Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Deuxième partie : L'internationalisation de la Société du Sacré-Cœur 1909-1957

Chapitre VI : Du chaos à la reconstruction

Texte intégral

1Les séquelles de la guerre pesèrent longtemps sur les pays qui l’avaient subie. La Société du Sacré-Cœur avait à reprendre une vie normale alors que les retentissements géostratégiques du conflit bouleversaient la vie politique, sociale et économique. Dans un monde en voie de mutation profonde et accélérée, il lui fallut se refaire pour relever les défis qui étaient susceptibles d’apparaître.

1. Les marques de la guerre

  • 1 Au Japon, la Mère Sheldon mit du temps à apprendre que les religieuses internées à Nagasaki n’avaie (...)

2La Maison Mère fut longtemps incapable de faire le bilan qui s’imposait et elle ignorait tout du sort des personnes1. Mais comme l’écrivit la Mère Datti le 18 janvier 1946, « notre famille religieuse a beaucoup reçu, en grâces sans nombre, de merveilleuses protections, qui ont épargné les vies des nôtres, au milieu de périls en tout genre. » La Société n’avait pas été victime de fractures internes nées de l’affrontement des pays en guerre et des religieuses de nationalités différentes avaient pu vivre ensemble dans un amour fraternel réel. La division, après guerre, de la vicairie d’Allemagne et des Pays Bas ne fut pas provoquée par des antagonismes, mais par une évolution logique qui permettait de confier à une Allemande les maisons allemandes dont la plupart étaient situées dans la zone occidentale et de placer celles des Pays-Bas dans une vice-vicairie de Bloemendal.

  • 2 Trente ans plus tard, Doreen Boland entendit les religieuses polonaises évoquer leurs souvenirs lor (...)
  • 3 Après le décès d’une novice à Budapest, on décida de revoir le rythme de vie dans les noviciats.

3Si rares avaient été les décès provoqués par les opérations militaires, il fallait tenir compte de la surmortalité due à la malnutrition et aux épidémies. On passait sous silence les conséquences psychologiques de la guerre parce qu’on n’avait pas conscience de leur ampleur ou de leurs effets. Beaucoup de religieuses n’avaient plus eu de nouvelles des leurs pendant des années. Les nerfs et les santés avaient été ébranlés par les conditions des occupations2 et les bombardements. Quatre-vingt religieuses quittèrent la Société entre 1941 et 1946. C’était peu pour une congrégation qui comptait six mille cinq cent soixante-dix membres, mais le chiffre, supérieur à la moyenne antérieure, s’expliquait sans doute par les circonstances. La Mère Datti, en 1946, recommanda de ne pas surcharger de travail les religieuses dont la santé n’était pas brillante et dont certaines avaient déjà subi dans leur enfance ou leur adolescence les privations de la première guerre mondiale3.

  • 4 Notice biographique de la Mère Werhahn, p. 12. À Budapest, l’esprit de famille et l’union avaient é (...)
  • 5 Tém. Geneviève Bovagnet.
  • 6 Tém. I. Page.

4Les élèves avaient subi des traumatismes nombreux : longues années passées sans leur père prisonnier de guerre ; décès d’amis ou de parents mobilisés ; ruine de leur famille ; emprisonnement ou exécution des leurs pendant ou après la guerre. Rares étaient les familles intactes. En Allemagne et en Autriche, les élèves, marquées par le nazisme, n’apparaissaient pas « faciles » à leurs éducatrices. Il fallut du courage et de la patience à ces dernières pour « s’adapter à la mentalité des premières élèves de l’après-guerre, à peine sorties des abris souterrains, avec des manières rudes, l’esprit plein de critique, encore sous le coup des deuils et des angoisses endurés pendant la guerre4 » et sans doute aussi de l’exode, de la défaite et de l’humiliation dans un pays vaincu, occupé et partagé en zones. Celles qui n’avaient pas perdu des proches avaient été privées de leur enfance et de leur adolescence et des divertissements considérés comme normaux par leurs aînés. L’épreuve les avait mûries, parfois forcées à prendre des responsabilités qui n’étaient pas de leur âge. Il leur fut difficile de suivre la vie réglée d’un pensionnat ou d’un noviciat qui ne leur semblait pas convenir aux expériences que la guerre leur avait fait faire5. Les élèves du Sault-au-Recollet étaient par tiers anglophones, francophones et latino-américaines. Les conflits furent nombreux entre les deux premiers groupes, et, à la récréation, les Latino-Américaines s’opposaient verbalement à propos de questions politiques6.

  • 7 On attendait trois mois une autorisation ; le voyage qui ne pouvait se faire que dans des camions b (...)
  • 8 Tém. Madeleine de La Hitte.
  • 9 Arch. Gén. C IV, 2), 2 juin 1945.

5Les conditions de circulation furent longtemps précaires. En juin 1945, passer à Rome d’un quartier à l’autre était presque impossible. Se rendre de Vienne à Graz relevait de l’exploit7. Aux Pays-Bas, il n’y avait plus de trains et la plupart des ponts avaient été coupés. La Mère Zurstrassen, nommée assistante générale, mit un mois pour trouver un avion militaire qui la transporta de Paris à Naples. Les ressortissantes des pays vaincus ne pouvaient pas obtenir des visas de sortie. En Italie, la vicaire de Florence visita ses maisons en jeep. Les religieuses bloquées en Égypte furent exceptionnellement accueillies par des bateaux anglais réservés aux militaires8. Pour envoyer des religieuses au Congo, la Belgique dut attendre que les bateaux ne soient plus réservés au transport des troupes. Une religieuse d’Autriche résuma la situation générale en écrivant : « En un mot, nous vivons9. » C’était déjà beaucoup, car à travers le monde la question la plus immédiate était plutôt de savoir comment survivre !

  • 10 Id. C IV, OSU, 1979. Tém. des Mères Gielen et von Chorinski.
  • 11 Le rapatriement des Japonais qui avaient vécu outre-mer et qui s’acheva par celui des prisonniers d (...)

6Les armistices ne changèrent pas forcément la situation matérielle des populations. En France, le rationnement ne s’acheva qu’en 1949. Dans les pays vaincus, assurer l’alimentation de la population, n’était pas aisé : « On pouvait rendre heureuses les enfants lorsque pour un anniversaire, on avait la possibilité de leur offrir une miche de pain. » Dormir dans un lit était un luxe pour celles qui avaient vécu dans les caves. « Elles étaient reconnaissantes de toute amélioration matérielle même minime qui leur était offerte10. » Tout était à reconstruire, ou presque. En Europe, il fallut des mois pour réparer les infrastructures écrasées par les bombardements ou détruites lors du repli des troupes allemandes. Et encore les ordres de Hitler qui avait prescrit de pratiquer la tactique de la terre brûlée n’avaient pas été respectés par les commandants d’unité de la Wehrmacht. Au Japon, des millions de personnes vivaient terrés dans les ruines et des enfants errants dormaient sur les trottoirs. On y parlait de « la vie en pousse de bambou » pour évoquer les pertes humaines et matérielles, l’« orgueil perdu », une défaite dont on ne comprenait pas la raison et l’occupation étrangère11.

  • 12 On ouvrit une maison au Sartay, près de Liège.
  • 13 Lettres annuelles, 1947-1949, p. 101.
  • 14 Id. 1961-1963, p. 139 et 141. La situation s’améliora en 1948.

7Certaines des maisons du Sacré-Cœur étaient dans un tel état qu’il valait mieux les abandonner provisoirement. On quitta Metz, Bois-l’Evêque12 et Arnhem dont les bâtiments étaient trop délabrés pour être gardés. L’Angleterre acheta la propriété de Woldingham pour y transférer le pensionnat de Roehampton et le noviciat qui fut installé provisoirement à Brighton. L’école normale de Saint Charles fut déplacée à Roehampton et rebaptisée Digby Stuart College. On fit du neuf et on rendit fonctionnels des bâtiments peu adaptés à l’œuvre éducative, en utilisant les fonds débloqués au titre des dommages de guerre et les dons qui parvinrent des pays qui avaient subi moins de destructions matérielles. En attendant, les élèves furent rassemblées dans des locaux de fortune. À Berlin, les classes des externes se déroulèrent dans un bâtiment dont les cloisons étaient si lézardées que l’on pouvait assister à deux classes à la fois. Ce qui donna matière à des incidents cocasses. Une fillette admonesta son petit frère qui se trouvait dans une autre salle « parce qu’il avait repris quatre fois la maîtresse, ce dont elle s’était parfaitement rendu compte13. » À Naples, l’école se serra dans le peu qui restait du bâtiment de la via Crispi et les demi-pensionnaires vinrent par fractions successives dans une villa qui avait été prêtée. À Amiens, le « Berceau » avait servi de dépôt d’armes et était encombré de canons et de munitions. À Graz, on partageait à plusieurs une cuvette, y compris entre religieuses et pensionnaires. Les élèves emportaient leur chaise de la salle d’études au réfectoire. La plupart des fenêtres étaient obturées par du carton14.

  • 15 La Mère Werhahn fut chargée de la reconstruction ou de la construction de Saint Adelheid, de Munich (...)
  • 16 Arch. Gén. C IV, OSU, tém. B. Walterskirchen.

8Partout, la reconstruction prit des années et par manque de ressources, comme à Poznan, elle fut partielle. À Saint Adelheid, elle s’acheva en 1947 ; à Munich, elle dura jusqu’en 1951. À Amiens, en 1951, la pelouse avait repris sa forme et son aspect d’avant guerre, mais la reconstruction n’était pas finie. L’externat de Berlin, commencé en mai 1945 dans une baraque militaire et continué dans une maison modeste du quartier de Charlottenburg mais munie de portes, de fenêtres et d’un toit, ce qui était rare dans l’ancienne capitale du Reich, fut déplacé dans une bâtisse dont la construction débuta en 195615. À Budapest, les travaux furent rondement menés. Au Sophianum, les élèves organisèrent une « jeunesse ouvrière catholique » d’un genre particulier et déblayèrent les décombres, faisant la chaîne de la cave au troisième étage pour transporter le ciment et les briques réutilisables16 : « Pendant des mois, elles travaillèrent ainsi, chantant l’« Hymne du travail », composé sur un des airs russes que l’on entendait nuit et jour. Une classe après l’autre remonta aux étages supérieurs. On s’installait dans un bout de corridor débarrassé des pires décombres, puis dans une salle qui avait récupéré quelques vitres. »

  • 17 Le Go Gakko, devenu l’école internationale du Sacré-Cœur, fut réouvert en septembre 1947. Lorsqu’en (...)
  • 18 M. Williams, op. cit. p. 158. Le palais était un vrai bijou et l’est resté.
  • 19 Le palais Kuni fut transféré à l’autre bout de la propriété (tém. B. Keogh).
  • 20 Elle fut considérée comme un substitut après la perte de la maison de Shanghai.

9Au Japon, la reconstruction de Sankocho, commencée en 194717, dura près de huit ans. On envisagea une nouvelle fondation à Tokyo. Après avoir beaucoup cherché car les bâtiments vastes et intacts étaient rares, la Société du Sacré-Cœur acquit en janvier 1948, dans le quartier de Shibuya, une propriété qui avait appartenu à la famille Kuni, celle de l’impératrice régnante Nagako. Elle était passée à un groupe industriel qui cherchait à s’en débarrasser. Cette opération immobilière émut les religieuses japonaises, car la maison natale de l’impératrice était sacrée18. Elle devint le Miyashirocho et fut transformée pour accueillir l’école internationale et les œuvres de la Société19. À Susono, l’immense propriété de la famille Iwashita, au pied du Mont Fuji, fut léguée à la Société. Elle abrita un noviciat qui accueillit une cinquantaine de novices de cinq nationalités. En avril 1952, un établissement scolaire y fut installé20.

  • 21 Des maisons espagnoles, pour remercier de l’aide qu’elles avaient reçue pendant la guerre civile, e (...)
  • 22 Lorsque la Mère de Lescure visita les États-Unis, elle fut surprise de l’état de délabrement de bea (...)
  • 23 Esther Rossi, qui était la sœur de deux religieuses du Sacré-Cœur et qui avait mobilisé les bonnes (...)

10Le retour à la normale fut facilité par le réseau uni que formaient les maisons du Sacré-Cœur et les associations des anciennes élèves. Dès qu’elles l’avaient pu, les maisons situées hors de la zone des combats avaient aidé les autres21. Celles des États-Unis, du Canada, d’Australie et de Nouvelle Zélande furent une providence pour l’Europe. Dès 1940, des vicaires des États-Unis avaient envoyé de l’argent à l’Angleterre. Toutes les maisons de ce pays avaient cherché à aider celles d’Europe, bien que certaines ne fussent pas forcément très riches et qu’à partir de 1942 des restrictions de toutes sortes aient été appliquées à la population civile22. Les anciennes élèves, après l’entrée en guerre, avaient chargé leurs maris ou leurs parents, en fonction de leurs déplacements professionnels et militaires, de transporter du courrier et de détecter les principaux besoins du Sacré-Cœur. Dès novembre 1943, les responsables des associations de Californie mobilisèrent leurs réseaux pour rassembler les dons dans le cadre d’une opération nommée « les mains à travers la mer ». Les élèves organisèrent des ventes de charité et entretinrent une véritable émulation entre les établissements. Certains dons furent spectaculaires23.

  • 24 Rapport de la Mère Datti à la congrégation générale de 1946.
  • 25 Celles qui vivaient à Berlin quittèrent la ville, en 1948, au moment du blocus.

11Après la fin de la guerre, cette aide put atteindre les maisons les plus démunies. Les vicaires d’Amérique firent passer des fonds en Europe grâce aux délégués apostoliques ou à des religieux qui se rendaient à Rome. L’argent fut redistribué par l’économat général ou adressé directement à la Pologne et à la Hongrie. L’aide destinée au Japon était plus facile à acheminer puisque ce pays était sous occupation américaine. Il est difficile d’établir une évaluation de ce qui fut donné par les États-Unis. En 1948, les associations d’Anciennes avaient déjà distribué 15.000 dollars à la Pologne, 13.000 dollars à la Hongrie, 44.000 dollars au Japon et 317.000 dollars à la Maison Mère. L’effort des vicairies n’est pas facile à chiffrer mais il fut considérable. On n’a pas le moyen non plus d’évaluer les dons qui arrivèrent du Canada et d’Australie. Toutes les aides, modestes ou somptueuses, étaient la preuve de la part des Anciennes d’« une grande dévotion et d’un sincère attachement à la Société24. » Les « amis » du Sacré-Cœur s’étaient manifestés sous toutes les latitudes. Les Anciennes, qui suivirent leurs maris en Europe ou au Japon, cherchèrent souvent à entrer en relation avec les maisons du Sacré-Cœur25.

  • 26 Patricia Byrne l’a assimilé à un équivalent « Sacré-Cœur » du Plan Marshall, op. cit. p. 30.
  • 27 Lettres annuelles, 1958-1961, p. 110.
  • 28 M. Williams, La Société du Sacré-Cœur, histoire de son esprit, 1979, p. 420.
  • 29 Journal de la maison d’Amiens, 5 mai 1947.
  • 30 M. Williams, La Société du Sacré-Cœur en Extrême-Orient, p. 156.

12Les efforts se poursuivirent longtemps26. La vicaire du Canada, la Mère Padberg, donna lors de la congrégation générale de 1952 à la vicaire d’Autriche tous les effets qu’elle avait apportés27. Les communautés recevaient avec reconnaissance de la papeterie. Les huit vaches envoyées à Obayashi servirent à reconstituer un troupeau disparu dans la tourmente. La manière de faire touchait : « Des quantités de chewing-gums, enfilés avec un petit billet dans la poche des chandails étaient envoyés à des enfants moins favorisées28. » En 1947, Amiens avait reçu des produits de toutes sortes et des médicaments. Eden Hall lui envoya aussi des vêtements usagés et des provisions, qu’on redistribua à des voisins ou à des fournisseurs. Ces colis étaient accueillis avec émotion : « C’est alors que le Cor unum se fait compatissant et ingénieux en venant en aide à celles qu’il devine être dans le difficulté. Deo gratias29. » À la supérieure d’Eden Hall, la Mère Jean Lewis, qui s’excusait d’envoyer aussi des images du Sacré-Cœur qui n’étaient pas de très bon goût, en écrivant : « La piété américaine est féroce ! », la Mère Sheldon répondit : « Vos images représentent huit cents actes d’amour faits chaque matin par les enfants30. »

2. Les occupations étrangères

  • 31 La Mère Baillard rentra à Montigny en janvier 1945 et, le 2 mars, elle replaça le drapeau français (...)
  • 32 En 1951, la Mère von Kuenburg s’opposa aux autorités militaires qui souhaitaient déposer dans les s (...)

13À la fin des combats, des maisons furent occupées par les troupes alliées qui prirent le relais des Allemands31. À Yalta, les Alliés avaient décidé que l’Allemagne et l’Autriche seraient divisées en zones d’occupation, les deux capitales subissant également une occupation quadripartite. La réquisition des bâtiments fut plus ou moins longue à l’ouest. À Saint Adelheid, elle cessa en 1946. Mais à Riedenburg, les Français ne retirèrent leur ambulance qu’en 195032. Vienne hébergea des Britanniques. La coexistence des occupants et des élèves n’était pas souhaitable. Les Alliés, qui n’avaient pas non plus intérêt à la voir durer, permirent de rouvrir une école ménagère à Pützchen et à Riedenburg.

  • 33 M. Benziger, op. cit., p. 47.

14À l’est, l’occupation soviétique fut éprouvante. Vers la fin des combats, les maisons du Sacré-Cœur avaient accueilli des jeunes filles affolées par le comportement des soldats qui entraient dans les maisons en réclamant de la nourriture et des femmes et qui en prenaient ! À Pressbaum, le fermier et une dame infirme hébergée par la communauté furent tués par les soldats. Une jeune religieuse fut violée. L’économe de la vicairie, la Mère Muth, parvint à empêcher l’enlèvement d’une jeune sœur polonaise en assommant son agresseur33.

15La Pologne connaissait à nouveau un sort à part. Occupé par l’Armée rouge, le pays avait à craindre de nouvelles modifications de frontières, car Staline s’était fait reconnaître par les Alliés les territoires qu’il avait négociés avec le Troisième Reich en août 1939. Lors de la conférence de Téhéran, en novembre 1943, il avait imposé que la frontière serait repoussée à l’ouest. Dès janvier 1944, des Polonais de Lwow avaient été déportés. Le nationalisme ukrainien se développa et l’atmosphère devint malsaine. Après l’armistice, des religieuses de Lwow, envoyées à Zbylitowska Gora et à Polska Wies pour aider à la reprise de l’activité scolaire, emportèrent le plus possible de bagages. En janvier 1946, la cathédrale uniate passa aux orthodoxes. Comme les congrégations catholiques devaient regagner la Pologne, la maison fut peu à peu évacuée à partir d’avril. Les passeports manquaient toutefois pour deux religieuses âgées, une Française, la Mère Louise Baillot, et une Tchèque, la Mère Jadwiga Wawra. La Mère Günther attendit une régularisation de leur situation au point de prendre, le 1er juin 1946, le dernier train destiné aux religieuses et elle dut les laisser aux soins de deux Polonaises, la Mère Elzbieta Walchnowska et la Sœur Maria Krupa.

  • 34 K. Smigiel, op. cit., p. 4. Elle mourut en février 1971.

16La Mère Walchnowska gagna la vie du groupe en se faisant embaucher comme sacristine de la cathédrale de rite latin. La petite communauté, qui fabriquait des hosties pour les paroisses environnantes, demeura au Sacré-Cœur jusqu’en 1949 où la maison fut réquisitionnée. Les religieuses s’installèrent alors dans un petit appartement proche de la cathédrale. La Mère Wawra mourut en 1949, la Sœur Krupa en mai 1955 et la Mère Baillot en octobre 1955. La Mère Walchnowska aurait pu alors rentrer en Pologne, mais le cardinal Wyszynski demanda à la Mère Günther de la laisser à Lwow où elle assistait les Polonais restés dans une ville où désormais il y avait peu de prêtres catholiques et dont les églises avaient été progressivement fermées. Elle continua à préparer les enfants à la première communion, à fabriquer des hosties et à copier l’ordo du missel pour les prêtres déportés en URSS. Elle collaborait avec des religieuses basiliennes qui avaient servi de garde-malades à la Mère Baillot et qui lui rendirent le même service à la fin de sa vie34.

  • 35 Jacques Gravereau, Le Japon, Paris 1988, p. 101 : « Le nouveau Shôgun » et p. 114 : « Mac Arthur en (...)
  • 36 Pendant la guerre une conversion au catholicisme apparaissait comme une collusion avec la civilisat (...)
  • 37 Dès 1941, une réforme des écoles publiques avait allongé à huit ans le cycle obligatoire qui était (...)

17Le Japon, occupé par les puissances alliées, fut mis sous le contrôle direct du général Mac Arthur qui en était le commandant suprême et qui assuma le rôle d’un « shogun »35 sans en avoir le titre. La défaite imposa des modifications dans la législation du pays. Lors de la capitulation, l’empereur avait accepté les « quatre libertés » dont l’une concernait la religion. Le 15 novembre 1945, le shinto cessa d’être religion d’État. Les Églises chrétiennes furent réhabilitées ; des Japonais se firent baptiser en grand nombre, leur conversion cessant d’apparaître comme une trahison36. Les femmes reçurent le droit de vote. En 1946 une loi sur l’éducation allongea d’un an le cursus des études désormais calqué sur le système américain37. Chaque préfecture devait avoir une université. L’enseignement supérieur pour les jeunes filles se généralisa. Les établissements durent organiser un cycle universitaire de quatre ans. La Société du Sacré-Cœur qui pouvait s’appuyer sur les expériences qui avaient déjà été menées dans d’autres vicairies réaménagea son plan d’études.

  • 38 M. Williams, op. cit. p. 144. Mgr Spellman, évêque de New York et aumônier de l’armée américaine au (...)
  • 39 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 429.
  • 40 Tém. B. Keogh. La question fut plutôt de répartir les dons entre l’école japonaise et l’école inter (...)
  • 41 Dans les bagages de Brigid Keogh, en 1947, se trouvaient des vivres, du matériel scolaire et une ma (...)
  • 42 La Mère Mayer fut d’une grande aide pour beaucoup d’entre elles.

18La principale difficulté, au Japon, était alors d’ordre alimentaire. À cause des destructions de la guerre, de mauvaises récoltes de riz et de la réticence des paysans qui ne tenaient pas à livrer leur production, la population était réduite à la famine. À partir de mars 1947, les États-Unis lui expédièrent des céréales et des matières premières par l’intermédiaire du LARA, (Licensed Agency for Relief in Asia). Entre-temps, les maisons du Sacré-Cœur avaient été aidées par l’Église américaine38 et l’armée d’occupation. Comme l’avait dit la Mère Mayer à un chapelain militaire qui lui demandait de quoi elle avait le plus besoin : « De lait en poudre… La première chose à faire est de garder en vie les bébés et les affaiblis39. » Les soldats et les aumôniers américains apportaient de la nourriture, du linge et les produits de première nécessité qui avaient totalement disparu et qui ne pouvaient être acquis qu’au marché noir40. Les secours envoyés par les maisons des États-Unis41 et du Commonwealth et par les Anciennes permirent aux communautés de vivre et d’aider des Anciennes parfois chargées de jeunes enfants et réduites à la misère à la suite de la disparition de leur mari42, car la malnutrition touchait toutes les couches de la population. La vie ne reprit un cours normal qu’en 1950 lorsque le Japon devint la base arrière des troupes des Nations Unies engagées dans la guerre de Corée. Il redevint indépendant en 1952. Le niveau de vie de la population dépassa alors celui de l’avant guerre.

3. Le renouveau de la Maison Mère

19Le 18 janvier 1946, la Mère Datti avait annoncé qu’une congrégation générale se tiendrait en octobre. La Mère Vicente s’éteignit trois jours plus tard : « Chacune de nous, mes Révérendes Mères et mes bien chères Sœurs, sent l’importance de cet événement pour l’avenir de la Société », écrivit la Mère Datti le 24 mai. Cette phrase n’était pas de pur style. Les vicaires générales avaient toujours été élues supérieures générales. La tradition fut brisée en 1946. Il ne s’agissait pas d’un désaveu de la Mère Datti, mais elle avait alors 78 ans. Le choix se porta sur la vicaire du Midi, la Mère Marie-Thérèse de Lescure. Elle fut la première Française à exercer cette charge depuis la mort de la Mère Goetz.

  • 43 Il y avait plus de dix ans que les vicaires ne s’étaient pas rencontrées.
  • 44 Arch. Gén. C I C 3, box 15.

20L’élection de 1946 eut lieu dans des conditions inhabituelles. Pour la première fois depuis 1865, elle semblait « ouverte » et dégagée de la pression que la supérieure générale défunte exerçait par le biais du « billet secret ». Elle fut plus longue que prévu car, comme l’avoua la vicaire du Chili, la Mère Cubero, « nous n’avions aucune indication43 ! » Les votes se concentrèrent sur la Mère Zurstrassen, qui était la seule des assistantes générales susceptible d’être nommée et sur la Mère de Lescure44. Après l’élection, avait lieu dans la chapelle de la maison mère un Te Deum d’action de grâce en présence de la communauté. Le suspense dura un peu plus que prévu, car la Mère de Lescure gagna directement sa place pendant que les vicaires raccompagnaient le cardinal protecteur et aucune des participantes ne se retourna pour savoir qui était installée dans la stalle de la supérieure générale !

  • 45 Il y eut même un quiproquo amusant en ce qui concerne la Mère Ytturalde, car son télégramme de nomi (...)
  • 46 Journal de la Mère Castejón.

21Le conseil général qui était réduit à trois assistantes, dont l’une, la Mère Constance Perry, était démissionnaire pour raisons de santé, fut complété par la Mère Elena Ytturalde et par la Mère Ursula Benziger, supérieures de San Sebastian et de Manhattanville. Ce fut une des rares fois où les assistantes générales ne furent pas prises parmi les vicaires45. La Mère Datti se retrouvait dans une position seconde : « C’était beau de la voir si rayonnante de joie sereine, si pleine d’attentions filiales pour sa nouvelle Mère générale ! Celle-ci s’appuyait sur elle, la consultait et lui montrait en toute occasion sa déférence et sa reconnaissance46. » L’expérience de la Mère Datti, sa connaissance du Vatican et de la société romaine furent précieuses pour la Mère de Lescure et lui permirent de gouverner dans une certaine continuité alors qu’elle n’avait pas auparavant été membre du conseil général.

4. Un nouveau contexte géopolitique

4.1 La « guerre froide », les rideaux de fer et de bambou

22Le généralat de la Mère de Lescure se déroula dans un contexte mondial inédit. Bien que les Occidentaux aient promis avant l’armistice que des élections libres se dérouleraient en Europe orientale, les pays occupés par l’Armée rouge furent transformés en démocraties populaires et peu à peu coupés de tout contact avec le monde occidental.

23La Pologne sortait laminée de la guerre. Des migrations massives s’y déroulèrent. Les Allemands quittèrent les territoires devenus polonais ; les Polonais astreints aux travaux forcés en Allemagne rentrèrent dans leur pays et ceux qui s’étaient retrouvés derrière la frontière orientale profitèrent largement du droit au rapatriement. Les populations qui venaient de l’est n’avaient pas les mêmes usages et les mêmes dialectes que les autres et l’adaptation fut difficile. Il en résulta toutefois, à terme, une homogénéisation nationale sans précédent. La question des minorités qui avait empoisonné l’entre-deux-guerres avait été résolue d’une manière drastique.

  • 47 A. Merdas, op. cit., p. 43.
  • 48 Id. p. 50.

24Les catholiques formaient désormais une majorité écrasante dans la population. Si pour les nouvelles autorités communistes, une neutralisation de l’Église s’imposait, elle se fit en douceur. La réforme agraire de 1945 ne concerna pas les biens ecclésiastiques et lors de la dénonciation du concordat, le gouvernement fit une distinction entre l’Église de Pologne et le Vatican. Mais quand le nouveau primat de Pologne, Stefan Wyszynski, entra en fonction en 1948 après la mort du cardinal Hlond, une détérioration des relations entre l’Église et le régime se produisit. Les biens d’Église furent nationalisés en mars 1950. Les couvents et les évêchés ne purent conserver que quelques fermes. À Zbylitowska Gora, les religieuses ne gardèrent qu’un jardin et un champ et, comme à Grabow, elles y installèrent des serres et se mirent à cultiver des semences et des fleurs. À la suite de la laïcisation de l’état, les établissements catholiques d’éducation avaient été étatisés en 1949. Mais le foyer d’étudiantes de Poznan ne fut touché qu’en 1954 : les autorités maçonnèrent les passages qui existaient entre le foyer et le local de la communauté. Les maisons restant la propriété des congrégations religieuses, la Société du Sacré-Cœur reçut des loyers dont le montant ne pouvait être affecté qu’à la rénovation des locaux47. Elle conserva Polska Wies, appelé désormais Pobiedziska48. Il s’agissait de l’un des neuf établissements catholiques secondaires pour jeunes filles existant en Pologne. Jusqu’en 1955, il accueillit aussi des jeunes gens. Cet établissement ne dura que parce qu’il fut capable de soutenir, année après année, une inspection rigoureuse des autorités publiques. L’enseignement y était gratuit, comme ailleurs en Pologne, et comme l’établissement ne recevait pas de subvention publique, ce fut la vicairie qui dut le soutenir. Il parvint à garder la mission qu’il s’était donnée et qui consistait à faire des élèves qu’il recevait des chrétiens et des chrétiennes capables de vivre dans une démocratie populaire dominée par une idéologique athée.

  • 49 Impressionnée par l’extermination du clergé, la Mère Günther avait, dès 1944, organisé un cours de (...)
  • 50 J. Kloczowki, op. cit., p. 540-541.

25N’ayant plus d’autres écoles, les religieuses s’investirent dans la pastorale paroissiale et dans l’entraide, qui furent du reste les principales formes d’activité apostolique pratiquées en Pologne par les congrégations religieuses49. La plupart travaillèrent comme catéchistes, sacristines, organistes et garde-malades. Elles donnèrent des cours d’ouvrage et des leçons particulières, enseignèrent le latin au séminaire de Tarnow et, en 1951, deux d’entre elles furent appelées à faire des conférences aux femmes. Certaines des maisons du Sacré-Cœur devinrent des centres spirituels diocésains. Les besoins sociaux et la situation particulière du pays firent franchir la clôture aux religieuses. Dans l’esprit de la longue préparation au Millénaire de la Pologne lancée par le cardinal Wyszynski, elles contribuèrent, comme beaucoup d’autres, à faire prendre conscience de leur identité nationale et religieuse à ceux qu’elles pouvaient toucher50.

  • 51 Lettres circulaires de la T.R.M. de Lescure, p. 124, 7 juillet 1953 et p. 177, Le 17 juin 1955) : « (...)
  • 52 A. Merdas, op. cit. p. 44.
  • 53 Tém. Carlotta Leitner qui accompagna la Mère de Valon, ses assistantes générales n’ayant pas pu avo (...)

26Comme les demandes de passeport étaient considérées avec suspicion et pouvaient entraîner des ennuis, entre 1946 et 1964, les vicaires ne se rendirent plus à Rome et les probations se firent sur place. Le « rideau de fer » était bel et bien une réalité et on avait de moins en moins de nouvelles du « pays de Saint Stanislas51. » Malgré le changement politique opéré en 1956 et la prise du pouvoir par Gomulka, des secteurs restèrent sensibles. En 1957, les religieuses de Zbylitowska Gora décidèrent d’ouvrir une école ménagère : elles durent abandonner le projet cinq ans plus tard52. Les conditions de la vie matérielle étaient dures : « Les santés sont éprouvées », remarqua la Mère de Lescure lors de la congrégation générale de 1952. La Mère de Valon, qui se rendit en Pologne en 1964, fit l’expérience de ce que pouvait être la vie dans une démocratie populaire : longs interrogatoires à l’arrivée, surveillance policière qui faisait que l’on ouvrait les fenêtres pendant les réunions par crainte que des micros aient été placés dans la pièce, filature en automobile, mauvaise alimentation53 qui provenait de la nouvelle organisation économique instaurée dans les pays du Comecon.

  • 54 Les manifestations destinées à célébrer l’année mariale avaient en 1947 obtenu un grand succès. Le (...)
  • 55 Le ministre des Cultes dont l’épouse et la fille avaient été sauvées de la déportation à Auschwitz (...)
  • 56 Le Sophianum devint une université russe dite « Gorki ».

27La Hongrie fut peu à peu mise sous pression après 1945. Avant les élections, un accord avait prévu que, quels qu’en fussent les résultats, un gouvernement de coalition serait formé. Les communistes conservèrent le ministère de l’Intérieur. Après la proclamation de la République en janvier 1946, Ferenc Nagy, le chef du parti des petits propriétaires qui avait gagné les élections, dirigea le gouvernement, mais fut acculé à la démission sous la pression des communistes pendant l’été de 1947. Dès 1945, une réforme agraire fit perdre leurs terres aux Églises et détruisit le financement des œuvres. En 1947, l’éducation religieuse devint facultative54. Une démocratie populaire fut officiellement proclamée en 1949. En Hongrie, la persécution contre les Églises fut beaucoup plus frontale qu’en Pologne. Les nouvelles autorités voulaient s’emparer de leurs institutions et cantonner l’activité religieuse à l’intérieur des édifices du culte. L’étatisation de l’enseignement lancée le 17 juin 1948 fut d’autant plus ressentie que la Hongrie était le pays d’Europe centrale qui comptait le plus grand nombre d’établissements scolaires confessionnels, dont les deux tiers étaient catholiques. Le Sacré-Cœur chercha à faire admettre que ses établissements étaient propriété italienne mais, malgré les efforts des membres du gouvernement pour les sauver55, ils furent nationalisés le 31 août et transformés en écoles du régime56.

  • 57 Dans sa circulaire du 29 janvier 1949, la Mère de Lescure fit allusion, sans citer le nom de leur p (...)
  • 58 On arrêta à la fin de janvier 1949 des ecclésiastiques et des religieux dont on souhaitait obtenir (...)

28Après l’étatisation des personnels, les Religieuses du Sacré-Cœur furent interdites d’enseignement. Au Philippineum, elles eurent quelques pensionnaires dans le cadre de ce que l’on appela la « candidature ». Elles recevaient les élèves et les Anciennes pour des cours de langues, des répétitions de chants, des journées de récollection et des réunions de congrégations. Quand le régime liquida les organisations de jeunesse, de jeunes élèves du Sacré-Cœur furent poursuivies par la police et molestées57. Le cardinal Mindszenty, protesta contre la situation qui était désormais celle de l’Église. Il fut arrêté le 26 décembre 1948. Son procès débuta le 2 février 1949 et dès le lendemain il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité58.

  • 59 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 260. Elle communiqua ces directives aux supérieures de Hongrie en a (...)
  • 60 Les novices, avec l’autorisation de leurs parents, gagnèrent Avigliana.

29Restait à savoir comment mettre à l’abri les Religieuses du Sacré-Cœur, qui étaient près d’une centaine. La Mère de Lescure sollicita l’avis de Pie XII qui estima que puisque leurs œuvres leur avaient été enlevées les religieuses devaient gagner d’autres maisons de la Société, à l’exception de quelques-unes qui resteraient le plus longtemps possible sur place pour apporter une aide spirituelle aux Anciennes. Elles devaient simplement veiller à ne pas mettre leur vie en péril et éviter d’être déportées en URSS59. Le 20 septembre 1948, deux Autrichiennes quittèrent la Hongrie. Le 15 novembre 1948, on fit partir aussi des Hongroises, en commençant par les postulantes, les novices, les aspirantes, les jeunes professes et les professes malades ou âgées60. Après le 6 mars 1949, il fallut acheter des complicités pour obtenir les visas de sortie. Le 5 avril, parvint à Budapest la lettre dans laquelle la Mère de Lescure demandait à toutes les religieuses de quitter la Hongrie. Le Philippineum fut évacué en mai, quelques gardiennes y restèrent, l’église devant demeurer ouverte. Le 18 juin 1949 ce qui restait des deux communautés fut installé dans une petite maison attenante au Sophianum, dans la rue du Musée. Quelques religieuses qui n’étaient pas Hongroises, malgré les conseils qui leur venaient de partout, décidèrent de ne pas quitter le pays pour ne pas abandonner leurs sœurs.

  • 61 Les supérieurs majeurs avaient protesté le 25 avril contre les entraves imposées à leur activité ap (...)

30En mai 1950, la persécution fut déclenchée contre les religieux61 qui devaient être dirigés vers des camps de travail s’ils ne se dispersaient pas. Les supérieurs majeurs leur demandèrent de se disperser et d’abandonner l’habit. Les Religieuses Sacré-Cœur décidèrent de rester ensemble. Les arrestations eurent lieu en trois vagues dont la seconde, dans la nuit du 17 au 18 juin, concerna les couvents de Budapest. Onze religieuses du Sacré-Cœur furent embarquées dans des camions à bestiaux et se retrouvèrent au petit matin à Eger dans un camp qui avait été organisé dans le palais de l’archevêque. Le secrétariat de l’archevêché et des Anciennes firent connaître la nouvelle à Rome. La Mère de Lescure leur fit passer un message d’encouragement le 29 juin. À Eger, rien n’avait été prévu pour accueillir une centaine de religieuses : le dortoir était constitué par de la paille posée sur le sol d’une grande salle vide. Mais les internées furent ravitaillées par les habitants de la région et elles eurent la possibilité d’assister chaque jour à la messe.

  • 62 Il s’agissait de la Mère Gutzwiller.

31Comme les religieux servaient de monnaie d’échange dans les négociations qui avaient lieu entre le gouvernement et l’épiscopat, les évêques demandèrent à ceux qui étaient de nationalité étrangère de quitter le pays. La Mère de Lescure écrivit à la supérieure du Sophianum, la Mère Gutzwiller, qu’elle devait obéir : « Vous savez que tout ce qui sera conseillé, décidé, le sera avec un amour dont il ne faudra jamais douter à cause du Cœur qui vous tient dans sa garde. Si la grande sœur62 doit gagner sa vie ailleurs, que les petites ne doutent pas de Lui qui le veut et prendra soin d’elles divinement. Qu’elles comptent sur les prières incessantes de leur maman… Qu’elles se fortifient en renouvelant sans cesse leurs vœux : « Baise les clous qui t’attachent à mes pieds, à mes mains et te lient à mon Cœur. » À chaque instant, à travers la terre, il y a une patène qui les attend pour les offrir per ipsum, cum ipso, in ipso… et ici, chaque matin, je les mets là. Je vous embrasse tendrement, espérant le courage de chacune et mettant chacune au fond du Cœur qui vous est tout et dont vous êtes les Messagères. Votre Madeleine-Sophie. » La Mère Gutzwiller partit pour Budapest le 21 juillet et se mit à chercher des lieux d’hébergement pour ses filles, car la dissolution des ordres religieux était imminente. Les huit Hongroises quittèrent Eger le 16 août 1950. Les deux dernières religieuses qui y restèrent, deux Autrichiennes, dont l’une était malade, furent libérées, sur intervention de leur ambassade, trois jours plus tard.

  • 63 Lorsqu’elle affronta les opérations de vérification à la frontière qui prirent toute la journée, l’ (...)

32Le 7 septembre 1950, les ordres religieux furent supprimés. Les religieuses ne devaient plus vivre en communauté ; elles devaient justifier d’un travail, d’un logement et abandonner l’habit. La Mère Gutzwiller gagna l’Autriche en octobre 1950 avec les dernières religieuses autrichiennes. Au nom de l’obéissance, une Hongroise dut demander son visa de sortie. Il s’agissait d’une obligation pénible, car en quittant leur pays, les Hongroises perdaient leur nationalité et abandonner les œuvres était un crève-cœur. Certaines vécurent leur départ de Hongrie comme une désertion63.

  • 64 Id.

33Il ne restait plus en Hongrie que sept Religieuses du Sacré-Cœur dont trois aspirantes de chœur et trois coadjutrices dont l’une était aspirante. Les sœurs purent se réfugier dans leurs familles ou se placer chez des particuliers. Les religieuses de chœur, souvent issues de familles dont les biens avaient été nationalisés et qui étaient surveillées par les nouvelles autorités, firent de la catéchèse et gagnèrent leur vie en donnant des leçons particulières. Elles veillaient à ne pas donner leur adresse et ne recevaient personne chez elles. En 1951, l’aristocratie et la bourgeoisie de Budapest furent en partie déportées dans l’est du pays ou en Sibérie sous couvert d’épuration des pro-nazis. Les gens, y compris les ecclésiastiques, avaient peur d’être en rapport avec les religieuses64 et en 1952, elles ne trouvèrent pas d’église rénover leurs vœux le jour de la fête du Sacré-Cœur. La Maison Mère leur fit passer des médicaments et des lettres par l’épouse de l’ambassadeur d’Italie. Mais ce recours pouvait les faire suspecter de relations avec l’étranger. Deux d’entre elles parvinrent à s’enfuir en 1952. L’une quitta la Hongrie grâce à un prêtre qui faisait passer la frontière à des religieuses en les présentant comme ses épouses. Elle fut la dernière à bénéficier de ce subterfuge, car lors de la tentative suivante, il fut pris et exécuté.

  • 65 Entre 1946 et 1949, 15 % de la population hongroise passèrent en jugement. Dans sa circulaire du 17 (...)

34La Mère de Lescure cherchait les moyens de faire quitter clandestinement la Hongrie à toutes et elle chargea la maîtresse des novices hongroises, la Mère von Spee, de s’en occuper. Celle-ci eut recours à un passeur professionnel. Mais le 23 janvier 1953, les quatre aspirantes furent arrêtées, à la suite de l’emprisonnement de cet homme sur qui on avait trouvé une liste de noms et d’adresses. Elles furent internées pendant près de neuf mois dans les locaux de l’Avo, la police politique hongroise, subissant des interrogatoires sans fin, isolées ou en cellule avec d’autres femmes. Elles furent traduites devant un tribunal militaire le 6 octobre 1953 et lourdement condamnées. Après appel, la coadjutrice vit sa peine réduite pour « raison de classe ». Deux autres eurent également une réduction de peine, une seule, d’origine aristocratique, n’en bénéficia pas. Elles subirent leur détention, à Budapest ou à la campagne, dans des conditions éprouvantes et furent astreintes au travail sur divers chantiers. Parmi leurs codétenues, elles découvrirent des Anciennes et des congréganistes du Sacré-Cœur65.

  • 66 Elle écrivit dans les souvenirs que lui demanda la Maison Mère : « Quand la bonne nouvelle m’arriva (...)
  • 67 Elles racontèrent en probation qu’elles devaient travailler sans parler, qu’on avait arraché de leu (...)

35L’une fut libérée le 21 novembre 195566, une autre le 14 septembre 1956, avant le terme de leur peine. Depuis la mort de Staline, une réaction, sensible aussi bien dans le gouvernement que dans les partis qui le soutenaient, se manifestait contre la manière antérieure de diriger les affaires ecclésiastiques. C’est sans doute à ce dégel discret qu’elles durent leur élargissement anticipé. Elles retrouvèrent du travail mais ne pouvaient plus se livrer à une quelconque activité apostolique. La révolution éclata le 23 octobre 1956. En décembre, les religieuses tentèrent de franchir la frontière mais seule une coadjutrice y parvint. Les autres se réfugièrent alors dans la famille d’une coadjutrice mais elles purent passer en Autriche dans la nuit du 6 au 7 janvier 1957. Celles qui avaient été envoyées dans des prisons et dans des camps « à régime sévère » avaient souffert du manque de sommeil, des fouilles corporelles, de l’entourage constitué par des détenues qui n’étaient pas toutes animées par un esprit de résistance, de la faim et du froid67. Ces conditions de détention laissèrent des traces sur celles qui les avaient subies.

36Le dernier pays à tomber sous la coupe du communisme fut la Chine. Pendant et après la seconde guerre mondiale, le Sacré-Cœur avait été appelé à Soochow, Tientsin, Changsha et Yangchow pour y faire des fondations. La maison de Shanghai s’était développée. En 1947, le collège universitaire comptait trois cent quarante-sept étudiantes et les établissements secondaire et primaire avait chacun cinq cents élèves. Avec les trois cent vingt-huit demi-pensionnaires de l’« école étrangère », renommée « école internationale » pour contrer la poussée nationaliste, et le jardin d’enfants, c’étaient mille huit-cents élèves et étudiantes qui fréquentaient le Sacré-Cœur. Cet essor réclamait des religieuses capables d’enseigner en chinois et certaines d’entre elles avaient commencé à étudier le mandarin. Des renforts étaient nécessaires, car la communauté de Shanghai s’était restreinte. En tout état de cause, en Chine, l’avenir semblait prometteur. En 1946, le Vatican avait établi une hiérarchie autochtone et nommé un premier cardinal chinois. Le christianisme gagnait des fidèles.

37Le président Chiang Kaishek pouvait tirer parti de la résistance qu’il avait menée contre le Japon. En 1945, la Chine était sortie de huit ans de guerre libérée des traités inégaux dénoncés deux ans plus tôt par les Alliés et par le Japon. Le pays était reconnu comme une grande puissance et, placé parmi les fondateurs de l’Organisation des Nations Unies, il détenait un siège permanent au Conseil de sécurité. Non seulement les réformes attendues ne se produisirent pas mais les régions libérées furent prises en charge par des individus plus ou moins corrompus qui se targuant d’un patriotisme anti-japonais supposé ou réel cherchaient à en profiter en s’emparant des biens chinois réquisitionnés par les anciens occupants. Ces menées furent utilisées par les communistes qui depuis 1944 avaient repris leur politique d’infiltration et qui dominaient les campagnes alors que les nationalistes tenaient les villes. Les uns étaient soutenus par l’URSS et les autres par les États-Unis. À la guérilla des communistes, les nationalistes cherchaient à opposer des combats frontaux. Ils parvinrent à tenir le centre et le sud de la Chine où la pénétration communiste était trop sporadique pour arracher ces zones à leur influence.

38Jusqu’en 1947, la confusion régna, mais les rapports de force imposaient à tous de négocier et les affrontements armés ne dégénèrent pas. À partir de l’été de 1947, les communistes commencèrent à refouler de plus en plus vers le sud les troupes de Chiang Kaishek et la guerre civile régna de nouveau. En janvier 1949, Chiang démissionna de la présidence de la République. Beaucoup d’étrangers commencèrent à quitter le pays et les effectifs de l’école internationale enregistrèrent ce reflux. Le 1er octobre 1949, Mao Zedong, nommé chef de l’état, établit une république populaire et proclama que la Chine désormais unifiée, après un siècle d’humiliations et d’occupations, « s’était remise debout. » La bataille décisive n’intervint toutefois qu’en novembre. Les nationalistes qui cherchaient à conserver Nankin et Shanghai furent battus et se replièrent sur Formose.

39Dès la fin de la Longue Marche, les communistes avaient persécuté les chrétiens dans les territoires dont ils s’étaient emparés. Aussi en avril 1949, la supérieure de Shanghai fit partir cinq religieuses âgées, toutes étrangères, et quinze jeunes religieuses chinoises. Elles gagnèrent le Japon où la Mère de Lescure avait donné l’ordre d’envoyer les novices. Le 14 mai, la canonnade se fit entendre autour des forts situés à l’estuaire du Huangpou puis dans les villes industrielles qui entouraient Shanghai. Le 25 mai, alors qu’au Sacré-Cœur on célébrait la fête de la fondatrice et la première communion de six élèves, la ville changea de main.

  • 68 On savait que l’université catholique Fujen de Pékin avait perdu toute liberté d’action après la pr (...)
  • 69 Arch. Prov. Japon, lettres de la Mère Louise Bernard, 14 novembre 1951.

40La mise en place d’un « centralisme démocratique » efficace, mais discret dans ses premières manifestations, ne s’accompagna pas des débordements redoutés. Shanghai était isolée et les étrangers ne pouvaient pas en sortir. Seules les communications par télégrammes et des courtes conversations téléphoniques étaient possibles avec l’extérieur mais la fin de l’année scolaire se déroula dans le calme. Dans la communauté, les avis quant à l’avenir divergeaient, depuis l’optimisme que manifestait la supérieure, la Mère Fitzgerald, jusqu’à des positions plus modérées voire pessimistes exprimées par des religieuses qui se fondaient sur les effets de la politique que les communistes avaient menée dans le Shandong68. La sinisation de l’administration des établissements scolaires provoqua le remplacement de la Mère Thornton et de la Mère Levis qui dirigeaient le collège universitaire et l’établissement secondaire. Elles remirent leurs responsabilités à des Chinois, laïcs et religieux, qui les acceptèrent pour leur venir en aide. Les sœurs qui tenaient la porterie reçurent un salaire69. Les étrangers pouvaient continuer à enseigner. Mais il était clair que le but du nouveau régime était d’éliminer l’éducation chrétienne et de lutter contre les valeurs traditionnelles.

41Les premières difficultés apparurent à la rentrée. Pendant l’été, les bâtiments du collège Aurore et de l’école secondaire du Sacré-Cœur avaient été envahis par de jeunes « progressistes », alliés objectifs des communistes, qui enseignaient à leurs camarades les danses folkloriques et le nouvel hymne du pays, « l’Orient est rouge », en s’accompagnant des instruments de la musique traditionnelle chinoise. Les communistes souhaitaient s’emparer de ce bastion où s’était déroulée, un an plus tôt, la première conférence catholique nationale sur l’éducation en Chine. Lors de la reprise des cours, les élèves du secondaire furent poussés à se constituer en « comités » chargés de surveiller la gestion de l’établissement. Ils réclamèrent des bourses et la possibilité de faire venir la nourriture du dehors. Les professeurs étaient accusés d’avoir fait main basse sur les scolarités des élèves, ce qui mécontentait le personnel de service. L’état exigeait le paiement de lourdes taxes.

  • 70 M. Chi, op. cit., p. 129.
  • 71 Une réforme de l’enseignement axé sur les techniques et la spécialisation et promouvant une général (...)
  • 72 M. Chi, op. cit., p. 130.
  • 73 Arch. Prov. Japon, lettre du 14 novembre 1951.

42Les programmes furent « rectifiés ». L’enseignement de l’anglais et du français fut supprimé, parce qu’il était « trop cruel d’imposer aux élèves de telles matières70 » ; les cours de matérialisme dialectique devinrent obligatoires, l’enseignement religieux ne put plus être assuré dans l’enceinte de l’école71. Toute image et tout insigne religieux furent retirés des locaux abondamment décorés par des portraits de Mao. Les élèves progressistes, qui avaient déjà fait payer par le Sacré-Cœur les instruments de musique particulièrement sonores dont ils faisaient usage, cherchèrent à mettre les religieuses en difficulté en exigeant d’énormes quantités de papier pour écrire leurs slogans sur des supports qui préfiguraient les dazibaos de la Révolution culturelle. Bientôt eurent lieu des séances de mise en accusation de ceux et de celles qui avaient eu et qui avaient la responsabilité des établissements. Les religieuses, prévenues à temps, comprirent qu’elles ne devaient surtout pas assister aux séances auxquelles elles avaient été convoquées. Les missionnaires étaient présentés comme des agents de l’impérialisme occidental et accusés de pratiques « inamicales » envers le peuple chinois. Un système de délation soigneusement organisé faisait qu’« un enseignant avait à surveiller une religieuse, qu’un second enseignant surveillait le premier, tout en étant lui-même surveillé par un élève72. » « Je laisse à d’autres, écrivit la Mère Bernard, le soin de vous décrire les parades, les meetings, les interruptions de classes, les articles de journaux et les mille autres entraves apportées à la discipline et à l’exercice de l’autorité, surtout dans le quartier de Mère Levis. Nous prions avec ferveur pour tenir contre vents et marées, selon le mot d’ordre de Son Excellence l’internonce : « Restez, a-t-il dit aux Pères de l’Aurore encore plus molestés que nous, même si on ne vous laisse qu’une chambre pour vivre73. »

  • 74 M. Chi, op. cit. p. 133.

43La mise au pas du Sacré-Cœur s’effectua établissement par établissement. La situation fut rapidement critique à l’école primaire où la directrice chinoise, par opportunisme ou par conviction, coopérait avec le nouveau régime et laissait de côté la Mère Saint-Germain qui en avait été jusqu’alors chargée. Ailleurs la dégradation de la position des religieuses fut consécutive au déclenchement de la guerre de Corée qui donna des arguments nouveaux pour éradiquer les influences étrangères. Les locaux du Sacré-Cœur virent s’affronter les communistes, les progressistes et les membres de la Légion de Marie. Le 8 décembre 1950, alors que se déroulait la procession des lys, les portes de communication entre le collège universitaire et le bâtiment de la communauté furent fermées par les étudiants. Comme l’expliqua par la suite la Mère Thornton, « la fin était sur le point d’arriver. Une loi fit que tout terrain, bâtiment, livre, argent, équipement étaient désormais propriété de « l’école ». Personne ne fut capable de nous dire de qui il s’agissait, mais un comité d’enseignants, d’élèves et de personnel de service commença à faire un inventaire et à garder les portes jour et nuit. Une fois, nous avons changé les serrures des portes de communication entre le couvent et le collège. Le lendemain, pendant le déjeuner, le comité les scella avec du papier dans l’espoir que nous briserions les sceaux. Averties à temps, nous avons fermé les portes et exigé du comité qu’il mette des cadenas de son côté pour éviter qu’on nous accuse d’être venues la nuit enlever ce qui était propriété de l’école. Dès que l’inventaire fut achevé, nous avons démissionné74. » Une barrière de bambou divisa le jardin. Les Religieuses du Sacré-Cœur avaient perdu le contrôle de trois de leurs établissements.

44La Mère Fitzgerald avait pensé que l’école internationale pourrait poursuivre son activité : elle dut constater qu’elle aussi était appelée à disparaître. Dès septembre 1950, des étrangers furent expulsés et les Chinois n’eurent plus le droit de fréquenter une école étrangère. L’école n’était même pas assurée de compter sur les enfants des étrangers vivant en Chine puisqu’en mai 1951 la durée des visas de séjour fut réduite à six mois. Sur ordre de la Mère de Lescure, l’école internationale cessa en juin son activité.

  • 75 Tém. Sawako Kageyama et de sœurs chinoises. Les retours d’outre-mer furent mal gérés et rien ne fut (...)

45Des lettres codées envoyées par la Mère Bernard à sa vicaire entre le 5 juillet et la fin de l’année 1951 montrent combien le sort de la communauté était précaire. Les religieuses ne devaient plus paraître dans les anciens établissements et elles avaient dû déménager dans une ambiance hostile. Mais elles continuaient de recevoir chez elles élèves et étudiantes qu’elles accompagnaient. Elles permettaient aux mouvements catholiques qui jusqu’alors s’étaient rassemblés dans les locaux scolaires de tenir leurs réunions chez elles. Mais dès avril 1951 des religieuses commencèrent à quitter Shanghai. Les dernières Chinoises partirent avant que les autorités refusent tout visa de sortie à leurs nationaux. Les départs se poursuivirent en août et en septembre, par train jusqu’à Hongkong puis par bateau jusqu’au Japon où les religieuses reçurent de nouvelles obédiences75. La Mère Bernard écrivit le 5 juillet : « Nous faisons des économies pour durer plus longtemps, c’est la consigne générale. Tout le monde souffre, tout le monde est dans la misère. Les enfants seuls rient, chantent et crient sans se soucier de ce qui se passe autour d’eux. L’incertain étant de règle à toute heure du jour, nous faisons toutes de grands progrès dans la patience et l’abandon, la prière s’intensifie quand on sent le sol se dérober sous nos pieds. Il n’y a pas d’autre point d’attache qu’en haut. »

  • 76 Arch. Prov. Japon, lettre du 14 novembre 1951. Les fonds avaient pu être transférés à temps à l’étr (...)
  • 77 M. Chi, op. cit. p. 143.

46Alors que Rome faisait pression pour accélérer les départs et que l’évêché de Shanghai demandait aux religieuses de différer leur demande de visa, les autorités tentaient d’obtenir de la Mère Fitzgerald qu’elle loue ou donne à l’association de résistance à l’Amérique et d’aide à la Corée le bâtiment du Sacré-Cœur qu’elle avait transféré en juin 1951 au diocèse : « Que faire de notre côté pour vous aider, écrivit la Mère Bernard, sinon dire que sagement nous ne demandons rien pour nous et travaillons du mieux que nous pouvons pour nous suffire. Nous avons du riz, du bois, du charbon pour tout l’hiver, jusqu’à la rentrée de février. Alors nous verrons bien si tout contrôle et toute participation à l’administration de nos sœurs auront cessé : c’est très possible, mais ce n’est pas certain. » En désespoir de cause, les autorités contraignirent la Mère Fitzgerald à quitter la Chine avant le 20 décembre76. Le 8 décembre 1951, une dernière messe fut célébrée dans l’une des pièces qui avaient été laissées à la disposition des religieuses. Le 19 décembre, Sadie Fitzgerald, Elizabeth Duff et Salvina Xerri prirent le train pour Hongkong. Deux postulantes chinoises étaient rentrées dans leur famille. Les cinq autres furent accueillies par des religieuses de Xujiahui77.

  • 78 Mitte me, No 6, p. 51. En 1954, on apprit que la plupart des Anciennes de Shanghai avaient été ou é (...)

47Pas plus que les autres responsables d’« entreprises catholiques », la Mère Thornton ne parvenait à obtenir son autorisation de sortie, parce que l’école, la maison, les finances et les associations des élèves reposaient sur elle. Sans doute pour la punir d’avoir créé dans son établissement deux praesidia de la Légion de Marie et d’avoir soutenu leurs membres dans la fidélité au Vatican mais surtout d’être en quelque sorte le symbole du Collège Aurore, dont le caractère réactionnaire était constamment souligné, les services d’émigration n’avaient pas voulu lui délivrer de visa. Elle ne pouvait pas espérer un secours des autorités de son pays car les diplomates britanniques n’étaient pas reconnus par le nouveau régime. Elle continua d’attendre chez les Sœurs de Lorette, gardant des contacts avec les Anciennes et les amis du Sacré-Cœur mais le faisant avec prudence pour ne pas les compromettre et elle remplissait ses loisirs forcés en priant, en lisant et en renforçant sa connaissance du chinois. Elle eut la possibilité, grâce aux visites qu’elle recevait et qu’elle rendait, d’obtenir des détails sur la persécution qui s’était abattue sur les catholiques, sur les phases de « rectification » qui avaient frappé les intellectuels et sur les purges consécutives à la campagne des « Trois » puis des « Cinq Anti » qui avait visé, dans le premier cas, les fonctionnaires et les membres du parti ou assimilés, sous prétexte de corruption, de gaspillage et d’esprit bureaucratique et dans le second cas, la « bourgeoisie », les propriétaires fonciers et les hommes d’affaires ainsi que les membres de professions libérales, sous couvert de lutte contre la fraude, le détournement des biens publics et l’évasion fiscale. Elle découvrit aussi de quel courage les élèves étaient capables de faire la preuve : « Depuis longtemps, nous cherchions comment donner à nos élèves catholiques le sens de l’Église, petite minorité culturelle sans lien avec leur grande civilisation nationale. Quelle expérience pour nous, pendant ces dix-huit derniers mois, d’avoir nous-mêmes appris de la jeunesse catholique de Shanghai que le sens de cette vie de l’Église ne dépend ni du temps, ni de la tradition, mais de la persécution et de la Croix. Car en peu de temps, elles sont parvenues à la possession entière de ce précieux héritage. Ceux qui ont eu le privilège d’être témoins de leur vie actuelle disent tous : « C’est comme une révélation de l’Église primitive78. »

  • 79 M. Chi, op. cit. p. 157. Ces statistiques ne concernaient que les élèves et les étudiantes qui y av (...)

48La Société du Sacré-Cœur toute entière priait pour que la Mère Thornton obtint son visa. Ce fut chose faite le 29 juin 1952. Par Macao et Hongkong, elle quitta la Chine le 7 juillet 1952. Comme elle l’avait annoncé par télégramme à la Mère de Lescure peu auparavant, – « sacrifice consommé » –, il n’y avait plus de Sacré-Cœur en Chine. La première révolution culturelle avait détruit une œuvre qui en vingt-cinq ans d’existence avait manifesté son efficacité puisque l’école internationale avait reçu depuis sa fondation trois cents élèves, que l’école primaire avait éduqué plus d’un millier de filles et de garçons, que l’établissement secondaire avait reçu un millier d’élèves alors que le Collège Aurore avait donné un diplôme à près de cinq cents jeunes filles79.

49Lorsque la Société du Sacré-Cœur effectua une fondation en Corée, le pays venait d’expérimenter sur son propre sol les effets de la bipartition du monde entre deux idéologies hostiles. À la suite des accords signés entre les États-Unis et l’URSS, la Corée avait été occupée par les Américains et les Soviétiques. Une république de Corée du Sud était apparue en août 1948 et mise sous la présidence de Syngman Rhee. Un mois plus tard une république de Corée du Nord avait été créée et dirigée par Kim Il-Soung. La revendication du pays tout entier par l’une et l’autre avait attisé les tensions. En 1950, avait commencé une guerre suscitée tout autant par le nouveau rapport des forces en Asie que par le développement de la guerre froide dans laquelle beaucoup de contemporains avaient vu les prémices d’une troisième guerre mondiale. Il n’en fut rien mais les combats soutenus par les démocraties populaires et par les Nations Unies avaient détruit un pays qui sortait d’une longue domination japonaise. Extrêmement brutaux et meurtriers, les affrontements laissèrent des séquelles pour des décennies, les familles ayant été dispersées et les disparus étant innombrables à cause de l’exode des civils. Les cadres de l’Église catholique et les membres des congrégations religieuses avaient été victimes d’une persécution rampante ou déclarée qui avait fait d’innombrables martyrs.

  • 80 Le nonce, Mgr von Furtensberg, avait sollicité du Sacré-Cœur en 1951 une fondation, totalement irré (...)

50Quand la guerre s’était achevée en 1953 par l’armistice de Panmunjon, la Corée était plus que jamais divisée. Assez rapidement, avant même la fin des hostilités, les missionnaires étaient retournés en Corée du Sud. La plupart d’entre eux avaient conscience que la reconstruction du pays devait passer par l’éducation, et cette politique était d’autant plus nécessaire qu’au cours des périodes les plus difficiles de son histoire, la Corée avait toujours cherché à conserver sa langue et sa culture. C’est dans ce contexte que le délégué et le vicaire apostoliques qui avaient la charge de la Corée, Mgr Paul Ro et Mgr Quinlan, un vétéran de la « Marche de la Mort » qui en Corée du Nord avait décimé les missionnaires occidentaux, s’adressèrent aux congrégations religieuses pour reconstituer les écoles80. Leur appel parvint rapidement à la vicaire du Japon qui la fit connaître à la Maison Mère. Ils offraient un collège aussi pauvre du point de vue financier que par ses perspectives académiques mais qui pouvait offrir une base pour l’avenir.

  • 81 Arch. Gén. C IV, Corée. Lettres de Mgr Ro du 27 juin 1955 et du R. P. Geppert, du 27 août 1955.

51Le but était d’ouvrir un collège universitaire féminin, car l’éducation supérieure était alors monopolisée par des universités protestantes dirigées par des Coréens mais soutenues par les États-Unis. Créer un tel collège permettrait aux jésuites de renoncer au collège mixte qu’ils avaient tout d’abord envisagé. Mais il fallait aussi songer à créer un établissement d’enseignement secondaire pour avoir un contact solide avec la population locale et alimenter le futur collège universitaire. Les émissaires avaient montré que la Corée était un pays qui présentait des chances pour le développement du christianisme. L’implantation déjà ancienne du catholicisme la faisait considérer comme « l’Irlande de l’Asie » et comme un pays susceptible de fournir des vocations dans un avenir proche81.

  • 82 Elle était vicaire d’Extrême-Orient depuis avril 1954.
  • 83 En 1957, le Père Emile Froment proposa à la Société d’acquérir toute la propriété.

52Une demande de fondation fut adressée à Rome le 5 août 1955 par la Mère Brigid Keogh82. Après un rapide voyage à Séoul, elle proposa la fondation d’un collège universitaire à Séoul ou celle d’une école secondaire à Inchon, le port de la capitale, ou la création des deux établissements, l’un après l’autre, dans un délai de deux ans. La Mère Keogh avait conscience que les conditions de vie seraient dures dans un pays complètement ravagé par la guerre et dont la culture était totalement différente de celle du Japon. Elle prévoyait « pour les fondatrices une pauvreté absolue, des difficultés presque incroyables de langue, d’adaptation, d’isolement, la possibilité d’une guerre, d’une persécution communiste. » Mais, ajoutait-elle avec bon sens, les risques n’étaient pas moindres dans les autres pays d’Asie ! Le pays manquait d’eau courante et de chauffage. Mais la population y était avide d’éducation et souhaitait recevoir un enseignement en anglais. Restait à savoir où fonder. La Mère Keogh estimait que le collège proposé par les autorités ecclésiastiques ne répondait pas aux exigences de la Société. Elle avait visité une propriété dans laquelle était situé l’ancien séminaire des Missions Étrangères de Paris. Finalement le choix se porta sur ces bâtiments à moitié ruinés que Mgr Mousset accepta de louer pendant vingt ans pour un dollar symbolique, à charge pour la Société de les réparer83.

  • 84 Le drapeau coréen porte les emblèmes du ciel et de la terre.
  • 85 Les premières religieuses furent les sœurs McHardy Flint, Guterres, Foy, Giesen et Loy. Elles furen (...)
  • 86 Quarante-neuf avaient postulé.

53Le 5 octobre 1956, Theresa Chu Mei Fen, une Chinoise qui prit plus tard la nationalité coréenne, et une Polonaise, Lucia Zielinski, arrivèrent sur la colline de Wonhyoro, à Séoul, où les attendait un télégramme de la Mère de Lescure. La fondation fut placée sous le patronage de Notre-Dame du Ciel et de la Terre84. Une communauté rassemblant des religieuses de six nationalités fut rapidement constituée85. L’école démarra le 1er avril 1957 avec dix-huit élèves86, à qui on donna des uniformes rouges. La Corée souffrait alors d’une grave crise financière. Les garanties exigées par le gouvernement coréen pour l’installation de l’école furent fournies par la vicairie de New York. Une école internationale de langue anglaise fut ouverte en août 1957 pour cinq élèves de nationalité étrangère vivant à Séoul : elles étaient cinquante-huit l’année suivante. Un jardin d’enfants accueillit ses premières recrues en 1958 et connut une rapide expansion.

  • 87 Agnès et Catherine Kim, Early days of the History of Korea Province. Communiqué par Kim Sook Hee.
  • 88 La première Coréenne à entrer dans la Société du Sacré-Cœur en Corée fut Lee Jeong Sook. Deux sœurs (...)

54La vie matérielle ne fut guère aisée dans les débuts. L’eau et l’électricité étaient distribuées en quantité insuffisante. Il fallut creuser un puits. « Souvent il n’y avait qu’une seule cuvette d’eau et sept personnes attendaient pour se laver les mains. Celles dont les mains étaient les moins sales se lavaient les mains les premières. Il n’y avait pas de chauffage et l’eau de la cuvette était souvent gelée87. » Rapidement, se présentèrent les premières Coréennes désireuses d’entrer dans la Société du Sacré-Cœur88. Elles firent leur noviciat à Obayashi, au Japon, à partir de 1958. Peu d’années après, la Société du Sacré-Cœur s’installa à Chun Cheon, à la frontière de la Corée du Nord, une ville qui avait été prise et reprise treize fois durant la guerre.

4.2 Les nationalismes et l’éveil du Tiers-Monde

  • 89 Lettres circulaires de la T.R.M. de Lescure, p. 177, 17 juin 1955 : « L’Argentine est passée très v (...)

55Sur d’autres continents, les difficultés éprouvées par le Sacré-Cœur apparaissent rétrospectivement modestes. En mai 1948, une révolution en Colombie fit envisager le transfert du noviciat des coadjutrices de Bogotá à Medellín. De nouveaux troubles en 1957 provoquèrent un renouvellement de la consécration du pays au Sacré-Cœur. Entre-temps, la situation en Argentine s’était révélée plus sérieuse89. Lors de l’accès du général Perón à la présidence en 1946, des catholiques et des nationalistes avaient pensé qu’il allait affranchir les masses de leur attrait pour le libéralisme, le socialisme et le communisme. Mais les mesures gouvernementales destinées à améliorer le niveau de vie des plus pauvres s’accompagnèrent de la volonté de dépouiller l’ancienne aristocratie créole de ses avantages. Elles prirent parfois des allures anticléricales, car le péronisme voulant développer une mystique populiste chercha des appuis dans des groupes jusqu’alors rivaux et décida vers 1951 que le catholicisme ne serait plus le seul fondement de l’identité nationale. Des flambées anticléricales se produisirent, pendant lesquelles des bandes saccageaient les sièges des partis politiques et des églises. Pour défendre l’« argentinité », il fallait lutter, pour reprendre une expression du dictateur, contre « l’impérialisme de la soutane ».

56Sur le plan économique, Perón bloqua les salaires et les prix, réduisit les importations, ce qui entraîna le marché noir. La concession des gisements argentins à la Standard Oil, jugée humiliante par l’opposition, fut l’une des causes du coup d’état militaire qui eut lieu le 16 juin 1955. Mais l’anticléricalisme plus ou moins soutenu par Perón en fut une autre. Le 14 mai 1955, la Chambre avait décidé de réviser la constitution en vue de séparer l’Église de l’État. Ce fut après qu’ait été connue la nouvelle de l’excommunication de Perón que l’armée se souleva. Malgré son recul dans le mois qui suivit puisque le 14 juillet il déclara devant les parlementaires que la révolution était terminée et qu’il n’était plus « chef de parti mais président de tous les Argentins », le chef de l’état ne put redresser la situation. Le 15 septembre, alors que Buenos Aires était en état de siège après qu’une grève générale ait été lancée pour le soutenir, la marine se souleva. Après la fuite du dictateur le 22 septembre, une junte dirigée par le général Eduardo Lonardi assuma le pouvoir. À la fin du printemps, les novices du Sacré-Cœur avaient quitté l’Argentine. Leur exil dura peu, car après la chute de Perón, l’Église fut récompensée des services qu’elle avait rendus en mobilisant les catholiques et le succès des militaires fut présenté comme « la victoire du Christ ». Les mesures anticléricales antérieures furent levées et, en 1956, l’Église obtint le droit de créer des universités.

  • 90 Ce ne fut qu’en 1960 qu’une visite régulière fut faite par la Mère Bultó. Après cette visite, les r (...)

57Le Mexique, sans modifier ses lois constitutionnelles, donnait l’impression de ne plus vouloir poursuivre une politique de persécution. En 1945, on posa à Mexico la première pierre de la maison de Plateros dont les œuvres se développèrent rapidement et on inaugura une école à San Luis Potosí. L’essor des établissements de Guadalajara et de Monterrey exigea de nouvelles constructions. Une fondation à Chihuahua en 1950 était le signe d’une évolution générale qui donnait de l’espoir. Mais il n’était toujours pas question d’envoyer des religieuses d’autres nationalités au Mexique. La politique nationale avait contribué à isoler la vicairie du reste de la Société et à la maintenir dans un certain conservatisme90.

  • 91 Arch. Prov. Égypte. Histoire de la Société du Sacré-Cœur en Égypte, 1950.

58En Égypte, après la seconde guerre mondiale, l’état tenta « d’éliminer l’élément étranger et de prendre la direction des affaires industrielles et commerciales qui jusqu’alors étaient administrées, pour la plupart, par des sociétés européennes. La langue arabe [était] imposée partout ; les écoles gouvernementales, primaires, secondaires et même universitaires se [multipliaient]. » Au Sacré-Cœur, l’enseignement dut s’adapter et « accorder plus de temps et de compétence à la langue du pays. » La gratuité de l’enseignement à tous les degrés avait été décrétée, sauf dans les écoles étrangères. « Nous allons, estimaient les religieuses, vers un avenir nouveau qui sera sans doute fort différent du passé91. » Des congés forcés, des inspections multiples, des lois scolaires contraignantes et l’envoi de réfugiés dans les maisons religieuses se produisirent en 1948, lors de la première guerre israélo-arabe. Mais un changement radical eut lieu en 1952.

  • 92 Tém. Marie-Josèphe Helly.
  • 93 Le père d’une élève était ministre de l’Instruction publique.
  • 94 Arch. Prov. Égypte. Correspondance I, le Caire, lettre du 2 juillet 1953. « Elle tiendrait note des (...)

59Le 25 janvier, une caserne de la police égyptienne fut attaquée par les Britanniques. L’affaire fit une cinquantaine de morts et déclencha des émeutes au Caire, la foule s’en prenant à tout ce qui était considéré comme un symbole de la puissance et du mode de vie occidental : hôtels, magasins de luxe et salons de thé, cafés et boîtes de nuit, appartements. Beaucoup de lieux proches du Sacré-Cœur furent la proie des flammes92. « Il est bon et prudent d’avoir des protecteurs en haut lieu, le bon Dieu nous en donne », lit-on dans le journal de la maison du Caire93. Le couvre-feu fut instauré. Des soldats égyptiens installèrent leur quartier général dans la chapelle du Sacré-Cœur et la communauté les approvisionna en cigarettes et en thé chaud. Grâce à l’intervention de l’ambassade de France, les demi-pensionnaires rentrèrent le 6 février. Mais les effectifs n’étaient pas au complet. Beaucoup d’élèves avaient fui avec leurs parents qui avaient perdu leurs biens. Le 9 avril, la police remplaça l’armée au Sacré-Cœur mais les religieuses sentaient qu’il fallait agir avec prudence. Les processions qui se déroulaient dans le jardin pour les fêtes liturgiques furent faites de telle sorte qu’« on ne [devait] ni voir ni entendre le défilé de la rue. » Dans la nuit du 22 au 23 juillet 1952, le coup d’état des Officiers libres mit fin à la monarchie égyptienne. La supérieure du Caire écrivit à Rome : « Les tanks parcourent la ville inondée de soldats ; canons et automitrailleuses sont postés à tous les tournants de rues. Calme, stupeur. Personne ne parle ni ne bouge. » Prenant acte de ce que « les circonstances actuelles ou à venir [pouvaient] imposer des décisions rapides et imprévues, sans recours possible à Rome ou à Marseille », Rome chargea la Mère du Ligondès des trois maisons d’Égypte94.

  • 95 Id. Notes de 1953 et rapport au cardinal Tisserant, juin 1953.
  • 96 À l’époque, la vicaire du Midi se demandait même s’il n’était pas souhaitable de ne garder que l’un (...)
  • 97 Pour les élèves du collège jésuite de la Sainte-Famille, l’arabe n’était pas essentiel parce qu’on (...)
  • 98 M. Lattif, op. cit., p. 76.
  • 99 F. Abécassis, op. cit. vol. 3, p. 709.
  • 100 Journal de la maison du Caire, 24 janvier 1956 : « Vu la gravité des temps, nos Mères s’y rendent.  (...)

60Tout l’enseignement, y compris l’enseignement supérieur, devint gratuit en 1952. Le nouveau régime chercha à s’appuyer sur la tradition musulmane et afficha de plus en plus son appartenance à l’Islam. Beaucoup de familles ne souhaitant pas envoyer leurs enfants dans les établissements publics, les demandes d’inscription affluèrent dans les établissements privés d’Alexandrie, qui, depuis la fin de la guerre, était devenue un îlot de prospérité. Aussi le vicaire apostolique demanda-t-il à la Société du Sacré-Cœur d’ouvrir à Ramleh un jardin d’enfants et des classes primaires. Mais les religieuses durent renoncer aux cours ménagers et au pensionnat95 qui leur auraient permis de toucher un autre public que celui de la capitale96. Au Caire et à Héliopolis, l’enseignement de l’arabe prit plus de place qu’auparavant dans les études. Beaucoup d’élèves égyptiennes, dont les parents n’étaient pas arabophones ou n’accordaient pas d’importance à la pratique de l’arabe, avaient suivi jusqu’alors les cours d’arabe en dilettantes97. Après la révolution du 23 juillet, on ne les dispensa plus d’y assister98. En 1954, trois jeunes religieuses suivirent des cours d’arabe chez les Pères Franciscains. En 1955, les écoles privées durent fournir un enseignement religieux aux élèves, en fonction de leur statut personnel. Le gouvernement fit entendre qu’elles devraient suivre les programmes gouvernementaux et que l’état avait un droit de contrôle en matière d’admission des élèves99. La situation était devenue suffisamment précaire pour que les Religieuses du Sacré-Cœur participent aux réunions qui rassemblaient les directeurs et les supérieurs des établissements français100, alors qu’auparavant elles s’étaient fait représenter par d’autres congrégations religieuses.

61Pour le président Gamal Abdel Nasser, l’indépendance de l’Égypte devait être économique et passer par la mise en valeur de son sol. Réguler le Nil apparaissait comme le meilleur moyen d’y parvenir. Encore fallait-il obtenir une aide financière des pays occidentaux pour entreprendre le chantier « pharaonique » qu’allait être celui du haut barrage d’Assouan. L’échec des pourparlers avec la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis aboutit à faire financer « le barrage » par « le canal ». Le 26 juillet 1956, Nasser annonça la nationalisation de la compagnie du canal de Suez. Le 16 août, la conférence des usagers du canal, à laquelle l’Égypte avait refusé de prendre part, proposa une internationalisation du canal, administré désormais sous le contrôle des Nations Unies. Nasser signifia son refus le 28 août.

62La Maison Mère comprit qu’il y avait risque d’une épreuve de force. Aussi, dans la crainte d’une coupure des communications, fit-elle accélérer le retour pour l’Égypte des religieuses qui étaient en Europe. Celles qui avaient passé l’été sur la côte alexandrine et au Liban revinrent rapidement à la fin d’août. Les forces franco-britanniques se concentraient en Méditerranée. Le 28 octobre, un accord fut conclu entre la France, la Grande-Bretagne et Israël en vue d’engager des opérations militaires contre l’Égypte et, après la victoire, d’y mettre en place un nouveau régime « pacifique et ami ». Le même jour, une grève générale éclata au Caire : « La situation est tendue », lit-on dans le Journal de la maison du Caire, « les élèves ne peuvent venir. » Le 30 octobre, l’armée israélienne passa à l’attaque. La DCA égyptienne commença à tirer pendant une récréation : « Les enfants s’affolent. On les fait rentrer et le départ des autobus est avancé. Depuis quelques jours, on sentait que la situation extérieure était très sérieuse, mais on ne s’attendait pas à un éclatement aussi soudain des hostilités. On apprit, après le départ des enfants, que les forces israéliennes avaient envahi le territoire égyptien. » Le 31, « à neuf heures du soir, les premières bombes de la RAF se font entendre. Nous descendons dans l’abri préparé entre les deux réfectoires du pensionnat et baptisé d’un nom mystique : « Corridor de la nuit obscure. » À Héliopolis, la rédactrice du Journal résuma ainsi la situation : « Quant à nous, nous nous remettons à la Providence divine et au Cœur de Jésus qui prendra soin de nous. C’est le moment de répéter avec grande confiance : « Votre Cœur est dans cette maison, cette maison est dans votre Cœur, nous sommes en sécurité. » Héliopolis fut bombardée le 2 novembre : « Nous passons la plus grande partie de nos journées au sous-sol : on ne sait pas exactement ce que l’on fait, ni comment on vit ».

  • 101 Id. 10 mai 1962.
  • 102 Les jésuites avaient pris la même décision dès 1954 (F. Abécassis, op. cit. vol. 3, p. 767). Il s’a (...)

63Le 4 novembre, les ressortissants des pays belligérants furent astreints à une déclaration de nationalité. Une ancienne d’Héliopolis vint aider les religieuses françaises et anglaises à remplir cette formalité. Le 18 novembre, elles furent astreintes à résidence. Le 23 novembre, on apprit que les Français et les Britanniques allaient être expulsés d’Égypte. La Mère du Ligondès refusa d’abandonner la place : « Que l’on nous expulse, si l’on veut, mais nous ne partirons pas de notre plein gré ! » déclara-t-elle. L’annonce de cette possible expulsion provoqua la panique dans les familles chrétiennes, dont beaucoup se demandaient s’il ne fallait pas songer à l’exil. Le 27 novembre, on sut que la mesure ne serait pas appliquée aux religieux, qui avaient obtenu la protection du Saint-Siège et qui furent pourvus de cartes d’identité spéciales, mais des milliers de Britanniques et de Français furent expulsés et leurs biens saisis. On fit partir des religieuses qui avaient passé de trente à cinquante ans en Égypte voire participé à la fondation. Dans les années qui suivirent, des religieuses âgées continuèrent de rentrer en Europe pour y « trouver une atmosphère plus calme et plus sûre101. » Quelques religieuses vinrent des États-Unis pour assurer les cours d’anglais. Les Françaises ne réapparurent en Égypte qu’en 1959 et en groupes moins fournis qu’auparavant. Entre-temps des Belges y avaient été envoyées pour y enseigner le français. On supprima en 1957 les pensionnats présentés comme lourds et inutiles102. On procéda désormais au salut au Drapeau et les élèves eurent une classe quotidienne d’arabe.

5. Une « ouverture » prudente103

  • 103 Circulaires de la T.R.M. de Lescure, 13 novembre 1952. Pie XII lui avait adressé à l’occasion de l’ (...)
  • 104 Id. 25 janvier 1947, p. 14. Elle exprima la même orientation le 6 juin 1952 : « Chacune de nos cong (...)
  • 105 Notes envoyées lors de la préparation de la congrégation générale par l’Espagne et l’Australie. Act (...)

64Lors de la première congrégation générale de l’après-guerre, l’atmosphère fut au soulagement. La fin du conflit, l’union qui s’était manifestée dans la Société pendant toute la guerre, l’élection d’une nouvelle supérieure générale, tout semblait atténuer les pressions qui s’étaient exercées pendant les années de passion qui avaient précédé. Les sociétés civiles évoluaient, mais pour la Mère de Lescure, « dans le débordement des besoins du monde, dans le bouillonnement des activités apostoliques et la multiplicité des voies qui s’ouvrent pour aller aux âmes, la Société n’a pas à prendre de nouvelles routes mais à approfondir le sillon large, droit, riche de possibilités toujours actuelles, que notre sainte Mère lui a tracé et par lequel les âmes trouveront le chemin vers les bras et le Cœur ouvert de Jésus104. » Mais la congrégation générale envisagea des changements en fonction de ceux du milieu. Rien ne s’opposait à l’accueil de juives converties, « et même » de jeunes filles de couleur. Le recrutement des religieuses de chœur pouvait être élargi en direction des classes moyennes, mais comme la vie économique et sociale rapprochaient les groupes sociaux sans les fondre, les effets que pouvait avoir dans les communautés le rapprochement de personnes qui n’avaient pas reçu la même éducation étaient redoutés105. Beaucoup de vicaires estimaient qu’il était urgent de ne plus traiter les novices comme des enfants mais de voir en elles des personnes déjà mûres.

  • 106 Id. p. 25.
  • 107 Les mots en italique sont soulignés dans l’original.
  • 108 Tém. Josefa Fernández Hernández. Elle arriva à la maison mère en juillet 1957.

65En ce qui concernait les coadjutrices qui « [subissaient] plus ou moins la déformation d’esprit de leur milieu social », les religieuses de chœur devaient être « d’autant plus attentives à les comprendre, à leur faire sentir la réalité de notre union, de notre affection, de notre égalité sur le plan religieux et surnaturel. Qu’elles partagent volontiers leur labeur lorsque l’occasion s’en présente. Qu’elle les associent le plus possible aux intentions apostoliques de nos œuvres. Que les assistantes veillent de près à ne pas les surcharger de travail, à sauvegarder leur vie de prière, à prendre soin de leur santé, à s’intéresser avant tout à leurs âmes en les maintenant à un niveau très surnaturel pour une vie religieuse heureuse et approfondie106. » Elles pouvaient désormais disposer d’un livre de méditation et d’une petite bibliothèque spirituelle. Les vacances ne devaient pas leur donner un surcroît de labeur, mais leur offrir « intérêt et délassement ». On pouvait leur fournir des cours de vacances « à leur portée ». La « salle de saint Alphonse » devait être aérée, éclairée, attrayante. Les dortoirs des sœurs devaient être salubres. Au réfectoire, « les sœurs devaient être servies comme les autres avec une vaisselle convenable » et il fallait donner des chaises aux sœurs anciennes, si on ne pouvait pas en fournir à toutes107. Mais elles ne furent pas dotées d’un châle de voyage et leurs manteaux de chœur n’étaient pas du même tissu que ceux des religieuses de chœur. Il n’était pas obligatoire de les réunir pour leur probation. Sans doute était-il trop tôt pour envisager la suppression des coadjutrices. Mais la Mère de Lescure y était-elle prête ? Des membres de la hiérarchie ecclésiale avaient attiré son attention sur les des différences qui existaient entre les Religieuses du Sacré-Cœur « jusque dans l’habit ». Elle souffrait des pressions qui venaient de divers pays. « Je ne cessais de penser, note un témoin, que la différence entre les unes et les autres était trop grande. Nous abordions des temps nouveaux et cependant nous conservions les anciennes structures108. »

  • 109 23e congrégation générale, p. 37 : « L’instabilité de la volonté, l’inattention de l’esprit, un cer (...)
  • 110 Id. p. 38-39.

66Des considérations sur la psychologie de l’enfant109 furent introduites dans le plan d’études, car il fallait « saisir les enfants telles qu’elles [étaient] pour les rendre telles que le Cœur de Jésus les veut : apôtres de leur milieu et de leur temps. » Les cadres furent maintenus mais la discipline fut allégée. Une formation sociale et apostolique, doctrinale et pratique, devait ouvrir les élèves au service, « c’est-à-dire [à] la compréhension et [au] souci des autres auxquels s’opposent en elles l’égoïsme, l’individualisme, le sans-gêne sous toutes leurs formes. » La visite des usines fut ajoutée à celle des pauvres110.

  • 111 Dans sa conférence d’ouverture du conseil des études le 3 août 1956 à la Villa Lante, la Mère de Le (...)
  • 112 23e congrégation générale, p. 42.
  • 113 24e congrégation générale, 1958.

67La réticence à l’égard des programmes officiels s’atténuait sans disparaître111. L’initiation aux diverses matières par des professeurs spécialisés ne permettait plus de conserver les classes sous l’autorité d’une seule religieuse. Le Sacré-Cœur chercha toutefois à garder pour certaines élèves un enseignement plus spécifiquement féminin dans sa conception et ses programmes112. L’enseignement supérieur passait dans les mœurs au point que la Mère de Lescure, en janvier 1951, écrivit une lettre aux élèves du Sacré-Cœur en distinguant les « enfants » et les « étudiantes ». Les collèges universitaires étaient plus ou moins autonomes selon les pays. En Inde, l’université de Bombay délivrait les diplômes, mais les examens se déroulaient à Sophia College. À Sydney et à Brisbane, les étudiantes suivaient les cours à l’université et recevaient des compléments au Sacré-Cœur. La Faculté d’art de Medellín était annexée à l’université pontificale bolivarienne. Le Sacré-Cœur ouvrit à Montevideo en 1952 un institut des professeurs catholiques de philosophie qui n’avait pas pour but de délivrer des diplômes qui n’auraient pas été reconnus par l’Uruguay, « mais de former des esprits à la vérité113. » Au Pérou, l’institut pédagogique national quitta les vieux bâtiments de San Pedro pour Monterrico en mars 1958. On lui adjoignit un collège d’application pour le primaire et le secondaire. Au Mexique, l’amélioration de la conjoncture politique permit d’abandonner en 1955 la section de commerce qui avait été un paravent pour l’œuvre éducative. La section qui conduisait au baccalauréat fut rattachée à l’université autonome de Mexico et une école normale fut ouverte dans la capitale en 1959.

68Les œuvres traditionnelles se diversifiaient. Les « écoles » avaient tendance à disparaître, faute de recrutement ; les établissements techniques et commerciaux se multipliaient. Au Congo, ou ouvrit à Mbansa-Mboma un pensionnat primaire pour « évoluées » qui fut un modèle pour d’autres congrégations. Les sections ménagères de Kipako et de Kimwenza recevaient des jeunes filles de diverses ethnies qui apportaient chaque semaine la nourriture qu’elles préparaient, le soir, comme au village.

  • 114 Esprit du Plan d’études, p. 239.
  • 115 Circulaires de la T.R.M. de Lescure, 13 novembre 1952, p. 116.
  • 116 Journey of the Heart, p. 108. Tém. Marguerite Tate Taylor.
  • 117 Tém. B. Keogh. Cela se faisait déjà dans les années Vingt.
  • 118 Olivia O’Leary et Helen Burke Mary Robinson, Dublin, 1998, p. 14.
  • 119 Note envoyée par l’Australie à l’occasion de la préparation de la congrégation générale de 1952.

69Dans divers pays, les établissements recevant une aide financière des pouvoirs publics, il fallut incorporer aux programmes du Sacré-Cœur « les aspects de la civilisation et de la culture nationales compatibles avec une vision chrétienne du monde114. » On se contentait désormais de dégager « l’esprit » de l’éducation au Sacré-Cœur en laissant aux vicairies toute latitude pour fixer horaires, programmes et méthodes115. Mais dans les pensionnats, les traditions furent maintenues. À Kenwood, les élèves avaient un coin de jardin dont elles pouvaient s’occuper et elles buvaient le lait des vaches de la propriété : « Nous nous plaignions quand elles avaient brouté trop d’herbe imprégnée d’une senteur d’oignon116. » Dans les pensionnats des États-Unis, à l’automne, on rotissait du maïs sur les terrains de hockey et on tartinait des boules de gomme roties117. Au Canada, au printemps, on allait déguster du sucre d’érable et à Vancouver, les élèves aidaient à cueillir le miel des ruches. Mais à Halifax, et sans doute ailleurs, on fronçait les sourcils si une élève voulait emprunter à la bibliothèque le Childe Harold de Shelley qui était suspect. Les ouvrages d’Oscar Wilde, d’Henry Fielding, de Victor Hugo et de Tolstoï étaient interdits ! Mary Robinson, qui fit ses études à Mount Anville, au milieu des années Cinquante, fut attirée par l’austérité des religieuses qui lui inculquèrent « la réserve et de hauts principes moraux, entre autres celui de travailler pour la justice sociale. Cela m’a fortement marquée. Être religieuse, c’était travailler selon les principes les plus élevés, avec un engagement personnel en faveur des plus pauvres et des plus vulnérables. Mount Anville a encouragé chez moi l’idéalisme et des principes d’intégrité. On insistait beaucoup sur le respect de la parole donnée et sur le refus de mentir pour éviter une punition si vous aviez fait mal118. » Mais elle dut se battre pour avoir la possibilité de lire l’Irish Times ! Le Sacré-Cœur avait du mal à maintenir vivantes les congrégations d’Enfants de Marie, concurrencées par les mouvements d’action catholique plus ouverts sur le dehors119.

  • 120 Le Congo dépendait de la vicairie de Jette, Malte et l’Inde de celle de Woldingham.
  • 121 La Mère de la Cavada fit toutefois ses conférences en portugais. Ce fut en 1966 que fut nommée la p (...)

70Le nombre des vicairies passa de vingt-deux à trente. La Belgique, l’Italie, l’Angleterre120, l’Australie-Nouvelle-Zélande, les vicairies des États-Unis furent divisées en deux. En Amérique latine, le Brésil fut séparé de l’Argentine-Uruguay ; la Colombie, le Pérou et le Chili formèrent des vicairies. Les nouvelles structures qui répondait à des évolutions nationales ne réglaient que partiellement les problèmes linguistiques. Après la mort de la Mère de Pardieu, victime d’un accident d’avion dans la forêt amazonienne, la Mère de la Cavada devint la première vicaire du Brésil. « Nous étions passées, estime Maria Luiza Saade, de la tutelle française à la tutelle espagnole. Nous avons beaucoup reçu de nos sœurs missionnaires, mais nous n’étions pas encore une vicairie brésilienne121. »

  • 122 Elisabeth Zurstrassen, p. 23-24, lettre du 12 octobre.

71Pouvait-on modifier la composition des congrégations générales et alléger la centralisation ? En 1946, la Mère Zurstrassen envisageait un gouvernement plus démocratique qui aurait « intéressé un peu plus la Société dirigée au gouvernement. » Elle souhaitait la présence de déléguées aux côtés de la vicaire à la congrégation générale. Elle préconisait aussi « sagement, de faire plus de cas de ce que disent parfois les religieuses. Tendre à libérer les personnes en charge tout en les gardant respectueuses et soumises, mais pas passives ; c’est-à-dire la manière qui exempte de penser par soi-même et d’exprimer ses vues avec une certaine indépendance, jusqu’au moment où la décision contraire est donnée ». La vie locale était aussi à prendre en compte : « Que de conditions, climats, mentalités, gouvernements, degrés d’ouverture, d’aération, nous font désirer ou exiger même des choses différentes, accordées d’ailleurs dans l’ensemble, avec beaucoup de largeur. » Mais, concluait-elle, bien des décisions devaient être laissées à l’appréciation de la vicaire, car, « de plus en plus les différences se marquent entre nous122. »

  • 123 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 253.
  • 124 La Mère Keogh a raconté comment après sa nomination comme vicaire, elle fut invitée à Rome. Elle fi (...)
  • 125 Arch. Gén. C VII, 2 C. Journal de la Mère Castejón.

72Tout reposait sur le mode de gouvernance de la supérieure générale. Toutes les contemporaines ont été sensibles aux qualités de la Mère de Lescure, à sa lucidité de jugement, à la fermeté de ses décisions et à sa sagesse : « Elle saisissait immédiatement l’ensemble d’une question, ses différents aspects, ses conséquences possibles, n’agissant jamais avant d’avoir toutes les données en mains, attendant jusqu’au jour où la lumière serait faite et, entre temps, elle priait. » Elle avait aussi « une étonnante facilité de travail, le génie de l’organisation, une énergie qui ne tenait pas compte de la fatigue123. » Mais elle avait une autorité plus absolue que la Mère Vicente124 et la centralisation fut affirmée pendant son généralat. Alors que la Mère Vicente avait voulu que la maison-mère fut « une maison internationale, ouverte à tous les pays où la Société a une maison, à leurs intérêts, à leur culture », mais dans une ambiance « italienne », la Mère de Lescure en fit une « maison française »125.

  • 126 La plupart, il est vrai, l’ont eue comme maîtresse des novices ou maîtresse de probation. Marie de (...)
  • 127 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 253-254.

73L’ascendant que cette grande religieuse exerça est incontestable. Il a souvent été jugé pesant par les Françaises qui ont souligné la rudesse de l’autorité qu’elle était capable de montrer126. Ce caractère n’était pas contradictoire avec son amour des personnes. La fermeté et la vigilance que lui imposaient sans doute les circonstances pouvaient aussi s’expliquer par son caractère et par l’éducation qu’elle avait reçue. Son amour de la Société, sa fidélité à l’esprit des origines, son attention aux principes auxquels elle se référait toujours, son souci de contrôler leur mise en application ont donné l’impression d’un conservatisme étroit dont on ne saura jamais s’il était réel ou non. En tout cas ils lui semblaient assurer une « sécurité de base qui permet les grandes audaces de la foi, si différentes de l’esprit d’aventure127. »

  • 128 Marie-Antoinette de Torquat a dit combien elle avait été frappée par l’intensité de la vie spiritue (...)
  • 129 Lettres circulaires de notre T.R.M. de Lescure, 25 juin 1954, p. 138.

74On n’attend pas d’une supérieure générale qu’elle soit une révolutionnaire. La Mère de Lescure était une femme d’une génération où la vie religieuse se déroulait dans un milieu conventuel. Elle n’était pas désireuse, par tempérament ou par affinité personnelle, d’en faire sortir la vie apostolique. Aussi beaucoup de religieuses estiment-elles que la clôture a eu tendance a être renforcée au cours de son généralat. Cette impression s’explique sans doute par le fait qu’après la guerre, la clôture fut rétablie dans son intégralité alors que, pour reprendre une formule de Maria Luiza Saade, « une humanité nouvelle était née. » Mais, ajoute-t-elle, « nous ignorions l’importance de ce changement à cause de la clôture ! » La Mère de Lescure redonna une vigueur nouvelle à la vie spirituelle dans la Société, grâce à des textes superbes, sans comparaison en tout cas avec ceux qui avaient été rédigés dans les années de l’avant-guerre128. Elle avait le talent de trouver des expressions frappantes. Elle présenta la vie religieuse comme « une réponse à l’amour de Celui qui nous a aimées le premier »129, formule souvent reprise par la suite.

6. L’affirmation du culte du Sacré-Cœur

  • 130 Tel est le titre que le P. Auguste Hamon donna en 1939 au tome V de son Histoire de la dévotion au (...)

75Si la canonisation de Marguerite-Marie Alacoque en 1920 et accessoirement celle de Madeleine Sophie Barat en 1925 avaient été le signe que le culte du Sacré-Cœur était de plus en plus reconnu, des manifestations populaires avaient déjà confirmé l’importance que le monde catholique lui attribuait. Des soldats alliés, pendant la première guerre mondiale, avaient porté l’insigne du cœur surmonté de la croix qui avait figuré sur des drapeaux régimentaires, sauf en France où il était interdit d’arborer publiquement cet emblème considéré comme un symbole de la restauration monarchique. En 1919 et 1920, l’Espagne et la Belgique avaient été consacrées au Sacré-Cœur. Le 6 février 1929, la fête du Sacré-Cœur fut érigée en fête de première classe avec octave privilégiée. Deux encycliques traitèrent du mystère de l’amour du Christ : Miserentissimus Redemptor, du 8 mai 1928, le présenta comme faisant la synthèse de toute la religion et Caritate Christi compulsi, du 3 mai 1932, rappela quelles étaient les prières et les expiations à offrir au Cœur de Jésus. C’est toutefois l’encyclique Haurietis aquas, du 15 mai 1956, qui donna ses bases scripturaires, patristiques et théologiques à la spiritualité du Sacré-Cœur. Elle dépassa en richesse tous les enseignements antérieurs et constitua un vrai traité d’ensemble sur la question. Si sa publication pouvait être considérée comme un « royal triomphe »130, elle marqua un apogée pour le culte du Sacré-Cœur et, indirectement, pour les congrégations qui s’en réclamaient. Car la dévotion, qui n’était plus contestée dans l’Église, connaissait un moindre succès. La fête du Christ-Roi, promulguée en décembre 1925, était destinée à célébrer le règne social du Sacré-Cœur et c’était au cours de cette nouvelle fête qu’était renouvelée la consécration du genre humain.

76Le reflux discret de la dévotion au Sacré-Cœur est sans doute à mettre en lien avec le nouveau rapport qui s’était instauré entre les fidèles et l’eucharistie et avec le développement de l’action catholique. Le culte du Sacré-Cœur culminait dans l’adoration du Saint Sacrement. Avec les changements que Pie X avait encouragés en préconisant la communion précoce, l’eucharistie était davantage associée désormais à la célébration de la messe. La communion fréquente, entrée peu à peu dans les usages, avait tendance à l’emporter sur l’adoration conçue au sens formel que le terme a dans la tradition liturgique. Les mouvements d’action catholique, qui s’étaient épanouis au cours des années Trente, avaient mis l’accent sur l’« action » plutôt que sur la « contemplation » et ils avaient, à tort ou à raison, semblé orienter vers une relation au prochain plus que vers une pratique cultuelle parfois dénigrée parce que jugée pieuse et individualiste.

  • 131 Circulaires, p. 187.
  • 132 Ce travail fut en grande partie affectué par la Mère Marie-Thérèse Virnot.

77Dix jours après la parution d’Haurietis aquas, la Mère de Lescure rendit grâce pour cette « admirable encyclique » qui ne pouvait que réjouir une Société « toute consacrée au Cœur de Jésus » et dont « ce Cœur était le tout131. » Un an plus tard parut un numéro spécial de Caritas, la revue publiée en France par les Anciennes, sur « Le Culte du Sacré-Cœur à la lumière de l’encyclique de Sa Sainteté Pie XII ». Il reproduisit des extraits de l’encyclique et en présenta les références scripturaires ou patristiques à l’aide de schémas et de citations destinés à les rendre plus facilement assimilables132. On avait ajouté le récit des fêtes par lesquelles la Société du Sacré-Cœur en France avait, à l’appel du pape, célébré la sortie de l’encyclique et des échos du zèle des religieuses, des élèves et des Anciennes pour diffuser le culte du Cœur de Jésus.

78La reconnaissance pleine et entière du Sacré-Cœur était une manière de rappeler les principaux aspects du mystère du salut mais elle était aussi la consécration d’une piété susceptible de mobiliser tout l’être. S’il était fondé de manière incontestable sur la tradition de l’Église, ce culte avait pu donner matière dans le passé à des excès et il avait été réaffirmé à la fin du XVIIe siècle grâce à l’expérience spirituelle d’une mystique. Il n’est sans doute pas sans intérêt de remarquer qu’Haurietis aquas fut rédigée sous le pontificat de Pie XII dont on disait qu’il avait été lui-même gratifié d’expériences spirituelles extraordinaires. Après 1945 toutefois, sans doute pour éviter les dérives qui peuvent toujours se produire pendant et après les périodes de troubles ou de déstabilisations politiques et sociales, le Saint Office avait réitéré les mises en gardes ou les condamnations envers les révélations non approuvées par les autorités compétentes. Or plusieurs Religieuses du Sacré-Cœur, dans l’entre-deux-guerres, avaient eu des expériences de ce type.

  • 133 Il fut publié grâce aux instances de la supérieure de Marmoutier, la Mère Vanderhaghen, qui avait e (...)
  • 134 M. H. Quinlan, op. cit., p. 70-129.

79En 1943, parut un petit ouvrage anonyme intitulé Cum clamore valido, fondé sur les « visions » intellectuelles reçues dans la prière, à partir de 1935, par Amélie de Gibergues, qui passa les dernières années de sa vie à Marmoutier où elle mourut en 1941. Cum clamore valido était « un appel du Rédempteur aux âmes consacrés » et il contenait une « supplique d’amour instante et pressante » reçue par la Mère de Gibergues le 29 mars 1936 : « Pour sauver le monde, il me faut des âmes consacrées qui me soient de vraies épouses co-rédemptrices. Je n’en ai pas assez, il m’en manque. Donnez-moi de ces âmes, soyez de ces âmes. Mon Cœur vous attend. Mon Cœur vous supplie. » Destiné aux prêtres, aux religieux et aux religieuses, cet appel engageait à vivre plus intensément dans la fidélité et dans un esprit de prière et d’intimité avec le Seigneur133. Comme l’estimait une note qui accompagnait le texte : « Comprise et pratiquée, la « supplique » serait un des moyens dont le Sacré-Cœur se servirait à l’heure actuelle pour sauver le monde. » L’ouvrage fut apprécié en Allemagne et aux Pays-Bas mais jamais repris officiellement à son compte par la Société du Sacré-Cœur et c’est, semble-t-il, sous la pression du Père Monier-Vinard qu’il fut publié. La Société du Sacré-Cœur ne chercha pas à obtenir la béatification d’Amélie de Gibergues. Pas plus du reste que celle d’une autre religieuse française, Anne-Marie Le Mintier de Léhélec qui, vers 1926, avait eu à Poitiers une expérience de type mystique et qui avait semblé avoir reçu de sainte Madeleine Sophie des commentaires sur les Constitutions. La Mère de Lescure avait estimé qu’il n’était pas nécessaire de conserver ses notes134.

  • 135 La première mention du procès diocésain figure dans la circulaire du 5 janvier 1947.

80La guerre finie, la Société du Sacré-Cœur attira l’attention de l’Église sur la Mère Stuart et la Sœur Josefa Menéndez en vue d’une éventuelle reconnaissance de leurs mérites. Il s’agissait de deux profils de religieuses bien différents. L’une avait été une brillante intellectuelle, une remarquable formatrice et une supérieure générale. L’autre avait passé sa vie religieuse « dans les humbles travaux de Marthe ». Les proposer pour une béatification n’était pas un défi au bon sens, car l’Église continuait de faire entrer dans le sanctoral des membres de congrégations religieuses et de plus en plus de femmes. Après la canonisation de sa fondatrice, la Société avait obtenu la béatification de Philippine Duchesne, l’une et l’autre originaires de la France, « mère des saints », comme l’avait appelée Benoît XV. Introduire la cause de Janet Stuart, une Anglaise convertie et de Josefa Menéndez, une Espagnole, c’était à la fois refléter la situation d’une congrégation internationale et signifier que chaque membre des deux catégories de religieuses pouvait, en suivant sa vocation et en exécutant les tâches définies par la règle, arriver à la sainteté. Et pourquoi ne pas espérer de la reconnaissance de la cause de Josefa Menéndez des vocations de coadjutrices à un moment où elles se raréfiaient ? Le procès informatif de la Mère Stuart se déroula à Londres135 et sa cause fut transférée à Rome en 1948. Celui de Josefa Menéndez eut lieu à Poitiers, en avril 1947. La Mère de Lescure était intéressée à l’un et à l’autre, mais bien davantage sans doute à celui de Josefa Menéndez avec qui elle avait vécu.

  • 136 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 63.

81En février 1920, une Espagnole, entrée peu auparavant à Chamartín, arriva à Poitiers au noviciat des coadjutrices. Josefa Menéndez avait près de trente ans et exercé le métier de couturière. Rapidement elle eut des apparitions quasi quotidiennes de Jésus-Christ et de divers saints et saintes. Elle s’en ouvrit à sa maîtresse des novices, la Mère de Girval, qui estima, au vu de sa fidélité à ce qui lui était imposé, qu’il n’y avait pas de supercherie. La Mère de Lescure fut nommée supérieure de Poitiers le 12 août 1921. Ce fut alors qu’elle fut mise au courant de ce qui se passait, à la requête de « Notre Seigneur lui-même ». Plutôt perplexe, elle tâcha elle aussi de vérifier l’authenticité de cette expérience spirituelle en veillant au respect de Josefa pour la vie commune et la règle, à son obéissance et à son indifférence. Le 28 août 1921, elle décida de faire « écrire à Josefa ce qu’elle fait, voit et entend chaque jour sur le cahier que je traduirai à mesure. Je me dis devant Notre-Seigneur que nous ne pouvons exiger de Lui des signes… Si c’est Lui vraiment, il reste le maître. Je me servirai donc des lumières de la foi et de ma raison pour étudier, suivre cette enfant de loin et de près, jour après jour, en même temps que je commencerai un travail de traduction d’abord, puis de réflexion et de prière sur les notes de la sœur écrites par obéissance à la Mère assistante136. »

  • 137 Id. p. 64, 6 septembre 1921.

82Sans jamais y avoir part, la Mère de Lescure se savait concernée par ces révélations, ne serait-ce qu’à cause d’une parole entendue par Josefa : « J’aiderai ma Thérèse et je guiderai mon épouse afin qu’elle enflamme les âmes de mon amour. » Elle était dans une situation délicate : « Les grâces qui enveloppent singulièrement cette maison depuis un mois sont-elles le signe d’une présence très spéciale de Notre-Seigneur au milieu de nous ?… Ses paroles sur la maison sont-elles de Lui vraiment ? Rencontre-t-il l’amour ici ?… Si tout cela est faux, quel monde d’illusions ! Si tout cela est vrai, il n’y a presque pas d’endroit dans la maison où Notre-Seigneur ne soit, ne se promène, ne visite, et que sommes-nous en face de cette effusion ! Et que suis-je comme supérieure comme j’ose le faire137 ? » À la suite d’une longue série de tentations diaboliques éprouvées par la novice, la Mère de Lescure se mit en octobre 1921 en relations avec l’exorciste du diocèse, et par son intermédiaire, avec le prieur des dominicains. Peu à peu convaincus eux-mêmes, ils la confirmèrent dans la conduite qu’elle avait eue jusqu’alors. La vicaire, la Mère Dupont, fut prévenue et mit au courant la Maison Mère. La Mère von Loë s’intéressa à la situation et invita la Mère de Lescure à venir la voir en mars 1922. L’année suivante, elle lui demanda, sous le prétexte de prendre part à une retraite de supérieures, de lui amener Josefa Menéndez. Cette dernière mourut le 29 décembre 1923, après avoir fait son engagement définitif dans la Société du Sacré-Cœur.

  • 138 Tém. Louise de la Taille.
  • 139 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 92-93.
  • 140 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 145-146, 18 janvier 1924.

83La Mère de Lescure avait tout fait pour ne rien dévoiler de ce qui se passait. Y parvint-elle ? Les avis divergent. Il semble que d’autres coadjutrices aient subodoré une part du mystère. À Marmoutier, où Josefa Menéndez fit un bref séjour, les communications épistolaires assidues qu’elle avait avec Poitiers surprirent la supérieure. Les pensionnaires de Poitiers furent étonnées du caractère inhabituel que prirent ses funérailles138. La Mère von Loë avait demandé à la Mère de Lescure, dès le lendemain de la mort de Josefa Menéndez, de prévenir la communauté « que la sœur que nous avons perdue était une âme très privilégiée à laquelle Notre-Seigneur a apparu bien des fois, lui dictant des messages de sa miséricorde pour le monde et pour notre Société. Vous ajouterez que tout cela ne sera rendu public qu’après examen préalable de l’autorité ecclésiastique. » Dès le 31 décembre, la Mère de Lescure commenta devant la communauté « une parole de Notre-Seigneur à Sœur Josefa » : « Je demande trois choses à mes âmes : réparation, amour, confiance139. » Elle n’allait plus cesser de le faire dans les maisons où elle résida et dans celles dont elle fut chargée après sa nomination comme vicaire du Midi, formant celles dont elle avait la responsabilité à partir des révélations reçues par Sœur Josefa. Elle s’en servait aussi dans ses conférences et dans les retraites qu’elle organisait pour sa communauté. La Société du Sacré-Cœur avait appris de la Mère von Loë elle-même qu’« une faveur a été faite à notre Société par les grâces extraordinaires accordées à une humble sœur coadjutrice espagnole, Sœur Josefa Menéndez, morte à Poitiers en odeur de sainteté le 29 décembre passé. Les faveurs dont elle a été l’objet (et que de son vivant nous avions entourées du plus discret silence), comme aussi les instructions que Notre Seigneur a daigné lui dicter pour les âmes religieuses, en particulier pour celles de notre Société, sont en ce moment l’objet d’un minutieux examen de l’autorité compétente. Quand nous serons munies de l’approbation ecclésiastique, nous ne manquerons pas de vous faire connaître les miséricordes du Divin Maître et les encouragements qu’Il a bien voulu donner à la petite Société de son Cœur140. »

  • 141 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 95.
  • 142 Id. p. 105 : « Lorsque la Mère supérieure sera vicaire, avait dit Notre-Seigneur à Sœur Josefa, ell (...)

84Le 29 janvier 1924, la Mère de Lescure écrivit : « Désormais toute notre prière s’oriente en ce sens : que son Œuvre se réalise, que Ses desseins d’amour s’accomplissent et que son Cœur lui-même prépare le chemin à Ses paroles vers toutes les âmes que sa miséricorde et son amour veulent atteindre141. » Restait à faire connaître le message « dicté par Notre-Seigneur » à Josefa Menéndez. C’était à Marie-Thérèse de Lescure, que cette mission avait été confiée au cours d’une ou de plusieurs apparitions142. Une première brochure, Sœur Josefa à l’école du Cœur de Jésus avait été rédigée par la Mère de Lescure pour être mise à la disposition des communautés, sans comparaison avec les notices qui étaient habituellement consacrées aux coadjutrices. En 1926, une Vie de Sœur Josefa, destinée aux supérieures, fut confiée pour examen à un consulteur de la Sacrée Congrégation des Rites. Ce ne fut qu’en avril 1936, après l’annonce de la guérison d’une coadjutrice du Caire, au terme d’une neuvaine à Sœur Menéndez, que le cardinal Pacelli, protecteur de la Société du Sacré-Cœur, décida qu’il était possible de rédiger un ouvrage qui pourrait être diffusé hors de la congrégation. Un livre de minces dimensions, À l’école du Cœur de Jésus, rédigé par la Mère de Lescure, parut en 1938, avec une lettre de recommandation du cardinal Pacelli. La rédactrice tira profit des remarques qui lui furent communiquées par le Père de Guibert pour écrire une biographie de Josefa qui insisterait plus sur la sainteté de sa vie que sur les phénomènes extraordinaires dont on la disait avoir été gratifiée. Cet épais ouvrage, intitulé Un Appel à l’amour, parut en 1944 et, traduit en diverses langues, devint accessible à la Société toute entière.

  • 143 Id.
  • 144 Tem. G. Bovagnet qui entra au noviciat de Montpellier en septembre 1946, peu avant le départ de la (...)

85Quel fut l’accueil reçu par le « Message » ? La question est difficile à cerner. Beaucoup des contemporaines qui se sont exprimées ont pris par la suite du recul par rapport à l’attrait qu’elles avaient éprouvé à son égard et projètent sur le passé des réticences qu’elles ont ressenties plus tard, en fonction de leur propre évolution spirituelle. Marguerite du Merle, la biographe de la Mère de Lescure, montre que dans la vicairie du Midi toutes les religieuses n’avaient pas perçu le « caractère propre du « Message ». Les unes y voyant une « doctrine » de la Mère de Lescure y adhéraient par attirance pour la vicaire. « D’autres ne saisissant pas encore l’identité entre la plus pure spiritualité de la Société telle que notre sainte Mère la lui avait léguée et ce qui s’en manifestait maintenant se tenaient quelque peu à l’écart143. » Les restrictions de style semblent de trop. À Montpellier et à Mont-Villargenne, à la fin des années Quarante, les novices étaient formées à l’aide du « Message » à partir duquel étaient bâtis les « exercices ». Tout était peut-être affaire de génération. Les plus jeunes, sous la houlette de la Mère de Lescure et de la Mère Drujon, étaient attirées par Un Appel à l’Amour et touchées par nombre de ses pages. Les plus âgées estimaient que les Constitutions et le Manuel du Chrétien dont on avait fait usage au cours de leur formation leur suffisaient144. Les réactions ne furent pas affaire de culture nationale, car de beaucoup de vicairies arrivèrent, au fur et à mesure des traductions, des commentaires élogieux qui montraient que le « Message » faisait du bien. Les « apparitions » de Poitiers et le rôle qu’y avait joué la Mère de Lescure ont contribué à son élection, tout autant que ses qualités qui étaient indéniables : on nota qu’elle avait été élue un 29 octobre, Josefa Menéndez étant morte un 29 décembre !

  • 145 Circulaires de la T.R.M. de Lescure, p. 22, 13 juin 1947.
  • 146 Id. p. 69-85.
  • 147 Id. p. 91-92.
  • 148 Les jésuites français auxquels la Mère de Lescure s’était adressée dès les débuts l’avaient rassuré (...)

86Après son accession au généralat, l’attitude de la Mère de Lescure à l’égard du « Message » ne changea pas. Dès sa première circulaire, elle évoqua, à partir de la prière de consécration du premier vendredi du mois, la qualité d’épouse et de victime qui devait être celle d’une Religieuse du Sacré-Cœur. Elle illustra son propos grâce à des citations des Constitutions, de la Bible et de la fondatrice, mais, pour la première fois, elle cita une parole du « Message »145. Beaucoup d’autres circulaires par la suite en inclurent des extraits ou firent allusion à sa remise à la Société. Désormais le « Message » était présenté « comme l’épanouissement normal de la grâce de la vocation » d’une Religieuse du Sacré-Cœur. De même que la vicaire du Midi l’avait diffusé dans les maisons de son ressort et auprès de celles qu’elle avait formées, de même la supérieure générale chercha à le répandre à travers le monde, par ses circulaires et par sa correspondance personnelle, car ses lettres en reprenaient souvent des phrases ou des expressions, avec ou sans guillemets et sans en citer la provenance. Pour le cent cinquantième anniversaire de la congrégation, elle proposa la « Chaîne d’Ames »146, fondée à la fois sur des lettres de la Mère Barat et sur une « parole » du 6 octobre 1923 « de Notre-Seigneur à la Société. » « Ce que nous savons, c’est que ce Cœur ouvert sur la Société, lui a ratifié les desseins de son amour, ceux-là mêmes qu’il dévoilait déjà à notre sainte Mère quand il la plongeait dans l’abîme de son cœur. En étudiant plus assidûment ses écrits, ses lettres, ses conférences, il ne nous a pas été difficile d’y retrouver, souvent dans les mêmes termes, le prélude brûlant du « Message »147. » On avait l’impression que c’était à Josefa Menéndez plus qu’à sainte Madeleine Sophie que le Seigneur avait dévoilé ses desseins. Cette manière de présenter les choses était gênante, bien qu’elle ne fut peut-être que maladroite. Il est vrai que la première étape en vue d’une béatification de Josefa Menéndez avait été franchie et que sa cause avait été transmise à Rome148.

  • 149 Op. cit. p. 86.
  • 150 Notice de la R.M. Madeleine Drujon, p. 9.

87Mary Quinlan a écrit : « Si la Mère de Lescure croyait fortement à la validité de l’expérience [de Josefa Menéndez], elle respectait la liberté de chaque religieuse à suivre l’inspiration de la grâce dans sa vie spirituelle, une tradition qui remontait à la fondatrice. Par conséquent, elle n’imposa les révélations à personne. Dans ses voyages à travers le monde, elle donnait une impression de sainteté, d’affection pour chaque personne et d’union étroite à Dieu dans la prière. Si on lui posait des questions sur Josefa, elle répondait, mais elle ne prenait pas l’initiative pour aborder le sujet149. » Mais le « Message » « rayonnait à travers toute sa personne ; dans ses conférences comme dans sa direction, la Mère de Lescure en livrait aux âmes toute la substance150. » Mary Quinlan ajoute avec bon sens : « La ferveur de sa propre foi en la dévotion au Sacré-Cœur comme elle l’avait vue dans la vie et les révélations de Josefa devait lui rendre difficile l’objectivité quant à la réception du « Message » à l’intérieur et à l’extérieur de la Société. »

  • 151 La Mère de Valon, en 1938, prêtait à des pensionnaires À l’École du Cœur de Jésus (tém. Solange de (...)
  • 152 Il y avait également des parallélismes avec des écrits de sainte Madeleine Sophie, dont la Mère de (...)

88Il n’y eut pas de réactions défavorables au sein de la congrégation, sans doute parce que les religieuses qui n’étaient pas à l’aise avec le « Message » se contentaient de ne pas s’y référer. Mais elles trouvaient toutefois que l’insistance de la Mère de Lescure était excessive. L’assistante générale chargée de la probation, la Mère Zurstrassen, n’était pas convaincue par le « Message », à la différence de celle qui la secondait, la Mère Raynaud de Lage. Mais elle n’évoqua pas le sujet avec les probanistes avant la mort de la Mère de Lescure. À l’extérieur de la Société en revanche des réticences s’étaient manifestées à partir du moment où Un Appel à l’amour avait été traduit et largement diffusé parmi les Anciennes et dans les pensionnats151. Des théologiens, souvent jésuites, émirent des critiques sur des points précis du « Message » qui ne leur semblaient pas recevables ou sur certaines « paroles » qui ne leur donnaient pas l’impression d’avoir été émises par Jésus tel qu’il se découvre dans les évangiles. Certains avaient même estimé, à la lecture du texte français, que sa publication n’était pas souhaitable et que sa diffusion ne contribuait pas à la formation spirituelle des élèves. Des critiques, portant sur le parallélisme entre des expressions du « Message » et des écrits de Thérèse d’Avila et de Marguerite Marie Alacoque, posaient la question de l’originalité du contenu152. La plupart des théologiens de toutes nationalités qui donnèrent un avis, soit qu’on les ait sollicités, soit qu’ils aient agi de leur propre chef, avaient suggéré, comme le Père de Guibert l’avait fait, d’insister plus sur la sainteté de la vie de Josefa Menéndez que sur les phénomènes extraordinaires qui avaient eu lieu. Sans doute redoutaient-ils que ces derniers ne portent ombrage à la cause de la coadjutrice, le Saint Office étant prévenu contre la multiplication des « visions ».

  • 153 Dans l’ordre d’apparition dans le texte, les extraits sont de Henri Suso, sainte Mechtilde, saint J (...)

89En mettant l’accent sur les fondements bibliques et patristiques du culte du Sacré-Cœur, l’encyclique Haurietis aquas rééquilibra la vision qu’on pouvait en avoir. Mais dans le numéro spécial de Caritas, qui en rendit compte, en regard du texte de l’encyclique figurent des extraits des écrits de saints, de mystiques ou d’auteurs spirituels de toutes époques dont certains avaient été directement liés au culte du Sacré-Cœur153. Des citations proviennent de la fondatrice des Auxiliatrices du Purgatoire, Marie de la Providence, sans doute parce qu’elle était une Ancienne de Lille, de la fondatrice des Oblates du Sacré-Cœur, Louise Thérèse de Montaignac et de la Mère Marie Saint-Jérôme, de la Compagnie Notre-Dame, qui avait organisé au couvent des Oiseaux, en 1833, le « mois du Sacré-Cœur ». Des extraits du Père Charmot et du Père Lebreton, qui étaient des amis de la Société, avaient été reproduits. Sept citations de saint Madeleine Sophie y figuraient également, mais comme neuf paroles de « Notre-Seigneur à Sœur Josefa », illustraient l’ensemble, 36 % des références utilisées étaient tirés du « Message ».

  • 154 Lettres circulaires de notre T.R.M. Sabine de Valon, p. 14, 1er janvier 1958.
  • 155 Lettre d’avril 1965. Le propos est similaire dans la Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 326.

90On ne pouvait guère faire plus ! Des témoignages, tous concordants, concernent les échanges qu’eurent la Mère de Lescure et la Mère de Valon lors de la dernière maladie de la supérieure générale. Quand elle annonça le décès de la Mère de Lescure, la Mère de Valon écrivit : « Comme je lui demandais deux jours avant sa mort, sa dernière recommandation pour ses filles et spécialement pour les supérieures, elle m’a répondu spontanément : « Dites-leur que je compte sur elles, sur leur fidélité, leur don d’elles-mêmes à l’œuvre d’Amour jusqu’à la mort154. » Dans les mêmes circonstances, la Mère de Valon avait demandé à la Mère de Lescure quelles étaient ses instructions à propos du « Message » : « Que dire, quand vous ne serez plus là ? — Il n’y a plus rien à dire, j’ai tout dit, il n’y a plus qu’à faire. — Et comment faire ? — En faisant que la charité du Cœur de Jésus puisse passer librement en nous pour aller aux âmes155. » Ce qui renvoyait aux Constitutions. Lors de la congrégation générale de 1958, les consultrices reçurent une enveloppe contenant vingt reliques de Josefa.

  • 156 Tém. Germaine Dejean.
  • 157 À la Pentecôte de 1958, la Mère de Valon invita à la Maison Mère tous les jésuites qui étaient des (...)
  • 158 On décida alors de faire traduire en polonais Cum clamore valido, toujours sans indication du nom d (...)
  • 159 Arch. Gén. C I C3, box 20.
  • 160 La cause de la Mère Stuart continua d’être soutenue pendant le généralat de la Mère de Valon. Dans (...)
  • 161 Tém. M.J. Bultó. Ce fut grâce à une modification des règles pour la procédure de canonisation, entr (...)

91Si la Mère de Valon avait été imprégnée du « Message » au cours de sa vie religieuse dans la vicairie du Midi, au point de s’y référer dans sa prière, y compris le jour où elle apprit qu’elle avait été nommée vicaire générale, il n’apparaît pas qu’elle ait cherché à tourner les dernières instructions de la Mère de Lescure, peut-être parce qu’elle souhaitait lui laisser la gloire d’avoir diffusé le « Message », sans doute aussi parce que celui-ci n’était plus l’élément structurant de sa vie spirituelle. Après son élection, elle n’y fit pas référence dans ses circulaires et elle prit une certaine distance à l’égard des religieuses de la maison-mère que l’on disait lui être favorables156. Sous son généralat, la Mère Alice Mallet et la Mère Marie-Emmanuelle Monrozier, qui venaient de la vicairie du Midi et qui avaient été proches de la Mère de Lescure, furent chargées de suivre la cause de Josefa Menéndez. Malgré tous les efforts fournis157 et des interventions diverses, l’affaire tourna rapidement court. Le 22 juillet 1958, le conseil général entérina la suspension du procès et renonça à faire imprimer un ouvrage du Père Charmot sur la théologie d’Un Appel à l’Amour, de crainte de paraître désavouer la décision que venait de prendre la Congrégation des Rites158. En 1959, la Maison Mère, en passant par Jean XXIII, tenta de relancer la cause, sans plus de résultat. Il semble que la Mère de Valon ne fit plus de tentatives pour reprendre l’affaire par la suite. Mais lors de la préparation du chapitre spécial de 1967, beaucoup d’assemblées vicariales demandèrent « une ligne de conduite par rapport au « Message » et à notre devoir de le propager, afin de dissiper l’angoisse de beaucoup d’entre nous qui craignent que l’importance donnée au « Message » ne nuise à la vraie dévotion au Sacré-Cœur. » Le rapport de synthèse ajoutait : « Beaucoup demandent de l’exploiter avec sincérité, prudence et discrétion159. » La Mère Bultó décida par pauvreté de renoncer à poursuivre l’instruction des causes de la Mère Stuart160, de Philippine Duchesne et de Josefa Menéndez161, qui n’arrivait désormais plus qu’au troisième rang des Religieuses du Sacré-Cœur susceptibles d’être élevées sur les autels. Le « Message » continua de faire du bien à des gens de toutes origines sociales et de tous continents et de les conduire au Cœur du Christ ou de les garder dans son amour : là était l’essentiel.

 

  • 162 En 1967, lors de la démission de la Mère de Valon, des religieuses italiennes furent soulagées à la (...)

92Lorsque mourut Marie-Thérèse de Lescure le 31 décembre 1957, rien ne laissait supposer que des changements profonds allaient se produire dans la Société du Sacré-Cœur. La succession avait été préparée selon les voies traditionnelles par la nomination d’une vicaire générale. La nouvelle promue était supérieure de la Trinité des Monts, la « maison fille » de la maison-mère, mais elle était peu connue dans la congrégation, car elle n’avait pas été assistante générale ou vicaire. Sabine de Valon avait la même nationalité que celle qui l’avait nommée : le cas s’était déjà produit en faveur de la Mère Goetz et de la Mère Stuart. Mais on pouvait se demander si sa désignation n’allait pas accentuer le caractère « français » que la Mère de Lescure avait donné à la maison-mère alors que l’internationalité s’était accrue dans la Société du Sacré-Cœur162. Ce choix avait été cautionné par toutes les vicaires. Fille de la Mère de Lescure avec qui elle avait vécu en France, la Mère de Valon avait le même amour de la Société et le même respect de sa charge. On pouvait en attendre le même souci de faire grandir le corps de la congrégation et de soutenir sa ferveur.

Notes

1 Au Japon, la Mère Sheldon mit du temps à apprendre que les religieuses internées à Nagasaki n’avaient pas été victimes de la bombe atomique. Aux États-Unis, la nouvelle de ce bombardement avait fait craindre que toute la population japonaise ait été atteinte. La supérieure d’Overbrook dit à sa communauté : « J’ai envoyé à tout hasard un message au Japon, mais je me demande si nos sœurs sont encore vivantes et qui pourra le recevoir ! » (Tém. B. Keogh). La vicairie du Japon ne reprit contact avec Rome qu’en décembre 1945.

2 Trente ans plus tard, Doreen Boland entendit les religieuses polonaises évoquer leurs souvenirs lorsqu’elle visita Varsovie en reconstruction : « Comment on faisait la queue dans la neige dans l’espoir d’avoir un peu de charbon ; comment elles avaient échappé d’un immeuble où elles avaient été parquées et qui devait sauter. Dans la conversation reviennent automatiquement, de la manière la plus neutre, des phrases comme celle-là : « Quand nous avons été prises dans une rafle par les nazis pour être déportées pour le travail… Quand mon frère est rentré de Sibérie… Quand nous pataugions dans la rivière à la frontière pour nous sauver… Vingt-trois membres de ma famille ont été tués ou ont disparu » (lettre du 7 septembre 1974), arch. Prov. Irlande-Écosse.

3 Après le décès d’une novice à Budapest, on décida de revoir le rythme de vie dans les noviciats.

4 Notice biographique de la Mère Werhahn, p. 12. À Budapest, l’esprit de famille et l’union avaient été renforcés par le fait que les élèves et les religieuses avaient partagé les mêmes dangers, les mêmes angoisses et les mêmes privations pendant le siège puis l’occupation soviétique.

5 Tém. Geneviève Bovagnet.

6 Tém. I. Page.

7 On attendait trois mois une autorisation ; le voyage qui ne pouvait se faire que dans des camions britanniques prenait cinquante-six heures, car on ne pouvait pas passer par le col du Semmering.

8 Tém. Madeleine de La Hitte.

9 Arch. Gén. C IV, 2), 2 juin 1945.

10 Id. C IV, OSU, 1979. Tém. des Mères Gielen et von Chorinski.

11 Le rapatriement des Japonais qui avaient vécu outre-mer et qui s’acheva par celui des prisonniers des camps de Sibérie dura jusqu’en 1956.

12 On ouvrit une maison au Sartay, près de Liège.

13 Lettres annuelles, 1947-1949, p. 101.

14 Id. 1961-1963, p. 139 et 141. La situation s’améliora en 1948.

15 La Mère Werhahn fut chargée de la reconstruction ou de la construction de Saint Adelheid, de Munich et de Berlin.

16 Arch. Gén. C IV, OSU, tém. B. Walterskirchen.

17 Le Go Gakko, devenu l’école internationale du Sacré-Cœur, fut réouvert en septembre 1947. Lorsqu’en octobre Brigid Keogh et Odile Zeller arrivèrent à Sankocho où un seul bâtiment était debout, on se demanda où on allait les installer.

18 M. Williams, op. cit. p. 158. Le palais était un vrai bijou et l’est resté.

19 Le palais Kuni fut transféré à l’autre bout de la propriété (tém. B. Keogh).

20 Elle fut considérée comme un substitut après la perte de la maison de Shanghai.

21 Des maisons espagnoles, pour remercier de l’aide qu’elles avaient reçue pendant la guerre civile, envoyèrent des oranges en Angleterre. La Mère de Sicart expédia des vivres aux maisons d’Italie et de France qui avaient accueilli les religieuses de Godella.

22 Lorsque la Mère de Lescure visita les États-Unis, elle fut surprise de l’état de délabrement de beaucoup de maisons. La Mère Bodkin lui fit remarquer qu’il n’y avait pas eu de réparations pendant la guerre pour réserver le plus possible les fonds afin d’aider les autres maisons de la Société (Tém. Anne Leonard).

23 Esther Rossi, qui était la sœur de deux religieuses du Sacré-Cœur et qui avait mobilisé les bonnes volontés, rassembla plusieurs millions de dollars.

24 Rapport de la Mère Datti à la congrégation générale de 1946.

25 Celles qui vivaient à Berlin quittèrent la ville, en 1948, au moment du blocus.

26 Patricia Byrne l’a assimilé à un équivalent « Sacré-Cœur » du Plan Marshall, op. cit. p. 30.

27 Lettres annuelles, 1958-1961, p. 110.

28 M. Williams, La Société du Sacré-Cœur, histoire de son esprit, 1979, p. 420.

29 Journal de la maison d’Amiens, 5 mai 1947.

30 M. Williams, La Société du Sacré-Cœur en Extrême-Orient, p. 156.

31 La Mère Baillard rentra à Montigny en janvier 1945 et, le 2 mars, elle replaça le drapeau français à la chapelle. Mais, dès le 16 janvier 1945, la maison fut réquisitionnée par les Américains pour servir de lieu de repos aux soldats de l’armée Patton. La communauté put toutefois se reconstituer en avril.

32 En 1951, la Mère von Kuenburg s’opposa aux autorités militaires qui souhaitaient déposer dans les souterrains de Riedenburg mille deux cents cercueils contenant les restes des soldats tués pendant la guerre. Le gouverneur français du Voralberg, quand il apprit l’affaire, la fit cesser. Il déclara que « parmi ses employés, il n’y en avait aucun qui sache écrire sa langue aussi correctement que « cette supérieure de Riedenburg » ! (Lettres annuelles, 1959-1961, p. 262).

33 M. Benziger, op. cit., p. 47.

34 K. Smigiel, op. cit., p. 4. Elle mourut en février 1971.

35 Jacques Gravereau, Le Japon, Paris 1988, p. 101 : « Le nouveau Shôgun » et p. 114 : « Mac Arthur en son royaume. » Au Japon, on parlait du « shogun aux yeux bleus. »

36 Pendant la guerre une conversion au catholicisme apparaissait comme une collusion avec la civilisation des pays occidentaux ennemis (Tém. Tsuneko Takei). Selon Sumiko Iba, « les catholiques ont respiré après la guerre. »

37 Dès 1941, une réforme des écoles publiques avait allongé à huit ans le cycle obligatoire qui était de six ans auparavant.

38 M. Williams, op. cit. p. 144. Mgr Spellman, évêque de New York et aumônier de l’armée américaine au Japon, fut généreux pour les maisons de Tokyo et d’Obayashi.

39 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 429.

40 Tém. B. Keogh. La question fut plutôt de répartir les dons entre l’école japonaise et l’école internationale dont de nombreuses élèves avaient des pères dans les forces d’occupation et qui était de ce fait favorisée.

41 Dans les bagages de Brigid Keogh, en 1947, se trouvaient des vivres, du matériel scolaire et une machine à laver qui traversa deux fois le Pacifique avant d’arriver à destination.

42 La Mère Mayer fut d’une grande aide pour beaucoup d’entre elles.

43 Il y avait plus de dix ans que les vicaires ne s’étaient pas rencontrées.

44 Arch. Gén. C I C 3, box 15.

45 Il y eut même un quiproquo amusant en ce qui concerne la Mère Ytturalde, car son télégramme de nomination fut envoyé à Bilbao qu’elle avait quitté deux mois plus tôt. Ce fut par sa remplaçante qu’elle apprit sa nomination : elle attendit donc confirmation. Ce ne fut que lorsqu’elle reçut des lettres et des télégrammes de félicitation qu’elle comprit qu’il n’y avait pas erreur sur la personne. Mais comme elle s’abstint alors de prévenir sa communauté, les religieuses apprirent la nouvelle par des enseignantes qui l’avaient reçue par la radio !

46 Journal de la Mère Castejón.

47 A. Merdas, op. cit., p. 43.

48 Id. p. 50.

49 Impressionnée par l’extermination du clergé, la Mère Günther avait, dès 1944, organisé un cours de théologie pour ses religieuses afin de les préparer à enseigner la religion dans des écoles secondaires.

50 J. Kloczowki, op. cit., p. 540-541.

51 Lettres circulaires de la T.R.M. de Lescure, p. 124, 7 juillet 1953 et p. 177, Le 17 juin 1955) : « Les dernières [nouvelles] disaient encore que le double noviciat ne cessait de se peupler de bonnes vocations, malgré les menaces du dehors et les pauvretés du dedans. ». « Les familles de Saint Stanislas restent encore fermes sur la brèche, dans leur apostolat très diversifié et combattu, leur pauvreté, leur courage, leur union émouvante à la Société. »

52 A. Merdas, op. cit. p. 44.

53 Tém. Carlotta Leitner qui accompagna la Mère de Valon, ses assistantes générales n’ayant pas pu avoir leur visa. « Nous avons eu faim », a-t-elle dit.

54 Les manifestations destinées à célébrer l’année mariale avaient en 1947 obtenu un grand succès. Le primat de Hongrie, le cardinal Mindszenty, avait organisé des assemblées de parents catholiques pour assurer et protéger l’éducation de la jeunesse. Le gouvernement hongrois prit sans doute prétexte de ce qu’il pouvait considérer comme une provocation pour lancer sa politique d’étatisation.

55 Le ministre des Cultes dont l’épouse et la fille avaient été sauvées de la déportation à Auschwitz parce qu’elles avaient été cachées dans les caves de l’une des maisons intervint. Les religieuses reçurent aussi, par intermédiaires, des conseils de divers ministres et du président Rakosi lui-même.

56 Le Sophianum devint une université russe dite « Gorki ».

57 Dans sa circulaire du 29 janvier 1949, la Mère de Lescure fit allusion, sans citer le nom de leur pays, au courage des jeunes Hongroises qui refusaient de signer les documents « pervers » qu’on leur présentait, tout en sachant qu’elles ne seraient pas reçues à leurs examens. Elle cita une élève de douze ans frappée à la mâchoire pour avoir répondu à ceux qui se vantaient de détruire l’Église : « L’Église existera toujours ! - Vous le croyez ? – Je ne le crois pas, je le sais. » (Lettres circulaires de la T.R.M. de Lescure, p. 220). Erzsebet, à laquelle elle faisait allusion, avait eu la mâchoire démise et avait dû être hospitalisée.

58 On arrêta à la fin de janvier 1949 des ecclésiastiques et des religieux dont on souhaitait obtenir le témoignage contre le cardinal. La Mère Edit Jamai, la première Hongroise nommée supérieure à la fin de la guerre, pour éviter d’être citée au procès, émigra.

59 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 260. Elle communiqua ces directives aux supérieures de Hongrie en avril 1949.

60 Les novices, avec l’autorisation de leurs parents, gagnèrent Avigliana.

61 Les supérieurs majeurs avaient protesté le 25 avril contre les entraves imposées à leur activité apostolique dans les paroisses.

62 Il s’agissait de la Mère Gutzwiller.

63 Lorsqu’elle affronta les opérations de vérification à la frontière qui prirent toute la journée, l’une entendit un « officiel » dire : « Si toutes les religieuses partent, qu’est-ce qui va nous arriver ? » Tém. Magda Lengyel.

64 Id.

65 Entre 1946 et 1949, 15 % de la population hongroise passèrent en jugement. Dans sa circulaire du 17 juin 1955, la Mère de Lescure écrivit : « Les nouvelles de la Hongrie sont de plus en plus rares et laconiques. L’isolement prolongé de ces chères enfants nous serre le cœur et ne peut être sans inquiétude » (Lettres circulaires, p. 176-177).

66 Elle écrivit dans les souvenirs que lui demanda la Maison Mère : « Quand la bonne nouvelle m’arriva, je n’étais plus capable de m’en réjouir, n’en ayant plus la force. Cette vie m’avait tellement épuisée. C’était difficile de recommencer une nouvelle vie. Je me sentais faible. Surtout dans les rues, j’avais la sensation que toujours quelqu’un était sur mes talons. Les familles avaient un peu peur de moi. »

67 Elles racontèrent en probation qu’elles devaient travailler sans parler, qu’on avait arraché de leurs vêtements lacets et élastiques. Elles n’avaient pas le droit de porter des bas ; leurs cellules n’avaient pas de fenêtres et n’étaient jamais chauffées.

68 On savait que l’université catholique Fujen de Pékin avait perdu toute liberté d’action après la prise de la capitale par les communistes et que dans le nord du pays les jésuites et les Auxiliatrices du Purgatoire avaient dû abandonner leurs missions et leurs écoles.

69 Arch. Prov. Japon, lettres de la Mère Louise Bernard, 14 novembre 1951.

70 M. Chi, op. cit., p. 129.

71 Une réforme de l’enseignement axé sur les techniques et la spécialisation et promouvant une généralisation de l’alphabétisation fut promulguée en octobre 1951.

72 M. Chi, op. cit., p. 130.

73 Arch. Prov. Japon, lettre du 14 novembre 1951.

74 M. Chi, op. cit. p. 133.

75 Tém. Sawako Kageyama et de sœurs chinoises. Les retours d’outre-mer furent mal gérés et rien ne fut fait pour faire apprendre le japonais aux Chinoises. Il est vrai qu’à l’époque la langue commune dans la vicairie était l’anglais.

76 Arch. Prov. Japon, lettre du 14 novembre 1951. Les fonds avaient pu être transférés à temps à l’étranger.

77 M. Chi, op. cit. p. 143.

78 Mitte me, No 6, p. 51. En 1954, on apprit que la plupart des Anciennes de Shanghai avaient été ou étaient encore en prison sous l’inculpation d’activités contre-révolutionnaire (p. 70).

79 M. Chi, op. cit. p. 157. Ces statistiques ne concernaient que les élèves et les étudiantes qui y avait fait toute leur scolarité et pas celles qui n’y avaient passé que quelques années ou quelques mois

80 Le nonce, Mgr von Furtensberg, avait sollicité du Sacré-Cœur en 1951 une fondation, totalement irréalisable alors à cause de la guerre.

81 Arch. Gén. C IV, Corée. Lettres de Mgr Ro du 27 juin 1955 et du R. P. Geppert, du 27 août 1955.

82 Elle était vicaire d’Extrême-Orient depuis avril 1954.

83 En 1957, le Père Emile Froment proposa à la Société d’acquérir toute la propriété.

84 Le drapeau coréen porte les emblèmes du ciel et de la terre.

85 Les premières religieuses furent les sœurs McHardy Flint, Guterres, Foy, Giesen et Loy. Elles furent rejointes par Alice Atkinson et Catherine Rilley en 1957. La communauté comprenait quatorze membres en 1960.

86 Quarante-neuf avaient postulé.

87 Agnès et Catherine Kim, Early days of the History of Korea Province. Communiqué par Kim Sook Hee.

88 La première Coréenne à entrer dans la Société du Sacré-Cœur en Corée fut Lee Jeong Sook. Deux sœurs, Kim Jae Soon et Kim Jae Sook, connues dans la Société sous leurs nom de baptême d’Agnès et de Catherine, étaient entrées aux États-Unis. Après avoir fait son noviciat à Kenwood, Kim Jae Soon fut envoyée à Séoul en septembre 1960.

89 Lettres circulaires de la T.R.M. de Lescure, p. 177, 17 juin 1955 : « L’Argentine est passée très vite au premier plan de nos sollicitudes sans qu’on puisse prévoir quel sera l’avenir. »

90 Ce ne fut qu’en 1960 qu’une visite régulière fut faite par la Mère Bultó. Après cette visite, les religieuses commencèrent à être formées dans les écoles normales de Mexico et de Guadalajara et à l’école catéchétique de Sedes Sapientiae. Les relations avec d’autres congrégations se multiplièrent. Dans les communautés, on organisa des conférences sur l’action catholique et des cours bibliques. À partir de 1963, les juvénistes étudièrent « la question sociale ». La maîtresse des études de la vicairie se rendit en Europe en 1962 pour prendre contact avec ses homologues (Histoire de la province du Mexique. Les années Soixante, p. 4-5).

91 Arch. Prov. Égypte. Histoire de la Société du Sacré-Cœur en Égypte, 1950.

92 Tém. Marie-Josèphe Helly.

93 Le père d’une élève était ministre de l’Instruction publique.

94 Arch. Prov. Égypte. Correspondance I, le Caire, lettre du 2 juillet 1953. « Elle tiendrait note des décisions prises alors pour les soumettre dès que la possibilité en serait rendue » à la vicaire du Midi. Par la suite, la Maison Mère se chargea directement des maisons d’Égypte.

95 Id. Notes de 1953 et rapport au cardinal Tisserant, juin 1953.

96 À l’époque, la vicaire du Midi se demandait même s’il n’était pas souhaitable de ne garder que l’un des deux établissements de l’agglomération du Caire et de fonder à Alexandrie.

97 Pour les élèves du collège jésuite de la Sainte-Famille, l’arabe n’était pas essentiel parce qu’on ne pouvait pas lui attacher une réelle finalité pratique ni surtout une image de modernité (F. Abécassis, op. cit. vol. 3, p. 616).

98 M. Lattif, op. cit., p. 76.

99 F. Abécassis, op. cit. vol. 3, p. 709.

100 Journal de la maison du Caire, 24 janvier 1956 : « Vu la gravité des temps, nos Mères s’y rendent. »

101 Id. 10 mai 1962.

102 Les jésuites avaient pris la même décision dès 1954 (F. Abécassis, op. cit. vol. 3, p. 767). Il s’agissait de ne pas avoir à affronter des difficultés au cours du ramadan.

103 Circulaires de la T.R.M. de Lescure, 13 novembre 1952. Pie XII lui avait adressé à l’occasion de l’ouverture de la congrégation générale une lettre dans laquelle il suggérait « une prudente ouverture aux nécessités nouvelles de l’heure, la recherche assidue des conditions les meilleures pour la poursuite de l’œuvre admirable d’éducation entreprise par votre sainte fondatrice. » (p. 113-114).

104 Id. 25 janvier 1947, p. 14. Elle exprima la même orientation le 6 juin 1952 : « Chacune de nos congrégations générales, en des conjonctures parfois difficiles, n’a cessé de marquer, non de brusques tournants vers des conceptions nouvelles, mais un élan unanime et plus généreux de la Société dans le sens affermi de ses bases, conscient de son esprit, résolu dans sa fidélité et, par le fait même, ouvert à l’actualité des intérêts du Cœur de Jésus dans son œuvre, à chaque époque. » (Id. p. 107-108).

105 Notes envoyées lors de la préparation de la congrégation générale par l’Espagne et l’Australie. Actes de la 23e congrégation générale, p. 22 : « Il faut se rendre compte si la mentalité de ces sujets peut s’adapter à l’esprit de la Société et si le niveau de la Société ne sera pas abaissé. »

106 Id. p. 25.

107 Les mots en italique sont soulignés dans l’original.

108 Tém. Josefa Fernández Hernández. Elle arriva à la maison mère en juillet 1957.

109 23e congrégation générale, p. 37 : « L’instabilité de la volonté, l’inattention de l’esprit, un certain déséquilibre de la conscience, une tendance accrue vers la facilité et les compromis, un besoin d’indépendance et d’initiative accompagné d’une certaine assurance de soi ; un sens diminué du respect et de la loyauté, sont des tendances qui se heurtent cependant en elles avec le désir du mieux, des élans généreux, le besoin d’un appui, d’une compréhension affectueuse qui ne pèse pas sur leur indépendance. »

110 Id. p. 38-39.

111 Dans sa conférence d’ouverture du conseil des études le 3 août 1956 à la Villa Lante, la Mère de Lescure dit : « Nous devons nous défier de l’esclavage [des programmes publics], leur donner une valeur de moyen en vue d’une formation plus générale, leur infuser un esprit qui imbibe tout l’enseignement du sens de Dieu et des solutions chrétiennes, leur donner une âme qui crée l’ambiance dans laquelle l’être fragile et neuf qui nous est confié trouvera la sève propre à son développement total : esprit, volonté, cœur et âme. » (Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 266).

112 23e congrégation générale, p. 42.

113 24e congrégation générale, 1958.

114 Esprit du Plan d’études, p. 239.

115 Circulaires de la T.R.M. de Lescure, 13 novembre 1952, p. 116.

116 Journey of the Heart, p. 108. Tém. Marguerite Tate Taylor.

117 Tém. B. Keogh. Cela se faisait déjà dans les années Vingt.

118 Olivia O’Leary et Helen Burke Mary Robinson, Dublin, 1998, p. 14.

119 Note envoyée par l’Australie à l’occasion de la préparation de la congrégation générale de 1952.

120 Le Congo dépendait de la vicairie de Jette, Malte et l’Inde de celle de Woldingham.

121 La Mère de la Cavada fit toutefois ses conférences en portugais. Ce fut en 1966 que fut nommée la première vicaire brésilienne, Helena Maria Ferreira.

122 Elisabeth Zurstrassen, p. 23-24, lettre du 12 octobre.

123 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 253.

124 La Mère Keogh a raconté comment après sa nomination comme vicaire, elle fut invitée à Rome. Elle fit remarquer que la date choisie ne convenait pas parce qu’allait alors se dérouler le jubilé de l’une des fondatrices de la vicairie et que les élèves ne comprendraient pas qu’elle n’y participe pas. La Mère de Lescure lui répondit que ce n’étaient pas les supérieures locales et les vicaires qui avaient à dire à la supérieure générale si elles pouvaient ou non venir. Elles venaient quand on les appelait.

125 Arch. Gén. C VII, 2 C. Journal de la Mère Castejón.

126 La plupart, il est vrai, l’ont eue comme maîtresse des novices ou maîtresse de probation. Marie de Monsabert, qui était la nièce de la Mère de Lescure, estimait que sa tante avait tendance à faire pression sur les probanistes pour obtenir ce qu’elle estimait bon.

127 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 253-254.

128 Marie-Antoinette de Torquat a dit combien elle avait été frappée par l’intensité de la vie spirituelle que révélaient ces lettres.

129 Lettres circulaires de notre T.R.M. de Lescure, 25 juin 1954, p. 138.

130 Tel est le titre que le P. Auguste Hamon donna en 1939 au tome V de son Histoire de la dévotion au Sacré-Cœur.

131 Circulaires, p. 187.

132 Ce travail fut en grande partie affectué par la Mère Marie-Thérèse Virnot.

133 Il fut publié grâce aux instances de la supérieure de Marmoutier, la Mère Vanderhaghen, qui avait estimé authentique l’expérience de la Mère de Gibergues.

134 M. H. Quinlan, op. cit., p. 70-129.

135 La première mention du procès diocésain figure dans la circulaire du 5 janvier 1947.

136 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 63.

137 Id. p. 64, 6 septembre 1921.

138 Tém. Louise de la Taille.

139 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 92-93.

140 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 145-146, 18 janvier 1924.

141 Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 95.

142 Id. p. 105 : « Lorsque la Mère supérieure sera vicaire, avait dit Notre-Seigneur à Sœur Josefa, elle aura l’obligation de dire mes paroles ; toi, tu seras déjà au ciel. »

143 Id.

144 Tem. G. Bovagnet qui entra au noviciat de Montpellier en septembre 1946, peu avant le départ de la Mère de Lescure pour Rome.

145 Circulaires de la T.R.M. de Lescure, p. 22, 13 juin 1947.

146 Id. p. 69-85.

147 Id. p. 91-92.

148 Les jésuites français auxquels la Mère de Lescure s’était adressée dès les débuts l’avaient rassurée en rappelant, comme le Père Charmot, que le Message ne contenait rien qui fut en contradiction avec l’évangile de Jean, avec la tradition, les enseignements des mystiques ou les désirs exprimés par sainte Madeleine Sophie : « Notre Seigneur ne vous demande aucune innovation dans votre institut ni même dans votre spiritualité. Il veut seulement que le point le plus essentiel de la dévotion au Sacré-Cœur, que l’âme pour ainsi dire de votre vocation, que le désir le plus profond du Cœur de Jésus, ne deviennent pas à la longue chose morte comme les cendres d’un ancien foyer, mais soient attisés comme une flamme toujours plus ardente et pétillante. Il s’agit de renouveler et non d’innover. » (Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 289, lettre de septembre 1942, communiquée à la Mère Datti).

149 Op. cit. p. 86.

150 Notice de la R.M. Madeleine Drujon, p. 9.

151 La Mère de Valon, en 1938, prêtait à des pensionnaires À l’École du Cœur de Jésus (tém. Solange de Pomyers). L’Appel à l’amour faisait partie des livres de prix distribués aux élèves (tém. Françoise Rollin).

152 Il y avait également des parallélismes avec des écrits de sainte Madeleine Sophie, dont la Mère de Lescure s’émerveillait, alors qu’elle aurait pu se demander d’où ils venaient.

153 Dans l’ordre d’apparition dans le texte, les extraits sont de Henri Suso, sainte Mechtilde, saint Justin, sainte Catherine de Sienne, sainte Françoise Romaine, sainte Marguerite Marie Alacoque, Origène, saint Augustin, saint Jean Chrysostome, saint Ambroise, Ruysbroeck, sainte Lutgarde, Denys le Chartreux, sainte Thérèse d’Avila, Marie de l’Incarnation, Bossuet. Une citation est tirée du De montibus Sinai et Sion.

154 Lettres circulaires de notre T.R.M. Sabine de Valon, p. 14, 1er janvier 1958.

155 Lettre d’avril 1965. Le propos est similaire dans la Vie de la T.R.M. de Lescure, p. 326.

156 Tém. Germaine Dejean.

157 À la Pentecôte de 1958, la Mère de Valon invita à la Maison Mère tous les jésuites qui étaient des familiers de la Trinité des Monts, « les Mères voulant par leur moyen étendre la connaissance de la Société et du « Message » (Journal de la Trinité) qu’ils ne devaient pas ignorer ! On faisait aussi des cadeaux à ceux qui pouvaient aider à l’avancement de la cause.

158 On décida alors de faire traduire en polonais Cum clamore valido, toujours sans indication du nom d’Amélie de Gibergues.

159 Arch. Gén. C I C3, box 20.

160 La cause de la Mère Stuart continua d’être soutenue pendant le généralat de la Mère de Valon. Dans une lettre du 16 octobre 1960, la Mère Benziger fit savoir à la vicaire d’Irlande que la supérieure générale souhaitait la présenter à nouveau au pape (Arch. Prov. Irlande-Ecosse, IRS 0073).

161 Tém. M.J. Bultó. Ce fut grâce à une modification des règles pour la procédure de canonisation, entre autres la réduction du nombre des miracles réclamés, et grâce au soutien financier des États-Unis que la canonisation de Philippine Duchesne put être célébrée en juillet 1988.

162 En 1967, lors de la démission de la Mère de Valon, des religieuses italiennes furent soulagées à la pensée qu’il n’y aurait pas une autre supérieure générale française (tém. Eleonora de Guggenberg), alors que tout semble laisser supposer que la Mère de Valon avait estimé que ce serait une Latino-Américaine qui lui succéderait !

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540