Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Deuxième partie. La carrière d'un professeur d'histoire parisien (1833-1863)

Chapitre IV. Le temps de la notoriété (1848-1863)

Texte intégral

1L’année 1848 ne marque pas seulement une rupture dans la vie politique française. Elle représente également un changement dans la carrière de Victor Duruy. Les appels de la nouvelle République témoignent de la position qu’il a désormais acquise au sein de l’Université ; son refus est révélateur du fait que cette position le met en mesure de résister à toute tentative de récupération. Par ailleurs, c’est cette année-là que sont mises sur les rails les deux collections d’ouvrages qui vont constituer, après ses débuts littéraires dans les années 1830-1840, le gros de son œuvre historique. Ce sont elles, également, qui le font passer de la notabilité à la notoriété. Le nom de Victor Duruy commence à être bien connu au sein de l’Université, et notamment du monde enseignant parisien allant des salles de classe aux bureaux du ministère. Ayant acquis une certaine célébrité, l’historien devient aussi plus exposé, d’autant plus que les idées qu’il exprime dans ses ouvrages sont quelque peu novatrices. Or, politiquement, l’heure est rapidement à la réaction plutôt qu’à la novation, et l’Université en pâtit. Victor Duruy, professeur et auteur de réputation libérale, est alors, avec d’autres, en première ligne. Ce sont ses souvenirs qui constituent notre source principale pour la période. Peu d’autres témoignages viennent les compléter, et les archives sont là encore extrêmement lacunaires. Sur bien des points, donc, on est obligé de se contenter de ce qu’il en dit. Pourtant, son propos ne résiste pas toujours à la confrontation avec d’autres sources quand on en trouve. Globalement en effet, il a tendance à vouloir se poser en victime : de l’ordre réactionnaire mis en place dans les années 1849-1852 d’abord, de la jalousie de Gustave Rouland à partir de 1856 ensuite, enfin des marques de sympathie unilatérales de Napoléon III à partir de 1859. Ici ses Mémoires jouent à plein leur rôle de justification, et il faut bien souvent faire la part des choses entre ce qu’il raconte et ce qui a vraiment été. On a néanmoins avec lui un cas emblématique des relations entre un fonctionnaire et son administration sous la IIe République et l’Empire autoritaire. On peut donc tenter de retracer son parcours durant cette période, pour comprendre comment il a pu accéder à la notoriété et quelles furent pour sa carrière les conséquences de cette célébrité, des vexations réelles ou fantasmées dont il fut victime au début des années 1850, aux faveurs impériales qui le conduiront en quelques années aux plus hautes fonctions de l’Université.

Succès et échecs d’un auteur universitaire

La « révolution » des manuels scolaires

  • 1 Calcul à partir du nombre de mots. JCG I, p. 335 et annexe V (c).
  • 2 Pour les références précises des volumes, nous renvoyons à la bibliographie.

2La réforme des programmes d’histoire de 1852, qui avance l’histoire sainte aux classes de huitième et septième, et recule au contraire de la troisième à la rhétorique les autres périodes, rend obsolètes les ouvrages publiés par Victor Duruy et Louis Hachette en 1848 dans la collection de manuels scolaires intitulés « Abrégés d’histoire universelle » : des questions qui s’adressaient hier à des enfants de 10-13 ans vont maintenant être traitées par des adolescents de 15-17 ans, et vice versa. Aussi Louis Hachette et Victor Duruy revoient-ils leur collection de manuels, renommée « cours d’histoire et de géographie ». Les ouvrages sont réécrits, notamment celui sur l’histoire de France, qui est refondu et développé en trois volumes correspondant aux trois années du nouvel enseignement de ce thème. Mais quatre ans plus tard, Gustave Rouland, nouveau titulaire du ministère de l’Instruction publique, réforme lui aussi les programmes, en rétablissant la logique temporelle de ceux d’avant 1852 : histoires ancienne en sixième, grecque en cinquième, romaine en quatrième ; l’histoire médiévale et moderne suit, de la troisième à la rhétorique. Le « cours d’histoire et de géographie » est donc refondu dans un « Cours complet d’histoire et de géographie ». Principale nouveauté : Victor Duruy n’est plus le seul auteur, puisque s’y adjoignent de nombreux collaborateurs, notamment le recteur Jean-Jacques Guillemin, le professeur d’histoire Jules Belin de Launay, ou encore Eugène Cortambert, professeur de géographie. En 1857 paraissent ainsi les Abrégés d’histoire ancienne, grecque et romaine. Pour les suivants, l’esprit du programme de 1852, centré sur la France, est maintenu, ce qui donne une Histoire de France et du moyen âge, une Histoire de France, du moyen âge et des temps modernes et une Histoire des temps modernes pour les classes de troisième, seconde et rhétorique. Le texte cependant varie peu. Le traitement de la Saint-Barthélemy nous le montre bien : les trois quarts du texte restent identiques d’une édition à l’autre. Les manuels de l’enseignement secondaire donnent donc beaucoup de travail à Victor Duruy durant les années 1850, avec, en dix ans, trois collections différentes. Il faut en outre y ajouter quelques ouvrages de préparation au baccalauréat, publiés entre 1848 et 1863, ainsi que des ouvrages pour l’enseignement primaire. Pour les écoles élémentaires, est en effet lancée à la fin des années 1850 une collection spécifique, le « Petit cours d’histoire universelle » qui comprendra finalement huit volumes, un pour chaque période en fonction du découpage en cours dans l’enseignement secondaire (histoires ancienne, grecque, romaine, etc.). Six sont publiés avant le ministère, un septième en 1864 (la Petite Histoire des temps modernes) et on y ajoutera en 1874 une Petite Histoire générale. Les ouvrages de cette collection, d’un abord plus aisé, sont moins développés que leurs aînés de l’enseignement secondaire. La Saint-Barthélemy par exemple est traitée six fois plus vite que dans le volume correspondant pour l’enseignement secondaire1. Les volumes du « Petit cours » sont donc des versions allégées des « Abrégés ». Leur succès n’en est que plus grand : ils sont réédités souvent dans les années suivantes – et la présence de leur auteur à la tête du ministère de l’Instruction publique n’y est sûrement pas pour rien2.

  • 3 Paul Gerbod, « À propos des manuels scolaires », in Colloque national sur l’histoire et son enseign (...)
  • 4 NS I, p. 69-70 ; V. Duruy à E. Renan, citée dans P. Gerbod, « À propos… »…, op. cit., p. 135.
  • 5 Nous avons dressé un tableau des défauts de ces manuels, et notamment de ceux d’histoire sainte, da (...)

3De Paul Gerbod à Alain Choppin, en passant par Alice Gérard et Christian Amalvi, plusieurs historiens se sont penchés sur l’évolution des manuels classiques au XIXe siècle, et notamment sur ceux de Victor Duruy3. Tous reconnaissent à ce dernier un rôle majeur dans les évolutions de la littérature scolaire, et l’on pourrait presque parler de véritable « révolution », si le terme, excessif, ne masquait en outre le fait que l’historien est loin d’avoir tout inventé dans ce domaine. Lui-même se vante d’avoir profondément renouvelé les manuels, « pour la plupart, sans critique et sans style », constate-t-il, et qui « distillaient l’ennui aux élèves4 ». Il parle de la « petite révolution » qu’il opéra pour renouveler le genre. Mais il semble nécessaire de nuancer cette vision des choses. Il est vrai qu’en ce deuxième quart du XIXe siècle, les manuels d’histoire présentent un certain nombre de défauts qui en rendent l’utilisation souvent difficile. Essentiellement centrés sur la chronique des faits politiques et militaires, ils n’offrent le plus souvent aucune illustration ni outil didactique5. Cependant, quelques réactions ont commencé à se produire lorsque Victor Duruy « prend en main » la rénovation de la littérature scolaire. La forme questions/réponses n’est déjà plus la forme exclusive du discours, comme dans l’Histoire de France de Madame de Saint-Ouen, publiée par Colas en 1827 et reprise par Hachette en 1833. De même, les difficultés du style font, dès les années 1830, l’objet de critiques et de propositions, et les outils censés aider à la compréhension se développent, notamment les cartes – même si leur multiplication est encore freinée par les limites techniques. Dès les années 1830 également, certains ouvrages commencent par un aperçu général ou des mises au point chronologiques et terminologiques, d’autres comportent des tableaux explicatifs et récapitulatifs, ou bien tentent d’adapter leur style à leur public. Victor Duruy n’a donc pas été, en dépit de l’image qu’il a voulu donner, pionnier en matière de rénovation pédagogique de la littérature scolaire. Son mérite a cependant résidé dans le double fait d’avoir, d’une part, fait converger l’ensemble des innovations lancées par ses prédécesseurs et collègues et, d’autre part, d’avoir légitimé ces innovations par le succès de ses manuels, ce qui a permis à ces changements de s’imposer comme des normes. Ainsi, les manuels Duruy sonnent définitivement le glas de la forme questions/réponses. Ses récits se veulent vivants, littéraires, agréables à lire, sans toutefois tomber, au nom de la jeunesse de son public, dans la simplification ou la naïveté de l’expression. D’autre part, les illustrations, encore peu nombreuses dans les premiers ouvrages, tendent à se développer, notamment sous forme de cartes : on en trouve trois dans l’Abrégé d’histoire sainte en 1846, six dans l’Abrégé d’histoire romaine en 1858. Son souci de clarté le pousse également à insérer parfois un résumé chronologique à la fin de chaque partie ou chapitre, et il place même, en appendice de son Histoire sainte d’après la Bible, le détail des différentes parties des Livres saints.

  • 6 Cité par F.L., « L’Abrégé de l’histoire de France de Duruy », JOIP, 17 mars 1849.

4Le fond des manuels et leurs objectifs changent également, dans le contexte de renouvellement épistémologique en cours depuis l’émergence de la génération des années 1820, notamment quant à l’histoire de France. Exit Pharamond et les rois fainéants. Le cadre chronologique est doté de nouvelles bornes. Le catalogue de la maison Hachette explique, en 1849, à quel point l’approche de l’abrégé publié par Duruy est nouvelle : « Cet abrégé n’est point une biographie des rois de France ; c’est le tableau du développement progressif de la société française jusqu’à nos jours6 ». Des rois, on est passé à la société comme intérêt et objet principal de l’évolution historique : Victor Duruy fait sortir l’histoire de France de l’ornière monarchique et la modernise en la faisant entrer dans l’ère de la nation. L’étude commence désormais aux Gaulois – fondateurs de la nation française – et non plus à Clovis – fondateur de la monarchie chrétienne : comme d’autres, Victor Duruy, bénéficie de la redécouverte du passé gaulois de la France permise par les fouilles archéologiques qui se multiplient alors. En outre, l’histoire englobe désormais la Révolution française et le XIXe siècle. Ainsi, explique toujours le catalogue de la maison Hachette : « Si les Chilpéric et les Thierry sont quelque peu sacrifiés, nos assemblées nationales et Bonaparte gagnent tout l’espace habituellement perdu en de confus récits sur d’obscurs personnages ». Ainsi l’histoire de France, des Gaulois à Napoléon, devient-elle une histoire nationale : Victor Duruy a le mérite d’étendre à l’histoire enseignée le renouvellement en cours des perspectives de l’histoire savante, contribuant grandement à diffuser et populariser une nouvelle vision de l’histoire nationale.

5L’approche en matière d’histoire sainte est également neuve. Si la dimension morale de cet enseignement reste importante, en dépit des critiques contre les précédents manuels qui se voulaient des « cours de morale », en revanche sa dimension historique est valorisée. Victor Duruy a soin de replacer les faits évoqués dans un contexte plus large, donnant par ailleurs des réflexions sur la chronologie sainte, et proposant à ses lecteurs une bibliographie critique. Enfin, et surtout, la dimension d’éducation religieuse disparaît, et seul reste l’intérêt littéraire et poétique que suscitent les Écritures. Si Victor Duruy reconnaît que le chemin vers Dieu reste l’essentiel de l’objectif de cet enseignement, il affirme que le seul moyen d’y parvenir réside dans la glorification de la beauté du texte. D’autres avant lui avaient nourri le même projet, Félix Ansart en 1836, Émile de Bonne chose en 1839. L’idée, toute humaniste, est de retourner à la pureté originelle des textes, de rendre un culte aux belles lettres et aux grandes œuvres du panthéon littéraire de l’humanité. L’impératif ici n’est donc pas pédagogique – et, d’ailleurs, c’est ce qui le conduit à refuser toute simplification excessive du propos biblique, même pour des élèves des petites classes. Avec Alice Gérard, on peut relever plutôt le « parti pris de néo-traditionnalisme » qui conditionne la façon qu’a Victor Duruy d’envisager son rapport à l’histoire sainte. Il faut donc bien relativiser la « révolution du ruysienne » des manuels scolaires. Les innovations qu’il introduit ne sont pas les siennes, et sa rénovation n’est pas toujours motivée par un souci d’efficacité pédagogique : d’autres impératifs, d’ordre intellectuel ou moral, entrent également en jeu. Enfin, ses manuels sont encore bien imparfaits. Les illustrations y sont encore très limitées, le style reste bien fastidieux parfois, notamment dans les premiers manuels, où il a soin par exemple de détailler par le menu l’ensemble des nombreux titres et possessions des ducs d’Aquitaine entre les IXe et XIe siècles. La typologie reste d’ailleurs assez resserrée, les pages peu aérées. Jusqu’aux années 1880, bien des critiques relèveront, avec parfois une minutie teintée de mauvaise foi – l’ancien ministre n’ayant pas que des amis –, certaines erreurs et confusions, comme la reprise de la fameuse phrase « Tuez-les tous ». Les manuels Duruy-Hachette auront néanmoins été un succès, intellectuel, pédagogique et éditorial, et auront marqué une étape dans l’histoire de la littérature historique classique. C’est le fruit d’une collaboration active entre deux intellectuels passionnés d’éducation, collaboration qui aura également pris d’autres formes, mais avec moins de succès.

Directeur de collection

  • 7 RIP, 10 juin 1852.
  • 8 Isabelle Olivero, L’Invention de la collection, IMEC/MSH, 1999, p. 23, 38 sq. et 72 ; J.-Y. Mollier (...)
  • 9 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 364.

6Relancée en 1848, en même temps que sa sœur destinée aux élèves des lycées, la collection de vulgarisation encyclopédique intitulée « Histoire universelle » s’étoffe rapidement dans les années qui suivent et prend son aspect définitif. Louis Hachette lui conservait en effet, en dépit de l’existence de l’« Abrégé d’histoire universelle », une vocation scolaire, qu’elle devait cependant bientôt perdre. En 1848 paraissent l’Histoire romaine de Victor Duruy, rééditée en 1850, ainsi que l’Histoire de la littérature grecque d’Alexis Pierron, lequel auteur donne encore, l’année suivante, sa première édition de l’Histoire de la littérature française, tandis que paraissent, en 1851, l’Histoire grecque de Duruy, l’Histoire ancienne de Guillemin et l’Histoire des États scandinaves de Geffroy. En trois années, ce ne sont pas moins de six ouvrages qui sont donc venus compléter la collection, laquelle semble désormais bien lancée. 1852 marque un tournant : la réforme des programmes et la modification de la collection des « Abrégés » finit de faire disparaître les derniers liens qui unissaient les deux collections. Le prospectus annonçant la parution de l’Histoire de la littérature romaine d’Alexis Pierron annonce un changement de perspective : le but est désormais de rassembler et de synthétiser l’ensemble des progrès réalisés par la science historique depuis trente ans7. L’« Histoire universelle » a donc trouvé sa voie : elle sera encyclopédique, sur le modèle de beaucoup d’autres collections qui, dans la lignée du « renouveau de l’esprit encyclopédique » du premier tiers du XIXe siècle, se développent alors. Or, le contexte est porteur : depuis le succès de la « Bibliothèque Charpentier » lancée en 1838 par l’éditeur du même nom, de nombreuses collections ont vu le jour dans les années 1840, chez de nombreux éditeurs. L’« Histoire universelle » semble du reste être la première à se spécialiser dans un domaine précis, l’histoire, puisque toutes celles qu’a recensées Isabelle Olivero portent, elles, sur l’ensemble du champ des savoirs8. Une autre innovation réside dans le rôle inédit attribué à Victor Duruy. Depuis 1848, en effet, il est dit « directeur » de la collection ; son nom doit figurer sur chacun des volumes, quel qu’en soit l’auteur ; il se voit confier l’achat, à forfait, et une bonne fois pour toutes, de chaque manuscrit de la collection, et a le droit « d’intervenir dans la rédaction de l’ouvrage et dans les éditions qui pourront être faites ». Il possède donc un double droit de regard, sur le manuscrit rendu par les auteurs, sur les éditions faites par l’éditeur ; il devient bel et bien l’intermédiaire financier, scientifique et juridique entre l’auteur et l’éditeur, donc tout à fait ce que le terme d’editor renferme dans la conception anglo-saxonne des professions du livre, Louis Hachette se réservant le rôle de publisher. Il y a longtemps d’ailleurs, bien avant ses collègues, que ce dernier a pris l’habitude de déléguer une partie de la gestion des relations avec les auteurs à ses collaborateurs ou à ses gendres9. Avec Victor Duruy, il innove en confiant à un seul individu la tâche de centraliser tout le travail lié à la collection entière. Et l’historien devient ainsi, grâce à lui, l’un des premiers directeurs de collection.

  • 10 Ibid., p. 222.
  • 11 Pour l’étude détaillée du groupe des auteurs, cf. JCG, vol. I, p. 368-376.
  • 12 Alexis Pierron, Mgr. Darboy, Laplace, Sanchez et Cie, 1872, p. 12-14 ; J.-A. Foulon, Histoire de la (...)
  • 13 Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1870 (v° « Pauthier »).

7Victor Duruy prend sa nouvelle fonction très à cœur. C’est lui tout d’abord qui est chargé de recruter les auteurs de la collection. Et Louis Hachette est exigeant, lui qui a toujours sélectionné avec soin ses auteurs10. Or Victor Duruy se révèle un intermédiaire heureux entre la maison d’édition et le groupe des historiens de l’Université. C’est dans ce vivier qu’il puise les spécialistes dont il a besoin. En tout, ce sont trente-cinq « professeurs et savants », pour citer le sous-titre de la collection, qui ont, à des degrés divers, un rapport, plus ou moins long et plus ou moins fructueux, avec la collection et son directeur11. Certains sont seulement pressentis, d’autres, retenus, abandonnent en cours de route, mais un bon nombre vont jusqu’au bout de la collaboration et voient leur ouvrage publié. Quelques-uns seulement sont déjà des auteurs « maison » : Louis Bouchitté, Adolphe Franck et Elme Marie Caro ; aucun autre n’avait publié chez Hachette, et leur recrutement par Victor Duruy montre la totale liberté que lui laisse en la matière son éditeur. Il n’a pas grand-chose à craindre, il est vrai, car le choix s’opère essentiellement au sein du petit monde enseignant de la capitale : plus de 80 % des auteurs sollicités sont, à des titres divers, membres de l’Université, et les deux tiers sont parisiens. Le directeur mobilise ses réseaux, d’où sont issus une bonne moitié des auteurs, collègues des lycées de la capitale ou anciens élèves. Les « amis des amis » sont aussi sollicités, comme l’abbé Georges Darboy, aumônier du collège Henri IV, et futur archevêque de Paris, ami de deux connaissances de Victor Duruy, Alexis Pierron et Jean-Jacques Guillemin12. La règle cependant est celle du choix de l’excellence et tout au moins de la qualification. 55 % des auteurs pressentis sont normaliens, 57 % agrégés, 61 % docteurs. Trois sont membres de l’Institut. Au-delà des titres, cependant, c’est la spécialité qui intéresse Victor Duruy. Ainsi l’orientaliste Guillaume Pauthier, membre de la société asiatique de Paris, pressenti pour une Histoire de la race mongole qui ne verra jamais le jour, est « un des très rares sinologues de Paris en état de lire couramment le chinois et de le parler13 ». L’Université est le vivier principal où Victor Duruy puise ses auteurs, mais non le seul.

  • 14 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 365.
  • 15 La correspondance avec Alfred Maury donne d’utiles renseignements sur le fonctionnement de l’équipe (...)

8Au-delà du recrutement des collaborateurs, la tâche de Victor Duruy consiste à assurer l’homogénéité de l’entreprise. Louis Hachette tient en effet à ce que les différents volumes de la collection soient reliés entre eux par une règle d’unité et de solidarité. C’est là le reflet de sa stratégie : depuis plusieurs années, en effet, il privilégie, pour ses collections, la standardisation – comme il le montrera avec les guides Joanne14. Victor Duruy lui-même est convaincu de la nécessité de cette règle : « il est nécessaire qu’il y ait dans cette publication, contrairement à ce qui arrive dans la plupart des autres, unité de chronologie, d’orthographe pour les noms propres et dans une juste mesure d’appréciation », écrit-il ainsi en 1854. La cohérence prévaut donc pour la forme mais aussi pour le fond. En écho à Victor Duruy, Louis Hachette tient à ce que la collection mette en avant « un système commun d’idées ». Mais il n’y a là aucun esprit de parti, simplement la volonté de mettre en avant la recherche de la vérité, la neutralité des opinions et la laïcité de la science. Ne dire que des faits vérifiés, et les dire avec prudence : telle est la conduite à adopter. Mais derrière cette neutralité affichée, Victor Duruy ne cache pas le militantisme de la collection, dont le rôle est bel et bien de lutter contre l’influence de l’Église catholique dans la science du passé, et de réaffirmer la prépondérance de l’Université et des historiens patentés dans la littérature historique. Pour assurer cette unité, la collection est planifiée ; elle doit se composer de 48 ouvrages, répartis en cinq ensembles : un volume d’introduction générale, six « histoires générales » (reprenant chacune des grandes périodes de l’histoire du monde), 22 « histoires particulières », une pour chaque État ou région du monde, 17 « histoires spéciales », c’est-à-dire thématiques (histoire des religions, des arts, du droit, des différentes littératures nationales…), et un résumé général comprenant une Chronologie universelle et une Histoire de la civilisation. Les auteurs sont priés de prendre en compte ce plan d’ensemble, et invités par exemple à faire le lien, dans leur volume, avec les autres ouvrages de la collection. Le directeur veille de toute façon à la cohérence de l’ensemble, relisant chaque manuscrit et indiquant à l’auteur les corrections qu’il souhaite voire apportées. Une fois corrigés, les chapitres sont en général directement envoyés à l’imprimerie, sans passer par Louis Hachette : Victor Duruy est vraiment le maître d’œuvre de l’ensemble, dans ce qui ressemble presque à une petite entreprise familiale, puisque sa femme et son fils sont parfois chargés de porter eux-mêmes les manuscrits à l’imprimeur15.

  • 16 JGIP, 26 août 1851, no 69, p. 374-375.

9Si l’éditeur n’intervient pas dans la rédaction, en revanche il a son mot à dire au moment de la publication. Ainsi, la longue bibliographie qu’Alfred Maury tient à placer à la fin de son volume lui donne des sueurs froides, et Victor Duruy doit intervenir pour trouver un juste milieu. Aux impératifs culturels s’ajoutent le problème de la viabilité économique de la collection, dont Louis Hachette et son gendre et associé Louis Bréton se font les garants. À chacun son rôle, et celui du directeur n’est pas toujours évident, lui qui se trouve, à l’interface entre les auteurs et l’éditeurs, « entre le marteau et l’enclume », comme il le dit lui-même, expliquant à Alfred Maury, à propos de sa bibliographie, qu’il est obligé de « procéder à [sa] castration ». Ainsi le directeur, intervenant à tous les stades de la réalisation de l’ouvrage, est-il bien la cheville ouvrière de toute l’entreprise. Le critique Charles Nisard lui en rend d’ailleurs hommage : « placé à la tête de cette vaste entreprise, il n’y figure pas seulement comme le chef, il en est aussi le plus actif ouvrier16 ». Et c’est pour cette raison que Victor Duruy aura du mal à accepter l’échec et l’abandon de la collection à laquelle il aura consacré tant de temps et d’énergie.

L’échec de l’« Histoire universelle »

  • 17 RIP, 10 juin 1852, p. 132.
  • 18 IMEC : archives Hachette, HAC2.S30-B22. D23 et B21.D20 (contrats, correspondances, comptes et bilan (...)

10En dépit de l’élan insufflé par la refonte de 1852, la collection ne parvient pas à trouver son rythme. Dès cette année paraissent quatre ouvrages, les trois ouvrages sur l’Angleterre, la littérature romaine et l’Italie, ainsi que la chronologie universelle. Les deux suivants, sur le Portugal et les Arabes, ne paraissent qu’en 1854 alors qu’ils étaient annoncés pour 185217. En somme, au début de 1855, seuls treize ouvrages ont paru sur les 48 annoncés. La collection a donc pris beaucoup de retard. Quinze ouvrages étaient présentés, cette année-là, comme « en cours de rédaction », or aucun n’a paru depuis – et aucun ne paraîtra jamais d’ailleurs. La gestion du groupe d’auteurs se révèle difficile. Le directeur doit d’abord faire face à des désistements : Philarète Chasles prive ainsi la collection de ses volumes sur les littératures anglaise et allemande, tandis que l’Histoire des sciences est sabordée par la démission de ses deux auteurs, Cap et Dujardin – démission que le directeur n’apprend d’ailleurs que fort tard. Les autres, ceux qui restent, travaillent trop lentement : Léopold Monty a accumulé de nombreuses notes pour son Histoire de France, mais à la fin de 1855 il n’en a encore rédigé qu’une partie. Les livres ne peuvent donc paraître à temps. Or, l’accueil du public se révèle des plus mitigés. Quelques ouvrages fonctionnent bien : les 3 000 exemplaires de l’Histoire romaine avaient ainsi été épuisés en deux ans, et on avait retiré 6 000 volumes dont 92 % sont vendus en cinq ans. Plusieurs autres ouvrages sont ainsi écoulés à 80 ou 90 %. Mais d’autres sont de véritables échecs : les histoires d’Italie, d’Angleterre et de la Scandinavie peinent à atteindre les 700 exemplaires vendus (en trois, voire quatre ans). La collection, après plus de dix années d’existence, est donc loin d’être une réussite, tant pour les ventes que pour les recettes d’ailleurs18. Il a fallu payer les auteurs, leur acheter les ouvrages dont ils avaient besoin, le tout représentant plus de 40 000 francs, auxquels s’ajoutent les 6 ou 8 000 francs – Duruy et Hachette sont en désaccord sur le chiffre – de rémunération du directeur (en neuf ans). Les frais d’impression dépassent eux les 100 000 francs. Au total, en 1855, la collection a coûté près de 150 000 francs, et les recettes sont loin d’être à la hauteur : les ventes n’ont rapporté que 66 000 francs. Le prix des ouvrages est en effet relativement faible, pas plus de trois francs le volume. Les dépenses ne peuvent donc être honorées qu’à 46 % : l’échec éditorial est en train de se transformer en gouffre financier.

  • 19 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 303-305.
  • 20 Ibid., p. 381.
  • 21 NS I, p. 70.

11Devant cet échec, Louis Hachette se fait rapidement une raison. Dès 1855, il fait dresser par ses services un bilan de la collection, et fait part à son directeur de son scepticisme. Il attribue l’échec de la collection à la réorientation de 1852, qui, en la rendant encyclopédique, l’a éloignée du public initialement prévu, celui des élèves de l’enseignement secondaire, lectorat sûr et constamment renouvelé – sans trouver de nouveaux acheteurs d’un même intérêt économique. En fait, de façon plus profonde, l’« Histoire universelle » ne correspond plus, au milieu des années 1850, à la stratégie commerciale de la maison Hachette, alors que la guerre des prix fait rage, et que l’heure est au règne du livre bon marché, type « Bibliothèque des chemins de fer »19. Quelle place accorder alors, dans les catalogues, à cette collection de l’« Histoire universelle », d’un niveau de prix relativement comparable quoiqu’un peu plus élevé – une moyenne de 2,50 F par volume et de 2,95 F par ouvrage, quand la Bibliothèque des chemins de fer offre des ouvrages moins chers de 0,50 F –, une collection en outre trop érudite pour être véritablement scolaire, trop encyclopédique pour être vraiment grand public, bref trop spécialisée pour correspondre aux nouvelles règles du marché de l’édition ? En somme, Hachette lâche la collection. Il n’utilise pas par exemple sa Revue de l’Instruction publique pour faire la promotion des ouvrages, lesquels sont annoncés, mais sans référence à la collection elle-même. La publicité d’ailleurs se limite à quelques réclames très irrégulières, et à des comptes rendus bibliographiques, toujours louangeurs évidemment, mais qui ne font jamais non plus référence à la collection. Les encarts publicitaires sont de plus en plus épisodiques et réduits et, finalement, la Revue n’aura, de 1852 à 1855, assuré la réclame de la collection que dans 13 % de ses numéros, attitude révélatrice lorsque l’on sait toute l’importance de la publicité dans la stratégie de Louis Hachette20. Aussi ce dernier ne tarde-t-il pas à abattre son jeu et, en 1855, il propose à Victor Duruy l’arrêt pur et simple de l’entreprise. Le poste de directeur sera supprimé, les ouvrages non commencés seront abandonnés, les autres seront réorientés vers un public scolaire. L’historien est en désaccord total : rappelant le temps et l’énergie qu’il a consacrés depuis dix ans à cette collection, il cherche à minimiser l’impact financier et reproche à son partenaire sa trop grande frilosité. Persuadé de l’existence d’un marché, il propose, lui, la poursuite de la collection, avec diminution des coûts de production, notamment en sacrifiant l’illustration. Son argumentation cependant ne convainc pas Louis Hachette et, la mort dans l’âme, Victor Duruy « renonce à toute prétention sur l’histoire universelle » le 2 février 1855. Il doit abandonner ainsi un projet qui lui tenait à cœur, celui de l’érudit soucieux de rassembler et de synthétiser l’ensemble des connaissances récemment acquises par la science historique, celui de l’historien romantique attaché à retracer la fresque grandiose de l’histoire de la civilisation. Victor Duruy reste néanmoins un auteur privilégié de la maison Hachette – et un ami de son directeur. Dans les mois qui suivent, il liquide l’entreprise, annonce aux auteurs non publiés que la collection s’arrête, assure la parution des ouvrages qui étaient sur le point de l’être, rédige lui-même trois ouvrages, dont il a récupéré la responsabilité après l’annulation des contrats avec les auteurs pressentis : l’Histoire de France en 1858, l’Histoire du moyen âge en 1861 et l’Histoire des temps modernes en 1863. Mais l’aventure est bel et bien terminée, et on conçoit l’amère frustration que l’historien en aura nourrie. Ses Mémoires, d’ailleurs, ne porteront pas de trace de cet espoir déçu : l’évocation de l’aventure y est lapidaire, et en partie erronée. À en croire en effet Victor Duruy, la collection, dut être arrêtée « en pleine prospérité » lorsqu’il fut nommé au ministère21. Ce travestissement de la réalité témoigne à n’en pas douter de la volonté de l’auteur de ne pas s’éterniser sur ce qui fut peut-être l’une des plus grandes déconvenues intellectuelles de sa vie.

Des sévérités ministérielles ? (1849-1859)

L’affaire de l’École normale : Duruy et le parti de l’Ordre

12À l’heure où Victor Duruy renforce sa position au sein de l’Université par l’aventure de l’« Histoire universelle », ses rapports avec le pouvoir semblent s’envenimer et il connaît, durant cette période de la République conservatrice et de l’Empire autoritaire, une série de difficultés marquées surtout par des promotions qu’on lui refuse, et par certaines vexations quant à son œuvre d’historien. Lui-même évoque ces années avec amertume dans ses Mémoires, leur consacrant même un chapitre qu’il intitule, de façon significative, « sévérités ministérielles ». L’image qu’il donne de ses rapports avec l’administration à l’époque est celle d’une véritable persécution, dont lui-même, l’historien libéral et anticlérical, est la victime, avec, dans le rôle des bourreaux, les conservateurs et cléricaux qui se succèdent à la tête de l’Université, notamment certains ministres qui ont laissé une image fort négative dans l’imaginaire professoral, à commencer par Falloux et Fortoul. Pourtant, consciemment ou non, Victor Duruy a tendance à donner de ces dix années de carrière une image quelque peu abusive. La consultation des archives et d’autres sources nous donne en effet une autre vision de ses rapports avec l’administration de l’Université. L’un des problèmes évoqués par Victor Duruy est celui du poste de l’École normale qu’on lui refuse à la fin de l’année 1849. Le 8 décembre, en effet, Henri Wallon est nommé professeur d’histoire à la faculté des lettres de la Sorbonne, laissant sa chaire de la rue d’Ulm vacante. Trois candidats sont en lice : outre Duruy lui-même, deux de ses collègues parisiens, Louis Lacroix, plutôt spécialiste d’archéologie, et Adolphe Chéruel, alors occupé à la rédaction du Dictionnaire des institutions françaises de la collection « Histoire universelle ». Ce dernier a beau dire à son directeur, dès le mois d’octobre, qu’il a de bien plus sérieuses chances de l’emporter, l’administration ne semble pas de cet avis et, le 15 décembre, c’est Chéruel qui est nommé professeur à l’École normale. Victor Duruy est très amer. Quarante ans plus tard, au moment de rédiger ses Mémoires, il évoque encore le « refus glacial » de Falloux de lui accorder ce poste. Pourtant, sa mémoire semble alors lui jouer un bien curieux tour. Car Falloux ne lui a pas refusé le poste dans la mesure où, en décembre 1849, au moment de l’affaire de l’École normale, il n’est plus ministre depuis plusieurs semaines : le 31 octobre, Parieu l’a en effet remplacé rue de Grenelle. Cette erreur de Duruy est-elle volontaire ou involontaire ? Dans le premier cas, elle est difficilement excusable pour un historien. Dans le second, elle est facilement compréhensible : près de quarante ans après les faits, sa mémoire a pu se montrer approximative quant à la liste des ministres de l’Instruction publique de la deuxième République, qui en connut il est vrai huit en trois ans. Dans un cas comme dans l’autre, cette erreur est révélatrice de sa pensée profonde. Victor Duruy a beau jeu de se présenter comme une victime de Falloux, l’une des bêtes noires des libéraux, afin de redorer son blason quelque peu terni par son ralliement à l’Empire en 1863.

  • 22 Histoire de France…, op. cit., p. 692-693 ; NS I, p. 78-79 ; EL, p. 20-21.

13Son hostilité aux conservateurs alors au pouvoir est en revanche bien réelle22. Comme il a rejeté la tendance socialisante de la IIe République première formule, il rejette à partir de 1849 le virage à droite et la réaction. Tous les textes qui en témoignent sont bien postérieurs aux événements, et pourraient avoir été reconstruits, mais l’analyse de ses opinions politiques nous permet de penser qu’il ne pouvait se rallier au parti de l’Ordre. Certes, de par son nom, adopté à un moment où l’on en avait grand besoin, celui-ci peut séduire Victor Duruy. Un autre mot clé de son programme est d’ailleurs « Propriété », l’un des piliers de l’ordre bourgeois dont Victor Duruy est partisan. Mais les restrictions à la notion de liberté propres à la culture politique des conservateurs de 1849, et leur attachement au pouvoir temporel du pape comme à la place de l’Église catholique dans la société ne pouvaient plaire au libéral anticlérical Victor Duruy. Et puis, sous la conduite de Falloux et Parieu, ils mènent une politique plutôt hostile à l’Université, ce qui ne peut qu’atteindre au cœur de celui que Veuillot appelait « universitaire renforcé ». L’historien est donc bel et bien en opposition avec les hommes et le parti au pouvoir des élections de mai 1849 au coup d’État de décembre 1851. Le choix de Chéruel à ses dépens est-il cependant dirigé contre lui, et motivé par des raisons politiques, comme il peut le laisser penser ? C’est difficile à dire. Le lauréat, auteur d’un mémoire sur Louis XIV, a pu être jugé, au-delà de toute considération d’ordre idéologique, plus apte à enseigner l’histoire moderne qu’un Victor Duruy sans publication sur le sujet, et dont la prédilection va plutôt vers l’histoire romaine. D’autant que, pour le reste, titres et années de service, les deux concurrents sont à égalité, avec un avantage cependant pour Chéruel qui est pourvu du doctorat, alors que Duruy ne l’est pas. Parieu aura donc sûrement fait son choix en fonction de la spécialité de chacun, et non par inimitié personnelle ou politique envers Duruy. Mais celui-ci lui en gardera une sévère rancune, ne se privant pas, pendant son ministère, de le remettre à sa place en plein Conseil d’État, en guise, peut-être, de vengeance…

Un auteur blâmé

  • 23 AN : *F17/1859 (Conseil Supérieur de l’Instruction publique. Procès-verbal du 3 août 1849, décision (...)
  • 24 AN : *F17/1824, 1849, 1895, 1902, 1903 (procès-verbaux du Conseil supérieur de l’Instruction publiq (...)
  • 25 Sur les problèmes de 1853, NS p. 21 sq.
  • 26 L’Univers, 24 et 25 août 1853. Victor Duruy n’évoque pas cet article dans ses Mémoires. Cf. Albert (...)

14Si l’affaire de l’École normale ne semble donc pas aller dans le sens des « sévérités » dont Victor Duruy parle dans ses Mémoires, des problèmes réels, et plus graves, se posent dans ses relations avec l’administration supérieure de l’Instruction publique, quant à la réception officielle de ses ouvrages. Et, cette fois-ci, des considérations d’ordre politique entrent davantage en ligne de compte pour expliquer la perturbation des relations entre le professeur et sa hiérarchie. Le 3 août 1849 en effet, soit quelques mois avant le rejet de sa candidature à la rue d’Ulm, le Conseil supérieur de l’Instruction publique refuse d’accorder à son Abrégé de l’histoire de France l’autorisation, qu’il a demandée au mois de décembre 1848, de le faire utiliser par les élèves et les professeurs23. Les innovations introduites par l’auteur, notamment l’évocation des événements postérieurs à 1789, semblent rebuter les gardiens du temple scolaire. Ce n’est pas la première fois que les publications de Victor Duruy causent des soucis aux censeurs de l’Université : en 1846, il avait fallu l’intervention de Salvandy lui-même pour que son Histoire sainte et l’Abrégé qui en était tiré soient autorisés, en dépit du rapport défavorable d’Ambroise Rendu24 – autorisation d’ailleurs accordée uniquement pour les bibliothèques des collèges. Et le même problème se pose en 1851 : son Histoire grecque passe difficilement ; elle lui vaut une réprimande officielle pour les « audacieuses témérités » dont l’auteur fait preuve, en y prenant parti pour Athènes et non pour Sparte, ce qui, là encore, va à l’encontre de l’idéologie dominante d’alors, qui préférait les valeurs oligarchiques et militaires de Lacédémone aux goûts décadents de la patrie de Périclès. Cette réprimande se double d’ailleurs d’un article au très officiel Journal général de l’Instruction publique, où le critique Charles Nisard, frère d’un fonctionnaire en vue de l’Université, descend en flèche l’ouvrage en rappelant le dogme officiel en matière d’histoire grecque. En 1853, nouvelle affaire : au mois d’avril, la troisième édition de l’Abrégé de l’histoire de France suscite la réaction indignée de l’abbé Brûle bois qui publie une note incendiaire dans L’Univers, porte-voix de l’opinion catholique25. Le journal récidive quatre mois plus tard et publie, dans ses unes des 24 et 25 août, un long article sur l’Histoire sainte. À coup d’extraits, Charles Couturier, professeur au collège de Combrée et futur abbé de Solesmes, s’en prend à « l’impiété » de Victor Duruy, présenté comme un « rationaliste par système », représentant du camp des « ennemis de l’Église », dont « l’esprit anti-chrétien » se voit dans le scepticisme avec lequel il traite des faits miraculeux – donc divins – évoqués par la Bible. La philippique se conclut par une attaque à peine voilée contre l’esprit des universitaires, accusés de pervertir la jeunesse26.

15Ces attaques publiques sont graves. Un historien est mis au banc des accusés. Victor Duruy se plaint d’être victime de persécution de la part de sa hiérarchie. Si celle-ci n’est pour rien dans les attaques de L’Univers, en revanche elle ne soutient pas son fonctionnaire. Pire, prenant parti pour l’Église, le ministère condamne publiquement l’auteur ; certains passages de son livre doivent être supprimés. Ironie de l’histoire, l’abbé Brûle bois est lui aussi sermonné, pour avoir distribué à ses élèves un livre qu’il ne connaissait pas… Mais l’affaire est loin d’être prise avec humour par Victor Duruy, qui, avec ce cinglant désaveu public, est plus ou moins poussé à la démission. En avril 1853, il doit écrire une lettre au directeur du personnel du ministère, Lesieur, pour présenter sa défense. Il refuse de démissionner et accepte la condamnation, tout en contestant cependant son caractère officiel, puisqu’elle ne lui a pas été directement communiquée. Il se plaint en outre de la situation dans laquelle l’a mis cette affaire, celle, dit-il, d’un « excommunié dont le contact est dangereux » et dont les fidèles lecteurs ont à leur tour peur d’être frappés ». Il explique même qu’on a retiré aux élèves de Saint-Cyr les ouvrages qu’il avait lui-même offerts à l’établissement. Et le ton de la fin de la lettre montre que le professeur ne s’en laisse pas compter. Plein d’amertume envers l’Université, « une mère bien dure » qui ne lui a accordé qu’une promotion en 23 ans de service, il s’en prend à l’administration de l’Instruction publique qui juge bon « d’amoindrir la considération » des professeurs face aux élèves par ces « sévérités qui paraissent renouvelées d’une autre époque » – allusion à peine voilée au temps de Mgr Frayssinous –, et qui se trompe d’ennemi en s’en prenant aux fonctionnaires au lieu de lutter contre « ceux qui seront toujours, quoiqu’elle fasse, ses adversaires », à savoir l’Église et les partisans de la mainmise du clergé sur l’éducation française. Pour un professeur en disgrâce, cette lettre où il expose ses quatre vérités à ses supérieurs ne manque pas de courage. Elle montre que Victor Duruy semble sûr de sa cause et surtout de ses appuis, à une époque où, on l’a vu, il a acquis une position solide au sein de l’Université. Peut-être pour ne pas ajouter un nouveau martyr à la cause de l’Université après les professeurs révoqués quelques mois plus tôt pour refus de serment à l’empereur, le ministre Fortoul décide d’adoucir sa position. L’inspecteur général Laferrière est chargé de rédiger un nouveau rapport sur l’Abrégé de l’histoire de France, lequel s’avère moins sévère. Mais le Conseil, désormais impérial, de l’Instruction publique, n’en tient pas compte et refuse à nouveau l’ouvrage en octobre 1854. Duruy est même convoqué au ministère par Fortoul lui-même, qui lui reproche les « vivacités regrettables » de ses ouvrages. Le professeur à nouveau tient tête, argue des bonnes dispositions de Laferrière ; Fortoul lui répond du tac au tac qu’il n’en a pas de preuve écrite. Duruy demande alors à voir le rapport, mais on refuse avec cynisme de le lui communiquer, soi-disant pour préserver sa modestie des nombreux éloges qui s’y trouvent, et il n’obtient que les observations critiques nécessaires aux corrections de son livre. La haute administration ne se contente pas donc de l’incriminer publiquement, de le censurer et de le pousser à la démission : elle fait aussi tout pour l’empêcher de se défendre. Victor Duruy paie, avec d’autres, de sa liberté de fonctionnaire et d’écrivain, le prix de la réaction cléricale et autoritaire qui marque le début du second Empire.

Une soutenance de thèse houleuse

  • 27 Charles-Olivier Carbonell, Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens français (...)
  • 28 Comptes rendus dans : NS I, p. 80 sq. ; Désiré Nisard, Souvenirs et notes biographiques, Calmann-Lé (...)
  • 29 AN : F17/5552 (Certificat d’aptitude au grade de docteur ès lettres no 1497).
  • 30 Catalogue des livres de littérature, d’histoire et d’archéologie composant la bibliothèque de feu M (...)

16Le 5 juillet 1853, quelque temps après l’affaire qui l’a opposé à l’abbé Brûle bois à propos de son Abrégé de l’histoire de France, Victor Duruy soutient, en Sorbonne, ses thèses de doctorat. Il a alors 41 ans, et vingt ans de carrière : un tel délai pour passer son doctorat semble très étonnant, d’autant plus que Victor Duruy ne manquait pas d’ambition, se plaignait souvent des lenteurs de son avancement et souhaitait même obtenir un poste à l’École normale. Le manque de temps provoqué par ses activités littéraires l’a-t-il empêché de se consacrer à sa thèse ? Il n’explique pas, dans ses Mémoires, les raisons de ce retard. Quoi qu’il en soit, c’est en 1853, quatre ans justement après son échec à l’École normale, et quelque temps après les blâmes ministériels qui auront fragilisé sa position, qu’il décide d’acquérir enfin le précieux sésame : il est en effet temps pour lui de régulariser sa situation intellectuelle et de fortifier sa position au sein du petit monde des historiens de l’Université. Aussi a-t-il soigneusement préparé son travail. Sa thèse latine, consacrée à Tibère, fait 99 pages, sa thèse française, un tableau du monde romain au moment de l’avènement de l’Empire, 262. Un gros travail donc, puisque, à l’époque, les thèses françaises faisaient entre 180 et 200 pages en moyenne27. Pour le juger, il a devant lui un jury composé de neuf grandes figures de l’université de Paris28, notamment son doyen, Victor Le Clerc, professeur d’éloquence latine. Cinq de ces jurés sont par ailleurs membres de l’Institut29. Toutefois on se trouve dans une relation de pairs plus que de maître à élève. Victor Duruy n’a plus l’âge d’un étudiant et a déjà fait ses preuves d’historien. Par ailleurs, certains membres du jury sont des gens qui ont avec lui certaines attaches : Guigniaut et Désiré Nisard ont tous deux été ses professeurs à l’École normale ; le premier éprouve pour lui beaucoup de sympathie30, et le second lui a écrit une lettre particulièrement laudative après la publication de son Histoire des Romains. La polémique de 1851 entre son frère, Charles Nisard, et l’historien, à propos de l’Histoire grecque de ce dernier ne semble pas avoir compromis son estime pour Victor Duruy : ses commentaires sur la thèse sont élogieux, comme l’ont été ceux de ses collègues jurés – quelques réserves exprimées par le doyen Le Clerc mises à part.

  • 31 Sur l’opinion de V. Duruy concernant Auguste, long développement dans son Histoire des Romains, Hac (...)

17Pourtant, Désiré Nisard commet deux imprudences qui viennent ternir l’ambiance enthousiasmante de cette soutenance sans nuages. À propos de la thèse française, il reproche à Victor Duruy sa sévérité envers Auguste : l’historien il est vrai n’aime guère le fondateur de l’Empire romain, et juge son œuvre avec la plus grande sévérité31. Loin de partager l’animosité de Victor Duruy envers Auguste, Nisard fait remarquer qu’il avait été l’un des seuls à avoir allié le génie civil et le génie militaire, et entame un parallèle avec Napoléon, avant de livrer une série de considérations sur les rapports d’oncle à neveu entre César et Auguste. Dans la bouche de Désiré Nisard, homme du sérail, inspecteur général et membre éminent du Conseil impérial de l’Instruction publique, soutien fervent du ministre et du pouvoir depuis le coup d’État, ces propos passent pour une flatterie déguisée, et entraînent d’ailleurs quelques murmures révélateurs dans le public. Mais Nisard ne s’arrête pas là et, poursuivant dans la même veine, en vient à affirmer qu’il existe deux morales, l’une, « normale », habituelle, réservée, pourrait-on dire, au commun des mortels, et l’autre, pour juger de l’action des grands hommes en fonction des circonstances qui les ont fait agir. Moins de trois ans après le coup d’État, cette deuxième sortie provoque un certain émoi. La soutenance passée, et réussie par l’impétrant, désormais pourvu du titre de docteur, l’affaire n’en reste pas là. Ses propos, mal interprétés par les étudiants, mettent Nisard dans une situation difficile. Ses cours sont troublés par des chahuts, la police doit intervenir, et des élèves sont arrêtés et jugés. Déstabilisé, Nisard tente d’obtenir de Victor Duruy une rectification officielle. Mais ce dernier, confirmant les propos tenus par Nisard, refuse de s’engager : « il s’agit d’un fait matériel qui a eu cinquante témoins », écrit-il, ajoutant : « je perdrais, à la nier, mon honneur, sans vous servir ». Les maladresses verbales de l’inspecteur général ne sont donc pas rectifiées, et leur auteur aura encore, dans ses Mémoires, à cœur de se justifier.

  • 32 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 283.

18Quant à Victor Duruy, bien que désormais docteur, cette soutenance garde pour lui un goût amer : elle est gâchée par cette polémique inutile ; en outre, il est persuadé de s’être mis à dos, après le ministre, un inspecteur général « qui avait l’oreille du pouvoir ». Pourtant, lui-même reconnaît dans ses Mémoires que cette affaire n’eut aucune suite sur sa carrière. Ce qui ne l’empêche pas de hisser « l’affaire des deux morales » au rang de « sévérité ministérielle », due cette fois encore à la persécution de l’administration bonapartiste. Il n’y a là pourtant aucune brimade, et à aucun moment le ministre n’a eu quoi que ce soit à voir avec cette affaire. Encore une fois donc, Victor Duruy tend à se présenter en martyr de l’Université « captive en Bonapartie », pour reprendre la belle expression de Paul Gerbod32. Il semble bien donc qu’il faille abandonner cette idée de persécution. Sur les trois affaires qui font croire à Victor Duruy qu’il était une victime, l’une, l’affaire de l’École normale, ne semble pas dirigée contre lui, l’autre, celle de deux morales, n’a rien à voir avec le ministère et n’a aucune conséquence sur sa carrière. La troisième en revanche, celle du refus de l’Abrégé de l’histoire de France, est bel et bien une preuve de la réaction qui se produit au début des années 1850 dans l’Université, sous la forme de ce qui est un véritable acte de censure, dans l’une de ses formes les plus odieuses : le travestissement de la vérité historique, le mensonge scientifique à des fins de contrôle intellectuel. Mais là encore, Victor Duruy lui-même n’est pas vraiment une victime. Son livre n’est pas jeté au feu : on exige la suppression de certains passages ; il est publiquement blâmé, mais une contre-enquête est officiellement lancée, et, en dépit du ton très libre qu’il emploie avec ses supérieurs, il est personnellement reçu par le ministre qui lui administre une nouvelle réprimande, mais confidentielle cette fois. Quelles que soient les raisons pour lesquelles Fortoul a cherché à le ménager – l’affaire n’est pas allée plus loin que le blâme, quand elle aurait pu avoir des conséquences bien plus graves pour le fonctionnaire rebelle en un temps où il ne faisait pas bon jouer avec le respect de l’autorité supérieure –, il apparaît clairement que Victor Duruy ne fut pas la victime que ses Mémoires nous présentent. Bien au contraire, le ministère Fortoul aura aussi représenté pour lui une période de promotions et de récompenses.

Consolations familiales et professionnelles

  • 33 ADP : V2E/4610 (Acte de naissance de Victor Édouard Albert Duruy, 3 janvier 1844) ; V. 2E/6160 (Act (...)
  • 34 ADP : V2E/7067 (Acte de naissance de Victor Charles Édouard Duruy, neveu de Victor Duruy, 30 novemb (...)
  • 35 AD Val-de-Marne – Fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges : III.D.14 (Notes de la famille D (...)
  • 36 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 17 sept. 1882) ; BI : Papiers Alfred Maury, no 2655 (dossier XIV) (...)

19Avec l’échec de l’« Histoire universelle » et ses démêlés plus ou moins graves avec l’administration, le début des années 1850 est marqué pour Victor Duruy par une série d’épreuves. Il trouve quand même quelques consolations d’ordre privé. Tout d’abord, sa famille continue à s’agrandir. En 1853, lorsqu’il obtient son doctorat, Anatole a treize ans et Gabrielle, douze. Albert, le dernier né, vient de fêter, le 3 janvier, son neuvième anniversaire. Deux mois plus tard, Elisa Duruy met au monde un quatrième enfant, George. En 1857, viendra une deuxième fille, Hélène33. Avec cinq enfants, la maisonnette de la rue des Poules est devenue trop petite, et la famille déménage dans les années 1850 à la pointe de l’île Saint-Louis, rue de Bretonvilliers34. Mais, surtout, toute la maisonnée peut désormais, la semaine terminée, partir se reposer dans la campagne proche de Paris. Dix ans après la publication de son Histoire des Romains, et alors que ses manuels sont un succès, sa situation financière semble, malgré l’accroissement de la famille, suffisamment bonne pour acquérir une villégiature. Aussi devient-il, en septembre 1854, propriétaire à Villeneuve-Saint-Georges, d’un terrain d’un hectare appelé le Marais, et d’une maison principale et d’annexes acquis pour la somme de 36 050 francs à un référendaire à la Chambre des comptes de Paris, Romain Maillard. La propriété est destinée à s’agrandir : il y fait faire des travaux, rehaussant la bâtisse d’un étage et d’une terrasse afin de bénéficier d’une meilleure vue sur le paysage de la vallée de la Seine et, dans les années 1860, acquerra également deux autres terrains portant trois maisons mises en location. Ainsi Victor Duruy parachève-t-il avec ces investissements son profil bourgeois, en devenant propriétaire de biens mobiliers35. Là, il peut mener le mode de vie propre à son rang. Dans cette simple bâtisse de quatre étages à flanc de coteau, située juste à côté de l’église paroissiale, il vient se détendre, invitant des amis comme Alfred Maury, auxquels il n’a de cesse de vanter les mérites du lieu, « la Seine, l’Yères, les bois, une maisonnette à mi-côte d’où nous avons douze lieues de pays sous les fenêtres ». C’est là également qu’il entrepose la plupart des volumes de sa bibliothèque, et travaille, au calme, à la rédaction de ses ouvrages, de plus en plus nombreux dans les années 1850. C’est là enfin que s’épanouit la vie familiale, au milieu de ses enfants, qui s’attachent à cette maison où ils grandissent. En 1870, retenu prisonnier à Bonn, Albert Duruy aura ainsi une pensée pour la « maisonnette » familiale36. Une famille qui s’agrandit, l’achat de propriétés, la possibilité désormais de s’éloigner régulièrement des tracas de Paris : la vie de Victor Duruy, dans les années 1850, a également ses bons côtés. Et, professionnellement aussi, certaines évolutions sont positives.

  • 37 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 313.
  • 38 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 361 et 376.

20Le 20 février 1855, après dix ans passés à Saint-Louis, Victor Duruy est nommé professeur d’histoire au lycée Bonaparte, en remplacement de son collègue Bouchot, décédé quelques jours plus tôt de la variole, à seulement 34 ans. Cette nomination pourrait sembler un retour en arrière, dans la mesure où le lycée Bonaparte n’est autre que l’ancien collège Henri IV rebaptisé de façon à mieux correspondre aux références du nouveau régime. Pourtant, il n’en est rien. Victor Duruy, au départ, n’avait pas les faveurs du proviseur, qui lui préférait son collègue Dreyss, le professeur d’histoire adjoint du lycée, lequel avait d’ailleurs réclamé la place laissée vacante. En dépit de cette recommandation officielle donc, Hippolyte Fortoul nomme Victor Duruy. Nomination toute personnelle d’ailleurs car, en septembre suivant, on crée une autre chaire de professeur d’histoire dans le lycée, qui permet la titularisation de Dreyss : on reconnaît ainsi que celui-ci avait des raisons valables de postuler à la chaire obtenue finalement par Victor Duruy, et que celui-ci lui est bien « passé devant » pour des raisons non officielles. Quatre mois après son entrevue confidentielle avec le ministre, le professeur ne semble plus en disgrâce. D’ailleurs, les promotions ne s’arrêtent pas là. Une semaine après sa nomination, le 26 février 1855, il est promu de la deuxième à la première classe ; son traitement passe donc de 2 500 à 3 000 francs. Et l’administration centrale semble vouloir le ménager, car l’arrêté porte en marge la mention « à notifier sans délai ». Si Victor Duruy a indisposé le ministère en 1853 et provoqué sa réaction, il semble, deux ans plus tard, que la situation se soit inversée. Difficile de comprendre ce retour en grâce. Quoi qu’il en soit, l’image que Victor Duruy tend à donner de ses rapports avec l’administration du début des années 1850 doit bel et bien être nuancée. S’il a effectivement été une victime de la censure après le coup d’État, il semble évident que la persécution dont il se dit l’objet est une chimère. Les fantasmes du mémorialiste ne doivent pas nous induire en erreur ; la gestion du cas Duruy tendrait au contraire à aller dans le sens des propos de Paul Raphaël et Maurice Gontard, lesquels remarquent que Fortoul « n’est pas possédé par la soif de punir et ne pratique pas une persécution systématique du nel37 ». Par ailleurs s’il avait été une victime de Fortoul, le professeur n’aurait eu qu’à se féliciter et bénéficier du changement d’atmosphère provoqué par le décès du ministre en 1856 et son remplacement par le réformateur et gallican Gustave Rouland, mieux disposé à l’égard de l’Université38. Or il n’en est rien : les rapports du professeur avec la nouvelle administration ne sont pas meilleurs que dans la période précédente, et il subit là encore bien des déconvenues.

Entre Rouland et Napoléon III : jalousies, promotions et ralliement

De la Sorbonne aux Tuileries

21À partir du milieu des années 1850, la lassitude semble gagner Victor Duruy, qui occupe le même poste depuis dix ans, subit les actes de censure du pouvoir et échoue dans son entreprise de l’« Histoire universelle ». Le retour à Henri-IV/Bonaparte ne provoque pas vraiment de renouvellement, puisque ce sont toujours les mêmes cours qu’il fait, les mêmes collègues qu’il fréquente. Après vingt ans de carrière, la routine engourdit son enseignement et les rapports d’inspection le montrent bien. « Les cours de troisième sont d’une monotonie et d’une langueur véritablement endormantes », décrit le rapport d’inspection de 1857. « La parole manque absolument de chaleur et d’entrain. Point d’accent, point d’animation, point de feu sacré. » Comme la majorité de ses collègues, Victor Duruy voit par ailleurs d’un mauvais œil les évolutions de son métier : les réformes de Fortoul ont du mal à passer, le niveau des élèves semble toujours plus faible, et Duruy en fait le constat. Plus que jamais en cette fin des années 1850, le professeur semble avoir besoin de changer d’air. Et une opportunité soulève en lui un grand espoir au début de l’année 1858. Deux chaires sont vacantes à la Sorbonne : celles de Guigniaut en géographie et d’Himly en histoire ancienne. Il fait acte de candidature, par une lettre au ministre dans laquelle il rappelle que ce sont là les deux directions de sa production éditoriale depuis vingt ans. Il met aussi en avant les projets et les ambitions qu’il nourrit pour cet enseignement, et surtout pour la géographie. Dans la lignée de ses considérations exprimées dans les manuels Chamerot, il critique les retards de la France en la matière, par rapport à l’Angleterre et à l’Allemagne. Il insiste sur ses qualités de travail, son abnégation, n’hésitant pas à réclamer « un cours ingrat, voué à la solitude » en arguant de sa « vie laborieuse, dévouée à la science et à la grande cause de l’Instruction publique ». Il fait également jouer les leviers traditionnels, rappelant par exemple l’appui que lui a apporté Pierre Ambroise Plougoulm, avocat général et conseiller près de la cour de cassation, qu’il a sûrement connu par ses traductions d’œuvres antiques et son appartenance à la maison Hachette. Enfin il y va de sa petite politesse un brin flagorneuse, en appelant à « un ministre éclairé et juste ». Mais en dépit de ce bel étalage d’arguments, Duruy n’obtient rien, ni la chaire de géographie confiée à Himly, ni celle de ce dernier confiée à Jules Sylvain Zeller. Certes, les titres de Victor Duruy pouvaient lui laisser espérer l’une ou l’autre, de façon objective. Mais ses deux concurrents présentent l’avantage d’être déjà professeurs de l’enseignement supérieur. En 1858, neuf ans après l’échec à l’École normale, cinq ans après son doctorat, trois ans après l’abandon de l’« Histoire universelle », il lui faut se rendre à l’évidence : sa carrière semble bloquée.

  • 39 Félix Ribourt, « Le Gouvernement général de l’Algérie de 1852 à 1858 », Revue européenne, 15 avril, (...)

22Pourtant, l’enseignement de Victor Duruy semble devoir lui rapporter quelques honneurs a posteriori. En cette même année 1858, en effet, il est contacté par l’un de ses anciens élèves, Félix Ribourt, devenu colonel et aide de camp du maréchal Randon. Celui-ci doit en août 1858 quitter le poste de gouverneur de l’Algérie qu’il occupait depuis 1852 afin de ne pas gêner le nouveau ministre des Colonies, le prince Napoléon, cousin de l’empereur. Piqué au vif, le militaire veut faire rédiger en brochure une défense et illustration de son action à la tête de la colonie durant six ans et, sur proposition de son aide de camp, s’adresse donc à l’historien. Ce dernier accepte la proposition, à condition toutefois que son nom n’apparaisse pas : il n’a vraiment pas besoin, à ce moment, d’un nouveau scandale, et ne tient pas à ce qu’on apprenne qu’un fonctionnaire de l’Instruction publique se permet d’utiliser sa plume pour intervenir dans des questions politiques. Randon lui-même ne pouvant signer le texte de son nom, c’est Ribourt qui s’en charge. Trois articles paraissent donc en avril et mai 1859 dans la Revue européenne, avant d’être réunis en une brochure publiée chez Panckoucke la même année39.

  • 40 NS I, p. 106 sq..
  • 41 JS, p. 98.

23Au même moment, Randon est nommé ministre de la Guerre ; lors d’un entretien avec Napoléon III, il remarque sur le bureau l’Histoire des Romains de Duruy, que l’empereur utilise pour la biographie, qu’il écrit alors, de Jules César. Le ministre ayant affirmé qu’il connaissait l’auteur, celui-ci voit le soir même un garde du Palais venir frapper à la porte de son domicile, rue de Bretonvilliers : l’historien est invité à se rendre, le lendemain, aux Tuileries, pour y rencontrer l’empereur des Français40. L’entretien sous les ors de l’Empire se déroule relativement bien. Napoléon III fait bonne impression à son interlocuteur, bien que celui-ci ne lui ait jamais accordé ses suffrages. Il constate la « bonté facile » du souverain, et se laisse entraîner dans des « divagations historiques » qui, rapidement, passent de César à son neveu Octave, et au problème de la légitimité politique du premier Auguste, question chère à l’auteur du coup d’État du Deux Décembre. Après ces considérations historiques et politiques, l’entretien finissant en vient à porter sur Victor Duruy lui-même. L’empereur lui ayant demandé s’il avait beaucoup travaillé, le professeur se saisit de l’occasion pour exposer sa décevante situation, se jugeant inemployé en dépit de son succès éditorial. Le message est peu subtil : le professeur demande bien un poste. Jules Simon, raconte même que l’empereur, lui demandant ensuite s’il était content de sa position, et ce qu’il espérait dans l’avenir, se vit répondre qu’il souhaitait être inspecteur général, ce à quoi il aurait lui-même répondu : « Vous [le] serez ». Toutefois cet échange final semble peu probable. L’enseignement à l’École normale supérieure était, on l’a vu, la grande ambition de Victor Duruy, et non l’inspection générale. Le principal intéressé, dans le chapitre de ses Mémoires intitulé « Comment je devins inspecteur général », n’aurait pas manqué d’y faire allusion. Jules Simon semble ici s’être laissé emporter par la suspicion d’autoritarisme et de favoritisme participant de son animosité républicaine envers le président parjure qui l’avait révoqué41.

  • 42 Maxime Du Camp, Souvenirs d’un demi-siècle 1830-1882, Hachette, 1949, vol. I., p. 139-140.

24L’entretien terminé, Victor Duruy retourne à cette décevante situation qu’il avait exposée à l’empereur. Quatre jours plus tard, l’ancien carbonaro devenu César quitte son palais et ses livres pour l’Italie, où l’attend l’armée destinée à libérer la péninsule de la tutelle autrichienne. Cette rencontre n’a donc aucun impact immédiat sur la situation de Victor Duruy. Elle n’inaugure même pas, comme certains ont pu le penser et l’écrire, une période de collaboration étroite entre le souverain et l’historien. Lorsque Maxime du Camp ne cite pas Victor Duruy dans la liste des collaborateurs de l’empereur, il est tout à fait dans le vrai42, puisque les deux hommes ne reparleront ensemble de l’ouvrage que près de trois ans plus tard, et, d’ailleurs, les avis de Victor Duruy ne seront pas suivis. L’entrevue de mai 1859, pour exceptionnelle qu’elle soit, n’est qu’une péripétie sans conséquences immédiates sur la carrière du professeur. Quelle qu’ait été, sur le moment, la sympathie qu’il aura pu inspirer à l’empereur – lequel le trouve en effet intelligent –, et les messages plus ou moins insistants du fonctionnaire sur son envie de promotion, Napoléon III avait alors bien d’autres chats à fouetter que les états d’âme et la carrière d’un « simple » fonctionnaire de l’enseignement.

  • 43 NS I, p. 111.
  • 44 Voir notamment : Joseph d’Avenel, Le Pape, prince italien. Réponse à la brochure « Les Papes, princ (...)
  • 45 V. Duruy, Causeries…, op. cit. Cet ouvrage s’arrête à la visite du Vienne, Victor Duruy étant deven (...)
  • 46 Matthew Arnold à Frances Arnold, 20 février 1886, in The Letters of Matthew Arnold, Charlotteville, (...)

25Pourtant, cette guerre d’Italie qui éloigne les deux hommes devait, quelque temps plus tard, les rapprocher à nouveau, d’une certaine manière. En janvier 1860, en effet, Gustave Rouland convoque « sèchement » Duruy au ministère et lui demande la rédaction d’un mémoire historique sur les États pontificaux : au lendemain de la guerre d’Italie, la question de Rome et du pape se pose avec acuité, et l’empereur a visiblement demandé à son ministre de l’Instruction publique de lui trouver un historien capable de traiter de cette question. Le professeur s’acquitte de sa tâche, et remet à son ministre un mémoire au ton très peu clérical, dans lequel il montre que « les États pontificaux s’étaient faits comme tous les autres, sans l’opération du Saint-Esprit », et que leur disparition ne porterait en rien atteinte à « l’indépendance spirituelle du Pape43 ». À nouveau convoqué par Rouland, Victor Duruy s’entend cette fois appeler « mon cher ami » : le ministre lui explique tout sourire que l’empereur a lu et apprécié son mémoire – lequel sera publié anonymement quelque temps plus tard, suscitant quelques réactions44. Victor Duruy se retrouve donc acteur de l’une des questions les plus épineuses de la politique étrangère du second Empire. Mais pour le moment, ceci ne l’intéresse plus guère : à l’été 1860, il part pour un grand voyage en Europe centrale et orientale qui le conduit, le long du Danube, à Munich, Vienne, et jusqu’à Bucarest, où il est accueilli par l’ancien hospodar de Valachie, le prince Bibesco, dont le fils George fut son élève à Henri IV. Ce n’est pas le premier périple européen dans lequel il se lance : dans les Causeries de voyage qu’il publie chez Hachette au retour de son épopée danubienne, il indique ainsi qu’il a déjà descendu le Rhin « des sources aux bouches du grand fleuve », qu’il a également vu l’Elbe et la Suisse saxonne, et effectué plusieurs voyages en Suisse, notamment à Bâle et à Interlaken45. À en croire également l’un de ses discours du début du ministère, il s’est également rendu en Angleterre, où il semble d’ailleurs avoir rencontré le Dr. Thomas Arnold, directeur de la Rugby School et réformateur de l’enseignement secondaire britannique, dont il dira être un admirateur et un ami au milieu des années 188046.

Gustave Rouland et Victor Duruy : les frères ennemis de la réforme

  • 47 NS I, p. 112 ; une version sensiblement différente de l’affaire se trouve dans la brochure de propa (...)
  • 48 AN : AJ61/61 (État du personnel fonctionnaire, 1861).

26Ainsi la situation de l’historien commence-t-elle à changer quelque peu. Il a, en deux ans, rédigé deux mémoires très officiels, pour de hauts personnages de l’Empire, et rencontré le souverain en personne. Mais, loin de lui attribuer les bonnes grâces de Rouland, comme il avait pu le croire au lendemain de la lecture par l’empereur de son mémoire sur les États pontificaux, cette nouvelle position le rend suspect aux yeux du ministre. Les Notes et souvenirs de Victor Duruy insistent beaucoup sur son animosité à son égard. Ainsi en février 1861, une place d’inspecteur général se libère. À en croire l’historien, Napoléon III serait intervenu auprès de Rouland pour le faire nommer. Mais le ministre, arguant d’engagements déjà pris envers Chéruel, décline l’invitation impériale, et celui-ci, nommé inspecteur général passe donc une nouvelle fois devant son ami. La mauvaise grâce de Rouland va même plus loin : il n’hésite pas, au sujet de cette affaire, à convoquer une nouvelle fois Victor Duruy, pour lui adresser une verte réprimande, l’accusant de se livrer à des « menées souterraines et de travailler contre lui aux Tuileries47 ». Obligé néanmoins de tenir compte des augustes desiderata, il lui propose, à défaut d’inspection générale, les deux postes de Chéruel : l’inspection académique de Paris et la chaire à l’École normale supérieure – celle-là même que Victor Duruy avait en vain convoitée en 1849. Celui-ci, dont cette dernière fonction, on l’a vu, était la grande ambition, s’empresse d’accepter et d’écrire à l’empereur pour le remercier et dédouaner le ministre. Un arrêté ministériel daté du 16 février 1861 le nomme donc inspecteur d’académie en résidence à Paris, et maître de conférences d’histoire, pour les élèves de deuxième année, à l’École normale supérieure48. Après de longues années d’attente, Victor Duruy a enfin obtenu ce qu’il espérait et peut quitter l’enseignement secondaire. Il aura fallu pas moins que l’intervention de l’empereur, dans des conditions cependant difficiles à cerner, pour donner un notable coup de fouet à sa carrière.

  • 49 Détails dans : NS I, p. 116 sq. et 161-162 ; AN : AJ16/242 (inspecteurs d’académie) et 251 (Procès- (...)

27De février 1861 à février 1862, Victor Duruy occupe donc deux fonctions nouvelles, celles de professeur à l’École normale – 25 ans après avoir assuré la suppléance de Michelet – et d’inspecteur de l’Académie de Paris. Ces promotions accélérées, et presque, pourrait-on dire, forcées, ont le don, visiblement, d’agacer Rouland. D’autant plus que le nouvel inspecteur d’académie se conduit de façon assez libre, voire désobligeante pour l’administration centrale. Dès le 28 février en effet, soit un peu plus de deux semaines après sa nomination, il adresse au ministre une liste de réformes qu’il souhaite voir appliquées dans l’enseignement. La rue de Grenelle ne donne aucune suite. Quatre mois plus tard, en juin, alors que s’ouvre la première session annuelle du Conseil académique de Paris, Duruy lit un rapport, demandé par le vice-recteur Artaud, sur la situation de l’enseignement primaire dans les départements de l’académie autres que celui de la Seine ; ce rapport fait une telle impression sur ses collègues qu’on propose d’en publier une partie ; on décide en outre de l’adresser non seulement au vice-recteur, mais aussi au recteur lui-même, c’est-à-dire le ministre. Mais là encore, il n’y a aucune suite. Le mois suivant, en juillet, le maréchal Randon, ministre de la Guerre, demande à son collègue de l’Instruction publique de mettre Duruy à sa disposition afin d’inspecter le collège militaire de La Flèche. Après une semaine d’observations, l’inspecteur rend ses conclusions à Randon, qui les accepte toutes. Rouland en revanche, réagit négativement, et reproche à Duruy d’avoir blessé l’armée49. En six mois donc, le nouvel inspecteur d’académie a fait la preuve de son zèle. Mais son comportement indispose visiblement le ministre. Non seulement Victor Duruy lui a forcé la main pour obtenir des postes qu’il ne semblait pas vouloir lui donner, en passant par-dessus lui au mépris de la voie hiérarchique – du moins est-ce l’impression qu’il a – mais, en outre, il se permet de donner des leçons de réforme au ministre qui depuis cinq ans, n’a guère chômé en la matière. On comprend alors quel a pu être le ressentiment de Rouland à l’égard de cet encombrant subordonné, et aussi sa réaction aux propositions : l’indifférence ou le rejet. Ce qui finit par indisposer à son tour Victor Duruy, qui se décide, à la rentrée de 1861, à prendre la plume pour s’expliquer avec le ministre de l’Instruction publique.

  • 50 Il faut sûrement lire, en fait, « vice-présidents », puisqu’il n’y a qu’un seul président. Sûrement (...)

28La lettre qu’il lui envoie le 11 novembre n’a rien d’arrangeant. L’inspecteur commence par se plaindre à nouveau de la situation qu’on lui fait. Constatant que, dix mois plus tôt, lors de ses promotions de février, il était en faveur auprès du ministre, il s’étonne du changement radical de dispositions de ce dernier à son encontre, d’autant plus qu’il s’est montré digne de ces promotions en fournissant, à l’École normale, le double du travail de son prédécesseur, Chéruel, et en ne barguignant pas sa peine d’inspecteur d’académie : tous ses rapports ont été approuvés par le Conseil, comme ses conclusions sur le collège de La Flèche l’ont été par Randon. Mais en dépit de ce « concours loyal, résolu et actif », le ministre n’a pas daigné accepter ses offres de service et de réforme. Aussi Victor Duruy conclut-il, non sans arrogance d’ailleurs, qu’il sera sûrement exclu du mouvement de promotion qui s’annonce pour janvier prochain, et pense que le ministre « se privera ainsi, alors qu’il y a tant à faire, de l’assistance plus efficace d’un homme à qui son caractère et ses travaux donnent quelque peu de cette autorité morale qui ne se trouve pas toujours dans les plis d’une nomination et sous le cachet rouge d’une dépêche ». Et l’insolent fonctionnaire se permet de rappeler au bon souvenir de son ministre de tutelle l’appui en sa faveur d’une bonne partie de l’Université, de « [l’]un des présidents du Sénat50 », du ministre de la Guerre et, bien entendu, de l’empereur. En somme donc, Victor Duruy entre, par cette lettre, en conflit direct avec son ministre, lui exprimant, sur un ton véhément le fond de sa pensée, critiquant sans retenue son attitude à son égard, lui montrant qu’il ne saurait être pris de trop haut et que, pour se défendre, il dispose d’arguments convaincants. Victor Duruy se croit indispensable, et accuse Rouland de ne pas vouloir le reconnaître, au détriment de l’Université, qui pourtant n’attend que lui. Attitude quelque peu arrogante, qui témoigne de l’extrême lassitude de Victor Duruy lequel, après 28 années de travail et d’efforts, commence visiblement à en avoir assez d’être traité « par-dessus la jambe » par les bureaux du ministère, et de voir ainsi gâcher ses compétences personnelles et ses ambitions pour l’enseignement. Mais Rouland, on l’a dit, voit en lui un arriviste qui fait tout pour le contrecarrer, voire pour le pousser vers la sortie – et la lettre ne doit que confirmer cette impression. Entre les deux hommes, et en dépit d’une certaine communauté de points de vue, le courant semblait pouvoir difficilement passer.

De l’inspection au ministère : une promotion accélérée

  • 51 NS I, p. 119 sq.
  • 52 i.e. l’Université.
  • 53 NS I, p. 171-173 ; AN : 114AP1 (Mocquard à V. Duruy, 28 février 1862).

29Rouland a-t-il pris son parti des explications quelque peu menaçantes de Duruy ? Lors du mouvement suivant du personnel, en février 1862, il est, nous dit ce dernier, « contraint de s’exécuter51 ». Ayant créé deux postes d’inspecteur général, il doit en donner un à Victor Duruy. Celui-ci abandonne donc l’inspection d’académie et, prévoyant d’être absent de Paris quatre mois par an pour ses tournées, décide également de renoncer à sa chaire à l’École normale. Sacrifice significatif : il délaisse « la grande ambition » de sa vie pour obtenir un poste qui lui ouvre bien plus d’opportunités en terme d’action. Comme il l’écrit lui-même dans ses Mémoires, les deux intérêts principaux de cette nouvelle fonction sont « la recherche de la justice pour le personnel et l’étude des vrais besoins scolaires pour la maison de l’État52 ». C’est donc pour satisfaire sa fibre réformatrice et sa volonté d’agir pour l’enseignement qu’il abandonne la rue d’Ulm. Du reste, il ne quitte pas l’enseignement supérieur car sur ces entrefaites, les deux conseils d’instruction et de perfectionnement de l’École polytechnique décident de créer une chaire d’histoire dans l’établissement ; et, avec l’appui du commandant en charge de la direction de l’École, le général Coffinières de Nordeck, Victor Duruy obtient sans difficulté cette nouvelle distinction. Sa carrière s’emballe donc en cet hiver 1862, et c’est le moment que choisit l’empereur pour reprendre directement contact avec lui, lui demandant son avis sur la question de la postérité des grands hommes. L’historien répond par un véritable mémoire qui va dans le sens du propos de l’empereur. La réponse semble plaire à ce dernier, qui ne demande pas d’autre explication et retombe dans le silence, comme il l’avait fait après l’entrevue de mai 185953.

  • 54 Victor Duruy, « Variétés historiques. Mémoires sur la vie publique et privée de Fouquet, par A. Ché (...)
  • 55 Paul Gerbod, « Les Inspecteurs généraux de l’Instruction publique de 1802 à 1882 », Revue historiqu (...)
  • 56 Yves Delange, Jean Henri Fabre. L’homme qui aimait les insectes, Actes Sud, 1999, p. 54.
  • 57 AN : F17/7563 (Inspection générale des lycées, 1862-1863).

30Du reste, Victor Duruy n’a guère le temps de s’occuper d’histoire romaine : il est alors pris par la rédaction d’un article critique sur le livre que Chéruel vient de faire paraître sur Fouquet, et qui paraît au Journal général de l’instruction publique le 17 mai54. Surtout, en avril commence la tournée d’inspection des quatre binômes d’inspecteurs généraux55. Flanqué de son collègue pour les sciences, Roustan, il part donc sur les routes de France. Après une tournée de trois semaines en Bretagne, où il visite les établissements de Lorient, Coutances, Saint-Brieuc et Napoléonville (Pontivy), il se retrouve début mai à Marseille, se rend ensuite en Algérie et en Corse, avant de revenir sur le continent pour inspecter les établissements du Sud (Avignon – où il fait la connaissance de l’entomologiste Jean Henri Fabre56 –, Nice, Tournon) et des Alpes (Chambéry, Grenoble), et remonte ensuite vers Lyon, puis la Bourgogne (Bourg en Bresse, Mâcon, Dijon, Sens), avant de rentrer à Villeneuve-Saint-Georges à la fin du mois de juillet. Tout au long du voyage, Duruy rédige, avec l’accord de son collègue, dix-sept rapports sur les établissements visités, qu’il envoie au ministre au rythme moyen d’un par semaine57. C’est pour lui l’occasion de découvrir la réalité de l’enseignement secondaire en province, de constater les lacunes et les insuffisances, de confirmer bien souvent ses impressions de professeur parisien et ses désirs de réforme.

  • 58 Jean Dhombres, « L’image « scientiste » de l’École polytechnique », dans Bruno Belhoste, Amy Dehan- (...)
  • 59 La publication des leçons inaugurales est habituelle, tant à l’École Polytechnique qu’au Collège de (...)
  • 60 Archives de l’Institut : AF/1G/29 (V. Duruy à un destinataire inconnu, sûrement le maréchal Randon, (...)
  • 61 ADP : 5Mi3/567 (acte de mariage de Charles Glachant et Gabrielle Duruy, 14 janvier 1863).
  • 62 NS I, p. 182.

31À la rentrée de l’automne 1862, Victor Duruy se consacre à sa leçon inaugurale de l’École Polytechnique, exercice périlleux, dans le mesure où il prend en main un cours d’histoire nouveau dans ce qui est le temple de l’enseignement scientifique en France – même si les disciplines littéraires ne sont pas absentes de la formation des polytechniciens, beaucoup refusant de « se laisser crétiniser par les mathématiques58 ». Le nouveau professeur d’histoire fait de sa chaire un véritable laboratoire d’expérimentation de ses conceptions nouvelles de l’enseignement de la discipline, et sa leçon d’ouverture pourrait être l’exposé de son programme épistémologique : étude préalable de questions de géographie historique, extension du programme jusqu’à l’époque contemporaine, afin d’ancrer l’étude du passé dans la compréhension du présent, et de lui donner une dimension civique qu’il juge indispensable à la formation des citoyens – thème qui lui est cher, qui imprègne déjà son œuvre littéraire, comme en témoigne son Abrégé de l’histoire de France, et qui marquera quelque temps plus tard son action ministérielle. Sa leçon remporte un certain succès auprès des élèves, qui suscite une réaction surprenante de Victor Duruy : non content de faire publier le texte dans le Journal général de l’instruction publique59, il écrit à Randon pour lui demander de mettre le discours sous les yeux de l’empereur60. C’est d’autant plus surprenant que, jusqu’alors, c’est toujours le souverain qui avait pris l’initiative de leurs contacts. Cette fois, c’est l’historien lui-même qui va vers lui. Après sa tournée d’inspection en France, et grisé par le succès de son expérimentation d’une nouvelle histoire à Polytechnique, Victor Duruy cherche-t-il à s’appuyer davantage sur l’empereur pour faire enfin triompher ses ambitions réformatrices ? Difficile à dire. D’autant que deux autres événements, aux mois de novembre et décembre suivants, viennent troubler un peu plus notre vision de ses rapports avec Napoléon III. À peu près au même moment, en novembre 1862, invité par le souverain à une série de Compiègne, il préfère refuser, choisissant peut-être de préserver sa liberté : entrevues confidentielles et échanges de mémoires pouvaient passer inaperçus, mais la participation à ces grandes campagnes de propagande en direction des élites que sont les séjours à Compiègne est autrement plus compromettante. L’historien décline donc l’invitation, mais Napoléon III semble malgré tout disposé à se l’attacher. Le mois suivant, Duruy est invité aux Tuileries par Mocquard, le secrétaire de l’empereur, qui lui expose qu’en raison de son grand âge – il a 71 ans – il va bientôt quitter son poste, et que le monarque cherche à le remplacer. L’historien se voit plus ou moins ouvertement proposé le poste de secrétaire de l’empereur. Cette fois, il ne fait pas la fine bouche et, en janvier 1863, au moment même où il marie sa première fille, Gabrielle, à un professeur de rhétorique du lycée Louis-le-Grand, Charles Glachant61, il entre au cabinet du souverain. Il tient cependant à préserver son indépendance et le secret de la chose : il obtient qu’il ne soit question « ni de titre, ni de traitement62 ».

  • 63 Napoléon III, Histoire de Jules César, Plon, 1865-1866, 2 vol. Voir notamment la préface (p. III) p (...)

32On peut s’interroger sur les raisons de cette décision de Napoléon III. La demande est en effet pour le moins étrange. L’empereur devait avoir, dans sa Maison ou, plus largement, à la cour, suffisamment de jeunes gens capables, par leur dynamisme, leur culture, leur habitude des mondanités, et par leur volonté de plaire au maître, de remplir la fonction de secrétaire. Pourtant, il part à la recherche d’un universitaire, peu habitué en général au travail de bureau, qui plus est sans passer par le ministre. Sans compter qu’il y avait alors plusieurs universitaires ralliés au régime qui se seraient fait un réel plaisir d’aller rendre directement ce service au souverain. Au lieu de cela, l’empereur s’adresse directement à Duruy. C’est qu’il cherche moins un secrétaire qu’un collaborateur scientifique. Dès les premiers temps de son travail aux Tuileries, l’historien est en effet dispensé par le souverain des formalités habituelles du secrétariat. L’empereur lui confie rapidement un tâche beaucoup plus en rapport avec ses qualifications et avec la nature de leur relation : la relecture des épreuves de sa biographie, en voie d’achèvement, de Jules César. La boucle semble ainsi bouclée : contacté en 1859 pour sa connaissance de l’histoire romaine, Victor Duruy semble être attaché, pour les mêmes raisons, au cabinet de l’empereur en 1863. Dans les semaines qui suivent, d’ailleurs, l’empereur et l’historien reprennent leurs échanges entamés lors de l’entrevue de mai 1859 et poursuivis avec le mémoire de février 1862, échanges durant lesquels ils ne sont d’ailleurs pas toujours d’accord, notamment sur la question, chère au souverain, des hommes providentiels. À cette occasion l’empereur écoute attentivement son contradicteur… mais ne prend pas en compte ses remarques, comme en témoigne le contenu de son Histoire de Jules César publiée en 1865-186663.

  • 64 NS I, p. 185-186 ; la princesse Mathilde confirme d’ailleurs que l’empereur tenait bien à cette idé (...)

33Du reste, Victor Duruy se souvient que, de moins en moins, l’empereur lui parle de César, préférant l’entretenir de bien d’autres sujets, plus politiques. Il subit alors, selon son expression, de véritables « examens » qui permettent à l’empereur de le sonder. Ces conversations durent trois mois, durant lesquels Victor Duruy sent peser de plus en plus lourdement sur lui la volonté de Napoléon III de l’attacher définitivement à son cabinet. Cette perspective ne l’enchante guère, lui qui craint pour son indépendance et ne tient pas à sacrifier ses habitudes de travail aux obligations de la vie de cour. Aussi est-ce avec soulagement qu’il reçoit, au mois de mars 1863, son ordre de mission pour sa tournée annuelle d’inspection générale. Les regrets que lui exprime Napoléon III lorsqu’il vient lui dire au revoir le confirment dans son idée qu’il fait bien de prendre de la distance. En vain : deux mois plus tard, en mai 1863, on annonce que, lorsque Mocquard quittera son poste, il sera remplacé par Victor Duruy. Sans enthousiasme, ce dernier se résigne à accéder aux vœux de l’empereur64.

  • 65 AN : F17/7563 (Inspection générale des lycées, 1862-1863).
  • 66 Notamment Eugène Garcin, « Hommage à Victor Duruy », L’Indépendant de la banlieue, 24 juillet 1900  (...)
  • 67 Pour tout ce qui concerne sa nomination, la façon dont il l’apprend et les événements des 23 et 24 (...)

34En attendant, cependant, Victor Duruy repart sur les routes de France avec son collègue Roustan. Cette fois, c’est l’Ouest dont ils sont chargés d’inspecter les établissements. Après avoir visité les villes du Poitou et de Vendée (Angoulême, Poitiers, Niort, La Rochelle, La Roche-sur-Yon), ils remontent vers le val de Loire, visitent Tours, La Flèche, Vendôme, avant de s’enfoncer vers le centre de la France, vers Châteauroux, Bourges puis Moulins65. C’est dans cette dernière ville, juste après l’inspection du collège, qu’un message télégraphique inattendu parvient à l’inspecteur général. Son gendre Charles Glachant, lui écrit, tout simplement, qu’il vient d’être nommé ministre. Quelques heures plus tard, le préfet de l’Allier en personne, Simon Genteur, porteur de la dépêche officielle, vient confirmer la nouvelle et féliciter le nouveau ministre. Sans enthousiasme, mais plutôt accablé par le poids de ses nouvelles responsabilités, l’ancien professeur termine tant bien que mal sa tâche du jour et saute dans le train du soir qui, de Moulins, le ramène à Paris, où il apprend les aventures du secrétaire du ministre d’État, parti à la recherche de l’introuvable inspecteur. Il y trouve également un mot de Mocquard encourageant sa femme à le convaincre d’accepter. Mais sa décision, de toute façon, est déjà prise. D’aucun ont pu affirmer, sans preuve d’ailleurs, qu’il avait longtemps hésité, mais lui-même dit le contraire et, quand on connaît ses ambitions pour l’enseignement et son sens du service de l’État, on peut facilement le croire66. Victor Duruy se rend donc à Fontainebleau, où se trouve alors la cour. Interrogeant l’empereur sur les raisons de son choix, il s’entend répondre un laconique : « ça ira bien ». Il reçoit du ministre d’État, Adolphe Billaut, quelques conseils utiles. Restait peut-être le plus difficile : la passation de pouvoirs. Rouland, déjà mal disposé à son égard, doit le recevoir pour lui transmettre sa charge. Or, à en croire son successeur, il « prit fort mal cette nomination », allant jusqu’à l’accuser « de l’avoir fait tomber par un travail de taupe sournoisement exécuté sous ses pas » et par « un complot préparé de longue date » : depuis quatre ans en effet, l’historien, avec sa carrière, ses titres et ses manuels, avec ses réseaux étendus des lycées parisiens au monde de l’édition, et jusqu’aux milieux politiques, fait figure d’homme incontournable de l’Université – quand Rouland est, lui, un juriste. Depuis quatre ans, il n’a de cesse, régulièrement, de se placer entre le ministre et l’empereur, de dénoncer les carences du système éducatif et, par là même, celles de la politique menée. L’idée du complot ne relève pas que d’un réflexe paranoïaque : par sa position et son attitude, Victor Duruy a tout fait pour donner cette image. Rouland doit donc céder la place et, une fois les pouvoirs transmis, Victor Duruy peut s’installer dans son nouveau fauteuil. À 51 ans, il est désormais, après trente ans d’une carrière souvent décevante, ministre secrétaire d’État au département de l’Instruction publique67. Il a désormais le pouvoir de donner à l’Université la place qu’il pense devoir être la sienne, en lançant les réformes dont lui, et bien d’autres, n’ont de cesse de constater l’urgence, à l’heure où la France connaît de profondes mutations politiques, économiques et culturelles.

Notes

1 Calcul à partir du nombre de mots. JCG I, p. 335 et annexe V (c).

2 Pour les références précises des volumes, nous renvoyons à la bibliographie.

3 Paul Gerbod, « À propos des manuels scolaires », in Colloque national sur l’histoire et son enseignement, Montpellier, 19-20-21 janvier 1984, Ministère de l’Education nationale, CNDP, 1984, p. 99-109 ; Alain Choppin, Les Manuels scolaires. Histoire et actualité, Hachette, 1992, 240 p. ; Alice Gérard, « La Vision de la défaite gauloise dans l’enseignement secondaire (particulièrement entre 1870 et 1914) », dans Actes du Colloque international de Clermont-Ferrand, 23-25 juin 1980 : Nos ancêtres les Gaulois, Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 1982, p. 357-365 ; Christian Amalvi, « Les Ouvrages d’histoire (livres pédagogiques et de vulgarisation de la maison Hachette) », Les Cahiers aubois d’histoire de l’éducation, 1988, no 10-a (no spécial), p. 107-126.

4 NS I, p. 69-70 ; V. Duruy à E. Renan, citée dans P. Gerbod, « À propos… »…, op. cit., p. 135.

5 Nous avons dressé un tableau des défauts de ces manuels, et notamment de ceux d’histoire sainte, dans notre thèse. JCG, chap. IV.

6 Cité par F.L., « L’Abrégé de l’histoire de France de Duruy », JOIP, 17 mars 1849.

7 RIP, 10 juin 1852.

8 Isabelle Olivero, L’Invention de la collection, IMEC/MSH, 1999, p. 23, 38 sq. et 72 ; J.-Y. Mollier, op. cit., p. 300 sq.

9 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 364.

10 Ibid., p. 222.

11 Pour l’étude détaillée du groupe des auteurs, cf. JCG, vol. I, p. 368-376.

12 Alexis Pierron, Mgr. Darboy, Laplace, Sanchez et Cie, 1872, p. 12-14 ; J.-A. Foulon, Histoire de la vie et des œuvres de Mgr. Darboy, Poussielgue, 1889, p. 13.

13 Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1870 (v° « Pauthier »).

14 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 365.

15 La correspondance avec Alfred Maury donne d’utiles renseignements sur le fonctionnement de l’équipe d’auteurs. Bibliothèque de l’Institut (BI) – Papiers d’Alfred Maury (dossier XIV).

16 JGIP, 26 août 1851, no 69, p. 374-375.

17 RIP, 10 juin 1852, p. 132.

18 IMEC : archives Hachette, HAC2.S30-B22. D23 et B21.D20 (contrats, correspondances, comptes et bilans).

19 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 303-305.

20 Ibid., p. 381.

21 NS I, p. 70.

22 Histoire de France…, op. cit., p. 692-693 ; NS I, p. 78-79 ; EL, p. 20-21.

23 AN : *F17/1859 (Conseil Supérieur de l’Instruction publique. Procès-verbal du 3 août 1849, décision no 1257).

24 AN : *F17/1824, 1849, 1895, 1902, 1903 (procès-verbaux du Conseil supérieur de l’Instruction publique) ; F17/2783 (Tableau d’examen des livres classiques).

25 Sur les problèmes de 1853, NS p. 21 sq.

26 L’Univers, 24 et 25 août 1853. Victor Duruy n’évoque pas cet article dans ses Mémoires. Cf. Albert Houtin, Dom Couturier abbé de Solesmes, Angers, Germain et G. Grassin, 1899, p. 20-26.

27 Charles-Olivier Carbonell, Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, p. 264.

28 Comptes rendus dans : NS I, p. 80 sq. ; Désiré Nisard, Souvenirs et notes biographiques, Calmann-Lévy, 1888, p. 90 sq. ; RIP, 14 juillet 1853 (article de Prévost-Paradol) ; G. Bibesco, op. cit.

29 AN : F17/5552 (Certificat d’aptitude au grade de docteur ès lettres no 1497).

30 Catalogue des livres de littérature, d’histoire et d’archéologie composant la bibliothèque de feu M. Guigniaut, Adolphe Labitte, 1876, notice no 538 ; AN : 114AP1 (Guigniaut à V. Duruy, 1er juillet 1863).

31 Sur l’opinion de V. Duruy concernant Auguste, long développement dans son Histoire des Romains, Hachette, 1877, vol. 3, p. 393 sq.

32 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 283.

33 ADP : V2E/4610 (Acte de naissance de Victor Édouard Albert Duruy, 3 janvier 1844) ; V. 2E/6160 (Acte de naissance d’Auguste Gabriel George Duruy, 11 mars 1853) ; AN : ET/lxviii/1199 (Succession d’Elisa Adélaïde de Graffenried, 17 août 1867).

34 ADP : V2E/7067 (Acte de naissance de Victor Charles Édouard Duruy, neveu de Victor Duruy, 30 novembre 1856 – l’acte indique le no 3) ; DQ7/10317 (Déclaration de succession de Marie Charles Duruy, père de Victor Duruy, 27 avril 1858 – l’acte indique le no 9 de la rue) ; NS I, p. 190 (Victor Duruy affirme habiter, au moment de sa nomination au ministère, quai de Béthune, sur lequel donne en effet la rue de Bretonvilliers). Les archives cadastrales de Paris ne conservent pas de trace de la location de cette habitation par Victor Duruy (AN : D1P4/165).

35 AD Val-de-Marne – Fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges : III.D.14 (Notes de la famille Duruy) ; 3Q/1667 et 1668 (Déclarations de succession de Victor Duruy, 24 mai 1895 et 31 janvier 1896) ; AN : ET/lxviii/1199 (Succession d’Elisa Adélaïde de Graffenried, 17 août 1867) ; ET/lxviii/1257 (Contrat de mariage de Jean Victor Duruy et Mlle Redel, 3 mai 1873) ; Henri Javelle, Histoire de Villeneuve-Saint-Georges. Villeneuve-Saint-Georges à travers les âges. Promenades villeneuvoises, Avignon, Mn Aubanel Père, 1938, 199 p., p. 191-196.

36 AN : 87AP/3 (V. Duruy à J. Simon, 17 sept. 1882) ; BI : Papiers Alfred Maury, no 2655 (dossier XIV) : lettres de V. Duruy, 8 août 1856 (fo DCCXIV. 13) et 11 avril 1857 (fo DCCXIV. 14) ; NS I, p. 110 ; EL, p. 163-164 ; George Duruy, Albert Duruy, Corbeil, Crété, 1888 (Albert Duruy à son père, 8 fév. 1871) ; Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, Hachette, vol. II, 1882, p. 18.

37 P. Raphaël et M. Gontard, op. cit., p. 313.

38 P. Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 361 et 376.

39 Félix Ribourt, « Le Gouvernement général de l’Algérie de 1852 à 1858 », Revue européenne, 15 avril, 1er mai, 15 mai 1858 – ibid., Le Gouvernement général de l’Algérie, Typographie E. Panckoucke et Cie, 1859, 94 p.

40 NS I, p. 106 sq..

41 JS, p. 98.

42 Maxime Du Camp, Souvenirs d’un demi-siècle 1830-1882, Hachette, 1949, vol. I., p. 139-140.

43 NS I, p. 111.

44 Voir notamment : Joseph d’Avenel, Le Pape, prince italien. Réponse à la brochure « Les Papes, princes italiens », Lecotte, 1860.

45 V. Duruy, Causeries…, op. cit. Cet ouvrage s’arrête à la visite du Vienne, Victor Duruy étant devenu ministre avant d’avoir pu publier l’ensemble de son journal. Pour la suite, de Vienne à Bucarest, Lancelot, « Itinéraire de Paris à Bucharest », Le Tour du Monde. Nouveau journal des voyages, 1865, 1er semestre, p. 32-96 ; 1866, 1er semestre, p. 177-224 ; 1868, 1er semestre, p. 289-352. Quelques évocations de ce voyage également dans NS I, p. 86-92.

46 Matthew Arnold à Frances Arnold, 20 février 1886, in The Letters of Matthew Arnold, Charlotteville, University Press of Virginia, vol. VI, p. 124.

47 NS I, p. 112 ; une version sensiblement différente de l’affaire se trouve dans la brochure de propagande rédigée à l’occasion de la campagne électorale de Victor Duruy lors des élections sénatoriales de 1876, mais ne semble pas devoir être prise au sérieux en raison des objectifs de la source. M. Victor Duruy, typographie Lahure, 1876, p. 4. Pour une analyse plus précise du rôle de Napoléon III dans cette affaire de 1861, JCG, vol. I, p. 299.

48 AN : AJ61/61 (État du personnel fonctionnaire, 1861).

49 Détails dans : NS I, p. 116 sq. et 161-162 ; AN : AJ16/242 (inspecteurs d’académie) et 251 (Procès-verbal de la séance du Conseil académique du 22 juin 1861).

50 Il faut sûrement lire, en fait, « vice-présidents », puisqu’il n’y a qu’un seul président. Sûrement s’agit-il de Royer, premier vice-président, qui sera l’un des plus fidèles soutiens de Victor Duruy au Conseil impérial de l’instruction publique durant le ministère. Nous n’avons pas connaissance de liens entre Duruy les autres vice-présidents, les maréchaux Baraguey-d’Hilliers, Regnaud de Saint-Jean-d’Angély et Pélissier.

51 NS I, p. 119 sq.

52 i.e. l’Université.

53 NS I, p. 171-173 ; AN : 114AP1 (Mocquard à V. Duruy, 28 février 1862).

54 Victor Duruy, « Variétés historiques. Mémoires sur la vie publique et privée de Fouquet, par A. Chéruel », JGIP, 17 mai 1862.

55 Paul Gerbod, « Les Inspecteurs généraux de l’Instruction publique de 1802 à 1882 », Revue historique, juil.-sept. 1966, p. 70-106.

56 Yves Delange, Jean Henri Fabre. L’homme qui aimait les insectes, Actes Sud, 1999, p. 54.

57 AN : F17/7563 (Inspection générale des lycées, 1862-1863).

58 Jean Dhombres, « L’image « scientiste » de l’École polytechnique », dans Bruno Belhoste, Amy Dehan-Dalmedico, Antoine Picon, La Formation polytechnicienne, Dunod, 1994, p. 289.

59 La publication des leçons inaugurales est habituelle, tant à l’École Polytechnique qu’au Collège de France.

60 Archives de l’Institut : AF/1G/29 (V. Duruy à un destinataire inconnu, sûrement le maréchal Randon, 16 novembre 1862) ; JGIP, 6 décembre 1862.

61 ADP : 5Mi3/567 (acte de mariage de Charles Glachant et Gabrielle Duruy, 14 janvier 1863).

62 NS I, p. 182.

63 Napoléon III, Histoire de Jules César, Plon, 1865-1866, 2 vol. Voir notamment la préface (p. III) pour la théorie des hommes providentiels.

64 NS I, p. 185-186 ; la princesse Mathilde confirme d’ailleurs que l’empereur tenait bien à cette idée (E. et J. de Goncourt, op. cit., vol. II, p. 979).

65 AN : F17/7563 (Inspection générale des lycées, 1862-1863).

66 Notamment Eugène Garcin, « Hommage à Victor Duruy », L’Indépendant de la banlieue, 24 juillet 1900 ; Philippe Séguin, Louis-Napoléon le Grand, Grasset, 1990, p. 218-219.

67 Pour tout ce qui concerne sa nomination, la façon dont il l’apprend et les événements des 23 et 24 juin, NS p. 186-194.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540