Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Première partie. Héritages et formation (1811-1833)

Chapitre I. Un enfant des Gobelins

Texte intégral

Une famille d’ouvriers artistes

Aux origines d’une famille ouvrière

  • 1 Archives départementales de Paris (ADP) : V². E/1442 (Acte de naissance reconstitué de Jean Victor (...)
  • 2 Pour le détail des différentes pistes, Jean-Charles Geslot, Une histoire du XIXe siècle. La biogra (...)
  • 3 Ernest Lavisse, Un ministre. Victor Duruy, Armand Colin, 1895 [EL], p. 28-29.
  • 4 Henry Havard et Marius Vachon, Les Manufactures nationales. Les Gobelins, la Savonnerie, Sèvres, B (...)
  • 5 NS I, p. 2.
  • 6 Pour le détail des côtes, JCG I.
  • 7 Les doc. d’état civil de la famille Duruy se trouvent aux ADP. Détail des cotes dans JCG.
  • 8 Recherche effectuée par Victor Dandrieux, bibliothécaire de Villeneuve-Saint-Georges, au début du (...)

1Le 10 septembre 1811, Marie Suzanne Legendre, épouse de Charles Duruy, artisan à la manufacture des Gobelins, met au monde un fils, Jean Victor1. La naissance se produit au 270 de la rue Mouffetard, dans l’ancien douzième arrondissement de la capitale, en l’hôtel impérial des Gobelins où travaillent le père, le grand-père et les oncles du nouveau-né. Victor Duruy est en effet issu d’une famille d’artisans, employés à la manufacture des tapisseries, une famille qui marque de son nom l’établissement depuis plusieurs décennies déjà, depuis, en fait le règne de Louis XIV. Sur les origines plus lointaines de la famille, on ne sait pas grand-chose. Si le patronyme Duruy est très répandu dans le Nord-Est, une origine plus septentrionale semble plus plausible. Le ministre lui-même affirme dans ses Mémoires être originaire d’Arras, tandis que d’autres privilégient la thèse d’une origine flamande. Mais, faute d’éléments tangibles, force est de rester dans le domaine des hypothèses2. La tradition veut néanmoins que Victor Duruy soit originaire du Nord, et Ernest Lavisse, qui a très bien connu le ministre, son mentor et son ami, a même vu dans sa façon de parler une réminiscence de ses ancêtres venus des Pays-Bas3. Sur les modalités de l’arrivée des Duruy de leur province natale à la manufacture des Gobelins, les sources sont également assez pauvres, et contradictoires. Le même Victor Duruy affirme que ses ancêtres ont été présents dans l’établissement dès sa fondation, par Colbert, en 1662. À cette date, en effet, le Contrôleur général des Finances de Louis XIV décide de concentrer l’ensemble des ateliers de tapisserie de la capitale en un seul et même lieu : l’ancien hôtel qui avait, pendant deux siècles, de 1450 à 1655, appartenu au tapissier rémois Jehan Gobelin et à ses descendants4. À en croire Victor Duruy, ses aïeux, Arrageois installés à Paris, auraient fait partie de cette vague centralisatrice5. Cependant, les archives de la manufacture ne confirment pas cette assertion6. Le premier ancêtre parisien connu est un certain Jean Duruy, qui épouse, en 1698, Antoinette Castelle7. Leurs pères sont décédés au moment des noces, et l’acte de mariage n’indique ni profession, ni origine géographique, mais les deux témoins des mariés sont des marchands tailleurs, ce qui indique la proximité de la famille avec les milieux du textile. En 1699, ils ont un fils, Louis Godefroy, qui deviendra tanneur, et ils lui donnent un frère vers 1712, Jean Charles : celui-ci, dès l’âge de neuf ans, entre en apprentissage à la manufacture. Son père a pour cela fait jouer ses relations : son témoin lors de son mariage, un certain Leblond, avait en effet une sœur, Madeleine, qui avait depuis épousé un chef d’atelier des Gobelins. Il semblerait que c’est donc par l’intermédiaire de ce dernier que Jean Duruy ait pu trouver une place pour son fils8. Ce dernier est donc le premier Duruy employé à la manufacture connu, et, de ce fait, le fondateur d’une véritable dynastie. Il a en effet trois fils, qui, tous, suivent ses traces : Léger, né vers 1757, Pierre Charles, né en 1759, et Denis, né en 1764. L’aîné et le cadet n’auront, eux, aucun fils répertorié dans les documents de l’établissement, mais Pierre Charles perpétue la tradition fondée par son père, en donnant, tout au long de sa vie, trois nouveaux employés à la manufacture, en la personne de ses fils Marie Charles, né en 1787 (le père de Victor Duruy), Pierre Alexandre, né en 1797, et Axel Melchior, né en 1804.

Des conditions de vie difficiles

  • 9 Archives nationales (AN) : O1/2050.
  • 10 Jean Chagniot, Paris au XVIIIe siècle, in Nouvelle Histoire de Paris, Diffusion Hachette, 1988, p. (...)
  • 11 Ibid., p. 338.

2Pendant tout le XVIIIe siècle, donc, le nom des Duruy est attaché à celui de la manufacture, et les ancêtres de Victor Duruy vivent au rythme des aléas de son histoire. Car le prestige atteint par la tapisserie des Bourbons ne se traduit pas forcément en avantages matériels pour les employés de l’établissement. Certes, ils possèdent, de par les statuts donnés à la manufacture peu après sa fondation, un certain nombre d’avantages. D’après un édit royal de 1665, ils sont exemptés du logement des gens de guerre ; un agent de police doit être porteur d’un ordre judiciaire spécial pour pouvoir pénétrer chez eux ; on n’exige d’eux ni taille, ni imposition, et ils peuvent, sur simple demande, être exemptés de toute charge publique. Les artisans des Gobelins sont ainsi à part : ouvriers du roi, travaillant pour son service quasi exclusif ou pour celui de l’aristocratie, ils œuvrent chaque jour à la gloire de la monarchie par la production de tapisseries représentant les grandes scènes de la Bible, de l’histoire de France et de celle des Bourbons, et sont en outre garants, par leur excellence professionnelle, de la suprématie artistique du pays. À ces avantages juridiques et moraux s’ajoute par ailleurs le fait que les ouvriers des Gobelins font, en matière économique, figure de privilégiés parmi les ouvriers parisiens et français. Les archives de la manufacture sont, au sujet des traitements, assez lacunaires, mais nous apprennent cependant que, dans le dernier trimestre de 1783, les grands-pères et grand-oncle de Victor Duruy, Pierre et Denis, touchent, en moyenne, 8 livres et demi par semaine pour le premier et 14 livres pour le second9. Or, à la même époque, les salaires journaliers des quelque 80 000 ouvriers de la capitale dépassent rarement une livre : les carriers touchent 55 sols par jour, les limousins 36, les terrassiers 3010. Ainsi les aïeux de Victor Duruy ont-ils un salaire deux à trois fois supérieur à celui d’autres travailleurs manuels de la capitale, auquel s’ajoutent d’ailleurs un certain nombre de primes, pour aider les employés chargés de famille ou particulièrement méritants, ou encore le salaire des épouses. Ils peuvent donc apparaître, au sein du prolétariat préindustriel de la capitale, comme des privilégiés, et ce d’autant plus que la manufacture est immergée au cœur de la paroisse Saint-Médard, et du XIIe arrondissement ancien en général, quartiers qui se placent parmi les plus pauvres de Paris11.

  • 12 1 livre = 20 sous (ou sols) = 240 deniers (1 denier = 12 sous).

3Pourtant, en dépit de ces avantages non négligeables, les conditions matérielles dans lesquelles vivent les aïeux de Victor Duruy sont difficiles. Le travail de tapissier est épuisant pour la vue notamment. Il faut travailler à la lumière du soleil uniquement – ce qui limite le temps de travail et donc le traitement en hiver – et se fatiguer les yeux pendant de longs moments de concentration. Un métier certes moins dangereux que celui des couvreurs ou moins intense que celui des portefaix, mais nerveusement éprouvant. Ces difficultés ne sont guère compensées par un système de rétribution satisfaisant. Les ouvriers en effet sont payés à la tâche, et les appointements sont par conséquent irréguliers, le seul élément de stabilité étant leur faiblesse relative. Ainsi, pour le dernier trimestre de 1783, Pierre et Denis Duruy, grand-père et grand-oncle de Victor Duruy, touchent en tout l’un 102 livres, l’autre 169, et leurs rémunérations peuvent connaître un écart de 10 livres d’une semaine sur l’autre. Irrégularité en fonction des personnes et des semaines, donc, qui nécessite une gestion habile afin de pouvoir parer aux brusques augmentations de prix. Le pain de quatre livres monte aux environs de 15 sous en novembre 1768 et encore au printemps 177512. Ce qui peut donc représenter la majeure partie du salaire quotidien.

  • 13 AN : O1/2049. Texte complet reproduit dans JCG, I, p. 47.
  • 14 AN : O1/2043.

4Les conditions de vie sont donc difficiles, et les ouvriers n’ont de cesse de s’en plaindre tout au long du XVIIIe siècle par des missives, lettres et autres pétitions. Ainsi, dans l’une d’elles, rédigée en 1780 à l’attention de leur hiérarchie, les artisans se plaignent de leurs supérieurs immédiats ; ils parlent de leurs « procédés infâmes », de leur « bassesse », de leur « lâche cupidité », et décrivent comme un « supplice inexprimable » le fait d’avoir à les côtoyer13. Les Duruy eux aussi participent à ces contestations et se plaignent de leur sort. En mars 1754, Jean Charles Duruy, le fils du fondateur de la dynastie, envoie une requête au marquis de Marigny, directeur général des bâtiments, jardins, arts et manufactures de France. Il y explique qu’il travaille « depuis trantroisant » à la manufacture, « sans jamais avoir eu aùcune gratifications » bien qu’il soit « chargée de famille », et « supplie » donc qu’on lui accorde « un logemant », pour, dit-il, « maidée a subsistée ». La requête aboutit puisque, le 1er juillet suivant, on lui accorde une indemnité de logement de 30 livres par an, qu’il recevra jusqu’en 1766, date à laquelle, visiblement, il aura pu récupérer un logement laissé vacant au sein de la manufacture14. Si l’administration répond favorablement à la requête individuelle de Jean Charles Duruy, le problème collectif demeure entier. Il y a bien des tentatives de réformes, mais elles échouent. La situation économique, de toute façon, ne laisse pas beaucoup de marge au pouvoir. La manufacture connaît des difficultés dans les années 1740-1750 : la supplique de Jean Charles Duruy en témoigne, tout autant qu’un mémoire des chefs d’atelier qui montre, en 1756, le manque de fonds chronique de l’établissement. Or, la situation ne semble pas s’être améliorée quarante ans plus tard. Les années 1780 sont en effet marquées par une aggravation de la situation, en dépit des efforts de réforme de l’administration supérieure. Plaintes, pétitions et réclamations se multiplient. Classiquement, on fustige la cherté des vivres, mais, fait plus significatif, on réclame le versement des salaires. En 1783, le comte d’Angiviller, surintendant des Beaux-arts, doit promettre de faire payer tous les quinze jours les traitements des ouvriers. Las ! Quatre ans plus tard, une autre pétition nous apprend que ceux-ci n’ont pas été payés entre la fin novembre 1787 et le 12 janvier 1788.

La Révolution, ou le douloureux déclin de la manufacture

  • 15 Jean Tulard, La Révolution, in Nouvelle Histoire de Paris, Diffusion Hachette, 1989, p. 161.

5La Révolution n’améliore pas la situation de la manufacture, et les aïeux de Victor Duruy connaissent durant la dernière décennie du siècle des Lumières la période la plus difficile de leur vie. Son propre père, Charles, est né en 1787. Il grandit à la manufacture à un moment où les difficultés s’accumulent pour ses parents. Le père de Charles, Pierre, né le 2 août 1759, fête ses trente ans au tout début de la Révolution. Entré en apprentissage à l’âge de dix ans, en 1769, il est devenu ouvrier sept ans plus tard, en 1776. Avec son épouse, Marguerite Violaine, née Montalant, ils ont déjà deux enfants en 1789, dont l’aîné, né en 1783, meurt encore enfant. Et la famille ne cesse de s’agrandir dans les années qui suivent, en dépit des difficultés de la vie quotidienne : naissent ainsi Marie Jeanne Désirée en 1796, Pierre Alexandre en 1797, Victoire en 1798. Deux autres enfants semblent également le fruit de leur union, Marie Françoise Adélaïde en 1792 et Joséphine Hélène en 1798, mais elles ne survivent pas. En l’an IV (1796-1797), Pierre Duruy est donc responsable d’un « ménage à six bouches dont trois enfants », rien ne nous renseignant sur l’identité du troisième adulte, peut-être une personne âgée, par exemple l’un des parents de l’un des deux époux. Pour nourrir cette belle famille, Pierre Duruy a des moyens limités. À partir du moment où, en 1791, la manufacture adopte un système de paiement hebdomadaire fixe selon une grille d’avancement prédéterminée, il touche 21 livres. C’est un progrès puisque, à la fin de 1783, il ne gagnait qu’une dizaine de livres par semaine. Mais il est difficile de se faire une idée de ce que cela représente, dans la mesure où l’inflation galopante des années 1790 brouille toute tentative d’évaluation de la valeur de la monnaie et des revenus ; en outre, rien ne nous renseigne sur les budgets de la famille, notamment sur les autres ressources potentielles. Du reste, l’irrégularité reste de mise, puisque de ce traitement brut sont retranchées les « journées perdues » – par exemple pour maladie. Un chiffre peut-être pourra éclairer la situation du grand-père de Victor Duruy : en novembre 1790, le prix du pain de quatre livres s’élève à 9 sous15, soit à peu près une demi livre : c’est un sixième de son salaire quotidien.

  • 16 Sur cette question, cf. Paul Reynoard, Les Ouvriers des Manufactures Nationales sous la Révolution (...)

6Or, la situation de la manufacture et de ses ouvriers ne cesse de se dégrader durant la décennie16. 1789 lui porte un coup dont elle a failli ne pas se relever : la remise en cause de la Liste civile, l’émigration des grands aristocrates, ses clients traditionnels, menacent de tarir le flot des commandes. Les révolutionnaires eux, voient d’un mauvais œil la survivance de cet établissement, symbole de bien des aspects de l’Ancien Régime dont ils veulent faire table rase, et ces ouvriers qui possèdent encore tant de privilèges à une époque où ceux-ci passent vite de mode. Roland notamment, ministre de l’Intérieur à deux reprises en 1792 et 1793, est particulièrement décidé, et envisage des coupes sombres dans l’organisation de la manufacture, que seule la chute des Girondins au printemps 1793 permet d’éviter. Mais avec la déclaration de guerre et la proclamation de la République, la situation s’aggrave encore, en dépit de l’appui de la Montagne et de la Commune de Paris aux ouvriers des Gobelins. La disparition de la Liste civile supprime symboliquement – car c’était déjà le cas de facto – la raison d’être de l’établissement, tandis que la dégradation de la situation économique aggrave les conditions de vie de ses ouvriers. La Terreur vient y ajouter un climat de tension et de suspicion, et le Directoire marque la période la plus noire de l’histoire des ouvriers de la manufacture.

7Si l’on suit l’itinéraire financier de Pierre Duruy durant cette période, on comprend quelles ont pu être alors les conditions de vie de la famille du futur ministre. Les archives de la manufacture nous permettent, en dépit de leurs lacunes, de retracer l’évolution de son traitement. Ces chiffres sont significatifs de l’inflation des salaires, elle-même révélatrice de la situation économique. Alors qu’il gagne, au début des années 1790, environ 90 livres par mois, cette somme est doublée dès septembre 1794, et atteint même 570 livres à la fin de 1795. En 1797, un nouveau système d’appointements diminue les traitements, et le sien passe à 880 francs par an. Mais en juillet 1799, il s’est déjà hissé à 940 francs. Parallèlement à cette inflation du salaire brut, s’accumulent de mois en mois, primes, gratifications et secours, témoins de la difficulté qu’éprouvent les ouvriers à faire face à la montée des prix, en dépit des revalorisations successives de leurs traitements. Fait significatif d’ailleurs, en novembre-décembre 1795, le traitement brut de Pierre Duruy ne représente qu’un tiers de ses 570 livres de revenu. Revenu versé d’ailleurs avec une irrégularité persistante : en septembre 1795, le ministère de l’Intérieur constate ainsi que les ouvriers n’ont pas été payés depuis deux mois. Les distributions gratuites se multiplient pour compenser les insuffisances de traitements qui n’arrivent pas à suivre le rythme de l’inflation des prix, d’autant plus qu’ils sont pendant longtemps versés en assignats. En dépit de leur froideur arithmétique, ces chiffres permettent de se faire une idée de la façon dont vivaient les aïeux proches de Victor Duruy : son grand-père, chargé de famille pendant cette période, qui aura connu l’humiliante situation du père incapable de subvenir aux besoins de ses enfants, et son père, qui aura passé toute son enfance dans la misère. À n’en pas douter, cette vie commencée dans le besoin aura conditionné l’ambition sociale de Charles Duruy, ambition qu’il transforme en réalité et qu’il transmet ensuite à son fils.

Le modèle paternel : Charles Duruy

Un très bon ouvrier, une carrière rapide

  • 17 Journal général de l’Instruction publique (JGIP), 30 mai 1866.

8Dans ses Notes et souvenirs, Victor Duruy insiste sur ses origines ouvrières modestes ; dès les années de son ministère, les articles biographiques en sa faveur l’ont présenté, pour des raisons évidentes, comme issu des couches populaires, presque comme un « fils de ses œuvres », parti de rien ou en tout cas de pas grand-chose, et arrivé à force de travail et de persévérance, aux plus hautes fonctions. Une certaine Mélanie Bourotte, membre correspondante de la Société d’agriculture, sciences et arts de Poligny, visiblement touchée par les réformes du ministre, compose ainsi un poème en 1866, à la gloire du « chef paternel de la ruche enseignante ». Ces vers empreints de naïveté sont particulièrement éclairants quant à l’image que Victor Duruy peut avoir dans une certaine partie de l’opinion17 :

Simple est le seuil de son histoire :
Lambris soyeux, berceau de moire
Pour lui ne chatoyèrent pas ;
C’est aux durs chemins de la vie,
Sous le soleil et sous la pluie
Qu’il essaya ses premiers pas.

  • 18 Adeline Daumard, Les Bourgeois et la bourgeoisie en France, Aubier, 1987, p. 192 sq.

9Cette idéalisation d’une trajectoire individuelle est typique des mythologies d’un XIXe siècle friand de réussites exemplaires. De l’ouverture bourgeoise de la monarchie censitaire à la méritocratie républicaine, les parcours ascensionnels viennent confirmer les choix de société du groupe dominant18. Ainsi présenté, le parcours de Victor Duruy permet d’idéaliser le personnage en même temps que l’ordre social dont il a bénéficié. Aussi ce portrait doit-il être nuancé. Car s’il est évident que Victor Duruy n’est pas né dans un milieu proprement élitaire, en revanche il ne faut pas sous-estimer l’ascension sociale qu’avait connue son père avant lui et qui fut un tremplin évident pour la réussite du futur ministre – en même temps que l’élément déterminant de son parcours ultérieur – et que les « durs chemins de la vie » ne sauraient en ce qui le concerne n’être pris autrement que comme une très poétique figure de style.

  • 19 Annie Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène, Aubier, 1998, p. 254 sq.
  • 20 Nous avons effectué ce calcul à partir de l’inventaire dressé par Maurice Fenailles et Fernand Cal (...)
  • 21 Chantal Castinel-Coural, La Manufacture des Gobelins au XIXe siècle. Tapisseries, cartons, moquett (...)
  • 22 Edouard Gerspach, La Manufacture nationale des Gobelins, Delagrave, 1892, 271 p.

10La fin de la Révolution marque, pour la manufacture des Gobelins et pour ses ouvriers, le retour à des jours plus heureux. Napoléon Bonaparte, nouveau maître de la France, trouve dans cet établissement laissé par ses prédécesseurs Bourbons un instrument au service de l’ambitieuse politique artistique qu’il souhaite lancer et, accessoirement une arme pour sa propagande19. Les ateliers des Gobelins connaissent donc une nouvelle vie. À côté des œuvres traditionnelles, dont la production reprend ou continue, il s’agit désormais de glorifier le nouvel ordre et le nouveau régime. Sur les 129 pièces mises sur le métier sous le premier Empire, 28 sont des portraits impériaux (dont 17 de l’empereur lui-même), et 22 autres représentent des grands moments, civils ou militaires, du règne20. Les deux cinquièmes de la production sont donc consacrés, directement, à des œuvres de propagande à la gloire de la dynastie. Ce retour en grâce s’accompagne d’un certain nombre de marques d’estime. Pour reprendre une tradition monarchique, la manufacture est placée dans les attributions du nouveau ministère de la Maison de l’empereur, ce qui n’est pas sans rappeler aux vieux tapissiers les temps glorieux où ils étaient les ouvriers du roi. Les visites officielles se multiplient, celle de la princesse Caroline Murat en 1803, celle du pape Pie VII en 1805. Une nouvelle porte, monumentale, est également édifiée, donnant sur la rue Mouffetard, afin d’inscrire l’établissement dans le paysage monumental de la ville21 : la manufacture des Gobelins est devenue un établissement de premier ordre. Cela se traduit donc par un retour au dynamisme, après les années de la Révolution marquées par l’arrêt des commandes et le ralentissement de la production, faute de moyens et de réelle volonté politique. Dans les toutes premières années du siècle, cinq nouvelles productions sont lancées chaque année mais, en 1808, ce sont pas moins de 35 tapisseries nouvelles qui sont mises sur le métier. Pour les ouvriers, cela se manifeste par une amélioration sensible de leurs conditions de vie. L’apprentissage est réformé, et le système des traitements refondu. En 1810, on leur crée même une caisse de retraite22.

  • 23 F. Calmettes, op. cit., p. 376.

11Si Charles Duruy, le père du ministre, avait eu le malheur de naître deux ans avant la Révolution, il a en revanche la chance de devenir ouvrier au moment de la renaissance de la manufacture. Entré en apprentissage en décembre 1800, un an après le 18 Brumaire et l’établissement du Consulat, il devient dès 1806 ouvrier de quatrième classe. Il gravit ensuite, un à un, les échelons de la hiérarchie, à un rythme assez exceptionnel : il passe de grade en grade de façon quasi annuelle – chacune des quatre classes étant divisée en deux sections, soit huit échelons. En avril 1813, alors qu’il n’a que 26 ans, il est déjà ouvrier de première classe, alors que son oncle Denis, qui atteint le même niveau à la même période, a déjà 49 ans. Quant à son père, Pierre Duruy, il a, lui, atteint le plus haut grade en 1806, mais il avait alors 57 ans. Cette ascension fulgurante s’explique surtout par les qualités d’ouvrier dont fait preuve Charles Duruy et dont témoignent les hommages rendus par sa hiérarchie. Tandis que l’inspecteur Lemonnier note en 1811 le « soin infini » qu’il met à l’exécution de la première copie du Portrait en pied de Napoléon par Gérard, et « la parfaite exécution de son tableau », le peintre lui-même adresse ses éloges au jeune ouvrier de 24 ans23. On aurait tort de croire cependant, au regard de sa rapide progression au sein de la manufacture, qu’il est un ouvrier exceptionnel, un génie de la tapisserie. Ces compliments ne sont pas rares dans les rapports sur les ouvriers. Ses aïeux eux-mêmes, en dépit de leur avancement plus lent, ont eu droit aux louanges de leurs supérieurs. Son oncle, Denis, apparaissait ainsi, en 1783, à 19 ans, comme « un jeune ouvrier prometteur » et était, à 26 ans, ouvrier de tête, c’est-à-dire spécialisé dans la reproduction des visages – spécialité la plus difficile du métier. Quant à Pierre Duruy, son père, il devient lui aussi ouvrier de tête à 29 ans. Et en 1823, on dira même de Charles Duruy qu’il est « plus âgé que ceux des ouvriers dont le talent pourrait rivaliser avec le sien », preuve donc qu’il était très bon sans être meilleur que les autres, notamment parmi des plus jeunes que lui.

  • 24 É. Gesrpach, op. cit., p. 168-169.
  • 25 AN : O2/906.
  • 26 AN : O3/1527.

12Ainsi Charles Duruy, tout en étant, incontestablement, un très bon ouvrier, ne saurait être considéré comme un cas à part. La rapidité de son ascension au sein de la hiérarchie semble donc plutôt s’expliquer par le zèle qu’il déploie dans l’exercice de son métier. Non content d’effectuer le travail normal d’un ouvrier, il encadre également certains apprentis – ce qui n’est pas le cas de tous les ouvriers24 – et n’hésite pas à donner de son temps pour faire avancer plus vite le travail. Ainsi, en 1813, il travaille 52 jours de plus, les dimanches, les jours fériés, entre avril et décembre, temps supplémentaire qu’il consacre à la fabrication, notamment, des portraits des souverains25. Passion du métier ou zèle politique ? Ces deux considérations expliquent sûrement sa situation. En tout état de cause, ses promotions accélérées semblent le destiner à de plus hautes fonctions. En décembre 1813, il est nommé, à seulement 26 ans, suppléant surveillant (en sus de son travail d’ouvrier). Et dix ans plus tard, lorsque son chef d’atelier, Claude, décède, c’est tout naturellement à lui que pense le baron des Rotours, administrateur de la manufacture, pour succéder au défunt. Le 25 juin, le ministre de la Maison du Roi, le marquis de Lauriston, approuve ce choix et, le 1er juillet, le nouveau chef d’atelier entre en fonctions26. En quatre générations, les Duruy ont donc pu s’imposer comme une famille de très bons ouvriers, et l’un des leurs occupe désormais l’un des plus hauts postes de l’établissement auquel ils ont lié leur lignée. Pourtant, contrairement à ses aïeux, Charles Duruy semble moins considérer la manufacture comme un but que comme un tremplin. Dès avant la fin de l’Empire, il a en effet commencé à séparer son destin de celui des Gobelins, en ouvrant, non loin de là, à l’angle des rues Mouffetard et de l’Oursine, un établissement de limonadier.

L’ouvrier devenu notable

  • 27 Adeline Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, A. Michel, 1996, 677 p.
  • 28 David Garrioch, « La Bourgeoisie parisienne au début du XIXe siècle : le cas du faubourg Saint-Mar (...)

13La carrière rapide de Charles Duruy lui a permis d’éloigner de lui le spectre de la misère, élément essentiel de ses jeunes années. Ainsi commence un processus d’embourgeoisement qui s’accélère dès les années 1810 et lui permet, en l’espace d’une vingtaine d’années, d’acquérir une position nouvelle, celle d’un bourgeois, d’un notable. Le parcours rapide, de la fin de l’Empire aux lendemains de la monarchie de Juillet, de son ascension au sein de la « bourgeoisie populaire » décrite par Adeline Daumard27, doit nous permettre de comprendre quelles ont été les modalités de ce rapide embourgeoisement. Notons tout d’abord qu’il bénéfice d’un contexte social favorable. Si le faubourg Saint-Marcel est réputé pour sa pauvreté, il y existe néanmoins une élite riche relativement importante, des industriels comme les Salleron, qui ont profité pour la plupart des conditions nouvelles offertes par la Révolution (biens nationaux, fin du cadre corporatif…) et de l’Empire pour s’enrichir et conquérir des places. Ces grands notables de quartier, dont l’influence se manifeste dans leur participation aux activités de la fabrique paroissiale, des bureaux de la bienfaisance et surtout de la Garde nationale, constituent à n’en pas douter un modèle pour l’ambitieux Charles Duruy28.

14En 1808, à l’âge de 21 ans, celui-ci épouse Marie Suzanne Legendre. Elle est la fille d’un marchand charron, Simon Paul Legendre. L’union est précédée d’un contrat de mariage, premier signe d’intégration à la bourgeoisie telle que l’a décrite Balzac. L’union cependant ne dure guère, car la jeune épouse décède dix ans plus tard, en 1818. Mais entre-temps, deux éléments avaient participé à la réalisation de la stratégie d’embourgeoisement de Charles Duruy. D’abord la naissance, en 1811, d’un fils, Victor, qui devait un jour, bien plus tard, concrétiser ses espoirs de réussite sociale. Ensuite, dans les années 1814-1815, l’investissement dans une limonaderie. Les origines et les modalités précises du lancement de cet établissement sont floues. Le premier document le concernant est, à notre connaissance, une autorisation, délivrée en novembre 1814 par la Direction générale de la Police, pour tenir un billard public. L’année suivante, le 25 octobre 1815, la Préfecture lui permet, à son tour, de louer la maison en garni. Cette maison, il n’en est pas propriétaire : il la loue à un marchand chapelier, François Noirterre, puis, à partir de 1819, à son ancien beau-père, Simon Paul Legendre. Ce dernier n’est peut-être pas pour rien dans la reconversion du tapissier. Il existe en effet, dans les années 1810, un Legendre parmi les électeurs du Bureau de la communauté des limonadiers. Selon toute vraisemblance, il s’agirait de Jean Legendre, le frère de Simon Paul, ancien maître charron comme lui, mais reconverti en marchand de vin traiteur. D’ailleurs, très peu de temps après son veuvage, en 1818, Charles Duruy se remarie avec la cousine de sa défunte femme, Madeleine, la propre fille de Jean. L’union est célébrée le 21 avril, soit 18 jours seulement après la liquidation de la succession du premier foyer… Ces deux faits, un mariage rapide avec une cousine de la défunte femme, témoignent de l’aspect stratégique de cette union, vue moins comme un acte d’amour que comme un froid calcul juridique et financier – l’un n’excluant cependant peut-être pas l’autre. Le mariage représente surtout en effet le moyen de trouver des fonds. Lorsqu’on est en train de lancer un commerce, cet apport est vital, et cela explique d’autant mieux les conditions du deuxième mariage de Charles Duruy.

  • 29 Pour le détail des actes et des chiffres, JCG, vol. I, p. 75-78.

15La jeune épouse cependant décède elle aussi rapidement. Le 7 février 1820, Charles Duruy est à nouveau veuf. Mais il ne se remarie pas tout de suite. Sa position se consolide néanmoins dans la décennie qui suit. À partir de 1823, avec son accession au poste de chef d’atelier de la manufacture des Gobelins il devient réellement un notable en vue du quartier, au prestige certain. L’année suivante, il parvient à faire entrer son fils Victor au collège royal Sainte-Barbe. En 1827, il est suffisamment en fonds pour pouvoir racheter à son ancien beau-père l’immeuble de la limonaderie : il en est désormais le seul et unique propriétaire. Deux ans plus tard, enfin, en juillet 1829, il se remarie à nouveau, jugeant peut-être contraire à son image de bourgeois installé de prolonger plus longtemps un célibat qui dure depuis déjà neuf ans. Sa troisième épouse, Marie Denise Rose Pinard, est la fille d’un marchand forain de La Chapelle Saint-Denis : à nouveau, c’est dans le milieu de la petite bourgeoisie commerçante de banlieue qu’il prend femme. L’année suivante, en 1830, son fils obtient son baccalauréat et, poursuivant dans la voie qu’il a tracée, intègre la prestigieuse École normale. À l’aube de la monarchie de Juillet, à 43 ans, Charles Duruy est désormais un bourgeois installé et un notable reconnu. Cette réussite sociale s’accompagne d’un enrichissement certain, dont témoignent les actes notariés qui jalonnent sa vie29. Sur la période durant laquelle il n’est encore qu’ouvrier à la manufacture, les sources manquent pour apprécier le niveau de sa fortune, mais l’évolution de son traitement nous montre déjà un certain enrichissement, puisque, en passant de grade en grade, il voit son salaire multiplié par onze entre 1801, date à laquelle il devient apprenti avec 240 F par mois, et 1823, lorsque, devenu chef d’atelier, ses appointements s’élèvent désormais à 2700 F. En 1808, lors de son premier mariage, Charles Duruy possède une modeste fortune qui s’élève à seulement 600 F. Mais lorsqu’il se remarie dix ans plus tard, celle-ci a décuplé, puisque son apport est de 6 000 F. En 1829, lorsqu’il épouse sa troisième femme, celui-ci ne change pas, mais, lorsqu’il décède en 1857, sa fortune s’élève à près de 24 000 F. En cinquante ans, elle a donc été multipliée par quarante.

L’exercice de la notabilité

  • 30 AN : ET/XXXIX/730.
  • 31 Henry Melchior de Langle, Le Petit Monde des cafés et débits parisiens au XIXe siècle. Evolution d (...)
  • 32 Dans son incontournable guide Connaissance du Vieux Paris, Jacques Hillairet affirme que le quarti (...)

16Sa notabilité, Charles Duruy l’assume de différentes manières, et en premier lieu, par la possession d’un important établissement de commerce. La description de sa limonaderie, telle qu’elle figure dans l’inventaire dressé après le décès de sa première épouse en 1818, nous permet en effet de nous faire une idée assez juste des proportions de l’établissement30. C’est, tout d’abord, un bâtiment élevé de deux étages et combles sur rez-de-chaussée et caves. Au rez-de-chaussée se trouve la salle principale, ouverte sur la rue de l’Oursine, et ornée d’un comptoir, au-dessus de laquelle se trouve une autre salle, au premier étage. Le comptoir a un dessus de marbre, ce qui est alors peu répandu31. Mais cela va avec le reste du mobilier, puisque les dix tables en bois de chêne de l’établissement sont toutes recouvertes de marbre. À une époque où la plupart des débits de boisson ne sont encore équipés que de tables rustiques et de bancs de ferme, l’établissement de Charles Duruy apparaît comme plus avancé que les autres en matière de mobilier. En témoigne également la présence de deux grands miroirs, d’une pendule et, surtout, de deux billards, jeu dont la mode s’est développée sous l’Empire et qui devient l’attribut nécessaire de tout établissement digne de ce nom. Par ailleurs le client peut trouver une assez grande diversité de consommations : du vin blanc ordinaire, du vin rouge (Bourgogne et Mâcon), du cidre, de la bière, de l’eau-de-vie de Montpellier, ainsi que des liqueurs fines, des fruits à l’eau-de-vie et du café. On y vient pour boire, mais peu pour manger : si l’établissement compte 110 verres, 16 carafes et 74 tasses, il ne contient en revanche qu’une douzaine d’ensembles de couverts. En tout, la limonaderie est évaluée à plus de 11 000 F, dont 1 350 d’objets mobiliers. Quand on sait que, dans les années 1850, les estimations pour les objets mobiliers des débits de boisson parisiens oscillent en général entre 200 et 1 000 F, on conçoit que la limonaderie de Charles Duruy, avec ses glaces, ses deux billards et son marbre, ait été, dès la Restauration, un établissement d’un niveau certain32.

  • 33 Mathilde Larrère, « Les Elections des officiers de la Garde parisienne sous la monarchie de Juille (...)
  • 34 Mathilde Larrère-Lopez, « La Garde nationale des Trois Glorieuses. Héroïque combattante ou figure (...)
  • 35 NS I, p. 14.
  • 36 ADP : Vk3/33.
  • 37 AN : LH/876/48.

17Devenu propriétaire d’une maison de commerce, Charles Duruy s’est de fait retrouvé contribuable, payant les contributions personnelles et surtout la patente, cet impôt de l’atelier et de la boutique. Dès lors, il a pu aussi être intégré au groupe des 55 000 gardes nationaux de la capitale. Sous cet uniforme, symbole ultime de sa réussite sociale, dont on imagine la fierté avec laquelle il a dû le porter pour la première fois, il participe aux rondes, factions et surveillances qui sont le lot de la milice bourgeoise parisienne33. Supprimée en 1827 après des manifestations d’hostilité à l’égard de Charles X, la Garde se reconstitue spontanément dès le 28 juillet 1830 dans plusieurs quartiers de la capitale34. Le capitaine Charles Duruy, lui aussi, prend les armes contre le coup d’État de Charles X. Victor Duruy a raconté dans ses Mémoires le comportement de son père durant les Trois Glorieuses35. À la tête de quelques hommes, il commence par se rendre à la caserne de l’Estrapade, fidèle aux troupes légales, puis se dirige vers le centre de Paris pour prêter main-forte aux insurgés dans le quartier des Tuileries. En chemin, cependant, les gardes sont prévenus de la révolte des prisonniers de Sainte-Pélagie. Charles Duruy y conduit alors son groupe. Il remplace les soldats de ligne, épuisés et découragés, par des gardes de sa compagnie, puis parvient à repousser les mutins dans leurs cellules. Il fait même libérer quelques prisonniers politiques. Cet acte de bravoure lui vaudra la reconnaissance nationale : première récompense officielle de la famille, la croix de Juillet vient, quelques années plus tard, décorer sa poitrine36. À partir de 1837, il y arbore également la médaille de chevalier de la Légion d’honneur37.

  • 38 Almanach de la Garde nationale pour 1843. Annuaire-manuel historique et pittoresque des gardes nat (...)
  • 39 ADP : 2Mi3/2 (Almanach du Commerce).
  • 40 C. Castinel-Coural, op. cit., p. 98.

18En 1830, et encore dans les années 1840, Charles Duruy est capitaine de la compagnie des voltigeurs du 4e bataillon de la 12e légion38 ; il a par conséquent, sous ses ordres, environ 2 000 hommes, recrutés parmi les plus riches contribuables du quartier de la rue Mouffetard. Cela fait de lui un personnage en vue, le milicien en chef du quartier. Son engagement civique est venu parachever son ascension sociale. Il est, dans les années 1830, l’une des personnalités de son quartier, un notable de premier plan : aussi est-il inscrit également sur les listes électorales39. Or, à la réussite professionnelle, économique et sociale, il ajoute un rayonnement culturel personnel certain. Son poste de chef d’atelier le met en effet en contact permanent avec l’art « académique ». Les ouvriers des Gobelins occupent en effet une place à part dans le monde ouvrier. Ils sont l’un des rares groupes sociaux populaires à avoir des contacts avec des formes d’expression culturelle – et notamment artistique – en général réservées à un public restreint, élitaire. Une anecdote assez révélatrice montre bien la proximité, voire même la familiarité de Charles Duruy avec les milieux artistiques. En 1828, Paul Delaroche a peint le portrait en pied du Dauphin, le duc d’Angoulême. Quelque temps plus tard, le pouvoir décide de faire copier le tableau par les Gobelins. Mais le baron des Rotours, jugeant l’œuvre impropre à être exécutée à la manufacture, envoie l’inspecteur des travaux de dessin, le peintre d’histoire François Henri Mulard, accompagné des deux chefs d’atelier Laforest et Duruy dans l’atelier même de Delaroche afin d’examiner l’œuvre. Là, ils se rendent à l’évidence : le portrait ne saurait servir de modèle à une tapisserie. Ainsi on voit que Charles Duruy fréquente, de par sa fonction, les milieux de la création artistique. Sa position de chef d’atelier lui fait rencontrer les artistes, d’autant que ceux-ci viennent parfois en visite à la manufacture, comme ce fut le cas pour les peintres David, Vincent et Ménageot en septembre 180340 ; en ces occasions, ils ne pouvaient que rencontrer les trois chefs d’atelier de l’établissement.

  • 41 Jules Simon, « Notice historique sur la vie et les œuvres de M. V. Duruy », Académie des Sciences (...)
  • 42 P. Reynoard, op. cit., p. 3 ; Haim Burstin, Le Faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. S (...)
  • 43 NS I, p. 2.
  • 44 Ibid., p. 6.

19En outre, il doit lui-même faire preuve d’une certaine sensibilité artistique afin de pouvoir juger de l’adaptabilité des œuvres picturales à la tapisserie. Pour cela, il bénéficie de sa formation et de son expérience. Car les artisans des Gobelins sont, en la matière, des ouvriers d’un genre très particulier. « Faut-il dire ouvrier ou artiste ? », s’interrogeait ainsi Jules Simon, « artiste dirait un peu trop, ouvrier ne dirait pas assez41 ». Cette interrogation est particulièrement intéressante, vu en effet le statut à part de ces hommes qui travaillaient sur des œuvres d’art : ils pouvaient être qualifiés d’artistes, mais n’étaient pas des créateurs et, relégués au simple rang de « recopieurs », devaient donc se contenter du terme d’ouvrier ou d’artisan. Car les scènes représentées sur les tapisseries des Gobelins n’étaient jamais des créations de la manufacture ; elles étaient des reproductions, sous forme tissée, de grandes œuvres picturales, et, plus rarement, sculpturales. Les employés des Gobelins eux-mêmes se considéraient pourtant comme des artistes et recevaient d’ailleurs un enseignement artistique, composé essentiellement de cours de dessin, dès avant leur entrée en apprentissage42. Charles Duruy n’échappe donc pas à la règle, et son fils en témoigne. « Mon père était un véritable artiste, aimant la peinture, la statuaire, la musique… », explique-t-il43. Il va même jusqu’à tenir chaque semaine une sorte de salon en plein air, où se réunissent artistes et amateurs d’art. Victor Duruy s’en souvient avec émotion : « Combien n’ai-je point passé de bons moments dans ce jardin que, chaque samedi d’été, mon père ouvrait à des amis, peintres, graveurs, statuaires, qui se croyaient en outre musiciens, et se donnaient un concert coupé de discussions d’art et de mauvaises notes qui n’arrêtaient l’entrain de personne44 ». Faute de sources alternatives, on n’en sait guère plus sur ce « salon » artistique et estival, comme, d’ailleurs, sur les pratiques culturelles de Charles Duruy. Mais la tenue de ce genre de réunions, emblématique, à sa manière, de la sociabilité du cercle décrite par Maurice Agulhon, l’inscrit elle aussi au cœur de la bourgeoisie parisienne de cette première moitié du XIXe siècle.

Un opposant à la Restauration

20Pour que soit complet le portrait du père de Victor Duruy, et plus compréhensible le legs à son fils, il est nécessaire d’essayer d’envisager sa culture politique. Pour la connaître, nous n’avons à notre disposition que le témoignage de ce dernier, et les maigres souvenirs qu’il a laissés sur la question. Pour le reste, nous en sommes réduits aux conjectures, fondées sur la plus forte probabilité, en fonction de l’appartenance sociale de Charles Duruy et des milieux qu’il a pu fréquenter.

  • 45 Bernard Ménager, Les Napoléon du peuple, Aubier, 1988, 445 p., p. 42-43.
  • 46 AN : O3/1523.

21Dans ses Notes et souvenirs, Victor Duruy raconte deux souvenirs de jeunesse. Le premier évoque directement l’empereur. L’historien avoue en effet qu’il a longtemps cru avoir vu passer Napoléon devant la manufacture lors de son retour de l’île d’Elbe, le 20 mars 1815 ; il reconnaît toutefois que c’est impossible dans la mesure où l’Aigle sur le retour avait préféré éviter les faubourgs et n’avait pas emprunté la rue Mouffetard. La prégnance de cette image, de ce rêve si fort qu’il en était devenu un souvenir, est emblématique bien sûr de l’importance de la légende napoléonienne dans une partie de la jeunesse de France. Mais elle nous montre également que l’enfant était perméable à cette légende, et qu’il a donc forcément dû grandir dans un milieu qui éprouvait de la sympathie pour l’empereur. Cette hypothèse est plausible, dans la mesure où l’attachement à l’Empire et à Napoléon était fort dans les milieux de l’artisanat, surtout textile45, et notamment chez les ouvriers des Gobelins, pour qui, rappelons-le, le régime consulaire puis impérial a constitué une période de retour à la prospérité et à la légitimité après les rudes années de la fin de l’Ancien Régime et de la Révolution. Difficile pour autant d’en tirer des conclusions fermes sur leurs préférences politiques, en particulier sur celles de Charles Duruy. Rappelons qu’en 1823, il a été nommé au poste de chef d’atelier, et qu’un opposant notoire et déclaré n’aurait sûrement jamais pu obtenir un tel poste en plein gouvernement Villèle, confronté à la montée en puissance des sociétés secrètes. Par ailleurs, un rapport rédigé le 13 septembre 1824 par le directeur de la manufacture, le baron des Rotours, dresse un tableau idyllique de l’état d’esprit des ouvriers, vus comme des partisans incontestables de Louis XVIII, décédé peu de temps auparavant46. Mais ce rapport, rédigé par un fonctionnaire soucieux de son image, et à un moment de deuil collectif, ne saurait être représentatif de l’opinion profonde des ouvriers des Gobelins, et de Charles Duruy, face au régime de la Restauration. Et en tout état de cause, il est évident que la politique menée par Charles X à partir de 1824 – pensons bien sûr, concernant Charles Duruy, à la suppression de la Garde nationale en 1827 – a éloigné du régime bien des Français qui y avaient été attachés par les tendances plus libérales montrées par Louis XVIII, du moins au début de son règne. Dans son œuvre historique, Victor Duruy n’a de cesse de dénoncer la Restauration, et son désamour de ce régime trouve sûrement ses racines dans la haine que lui vouaient les adultes qui ont participé à son éducation avant son entrée au collège en 1824.

  • 47 AN : O3/1511.
  • 48 Claude Willard, dir., La France ouvrière, tome 1, Des origines à 1920, Éditions sociales, 1993, p. (...)
  • 49 H. Burstin, op. cit., p. 47 sq.
  • 50 NS I, p. 3-6.

22Si la question de l’adhésion des ouvriers des Gobelins au régime des Bourbons reste difficile à résoudre, un fait, cependant, est certain, quant à leur culture politique : c’est leur anticléricalisme, dont existent plusieurs traces. Ainsi en mai 1827, l’abbé Plantier, aumônier de la manufacture, rédige un rapport à l’un de ses supérieurs, dans lequel il dresse un bilan sans faux-semblants et assez amer de son action47. Celle-ci se place dans le cadre plus général de l’œuvre de reconquête catholique après la déchristianisation du XVIIIe siècle, qui avait été particulièrement importante dans les milieux ouvriers48. Cette reconquête est d’autant plus importante dans le quartier Saint-Médard qu’avant 1789, l’Église y occupait de fortes positions, avec notamment un nombre important d’institutions d’assistance et d’éducation, qui rencontraient un public de fidèles assez nombreux, chez qui la tradition religieuse était ancienne et tenace49. L’aumônier montre cependant que bien peu d’ouvriers sont sensibles à ses efforts, et avoue avec tristesse qu’ils ne sont qu’« un bien petit nombre » à s’être laissé « ramener à Dieu ». Il semble en effet que son zèle ait eu l’effet inverse de celui escompté : bien loin de réconcilier les ouvriers avec la religion, la multiplication des messes et des offices, ses visites continuelles, la création de cours de religion et de catéchisme, pour les adultes comme pour les enfants, ont plutôt exaspéré ceux à qui elles s’adressaient. Le milieu des artisans de la manufacture des Gobelins apparaît donc sous la plume de l’abbé Plantier comme largement hermétique à l’influence ecclésiastique ou même religieuse. Or Victor Duruy, et c’est là le deuxième souvenir de jeunesse qui nous permet de comprendre la culture politique du milieu dans lequel il a grandi, nous raconte également qu’il a gardé une fort mauvaise image de ce qu’il appelle les « capucinades » auxquelles il assistait durant sa jeunesse. Il fait référence aux nombreuses processions et cérémonies religieuses qui marquaient la politique de re-christianisation tentée par l’Église sous la Restauration, et qu’il décrit de manière très négative. On est là encore dans le domaine du souvenir, de la représentation, et, ici encore, à travers celle de l’enfant, c’est à celle des adultes qui l’entourent que l’on accède. Les discours tenus par ces derniers et parvenus aux oreilles du jeune Victor ont dû être eux-mêmes extrêmement dévalorisants pour lui laisser une telle impression. En négatif, le souvenir de l’historien serait donc une preuve de l’anticléricalisme de son père et de ses amis, et, par extension, de leur opposition au régime de la Restauration, régime pour lequel l’historien a gardé, nous dit-il, un « vieux fond de rancunes » en raison des « conversations […] si souvent entendues50 ».

  • 51 AN : AJ16/148 (État des écoles primaires de garçons).
  • 52 APP Paris : A. A/361 (dossier Hénon) ; E. Guillon, Les Complots militaires sous la Restauration, P (...)

23De cette opposition paternelle au régime des derniers Bourbons, une autre preuve existe. Lorsqu’il décide d’envoyer son fils à l’école primaire, Charles Duruy fait un choix pour le moins surprenant. Non loin de la manufacture, dans la rue du Pot-de-Fer, se trouve la plus grosse école de l’arrondissement, tenue par deux frères des Écoles chrétiennes, et regroupant 160 élèves51. Cette école semble tout indiquée pour un ouvrier en vue de la manufacture, qui plus est à la tête de l’une des limonaderies les plus importantes du quartier, et soucieux de respectabilité. Pourtant, ce n’est pas dans l’établissement religieux qu’ira le petit Victor Duruy, mais, à deux pas, dans la même rue, dans une institution bien plus modeste tenue par un laïc, Louis Nicolas Hénon. Celui-ci est loin d’être aussi respectable que les deux frères des Écoles chrétiennes ses voisins. Ancien militaire de 34 ans, devenu chef d’institution, il a été un membre actif de la charbonnerie. Membre de la Vente Washington, c’est lui qui, en 1822, a harangué dans l’auberge du Roi Clovis le très bonapartiste 45e régiment de Ligne cantonné au pied de la montagne Sainte-Geneviève, avant le départ forcé de ce nid de conspirateurs et de leur meneur, le fameux sergent Bories, pour La Rochelle. Ainsi ce Hénon est-il lié au célèbre complot bonapartiste attaché au nom du grand port de Charente. Arrêté peu après les « quatre sergents », il refuse d’abord de parler. Quelque temps dans un cachot, la fermeture de son institution et la ruine de sa fortune finissent par lui délier la langue : il avoue tout ce qu’il sait du complot, et, grâce à cet acte de bonne volonté, est acquitté lors du procès qui voit cependant la condamnation à mort des Sergents de La Rochelle, le 5 septembre 1822. Revenu à la liberté, Hénon est cependant un homme brisé, qui doit venir cacher la honte d’avoir conspiré contre la dynastie et trahi ses frères d’armes au fond d’une cour de la rue Mouffetard. Il abandonne alors toute activité militante, et se consacre désormais uniquement à son activité d’enseignement52.

  • 53 Jean-Claude Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851 (...)

24Que Charles Duruy ait choisi, contre les très respectables Frères des Écoles chrétiennes, l’obscure institution de ce bonapartiste repenti, conjuré ayant comploté contre le roi et le régime, est on ne peut plus significatif. La raison paraît évidente : c’est par sympathie politique, et peut-être même personnelle, qu’il le fait. D’autant plus que l’inscription de son fils suit de peu l’ouverture de l’institution, entre janvier et septembre 1823. On n’en sait pas plus des relations entre les deux hommes, mais il est un fait avéré que des liens forts existaient sous la Restauration entre le monde des casernes, notamment de la rue Mouffetard, et les débits de boisson53. Il semble exclu que Charles Duruy ait lui-même, à l’instar de Hénon, participé à une quelconque activité militante, mais sa fréquentation des milieux militaires, son anticléricalisme, sa sympathie pour un conspirateur bonapartiste, son appartenance à la Garde nationale et sa participation active à la révolution de 1830, tous ces éléments plaident en faveur de son désamour pour la Restauration et, peut-être même, de ses opinions bonapartistes.

25Victor Duruy a donc reçu, dans ses années de jeunesse, un certain nombre d’influences déterminantes, surtout de la part de son père. Les années d’enfance de ce dernier, passées dans une misère noire, ont créé en lui une ferme volonté d’éloigner le spectre de la pauvreté et d’acquérir une position financière et sociale respectable, au cœur de la moyenne bourgeoisie. Il s’est donné les moyens de son ambition, en travaillant durement à la manufacture puis en se lançant dans le commerce des boissons, ce qui lui permet de devenir en quelques années un notable en vue, un bourgeois qui tient cercle et recourt aux actes notariés, un propriétaire, contribuable, garde national, électeur, médaillé de Juillet et chevalier de la Légion d’honneur. À cette ascension sociale s’ajoute une certaine ambition culturelle : de par son métier Charles Duruy a des rapports privilégiés avec des formes d’expression artistique pourtant réservées alors à un public restreint, et qui l’éloignent des formes de culture dite « populaire ». Cela se traduit par un souci d’éducation qui permet à son fils d’intégrer l’enseignement primaire puis, fait significatif du changement de position sociale de son père, à l’enseignement secondaire. À défaut de lui léguer un capital économique suffisant, il tient à lui faire acquérir un capital culturel qui pourra être la clé de son indépendance sociale – condition indispensable de l’appartenance bourgeoise. Enfin, c’est un ensemble de valeurs politiques qu’il transmet à son fils : l’anticléricalisme, l’opposition à la Restauration, et sûrement une certaine sympathie pour le bonapartisme. Autant d’éléments qui se retrouvent, d’une façon ou d’une autre, dans le parcours ultérieur de Victor Duruy. Loin de la légende du « fils de ses œuvres » parti de rien, ou, en tout cas, du plus bas de l’échelle sociale, celui-ci a largement bénéficié de l’élan insufflé par son père et continue, sur sa lancée, l’intégration au monde de la bourgeoisie parisienne. Ce qui passait, avant tout, par la réception du bagage culturel propre à ce milieu, bagage dont son père était privé, mais que lui-même acquiert durant les années passées dans les établissements de l’enseignement élitaire.

Notes

1 Archives départementales de Paris (ADP) : V². E/1442 (Acte de naissance reconstitué de Jean Victor Duruy, 10 septembre 1811).

2 Pour le détail des différentes pistes, Jean-Charles Geslot, Une histoire du XIXe siècle. La biographie de Victor Duruy (1811-1894), thèse de doctorat, dir. J.-Y. Mollier, UVSQ, juillet 2003 [JCG], vol. I, p. 34-37.

3 Ernest Lavisse, Un ministre. Victor Duruy, Armand Colin, 1895 [EL], p. 28-29.

4 Henry Havard et Marius Vachon, Les Manufactures nationales. Les Gobelins, la Savonnerie, Sèvres, Beauvais, G. Decaux, 1889, p. 15-19.

5 NS I, p. 2.

6 Pour le détail des côtes, JCG I.

7 Les doc. d’état civil de la famille Duruy se trouvent aux ADP. Détail des cotes dans JCG.

8 Recherche effectuée par Victor Dandrieux, bibliothécaire de Villeneuve-Saint-Georges, au début du XXe siècle. AD Val-de-Marne, fonds de la commune de Villeneuve-Saint-Georges, III/D/14.

9 Archives nationales (AN) : O1/2050.

10 Jean Chagniot, Paris au XVIIIe siècle, in Nouvelle Histoire de Paris, Diffusion Hachette, 1988, p. 300 et 352.

11 Ibid., p. 338.

12 1 livre = 20 sous (ou sols) = 240 deniers (1 denier = 12 sous).

13 AN : O1/2049. Texte complet reproduit dans JCG, I, p. 47.

14 AN : O1/2043.

15 Jean Tulard, La Révolution, in Nouvelle Histoire de Paris, Diffusion Hachette, 1989, p. 161.

16 Sur cette question, cf. Paul Reynoard, Les Ouvriers des Manufactures Nationales sous la Révolution (1789-1799), Libr. A. Rousseau et Cie, 1917, 110 p.

17 Journal général de l’Instruction publique (JGIP), 30 mai 1866.

18 Adeline Daumard, Les Bourgeois et la bourgeoisie en France, Aubier, 1987, p. 192 sq.

19 Annie Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène, Aubier, 1998, p. 254 sq.

20 Nous avons effectué ce calcul à partir de l’inventaire dressé par Maurice Fenailles et Fernand Calmettes dans État général des tapisseries de la manufacture des Gobelins depuis son origine jusqu’à nos jours, Impr. nat., 1912, vol. I (1794-1900).

21 Chantal Castinel-Coural, La Manufacture des Gobelins au XIXe siècle. Tapisseries, cartons, moquettes. Catalogue, Administration générale du Mobilier national, 1996, p. 9-11.

22 Edouard Gerspach, La Manufacture nationale des Gobelins, Delagrave, 1892, 271 p.

23 F. Calmettes, op. cit., p. 376.

24 É. Gesrpach, op. cit., p. 168-169.

25 AN : O2/906.

26 AN : O3/1527.

27 Adeline Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, A. Michel, 1996, 677 p.

28 David Garrioch, « La Bourgeoisie parisienne au début du XIXe siècle : le cas du faubourg Saint-Marcel », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 34, 2007/1, p. 39-54.

29 Pour le détail des actes et des chiffres, JCG, vol. I, p. 75-78.

30 AN : ET/XXXIX/730.

31 Henry Melchior de Langle, Le Petit Monde des cafés et débits parisiens au XIXe siècle. Evolution de la sociabilité citadine, PUF, 1990, p. 120 sq.

32 Dans son incontournable guide Connaissance du Vieux Paris, Jacques Hillairet affirme que le quartier de la Maison-Blanche, dans l’actuel XIIIe arrondissement de la capitale doit son nom à une auberge tenue, route de Fontainebleau (actuelle avenue d’Italie), « par le père de Victor Duruy ». Il y a sûrement là confusion avec l’établissement de la rue Mouffetard, mais elle est significative de la notoriété qu’a pu avoir Charles Duruy, par la mémoire qui s’en est ainsi transmise jusqu’au milieu du XXe siècle. Cf. Jacques Hillairet, Connaissance du Vieux Paris, Paris, Payot/Rivages, 1993 (1951), t. III, p. 11. On notera également, pour information, que Jacques Doniol-Valcroze donna en 1981 à ses Fiancées de l’Empire un père du nom de Charles Duruy ; le téléfilm n’a rien a voir cependant avec le père du ministre.

33 Mathilde Larrère, « Les Elections des officiers de la Garde parisienne sous la monarchie de Juillet : la politisation des classes moyennes en question », dans S. Bianchi et R. Dupuy, La Garde nationale entre nation et peuple en armes. Mythes et réalités, 1789-1871, Actes du colloque de l’université Rennes 2, 24-25 mars 2005, PU de Rennes, 2006, p. 469.

34 Mathilde Larrère-Lopez, « La Garde nationale des Trois Glorieuses. Héroïque combattante ou figure héroïsée », Sociétés et représentations, no 8, décembre 1999, p. 163-185.

35 NS I, p. 14.

36 ADP : Vk3/33.

37 AN : LH/876/48.

38 Almanach de la Garde nationale pour 1843. Annuaire-manuel historique et pittoresque des gardes nationaux, Charles Warrée, 1843 et 1844, 180 p.

39 ADP : 2Mi3/2 (Almanach du Commerce).

40 C. Castinel-Coural, op. cit., p. 98.

41 Jules Simon, « Notice historique sur la vie et les œuvres de M. V. Duruy », Académie des Sciences morales et politiques. Séance publique annuelle du samedi 30 novembre 1895, Typo. F. Didot, 1895, p. 87-199 [JS], p. 88.

42 P. Reynoard, op. cit., p. 3 ; Haim Burstin, Le Faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. Structure économique et composition sociale, Société des Études robespierristes, 1983, p. 21 et 26-27 ; H. Havard et M. Vachon, op. cit., p. 95.

43 NS I, p. 2.

44 Ibid., p. 6.

45 Bernard Ménager, Les Napoléon du peuple, Aubier, 1988, 445 p., p. 42-43.

46 AN : O3/1523.

47 AN : O3/1511.

48 Claude Willard, dir., La France ouvrière, tome 1, Des origines à 1920, Éditions sociales, 1993, p. 29.

49 H. Burstin, op. cit., p. 47 sq.

50 NS I, p. 3-6.

51 AN : AJ16/148 (État des écoles primaires de garçons).

52 APP Paris : A. A/361 (dossier Hénon) ; E. Guillon, Les Complots militaires sous la Restauration, Plon, 1895, 353 p., p. 222-223 ; Alan B. Spitzer, Old Hatreds and Young Hopes. The French Carbonari against the Bourbon Restoration, Cambridge, Harvard University Press, 1971, 334 p., p. 127 ; R. Fabre, Le Sergent Bories ou la conspiration de La Rochelle, Villefranche-de-Rouergue, Société des Amis de Villefranche et du Bas-Rouergue, 1996, 142 p.

53 Jean-Claude Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), A. Colin, 1991, p. 233.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540