Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Première partie. Héritages et formation (1811-1833)

Chapitre II. Une formation classique (1824-1833)

Texte intégral

  • 1 A. Daumard, Les Bourgeois…, op. cit., p. 244 sq.

1L’ascension de Charles Duruy au cœur de la bourgeoisie parisienne ne constituait qu’une première étape de son ascension sociale, et son accession à un niveau de notabilité respectable ne pouvait être une fin en soi. Pour être effective, celle-ci devait en effet s’inscrire dans la durée et se poursuivre au moins à la génération suivante – selon un règle bien établie au sein de la bourgeoisie française du XIXe siècle1. Pour ce faire, il était nécessaire d’assurer aux enfants un bon mariage et de solides études. C’est pour cette raison que Charles Duruy fait entrer son fils dans l’enseignement secondaire : c’est alors la filière de l’élite, la seule susceptible de lui fournir le bagage culturel indispensable à sa réussite professionnelle et à son ascension sociale. Victor Duruy fréquente ainsi le collège particulier Sainte-Barbe de 1824 à 1830, avant d’intégrer l’École normale en 1830, d’où il sort trois ans plus tard avec l’agrégation. Ces neuf années d’études font de lui un pur produit de l’enseignement classique, idéalement formé aux humanités, titulaire du baccalauréat, de la licence et de l’agrégation. C’est en effet avec ces bagages, au terme d’une scolarité qui n’a pas connu que des succès, qu’il parviendra à faire fructifier le capital socioculturel accumulé par son père.

Le collège particulier Sainte-Barbe (1824-1830)

Un collège parisien sous la Restauration

  • 2 À ne pas confondre avec le collège Sainte-Barbe, cf. infra.
  • 3 Sur l’histoire du collège Sainte-Barbe (devenu collège Rollin), trois ouvrages anciens mais très r (...)
  • 4 AN : AJ16/50 (Rapport d’inspection sur les collèges royaux et particuliers de l’Académie de Paris, (...)
  • 5 NS I, p. 11 ; V. Duruy à Mme Michelet, 1er juillet 1884, dans H. Hauser, « Quelques souvenirs de V (...)
  • 6 E. Gallois, op. cit., p. 20-21.
  • 7 Nous renvoyons pour cette question du Tout-Paris à l’ouvrage de Anne Martin-Fugier, La Vie élégant (...)

2Le 7 mars 1824, le jeune Victor Duruy, alors âgé de douze ans et demi, fait son entrée au collège particulier Sainte-Barbe2. Il s’agit d’une ancienne institution religieuse d’enseignement secondaire, créée à la fin du XVIIe siècle, supprimée par la Révolution et rétablie en 1797 par l’abbé Nicolle. Celui-ci est un proche du duc de Richelieu, et obtient pour son établissement, grâce à ses relations avec le pouvoir, le titre de « collège particulier » en 1821 – statut équivalent à celui des « collèges royaux » hérités des lycées napoléoniens et chargés de l’éducation des fils de l’élite sociale du pays3. Parmi les neuf collèges (royaux ou particuliers) que compte alors l’académie de Paris, le collège particulier Sainte-Barbe est sans conteste l’un des meilleurs. Un rapport d’inspection rédigé en avril 1823, soit un an avant l’entrée de Victor Duruy, montre en effet que c’est celui qui obtient les meilleurs classements quant aux résultats des élèves aux traditionnels examens du cinquième mois de l’année scolaire, devant d’autres établissements aux noms pourtant prestigieux, Saint-Louis, Henri IV, Charlemagne ou Louis-le-Grand4. Comme tout collège, Sainte-Barbe a un recrutement extrêmement restreint. Victor Duruy le décrit lui-même comme une « maison aristocratique », un établissement « peuplé de fils de grands seigneurs5 ». Les archives du collège ne contiennent pas de listes d’élèves, mais on sait par d’autres sources qu’il recevait sous les derniers rois, d’une part des enfants de la noblesse, notamment ceux des ducs de Rohan, de La Rochefoucauld-Liancourt, de Guiche, et du baron de Barante, ainsi que les rejetons des familles de la grande bourgeoisie, notamment des fils de banquiers, d’agents de change ou de receveurs généraux6. Le collège devient même, toujours à en croire Victor Duruy, un lieu de rencontre pour le Tout-Paris, un salon mondain en plein air où se réunissent, par beau temps, chaque mercredi et chaque vendredi, les grandes dames de la capitale qui ont un fils dans l’établissement. Le collège n’est donc pas qu’un lieu d’enseignement : il constitue aussi le cadre d’une sociabilité typique pour les grandes familles parisiennes de la Restauration, ce qui parachève l’image proprement élitaire de l’établissement7.

3Autant dire que Victor Duruy, fils d’un homme qui vient seulement d’être nommé chef d’atelier à la manufacture des Gobelins, pourrait déparer parmi ses camarades. Or il n’en est rien, dans la mesure où l’établissement est ouvert, assez largement, aux classes de la bourgeoisie moyenne, ce dont témoigne Victor Duruy lui-même autant qu’Etienne Gallois. En ce sens, le collège joue, dans une certaine mesure, ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui un rôle « d’ascenseur social », en donnant à des fils de familles récemment intégrées à la bourgeoisie la possibilité d’acquérir la formation classique nécessaire à leur stabilisation sociale. C’est d’ailleurs sur recommandation de l’économe du collège, Baudement, une de ses connaissances, que Charles Duruy a pu obtenir pour son fils la possibilité d’une inscription, ainsi qu’une demie bourse pour financer ses études. Car en 1823, sa fortune personnelle est encore assez limitée, et il n’a visiblement pas encore les moyens de payer des études à son fils – comme d’ailleurs, d’après ce dernier, de l’habiller à la dernière mode, ce qui vaut à l’adolescent un certain sentiment de frustration face aux luxueux habits de ses riches camarades.

  • 8 Abbé Frappaz, Vie de l’abbé Nicolle, vicaire général de Paris, J. Lecoffre, 1857.
  • 9 NS I, p. 7.

4Pourtant, en dépit de cette ouverture, le collège reste un établissement élitiste et même aristocratique, dans son esprit comme dans sa gestion. C’est qu’il a une réputation à sauvegarder, celle qui a été sa raison d’être, lorsqu’il avait été recréé pour concurrencer un autre collège du même nom, le collège Sainte-Barbe de Victor de Lanneau, réputé pour son libéralisme. Sa refondation a d’ailleurs été largement encouragée par le pouvoir. La direction de l’établissement est en effet proche de la cour. L’abbé Charles Dominique Nicolle, frère du directeur, est, en quelque sorte, le chef honoraire et spirituel et le parrain du collège. Ancien élève et professeur de l’établissement lui-même, il avait dû abandonner son poste à la Révolution pour prendre en charge l’éducation d’un fils d’ambassadeur avant d’être nommé directeur du lycée d’Odessa par le duc de Richelieu lorsque celui-ci était gouverneur de Crimée. La Restauration est, pour l’abbé Nicolle, une période de promotions importantes, et il acquiert une place remarquée dans la hiérarchie ecclésiastique et pédagogique de l’époque : il est ainsi successivement aumônier honoraire de Louis XVIII en 1817, membre du Conseil royal de l’Instruction publique en 1820, recteur de l’académie de Paris en 1821, chanoine honoraire de la capitale et vicaire général du diocèse de Paris en 18278. C’est cet homme, très proche du pouvoir, qui est ainsi placé à la tête de l’établissement pendant toute la période où Victor Duruy y est élève. Autant dire que le collège particulier Sainte-Barbe fait en quelque sorte figure de collège officiel, et que l’esprit qui y règne est dans la droite ligne de celui qu’inspire le régime de la Restauration. Le monarchisme y est évidemment de rigueur, et la reconquête religieuse une priorité. Deux aumôniers se partagent la charge des âmes des jeunes élèves du collège, lesquels sont astreints à des pratiques religieuses quotidiennes : prière tous les matins au lever, à chaque début de cours, à chaque début d’études, à chaque début de repas, messe le jeudi et le dimanche, confession régulière. À cela s’ajoutent des cours hebdomadaires de religion à partir de la classe de cinquième. Fidélité à la monarchie des Bourbons et au catholicisme romain : le collège particulier Sainte-Barbe est bel et bien, sous la Restauration, l’un des lieux privilégiés de l’alliance renouvelée du Trône et de l’Autel. Et c’est peut-être uniquement parce que Charles Duruy y avait une relation – en la personne de l’économe, Baudement, qui lui obtient une demi-bourse9 – que le jeune Victor, en dépit des tendances politiques de sa famille, s’y retrouve élève en cette fin de l’hiver 1824.

Collégien sous Charles X

  • 10 A. Rousselot, op. cit., p. 101 sq. ; éléments dans E. Gallois, op. cit., p. 31 sq.

5On imagine sans peine qu’elle a pu être la vie de Victor Duruy au sein de ce collège, où il entra à douze ans et qu’il quitta à dix-huit. L’établissement paraît en effet être sévèrement tenu, comme l’étaient d’ailleurs tous les collèges d’enseignement secondaire d’alors. Nous ne connaissons le règlement de Sainte-Barbe que pour les années 183010, mais on peut en tirer des renseignements sur la façon dont il était géré dans la décennie précédente, et sur la vie quasi-militaire qu’y menaient les élèves, dans l’esprit des lycées tels qu’ils avaient été créés par Napoléon. Chaque matin, Victor Duruy se lève à 5 heures 30 et, au son du tambour ou de la cloche, doit se mettre en rang avec ses camarades de dortoir pour rejoindre la salle d’étude. Dans un silence que l’on exige total, il se livre pendant une heure à divers exercices et leçons, les sorties n’étant autorisées qu’au compte-gouttes. Au terme de cette première heure, très matinale, de travail, lui et ses camarades doivent, pendant trois quarts d’heure, réciter les leçons qu’ils viennent d’apprendre devant les répétiteurs. À 7 heures 30, deux heures après son lever, il peut enfin accéder au réfectoire pour le « déjeuner », avant de se rendre dans la cour pour une première récréation. Là, pas question de débordement : la surveillance est sévère. Les « jeux d’exercice » sont favorisés, à condition de se dérouler dans le calme et le respect des autres, au détriment des « jeux sédentaires », pions, dames ou échecs. Les jeux de carte sont interdits. À 8 heures, commence une nouvelle séance de travail : la classe proprement dite, avec le professeur. À 10 heures, après une nouvelle récréation d’un quart d’heure, il retourne en étude. À midi commence le « dîner », suivi lui aussi d’une récréation, jusqu’à 13 heures 45. Ensuite, il enchaîne trois quarts d’heure d’études puis deux nouvelles heures de classe. À 16 heures 30 sonne l’heure du goûter et d’une nouvelle récréation. Mais la journée de travail n’est pas terminée : après cette dernière pause de la journée, Victor Duruy doit se rendre à nouveau en étude jusqu’à 20 heures, heure à laquelle on lui sert le « souper ». Pas de distraction d’après repas : il doit, dès le lever de table, regagner son dortoir, et à 20 heures 45 sonne l’extinction des feux. Il bénéficie alors d’un repos bien mérité : levé depuis plus de quinze heures de temps, il a aligné douze heures et demi de travail entrecoupées par seulement deux heures trente de repas et de récréations.

6L’emploi du temps de la journée est donc entièrement consacré à l’étude – et, bien sûr, aux prières –, sous la surveillance perpétuelle des adultes, que ce soit en classe, dans la cour, au réfectoire ou dans les salles d’études, surveillance qui se poursuit d’ailleurs la nuit : les dortoirs sont munis de portes dont la partie supérieure est à claire-voie et qui ouvrent sur de longs couloirs perpendiculaires terminés à leurs extrémités par les chambres des préfets, sous-préfets et maîtres. En outre, un veilleur de nuit complète ce dispositif de surveillance. Le verrouillage est total. Car l’une des priorités des éducateurs au XIXe siècle est la répression de l’intimité et de la liberté des adolescents, antichambres de l’indiscipline et de l’immoralité. Et quiconque serait surpris en train de violer le règlement subirait une sanction immédiate. Car l’indiscipline, sous toutes ses formes, est sévèrement réprimée. Les contrevenants s’exposent, dans un ordre progressif, aux mauvais points, à des retenues sous forme d’heures d’études supplémentaires, ou à des privations de sortie. Ils peuvent aussi être « mis aux arrêts » et se voir confier une tâche à effectuer. Pour des fautes plus graves, c’est la salle de réflexion qui les attend : dans cette cellule isolée au dernier étage, loin des bruits de la cour, l’élève puni, assis sans confort, n’a plus qu’à recopier les leçons apprises ou des textes classiques, et à méditer sur son sort et le respect du règlement… Enfin, en dernier ressort, en cas d’atteinte grave à la morale, à la religion ou au règlement, le fautif s’expose à une expulsion immédiate du collège et à un renvoi dans sa famille.

  • 11 NS I, p. 12-13.
  • 12 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence. 1850-1914, Belin, 1999, p. 86 sq.
  • 13 Lettre citée dans Adrien Garnier, Frayssinous. Son rôle dans l’Université sous la Restauration (18 (...)
  • 14 Paul Viallaneix, Michelet, les travaux et les jours 1798-1874, Gallimard, 1998, p. 62.
  • 15 NS I, p. 10.

7La vie est dure donc pour Victor Duruy et ses camarades, sous ce régime strict, et ce d’autant plus qu’il n’existe guère d’échappatoire. Car le collège n’accueille aucun externe, et les élèves ne quittent l’enceinte de l’établissement qu’un dimanche sur deux (de 9 heures à 21 heures), ou pour des raisons exceptionnelles et, bien sûr, pendant les vacances pour ceux qui en ont les moyens – ce qui, à l’en croire, n’est pas le cas de Victor Duruy, en dépit de la proximité du domicile paternel11. Même lorsque des promenades sont organisées, il est formellement interdit de rompre le rang pour quelque raison que ce soit, même si l’élève voit un membre de sa famille : l’objectif est de tenir l’enfant à l’écart de la société sous toutes ses formes, de l’isoler, de la façon la plus hermétique possible, du monde extérieur, du siècle. Même les parents d’élèves sont invités à ne pas venir les visiter pendant la semaine. L’immersion dans le collège doit être totale, pour un conditionnement maximal. Il en va, pour les pédagogues, de l’efficacité du processus d’enseignement, en matière tant d’instruction que d’éducation morale. Car le siècle apporte avec lui les idées du temps, et celles-ci sont jugées pernicieuses, contraires aux ambitions conservatrices de l’enseignement des collèges royaux. Il s’agit de préserver la pureté, dans tous les sens du terme, de l’âme des futures élites de la monarchie. Si cette préoccupation a été bien étudiée par Agnès Thiercé pour la deuxième moitié du siècle12, on en a cependant également des traces pour les années de collège de Victor Duruy : ainsi le proviseur du collège Louis-le-Grand se plaint-il au Grand Maître de l’Université, Mgr Frayssinous, du « langage ordurier », et des « manières indécentes » qui sont le lot quotidien des élèves, par qui « le vice est pratiqué sans pudeur13 ». La discipline n’est pas toujours parfaitement respectée, en effet. Plusieurs témoignages le confirment ; ainsi Jules Michelet, jeune professeur d’histoire de Sainte-Barbe, a beaucoup de mal à éviter les chahuts dans sa classe14 ; Victor Duruy nous raconte même qu’en classe de seconde, ses camarades et lui profitaient de la myopie de leur professeur, Hector Poret, pour « cuire en classe un brochet à l’esprit de vin15 »…

  • 16 A. Garnier, op. cit., p. 337-339.
  • 17 NS I, p. 9 et 12 ; J.-C. Caron, op. cit., p. 284 ; A. Garnier, op. cit., p. 329-339.
  • 18 V. Duruy à Mme Michelet, 1er juillet 1884, dans H. Hauser, op. cit.

8Mais outre l’indiscipline chronique du collège, que l’on retrouve d’ailleurs dans d’autres établissements, ce sont les « mauvaises lectures » qui posent le plus de problème aux directeurs. Des écrits libéraux aux ouvrages à caractère pornographique, en passant par les pamphlets des chansonniers et les articles de la presse d’opposition, toute une littérature jugée dangereuse hante l’esprit des dirigeants, à tous les niveaux, du système scolaire français, et ils n’ont de cesse de se plaindre des mauvaises lectures auxquelles se livrent leurs élèves en cachette. À Louis-le-Grand comme à Saint-Louis, c’est un problème chronique16, et Sainte-Barbe n’y échappe pas non plus. Victor Duruy raconte en effet que les chansons de Béranger et les romans anglo-saxons à la mode de Walter Scott et Fenimore Cooper circulaient sous le manteau entre les élèves de l’établissement. Pire : des désordres se produisent, à Henri IV en 1822, à Louis-le-Grand en 1824, ainsi qu’à Saint-Louis ; on n’a pas trace de tels événements à Sainte-Barbe, mais il ne devait pas être plus épargné que les autres par le vent de libéralisme qui soufflait alors en trombe sur la jeunesse des Ecoles : en juillet 1830, lorsque Paris s’insurge, plusieurs élèves du collège en profitent pour faire le mur et rejoindre le mouvement. Parmi eux, Victor Duruy17. On voit donc qu’en dépit des interdictions et de la surveillance, l’administration scolaire ne parvient ni à obtenir une discipline parfaite, ni à isoler hermétiquement les élèves du monde extérieur. C’est aussi pour cette raison qu’on ne saurait avoir une image trop caricaturale de la vie de collège : le règlement est strict, mais les élèves savent toujours en contourner les prescriptions, souvent dans la plus totale impunité. Comme l’a expliqué Victor Duruy, « l’esprit du temps est comme l’air : il entre partout18 ». Il n’aura d’ailleurs de cesse, dans ses Mémoires, de défendre le collège où il a effectué ses études et de montrer qu’il était loin de correspondre à la réputation d’établissement réactionnaire, celle d’une « pépinière de royalistes et de jésuites de robe courte ». La nostalgie du vieil homme l’aura peut-être porté à une certaine bienveillance. Pourtant, au-delà de la légende véhiculée par les libéraux, qui ont longtemps opposé la progressiste « Sainte-Barbe Lanneau » à la réactionnaire « Sainte-Barbe Nicolle », il semble en effet que l’esprit qui régnait dans l’établissement des frères Nicolle a été beaucoup moins éloigné de l’air du temps qu’il n’y paraît, et que l’administration elle-même, en dépit de ses efforts, n’a pas été pour rien dans cette ouverture aux idées romantiques.

L’influence de l’air du temps

  • 19 J. Quicherat, op. cit., p. 385.
  • 20 Sur la reconstitution de ce réseau, JCG, vol. I, p. 139 sq. Nous y renvoyons notamment pour les no (...)

9Les idées du temps tournent essentiellement autour du libéralisme en politique et du romantisme en littérature. Si l’on ne saurait imputer à l’abbé Nicolle une quelconque sympathie envers l’un comme envers l’autre – il était, à en croire Jules Quicherat, « l’homme des anciennes doctrines19 » –, il n’en est pas de même de son frère, Henri Nicolle, directeur effectif du collège Sainte-Barbe. Celui-ci en effet est lié, de par ses activités passées, à un vaste réseau allant du collège à la rédaction du Journal des Débats, en passant par la jeune librairie romantique alors en plein essor20. Lorsque l’institution Sainte-Barbe de l’Ancien Régime avait dû fermer ses portes sous la Révolution, plusieurs de ses enseignants s’étaient reconvertis dans le journalisme. Henri Nicolle avait ainsi collaboré à plusieurs journaux, où il s’était lié aux frères Bertin, qu’il avait ensuite tout naturellement suivis au Journal des Débats dans leur opposition à l’Empire. Sa petite fille avait même épousé le fils de Bertin l’aîné, Adolphe. Si les Débats font longtemps figure de feuille monarchiste convaincue – ses propriétaires ont suivi Louis XVIII à Gand durant les Cent-Jours –, le journal des frères Bertin commence, à partir de 1824, à perdre ce statut pour devenir beaucoup plus critique à l’égard du règne de Charles X et prendre, avec Le Globe, la direction de l’opposition monarchiste aux ultras. Thiers disait d’ailleurs des frères Bertin qu’ils étaient « royalistes, mais ennemis des prêtres et de la noblesse ». Dès l’extrême fin du règne de Louis XVIII d’ailleurs, le journal prend la défense de l’abbé Nicolle, dépossédé de son poste de recteur de l’académie de Paris au profit de Mgr Frayssinous. Ainsi Henri Nicolle, directeur du collège Sainte-Barbe, semble-t-il lié aux monarchistes modérés des Débats bien plus qu’aux ultras. Dès 1822, il avait demandé la création d’une chaire d’histoire dans l’établissement, proposition jugée alors plutôt avancée, et de ce fait rejetée par… son propre frère. C’est à ce dernier qu’est attachée l’image réactionnaire du collège, bien que la direction effective en revienne en réalité à son cadet.

10Celui-ci est également ouvert aux idées du temps par ses liens avec la librairie romantique. Sa reconversion forcée était en effet passée également par le monde de l’édition. En 1798, il s’était installé comme libraire, avec le soutien financier de Bertin de Vaux. Dans son catalogue figurent le De l’Allemagne de Germaine de Staël, les Méditations de Lamartine. Au moment de prendre en main le collège au début des années 1820, il laisse son fonds de librairie à son commis, Charles Gosselin, qui rachète son brevet en 1822 et confirme l’orientation romantique de la maison, en publiant les ouvrages de Walter Scott et James Fenimore Cooper, traduits par Auguste Jean Baptiste Defauconpret, dont le fils, Charles, qui collabore d’ailleurs à la traduction, est le tout jeune préfet des études du collège Sainte-Barbe. Gosselin publie d’ailleurs plusieurs ouvrages traduits par lui à la fin des années 1820, ainsi que des livres dus à d’autres personnalités du collège : un recueil de philosophes latins par Guérin, professeur de troisième, en 1827, un plan d’éducation de l’abbé Nicolle lui-même en 1833, et des conférences de l’abbé Sénac, aumônier de l’établissement, en 1837.

  • 21 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864) Le fondateur d’un empire, Fayard, 1999, p. 140-142.
  • 22 Eric Fauquet, Michelet ou la gloire du professeur d’histoire, Cerf, 1990, p. 82.
  • 23 Cités dans A. Garnier, op. cit., p. 339-340.

11Si Henri Nicolle, de par ses liens avec la librairie romantique, semble donc tout à fait ouvert aux idées du temps, il est loin d’être le seul. Le préfet des études Defauconpret, on l’a vu, participe avec son père à la traduction des œuvres de Walter Scott et James Fenimore Cooper ; il a publié par ailleurs chez Gide fils des récits de voyage à la fin des années 1810. En outre, la plupart des autres professeurs sont encore jeunes : beaucoup n’ont pas trente ans, n’ont donc pas connu l’Ancien Régime, et aucun lien affectif ne peut les rattacher aux Bourbons, voire à la monarchie. Certains sont même connus pour leurs opinions avancées. Ainsi en est-il de Nicolas Bouillet, né en 1798, professeur de philosophie, futur lexicographe de renom, qui fait partie en 1827 du groupe de professeurs qui lancent avec l’éditeur Louis Hachette Le Lycée, cette « revue manifeste des intellectuels de la Restauration », dirigée contre Frayssinous et contre le régime21. Et le nom de Jules Michelet, entré au collège en 1822 comme professeur spécial d’histoire22, est également attaché aux courants progressistes du XIXe siècle. Les aumôniers eux-mêmes, les abbés Fauquet et Sénac, savent faire preuve d’esprit de tolérance et d’adaptation. Victor Duruy, peu suspect de complaisance à l’égard de religieux, nous en livre ainsi une image tout à fait positive, celle de prêtres opposés à toute « propagande intéressée » et, au contraire, d’un « esprit libéral et tolérant ». Chacun semble en effet soucieux de prendre en compte les évolutions du sentiment religieux. Plusieurs témoignages d’anciens pensionnaires, Victor Duruy bien sûr, mais aussi Montalembert et Arnaud de Melun, montrent que l’irréligion était en effet monnaie courante chez les élèves du collège23. Face à cette situation, plutôt que de punir et d’obliger, les deux jeunes aumôniers semblent avoir eu une réaction plus compréhensive, et cherché à adapter leur enseignement, quand leurs aînés refusaient toute concession à l’air du temps.

12Si le collège « Sainte-Barbe Nicolle » a ainsi longtemps eu l’image d’un établissement réactionnaire, il semble donc nécessaire de revenir sur cette légende noire, de façon à bien comprendre l’esprit dans lequel Victor Duruy a reçu son enseignement secondaire. Bien sûr, les règles strictes, les sanctions sévères et les prières continuelles font du collège un mélange de prison, de caserne et de monastère, qui plus est sous la direction spirituelle d’un abbé Nicolle lié à la cour et peu suspect d’opinions avancées. Pourtant, le mode de vie n’est pas différent de celui des autres collèges, et le règlement n’est pas plus rigide qu’ailleurs. En outre, en dépit des ambitions d’hermétisme affichées par les autorités pédagogiques, les collégiens ne sont pas isolés d’un air du temps auquel certains professeurs, le préfet des études, et même les aumôniers et le directeur sont très franchement sensibles, voire dont ils sont partie prenante. Les élèves ne sont d’ailleurs pas des moutons, lisent en cachette les livres interdits, chahutent en cours et discutent de sujets que les ultras n’auraient sûrement pas aimé voir livrés à leur sagacité d’adolescents en mal de rébellion. C’est donc dans un collège strictement tenu mais où la modernité pénètre et sème que Victor Duruy a vécu, presque sans interruption, pendant près de six années. Il a pu y parfaire, sous le manteau, le désamour, légué par son père, des cléricaux et de la Restauration, en même temps qu’y acquérir la culture classique qui allait être nécessaire à la poursuite de l’ascension sociale de sa famille.

Une scolarité vouée à l’apprentissage des humanités

  • 24 Sur cette question, nous renvoyons à l’ancienne mais classique étude de Clément Falcucci, L’Humani (...)
  • 25 Ibid., p. 143.

13Les humanités classiques : cette expression pourrait résumer, à elle seule, le contenu et l’esprit de l’enseignement délivré aux jeunes rejetons des élites françaises durant un bonne partie du XIXe siècle. Si l’enseignement primaire, destiné aux classes populaires, n’est encore qu’embryonnaire sous la Restauration, la filière secondaire, elle, bénéficie d’une longue tradition et du volontarisme des régimes qui, des Bourbons à l’Empire, ont tenu à assurer la formation de l’élite. Le dernier acte important du pouvoir en la matière, est le statut du 28 septembre 1814, qui vient réorganiser, après l’aventure des lycées napoléoniens, l’enseignement secondaire français24. C’est lui qui fixe le contenu de la filière et donne aux humanités, dans la plus pure tradition classique, la place centrale de l’apprentissage. Le latin dès la sixième, le grec dès la quatrième, forment la base de tout le savoir à acquérir, l’étude des textes de l’Antiquité en étant le sommet. Les fables de Phèdre sont ainsi au programme de la classe de sixième, Cicéron et Ésope à celui de cinquième ; les élèves de quatrième étudient Tite Live, Xénophon, Virgile et Ovide et ceux de troisième se penchent sur les œuvres de Salluste et de Tacite ou encore sur l’Iliade et l’Odyssée… Les autres disciplines ne sont que des auxiliaires, qui permettent aux élèves de se conditionner à l’apprentissage des langues et civilisations anciennes. Par exemple en sixième, si l’on étudie les fables de La Fontaine, c’est pour les comparer à celles de Phèdre, qui les a inspirées. Il en est de même pour l’histoire, au programme à partir de la classe de cinquième : elle permet surtout de replacer les grandes œuvres dans leur contexte. Ainsi l’histoire de l’Antiquité occupe-t-elle deux années (cinquième et quatrième), et celle du Moyen Âge un an (troisième). L’enseignement de la philosophie elle-même se fait, jusqu’en 1829, en latin – donc Victor Duruy y a de peu échappé. L’enseignement scientifique quant à lui est le parent pauvre de la filière, rejeté dans les dernières années du cycle. C’est en effet par la culture littéraire et gréco-latine que passe, comme l’a dit Clément Falcucci, « la formation de l’honnête homme de la monarchie légitime25 », qui est le but ultime de l’enseignement tel que défini en septembre 1814.

  • 26 NS I, p. 6.

14Cette culture gréco-latine, Victor Duruy n’en a, quand il entre au collège, que de bien piètres notions. Son éducation ne se résume en effet, à ce moment, qu’à quelques mois d’enseignement primaire auprès de Hénon. Auparavant, il avait suivi, comme tous les fils d’ouvriers de la manufacture, l’école de dessin des Gobelins, avant d’entrer en apprentissage. Tout ceci lui est de peu d’utilité lorsqu’il entre en sixième. En revanche, son goût pour la lecture est un atout certain, et lui-même explique dans ses Mémoires que ce fut même à la base de tout26. Ce goût, il l’a développé auprès de l’un des voisins de la famille, à la manufacture, passionné de livres, habitué des bouquinistes. C’est sûrement chez lui que Victor Duruy aura découvert et lu le Numa Pompilius, second roi de Rome, de Florian. Cet ouvrage, dû au littérateur et académicien Jean-Pierre Claris de Floria, avait été publié en 1786 par Firmin Didot, et plusieurs fois réédité depuis, à Paris, en province, et même aux Pays-Bas. Il racontait l’histoire du successeur de Romulus, organisateur, d’après les textes antiques, de la religion latine, aux alentours de 700 av. JC. Avec cet ouvrage, Victor Duruy a son premier contact avec l’histoire romaine et donc avec les humanités classiques, et c’est, raconte-t-il, une découverte particulièrement enthousiasmante. Peut-être a-t-il fait à partir de là d’autres lectures. Elles sont en tout cas son seul bagage lorsqu’il entre au collège Sainte-Barbe après les fêtes de Pâques de 1824.

  • 27 Sur les programmes : C. Falcucci, op. cit., p. 136 sq. ; sur les enseignants : Almanach royal, 182 (...)
  • 28 Frédéric Prieur, Concours généraux, textes et corrigés, Delalain, (1827), (1828), (1829).
  • 29 Duruy, Notes, op. cit., p. 10 ; V. Duruy à Mme Michelet, 2 mai 1884, dans Hauser, op. cit. ; AN : (...)
  • 30 A. Thiercé, op. cit., p. 45.
  • 31 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 81 sq.
  • 32 Paul Raphaël et Maurice Gontard, Un ministre de l’Instruction publique sous l’Empire autoritaire H (...)

15Il est difficile de retracer la scolarité et la progression de Victor Duruy au collège dans la mesure où les archives sont très lacunaires quant à l’évaluation des élèves, notamment lors des traditionnels examens du cinquième mois. Aucune appréciation de professeur, par exemple, ne nous est parvenue. On sait bien sûr, grâce aux programmes officiels, ce qu’étudiaient les élèves et, grâce à l’organisation de l’établissement, qui était chargé de leur enseigner les différentes matières, et selon quel emploi du temps27. Mais sur le détail de l’évolution de la scolarité, on ne possède que des renseignements épars, qui ne font finalement qu’un tableau assez maigre des années d’études de Victor Duruy, mais également assez décevant : une preuve en est l’absence de son nom dans les tableaux de prix du concours général28. Entré en sixième avec beaucoup de retard, le jeune homme semble toutefois, dès la cinquième (1824-1825), avoir déjà acquis un certain niveau ; cette année-là, il remporte un prix d’histoire et, l’année suivante, en quatrième (1825-1826), un autre prix, en vers latins. En classe de Rhétorique (1828-1829), il obtient le deuxième prix de discours français et trois accessits et, en classe de Philosophie (1829-1830), il se range plusieurs fois à la première place29. Il a donc bien progressé, au point de devenir un élève particulièrement méritant. Agnès Thiercé explique en effet que c’est à l’âge de 15 ans environ que « le travail scolaire commence à porter ses fruits » en raison des changements de personnalité et de dispositions intellectuelles des adolescents30. La comparaison avec Louis Hachette, qui le précéda de quelques années, au lycée Louis-le-Grand, et deviendra son éditeur et son ami, montre qu’un tel parcours, s’il n’est pas unique, n’en est pas moins remarquable. Jean-Yves Mollier explique bien en effet que les bons résultats du futur éditeur sont d’autant plus louables qu’il vient d’un milieu modeste et sont obtenus dans des conditions difficiles, au sein de classes de plusieurs dizaines d’élèves largement plus favorisés socialement et culturellement, lot pléthorique dont il est d’autant plus remarquable de sortir par les prix et accessits31. De même, Hippolyte Fortoul, son aîné d’un mois, réussit-il à force de travail à combler au collège royal de Lyon le retard accumulé au collège communal de Digne32. La même analyse peut être faite pour Victor Duruy : en dépit de son retard à son entrée au collège, il parvient en quelques années à accéder à la tête du classement, à rattraper voire à dépasser les rejetons des plus grandes familles aristocratiques et bourgeoises du temps. Faut-il y voir une forme de revanche sociale ? La frustration, la honte des origines, des habits rapiécés et des fins de semaine à l’internat, tout ceci a-t-il été un moteur de la réussite scolaire d’un Victor Duruy comme d’un Louis Hachette ? Sûrement ces éléments sont-ils à prendre en compte, mais de façon non exclusive. Il faut aussi prendre en considération les solides dispositions intellectuelles des deux élèves, leur acharnement au travail ainsi que, pour Victor Duruy tout au moins, une volonté de répondre aux espoirs placés en lui par son père. Tous ces éléments confondus ont permis finalement au jeune homme de combler ses retards et de d’espérer une réussite au baccalauréat.

Bachelier de Juillet

  • 33 Sur l’organisation du baccalauréat, Jean-Baptiste Piobetta, Le Baccalauréat, Baillière, 1937, p. 4 (...)
  • 34 NS I, p. 14.

16L’année de Philosophie est le couronnement des études secondaires, notamment avec son aboutissement, l’examen du baccalauréat. Cette année-là, le jeune Victor Duruy suit, d’une part, des leçons de logique et de métaphysique et, d’autre part, un enseignement scientifique en mathématiques élémentaires, physique et chimie. Toutefois l’examen du baccalauréat porte non seulement sur ce programme, mais aussi sur des points abordés durant les années précédentes. L’examen oral est particulièrement impressionnant : pendant trois quarts d’heure, et en public, l’élève est interrogé par trois examinateurs, tous vêtus de la très officielle toge universitaire. On l’évalue sur sa connaissance d’une part des humanités et des belles-lettres, d’autre part, de l’histoire et de la géographie, enfin, en philosophie, mathématiques et sciences physiques. À ce grand oral s’ajoute une épreuve écrite, consistant en un travail de traduction ou de composition en français33. L’épreuve nécessite donc une préparation intense. Or, dans les jours qui ont précédé son examen, Victor Duruy a pensé à tout, sauf à cela. Il doit en effet passer devant le jury le 31 juillet. Mais le 26, il a assisté, à l’Odéon, à la lecture publique des quatre ordonnances de Charles X affirmant sa ferme reprise en main du pouvoir ; le lendemain, le 27, il a vu passer, rue de l’École des Postes, des files d’insurgés, et entendu l’écho des premiers heurts ; le 28 enfin, après une journée passée, on n’en doute pas, dans la fièvre, il a commis « le seul acte d’indiscipline » dont il se soit jamais rendu coupable : il a fait le mur et rejoint son père qui réunissait alors son bataillon de la Garde nationale. Et à ses côtés, le 29, il a participé à la pacification de la prison Sainte-Pélagie34.

  • 35 AN : F17/4803 (Résultats du baccalauréat).

17Deux jours plus tard, donc, il doit passer son baccalauréat. Il décrit dans ses Mémoires l’état d’esprit dans lequel il se trouvait alors, fait d’excitation, de fébrilité, d’enthousiasme ; « le devais-je au magnifique soleil qui nous éclairait, s’interroge-t-il, à ma jeunesse, à la joie confuse d’entrer enfin dans la vie, ou au fond de rancunes contre la Restauration, déposé en moi par les conversations que j’avais si souvent entendues, enfin au sentiment libéral qui ne m’a pas encore quitté ? » Son enthousiasme romantique est tel qu’il conçoit même le projet, en cas d’échec au baccalauréat, de s’engager dans l’armée. Choix tout stendhalien. S’il avait en effet échoué, cela aurait sûrement constitué l’une des seules possibilités, la réintégration au sein de la manufacture comme apprenti étant visiblement exclue en raison de son âge et des ambitions nourries. Il n’a toutefois pas à réfléchir trop longtemps à son avenir : car s’il ne brille pas lors de ses examens, ses résultats sont cependant suffisants pour lui faire obtenir le précieux sésame. L’étude des appréciations du jury, heureusement conservées dans les archives du ministère, est assez intéressante35. On constate en effet que ses points forts sont plutôt les belles lettres, puisqu’il est gratifié de trois « bien » pour les auteurs latins, la rhétorique et la composition française, et d’un « assez bien » pour les auteurs grecs. Il est d’ailleurs deuxième du collège pour cette partie de l’examen. Il se place également quatrième pour la philosophie et les sciences, où son niveau est pourtant jugé « passable ». En revanche, les résultats sont plus décevants pour l’histoire et la géographie : il n’est classé que treizième, avec même un « passable » en histoire ancienne, d’autant plus étonnant que son Histoire des Romains lui vaudra, plus tard, son accession au ministère de l’Instruction publique et à l’Académie française. En tout état de cause, il apparaît clairement que l’épreuve n’est pas vraiment représentative de son niveau réel, sa quatrième place dans la troisième série où il aligne les « passable » le prouve. Elle s’est, il est vrai, déroulée dans des conditions exceptionnelles : le jury a sûrement pris en compte les bouleversements récents et la fièvre de la jeunesse des Écoles dans ses appréciations. Mal préparé aux épreuves, il semble que Victor Duruy ait bénéficié de l’indulgence d’un jury compréhensif.

  • 36 C. Falcucci, op. cit., p. 143.

18Au terme de ces sept années d’enseignement secondaire, le fils de Charles Duruy a donc reçu cette « éducation intellectuelle homogène », pour reprendre l’expression de Clément Falcucci, qui fait de lui un « honnête homme », un représentant de ces « capacités » typiques du XIXe siècle36. Il a définitivement quitté le monde qui était le sien et celui de sa famille depuis la fin du XVIIe siècle : désormais, l’écart s’est creusé entre lui et son père ; un fossé sépare les deux générations. En accédant à cette culture classique qui représente le summum en matière de profil social en ce premier XIXe siècle, Victor Duruy est passé dans un autre groupe. Du moins peut-il désormais le faire : il a le bagage nécessaire à sa promotion sociale et intellectuelle. L’École normale, qu’il intègre, le baccalauréat en poche, à la rentrée 1830, va concrétiser ces chances ; elle permettra en outre de fixer définitivement les dispositions intellectuelles encore floues du jeune homme. Son goût pour les lettres est déjà affirmé ; reste à confirmer celui pour l’histoire.

L’École normale (1830-1833)

Le concours d’entrée

  • 37 Sur la question de la naissance des vocations normaliennes, voir les réflexions de Pascale Hummel (...)

19Au printemps 1830, quelques semaines avant de passer son baccalauréat, Victor Duruy a fait « son choix d’orientation » : c’est en avril en effet que commence alors, chaque année, la campagne de recrutement des candidats au concours d’entrée à ce qui est encore, pour quelques semaines, l’École préparatoire ; et, à cette date, le jeune homme, encore en classe de Philosophie, accepte de figurer sur les listes des candidats présentés par le collège Sainte-Barbe. Déjà, donc, il a fait le choix de devenir normalien. De quelle manière, selon quelles modalités, à quel moment, pour quelles raisons ? Nous n’en savons rien. Quel fut le rôle de son père, de ses professeurs dans ce choix ? Les sources ne permettent pas de le savoir, et avant tout, lui-même, qui n’en dit mot37. On peut toutefois formuler quelques hypothèses plausibles. Les études secondaires ouvraient la voie à un vaste éventail de carrières, mais dans un nombre restreint de filières : le droit, l’enseignement, à la rigueur le commerce. Cette troisième solution aurait été tout à fait envisageable : Victor Duruy aurait pu reprendre la limonaderie de son père et poursuivre sur ses traces ; c’est son cadet Pierre Henri qui s’en chargera. Lui se destine plus aux métiers intellectuels. Pourquoi pas le droit ? Est-ce par absence de tradition familiale ? Par manque de moyens ? de goût ? Il semblerait que si le professorat apparaît comme la seule voie possible, ce soit en raison de la tendance affirmée du jeune homme pour les lettres, qui n’offraient comme possibilité de carrière que la littérature, la critique, le journalisme, l’enseignement. Par tempérament, c’est ce dernier qui s’impose et, partant, l’entrée à l’École normale. Reste à choisir à quelle discipline littéraire écherra sa prédilection : la langue française (où il excelle), les langues anciennes (dans lesquelles il est assez bon), la philosophie (où il a fait ses preuves), ou bien l’histoire (dans laquelle on le juge passable).

  • 38 AN : F17/4178.
  • 39 Sur le déroulement du concours d’entrée, Pierre Jeannin, Deux Siècle à l’École Normale Supérieure,(...)

20Reste également à intégrer ladite École et, pour cela, à passer la difficile étape du concours d’entrée. Celui-ci se déroule en plusieurs étapes, la première d’entre elles étant la campagne de recrutement des candidats, qui doivent montrer patte blanche et sont sévèrement sélectionnés, « sur dossier », dirait-on aujourd’hui. Car, comme l’explique le ministre en 1830, « il est d’un grand intérêt pour l’Université que l’École préparatoire ne fasse que des acquisitions réellement utiles dans les élèves qu’elle admet chaque année38 ». Une fois les candidats choisis, une double série d’épreuves les attend : les écrits d’admissibilité d’abord, les oraux d’admission ensuite39. La première série d’examens se déroule du 12 au 19 août – soit deux semaines après le baccalauréat. Ils ont été repoussés de quelques jours – sûrement en raison des événements politiques. Victor Duruy compose dans toutes les épreuves en compagnie de 21 autres candidats parisiens (alors que 83 avaient été sélectionnés, certains ayant abandonné en cours de route). Et ses résultats sont plutôt décevants, comme le montrent ses classements et les appréciations de ses correcteurs. En philosophie, il est jugé « embrouillé » : il est classé 50e sur 80 copies venues de tout le pays. En version grecque, il est 36e sur 55 et se place à peu près au même niveau en discours latin, avec une 35e place sur 59. Enfin il est 24e (sur 82) en version latine. Autant dire que les langues anciennes, contrairement à ce que pouvait laisser penser le bilan du baccalauréat, ne sont pas son point fort. D’ailleurs, dans les examens oraux, il est jugé « faible », en grec comme en latin. En revanche, pour les vers latins, il parvient à se classer à la troisième place (sur 56 copies). Mais surtout, il réussit l’exploit de livrer la meilleure copie dans la dernière épreuve, celle de discours français. C’est Charpentier, professeur agrégé de seconde au collège Bourbon (Louis-le-Grand), qui avait concocté le sujet, composé de trois parties : la première sur la succession de Charles II d’Espagne, la deuxième sur le discours de Montrose prisonnier au Parlement d’Ecosse, la troisième consistant en une dissertation sur le sujet suivant : « la liberté romaine pouvait-elle subsister après la bataille de Pharsale ? ». Son correcteur, Guillaume Patin, très sceptique sur le niveau d’ensemble des copies, juge qu’« une seule (lui) a paru digne d’être placée dans la première série » ; il la juge pourtant « d’un mérite très ordinaire », mais reconnaît malgré tout qu’elle « a sur toutes les autres une grandes supériorité ». Nous sommes bien là dans la continuité de son deuxième prix en rhétorique, et de son « bien » au baccalauréat.

  • 40 D’ailleurs, tous les élèves arrivés premiers à une épreuve ont été déclarés admissibles.

21Finalement, Victor Duruy est classé 14e de ce concours d’entrée, ex æquo avec un dénommé Sigaud, juste derrière les candidats Adolphe Franck, classé 12e, et Tranchant, classé 13e. Arithmétiquement, donc, il n’a pas réussi le concours, puisque seuls les douze premiers sont déclarés admissibles. Mais il est arrivé troisième en vers latins, et surtout premier en discours français : cela va faire la différence. Franck n’obtient au mieux qu’une 13e place en version grecque, Tranchant une 8e en vers latins, Sigaud une 10e en discours latin. Or les très bons classements entrent en ligne de compte dans le choix des candidats – on est toujours dans la logique du recrutement des meilleurs élèves possibles40. Le jury ne prend pas seulement en considération les résultats globaux, mais également les points forts des aspirants. Sa première place en discours français sauve Victor Duruy : le classement est réorganisé, il est finalement rangé à la 12e et dernière place et déclaré admissible, prenant ainsi la place qui devait revenir à Adolphe Franck, qui obtiendra néanmoins l’agrégation de philosophie en 1832 et deviendra, dans le sillage de Victor Cousin, un philosophe réputé. Après un baccalauréat reçu avec l’indulgence du jury, le jeune homme est donc, de justesse, déclaré admissible au concours d’entrée de l’École normale. Après deux mois d’attente angoissée, il reçoit, à la fin du mois d’octobre, la lettre le lui annonçant. Il lui faut maintenant préparer les épreuves orales de vérification. Et, à nouveau, le jeune homme ne semble guère faire preuve d’excellence. Mablin, maître de conférences à l’École, le gratifie d’un « assez bien » en langue grecque, comme six de ses camarades (les cinq autres n’obtenant qu’un bien, personne n’étant jugé digne de recevoir la mention très bien). On le juge « faible » en rhétorique, et même « très faible » en poésie, le jury ajoutant qu’il « s’est troublé (et) n’a su répondre que des choses vagues ». Il obtient cependant un « bien » en latin. L’ensemble de ces appréciations malgré tout, confirme que Victor Duruy semble mériter son 12e rang d’admissibilité, et qu’il est bel et bien le moins bon de la promotion.

22Ce classement, ainsi que les commentaires peu flatteurs de ses examinateurs ne doivent cependant pas laisser penser qu’il n’est pas à sa place, ou bien même qu’il est tout simplement mauvais. N’oublions pas qu’il entre dernier, certes, mais qu’il est tout de même reçu à l’École normale ; qu’il s’est classé 15e aux épreuves d’admissibilité et n’aurait pas dû aller plus loin, mais qu’il se trouvait malgré tout dans le peloton de tête des 80 candidats concurrents. N’oublions pas non plus qu’il s’est classé troisième en vers latins et premier en discours français et qu’il a été remarqué pour ses qualités de style. Par ailleurs il est un candidat jeune : il n’a pas encore 19 ans, et la moyenne d’âge des candidats est de 20 ans, le plus âgé en ayant déjà 25. Ainsi il est parvenu, malgré ses retards et ses faiblesses de départ, à réussir ses études secondaires, et son succès au difficile concours de l’École est la consécration de ses efforts, tout autant que le témoignage de son incontestable entrée dans l’élite culturelle de son temps.

  • 41 Étude détaillée dans JCG, vol. I, p. 172-176.
  • 42 La comparaison avec, par exemple, l’École Polytechnique, est intéressante ; cette dernière recrute (...)
  • 43 Paul Gerbod, La Vie quotidienne dans les lycées et collèges au XIXe siècle, Hachette, 1960, p. 40.

23L’entrée à l’École normale représente donc bien un tremplin pour son ascension sociale, et ce d’autant plus que l’établissement joue alors parfaitement ce rôle. L’étude de l’origine sociale des 80 candidats qui se présentent en même temps que Victor Duruy le montre parfaitement41. Près des deux tiers en effet sont issus de la petite bourgeoisie : un petit tiers sont fils d’artisans et de menuisiers, un gros quart ont un père petit fonctionnaire ou militaire. Trois candidats sont même fils d’ouvriers. Par ailleurs les deux tiers des candidats à peu près ont un père dont la fortune est jugée limitée ou moyenne, et la moitié d’entre eux peuvent être considérés comme pauvres. La haute bourgeoisie, notamment financière, et l’aristocratie sont en revanche absentes du corpus. En cette année 1830, l’École normale apparaît plus comme un rêve pour la petite bourgeoisie de fonctionnaires ou commerçante, que comme un passage obligé pour des situations familiales déjà installées42. En la matière, Victor Duruy est donc tout à fait à sa place parmi l’ensemble des candidats. Et il ne dépare pas dans le monde enseignant qu’il est sur le point d’intégrer : en 1842, en effet, 55 % des professeurs sont d’extraction sociale basse, et un quart sont fils d’artisans43. Il est vrai que l’École normale – et, partant, la carrière d’enseignant – n’ouvre pas la voie à des métiers permettant à ses membres d’accéder – ou de revenir – à ces couches supérieures de la société. Elle permettra, tout au plus, de devenir professeur de faculté, à la rigueur inspecteur général ; et ceux qui accéderont à des fonctions plus élevées, ministre par exemple, se comptent sur les doigts de la main. L’École normale n’est pas un vecteur d’ascension économique : on n’y entre pas pour faire fortune ; elle peut être un moyen d’ascension sociale, mais par le savoir, par la culture, non par la fortune et par l’enrichissement. Le seul capital qu’elle fournit est de nature intellectuelle. Les normaliens font partie de la future élite intellectuelle et non de l’aristocratie financière. En ce sens, elle dispose d’un capital symbolique important dans la société, principalement dans cette frange si proche du tourbillon de l’ascension sociale qu’elle peut espérer y être aspirée.

24Charles Duruy ne fait donc rien d’exceptionnel, rien de surprenant en « mettant son fils à Normale ». Comme beaucoup d’autres, parvenus comme lui, au sens noble du terme, il le hisse sur un tremplin social, le seul peut être dont il pouvait alors disposer – d’autant qu’il correspondait aux choix intellectuels, aux goût du jeune homme, tourné vers les choses de l’esprit, vers la culture. Pour ces deux raisons, sociales et intellectuelles, l’École normale fait figure a posteriori de passage obligé pour Victor Duruy, comme si, de toutes façons, vu ses prédispositions, il ne pouvait que passer à Normale. Il n’est certes guère satisfaisant de refaire l’histoire à coups de décrets de la divine Providence, mais on ne peut que constater ici le caractère non exceptionnel, normal, ou pour le moins aisément explicable, de la présence d’un fils de parvenu, amoureux de la connaissance, à l’École normale, au début des années 1830.

Le microcosme normalien

  • 44 Sur l’histoire de l’École : P. Jeannin, op. cit. ; sur le règlement, Jacques Verger, dir., Le Cent (...)
  • 45 Précisons d’ores et déjà que le rôle de Lebas, mort en 1850, aura été nul dans la rencontre entre (...)

25L’École normale fait figure de symbole, au moment où Victor Duruy y entre. Supprimée en 1822 par le grand-maître de l’Université, Mgr Frayssinous, elle avait été rétablie en 1826, mais privée de son nom, de ses locaux, de sa liberté et de la bienveillance officielle. 1830 marque le début du renouveau : son nom lui est rendu, son règlement modifié, son personnel renouvelé44. Victime de la réaction, l’École est à l’inverse la grande bénéficiaire de la victoire du libéralisme. Six nouveaux professeurs sont nommés, tous membres du microcosme enseignant parisien de la Restauration et de la monarchie de Juillet. Certains ont déjà enseigné à l’École avant sa fermeture, et sont normaliens eux-mêmes : c’est le cas de l’helléniste Daniel Guigniaut, qui devient directeur en 1830, de Théodore Jouffroy, professeur de philosophie, et de Guillaume Patin pour la littérature ancienne. En histoire, Philippe Lebas, le fils du conventionnel ami de Robespierre et ancien précepteur du futur Napoléon III45, rejoint Jules Michelet, maître de conférences depuis 1827. Jean-Jacques Ampère quitte l’Athénée de Marseille pour venir enseigner la littérature étrangère, et l’abbé Beato Mablini, dit Mablin, remplace Guigniaut à la chaire de grec. Ils rejoignent les latinistes Gibon et Lemaire, ainsi que le grammairien Jean-Louis Burnouf. Tous ces enseignants constituent, pendant trois ans, l’équipe qui suit et forme Victor Duruy et ses camarades. Le jeune homme retrouve d’ailleurs de « vieilles connaissances », à commencer par Michelet qu’il avait côtoyé à Sainte-Barbe de 1824 à 1827. Patin est celui qui l’a classé premier en discours français à l’examen d’entrée. Il n’est donc pas totalement dépaysé, d’autant que le vent d’ouverture aux idées nouvelles qu’il avait pu sentir à Sainte-Barbe souffle franchement à l’École normale. Guigniaut, Jouffroy, Patin et Ampère sont en effet connus pour leurs liens avec le parti libéral de la Restauration et pour leur collaboration au Globe, les trois premiers ayant participé à la fondation du Lycée en 1827, après leur éviction de l’École recréée.

26La promotion de 1830 de l’École normale compte douze élèves, parmi lesquels Victor Duruy est beaucoup plus à sa place qu’à Sainte-Barbe. Il est parisien comme la moitié d’entre eux, a l’âge moyen de ses camarades et, comme eux, est issu du milieu de la petite bourgeoisie : deux autres élèves ont un père artisan comme le sien, un a un père commerçant comme le sien, quatre ont un père fonctionnaire comme le sien. Le seul complexe qu’il pourrait nouer serait de nature intellectuelle. Il est entré à l’École bon dernier du concours. Certains de ses camarades sont réellement très brillants. Henri Aubertin, son aîné de deux ans, ancien élève de Louis-le-Grand où il est d’ailleurs maître d’études provisoire, fils d’un employé du ministère des Finances, bat tous les records : classé 7e en discours français, 5e en discours latin, 3e en philosophie, 2e en vers latins, il a obtenu la première place en version grecque et en version latine. Il est talonné par François Riaux, fils d’un tailleur breton, qui a obtenu au collège de Rennes des résultats « assez remarquables », et dont les moins bons résultats ont été au concours les places de 15e en version latine, et de 14e en discours français. Quant à Henri Pichard, sa scolarité au collège Saint-Louis a été jalonnée par seize accessits et quatre prix. Victor Duruy est loin de pouvoir afficher le même palmarès. Mais il n’est cependant pas complètement perdu au milieu de ce groupe de brillants élèves. D’abord, il retrouve un camarade de Sainte-Barbe, Hector Lemaire, son aîné d’un an dont le frère et l’oncle sont professeur à la faculté de Lettres de la Sorbonne. Ensuite, il n’est pas le seul à n’avoir pas brillé au concours d’entrée ou au collège. Charles Bonnet-Mazimbert, fils d’un propriétaire de Lozère, a rédigé la meilleure copie de philosophie, mais à part en vers et discours latins, ne s’est jamais classé dans les vingt premiers. François Wartel, Charles Germain et Jacques Badé en sont à leur deuxième candidature à l’École, et Jean Louis Grout a déjà raté deux fois le concours d’entrée. Face à ces élèves, Victor Duruy peut se targuer d’avoir réussi le concours du premier coup, et mettre en avant ses excellents classements en vers latins et discours français.

  • 46 P. Jeannin, op. cit., p. 54 sq.
  • 47 Sur la pédagogie de l’École, P. Hummel, op. cit., p. 78 sq.
  • 48 Ibid., p. 105-106.

27Élèves et professeurs vont former, autour de Victor Duruy, et pendant trois années, une petite communauté, un microcosme particulier, avec ses règles et son fonctionnement. Si la discipline est sévère, les conditions de logement (dans l’ancien collège du Plessis) à la limite du supportable et l’alimentation mauvaise46, les élèves n’en ont pas moins la chance de vivre une expérience que très peu d’entre ceux de leur classe d’âge peuvent vivre. Ils ont en effet intégré une prestigieuse école, qui va leur donner la chance d’acquérir une formation particulièrement poussée que n’auront pas tous les professeurs, où ils seront préparés à la pédagogie scolaire et à leurs futures fonctions d’enseignant de la meilleure façon possible à l’époque47. À l’École, ils jouiront également, malgré la discipline – à laquelle ils sont de toute façon quelque peu habitués – d’une grande liberté, face aux devoirs par exemple, dans le choix du sujet, dans les délais et la quantité de travail48, qui les poussera à se responsabiliser. À l’École normale, les élèves professeurs ne font pas que poursuivre, compléter, voire parachever leur formation classique : ils acquièrent également une maturité intellectuelle et une formation professionnelle qui feront d’eux l’élite du professorat après avoir été l’élite des étudiants de France. Reste à savoir si Victor Duruy sera à la hauteur des exigences.

Une scolarité méritante

  • 49 AN : AJ16/176.
  • 50 AN : AJ61/1 (Tableau chronologique des promotions de l’École normale supérieure depuis sa fondatio (...)

28Le programme de la première année est particulièrement lourd : dans la lignée du collège, dont elle constitue une sorte de révision générale, ce sont pas moins de quinze leçons hebdomadaires auxquelles doivent assister les élèves dans les études grecques et latines (six heures) les disciplines littéraires (deux heures), l’histoire (deux heures), la philosophie (deux heures) et les sciences (trois heures). Ils peuvent également, s’ils le souhaitent, assister à trois leçons de langues modernes. Ceux qui le veulent doivent donc suivre dix-huit leçons et une dizaine de disciplines différentes : c’est le cas de Victor Duruy, qui a choisi de prendre des cours d’allemand. Par conséquent, le niveau d’ensemble est assez décevant, et les résultats inégaux49. Si les cours de grec semblent atteindre leurs objectifs, en revanche, en latin, en philosophie, en rhétorique le niveau d’ensemble est moyen et, en histoire, le bilan est négatif. Certains élèves, d’ailleurs, ne parviennent pas à avoir les résultats escomptés et, le 20 octobre 1831, Dumoncheau et Bonnet-Mazimbert « cessent de faire partie de l’École en raison de leur faiblesse ». Leur carrière ne s’arrête pas là cependant : le premier finira professeur de cinquième au lycée Bonaparte et le second, jugé très faible en philosophie, terminera sa carrière comme professeur libre de cette discipline… à l’université d’Oxford50. Victor Duruy, lui, est autorisé à passer en deuxième année. Ses résultats n’ont guère été brillants, notamment en grec. En grammaire latine, son examen de fin d’année porte sur le chapitre 41 de La Guerre de Jugurtha de Salluste ; il l’explique assez bien, mais « ses idées sur la grammaire ne sont pas assez arrêtées ». Ses classements décevants dans les disciplines latines au concours d’entrée se confirment donc, et il semble avoir fait peu de progrès. En philosophie, il finit troisième de la classe avec une note de 16,5, mais, à l’examen de fin d’année, il est jugé très faible. De même, son professeur de sciences juge qu’il « se néglige beaucoup » en chimie. En allemand, il est un élève moyen, dont la conduite est jugée assez bonne et le travail assez bon. Toutefois, il obtient un 18,5 en mathématiques, et confirme ses qualités en lettres avec des appréciations extrêmement positives. Mais c’est surtout en histoire qu’il montre des capacités. Son professeur, Philippe Lebas, lui adresse une appréciation louangeuse, le félicitant d’avoir rendu « quatre rédactions qui mériteraient plutôt le titre de dissertation ». Il le juge « assidu et consciencieux », relève les « progrès remarquables » qu’il a effectués et nourrit pour lui « les plus heureuses espérances ». Il relève son « style facile et élégant », sa « grande rectitude dans les idées », son « esprit de critique et d’investigation scrupuleuses » et conclut en disant qu’« il laisse bien loin derrière lui tous ses condisciples » et devrait faire « un excellent professeur d’histoire ». Aussi est-il l’un des moins mal jugés par le jury d’examen à la fin de l’année, qui relève néanmoins sa faiblesse sur l’histoire littéraire de la Grèce, dont il avoue cependant s’être peu occupé.

  • 51 AN : F17/5525 et *F17/2382.
  • 52 J. Verger, op. cit., p. 53.

29Globalement donc, le bilan de cette première année est mitigé, pour la promotion en général dont le niveau est jugé beaucoup trop inégal, et pour Victor Duruy qui ne s’en sort vraiment qu’en belles-lettres et en histoire. Globalement, le directeur le juge « faible », mais remarque qu’il « ne manque ni de zèle, ni de moyens » et qu’il a fait des progrès. Sa conduite a en outre été « exemplaire pendant toute l’année ». D’ailleurs, il réussit, à la fin de l’année 1831, l’examen de licence51. Un an après le baccalauréat, ses dispositions intellectuelles se sont précisées : sa faiblesse en philosophie se confirme, ses capacités en langues anciennes sont toujours moyennes ; en revanche, il reste un très bon élément en discours français et, surtout, il se révèle particulièrement bon pour l’histoire. Mais les cours de Philippe Lebas sont en général jugés extrêmement mauvais par ses supérieurs52, et il semble qu’il ait accumulé pour cette raison beaucoup de retard, qu’il devra rattraper.

  • 53 AN : AJ16/176 (Rapport de Guigniaut, octobre 1831) ; P. Hummel, op. cit., p. 98 sq.
  • 54 Ibid. (Rapports divers sur l’année scolaire 1831-1832).
  • 55 Jules Michelet, Correspondance générale, II, Librairie H. Champion, 1994, p. 482.

30La deuxième année, après les révisions et approfondissements de la première, est organisée de façon quelque peu différente53. Quatre cours principaux occupent l’emploi du temps des élèves : la littérature ancienne, la littérature française, la littérature étrangère et la philosophie. S’y ajoutent l’histoire des temps modernes et la grammaire. Les cours, beaucoup moins magistraux, sont en partie préparés par les élèves eux-mêmes, ce qui participe de leur formation pédagogique : ils se réunissent en petit comité dans le cadre de conférences durant lesquelles ils discutent ensemble sur le thème du jour, sous la surveillance du maître, à partir de leur travail personnel. Durant cette deuxième année, Victor Duruy fournit un travail visiblement inégal54. Guigniaut est content de lui en littérature ancienne : il a rendu onze travaux, notamment « une grande composition française » sur « l’Orient et la Grèce et leur contraste » qui révèle « des recherche assez étendues » et, une fois encore, « quelque talent d’exposition et de style ». Il s’en tire également assez bien en littérature française : lors de l’examen de fin d’année, il « fait sur la littérature française du 13e siècle [sic] des réponses assez précises, appuyées sur la connaissance partielle de quelques textes ». En revanche, son travail est extrêmement inégal en grammaire, et il s’est « peu occupé » du cours de littérature étrangère de Jean-Jacques Ampère, ce qui ne l’empêche pas de faire partie de ceux « qui savent le mieux s’approprier l’enseignement du cours » et rendent les meilleures rédactions ; d’ailleurs, il est remarqué aux examens de fin d’année pour avoir « donné quelques notions sur la poésie irlandaise ». En histoire de la philosophie, Guigniaut remarque que Victor Duruy ne s’est occupé « que très accessoirement du cours », et Jouffroy lui trouve « un esprit mou, mais assez élégant ». À l’examen final, il montre qu’il ne sait pas grand-chose, mais qu’il le sait bien, ce qui pousse le jury à accepter qu’il postule pour l’enseignement de la philosophie. Ses progrès sont également notés en allemand, et il peut désormais « expliquer à livre ouvert ». Mais c’est à nouveau en histoire qu’il fait sensation. Il retrouve dans ce cours son ancien professeur de Sainte-Barbe, Jules Michelet, auquel il livre quatre travaux spéciaux. Cela lui vaut à nouveau un commentaire particulièrement laudateur : l’historien, confirmant les appréciations de Lebas en première année, le juge « intelligent et laborieux », et parle de son « aptitude remarquable pour les études historiques ». Il évoque également ses importants progrès. Aux examens de fin d’année, il est interrogé par François Guizot lui-même, et l’historien et ministre remarque à cette occasion le futur professeur d’histoire55.

  • 56 AN : AJ61/1 (Tableau chronologique des promotions de l’École normale supérieure depuis sa fondatio (...)
  • 57 P. Hummel, op. cit., p. 97.

31Le bilan de cette deuxième année, pour inégal qu’il soit, est cependant largement positif, et l’appréciation finale du directeur Guigniaut le montre bien : « excellent élève, qui a fait de grands progrès depuis l’an dernier ; il en a été récompensé par le succès de ses examens ». Il réussit à se classer premier dans deux disciplines : la littérature française et l’histoire. Ces progrès sont d’autant plus remarquables que cette deuxième année, dans la lignée de la première, suscite chez les professeurs comme chez les examinateurs beaucoup de scepticisme, voire de déception. Les commentaires sont en général assez négatifs en effet, le niveau des élèves étant jugé, sauf exceptions, fort moyen. Le directeur juge cette promotion bien en dessous de celle de 1829, la décrivant sévèrement, comme « une nature d’élèves au total fort ingrate, et d’élèves mal préparés, qui avaient peu travaillé en général », n’y voyant par ailleurs « que de bien faibles éléments » à qui il manque « l’élan, l’élévation d’esprit, le goût de la science pour elle-même, et surtout le talent d’écrire ». C’est oublier également les programmes trop lourds – qu’il évoque néanmoins – et les insuffisances de l’enseignement, celles de Lebas par exemple, ou bien l’incapacité des professeurs à aller au bout des programmes. Cette promotion était-elle vraiment si mauvaise ? Difficile de l’évaluer, mais on peut tenter de comparer ses résultats avec celle de l’année 1829, qui semble à Guigniaut si supérieure. Si l’on regarde les statistiques en termes du nombre de docteurs et d’agrégés, on obtient grosso modo les mêmes proportions. Par ailleurs, la promotion de 1830 est composée de deux futurs inspecteurs d’académie, d’un inspecteur général, d’un doyen de faculté, de deux hommes de lettres et d’un ministre et académicien56. Ce qui donne un bilan plutôt flatteur pour une promotion qui n’aura donc pas démérité. Pourquoi alors cette déception de leurs enseignants ? Peut-être en raison des objectifs fixés par les programmes, que Pascale Hummel juge « pantagruéliques57 », tout autant que des insuffisances, excusables ou condamnables, des professeurs, nouveaux pour certains dans cet ordre d’enseignement. Mais en ce qui concerne Victor Duruy, il apparaît clairement qu’il a fait de gros progrès et s’est trouvé des points forts, la rédaction et surtout l’histoire. Reste à confirmer ces évolutions et à réussir la troisième année.

Le sésame de l’agrégation

  • 58 AN : AJ16/176 (Rapport de Guigniaut pour l’année scolaire 1830-1831).

32La dernière année de l’École normale est l’aboutissement de la formation des futurs enseignants à leur métier. Alors que la deuxième année constituait l’achèvement de l’instruction, de l’apprentissage des connaissances nécessaires à l’enseignement, la troisième est centrée sur « la connaissance des méthodes » et « l’art d’enseigner », pour des élèves que l’on considère désormais « comme de futurs professeurs58 ». Chacun se spécialise désormais dans la discipline qu’il a choisie : pour Victor Duruy, ce sera l’histoire. Il a son maître de conférences propre, avec lequel il se forme au choix des meilleurs textes, des meilleurs ouvrages et des meilleures méthodes d’enseignement, et qui l’exerce également à « faire des classes ». C’est donc une année de pratique professionnelle, même si celle-ci ne se déroule pas dans des conditions réelles et en situation, devant de vrais élèves. Car son but à court terme est surtout l’obtention de l’agrégation, le concours de recrutement des enseignants qui vient couronner les trois années d’École normale.

  • 59 Sur le déroulement de la troisième année, AN : AJ16/176 et 177.
  • 60 Paul Vidal de la Blache, « La Bibliothèque de l’École », dans J. Verger, op. cit., p. 448 sq. ; Pi (...)
  • 61 Paule Petitier, Jules Michelet. L’homme histoire, Grasset, 2006, p. 103.

33La vie de Victor Duruy pendant cette dernière année d’études est sensiblement différente des précédentes59. Il n’a désormais plus qu’un seul vrai camarade de classe, Charles Germain, qui a choisi l’histoire comme lui, et un seul professeur, Jules Michelet. Il fréquente assidûment la Sorbonne, où il suit les leçons d’histoire moderne, et le Collège de France, et arpente bibliothèques et musées pour préparer le concours. Il reste cependant très attaché à l’École, dont il est toujours pensionnaire, dont il est nommé « bibliothécaire des lettres » pour l’année scolaire, la bibliothèque étant, depuis son retour dans l’établissement en 1832, gérée à tour de rôle par les élèves de chaque section, sous la surveillance du directeur des études, Guigniaut60. Enfin il suit, deux fois par semaine, l’enseignement de Michelet. Celui-ci est déjà, alors, un professeur en vue, apprécié des élèves, que sa voix, ses longs cheveux déjà blancs – il n’a pourtant que 35 ans en 1833 – et sa puissance intellectuelle impressionnent beaucoup. Dans une salle blanchie à la chaux, équipée d’un mobilier aussi rustique que limité – mais au moins composé d’un poêle –, le jeune maître professe, souvent à bâtons rompus, livrant à ses élèves le fruit de ses réflexions et les impliquant dans la gestation de sa pensée historique61. On imagine dès lors toute l’influence qu’il a sur Victor Duruy, qui, à vingt-deux ans, a décidé de faire lui aussi de l’histoire son métier et bénéficie du charisme de son professeur qui, à n’en pas douter, devient aussi un modèle, sur les traces duquel il doit sûrement vouloir marcher, comme il l’a fait déjà sur celles de son père. D’ailleurs, il organise au mieux sa préparation au concours qui l’attend et lui permettra de devenir professeur. S’il a abandonné l’allemand, il choisit en revanche de suivre à nouveau les cours d’histoire de la philosophie de deuxième année de Jouffroy, ainsi que ceux de littérature française, sûrement pour combler des lacunes persistantes. Toute l’année, Victor Duruy s’investit au maximum dans la préparation de l’examen de fin d’année et de l’agrégation. En décembre, Michelet relève son « excellent esprit », son « travail assidu » et ses « progrès sensibles ». Et le travail finit par payer : après les examens de fin d’année, qu’il passe à nouveau devant François Guizot, il est classé premier, et finit donc major de promotion de l’École normale, où il était entré dernier. Mais ce succès d’estime n’est pas l’essentiel : l’important est de passer et d’obtenir l’agrégation.

  • 62 André Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, INRP-Ki (...)
  • 63 Paul Gerbod, La Condition universitaire en France au XIXe siècle, PUF, 1965, p. 64.

34Le concours de recrutement des enseignants est difficile et nécessite une intense préparation. En la matière, Victor Duruy bénéficie de sa situation de Parisien, et de normalien. Il a à sa disposition toutes les bibliothèques de la capitale, qui sont souvent les seuls endroits où l’on trouve les ouvrages nécessaires à la préparation du concours. Par ailleurs, l’École délivre la seule vraie préparation à l’agrégation, un parallélisme s’établissant alors entre ces deux institutions, comme l’a expliqué André Chervel62. Victor Duruy bénéficie de ces atouts, ainsi que des conseils de Michelet, lui-même agrégé depuis 1821. En outre, son majorat de promotion a dû lui être d’un certain secours quant à sa confiance en soi. C’est donc solidement armé qu’il se présente devant le jury. Et là encore, il semble avoir des atouts en mains. Son président est en effet Joseph Naudet, réputé pour sa gentillesse et sa bienveillance63, et l’un des membres n’est autre que Michelet lui-même. Le reste du jury est composé de professeurs d’histoire de collèges parisiens, Filon et Dumont de Saint-Louis, et Poirson d’Henri IV : uniquement donc des membres du petit microcosme des professeurs d’histoire de la capitale, où tout le monde connaît tout le monde. Le concours se compose de trois épreuves : un écrit sur un point d’histoire ou de géographie, un exercice oral durant lequel le candidat est interrogé sur une question d’histoire choisie dans un liste publiée trois mois plus tôt, par deux de ses camarades, en public et évidemment en présence du jury, et, enfin, une leçon sur un thème communiqué la veille par le jury. Nous ne savons pas quels sujets Victor Duruy eut à traiter, puisque les archives n’en ont pas conservé trace, mais, en revanche, ce qui est plus important, elles contiennent le rapport du jury sur l’interrogation du candidat. Naudet rapporte ainsi : « M. Duruy sait beaucoup et très bien ; on s’est aperçu que la timidité qui nuisait à son débit, peut-être la fatigue des jours qui ont précédé le concours, ne lui ont pas permis de faire valoir autant qu’il eût été possible tout ce qu’il sait ». Ce rapport est tout à fait éclairant sur l’état psychique et physique du candidat le jour de l’épreuve : d’abord il semble fatigué, preuve que les derniers jours de révision furent harassants ; comme tout étudiant normal, ou plutôt sérieux, il aura donc travaillé jusqu’au bout – l’expérience du baccalauréat aura peut-être ici été utile. Surtout, ce qui est lié, Victor Duruy est angoissé : tout normalien et major de promotion qu’il est, il a conscience que le concours ne lui sera pas donné de manière automatique. Il se montre timide devant un jury qui, visiblement, l’impressionne, ce malgré, ou peut-être en raison de la présence de Michelet parmi ce quintette de Moires universitaires. Enfin, ce dernier semble avoir joué son rôle : il était le seul à savoir ce dont le candidat était capable, et donc s’il a ou non donné sa pleine mesure ; et, si le jury dit qu’il n’a pas brillé, c’est sûrement sur la foi des informations fournies par Michelet.

  • 64 Journal officiel de l’Instruction publique, 22 et 26 septembre 1833.
  • 65 Calculs effectués à partir des listes dressées dans André Chervel, Les Lauréats des concours d’agr (...)

35Le résultat est donc sans surprise : Victor Duruy fait bien partie des six candidats sur quatorze qui sont reçus à l’agrégation64. Son camarade Germain a eu moins de chance : il est recalé. Il est donc le seul normalien reçu cette année-là à l’agrégation d’histoire. Toutefois, une surprise attend le major de promotion : il n’est que quatrième sur six reçus. Une tradition centenaire – et quelque peu hagiographique – prétendait qu’il était arrivé premier : ses biographes, d’Ernest Lavisse à Jean Rohr, ont dû confondre son majorat de promotion avec son classement au concours. Les états officiels sont formels : c’est le candidat Pierre Varin, professeur d’histoire au collège royal de Reims, qui obtient cette place ; sa situation professionnelle montre que le normalien Duruy avait affaire à forte partie, puisque, à côté de ce Varin déjà enseignant, tous les autres candidats étaient déjà agrégés d’un autre ordre du concours (les lettres surtout), donc tous déjà familiers de ce type d’épreuve universitaire. Lui-même n’a donc pas démérité malgré sa quatrième place, et ce même si l’ensemble de ses atouts aurait pu lui faire espérer la première. Du reste, il n’y a rien de déshonorant alors, d’un point de vue statistique du moins, à n’être que quatrième quand on est normalien : dans la première phase de sa vie, de 1830 (date de sa création) à 1851 (date de la réorganisation du concours en deux ordres par Fortoul), l’agrégation d’histoire ne constitue guère un monopole pour les normaliens, puisque sur 95 reçus, 47 seulement le sont, 19 réussissant le concours du premier coup, et 10 seulement sont classés premiers65. Victor Duruy n’a donc rien à regretter, du moins avec le recul. Lui, le fils d’artisan, intégré par chance au collège Sainte-Barbe, reçu avec indulgence au baccalauréat et de justesse à l’École normale, peut se vanter d’avoir obtenu l’agrégation après avoir fini major de promotion. Et le 20 septembre 1833, soit dix jours après avoir fêté ses 22 ans, il est nommé, par un décret signé Guizot, professeur agrégé « pour les études historiques et géographiques ».

36Pendant près de dix années, Victor Duruy s’est retrouvé comme cloîtré, du pensionnat du collège Sainte-Barbe à celui de l’École normale, totalement immergé dans un monde nouveau pour lui : celui de l’Université, du Quartier latin, des humanités. Cela a représenté un important phénomène d’acculturation : son esprit, formé dans l’atmosphère populaire de la rue Mouffetard durant ses années d’enfance, s’est trouvé remodelé et a mûri sous l’effet de la culture classique dont on l’a abreuvé pendant une décennie. Il est, au terme de cette période, un pur produit de l’Université, fondu dans le moule des humanités. On aurait tort cependant de penser, trop schématiquement, à un passage d’un niveau de culture populaire à celui des élites. Ces concepts ont été depuis bien longtemps battus en brèche, notamment quant à leur étanchéité. D’ailleurs l’atmosphère « populaire » dans laquelle il a grandi – celle d’un milieu d’artisans au cœur d’un quartier extrêmement pauvre de Paris – n’était pas imperméable à l’influence de la culture classique, soi-disant réservée aux élites : la proximité de Charles Duruy avec l’art académique en est un élément, la lecture de Numa Pompilius chez le voisin bibliophile en est un autre. Il n’y a donc pas rupture générationnelle du père au fils, de par la formation classique reçue par ce dernier, mais bien plutôt continuité : en acquérant au collège la culture classique qui faisait défaut à son père, il creuse moins l’écart avec lui qu’il ne fait fructifier le petit capital que celui-ci avait accumulé et lui avait transmis. Le vecteur principal de cette continuité générationnelle, c’est la volonté d’ascension sociale au sein de la bourgeoisie de la capitale. Si Charles Duruy en avait l’état d’esprit, il n’en avait pas l’univers culturel – ou seulement par touches. Après dix ans d’enseignement secondaire, son fils s’en est, lui, totalement imprégné. Car les humanités classiques qui ont constitué l’essentiel de sa formation représentent un idéal d’éducation, celui-ci aboutissant à faire des « honnêtes hommes » du XIXe siècle. Ainsi la culture classique transmise par les humanités se confond-elle avec le modèle culturel bourgeois.

  • 66 Gallois, op. cit., p. 32.

37La formation reçue a donc pour Victor Duruy d’importantes répercussions sociales en confirmant et en approfondissant l’orientation définie par son père. Elle a aussi des conséquences professionnelles. Il a vécu, dix ans, dans un milieu nouveau, un véritable microcosme, celui de l’Université parisienne, ce monde des collèges et des facultés si restreint numériquement et si délimité géographiquement – au Quartier latin –, et à l’identité culturelle et sociale forte. C’est peut-être là que se situe la vraie rupture avec son père, et avec la tradition familiale. Tout en restant dans le même groupe social, il change complètement de voie et de milieu. À cet égard, une remarque d’Etienne Gallois, l’historien de Sainte-Barbe, peut nous aider à comprendre cette rupture. Aux parents d’élèves un peu trop empressés de venir visiter leurs bambins, l’administration du collège, toujours soucieuse de préserver ces derniers de toute influence extérieure, leur répondait que leur enfant « avait cessé, pour un temps, de leur appartenir66 ». Victor Duruy, lui, a été séparé dix ans de sa famille et de son milieu d’origine : il a bel et bien cessé de lui appartenir, et l’Université est devenue sa nouvelle famille. L’« universitaire renforcé » est déjà en gestation.

Notes

1 A. Daumard, Les Bourgeois…, op. cit., p. 244 sq.

2 À ne pas confondre avec le collège Sainte-Barbe, cf. infra.

3 Sur l’histoire du collège Sainte-Barbe (devenu collège Rollin), trois ouvrages anciens mais très riches : Jules Quicherat, Histoire du collège Sainte-Barbe, Hachette, 1864, 3 vol. ; Etienne Gallois, Le Collège Sainte-Barbe-Rollin 1828-1838, Libr. Académique, Didier et Cie, 1880 ; Alphonse Rousselot, L’Ancienne Communauté de Sainte-Barbe et le collège municipal Rollin, imprimerie E. Douste, 1900, 210 p.

4 AN : AJ16/50 (Rapport d’inspection sur les collèges royaux et particuliers de l’Académie de Paris, avril 1823).

5 NS I, p. 11 ; V. Duruy à Mme Michelet, 1er juillet 1884, dans H. Hauser, « Quelques souvenirs de Victor Duruy sur le collège Sainte-Barbe, Michelet, Montalembert et Cousin », La Grande Revue, 25 octobre 1913.

6 E. Gallois, op. cit., p. 20-21.

7 Nous renvoyons pour cette question du Tout-Paris à l’ouvrage de Anne Martin-Fugier, La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris, Seuil, Fayard, 1990, 447 p.

8 Abbé Frappaz, Vie de l’abbé Nicolle, vicaire général de Paris, J. Lecoffre, 1857.

9 NS I, p. 7.

10 A. Rousselot, op. cit., p. 101 sq. ; éléments dans E. Gallois, op. cit., p. 31 sq.

11 NS I, p. 12-13.

12 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence. 1850-1914, Belin, 1999, p. 86 sq.

13 Lettre citée dans Adrien Garnier, Frayssinous. Son rôle dans l’Université sous la Restauration (1822-1828), Picard, 1925, p. 334-336.

14 Paul Viallaneix, Michelet, les travaux et les jours 1798-1874, Gallimard, 1998, p. 62.

15 NS I, p. 10.

16 A. Garnier, op. cit., p. 337-339.

17 NS I, p. 9 et 12 ; J.-C. Caron, op. cit., p. 284 ; A. Garnier, op. cit., p. 329-339.

18 V. Duruy à Mme Michelet, 1er juillet 1884, dans H. Hauser, op. cit.

19 J. Quicherat, op. cit., p. 385.

20 Sur la reconstitution de ce réseau, JCG, vol. I, p. 139 sq. Nous y renvoyons notamment pour les nombreuses références bibliographiques.

21 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864) Le fondateur d’un empire, Fayard, 1999, p. 140-142.

22 Eric Fauquet, Michelet ou la gloire du professeur d’histoire, Cerf, 1990, p. 82.

23 Cités dans A. Garnier, op. cit., p. 339-340.

24 Sur cette question, nous renvoyons à l’ancienne mais classique étude de Clément Falcucci, L’Humanisme dans l’enseignement secondaire en France au XIXe siècle, Toulouse, Privat, 1939, p. 126 sq.

25 Ibid., p. 143.

26 NS I, p. 6.

27 Sur les programmes : C. Falcucci, op. cit., p. 136 sq. ; sur les enseignants : Almanach royal, 1824-1830.

28 Frédéric Prieur, Concours généraux, textes et corrigés, Delalain, (1827), (1828), (1829).

29 Duruy, Notes, op. cit., p. 10 ; V. Duruy à Mme Michelet, 2 mai 1884, dans Hauser, op. cit. ; AN : F17/4178 (École normale. Concours d’admission de 1830. Renseignements sur les candidats). La Rhétorique correspond à l’actuelle classe de Première, la Philosophie à celle de Terminale.

30 A. Thiercé, op. cit., p. 45.

31 J.-Y. Mollier, op. cit., p. 81 sq.

32 Paul Raphaël et Maurice Gontard, Un ministre de l’Instruction publique sous l’Empire autoritaire Hippolyte Fortoul 1851-1856, PUF, 1975, p. 8-9.

33 Sur l’organisation du baccalauréat, Jean-Baptiste Piobetta, Le Baccalauréat, Baillière, 1937, p. 46 sq.

34 NS I, p. 14.

35 AN : F17/4803 (Résultats du baccalauréat).

36 C. Falcucci, op. cit., p. 143.

37 Sur la question de la naissance des vocations normaliennes, voir les réflexions de Pascale Hummel dans Humanités normaliennes ; L’enseignement classique et l’érudition philologique dans l’École normale supérieure du XIXe siècle, Les Belles-lettres, 1995, p. 15.

38 AN : F17/4178.

39 Sur le déroulement du concours d’entrée, Pierre Jeannin, Deux Siècle à l’École Normale Supérieure, Larousse, 1994, p. 36 sq. Concernant la session de 1830, AN : AJ61 /167 et F17/4178.

40 D’ailleurs, tous les élèves arrivés premiers à une épreuve ont été déclarés admissibles.

41 Étude détaillée dans JCG, vol. I, p. 172-176.

42 La comparaison avec, par exemple, l’École Polytechnique, est intéressante ; cette dernière recrute surtout dans le groupe des fonctionnaires et celui de la bourgeoisie économique ; les deux établissements attirent donc à peu près le mêmes groupes sociaux, l’École Polytechnique semblant toutefois plus largement ouverte aux catégories supérieures. Cf. Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Belin, 2003, p. 343.

43 Paul Gerbod, La Vie quotidienne dans les lycées et collèges au XIXe siècle, Hachette, 1960, p. 40.

44 Sur l’histoire de l’École : P. Jeannin, op. cit. ; sur le règlement, Jacques Verger, dir., Le Centenaire de l’École normale, 1795-1895, Presses de l’ENS, 1994, p. 229 sq. ; sur le personnel enseignant, AN : AJ16/118.

45 Précisons d’ores et déjà que le rôle de Lebas, mort en 1850, aura été nul dans la rencontre entre ses deux anciens élèves, Napoléon III et Victor Duruy. Peut-être en revanche l’évocation de leur professeur commun aura concouru à rapprocher les deux hommes.

46 P. Jeannin, op. cit., p. 54 sq.

47 Sur la pédagogie de l’École, P. Hummel, op. cit., p. 78 sq.

48 Ibid., p. 105-106.

49 AN : AJ16/176.

50 AN : AJ61/1 (Tableau chronologique des promotions de l’École normale supérieure depuis sa fondation jusqu’en 1870, par L. Humbert).

51 AN : F17/5525 et *F17/2382.

52 J. Verger, op. cit., p. 53.

53 AN : AJ16/176 (Rapport de Guigniaut, octobre 1831) ; P. Hummel, op. cit., p. 98 sq.

54 Ibid. (Rapports divers sur l’année scolaire 1831-1832).

55 Jules Michelet, Correspondance générale, II, Librairie H. Champion, 1994, p. 482.

56 AN : AJ61/1 (Tableau chronologique des promotions de l’École normale supérieure depuis sa fondation jusqu’en 1870, par L. Humbert).

57 P. Hummel, op. cit., p. 97.

58 AN : AJ16/176 (Rapport de Guigniaut pour l’année scolaire 1830-1831).

59 Sur le déroulement de la troisième année, AN : AJ16/176 et 177.

60 Paul Vidal de la Blache, « La Bibliothèque de l’École », dans J. Verger, op. cit., p. 448 sq. ; Pierre Petitmengin, « La Bibliothèque de l’École normale supérieure face à l’érudition allemande au XIXe siècle », Revue de synthèse, no 1-2, janvier-juin 1992, p. 55-70.

61 Paule Petitier, Jules Michelet. L’homme histoire, Grasset, 2006, p. 103.

62 André Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, INRP-Kimé, 1993, p. 101-102.

63 Paul Gerbod, La Condition universitaire en France au XIXe siècle, PUF, 1965, p. 64.

64 Journal officiel de l’Instruction publique, 22 et 26 septembre 1833.

65 Calculs effectués à partir des listes dressées dans André Chervel, Les Lauréats des concours d’agrégation de l’enseignement secondaire, 1821-1950, INRP, 1993, 155 p.

66 Gallois, op. cit., p. 32.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540