Version classiqueVersion mobile

Victor Duruy

 | 
Jean-Charles Geslot

Préface

Jean-Yves Mollier

Texte intégral

1Dans la liste des pionniers de l’alphabétisation des Français qui conduit de Calvin à Ferry, Victor Duruy est longtemps demeuré le parent pauvre, éclipsé par la gloire accordée à François Guizot en raison du vote de la loi du 28 juin 1833 et des travaux qui l’ont mise en lumière depuis une vingtaine d’années. Or si l’initiative du ministre de Louis-Philippe avait été fondamentale en matière d’équipement des communes en écoles de garçons, elle avait très vite manifesté des signes d’essoufflement. Hippolyte Carnot n’eut pas le temps, en 1848, de reprendre le flambeau de la réforme. Le comte de Falloux étendit aux filles, mais en les faisant encadrer par l’Église, le bénéfice de l’école primaire mais il devait appartenir à Victor Duruy de compléter ces dispositifs et de parachever le mouvement désormais irréversible d’alphabétisation sans retour du pays. Ministre, historien, mais peut-être surtout universitaire, au sens où l’entend le XIXe siècle, c’est cela qui frappe dans le portrait de l’homme ici présenté. Directeur de la publication intitulée « Histoire universelle » chez Hachette, dès le début de la Seconde République, et sans doute à ce titre l’un des tout premiers directeurs de collection dans l’édition de sciences humaines, Victor Duruy illustre par son parcours ou sa trajectoire sociale nombre des mutations de son époque.

2Héritier de cette bourgeoisie des métiers que vante Michelet dans Le Peuple en 1846, Parisien de surcroît et fils d’un artisan devenu chef d’atelier de la manufacture des Gobelins, Victor Duruy fut un très bon élève des collèges royaux de la Restauration avant de devenir un brillant pensionnaire de l’École Normale Supérieure puis un professeur non moins fameux de la monarchie de Juillet. Historien et écrivain prolifique, auteur de multiples manuels scolaires, il a laissé une œuvre que peu attaquèrent après sa chute, même parmi ses adversaires politiques. Universitaire dans l’âme, jusqu’à la moelle des os, nous dit Jean-Charles Geslot, il fut un grand intellectuel, un scholar comme on les appelait à Oxford, qui, toute sa vie, considéra que l’Université démarrait aux petites classes des lycées et se prolongeait jusqu’aux bancs des Écoles et aux amphithéâtres des facultés. Loin de se prétendre au-dessus du maître qui enseignait en 8e ou en 7e, il se voulut à ses côtés, un peu comme Péguy le sera quand il ouvrira ses Cahiers de la Quinzaine aux hussards noirs de la République, jugés aussi dignes que les professeurs agrégés de venir grossir les rangs du peuple intellectuel.

3L’œuvre de ministre de l’Instruction se ressentira de cette volonté ou de cette ambition, en grande partie tournée vers l’éducation du peuple et l’achèvement de la réforme de l’instruction universelle initiée par la Convention et reprise par Guizot. Si la loi du 10 avril 1867 n’a pas retenu l’idée phare du programme de 1864 – l’obligation scolaire et la gratuité, refusées par le gouvernement dans lequel siégeait Duruy – elle a du moins ouvert le sillon dans lequel se placera Ferry en 1881-1882. La caisse des écoles survivra à son ministère comme les bibliothèques mises en place par son prédécesseur, Gustave Rouland. Ses idées en matière d’enseignement spécial ont également fait souche comme son désir de limiter la tutelle de l’Église sur l’enseignement. Analysant cette œuvre, au même titre que les débats qu’elle a suscités – affaire du cours de Renan au Collège de France suspendu en 1862 ou campagne de Monseigneur Dupanloup contre l’enseignement secondaire ouvert aux jeunes filles en 1867 – Jean-Charles Geslot souligne la cohérence des réformes accomplies et leurs limites, tout aussi réelles en raison de la nature du régime impérial, dictatorial par essence quoique populaire à ses débuts. Il montre aussi que c’est la IIIe République qui devait lui rendre le plus bel hommage en reconnaissant en lui, de Gambetta à Goblet en passant par Fallières et Ferry, le véritable artisan de l’achèvement de la réforme de l’instruction universelle, la grande tâche du siècle. En lui demandant de participer à la rédaction du Dictionnaire de pédagogie, Ferdinand Buisson devait en quelque sorte sceller dans le marbre cette reconnaissance officielle de la France républicaine envers l’homme qui avait su faire de son ministère de la rue de Grenelle un havre de paix et d’équilibre plutôt que le siège d’une réaction antidémocratique.

4L’historien, l’académicien membre de trois des cinq illustres corps de l’Institut, le savant, l’homme du monde sont également au centre de cette biographie historique qui tente de ne rien laisser dans l’ombre, ni les rapports difficiles du père avec l’un de ses fils, ni l’aisance financière de cet intellectuel réputé, ni surtout son rayonnement international, beaucoup plus grand qu’on ne l’avait imaginé. Historien de l’Antiquité renommé, référence incontestable pour les jeunes savants de l’École Pratique des Hautes Études qu’il a fondée en 1868, Gabriel Monod notamment, mais aussi Ernest Lavisse, secrétaire particulier et chef de cabinet du ministre de Napoléon III, Duruy ne fut pas une gloire éphémère des études historiques même si le rejet de l’école méthodique devait lui être fatale dans la mémoire du XXe siècle. L’étude de la fortune critique de l’œuvre est, de ce point de vue, précieuse et elle montre comment s’effacent et se modifient les traces du souvenir d’un savant auquel son époque accorda les plus grandes faveurs, de l’inspection générale au ministère de la rue de Grenelle jusqu’à l’élection à l’Académie française. Le livre tiré de la thèse de doctorat en histoire de Jean-Charles Geslot poursuit toutes ces pistes et, fidèle à son programme d’histoire totale, s’efforce de montrer l’unité du personnage, un universitaire prestigieux qui crut au pouvoir de l’intelligence et aux vertus du savoir.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search