Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Deuxième partie : L'internationalisation de la Société du Sacré-Cœur 1909-1957

Chapitre V : Les années sombres de la seconde guerre mondiale

Texte intégral

1Depuis le début des années Trente, les annexions menées dans le monde, et devant lesquelles la Société des Nations se révéla impuissante et les pays occidentaux conciliants, avaient fait penser qu’il y avait menace pour les équilibres internationaux laborieusement mis au point après 1918. L’occupation entière de la Mandchourie en 1931 par le Japon fut le prélude de la guerre qui débuta en 1937. La réoccupation militaire de la Rhénanie par Hitler en 1936, l’Anschluss toujours présentée par les Lettres annuelles comme une occupation, la prise en main partielle puis totale de la Tchécoslovaquie par le Troisième Reich, malgré les tentatives faites pour maintenir la paix à tout prix, étaient autant d’éléments inquiétants qui faisaient craindre une guerre générale dont on avait la hantise. Le conflit, qui éclata le 1er septembre 1939, eut pour cause directe une contestation à propos du corridor de Gdansk, cette enclave polonaise qui avait donné à la Pologne un débouché sur la mer et qui isolait la Prusse orientale du reste de l’Allemagne.

1. Les soucis de la Maison Mère

2Le gouvernement d’une congrégation internationale est aux prises avec des difficultés spécifiques en temps de guerre. La seconde guerre mondiale toucha tous les pays où vivaient des Religieuses du Sacré-Cœur, à l’exception de l’Espagne, de l’Irlande et de la plupart de ceux d’Amérique latine. Le Commonwealth et les États-Unis furent mobilisés en 1939 ou en décembre 1941, mais les maisons d’Amérique, de l’Inde, d’Australie et de la Nouvelle Zélande sortirent indemnes de la guerre, bien que certaines d’entre elles aient été proches des zones d’opérations.

  • 1 La Maison Mère fut informée du bombardement de Saint Adelheid, sans savoir si la nouvelle était cer (...)

3La Maison Mère fut peu à peu coupée des pays en guerre. Le Vatican l’aida à avoir des informations sur certaines de ses maisons. Le réseau d’alliances de l’Italie lui donna le moyen d’obtenir des nouvelles sur les pays entrés dans la sphère d’influence de l’Axe. Les pays neutres jouèrent leur rôle. L’Australie servit de relais pour la réception et la transmission des messages radio. Mais l’isolement était grand. Les quelques probations qui se déroulèrent à Rome pendant la guerre ne rassemblèrent que des Italiennes et des ressortissantes des pays alliés à l’Axe, les aspirantes des pays neutres ne pouvant gagner l’Italie à cause du danger des voyages maritimes ou terrestres. Mais il vint un moment où la Maison Mère ne sut même pas ce qui se passait en Italie, les opérations militaires ayant touché la péninsule. Elle ne recevait qu’avec un retard de plusieurs mois la nouvelle des destructions qui avaient affectées les maisons et elle ne savait pas toujours s’il y avait eu ou non des victimes parmi les religieuses1. Financièrement, la plupart des maisons n’avaient plus les moyens de contribuer au fonds général. L’économe générale avait toutefois sauvé ce qui pouvait l’être en faisant transférer, avant que les communications ne fussent coupées, des fonds aux États-Unis. La Mère Bodkin eut la charge de les redistribuer en fonction des besoins.

  • 2 M. Williams, op. cit., p. 119.
  • 3 Elisabeth Zurstrassen, p. 3, 14 mars 1946. Id. p. 6, 2 avril 1949 : « Pendant la guerre, je leur di (...)
  • 4 Vie de la R.M. Perry… p. 118.

4C’était aux vicaires d’assurer le fonctionnement de la vie religieuse et elles avaient les pouvoirs nécessaires pour s’occuper du temporel, admettre aux premiers vœux, faire effectuer sous leur direction les probations et recevoir les engagements définitifs. Elles agissaient en présumant de l’octroi des permissions par la Maison Mère et elles savaient qu’elles étaient soutenues par elle. Comme l’écrivit la Mère Perry à la Mère Sheldon dans une des dernières lettres qui atteignit le Japon : « Vous avez simplement à prendre les décisions dans les affaires urgentes. Notre Mère Générale le comprend parfaitement et Dieu vous guidera2. » Les vicaires eurent une conduite semblable à l’égard des supérieures. Comme l’écrivit par la suite celle de Belgique, la Mère Zurstrassen : « Ma ligne de conduite vis-à-vis des supérieures pendant la guerre était de ne leur faire aucun reproche de ce qu’elles avaient décidé dans des cas de difficultés. Dieu seul sait les angoisses, les hésitations par lesquelles on passe. Et il faut faire confiance aux personnes à qui on a donné une charge3. » Pie XII avait dit à la Mère Datti et à la Mère Perry en novembre 1941 : « Nous ne pouvons rien voir, ni prévoir dans les événements actuels si douloureux ; mais confiance en Dieu et prière inlassable toujours4 ! » Dans la mesure où humainement parlant, il n’y avait que peu à faire, la prière et la confiance en Dieu étaient les seules véritables assurances.

  • 5 Lettre circulaire du 21 avril 1941, signée par la Mère Dupont.
  • 6 Le « billet secret » était-il réellement perdu, comme le laisse entendre la Mère Castejón ? Les ass (...)

5Le gouvernement de la Société fut toutefois gêné par l’état de santé de la supérieure générale qui ne fit que se détériorer tout au long de la période. La Mère Vicente, qui en octobre 1939 avait été atteinte d’une pleurésie, fit le 19 décembre 1940 une chute et l’on ne put réduire la fracture de la hanche que l’on découvrit. À partir de ce moment, on enregistra chez elle un état d’impuissance qui ne lui permettait plus de suivre les affaires5. La congrégation générale, qui était normalement prévue pour 1941, aurait sans doute statué sur cette situation, mais elle ne put avoir lieu à cause de la guerre. Il fallait nommer une vicaire générale. La Mère Vicente avait désigné la Mère Marie-Thérèse de Lescure pour ce poste6 mais le Saint-Siège choisit la Mère Giulia Datti.

  • 7 Arch. Gén. C I A 8d, box 1. Mémoires de la Mère Castejón.
  • 8 Id.

6Cette assistante générale avait toutes les qualités humaines et spirituelles requises pour exercer cette charge. Mais ce fut sa nationalité qui fut le critère déterminant pour sa nomination. Car il n’était pas possible de choisir une religieuse issue d’un pays en guerre avec l’Axe7. La Mère Vicente présenta à la Société cette nomination comme venant d’elle. Elle continua de décliner et ne quitta plus sa chambre à partir de juillet 1942, vivant désormais dans un état de lucidité intermittente. La position de la Mère Datti n’était pas facile. Sans doute, dans les débuts, put-elle collaborer avec la Mère Vicente. Mais ce fut quand la supérieure générale n’eut plus la possibilité de gouverner qu’elle eut le champ libre pour exercer la mission qui lui avait été confiée8. La Mère Datti fut aidée par un conseil qu’on ne pouvait pas renouveler ou compléter. Or les assistantes générales étaient âgées. Les conditions de vie de plus en plus précaires à Rome les rendirent facilement accessibles à la maladie. La Mère Symon mourut le 12 août 1941. La Mère Dupont continua de s’occuper des affaires mais elle ne pouvait plus se déplacer qu’en fauteuil roulant et elle mourut le 21 février 1945, à l’âge de 90 ans. Quant à la Mère Perry, âgée de 78 ans à la fin de la guerre, sa santé avait été détériorée par les privations.

2. La marche vers la catastrophe

  • 9 O. Biolley, op. cit. p. 107.

7De crise en crise, de mobilisation partielle en mobilisation générale révoquée ou maintenue, l’opinion européenne s’était habituée à une guerre possible. Depuis 1938, on attendait dans l’anxiété, en éprouvant, selon la formule cruelle mais réaliste de Léon Blum, un « lâche soulagement » quand la menace s’éloignait au prix d’une nouvelle concession dont un pays avait fait les frais. Comme l’écrivit la Mère de Burlet à la veille de la déclaration de guerre, « le cadre est si calme, si beau, si paisible, qu’on se demande si vraiment il y a un Hitler sur la terre et une guerre dans l’air ! Est-ce possible ? Mais on ne peut tout de même pas continuer à vivre avec ces fièvres intermittentes ! On voudrait tant en finir une bonne fois. Mais ne trouvera-t-on pas un autre moyen que la sanglante tragédie mondiale9 ? » On n’en trouva pas.

2.1 La campagne à l’est

  • 10 Arch. Gén. Mémoires de la Mère Antonina Zaleska, p. 3.

8La guerre contre la Pologne fut déclenchée brutalement mais elle n’était pas inattendue. Pendant l’année précédente, on avait fait dans les pensionnats des exercices paramilitaires qui « électrisaient les enfants »10 et donné des cours de défense contre les gaz asphyxiants. À Polska Wies, on se préparait à fermer le pensionnat et en mai 1939 le cardinal Hlond avait suggéré d’évacuer les religieuses les plus âgées, les plus jeunes et les malades et de mettre en lieu sûr les objets de valeur. La vicaire, la Mère Zofia Günther, avait loué à Varsovie un appartement pour les abriter. Au matin du 1er septembre 1939, les religieuses de Polska Wies sortirent dans le jardin pour saluer ce qu’elles croyaient être l’aviation polonaise : il s’agissait des appareils de la Luftwaffe ! La veille, la supérieure avait fait évacuer le matériel scolaire vers Varsovie et envoyé à Lwow et à Zbylitowska Gora, les religieuses les plus exposées : elles parvinrent à destination après un voyage mouvementé. Mais d’autres groupes partis plus tard errèrent sur les routes et durent revenir à leur point de départ. L’armée polonaise ne put résister aux blindés et à l’aviation ennemis. Varsovie capitula le 28 septembre.

  • 11 Comme le nota la rédactrice du Journal de la maison d’Hammersmith : « Hérode et Pilate, d’ennemis q (...)
  • 12 Poznan reprit son nom allemand de Posen. Polska Wies dépendit d’une commune rebaptisée Forbach.

9Le 23 août 1939, Molotov et Ribbentrop avaient signé à Moscou un pacte de non-agression et des protocoles secrets qui entérinaient un partage de l’est de l’Europe. Le pacte stupéfia et fit scandale11. Il permettait à Hitler et à Staline de retrouver, grâce à la disparition de la Pologne et à la mise sous contrôle des états baltes et de la Bessarabie, les territoires perdus au cours de la première guerre mondiale. Le 17 septembre 1939, les troupes soviétiques, poussées par les nazis à s’emparer de leur butin, occupèrent l’est de la Pologne : la voïevodie de Lwow, où se trouvait le centre de la vicairie, en faisait partie. L’Allemagne annexa, outre la Silésie et la Prusse Occidentale, la Poznanie et le corridor de Dantzig qui formèrent, par décret du 26 octobre 1939, le Reichsgau Wartheland. Les maisons de Polska Wies et de Poznan en dépendaient12. Le reste de la Pologne fut regroupé dans un Gouvernement général dont faisaient partie Varsovie et Zbylitowska Gora. Lorsque l’Allemagne déclara la guerre à l’U.R.S.S. le 21 juin 1941, ses troupes s’emparèrent de la zone d’occupation soviétique en Pologne.

2.2 La guerre à l’ouest et l’effondrement de la France

10À l’annonce de l’invasion de la Pologne, la France et la Grande-Bretagne déclarèrent la guerre au Reich le 3 septembre 1939. Mais il n’y eut que de rares opérations à l’ouest pendant l’automne et l’hiver de 1939-1940. Redoutant le bombardement massif des villes et l’usage des gaz contre les civils, les gouvernements occidentaux avaient prévu, dès la déclaration de guerre, l’évacuation programmée de leur population.

  • 13 La Province se souvient, Le voyage de l’évacuation, Londres, 1990. L’ouvrage rassemble les souvenir (...)
  • 14 Id. p. 26.

11Les Britanniques firent partir le plus grand nombre possible des enfants de la région de Londres vers des zones plus sûres. Les établissements scolaires indépendants avaient dû chercher des refuges. Le Sacré-Cœur occupa des propriétés mises à sa disposition par des familles, louées à d’autres congrégations religieuses ou à des particuliers, y compris un hôtel à New Quay. L’évacuation se fit dans la hâte. Les enfants, qui devaient obligatoirement être munies de leur masque à gaz, d’un bagage à main et d’une étiquette avec leur nom et leur adresse13, n’avaient souvent pas de vêtements de rechange ; quant aux enseignantes, elles n’avaient que le matériel scolaire qu’elles avaient pu transporter. La destination de chaque groupe était tenue secrète. Comme les opérations militaires attendues ne se produirent pas, des parents reprirent leurs enfants et des religieuses se réinstallèrent à Londres, mais le plus grand nombre resta sur place jusqu’à la fin de la guerre. Les religieuses furent ainsi dispersées dans le Kent, en Cornouailles, au Pays de Galles et dans le centre de l’Angleterre. Certaines arrivées furent pittoresques. Madeleine Simon se présenta au couvent d’Oxford, après avoir placé toutes les élèves dans leurs familles d’accueil, complètement épuisée et affamée. Marie Louise Schroen lui apporta dans sa chambre une boisson chaude en lui disant : « Ne me demandez pas ce que c’est. » Deux jours plus tard, lorsque elle repartit pour les États-Unis, elle lui avoua : « C’était du vin de messe14 ! »

  • 15 Relation d’une religieuse réfugiée à Lutwyche.
  • 16 Sister Winifred Wilson, p. 41.

12Dans les refuges, les responsables durent faire des prouesses pour lutter contre les rats, faire bouillir l’eau, trouver de la nourriture dans les fermes environnantes et des locaux pour enseigner. Les élèves dormaient dans les corridors et les salles de classe se transformaient le soir en dortoirs pour les religieuses. Si la population accueillit avec gentillesse les élèves évacuées, dans les régions imprégnées d’un rigorisme qui remontait à Wyclif, l’atmosphère fut mitigée quand on s’aperçut qu’elles étaient catholiques et encadrées par des religieuses, « des Dames noires qui ne sortaient jamais et n’allaient pas à l’église15. » Les relations finirent par se détendre avec la population et les ministres méthodistes. Les religieuses soutinrent l’apostolat mené par l’association du Glaive de l’Esprit qui cherchait à faire connaître le catholicisme par des conférences ou des activités culturelles diverses. Au cours de l’évacuation, elles « avaient senti qu’elles avaient de nouvelles et plus lourdes responsabilités, de nouvelles libertés, une nouvelle mobilité et un nouveau type de relation avec les enfants et leurs parents. L’évacuation fut une expérience unique, pleine de nouvelles perspectives, détruisant les barrières. Nous étions peuple tous ensemble. La vie de communauté, très simple mais réelle, flexible à l’infini, s’adaptait à ce modèle. Il y avait cependant des limites à la liberté de mouvement »16, car si la clôture était mitigée, à cause des circonstances, elle existait toujours.

13En France, les populations de l’est et du nord devaient être dirigées vers le centre et le sud du pays. Des familles prêtèrent des villas et des châteaux situés aux bords de la Manche et de l’Atlantique et dans la vallée de la Loire. Le pensionnat de Montigny fut envoyé à la Bourgonnière. La communauté de Lille se divisa en deux groupes dont l’un alla à Paris-Plage où l’on ouvrit un pensionnat et un externat et l’autre en Mayenne, quelques gardiennes restant rue Royale, dont la maison était protégée par l’évêché voisin. La communauté de Bondues demeura sur place et accueillit une ambulance britannique.

  • 17 Cité par P. Byrne, Histoire de la Société du Sacré-Cœur aux États-Unis, chapitre inédit sur la Seco (...)

14Précédée par l’occupation de la Norvège, la « drôle de guerre » prit fin le 10 mai 1940 par l’invasion de la Belgique et des Pays-Bas. En six semaines, la ruée des Panzers condamna la France à la défaite. On célébrait alors à Rome la béatification de Philippine Duchesne, à laquelle ne purent pas assister les vicaires d’Autriche et de Pologne. La Mère Zurstrassen quitta Rome vingt-quatre heures avant la célébration solennelle au Vatican pour rejoindre la Belgique avant que les frontières ne fussent fermées. Les vicaires françaises rentrèrent précipitamment chez elles à l’issue des cérémonies. Celles des États-Unis et du Canada ramenèrent leurs probanistes et prirent avec les vicaires et les supérieures du Japon et d’Australie un bateau rempli de prêtres, de séminaristes et de religieuses17. Les probanistes britanniques et irlandaises, qui traversèrent la France, furent aux prises avec un trafic ferroviaire totalement perturbé par les opérations militaires. Elles s’embarquèrent à Saint-Malo et achevèrent leur probation dans leur pays. Quant aux supérieures de Belgique et de Hollande qui n’avaient pas suivi la Mère Zurstrassen, elles durent attendre plusieurs semaines dans le sud de la France avant de pouvoir rentrer chez elles.

  • 18 Vie de la R.M. Zurstrassen, p. 6. La Mère Symon et la Mère Zurstrassen avaient fait ensemble, en se (...)
  • 19 O. Biolley, op. cit., p. 110.
  • 20 La vie y fut éprouvante à cause des bombardements incessants qui préparaient l’invasion de l’Anglet (...)

15Lors de l’invasion, à la demande de la vicaire, les communautés de Belgique restèrent sur place : « Le risque accepté, on fit l’expérience de la grâce d’état et on n’eut pas à se repentir de la mesure prise18. » À Ixelles, le Sacré-Cœur hébergea « deux Carmels et une phalange de Franciscaines hospitalières, des réfugiés, des angoissés » qu’il fallait « consoler, soulager, aider. Le Bon Dieu nous a fait la grâce d’être ainsi récompensées de n’avoir pas quitté notre chère maison. Que nous nous en sommes félicitées19 ! » Ostende, d’abord abandonnée, fut réoccupée20.

  • 21 Arch. Gén. Journal de la Mère Castejón.

16Dès le début de juin 1940, précédée par un flux de réfugiés hollandais et belges complètement désemparés, l’invasion de la France provoqua une fuite éperdue de la population vers le sud. L’exode se déroula alors que la campagne de France se poursuivait et compliqua sérieusement le mouvement des troupes. L’apparition des chars et des bombardements ciblés accrurent la panique et précipitèrent sur les routes des villes entières. Les religieuses de Bondues, qui avaient voulu rejoindre l’ouest de la France, accueillirent des réfugiés de Tournai. À l’approche des Allemands, elles quittèrent la maison avec les Anglais de l’ambulance, passèrent en Belgique et, après beaucoup d’angoisses et un détour par Bruxelles, regagnèrent le 18 juin leur point de départ pour trouver leur maison pillée aussi bien par leurs voisins que par les envahisseurs. Une partie de la communauté d’Amiens se réfugia près du Crotoy, alors que l’autre put rejoindre Marmoutier. La région de Tours, où s’était replié le gouvernement français, subit des bombardements intenses. Les novices quittèrent Marmoutier pour le sud, et, après la signature de l’armistice, se réfugièrent à Montpellier. Les communautés de Lyon et de Grenoble se rendirent dans les villages proches ou cherchèrent à gagner le sud. Elles rentrèrent assez rapidement, parce qu’elles étaient dans l’incapacité de trouver des moyens de transport pour aller plus loin, ou parce que les autorités françaises, après la signature de l’armistice, ordonnèrent à la population de retourner chez elle. La Mère Vicente, qui redoutait l’entrée en guerre de l’Italie, fit rapatrier les novices espagnoles juste avant que l’Italie abandonnât sa neutralité21.

2.3 La résistance de la Grande-Bretagne

  • 22 Lettre du 3 novembre 1940. Communiquée par la Mère Hill aux communautés de Californie. Les scolasti (...)

17La Grande-Bretagne tint bon. La bataille d’Angleterre, déclenchée le 8 août 1940, provoqua un bombardement intense, continu et quotidien du sud et du centre du pays. West Hill et Saint Charles, à Londres, furent incendiées. À Roehampton, « nuit après nuit, nous entendions, vague après vague, nos bombardiers s’envoler pour aller délivrer leurs chargements de mort… Nuit après nuit, les sirènes annonçaient l’arrivée des avions ennemis, généralement vers 8 heures du soir. Cela donnait le temps de dîner et de prendre son équipement. » Le château avait de vastes caves qui furent occupées par les religieuses : « Chacune y avait son perchoir et, avec son oreiller et son édredon, se préparait pour la nuit. La Mère Shepherd pensait, qu’en dépit du risque, ses novices seraient mieux installées au-dessus du sol : le noviciat s’établit d’abord dans le pavillon brun puis sous le théâtre. Elle avait une statue de Notre Dame siège de la Sagesse devant laquelle elle plaçait une petite veilleuse. Quand le bombardement devenait assourdissant et atteignait son but, elle l’invoquait. » La vicaire passait une partie de la nuit à parcourir les bâtiments avec les gardes de la Défense passive. La maison et l’oratoire où avaient été inhumés le Père Varin, la Mère Digby, la Mère Stuart et la Sœur Lataste furent touchés : « Notre Seigneur nous a donné une merveilleuse pauvreté, écrivit la Mère Archer-Schee. Toute la lingerie de la communauté a été détruite par le second incendie, pas entièrement, mais comme les boiseries ont brûlées, des rayonnages de tissus ont été perdus. Aucune de nous n’a été blessée et de cela nous devons rendre grâce. Ce qui avait été sauvé du premier incendie a été perdu au cours du second, mais rien de la sacristie. La chapelle aussi a été sauvée, bien que les ardoises aient été soufflées et qu’il y ait des trous dans le toit. Elle pourra être ressuscitée, bien que pour l’instant ce soit la plus grande des désolations. Chaque toit a un trou, à l’exception des deux petites ailes et une seule de celles-ci a de la lumière et de l’eau. Nous y passons nos nuits, car il y a d’excellentes protections. Et nos jours, nous les passons à nettoyer toujours et encore et il y a des nappes de boue dans les corridors. C’est un immense privilège d’avoir été la cible des ennemis de Dieu. Individuellement, bien entendu, l’ennemi peut être bon, mais l’idéologie du nazisme est globalement si mauvaise qu’on peut croire que Satan est derrière elle et qu’il se sert pour combattre de sa volonté inique. » Avec courage, elle concluait : « Tout sera réparé longtemps avant le jour de la victoire. Quelques mois de ruines et puis la résurrection. C’est la même chose dans beaucoup d’endroits. Londres est magnifique ; les transports en commun dans la ville continuent, les trains aussi et chacun est plein d’espérance et de détermination. Que Dieu nous éclaire pour que puissions faire entièrement Sa volonté22. »

  • 23 L’école normale de Londres fut installée à Roehampton, le noviciat à Stanford Hall, près de Rugby.
  • 24 Arch. Gén. C I C3, Box 15. Rapport de l’économe générale.
  • 25 Lettres annuelles, 1941-1943.

18Les bombardements provoquèrent de nouvelles évacuations en 194223. Ces exodes suscitèrent d’admirables dévouements, des maisons ayant été laissées au Sacré-Cœur, parfois gratuitement, pendant toute la guerre24. Dans les propriétés abandonnées, les gardiennes s’occupaient des externes qui n’avaient pas toutes été évacuées ou qui rentrèrent à l’automne de 1942. West Hill hébergea des jeunes filles employées par l’état ; Tunbridge Wells et Newcastle accueillirent des réfugiés ; Saint Charles abrita une crèche et son terrain fut loti en jardins ouvriers. Les religieuses, privées des ressources fournies par les pensionnats, devaient se suffire à elles-mêmes. Bonchurch se lança dans la culture des tomates25.

  • 26 Elle était une Ancienne de Calais. La sœur du Général avait fait ses études à Lille et deux de ses (...)

19Le Sacré-Cœur accueillit ceux et celles qui étaient bloqués en Grande-Bretagne ou qui y étaient venus pour poursuivre le combat. Roehampton fut un asile pour les chapelains des armées alliées et pour diverses personnalités en exil. La grande duchesse du Luxembourg s’y rendait avec ses filles et Madame de Gaulle26 venait s’y reposer. La maison reçut aussi des frères et des fiancés d’Anciennes des États-Unis, du Canada, d’Australie et de Nouvelle Zélande. Les maisons situées près des camps militaires organisèrent des activités pour les soldats. Kilgraston fut un lieu de passage et d’accueil pour les régiments et les évêques polonais réfugiés.

  • 27 The life and times of R.M. Archer Shee, p. 40-41.

20À partir de l’entrée en guerre de l’Italie en juin 1940, les combats se déplacèrent vers la Méditerranée et l’Afrique du Nord. Malte fut bombardée à partir de janvier 1941. Les bâtiments du Sacré-Cœur subirent peu de dommage, mais la population manquait de tout, à cause de la guerre sous-marine, et la famine finit par se déclarer. La vie scolaire fut souvent interrompue et en 1941, on se contenta de donner des certificats de persévérance aux élèves. Saint Julian et l’école du Rosaire furent transformées en hôpital. Les classes en 1941-1942 eurent lieu dans un abri creusé dans le roc où les élèves et les religieuses durent parfois passer la nuit. La vicaire envisagea une évacuation, mais les chances de rejoindre l’Espagne étaient minces et l’archevêque était hostile au départ des religieuses27. La vie retrouva un cours proche de la normale après la prise de la Sicile par les Alliés.

2.4 La vie en Amérique du Nord

  • 28 Eva Dolfuss, fille du chancelier assassiné, fut élève du Sault-au-Récollet.
  • 29 Les informations sur les États-Unis proviennent du chapitre consacré à la seconde guerre mondiale p (...)
  • 30 Id. p. 16.

21Les pensionnats du Canada accueillirent des enfants réfugiées de Pologne et d’Autriche28 puis de jeunes Anglaises évacuées pendant « le Blitz ». Comme les sous-marins allemands patrouillaient à la sortie du port d’Halifax, la ville vécut sous le régime des alertes et du « black out ». La neutralité initiale des États-Unis présenta des avantages pour la Société du Sacré-Cœur29. Au début de 1940, la Maison Mère tenta de faire patronner les maisons de Pologne par celles des États-Unis, en tirant argument des dons que les vicairies américaines avaient pu leur faire. Après Pearl Harbour et la déclaration de guerre de l’Italie et de l’Allemagne aux États-Unis, les relations entre les maisons des États-Unis et Rome furent coupées. Le 12 décembre 1941, les religieuses de San Francisco subirent leur première alerte. Les religieuses japonaises étaient rares aux États-Unis. Deux novices qui étaient formées à Kenwood furent internées sur place30.

  • 31 Arch. Prov. États-Unis, Helen Condon, « Une perspective historique sur la communauté ».
  • 32 P. Byrne, op. cit., p. 13 et 15. Rapport de la Mère Margaret Reilly, présidente de Barat College, à (...)

22Helen Condon entra alors au noviciat : « Comme les autres, a-t-elle raconté, j’ai apporté ma carte de rationnement qu’avait réclamée la dépensière. Nous avons eu une double activité parce que l’effort de guerre avait absorbé les ouvriers qui autrefois étaient employés à Kenwood. Certaines des novices et des postulantes avaient des pères, des frères et des amis qui étaient mobilisés, la plupart d’entre eux outre-mer. Nous prions beaucoup pour eux. Kenwood avait une sirène et un abri où nous devions nous réunir au cours des alertes31. » L’effort de guerre provoqua le développement de l’Ouest des États-Unis. Seattle fut un centre de l’industrie de guerre et ses nombreuses bases militaires entraînèrent une explosion démographique dont bénéficia Forest Ridge. Mais tous les établissements du Sacré-Cœur virent leurs effectifs s’accroître, soit parce que la ville dans laquelle ils étaient insérés bénéficiait de transferts de population, soit parce qu’ils créèrent des enseignements spécifiques pour permettre à des jeunes filles et des jeunes femmes de remplacer les mobilisés dans l’économie ou pour former des infirmières32. Des bourses furent accordées à des réfugiées et les établissements embauchèrent des enseignants européens exilés.

3. Sacré-Cœur et croix gammée : la vie dans l’Europe hitlérienne

  • 33 Arch. Gén. C III 2) : « Céder notre petite église, c’était le coup le plus douloureux qu’on pût nou (...)

23En Autriche, rebaptisée Ostmark, le contrôle des nazis se renforça dès l’entrée en guerre. À Graz, la Gestapo obligea le 2 mars 1940 les religieuses à quitter l’aile du bâtiment qu’elles habitaient : il ne s’agissait pas encore d’une expropriation mais d’une « location forcée par mesure de guerre. » Trois semaines plus tard, elles durent se disperser, après avoir laissé l’une après l’autre les dernières salles qu’elles occupaient. La chapelle fut transformée en salle de gymnastique33. Le 7 mai 1940, la propriété fut confisquée parce que contraire au bien de l’état et de la nation. La supérieure de Graz était la Mère Marie zu Salm-Salm. Dès l’Anschluss, ses rapports avec les nouvelles autorités avaient été mauvais. Cette Allemande, qui avait reçu les nazis faisant irruption dans sa chambre sans se lever de son fauteuil, voulait résister. Au début, elle se contenta de protestations verbales : « Par cette docilité, j’avais en vue de rester à tout prix dans la maison des chapelains. Si nous avions insisté, on nous aurait expulsées immédiatement de Styrie. La consigne donnée à tous les couvents par notre évêque est de surtout ne pas quitter la propriété. Cela nous a été répété par Mgr le Nonce ; l’évêque et les avocats conseillent de ne pas céder un mètre de terrain. Notre maison actuellement est une souricière et le jardin n’a pas 52 mètres carrés. » Elle soulignait le courage des religieuses et était en contact avec la population locale : « Il ne se passe pas un jour sans que j’ai l’occasion de consoler, de remonter et de fortifier dans la foi quatre ou cinq âmes abattues. »

  • 34 Id. C IV 2). Lettre du 22 mai 1940 à la Maison Mère.
  • 35 C’était ce qui c’était produit pour les Auxiliatrices du Purgatoire.
  • 36 Id. Lettre du 17 juin 1940.
  • 37 Id. Lettre du 1er juin 1940.

24Il y eut au sein de la vicairie débat sur la meilleure manière d’agir. Pour la Mère zu Salm, abandonner la place, « c’était livrer les droits de la sainte Église. D’ailleurs tous les autres couvents qui n’avaient cédé qu’à la force ont les yeux fixés sur nous. Et de qui les fidèles apprendraient-ils la résistance au mal si nous ne leur donnons pas l’exemple ! Ces triomphes continuels fortifient extrêmement le régime actuel qui ne pourra probablement décliner que par évolution. Qui pensera encore à nous par la suite si nous ne faisons pas tout ce qui est en notre pouvoir pour rester sur place ? Il me semble que même si rien ne nous restait de notre propriété, il faudrait louer quelques chambres pour pouvoir rester dans la ville34. » Elle ne voulait céder qu’à la force, quitte à être expulsée : « L’expression est plus effrayante que la chose en elle-même. Le plus probable serait de passer quelques heures en prison jusqu’au train prochain et d’être expédiée à Vienne en wagon plombé35. Cela fait beaucoup de bien en fortifiant les faibles à qui cela a donné un fort bon exemple. Ensuite ce procédé a rabaissé de beaucoup l’estime du régime. » Elle se rendit à Berlin pour protester. Mais elle ne put retourner en Autriche : « Ce qui me coûte le plus, c’est de savoir que tous ceux qui restent à Graz, prêtres, religieux et religieuses, probablement même les simples fidèles seront bientôt en face d’une persécution ouverte tandis que je serai à l’abri ; sans pouvoir les aider ou souffrir comme eux. Là aussi il ne faut voir que le vouloir divin36. » Elle avoua toutefois que cette résistance était usante : « Il me semble qu’un des grands maux infligés à l’Église par les temps actuels, c’est de presque enlever aux âmes religieuses la possibilité d’une vie de recueillement et de prière. On n’a pas un jour de tranquillité. Heureusement que la paix intérieure demeure37. »

  • 38 Ils furent euthanasiés au printemps de 1941.
  • 39 Id. C IV, 2) visite régulière de juin 1940. Deux ans plus tard, les Religieuses du Sacré-Cœur étaie (...)
  • 40 Id. Autriche, 17 octobre 1941. Par la suite elles fabriquèrent des chaussons pour les soldats.
  • 41 Id. Lettre du 25 février 1943.

25Riedenburg reçut au printemps de 1940 des Franciscaines du Sacré-Cœur très âgées, évacuées d’une ville voisine de Fribourg en Brisgau. Pressbaum hébergea des enfants handicapés mentaux38 et des militaires. « L’un des deux locataires s’étend de plus en plus et nous surveille de très près », remarqua la Mère Kömstedt39. Au printemps de 1941, les deux maisons reçurent un hôpital militaire. À Vienne, la communauté avait été reléguée dans la partie de la maison réservée aux « étrangers » et les sœurs assuraient les gros travaux d’entretien de l’école ménagère installée dans le bâtiment principal. Comme les locataires « payaient bien », tout se passait mieux que prévu40. « On apprend de plus en plus à se condenser pourvu que l’essentiel soit sauvegardé, avoua la Mère Kömstedt. Le Bon Dieu prend soin des siens41. » Comme les relations entre Vienne et la Hongrie étaient rares, on ouvrit en août 1942 à Budapest un noviciat pour les religieuses de chœur.

26En Autriche, les activités religieuses furent freinées ou interdites dès le début de la guerre. Les congrégations mariales avaient été supprimées ; les religieuses assurèrent des récollections où elles recevaient entre cinquante et cent personnes et enseignèrent le catéchisme. Mais cet apostolat devait être discret. Pour ne pas attirer l’attention, à Vienne, les participants et les prêtres accédaient au Sacré-Cœur par l’église et, pour ne pas croiser le personnel de l’ambulance, gagnaient le jardin par une porte dérobée. Ces précautions n’empêchèrent pas des dénonciations et, au début de l’été de 1941, « des personnes non désirées » s’étant introduites dans la maison, on dut interrompre cette œuvre.

  • 42 Arch. Gén. C IV 2), 9 août 1942.
  • 43 Elle dut aller jusqu’à Katowice pour trouver des confesseurs pour les coadjutrices.
  • 44 Seule la supérieure toucherait la porte du tabernacle et y déposerait le ciboire ; les religieuses (...)
  • 45 Id. C I A 8 d, box 5, 20 juillet 1943.

27En Pologne, le genre d’occupation imposé à la zone dans laquelle vivaient les religieuses fixa leurs conditions de vie. Les gauleiters introduisirent le droit pénal allemand dans le Wartheland et le germanisèrent. Les Polonais et les juifs n’avaient pas le droit de posséder ; ils ne devaient pas quitter leur lieu de résidence et pouvaient être dirigés vers des « camps de rassemblement » ou les centres industriels. L’immigration des Allemands en provenance des pays baltes, de la Volynie ou de la Bessarabie passés sous contrôle soviétique fut encouragée. La langue polonaise fut exclue de l’enseignement. Le sort de l’Église catholique y fut tragique, le gouverneur Greiser menant, à titre expérimental, une politique qui après la guerre devait être appliquée dans l’ensemble du Reich. Le nombre des paroisses fut réduit à une ou deux par district. Le culte, limité au dimanche, fut restreint à quelques heures. La plupart des églises et des chapelles furent transformées en magasins, en hôtels, en écuries ou à Pobiedziska en dépôt de marchandises. À Poznan, la seule église ouverte tous les jours était Nur für Deutsche, comme l’indiquait le panneau placé à l’entrée, c’est-à-dire réservée aux seuls Allemands. Une autre église n’était ouverte aux Polonais que le dimanche. Cette politique fut si efficace que, jointe à l’emprisonnement et à la déportation des ecclésiastiques, il n’y avait plus de prêtres à Polska Wies et à Poznan dans l’été de 194242. Pour assurer les offices, la Mère von Schell s’assura les services de Silésiens qui parlaient l’allemand et le polonais ou de jésuites allemands, qui n’étaient ni mobilisés ni mobilisables puisque considérés comme des ennemis du Reich43. En mai 1943, les religieuses de Polska Wies tentèrent d’obtenir la possibilité de se communier elles-mêmes. Malgré le luxe de précautions dont elles avaient promis d’user44, la Sacrée Congrégation fit savoir que le pape l’avait refusée45. Pie XII n’avait sans doute pas pris conscience que la vie sacramentelle était difficile à assurer dans un monde uniquement féminin.

  • 46 Son attention avait été attirée sur la conduite de la Mère Agnès Best qui aidait des prêtres polona (...)
  • 47 Jerzy Kloczowski, Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987, p. 472.

28Les couvents furent peu à peu fermés et on interdit le port de l’habit religieux. Au printemps de 1941, Greiser expulsa les Religieuses du Sacré-Cœur de Poznan. Les Allemandes dont il n’était pas sûr de la loyauté46 furent rapatriées en Allemagne. Un camp de concentration spécial avait été prévu pour les religieuses polonaises. Toutes celles du Sacré-Cœur n’y furent pas envoyées. Quatre restèrent à Poznan pour assurer le service de la maison qui était occupée. Quelques-unes purent aller à Polska Wies. Mais les autres furent envoyées à Bojanowo, un ancien établissement pénitentiaire, où on concentra six-cent quinze religieuses de vingt-cinq congrégations et ordres47.

  • 48 Arch. Gén. C IV 2, lettre du 15 juillet 1941 de la Mère Werhahn : « Dans ce camp de concentration, (...)

29La Mère Helena Chlapowska, qui avait été la supérieure de Poska Wies et de Poznan, y fut internée. Elle put faire parvenir à l’extérieur quelques lettres où elle décrivait la vie au camp. La nourriture y était restreinte, les religieuses, privées des sacrements, n’avaient pas la possibilité d’assister à la messe dominicale. Les supérieures étaient séparées de leurs filles, toutes les religieuses ayant été mélangées. En juillet 1941, la Mère Chlapowska fit savoir qu’elle ne pourrait plus écrire qu’une lettre par mois et en allemand et qu’elle ne pourrait plus recevoir qu’un paquet d’un kilo. En raison de son âge, elle travaillait à l’intérieur du camp. Une fois au moins, la Mère von Schell put rendre visite aux internées et leur apporter la communion. Elle leur fit également passer quelques suppléments alimentaires vitaminés et des médicaments. Finalement la Mère Chlapowska put sortir du camp sous prétexte d’hébergement familial, sans avoir à produire le document qui équivalait à un abandon de la vie religieuse48.

  • 49 Ludwika Skibniewska : Souvenirs des années passées à Lwow, p. 25. On y ouvrit un noviciat pour les (...)
  • 50 Arch. Gén. C I A 8, box 5, lettre du 9 juillet 1940.
  • 51 Informations communiquées par A. Merdas.
  • 52 Arch. Gén. C IV 2, Lettre du 21 février 1940.

30Dans le Gouvernement général, il n’y eut pas de germanisation forcée et la liquidation de l’Église catholique ne faisant pas partie des objectifs des autorités, il n’y eut ni fermeture massive des églises ni limitation du culte. Mais la répression s’abattit sur les ecclésiastiques et les religieux. Comme les Polonais devaient être confinés dans des tâches de service, l’enseignement fut limité au primaire et à l’enseignement professionnel. En décembre 1939, à Zbylitowska Gora, les religieuses furent chargées d’une école ménagère publique. En simulant un ouvroir, elles préparèrent une cinquantaine d’élèves au baccalauréat et elles assurèrent le catéchisme49. Un nouveau champ d’apostolat s’ouvrit quand un comité polonais leur demanda de recevoir les enfants de familles évacuées dont les pères avaient exercé des professions libérales50. À Varsovie, les religieuses tinrent aussi une école publique et elles donnèrent de manière clandestine une formation secondaire et universitaire51. Il fallait assurer l’alimentation des communautés. À Zbylitowska Gora, où les frais d’enseignement étaient payés en nature, on cultiva aussi du blé dont une partie de la production fut achetée par les autorités. À Varsovie, les religieuses furent nourries par la « cuisine municipale » et par la « soupe des pauvres ». Devant assurer l’alimentation des familles évacuées, elles purent ainsi obtenir une part de leur nourriture52. Mais à Zbylitowska Gora, écrivit une religieuse allemande : « Les teints sont d’albâtre, la supérieure a perdu son anneau, tellement son doigt a maigri. »

  • 53 Quand les Soviétiques dévaluèrent la monnaie polonaise, au printemps de 1940, on dut recourir au tr (...)
  • 54 Id. C III, Pologne, B, Krystyna Smigiel, Lwow – Léopol – Lemberg.

31Entre septembre 1939 et juin 1941, la maison de Lwow fut complètement isolée. À l’entrée des Soviétiques dans la ville, elle hébergeait des religieuses réfugiées de Poznanie, des jésuites faisant leur « troisième an » et une quarantaine d’infirmières. La ville dépendant de l’Ukraine, l’enseignement de l’ukrainien fut imposé. Les programmes scolaires furent alignés sur ceux de l’URSS et tout insigne religieux prohibé. En janvier 1940, une école, dénommée « Armée rouge », fut installée au Sacré-Cœur qui reçut également des écoles russe et ruthène, des bureaux de l’administration ukrainienne et une troupe d’acteurs. Les religieuses durent se disperser et trouver du travail comme domestiques, gouvernantes ou gardiennes de maisons abandonnées. Les plus âgées et les infirmes furent placées sous la responsabilité de l’assistante, la Mère Baillot, dans une villa qui avait été prêtée. Les gardiennes du couvent vécurent confinées pendant près de deux ans dans deux salles situées au sous-sol et elles gagnèrent leur vie en faisant de la broderie, du lavage et du repassage53. Elles furent citées devant les tribunaux pour occupation indue d’un bâtiment réquisitionné, mais la maison n’ayant pas été nationalisée, elles purent y demeurer54.

  • 55 Id. L. Skibniewska, op. cit., p. 10. Il y eut un répit après que Sikorski ait obtenu une amnistie l (...)
  • 56 Id. La vicaire se contentait de dire : « Ne vous faites pas arrêter par la Milice, je vous en prie. (...)
  • 57 Ses liens de parenté avec le général Haller qui avait été l’un des opposants aux Soviétiques lors d (...)
  • 58 Id. C IV 2, lettre de la Mère Werhahn, 21 janvier 1941.
  • 59 Id. Lettres du 5 et du 19 novembre 1940.
  • 60 On avait pensé que la Mère Baillot, qui était Française, pourrait passer à Bucarest. Ce ne fut pas (...)

32En février 1940, les Soviétiques se mirent à emprisonner les civils ou à les expédier en Sibérie. Beaucoup d’Anciennes furent alors déportées avec leurs enfants55. Des religieuses auraient voulu les suivre, non pas sans doute « pour fonder le Sacré-Cœur en Sibérie », comme le laisse entendre un rapport, mais plutôt pour poursuivre leur apostolat et partager les souffrances de leurs concitoyens. Elles les aidaient au moment de leur départ en leur faisant passer des paquets56. On craignait que les religieuses, en particulier la vicaire, ne fussent déportées57. La Mère Günther se cacha mais estimant que quitter la ville équivalait à une désertion, elle refusa de partir de Lwow58. La Croix Rouge, l’ambassade d’Allemagne à Moscou, les religieuses de Budapest intervinrent pour obtenir des laisser-passer pour les religieuses qui y vivaient59. Certaines passèrent clandestinement la frontière, en utilisant la « ligne verte », selon l’expression courante, et parvinrent dans le Gouvernement général, où elles renforcèrent la maison de Varsovie60. Après la déclaration de guerre du Reich à l’URSS le régime du Gouvernement général s’appliqua à Lwow. Les Religieuses du Sacré-Cœur retrouvèrent leur couvent et reprirent l’habit.

33En Europe occidentale, le Reich n’appliqua pas la même politique dans tous les pays satellisés. Les Pays-Bas, administrativement autonomes, furent dirigés par un commissaire du Reich, Seyss-Inquart. Jusqu’en 1943, les maisons du Sacré-Cœur purent communiquer avec Rome. Blumenthal était convoitée par le parti national-socialiste qui voulait y organiser un collège de garçons et par l’armée allemande qui souhaitait y établir une ambulance. Ce fut l’armée qui l’emporta en août 1941. La maison d’Arnhem ayant été saisie en février 1942, les religieuses louèrent des villas dans un village proche et y ouvrirent des classes. Celle de la Haye s’occupa d’œuvres diverses et accueillit aussi bien des groupes de footballeurs qu’un cercle de Javanais. Le nombre des élèves augmenta, le gouvernement ayant en 1943 prolongé la durée de l’obligation scolaire.

  • 61 O. Biolley, op. cit., p. 111.
  • 62 Arch. Prov. Belgique-Nederland. La Mère Napier, qui fut libérée en juin 1945, refusa toujours de pa (...)

34Après la capitulation du roi Léopold III, la Belgique garda un chef d’état, un gouvernement et une administration nationale, mais sous tutelle allemande. Les maisons du Sacré-Cœur hébergèrent des civils et des résistants s’y cachèrent. Pour faire vivre les communautés et aider l’entourage, on fit rendre les fermes au maximum. Ixelles accueillit dans l’hiver de 1942 le collège que les jésuites avaient dû licencier, faute de chauffage. En 1944, des salles furent réquisitionnées pour abriter un hôpital militaire61. Des religieuses de la vicairie furent internées. La Mère Barbara Napier, qui était Britannique, arrêtée une première fois en 1940, fut prise par la Gestapo le 2 avril 1941. Elle fut déportée à Friederichshaffen, sur le lac de Constance, puis à Liebenau, près de Dresde, dans un camp pour Britanniques et Américaines. Le camp, qui rassembla une quarantaine de religieuses de quatorze congrégations, atteignit un millier d’internées. Deux ou trois fois, elle reçut la visite de la Mère Tiefenbacher, costumée en infirmière et venue sous prétexte d’inspecter le camp62.

  • 63 Tém. M-T. Houdoy.
  • 64 La Mère Baillard quitta Marmoutier en août 1942 et la communauté de Montigny fusionna alors avec ce (...)

35La France, considérée par Hitler comme une nation pourrie, décadente et « négrifiée », fut découpée en quatre zones séparées par des lignes de démarcation. L’Alsace et la Lorraine redevinrent le 8 août 1940 des pays allemands administrés par des gauleiters. Comme « les Français étaient illettrés » – la plupart des Lorrains ne parlaient pas l’allemand ou ne voulaient pas le parler -, l’enseignement commença à être donné en allemand à Metz et à Montigny dès le 17 juillet 1940. Les autorités acceptèrent toutefois d’ajouter le lendemain un enseignement en français, ce qui était sans doute faire preuve de réalisme ! La Lorraine, destinée à devenir une terre d’immigration pour les Allemands des régions périphériques, devait être vidée de ses habitants. Le 16 août, sous le prétexte d’une manifestation patriotique et religieuse, l’évacuation de la population française, expédiée par trains entiers en zone sud, démarra. Les trois plus jeunes religieuses de Montigny partirent entourées de soldats, baïonnette au canon, sans savoir où elles allaient ni ce qui risquait de leur arriver63. Les autres furent expulsées en novembre 1940 lors d’une seconde vague de départs. La vicaire, la Mère Baillard, reconstitua une communauté à Marmoutier. Les religieuses de Metz furent installées à Nantes sous la direction de la Mère de Mondion64. La Mère Baillard finit par comprendre qu’elle ne pourrait plus retourner en Lorraine. Elle dut attendre près d’un an son laisser-passer pour visiter les communautés de Lille et de Bondues, qui étaient comprises dans la « zone interdite » rattachée au commandement militaire de Bruxelles.

  • 65 Elle avait aussi accueilli des carmélites. Des laîques de la région lui vinrent financièrement en a (...)

36La zone dite « libre » recouvrit le sud de la France jusqu’à ce que les autorités allemandes l’occupent le 11 novembre 1942, tout en maintenant en place un « Etat français », sous la direction de plus en plus théorique du maréchal Pétain. La rive gauche du Rhône et les Alpes étaient placées sous l’autorité de l’Italie : les Allemands s’y installèrent le 9 septembre 1943, après la capitulation italienne. Les religieuses avaient été bloquées là où elles se trouvaient lors de l’armistice. Les obédiences ne purent vraiment reprendre qu’après l’occupation totale de la France, une libre circulation entre les zones étant rétablie en mars 1943. Toulouse et Montpellier furent des asiles pour beaucoup de religieuses. À Montpellier, la Mère de Lescure se chargea des novices et des probanistes mais elle eut du mal à assurer le ravitaillement dans une région où la culture dominante était celle de la vigne65. Les religieuses souffrirent de la faim quand le rationnement devint de plus en plus strict et les ressources toujours plus rares. L’installation du régime de Vichy entraîna des modifications dans la législation du pays. La Révolution nationale abrogea les lois qui faisaient tomber les membres des congrégations religieuses sous le coup des mesures d’exception. Le Sacré-Cœur reprit la direction de ses établissements.

  • 66 À Nantes, six coadjutrices et deux religieuses de chœur durent partir.
  • 67 À la demande du cardinal Liénart, la maison devint un centre de rassemblement pour les mouvements d (...)

37La « zone occupée » engloba Bordeaux, Nantes, Poitiers, Tours, Paris, Joigny et Amiens. Dans l’été de 1940, les Allemands décidèrent d’expulser les étrangers installés en France depuis 193766. À Amiens, des sœurs polonaises purent, après quelques jours d’internement, faire reconnaître que, nées en Poznanie avant 1918, elles étaient Allemandes et elles restèrent sur place. Bondues reçut un hôpital allemand jusqu’en mars 1941 mais put rouvrir un établissement scolaire dont les effectifs s’accrurent progressivement67. Amiens, qui hébergea des clarisses dont le couvent avait été détruit, reçut des prisonniers civils belges et des travailleurs français, hollandais et allemands. Le local laissé aux religieuses fut de plus en plus restreint et en 1943 elles ne pouvaient même plus aller dans le jardin. L’occupation de la maison leur valut toutefois du charbon qui leur permit de chauffer la chapelle. Elles cherchèrent à avoir un apostolat auprès des femmes qui étaient entrées, volontairement ou non, au service des Allemands. Marmoutier fut partiellement occupée. Nantes fut abandonnée en mars 1943, la maison étant mise à la disposition d’un hôpital militaire. Quelques religieuses continuèrent d’enseigner dans des locaux variés, y compris dans un garage. Après le bombardement qui en septembre 1943 détruisit le couvent de la Visitation qui les hébergeait, la plupart furent envoyées dans le nord et dans la région parisienne.

  • 68 Elle avait laissé à Montigny comme responsable jusqu’à l’arrivée des secours la Sœur Kirsch, une co (...)
  • 69 M. Benziger, op. cit., p. 27-28 : « la Mère Werhahn vint une fois à Ridenburg et, à la récréation, (...)

38Dans les pays annexés, la préoccupation était de préserver ce qui pouvait l’être. Pendant son transfert en zone sud, la Mère Baillard avait téléphoné à Rome pour demander l’envoi en Lorraine de religieuses allemandes68. La Maison Mère avait déjà confié à la supérieure de Berlin, la Mère Werhahn, la mission de régler le sort des maisons passées sous le contrôle de l’Allemagne, mais sans décharger les vicaires qui, à cause de leur nationalité, ne pouvaient plus tenir leur fonction autrement que sur le plan moral. Ce choix était incontestablement bon, car outre ses qualités personnelles, Paula Werhahn était la belle-sœur de l’un des dirigeants de la firme Siemens et elle sut mobiliser un réseau relationnel influent dans l’armée et la haute administration allemandes, dans le corps diplomatique neutre ou allié à l’Allemagne et dans la hiérarchie catholique, car elle était parente du cardinal Frings. Munie des pleins pouvoirs par la Maison Mère, elle finit par rayonner sur tous les pays occupés ou annexés. La Mère Werhahn agissait avec autorité, lucidité et maîtrise, mais dans le respect des personnes. Consciente des réalités de l’occupation, elle eut le courage d’informer les religieuses d’Autriche des horreurs dont, fortuitement, elle avait été témoin en Pologne69.

  • 70 Prit-elle l’initiative de cette action ? Ou bien est-ce à la demande de la Mère Chlapowska, la supé (...)
  • 71 Id. p. 43-44.
  • 72 Id. p. 56-57. Arch. Gén. C VII 2 C. Elle se rendit à Rome en 1942 : « Elle souffrait intensément de (...)

39Dès l’automne de 1939, la Mère Werhahn se rendit à Polska Wies70 : « Elle nous apparut humble et souriante, comme un ange libérateur. Elle se présenta dans l’attitude d’une coupable qui vient réparer le mal commis par les siens. Parfaitement consciente des dangers immédiats qui nous menaçaient, elle consulta cependant les Mères polonaises sur leurs projets de défense, entra dans toutes les difficultés et conseilla un plan d’offensive basé loyalement sur des relations amicales avec les autorités allemandes, c’est-à-dire avec les militaires. Consciente des risques qu’elle prenait elle-même comme protectrice des Polonaises, elle s’offrit à faciliter l’entente et les accords avec les autorités allemandes71. » À l’usage, les religieuses polonaises apprécièrent « sa noblesse d’âme qui ne se démentit jamais, sa générosité sans aucun égard pour son propre profit, sa délicatesse de sentiment toujours aux écoutes des souffrances des autres. » Elle fut réellement « une Mère incomparable72. »

  • 73 Westphalienne, elle était apparentée au comte Clemens von Galen, évêque de Münster. Elle avait mani (...)
  • 74 Elle avait d’abord été envoyée à Montigny où elle fut aidée par la Mère Biegeleben, une Autrichienn (...)

40La première de ses décisions consista à nommer des Allemandes et des Autrichiennes pour assurer dans les pays annexés les fonctions de supérieures locales. La Mère Maria von Vittinghoff-Schell fut envoyée à Polska Wies73. La Mère Agnes Best fut installée à Poznan, la Mère Maria von Jordis à Kientzheim74 et la Mère zu Salm-Salm à Metz. Elles servaient de paravents aux supérieures locales qui n’étaient pas reconnues par les nazis. Comme l’a écrit la Mère von Jordis : « J’étais pour eux la Oberin. Lorsqu’ils se montraient, la portière le signalait par un coup de cloche extraordinaire. J’allai demander la bénédiction de la supérieure qui m’envoyait les rencontrer en me disant : « Allez, ma petite ! » J’étais sous l’autorité de ma supérieure locale et de la vicaire française d’une part et de Mère Werhahn et de la Mère de Salm de l’autre. Situation délicate aussi longtemps que Mère de Salm fut à Metz. Tout changea en 1943 lorsque la Mère Robert, la supérieure, et la Mère Pinat, l’économe, furent elles aussi expulsées. La Mère Baillard me fit savoir que je restais chargée de la maison. J’étais acceptable pour les nazis, parce qu’Autrichienne, ils me comptaient comme Allemande. Et pour les Alsaciens, parce qu’Autrichienne, je n’étais pas « boche ». Du reste beaucoup me croyaient Française et ne distinguaient pas mon accent. » Lorsqu’elle se rendit à Rome en novembre 1942, la Mère Dupont lui dit : « N’ayez pas peur de vous sacrifier pour l’unité. » C’est qu’elle se demandait si ma position vis-à-vis de la supérieure française n’était pas difficile. Mais je pus la rassurer. »

  • 75 Op. cit., p. 58-59.
  • 76 L. Skibniewska : op. cit., p. 18. La Mère Werhahn avait présenté les religieuses venues d’Allemagne (...)
  • 77 A. Merdas, op. cit. p. 23 et 25.

41La Mère Zalecka a laissé un beau portrait de la Mère von Schell : « Ce fut une Mère vraiment parfaite et créée pour les circonstances difficiles où nous étions. Très droite, large, compréhensive, d’un cœur délicat et tendre, dévouée à notre cause comme s’il s’agissait de défendre les intérêts de son propre pays. En même temps parfaite gardienne de la règle et de l’esprit religieux, elle sut gagner – littéralement – tous les cœurs et n’eut pas d’ennemis parmi les Polonais75. » À Lwow, elle raconta combien elle avait été impressionnée, à son premier passage à Varsovie, par l’état de la ville détruite par les bombardements : « En faisant ce récit – elle avait peine à parler -, des larmes coulaient sur ses joues. Nous lui disions : « Ma Mère, cessez, nous savons ceci, cela vous coûte trop ! » Avec énergie, elle nous répondit : « Je dois expier pour mes compatriotes, au moins de cette manière, quoique cela me fasse beaucoup souffrir76. » Quant à la Mère Best, elle écrivit à Rome : « Pour aider les Polonaises, il faut avoir beaucoup de tact et un cœur insolite de mère : je ne suis pas à la hauteur de ma tâche. » Elle avait sans doute tendance à se déprécier, car, à Poznan, elle aida un prêtre à échapper à la citadelle77 !

  • 78 Arch. Gén. C IV 2. Lettres de la Mère Werhahn du 18 décembre 1939 et du 8 octobre 1940. En 1942, l’ (...)
  • 79 Id. 24 septembre 1941. Une partie de la maison fut rendue au Sacré-Cœur.
  • 80 Id. 24 novembre 1941.
  • 81 Id. 22 mai 1941. « Le Parti la poursuit personnellement. Sa manière d’être les agresse. » La Mère z (...)
  • 82 Il y avait eu une première alerte en février 1941. La Mère Louise Kintz qui était Alsacienne parvin (...)

42La question de la propriété des maisons du Sacré-Cœur se posa immédiatement. La Mère Werhahn, aidée par des juristes et un avocat de Berlin, chercha pour la Poznanie une parade dont elle fit usage dans les autres pays annexés78. Comme les biens polonais dans le Wartheland étaient susceptibles d’être expropriés, elle fit considérer ceux du Sacré-Cœur comme appartenant à une congrégation italienne protégée par un allié du Reich. Si à Polska Wies, l’opération fut facilitée par le fait que la propriété avait été achetée par la Maison Mère, à Poznan, la discussion fut difficile à mener, car la maison avait été réquisitionnée en décembre 1939, mais elle la préserva de la confiscation79. Il s’agissait d’un travail qu’il fallait constamment reprendre car l’occupant tentait de récupérer ce qui lui échappait. La même tactique fut appliquée à l’est de la France. En Alsace, le statthalter ne chercha pas à envenimer les choses. Mais en Lorraine, au printemps de 1941, le Sacré-Cœur perdit Metz et Montigny où le parti national-socialiste installa une école expérimentale pour former des jardinières d’enfants80. La protection des propriétés ne mettait pas à l’abri leurs occupantes. La Mère zu Salm Salm fut expulsée de Metz dès mai 194181 et les Mère von Capitain et von Loë durent aussi quitter la Lorraine où le combat contre l’Église était plus direct qu’en Allemagne. Les dernières religieuses françaises de Kientzheim furent expulsées en avril 194382.

  • 83 Une Italienne, la Mère Zabeo, obtint les visas nécessaires. Quand l’Italie rompit ses relations ave (...)
  • 84 Arch. Gén. C IV 2. 24 septembre 1941.

43La Mère Werhahn profita de l’Axe Rome-Berlin pour envoyer en Italie des religieuses de Poznanie qui étaient malades83. Cela était d’autant plus nécessaire que les nazis liquidaient les incurables, les vieillards et les malades mentaux dans le cadre de leur politique d’euthanasie. Une sœur polonaise en séjour dans un hôpital était morte en 1939 d’une injection létale : « Que le Seigneur leur pardonne tant de crimes », écrivit la Mère Werhahn lorsqu’elle en eut connaissance. Elle fit revenir à temps une autre religieuse qui était pensionnaire d’un hôpital psychiatrique : « Vous savez peut-être ce que nous avons à craindre pour ceux qui n’ont qu’une partie de leurs forces ou de leurs facultés », écrivit-elle à Rome84.

  • 85 Id. 21 janvier 1941 : « De nos jours, il est toujours bien de se faire utile, cela préserve d’une é (...)
  • 86 La maison de Berlin, dès janvier 1940, reçut des femmes âgées évacuées du Baltikum.
  • 87 Id. 1er février 1940. L’opération était financièrement intéressante, car les réfugiés payaient leur (...)
  • 88 Les religieuses ne devaient pas donner les soins. Aux Pays-Bas et en Autriche, les Allemands firent (...)
  • 89 Id. 8 octobre 1940. 3.000 marks par mois à Polska Wies
  • 90 Elle avait des relations amicales avec un général de cette arme.
  • 91 K. Smigiel, op. cit..

44Pour que les maisons du Sacré-Cœur ne fussent pas la cible des réquisitions, le mieux était de les rendre utiles aux occupants85. Diverses manières d’agir étaient possibles. L’une consistait à recevoir des réfugiés d’origine allemande chassés par les Russes86. Les Polonaises de Poznan ne voulaient pas que la maison devint un Baltenheim. Mais pouvait-on parler de patriotisme quand il s’agissait de « garder un bien de la Société et de faire autant d’apostolat que possible », écrivit la Mère Werhahn87 ? On pouvait aussi héberger les services de l’armée allemande. Polska Wies, les maisons d’Autriche, d’Allemagne, du Gouvernement général et des Pays-Bas reçurent des hôpitaux militaires. Il s’agissait de grosses unités qui pouvaient avoir jusqu’à un millier de lits. Ces hôpitaux fournissaient un travail rémunéré aux membres des communautés employés à la cuisine et à la buanderie88. Les contrats de location signés par l’armée assuraient des revenus89 et de la nourriture car ils prévoyaient que les religieuses mises à leur disposition auraient la même alimentation que les infirmières allemandes. L’attribution des maisons à l’armée allemande évita que le parti national-socialiste, la Gestapo ou les SS ne s’y installent, ce qui équivalait à une perte sèche car ils ne versaient pas de location. Les hôpitaux protégeaient les religieuses qu’ils employaient d’une éventuelle déportation. La Mère Werhahn prit soin de passer des accords avec la Luftwaffe qui avait gardé une certaine autonomie dans l’appareil militaire allemand90. Cette politique destinée à sauver les personnes risquait d’apparaître à la population locale comme une forme de collaboration avec l’occupant. Mais à Lwow, elle permit aux religieuses d’associer des jeunes filles polonaises à l’entretien du linge de l’hôpital et de leur donner des cours clandestins91.

  • 92 À Riedenburg, les sœurs chargées de la buanderie travaillaient de 6 heures du matin à 10 heures du (...)
  • 93 A. Zalecka, op. cit., p. 99-100.
  • 94 À Riedenburg, on leur avait interdit de parler de religion avec les soldats qui les aidaient dans l (...)

45Les conditions de travail étaient lourdes. Dans les hôpitaux, les coadjutrices furent chargées du nettoyage des sanitaires. Les religieuses de chœur qui parlaient l’allemand furent affectées – et c’était un honneur ! – à la buanderie, au vestiaire et au repassage. Elles étaient toutes sous le contrôle des inspecteurs militaires92. Le travail à la buanderie n’était pas sans risque et des épidémies se répandirent dans les communautés. En Pologne, les plus vaillantes des sœurs furent destinées aux travaux agricoles. Elles travaillaient huit à dix heures par jour selon la saison : « Elles préféraient cependant cette lourde besogne exposées qu’elles étaient aux intempéries, mais en compagnie de nos paysans, au travail plus abrité de la maison où elles étaient livrées au mépris des « surhommes hitlériens » et devaient l’avaler avec une indifférence stoïque. Il faut cependant convenir que les Polonaises étaient bien traitées à l’hôpital, et sauf la pression morale des humiliations subies comme membres d’une nation vaincue, elles n’avaient pas à souffrir de réelle persécution, comme les autres femmes du pays, à part les privations de nourriture, d’habitation, de vêtement imposées à tous par la guerre. Il y eut certes, ici et là, des animosités nationales et religieuses entre le personnel hitlérien et nos sœurs. » Mais elles ne provenaient pas d’une malveillance vis-à-vis du Sacré-Cœur93. À Polska Wies, les Religieuses du Sacré-Cœur furent en contact avec des religieuses protestantes qui étaient infirmières. Des prières communes les réunirent. Elles donnèrent des leçons d’italien à des médecins et à des officiers qui devaient être envoyés sur le front méridional. Elles purent parfois, mais rarement, aider spirituellement les blessés94.

  • 95 A. Zalecka, op. cit. p. 60-62.

46La vie commune des religieuses allemandes et polonaises aurait pu s’avérer délicate. Les témoignages prouvent que les Allemandes furent à la hauteur de ce qui leur était demandé. À Polska Wies, « les Mères polonaises étaient des patriotes enragées, mais émues du dévouement sans nom des religieuses allemandes. Jamais réalisation du Cor unum et anima una in corde Jesu ne fut plus parfaite que dans notre petite communauté pendant ces années terribles. Les Mères allemandes vinrent à nous non dans une mission de protectrices, mais dans une mission de réparatrices. Du coup, toute rancune politique, toute opposition nationale, toute incompréhension baissèrent pavillon. Ce fut un échange de la charité fraternelle la plus parfaite. Les Mères allemandes se fondirent aussitôt avec nous, comme si elles avaient été toujours de la famille. » Les Allemandes n’agissaient jamais sans se concerter avec les supérieures polonaises95. Elles furent solidaires de leurs sœurs privées de secours religieux et, à Poznan, elles s’interdirent d’aller à la messe dans les églises réservées aux Allemands. Les plus jeunes des Allemandes travaillèrent dans les champs et à l’étable.

  • 96 A. Merdas, op. cit. p. 32
  • 97 L. Skibniewska, op. cit., p. 19.
  • 98 Des membres des Judenkommando furent amenés à l’hôpital de Lwow pour y effectuer des travaux de déb (...)
  • 99 A. Zalecka, op. cit., p. 133-134.

47Les religieuses polonaises aidèrent la résistance. À Lwow, la Mère Elzbieta Walchnowska avait noué des relations avec « les garçons de la forêt » et elle fut officier de l’armée de l’intérieur clandestine96. Avec l’accord de la vicaire, elle contribua à procurer aux clandestins des vivres, des vêtements, des certificats de travail, les Arbeitkarten, des pansements et des médicaments97. Avec les tampons de l’hôpital, les religieuses firent des cartes d’identité et des permis de circulation pour les jeunes Polonais. Elles donnèrent des certificats d’aryanité à des juives qu’elles abritaient quelques heures avant de les faire prendre en charge par la résistance98. La supérieure de Varsovie, la Mère Maria Mankowska était « boîte aux lettres » pour les mouvements de résistance. À Polska Wies, les religieuses couvrirent les vols de nourriture, de vêtements, de couvertures et de pansements que les civils faisaient dans les réserves de l’hôpital et elles y prirent part99.

  • 100 Arch. Gén. C IV 2, lettre du 16 janvier 1941.

48Le rôle des religieuses allemandes n’était pas facile et peut-être étaient-elles choquées de ces actes qui visaient leurs compatriotes. Comme l’écrivit la Mère Kömstedt, « les quatre Allemandes de Polska Wies sont courageuses et pleines de charité. Ce n’est que trop que nous sentons quel mal est fait par nos compatriotes. Est-ce à cause de cela que nous trouvons le patriotisme des chères Polonaises exagéré et comme primant tout ? Ce patriotisme exclusif et fort est peut-être la plus grande difficulté à l’intérieur de la famille religieuse. » S’il était difficile d’empêcher les Polonaises d’agir en patriotes, « il y [avait] aussi des procédés peu francs qui exposaient les Mères allemandes à de grands dangers parce qu’on ne leur dit pas la vérité et elles transmettent cela de bonne foi aux autorités allemandes. Or on sait combien cela est puni. » La Mère Kömstedt reconnaissait toutefois que les Polonaises vaincues avaient « une peine encore trop grande pour être maîtrisée100. »

49En Allemagne même, l’effort de guerre imposé aux nationaux fut assez tardif, car le Führer comptait sur la Blitzkrieg pour le réduire. Jusqu’à la fin de 1941, les conquêtes successives, les fournitures de matériaux venus d’URSS et les réquisitions pratiquées partout sur une grande échelle permirent d’assurer à la population allemande un ravitaillement correct et un niveau de vie approximativement identique à celui de l’avant-guerre puisque l’occupation dispensait les produits, l’argent et la main-d’œuvre nécessaires à l’économie allemande. À partir de 1943 en revanche, l’enlisement puis les échecs en URSS et sur les autres fronts réduisirent sa productivité. La population allemande subit alors des restrictions drastiques et dut se contenter d’ersatz.

  • 101 En décembre 1939, la Mère von Kuenburg fut appelée à Saint Adeleid pour faire bénéficier les religi (...)

50Des 1939, les mesures antireligieuses furent durcies car globalement les chrétiens n’étaient pas considérés comme sûrs. Le Reich ayant encore pour but de domestiquer ou d’absorber les Églises, les nazis poursuivirent contre les congrégations leurs campagnes de calomnies à l’égard de pratiques qu’ils jugeaient « antinaturelles ». Par craintes de visites domiciliaires, la Mère Werhahn demanda aux religieuses de cacher leurs objets de pénitence et de détruire leurs notes spirituelles, en particulier celles qui n’étaient pas rédigées en allemand101.

  • 102 Arch. Gén. C IV 2), 21 janvier 1941. Les jésuites en Autriche avaient supprimé le noviciat et affec (...)
  • 103 Des prisonniers de guerre français prirent part, dans les sous-sols, à la messe qui était célébrée (...)

51Dans l’hiver de 1940, les autorités envisagèrent de placer dans les couvents des enfants malades ou délinquants ou d’y installer des écoles hitlériennes. La meilleure parade était d’y placer des hôpitaux militaires. Mais alors que dans les pays annexés, les religieuses ne pouvaient y assurer que des fonctions subalternes, en Allemagne il fallait les associer à leur fonctionnement, car toute Allemande qui ne pouvait pas justifier d’une fonction utile à la nation était placée dans une usine travaillant pour l’armement. On modifia l’organisation du noviciat102 et on fit faire aux novices et aux aspirantes des études d’infirmières ou de sténographes, avant de les affecter à l’hôpital ouvert à Saint-Adelheid en juillet 1941. Comme il devait être autosuffisant en personnel, la Mère Werhahn y fit venir des religieuses d’Autriche. Cet hôpital reçut pour ouvriers des prisonniers de guerre français et russes. Les religieux qui figuraient parmi les blessés n’avaient pas le droit de célébrer la messe103.

  • 104 Elle avait été envahie le 4 juin au cours d’opération particulièrement spectaculaire car les SS éta (...)
  • 105 Les souvenirs de la Mère von Chorinsky montrent que les relations des religieuses et des médecins f (...)
  • 106 Arch. Gén. C IV 2) 2 septembre 1941.
  • 107 Unkel dût être abandonné en septembre 1942, car la maison était si froide que les religieuses n’aur (...)

52Au printemps de 1941, les nazis tentèrent de s’emparer des locaux des maisons religieuses. Comme ils ne respectaient pas celles qui avaient reçu des hôpitaux, il s’ensuivit des conflits entre le parti et l’armée. Malgré les protestations des ambassadeurs d’Italie, d’Espagne et d’Argentine, de la nonciature et de l’évêché de Berlin, la maison de Grünewald fut confisquée le 26 juin par les SS104, sans que l’école qui y fonctionnait fût interdite. Saint-Adelheid subit le même sort en juillet 1941 et les religieuses durent continuer d’y travailler sans être rémunérées105, jusqu’à ce que la Gestapo quitte la maison. Celle de Munich fut réquisitionnée à la fin de 1941 et les religieuses furent envoyées à Berlin et à Riedenburg. Mais la Mère Werhahn dut trouver des asiles pour près de deux cents personnes. Avec l’aide des Anciennes, elle prépara en Rhénanie trois refuges, à Unkel, Aix-la-Chapelle et Mettlach. Les religieuses de plus de soixante-dix ans furent envoyées à Unkel. Comme l’écrivit la Mère zu Salm qui en fut la supérieure, elles ne portaient pas l’habit et étaient privées du Saint-Sacrement : « Impossible de le garder sans compromettre gravement la famille qui nous a reçues si charitablement et sans nous mettre dans le péril d’être regardées comme communauté religieuse et d’être de nouveau mises dehors. Nous sommes des vieilles dames en location. » Elles furent prises en charge par les villageois qui leur envoyaient anonymement des dons ou qui les abordaient dans la rue pour leur demander de prier pour un de leurs fils au front106. Les moins âgées, pour gagner leur vie, travaillèrent pour une fabrique d’épingles107.

53En 1942, la Gestapo interdit à des groupes de plus de douze personnes de vivre ensemble. À moins d’être engagées dans l’armée, toutes les Allemandes de moins de quarante ans devaient travailler en usines. La Mère Werhahn envoya en Autriche et en Hollande les plus âgées, gardant en Allemagne ou y faisant revenir les plus jeunes. Elle en plaça le plus grand nombre dans les hôpitaux militaires de Saint Adelheid et de Grünewald où elle parvint à retourner à l’automne de 1942.

  • 108 A. Zaleska, op. cit., p. 192-193.

54Les conditions de la vie religieuse dans l’Europe hitlérienne étaient telles que la question des exercices religieux personnels ou communautaires se posait avec acuité. Les religieuses étaient astreintes à une existence qui n’était plus réellement conventuelle et leur apostolat n’avait plus rien de commun avec celui qu’elles avaient eu antérieurement. Les étudiantes et les infirmières n’étaient pas disponibles pour la récitation de l’office et pour les récréations. En Poznanie, la Mère von Schell parvenait encore à organiser les retraites annuelles. Mais c’était « non sans grand effort de leur part que les religieuses soumises à la loi du travail obligatoire assuraient leurs exercices spirituels. Les heures de travail étaient très strictement contrôlées par les surveillants. Les Mères et les Sœurs qui travaillaient aux champs étaient particulièrement surchargées, surtout dans la bonne saison. Elles n’avaient que de courts moments pour les repas et elles étaient si fatiguées qu’elles avaient de la peine à se recueillir et à prier. Au lever du jour, elles devaient être aux champs et elles ne pouvaient pas toujours assister à la messe, ni faire la méditation. Le soir, elles tombaient de fatigue. Les Mères en charge faisaient de leur mieux pour les encourager, les reposer aux rares jours de fêtes accordés à ceux qui étaient astreints au service militaire108. »

  • 109 M. Benziger, op. cit., p. 35.
  • 110 Arch. Gén. C IV 2), lettre du 22 mai 1941.
  • 111 Id. 12 septembre 1942.

55Ce qui se passait dans le Reich posait la question de l’existence de la vie religieuse dans un pays totalitaire. En Allemagne et en Autriche, les religieuses vivaient dans la crainte permanente d’une expulsion : chacune avait une valise prête, avec des vêtements et des papiers d’identité sur lesquels une photographie la représentait en civil109. « Je crois qu’on finira par nous mettre dans un camp de concentration, ce qui sera dur pour les vieilles et les malades », estimait la Mère Werhahn en juillet 1941. Il n’était pas question de quitter le pays, dont les Allemands n’avaient pas le droit de sortir. Au mieux pouvait-on envisager de se réfugier dans sa famille. Jusqu’en 1942 au moins, la Mère Werhahn n’a pas douté que la guerre s’achèverait par la victoire de l’Allemagne. Comme dans ce cas le régime nazi se maintiendrait, l’avenir de la vie religieuse ne lui apparaissait pas assuré : « Il est à prévoir qu’on nous sécularisera toutes après nous avoir pris les œuvres et les couvents, avait-elle écrit à la Maison Mère. Beaucoup de congrégations n’ont plus d’abris110. » En 1942, elle annonça qu’elle cherchait comment adapter les Constitutions au cas où les religieuses seraient contraintes de vivre en petits groupes, voire seules. Comme il s’agirait alors, pensait-elle, de préserver le plus possible l’uniformité, elle se demandait comment vivre la pauvreté et respecter la clôture. Des concertations eurent lieu en Allemagne entre supérieures pour envisager cette éventualité et toutes n’étaient pas d’accord sur la politique à adopter. La ligne de conduite proposée par la Mère Nagant était de « faire comme tout le monde » : « Tachez, avait-elle dit, de réunir [les religieuses] le plus vite possible dans de petits groupes avant que cela ne soit plus possible. » La Mère Werhahn ajoutait : « Je crois que ce sera trop peu pour une religieuse de vivre « comme tout le monde ». Ne pourrait-on pas dire « vivre le plus possible selon nos saintes règles111 ? »

  • 112 À cause de la présence des soldats, elles ne pouvaient pas se promener au jardin.
  • 113 Id. 26 juin 1943.
  • 114 Id. 9 août 1943.
  • 115 Id. 7 février 1944.
  • 116 Id. 17 avril 1944.

56À la fin de 1942, les hommes étant tous mobilisés, le travail en Allemagne s’avéra épuisant pour les femmes au point que la Mère Werhahn chercha à envoyer des religieuses se reposer en Italie. Les santés étaient délabrées physiquement et nerveusement. Beaucoup de religieuses étaient prises de vertiges ou faisaient des chutes. Celles qui travaillaient dans les ambulances n’avaient pas de repos112. Les bombardements anglais et américains furent une épreuve supplémentaire. En 1943, la population civile fut expulsée de Rhénanie : « C’est vraiment l’enfer », écrivit la Mère Werhahn. « Plusieurs de nos chères Anciennes sont mortes, beaucoup ont tout perdu113. » À Berlin, où les bombardements détruisaient les quartiers de la capitale les uns après les autres, la ville sombra peu à peu dans le chaos. Les femmes et les enfants reçurent le 1 er août 1943 l’ordre quitter la ville qu’avait déjà abandonnée le corps diplomatique. Les religieuses âgées et les malades furent évacuées en Autriche. Les autres s’occupaient de trois externes et faisaient le catéchisme à quelques enfants du voisinage. Tous les quinze jours, un jésuite vint leur donner un cours de philosophie, ce qui leur assura un soutien intellectuel. Un travail manuel qu’elles devaient livrer chaque semaine leur fournissait des ressources. Elles avaient décidé de rester dans la capitale « aussi longtemps que possible pour prier et souffrir avec la grande ville114. » Elles accueillirent des Anciennes qui avaient tout perdu : « Le Bon Dieu nous ménage la possibilité d’aider les éprouvées en les nourrissant, en gardant quelques objets qu’elles ont pu sauver et en les logeant jusqu’à ce qu’elles aient trouvé un nouvel abri. Les classes ont été changées en chambres pour sept à neuf dames115. » En mars 1944, Grünewald fut la proie des bombes incendiaires116.

4. Le renversement. Vers la libération de l’Europe

57Un retournement militaire commença à se manifester à l’automne de 1942. Les États-Unis avaient désormais une supériorité technique qui leur permettait de pourvoir leurs alliés en armement. L’URSS s’était réorganisée dans l’Oural et avait créé des foyers industriels en Sibérie. De nouveaux types de canons et de chars avaient été mis au point. La victoire d’El-Alamein, le 3 novembre 1942, arrêta les menaces de l’Axe sur le canal de Suez et rassura les religieuses du Caire et d’Héliopolis qui avaient redouté une arrivée de l’Afrikakorps de Rommel. Des pays jusqu’alors neutres entraient dans la guerre, comme le fit le Brésil en 1942.

  • 117 Lettres annuelles, 1958-1961, p. 33.

58Les Anglo-Saxons débarquèrent en Afrique du Nord le 8 novembre 1942. Le 5 février 1943, la capitulation de Stalingrad entraîna un reflux des armées allemandes. Au sud, le débarquement anglo-américain en Sicile, en juillet 1943, provoqua la chute de Mussolini. Rome, déclarée ville ouverte, fut occupée par la Wehrmacht. Les Allemands envahirent l’Italie et résistèrent longuement, mais dès le début de 1944, la Mère Werhahn commença à rapatrier les religieuses allemandes qui vivaient dans la péninsule. Les combats entre les troupes alliées qui cherchaient à progresser vers le nord et les troupes allemandes qui freinaient leur avancée furent acharnés. La maison de Catane fut entièrement dévastée. Sur les quinze maisons italiennes du Sacré-Cœur, deux seulement sortirent indemnes de la guerre. Pour les autres, les dommages allèrent de la destruction quasi totale à Milan, Naples, Albano et Padoue, à des dégâts plus ou moins considérables à Turin, Florence et Gênes. Les religieuses se réfugièrent dans des villages. La vicaire de Florence ne put plus visiter ses maisons à partir de la fin de 1942. Après le 8 septembre 1943, elle n’eut plus de nouvelles de Rome et en 1944 du nord de l’Italie117.

  • 118 La Maison Mère hébergea une nièce de Roosevelt. Lettres annuelles 1954-1958, p. 23-24 et 1951-1954, (...)

59La Maison Mère ne fut pas épargnée lors des bombardements de Rome. Celui du 10 mars 1944 brisa toutes les vitres ou presque. Mais la grande préoccupation était alors de protéger la supérieure générale totalement incapable de se mouvoir. Les maisons religieuses s’étaient ouvertes, à la demande du Vatican, aux juifs menacés de déportation. Celles du Sacré-Cœur hébergèrent quelques dames ou cachèrent des enfants parmi les pensionnaires. Elles abritèrent aussi les épouses et les enfants de civils et de militaires italiens poursuivis par les autorités fascistes et des personnes de toutes nationalités qui risquaient d’être d’arrêtées118. La Maison Mère recueillit les religieuses d’Albano qui avaient été transportées à Rome par un camion battant pavillon du Vatican.

60En mars 1944, pour empêcher l’amiral Horthy de sortir de la coalition, les Allemands envahirent la Hongrie. Un régime de terreur s’abattit sur la population. Les maisons du Sacré-Cœur n’eurent plus de contact avec Rome et Vienne quand, en octobre, Budapest fut transformé en camp retranché. Un déluge de feu s’abattit sur la ville. Le Sophianum fut mis à la disposition de la Croix Rouge suédoise qui y protégea des familles juives. Les réfugiés furent cachés dans les caves et le couvent ne fut attaqué ni par les nazis ni par les Croix Fléchées. Les écoles furent fermées, mais des élèves restèrent au Sacré-Cœur. Le Philippineum, qui avait abrité un hôpital, accueillit des réfugiés qui fuyaient la campagne, des juifs, des prisonniers de guerre français évadés, des religieuses hospitalières et de Notre-Dame de Sion.

  • 119 Arch. Gén. C IV, 1 box 3-5. « Le Sophianum aux catacombes. Petite relation du siège de Budapest véc (...)
  • 120 Le seul endroit que l’on avait trouvé pour placer le tabernacle était le local où l’on faisait la v (...)
  • 121 Id. : « Les avions tournent sans cesse au-dessus de la maison. Tant que dure le jour, un avion arri (...)
  • 122 La réserve de pommes de terre fut détruite. La Mère Gabriele Paradeis, qui était assistante, tenta (...)
  • 123 Des religieux et des laïques leur apportèrent également de la nourriture.

61À la fin de 1944, les troupes du maréchal Malinovski commencèrent le siège de la ville et les batailles de rues durèrent cinquante jours. La défense de Budapest atteignit presque en acharnement celle de Stalingrad. Le Philippineum, gardé par trois religieuses, fut relativement préservé pendant cette période. Le Sophianum, sous la protection de la nonciature et de l’ambassade de Suisse, dont la supérieure, la Mère Hildegarde Gutzwiller, était ressortissante, fut au cœur des combats. Il avait reçu des parents d’élèves, des amis qui avaient perdu leur maison ou qui ne pouvaient pas quitter la ville, des Polonais qui avaient passé la frontière, des maîtresses laïques, des paysans, des Dames Anglaises de l’institut de Mary Ward : plusieurs centaines de personnes vécurent dans les « catacombes »119, « avec Notre Seigneur au milieu de nous. La communauté passa les nuits en sa présence, car il n’y avait pas d’autre place pour nous120. » Pendant des mois, les religieuses et leurs hôtes vécurent confinés. Au Philippineum, « nous vivions comme des taupes sans lumière électrique, n’ayant qu’autant d’eau que des bras secourables tiraient de notre puits au jardin sous une grêle de balles. » Les Allemands qui n’étaient séparés des Russes que par la largueur d’une rue, installèrent une radio sur le toit du Sophianum. Le 1er janvier 1945, les bombardements121 et les combats à l’arme lourde eurent peu à peu raison des étages du bâtiment ravagé par l’incendie122. Vers la mi-janvier, la tension était telle que les religieuses n’osaient plus prendre leur repas, car « on ne voudrait pas mourir en train de manger », et dormaient sans quitter leurs vêtements, dans la crainte de l’arrivée des Soviétiques qui visitaient les salles qui étaient plus ou moins à l’air libre. Les canalisations crevèrent et on ramassa de la neige pour la faire fondre. Les jésuites aidèrent à sauver les vivres et les médicaments puis envoyèrent un frère pendant la nuit pour éloigner les importuns123.

62Lorsque les combats s’apaisèrent le 26 janvier 1945, les religieuses du Sophianum tentèrent d’éloigner leurs hôtes : « Pour la plupart, il n’y a plus de danger à vivre chez elles. Les raisons qu’elles ont avancées pour prolonger leur séjour ici, manque de fenêtres, de vivres, de chauffage, comptent pour nous à plus forte raison. Il faut que nous pensions à l’avenir, à nos enfants, à soutenir les forces de notre jeunesse religieuse. » Quand la lumière revint vers la mi-février, les religieuses se rendirent enfin compte de l’état des locaux et du leur : « Nos bonnets ont un air incroyable ! » On commença à déblayer les décombres. On quitta le 19 février les souterrains. L’école primaire rouvrit le 1er mars et l’enseignement reprit en avril. Après la fête du Sacré-Cœur, eut lieu la première manifestation publique des catholiques du quartier : « Nous avons décoré nos ruines qui dominent la place d’un grand crucifix qui se dresse sur un fond de bannière aux couleurs hongroises. C’est symbolique. La foule est vibrante d’enthousiasme. » Une épidémie de typhus se déclencha et quinze religieuses succombèrent au Philippineum en quelques mois.

63Les troupes soviétiques, après avoir fait sauté le verrou hongrois, se dirigèrent vers l’Autriche. À Graz, le pensionnat fut incendié pendant les combats d’avril 1945. Pendant le siège de Vienne, les religieuses durent abandonner leur maison. Comme Riedenburg était proche de Munich et de Friedrichshafen où était installée une fabrique de Zeppelins, la Wehrmacht construisit au Sacré-Cœur un vaste tunnel qui pendant les bombardements servit à la fois d’abri et de salle d’opérations chirurgicales.

  • 124 Informations communiquées par A. Merdas.

64En Pologne, l’avenir était inquiétant : « Il n’y a plus moyen de faire des projets, nous vivons au jour le jour, comptant sur la Providence divine qui nous montrera Sa volonté pas à pas », écrivit la Mère Werhahn le 18 mars 1944. Le 19 juillet, les Allemands évacuèrent l’hôpital de Lwow qui fut repris par les Soviétiques. À Varsovie, où la résistance se souleva 1er août 1944, le quartier où était installé le Sacré-Cœur tint onze jours. Les religieuses allemandes ne parvinrent pas à obtenir de laisser-passers pour la capitale. Finalement, le 8 août, les soldats des brigades d’assaut chassèrent les religieuses dont ils brisèrent les croix et les anneaux et incendièrent leur villa. Avec les laïques et le prêtre qui habitaient avec elles, elles devaient être déportées en Allemagne. Sur la route, grâce à sa connaissance de l’allemand, la Mère Gertruda Zurawska put convaincre les officiers qui encadraient la colonne de détacher son groupe. Les religieuses durant leurs pérégrinations vécurent grâce à une somme d’argent qui leur avait été remise par la résistance124. Au bout de quelques semaines, une partie d’entre elles s’installa à Grabow, à quelques kilomètres du front, dans la maison de campagne que la Mère Günther avait achetée en 1938, où elles furent rejointes par la Mère Werhahn et par la Mère von Schell. Munies de sauf-conduits, elles furent dirigées sur Polska Wies, puis sur Berlin et Pressbaum.

  • 125 Elles arrivèrent à Berlin le 23 janvier 1945. La Mère von Schell retourna à Pressbaum deux jours pl (...)

65L’offensive soviétique de janvier 1945 balaya la Pologne d’est en ouest. Les hôpitaux de Zbylitowska Gora et de Polska Wies furent évacués. La population allemande, affolée par l’intensité des combats et par les sévices auxquels se livraient les Soviétiques, se repliait vers l’ouest depuis la Prusse orientale. Les religieuses allemandes quittèrent Polska Wies, avec les blessés, dans le dernier train qui partit de Poznan pour Berlin125. En février 1945, à Poznan, les combats provoquèrent des destructions sans nombre. Après la capitulation de la ville, la maison du Sacré-Cœur n’était plus qu’un amas de ruines.

  • 126 Elles sortaient à tour de rôle pour soigner les blessés à l’hôpital.
  • 127 Lettres annuelles, 1958-1961, p. 50.
  • 128 À une personne lui disant, après sa libération, sa peine de n’avoir pu aller en prison à sa place, (...)

66À l’ouest de l’Europe, les événements commencèrent à prendre une autre tournure à partir du débarquement du 6 juin 1944. Les bombardements qui le préparèrent ne firent pas de victimes à Marmoutier, mais la maison d’Amiens fut partiellement détruite. Les religieuses se réfugièrent avec leurs élèves dans trois petites maisons qui communiquaient par les jardins126. La maison de Metz, fut rendue à peu près inutilisable au cours du siège de la ville. Celles d’Ostende et d’Anvers furent préservées mais Arnhem, en septembre 1944, fut partiellement détruite. En février 1945, les « forteresses volantes » eurent raison de Bois-l’Evêque. Au cours de la campagne d’Alsace, les religieuses de Kientzheim « vécurent pendant soixante et onze jours et nuits consécutifs dans les sous-sols, sans se déshabiller ». À la Libération, la maison était sans eau, ni vitres ni toit et elle avait été ravagée par les obus127. La Gestapo fit irruption à Ixelles le 23 juin 1944 et, après une perquisition minutieuse, arrêta la Mère de Burlet, qui était âgée de soixante et onze ans. Elle avait été dénoncée pour avoir aidé un officier canadien à passer en Angleterre. Incarcérée pendant dix semaines à la prison Saint Gilles et sur le point d’être déportée en Allemagne, elle dut son salut à l’évacuation de Bruxelles par les Allemands128.

  • 129 Elle fut nommée supérieure locale par le cardinal Frings dans la cave de la maison.

67Les troupes alliées convergeaient vers l’Allemagne. Le 11 novembre 1944, la maison de Pützchen fut bombardée. La supérieure, la Mère Elfriede Buch, la Sœur Felicitas Schröder et une postulante moururent. La Mère Werhahn, qui ne put pas placer à Pützchen la supérieure qu’elle avait prévue, écrivit à la Maison Mère : « Je la remplace, l’hôpital continue. » Il abritait alors plus de mille personnes129. Pendant les derniers mois de la guerre, la communauté vécut dans les sous-sols avec des habitants du village et une communauté de sœurs de Saint Vincent de Paul de Cologne. Les malades et les blessés purent être évacués pendant une suspension des combats.

68À Berlin, à partir de février 1945, les bombardements eurent lieu de jour et de nuit. On entendait le bruit de l’artillerie et, en ville, on construisait des barricades. Quelques religieuses affaiblies furent envoyées à Riedenburg le 15 février. La communauté réduite à dix membres hébergeait des jeunes filles et des religieuses contemplatives. Elle accommoda sa vie aux circonstances : « Chaque soir, vers 9 heures, il faut descendre à la cave. Le prêtre va chercher le Saint-Sacrement, donne l’absolution générale et les heures d’agonie commencent. On commence à faire la cuisine et la lessive pendant la nuit, n’ayant plus d’électricité pendant le jour. Et dans la journée, entre les alertes, on répare les portes et les fenêtres, puis on aide les pauvres qui n’ont plus d’abris. » Le cercle se referma peu à peu autour de la ville : « Presque plus d’eau, plus d’électricité, on s’installe de plus en plus au souterrain », que l’on ne quitta plus à partir du 22 avril. La maison était entourée par les troupes soviétiques et allemandes. Le 24 avril, elle fut atteinte par les premiers obus. Le 30 avril, elle reçut quarante-cinq blessés et fut placée sous la protection de la Croix Rouge.

5. La guerre en Extrême-Orient

69Entre 1914 et 1918, les engagements en Asie avaient été limités et indirects. Pendant la seconde guerre mondiale, l’Extrême-Orient constitua un front propre où la guerre, commencée en 1937, s’intégra à la guerre générale à la fin de 1941.

5.1 Un prélude : « les incidents chinois »

70Après l’annexion de Formose et du sud de Sakhaline réalisée en 1895 et 1905, le Japon s’était emparé de la Corée en 1910 et avait obtenu, en 1919, la Micronésie allemande, située au nord de l’équateur. Des droits économiques et régaliens lui avaient été reconnus en Mandchourie, à Shanghai et dans la région de Tientsin-Pékin. Un nouveau palier dans l’expansion se produisit en septembre 1931 quand la Mandchourie fut transformée en un état indépendant et satellite, le Mandchoukouo. Dans les années suivantes, des conflits se multiplièrent à Shanghai, dans le Jehol et en Mongolie intérieure. Alors que des mouvements anti-japonais prenaient en Chine une ampleur croissante, la guerre débuta en juillet 1937 dans la région de Pékin. L’invasion massive de la Chine avait désormais pour but de la soumettre.

  • 130 Leur supérieure qui était Autrichienne était une Ancienne de Riedenburg.

71Un second front, ouvert à Shanghai, donna aux Japonais les moyens d’asphyxier l’économie chinoise. Les combats de rues qui opposèrent les soldats japonais et chinois et les bombardements forcèrent les Franciscaines Missionnaires de Marie à se réfugier au Sacré-Cœur130. La concession française était coupée du reste de la ville, mais, de leur terrasse, les religieuses virent les incendies provoqués par les bombardements et elles apprirent de leurs hôtes les horreurs qui se passaient en ville et l’ampleur des pertes humaines. Les Mères Thornton et Mertens et la Sœur Katarina Sobota, empêchées de débarquer à Shanghai, avaient été déroutées sur le Japon mais elles purent arriver en Chine en octobre 1937. À la fin de l’année, la ville tomba. Après avoir remonté le Yangtsi et pris Nankin qui fut mise à sac, les troupes nippones occupèrent le sud de la Chine. Le Japon mit en place un gouvernement fantoche. Dans les campagnes, la guérilla menée par les nationalistes et par les communistes dura de longues années. Les villes étaient calmes, mais la Chine était appauvrie et exploitée.

5.2 De Pearl Harbour à Hiroshima

  • 131 En 1939, des religieuses autrichiennes destinées au Japon ne purent pas quitter leur pays. Des Aust (...)

72Le Japon s’était rallié en décembre 1936 au pacte anti-komintern. La propagande nationaliste se développa dans le pays à partir de 1937. Le tir à l’arc devint obligatoire dans les écoles de filles. Mais rien ne laissait prévoir que l’Extrême-Orient serait touché par la guerre si elle éclatait en Europe131. Avant même que fût signée le 27 septembre 1940 entre le Japon, l’Allemagne et l’Italie l’alliance tripartite qui stipulait que « l’Allemagne et l’Italie reconnaîtraient et respecteraient l’autorité du Japon pour l’établissement d’un Ordre nouveau dans l’Est asiatique », le Japon avait occupé le Tonkin.

  • 132 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 415.

73En avril 1940, une loi imposa le transfert de l’autorité dans les « associations religieuses » à des Japonais. Les évêques étrangers démissionnèrent. Au Sacré-Cœur, de jeunes religieuses japonaises furent nommées supérieures et, à Obayashi, une Ancienne devint maîtresse générale. Tous les professeurs ne se montrant pas désireux de collaborer avec des étrangères132, les religieuses renoncèrent à l’habit religieux. Elles portèrent un manteau gris et un foulard enroulé autour de la tête. On supprima les crucifix, les images pieuses et les statues. La Mère Sheldon cessa d’occuper sa stalle à la chapelle, sauf pour les prises d’habit et les enterrements. Après l’attaque sur Pearl Harbour, en 1941, la vice-vicairie de Kobe fut coupée de Rome et de Shanghai. Prévu depuis 1939, mais rendu obligatoire par la guerre avec les États-Unis, un noviciat fut ouvert au Japon en janvier 1942. Les maisons japonaises n’eurent plus beaucoup de contacts les unes avec les autres.

  • 133 Arch. Prov. du Japon, biographie de la R. M. Sheldon. En 1952, elle dit à la vicaire d’Australie qu (...)
  • 134 La Mère Gibbs fut connue désormais sous le nom de Mariko Ito. Brigid Keogh a rappelé combien les re (...)

74Celles de Tokyo et d’Obayashi reçurent les premières visites domiciliaires le 19 décembre 1941. Dans l’été de 1942, la « voie des sujets », un texte qui condamnait les cultures occidentales, justifiait la politique menée en Chine depuis 1931 et présentait la mission du Japon en Asie, réalisée dans le projet de « Coprospérité de l’Est asiatique », comme d’une importance mondiale, fut introduite dans la liste des lectures obligatoires. Les Américains et les Canadiens devaient être expulsés le 1er septembre 1942, mais les bateaux ne purent pas prendre la mer à cause d’un typhon. Finalement le 16 septembre, les vingt-sept religieuses occidentales de Tokyo furent rassemblées dans un camp d’internement pour les religieux chrétiens des deux sexes qui avait été installé dans l’établissement des Dames de Saint-Maur. La vicaire, la Mère Sheldon avait tenté, sans succès, d’en faire créer un semblable à Obayashi. Le 22 septembre 1942, la police vint s’emparer de vingt-deux « ennemies de la nation ». Comme ils l’avaient fait à Tokyo où ils n’avaient pas arrêté la Mère Brady, trop malade pour être transportée, les policiers ne s’emparèrent pas de la Mère Hamilton et ils décidèrent qu’une religieuse resterait à Obayashi pour la soigner. Cela permit à la Mère Sheldon de ne pas être internée à Kobe. Cette décision, prise par ses conseillères, ne la libéra pas de l’angoisse car elle se demandait si elle n’aurait pas dû suivre ses filles133. Les Japonais finirent par libérer les Irlandaises, dont le pays était neutre. Comme les Américains d’ascendance japonaise étaient considérés comme des Japonais, une religieuse née de père américain devint la supérieure d’Obayashi134.

  • 135 Madeleine Chi, op. cit., p. 77. Les premières religieuses de chœur furent Tsung Luh, entrée dans la (...)
  • 136 Elle mourut le 31 mai 1945.

75En Chine, les ports étaient aux mains des Japonais et les concessions de Shanghai avaient été remises aux autorités chinoises. Pendant quelques mois, le Sacré-Cœur conserva ses activités et s’occupa en outre d’une école d’été de service social rattachée au Collège Aurore. Le nombre des élèves s’accrut. Les trois premières Chinoises firent leurs vœux135 et la guerre n’arrêta pas les entrées. En mars 1943, les religieuses occidentales furent arrêtées par les Japonais. Le Sacré-Cœur fut choisi par les autorités ecclésiastiques comme camp d’internement, ce qui fit que les religieuses originaires de pays « neutres » et les ressortissantes de pays « ennemis » vivaient ensemble. Les secondes étaient astreintes à des appels quotidiens mais elles poursuivaient leur activité dans l’établissement qui continuait de fonctionner. Shanghai eut la chance de ne pas subir de bombardement. Mais les conditions de vie y étaient épouvantables et, dans le camp d’internement, la nourriture était réduite à sa plus simple expression. Il fallut beaucoup de courage à la supérieure, la Mère Conchita Nourry, pour maintenir le moral de sa communauté, tout en soutenant les religieuses des autres congrégations qu’elle « hébergeait »136. Une vraie solidarité exista entre les unes et les autres.

  • 137 On permit à deux d’entre elles d’y retourner pour assister aux obsèques de la Mère Hamilton décédée (...)

76Dans le camp de Sumire, où étaient internées les religieuses de Tokyo, les conditions de vie étaient dures et la surveillance stricte, mais les religieuses ne furent pas, semble-t-il, molestées. La Mère Mayer parvint, à partir de janvier 1943, à leur rendre quelques rares visites. Les religieuses souffraient du manque d’espace et les restrictions alimentaires étaient telles que certaines tombèrent malades. Mais elles furent alors soignées dans des hôpitaux. Les invalides furent finalement renvoyées à Sankocho, prisonnières sur parole. À Kobe, où la surveillance fut globalement moins sévère, les religieuses purent recevoir des visites et elles trouvèrent des moyens discrets pour communiquer avec Obayashi137. Mais elles aussi souffrirent de la faim.

  • 138 La Mère Mayer demanda toutefois aux Mères Britt et Nolan de quitter le Japon.
  • 139 Voir P. Byrne, op. cit. p. 17-18. Gertrude Schickel refusa d’être rapatriée parce qu’elle se consid (...)
  • 140 Elles en avaient été privées à Sumire alors qu’à un autre étage de la maison des religieux la céléb (...)

77À l’automne de 1943, les Japonais proposèrent aux missionnaires étrangers de rentrer dans leurs pays. Comme l’avait demandé l’archevêque de Tokyo, Mgr Doi, qui souhaitait qu’ils puissent prendre part à la reconstruction future du pays, les Religieuses du Sacré-Cœur choisirent de demeurer au Japon138. Onze d’entre elles continuèrent donc d’être internées139. Ce fut sans doute parce que beaucoup de religieuses avaient accepté de rester sur place que leurs conditions de détention furent allégées. En octobre 1943, elles furent envoyées dans le monastère franciscain de Denenchofu où elles n’avaient pas plus de place, mais où elles purent disposer d’un jardin, avoir la messe le dimanche140 et ne pas être gardées à l’intérieur du camp. Elles finirent par échouer dans le petit séminaire de Sekiguchi où elles furent placées sous la responsabilité de Mgr Doi. Elles y furent moins confinées, purent recevoir quelques lettres de la Mère Sheldon et y avoir une messe quotidienne. Elles cultivèrent des légumes et firent des travaux de couture. Le nonce, Mgr Marella, leur envoya de la nourriture et de l’argent et la Mère Mayer put leur rendre des visites plus fréquentes : « Nous étions, dirent les rescapées, aussi heureuses que des internées peuvent l’être », ce qui était une manière discrète de signaler combien le séjour à Sumire avait été éprouvant.

78Le 1er juillet 1944, les seize internées de Kobe furent envoyées à Nagasaki et installées dans le séminaire des Franciscains polonais. Elles travaillaient aux champs tout en étant chargées de l’entretien de la maison. Deux religieuses d’Obayashi purent les rencontrer en présence des gardes. Mais cette visite maintenait le contact avec la vicaire et leur fut un réconfort. Elles assistèrent à l’explosion atomique qui eut lieu le 9 août 1945, sans en subir les effets, car certaines parties de Nagasaki, isolées de l’objectif par des collines, avaient été épargnées alors que la destruction avait été totale dans le centre de la ville.

  • 141 Lettres annuelles, 1961-1963, p. 184.

79À Sankocho, les écoles fonctionnaient avec un personnel réduit. Dès l’annonce de l’arrestation des religieuses, des Japonais, y compris des jeunes filles qui avaient tout juste fini leurs études, vinrent proposer leur aide pour poursuivre l’activité scolaire. Des jésuites allemands donnèrent des cours à l’école normale141. Les religieuses restées sur place s’étaient chargées du travail des internées. Mais l’établissement fut peu à peu démantelé et les bâtiments occupés par une usine de radio-télégraphie, par un bureau d’aide sociale et par une usine où des étudiantes fabriquaient des parachutes. La propriété ne fut pas expropriée. Les élèves, occupées à des tâches utiles à la défense nationale, n’avaient plus que quelques contacts hebdomadaires avec leurs professeurs. Les terrains furent transformés en jardins potagers. L’impossibilité de nourrir les vaches força les religieuses à les vendre et à les remplacer par des chèvres. Des jeunes filles qui souhaitaient se convertir aidaient les sœurs à cultiver le jardin dont on vendait aussi les produits. Dans l’été de 1944, une partie du petit pensionnat avec cinq enseignantes fut évacuée à Nasu, une petite ville située dans la montagne. La communauté de Tokyo vivait au ralenti, le plus souvent réfugiée dans les sous-sols du pensionnat japonais. Les appareils de chauffage avaient disparu. Les religieuses furent souvent aidées par des Anciennes qui connaissant leur détresse leur apportèrent de la nourriture. À Obayashi, où la Mère Sheldon vivait complètement cachée, seules les religieuses japonaises pouvaient s’occuper des externes et des pensionnaires. « Le fer disparut peu à peu, depuis les petites plaques portant le numéro de chaque chambre jusqu’aux rampes de tous les escaliers, l’ascenseur, les énormes pièces de chauffage. » La nourriture était devenue une obsession. Une usine d’aviation était installée dans la maison. Les élèves les plus âgées étaient mobilisées. Seules les plus jeunes continuaient d’être scolarisées.

80L’empire japonais atteignit son apogée en août 1942. Outre le sud de l’Indochine, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande, la Malaisie et Singapour, il avait incorporé les archipels du Pacifique depuis les îles Aléoutiennes jusqu’à la mer de Corail et frôlait l’Australie. L’école de Brisbane et les maisons de Kincoppal et de Rose Bay durent être évacuées et leurs bâtiments servirent d’hôpital aux Américains. Mais l’Australie ne fut pas vaincue par les Japonais et ce fut l’un des tournants de la guerre en Extrême-Orient. À partir de la prise de Saipan, dans l’archipel des Mariannes, par l’amiral Nimitz le 15 juin 1944, les appareils américains B29 eurent une base pour bombarder le sud du Japon. Jusqu’en octobre 1944, les raids aériens furent sporadiques. Mais le 1er novembre, « l’invasion » du sanctuaire japonais commença et, jusqu’à la fin de la guerre, il y eut quasiment des raids chaque nuit, plus intenses quand les Alliés, après avoir occupé l’île d’Iwojima, purent atteindre le centre du Japon.

  • 142 Journal de la communauté, M. Williams, op. cit. p. 127
  • 143 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 419. Les religieuses promirent de ne jamais regretter les objets d (...)

81Les Américains avaient mis au point un plan de destruction systématique des villes japonaises, en commençant par les plus peuplées, qui démarra le 10 mars 1945. Les bombes incendiaires au phosphore et au magnésium dévastèrent des villes où la plupart des maisons étaient en bois et souvent dépourvues de caves. Obayashi fut épargnée, mais les canalisations d’eau furent brisées. À Tokyo, où un quartier pouvait disparaître en une nuit sans laisser de traces, les plus chanceux vivaient dans les caves. Beaucoup d’enfants et de vieillards furent peu à peu évacués. Dans la nuit du 9 au 10 mars 1945, trois cent trente-quatre B-29 déversèrent des tonnes de bombes sur la capitale. Cette attaque nocturne fit environ cent mille victimes et détruisit la majeure partie de la ville. Les jours suivants, « le vent était fou et la nuit était éclairée par des millions de flammèches qui voletaient. Les rues étroites qui entouraient Sankocho étaient transformées en un tapis de feu. Le Senmon Gakko brûla comme une boite d’allumettes. La tour, qui surplombait le pavillon central et qui datait de la fondation, brillait comme une cathédrale illuminée, puis elle s’écroula142. » On sauva la chapelle. Chaque religieuse se chargea de ce qu’elle pouvait transporter. La Sœur Hatsumi sortit les portraits de la famille impériale, disant par la suite : « Je n’ai pas pensé alors à demander une permission : c’étaient les portraits impériaux ! » Les religieuses furent aidées par beaucoup de gens, aussi bien par les jésuites qui leur donnèrent des assiettes que par des personnes qui leur apportaient parfois très peu de nourriture, en fait tout ce qu’elles pouvaient partager143. Ce bombardement fut un choc très fort pour la population parce qu’il s’agissait d’une frappe « aveugle », sans combat, et que l’idée d’un possible débarquement n’était pas encore présent à l’esprit du public.

  • 144 Id. p. 420. Il fallut cultiver un champ pour vivre. Une Ancienne française, dont l’époux faisait pa (...)

82Les bombardements étaient destinés à briser la résistance japonaise. Entre le 10 mars 1945 et la fin de la guerre, le nombre des victimes civiles fut le double de celui des pertes militaires enregistrées pendant les quarante-cinq mois de combats. À la demande des autorités japonaises et de Mgr Doi, les missionnaires étrangers quittèrent Tokyo où leur sécurité n’était pas garantie. Les Religieuses du Sacré-Cœur se réfugièrent dans les « Alpes » japonaises, à Karuizama, où elles occupèrent des gîtes procurés par des Anciennes144. Elles y firent la classe à une trentaine d’enfants. Le 25 mai 1945, ce qui restait de Sankocho fut détruit par un nouveau bombardement qui provoqua l’incendie de la cathédrale de Sekiguchi. Les religieuses internées, après avoir erré dans les rues, arrivèrent épuisées dans un hôpital tenu par les Franciscaines Missionnaires de Marie.

  • 145 M. Williams, op. cit, p. 131 et 139.

83À Tokyo, « le 15 août, quand les gardiens apprirent que l’empereur allait parler, ils nous demandèrent d’aller à la chapelle. C’est là que nous avons appris de l’empereur lui-même la bonne nouvelle que la guerre était finie. Nous avons sympathisé avec nos chères Japonaises et nous nous sommes réjouies calmement entre nous. » À Nagasaki, le 17 août, « à une heure du matin, les gardes sonnèrent la cloche et firent savoir que nous devions nous rendre immédiatement au réfectoire, sans même finir de nous habiller. Il n’y avait pas de sirène. Je trouvais cela étrange. Nous descendîmes dans le noir, comme d’habitude, et trouvâmes des lumières dans le réfectoire. Les officiels, parmi lesquels nos gardiens, entrèrent en rang et nous donnèrent l’ordre de nous asseoir. Le principal se leva et quand tout fut calme, il sourit très gracieusement et dit en japonais : « Félicitations ! la guerre est finie. Nous avons été battus et vous êtes vainqueurs. » Il y eut simplement un « Oh » et un long « Ah » de notre part. Nous étions abasourdies. L’officiel tendit la main et dit : « Serrons-nous la main et célébrons l’événement ! » Des cigarettes, des allumettes et du vin furent distribués en abondance. Chacun se conduisit comme il faut ; nous aurions voulu nous retirer, mais les officiels semblaient tenir à ce que nous restions145. »

 

84Une guerre ne s’achève jamais avec la fin officielle des opérations militaires. Dans la plupart des pays européens qui avaient été occupés, la libération était déjà effective lorsque l’armistice avec l’Allemagne fut signé à Reims puis à Berlin, les 8 et 9 mai 1945. En revanche, en Extrême-Orient et aux États-Unis, il fallut attendre la capitulation du Japon, annoncée le 14 août 1945 par l’empereur et reçue le 2 septembre par le général Mac Arthur, pour prendre vraiment conscience que finissait une guerre qui en Asie avait duré quinze ans. Pour les pays vaincus, la fin des combats ne signifiait pas la paix et encore moins l’indépendance. Les Religieuses du Sacré-Cœur avaient à reconstruire et à conserver l’union dans une congrégation qui avait vécu pendant de longues années un isolement qui allait peu à peu disparaître.

Notes

1 La Maison Mère fut informée du bombardement de Saint Adelheid, sans savoir si la nouvelle était certaine. Elle ne sut que six mois plus tard qu’il avait provoqué la mort de deux religieuses.

2 M. Williams, op. cit., p. 119.

3 Elisabeth Zurstrassen, p. 3, 14 mars 1946. Id. p. 6, 2 avril 1949 : « Pendant la guerre, je leur disais toujours : « Je ne vous blâmerai jamais d’une mesure prise dans une circonstance imprévue et difficile. Je sais que vous avez toujours fait pour le mieux où vous vous trouviez. »

4 Vie de la R.M. Perry… p. 118.

5 Lettre circulaire du 21 avril 1941, signée par la Mère Dupont.

6 Le « billet secret » était-il réellement perdu, comme le laisse entendre la Mère Castejón ? Les assistantes générales étaient au courant de cette désignation et avaient prévenu l’intéressée. La Mère de Lescure n’évoqua cette nomination qu’avec une des vicaires du nord de la France, si l’on en croit M. Quinlan, op. cit. p. 52.

7 Arch. Gén. C I A 8d, box 1. Mémoires de la Mère Castejón.

8 Id.

9 O. Biolley, op. cit. p. 107.

10 Arch. Gén. Mémoires de la Mère Antonina Zaleska, p. 3.

11 Comme le nota la rédactrice du Journal de la maison d’Hammersmith : « Hérode et Pilate, d’ennemis qu’ils étaient…. »

12 Poznan reprit son nom allemand de Posen. Polska Wies dépendit d’une commune rebaptisée Forbach.

13 La Province se souvient, Le voyage de l’évacuation, Londres, 1990. L’ouvrage rassemble les souvenirs des religieuses qui l’ont vécu comme élèves ou comme membres de la Société.

14 Id. p. 26.

15 Relation d’une religieuse réfugiée à Lutwyche.

16 Sister Winifred Wilson, p. 41.

17 Cité par P. Byrne, Histoire de la Société du Sacré-Cœur aux États-Unis, chapitre inédit sur la Seconde guerre mondiale, p. 8.

18 Vie de la R.M. Zurstrassen, p. 6. La Mère Symon et la Mère Zurstrassen avaient fait ensemble, en septembre 1939, le tour des maisons de Belgique pour décider des précautions à prendre en cas d’invasion.

19 O. Biolley, op. cit., p. 110.

20 La vie y fut éprouvante à cause des bombardements incessants qui préparaient l’invasion de l’Angleterre. La maison fut totalement abandonnée aux Allemands en août 1941. Les religieuses vécurent dans un village voisin jusqu’en mars 1944.

21 Arch. Gén. Journal de la Mère Castejón.

22 Lettre du 3 novembre 1940. Communiquée par la Mère Hill aux communautés de Californie. Les scolastiques jésuites, en venant aider à déménager ce qui pouvait l’être et tout ce qui était combustible, furent d’un secours inappréciable. Les novices furent envoyées en Écosse, à Kinross, les religieuses âgées dirigées sur Mapledurham et Levens. Les autres furent placés dans des familles.

23 L’école normale de Londres fut installée à Roehampton, le noviciat à Stanford Hall, près de Rugby.

24 Arch. Gén. C I C3, Box 15. Rapport de l’économe générale.

25 Lettres annuelles, 1941-1943.

26 Elle était une Ancienne de Calais. La sœur du Général avait fait ses études à Lille et deux de ses tantes étaient entrées au Sacré-Cœur en Belgique.

27 The life and times of R.M. Archer Shee, p. 40-41.

28 Eva Dolfuss, fille du chancelier assassiné, fut élève du Sault-au-Récollet.

29 Les informations sur les États-Unis proviennent du chapitre consacré à la seconde guerre mondiale par P. Byrne dans son histoire de la province des États-Unis.

30 Id. p. 16.

31 Arch. Prov. États-Unis, Helen Condon, « Une perspective historique sur la communauté ».

32 P. Byrne, op. cit., p. 13 et 15. Rapport de la Mère Margaret Reilly, présidente de Barat College, à Lake Forest, pour 1941-1942 : « Sans sacrifier ce que nous estimons être la force fondamentale et la spécificité de notre éducation, nous tournons maintenant toutes nos ressources disponibles en vue de l’effort de guerre du pays. Une étude soigneuse des conditions présentes a révélé qu’il n’y avait pas besoin de prendre plus de mesures drastiques ; quand un besoin apparaîtra clairement, nous n’épargnerons aucun effort pour le prendre en charge. »

33 Arch. Gén. C III 2) : « Céder notre petite église, c’était le coup le plus douloureux qu’on pût nous infliger, car c’était nous enlever toutes nos œuvres si florissantes. Heureusement nous pûmes les transférer dans d’autres églises de la ville. »

34 Id. C IV 2). Lettre du 22 mai 1940 à la Maison Mère.

35 C’était ce qui c’était produit pour les Auxiliatrices du Purgatoire.

36 Id. Lettre du 17 juin 1940.

37 Id. Lettre du 1er juin 1940.

38 Ils furent euthanasiés au printemps de 1941.

39 Id. C IV, 2) visite régulière de juin 1940. Deux ans plus tard, les Religieuses du Sacré-Cœur étaient « tolérées dans [leur] demeure. » (Rapport de mai 1943).

40 Id. Autriche, 17 octobre 1941. Par la suite elles fabriquèrent des chaussons pour les soldats.

41 Id. Lettre du 25 février 1943.

42 Arch. Gén. C IV 2), 9 août 1942.

43 Elle dut aller jusqu’à Katowice pour trouver des confesseurs pour les coadjutrices.

44 Seule la supérieure toucherait la porte du tabernacle et y déposerait le ciboire ; les religieuses communieraient en utilisant une cuillère en argent, et, bien entendu, tout se ferait en secret.

45 Id. C I A 8 d, box 5, 20 juillet 1943.

46 Son attention avait été attirée sur la conduite de la Mère Agnès Best qui aidait des prêtres polonais.

47 Jerzy Kloczowski, Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987, p. 472.

48 Arch. Gén. C IV 2, lettre du 15 juillet 1941 de la Mère Werhahn : « Dans ce camp de concentration, on essaie de persuader les religieuses de quitter leur ordre, on leur prend l’habit religieux et, après quelques semaines, on les place une à une dans des familles ou des ambulances. »

49 Ludwika Skibniewska : Souvenirs des années passées à Lwow, p. 25. On y ouvrit un noviciat pour les religieuses de chœur en août 1943, ainsi qu’une probation.

50 Arch. Gén. C I A 8, box 5, lettre du 9 juillet 1940.

51 Informations communiquées par A. Merdas.

52 Arch. Gén. C IV 2, Lettre du 21 février 1940.

53 Quand les Soviétiques dévaluèrent la monnaie polonaise, au printemps de 1940, on dut recourir au troc.

54 Id. C III, Pologne, B, Krystyna Smigiel, Lwow – Léopol – Lemberg.

55 Id. L. Skibniewska, op. cit., p. 10. Il y eut un répit après que Sikorski ait obtenu une amnistie le 13 avril 1941.

56 Id. La vicaire se contentait de dire : « Ne vous faites pas arrêter par la Milice, je vous en prie. »

57 Ses liens de parenté avec le général Haller qui avait été l’un des opposants aux Soviétiques lors de la guerre de 1919 la rendaient également suspecte.

58 Id. C IV 2, lettre de la Mère Werhahn, 21 janvier 1941.

59 Id. Lettres du 5 et du 19 novembre 1940.

60 On avait pensé que la Mère Baillot, qui était Française, pourrait passer à Bucarest. Ce ne fut pas possible.

61 O. Biolley, op. cit., p. 111.

62 Arch. Prov. Belgique-Nederland. La Mère Napier, qui fut libérée en juin 1945, refusa toujours de parler de son séjour à Liebenau. Pendant sa captivité, elle soutint les religieuses internées avec elle pour que, malgré les circonstances, elles restent fidèles à leurs engagements religieux. Son séjour dans ce camp fut particulièrement pénible.

63 Tém. M-T. Houdoy.

64 La Mère Baillard quitta Marmoutier en août 1942 et la communauté de Montigny fusionna alors avec celle de Marmoutier.

65 Elle avait aussi accueilli des carmélites. Des laîques de la région lui vinrent financièrement en aide.

66 À Nantes, six coadjutrices et deux religieuses de chœur durent partir.

67 À la demande du cardinal Liénart, la maison devint un centre de rassemblement pour les mouvements d’Action catholique et de jeunesse qui ne pouvaient plus disposer du centre spirituel des jésuites qui avait été réquisitionné.

68 Elle avait laissé à Montigny comme responsable jusqu’à l’arrivée des secours la Sœur Kirsch, une coadjutrice autrichienne, qui écrivit en Allemagne pour demander de l’aide.

69 M. Benziger, op. cit., p. 27-28 : « la Mère Werhahn vint une fois à Ridenburg et, à la récréation, elle nous raconta comment le pauvre peuple polonais avait à souffrir d’une manière affreuse. Elle nous dit qu’un jour, pendant une de ses visites en Pologne, elle avait vu de ses propres yeux une énorme fosse creusée par les Allemands (ou par les Polonais contraints au travail forcé) et remplie de chaux. Elle avait vu alors comment un grand nombre de Polonais avaient été jetés vivants dans cette fosse. Quelques jours plus tard, certains remuaient encore. Avec une expression d’horreur, elle ajouta : « J’ai eu honte d’être Allemande. »

70 Prit-elle l’initiative de cette action ? Ou bien est-ce à la demande de la Mère Chlapowska, la supérieure de Polska Wies, qu’elle le fit, comme le laissent entendre les souvenirs de la Mère Zalecka (op. cit. p. 41-42) ? La documentation ne permet pas de trancher.

71 Id. p. 43-44.

72 Id. p. 56-57. Arch. Gén. C VII 2 C. Elle se rendit à Rome en 1942 : « Elle souffrait intensément des souffrances que ses compatriotes infligeaient à ses sœurs polonaises et elle cherchait par tous les moyens à les soulager et à leur montrer toute l’affection de la Société pour elles. » (Journal de la Mère Castejón) « Elle ne faisait que passer par la maison, mais de suite elle se rendait compte de ce qui nous manquait, jusqu’aux plus menus détails. Après son départ seulement, on remarquait le papier à lettres, les timbres, les fournitures d’ouvrages renouvelées. Nous étions aux champs, absorbées par notre dur travail lorsque tout à coup nous avons aperçu une voiture qui s’arrêtait à quelques pas de nous. À notre grande stupéfaction, nous vîmes deux Religieuses du Sacré-Cœur en descendre. C’étaient la Digne Mère Werhahn et sa compagne qui venaient pour la première fois chez nous. Le visage rayonnant de joie, les bras ouverts, elle s’avança vers nous et nous embrassa de tout son cœur, sans prendre garde à nos tabliers de travail très sales. Il y avait tant de bonté et de simplicité dans ce geste affectueux que je ne l’ai jamais oublié. » (Arch. Prov. Allemagne, notice de la Mère Werhahn, p. 10).

73 Westphalienne, elle était apparentée au comte Clemens von Galen, évêque de Münster. Elle avait manifesté fermeté et diplomatie lors de l’Anschluss.

74 Elle avait d’abord été envoyée à Montigny où elle fut aidée par la Mère Biegeleben, une Autrichienne naturalisée française. Elle s’occupa également de Metz et de Montigny après l’expulsion de la Mère zu Salm.

75 Op. cit., p. 58-59.

76 L. Skibniewska : op. cit., p. 18. La Mère Werhahn avait présenté les religieuses venues d’Allemagne de la même manière : « Nous sommes ici pour réparer le mal qui vous a été fait par notre pays et par notre nation. » (A. Zalecka, op. cit., p. 60-62.)

77 A. Merdas, op. cit. p. 23 et 25.

78 Arch. Gén. C IV 2. Lettres de la Mère Werhahn du 18 décembre 1939 et du 8 octobre 1940. En 1942, l’objectif fut de démontrer que les maisons du Sacré-Cœur étaient des maisons italiennes autonomes et ne dépendaient pas du Vatican. On redoutait alors qu’une loi fasse passer les biens des ordres religieux sous la rubrique « biens de l’Église catholique », ce qui les aurait fait exproprier.

79 Id. 24 septembre 1941. Une partie de la maison fut rendue au Sacré-Cœur.

80 Id. 24 novembre 1941.

81 Id. 22 mai 1941. « Le Parti la poursuit personnellement. Sa manière d’être les agresse. » La Mère zu Salm, estimant qu’elle mettait en danger les maisons où elle se trouvait, s’installa momentanément dans sa famille. Mais pour éviter de vivre au château du prince son frère, elle logea dans la maison du jardinier ; elle fit le catéchisme à ses neveux.

82 Il y avait eu une première alerte en février 1941. La Mère Louise Kintz qui était Alsacienne parvint à maintenir à Kientzheim une communauté en menaçant de ne plus assurer le service des occupants. À partir d’avril 1943, la communauté fut formée de coadjutrices alsaciennes, lorraines, polonaises, allemandes et autrichiennes et de quelques religieuses de chœur allemandes ou alsaciennes. La maison reçut des religieuses allemandes âgées après la transformation de Pützchen (Lettres annuelles, 1958-1961, p. 49).

83 Une Italienne, la Mère Zabeo, obtint les visas nécessaires. Quand l’Italie rompit ses relations avec le Troisième Reich, elle rentra en Italie pour éviter des ennuis.

84 Arch. Gén. C IV 2. 24 septembre 1941.

85 Id. 21 janvier 1941 : « De nos jours, il est toujours bien de se faire utile, cela préserve d’une évacuation éventuelle. »

86 La maison de Berlin, dès janvier 1940, reçut des femmes âgées évacuées du Baltikum.

87 Id. 1er février 1940. L’opération était financièrement intéressante, car les réfugiés payaient leur séjour.

88 Les religieuses ne devaient pas donner les soins. Aux Pays-Bas et en Autriche, les Allemands firent venir des religieuses hospitalières pour prendre en charge les blessés.

89 Id. 8 octobre 1940. 3.000 marks par mois à Polska Wies

90 Elle avait des relations amicales avec un général de cette arme.

91 K. Smigiel, op. cit..

92 À Riedenburg, les sœurs chargées de la buanderie travaillaient de 6 heures du matin à 10 heures du soir. Elles y disposèrent toutefois d’un équipement moderne fourni par l’armée et elles étaient aidées par les soldats (M. Benziger, op. cit., p. 18).

93 A. Zalecka, op. cit., p. 99-100.

94 À Riedenburg, on leur avait interdit de parler de religion avec les soldats qui les aidaient dans leur travail. La Gestapo avait fait enlever les crucifix des salles, mais l’équipe médicale était catholique (M. Benziger, op. cit., p. 15).

95 A. Zalecka, op. cit. p. 60-62.

96 A. Merdas, op. cit. p. 32

97 L. Skibniewska, op. cit., p. 19.

98 Des membres des Judenkommando furent amenés à l’hôpital de Lwow pour y effectuer des travaux de déblaiement. Les religieuses purent en nourrir quelques-uns et elles assistèrent, épouvantées, à la destruction du ghetto de la ville. (L. Skibniewska, op. cit., p. 25).

99 A. Zalecka, op. cit., p. 133-134.

100 Arch. Gén. C IV 2, lettre du 16 janvier 1941.

101 En décembre 1939, la Mère von Kuenburg fut appelée à Saint Adeleid pour faire bénéficier les religieuses allemandes de l’expérience qu’elle avait acquise en Autriche dans ses relations avec les nazis. Elle les aida jusqu’au printemps de 1940 où elles durent licencier le pensionnat (Lettres annuelles, 1959-1961, p. 255).

102 Arch. Gén. C IV 2), 21 janvier 1941. Les jésuites en Autriche avaient supprimé le noviciat et affecté un père maître à chaque novice.

103 Des prisonniers de guerre français prirent part, dans les sous-sols, à la messe qui était célébrée pour les religieuses. À Pressbaum en revanche l’hôpital fut pourvu d’un chapelain militaire dès octobre 1941 et il fut visité par l’évêque des forces militaires du Reich en 1943

104 Elle avait été envahie le 4 juin au cours d’opération particulièrement spectaculaire car les SS étaient entrés par les fenêtres du rez-de-chaussée, provoquant la panique des élèves du jardin d’enfants (Souvenirs des Mères von Chorinsky et Gielen et Lettres annuelles 1941-1943). La maison fut perquisitionnée par la Gestapo pendant que la Mère Werhahn était gardée dans son bureau. La communauté trouva refuge chez les Sœurs de Saint-Charles Borromée, chez les Servantes du Saint-Esprit, dans le quartier de Charlottenburg, et chez les Sœurs de l’Adoration perpétuelle. Des religieuses furent envoyées en Autriche et à Saint-Adeleid.

105 Les souvenirs de la Mère von Chorinsky montrent que les relations des religieuses et des médecins furent correctes. Certains de ses derniers ainsi que des soldats assistaient à la messe. Les religieuses assuraient les soins infirmiers et assistaient les mourants.

106 Arch. Gén. C IV 2) 2 septembre 1941.

107 Unkel dût être abandonné en septembre 1942, car la maison était si froide que les religieuses n’auraient pas pu y passer l’hiver.

108 A. Zaleska, op. cit., p. 192-193.

109 M. Benziger, op. cit., p. 35.

110 Arch. Gén. C IV 2), lettre du 22 mai 1941.

111 Id. 12 septembre 1942.

112 À cause de la présence des soldats, elles ne pouvaient pas se promener au jardin.

113 Id. 26 juin 1943.

114 Id. 9 août 1943.

115 Id. 7 février 1944.

116 Id. 17 avril 1944.

117 Lettres annuelles, 1958-1961, p. 33.

118 La Maison Mère hébergea une nièce de Roosevelt. Lettres annuelles 1954-1958, p. 23-24 et 1951-1954, p. 168-175.

119 Arch. Gén. C IV, 1 box 3-5. « Le Sophianum aux catacombes. Petite relation du siège de Budapest vécu au Sacré-Cœur. »

120 Le seul endroit que l’on avait trouvé pour placer le tabernacle était le local où l’on faisait la vaisselle.

121 Id. : « Les avions tournent sans cesse au-dessus de la maison. Tant que dure le jour, un avion arrive toutes les huit minutes et dépose sa charge de cinq bombes. Les machines passent tellement bas que nous avons l’impression qu’elles vont, à chaque instant, emporter notre toit. L’équipage tire continuellement avec les mitrailleuses, les murs en sont troués comme des tamis. Personne ne peut plus monter dans la maison. » La Mère Gutzwiller écrivit le même jour : « Aujourd’hui huit bombes sont tombées sur notre maison et plusieurs sur le palais Karoly. Mon bon Jésus, qu’en est-il à présent de cette confiance ? J’ai compté sur Vous inébranlablement, sûre que Vous préserveriez la maison ! Que Votre volonté soit faite ! Merci de ce que toutes les vies soient sauves. » (Lettres annuelles, 1959-1961, p. 216).

122 La réserve de pommes de terre fut détruite. La Mère Gabriele Paradeis, qui était assistante, tenta de récupérer ce qui pouvait l’être. Elle empilait les draps et le linge sous son matelas, qui peu à peu s’éleva au-dessus du niveau commun !

123 Des religieux et des laïques leur apportèrent également de la nourriture.

124 Informations communiquées par A. Merdas.

125 Elles arrivèrent à Berlin le 23 janvier 1945. La Mère von Schell retourna à Pressbaum deux jours plus tard.

126 Elles sortaient à tour de rôle pour soigner les blessés à l’hôpital.

127 Lettres annuelles, 1958-1961, p. 50.

128 À une personne lui disant, après sa libération, sa peine de n’avoir pu aller en prison à sa place, elle rétorqua : « Vous n’auriez pas pu le porter : 1917-1918, c’était une fraîche rosée en comparaison de 1944. » (O. Biolley, op. cit., p. 119). Une autre religieuse, Marie-Thérèse Claeys-Bouvaert, fut internée en août 1944 pendant trois semaines à la prison de Saint-Gilles pour avoir écouté la radio anglaise.

129 Elle fut nommée supérieure locale par le cardinal Frings dans la cave de la maison.

130 Leur supérieure qui était Autrichienne était une Ancienne de Riedenburg.

131 En 1939, des religieuses autrichiennes destinées au Japon ne purent pas quitter leur pays. Des Australiennes y arrivèrent en 1940.

132 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 415.

133 Arch. Prov. du Japon, biographie de la R. M. Sheldon. En 1952, elle dit à la vicaire d’Australie qu’elle avait espéré jusqu’au bout que la séparation n’aurait pas lieu. Elle se reprochait de ne pas avoir renvoyé dans leurs pays ses religieuses pendant qu’il y avait encore des possibilités de rapatriement. « Comment continuer à mener la maison ? Je ne pouvais que crier vers Dieu », dit-elle. « Peu à peu une force surnaturelle me fut accordée pour éclairer ma route et me soutenir dans les anxiétés quotidiennes. » Une religieuse japonaise qui vivait alors avec elle écrivit plus tard : « Pendant plus d’une année, son expression resta sérieuse et ses yeux étaient tristes. Puis soudain un changement se produisit dans son extérieur. Une sérénité constante l’enveloppa, un sourire bienveillant et bienfaisant ne quitta plus ses lèvres, son cœur sembla s’ouvrir encore plus largement à ses filles et à ceux qui souffraient près de nous. »

134 La Mère Gibbs fut connue désormais sous le nom de Mariko Ito. Brigid Keogh a rappelé combien les religieuses japonaises avaient été loyales pendant cette période difficile.

135 Madeleine Chi, op. cit., p. 77. Les premières religieuses de chœur furent Tsung Luh, entrée dans la Société le 9 novembre 1941 et Renjing Chen, entrée le 22 juin 1943. Les trois premières coadjutrices, Leidi Gong, Fumei Loh et Yazhen Xu, entrées le 19 mars 1939, venaient de familles rurales catholiques depuis plusieurs générations mais aux revenus modestes ou déclassées et n’avaient reçu qu’une instruction limitée. Elles furent admises après avoir passé un test d’anglais.

136 Elle mourut le 31 mai 1945.

137 On permit à deux d’entre elles d’y retourner pour assister aux obsèques de la Mère Hamilton décédée le 13 février 1943.

138 La Mère Mayer demanda toutefois aux Mères Britt et Nolan de quitter le Japon.

139 Voir P. Byrne, op. cit. p. 17-18. Gertrude Schickel refusa d’être rapatriée parce qu’elle se considérait responsable des huit sœurs maltaises qui étaient internées avec elle. Elle estimait qu’elle devait rester au Japon aussi longtemps qu’il y aurait dans ce pays des Religieuses du Sacré-Cœur américaines.

140 Elles en avaient été privées à Sumire alors qu’à un autre étage de la maison des religieux la célébraient.

141 Lettres annuelles, 1961-1963, p. 184.

142 Journal de la communauté, M. Williams, op. cit. p. 127

143 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 419. Les religieuses promirent de ne jamais regretter les objets d’usage personnel qui venaient de disparaître !

144 Id. p. 420. Il fallut cultiver un champ pour vivre. Une Ancienne française, dont l’époux faisait partie de l’ambassade, déclara : « Désormais, nous ne vous appelleront plus jamais les grandes Dames du Sacré-Cœur ! »

145 M. Williams, op. cit, p. 131 et 139.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540