Desktop versionMobile Version

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Troisième partie. Un ministère déterminant (1863-1869)

Chapitre V. L’état de grâce (1863-1864)

Volltext

1Parce qu’il a connu l’un des ministères les plus longs du XIXe siècle, et parce que son œuvre réformatrice fut empreinte d’une volonté à la fois de rupture avec un système ancien et d’innovations dans le sens d’une certaine forme de modernité, Victor Duruy fut, après mais aussi pendant son ministère, l’objet de toutes les passions. Critiqué et vilipendé par les uns, admiré et récupéré par les autres, il n’a laissé indifférent aucun de ceux qui réfléchissaient alors aux questions liées à l’éducation et, plus largement, à tout ce qu’elle pouvait concerner quant à l’organisation sociale du pays. Si son œuvre en matière scolaire est aujourd’hui reconnue comme l’une des plus déterminantes du XIXe siècle par des historiens dépassionnés, et si une légende dorée a persisté de son départ du ministère jusqu’à tard dans le XXe siècle, il ne faut pas oublier qu’il fut aussi l’objet d’attaques violentes, honni qu’il fut par des opposants déterminés à sa politique, les premiers d’entre eux étant ce qu’il est convenu d’appeler les milieux cléricaux, autrement dit tous ceux qui, à des positions et pour des motivations souvent variées, se battaient pour préserver à l’Église catholique la place qui avait longtemps été la sienne dans la société française, et notamment au sein du système scolaire. Aussi, en dépit du concert de louanges qui l’a accompagné, le ministère de Victor Duruy fut loin de ressembler à une longue traversée sur une mer clémente. De violentes tempêtes l’ont agité, et, à plusieurs reprises, le ministre fut sur le point de démissionner, mis en cause, politiquement ou personnellement, par des opposants bien décidés à le faire tomber. Pourtant, dans un premier temps, et en dépit de mesures fortement décriées par certains, le ministre semble bénéficier, à défaut de l’unanimité des observateurs, d’une sorte d’état de grâce d’un an et demi. Tandis que la presse officielle aux ordres défend le ministre de l’empereur, l’opposition de gauche, dans la presse ou au Corps législatif, ne barguigne pas ses applaudissements à ses actes et à ses paroles. La presse cléricale, elle, observe une certaine retenue, en dépit de la mise sur le tapis de sujets qui fâchent, comme le problème de l’enseignement supérieur. En fait, si certaines mesures sont attaquées, jamais le ministre ne l’est directement ; et si des polémiques, parfois violentes, se déchaînent sur les questions d’éducation, jamais il n’est lui-même mis en cause. Ce n’est qu’à partir de la fin de 1864 que l’ouverture de vastes chantiers de réforme concourra à déchaîner, pour ou contre sa politique, des passions bien plus vives et bien plus dangereuses pour sa situation politique.

Premières semaines de pouvoir

Une surprise générale

  • 1 E. et J. de Goncourt, op. cit., II, p. 978-979 ; P. Mérimée à V. Cousin, 4 juillet 1863, et à Mme d (...)
  • 2 Le Constitutionnel, Gazette de France, Le Monde, L’Opinion nationale, Le Siècle, 25 juin 1863, Revu (...)
  • 3 Jean Rohr, Victor Duruy, ministre de Napoléon III. Essai sur la politique de l’Instruction publique (...)

2Les réactions qui suivent l’annonce de la nomination de Victor Duruy sont extrêmement diverses, et partagées. Les représentants de la cour, du monde officiel, de la presse, de l’Université apprennent la nouvelle à la lecture de l’acte officiel dans le Moniteur du 24 juin, qui annonce par ailleurs un remaniement ministériel de grande ampleur. Celui-ci fait suite à la poussée libérale manifestée lors des élections générales du mois de mai. Aussi, tandis que s’effondrent certains symboles de la pratique autoritaire du pouvoir, comme les ministres sans portefeuille remplacés par le ministère d’État, ou Persigny qui est disgracié, l’empereur ouvre son gouvernement à un représentant de la société civile, qui n’a, en outre, jamais manifesté publiquement son attachement au régime : Victor Duruy. Si les milieux universitaires connaissent bien ce nom, en revanche les mondes de la cour et de la presse sont dans l’expectative. Pourtant, même là, le nouveau ministre n’est pas un parfait inconnu. La princesse Mathilde, comme d’autres, sait vaguement qu’il a approché l’empereur pour sa Vie de César et a même acheté certains de ses livres. Ceux qui ne le connaissent pas, obtiennent rapidement des renseignements et apprennent à l’apprécier. Ainsi en est-il de Prosper Mérimée, de madame Baroche, la femme du ministre de la Justice, ou encore de la princesse Julie Bonaparte1. La presse n’en sait guère plus que la cour sur le nouveau chef de l’Université. Aussi reste-t-elle au départ assez circonspecte2. Il faut attendre quelques jours pour voir fleurir les portraits un peu étoffés du nouveau ministre, le temps de prendre des renseignements. Au début, faute d’informations sur lui, les journaux commentent moins la nomination de Duruy que le départ de Rouland, surtout la presse libérale qui avait placé beaucoup d’espoirs, depuis 1856, dans son action réformatrice et dans sa fermeté face aux empiètements de l’Église. Certaines de ces réformes d’ailleurs restent inachevées au moment de son départ, par exemple celle de l’enseignement commercial et industriel et celle de l’enseignement de la philosophie, et cela alimente la déception de la presse libérale3.

  • 4 Alfred Rambaud, « Victor Duruy », La Revue bleue, 4e série, t. II, no 22, 1er décembre 1894.
  • 5 P. Mérimée à L. de Laborde, 25 juin 1863, dans P. Mérimée, op. cit., XI, p. 409 ; Anatole Claveau, (...)
  • 6 Antoine Augustin Cournot, Souvenirs (1760-1860), Hachette, 1913, p. 225.
  • 7 D. Nisard, op. cit., p. 282. Sur les candidats à la succession de Rouland, cf. François Dutacq, Gus (...)
  • 8 AN : 114AP1 (Guigniaut à V. Duruy, 1er juillet 1863 ; A. Daveluy à V. Duruy, 12 août 1863) ; EL, p. (...)
  • 9 Gazette de France, 12 août 1863.

3Le monde universitaire réagit différemment, en toute connaissance de cause pourrait-on dire, dans la mesure où il connaît bien mieux que la presse ou la cour la figure du nouveau ministre. Le premier élément est l’extrême sévérité avec laquelle certains grands universitaires jugent sa nomination, sévérité motivée surtout par les jalousies et les ressentiments. Gabriel Monod se souvient en effet que « certains talons rouges de la vieille Université affectèrent de se scandaliser de cette soudaine élévation4 », et ce très rapidement puisque, dès le 25 juin, Mérimée se fait l’écho de leur ressentiment. Les noms d’oiseaux fusent… Désiré Nisard, celui de l’affaire des deux morales, le traite de « pion déclassé » et de « sergent Boichot de l’Université » – allusion peu flatteuse à ses opinions libérales avancées ; l’astronome Urbain Le Verrier, directeur de l’Observatoire, voit dans sa nomination un « choix de caprice et de fantaisie » ; le philosophe Victor Cousin le traite de « cuistre chimérique » ; quant au chimiste Jean-Baptiste Dumas, personnage important, sénateur et vice-président du Conseil impérial de l’Instruction publique, il décide de boycotter les premières réceptions officielles du nouveau ministre5. C’est que des gens comme Nisard, Le Verrier ou Dumas occupent depuis le début de l’Empire une place de choix à la tête de l’Université, notamment les deux derniers qui ont formé, avec Fortoul, le triumvirat qui avait mis en œuvre la vaste réforme qui avait suivi le coup d’État6. Aussi voient-ils d’un mauvais œil Victor Duruy leur « passer devant ». La situation est d’autant plus difficile pour un Nisard qu’il a été professeur de son nouveau supérieur, et membre de son jury de thèse : aussi ses Mémoires se font-ils l’écho de la rancœur avec laquelle il voit son ancien élève devenir son supérieur7. Ces quelques réactions ne sauraient toutefois être considérées comme représentatives de l’opinion générale de l’Université. Plusieurs marques de sympathie, à l’inverse, parviennent au nouveau ministre après sa nomination, des marques peu surprenantes d’ailleurs lorsqu’elles viennent d’amis comme Guigniaut. Ernest Lavisse, alors élève de l’École normale, se souvient également du bon accueil que réserva le public de l’établissement à l’annonce de cette nomination, qui apparaît comme « un acte démocratique », censé déplaire aux « seigneurs universitaires8 ». Mais hors du microcosme parisien, le nom de Victor Duruy n’est guère connu, si ce n’est parmi les professeurs d’histoire de province qui travaillent avec ses ouvrages sans en connaître pour autant leur auteur. Cependant les premières mesures du nouveau ministre apparaissent comme des actes de défense corporative qui lui amènent la sympathie de la plus grande partie de l’Université. On en a l’écho dès sa première sortie publique : lors de la cérémonie de distribution des prix du concours général, le 10 août 1863, il rencontre un très grand succès – même si la très cléricale Gazette de France juge cet enthousiasme habituel à chaque changement de ministère9

  • 10 D. Nisard, op. cit., p. 283 ; Émile Ollivier, L’Empire libéral, Garnier, 1895-1915, vol. VI, p. 268 (...)
  • 11 EL, p. 142 ; A. Claveau, op. cit., p. 142 ; Albert de Broglie, « Victor Duruy », Revue des Deux Mon (...)
  • 12 NS II, p. 77-78.
  • 13 P. Vigier, op. cit., p. 34 ; J. Maurain, Un bourgeois…, op. cit., p. 506.
  • 14 Cité par J. Rohr, op. cit., p. 18, n. 31.
  • 15 Françoise Mayeur, « Dupanloup et Victor Duruy, le sens d’une polémique », dans Mgr Dupanloup et les (...)
  • 16 F. Dutacq, François, op. cit., p. 59-60.
  • 17 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 475 sq.

4L’une des questions qui suscite le plus de réflexion en ce début d’été 1863 est de savoir pourquoi Napoléon III a choisi de faire de Victor Duruy son ministre. La plupart des contemporains mettent le choix impérial sur le compte de la collaboration historique entre les deux hommes et sur la relation de sympathie qui en était née. Certains observateurs, relayés ensuite par les historiens pendant plusieurs décennies, voient donc dans cette nomination ce que François Furet a appelé un « caprice de souverain10 ». Cette idée n’est pas totalement fausse. C’est en effet dans le cadre de leur collaboration historique que les deux hommes ont appris à se connaître et à s’apprécier. Leurs affinités intellectuelles et politiques sont grandes. Ernest Lavisse, longtemps proche du nouveau ministre, affirme que Napoléon III trouva en Victor Duruy « le sincère sentiment démocratique, la générosité d’instincts, la foi aux idées, le patriotisme idéaliste qui étaient en lui-même, et le même amour philosophique de l’humanité11 ». Des sources plus directes, notamment un échange de lettres entre le souverain et son ministre dans la deuxième moitié de 1863, ainsi que le témoignage du chevalier Nigra, ambassadeur d’Italie en France, prouvent la sympathie qui unissait les deux hommes12 – sympathie que Jean Maurain et Philippe Vigier ont pu rapprocher très justement de celle qui unissait l’empereur au baron Haussmann13. À ces considérations d’ordre personnel, il faut ajouter des raisons techniques. En 1862, l’empereur a rencontré l’historien allemand Theodor Mommsen qui lui aurait conseillé d’engager une profonde réforme des facultés françaises, et de nommer pour cela à la tête de l’Instruction publique un spécialiste de la question, ou tout au moins un universitaire14. Rouland en effet est un juriste, et n’a jamais été enseignant. Or, comme le fait remarquer avec beaucoup de justesse Françoise Mayeur, « Victor Duruy était l’un des rares universitaires que l’Empereur connaissait personnellement15 ». Il a donc sous la main l’homme de la situation. D’autant que son profil permet également de satisfaire les motivations politiques du souverain. La poussée de l’opposition aux élections de 1863 le porte à davantage de concessions, à l’heure où certains de ses soutiens traditionnels se fissurent. L’éducation est une cible de choix pour adoucir les républicains : leur sympathie pour Rouland le prouve. Victor Duruy, qui se révèle, durant leurs entretiens du début 1863, anticlérical et libéral, attaché à la généralisation de l’enseignement tout autant qu’aux prérogatives de l’État en matière d’éducation, est le moyen pour l’empereur d’envoyer un signal politique fort, plus fort encore que ce que pouvait représenter le très gallican et très réformateur Rouland, qui est donc sacrifié sur l’autel de la nécessité politique16. Cette manœuvre va même plus loin : la nomination de Victor Duruy est un « cadeau » fait à un monde enseignant, jusque-là cloué au pilori par le régime et qui, à quelques exceptions près, s’en est tenu éloigné17. En 1863, le temps est venu de la réconciliation. Et Victor Duruy, universitaire rallié, devient l’apôtre du ralliement de l’Université à l’Empire.

  • 18 NS I, p. 66.
  • 19 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 79.

5Le nouveau ministre a-t-il été conscient de la tâche que lui confiait implicitement le souverain et de sa dimension très politique ? On ne saurait en douter. Son acceptation vaut bénédiction, et lui-même est convaincu de la nécessité de l’accomplir – du reste, il se met en devoir de remplir sa mission dès sa prise de fonctions. Il apparaît donc bel et bien, dès lors, comme un rallié, et doit être classé, au même titre qu’Emile Ollivier, dans cette catégorie. L’historien a voté Cavaignac en 1848, et deux fois non aux plébiscites de 1851 et 185218 : bourgeois légaliste et soucieux d’ordre, Victor Duruy n’a pu apprécier le coup d’État, violation inacceptable du droit et facteur de troubles ; « universitaire renforcé », il a sûrement mal vécu les rumeurs du début de 1852 sur une suppression éventuelle du ministère de l’Instruction publique, voire de l’institution universitaire19. Pourtant, les débuts de l’Empire viennent combler ses désirs d’ordre, de prospérité et de grandeur nationale. Comme beaucoup de ces « libéraux démoralisés » par Février 1848, il appartient au groupe des « impérialistes du lendemain » rassurés par le bilan des années 1850. À partir de là, bien des barrières à son ralliement s’effondrent, les unes après les autres. La guerre d’Italie, en lézardant l’alliance du Trône et de l’Autel, ne peut que flatter son anticléricalisme. En outre, au début des années 1860, l’étau de la dictature commence à se desserrer, l’horizon de la liberté s’éclaircit, tandis que le régime lui donne les promotions qu’il espérait. Restait, pour parachever le glissement de l’historien libéral vers un ralliement franc et volontaire à l’Empire, le pouvoir de séduction de Napoléon III. Et c’est tout naturellement que l’historien libéral accepte, en juin 1863, de servir le régime impérial.

La (trop) grande satisfaction de l’opinion libérale

  • 20 J. Rohr, op. cit., p. 69.
  • 21 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 116-117 ; P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 309 ; Georg (...)
  • 22 B. Poucet, op. cit., p. 46.

6Nommé pour réconcilier l’Empire et l’Université, Victor Duruy se met tout de suite à l’œuvre. Son « premier acte public », comme l’a fait remarquer Jean Rohr20, relève du symbole : le 29 juin, soit moins d’une semaine après sa nomination, un décret rétablit la classe et l’agrégation de philosophie. L’une et l’autre avaient été supprimées par Fortoul en 1852, et remplacées par une année de Logique, dans laquelle la métaphysique et la psychologie n’étaient plus enseignées. Cette décision relevait de considérations à la fois culturelles et politiques. Il s’agissait d’une part d’engager l’enseignement secondaire dans une voie moins intellectualiste et plus utilitaire, comme le réclamait, de Jean-Baptiste Dumas à Michel Chevalier, tout un courant scientiste et industrialiste de l’intelligentsia française – d’où également le renforcement d’une filière scientifique dans le cadre du système de la « bifurcation ». D’autre part, en un temps de réaction, il s’agissait de porter un coup à la position des enseignants littéraires, plus contestataires, en général, que leurs collègues scientifiques. Depuis lors, la mesure n’avait cessé d’être plus ou moins ouvertement dénoncée, apparaissant comme une attaque intolérable à l’Université, décapitée et trahie dans sa mission première de formation aux humanités classiques. La contestation débordait d’ailleurs le simple cadre du monde enseignant, rencontrant un certain écho au sein de milieux bourgeois attachés au prestige de la culture littéraire21. Le rétablissement de la philosophie apparaît donc comme une mesure de réparation. Très vite, l’enseignement recréé est organisé puisque, dès le 14 juillet, les programmes du cours et du baccalauréat sont publiés après approbation du Conseil impérial de l’Instruction publique, et, en septembre, un nouveau groupe de professeurs agrégés est nommé. Mais le rôle de Victor Duruy dans la rapidité de ces décisions ne doit pas être surévalué : la mesure avait été préparée par son prédécesseur, Gustave Rouland, et notamment par la commission Nouseilles, qui avait rendu dès février 1863 un rapport proposant, justement, le rétablissement de la philosophie22. L’affaire est déjà en bonne voie, donc, et le nouveau ministre n’a plus qu’à apposer sa signature au bas du décret. Le hasard du calendrier en a fait le père de cette mesure, dont il n’a été que l’accoucheur. Nul doute cependant qu’il aurait lui aussi pris rapidement cette décision. Mais cela n’aurait sûrement pu être fait si vite après son arrivée au pouvoir : la chance a voulu qu’il puisse commencer son ministère par un coup d’éclat préparé par son prédécesseur, coup d’éclat qui lui permettait de montrer qu’avec lui, la page de la répression de l’Université était définitivement tournée.

  • 23 Le Siècle, 1er juillet 1863 ; RIP du 2 et du 9 ; Journal des Débats du 3 ; L’Opinion nationale du 4 (...)
  • 24 L’Opinion nationale, 22 et 28 juillet 1863, 6 et 23 août, 13 octobre, 8 décembre 1863 ; Journal des (...)
  • 25 P. Mérimée à Panizzi, 16 juillet 1863, dans P. Mérimée, op. cit., XI, p. 431.

7Or, ce coup politique est particulièrement fructueux. La presse libérale est unanime pour congratuler le ministre et se réjouir de l’atmosphère qui règne désormais rue de Grenelle. Les partisans de Rouland dans la presse libérale, pro-républicaine et orléaniste, sont rassurés : son successeur semble vouloir marcher dans la voie qu’il a tracée23. Fait politique assez inattendu, Victor Duruy obtient, dès son arrivée au pouvoir, l’unanimité de la presse d’opposition alors qu’il est un ministre de l’empereur. Cependant la gauche veut se faire plus royaliste que le roi et n’a de cesse, pendant tout l’été 1863 et jusqu’à la rentrée, de pousser le ministre à agir plus vite. C’est qu’il a soulevé un immense espoir en rétablissant la philosophie, et ceux qu’il a satisfaits ont peur d’être déçus. La presse libérale, tout en soutenant Victor Duruy, se montre donc rapidement gênante par ses appels insistants à la réforme ; elle réclame une refonte complète du système, chose à laquelle Victor Duruy n’est pas opposé, mais qu’il n’a pas encore les moyens politiques et financiers de faire. À la fin du mois de juillet, par exemple, L’Opinion nationale piaffe d’impatience. Lorsque le ministre clôt la session du Conseil impérial de l’Instruction publique, le journal regrette que rien n’ait été encore fait dans le sens d’une grande réforme de l’enseignement. Une semaine plus tard, se félicitant du dépôt de plusieurs projets de loi au Conseil d’État, le journal réitère à Duruy sa « pleine confiance » mais rappelle que « le mal est grand » et que « le temps presse ». Les mois suivants, il multiplie les articles sur la réforme de l’enseignement, en fixant un programme large et ambitieux. Et le député républicain Alfred Darimon témoigne lui aussi, dans La Presse, de son impatience24. Pressé de toutes parts, Victor Duruy doit intervenir pour calmer les ardeurs de ses partisans. Il fait dire par Frédéric Dübner à Taxile Delord « que Paris ne s’est pas fait en un jour » et défend son idée d’une réforme progressive – dont seul Jean-Jacques Weiss, dans le Journal des débats, semble avoir compris l’intérêt. Il doit modérer le zèle de ces soutiens inattendus, d’autant plus que ceux-ci s’agitent dans un sens qui peut le desservir. Dès le mois de juillet en effet, la polémique entre feuilles cléricales et anticléricales connaît un regain d’intensité, et les secondes prêtent à Victor Duruy des intentions en la matière qu’il n’a pas forcément et le mettent dans une position inconfortable. Si Prosper Mérimée juge ses premières mesures très « antijésuitiques », si Émile de La Bedollière écrit que « son programme, est celui de l’Université militante […] résistant à tous les empiètements de l’ultramontanisme », le ministre est loin d’agréer ces marques un peu trop bruyantes de sympathie25. Victor Duruy est conscient du danger politique dans lequel le mettent ses nouveaux amis. Il est d’ores et déjà placé entre le marteau libéral et l’enclume cléricale, et y restera tout au long de son ministère. Position des plus délicates qui ira même jusqu’à provoquer sa chute, ce dont ses zélés partisans sont loin alors de se douter.

L’installation administrative

  • 26 AN : F1b/I/161 (9) (Dossier du préfet Genteur) ; Simon Genteur, Aux Electeurs du département du Loi (...)
  • 27 Jean-François Condette, Les Recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, Lyon, INRP, 2006, p. 190, (...)
  • 28 X. Marmier, op. cit., II, p. 143 ; Pierre Guiral, « Les Cabinets ministériels sous le second Empire (...)

8Parallèlement à ces premières mesures, Victor Duruy s’occupe, fin juin et début juillet 1863, de s’installer au pouvoir. Sa première tâche est de constituer son équipe de collaborateurs. Simon Genteur, le préfet de l’Allier qui lui avait annoncé sa nomination à Moulins, se voit sollicité. Victor Duruy ne le connaît « que de la veille », mais est persuadé que ce fonctionnaire expérimenté saura l’aider dans le travail administratif, que lui-même connaît mal. En outre, Genteur entretient de bonnes relations avec deux piliers du régime, Morny et Rouher. Il a aussi montré par le passé un certain intérêt pour les questions d’éducation et, ce qui ne gâche rien, a fait preuve dans sa préfecture d’un zèle particulièrement poussé dans la résistance aux offensives du clergé. En position délicate dans son département après quelques affaires douteuses, Genteur accepte donc la proposition de Duruy, et devient secrétaire général26. Comme chef de cabinet, le nouveau ministre prend Charles Glachant, son gendre. Ce professeur de rhétorique de 37 ans connaît bien le métier ; normalien, agrégé, il a enseigné à Chaumont et Laval avant d’être nommé à Stanislas, puis à Louis-le-Grand. Victor Duruy s’adjoint aussi son fils aîné, Anatole, 24 ans, qui devient son secrétaire particulier. Son autre fils, Albert, rejoindra également son secrétariat en 1866, et l’ami normalien de ce dernier, Ernest Lavisse fera de même après son agrégation. Intolérable népotisme que ces faveurs accordées par Victor Duruy à des proches ? Il est vrai que certains amis du ministre trouveront aussi, comme Quet et Magin-Marrens, quelques avantages au sein du corps rectoral27. Il ne faut cependant pas y voir forcément des marques de favoritisme. S’entourer de proches est une pratique extrêmement courante à l’époque dans la haute administration, motivée par des considérations d’efficacité : il s’agit de disposer de collaborateurs compétents (Glachant est un universitaire patenté, Albert Duruy est secrétaire général de la Préfecture du Lot), solidaires, et en accord avec le ministre sur les réformes à accomplir28.

  • 29 C. Charle, op. cit., p. 177-178.
  • 30 AN : F17/21499 (Dossier de Gustave Fabien Pillet) et 21377 (Dossier de Athanaïs Louis Mourier).
  • 31 AN : F17/2628.
  • 32 NS II, p. 230.
  • 33 AN : AJ16/237 (Administration académique, 1854-1870) et *F17/1870 (Procès-verbaux des séances du Co (...)

9Son équipe ainsi constituée, le nouveau ministre doit prendre contact avec le personnel de l’administration centrale, et notamment les chefs de division. La tâche n’est pas aisée : l’extrême longévité de certains chefs de service leur confère une légitimité technique égale, voire supérieure à celle du ministre de l’empereur29. Louis Mourier, chef de la division de l’enseignement secondaire, travaille au ministère depuis 25 ans, a été chef de cabinet de Salvandy, et peut compter sur l’appui de son frère Adolphe, vice-recteur de l’académie de Paris ; tandis que Gustave Pillet, qui est entré comme employé au ministère alors que Victor Duruy n’allait pas encore à l’école, est chef de la division de l’enseignement primaire depuis 1847, et a déjà travaillé sous la direction de onze ministres successifs30. Autant dire que ces hommes savent leur métier et ne semblent pas disposés à s’en laisser compter par un ministre vierge de toute expérience administrative. En outre, leurs rapports avec Rouland étaient excellents31. Aussi Victor Duruy tient-il, dès le lendemain de sa nomination, à imposer son autorité. Recevant les chefs des principaux services, il leur tient un discours de fermeté, mêlant menaces et marques de sympathie. Ayant rappelé sa longue expérience de l’enseignement, il prévient qu’il sera de la plus extrême vigilance et, en cas de méfait, particulièrement implacable. Mais il termine sur une note plus rassurante, lançant à ses nouveaux collaborateurs : « Je vous accorde toute ma confiance, comme si nous avions vieilli ensemble32 ». Sa prise en mains de l’Université se poursuit durant les premières semaines du ministère. Le 2 juillet, il reçoit les fonctionnaires de l’académie de Paris et, cinq jours plus tard, le 7, il ouvre la session ordinaire du Conseil impérial de l’Instruction publique33.

  • 34 NS II, p. 370.
  • 35 AN : AJ61/64 (Echange de lettres entre V. Duruy, C. Glachant et D. Nisard, 22, 26 février et 14 mar (...)

10Là encore, l’exercice est périlleux. Car ce sénat de l’enseignement français est constitué de hautes illustrations qui, pour certaines, occupent leur siège depuis de nombreuses années. Le Conseil, qui seconde le ministre dans son action et dont l’avis est nécessaire pour un certain nombre de décisions, est composé de représentants de l’Université, bien sûr (Institut et Inspection générale), mais aussi de l’enseignement privé, des grands corps de l’État (Sénat, Conseil d’État, cour de Cassation) et des Eglises (catholique, protestantes, juive). En ce mois de juillet 1863, Victor Duruy se retrouve donc face à Eugène Rouher, ministre présidant le Conseil d’État, Jules Baroche, ministre de la Justice, tous deux vieux serviteurs et figures imposantes du régime – et partisans d’une politique autoritaire. Le 7 novembre suivant, Rouher sera heureusement remplacé, mais… par Rouland, toujours persuadé que son successeur l’a évincé du pouvoir. À leurs côtés siègent des prélats, notamment Mgr Parisis, évêque d’Arras, Mgr Sergent, évêque de Quimper, tous deux réputés pour leur ultramontanisme et leur intransigeance quant aux prérogatives de l’Église dans l’enseignement ; prévenus des positions du ministre en la matière, ils s’empressent d’ailleurs de l’interroger sur ses intentions, ce qui leur vaut une réponse cinglante de l’intéressé, passablement énervé : « Ce que je veux faire, Monseigneur ? le contraire de ce que vous avez fait. Où je veux aller ? à la lumière, non pas aux ténèbres34 ». On ne pouvait plus mal commencer une collaboration… Enfin, Victor Duruy retrouve face à lui une vieille connaissance, Désiré Nisard, flanqué des deux autres grandes figures de l’époque de Fortoul, Urbain Le Verrier et Jean-Baptiste Dumas, qui, comme on l’a vu, sont persuadés que la place qu’il occupe aurait dû leur revenir. Nisard contestera d’ailleurs point par point, en février 1864, le projet de réforme de l’École normale, dont il est le directeur, proposé par Victor Duruy, forçant celui-ci à repousser sine die la réforme35. Quant à Dumas, il boude, on l’a vu, les premières réunions officielles organisées par le ministre, qui doit ainsi se priver, en dépit du protocole officiel, de la présence à ses côtés du vice-président du Conseil impérial de l’Instruction publique.

  • 36 Des comptes rendus sont publiés dans la presse des 11 et 12 août 1863.

11Le nouveau ministre n’a donc pas que des amis au sein du Conseil chargé de collaborer à sa politique, et doit compter avec des caractères très affirmés – du moins jusqu’à ce qu’arrive le temps du renouvellement des membres : il pourra ainsi se passer des services de certains. Le reste de l’Université est plus facile à convaincre. Dans la deuxième quinzaine de juillet, une série de circulaires présentent aux fonctionnaires en province, et en premier lieu aux recteurs, la nouvelle administration et les règles de son fonctionnement. Mais surtout, le 10 juillet, le nouveau ministre a fait, devant tous les représentants parisiens de la corporation, son premier grand discours public, qui devait rallier à sa cause une grande partie du monde enseignant de la capitale, déjà enthousiaste depuis le rétablissement de la philosophie. Approuvé par l’empereur le 6 juillet, le plan d’action de la nouvelle administration est publiquement présenté quatre jours plus tard, dans ce qui apparaît comme un discours de politique générale, prononcé dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne à l’occasion de la remise des prix du concours général. L’événement est minutieusement organisé, et de façon tout à fait protocolaire36. À 11 heures 30, les proviseurs des lycées et les directeurs des collèges particuliers viennent prendre place sur les bords extérieurs de l’amphithéâtre. Un quart d’heure plus tard, c’est au tour des représentants des facultés de Paris de faire leur entrée. À midi, les membres du Conseil départemental de la Seine, du Conseil académique de Paris, de l’inspection générale et du Conseil impérial de l’Instruction publique viennent prendre place également, en bas de l’amphithéâtre, juste en face de la tribune officielle. Enfin, au son des tambours, entouré des représentants des plus hautes autorités de la capitale, dont l’archevêque de Paris, Mgr Darboy, le commandant supérieur du premier corps d’armée de la capitale, le maréchal Magnan, et le vice-président du conseil général, Ferdinand Barrot, le ministre lui-même fait son entrée et prend place à la tribune avant d’ouvrir la séance. Son succès est tout de suite très grand ; il est accueilli par « des salves répétées et prolongées d’applaudissements » qui témoignent, loin des rodomontades de certains caciques, de la réelle faveur dont il jouit auprès des fonctionnaires de l’ancienne Université. Retardé par ces marques prolongées de sympathie, le discours du ministre commence enfin ; il est cependant à plusieurs reprises interrompu. Victor Duruy donne à l’assistance du « très chers anciens collègues » et rappelle les liens profonds qui les unissent. Il rappelle d’ailleurs avec lyrisme aux enseignants leur mission, eux qui forment « la grande armée de la paix », fers de lance de la vaste entreprise d’« éducation nationale » qu’il souhaite promouvoir. Exhortant les professeurs à faire des têtes bien faites plutôt que bien pleines, afin, comme il le dira quelques jours plus tard au Conseil impérial de l’Instruction publique, de « faire des hommes et non plus seulement des bacheliers », il propose de nombreuses réformes dans toutes les directions. Son discours reste cependant au niveau des déclarations d’intention et des généralités, et se conclut par un hommage appuyé à l’empereur, proclamé « l’homme le plus libéral de l’empire ». Son succès n’en est pas moins grand : Victor Duruy peut se targuer en ce début du mois de juillet d’avoir pour lui le soutien de sa « famille », l’Université. Il faut y voir l’effet des mesures déjà prises en faveur de l’enseignement secondaire, qui apparaît bien alors comme une priorité de la nouvelle équipe au pouvoir dans l’Université.

Une priorité : la réforme de l’enseignement secondaire

La remise en cause des mesures de Fortoul : le renforcement de l’enseignement classique

  • 37 AN : * F17/1870 (session de novembre 1864).
  • 38 Sur les « nouvelles » disciplines, cf. JCG II, p. 599 sq., notamment pour les références précises d (...)
  • 39 Henry Montucci, Les Langues vivantes dans les lycées, F. Tandou, 1863, 24 p.
  • 40 Justin Fèvre, De la restauration de la musique religieuse, Paris, Victor Palmé, 1864, p. 1 ; Paul G (...)

12L’une des priorités de la nouvelle équipe est de rompre avec le système mis en place par Fortoul, en restaurant l’enseignement secondaire classique dans la plénitude de sa tradition. L’essentiel de son action en la matière se situe dans les dix-huit premiers mois de son ministère, jusqu’à la fin de l’année 1864 qui voit une session du Conseil impérial entièrement consacrée à cette question37. Le rétablissement de la philosophie en est le premier aspect. D’autres mesures suivent, qui visent, essentiellement, à compléter cet enseignement par l’encouragement donné à certaines disciplines, délaissées ou nouvelles38. La première d’entre elles est l’histoire contemporaine. L’histoire avait aussi été une victime de Fortoul, qui en avait supprimé la spécialité à l’agrégation. Celle-ci ayant été rétablie par Rouland en 1860, il ne restait plus grand-chose à faire dans cette œuvre de restauration. Sauf à introduire dans cet enseignement une nouveauté à laquelle tient Duruy, et qu’il a déjà expérimentée dans ses ouvrages et à l’École Polytechnique : l’histoire contemporaine. Les programmes d’histoire en effet se terminaient jusque-là en 1789. Jugeant préférable que les jeunes générations soient initiées à la connaissance d’événements aussi fondateurs pour leur époque que la Révolution, l’Empire ou la monarchie constitutionnelle, et prolongeant ainsi sa pratique d’historien – ses histoires de France dépassant la date de la Révolution –, le nouveau ministre décide d’étendre le programme jusqu’au second Empire. La décision est officielle le 24 septembre et, deux jours plus tard, il décide d’en rendre l’application immédiate, dès la rentrée, preuve de sa volonté d’aller vite. Il s’agit en effet de prendre le Conseil impérial de vitesse, puisque ses membres risquent de s’opposer à une mesure aussi « révolutionnaire ». En dépit de la précaution du ministre, cela ne manque pas d’arriver lors de la session de novembre : la commission des programmes du Conseil amende le texte du ministre. L’enseignement des langues vivantes, négligé et mal organisé en dépit des progrès des échanges et de la communication internationaux, fait aussi rapidement l’objet de la sollicitude du ministre. En écho aux revendications et propositions de certains enseignants, comme Henry Montucci, Victor Duruy défend cet enseignement auprès des recteurs dès le 29 septembre 1863. Cela se concrétise par plusieurs décisions : création d’un concours général en septembre 1863, et d’un ordre spécial d’agrégation en novembre 1864, réorganisation de l’enseignement, rendu obligatoire de la sixième à la troisième, facultatif ensuite. Une méthode d’enseignement pratique est encouragée, privilégiant la multiplication des exercices adaptés au niveau des élèves39. L’enseignement musical enfin, aussi négligé et réclamé que celui des langues, est renforcé, dans la lignée d’ailleurs des mesures prises par ses prédécesseurs, souvent appuyées sur le mouvement orphéonique. S’intéressant lui aussi activement à celui-ci, Victor Duruy nomme, dès le mois de mars 1864, une commission chargée d’étudier la situation et l’avenir de cette discipline, présidée par le philosophe Félix Ravaisson, et, en avril suivant, il ordonne une enquête générale sur l’enseignement du chant dans les établissements primaires, ainsi que sur l’impact du mouvement orphéonique. Ces réflexions aboutissent aux mesures du début de l’année 1865 : elles imposent un enseignement du chant dans les lycées (ainsi que dans les écoles normales primaires et dans l’enseignement spécial), où cet enseignement, à raison de deux heures par semaine, devient, comme celui de langues vivantes, obligatoire jusqu’à la classe de quatrième, et facultatif ensuite40.

  • 41 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 309 ; Nicole Hulin-Jung, L’Organisation de l’enseignement de (...)
  • 42 V. Duruy à Napoléon III, 6 août 1863, dans NS I, p. 198 ; V. Duruy, Discours prononcé… à la distrib (...)
  • 43 JGIP, 14 août 1847.
  • 44 Voir notamment, à propos du latin, Françoise Waquet, Le Latin ou l’empire d’un signe XVIe-XXe siècl (...)

13Avec le développement de ces nouvelles disciplines et, plus généralement, la volonté de renforcer la dimension généraliste de l’enseignement secondaire, Victor Duruy rompt avec l’esprit plus utilitariste qui avait animé Fortoul. La rupture avec la politique de ce dernier passe d’ailleurs également par une autre décision, la suppression progressive de la « bifurcation ». En 1852, avait été instaurée à la fin de la classe de quatrième un choix entre des filières différentes menant à des baccalauréats distincts. Il n’y avait alors que deux voies possibles : Lettres ou Sciences. Le but était de rompre avec le primat des humanités dans le système scolaire et de rééquilibrer celui-ci, dans un sens favorable aux disciplines scientifiques, mises désormais à égalité avec leurs sœurs prestigieuses. Tout comme la suppression de la classe de philosophie, cette mesure était apparue comme une « défaite pour les partisans de l’humanisme classique » et avait, depuis, été beaucoup contestée. Ses détracteurs l’accusaient d’abaisser le niveau des élèves en leur offrant une spécialisation trop précoce, et de susciter une opposition entre eux41. Sensible à ces critiques, Gustave Rouland avait déjà pris un certain nombre de mesures visant à limiter l’application de ce système, mais avec un succès limité. Reprenant là encore l’œuvre de son prédécesseur, Victor Duruy fait de la bifurcation l’une de ses priorités. Arguant du fait que « l’intelligence est une », et qu’il « ne faut pas la couper en deux ou en trois » – on retrouve là l’ambition humaniste de l’enseignement, dont le but est de « faire des hommes et non des bacheliers » –, le ministre tient à défendre l’aspect généraliste, complet, universel de l’enseignement. Les élèves sont là pour acquérir une culture générale, « la plus large et la plus féconde », qui est la base du modèle bourgeois d’éducation ; elle seule peut concourir à la formation de l’élite de la nation42. La remise en cause de la bifurcation n’est pas qu’une simple mesure de réparation contre une décision jugée vexatoire : elle correspond à une vision ancienne, exprimée par lui dès 1847 lors de son discours à la cérémonie de remise des prix du concours général43, et profonde, radicalement différente de l’esprit du système de l’enseignement secondaire, vision, d’ailleurs, peut-être plus traditionnelle chez Duruy que chez Fortoul. Les deux hommes pourtant ont le même objectif, celui de fournir à la nation les cadres dont elle a besoin à l’ère de l’industrie. Mais les moyens divergent : pour l’un, utilitaire, cela passe par une spécialisation précoce, pour l’autre, traditionaliste, par une solide culture générale. Débat fondamental dont les deux ministres de Napoléon III ne sont que d’éphémères acteurs, car il a largement précédé les polémiques de l’époque du second Empire, et est appelé du reste à susciter bien d’autres controverses dans les décennies suivantes44.

  • 45 Décrets des 2 septembre 1863 et 4 décembre 1864.
  • 46 B. Belhoste, op. cit., p. 47 sq. ; G. Weill, op. cit., p. 148.
  • 47 G. Piobetta, op. cit., p. 124.

14Dans la lignée des mesures déjà prises par Rouland, donc, la bifurcation est progressivement supprimée. Elle est dans un premier temps repoussée d’un an, en fin de troisième, dès le mois de septembre 1863, puis purement et simplement supprimée quatorze mois plus tard, le 4 décembre 186445. Elle n’aura donc vécu que douze ans, mais son échec à court terme, explique Bruno Belhoste, ne doit pas cacher son impact à long terme : elle continue même après sa suppression d’influencer l’organisation de l’enseignement scientifique auquel elle aura permis de s’affirmer46. En attendant cependant, le point de vue scientiste et industrialiste qui avait prévalu sous Fortoul est vaincu. L’enseignement scientifique fait les frais du retour au modèle des humanités. Quelques jours après la suppression de la bifurcation, il est réorganisé, en dépit des résistances du Conseil impérial, encore noyauté par les partisans du système de Fortoul. Le nouveau plan d’études organisé en mars 1865 fait des disciplines scientifiques des annexes de l’enseignement littéraire : les classes, de la troisième à la Philosophie sont désormais appelées « d’humanités », menant exclusivement au baccalauréat ès lettres. Les élèves qui se destinent au baccalauréat scientifique doivent quitter cette filière, pour emprunter une voie moins noble : soit une classe de mathématiques préparatoires, après la troisième ou la seconde, soit une classe de mathématiques élémentaires, après la rhétorique ou la philosophie. Il existe donc bien une filière noble et une filière secondaire. En outre, la place des enseignements scientifiques est réduite, par rapport à ce qu’elle était en 1852. La physique et la chimie par exemple ne sont enseignées qu’en classe de philosophie. Duruy supprime également les concours spéciaux créés par Rouland, qu’il unifie dans un seul et même baccalauréat ès sciences, niant ainsi les spécificités de chaque branche, et leur autonomie ; il ne conserve que le baccalauréat spécial des étudiants en médecine47. Si la volonté d’assurer une culture générale est toujours présente, et si les sciences sont toujours considérées comme participant de cet objectif, leur dimension pratique, utilitaire, les condamne à rester les parents pauvres d’un enseignement secondaire renforcé dans sa vocation intellectuelle et théorique. Elles paient en outre, à l’heure des mesures réparatrices, le prix de l’intérêt que Fortoul et ses collaborateurs leur avaient accordé. L’heure est à la réhabilitation de l’enseignement classique, des humanités et de leur vocation universelle. Mais à côté de ce réflexe défensif, traditionaliste, Victor Duruy est conscient de la nécessité d’adapter l’enseignement aux besoins du monde moderne. C’est là tout l’enjeu de l’enseignement « spécial » à laquelle il consacre dès les débuts de son ministère une partie importante de son activité.

Le projet d’enseignement spécial

  • 48 Sur cette question de l’enseignement spécial, voir essentiellement : Charles R. Day, Les Écoles d’a (...)
  • 49 NS I, p. 167 sq.

15Le dossier de ce qui allait devenir l’enseignement spécial, comme celui de la philosophie ou des sciences, avait été ouvert par Gustave Rouland. En 1862, il avait lancé une enquête sur l’enseignement professionnel, afin de répondre aux revendications de tout un courant d’opinion qui réclamait une action de l’État en faveur de la formation des cadres du commerce et de l’industrie, et notamment la mise en place d’une filière moins portée sur la formation intellectuelle et plus propice aux aspects pratiques48. Victor Duruy lui-même participait à ce courant d’opinion : en 1862, il insistait ainsi dans un rapport d’inspection à Rouland sur la nécessité de créer une filière pratique destinée aux métiers de l’économie49. Il est vrai qu’en la matière, le système français est plutôt dépourvu au début des années 1860. Depuis l’échec des Écoles centrales de la Révolution, de nombreuses expériences avaient été tentées, autant par l’État que par des acteurs locaux, mais aucune n’avait eu l’ampleur ou la longévité suffisante pour combler un manque croissant. Car l’industrialisation rapide du pays, les expositions universelles, le développement du commerce, favorisé par la politique de libéralisation des échanges menée par le régime depuis notamment le traité de 1860 avec l’Angleterre, imposent l’idée qu’il faut se donner les moyens humains du développement économique. Napoléon III, et avec lui un bon nombre de conservateurs, sont donc favorables à la mise en place d’un enseignement susceptible à la fois de former les cadres de l’industrie naissante et d’encadrer les masses en leur fournissant un enseignement « secondaire » adapté, censé les éloigner du socialisme. Au début des années 1860, le gouvernement impérial s’attaque à ce problème : création par Rouland d’une commission sur « l’enseignement commercial et industriel » présidée par Jean-Baptiste Dumas en 1862, conférence sur la formation professionnelle organisée par Rouher, ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, en 1863 ; et, la même année, reprise du projet Rouland, déjà bien avancé, par son successeur. Le rapport de la commission avait été rendu en décembre 1862, le projet de loi était prêt. Victor Duruy en présente une version finale au Conseil impérial à la session de novembre-décembre 1863.

  • 50 Ibid., p. 256.
  • 51 Circulaire du 2 octobre 1863.
  • 52 AN : *F17/1870 (28 et 30 novembre 1863).
  • 53 V. Duruy à Napoléon III, 22 mars 1864, dans NS II, p. 13 ; L’Opinion nationale, 14 avril 1864.

16Le nouvel enseignement prévu s’appellera « enseignement secondaire spécial », expression préférée aux autres dénominations habituelles, « primaire supérieur », « intermédiaire », « technique », « professionnel », ou « commercial et industriel ». Ce nom d’ailleurs n’est pas choisi au hasard par un Victor Duruy soucieux de communication. Le ministre pensait d’abord l’intituler « enseignement français », pour bien marquer la différence avec l’enseignement traditionnel basé sur le grec et le latin, mais craignait de donner à ce dernier une image surannée et abandonne le projet50. L’enseignement reste néanmoins « secondaire » : il s’agit en effet de rassurer la bourgeoisie industrielle et commerçante, soucieuse de placer ses fils dans une filière noble et prestigieuse. Pour cette raison d’ailleurs, le nouvel enseignement sera délivré dans des lycées, par un corps de professeurs agrégés qui doit être spécialement formé dans une école normale correspondante. Par ailleurs, il faut aussi éviter la confusion avec l’apprentissage. Aussi sont exclus dès le départ, du nouvel enseignement, « les exercices d’atelier, parce que l’administration de l’Instruction Nationale n’est pas celle des travaux publics51 ». Il ne s’agit pas d’assurer une formation professionnelle, mais de poursuivre l’éducation de l’esprit, en insistant davantage sur les aspects pratiques. Enfin, c’est également pour bien faire la différence avec l’enseignement primaire, réservé au peuple, que le qualificatif de « secondaire » est retenu : il s’agit bien de former les cadres inférieurs et moyens de l’économie française, dans tous les secteurs, et il réserve encore ce rôle à la bourgeoisie – objectif très conservateur donc, derrière une ambition réformatrice, modernisatrice, évidente. Car ce nouvel enseignement est également qualifié de « spécial », tant en raison de son programme, de ses méthodes, et, bien sûr, de ses objectifs, que de la capacité dont on veut le doter de s’adapter aux spécificités de chaque région. C’est le 1er décembre que le Conseil impérial adopte le programme scientifique et littéraire du nouvel enseignement, programme encore provisoire cependant, et qui ne sera définitivement arrêté qu’en 1866, au moment des débuts de la nouvelle filière52. Mais déjà dans le projet trouve-t-on un esprit opposé à celui qui anime le ministre dans sa politique en faveur de l’enseignement secondaire classique : réduction drastique des humanités – le latin et le grec ne sont d’ailleurs pas au programme – et place prépondérante des sciences. Avec la bénédiction des conseillers, le projet de loi est donc déposé au Conseil d’État, qui l’accepte en mars 1864. Et le mois suivant, il est déposé sur le bureau du Corps législatif53. Le travail de préparation, bien avancé par Rouland, a donc là encore permis à l’administration Duruy d’aller relativement vite. Il en est de même pour l’enseignement supérieur, couronnement de la filière bourgeoise.

La difficile relance de l’enseignement supérieur

La « mollesse somnolente » du haut enseignement français

  • 54 Jacques Verger, dir., Histoire des universités en France, Bibliothèque historique Privat, 1986, p.  (...)
  • 55 NS I, p. 198 et II, p. 7
  • 56 Sur l’enseignement supérieur et la recherche au début des années 1860, tableau synthétique et bibli (...)
  • 57 V. Duruy à Napoléon III, janvier 1868, dans NS I, p. 302 sq.
  • 58 P. Hummel, op. cit., p. 244 sq. ; Paul Gerbod, « La Production littéraire des enseignants, 1800-195 (...)

17Même s’il n’a que très peu enseigné au-delà du baccalauréat, et jamais en faculté, Victor Duruy connaît relativement bien la situation de l’enseignement supérieur au début des années 1860. Les frontières entre enseignements supérieur et secondaire sont alors tout sauf étanches, surtout à Paris54. Il a de nombreux contacts, scientifiques, professionnels et personnels avec des professeurs de faculté. Le relèvement de l’enseignement supérieur fait donc partie de son programme initial. Dès le 6 août 1863, il annonce à l’empereur son intention de secouer « la mollesse somnolente » du haut enseignement qui, ajoute-t-il le 19 février 1864, « s’engourdit et s’endort55 ». Les analyses menées par de nombreux historiens confirment la vision de Victor Duruy – même s’il faut prendre garde aux exagérations des discours produits par les républicains en la matière à partir des années 1880. L’enseignement supérieur français semble connaître au milieu du XIXe siècle une certaine apathie et un certain nombre de problèmes graves, notamment la faiblesse du public, des moyens financiers et matériels, de l’encadrement, des exigences56. Cette situation a un impact important dans la recherche. La fameuse phrase de Claude Bernard, « les laboratoires sont les tombeaux des savants » résume, à elle seule, l’état d’une partie de l’opinion sur la science au milieu du second Empire. Un seul laboratoire, celui d’Henri Sainte-Claire Deville, installé à l’École normale supérieure grâce à une contribution personnelle de l’empereur, est un centre de recherches digne de ce nom : tous les autres, ceux de la faculté de médecine, des facultés des sciences, du Collège de France, du Muséum, sont insuffisants. De même, les recherches littéraires pâtissent du manque de bibliothèques. Pourtant, ces établissements sont réputés, et leur dynamisme est complété par celui des académies et sociétés savantes. Victor Duruy d’ailleurs voit « sur le plateau, sur les flancs ou au pied de la Montagne Sainte Geneviève », l’un des endroits « de l’Univers » les plus richement dotés en établissements d’enseignement supérieur, même si tous ne font pas partie de l’Université57. Il semble cependant qu’en dépit de noms illustres, de Pasteur à Berthelot en passant par Le Verrier, le second Empire soit une période de transition caractérisée par un dynamisme moins important, notamment dans les disciplines littéraires58.

  • 59 AN : F17*/1870 (16 novembre 1863).
  • 60 Aline Logette, Histoire de la faculté de Droit de Nancy (1768-1864-1914), Nancy, Université de Nanc (...)
  • 61 V. Duruy à Napoléon III, 29 octobre 1863, dans NS II, p. 1 sq.

18Très au fait de la situation de l’enseignement supérieur, Victor Duruy s’empare du problème à partir de septembre 1863. Le nouveau ministre témoigne ouvertement de son intérêt pour le plus haut degré de l’enseignement français, en visitant, par exemple, le 8 janvier 1864, les bâtiments du Collège de France pour lequel il avait soumis en novembre 1863 au Conseil impérial le projet d’un crédit de 20 millions de francs destiné à sa restauration, ainsi qu’à celle de la Sorbonne et de l’École de Médecine. Le ministre nourrit un grand projet architectural au cœur de Paris, dont l’objectif serait de créer « à travers le Quartier latin, une sorte de voie Sacrée qui relierait entre elles, dans des conditions de grandeur dignes de notre époque, ces grandes Écoles dont l’enseignement, illustre en Europe, a contribué, plus que tout autre cause, à faire de Paris le cerveau du monde59 ». Par ailleurs, dès l’automne, le fonctionnement de certains établissements est réformé : les facultés de Tours et Toulouse le 9 septembre, l’École impériale et spéciale des Beaux-arts le 13 novembre, le Muséum d’histoire naturelle le 29 décembre. Le 9 janvier suivant, est officiellement créée la faculté de droit de Nancy, après accord avec la municipalité et passage devant le Conseil impérial de l’Instruction publique en décembre60. Ici encore, Rouland lui a préparé le travail, ce qui explique la rapidité des mesures prises. D’ailleurs, au-delà de ces mesures ponctuelles engagées par son prédécesseur, Victor Duruy pense qu’il faut mener une politique structurelle pour prendre à bras le corps le problème. Et pour lui, la solution est toute trouvée. Il n’y a qu’un moyen de redynamiser l’enseignement supérieur français, de stimuler les établissements de l’État par la concurrence : et pour cela, il demande à l’empereur, dès la fin du mois d’octobre 1863, l’autorisation de préparer un projet de loi visant à établir la liberté de l’enseignement supérieur61. Déjà appliqué à l’enseignement primaire depuis la loi Guizot de 1833, et au secondaire par la loi Falloux de 1850, ce principe doit, d’après lui, être encore élargi. Cette position peut paraître extrêmement étonnante. Depuis longtemps, la liberté de l’enseignement est un cheval de bataille des opposants au monopole universitaire, et notamment de l’Église catholique qui réclame la possibilité d’ouvrir des établissements. Si la loi Falloux l’avait contentée en lui ouvrant l’enseignement secondaire, l’Église attendait impatiemment qu’il en soit de même pour l’enseignement supérieur. La proposition de Victor Duruy pouvait alors apparaître comme une concession aux milieux cléricaux. Et elle relève en effet de la volonté du ministre de ne pas provoquer l’hostilité de ces derniers, alors que « l’affaire Renan » bat son plein.

Victor Duruy et l’Église : l’apaisement compromis par l’affaire Renan

  • 62 J. Maurain, La Politique…, op. cit., p. 665 sq.
  • 63 AN : 114AP1 (Mgr Forcade à V. Duruy, 20 décembre 1863 ; Mgr Maret à V. Duruy, 6 juin 1864) ; V. Dur (...)

19Depuis juin 1863, et bien que ses opinions libérales et anticléricales fussent connues, le ministre n’avait subi que bien peu d’attaques de la part de l’Église et de la presse catholique. Deux raisons majeures l’expliquent : la première, c’est que lors du remaniement ministériel qui le voit arriver au gouvernement, l’administration des Cultes est séparée de l’Instruction publique à laquelle elle était traditionnellement attachée (sauf de 1832 à 1848). Les milieux cléricaux ont donc les yeux davantage rivés, dans un premier temps, sur « leur » nouveau ministre, Jules Baroche. La seconde raison est le contexte de détente qui semble alors s’installer depuis la défaite de Garibaldi à Aspromonte en 1862. Les élections de 1863 ont été par ailleurs positives pour les catholiques, et le remaniement ministériel qui les a suivies leur a apporté un certain nombre de satisfactions62. Aussi les catholiques ne voient-ils ni la nomination de Victor Duruy, ni ses premières mesures comme des provocations. Les feuilles cléricales font ainsi montre d’une retenue remarquable. Face au rétablissement de la philosophie, Le Monde, ironique dans un premier temps, puis dubitatif, finit par s’y résoudre, tandis qu’une Gazette de France soucieuse du rétablissement des humanités fait preuve de sa satisfaction. Quant à l’introduction de l’histoire contemporaine, elle suscite peu de craintes et beaucoup d’ironie : on ne doute pas que, face aux oppositions, le ministre devra reculer. L’attitude des chefs de l’Église catholique est également relativement conciliante. Certains membres de l’épiscopat, comme Mgr Forcade (Nevers), Mgr Maret (archevêque de Sura) et même Mgr Dupanloup (Orléans), entament des relations cordiales avec le ministre, qui tient par ailleurs à jouer l’apaisement avec les prélats du Conseil impérial de l’Instruction publique en les assurant de son respect. Il va même en mars 1864 jusqu’à appeler de ses vœux « un traité de paix signé définitivement » entre l’Université et l’enseignement clérical63.

  • 64 A. Grandcolas, « De la décadence des études et de la nécessité d’une réforme de l’enseignement », L (...)
  • 65 Le Monde, 10 juillet 1863.
  • 66 AN : 114AP1 (Mgr Parisis à V. Duruy, 30 octobre 1863).

20Mais loin d’être à la paix, l’heure semble plutôt à la guerre religieuse qui couve depuis un long moment. De part et d’autre règne la suspicion. Ainsi le 18 juillet, Le Monde pose carrément : « M. Duruy n’est pas le ministre que nous aurions voulu voir chargé de la restauration des études », avant d’ajouter que « ses petits livres d’histoire, aujourd’hui répandus partout, montrent assez de quels sentiments il est animé à l’égard des doctrines que défend l’Église, et ce qu’il pense de la liberté chrétienne64 ». Le propos est particulièrement clair, et l’on voit que la polémique de 1853 avec l’abbé Brûle bois a laissé des traces. C’est que les premières mesures comme les premiers discours du ministre, au-delà de la volonté de chacun de ne pas provoquer de conflit, alimentent l’ancienne rivalité entre l’Église et l’Université quant à la direction de la jeunesse. Une autre remarque du Monde le montre bien : « M. Duruy, chargé des intérêts de l’instruction en France, ne voit que l’Université ; il parle en grand maître plutôt qu’en ministre : effet de l’habitude sans doute ; mais il vaudrait mieux la perdre, si l’on ne veut pas inquiéter les amis de l’enseignement libre65 ». Déjà se forge l’image du défenseur des intérêts universitaires. Mgr Parisis ne manque pas d’ailleurs, au mois d’octobre, de faire remarquer au ministre que la Revue de l’Instruction publique de son éditeur Louis Hachette s’en prend un peu trop aux milieux catholiques, et de l’accuser implicitement de vouloir par ce biais rallumer la guerre religieuse qui couve déjà sous les polémiques, ininterrompues depuis sa nomination, opposant presses catholique et libérale66.

  • 67 J. Maurain, La Politique…, op. cit., p. 679 ; P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 221.
  • 68 NS I, p. 372 ; J.-Y. Mollier, « La Réception idéologique de la Vie de Jésus », Œuvres et critiques. (...)
  • 69 E. Renan à M. Berthelot, 8 septembre 1863 et réponse du 11, dans Ernest Renan et Marcellin Berthelo (...)
  • 70 Mgr Darboy à Napoléon III, 18 septembre 1863, dans NS I, p. 373-377.
  • 71 J. Maurain, La Politique…, op. cit.

21Il semble donc juste de dire, comme l’ont affirmé Jean Maurain et, sous son autorité, Paul Gerbod, que l’arrivée de Duruy au ministère est à l’origine d’un regain de tension entre l’Église et l’État, du moins indirectement67. D’autant qu’une affaire suscite depuis quelque temps – avant même l’arrivée de Victor Duruy au pouvoir – une violente polémique. Deux événements récents avaient en effet placé l’historien Ernest Renan au centre du conflit entre cléricaux et anticléricaux. En février 1862, inaugurant son cours de langues hébraïque, chaldaïque et syriaque au Collège de France, il avait parlé de Jésus comme d’un « homme incomparable » et plus ou moins ouvertement nié son essence divine. Devant le tollé provoqué dans les milieux cléricaux par ces déclarations, le gouvernement avait décidé de suspendre le cours quatre jours plus tard tout en maintenant le professeur à son poste. Lorsque Duruy arrive au ministère le 23 juin, il trouve donc une situation épineuse, pourrie par plusieurs mois d’indécision. Or le lendemain paraît la Vie de Jésus de Renan ; cet ouvrage, dont l’esprit est identique à celui de la leçon inaugurale, provoque un véritable « cataclysme » : pendant plusieurs semaines, la polémique fait rage, et compromet bien malgré lui la position du ministre soucieux d’apaisement68. La rentrée universitaire approchant, Victor Duruy doit autoriser ou non la reprise du cours. Mais, comme Renan le fait lui-même remarquer à Berthelot, l’affaire a pris une telle ampleur que cela ne dépend plus du ministre69. Ce en quoi il a raison. Après intervention de l’archevêque de Paris, Mgr Darboy, auprès de l’empereur, Victor Duruy décide de ne pas rouvrir le cours70. L’affaire est pour un temps mise en suspens. Mais dès le mois de décembre, elle repart de plus belle, lorsque le Sénat s’en saisit. Le marquis de Larochejacquelein et deux cardinaux, Mgr Mathieu, archevêque de Besançon, et Mgr Donnet, archevêque de Bordeaux, s’en prennent à l’Université et à son chef, accusé d’attaquer l’Église. La réponse un peu vague de Rouland, représentant du gouvernement, ne suffit pas à calmer les milieux catholiques. Dans les semaines qui suivent, la controverse sur la propagande antireligieuse se poursuit, le clergé lance de nombreuses attaques contre un gouvernement accusé de n’être pas assez sévère sur ce point71. Le cas Renan embarrasse le ministère, en mettant Victor Duruy dans une position difficile, entre défense d’un universitaire – et de l’Université – et respect de la religion, de l’ordre et de l’État.

Le projet de liberté : Victor Duruy, un intrus au gouvernement

  • 72 V. Duruy à Napoléon III, 19 février 1864, dans NS II, p. 7.
  • 73 Le chapitre XIV (volume II), qui contient notamment de nombreuses lettres de lui à l’empereur sur c (...)
  • 74 V. Duruy à Napoléon III, 18 octobre 1864, dans NS II, p. 14 ; ibid., I, p. 30 ; Ernest Legouvé, Der (...)

22C’est dans ce contexte, de tension liée à l’affaire Renan, et de volonté d’apaisement, que se place la proposition faite par Victor Duruy à l’empereur de mettre sur les rails la liberté de l’enseignement supérieur. Celle-ci en effet lui permet de faire coup double : d’un côté, il donne aux cléricaux satisfaction en leur accordant l’une de leurs vieilles revendications, et apaise donc les tensions entre l’État et l’Église en donnant à cette dernière des gages de sa bonne volonté ; de l’autre, à plus long terme, il concourt au renforcement de l’Université, espérant « réveiller par la concurrence » l’enseignement supérieur de l’État72, qui pourra – et devra – ainsi soutenir la concurrence ecclésiastique. La proposition n’est pas seulement motivée par des arrière-pensées politiques cependant. Victor Duruy est profondément attaché à la liberté de l’enseignement supérieur, qu’il défend tout au long de son ministère et même encore au Sénat après son départ de la rue de Grenelle. Il y consacre également un long chapitre de ses Mémoires73. Aussi, dans cet objectif de stimulation, Victor Duruy s’occupe dans un premier temps de relancer le mouvement de conférences libres et publiques. Il s’appuie pour cela sur la volonté de certains professeurs parisiens, notamment Ernest Legouvé et Saint-Marc-Girardin, de rouvrir les conférences de la rue de la Paix, destinées aux ouvriers des faubourgs74. L’idée suscite la méfiance du gouvernement, mais, grâce à l’appui de l’empereur, le ministre de l’Instruction publique peut donner les autorisations nécessaires, à la condition expresse, évidemment, que l’on n’aborde pas les questions politiques. Des programmes de conférences libres se développent en divers points de la capitale, données par des personnalités extérieures à l’Université. Victor Duruy tient d’ailleurs à ce que celle-ci s’implique davantage, et cherche à créer une association de professeurs qui serait chargée de prendre en main un programme de conférences.

  • 75 NS II, p. 83-85 ; A. Claveau, op. cit., vol. VII, p. 293.
  • 76 NS II, p. 141.
  • 77 C. Charle, op. cit., p. 171 sq. ; voir également le témoignage à ce sujet de Fortoul, pourtant en o (...)
  • 78 notamment lettres de V. Duruy à Napoléon III, 19 février et 18 octobre 1864, citées dans NS II, p.  (...)
  • 79 AN : 114AP2 (L. Hachette à V. Duruy, 4 septembre 1863) ; V. Duruy à Napoléon III, 7 et 15 mars 1864 (...)

23C’était compter sans l’hostilité du gouvernement, où Victor Duruy ne compte pas que des amis, loin de là. Il s’y trouve en effet dans une position fort inconfortable, et est considéré comme un parvenu et un intrus. Lui-même écrit : « Je n’avais pas le bonheur de plaire à tous mes collègues75 ». Plusieurs signes ne trompent guère : d’une part, à partir de juin 1863, les dîners hebdomadaires des ministres sont supprimés – seule façon délicate de l’en exclure – et, d’autre part, il est souvent tenu à l’écart des discussions, qui s’arrêtent à son approche76. Plusieurs éléments en effet font de lui un personnage à part. Il est nouveau dans le personnel impérial et, a fortiori, au gouvernement. Le remaniement du 23 juin 1863 a laissé au cabinet huit des onze ministres de l’équipe précédente, et les deux autres nouveaux venus, Armand Béhic et Paul Boudet, avaient déjà une carrière politique, entre députation et Conseil d’État, quand lui n’est qu’un béotien en la matière. D’autre part, il est le seul universitaire – profession d’ailleurs peu considérée – au milieu d’un collège de juristes, de diplomates, de militaires et de hauts fonctionnaires. En outre il occupe un poste, le ministère de l’Instruction publique qui, dans la hiérarchie honorifique des portefeuilles, occupe sûrement la dernière place, loin, très loin derrière les prestigieux ministères régaliens. La rue de Grenelle est un ministère technique de peu de prestige77, ce qui n’est pas pour améliorer l’image que ses collègues ont de lui. Enfin, sa sensibilité libérale et son ralliement encore frais à l’Empire l’éloignent encore de ses collègues, pour la plupart vieux serviteurs du régime. Il est vrai que certains messages qu’il adresse à l’empereur en 1864 encouragent celui-ci à marcher plus fermement dans la voie du libéralisme en soutenant l’idée de liberté de l’enseignement supérieur78. Encourageant le souverain à accorder « aux idées la liberté de circulation » qu’il « a donnée aux ballots de marchandises », il l’encourage à faire à nouveau acte d’autorité en faveur de la liberté, une sorte de « coup d’État culturel » après le « coup d’État douanier » de 1860. Tout en présentant au souverain cette décision comme un moyen pour lui d’ajouter à son prestige celui d’avoir donné plus d’éclat aux lettres, il y voit la condition nécessaire au progrès intellectuel de la population. Il soutient ainsi pleinement l’évolution libérale et tente même de l’accélérer, critiquant au passage l’attitude dangereusement inflexible de ses collègues conservateurs. Il tente même de se faire le porte-parole, auprès de l’empereur, de certains intellectuels, comme Louis Hachette ou Jules Simon, afin de lui faire entendre d’autres voix : le premier, décoré de la Légion d’honneur dès le 15 août 1863, voit l’année suivante son Manuel général de l’enseignement primaire autorisé à traiter des questions politiques79.

  • 80 J. Maurain, La Politique…, op. cit., p. 679.
  • 81 Juliette Adam, Mes Sentiments et nos idées avant 1870, A. Lemerre, 1905, p. 16-17.

24Ainsi le ministre de l’Instruction publique s’efforce-t-il d’user de sa position, et du crédit dont il dispose auprès du souverain – il s’affirme au fil des mois, par une correspondance régulière, comme un conseiller très présent à défaut d’être très influent –, pour faire progresser la question des libertés, culturelles, bien sûr, mais aussi politiques. Il tente ainsi de contrecarrer l’influence conservatrice du « rouhernement » qui, pousse, lui, à limiter les réformes libérales. Sa situation est donc pour le moins difficile : ministre de l’empereur, il est en même temps un opposant plus ou moins déclaré à la politique du gouvernement. Ce qui devait donner des conseils des ministres particulièrement inconfortables, voire houleux, et contribuer à l’image négative qu’avaient les autres ministres de leur collègue de l’Instruction publique dont l’action risque en outre de compromettre la politique d’apaisement avec l’Église80. Le rapport de force, au sein du gouvernement, est donc loin d’être en sa faveur. Il a face à lui, et contre lui, des piliers de l’Empire : Rouher, ministre d’État, soucieux de l’alliance du Trône et de l’Autel tout autant que de la tendance autoritaire du régime, Drouyn de Lhuys, ministre des Affaires étrangères, attaché à l’alliance romaine, Baroche, ministre de la Justice et des Cultes, ami de Rouher, et sûrement effrayé à l’idée d’avoir à affronter les colères de l’épiscopat en cas de provocation de son imprévisible collègue. À leurs côtés, Rouland, ministre présidant le Conseil d’État, garde de la rancœur envers son ancien inspecteur général qui lui a pris son poste. Quant à Fould, ministre des Finances, il est particulièrement soucieux de l’équilibre du budget et est loin de considérer l’enseignement comme une priorité. À en croire Juliette Adam, il aurait déclaré à son ami Prosper Mérimée : « le peuple n’est déjà que trop instruit et […] on se repentira, plus tôt qu’on ne le croit, d’avoir surchauffé l’intelligence des classes inférieures, […] il vaut mieux faire de beaux monuments, admirés du monde entier, de belles routes, des chemins de fer, que d’encombrer le pays de valeurs dont il n’aurait pas le placement81 ». Autant dire que le grand argentier de l’Empire est peu favorable à un ministre qui n’a à la bouche que le mot de « réforme » – c’est-à-dire « dépenses ».

  • 82 Adrien Dansette, Du Deux Décembre au Quatre Septembre, Paris, Hachette, 1972, p. 232.

25Face à ces opposants plus ou moins déclarés, Victor Duruy ne peut compter que sur de bien faibles soutiens. Billaut, qui lui a témoigné de la sympathie au moment de sa nomination, meurt le 13 septembre 1863. Restent les deux autres nouveaux, Boudet, ministre de l’Intérieur plutôt libéral et anticlérical, et Béhic qui deviendra son ami. Mais tous deux ont comme lui un poids politique relativement limité. Seul le maréchal Randon, qu’il connaît depuis maintenant cinq ans, est susceptible de lui montrer de la sympathie. En dépit donc du fait que le projet de liberté de l’enseignement supérieur pouvait apparaître comme un geste en faveur de la politique d’entente avec l’Église, celui-ci est rejeté par le gouvernement, tout comme la relance des conférences libres. L’empereur du reste ne semble pas le soutenir, malgré l’accord qu’il lui avait initialement donné. Faut-il y voir, ici comme ailleurs, les effets de la lithiase qui, déjà, annihile par moment l’auguste volonté, et qui provoque de fréquentes crises durant le dernier trimestre 186382 ? Ou bien l’empereur craint-il vraiment la situation provoquée par l’affaire Renan ? Son ministre de l’Instruction publique ne semble pas en tout cas avoir bénéficié de son soutien déterminé. Et doit ranger son projet dans ses tiroirs.

Les cours libres et la fin de l’affaire Renan

  • 83 L’Opinion nationale, 5 mars 1864.
  • 84 V. Duruy à Napoléon III, 19 février 1864, citée dans NS II, p. 8-10 ; AN : 114AP1 (J. Jamin au cabi (...)
  • 85 NS II, p. 6-20.
  • 86 AN : 114AP1 (V. Duruy à O. Lissagaray, s.d. ; É. Deschanel au cabinet du ministre, 27 janvier et 1e (...)
  • 87 Sur l’esprit et l’organisation, nous renvoyons aux études précises de Jean Rohr (op. cit., p. 112-1 (...)

26Mais Victor Duruy ne s’avoue pas vaincu. Si la mise en place de la liberté de l’enseignement supérieur est reportée sine die, il se passe de l’accord de ses collègues pour développer les conférences libres. Le mouvement lancé à l’automne 1863 connaît sous son impulsion un nouvel élan à partir de février-mars 1864. En dépit de certaines difficultés, le ministre parvient à constituer un comité de professeurs, une « Société académique » composée entre autres de quelques grands noms de l’enseignement scientifique comme Pasteur ou Milne-Edwards, mais aussi d’écrivains reconnus, comme Jules Sandeau, de l’Académie française83. La capitale ne disposant pas alors d’une salle de conférences digne de ce nom, il se met également en quête d’un lieu adéquat. Haussmann refusant de lui en construire un, Duruy en appelle à l’empereur, lui demande un espace au Louvre – rappelant que Napoléon Ier l’avait ouvert aux poètes –, rêve d’un mécénat des grands banquiers, Frémy ou Pereire, mais c’est finalement un autre financier, Raphaël Bischoffheim, qui accepte au début du mois de mars de faire construire à ses frais un Athenæum. En attendant son édification, le ministre installe son comité à la faculté : les « Soirées littéraires et scientifiques de la Sorbonne » sont autorisées le 3 mars 1864, et commencent dès le 7 suivant84. Ces initiatives indisposent le gouvernement. Lors du conseil du 18 février, certains ministres font part à leur collègue de leurs craintes. Nul doute qu’ils en parlent également à l’empereur car, pendant plusieurs mois, Victor Duruy doit constamment rassurer le souverain, dans ses lettres, sur le déroulement des conférences libres85. Il fait surveiller les cours par des proches, et lui-même se rend sur place pour inspection. Pressé par ses collègues ministres de ne pas encourager les troubles à l’ordre public, soucieux de ne pas trahir la confiance de l’empereur, désireux d’assurer le succès de la campagne de cours, il gère avec minutie les conférences et fait tout pour les contenir, afin de ne pas compromettre la première étape de sa grande réforme de l’enseignement supérieur. Aussi sélectionne-t-il avec précaution les conférenciers, refusant par exemple le droit de parler à Olivier Lissagaray, futur militant et historien de la Commune, et au républicain Émile Deschanel86. Il fixe également un cadre réglementaire strict, dans une circulaire du 6 avril 1864. Grâce à toutes ces précautions, cette campagne de cours libres est un réel succès : il s’en déroule 876 en 1864-1865, et plus de mille l’année suivante87 ; et tout cela dans l’ordre le plus complet.

  • 88 Rapport à l’empereur et décrets du 1er juin 1864, Bulletin administratif de l’instruction publique (...)
  • 89 L’Opinion nationale, 3 et 5 juin 1864 ; Le Siècle, 4 et 6 juin ; Revue des Deux Mondes, 14 juin.
  • 90 Journal des Débats, 10 juin 1864 ; Pierre Guiral, Prévost-Paradol (1829-1870) Pensée et action d’un (...)

27Pourtant, Victor Duruy continue à être placé au centre des débats. Car, un mois après le début des conférences, l’affaire Renan provoque une nouvelle polémique au Sénat, saisi d’une pétition à ce sujet. Agacé, le gouvernement décide de destituer l’historien. Victor Duruy s’y oppose, tente un nouveau compromis en donnant à Renan une place de conservateur à la Bibliothèque impériale, insiste auprès de l’empereur sur la forte charge symbolique que contiendrait la révocation, et, pour la première fois, menace de démissionner. Napoléon III, soucieux de ne pas compromettre la libéralisation de son image, accorde un nouveau délai à son ministre. Mais c’est Renan lui-même qui précipite la conclusion de l’affaire, et dans un sens qui lui est défavorable. Le 1er juin, apprenant que Duruy a supprimé sa chaire mais l’a nommé conservateur à la Bibliothèque impériale, il lui envoie une lettre sans concession dans laquelle il conteste cette décision, annonce qu’il continuera ses cours, chez lui s’il le faut, et lance à la face du ministre un méprisant « Sit tecum pecunia tua ! », « Garde ton argent ! ». Ses vaisseaux brûlés, Renan n’a plus qu’à attendre la réaction du ministre, celle à laquelle il devait s’attendre après de tels propos. Le 11 juin 1864, l’intransigeant historien est révoqué88. Après deux ans d’expectative et de polémique, l’affaire Renan est close, mais sûrement pas dans un sens favorable à Victor Duruy. Malgré sa résistance acharnée aux pressions cléricales et gouvernementales, malgré ses tentatives de compromis, il n’a pas obtenu ce que lui, Renan et ses soutiens libéraux voulaient, alors que l’Église et les conservateurs peuvent en fin de compte se féliciter d’avoir eu la tête du mécréant. Mais la presse libérale ne tient pas rigueur au ministre. Elle le dédouane et a même tendance à la présenter en victime. Charles Sauvestre s’interroge même dans L’Opinion nationale sur son avenir politique, soupçonnant l’Église de vouloir sa tête comme elle a déjà eu celle de Renan89. Ainsi le crédit de Victor Duruy ne semble-t-il que peu entamé par cette affaire. Ce sont le gouvernement et le parti clérical qui sont rendus responsables de la révocation de Renan. Seul le Journal des Débats, jusque-là soutien du ministre, s’en prend à lui, Laboulaye lui reprochant son attitude dans l’affaire ; et Prévost-Paradol rappelle à Duruy qu’il avait mis son portefeuille dans la balance – avant de l’en retirer90.

Duruy et l’opposition

  • 91 Cité dans NS I, p. 161.
  • 92 Revue des Deux Mondes, 31 décembre 1863.
  • 93 AN : 114 AP/1 (Saint-Marc-Girardin à un correspondant inconnu, s.d.) ; Guiral, op. cit., p. 365 ; T (...)

28L’attitude du Journal des Débats, qui lâche véritablement le ministre en juin 1864, n’est guère étonnante au regard des relations que ce dernier entretient avec les membres de la rédaction de la feuille orléaniste. À la fin de 1863, il a refusé à Saint-Marc-Girardin, professeur de poésie française à la Sorbonne, membre de l’Académie française et du Conseil impérial de l’Instruction publique, de se faire suppléer par Jean-Jacques Weiss. Celui-ci, normalien et agrégé, ancien professeur à la faculté d’Aix, a les titres adéquats, mais Victor Duruy ne semble guère l’apprécier : en 1862, il avait rédigé, en tant qu’inspecteur, un rapport tout à fait défavorable sur une conférence où il l’avait jugé fort mauvais pédagogue91. Or, Weiss se trouve être, en 1863, rédacteur politique au Journal des Débats. Pour le ministre, il est hors de question qu’un professeur de faculté soit aussi compromis politiquement : Weiss doit choisir entre la chaire et la plume. Il a beau tenter de démontrer que les deux fonctions ne sont pas incompatibles, Victor Duruy ne veut rien entendre, et le journaliste ayant choisi de le rester, c’est Saint-René-Taillandier qui est finalement pourvu de la suppléance. Celui-ci bénéficie du soutien appuyé de son ami François Buloz, directeur d’une Revue des Deux Mondes très favorable au ministre – et qui, d’ailleurs, ne manque pas de saluer sa décision, « preuve d’esprit de justice et d’impartialité92 ». Jean-Jacques Weiss prend fort mal cette mesure et n’aura de cesse, jusqu’à la fin du ministère, de poursuivre Victor Duruy de ses foudres, dans les colonnes des Débats puis du Journal de Paris93. Or, à peu près au même moment, le ministre refuse d’autoriser un ami de Weiss et de Saint-Marc-Girardin, Anatole Prévost-Paradol, lui aussi journaliste au Journal des Débats, à faire à la salle Saint-Barthélémy une conférence sur Montaigne, arguant du fait qu’il est un opposant déclaré et un ambitieux, et qu’il ne ferait que compromettre les conférences libres – attitude cohérente lorsqu’on sait comment il sélectionne soigneusement les orateurs chargés de ces cours. Mais l’affaire ne s’arrête pas là, et les Débats lancent une véritable campagne de presse. De nombreux journalistes contestent la décision du ministre. L’Opinion nationale elle-même la juge comme « une inconséquence », mais s’empresse également de défendre Duruy et sa grande libéralité en ce qui concerne l’enseignement supérieur. Ce dernier n’en est pas à sa première polémique de presse ; mais cette fois, il est directement mis en cause. Désormais, c’est toute une fraction de la tendance libérale qui lui est ouvertement et irrémédiablement hostile, autour du Journal des Débats dont les animateurs entrent dans l’opposition à Victor Duruy. D’ailleurs, lors du renouvellement du Conseil impérial, le 2 juillet 1864, Saint-Marc-Girardin en est exclu.

  • 94 A. Darimon, op. cit., 18 mai 1864.
  • 95 Le Moniteur universel, 19 mai 1864 ; E. Ollivier, op. cit., p. 605.

29Le ministère vient donc, au printemps 1864, de perdre un appui important dans l’opinion. Or, dans le même temps, les républicains, qui avaient jusque-là eux aussi fermement soutenu son action, commencent à montrer quelques signes de désaccord. C’est la question de l’histoire contemporaine qui suscite leur hostilité. À l’occasion de la discussion, au Corps législatif, du budget de l’Instruction publique, les députés de gauche reprennent l’offensive qu’ils avaient lancée, quelques mois plus tôt, dans les colonnes de La Presse94. Le 18 mai, Eugène Pelletan et Ernest Picard s’insurgent contre ce que le premier appelle « une idée intempestive », et s’interrogent sur la façon dont les actes de l’histoire récente seront jugés, en craignant qu’une « histoire d’État » ne se mette en place comme s’est mise en place une « presse d’État » ; Ernest Picard ajoute d’ailleurs que cet enseignement est inutile, que les familles s’en chargent très bien elles-mêmes, et qu’on va apprendre aux enfants que ce qu’ont fait leurs pères est, souvent, répréhensible95. Mais tout en se montrant très sévères quant à la politique menée en la matière par le ministre de l’Instruction publique, les députés républicains ne s’en prennent pas à lui directement, réfutant tout « sentiment d’hostilité » à son encontre, louant au contraire son « esprit éminent, d’autant plus éminent qu’il est novateur » et son libéralisme ; ce qui vaut d’ailleurs une sortie de Pelletan, qui glisse non sans malice à ses collègues députés, que Victor Duruy serait « le plus libéral si la place n’était pas déjà occupée » – allusion au propos du ministre lors de son discours du 10 juillet à la Sorbonne, où il avait proclamé que « l’homme le plus libéral de l’Empire, c’est l’empereur ». Les républicains craignent donc l’introduction de l’histoire contemporaine, mais gardent leur confiance envers le ministre libéral de Napoléon III. D’autant qu’au même moment Victor Duruy a également ouvert le chantier de l’enseignement primaire. Et que, sur ce point, les députés de gauche trouvent rue de Grenelle un homme qui rejoint largement leurs opinions.

L’enseignement primaire

Les projets pour l’école du peuple

  • 96 Jean-Noël Luc, La Statistique de l’enseignement primaire 19e-20e siècle, INRP/Economica, 1985, 242  (...)

30Si Victor Duruy s’est occupé de réformer l’enseignement secondaire dès les premières semaines de son ministère, puis l’enseignement supérieur à partir de l’automne, l’enseignement primaire n’est pas absent de ses préoccupations. Il est d’ailleurs longuement évoqué dans le discours du 10 juillet, comme dans le programme envoyé à l’empereur quatre jours plus tôt. De ces deux textes, il ressort qu’il s’agit pour la nouvelle équipe en place d’une priorité. « Là où règne le suffrage universel, tout le monde devrait posséder les simples éléments des connaissances que donne l’enseignement primaire », explique Victor Duruy à Napoléon III pour justifier la nécessité d’une action ferme et résolue en faveur de l’éducation du peuple. Cela devra passer par une plus grande régularité dans le versement de leur traitement aux instituteurs, par l’augmentation de celui des institutrices, par un encouragement à la fréquentation scolaire et par la mise en place d’un suivi pour les élèves ayant quitté l’école : en somme, il s’agit d’assurer un meilleur enseignement, à un public plus large, et de développer l’enseignement primaire « supérieur ». L’extension des effectifs est l’axe principal de cette politique. Il est difficile de connaître le nombre exact d’enfants qui fréquentent alors l’école. Les sources statistiques sont extrêmement lacunaires et leur interprétation divise les historiens96. Mais, au-delà de cette querelle de chiffres, l’essentiel ici est moins la réalité, objective et précisément évaluée, de la scolarisation en France au début des années 1860, que la représentation que Victor Duruy en a, dans la mesure où c’est elle qui détermine son action. Qu’ils soient vrais ou non, utilisables par l’historien ou non, c’est sur les chiffres dont ils disposent que le ministre et ses collaborateurs se basent pour apprécier la situation et préparer leurs réformes. Or, ces chiffres, pris dans leur globalité, lui disent qu’à peu près un enfant sur cinq ne fréquente pas l’école, et que plus de 800 communes, de toute façon, n’en ont pas encore pour les accueillir. Le réseau scolaire, condition nécessaire à la scolarisation, est donc imparfait ; il faut le compléter d’abord en créant des écoles. C’est le préalable à l’extension du public scolaire, l’objectif étant bien sûr de parvenir à un nombre maximal d’enfants scolarisés.

  • 97 E. Legouvé, op. cit., p. 265.
  • 98 François Furet, et Mona Ozouf, L’Alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Les Éditions (...)
  • 99 AN : AJ16/251 (Séance du conseil académique de Paris, 4 décembre 1861 – Rapport de V. Duruy sur l’i (...)
  • 100 AIP, p. 256 et p. 311.

31C’est l’un des chevaux de bataille de Victor Duruy ; bataille, le terme n’est pas trop fort, tant le nouveau ministre donne l’impression de mener un combat. En témoigne la grande carte de France qu’il a tendue dans son bureau, où sont représentés les niveaux d’alphabétisation des différents départements, ceux en noirs étant les moins développés. Ernest Legouvé nous raconte que Victor Duruy appelait ces zones noires son « champ de bataille », et qu’il se considérait « comme les conquérants devant le pays qu’ils veulent envahir97 ». Cette préoccupation d’un enseignement universel, Duruy la partage avec tout un courant, déjà ancien, d’opinion. Les années 1850-1860 sont d’ailleurs marquées par un certain regain d’intérêt pour ce projet, dont témoignent de nombreuses publications. Du très bonapartiste et fortoulien Eugène Rendu à l’opposant républicain Jules Simon, en passant par des pédagogues comme Charles Robert ou Jean Macé, des académiciens comme le général Morin, des éditeurs comme Louis Hachette et des journalistes comme Charles Sauvestre, nombreux sont les partisans de l’éducation universelle. Le projet du ministre s’inscrit donc dans un courant de pensée qui l’a largement précédé et, ici comme en tout, il ne saurait faire figure ni de pionnier éclairé, ni de prophète isolé. D’autant que les tenants et aboutissants de ce programme ne sont guère originaux, et peu progressistes. Son idéal, c’est celui des pédagogues bourgeois qui, de Guizot à Ferry, édifient tout au long du XIXe siècle l’enseignement primaire d’État, dans un but bien particulier. Comme l’ont expliqué François Furet et Mona Ozouf, l’école, pour les notables, est « avant tout l’instrument du contrôle, de la moralisation, de la discipline des masses populaires98 ». Promouvoir l’instruction populaire est donc un moyen de moraliser ces classes « laborieuses » jugées « dangereuses ». Victor Duruy s’inscrit pleinement dans ce courant d’idées. Déjà, inspecteur de l’académie de Paris, il avait rédigé un rapport sur l’instruction primaire dans lequel il montrait le lien entre éducation et moralité, en reliant la baisse de la criminalité dans la capitale aux progrès accomplis dans la scolarisation des classes populaires. Il écrivait ainsi : « Plus de lumière dans l’esprit, c’est aussi habituellement plus de moralité dans le cœur », affirmant même que « pour nous l’instruction n’est qu’un moyen, la moralité est le but principal99 ». Il ira même jusqu’à parler de « la rédemption du peuple par l’éducation100 ».

  • 101 V. Duruy, Discours… du 10 août 1863, op. cit.
  • 102 Cité par F. Furet et M. Ozouf, op. cit., p. 143.
  • 103 J. Rohr, op. cit., p. 136.
  • 104 Circulaire du 3 février 1854, citée dans J. N. Luc, op. cit., p. 23, n. 1.
  • 105 F. Furet et M. Ozouf, op. cit., p. 146.

32Cependant cette vision bourgeoise, conservatrice – au sens propre du terme –, n’est pas la seule à motiver l’action de Victor Duruy. Il affirme par ailleurs, que « la masse de la nation est notre grande réserve d’intelligence comme de force101 » et que, pour cette raison, il faut lui donner les moyens d’exploiter ce potentiel. Le but poursuivi n’est donc pas seulement moral, pour ne pas dire moraliste, mais aussi utilitariste. Là encore, le ministre ne prêche pas dans le désert. Il rejoint par exemple les milieux patronaux et industriels, qui n’ont de cesse alors de clamer que « l’ouvrier illettré n’a plus sa place dans l’industrie moderne102 », et mènent, dans les années 1850-1860, surtout à partir des régions du Nord et de l’Est, une campagne active en faveur de la promotion de l’enseignement primaire103. Il s’agit donc également de dynamiser l’industrie nationale, dans un objectif patriotique qui imprègne également toute l’action politique de Victor Duruy – comme elle imprégnait déjà certains discours d’Hyppolite Fortoul104. Qu’il s’agisse d’assurer le prestige intellectuel de la France en promouvant un enseignement supérieur dynamique, ou de lui assurer les cadres nécessaires à son expansion économique par la création de l’enseignement spécial, Duruy assigne en effet à l’Instruction publique une tâche décisive dans l’affirmation de la puissance française. Il existe donc enfin une dimension politique à son action en matière d’enseignement primaire, au premier sens du terme : il s’agit d’assurer le bon fonctionnement de la polis en donnant aux citoyens, aux électeurs, les connaissances de base nécessaires à l’exercice plein et libre de leurs nouveaux droits et éviter les abus. Ici encore il fait figure de précurseur, mais guère de prophète isolé : car cette argumentation est à peu près identique à celle des républicains pour qui « l’éducation élémentaire, c’est […] avant tout l’éducation du suffrage105 » ; Victor Duruy partage avec eux cette pensée, en raison d’un même processus intellectuel : une volonté née d’un traumatisme, celui de la révolution de 1848 pour le pédagogue bourgeois, effrayé des ravages provoqués par les « utopies » socialistes – comme lui-même les appelle – sur les esprits ignorants, celui, pour les républicains, d’un suffrage universel trahi et bafoué par le second Empire grâce, une nouvelle fois, à l’ignorance des électeurs.

  • 106 AIP, p. vi.

33But conservateur donc, là encore, mais on notera au passage la grande modernité de Victor Duruy dans sa volonté d’adapter l’enseignement aux évolutions de l’époque. Observateur lucide, analyste pertinent de son temps, il a parfaitement perçu l’entrée de la population française dans l’âge industriel et démocratique, qui impose de nouveaux enjeux à l’éducation. Le pouvoir doit s’adapter aux temps nouveaux et, en premier lieu, développer une instruction populaire devenue incontournable. Citons pour finir cette phrase qui résume sa pensée en la matière, écrite après qu’il ait quitté le pouvoir : « Le jour où l’on a mis le suffrage universel et la souveraineté dans le peuple, la libre concurrence dans l’industrie, les machines dans l’atelier et les problèmes sociaux dans la discussion journalière des ouvriers, on s’est imposé le devoir, pour sauver le travail national, l’ordre et la liberté, d’étendre par tous les moyens l’instruction et l’intelligence des classes laborieuses106 ».

Le retour en grâce du personnel de l’Instruction publique

  • 107 Mise au point récente dans François Jacquet-Francillon, Instituteurs avant la République : la profe (...)
  • 108 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 355 et 376.
  • 109 Ibid., p. 360, 444 et 450.
  • 110 AN : AJ/16/251 (Conseil acad. de Paris, 4 décembre 1861. Rapport de V. Duruy sur l’instruction prim (...)

34Le premier axe de l’action de Victor Duruy en matière d’enseignement primaire concerne non pas le public, qu’il s’agit d’étendre et de fidéliser, mais les enseignants. Victor Duruy met les bœufs avant la charrue : pour que l’enseignement du peuple soit efficace, il faut d’abord et avant tout lui donner des cadres qui le soient. Aussi ses premières mesures concernent-elles la revalorisation du sort des instituteurs et des institutrices. Il est vrai qu’il y avait, en la matière, beaucoup à faire. Le personnel de l’instruction primaire – et, dans une moindre mesure, ou pour d’autres raisons, celui de l’enseignement secondaire – était alors mal payé, mal considéré, mal protégé également contre l’arbitraire administratif, surveillé de toutes parts, tant par sa hiérarchie que par les notables locaux et les parents107. De cette situation, Victor Duruy a parfaitement conscience, et, si le ministère Rouland avait été pour Paul Gerbod « l’ère des réparations », grâce à la double volonté de rehausser les traitements et de montrer la valeur des professeurs par le développement de conférences publiques108, avec Victor Duruy s’opère une nouvelle et importante rupture. D’abord, parce que lui-même est un enseignant, soucieux de réhabiliter la corporation à laquelle il appartient et dont il a suivi les déboires depuis la réaction de la fin des années 1840, quand Rouland, juriste de formation, reconnaissait, lui, sa position de néophyte109. D’autre part, son discours rompt avec le passé, par le soin qu’il met, tout simplement, à dire systématiquement du bien des fonctionnaires de l’Instruction publique. Il avait d’ailleurs commencé dès l’époque où il était inspecteur d’académie, écrivant alors qu’« il n’y a certainement pas, en France, de classe de citoyens qui vive davantage selon la règle et marche mieux dans le bon chemin », engageant le pays à « être heureux et fier de ses maîtres de l’enfance qui lui coûtent si peu et lui rendent tant de services110 ». Ce ton optimiste se retrouve dès son accession au ministère, et il apparaît alors comme le ministre des professeurs ; volontairement ou non, il se voit ainsi confier la mission morale de concourir à la réhabilitation matérielle et morale des membres du corps dont il se proclame, encore, l’un des représentants, et dont il sait toute la détresse.

  • 111 Décret du 11 juillet 1863, Bulletin administratif…, op. cit., 1863, p. 132.
  • 112 Philippe Savoie, Les Enseignants du secondaire XIXe-XXe siècles. Textes officiels, tome 1, 1802-191 (...)
  • 113 Circulaires des 14 et 31 août, rapport et décret du 4 septembre, circulaires des 19 septembre, 9 no (...)
  • 114 Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France : XIXe-XXe siècles, L’Ha (...)

35Victor Duruy reprend donc la ligne instaurée par Rouland, mais lui donne une tout autre ampleur. Sa première décision, dès le 11 juillet 1863, est de créer un Comité permanent, auprès du Conseil impérial de l’Instruction publique, chargé de l’examen des affaires de révocation111. Cette mesure toute symbolique lui permet de prendre le contrepied de l’action de Fortoul : alors que celui-ci s’était arrogé, par le décret du 9 mars 1852, un pouvoir total sur la carrière des fonctionnaires de l’Instruction publique, le nouveau ministre démocratise la gestion du personnel en soumettant les problèmes pouvant amener à une révocation des fonctionnaires, à un comité de plusieurs membres chargé donc de contrebalancer l’autorité, jusqu’ici toute puissante, du ministre. La presse libérale applaudit d’ailleurs chaudement à cette mesure qui, après le rétablissement de la philosophie, vient confirmer la volonté de rupture de Victor Duruy. Accepté par le Conseil impérial de l’Instruction publique, le Comité se met en place très rapidement. Mais le ministre ne s’arrête pas là. À partir du mois d’août, une série de décisions visent à revaloriser le sort financier des fonctionnaires et, écrit Philippe Savoie, à « restaurer les garanties disciplinaires que les textes fondateurs de l’Université avaient conférées aux professeurs »112. En cinq mois, c’est-à-dire d’août à décembre 1863, pas moins de douze actes, circulaires et arrêtés essentiellement, sont pris par le nouveau ministre : un record en aussi peu de temps, significatif de la charge symbolique attachée à cette question, mais aussi du caractère prioritaire qu’elle prend dans le programme de la nouvelle équipe. Cette première batterie de mesures prévoit le relèvement de la rémunération des fonctionnaires de tous ordres, encourage l’amélioration de leurs conditions de vie, notamment quant au mobilier scolaire, aux moyens des maisons d’écoles, aux sociétés de secours mutuels, ou bien encore aux distinctions honorifiques du corps enseignant. Dans l’enseignement secondaire, le traitement des chargés de cours des lycées est également amélioré à la fin de l’année113. Cette première batterie de mesures lance donc des initiatives dans toutes les directions, apportant là un arsenal de décisions d’une ampleur rare sur un seul et même sujet. Mais la réhabilitation du sort des enseignants est une œuvre de longue haleine qui nécessitera bien d’autres actions dans les années suivantes, notamment en matière d’amélioration de la formation114.

Une préparation minutieuse de la réforme

  • 115 Créées respectivement en 1830 et 1848 pour offrir des cours aux adultes de la capitale.
  • 116 Circulaire des 14 mars et 28 mai 1864 ; Ferdinand Buisson, Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’i (...)
  • 117 Sur cette question, nous nous appuyons essentiellement sur l’étude essentielle de J. N. Luc, op. ci (...)
  • 118 J. Rohr, op. cit., p. 28-29.
  • 119 AN : 45 AP/4 (V. Duruy à E. Rouher, 10 septembre 1864) ; BAIP, 1863.

36Parallèlement aux premières actions en faveur des instituteurs, Victor Duruy réfléchit à sa politique pour développer le public de l’enseignement primaire et réformer celui-ci. Ce n’est toutefois qu’au début de l’année 1864 qu’il commence à prendre des initiatives. En janvier, il prononce à ce sujet un discours lors de la distribution des prix aux élèves des deux associations polytechnique et philotechnique115. Le 24, puis le 11 mars, il publie deux circulaires sur l’extension des listes de gratuité et sur les interventions des préfets dans les communes privées d’école. Mais après neuf mois de ministère, son action reste encore extrêmement modeste. C’est que le ministre manque d’informations précises et exhaustives sur la situation réelle de l’enseignement primaire. Dans un premier temps, il cherche donc à se renseigner : c’est l’objet de la grand enquête lancée le 14 mars 1864 sous la forme de questionnaires, complétés par un autre formulaire en neuf parties, le 28 mai116. Ce procédé de recours à la statistique n’est pas neuf, pour l’État bien sûr, mais aussi, comme l’a bien montré Jean-Noël Luc, pour l’administration de l’Instruction publique, où depuis longtemps, les ministres font, tous ou presque, faire des enquêtes, avec les mêmes objectifs, avoués ou non : éviter d’avancer à l’aveugle, convaincre l’opinion de la nécessité de la réforme, et préparer, aussi, le bilan à venir de l’action qui doit être menée et montrer tout le bien qu’elle a apporté117. Lorsque Victor Duruy arrive au pouvoir en 1863, il peut donc s’appuyer sur une longue tradition, sur un bureau spécialisé dans la statistique au sein de la division de l’enseignement primaire, et sur Gustave Pillet, qui la dirige depuis 1850 et a mis au point des formulaires plus rigoureux en 1859. Aussi n’est-il pas, contrairement à une image tenace, à l’origine de la première enquête digne de ce nom sur la situation de l’enseignement primaire. Il a en revanche donné une nouvelle ampleur à l’enquête, rendue plus efficace par ses exigences de rigueur. Les fonctionnaires chargés de la mener – les inspecteurs primaires surtout – sont stimulés par la carotte comme par le bâton : l’inspecteur d’Albi est nommé officier de l’Instruction publique parce que le Tarn est le premier à renvoyer les renseignements118 ; mais les départements retardataires sont montrés du doigt dans le Bulletin administratif de l’Instruction publique119. Victor Duruy n’hésite pas par ailleurs à faire renvoyer les tableaux mal remplis aux fonctionnaires indélicats. En outre, par sa personnalité, par son image de ministre des professeurs, il a su obtenir la confiance des fonctionnaires qui ne voient plus dans cette enquête une simple routine, mais le moyen de concourir à la réforme salutaire qu’il entreprend aussi à leur profit.

  • 120 J.-F. Condette, op. cit., p. 96.
  • 121 Circulaire du 16 juillet 1863, BAIP, 1863, p. 138.
  • 122 Colette Cosnier, Marie Pape-Carpantier. De l’école maternelle à l’école des filles, L’Harmattan, 19 (...)
  • 123 Sur cette question, analyse pour tout le ministère dans JCG, vol. II, p. 534-537
  • 124 J. Rohr, op. cit., p. 29.

37L’ensemble des résultats, qui sera publié à partir de la fin de l’année 1864, doit fournir un tableau complet de la situation de l’enseignement primaire français en 1863. L’enquête porte en effet sur tous les aspects de l’enseignement, de l’action menée par les communes à l’impact de l’école sur les conditions morales et sociales de la population, en passant par le nombre et les conditions de vie des élèves, la comparaison du public et du privé, le matériel disponible et utilisé, la qualité de l’encadrement… Cent cinquante questions sont ainsi posées aux inspecteurs d’académie, à ceux de l’enseignement primaire et aux directeurs d’écoles normales. Recteurs et préfets sont également mis à contribution. C’est la première fois qu’autant d’acteurs de l’enseignement primaire, à des degrés divers, sont mobilisés, ce qui fait alors de l’enquête de 1864 la plus systématique jamais réalisée, une « sorte d’états généraux de l’Instruction publique » pour reprendre l’heureuse expression de Jean-François Condette120. L’opération d’ailleurs est un succès, et Victor Duruy fait dès lors de la statistique un pilier de son action ministérielle. Les enquêtes se multiplient sur l’enseignement primaire – une seconde est lancée deux ans plus tard, pour laisser un peu de répit aux fonctionnaires mobilisés en 1864 –, elles deviennent régulières, et s’étendent également aux domaines du secondaire et du supérieur, le tout devant fournir un suivi statistique cohérent. D’autres canaux d’information sont cependant utilisés, et d’abord les enquêtes de terrain. Dès le 16 juillet 1863, en effet, Victor Duruy avait prévenu les recteurs : « je compte bien continuer mon ancienne fonction d’inspecteur général, et aller sur place voir les hommes et toucher les choses121 ». Ces visites se multiplient dès décembre 1863 : du 10 au 14, il est en Normandie où il inspecte les lycées de Rouen, du Havre et de Caen. Dix jours plus tard, il visite, à Paris, le collège Chaptal et l’école municipale Turgot ; en mai 1864, il inspecte le cours pratique de Marie Pape-Carpantier122 ; et, en 1865, il visite pareillement plusieurs écoles primaires de l’Oise123. Les missions à l’étranger sont un autre moyen de préparer la réforme : ainsi Jean-Magloire Baudouin, inspecteur général de l’Instruction publique, est-il envoyé en Allemagne, en Belgique et en Suisse pour y étudier l’enseignement du peuple ; son rapport sera publié en 1865124.

  • 125 Maurice Gontard, Les Écoles primaires de la France bourgeoise, Paris, IPN, s.d., p. 35 sq.

38Fort de ces informations, Victor Duruy peut envisager la réforme d’envergure qu’il souhaite donner à l’enseignement du peuple. Il commence en attendant par des mesures ponctuelles : c’est l’objet des deux circulaires déjà citées des 24 février et 11 mars 1864. Durant l’été, la question de l’enseignement primaire est mise sur le devant de la scène par plusieurs rapports et discours produits par des spécialistes de la question. L’un d’eux, le général Morin, directeur du Conservatoire impérial des Arts et Métiers et ancien membre du Conseil supérieur, prononce ainsi à son retour d’Allemagne, le 16 août, à l’Académie des Sciences morales et politiques, une allocution sur l’enseignement primaire. À la rentrée, Victor Duruy lui demande une note sur l’instruction obligatoire et commence à travailler à un projet de loi prévoyant l’enseignement primaire obligatoire de 6 à 13 ans, huit mois par an et trois heures par jour au maximum, et la proclamation du principe de la liberté des pères quant à l’instruction religieuse. En prévision de la bataille à venir – car ces deux propositions sont pour le moins révolutionnaires dans le paysage politique de l’époque –, il décide de renforcer son équipe. Simon Genteur s’étant montré peu favorable au projet, Duruy le remplace, le 26 octobre 1864, par Charles Robert, maître des requêtes au Conseil d’État et commissaire du gouvernement. Issu des milieux lorrains attachés aux principes d’éducation, le nouveau secrétaire général a déjà fait la preuve de son attachement aux principes prônés par Duruy. Il a publié en 1861 à Montbéliard un ouvrage au titre explicite : De La Nécessité de rendre l’instruction primaire obligatoire en France et des moyens pratiques à employer dans ce but. Quelques jours après sa nomination, le projet est bouclé : les communes qui le désirent pourront instaurer l’obligation de l’enseignement primaire pour leurs enfants. L’instruction y deviendrait semi gratuite, et la création de caisses des écoles est également envisagée pour aider au financement de cette gratuité125. Ainsi peaufiné, le projet est prêt pour être soumis au Conseil impérial, qui se réunit à la fin du mois de novembre. Mais aux conseillers réunis, le ministre ne souffle mot de son programme : la priorité est alors encore à l’enseignement secondaire, et le ministre ne veut sûrement pas soulever l’hostilité d’un Conseil qu’il n’a qu’en partie renouvelé pour l’instant et où restent notamment les prélats hostiles à sa politique.

L’appui des républicains

  • 126 V. Duruy à Napoléon III, 15 mars 1864, dans NS II, p. 11.
  • 127 JS, p. 90.
  • 128 Jules Simon, Le Soir de ma journée, Flammarion, 1901, p. 17 ; J.-Y. Mollier, Louis Hachette…, op. c (...)
  • 129 V. Duruy à J. Simon, 19 août 1863, dans Anne-Marie Ecolan, « Une lettre de Victor Duruy », L’Educat (...)

39La réforme de l’enseignement primaire est donc préparée avec soin. À côté de la rapidité qui a marqué les premières mesures concernant les enseignements primaire et secondaire, la précautionneuse lenteur de l’action ministérielle en ce domaine témoigne à la fois de la moins grande connaissance peut-être du ministre en la matière, et, peut-être davantage, de l’importance sociale et politique qu’il accorde à cette question. Les partisans de l’éducation populaire sont d’ailleurs eux aussi consultés, à commencer par les amis de Victor Duruy. Ainsi en est-il de son éditeur, Louis Hachette. Celui-ci, auteur, en 1861, d’une brochure intitulée L’Instruction publique et le suffrage universel, partage ses vues, et l’on imagine que les deux hommes ont déjà beaucoup parlé de la question, depuis vingt ans qu’ils se connaissent. En mars 1864, Victor Duruy met sous les yeux de l’empereur un mémoire rédigé par l’éditeur sur la question126. Celui dont il recherche toutefois l’aide le plus activement, et qui sera son collaborateur aussi privilégié qu’inattendu en matière de réforme de l’instruction primaire est le député républicain Jules Simon. Les deux hommes sont, pourrait-on dire, des « amis de trente ans » : ils se sont rencontrés à l’École normale à la fin de 1833 et au début de 1834, lorsque Victor Duruy, jeune professeur agrégé pris de nostalgie dans son exil rémois, revenait parfois à l’École, dans laquelle venait d’entrer le jeune Jules Simon. « C’est ainsi que je suis devenu son ami », se souvient le philosophe127. Les deux normaliens d’ailleurs fréquentent ensuite le même microcosme de l’Université parisienne, l’un comme éminent professeur d’histoire de lycée, l’autre comme professeur de philosophie à la Sorbonne. Ils se retrouvent également dans les couloirs de la librairie Hachette, où le philosophe rebelle est employé, comme « relecteur », après sa révocation en 1852 pour refus de prêter serment. Devenu ministre, Victor Duruy n’oublie pas celui qui est un opposant à l’empereur, car c’est aussi un grand promoteur de l’enseignement primaire128 ; très actif à la Société pour l’instruction primaire, qui organise la fondation d’écoles primaires privées, à l’Association philotechnique qui organise des cours pour les adultes, comme à la Société Franklin qui crée des bibliothèques populaires, c’est un militant zélé de la cause de l’enseignement du peuple, et un républicain modéré, assez proche des orléanistes libéraux. Aussi, dès le 19 août 1863, le ministre lui écrit afin de lui demander conseil quant à l’enseignement féminin dont il est un spécialiste. Et, au printemps 1864, il lui envoie les épreuves du questionnaire sur l’enseignement primaire qui constituera la base de l’enquête statistique129.

  • 130 A. Darimon, op. cit., p. 172-173 ; Emile Ollivier, Journal (1846-1869), Julliard, 1961, p. 606.
  • 131 AN : 114AP1 (J. Simon à C. Glachant, s.d.).
  • 132 JS, p. 111.

40Le député républicain devient rapidement un actif soutien du ministre, et ce dès la session de 1864 du Corps législatif. Le 19 mai, dans un long discours sur l’enseignement primaire, il expose un ambitieux programme d’augmentation des crédits afin de revaloriser les traitements des instituteurs, d’augmenter le nombre d’écoles, d’améliorer les méthodes et de promouvoir l’enseignement féminin. Ces préoccupations sont les mêmes que celles du ministre, et le hasard n’est pour rien dans cette concordance de vues : Alfred Darimon nous dit en effet que ce discours du 19 mai « a été presque concerté » avec Victor Duruy. Celui-ci n’est d’ailleurs pas oublié dans le discours, où Jules Simon exprime clairement son espoir de voir un ministre « déclarer que de toutes les gloires celle que le gouvernement ambitionne le plus de conquérir, c’est la gloire de laisser une longue trace dans l’enseignement populaire », et affirme qu’en ce cas, il aurait « le cœur remué » : élan d’émotion qui montre bien toute l’importance de la question pour lui, et la relation d’intimité qu’il entretient à ce propos avec le ministre de l’empereur130. Pendant tout le ministère, d’ailleurs, les deux hommes collaborent, préparant ensemble les débats à la chambre, discutant ensemble des réformes, prévoyant à l’avance tel ou tel amendement131. Jules Simon lui-même en témoigne : « Thiers disait en souriant que Duruy était mon vice. J’étais en effet d’accord avec Duruy sur l’instruction obligatoire, les cours d’adultes, les bibliothèques, l’éducation des filles. C’était mon vice132. » De nombreuses lettres témoignent de la collaboration active et secrète entre la rue de Grenelle et le député républicain, et montrent un élément peut-être inédit de l’histoire du fonctionnement politique du second Empire : la collusion entre un ministre et un député de l’opposition, l’alliance scellée, au nom d’une cause supérieure, entre deux représentants des deux camps en présence, au-dessus des partis et des oppositions, pour faire triompher cette cause commune. Cette collaboration de Jules Simon à l’action de Victor Duruy est aussi politiquement incongrue que nécessaire au ministre de l’empereur : sa première année au pouvoir lui a révélé en effet que ce n’est pas dans les rangs des bonapartistes, ou tout au moins chez les caciques du régime, qu’il pourra trouver des soutiens actifs et résolus à son action réformatrice.

Anmerkungen

1 E. et J. de Goncourt, op. cit., II, p. 978-979 ; P. Mérimée à V. Cousin, 4 juillet 1863, et à Mme de Boigne, 10 juillet 1863 dans Prosper Mérimée, Correspondance générale, Toulouse, Privat, 1941-1964, vol. XI, p. 430 ; Stéphanie Tascher de la Pagerie, Mon Séjour aux Tuileries, 1852-1871, Ollendorff, 1893-1895, I, p. 194 ; Céleste Baroche, Second Empire. Notes et souvenirs, G. Crès et Cie, 1921, p. 236-237 ; Horace de Viel-Castel, Mémoires sur le règne de Napoléon III, Guy Le Prat, 1942, II, p. 233. ; Jean Maurain, Un bourgeois français au XIXe siècle : Baroche, ministre de Napoléon III, F. Alcan, 1936, p. 280 ; Julie Bonaparte, Mémoires inédits (1853-1870), Roma, Edizioni di storia e lettre letteratura, 1975, p. 222.

2 Le Constitutionnel, Gazette de France, Le Monde, L’Opinion nationale, Le Siècle, 25 juin 1863, Revue des Deux Mondes, 30 juin 1863.

3 Jean Rohr, Victor Duruy, ministre de Napoléon III. Essai sur la politique de l’Instruction publique au temps de l’Empire libéral, LGDJ, 1967, p. 124 ; Bruno Poucet, Enseigner la philosophie. Histoire d’une discipline scolaire 1860-1990, CNRS Éditions, 1999, p. 46.

4 Alfred Rambaud, « Victor Duruy », La Revue bleue, 4e série, t. II, no 22, 1er décembre 1894.

5 P. Mérimée à L. de Laborde, 25 juin 1863, dans P. Mérimée, op. cit., XI, p. 409 ; Anatole Claveau, Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin, 1865-1873, Plon, 1913-1914, vol. I, p. 142 ; Xavier Marmier, Journal (1848-1890), Ottawa-Genève, Librairie Droz, 1968, vol. I, p. 44 et 53 ; D. Nisard, op. cit., II, p. 282-283 ; NS I, p. 238-239.

6 Antoine Augustin Cournot, Souvenirs (1760-1860), Hachette, 1913, p. 225.

7 D. Nisard, op. cit., p. 282. Sur les candidats à la succession de Rouland, cf. François Dutacq, Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique (1856-1863), Tulle, imp. de Mazeyrie, 1910, p. 59.

8 AN : 114AP1 (Guigniaut à V. Duruy, 1er juillet 1863 ; A. Daveluy à V. Duruy, 12 août 1863) ; EL, p. 54.

9 Gazette de France, 12 août 1863.

10 D. Nisard, op. cit., p. 283 ; Émile Ollivier, L’Empire libéral, Garnier, 1895-1915, vol. VI, p. 268 ; Pierre de La Gorce, Histoire du Second Empire, Plon, 1901, vol. VII, p. 273-274 ; François Furet, Histoire de France : la Révolution 1770-1880, Hachette, 1988, p. 466.

11 EL, p. 142 ; A. Claveau, op. cit., p. 142 ; Albert de Broglie, « Victor Duruy », Revue des Deux Mondes, 1er février 1898. Idée reprise plus récemment dans J. Rohr, op. cit., p. 18.

12 NS II, p. 77-78.

13 P. Vigier, op. cit., p. 34 ; J. Maurain, Un bourgeois…, op. cit., p. 506.

14 Cité par J. Rohr, op. cit., p. 18, n. 31.

15 Françoise Mayeur, « Dupanloup et Victor Duruy, le sens d’une polémique », dans Mgr Dupanloup et les problèmes politiques de son temps, Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, no hors-série, 1980, p. 49.

16 F. Dutacq, François, op. cit., p. 59-60.

17 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 475 sq.

18 NS I, p. 66.

19 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 79.

20 J. Rohr, op. cit., p. 69.

21 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 116-117 ; P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 309 ; Georges Weill, Histoire de l’enseignement secondaire en France (1802-1920), Payot, 1921, p. 148 ; Bruno Belhoste, et alii, Les Sciences dans l’enseignement secondaire français. Textes officiels, t. 1 : 1789-1914, INRP-Economica, 1995, p. 47-50.

22 B. Poucet, op. cit., p. 46.

23 Le Siècle, 1er juillet 1863 ; RIP du 2 et du 9 ; Journal des Débats du 3 ; L’Opinion nationale du 4 ; Revue des Deux-Mondes des 30 juin, 19 juillet et 14 août.

24 L’Opinion nationale, 22 et 28 juillet 1863, 6 et 23 août, 13 octobre, 8 décembre 1863 ; Journal des Débats, 14 juillet 1863 ; BnF Mss : NAFr. 6141. fo 344 (V. Duruy à F. Dübner, 26 juillet 1863) ; Alfred Darimon, Histoire d’un parti. Le Tiers-Parti sous l’Empire (1863-1866), Dentu, 1887, p. 9-11.

25 P. Mérimée à Panizzi, 16 juillet 1863, dans P. Mérimée, op. cit., XI, p. 431.

26 AN : F1b/I/161 (9) (Dossier du préfet Genteur) ; Simon Genteur, Aux Electeurs du département du Loiret, Orléans, impr. de Coignet-Darnault, (1849), 2 p. ; Vincent Wright, Le Conseil d’État sous le second Empire, A. Colin-FNSP, 1972, p. 90.

27 Jean-François Condette, Les Recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, Lyon, INRP, 2006, p. 190, 326, 334.

28 X. Marmier, op. cit., II, p. 143 ; Pierre Guiral, « Les Cabinets ministériels sous le second Empire », dans Origines et histoire des cabinets des ministres en France, Genève, Droz, 1975, p. 57 ; Christophe Charle, Les Hauts Fonctionnaires en France au XIXe siècle, Gallimard-Julliard, 1980, p. 12 et 39.

29 C. Charle, op. cit., p. 177-178.

30 AN : F17/21499 (Dossier de Gustave Fabien Pillet) et 21377 (Dossier de Athanaïs Louis Mourier).

31 AN : F17/2628.

32 NS II, p. 230.

33 AN : AJ16/237 (Administration académique, 1854-1870) et *F17/1870 (Procès-verbaux des séances du Conseil impérial) ; JGIP 4 juillet 1863.

34 NS II, p. 370.

35 AN : AJ61/64 (Echange de lettres entre V. Duruy, C. Glachant et D. Nisard, 22, 26 février et 14 mars 1864).

36 Des comptes rendus sont publiés dans la presse des 11 et 12 août 1863.

37 AN : * F17/1870 (session de novembre 1864).

38 Sur les « nouvelles » disciplines, cf. JCG II, p. 599 sq., notamment pour les références précises des sources et textes législatifs.

39 Henry Montucci, Les Langues vivantes dans les lycées, F. Tandou, 1863, 24 p.

40 Justin Fèvre, De la restauration de la musique religieuse, Paris, Victor Palmé, 1864, p. 1 ; Paul Gerbod, « Vox Populi », dans La Musique en France à l’époque romantique 1830-1870, Flammarion, 1991, p. 231-255 ; ibid., « L’Enseignement de la musique en France au XIXe siècle dans les établissements d’Instruction publique », dans D. Pistone, L’Education musicale en France. Histoire et méthodes, Presses de la Sorbonne, 1983, p. 34-37.

41 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 309 ; Nicole Hulin-Jung, L’Organisation de l’enseignement des sciences : la voie ouverte par le second Empire, CTHS, 1989, p. 272 sq.

42 V. Duruy à Napoléon III, 6 août 1863, dans NS I, p. 198 ; V. Duruy, Discours prononcé… à la distribution des prix du Concours général (10 août 1863), impr. P. Dupont, (1863), 8 p. ; discours à la distribution des prix du concours général, 7 août 1867, cité dans G. Piobetta, op. cit., p. 116.

43 JGIP, 14 août 1847.

44 Voir notamment, à propos du latin, Françoise Waquet, Le Latin ou l’empire d’un signe XVIe-XXe siècle, A. Michel, 1998, p. 228-237.

45 Décrets des 2 septembre 1863 et 4 décembre 1864.

46 B. Belhoste, op. cit., p. 47 sq. ; G. Weill, op. cit., p. 148.

47 G. Piobetta, op. cit., p. 124.

48 Sur cette question de l’enseignement spécial, voir essentiellement : Charles R. Day, Les Écoles d’arts et métiers. L’enseignement technique en France. XIXe-XXe siècles, Belin, 1991, p. 62 sq. ; ibid., « Technical and Professional Education in France : the Rise and Fall of l’Enseignement secondaire spécial, 1865-1902 », Journal of social history, 1972-1973, 6 (2), p. 177-201 ; J. Rohr, op. cit., p. 124 ; Chantal Clergue, L’Enseignement secondaire spécial. L’exemple du collège de Cluny : 1866-1891, mémoire de master en histoire de l’éducation, dir. Serge Tomamichel, Université Lumière Lyon II, juin 2007, 2 vol.

49 NS I, p. 167 sq.

50 Ibid., p. 256.

51 Circulaire du 2 octobre 1863.

52 AN : *F17/1870 (28 et 30 novembre 1863).

53 V. Duruy à Napoléon III, 22 mars 1864, dans NS II, p. 13 ; L’Opinion nationale, 14 avril 1864.

54 Jacques Verger, dir., Histoire des universités en France, Bibliothèque historique Privat, 1986, p. 273 ; Sandra Horvath-Peterson, Victor Duruy and French Education. Liberal Reform in the Second Empire, London/Baton Rouge, Louisiana university Press, 1984, p. 177.

55 NS I, p. 198 et II, p. 7

56 Sur l’enseignement supérieur et la recherche au début des années 1860, tableau synthétique et bibliographie dans JCG, vol. II, p. 575 sq. et 691 sq.

57 V. Duruy à Napoléon III, janvier 1868, dans NS I, p. 302 sq.

58 P. Hummel, op. cit., p. 244 sq. ; Paul Gerbod, « La Production littéraire des enseignants, 1800-1950 », Histoire de l’éducation, décembre 1980, p. 32-33.

59 AN : F17*/1870 (16 novembre 1863).

60 Aline Logette, Histoire de la faculté de Droit de Nancy (1768-1864-1914), Nancy, Université de Nancy, 1964, p. 82 sq.

61 V. Duruy à Napoléon III, 29 octobre 1863, dans NS II, p. 1 sq.

62 J. Maurain, La Politique…, op. cit., p. 665 sq.

63 AN : 114AP1 (Mgr Forcade à V. Duruy, 20 décembre 1863 ; Mgr Maret à V. Duruy, 6 juin 1864) ; V. Duruy à Mgr Parisis, dans Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, III, J. Gabalda, J. de Gigord, 1924, p. 499 ; lettres entre V. Duruy et Mgr Dupanloup, 1863-1864, et de V. Duruy à l’empereur, 22 mars 1864, dans NS I, p. 363 sq. et II, p. 13-14.

64 A. Grandcolas, « De la décadence des études et de la nécessité d’une réforme de l’enseignement », Le Monde, 18 juillet 1863.

65 Le Monde, 10 juillet 1863.

66 AN : 114AP1 (Mgr Parisis à V. Duruy, 30 octobre 1863).

67 J. Maurain, La Politique…, op. cit., p. 679 ; P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 221.

68 NS I, p. 372 ; J.-Y. Mollier, « La Réception idéologique de la Vie de Jésus », Œuvres et critiques. Revue internationale d’étude critique des œuvres littéraires de langue française, XXVI, 2, VieS de Jésus, p. 101 sq.

69 E. Renan à M. Berthelot, 8 septembre 1863 et réponse du 11, dans Ernest Renan et Marcellin Berthelot, Correspondance 1847-1892, Calmann Lévy, 1898.

70 Mgr Darboy à Napoléon III, 18 septembre 1863, dans NS I, p. 373-377.

71 J. Maurain, La Politique…, op. cit.

72 V. Duruy à Napoléon III, 19 février 1864, dans NS II, p. 7.

73 Le chapitre XIV (volume II), qui contient notamment de nombreuses lettres de lui à l’empereur sur cette question.

74 V. Duruy à Napoléon III, 18 octobre 1864, dans NS II, p. 14 ; ibid., I, p. 30 ; Ernest Legouvé, Dernier travail, derniers souvenirs, Hetzel, 1898, p. 264 sq. Voir aussi sur cette question le long témoignage de Francisque Sarcey dans Souvenirs d’âge mûr, Ollendorff, 1892, p. 3-58.

75 NS II, p. 83-85 ; A. Claveau, op. cit., vol. VII, p. 293.

76 NS II, p. 141.

77 C. Charle, op. cit., p. 171 sq. ; voir également le témoignage à ce sujet de Fortoul, pourtant en odeur de sainteté bonapartiste : Hippolyte Fortoul, Journal 1855-1856, 1989, I, p. 45.

78 notamment lettres de V. Duruy à Napoléon III, 19 février et 18 octobre 1864, citées dans NS II, p. 7 et 14.

79 AN : 114AP2 (L. Hachette à V. Duruy, 4 septembre 1863) ; V. Duruy à Napoléon III, 7 et 15 mars 1864, dans NS II, p. 11 ; J.-Y. Mollier, Louis Hachette…, op. cit., p. 413, 417 et 441.

80 J. Maurain, La Politique…, op. cit., p. 679.

81 Juliette Adam, Mes Sentiments et nos idées avant 1870, A. Lemerre, 1905, p. 16-17.

82 Adrien Dansette, Du Deux Décembre au Quatre Septembre, Paris, Hachette, 1972, p. 232.

83 L’Opinion nationale, 5 mars 1864.

84 V. Duruy à Napoléon III, 19 février 1864, citée dans NS II, p. 8-10 ; AN : 114AP1 (J. Jamin au cabinet de V. Duruy, 30 mars 1864).

85 NS II, p. 6-20.

86 AN : 114AP1 (V. Duruy à O. Lissagaray, s.d. ; É. Deschanel au cabinet du ministre, 27 janvier et 1er février 1864). Lissagaray est finalement autorisé à parler, F17*/1870 (Procès verbaux du Conseil impérial, 1er décembre 1863).

87 Sur l’esprit et l’organisation, nous renvoyons aux études précises de Jean Rohr (op. cit., p. 112-115) et Sandra Horvath-Peterson (op. cit., p. 182-188), ainsi qu’au témoignage direct de V. Duruy, dont ils se sont largement inspiré, et qui contient un nombre important de lettres à Napoléon III (NS II, p. 4-21).

88 Rapport à l’empereur et décrets du 1er juin 1864, Bulletin administratif de l’instruction publique (BAIP), 1864, I, p. 415-418 ; décret de révocation de Renan, 11 juin 1864, ibid., p. 447 ; BI – Papiers d’Alfred Maury, no 2655 (dossier XIV) : V. Duruy à A. Maury, s.d. (fo DCCXIV. 35) ; E. Renan à V. Duruy, 2 juin 1864, citée dans L’Opinion nationale, 4 juin 1864 ; NS II, p. 379.

89 L’Opinion nationale, 3 et 5 juin 1864 ; Le Siècle, 4 et 6 juin ; Revue des Deux Mondes, 14 juin.

90 Journal des Débats, 10 juin 1864 ; Pierre Guiral, Prévost-Paradol (1829-1870) Pensée et action d’un libéral sous le second Empire, PUF, 1955, p. 368.

91 Cité dans NS I, p. 161.

92 Revue des Deux Mondes, 31 décembre 1863.

93 AN : 114 AP/1 (Saint-Marc-Girardin à un correspondant inconnu, s.d.) ; Guiral, op. cit., p. 365 ; Thomas Loué, La Revue des Deux Mondes de Buloz à Brunetière. De la belle époque de la revue à la revue de la Belle Époque, thèse de doctorat, université de Paris I, dir. Alain Corbin, 1998.

94 A. Darimon, op. cit., 18 mai 1864.

95 Le Moniteur universel, 19 mai 1864 ; E. Ollivier, op. cit., p. 605.

96 Jean-Noël Luc, La Statistique de l’enseignement primaire 19e-20e siècle, INRP/Economica, 1985, 242 p.

97 E. Legouvé, op. cit., p. 265.

98 François Furet, et Mona Ozouf, L’Alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Les Éditions de Minuit, 1977, p. 140 sq.

99 AN : AJ16/251 (Séance du conseil académique de Paris, 4 décembre 1861 – Rapport de V. Duruy sur l’instruction primaire).

100 AIP, p. 256 et p. 311.

101 V. Duruy, Discours… du 10 août 1863, op. cit.

102 Cité par F. Furet et M. Ozouf, op. cit., p. 143.

103 J. Rohr, op. cit., p. 136.

104 Circulaire du 3 février 1854, citée dans J. N. Luc, op. cit., p. 23, n. 1.

105 F. Furet et M. Ozouf, op. cit., p. 146.

106 AIP, p. vi.

107 Mise au point récente dans François Jacquet-Francillon, Instituteurs avant la République : la profession d’instituteur et ses représentations, de la monarchie de Juillet au second Empire, Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, 1999, 318 p.

108 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 355 et 376.

109 Ibid., p. 360, 444 et 450.

110 AN : AJ/16/251 (Conseil acad. de Paris, 4 décembre 1861. Rapport de V. Duruy sur l’instruction primaire).

111 Décret du 11 juillet 1863, Bulletin administratif…, op. cit., 1863, p. 132.

112 Philippe Savoie, Les Enseignants du secondaire XIXe-XXe siècles. Textes officiels, tome 1, 1802-1914, Paris, INRP/Economica, 2000, p. 53.

113 Circulaires des 14 et 31 août, rapport et décret du 4 septembre, circulaires des 19 septembre, 9 novembre et 9 décembre, arrêtés des 18 et 30 septembre, circulaire du 28 novembre, instruction du 22 décembre, rapport du 31 décembre 1863.

114 Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France : XIXe-XXe siècles, L’Harmattan, 2007, p. 96-102.

115 Créées respectivement en 1830 et 1848 pour offrir des cours aux adultes de la capitale.

116 Circulaire des 14 mars et 28 mai 1864 ; Ferdinand Buisson, Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, 1911, v° « Enquêtes ».

117 Sur cette question, nous nous appuyons essentiellement sur l’étude essentielle de J. N. Luc, op. cit., p. 7-39.

118 J. Rohr, op. cit., p. 28-29.

119 AN : 45 AP/4 (V. Duruy à E. Rouher, 10 septembre 1864) ; BAIP, 1863.

120 J.-F. Condette, op. cit., p. 96.

121 Circulaire du 16 juillet 1863, BAIP, 1863, p. 138.

122 Colette Cosnier, Marie Pape-Carpantier. De l’école maternelle à l’école des filles, L’Harmattan, 1993, p. 186.

123 Sur cette question, analyse pour tout le ministère dans JCG, vol. II, p. 534-537

124 J. Rohr, op. cit., p. 29.

125 Maurice Gontard, Les Écoles primaires de la France bourgeoise, Paris, IPN, s.d., p. 35 sq.

126 V. Duruy à Napoléon III, 15 mars 1864, dans NS II, p. 11.

127 JS, p. 90.

128 Jules Simon, Le Soir de ma journée, Flammarion, 1901, p. 17 ; J.-Y. Mollier, Louis Hachette…, op. cit., p. 409 et 416 ; Philip A. Bertocci, Jules Simon. Republican anticlericalism and cultural politics in France, 1848-1886, Columbia and London, University of Missouri Press, 1978, p. 129.

129 V. Duruy à J. Simon, 19 août 1863, dans Anne-Marie Ecolan, « Une lettre de Victor Duruy », L’Education nationale, 27 novembre 1952 ; AN : 114AP1 (J. Simon à V. Duruy, s.d.).

130 A. Darimon, op. cit., p. 172-173 ; Emile Ollivier, Journal (1846-1869), Julliard, 1961, p. 606.

131 AN : 114AP1 (J. Simon à C. Glachant, s.d.).

132 JS, p. 111.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search