premier congrès international d’étudiants auquel participent de jeunes Français, pour la plupart issus de l’académie de Paris33. La réunion, à laquelle Victor Duruy avait été invité avec d’autres figures du monde intellectuel, se politise rapidement. Elle est l’occasion, pour les étudiants français surtout, d’exprimer ouvertement leur opposition à l’Empire et leur idéal révolutionnaire. Appelant à la reconquête des libertés perdues et à l’alliance contre la tyrannie, ils défilent, derrière non le drapeau tricolore, mais un voile noir, et réclament le drapeau rouge. Leurs propos sont sans équivoques : se déclarant « révolutionnaires, socialistes, athées », ils affirment qu’« il faut choisir entre l’homme et Dieu ». Paul Lafargue proclame que « Dieu, c’est le mal ; la propriété, c’est le vol ». Germain Casse, déjà condamné en 1862 par les autorités françaises pour sa participation, en tant que gérant, au journal Le Travail, décrit le 21 janvier 1793 comme le jour le plus glorieux de l’histoire nationale, et insulte le consul de France. Le 3 novembre, ils récidivent à l’occasion d’un meeting qui se tient à Bruxelles, où ils rencontrent Auguste Blanqui, et durant lequel plusieurs d’entre eux appellent à l’insurrection. L’affaire fait grand bruit. La presse conservatrice, feuilles bonapartistes et catholiques confondues, crie au scandale et exige une intervention disciplinaire des autorités universitaires. Victor Duruy réunit une commission mais s’oppose à ses conclusions : jugeant en effet difficile de déterminer quelles sont les autorités compétentes en cette affaire, elle a suggéré de ne pas poursuivre les étudiants. Le ministre ne l’entend pas de cette oreille et les fait convoquer par le Conseil académique de Paris. Les étudiants en récusent toutefois la compétence pour un délit commis à l’étranger et refusent de répondre aux questions des conseillers. Ceux-ci passent outre les rodomontades juridiques des jeunes gens, et si dix d’entre eux sont blanchis ou légèrement punis – deux devant se contenter d’une réprimande paternelle – en revanche les sept meneurs sont exclus à vie des facultés de l’académie de Paris. Cette lourde sanction est à nouveau contestée par les intéressés qui forment un pourvoi devant le Conseil impérial de l’Instruction publique. Le Conseil de Paris s’en voit ravi : il espère en effet voir ce dernier étendre la sanction à l’ensemble des académies de l’Empire – décision que ne pouvait évidemment prendre une juridiction cantonnée à la seule académie de Paris.

  • 34 Jean-Claude Yon, « Henriette Maréchal, histoire d’une chute », Cahiers Goncourt, no 13, 2006, p. 3 (...)
  • 35 Notamment Revue des Deux Mondes, 31 décembre 1865.

25En attendant la réunion du Conseil supérieur, la jeunesse étudiante parisienne s’émeut des lourdes sanctions décidées. À partir du 15 décembre, les troubles perturbent l’École de médecine et la faculté de droit. Réunions et pétitions fleurissent, les cours sont empêchés par des piquets de grève. Le doyen est insulté, la police doit intervenir et procède à plusieurs arrestations. L’agitation alors sort de l’Université : les premières représentations d’Henriette Maréchal des frères Goncourt, soutenus par la princesse Mathilde, sont sabotées par une cabale des étudiants, et la pièce doit être retirée de l’affiche34. L’affaire devient politique : la presse s’en mêle et le gouvernement s’inquiète. Introduit devant le conseil des ministres, le préfet de Police Boitelle fait un rapport alarmant et demande des mesures énergiques. Duruy répond par l’obligation de présenter un certificat d’inscription à l’entrée des cours et propose la fermeture des deux établissements en cas de troubles. Mais Rouher, craignant de donner ainsi raison aux émeutiers, obtient le maintien des cours et la possibilité pour la police d’y arrêter les meneurs, lesquels seront traduits en correctionnelle. Tout se joue en fait le 26 décembre, lors d’une mémorable séance, de plus de cinq heures, du Conseil impérial de l’Instruction publique, appelé à statuer sur le sort des étudiants condamnés par le Conseil académique de Paris. Il faut se représenter à quel point la rencontre entre ces derniers et les conseillers est un véritable « choc des cultures ». Scène singulière et inédite, en effet, qui voit ces jeunes révolutionnaires socialistes se présenter devant les plus hauts représentants de l’État, de l’Église, de l’Institut, de l’Université, c’est-à-dire de tous les corps constitués de cette société hiérarchisée dont ils réprouvent l’existence, de tous les dignitaires d’un régime et d’un pouvoir qu’ils abhorrent, de tous les représentants d’une autorité qu’ils contestent jusque dans son essence… C’est le choc de deux mondes opposés, étanches, incapables de se comprendre qui se produit, ce jour-là, rue de Grenelle. Et c’est à Victor Duruy que revient la lourde tâche de présider cette séance. Ce n’est pas même un dialogue de sourds, car il n’y a pas de dialogue ; les étudiants, introduits devant le Conseil les uns après les autres, refusent à nouveau de répondre en arguant de son incompétence juridique. En vain : la décision du Conseil de Paris est confirmée. L’exclusion est étendue aux autres académies du pays, mais pour seulement deux ans. En outre, les peines de certains étudiants sont allégées. Cette sentence, que l’on aurait pu attendre plus sévère, suscite de nouveaux troubles, attisés par une presse libérale qui se fait l’écho de l’argumentation juridique des étudiants condamnés et accuse les autorités de guérir brutalement plutôt que de prévenir35. Les troubles recommencent à l’École de médecine, et l’agitation gagne les lycées : toute une classe de Saint-Louis est ainsi exclue pour s’être rebellée. Pendant ce temps la Justice suit son cours et des étudiants sont condamnés pour avoir, à la sortie d’un banquet, chanté La Marseillaise et crié « Vive la République ! ». L’ordre revient ensuite, mais les troubles semblent alors devenir endémiques, puisque, le 10 mars suivant, l’empereur lui-même s’émeut encore, au conseil des ministres, des « agitations qui semblent exister dans les écoles de droit et de médecine » en réclamant des mesures pour y mettre fin.

26L’affaire du Congrès de Liège marque donc une nouvelle étape dans l’histoire du ministère de Victor Duruy, en l’exposant une fois de plus et en mettant à nouveau son libéralisme à l’épreuve. Au début de 1866, il apparaît désormais comme un ministre à poigne, qui condamne des étudiants révolutionnaires et réprime les troubles dans les établissements d’enseignement supérieur, comme il l’avait fait à la fin de 1864 lors de l’affaire Batbie. Son image en pâtit forcément, mais pouvait-il agir autrement ? Tout libéral qu’il est, il ne pouvait ni laisser les troubles se poursuivre, ni chercher une conciliation impossible avec les étudiants. C’est qu’il a en effet affaire à des révolutionnaires, sur lesquels il n’a aucune emprise : il est pour eux un serviteur de l’Empire, donc un complice du tyran, fût-il le restaurateur de la philosophie et le protecteur des instituteurs. En outre, sa position politique l’obligeait à montrer sa fermeté, ne serait-ce que pour rassurer les ministres et l’empereur, leur donner des garanties afin que l’ordre public ne fût pas troublé, et qu’un climat révolutionnaire ne s’instaurât pas dans la jeunesse des écoles. La condamnation des étudiants rebelles ne pouvait que plaire à l’Église, effrayée par leur athéisme, et à la bourgeoisie, inquiète des attaques contre l’ordre et la propriété. Aussi Victor Duruy risque-t-il d’apparaître, en ce début d’année 1866, comme un agent des forces conservatrices pour les plus critiques, comme leur otage pour les plus indulgents. Alors même qu’il s’efforce de se faire auprès de l’empereur le héraut de l’évolution libérale.

Un chantre de l’empire libéral

  • 36 Chacun des deux en témoigne. V. Duruy à Napoléon III, 5 mars 1865, citée dans NS I, p. 217 ; E. Ol (...)
  • 37 Plusieurs lettres de la même époque d’Ollivier à Glachant semblent montrer que ces derniers se con (...)
  • 38 À ce sujet, A. Darimon, op. cit.

27Victor Duruy s’affirme, en 1865-1866, comme l’un des hommes politiques de l’Empire les plus favorables à l’évolution libérale insufflée au début de la décennie, dont lui-même a bénéficié en 1863, et qui, face à l’opposition du tout puissant Rouher, a du mal à entrer réellement dans les faits. Lui-même n’étant pas un homme politique, ne peut agir que de façon limitée : sans réseaux politiques, sans relais dans la presse, à la cour ou auprès des assemblées, il n’a pour moyen d’action que les lettres nombreuses où la confiance que lui accorde l’empereur lui permet de prodiguer au souverain des conseils. Or, en cette année 1865, il milite activement auprès de lui en faveur des républicains qui cherchent à rallier le régime. Le premier d’entre eux est bien sûr Émile Ollivier. Celui-ci a annoncé son intention dès 1861 et obtenu, trois ans plus tard, la présidence de la commission de la loi sur les coalitions mais, depuis, le rapprochement du républicain et de l’Empire semble au point mort. Ollivier a en effet perdu ses soutiens : Mocquard meurt en décembre 1864, Morny en mars 1865, et le prince Napoléon ne joue plus guère de rôle politique. À l’inverse, ses collègues républicains le vouent désormais aux gémonies. De façon peut-être inattendue, Victor Duruy devient alors l’un de ses soutiens. Au début du mois de mars 1865, justement, alors que Morny vit ses dernières heures et que le rapport sur l’enseignement primaire est prêt à être publié, le ministre rencontre sur les Champs Elysées le député encore républicain36. Au fil de la conversation – qui n’est d’ailleurs pas la première entre les deux hommes37 – Ollivier l’assure de son soutien et lui dit tout le bien qu’il pense de l’empereur. Victor Duruy s’empresse de faire écho à ce discours et de chanter à son tour les louanges d’un homme politiquement courageux et utile à la cause libérale, conjurant le souverain de ne pas écouter les sirènes conservatrices du « rouhernement » et de s’engager franchement sur la voie des réformes libérales. Et en premier lieu, bien sûr, en matière d’instruction publique : on est en pleine affaire du rapport publié au Moniteur. En vain d’ailleurs, puisque Émile Ollivier doit encore ronger son frein pendant de nombreux mois, tenu à l’écart par un Rouher qui ne cesse jusqu’en 1869 de ralentir l’évolution libérale de l’Empire autoritaire. Pourtant Victor Duruy continue son offensive. Au début du mois de septembre, c’est au tour d’un autre député républicain séduit par les charmes discrets du régime impérial, de trouver dans la personne du ministre de l’Instruction publique un appui résolu dans la voie du ralliement : Alfred Darimon38. Pourtant, les deux hommes ne sont pas au départ sur la même longueur d’ondes. Au début du ministère, le député républicain avait critiqué l’introduction de l’histoire contemporaine dans l’enseignement secondaire. Le 31 août 1865, alors qu’il vient de recevoir la Légion d’honneur, il critique encore, dans La Presse, la politique menée par Victor Duruy en matière d’enseignement spécial. Immédiatement, le ministre lui répond, et Darimon doit pour le rassurer lui faire part de son soutien : « Personne n’a plus d’estime que moi pour vos travaux et pour vos efforts », lui écrit-il en le remerciant d’avoir secoué la routine de l’Université. Il s’empresse ensuite de publier un article rectificatif et note dans son journal : « Dès aujourd’hui, je me fais le collaborateur de M. Duruy ».

  • 39 AN : 45AP/1 (11 mars 1866).
  • 40 NS I, p. 234.
  • 41 V. Duruy à Napoléon III, 28 mai 1866, ibid., p. 234-235.

28Ce rapprochement avec les ralliés et l’appui qu’il leur promet auprès de l’empereur s’accompagne de prises de position résolues en faveur des réformes libérales. Ainsi en est-il six mois après sa réconciliation avec Darimon, en mars 1866, au moment de l’ouverture de la session parlementaire. Un texte signé par 44 députés, républicains ralliés et membres du tiers parti, invite l’empereur à poursuivre résolument sur la voie des réformes libérales entamées en 1860. Dans les séances des 7 et 11 mars 1866, le conseil des ministres prend les devants et discute de la question, notamment du droit d’interpellation et d’une libéralisation du régime de la presse. Le 11 mars, alors que les membres du conseil privé sont aussi présents (moins Persigny et Fould), Baroche, Magne, Chasseloup-Laubat, Béhic et Rouher se prononcent pour le maintien de la législation en vigueur, c’est-à-dire celle, particulièrement restrictive, de 1852. Seuls s’y opposent La Valette, qui juge qu’elle est trop difficile à appliquer, et Victor Duruy, qui propose la fin des avertissements et se range donc, une fois de plus, du côté des libéraux39. Finalement, devant l’hostilité de la majorité des membres du conseil, l’amendement est combattu par le gouvernement, mais recueille tout de même soixante-trois voix : c’est une demi victoire pour le camp des « libéraux », dont Duruy a donc été l’un des représentants au conseil des ministres. Mais face à un Rouher, quels moyens a-t-il ? Si sa propre position se renforce, il est loin de pouvoir jouer à armes égales face au « vice-empereur ». Un petit incident se produit à quelque temps de là, en mai 1866, significatif du fait que sa politique continue à inquiéter ses collègues. Lors d’un discours à la distribution des prix à l’Association philotechnique, en effet, Victor Duruy annonce triomphalement les résultats des cours d’adultes pour l’hiver 1865-1866. Mais son discours est, dit-il, « incriminé auprès de l’empereur40 » : on lui reproche notamment un nouveau déplacement sur le terrain, et il faut sûrement voir dans cette contestation le même Rouher. Cette nouvelle attaque fournit l’occasion au ministre de l’Instruction publique de prendre à nouveau la plume pour, à son tour, dire tout le bien qu’il pense de certains de ses collègues enfermés dans leurs bureaux ministériels, loin des réalités du terrain41. Au-delà des divergences en termes de conception politique, il s’agit bien de façons opposées de concevoir l’exercice du pouvoir, liées à des tempéraments et à des situations dissemblables. Rouher, haute figure de l’Empire, n’a guère besoin de communiquer, quand Victor Duruy ne peut s’en passer s’il veut pouvoir exister politiquement.

Nouveau conflit avec l’Église

  • 42 Evêque de Chalons.
  • 43 J. Maurain, La Politique…, op. cit. ; Joseph-Marie Téphany, Vie de Mgr René-Nicolas Sergent, évêqu (...)
  • 44 Analyse détaillée des rapports entre V. Duruy et l’Église catholique dans JCG, II, p. 480-498.

29Parallèlement à son engagement ferme en faveur des républicains ralliés, Victor Duruy change en 1866 sa politique à l’égard de l’Église. Jusque-là, en la matière, en dépit de ses convictions anticléricales et de déclarations enflammées au début de son ministère face aux évêques du Conseil impérial, sa politique vis-à-vis de l’Église avait été empreinte d’une certaine prudence. Il y avait eu quelques incidents bien sûr, lors de l’affaire Renan par exemple, mais ils n’étaient pas de son fait. Aucune provocation ne vient en fait de la rue de Grenelle. Ainsi, concernant les membres religieux du Conseil impérial de l’Instruction publique, aucune épuration n’est organisée à leur encontre. Seul Mgr Sergent a été remplacé, le 12 juillet 1865, par Mgr Meignan42 : le ministre éprouve en effet bien des griefs envers l’évêque ultramontain de Quimper. Habitué des remarques ironiques, et des rodomontades cléricales, le prélat fait tout pour s’opposer à la politique menée, défendant bec et ongles l’enseignement religieux et s’opposant aux inspections des établissements libres autant qu’à l’introduction des mauvais livres dans les écoles. Du moins, à en croire Victor Duruy, lorsqu’il ne s’endort pas durant les séances… Un voyage auprès du pape est l’occasion pour le ministre de se débarrasser de cet encombrant collaborateur. Celui-ci d’ailleurs s’en trouve ravi, comme en témoigne son secrétaire, l’abbé Téphany. Aussi ce « renvoi » ne fait-il guère figure de provocation, même si Victor Duruy ne prend pas la peine d’informer le prélat de sa destitution, signe de la considération qu’il pouvait accorder, malgré toute sa bonne éducation bourgeoise, à ce virulent opposant à ses projets comme à ses principes43. Aucun autre évêque du Conseil ne fait l’objet d’une telle décision. L’autre renouvellement opéré durant le ministère est dû au décès, en mars 1866, de Mgr Parisis. Pour le remplacer, Victor Duruy choisit un évêque ouvert à la modernité, le chantre du parti néogallican et très libéral évêque de Nancy, Mgr Lavigerie. Pour le reste, le ministre multiplie les signes amicaux à l’encontre des représentants de l’Église catholique et recherche activement leur collaboration. Cette attitude, étonnante, d’un anticlérical convaincu, que l’historiographie a souvent présenté, excessivement d’ailleurs, comme l’un des hérauts de la lutte pour la laïcité, s’explique par deux ensembles de raisons. Tout d’abord, s’il n’aime guère les tentations hégémoniques de l’Église dans l’éducation et s’il cherche effectivement à en limiter l’influence, Duruy est à l’inverse persuadé de l’importance du rôle joué par la religion comme facteur de conservation sociale. Attitude toute « bourgeoise », pourrait-on dire, qui se manifeste également dans le souci des convenances envers des évêques qui sont de hautes autorités morales du pays44. En outre, ces précautions sont motivées, de façon plus prosaïque, par le manque de solidité de sa situation politique, et par la volonté de ne pas la compromettre davantage par des mesures qui lui auraient aliéné une partie de l’opinion publique et des milieux politiques. Or, en 1866, sa position s’affermit, et il a déjà accompli une œuvre importante. L’enseignement secondaire a été rétabli dans la plénitude de ses traditions, l’enseignement secondaire spécial créé, l’enseignement supérieur relancé. La loi sur l’enseignement primaire, après bien des difficultés, n’attend plus que l’entrée dans la voie parlementaire. Le sort des instituteurs a été amélioré, les programmes ont été en partie rénovés. Victor Duruy a donc désormais plus de marge de manœuvre, il a moins à perdre en s’en prenant aux positions et avantages de l’Église dans la champ éducatif. Aussi lance-t-il, au début de l’année 1866, quelques initiatives en ce sens.

  • 45 Lettres à Hortense Cornu, 25 septembre 1865 et 9 février 1866, La Dépêche (Toulouse), 5 mai 1904.
  • 46 Sur cette affaire du printemps 1866, NS I, p. 352-364 (notamment une série de lettres de V. Duruy (...)

30Depuis plusieurs mois, d’ailleurs, il exprime à Hortense Cornu sa volonté d’en découdre avec l’influence cléricale dans l’enseignement45. Le 14 février 1866, il envoie aux recteurs une circulaire dans laquelle il les appelle à faire respecter l’article 79 de la loi du 15 mars 1850. Celui-ci dispensait de service militaire les maîtres s’engageant à servir dix années dans l’enseignement public. Profitant du caractère imprécis de cette notion d’enseignement « public », les membres des congrégations, donc de l’enseignement « privé », profitaient de cette dispense, normalement réservée aux seuls professeurs de l’État. Soucieux de mettre fin à ce qu’il considère comme un abus, le ministre, avec le soutien du ministre de la Guerre, Randon, puis de l’empereur, précise aux recteurs l’esprit de la loi : l’engagement décennal doit désormais concerner non plus l’enseignement public, mais « un établissement public d’instruction ». Un mois plus tard, le 17 mars, une instruction aux mêmes recteurs les invite également à surveiller rigoureusement, grâce à un dossier spécial, l’évolution de la situation des dispensés et le respect de leur engagement décennal. Parallèlement, il s’en prend à un autre sujet de conflit entre l’Église et l’Université, en rappelant aux recteurs le droit légal de cette dernière d’inspecter les écoles primaires de filles, ce à quoi s’opposaient très souvent les chefs de ces établissements, soutenus en la matière par des autorités ecclésiastiques soucieuses de protéger la liberté de l’enseignement. Au-delà de cette simple question, il s’agit d’un débat aussi vieux que l’Université, fondée en 1808 : celui de la lutte d’influence entre l’Église, dépositaire traditionnelle de la fonction d’éducation en France, et l’État qui, depuis la Révolution, tient à prendre en mains la formation des jeunes générations46.

31Dès que la nouvelle de la circulaire se répand, les journaux et milieux cléricaux montent au créneau, et le printemps 1866 est marqué par une nouvelle crise politique, à laquelle le ministre de l’Instruction publique est encore partie prenante – et, cette fois, il en est largement responsable. Joseph Piétri, nommé préfet de Paris deux mois plus tôt, adresse à l’empereur un rapport alarmiste sur l’agitation cléricale suscitée par la nouvelle sortie de son ministre de l’Instruction publique. Le 18 avril, le souverain fait part de ses inquiétudes au conseil des ministres, et Victor Duruy doit prendre la plume pour le rassurer, et calmer les craintes du préfet : il ne s’agit, dit-il, que de faire respecter la loi, et nullement de lancer une guerre contre l’Église. Mais dans les semaines qui suivent, il doit encore se justifier, arguant notamment auprès de Napoléon III d’une espèce de complot politique des congrégations qui, à en croire les préfets, « intriguent de toutes parts » et « vont mettre M. Thiers à leur tête sur cette question »… L’affaire en effet devient politique : au mois de juin, le Sénat est saisi de trois pétitions au sujet de la dispense, dont l’une est due au très papiste archevêque de Rennes, Mgr Brossais-Saint-Marc. Le baron Charon, rapporteur de la commission des pétitions, reconnaît la légalité, contestée par les cléricaux, de la circulaire. Boulay de la Meurthe et Delangle, membres du Conseil impérial de l’Instruction publique, favorables au ministre – tout comme le président du Sénat, Troplong –, puis le commissaire du gouvernement, le fidèle Simon Genteur, font bloc derrière lui et derrière le ministre. Mais les représentants du parti clérical ne se laissent pas convaincre. Deux évêques interviennent, qui sont loin d’être favorables à Duruy : l’archevêque de Besançon, Mgr Mathieu, et l’évêque de Rouen, Mgr de Bonnechose, qui l’avaient déjà attaqué en 1863 sur les programmes de philosophie, et en 1864 lors de l’affaire Renan. Avec le second, Victor Duruy a tenté la conciliation : il lui a écrit, l’a rencontré et, visiblement, le prélat s’était laissé convaincre. Mais au Sénat, il revient sur son engagement, avec, juge le ministre, la plus « parfaite hypocrisie ». Il accuse le gouvernement de vouloir porter atteinte aux congrégations en gênant leur recrutement. Simon Genteur, se fait le porte-parole de son ancien patron au ministère en rappelant qu’il ne s’agit pas de faire la guerre à l’Église mais de faire respecter la loi.

  • 47 Léopold Giraud, La Liberté de l’enseignement supérieur, aux bureaux du Journal des villes et des c (...)

32Le Sénat en semble d’ailleurs largement convaincu : à l’unanimité moins quatre voix, la pétition est rejetée ; elle est bien renvoyée aux ministres de la Guerre et de l’Instruction publique, mais uniquement sur la question de l’adoucissement de la loi, et non sur celle de la légalité de la procédure. Le ministre peut savourer une vraie victoire politique : quelle qu’en soit la raison, le Sénat s’est quasi-unanimement rangé derrière lui contre les cléricaux. Victor Duruy semble s’être beaucoup démené auprès des sénateurs pour obtenir leur appui. Il estime, non sans triomphalisme, avoir infligé un « échec sanglant » aux partisans de l’enseignement congréganiste. Sa position n’en est que plus renforcée, mais il a pris un risque. Il a abattu ses cartes et levé le voile sur ses véritables intentions envers l’Église. Les milieux cléricaux, jusque-là simplement méfiants, savent maintenant à quoi s’en tenir. Il vient, volontairement et irrémédiablement, de se faire de nouveaux ennemis politiques, des plus puissants qui plus est. La contre-attaque vient d’ailleurs quelques mois plus tard, et a pour cadre l’enseignement supérieur, décidément le point faible de Victor Duruy. Au début du mois de mars 1867, une nouvelle agitation se produit à la faculté de médecine de Paris, en faveur du matérialisme, doctrine à laquelle sont favorables certains professeurs de l’établissement mais que condamne résolument l’Église. C’est l’occasion pour le parti clérical de remettre sur le devant de la scène le débat des rapports entre État, religion et éducation. À l’heure où le ministre de l’Instruction publique remporte un succès avec le vote de la loi du 10 avril sur l’enseignement primaire, une nouvelle campagne est lancée contre l’enseignement public. Dès le mois d’avril, une Société d’éducation et d’enseignement est créée pour faire pendant à la Ligue de l’enseignement, à tendance laïque, de Jean Macé. Le premier rapport de son comité d’études réclame l’organisation d’une faculté libre de médecine. L’Univers, Le Journal des villes et des campagnes, se font l’écho de cette revendication, relayés par le cardinal Caterini, préfet de la Sainte Congrégation du Concile, qui condamne dans une lettre ouverte le monopole de l’État en matière d’enseignement supérieur. Une pétition en ce sens, lancée par Le Journal des villes et des campagnes et signée par plus de 700 personnes, est adressée au Sénat. La clôture de la session parlementaire, le 28 juillet, sauve in extremis le ministre d’une nouvelle affaire politique, mais désormais le parti clérical a entre les mains une arme dirigée contre lui, fragilisant un peu plus sa position47.

L’intrus du gouvernement devenu pilier du régime

  • 48 Jules Delalain, Annuaire des titres honorifiques de l’Instruction publique, Delalain, 1867 et 1870
  • 49 JS, p. 116.
  • 50 C’est visiblement la première fois que les autres ministres le reçoivent, sauf celui de la Marine  (...)
  • 51 Jean-Charles Geslot, « Du Bulletin universitaire au Bulletin administratif : contribution à l’hist (...)
  • 52 JCG, II, p. 439 sq. (décorations) et 545 sq. (Bulletin).

33Si les années 1865-1866 marquent pour Victor Duruy la montée des oppositions, tant du côté des cléricaux que de celui des libéraux, elles sont aussi celles, à l’inverse, d’un renforcement de sa position au sein du gouvernement et de l’appareil d’État. La crise du printemps 1865, qui l’avait poussé à deux reprises à présenter sa démission, avait constitué le moment le plus critique de ses rapports avec ses collègues. Ensuite en effet, les choses semblent s’arranger, et les succès qu’il remporte dans la presse ou au Corps législatif ne sont pas seuls à l’expliquer. Duruy mène en effet une politique de séduction vis-à-vis de ses collègues, en cherchant à les sensibiliser à la cause de l’enseignement et à les faire participer à ses actions. Il utilise pour cela, par exemple, les décorations propres à son ministère, dont il a réformé le système par un décret du 7 avril 1866, autorisant les promus à porter les palmes sur leur costume de ville aussi bien que sur leur toge universitaire, ce qui permet aux instituteurs, qui ne font pas partie du corps de l’Université, d’exhiber eux aussi leur titre et d’être ainsi auréolés du prestige qui rejaillit sur ceux qui en sont parés. Ainsi pourvues d’une plus ample légitimité, préservée du reste par la parcimonie avec laquelle le ministre tient à les distribuer, les futures palmes académiques deviennent avec Victor Duruy une véritable arme symbolique entre les mains du ministre. Utilisée pour redorer le blason des fonctionnaires de l’Instruction publique, elle l’est également pour mobiliser les autres ministres. En 1865, Béhic et Vuitry sont promus officiers de l’Instruction publique ; l’année suivante, c’est au tour de Rouher, Vaillant, Chasseloup-Laubat et La Valette ; Forcade La Roquette le sera en 186848. Habile manœuvre, qui vise à leur conférer, « de force », une sorte de devoir moral de s’intéresser à la cause de l’enseignement, et, si ce n’est d’agir pour elle, d’au moins les obliger à s’en sentir solidaires. « Il apprit à la plupart des nouveaux décorés que l’Université existait, et qu’on pouvait s’honorer d’en faire partie », explique ainsi Jules Simon qui a parfaitement compris la dimension symbolique voulue par Victor Duruy49. Dans le même ordre d’idées, il fait parvenir à ses collègues, au mois de mars 1865, en pleine crise du rapport sur l’enseignement primaire, un exemplaire de l’Annuaire de l’Université50. Cet exemple montre que le ministre fait feu de tout bois pour réussir son action, dans une vision particulièrement moderne et intelligente de l’exercice du pouvoir. Les enquêtes de terrain, le recours à la statistique, l’utilisation de la presse, montrent qu’il sait se doter des moyens nécessaires à la réussite de son action. Habile communicant, il sait aussi faire sa propagande. À cet effet, le Bulletin administratif de l’Instruction publique est transformé en tribune et en vitrine de la politique de la rue de Grenelle51. Organe confidentiel et uniquement réglementaire jusque-là, il devient avec Victor Duruy une arme médiatique ; sa diffusion est élargie à des publics ciblés, dans et hors de l’Université, tandis que son contenu change. Tout ce qui concerne l’éducation y est publié, actes réglementaires, rapports, discours, enquêtes, lettres, informations diverses : tout ce qui peut servir à montrer l’importance des questions d’enseignement est porté à l’attention du public. Victor Duruy a compris que le suffrage universel n’impose pas seulement la nécessité d’un enseignement universel ; l’opinion joue un rôle de plus en plus important, et il est nécessaire de se la gagner si l’on veut réussir52.

  • 53 AN : 45AP/3 (V. Duruy à E. Rouher, s. d.) et 45AP/4 (idem, 10 septembre 1864).
  • 54 NS I, p. 273 ; AIP, p. xii ; Max Roche, Education, assistance et culture françaises dans l’Empire (...)
  • 55 AN : F17/9095 (Moustier à V. Duruy, mars 1867).
  • 56 AN : 114AP1 (A. Béhic à V. Duruy, 8 mars 1864).
  • 57 Ibid. (28 septembre 1867).
  • 58 ADP : 5Mi3/130 (Acte de mariage de V. Duruy avec Marie Florina Redel, 7 mai 1873).

34Cette vaste campagne de sensibilisation semble porter ses fruits. De plus en plus, les autres ministres, au départ sceptiques, lui prêtent leur concours. Ainsi pour la fondation de l’enseignement spécial : Béhic travaille avec lui à la réflexion sur la nouvelle filière, et les autres ministres mettent la main à la pâte ; des échantillons de minéraux sont offerts par Gressier, ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, des produits agricoles d’Algérie sont envoyés par Randon, tandis que le ministre de la Maison de l’empereur, Vaillant, offre des gravures et des livres issus des collections du Louvre. Rouher s’intéresse à l’enquête sur l’instruction primaire et aux conférences publiques53. Moustier, ministre des Affaires étrangères après avoir été ambassadeur à Constantinople, l’aide pour la fondation en Turquie du lycée du Galatasaraï en 186854, après s’être intéressé avec lui en mars 1867 au système scolaire japonais55. Il trouve également en Jules Baroche, ministre de la Justice et des Cultes, un appui dans sa résistance aux empiètements du clergé. La Valette et Pinard lui témoignent également de la sympathie. Les relations vont d’ailleurs parfois plus loin que la simple collaboration gouvernementale. Ainsi Armand Béhic devient-il rapidement son ami. Tous deux étaient nouveaux au gouvernement en juin 1863 et, dès mars 1864, ils semblent très attachés l’un à l’autre56. Les deux familles se lient et, en septembre 1867, Duruy et ses deux fils sont invités à une chasse près de Rambouillet, dans la propriété de Béhic57. Cette amitié d’ailleurs survit à l’Empire, puisque ce dernier est le témoin de son ancien collègue lors de son second mariage, en 187358. Ainsi, si Victor Duruy se présente, dans ses Mémoires, comme un intrus au gouvernement, rejeté par ses collègues en raison de son libéralisme, il est nécessaire de bien considérer qu’il n’évoque que le début de son ministère. Il faut en effet être conscient du fait qu’au fil des années, il devient un véritable pilier du régime. Lorsque est promulguée la loi sur l’enseignement primaire, il est au pouvoir depuis presque quatre ans, et l’équipe gouvernementale a été profondément renouvelée ; des onze ministres de juin 1863, seuls trois sont encore en poste : lui-même, Vaillant, ministre de la Maison de l’empereur depuis 1860 et, bien sûr, Rouher qui siège depuis 1855 au gouvernement. Auprès des « petits nouveaux » qui se succèdent à la tête des divers ministères, Victor Duruy ne saurait plus faire figure d’intrus. Au contraire, il est celui qui a résisté à la crise de 1865, et fait voter deux lois scolaires acceptées à la quasi-unanimité des députés et des sénateurs. C’est, qui plus est, un proche de l’empereur, un chef d’administration compétent, un homme en outre agréable et avec qui il semble facile de travailler, tant il met d’enthousiasme dans son action politique. Dans le fond également, Victor Duruy, en dépit de son origine universitaire et de sa virginité politique, n’est pas si éloigné, socialement et politiquement, des hommes qui composent en ces années 1860 les différents ministères impériaux. Si lui et eux ne viennent pas du même monde, au moins sont-ils du même milieu. Ce sont tous des représentants de la bourgeoisie, dans ses différentes composantes, mais essentiellement parisienne et de tradition catholique. Ils sont bonapartistes, lui est « libéral », mais ils sont tous socialement conservateurs ; il est anticlérical, or beaucoup sont gallicans, et tous en tout cas respectent les hommes d’Église et la place de la religion dans la société ; il a mis du temps à accepter le régime, mais s’y est rallié corps et âme, et éprouve, comme eux, une grande fidélité à l’égard de l’empereur et de la dynastie.

  • 59 J.-F. Condette, Les Recteurs…, op. cit., p. 322-324.
  • 60 « Visite de M. Duruy, ministre de l’Instruction publique, au Musée lorrain », Journal de la Sociét (...)
  • 61 Sur la politique menée par Victor Duruy en matière de rapports avec le gouvernement et l’administr (...)

35Aussi n’a-t-il pas tant de mal que cela à s’intégrer au pouvoir, en affirmant sa légitimité et son autorité. Les échelons inférieurs de l’administration se voient aussi rappelé quand il le faut, que le ministre secrétaire d’État au département de l’Instruction publique est aussi respectable que ceux de l’Intérieur ou de la Guerre. Il mène une active campagne de mise au pas des préfets récalcitrants, allant même jusqu’à tancer Haussmann lui-même lorsque ce dernier se permet de critiquer l’action de la rue de Grenelle en pleine séance du conseil général de Paris. Mais il mène aussi des actions de séduction : ainsi 55 préfets, 72 sous-préfets, 152 maires sont faits officiers d’académie ou de l’Instruction publique pendant son ministère. Préfets et maires se voient accorder une place d’honneur dans les cérémonies officielles de l’Université. Les recteurs doivent eux aussi séduire les notables par une politique de réceptions59. Et cette stratégie semble fonctionner. Un fait est à cet égard significatif. En avril 1864, venu visiter le Musée lorrain, le ministre est accueilli par le secrétaire général de la Préfecture et les adjoints au maire : les premiers magistrats de la commune et du département n’ont pas jugé bon de faire le déplacement ; en revanche, trois ans plus tard, lors de sa visite à Dunkerque, la ville est illuminée pour lui60. Ainsi a-t-il réussi, par l’intensité de son action réformatrice, par sa longévité et une politique volontaire d’affirmation, à faire du ministre de l’Instruction publique un personnage respecté du gouvernement61. Ce qui ne l’empêche pas, ultime contradiction du ministre de l’empereur soutenu par l’opposition, du chantre de la libéralisation hué pour son autoritarisme, de l’anticlérical longtemps soucieux de préserver ses rapports avec l’Église, de connaître également une certaine forme d’usure du pouvoir.

Quatre ans de pouvoir : un ministre usé ?

  • 62 V. Duruy à F. Roux, 2 janvier 1867, dans F. Roux, op. cit., p. 64.
  • 63 Ibid., 8 janvier 1867.
  • 64 J. Bonaparte, op. cit., p. 212 et 294.

36Lorsque arrive l’été 1867, Victor Duruy occupe depuis quatre ans le poste de ministre de l’Instruction publique. Et déjà, de nombreux signes de lassitude apparaissent. Sa correspondance du début de l’année est à cet égard très explicite. « Ce premier de l’an est, à présent, un jour funèbre », écrit-il le 2 janvier62. « Je sens alors, plus que jamais, le vide qui s’est fait dans ma maison, et les tristes souvenirs présents davantage en moi. » Et cette profonde tristesse se ressent dans son activité : « Je sens tous les jours davantage le poids de ce ministère, écrit-il encore une semaine plus tard : un de ces jours, il m’écrasera63. » La mélancolie qui s’est emparée du ministre n’est pas due qu’aux aléas de son activité politique et de sa santé – il avoue à Ferdinand Roux qu’il est malade et s’est relevé à neuf heures du soir pour lui écrire. Cinq mois plus tôt, en effet, il a perdu son épouse. Elisa Duruy était tombée malade au mois d’avril 1866. En dépit du soutien affectueux et zélé de son amie, la princesse Julie Bonaparte, qu’elle avait rencontrée chez le député de l’Ain, Adrien Benoît-Champy, la femme du ministre ne se relève pas de son mal, et décède au début de l’après-midi du 5 juillet, « sans s’apercevoir qu’elle quittait la vie64 ».

  • 65 François Guizot, Lettres à sa fille Henriette (1836-1874), Perrin, 2002, p. 826.
  • 66 JGIP, 11 juillet 1866.
  • 67 AN : 45AP/1 (séances des 7, 11, 14, 18, 21, 25, 28 juillet et 1er et 7 août 1866).
  • 68 JS, p. 88.
  • 69 EL, p. 74 ; BI : Papiers Le Verrier (Ms. 3710, fo 283 : V. Duruy à Le Verrier, s.d.) et Collection (...)
  • 70 Sur le travail au ministère, NS I, p. 232 ; EL, p. 72-73 ; discours de Lavisse dans A. Bessou, Le (...)
  • 71 AN : 42AP/268 (V. Duruy à F. Guizot, 29 mars 1864).
  • 72 Louis Pasteur Vallery-Radot, éd., Correspondance de Pasteur, Flammarion, 1951, vol. II, p. 279.
  • 73 J. Bonaparte, op. cit., p. 368-370.
  • 74 P. Guiral, « Les Cabinets… », op. cit., p. 61.

37C’est évidemment un coup dur pour Victor Duruy qui, après avoir perdu sa fille aînée en 1865, se voit priver de celle qui avait accompagné sa vie depuis trente ans. Sa douleur va jusqu’à émouvoir Guizot : « Pauvre M. Duruy ! écrit ce dernier à sa fille. On dit qu’il aimait sa femme65 » – ce dont on ne saurait en effet douter. Le veuf ne participe pas au conseil des ministres du 7 juillet, jour des funérailles célébrées à l’église Sainte-Clotilde, et auxquelles assistent toutes les hautes sommités du gouvernement, de la cour, de l’Université, du monde des lettres et du corps diplomatique66. Dès le 11, le ministre est de retour à son poste, avant de s’absenter à nouveau le 28 et d’assister aux conseils du mois d’août67. Mais l’enthousiasme des premiers temps s’est largement émoussé. Le travail est harassant, et le ministre ne semble pas savoir se limiter. Lui-même se présente comme un « bœuf de labour68 ». Il ne lui est pas rare de rester, tard le soir, rue de Grenelle, ou bien de venir travailler alors qu’il est malade ; d’après Jules Simon, « il se relevait la nuit pour prendre vite des notes sur une idée qui lui était venue ». Cette suractivité pourtant, suscite plutôt en lui, d’habitude, une certaine autodérision. « Comment voulez-vous », disait-il ainsi à ses proches, « que moi, qui ai souvent loué Colbert, dans mes classes, d’avoir travaillé dix-sept heures par jour, je ne travaille pas toute la journée ? ». Il fait même remarquer à Sainte-Beuve qu’il n’est pas « à l’hôtel de la rue de Grenelle pour fumer le narguilé » et commande non sans humour au directeur de l’Observatoire, l’astronome Le Verrier : « il me faudrait des jours de 48 heures. Faîtes m’en ; cela rentre dans vos attributions69 ». Ses journées sont en effet très occupées. La matinée, commencée tôt, est consacrée à la lecture des rapports et de la correspondance. Il est alors seul dans son bureau et n’aime pas être dérangé. Il a en effet jusqu’à 200 lettres à parcourir et renvoyer aux services compétents, ou auxquelles il répond lui-même, lorsqu’il s’agit de personnalités comme François Guizot ou George Sand, habituées des lettres de sollicitations, mais aussi « sachant que le plus simple billet écrit par un ministre, à un maire ou à un conseiller général, [a] plus d’effet que vingt dépêches officielles70 ». À 11 h 30 commencent les audiences (les mardis et vendredis, il reçoit, de 10 heures à midi, les membres du Sénat, du Corps législatif et du Conseil d’État). Ces visites peuvent être nombreuses : le 29 novembre 1864, il donne ainsi pas moins de 27 audiences71. Les entretiens débordent souvent sur l’après-midi ou la soirée, si bien que certains interlocuteurs sont assez souvent invités à manger par le ministre, qui emmène ainsi Pasteur dîner chez lui, à Villeneuve-Saint-Georges, le 23 août 1866 – un mois et demi après la mort de sa femme, il a sûrement encore besoin du réconfort de ses amis72. Dans l’après-midi ont également lieu les rapports des chefs de service. Et c’est ainsi pratiquement tous les jours de la semaine. Au travail au ministère s’ajoutent bien sûr les conseils des ministres, aux Tuileries ou à Fontainebleau, l’assistance à certaines séances du Sénat ou du Corps législatif, les réunions au Conseil d’État, sans oublier les visites de terrain, tournées d’inspections et voyages officiels. Quant à sa participation aux mondanités de la Fête impériale, elle semble s’être limitée aux cérémonies officielles, à quelques dîners en ville et à quelques visites de salons, notamment celui de Julie Bonaparte, marquise de Roccagiovine73. Victor Duruy en effet, comme ses deux rivaux Rouher et Rouland, n’est pas un habitué de la vie parisienne74, et limite sa vie publique aux devoirs politiques et administratifs de sa charge.

38En dépit de ce travail intense, l’ambiance est en général bonne, détendue, dans les bureaux de la rue de Grenelle, du moins lorsque les affaires privées ne viennent pas gâter l’atmosphère de travail. Ernest Lavisse, qui fut secrétaire de Victor Duruy à la fin de son ministère, raconte qu’il « travaillait avec allégresse, et répandait la joie autour de lui ». Le ministre déchu du pouvoir aurait même eu, à ce sujet, un échange avec son successeur républicain, Jules Ferry : le père de l’école laïque clamant à son lointain prédécesseur : « Ah ! Monsieur ! C’était bien plus amusant d’être de l’opposition », ce dernier lui aurait répondu « Mais je me suis beaucoup amusé dans cette maison-ci ». Les distractions, ainsi, n’étaient pas absentes, au ministère de l’Instruction publique, dans les années 1860. L’équipe dirigeante se permettait parfois quelques plaisanteries à l’encontre des visiteurs indélicats, comme le raconte Ernest Lavisse à propos des audiences qui avaient tendance à s’éterniser : « Nous avions ordre de les abréger par quelque subterfuge. Il m’arriva plusieurs fois d’ouvrir la porte pour annoncer que l’archevêque de Paris était au salon ; le visiteur, pour ne pas faire attendre Monseigneur, se levait d’un mouvement ». Malgré cette bonne ambiance toutefois, le travail est usant, et Victor Duruy, qui n’est pas un homme politique, sent au début de 1867, au bout de près de quatre ans de pouvoir, que l’usure est en train de le gagner. S’il a rencontré de beaux succès, ses ennemis sont cependant toujours à l’affût, chez les conservateurs, dans la presse orléaniste, dans le parti clérical, dans une partie de la jeunesse étudiante. Ses réformes passent, mais au prix de lourdes concessions et après d’épuisantes luttes politiques sans cesse répétées dans les différentes instances institutionnelles, au gouvernement, au Conseil d’État, au Corps législatif, au Sénat. Finalement, et la loi sur l’enseignement primaire est à cet égard significative, la montagne de travail qu’il fournit accouche souvent d’une souris, tellement ses projets ont été rognés par les craintes des uns et les exigences des autres. Nul doute également que la lassitude le gagne à voir l’évolution libérale de l’Empire toujours retardée par les résistances de Rouher, en dépit ici encore de ses efforts répétés auprès de l’empereur.

39En outre, en cette année 1867, la plupart des chantiers ouverts sont déjà arrivés à leur terme. L’enseignement secondaire classique a été réorganisé. L’enseignement spécial a été créé. L’enseignement primaire a été étendu. Les cours d’adultes sont maintenant bien lancés, et leur succès ne se dément pas. Tous les grands chantiers ont été ouverts, certains sont déjà terminés. Cela fragilise le ministre de l’Instruction publique : les réformes les plus attendues ayant été menées, l’enseignement risque donc désormais de passer au second plan des préoccupations de l’opinion publique et de l’opposition, alors qu’il a tant fait pour mobiliser l’opinion. Surtout qu’au même moment, des questions d’une autre importance se font jour, celles des « points noirs » de la politique extérieure, de la libéralisation du régime, des rapports avec l’Église… Dans ce contexte, non seulement le ministre peut apparaître comme n’étant plus nécessaire, mais, pire, il peut s’avérer gênant, surtout qu’à partir de la fin de 1867 et de la bataille de Mentana, le rapprochement entre l’Église et l’Empire se précipite. Or catholiques et conservateurs sont de plus en plus hostiles à un ministre qui réforme beaucoup, qui pousse à la libéralisation, qui contrecarre les projets cléricaux et veut aller plus loin dans la remise en cause du pouvoir scolaire de l’Église catholique. La situation de Victor Duruy est donc plus que jamais instable, voire dangereuse. Et, à partir de l’été 1867, une nouvelle série de crises graves vont achever de compromettre son image et sa position politique.

Notes

1 JGIP, 10 août 1864.

2 Lucette Le Van-Lemesle, « La Faculté de droit de Paris et l’introduction de l’économie politique dans son enseignement, 1864-1878 », dans D. N. Baker and P. Harrigan, dir., The Making of Frenchmen : Current Directions in the History of Education in France, 1679-1979, Historical Reflections/Réflexions historiques, vol. 7, numéros 2-3, été-automne 1980, p. 329 ; M. Berthelot à E. Renan, 4 décembre 1864, dans E. Renan et M. Berthelot, op. cit.

3 Henri Dabot, Souvenirs et impressions d’un bourgeois du Quartier latin de mai 1854 à mai 1869, Péronne, impr. de E. Quentin, 1899, p. 168 ; Pierre Moulinier, La Naissance de l’étudiant moderne (XIXe siècle), Belin, 2002, p. 207.

4 NS II, p. 14 sq.

5 AN : 114AP1 (note de C. Glachant à V. Duruy et réponse, s.d.).

6 X. Marmier, op. cit., p. 19 ; S. Horvath-Peterson, op. cit., p. 186.

7 Hector Pessard, Mes petits papiers, 1860-1873, Calmann-Lévy, 1887-1888, II, p. 98.

8 AN : F17*/1870 (18 novembre 1864).

9 Sur la bataille politique de l’enseignement primaire, cf. NS I, p. 210 sq. ; éclairante étude dans M. Gontard, op. cit. ; compléments dans JCG, p. 822 sq.

10 Lettre à Hortense Cornu, 17 janvier 1865, La Dépêche (Toulouse), 5 mai 1904.

11 P. de La Gorce, op. cit., p. 281.

12 JGIP, 22 février 1865, p. 109.

13 F. Waquet, op. cit., p. 215-230.

14 Le Monde, 22 juillet 1869.

15 F. Waquet, op. cit., p. 288.

16 Sur cette question, Ferdinand Roux, Histoire des six premières années de l’École normale de Cluny, Alais, Ed. Margin, 1889, p. 14 sq. ; NS I, p. 260 sq. ; JCG, II, p. 855 sq. ; C. Rizet-Clergue, op. cit.

17 AN : F17*/1870 (comptes rendus du Conseil impérial de l’Instruction publique, décembre 1865-janvier 1866).

18 AN : F17/21667 (dossier personnel de Ferdinand Roux).

19 Voir notamment, à ce sujet, la liste des nombreuses donations faites par des personnes et institutions diverses au profit de l’enseignement spécial à partir de 1866, dans F. Roux, op. cit., p. 53-56, 58, 111-112, 175-176, ainsi que le témoignage de Victor Duruy lui-même, dans NS I, p. 263.

20 Étude des cours d’adultes dans J. Rohr, op. cit., p. 149-156 ; NS I, p. 229 sq.

21 Jeanne Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), L’Harmattan, rééd. 1997, p. 230-231 ; Victor Duruy, Discours à la distribution des prix des élèves des associations philotechnique et polytechnique, 31 janvier 1864, BAIP, 1864, I, p. 86.

22 BAIP, 1864, I, p. 484-485.

23 Noé Richter, Bibliothèques et éducation permanente. De la lecture populaire à la lecture publique, Le Mans, Bibliothèque de l’Université du Maine, 1981, p. 40.

24 NS I, p. 229 sq.

25 M. Gontard, op. cit.

26 A. Claveau, op. cit., p. 145.

27 JS, p. 111.

28 C. Baroche, op. cit., p. 351 et 359 ; E. Ollivier, L’Empire…, op. cit., vol. IX, p. 250 ; A. Claveau, op. cit., p. 147.

29 Il avait déjà employé la formule dans des lettres au préfet Piétri en avril 1866 et à l’empereur en mai suivant. V. Duruy à Piétri, 19 avril 1866, et à Napoléon III, 13 mai 1866, citées dans NS I, p. 353 et 354.

30 S. Horvath-Peterson, op. cit., p. 239-240 ; P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 459-461.

31 Sur cette question, Jean-Noël Luc, L’Invention du jeune enfant au XIXe siècle : de la salle d’asile à l’école maternelle, Belin, 1997, et La Petite Enfance à l’école, XIXe-XXe siècle, Textes officiels, INRP/Economica, 1982.

32 C. Cosnier, op. cit. ; JCG, II, p. 659 sq.

33 AN : F17*/1870 (Comptes rendus du Conseil impérial de l’Instruction publique) et 45AP/1 (Papiers Rouher. Notes pendant les conseils des ministres) ; H. Dabot, op. cit., p. 186 sq. ; Maurice Dommanget, Blanqui et l’opposition républicaine à la fin du Second Empire, A. Colin, 1960, p. 123-125 ; A. Dansette, op. cit., p. 263 ; P. Moulinier, op. cit., p. 208-209.

34 Jean-Claude Yon, « Henriette Maréchal, histoire d’une chute », Cahiers Goncourt, no 13, 2006, p. 37-54.

35 Notamment Revue des Deux Mondes, 31 décembre 1865.

36 Chacun des deux en témoigne. V. Duruy à Napoléon III, 5 mars 1865, citée dans NS I, p. 217 ; E. Ollivier, L’Empire…, op. cit., VII, p. 287.

37 Plusieurs lettres de la même époque d’Ollivier à Glachant semblent montrer que ces derniers se connaissent. Cf. AN : 114AP/1.

38 À ce sujet, A. Darimon, op. cit.

39 AN : 45AP/1 (11 mars 1866).

40 NS I, p. 234.

41 V. Duruy à Napoléon III, 28 mai 1866, ibid., p. 234-235.

42 Evêque de Chalons.

43 J. Maurain, La Politique…, op. cit. ; Joseph-Marie Téphany, Vie de Mgr René-Nicolas Sergent, évêque de Quimper et de Léon, Quimper, Typographie A. de Kerangal, 1872, p. 185-186 et 199-201.

44 Analyse détaillée des rapports entre V. Duruy et l’Église catholique dans JCG, II, p. 480-498.

45 Lettres à Hortense Cornu, 25 septembre 1865 et 9 février 1866, La Dépêche (Toulouse), 5 mai 1904.

46 Sur cette affaire du printemps 1866, NS I, p. 352-364 (notamment une série de lettres de V. Duruy à Napoléon III, J. Piétri et Mgr de Bonnechose) ; AN : 45AP/1 (18 avril 1866) ; S. Horvath-Peterson, op. cit., p. 68 et 232-237 ; J. Maurain, La Politique…, op. cit., et Baroche…, op. cit., p. 315 sq. ; J. Rohr, op. cit., p. 164.

47 Léopold Giraud, La Liberté de l’enseignement supérieur, aux bureaux du Journal des villes et des campagnes, 1868, 24 p. ; Elme Caro, Le Matérialisme et la science, Hachette, 1867, 292 p. ; Pierre Pierrard, « Aux origines de la liberté de l’enseignement supérieur en France », dans Humanisme et Foi chrétienne, Beauchesne, 1976, p. 14 ; Louis Liard, L’enseignement supérieur en France. 1789-1893, t. II, 1799-1893, Colin, 1894, p. 301.

48 Jules Delalain, Annuaire des titres honorifiques de l’Instruction publique, Delalain, 1867 et 1870.

49 JS, p. 116.

50 C’est visiblement la première fois que les autres ministres le reçoivent, sauf celui de la Marine ; cf. AN : F17/2632.

51 Jean-Charles Geslot, « Du Bulletin universitaire au Bulletin administratif : contribution à l’histoire de la communication du ministère de l’Instruction publique », Histoire de l’éducation, no 121, janvier-mars 2009.

52 JCG, II, p. 439 sq. (décorations) et 545 sq. (Bulletin).

53 AN : 45AP/3 (V. Duruy à E. Rouher, s. d.) et 45AP/4 (idem, 10 septembre 1864).

54 NS I, p. 273 ; AIP, p. xii ; Max Roche, Education, assistance et culture françaises dans l’Empire ottoman (XVIIIe-XIXe siècles), Istanbul, Isis, 1989, p. 207.

55 AN : F17/9095 (Moustier à V. Duruy, mars 1867).

56 AN : 114AP1 (A. Béhic à V. Duruy, 8 mars 1864).

57 Ibid. (28 septembre 1867).

58 ADP : 5Mi3/130 (Acte de mariage de V. Duruy avec Marie Florina Redel, 7 mai 1873).

59 J.-F. Condette, Les Recteurs…, op. cit., p. 322-324.

60 « Visite de M. Duruy, ministre de l’Instruction publique, au Musée lorrain », Journal de la Société d’archéologie et du Comité du Musée lorrain, avril 1864, p. 57-58 ; X. Marmier, op. cit., p. 43-44.

61 Sur la politique menée par Victor Duruy en matière de rapports avec le gouvernement et l’administration, JCG, II, p. 472-481.

62 V. Duruy à F. Roux, 2 janvier 1867, dans F. Roux, op. cit., p. 64.

63 Ibid., 8 janvier 1867.

64 J. Bonaparte, op. cit., p. 212 et 294.

65 François Guizot, Lettres à sa fille Henriette (1836-1874), Perrin, 2002, p. 826.

66 JGIP, 11 juillet 1866.

67 AN : 45AP/1 (séances des 7, 11, 14, 18, 21, 25, 28 juillet et 1er et 7 août 1866).

68 JS, p. 88.

69 EL, p. 74 ; BI : Papiers Le Verrier (Ms. 3710, fo 283 : V. Duruy à Le Verrier, s.d.) et Collections d’autographes Spoelberch de Loevenjoul. Lettres autographes adressées à Sainte-Beuve, Ms. D 601 : V. Duruy à Sainte-Beuve, 7 octobre 1865) ; JS, p. 102.

70 Sur le travail au ministère, NS I, p. 232 ; EL, p. 72-73 ; discours de Lavisse dans A. Bessou, Le Centenaire Victor Duruy 1811-1911, Cercle populaire d’enseignement laïque, 1911, p. 103.

71 AN : 42AP/268 (V. Duruy à F. Guizot, 29 mars 1864).

72 Louis Pasteur Vallery-Radot, éd., Correspondance de Pasteur, Flammarion, 1951, vol. II, p. 279.

73 J. Bonaparte, op. cit., p. 368-370.

74 P. Guiral, « Les Cabinets… », op. cit., p. 61.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540