Version classiqueVersion mobile

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Deuxième partie. La carrière d'un professeur d'histoire parisien (1833-1863)

Chapitre III. L’ascension d’un notable universitaire (1833-1848)

Texte intégral

1Victor Duruy a été professeur de l’enseignement secondaire pendant trente années, de l’obtention de l’agrégation en 1833 à son accession au ministère de l’Instruction publique en 1863. Durant ces trois décennies, il a multiplié les expériences professionnelles, enseignant successivement dans plusieurs collèges/lycées de l’académie de Paris, ainsi que dans des établissements de l’enseignement supérieur, et en exerçant également certaines fonctions d’ordre administratif, notamment dans le corps d’inspection. Mais son activité pédagogique ne s’est pas arrêtée aux portes de sa classe. À l’enseignement, il a également consacré sa plume, en écrivant des manuels d’histoire appelés à devenir de vrais succès d’édition scolaire. C’est donc un pédagogue complet, dont il est intéressant, grâce essentiellement aux archives de l’académie de Paris et du ministère, de retracer l’évolution professionnelle, et dont on peut également essayer d’appréhender la pédagogie, que ce soit face aux élèves ou dans les pages des manuels. De ce point de vue, le caractère très policier de la « gestion » des enseignants au XIXe siècle fournit à l’historien de précieux matériaux ; à l’inverse, les témoignages de contemporains, élèves ou collègues enseignants, sont rares. Mais en complétant ces sources principales avec d’autres éparses, notamment les documents personnels de Victor Duruy, ses Mémoires et sa correspondance, on peut tenter de reconstituer le puzzle de ces trente années d’enseignement, dans ses différentes périodes. Dans une première phase d’une quinzaine d’années environ, Victor Duruy est un professeur un voie d’ascension, qui doit prendre ses marques, apprendre à gérer sa carrière – y compris d’un point de vue politique – et qui se lance dans l’aventure de l’édition scolaire. Au terme de cette période, et à l’heure où la IIe République s’installe en France, il s’avère qu’il a réussi, en dépit de bien des difficultés, à devenir un professeur réputé, dont les mérites sont reconnus au sein du microcosme éducatif, par ses élèves, par sa hiérarchie, et même par le ministère. Devenu un notable de l’Université, il a parallèlement poursuivi une ascension sociale privée, pour devenir ce que l’on pourrait appeler un « homme installé ».

Des débuts inespérés (1833-1841)

Premier poste à Reims

  • 1 P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 43.
  • 2 JS, p. 90.
  • 3 NS I, p. 22-24 ; J. Michelet, op. cit., II, p. 98-99 ; Georges Dethan, « Michelet et Chéruel, maît (...)

2Le 20 octobre 1833, quelques jours après l’obtention de l’agrégation, Victor Duruy apprend le lieu de sa première affectation en tant qu’enseignant : il s’agit du collège royal de Reims. C’est pour lui, du point de vue de la carrière, une véritable aubaine. La tradition voulait en effet que les jeunes agrégés enseignassent quelques années dans un établissement de province avant d’espérer regagner la capitale pour un poste envié dans l’un des prestigieux établissements de Paris1. Or, le collège de Reims est celui qui lui permet de garder la plus grande proximité avec le milieu qu’il vient à peine de quitter. D’une part, parce que Reims est proche de la capitale ; d’autre part, parce que le collège de la ville dépend de l’académie de Paris. Ainsi, par cette double proximité, géographique et administrative, cet établissement permet à Victor Duruy de rester en contact étroit avec ses amis et ses relations de la capitale. Surtout, le jeune professeur n’est pas perdu de vue par les autorités pédagogiques parisiennes, ce qui, du point de vue de la gestion de carrière, constitue un atout de taille. Jules Simon juge d’ailleurs que c’était « la meilleure place qui fût vacante », et se souvient que Duruy en profitait pour venir, très régulièrement, rendre visite à sa famille et à l’École, où il laissait un excellent souvenir2. Pourtant, en dépit de cette chance dont bien d’autres professeurs auraient souhaité profiter, Victor Duruy témoigne d’une déception et d’un mécontentement immenses. Dans une longue lettre à Jules Michelet, son maître avec qui il maintient des contacts étroits, il se plaint avec amertume du sort qu’on lui a réservé. Reims est loin de correspondre à ses ambitions intellectuelles : « je suis à 40 lieues de Paris », explique-t-il, « dans une ville où l’on rencontre de bons, d’excellents commerçants, mais rien de plus ; dans une ville où chaque mois que j’y passe me fait faire un pas en arrière ». Le jugement est sévère, mais bien compréhensible : après trois années d’intense bouillonnement intellectuel à l’École normale, le jeune agrégé semble avoir d’autres objectifs et d’autres exigences que le paisible enseignement dans une ville de province. Aussi affirme-t-il qu’il refuserait « les offres les plus brillantes pour la plus mesquine place de Paris ». Son souhait le plus cher, en effet, est de retourner auprès de son maître et de travailler à ses côtés. « Rester près de vous », « travailler sous vos yeux », « me dévouer à vous » : tels sont les souhaits qu’il adresse à Michelet, dont la proximité intellectuelle, si forte pendant la troisième année d’École normale, lui manque. Passionné par la recherche historique, Victor Duruy semble se rendre compte que l’enseignement est loin de lui fournir les satisfactions intellectuelles dont son esprit dynamique s’est nourri pendant plusieurs mois au contact de son brillant professeur. Et une espèce de déprime s’empare de lui. Fait peu original : d’autres professeurs sont dans le même cas tout au long du siècle, comme Adolphe Chéruel à Rouen, Hippolyte Taine à Nevers, ou Francisque Sarcey à Chaumont3.

  • 4 Sur Reims au début des années 1830, voir A. M. G. de Paul de Saint-Marceaux, Notes et documents po (...)

3Il est vrai que la vie culturelle de la capitale champenoise est à « quarante lieues » de celle de Paris4. Si ce centre textile d’environ 35 000 habitants connaît alors un essor économique assez important, son dynamisme intellectuel, en revanche, est plutôt limité. La ville possède bien un musée, assez richement doté, mais il n’a pas de local propre et est éparpillé entre plusieurs sites dont un jeune passionné comme Victor Duruy a dû vite faire le tour. Il y a bien aussi une bibliothèque, qui compte 24 000 volumes en 1817 et en comptera 30 000 en 1845, mais elle ne permet nullement de stimuler la vie intellectuelle et elle est loin d’avoir la richesse des bibliothèques parisiennes que le jeune professeur a l’habitude de fréquenter. Le théâtre de la rue Talleyrand végète depuis la Restauration malgré les efforts du directeur Nestor. Il y a également des associations culturelles, une société littéraire, et une Société des Amis des Arts, mais la première est très fermée, et la seconde vient juste d’être fondée, en 1833. C’est durant cette même année que se créent les deux premiers journaux de la cité. Tout ceci montre les balbutiements culturels d’une ville au développement trop récent. La seule activité qui aurait vraiment pu intéresser Victor Duruy, et qui a commencé en 1830, est le travail de classement des archives de la ville. En 1833, c’est Pierre Varin qui s’en occupe : celui-ci vient d’arriver premier à l’agrégation d’histoire – trois places devant Duruy – et a par conséquent été promu au poste de censeur des études du collège, libérant sa place de professeur d’histoire, attribuée… à Victor Duruy. Ce dernier a-t-il aidé son collègue dans son travail de classement ? Nous n’avons aucune trace de cette collaboration.

  • 5 Victor Duruy, Causeries de voyage, Hachette, 1864, p. 16-17.

4À cette espèce d’apathie culturelle s’ajoute une atmosphère extrêmement tendue, liée à la situation politique, sociale et religieuse. Une bipolarisation importante entre légitimistes et orléanistes provoque une longue crise municipale, tandis que la crise de la fin de la Restauration suscite des tensions qui peuvent éventuellement dégénérer en véritables troubles, et que la forte pression cléricale entretient la méfiance des libéraux et des protestants. Victor Duruy se retrouve au milieu de ces tensions. Il voit en effet les portes des salons s’ouvrir devant sa redingote de jeune normalien, agrégé et parisien. C’est une commission de la part du chimiste Eugène Chevreul, qu’il connaît par la manufacture des Gobelins où il est directeur des teintures, pour un industriel local, qui lui ouvre les portes du monde rémois. Il ne s’y plaît guère, n’en retenant que « les festins pantagruéliques » et la paresse5. Les possibilités d’activités de recherche ou d’érudition étant donc fortement limitées, et les mondanités étant loin de correspondre à ses attentes de jeune intellectuel, Victor Duruy se consacre donc essentiellement à sa tâche éducative, tentant, au milieu des divisions qui atteignent même le personnel du collège – le professeur de philosophie, un abbé, s’opposant très souvent au professeur de sciences – de se faire aimer de tout le monde, collègues, parents et élèves. Outre ses cours au collège, il donne également des leçons particulières lorsque les familles le demandent. Il semble ainsi fuir sa déception et sa déprime en se plongeant dans le travail. Mais, heureusement pour lui, le « calvaire » ne devait pas durer trop longtemps.

Le poulain de Jules Michelet

  • 6 Rappelons également que Guizot avait interrogé Victor Duruy lors des examens de deuxième et troisi (...)
  • 7 Raymond Cazelles, Le Duc d’Aumale, prince aux dix visages, Tallandier, 1984, p. 37 ; J. Michelet, (...)
  • 8 JS, p. 90.
  • 9 NS I, p. 22.

5À la rentrée de 1833, le roi Louis-Philippe avait fait entrer deux de ses fils, les ducs d’Aumale et de Montpensier, au collège royal Henri IV, afin de parfaire son image de « roi bourgeois » proche du groupe social qui constituait le principal soutien de son régime. Le ministre de l’Instruction publique, François Guizot, avait alors été chargé de trouver un professeur d’histoire à la hauteur du rang de ces deux élèves de sang royal. Peut-être sur intervention de Michelet, sûrement attaché à faire sortir son disciple de sa triste situation, et alors précepteur de la princesse Clémentine, Guizot porte son choix sur Victor Duruy6 et le nomme, le 31 décembre, professeur à Henri IV. Le proviseur du collège de Reims, Marchand, est immédiatement mis au courant. Mais il n’en informe pas tout de suite l’intéressé, lequel y voit une volonté de son supérieur de « ne pas lâcher son normalien qui, par sa jeunesse et sa bonne humeur, faisait la paix autour de lui ». Victor Duruy doit donc attendre le 13 janvier pour quitter enfin ce poste qui lui déplaisait tant. Et deux jours plus tard, il est à Paris7. Jules Simon, alors élève de première année de l’École normale, raconte que la nouvelle de ce retour précipité dans la capitale cause « un grand émoi dans (leur) petit monde universitaire8 ». Il est vrai qu’un tel événement était extrêmement rare, dans le cadre du traditionnel exil provincial des agrégés en début de carrière. Il est rendu d’autant plus exceptionnel par les modalités de sa réalisation : il est le fait de la volonté royale, et l’œuvre du ministre en personne. Victor Duruy revient à Paris pour intégrer rien de moins que le prestigieux collège royal Henri IV, et devenir le professeur attitré des deux fils du souverain, auxquels il doit par ailleurs donner des leçons particulières aux Tuileries et à Neuilly9. On imagine sans mal les réactions, la surprise des uns, les grincements de dents des autres, face à cette faveur inouïe accordée à un tout jeune agrégé. Mais en régime non démocratique, le fait du prince s’impose à toute autre considération. Trente ans plus tard, un autre « caprice de souverain » portera le même Victor Duruy au ministère de l’Instruction publique.

  • 10 J. Michelet à V. Duruy, 2 février 1834, dans J. Michelet, op. cit., XII, p. 460.
  • 11 J. Michelet, op. cit., II, p. 265-270 (carnets de comptes) ; E. Fauquet, op. cit., p. 167.

6En attendant, le jeune professeur peut savourer l’honneur qui lui est fait. Dans les semaines qui suivent son entrée en fonction, il est même invité aux Tuileries et peut converser avec le roi. On peut facilement penser à la fierté qu’il a dû éprouver, ainsi d’ailleurs qu’à celle de son père – chez qui il logeait depuis son retour de Reims10. Mais cette satisfaction d’être accueilli sous les ors d’une monarchie, dont il a participé à la naissance en Juillet, et de se voir propulsé à un poste plus qu’envié s’accompagne pour le jeune professeur de celle des retrouvailles avec son maître Michelet. Or celui-ci, afin d’alléger le travail de préparation de son Histoire de France, dont les deux premiers volumes paraissent en décembre 1833, avait pris l’habitude, depuis quelque temps, de se faire aider par ses secrétaires qui effectuaient à sa place, et contre rétribution, des dépouillements, des lectures et de petits travaux de recherche. Un véritable séminaire officieux se constitue donc autour du maître, composé essentiellement d’anciens élèves. Victor Duruy, évidemment, rejoint ce groupe de travail dès son retour à Paris, en échange d’une rétribution de 50, puis 60 francs par mois11. Or un an plus tard, au début de 1835, Michelet tombe malade. Comme cela se faisait fréquemment chez les professeurs de l’enseignement supérieur, il demande donc à se faire suppléer dans sa conférence à l’École normale. Et c’est à Victor Duruy qu’il propose de le remplacer. Celui-ci accepte – on imagine avec quelle joie. Cette nomination est en effet pour lui une double satisfaction. D’abord, elle est l’ultime étape de ces débuts de carrière particulièrement exceptionnels, et un sujet de fierté puisque, à 23 ans, il se retrouve chargé de conférences à l’École normale. D’autre part, elle est une satisfaction personnelle, dans la mesure où l’établissement était, et sera toujours, pour Victor Duruy, une deuxième maison. Elle est aussi la preuve des capacités du jeune professeur, et de la confiance que lui accorde son maître.

  • 12 J. Michelet, ibid., p. 395-401, 514-520, 672-677.
  • 13 AN : AJ61/1 (Promotions de l’École normale supérieure).
  • 14 E. Fauquet, op. cit., p. 200 sq.

7De février à août 1835, Victor Duruy assure donc les conférences de deuxième année de l’École normale en remplacement de Michelet, puis à nouveau en 1836-1837 – le maître ayant repris son enseignement en 1835-1836. En échange, il reçoit la moitié de son traitement, à savoir 118,50 francs12. Cette suppléance constitue pour le jeune professeur l’occasion de faire quelques rencontres importantes, parmi ses élèves de la promotion 1833 : ainsi Jules Simon, son futur complice politique des années de ministère, Jean Yanoski avec qui il participera au volume sur l’Italie ancienne de la collection « L’Univers pittoresque » chez Firmin Didot en 1850-1851 ; Victor Joguet enfin, qu’il nommera proviseur du lycée Saint-Louis en 1868 et dont il préfacera en 1876 Les Flaviens13. Cela lui permet aussi de resserrer encore ses liens avec Jules Michelet, qui l’emmène d’ailleurs, du 18 août au 28 septembre 1837, pour un long voyage d’étude dans les bibliothèques et les archives du Sud et de l’Ouest de la France, commandé par Guizot afin de préparer une réforme des archives. Durant ce voyage de six semaines, le jeune professeur est même chargé par la femme de l’historien de rédiger à son attention un bulletin de santé de son mari : la collaboration scientifique, professionnelle, se double donc d’une amitié avec l’ensemble de la famille14.

Le tournant de 1837-1838

  • 15 AN : AJ16 /86 et 87 ; Bulletin universitaire, t. VII, p. 209.
  • 16 G. Millet à J. Michelet, 21 février 1837, dans J. Michelet, op. cit., II, p. 531.

8Après les satisfactions des années 1833-1836, l’année scolaire 1837-1838 est difficile pour Victor Duruy. Son état de santé se détériore, et il doit se faire remplacer dès octobre, puis à nouveau en février. En mai, l’administration décide de lui accorder un congé pour maladie jusqu’à la fin de l’année15. Il quitte donc pour quelques mois le collège Henri IV ; parallèlement, il a abandonné, sûrement pour les mêmes raisons, la suppléance de Michelet à l’École normale, au profit d’Auguste Filon. L’état de santé de Victor Duruy, sûrement atteint par les années d’internat, semble donc s’être subitement détérioré. Cela pourrait être dû à une épidémie de grippe qui touche alors Paris, et par laquelle le collège Henri IV est durement frappé16. Cela ne semble pas tomber au meilleur moment. Le jeune professeur vient alors, en effet, de se lancer dans la carrière éditoriale, publiant ses premiers ouvrages durant cette si difficile année 1837-1838. En outre, le 13 décembre 1837, la femme dont il partage la vie, mais qui n’est pas encore son épouse, Elisa de Graffenried, lui a donné une première fille, qui porte les deux prénoms de ses parents : Victorine Élise.

  • 17 Bulletin universitaire, t. VII, p. 421.
  • 18 V. Duruy à J. Michelet, dans J. Michelet, op. cit., II, p. 818.
  • 19 P. Petitier, op. cit., p. 117 et 127.
  • 20 Ibid., p. 41 et 47.

9Victor Duruy se trouve donc soudain chargé de nouvelles responsabilités durant l’année scolaire 1837-1838. La situation n’est pas plus claire lors de la suivante : le 5 octobre 1838, un congé d’un an lui est accordé, sans qu’il soit précisé s’il s’agit d’un congé sabbatique ou de vacances imposées par son état de santé.17 Le plus grave cependant, n’est pas là : cette année marque sa soudaine et surprenante rupture avec Michelet. Cette rupture, c’est Duruy lui-même qui la provoque. Le 25 septembre en effet, il écrit à son maître une lettre dont le ton est à l’opposé de celle qu’il lui avait adressée cinq ans plus tôt du fond de son exil rémois. Évoquant « de nouveaux devoirs et une vie nouvelle » – sûrement ces responsabilités qui lui incombent depuis 1837-1838 –, il rappelle à Michelet qu’il lui a déjà maintes fois signifié sa volonté de cesser toute relation avec lui, par « une conduite de plus en plus réservée depuis ces trois dernières années » (c’est-à-dire depuis la fin de 1835) et par son refus de répondre à une offre de travail transmise par Michelet à la demande de l’éditeur Louis Hachette au printemps 1837. Terminant par de bien froids « hommages empressés », Victor Duruy demande à son ancien professeur de ne plus chercher à le contacter18. Cette lettre est extrêmement surprenante. En l’absence d’informations plus précises, tant du côté de Duruy que de celui de Michelet, nous ne pouvons que formuler des hypothèses sur les motifs de cette rupture. La plus probable semble être celle d’une volonté du jeune homme de prendre sa liberté d’historien. En lien avec son cours de 1834-1835 à la Sorbonne, Michelet publie en 1835 les Mémoires de Luther, pour lesquels Duruy a dû compulser, en compagnie d’un autre secrétaire, Adolphe Müntz, les ouvrages consacrés au réformateur de Wittenberg. Parallèlement, depuis 1832, l’équipe travaille à la préparation des Origines du droit, ouvrage paru en 1837, et pour lequel il a notamment fallu traduire les Deutsche Rechtsaltertümer de Jacob Grimm19. Or tout ceci éloigne fort Victor Duruy de ses propres projets de recherche. Au moment où il fonde un foyer, ce travail de secrétariat le prive d’un temps précieux qu’il pourrait consacrer à d’autres travaux aux résultats bien plus avantageux, lui permettant de publier ses premiers écrits personnels. Plus généralement, on peut imaginer qu’à vingt-cinq ans, Victor Duruy pouvait vouloir voler de ses propres ailes. Michelet d’ailleurs pouvait facilement le comprendre, lui qui quinze ans plus tôt, à vingt-deux ans, écrivait : « je n’aimerais pas être attaché à un homme comme son ombre, à penser à ses heures », et refusait de travailler comme secrétaire de Le Clerc pour la publication des œuvres complètes de Cicéron20.

10Peut-être y a-t-il aussi désaccord plus profond entre les deux hommes ? S’ils partagent en effet la même foi patriotique et certaines conceptions en matière d’histoire, en revanche leurs parcours ultérieurs divergent. Alors que Michelet s’éloigne de plus en plus du catholicisme dans les années 1840, Victor Duruy, lui, cache derrière son anticléricalisme un attachement certain au rôle conservateur de l’Église et à la fonction morale de la religion. De même, tandis que l’auteur du Peuple s’intéresse de plus en plus à la question sociale, allant jusqu’à se rapprocher des socialistes, le futur restaurateur des humanités classiques s’affirme, dans la lignée d’un Guizot, comme un chantre des valeurs de la bourgeoisie triomphante. Si Michelet reste durant tout l’Empire dans une attitude d’opposition et d’exil intérieur, Duruy, lui, opposant tout d’abord, finit par se rallier à un régime qui comble ses vœux les plus chers d’ordre et de grandeur. La plume du premier – comme sa parole d’ailleurs – est le medium d’une pensée de la rupture, tandis que celle du second lui sert à célébrer le système bourgeois dominant, qu’il cherchera certes à amender, mais sans en remettre en cause les fondements. On ne saurait bien sûr expliquer la rupture de 1838 par ces faits postérieurs, mais on peut néanmoins penser que des désaccords qui se manifesteront plus tard sous ces formes diverses trouvent leurs germes, dans les conversations entre les deux hommes, dès le milieu des années 1830, et que ces divergences de vues et d’ambitions, ajoutées peut-être à des oppositions de caractère, entre un maître étouffant de charisme et un disciple ambitieux, auront inévitablement conduit à leur rupture.

Premières publications

  • 21 JS, p. 91-93 ; Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 37.
  • 22 A. Chevallier, « Nécrologie : André Laugier », Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxi (...)
  • 23 Adolphe Laugier, « Avant-propos », Pandectes pharmaceutiques, Louis Colas, 1837.
  • 24 Journal de pharmacie et des sciences accessoires, 1834, IX, p. 511 et 1837, XXIII, p. 316.

11Tandis qu’il travaille au secrétariat de Michelet, Victor Duruy collabore donc, au milieu des années 1830, à d’autres travaux historiques. Ambitions intellectuelles et considérations plus prosaïques se conjuguent pour expliquer cette intensification de l’activité scientifique du jeune professeur. La lettre qu’il écrit à Michelet en 1833 montre en effet son impatience de se lancer dans des travaux de recherche historique. Son goût de la rédaction est ancien, né au collège, affirmé à l’École normale, stimulé par les appréciations toujours louangeuses de ses professeurs sur l’élégance de son style. Dès sa troisième année d’École normale, d’ailleurs, il avait conçu le projet de rédiger une vaste Histoire de France d’une dizaine de volumes. Immense travail, qui nécessitait des années de recherche et ne pouvait aboutir qu’à long terme. Or, à ces ambitions intellectuelles s’ajoutent en 1837 des considérations plus matérielles : sa compagne étant enceinte au printemps, il doit prévoir une augmentation prochaine de ses dépenses, donc programmer une augmentation de ses recettes… Or il était courant alors chez les jeunes professeurs de chercher des travaux littéraires pour compléter leur maigre rétribution, et il était par ailleurs relativement aisé d’en obtenir21. Dès 1837, Victor Duruy trouve de quoi satisfaire sa volonté de publier. Cette année-là en effet, il collabore avec Adolphe Laugier, un avocat devenu savant et érudit, membre de l’Institut historique et de la société de statistique universelle. Il s’agit du fils d’André Laugier, professeur de chimie au Muséum d’Histoire naturelle, commandant d’une compagnie de la Garde nationale dans le bataillon de Saint-Marcel, où il aura, à n’en pas douter, rencontré le père de Victor Duruy, lui-même capitaine22. Peut-être même André Laugier, joueur de basse, participait-il aux réunions artistiques organisées dans le jardin des Gobelins par Charles Duruy. Adolphe Laugier, titulaire d’une thèse sur la pleurésie inflammatoire aiguë et ancien chef du secrétariat de la pharmacie de Paris après avoir publié divers travaux comme une Notice sur Talma (1826) ou un Résumé de l’histoire universelle (1825-1826), se lance, dès 1834, dans la publication d’un recueil, les Pandectes pharmaceutiques, dont le but est de constituer « une sorte de Corpus Juris des pharmaciens ». Sa recherche est motivée par le dépôt d’un projet de loi sur ce sujet. L’ouvrage, construit de manière chronologique, commence par un historique de la pharmacie chez les Anciens et les Arabes, puis au Moyen Âge (sûrement dû à Victor Duruy), avant de présenter l’ensemble des actes juridiques et une histoire des écoles de pharmacie en France de 1312 à 183723. Premier ouvrage donc, et premier succès : le Journal de pharmacie loue le travail des deux hommes, qui ont su retrouver des documents inédits – on sent ici l’influence de Michelet – pour renouveler la connaissance de l’histoire médicale24. Pour la première fois, le nom de Victor Duruy apparaît publiquement dans un article critique d’une revue spécialisée : c’est le modeste début de la notoriété.

  • 25 Philippe Lebas, Histoire du Moyen Âge, Firmin-didot fr., rééd. 1847, vol. I, préface, p. viii et 1 (...)
  • 26 Ibid., Allemagne, Firmin-Didot fr., 1838, vol. II, p. 211, note 1.

12Parallèlement à cette recherche en histoire de la pharmacie, Victor Duruy collabore, à peu près au même moment, à la rédaction d’un autre ouvrage. Un petit mystère, au demeurant facile à résoudre, entoure l’évocation qu’il en fait dans ses Mémoires. Il raconte en effet qu’il effectue alors une série de recherches érudites pour le compte d’un auteur qui signe l’ouvrage en échange de la moitié de sa rétribution. Victor Duruy refuse de dévoiler le nom de son commanditaire, indiquant juste qu’il s’agit d’un membre de l’Institut. Une rapide enquête permet cependant de découvrir l’identité de l’auteur mystère. Il s’agit vraisemblablement de Philippe Lebas, son ancien professeur du collège Sainte-Barbe, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, qui publie en 1839 un Précis d’histoire du Moyen Âge. Dans la préface de l’édition de 1847 de l’ouvrage, Lebas avoue qu’il l’a composé de morceaux choisis empruntés aux grands noms de l’histoire d’alors, Thierry, Guizot ou Michelet, et qu’il a également largement utilisé les travaux de ses élèves, notamment ceux de Victor Duruy, auteur du chapitre sur l’islam et du paragraphe sur les relations commerciales entre la Flandre et l’Angleterre25. Il utilise d’ailleurs encore les travaux de son ancien élève pour son Allemagne, publiée en 1838, où il fait référence aux Études sur la Réforme de Victor Duruy26 : études non publiées, sûrement basées sur les recherches effectuées pour le compte de l’Histoire de France de Michelet. Mais alors que celui-ci utilise les travaux de ses secrétaires sans les nommer, Lebas a lui l’honnêteté de le faire ; le comportement ingrat de son maître aura sûrement été l’une des raisons de la rupture de 1838. Le jeune homme d’ailleurs ne brûle pas ses vaisseaux : s’il se paie le luxe de se priver de l’appui de Michelet, c’est parce qu’il sait qu’il peut compter par ailleurs sur d’autres soutiens, Adolphe Laugier et surtout l’académicien Philippe Lebas.

  • 27 AN : F18/1745 (dossiers des imprimeurs : dossier Chamerot) ; J.-Y. Mollier, op. cit., p. 223.
  • 28 Géographie physique et politique contemporaine, Chamerot, 1840, 2 vol., prospectus.
  • 29 JGIP, 6 novembre 1841, p. 545-546.
  • 30 V. Duruy, Géographie politique de la République romaine et de l’Empire, Chamerot, 1838, p. I-VI.

13Autre aventure éditoriale qui marque les débuts littéraires de Victor Duruy, avant que ne commence sa longue collaboration avec Louis Hachette : la participation à la collection de manuels lancée à la fin des années 1830 par François Chamerot. Celui-ci est un jeune éditeur né en 1804, installé à Paris en 1827, qui a obtenu son brevet en 1831 après avoir été employé à la librairie Hachette27. Située quai des Grands Augustins, la librairie Chamerot lance à la fin de la décennie les Cahiers d’histoire universelle, de géographie et d’histoire littéraire. Six auteurs sont recrutés, tous professeurs d’histoire ou de rhétorique à Paris, notamment Casimir Gaillardin, qui a obtenu l’agrégation la même année que Victor Duruy. Les auteurs se répartissent les trois parties de la collection. L’Histoire universelle, en six volumes correspondant à chacune des six années du programme d’histoire, échoit à Édouard Dumont, Théodore Burette et Gaillardin. L’Histoire littéraire est confiée à un professeur de Saint-Louis, Jean Pierre Charpentier de Saint Prest. Et les cinq volumes de Géographie reviennent à Henri Wallon, Théodore Burette et Victor Duruy lui-même. Celui-ci rédige quatre volumes : ceux qui concernent les périodes romaine et médiévale, pour les classes de quatrième et de troisième, ainsi que deux ouvrages rajoutés ultérieurement à la collection : une Géographie physique introductive à l’ensemble, pour la classe de septième et, pour le même niveau, une Géographie politique contemporaine. Ces quatre ouvrages paraissent entre 1838 et 184028. En dépit de bonnes critiques29, la collection a un succès limité : les manuels ne sont réédités qu’une ou deux fois. Malgré ou en raison de ce demi échec, Chamerot lance au début des années 1840 une deuxième collection, intitulée l’Atlas de géographie universelle, dont les huit volumes sont tous rédigés par Victor Duruy, chacun correspondant ici encore à chaque niveau d’enseignement. La publication s’étend sur toute la décennie, de 1840 à 1849. Victor Duruy s’affirme donc plutôt comme un spécialiste de géographie. Il développe d’ailleurs dans ses premiers manuels une certaine réflexion sur l’épistémologie et l’enseignement de cette discipline. Il la voit comme « la plus positive des sciences historiques » dans la mesure où « la connaissance de la nature physique du sol est nécessairement d’une haute importance pour l’étude des sociétés primitives ou barbares ». Il insiste cependant sur les risques que comporte cette étude, le déterminisme ou, à l’inverse, l’évolution vers une géographie qui ne serait qu’une « aride nomenclature », une « carte routière à l’usage des tacticiens du collège ». Il souhaite enfin que la géographie soit enseignée autrement, et basée non plus sur la seule mémorisation des élèves, mais sur leur réflexion30. La rédaction de manuels est donc on ne peut plus complémentaire de l’enseignement en classe pour Victor Duruy, qui conjugue ses deux expériences de pédagogue pour réfléchir aux meilleures formes que doit prendre l’enseignement.

La crise de 1841

  • 31 AN : F17/7622 (Rapports d’inspection générale des années et tableaux de l’enseignement, 1840-1843)

14Au début des années 1840, passées les années difficiles marquées par l’accroissement de ses responsabilités, sa maladie et la dégradation de ses rapports avec Michelet, Victor Duruy a commencé à se faire une position dans l’Université, notamment par sa participation aux manuels de Chamerot. Les années 1839 et 1840 se passent pour lui sans problème majeur, occupé qu’il est à la publication de ses ouvrages de géographie. En revanche, l’année 1841 est marquée par un incident et par une série de rapports moins bons qu’à l’accoutumée. Le tableau de l’enseignement, rédigé par le proviseur du collège Henri IV le 25 juillet 1841, rappelle que Duruy « vient, dans une circonstance récente dont M. le ministre a eu connaissance, de manquer gravement de prudence et de tact », commettant là une « maladresse » dont les archives ne portent hélas pas d’autre trace ; dans le même rapport, alors que ses deux collègues Filon et Ruelle ont des notes portant les termes « excellent » ou « remarquable », lui n’obtient qu’un « bien » pour la tenue de la classe, un « assez bien » pour le mode d’enseignement, et même un « passable » pour les résultats des élèves au concours général. Le rapport d’inspection générale sur sa classe de troisième indique également qu’elle « laisse quelque chose à désirer31 ». Cette baisse de régime ne semble pas seulement conjoncturelle. L’année suivante, en effet, les inspecteurs Cayx, Beudant et Viguier constatent qu’il n’y a pas assez de travail dans ses classes et, tout en reconnaissant les qualités du professeur, constatent qu’il « n’est pas dévoré de ce feu sacré » nécessaire à la stimulation des élèves. En outre, les chefs du collège n’ont de cesse de lui reprocher de ne pas porter la robe universitaire réglementaire. Ce qui rend l’accumulation de ces critiques étonnante, c’est que, jusque-là, le professeur Victor Duruy avait toujours été relativement bien noté. Seule l’année 1841 dépare dans ce concert de louanges hiérarchiques. Il apparaît comme manquant d’enthousiasme, de rigueur, de patience. Il y a là, chez un fonctionnaire pourtant passionné par son métier, tous les signes d’un moral au plus bas, d’un état de dépression, dont il ne faut guère s’étonner : le 22 juin 1841, il a en effet perdu sa fille Victorine Élise, la première de ses enfants, morte alors qu’elle n’avait que trois ans et demi. Cette période des années 1837-1841, marquée par la satisfaction des premières publications, se caractérise donc, en même temps, par une série de déconvenues personnelles qui rompent avec les succès des années 1833-1836. À partir de 1841, cependant, le professeur renoue avec le succès.

Un nouveau souffle (1841-1848)

La fondation d’une famille

  • 32 AN : ET/lxviii/943 (Contrat de mariage entre Victor Duruy et Mlle de Graffenried, 18 février 1841) (...)
  • 33 Edmond et Jules de Goncourt, Journal des Goncourt. Souvenirs de la vie littéraire, 1851-1896, Laff (...)
  • 34 Il y fait plusieurs fois références dans ses Causeries…, op. cit.
  • 35 ADP : DQ8/933 (Table des décès d’enfants, 1838-1848, lettres D à H).

15L’année 1841 est marquée par un changement d’importance dans la vie de Victor Duruy. Le 20 février, en effet, il épouse, à la mairie de l’ancien XIIe arrondissement, Elisa Adélaïde de Graffenried. Sûrement s’agit-il de la « maladresse » dont parle son proviseur en juin. Car le mariage ne présente pas toutes les garanties de bienséance requises d’un fonctionnaire de l’Université. Outre le fait que l’épouse a déjà un enfant, elle est veuve. En premières noces, elle avait épousé Athénore Adalbert de Bedos, vicomte de Celles, dont elle n’avait pas eu d’enfants. Toutes ces particules montrent que Victor Duruy trouve femme dans un milieu qui n’est pas le sien. Son épouse en effet, née à Berne vers 1815, est issue d’une illustre famille suisse ; son père, Rodolphe de Granffenried de Cerlier, est le descendant d’une vieille famille patricienne de Berne, dont le berceau se trouve à Graffenried, près de Thörihaus. La veuve semble par ailleurs assez proche de Denis Bernard Frédéric Villars de Graffenried, né lui aussi en 1815, chambellan du roi de Bavière en 1835, futur maître des chasses de Napoléon III – qui le fait en 1865 baron de Graffenried-Villars – et qui se retrouve, en 1867, au moment de la mort d’Elisa Duruy, tuteur des deux derniers enfants qu’elle a eus avec Victor Duruy32. Cette union assez atypique laisse planer un certain nombre de doutes, notamment sur les conditions de la rencontre entre les deux époux. Aux dires de Sainte-Beuve, Victor Duruy aurait rencontré sa première épouse du temps du premier mariage de celle-ci, sans donner plus de précisions33. Peut-être d’ailleurs cette rencontre s’est-elle effectuée en Suisse même ; nous n’avons certes pas trace de voyage de Victor Duruy dans ce pays au début des années 1830, mais on sait qu’il y a séjourné avant 186034. En tout état de cause, cette rencontre a dû s’effectuer, au plus tard, au début de 1837 : au début du mois de décembre suivant, en effet, les futurs mariés voient la naissance de leur premier enfant à laquelle ils donnent leurs deux prénoms, Victorine Élise, née le 13 décembre 183735.

  • 36 ADP : 5MI5/9 (Acte de naissance de Jean Rodolphe Ernest Anatole Duruy, 9 mai 1840).
  • 37 ADP : V2E/4275 (Acte de naissance d’Elise Caroline Marie Gabrielle Duruy, 1er août 1841).
  • 38 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, A. Colin, 1968, p. 77.
  • 39 Philippe Ariès et Georges Duby, dir., Histoire de la vie privée, 4. De la Révolution à la Grande G (...)

16C’est donc un mariage très respectable que fait Victor Duruy, professeur et fils d’artisan, avec la descendante d’une illustre famille de la noblesse suisse. Pourtant, cette naissance antérieure au mariage l’éloigne de la respectabilité bourgeoise. Lorsqu’ils se marient, les deux époux sont donc déjà parents, et, facteur aggravant, ils le sont deux fois : Élise a en effet un petit frère, Anatole, né le 9 mai 184036. Et surtout, comble de l’atteinte à la morale religieuse, la mariée est enceinte : cinq mois après son mariage, en effet, elle met au monde un troisième enfant, Gabrielle, le 1er août 184137. Une naissance qui vient d’ailleurs compenser le décès précoce de leur première fille, Victorine Élise, survenu le 22 juin précédent. Les conditions dans lesquelles est née la famille de Victor Duruy sont donc particulièrement troublantes pour l’époque. Pour autant, elles ne sont pas si exceptionnelles : le phénomène des mariages tardifs est extrêmement répandu – notamment au sein du milieu enseignant, où les hommes se marient rarement avant trente ans38, et les naissances prénuptiales sont monnaie courante, surtout depuis la deuxième moitié du XVIIIe siècle39. Reste alors à comprendre pourquoi, en cette année 1841, Victor Duruy décide finalement de se marier. Peut-être a-t-il subi des pressions de la part de sa hiérarchie, qui pouvait voir d’un mauvais œil une telle situation se perpétuer. Peut-être s’agit-il, plus sourdement, de la simple pression sociale, et de la volonté de Victor Duruy de « rentrer dans le rang » après ses incartades de jeunesse. Du reste, la position qu’il commençait à acquérir au sein de l’Université commandait peut-être au professeur de donner de lui une image plus respectable.

  • 40 AN : ET/lxviii/943 — Contrat de mariage entre Victor Duruy et Mlle de Graffenried (18 février 1841 (...)
  • 41 À l’emplacement de l’actuel numéro 5 de la rue Laromiguière (5e arr.).
  • 42 George Bibesco, Prisonnier. Coblence 1870-1871, Plon, Nourrit et Cie, 1899, p. 94 ; Jacques Demoge (...)

17Sur le mode de vie de la famille Duruy dans les années 1830-1840, nous n’avons que peu d’indications. Dans les années 1840, son traitement s’élève à 2 500 francs. Le contrat de mariage signé entre les deux époux en 1841 nous donne une idée de leur niveau de fortune : le professeur apporte 3 000 francs, son épouse le double, la communauté s’élevant à 1 000 francs par apport égal des deux mariés40. Une fortune encore assez limitée donc, même si une certaine aisance se devine. À titre de comparaison, on rappellera que, dix ans plus tôt, en 1829, au moment de son troisième mariage, l’apport de son père avait été de 6 000 francs. On notera d’ailleurs, au passage, le tempérament bourgeois du fils de Charles Duruy, qui place son mariage sous régime contractuel. La volonté d’avoir de nombreux enfants est d’ailleurs aussi une caractéristique bourgeoise. Après Élise en 1837 (décédée en 1841), Anatole en 1840 et Gabrielle en 1841, Elisa Duruy met au monde Albert en 1844. Tout ce petit monde loge à deux pas du collège Henri IV où le père enseigne, au numéro 1 de la rue des Poules41, dans une petite maison dont le prince George Bibesco, qui fut élève à Henri IV et devint l’ami des fils Duruy, a laissé une description pittoresque, évoquant « l’enchevêtrement des chambrettes », et, surtout, à l’extrémité du long rez-de-chaussée, l’entresol qui donne sur « le cabinet de travail du maître ». Jacques Demogeot, collègue de Victor Duruy à Henri IV, en parle lui comme d’une « oasis du Quartier latin, une humble villa environnée d’arbres et de fleurs ». La maison est en effet pourvue d’un jardin ou le père et les enfants s’adonnent à de fréquents « exercices gymnastiques », preuves de son goût pour le sport, auquel il se consacrait déjà à Reims en jouant avec ses élèves à la balle et aux barres42. Activités sportives et vie de famille sont devenues des occupations importantes pour le jeune père, qui célèbre ses trente ans en 1841 ; mais il n’en oublie pas pour autant les impératifs de sa carrière et, surtout, les projets littéraires qui lui tiennent à cœur depuis l’École normale. Et l’accomplissement de sa personnalité dans le mariage et la paternité s’accompagne, dans les années 1840, après ses premières publications assez obscures, de ses premiers succès éditoriaux.

Une carrière qui s’emballe : Hachette, Villemain et Salvandy

  • 43 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 215.
  • 44 i.e. Revue de géographie comparée.
  • 45 i.e. Répertoire de littérature allemande et étrangère de Leipzig.
  • 46 Zeitschrift für vergleichende Erdkunde, 1842, p. 562 ; Leipziger Repertorium der Deutschen une aus (...)

18En 1843 la librairie Hachette publie le premier volume d’une Histoire des Romains due à Victor Duruy. L’année suivante, un deuxième volume paraît ; un troisième est prêt dès 1847, mais, pour des raisons politiques, ne sortira pas des presses avant 1870. Ainsi commence une collaboration éditoriale longue et fructueuse, entre le professeur du collège Henri IV et le libraire de la rue Pierre Sarrazin. Celle-ci aurait pu être plus précoce : en 1837 déjà, Jules Michelet avait proposé à Victor Duruy un travail de la part de l’éditeur – proposition déclinée par l’intéressé. Comment l’historien se retrouve-t-il, six ans plus tard, auteur de la maison Hachette ? Il semble ici que ce n’est pas Michelet qui s’est entremis, puisque la rupture date de 1838, mais une fois encore Philippe Lebas : celui-ci est lié également au réseau Hachette ; c’est un auteur maison, et, en outre, c’est lui qui a présenté à l’éditeur celle qui deviendra sa deuxième épouse43. Du reste, entre le jeune historien plein d’ambition et déjà en vue dans l’Université parisienne, et l’éditeur soucieux de conquérir le marché des manuels scolaires – il a en 1836 acquis le titre de libraire de l’Université royale de France –, la rencontre semblait inévitable ; d’autant que ces deux anciens normaliens, tous deux protégés par Guizot, fréquentent le même milieu, celui du monde universitaire du Quartier latin. L’Histoire des Romains marque un tournant dans la carrière de Victor Duruy : il se lance, après des travaux secondaires et les ouvrages classiques, dans la rédaction d’ouvrages de vulgarisation d’une autre ampleur et pour un autre public. Sa notoriété s’accroît. Dans Le Correspondant, le critique et historien François de Champagny loue les qualités de l’ouvrage, qu’il juge d’un type nouveau, en même temps que celui d’Amédée Thierry sur l’histoire de la Gaule romaine. La Nouvelle Revue encyclopédique émet quelques critiques mais l’ensemble du commentaire reste tout à fait positif, comme dans la Revue de l’Instruction publique, laquelle conseille d’ailleurs dès 1846 l’ouvrage aux candidats à l’agrégation. Le livre devient vite une référence, cité dès 1844 par l’Encyclopédie des gens du monde, utilisé par le collègue de Duruy à Henri IV, Louis Lacroix, pour sa thèse sur la religion romaine, ou encore par Louis-Mathurin Moreau-Christophe dans ses travaux sur l’histoire romaine. Sa notoriété d’ailleurs dépasse les frontières : dès 1842, la Zeitschrift für vergleichende Erdkunde44 de Magdebourg cite sa Géographie historique du moyen âge. Et en 1843, le Leipziger Repertorium des Deutschen und ausländischen Literatur45 publie une critique sur l’Histoire des Romains, d’un ton d’ailleurs assez condescendant quant à la façon dont les Français s’emparent de la question46.

  • 47 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 207-209 ; Alain Choppin, Le Pouvoir et les livres scolaires au XIXe si (...)
  • 48 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 165.
  • 49 AN : LH/876/49.

19Cette place nouvelle prise dans le paysage de l’enseignement historique parisien se concrétise rapidement en une série de progressions professionnelles qui sont le fait, pour certaines direct, de l’entrée de Victor Duruy dans le réseau des auteurs Hachette. Ainsi, le 12 novembre 1844, il est nommé membre de la Commission d’examen des livres d’enseignement primaire. Celle-ci, créée en 1831, est, depuis 1840, en pleine rénovation sous l’impulsion du ministre Abel Villemain, un ami de Louis Hachette, à qui Duruy a d’ailleurs envoyé un exemplaire de son Histoire des Romains47. La commission est plus ou moins noyautée, alors, par les relations de l’éditeur, et l’entrée de Victor Duruy en son sein est donc une conséquence directe de son appartenance à la maison d’édition de la rue Pierre Sarrazin. Or, le 1er février 1845, Villemain François est remplacé à la tête du ministère par le comte de Salvandy, qui tient à réagir contre la politique menée par ses prédécesseurs, et notamment à battre en brèche la mainmise du réseau Hachette et de la clientèle de Victor Cousin sur les rouages de l’administration scolaire française. Mais Salvandy est un ministre libéral et réformateur. Durant son ministère, il réforme les programmes, donne une nouvelle impulsion à l’enseignement professionnel, tente de renforcer l’enseignement des langues vivantes, de l’histoire, de la géographie. Aussi a-t-il besoin, pour mener son action à bien, de trouver des appuis au sein de l’Université. Durant les trois années qu’il passe rue de Grenelle, il distribue 272 croix de la Légion d’honneur à des fonctionnaires de l’Instruction publique48. Et Victor Duruy bénéficie de ce contexte favorable. Dès 1845, il obtient la croix de la Légion d’honneur, huit ans après son père. L’année suivante, Salvandy le fait officier d’académie et, en janvier 1847, officier de l’Université49. Une pluie de décorations s’abat ainsi sur le professeur – sans que l’on sache toutefois qui en est à l’initiative.

  • 50 AN : F17/7622 et 7623.
  • 51 AN : F17/2585 et 7622.

20Mais, surtout, celui-ci bénéficie, toujours en 1845, d’une promotion, qui aurait d’ailleurs pu être suivie d’autres. Le 22 septembre, il est en effet nommé professeur au collège royal Saint-Louis. Cela ne constitue pas un simple changement d’affectation : Victor Duruy n’avait en effet, à Henri IV, que le titre d’agrégé spécial chargé d’une partie de l’enseignement de l’histoire, et était placé hiérarchiquement derrière ses deux collègues Filon et Ruelle. À Saint-Louis, il devient « deuxième professeur d’histoire ». Par ailleurs, les conditions d’enseignement dans son précédent collège semblaient parvenues à un point critique. Les rapports d’inspection et ceux du proviseur, Anatole de Wailly pour les années 1843-1845 en témoignent50 : les trois professeurs sont dans une situation difficile. Filon, le seul à avoir le titre de « professeur d’histoire », est en effet en congé en raison de son incapacité à obtenir le calme dans ses classes ; il est remplacé par Burette, ce qui ne manque pas de « décourager profondément » ses deux collègues, Ruelle et Duruy. Les raisons de ce désarroi sont assez obscures, mais poussent le proviseur à réclamer un renouvellement du personnel : il pense que Filon devrait céder sa place à Ruelle, et celui-ci la sienne à Duruy, lequel commence visiblement à se lasser de son enseignement, cantonné aux classes de sixième et de quatrième, alors que ses élèves obtiennent grâce à lui de très bons résultats. Sur la foi donc de ces excellents rapports, et de la nouvelle stature acquise après la publication des deux volumes de son Histoire des Romains en 1843-1844, Victor Duruy est donc promu « deuxième professeur d’histoire » au collège Saint-Louis. Le nouveau proviseur de l’établissement, Auguste Poulain de Bossay, nommé le 14 février, n’est peut-être pas pour rien dans cette nomination. Duruy avait été son collègue à Henri IV de 1836 à 1839 et l’avait suppléé dans sa chaire de rhétorique à l’été de 1836. Poulain de Bossay avait tenté en vain, en 1846, de lui faire obtenir la médaille d’officier d’académie, et c’est à son initiative qu’il avait obtenu l’année suivante celle d’officier de l’Université51. Ces soutiens hiérarchiques viennent compléter les appuis liés à son appartenance au réseau Hachette.

  • 52 IMEC, Arch. Hachette : HAC2.S30-B21.D20 (L. Hachette à V. Duruy, 2 fév. 1855) ; J.-Y. Mollier, op. (...)
  • 53 NS I, p. 69-70.

21Le milieu des années 1840 est d’ailleurs également marqué par le début de la collaboration entre Victor Duruy et son éditeur dans le domaine de la littérature scolaire. Le 22 octobre 1844, ils signent un contrat prévoyant la rédaction d’un « Cours complet d’histoire à l’usage des collèges et de divers établissements », collection de 19 ouvrages classiques en 23 volumes, devant dresser une fresque presque intégrale de l’histoire de toutes les régions du monde. Plus que scolaire, l’ambition est véritablement encyclopédique, Louis Hachette indiquant lui-même qu’outre les manuels de chaque niveau de classe, la collection doit comprendre des « volumes accessoires », qui ne sont pas « exigés par les programmes » mais doivent « servir de complément aux études historiques ». Par ailleurs, le contrat marque la volonté de rendre cette histoire attrayante, puisqu’il est précisé que l’auteur devra s’étendre « avec complaisance » sur les faits marquants, en privilégiant notamment l’anecdote, au détriment de la synthèse. Enfin, trois à quatre volumes sont prévus chaque année, ce qui devrait rendre la collection complète au terme de six années, en 185052. Cette entreprise correspond à la volonté de Louis Hachette, grand spécialiste des manuels scolaires, dont il domine le marché depuis la décennie précédente, de réformer les ouvrages classiques alors en usage dans les établissements, « des livres encore plus bigarrés par l’esprit de la rédaction que par la forme matérielle et le prix », comme il l’expliquera à Victor Duruy en 1855. Or, ce projet rencontre chez l’historien, qui aura d’ailleurs peut-être joué un rôle dans son élaboration, un écho on ne peut plus favorable. Ce dernier est lui aussi soucieux de rénover un genre rendu inadapté par le poids des archaïsmes. Dans ses Mémoires, il explique en effet : « depuis bien longtemps, j’étais personnellement irrité contre les livres d’histoire de nos lycées : pour la plupart, sans critique et sans style, ils distillaient l’ennui aux élèves » ; aussi, dit-il, « j’entrepris de renouveler cet enseignement stérile53 ». Le premier ouvrage, une Histoire sainte d’après la Bible, un in-12 de 450 pages, paraît en 1845, tiré à 6 000 exemplaires. L’années suivante, une version allégée paraît à son tour, l’Abrégé d’histoire sainte, mais elle est indépendante de la collection. En 1847, rien n’est publié. C’est-à-dire qu’en trois années, sur la dizaine de volumes prévus normalement, un seul est paru.

  • 54 IMEC : Fonds Hachette, contrat du 10 mai 1848.

22Victor Duruy ne chôme pas cependant, travaillant à une Histoire romaine qui ne paraît qu’en 1848. Prenant leur parti de leur impossibilité de tenir les délais prévus, l’éditeur et l’auteur revoient leur copie. En 1847, ils abandonnent la formule de l’auteur unique : un traité est ainsi passé avec Fleury, proviseur du lycée d’Orléans qui doit rédiger l’Histoire d’Angleterre – cette modification ne permettant d’ailleurs pas d’accélérer le rythme de publication, puisque son volume ne paraîtra qu’en 1852. Par ailleurs, Louis Hachette et Victor Duruy semblent décider, en mai 1848, de scinder en deux la collection, comme le montrent deux contrats signés à une semaine d’intervalle. Le premier entérine le choix de la multiplicité des auteurs : chaque volume sera confié à une main différente, le nom de Victor Duruy figurant cependant sur chacune des couvertures ; et c’est dans ce cadre qu’est signé en décembre un contrat dans lequel Duruy est désigné comme « directeur d’une publication ayant pour titre « Histoire universelle » ». Cette collection issue du « Cours complet » se distingue donc d’une deuxième, lancée par le contrat du 10 mai dans lequel Hachette et Duruy prévoient en effet de créer une collection qui portera le nom d’« Abrégé de l’histoire universelle », dont le premier volume sera un Abrégé de l’histoire de France (pour la classe de rhétorique) rédigé sur le modèle de l’Abrégé de l’histoire sainte de 184654. Ainsi le projet initial a-t-il été, après trois années d’échec, scindé en deux, pour mieux correspondre aux deux objectifs, encyclopédique et scolaire, qui lui avaient été assignés. Une collection encyclopédique de vulgarisation, l’« Histoire universelle », s’adressera à un public cultivé. L’autre, l’« Abrégé d’histoire universelle », est destinée au public des établissements d’enseignement secondaire. Elle s’étoffe d’ailleurs dans les mois qui suivent, en s’adaptant aux nouveaux programmes parus en octobre 1848. Cette même année paraissent les volumes sur l’histoire ancienne, l’histoire du Moyen Âge et l’histoire des temps modernes, respectivement pour les classes de cinquième, troisième et seconde. Seul manque encore l’Abrégé de l’histoire romaine pour la classe de quatrième.

Oui aux Orléans, non à la République

  • 55 « Par l’épée et par la charrue », à laquelle Victor Duruy ajoute : « et par le livre ». NS I, p. 2 (...)
  • 56 Victor Duruy, Abrégé de l’histoire de France, Hachette, 1848, p. 191 ; Chronologie de l’atlas hist (...)
  • 57 Sébastien Laurent, Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme, Grasset, 2001, p. 27-28.

23En 1847, le duc d’Aumale, ancien élève de Victor Duruy à Henri IV, est nommé gouverneur général de l’Algérie. Dans la foulée, et peut-être sur sa royale proposition, Salvandy propose à Victor Duruy pas moins que le rectorat d’Alger. Celui-ci s’empresse d’accepter, trop heureux, dit-il, de participer à cette « grande œuvre de civilisation et de patriotisme », à savoir « faire la conquête morale de ces 3 millions d’hommes dont l’hostilité est pour nous un danger continuel ». Pour cette conquête des âmes, il veut utiliser la science et le livre, reprenant la devise de Bugeaud, Ense et aratro, y ajoutant et libro55. L’Algérie est aussi pour lui un rêve de jeunesse : en 1830, déjà, il avait prévu de s’engager dans l’armée de campagne au cas où il échouerait au baccalauréat. En outre, la personnalité du duc d’Aumale n’est pas pour rien dans cette acceptation. Victor Duruy est en effet très attaché aux Orléans. Plusieurs textes de lui le prouvent, qui datent d’avant et d’après la révolution de 184856. Ainsi explique-t-il ses positions politiques en 1847 dans un « Examen de conscience » dont il conçoit le projet mais qu’il ne mettra en forme qu’au moment de rédiger ses Notes et souvenirs. Il y exprime sa position par rapport au régime de Juillet. « Louis-Philippe et ses fils me conviennent, écrit-il, mais M. Guizot, malgré son grand talent de tribune, ne me convient pas. » Les raisons de son attachement au régime et à la dynastie sont nombreuses : il s’est battu en 1830 contre la Restauration, régime honni, et considère donc peut-être faire partie de ceux qui ont lutté pour l’arrivée au pouvoir des Orléans ; c’est grâce à eux qu’il a pu quitter son exil rémois dès janvier 1834 pour devenir professeur à Henri IV, et le couple royal l’a accueilli avec bienveillance aux Tuileries alors qu’il n’avait que 22 ans. Il a par ailleurs, pendant plusieurs mois, eu l’honneur, en dépit de son jeune âge, d’enseigner aux princes royaux. On a donc là un rapport affectif à la dynastie qui n’est pas sans rappeler celui de la famille Halévy touchée par l’action bénéfique du régime de Juillet en faveur de la communauté juive57. Servir un homme, le duc d’Aumale, qui représente une dynastie à laquelle il est attaché et un régime de monarchie bourgeoise à son goût, serait donc pour Victor Duruy un grand bonheur, tout autant que partir pour l’horizon méditerranéen qui a toujours exalté son âme romantique. Pourtant, il doit renoncer à ce rêve : le Conseil royal de l’Instruction publique, encore puissant sous la férule de Victor Cousin et de Saint-Marc-Girardin, s’oppose, pour des raisons qui nous sont inconnues, et peut-être liées à des luttes d’influence, à sa nomination.

  • 58 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 271.
  • 59 AN : F17/2808 (Lectures publiques du soir instituées par Carnot : lettres de V. Duruy, 29 avril et (...)

24En février 1848, la révolution abat cette monarchie de Juillet qui a permis à Victor Duruy de devenir ce qu’il est. Salvandy doit abandonner son poste de l’hôtel de la rue de Grenelle, et le professeur perd ainsi un important soutien. Pourtant, le nouveau ministre, Hippolyte Carnot, s’intéresse, à son tour, à l’historien. Il prépare en effet un vaste plan de réformes visant à établir un grand système d’enseignement démocratisé. L’une de ses initiatives consiste à créer, en mai-juin 1848, des lectures du soir pour le peuple. Pour la réalisation de son programme, il semble désireux de s’attacher les services de Victor Duruy, dont les mérites pédagogiques autant que le libéralisme exprimé dans ses manuels scolaires semblent devoir appeler à un grand rôle dans la nouvelle université républicaine. Aussi se voit-il proposé, dès le mois d’avril, une place dans le jury pour l’examen des institutrices, un poste de professeur à l’École d’administration et un autre de lecteur du peuple pour des conférences vespérales. Ainsi Victor Duruy est-il toujours en faveur, même avec le nouveau régime : il est bel et bien devenu un acteur incontournable de l’Université parisienne. Pourtant, il décline toutes ces propositions. Il prend pour prétexte son incompétence en matière de littérature – thème sur lequel il aurait dû assurer des leçons – et, surtout, met en avant le travail immense que lui impose la préparation de son Abrégé de l’histoire de France qui paraît en effet chez Hachette dans le courant de 1848. Il ne cache pas par ailleurs son scepticisme, jugeant les initiatives du nouveau ministre comme « une de ces affaires de circonstance plus bruyantes qu’utiles », scepticisme d’ailleurs partagé par Louis Hachette58. Mais il se résigne, néanmoins, à subir son sort, si l’administration veut l’y obliger. Face à cette réponse sans enthousiasme, le cabinet du ministre note avec lucidité : « Son acceptation équivaut à un refus ». Et c’est son collègue Yanoski qui est finalement chargé des leçons du soir59.

  • 60 « Mon Examen de conscience (1847) », dans NS I, p. 55 sq. ; Abrégé de l’histoire de France…, op. c (...)
  • 61 On pourra notamment faire le parallèle avec l’auteur dramatique Eugène Scribe, chez qui ce sentime (...)

25Ce refus de servir Carnot a des motivations plus profondes que de simples questions d’emploi du temps ou d’accord avec les initiatives ministérielles, des motivations d’ordre politique qui tiennent au rapport de Victor Duruy à la nouvelle République qui s’est mise en place après la révolution de Février. Fondamentalement, Victor Duruy, très attaché au régime de Louis-Philippe, n’a pas accepté « la moins légitime des révolutions », laquelle ouvre « la porte aux utopies malsaines qui, battant en brèche la famille et la propriété, les deux bases sur lesquelles la société repose, allaient faire couler le sang, mais non pas réussir ». Dans toutes les pages où il évoque la période qui suit la chute de la monarchie de Juillet, il multiplie les critiques contre le nouveau régime. Le mot République évoque en effet pour lui, l’historien de Rome et de la France, des images relativement négatives : la dérive oligarchique de la République romaine, et celle, liberticide, sanguinaire et dictatoriale de la République de 1792. Il finit certes par se résigner, bon an mal an, en 1849, à « la seule (forme de gouvernement) qui fût à présent possible », mais uniquement lorsque ces deux tendances auront été définitivement écartées, en même temps que le danger socialiste. Car l’essentiel porte évidemment sur son aversion pour la révolution d’une part, pour le socialisme d’autre part, dont ses textes rédigés dans les années 1847-1848 se font l’écho60. Comme beaucoup d’autres membres de certaines catégories bourgeoises d’alors, il vit « cette malheureuse année » 1848 dans la peur, de la révolution, du désordre, de la guerre civile, des bouleversements sociaux, de l’atteinte à la propriété, à la liberté61… En dépit de la quantité de travail sous laquelle il ploie, il passe beaucoup de temps au sein de son régiment de la Garde nationale, soucieux de participer au maintien de l’ordre contre les factieux. Mais au-delà de ce réflexe passionnel d’homme installé et qui craint pour ses intérêts, Duruy se montre très sévère à l’encontre du nouveau régime, contestant la nécessité du suffrage universel, regrettant la remise en cause de la prospérité économique, critiquant une constitution bâclée et donnant naissance à des pouvoirs rivaux, des mesures sociales coûteuses et dangereuses. Il décrit d’un ton navré les divisions qui agitent alors les Français, républicains ou non, et s’effraie de la flambée des revendications ouvrières. Il n’est certes pas insensible à la question sociale qui émerge en France depuis une vingtaine d’années. Il est conscient du problème que pose l’inégalité de plus en plus criante de la société industrielle en formation, « un de ces problèmes redoutables que l’humanité rencontre inévitablement sur sa route ». Il trouve même « un peu de raison théorique » aux plaintes des ouvriers : « en face de la prospérité croissante des détenteurs du capital et de la détresse de ceux qui n’ont que leurs bras pour vivre, proclame-t-il, il sera nécessaire de trouver quelque moyen d’empêcher des femmes ou des enfants de mourir de faim au pied de somptueux hôtels ».

  • 62 Analyse dans JCG, III, p. 1186 sq.

26Pour autant, il ne saurait imaginer la suppression de la misère et de l’inégalité : c’est là, dit-il, toute « l’utopie du socialisme » de vouloir vaincre ce mal social : « la sagesse sociale, corrige-t-il, est d’aviser à en réduire la proportion, comme la science s’applique à diminuer le mal physique, sans espérer qu’elle pourra jamais l’anéantir ». Vains, les espoirs des socialistes sont en outre injustes, car d’après lui, « il s’agit de faire arriver tout le monde au bien-être, fût-ce en partageant les biens les mieux acquis », autrement dit prendre au riche le fruit de son labeur pour le donner au pauvre, ce que le bourgeois installé qu’est Victor Duruy ne saurait supporter. Le socialisme remet en effet violemment en cause la propriété, et Victor Duruy tient à la défendre, en tant qu’« extension de la liberté individuelle. » Et la conclusion s’impose d’elle-même : « Toucher à l’une ce serait détruire l’autre. » Vieil antagonisme, courant dans la pensée libérale du XIXe siècle dont il n’est qu’un représentant parmi d’autres. Les solutions à la question sociale résident d’après lui dans l’éducation, dans un système de charité organisé par l’État sur la base du principe de solidarité, ainsi que dans un changement d’attitude de la bourgeoisie vis-à-vis de la richesse62. Solutions douces et sur le long terme, qui s’opposent à celles, violentes et radicales, proposées par les leaders du mouvement ouvrier. Aussi Victor Duruy condamne-t-il sévèrement l’esprit révolutionnaire qui inspire le comportement de la gauche au pouvoir en février 1848. Il dénonce ces « creuses et fausses doctrines », ces « utopies malsaines » et « dangereuses », répandues par « d’intrigants déclamateurs, des sophistes criminels », des « prédicants de guerre civile ».

  • 63 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 213.

27Face au danger, et comme beaucoup d’autres de ses concitoyens, Victor Duruy choisit, lors des élections présidentielles de décembre 1848, l’ordre et la paix sociale. Bonaparte, qui prône lui aussi le retour à l’ordre, est trop lié aux milieux cléricaux, trop imprévisible dans ses ambitions, pour remporter son suffrage. C’est donc à Cavaignac, « l’homme de juin », celui qui « venait de nous sauver d’une insurrection formidable », le « défenseur de l’ordre », qui plus est un « noble caractère » et un « honnête homme », qu’il apporte sa voix, comme d’ailleurs une majorité de ses collègues de l’Université63. En même temps, il s’agit bien d’un ralliement au régime républicain, dont Cavaignac est l’un des hérauts. Ralliement de raison et non de cœur, à un homme d’ailleurs plus qu’à une philosophie politique, par défaut et non par enthousiasme. On l’a dit, à la fin de 1848, et en 1849, le régime se stabilise, les troubles s’amenuisent, l’ordre revient. Si le général a pu séduire Victor Duruy, Hippolyte Carnot, en revanche, trop avancé politiquement, trop lié, par son nom et ses idées, à une forme de République qui lui faisait peur, à un moment de troubles, ne pouvait certainement pas obtenir l’adhésion du professeur bourgeois.

Le maître en chaire

  • 64 JGIP, 18 août 1847.
  • 65 AN : F17/7622 et 7623.

28Lors de la cérémonie de remise des prix du concours général de 1847, c’est Victor Duruy qui est chargé de prononcer le discours traditionnel pour le collège Saint-Louis64. C’est un signe de la place qu’il occupe au sein du monde enseignant parisien à la fin des années 1840. Il est en effet devenu un professeur en vue de l’Université, courtisé par les Orléans comme par la République, et dont l’œuvre historique rencontre un certain succès. Cette réussite s’explique bien sûr par les appuis dont il bénéficie, mais aussi par les qualités professionnelles dont il fait preuve et dont témoignent les quelques sources qui nous renseignent sur sa pratique pédagogique. Pour toute la période des années 1840 et 1850, nous disposons d’une série assez complète de rapports qui nous permettent de nous faire une idée relativement précise de sa façon d’enseigner. Celle-ci est d’abord conditionnée par les condition matérielles dans lesquelles il exerce sa profession65. Au lycée Henri IV, elles semblent difficiles : de nombreux rapports évoquent en effet le manque de place, qui prive l’établissement de bibliothèque, le délabrement des locaux, l’obscurité des salles. Le matériel pédagogique est aussi fort restreint : non seulement il n’y a pas de livres, mais, en outre, le collège ne possède aucune carte murale, ce qui compromet gravement l’efficacité des cours d’histoire et de géographie. Et il semble que ce soit uniquement pour des raisons budgétaires que professeurs et élèves soient privés du matériel pédagogique élémentaire. Les rapports qu’entretient le professeur avec les autres membres de la communauté scolaire sont aussi déterminants. Globalement, l’administration du collège est jugée trop molle, trop indulgente, et le travail des élèves semble en pâtir : la discipline trop peu stricte ne les pousse pas au travail. Le proviseur, Anatole de Wailly, lui-même fils d’un ancien proviseur de lycée, est bien noté pour son zèle, son dévouement, ses qualités humaines, mais on lui reproche aussi sa gestion imparfaite de l’établissement. Les professeurs eux-mêmes semblent se sentir peu concernés par le maintien de la discipline, et les rappels et l’ordre de l’inspection sur leurs devoirs tendraient à prouver qu’ils ne cherchent pas à s’investir systématiquement dans la gestion purement disciplinaire du public scolaire. Pourtant ils pâtissent aussi du relâchement des élèves, et Victor Duruy est plusieurs fois alerté sur la mollesse de sa direction pédagogique, qui nuit gravement aux conditions d’écoute dans la classe. Plus grave, son collègue Filon doit, en 1843-1844, abandonner son enseignement en raison de son incapacité à tenir ses élèves.

  • 66 Outre les rapports déjà cités, pour la situation du collège Henri IV sous la monarchie de Juillet, (...)
  • 67 AN : F17/7622 (rapports d’inspection), 7532 et 7533 (règlements des études et emplois du temps).

29Les problèmes de direction, de discipline et de matériel poussent certains inspecteurs à considérer que le collège Henri IV connaît un certain déclin dans les années 1830-184066. Le nombre d’élèves est pris comme un révélateur : après des années d’embellie sous la Restauration, il atteint près d’un millier d’élèves en 1830, mais ce chiffre passe sous les 700 au milieu de la décennie et, s’il remonte ensuite, ce n’est guère au-delà de 900. L’établissement paraît alors reprendre le rang qui lui est dû, et la cérémonie de remise des prix du 21 août 1838 en est le témoin : en raison de la présence ancienne des fils de la famille d’Orléans dans l’établissement, cette séance se déroule en présence de la reine Marie-Amélie, de Madame Adélaïde, de la princesse Clémentine, et d’autres personnages de la cour. Pourtant, l’embellie ne semble pas se pérenniser, et on a toujours au milieu des années 1840 des constats assez pessimistes. Ainsi le rapport de l’inspection générale pour l’année 1845-1846 estime que « la situation du collège royal Henri IV n’est pas […] ce qu’elle devrait être », et parle même de la « décadence » du collège. On voit donc que les conditions d’exercice par Victor Duruy de son métier d’enseignant ne sont pas facilitées par le contexte de l’établissement. Et la routine dans laquelle on le maintien n’arrange rien. De 1833 à 1841, deux dates pour lesquelles nous avons pu reconstituer son service au lycée, on constate en effet qu’il a exactement le même emploi du temps, constitué de deux heures quotidiennes, du lundi au samedi, de 14 heures 30 à 16 heures 30 (sauf le jeudi, de 10 heures à 12 heures). Par ailleurs, durant toutes ces années, il semble cantonné aux classes de sixième et de quatrième, auxquelles il n’enseigne que l’histoire ancienne et romaine. Exceptionnellement, les sources indiquent qu’il a également en charge des cinquièmes (histoire ancienne également). En 1836, il supplée aussi pour quelques semaines son collège Poulain de Bossay en rhétorique. Globalement donc, son enseignement se restreint au seul domaine de l’histoire ancienne, ce qui correspond certes à sa spécialisation d’historien mais constitue, d’après les inspecteurs de 1837, « la tâche la plus difficile et la plus ingrate67 ».

  • 68 Edgar Zévort, « Victor Duruy », Revue pédagogique, XXV, 1894, p. 481-490 ; EL, p. 22 et 28-29.

30Pour connaître la pratique pédagogique de Victor Duruy dans sa classe, les sources sont maigres hors les rapports d’inspection. Un seul de ses élèves en a laissé une trace : Edgar Zévort, qui fut son élève au lycée Napoléon (ou Henri IV) dans la deuxième moitié des années 1850. On trouve également quelques éléments fournis par Ernest Lavisse, qui ne l’eut jamais comme professeur mais qui côtoya, à Charlemagne puis à l’École normale, le fils de son futur mentor68. Grâce à ces quelques sources, Victor Duruy apparaît à nos yeux, dans sa chaire, face à la cinquantaine d’élèves de chacune des trois ou quatre divisions dont il a la charge, et on peut tenter de décrire son enseignement. « Les collèges royaux qui ont de tels professeurs doivent se trouver très heureux » : tels sont les mots du « Tableau de l’enseignement » de l’année 1840-1841 à propos de Victor Duruy. Phrase emblématique, qui résume à elle seule quasiment l’ensemble des commentaires faits sur lui par sa hiérarchie. Celle-ci n’a de cesse de relever ses « qualités estimables », ses « connaissances étendues », sa « critique sûre », sa « sagacité », sa « finesse d’esprit » ; il est un « habile agrégé », « instruit et spirituel », qui possède « du savoir, de l’esprit, un caractère doux et bienveillant »… La répétition, presque systématique, de ces compliments, n’est pas due à la seule paresse administrative des auteurs des rapports, notamment des proviseurs qui reprennent souvent, d’une année sur l’autre, les mêmes mots. Elle montre que Victor Duruy était un professeur de qualité, et que tout le monde s’accordait sur ce sujet. Par ailleurs il faut être conscient du fait qu’il ne s’agissait pas de formules convenues, adressées à tous les fonctionnaires de l’Université, par esprit de corps ou volonté d’autopromotion des chefs d’établissement. Ainsi en 1838, le proviseur du collège Henri IV déplore la nullité pédagogique du collègue de Victor Duruy, Chanut, et déclare qu’il « tue notre enseignement historique ».

  • 69 E. About, Le Progrès…, op. cit., p. 380.

31Du reste, à coté de ces louanges, les reproches et critiques ne sont pas absents des rapports d’inspection. Jusqu’en 1838, l’inexpérience de Victor Duruy est souvent montrée du doigt, moins pour l’accuser cependant que pour excuser ses défauts. Mais ce reproche disparaît ensuite, et, en 1842, les inspecteurs généraux se disent convaincus « qu’il aurait peu de choses à faire pour que son enseignement soit irréprochable ». Par ailleurs Victor Duruy suscite, très souvent, un reproche principal, et qui peut paraître anodin : il ne porte pas systématiquement la robe de professeur, cet uniforme de l’Université, symbole de l’autorité intellectuelle et morale du corps enseignant. Cela montre que, tout zélé qu’il est, il n’en respecte pas forcément les règlements et, surtout, les principes de base, les symboles de l’Université. C’est le signe soit d’un désintéressement ou d’un mépris pour les oripeaux vestimentaires, soit d’une volonté iconoclaste plus provocatrice de ne pas obéir – ce qui est moins probable. Sûrement est-il conscient de l’inutilité d’une telle robe, de ce symbole un peu dépassé, voire suranné. Peut-être aussi faut-il y voir une volonté de rompre avec l’influence religieuse encore forte sur l’Université ; rappelant le poids que l’Église avait toujours eu sur l’enseignement, Edmond About observe en effet : « La robe du professeur est une soutane un peu plus courte que l’autre. Changez cela, et habillez les professeurs en hommes, si vous voulez qu’ils pensent et qu’ils parlent en hommes69 ». L’anticlérical Victor Duruy souhaite-t-il lui aussi laïciser sa tenue professionnelle ? En tout état de cause, il apparaît clairement que, si la toge pouvait apparaître aux yeux de la hiérarchie comme un gage d’autorité, le professeur semblait ne pas avoir besoin de cet artifice pour imposer le calme à ses classes.

  • 70 Paul Gerbod, « La Place de l’histoire dans l’enseignement secondaire de 1802 à 1880 », L’Informati (...)

32Les témoignages montrent en effet qu’il savait les tenir, et que la discipline y était généralement très bonne. Cela ne l’empêche pas bien sûr de connaître aussi ce problème d’indiscipline, chronique alors à Henri IV, et, en outre, très répandu dans les cours d’histoire qui, alors, n’attirent pas beaucoup les élèves70. En outre, « son caractère doux et bienveillant », noté par les inspecteurs, son « affectueuse bienveillance » remarquée par Edgar Zévort, peuvent parfois le desservir, sa hiérarchie remarquant parfois que ses élèves en profitaient pour provoquer quelque chahut… Ce qui entraîne de sévères réactions. Ainsi en 1843, dans un cours de sixième particulièrement pénible, il n’hésite pas à faire preuve d’autorité ; un inspecteur général, qui assiste à la scène, raconte qu’« il s’interrompt brusquement, et, grossissant sa voix, il impose immédiatement une forte punition ». D’ailleurs, l’inspecteur juge la réaction disproportionnée – le professeur aura sûrement exagéré en raison de sa présence– et trouve dommage que Victor Duruy « s’écarte des règlements en ordonnant aux petits coupables de se mettre à genoux »… Mais le professeur Duruy n’a pas systématiquement besoin de montrer son autorité. Car ses cours semblent intéresser les élèves, et susciter chez eux une certaine attention. En cela, il n’est pas aidé pourtant par son élocution. Inspecteurs et élèves s’accordent sur ce point : Zévort trouve que « sa parole manquait de chaleur », Lavisse relève sa « voix lente, un peu sourde et grasse » et sa gestuelle parcimonieuse, et l’inspection parle d’une certaine froideur, et d’un certain manque d’animation. Par ailleurs, le niveau semble placé relativement haut, et les rapports insistent souvent sur la difficulté qu’éprouvent parfois les élèves à le suivre, seuls les meilleurs se montrant aptes à satisfaire aux exigences de compréhension du professeur – défaut que l’on note surtout, là encore, en début de carrière essentiellement.

  • 71 NS I, p. 85-86.
  • 72 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 88.
  • 73 Ad. Mourier à J. Michelet, 22 août 1835, dans J. Michelet, op. cit., II, p. 336 ; Alexandre de Maz (...)

33Pourtant, en dépit de ces défauts de forme et de fond, Duruy sait captiver ses élèves, les intéresser. À l’opposé des cours très théoriques, voire abscons, et complètement déshumanisés de ses collègues de grammaire ou de langues, il utilise tous les ressorts de la narration permis par la discipline historique, multiplie anecdotes et détails pittoresques, et n’hésite pas à surprendre son auditoire, bon moyen d’éveiller son intérêt : en 1853, alors qu’on annonce l’arrivée de l’inspecteur général Nisard, le professeur change tout à coup le sujet de son cours, et remplace une leçon sur la rhétorique du XVIIIe siècle par la bien plus passionnante évocation de la colonisation européenne au siècle des Lumières71. Edgar Zévort se souvient également des cours où il sacrifiait le programme prévu pour leur faire le récit de son voyage dans l’Europe danubienne en 1855. Aussi ces cours semblent-ils marquer les élèves qui les suivent. Et ce d’autant plus qu’il sait se montrer proche des jeunes qui lui sont confiés, s’en occuper, les encourager, les motiver – à une époque où l’Université était peu habituée au dialogue entre les maîtres et leurs élèves72. Outre Edgar Zévort, d’autres noms célèbres auront bénéficié des talents pédagogiques de Victor Duruy, d’Adolphe Mourier à Émile Augier, en passant par le cardinal Perraud, Marcellin Berthelot, ou encore Victorien Sardou73.

  • 74 AN : F17/7622 et 7623 (Rapports d’inspection générale des collèges royaux).
  • 75 AN : F17/9096 (Procès-verbal de l’enquête faite au lycée Napoléon, sur les résultats du nouveau pl (...)

34Les nombreux rapports d’inspection permettent également de se rendre compte des choix pédagogiques opérés par Victor Duruy, de la façon dont il met en œuvre l’enseignement de l’histoire dans ses classes74. Et, avant tout, on peut voir comment il comptait traiter les programmes. Le rapport de l’inspection générale pour 1842-1843 explique en effet la façon dont il a programmé son cours de sixième, divisé en deux parties : « pendant les cinq premiers mois il voit le cours entier, dont il dicte une sorte de résumé. […] Dans les cinq derniers mois, on revoit avec plus de détails, tout le travail des cinq premiers ». Victor Duruy justifie lui-même cette programmation originale à l’inspecteur : pour lui, il s’agit surtout de faire en sorte que les élèves n’oublient pas ce qu’ils ont appris. Il est vrai que le but de l’enseignement secondaire est alors, principalement, d’instruire les élèves, de leur faire digérer des monceaux énormes de connaissances. Et, en raison du fameux adage pédagogique qui veut qu’« enseigner c’est répéter », il voit avec eux, deux fois, les points du programme. Son but n’est pas de remettre en cause le système, bien au contraire : il crie avec les loups contre ce vieux serpent de mer de l’enseignement français, la baisse du niveau des élèves, souscrivant, il y a cent cinquante ans déjà, avec ses collègues, à ce constat dramatique : « Les élèves n’ont plus aucune habitude d’écrire, même en rhétorique ; ils ne lisent plus ; ils comprennent à peine les questions qu’on leur pose ; quelques-uns ignorent l’orthographe75 ». L’idée n’est donc pas de baisser les exigences, mais bien de renforcer la capacité des élèves à y répondre. D’ailleurs, cette méthode présente dans l’absolu un autre avantage pédagogique : la progressivité, et ce d’un point de vue cognitif (on va du général au particulier, du simple au complexe) autant que méthodologique. Pendant les cinq premiers mois en effet, les élèves recopient le résumé, sous la forme d’une dictée qui a « le mérite d’être concise » et « prennent, de plus, des notes pendant la leçon orale », dont ils « rapportent une rédaction sommaire ». Ensuite seulement, dans la deuxième moitié de l’année, « les rédactions sont plus développées ». Pour ce faire, Victor Duruy encourage les élèves à utiliser les manuels. Mais la connaissance n’est pas la seule de ses préoccupations, dans la mesure où il attache beaucoup d’attention à la forme littéraire des rédactions de ses élèves : on voit donc qu’il est tout à fait dans la perspective classique, où la forme est tout aussi importante que le fond, sinon plus. Là encore, donc, les élèves voient les exigences augmenter, même si l’on pourrait arguer du fait que cela se fait de manière brusque, d’un semestre à l’autre, et non de manière progressive. Ce qui peut paraître étonnant, c’est que les inspecteurs qui constatent l’utilisation de cette méthode « concentrique », à laquelle Victor Duruy reste longtemps attaché (c’est celle-là qu’il met en œuvre dans les programmes de l’enseignement secondaire spécial à partir de 1865), ne la commentent pas. Ils n’en ont pas besoin en fait, les résultats parlant d’eux-mêmes, et l’inspection générale relève pour ce faire les prix et accessits obtenus par les élèves, qu’ils attribuent à la qualité de l’enseignement de leur professeur et à l’efficacité de la méthode adoptée. À titre d’exemple, nous citerons cette phrase du rapport d’inspection du 23 mars 1844 : « M. Duruy a obtenu aux derniers concours pour les classes de 4e et de 6e des succès si brillants et sa classe de IVe [sic] a offert à la dernière inspection des résultats si remarquables que nous recommandons ce professeur. » En définitive, qu’il s’agisse de gestion disciplinaire, de choix pédagogiques ou de rapports avec les élèves, Victor Duruy n’est pas sans défauts – notamment en début de carrière – mais a tout d’un bon professeur.

35Au milieu du XIXe siècle, après une quinzaine d’années de carrière, Victor Duruy est donc devenu un professeur en vue du milieu universitaire parisien. Bien noté par ses supérieurs et par l’inspection, en raison de réelles qualités professionnelles, il s’est en outre fait remarquer pour un beau travail d’érudition, l’Histoire des Romains, et a connu une série de marques de reconnaissance officielle venant de décideurs extrêmement divers. Si les manuels auxquels il a participé chez Chamerot n’ont eu qu’une audience limitée, il commence à peine sa collaboration avec Hachette en termes d’ouvrages classiques, et peut donc espérer fortifier encore sa position au sein du milieu enseignant de la capitale. Il est bel et bien devenu un notable universitaire, ascension professionnelle du reste accompagnée d’une ascension sociale qui lui a permis, dans ce même laps de temps de quinze années, de devenir un homme installé, époux et père de famille. Les années 1850 et 1860 sont dans la continuité de ce mouvement, et marquent autant la poursuite chaotique de sa progression professionnelle, jusqu’au ministère, que la confirmation de sa notabilité bourgeoise.

Notes

1 P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 43.

2 JS, p. 90.

3 NS I, p. 22-24 ; J. Michelet, op. cit., II, p. 98-99 ; Georges Dethan, « Michelet et Chéruel, maître et élève », Précis analytique des travaux de l’Académie de Rouen, 1994, p. 215-218 ; P. Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 183.

4 Sur Reims au début des années 1830, voir A. M. G. de Paul de Saint-Marceaux, Notes et documents pour servir à l’histoire de la ville de Reims pendant les quinze années de 1830 à 1845, Reims, Brissart-Binet, 1853, 516 p. ; Georges Boussinesq et Gustave Laurent, Histoire de Reims depuis les origines jusqu’à nos jours, Reims, Matot-Breine, 1933, 969 p., tome II ; Alexandre Hannesse, Histoire populaire de la ville de Reims, Reims, impr. coopérative, 1879, repr. Paris, Sédopols, 1987, 165 p., p. 145-146 ; Pierre Desportes, dir., Histoire de Reims, Privat, 1983, p. 281-310 (notamment les pages sur la vie culturelle dues à Maurice Crubellier, p. 339 sq.) ; John H. Merriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France 1815-1870, Seuil, 1994 (1991), p. 223-251.

5 Victor Duruy, Causeries de voyage, Hachette, 1864, p. 16-17.

6 Rappelons également que Guizot avait interrogé Victor Duruy lors des examens de deuxième et troisième années à l’École normale.

7 Raymond Cazelles, Le Duc d’Aumale, prince aux dix visages, Tallandier, 1984, p. 37 ; J. Michelet, op. cit., II, p. 482 ; NS I, p. 23-24.

8 JS, p. 90.

9 NS I, p. 22.

10 J. Michelet à V. Duruy, 2 février 1834, dans J. Michelet, op. cit., XII, p. 460.

11 J. Michelet, op. cit., II, p. 265-270 (carnets de comptes) ; E. Fauquet, op. cit., p. 167.

12 J. Michelet, ibid., p. 395-401, 514-520, 672-677.

13 AN : AJ61/1 (Promotions de l’École normale supérieure).

14 E. Fauquet, op. cit., p. 200 sq.

15 AN : AJ16 /86 et 87 ; Bulletin universitaire, t. VII, p. 209.

16 G. Millet à J. Michelet, 21 février 1837, dans J. Michelet, op. cit., II, p. 531.

17 Bulletin universitaire, t. VII, p. 421.

18 V. Duruy à J. Michelet, dans J. Michelet, op. cit., II, p. 818.

19 P. Petitier, op. cit., p. 117 et 127.

20 Ibid., p. 41 et 47.

21 JS, p. 91-93 ; Gerbod, La Vie…, op. cit., p. 37.

22 A. Chevallier, « Nécrologie : André Laugier », Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie, 1832, p. 502-510.

23 Adolphe Laugier, « Avant-propos », Pandectes pharmaceutiques, Louis Colas, 1837.

24 Journal de pharmacie et des sciences accessoires, 1834, IX, p. 511 et 1837, XXIII, p. 316.

25 Philippe Lebas, Histoire du Moyen Âge, Firmin-didot fr., rééd. 1847, vol. I, préface, p. viii et 133.

26 Ibid., Allemagne, Firmin-Didot fr., 1838, vol. II, p. 211, note 1.

27 AN : F18/1745 (dossiers des imprimeurs : dossier Chamerot) ; J.-Y. Mollier, op. cit., p. 223.

28 Géographie physique et politique contemporaine, Chamerot, 1840, 2 vol., prospectus.

29 JGIP, 6 novembre 1841, p. 545-546.

30 V. Duruy, Géographie politique de la République romaine et de l’Empire, Chamerot, 1838, p. I-VI.

31 AN : F17/7622 (Rapports d’inspection générale des années et tableaux de l’enseignement, 1840-1843).

32 AN : ET/lxviii/943 (Contrat de mariage entre Victor Duruy et Mlle de Graffenried, 18 février 1841) et ET/lxviii/1199 (Succession d’Elisa Adélaïde de Graffenried, 17 août 1867) ; Gustave Chaix d’Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises, anciennes ou notables, à la fin du XIXe siècle, Evreux, Imprimerie Charles Herissey, v° « Duruy » ; Dictionnaire historique et biographique de la suisse, Neuchâtel, Administration du dictionnaire, 1926, tome 3, v° « Graffenried ».

33 Edmond et Jules de Goncourt, Journal des Goncourt. Souvenirs de la vie littéraire, 1851-1896, Laffont, 1989, II., p. 979.

34 Il y fait plusieurs fois références dans ses Causeries…, op. cit.

35 ADP : DQ8/933 (Table des décès d’enfants, 1838-1848, lettres D à H).

36 ADP : 5MI5/9 (Acte de naissance de Jean Rodolphe Ernest Anatole Duruy, 9 mai 1840).

37 ADP : V2E/4275 (Acte de naissance d’Elise Caroline Marie Gabrielle Duruy, 1er août 1841).

38 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, A. Colin, 1968, p. 77.

39 Philippe Ariès et Georges Duby, dir., Histoire de la vie privée, 4. De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, « Points Histoire », 1999, p. 490-491.

40 AN : ET/lxviii/943 — Contrat de mariage entre Victor Duruy et Mlle de Graffenried (18 février 1841).

41 À l’emplacement de l’actuel numéro 5 de la rue Laromiguière (5e arr.).

42 George Bibesco, Prisonnier. Coblence 1870-1871, Plon, Nourrit et Cie, 1899, p. 94 ; Jacques Demogeot et Henry Montucci, De L’Enseignement secondaire en Angleterre et en Ecosse, Imprimerie impériale, 1868, p. 595 ; NS I, p. 24.

43 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 215.

44 i.e. Revue de géographie comparée.

45 i.e. Répertoire de littérature allemande et étrangère de Leipzig.

46 Zeitschrift für vergleichende Erdkunde, 1842, p. 562 ; Leipziger Repertorium der Deutschen une ausländischen Literatur, 1843, p. 66-67 ; Encyclopédie des gens du monde, 1844, p. 594 ; RIP, 15 décembre 1843, 25 octobre 1844, 15 janvier 1846 ; François de Champagny, « Des études sur l’histoire ancienne », Le Correspondant, XII, 1845, p. 777-803 ; Louis Lacroix, La Religion des Romains d’après les Fastes d’Ovide, Joubert, 1846, p. 282 ; Nouvelle Revue encyclopédique, janvier-avril 1847, tome III, p. 241-251 ; Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Du Droit à l’oisiveté et de l’organisation du travail servile dans les républiques grecques et romaine, Guillaumin et Cie, 1849, p. 324 et Du Problème de la misère et de sa solution chez les peuples anciens et modernes, Guillaumin et Cie, 1851, vol. I, p. 451-452 (notes).

47 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 207-209 ; Alain Choppin, Le Pouvoir et les livres scolaires au XIXe siècle. Les commissions d’examen des livres classiques, thèse de 3e cycle, Université Paris-I, dir. Antoine Prost, 1989, p. 110 ; Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Abel Villemain, Delaroque aîné libraire, 1871, 158 p., no 954.

48 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 165.

49 AN : LH/876/49.

50 AN : F17/7622 et 7623.

51 AN : F17/2585 et 7622.

52 IMEC, Arch. Hachette : HAC2.S30-B21.D20 (L. Hachette à V. Duruy, 2 fév. 1855) ; J.-Y. Mollier, op. cit., p. 252.

53 NS I, p. 69-70.

54 IMEC : Fonds Hachette, contrat du 10 mai 1848.

55 « Par l’épée et par la charrue », à laquelle Victor Duruy ajoute : « et par le livre ». NS I, p. 29. Il utilisera également cette formule dans un discours à l’Alliance française en 1885, cf. François Chaubet, L’Alliance française et la diplomatie de la langue (de 1883 à la fin des années trente). Contribution à l’étude de l’action culturelle française à l’étranger, mémoire HDR, IEP de Paris, dir. Jean-François Sirinelli, 2003, 3 vol., vol. I, p. 27.

56 Victor Duruy, Abrégé de l’histoire de France, Hachette, 1848, p. 191 ; Chronologie de l’atlas historique de la France, Chamerot, 1849, p. xv-xvi ; Histoire de France, Hachette, 1893, 2 vol., vol. II, p. 674-687 ; « Mon examen de conscience (1847) » dans NS I, p. 53 ; ibid., p. 23.

57 Sébastien Laurent, Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme, Grasset, 2001, p. 27-28.

58 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 271.

59 AN : F17/2808 (Lectures publiques du soir instituées par Carnot : lettres de V. Duruy, 29 avril et 5 mai 1848) ; NS I, p. 68.

60 « Mon Examen de conscience (1847) », dans NS I, p. 55 sq. ; Abrégé de l’histoire de France…, op. cit., 1848, p. 235-237 ; Chronologie de l’atlas…, op. cit., 1848, p. p. xv-xix ; Nicolas Roussellier, « La Culture politique libérale », dans S. Berstein, Les Cultures politiques en France, Paris, Seuil, UH, 1999.

61 On pourra notamment faire le parallèle avec l’auteur dramatique Eugène Scribe, chez qui ce sentiment est particulièrement marqué. Cf. Jean-Claude Yon, Eugène Scribe, la fortune et la liberté, Saint-Genouph, Librairie Nizet, 2000, p. 264-266.

62 Analyse dans JCG, III, p. 1186 sq.

63 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 213.

64 JGIP, 18 août 1847.

65 AN : F17/7622 et 7623.

66 Outre les rapports déjà cités, pour la situation du collège Henri IV sous la monarchie de Juillet, cf. Le Lycée Henri-IV, Gérard Klopp, 1996, 268 p. ; Gustave Dupont-Ferrier, Les Écoles, lycées, collèges, bibliothèques. L’enseignement public à Paris, Librairie Renouard – H. Laurens, 1936, 279 p.

67 AN : F17/7622 (rapports d’inspection), 7532 et 7533 (règlements des études et emplois du temps).

68 Edgar Zévort, « Victor Duruy », Revue pédagogique, XXV, 1894, p. 481-490 ; EL, p. 22 et 28-29.

69 E. About, Le Progrès…, op. cit., p. 380.

70 Paul Gerbod, « La Place de l’histoire dans l’enseignement secondaire de 1802 à 1880 », L’Information historique, XXVII, 1965, p. 125.

71 NS I, p. 85-86.

72 Gerbod, La Condition…, op. cit., p. 88.

73 Ad. Mourier à J. Michelet, 22 août 1835, dans J. Michelet, op. cit., II, p. 336 ; Alexandre de Mazade, Souvenirs du collège Henri IV (1846-1852), Chaix, 1904, p. 3-4 ; NS II, p. 307.

74 AN : F17/7622 et 7623 (Rapports d’inspection générale des collèges royaux).

75 AN : F17/9096 (Procès-verbal de l’enquête faite au lycée Napoléon, sur les résultats du nouveau plan d’études, 4 mai 1857).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search